AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Sombrer [Modéré]


avatar
Modo & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 9735

Région : Kanto | Hoenn
Ven 9 Fév 2018 - 23:27
Suite de ce rp

Les jours qui ont suivi, ils me donnaient l’impression que Ferir prenait enfin du mieux. Il souriait plus, il paraissait moins envahi, moins triste aussi. Il jouait davantage avec les Pokémon de son refuge. Je me disais qu’il était en bonne voie pour oublier ce qui s’est passé, pour avancer au lieu de stagner et de s’accrocher à une personne qui, de mon point de vue, ne le mérite pas. C’est rude dit ainsi, mais je me disais exactement la même chose pour moi, à l’époque. Je ne méritais pas d’avoir une personne comme lui dans mon entourage. Il n’avait plus rien à voir avec l’univers dans lequel je progressais, mais il s’entêtait à vouloir me tirer de là, s’entêtait à me dire que je valais mieux et que j’étais une bonne personne. Ça m’aura pris du temps avant de comprendre qu’il avait raison. Mais qu’importe, ce n’est pas le propos. J’étais soulagé de le voir plus heureux. Ça n’était pas encore comme avant, mais c’était en bonne voie. Je le croyais, j’étais naïf. J’avais relâché ma vigilance, convaincu qu’une scène comme celle qui était survenue il y a quelques jours ne se reproduirait plus. Je me suis lourdement trompé... Ce matin, je cherchais Ferir. C’est très rare qu’il se lève avant moi. D’habitude, quand je termine de me préparer à l’étage, il est sous la douche. Je l’entends en passant devant la pièce pour me rendre à la cuisine. Ça a été un premier signe. Je ne me suis pas vraiment méfié. Je n’ai rien entendu non plus en passant devant sa chambre. Sur le coup, je me suis dit qu’il dormait peut-être encore, mais ses alarmes ne retentissaient plus. Quand je ne suis pas déjà réveillé, elles me réveillent. Je les distingue jusqu’à ma chambre, malgré que nous ne soyons pas sur le même étage... Je me suis rendu à la cuisine, me préparant un smoothie et j’ai mangé une barre de céréales. Pendant ce temps, mon ami ne s’est pas manifesté et j’ai commencé à être inquiet. Un mauvais pressentiment m’a pris. Sans pouvoir expliquer pourquoi, je me suis dit qu’il y avait quelque chose d’anormal. Même quand Ferir parvient à se lever tôt pour s’occuper de ses pensionnaires, je le sais. Il n’est pas capable d’être discret et de ne pas faire de bruit pour ne pas me réveiller.

Tu as le sommeil tellement léger qu’il est très facile de te tirer du monde des songes.

Je me suis dirigé vers le refuge après avoir terminé de manger. Une fois à l’extérieur de la maison, mes inquiétudes reviennent au galop en voyant la tête que mes compagnons font. Ils n’ont pas leur comportement habituel en me voyant après la nuit. Il y a quelque chose qui les inquiète, c’est une évidence. Et je ne vois qu’une chose qui pourrait le faire à cette heure le matin, c’est forcément l’état de Ferir. Je pense que mes Pokémon tentent de me le communiquer pour que je m’en occupe. Ils ont vu que je l’avais précédemment et que ça avait porté ses fruits. J’espère vraiment que mon ami n’est pas en crise... Je me dis que je ne saurais pas quoi faire de plus, quoi dire que je n’ai pas déjà dit... Qu’importe, je chasse ces pensées pour entrer dans le refuge. Les grandes portes étaient fermées. J’ignore s’il a prodigué les soins. Je ne tarde pas à en avoir la réponse quand je remarque que la nourriture n’a pas été distribuée. Il va être en retard sur sa planification de sa journée... C’est la première fois que je le vois affecté au point de négliger ses protégés. Il va s’en vouloir, et ça n’aidera pas à ce qu’il se sente mieux et qu’il remonte la pente comme il était en train de le faire les derniers jours. Bref, j’avance doucement, scrutant tous les coins pour ne pas passer à côté sans le voir. Je ne l’entends pas, donc je présume qu’il doit encore s’être enfermé dans la pièce pour les opérations d’urgence. Une nouvelle fois, il devra la désinfecter et tout nettoyer. Je ne peux qu’imaginer quelle sera sa culpabilité quand il reprendra ses esprits. J’entre doucement dans la pièce, ayant frappé avant d’ouvrir. Je n’obtiens aucune réponse, mais cette fois, j’entends sangloter. Ferir? Je referme derrière moi et je le cherche du regard. Je n’étais pas prêt pour que je voie à l’instant. J’en suis figé d’effroi. Ferir est un proche et je ne conçois pas qu’il puisse se faire du mal à ce point. Il tient son couteau, ce même couteau qu’il utilisait quand nous étions adolescents. Il ne réagit pas à mon arrivée, il regarde un point fixe au mur en face de lui. Assis par terre, dos au mur, comme lorsque je l’avais trouvé il y a quelques jours.

Néanmoins, ce n’est pas ce qui te choque. Non, c’est plutôt tout le sang qui macule son poignet et son avant-bras gauche. Il s’est coupé au point que le liquide carmin s’échoue au sol. D’habitude, quand il se mutile, cela crée « seulement » de fines coupures dans sa peau, rien de trop grave qui laisse s’écouler à grosses gouttes son sang.

Ferir! J’arrive enfin à bouger, fonçant vers lui pour arrêter un nouveau geste d’automutilation. Il essaie de me résister, mais il ne revient pas à la réalité. Il doit être soigné, je ne peux pas voir jusqu’à quel point ses blessures sont profondes. J’insiste pour qu’il revienne à lui, pour qu’il se rende compte de ce qu’il est en train d’essayer de faire. C’est vraiment inquiétant. Je présume que mon ami faisait semblant d’aller mieux devant moi et que quand j’avais le dos tourné, il se répétait ses idées sombres dans sa tête, qu’il se blessait à mon insu. C’est seulement maintenant que je remarque qu’il a une repousse dans ses cheveux. Il ne laisse jamais sa couleur naturelle reprendre le dessus. C’est con, mais il s’agit d’un autre signe qui démontre qu’il ne va pas bien. Il me faut vraiment insister pour qu’enfin, son expression change. Il est d’abord perdu, clignant des yeux plusieurs fois. Il me remarque, mais avant de me parler, une expression de douleur se manifeste sur son visage. Il baisse les yeux pour regarder son bras gauche. La panique le gagne, le couteau s’échappe d’entre ses doigts. Azy! Sa voix reflète sa panique et j’entreprends de le rassurer. Ça va, je vais te soigner. Ses larmes reprennent, il s’excuse d’une demi-voix. Il tremble, le regard fixé sur ce qu’il s’est fait. Respire doucement. Je me redresse, allant trouver ce dont j’ai besoin pour nettoyer ses plaies, pour voir l’étendue des dégâts. Il y a tout ce qu’il faut dans cette pièce. Je me dépêche, revenant vers lui avec le nécessaire. Je commence par nettoyer le sang. À certains endroits, il semblait coaguler lentement, donc ça fait un moment que Ferir est ici et qu’il se blesse. Mon ami échappe des plaintes à cause de la douleur que ça provoque. On découvre trois plaies plus importantes que les autres. Elles nécessitent des points de suture, je vais peut-être même l’amener à l’hôpital. Tu me trouves pathétique, hein? Question murmurée, il détourne aussitôt le regard, honteux. Si je n’avais pas les mains pleines de sang, j’aurais cherché à le rassurer avec des gestes. Non, je ne te trouve pas pathétique. Il faut que tu arrêtes de dire des choses comme ça.

Ce n’est pas en se diminuant lui-même qu’il parviendra à prendre du mieux. Tu voudrais qu’il puisse avoir une meilleure estime de lui-même.

Modération:
 



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 9596

Sam 10 Fév 2018 - 17:35
Mega-Rayquaza médite sous une cascade!
Il gagne 1 combat d'expérience! [72 4/5]




Vous défiez les jumelles Lévy et Tatia!

Elles envoient un Kaorine et un Xatu niveau 60!


Récap
Combat revanche www
Jumelles
Xatu: FULL
Kaorine: FULL

Azamir
- pour le moment, toujours aussi sexy avec un air mystérieux



Moi, c'est MISTER J.
Un conseil, viens pas m'chercher. J'suis un mec qui sait jouer des poings, si tu cherches la bagarre, tu l'auras ! Et ça sera sanglant. T'es prévenu.

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar ©️ Elune Crowley ; stamp ©️ Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 9735

Région : Kanto | Hoenn
Dim 11 Fév 2018 - 7:16
Ferir s’excuse et il reste ensuite silencieux. J’ai de la difficulté à réfléchir à quoi lui dire pour le rassurer tout en songeant à ce qu’il faut que je fasse pour le soigner. Ce n’est pas si simple quand c’est un proche, je le réalise à l’instant. Il y a cette part d’inquiétude qui me parasite, qui m’empêche de rester avec ma froide logique habituelle. Je n’imagine pas ça a été quoi pour lui quand il m’a trouvé, inconscient, le visage en sang et l’œil bousillé... Il est parvenu à gérer ses émotions puisque je suis toujours en vie. Je le peux donc aussi, sa vie n’est pas en danger. Il n’empêche que de trouver les bons mots tout en prodiguant les soins, je ne le peux pas. Ce n’est pas ma force, je ne suis pas doué avec les paroles. J’ai essayé et le résultat est là. Il a rechuté, il est plus affecté qu’il n’y paraît. Mais pour l’instant, je me concentre vraiment sur ce que je fais. Maintenant que les plaies sont nettoyées, je retire ces gants que j’avais mis, ils sont désormais couverts de sang. Je me saisis du produit pour geler la peau ainsi que d’une seringue. Pour les sutures, il le faut. Il ne tolérera sûrement pas que je passe l’aiguille et le fil fondant dans sa chair sans cela. Ça va piquer. Je le préviens avant d’entrer l’aiguille de la seringue et d’injecter le produit. Mon ami échappe une petite plainte, mais il ne bouge pas, me laissant faire. Pendant que le produit agit, je nettoie une fois de plus ses plaies, retirant le sang qui s’était de nouveau accumulé dans chacune d’elles. Je fais cela pendant un bon cinq minutes. Je pense que ça va, ça ne me fait plus mal... Des mots murmurés pendant qu’il garde toujours la tête basse. Je vais commencer, mais tu me dis tout de suite si ça te fait mal. Je pense qu’il ne parviendra pas à me le cacher si jamais c’est le cas, mais je veux qu’il soit honnête. Il a assez souffert de ses précédents gestes, il n’y a pas besoin d’en ajouter. Ok... Finalement, c’est vrai qu’il ne le sent plus. J’ai pu effectuer les points pour les trois plaies, puis je les ai nettoyées de nouveau avant de lui appliquer un bandage. As-tu besoin d’aller à l’hôpital? Je le fixe, attirant son attention pour qu’il lève la tête pendant qu’il me répond. Il ne sait pas mentir alors s’il évalue qu’il le doit, je le saurai tout de suite.

Le propriétaire des lieux prend plusieurs longues secondes avant de lever le regard. Il a beaucoup de difficulté à soutenir le tien.

Non, tu as bien fait tout ce qu’il fallait. Merci. Il m’adresse le remerciement en baissant de nouveau la tête, honteux. Je lui laisse du temps pour se calmer pendant que je ramasse tout le matériel que j’ai utilisé. J’en dispose correctement puis je reviens m’asseoir à côté de Ferir. Je vais m’occuper des Pokémon, tu peux aller dormir si tu veux. Je vois bien qu’il est épuisé. Il ne dort sûrement pas bien ces derniers jours, voilà pourquoi il était ici si tôt le matin. D’un autre côté, je préférerais l’avoir à l’œil pour l’instant, sauf que je ne veux pas le priver de sommeil, il en a cruellement besoin. Je vais t’aider, je ne suis pas fatigué... Je m’en doutais qu’il allait résister, qu’il allait refuser. Je présume que toutes ses idées sombres lui tournent en boucle en tête, ça fait en sorte qu’il ne parvient pas à avoir un sommeil réparateur. Et puisqu’il n’est pas habitué de mal dormir, ça lui cause plus de soucis qu’à moi, par exemple. Depuis combien de jours que tu ne dors pas? Je lui pose la question franchement, j’attends aussi une réponse honnête. Il m’observe quelques secondes, étonné. Il ne s’attendait pas à ce que je le cerne si facilement. Je m’inquiète beaucoup pour lui, aujourd’hui c’était du jamais vu. Il aurait pu se blesser gravement. Il suffisait qu’il enfonce son couteau au niveau des veines du poignet et je ne suis pas sûr que je serais arrivé à temps... Y penser me provoque un frisson d’effroi. Je n’avais jamais eu peur que ses comportements d’automutilation se transforment en blessures graves. Ça n’était jamais survenu, à ma connaissance. C’est une chance que les grosses plaies étaient plutôt sur son avant-bras. Depuis qu’on a parlé ensemble... Je sais que tu as raison, mais je n’y arrive pas... Sa voix craque, il retient ses larmes. Sa main droite vient se saisir de son avant-bras gauche et je l’arrête. Je n’aime pas le contraindre, sauf qu’il ne doit pas toucher au bandage. N’y touche pas, les sutures sont fragiles. S’il ne parvient pas à résister, c’est un autre problème.

Tu crains qu’il aggrave ses plaies dans l’un de ses moments d’absence, sans réaliser ce qu’il est en train de faire.

C’était le cas en ce moment, il est surpris de voir qu’il avait la main sur son bandage. Pardon... Face à tout cela, je prends une décision qui ne me plaît pas. J’estime ne pas avoir le choix, tant qu’il ne va pas mieux. Et si ça continue de s’aggraver, je devrais aller vers des moyens plus drastiques, comme celui de fermer son refuge. Reste avec moi, et si tu te sens capable de donner les soins aux Pokémon, tu peux le faire. À partir de ce soir, je dors avec toi. Je ne mentionne pas que c’est pour le surveiller, mais il le comprendra sans mal. Je suis facile à réveiller alors il ne pourra pas sortir du lit sans que je m’en rende compte. Il est hors de question que la scène d’aujourd’hui se répète. J’espère qu’il comprend mes intentions, qu’il comprend que je tiens à lui et que le voir comme ça me blesse aussi. Tout cela pour une personne... Je n’ose imaginer tout ce qu’il s’est infligé pendant les deux ans que j’ai coupé les contacts avec lui. Il faut aussi nettoyer et désinfecter ici... Il ne relève pas mes paroles et j’ignore comment l’interpréter. Je verrai ce soir s’il a vraiment compris. Est-ce que des Pokémon ont besoin de cette pièce pour leur soin? Il ne sait plus gérer son ordre de priorité, alors j’essaie de l’établir pour lui. J’espère que ses notes sont claires pour les soins. Je ne suis pas sûr qu’il puisse répondre efficacement à mes questions, si j’en ai. Il est encore un peu absent en plus d’être épuisé, bien qu’il refuse de l’admettre. Non. Je lui explique donc que nous ferons cela plus tard. La pièce est importante, mais la routine des Pokémon en a pris un coup et il faut nous en occuper immédiatement. Pour certains, ils ont des médicaments à prendre à des heures fixes et ils seront en retard aujourd’hui. Tu viens? Je me relève, lui tendant la main pour qu’il le fasse aussi. Ferir hésite, je le vois d’abord ramasser son couteau avant de me tendre son autre main. Je... je dois le nettoyer... Un hochement de tête pour approuver. Je ne sais pas pourquoi, mais il y tient. Je l’ai déjà vu en crise parce que j’avais voulu le débarrasser de ce couteau, alors je ne vais pas l’affecter davantage aujourd’hui. Je l’observe du coin de l’œil quand il se rend à l’évier présent dans le refuge, pendant que je m’occupe de nourrir les Pokémon.

Tu dois t’assurer qu’il ne se blesse pas de nouveau, que ça soit de façon volontaire ou non.

Aide à la modération:
 



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 9596

Mer 14 Fév 2018 - 18:35

M-Rayray lance Eco-Sphère sur Kaorine !
{- 171 PV} C'est super efficace !
PV de Kaorine = 0/170

Kaorine est KO !
M-Rayray monte au niveau 73 (encore 5 combats) !


Gueriaigle lance Griffe Ombre !
{- 162 PV} C'est super efficace !
PV de Xatu = 0/141

Xatu est KO !
Gureriaigle gagne de l'exp (4/5) !


 
Archéodong et Symbios niv. 65 sont les suivants !


Que voulez-vous faire ?


Récap :
Combat revanche www
Kaorine KO
Xatu KO
Archéodong = full
Symbios = full

Azamir :
- pour le moment, toujours aussi sexy avec un air mystérieux (bis)



Moi, c'est MISTER J.
Un conseil, viens pas m'chercher. J'suis un mec qui sait jouer des poings, si tu cherches la bagarre, tu l'auras ! Et ça sera sanglant. T'es prévenu.

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar ©️ Elune Crowley ; stamp ©️ Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 9735

Région : Kanto | Hoenn
Ven 16 Fév 2018 - 5:30
Tout se passe bien pendant que je distribue la nourriture aux Pokémon. Ferir prend son temps pour nettoyer son petit couteau, mais il ne se blesse pas. Quand il termine, j’en suis à changer l’eau de chacune des créatures hébergées ici. Mon ami revient vers moi, l’objet à la main. Je vais aller le porter et je reviens pour t’aider. Ça m’inquiète de le voir partir avec ce couteau, c’est avec ça qu’il se blesse depuis des années et j’ignore s’il ne va pas tenter de le faire pendant que je ne suis pas avec lui, pendant que je suis occupé ici. Sur le coup, je reste silencieux, mais je ne peux m’empêcher de passer le commentaire de vive voix. Je veux voir sa réaction, je dois m’assurer qu’il est assez solide en ce moment pour résister à l’envie de se mutiler de nouveau le bras. Il se trouve dans un état d’esprit précaire et le risque qu’il recommence est fort. Il suffit qu’une mauvaise pensée lui passe par la tête et il le fera... Ça ne doit pas arriver, il ne doit pas défaire son bandage et toucher aux sutures. Dans son cas, c’est plus facile à dire qu’à faire. Il n’a jamais été si affecté, à mon souvenir, et c’est justement pour cela que je tiens à m’assurer de sa sécurité, que je tiens à le protéger contre lui-même. Ça ira? En posant la question, je le fixe. Il ne peut pas contrôler ses expressions faciales alors je saurai immédiatement si la réponse est non. Il hésite à peine avant d’acquiescer. Oui, je vais juste le ranger à sa place. Je ne ferai rien d’autre. J’ai l’impression d’être son parent et qu’il doit me rendre des comptes... Je n’aime pas cette comparaison et cette sensation. C’est assez troublant et je souhaite que cette situation se règle rapidement. Je ne tiendrai pas longtemps comme ça, à devoir être vigilant face à tout ce qu’il fait. Ok. Pendant qu’il s’éclipse, je continue ce que je faisais, en gardant en tête de me rendre dans la maison s’il ne revient pas vite. Ça n’est donc pas simple de me concentrer sur ce que je fais. On ne peut pas dire que je sois efficace, ce qui m’agace. Je n’ai pas l’habitude de ne pas donner le meilleur de moi-même...

Tu ne peux pas te demander d’exceller sur tous les fronts en même temps. Ce que tu viens de vivre t’a fatigué.

Ferir revient rapidement, chassant mon inquiétude. Il m’aide avec les soins, me conseillant sur ce que je dois faire, mais il ne touche pas aux dosages de médicaments. Il ne les donne pas non plus, pour ceux qui requièrent une seringue. Il est encore sous le choc de ses agissements, il tremble. Au moins, le savoir à côté de moi me demande moins de vigilance, moins de concentration et moins de choses à l’esprit. Je me sens moins dépassé par ce qui arrive. Mon ami se comporte presque de façon normale, si ce n’est qu’il ne se montre pas enjoué par les Pokémon, qu’il ne tente pas de s’amuser avec eux pour les distraire. Il est sérieux, trop sérieux. En ce moment, je ne le reconnais pas. Cependant, je ne passe pas le commentaire de vive voix. Je ne tiens pas à le perturber plus qu’il l’est lui aussi. Jamais il ne s’attendait à déraper à ce point. J’ai pu le voir quand je suis parvenu à le ramener à la raison. Ses agissements ont dépassé tout ce qu’il a pu faire à ce jour. Bref, je tente de changer mon propre état d’esprit. En étant plus positif, il me semble que cela peut affecter Ferir dans le bon sens. Qu’as-tu envie de faire? Une question qui vient lorsque nous en avons terminé avec les soins des Pokémon du refuge, ainsi que lorsque la pièce stérile l’est de nouveau. Ce fut long et pénible. Plusieurs heures sont passées et je devrai bientôt cuisiner pour le repas du soir. J’espère que mon ami ne se cachera plus dans cette salle pour se blesser... Je ne sais pas... J’aimerais rentrer. Il n’est pas ardu de constater qu’il est épuisé, qu’il a envie de dormir. J’espère qu’il fera une sieste, ça ne lui ferait pas de tort. J’écouterai pour m’assurer qu’il n’ouvre pas le tiroir de sa table de chevet, celle dans laquelle il dissimule son couteau. Il pense que je l’ignore, mais je l’ai remarqué. J’ai déjà pensé à le retirer, sauf que je crains la réaction et la désorganisation qui suivra. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une bonne façon de faire pour que Ferir cesse ses comportements d’automutilation. Je dois plutôt lui donner des moyens pour qu’il s’en sorte par lui-même, pour qu’il n’ait plus besoin de cette arme.

C’est difficile de les trouver, ces moyens. Tu manques d’idées, tu manques d’expérience pour vraiment l’aider.

J’acquiesce à sa demande. Nous nous dirigeons à l’intérieur, puis je lui propose de regarder un film. Je le laisse choisir lequel, espérant qu’il s’endorme pendant le visionnement. Finalement, c’est ce qui se produit. Je vais lui chercher une couverture, la déposant sur lui, puis je me rends à la cuisine pour préparer le repas. J’opte pour une grosse salade, y mélangeant légumes et quelques fruits à travers les feuilles de laitue. Je confectionne moi-même la sauce pour l’agrémenter, usant de mélange d’épices et d’huiles pour y parvenir. Il n’y a rien qui fasse beaucoup de bruit pour risquer de réveiller Ferir. Je l’aurais entendu. Lorsque c’est prêt, je place le large bol sur la table. J’y mets aussi chacun un plat en plus des ustensiles dont nous aurons besoin. Je reviens ensuite au salon, trouvant mon ami réveillé. Ça va? Il a un regard bizarre, qui ne me plaît pas. Ça m’inquiète aussitôt. Ça va, j’aurais juste voulu dormir un peu plus longtemps... Au moins, il a pu dormir pendant une trentaine de minutes, c’est mieux que rien. Il parviendra peut-être à se reposer cette nuit, d’autant plus que je serai aussi dans la chambre. Il restera au lit pour ne pas me déranger, il ne pourra pas se blesser. Je lui signale que j’ai compris, mais je ne sais pas quoi lui dire de plus. Je lui propose donc de manger, s’il a faim. Doucement, il se lève du divan et il me suit, prenant place à table. Merci d’avoir fait à manger. Il me remercie toujours quand je le fais, ce qui est quotidien. Je préfère m’en occuper plutôt que de devoir avaler quelque chose de brûlé ou de raté... Nous mangeons en silence puisque je n’aime toujours pas parler pendant les repas. Cette fois, mon ami n’essaie pas de le faire, ce qui est inhabituel. Je me rends compte que cela fait quelques jours que c’est ainsi. Je n’avais pas remarqué avant aujourd’hui. C’est un autre signe qui démontre que Ferir ne va pas bien, qu’il n’est pas dans son état normal. J’ai du mal à le reconnaître. Plus encore lorsqu’il termine son repas et m’annonce qu’il veut s’étendre dans son lit, que je pourrai le rejoindre lorsque j’aurai envie de dormir... D’un autre côté, sa fatigue est évidente et il ne doit plus lutter contre.

Après lui avoir mentionné qu’il n’a pas à hésiter à venir te voir s’il y a quoi que ce soit, il file à sa chambre. Un soupir t’échappe, te sentant toi aussi fatigué après cette grosse journée.

Aide à la modération:
 



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 9596

Mer 21 Fév 2018 - 21:15

Dracaufeu entre sur le terrain et lance Canicule (Random donne 26 : l'attaque passe)
C'est super efficace !
(Random donne 30 : Pas d'effet supplémentaire.)
(-215) (Random donne 30 : pas de critique)
PV de Archéodong : 0/181
Archéodong est KO ! Dracaufeu gagne un point d'expérience et monte au lvl 77 ! (0/5)

(Random donne 47 : l'attaque passe)
(Random donne 73) : Pas d'effet supplémentaire.)
(-106) (Random donne 37 : pas de critique)
PV de Symbios : 99/205


L'arène est évacuée le temps d'éteindre l'incendie...:
 



M-Rayquaza lance Mâchouille
C'est super efficace !
(-168) (Random donne 82 : pas de critique)
PV de Symbios : 0/205
Symbios est KO ! Rayquaza gagne un point d'expérience : Niv 73 (1/5)
Dracaufeu : lvl 77 ! (1/5)





Siderella et Gallame lvl 68 viennent en découdre !

Que voulez-vous faire ?


Récap :
Combat revanche www
Kaorine KO
Xatu KO
Archéodong = KO
Symbios = KO
Azamir :
- pour le moment, toujours aussi sexy avec un air mystérieux (bis)



Moi, c'est MISTER J.
Un conseil, viens pas m'chercher. J'suis un mec qui sait jouer des poings, si tu cherches la bagarre, tu l'auras ! Et ça sera sanglant. T'es prévenu.

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar ©️ Elune Crowley ; stamp ©️ Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 9735

Région : Kanto | Hoenn
Jeu 22 Fév 2018 - 5:49
On ne peut pas dire que j’aie passé une bonne soirée. Je me suis occupé de la vaisselle à la main, puis je suis sorti une trentaine de minutes à l’extérieur au maximum. Je n’ai pas vraiment su profiter du moment en compagnie de mes Pokémon. J’avais l’inquiétude que Ferir m’ait entendu sortir et qu’il profite de l’occasion pour se blesser de nouveau. Cela a fait en sorte que je ne me suis pas attardé, ça m’a occupé l’esprit. Je sens que je ne parviendrai pas à me reposer avant qu’il aille mieux, avant que j’aie la certitude qu’il ne se blessera plus de façon aussi grave qu’aujourd’hui. Je lui souhaite de comprendre que ça ne sert à rien de se mutiler pour un autre. Le comprendre et le mettre en pratique. De mon côté, je ne sais plus comment l’aider, quoi lui dire de plus. C’est... bizarre ce qui lui arrive. Je n’ai jamais saisi réellement pourquoi il se comportait ainsi envers lui-même. Il est vrai que tu n’es pas la personne la plus allumée et la plus renseignée sur ce point. Tout ce qui touche au corps humain, tu as d’excellentes connaissances, mais tout ce qui touche à la psychologie ou aux émotions est flou pour toi. Même si on prenait bien le temps de t’expliquer, tu ne comprendrais sûrement pas toutes les nuances. Puisque ce n’est pas quelque chose qui te viendrait en tête, le fait de te blesser toi-même, c’est très ardu à assimiler. Néanmoins, tu tiens, au meilleur de tes capacités, à aider ton ami afin qu’il se relève de cette mauvaise passe. Ta volonté est évidente, il peut la voir et la ressentir. Bien qu’il soit amorphe, il est reconnaissant pour ce que tu fais pour lui. Je pense qu’il devrait reconsulter un spécialiste. La dernière fois, ça n’avait pas donné de résultat. Il m’en a vaguement parlé, me précisant juste que cela n’avait rien donné. Je présume que ça dépend du spécialiste. Ils ne sont pas à l’abri d’une erreur ou d’être passés à côté de quelque chose. Voilà pourquoi je ne peux pas leur faire confiance. Ce n’est pas quelque chose de tangible, ça varie. Les erreurs sont possibles, les interprétations peuvent être multiples. Ça ne me plaît pas, ça ne me convient pas.

Voilà pourquoi tu refuses catégoriquement de consulter lorsque tu as un problème, même pour un problème de santé.


De nouveau à l’intérieur de la maison, je me dirige à l’étage, me préparant pour passer la nuit. Je n’ai pas descendu mes effets personnels malgré ma déclaration plus tôt : celle de dormir dans la chambre de Ferir. J’aurais préféré avoir un lit séparé, mais ce n’est pas comme si c’était la première fois qu’on dormira ensemble. Les dernières fois datent d’avant mon départ de chez ses parents, donc j’avais dix-huit ans, mais il ne se passera rien de plus qu’à l’époque. Bref, je me change, enfilant seulement un pantalon ample comme pyjama, avant de me rendre à la salle de bain de l’étage pour me brosser les dents, pour me rafraîchir le visage. J’essaie de calmer mes gestes qui se font de plus en plus rapides. J’ai résisté à l’envie de regarder dans la chambre de mon ami pour m’assurer qu’il est toujours au lit, pour m’assurer qu’il n’est pas caché quelque part à se mutiler le poignet, à jouer avec ses sutures. J’espère que tout va bien, mais je tiens aussi à contrôler ma propre anxiété quant à cela. Je prends donc le temps qu’il faut dans la salle de bain et je retourne au rez-de-chaussée. Une fois devant la chambre de Ferir, je me rends compte qu’avec tout cela, j’ai oublié de prendre le verre que j’ai dans ma chambre, dans lequel je laisse de l’eau sur ma table de chevet. Je dois toujours avoir de l’eau à proximité, je me sens mieux. C’est complètement irrationnel, mais je n’essaie plus de lutter contre ça. Donc, je me rends à la cuisine pour m’en prendre un autre, allant ensuite ouvrir le robinet pour que l’eau soit bonne à boire. À la fin de la nuit, elle a la température de la pièce, sauf que ça ne me dérange pas vraiment quand je me réveille. J’en consomme quelques gorgées tout de suite, le remplissant à nouveau. Fin prêt, je peux entre dans la chambre de mon ami après avoir fermé la lumière dans le corridor. Il fait noir, donc j’utilise l’écran de mon téléphone pour avancer. Je ne connais pas bien la disposition des meubles dans sa chambre. Je n’ai pas l’envie de me cogner un pied ou un orteil. Tu pouvais allumer la lumière, je ne dors pas... Ferir me surprend, il ne faisait pas de bruit, je n’aurais pas cru qu’il était réveillé.

Au moins, l’entendre t’indique de quel côté du lit il se trouve. Tu n’as donc plus besoin de tourner ton écran dans sa direction.

Ça ne t’aidera pas à dormir de l’allumer. Doucement, je pose mon verre ainsi que mon portable sur la table de chevet. Puisque mon ami ne me répond pas, j’enchaîne sur une autre question avant de me faufiler sous les couvertures. Tu as mis tes alarmes? Il ne doit pas rompre avec son quotidien. Il doit continuer de s’occuper de ses pensionnaires. C’est quelque chose qui lui tient à cœur, qui lui procure de bons sentiments. Il aime sincèrement son travail et il ne faut pas le délaisser. Juste une, elle va te réveiller. De toute façon, je risque d’être aussi réveillé avant qu’elle sonne... C’est vrai qu’il ne dort pas bien, ce qui est très inhabituel pour lui. Il a toujours eu un très lourd sommeil, quelque chose que je n’ai jamais vu ailleurs que chez lui. Ok. J’ignore quoi lui dire de plus. Je me couche donc, me tournant sur le côté pour être dos à lui. Bonne nuit Ferir. Je me dis que c’est sûrement rude de ma part, mais quand je me couche, j’ai de la difficulté à vouloir bavarder. Même avec Isiel parfois, je n’en avais pas envie. Bonne nuit Azy. Merci. Il bouge ensuite, comme s’il s’était un peu éloigné de moi. Je ne vais pas m’en plaindre. Il m’a déjà enlacé pendant son sommeil. C’était inconscient et nous étions beaucoup plus jeunes. Je pense que ça n’arrivera pas cette nuit. Je mets beaucoup de temps avant de m’endormir, d’autant plus que mon ami bouge plus que je l’imaginais. Il ne dort pas lui non plus. Néanmoins, à un moment dans la nuit, j’en viens visiblement à dormir profondément. Je ne sens pas Ferir qui se lève et se dirige vers la salle de bain. C’est lorsqu’il allume la lumière dans la salle de bain que je commence à en avoir conscience, puisqu’elle est adjacente à la chambre. Quand il me parle, je reviens un peu plus à la réalité. Azy? Il se passe quelques secondes avant que je parvienne à lui répondre pour lui démontrer que je ne dors plus vraiment, à réaliser que sa voix est loin. Hn? J’entends dans sa voix qu’il s’agit d’un appel à l’aide. Il y a de la détresse audible, mais je suis dans les vapes. J’étais en train de me rendormir, déjà. Est-ce que tu peux sortir toutes les lames de rasoir de la salle de bain, s’il te plaît...?

Il n’en faut pas plus pour que tu ouvres les paupières, prêt à t’extirper des couvertures.


Aide à la modération:
 



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» [Les Royaumes Elfiques] Modélisme
» Bienvenue à notre nouvelle modératrice
» Sites de modélisme
» [Modélisme] Troll d'Isengard.
» Modélisme sur TF1...

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Hoenn - 3E G E N :: Algatia-