AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» trust each other.


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 20/11/2015
Messages : 349

Jeu 1 Fév 2018 - 6:00
Du haut de sa chambre d’hôtel, Ilya admira Volucité à ses pieds. La mégalopole fourmillait d’activités, de gens qui allaient et venaient, de Pokémon qui s’arrêtaient temporairement avant d’être avalés par le flot de passants… La différence entre sa Voilaroc natale et la métropole unysienne était saisissante. Il lui semblait ne jamais avoir vu ailleurs qu’ici autant de vie au mètre carré. La ville portuaire n’avait définitivement pas volé sa réputation. Elle était unique et insolite, très éloignée de l’ambiance à laquelle Sinnoh l’avait accoutumé. En y repensant bien, seuls ses gratte-ciels s’élevant jusqu’à l’infini des cieux pouvaient expliquer le phénomène dont elle était le noyau. Pour combler le manque de superficie, la ville s’était élevée tout en hauteur. C’était fascinant. Au cours de sa carrière, l’acteur n’avait pas souvent eu l’occasion de venir à Unys. Du moins, pas de cette manière. Il se souvenait de ses brefs passages dans plusieurs localités voisines ainsi que de ses week-ends à Ondes-Sur-Mer et Méanville dans le cadre de son travail, mais ses tête-à-tête avec Volucité avaient toujours été fugaces. D’aussi loin qu’il se souvenait, c’était la première fois qu’il pouvait réellement se poser et découvrir les attraits touristiques de la cité.

Du moins, c’était ce qu’il aurait aimé faire.

S’arrachant à sa contemplation, le jeune homme se retourna pour fixer son agente assise non loin de lui. Il était venu à Unys afin d’assister à l’avant-première de The Secret’s Bride, l’un des derniers films dont il avait tenu le rôle principal avant que ne débute le tournage de Forgotten Obsession. C’était censé être une journée importante pour lui et voilà qu’il était cloîtré dans sa chambre avec l’interdiction formelle de mettre le pied dehors. Si au moins Klara avait été là… Malheureusement, Aude avait profité de cette semaine pour faire prévaloir ses droits en tant que génitrice et elle avait ramassé la gamine la veille du départ de son ex-amant. Comme à chaque fois qu’il les voyait partir ensembles, Ilya avait tenté de masquer son mécontentement, mais Angie n’était pas dupe. L’albinos voyait le bien partout… Sauf dans la mère de sa fille.

« Je peux… »
« Non. »
« Tu ne m’as même pas laissé le temps de terminer ma phrase ! »
« Parce que je sais que tu t’apprêtais à me demander la permission de sortir et c’est non. »

Soupirant, Ilya ne tenta même pas de masquer son mécontentement. Les colères de l’acteur n’étaient jamais très convaincantes. Au mieux, il ressemblait à un gamin capricieux, au pire, personne ne remarquait son mécontentement. Dans tous les cas, jamais aucun être vivant ne l’avait pris au sérieux. Il n’arrivait tout simplement pas à se mettre dans une colère noire suffisamment violente pour être entendue.

« Aube est venue prendre Klara hier… Enfin, elle a envoyé quelqu’un le faire à sa place plutôt. »

Respirant un coup, Angie releva son regard vers le jeune homme devant elle. Elle savait combien il détestait chaque seconde passée loin de sa fille. C’était d’autant plus vraie lorsque son départ coïncidait mystérieusement avec des plans qu’ils planifiaient depuis plusieurs semaines. Cette avant-première, Ilya et Klara étaient censés y assister ensemble… Priver le jeune homme de cette soirée père/fille lui faisait le même effet que si on lui arrachait les ongles un à un. Parfois, Angie se demandait comment cette relation évoluerait lorsque Klara rentrerait dans sa crise d’adolescence et qu’elle sentirait le besoin de prendre ses distances avec son père afin de connaître ses propres expériences. S’en remettrait-il seulement ?

« C’est bon, va visiter la ville. J’imagine que tu vas également refuser que je demande à quelqu’un de t’accompagner… Donc essaie au moins de ne pas te faire reconnaître. »

Sitôt, le regard de l’acteur s’illumina alors qu’il franchissait les quelques mètres le séparant d’Angie afin de la prendre dans ses bras. Surprise, la brunette resta immobile devant ce trop-plein d’affection puis laissa momentanément sa frigidité de côté pour esquisser un sourire. L’absence de Klara se faisait beaucoup ressentir.

Se détachant d’elle, l’albinos tendit la main vers son pull noir avant de rabattre la capuche sur sa tête afin de masquer les mèches blanches de sa chevelure. Plus d’une fois, l’agente avait soulevé l’idée qu’il puisse porter une perruque, mais il s’était toujours empressé de décliner la proposition en précisant que ce n’était pas nécessaire. Après tout, personne ne l’avait jamais identifié au travers la foule. Une fois qu’il cachait son regard écarlate sous des verres fumés, il était méconnaissable. Il devenait enfin « monsieur tout le monde » … À condition qu’il ait prévu de commettre braquage. Dans un cas comme dans l’autre, il n’avait pas encore eu de problème et il aimait croire que ce n’était pas dû qu’au hasard. Le jeune homme avait toujours mis sa vie privée sur un piédestal et il savait prendre les mesures nécessaires pour qu’elle y reste… Au plus grand damne des paparazzis qui attendaient avec impatience le jour où il commettrait une erreur. Les gens trop secrets rapportaient peu, mais quand ils parvenaient à gratter la moindre info à leur sujet alors là ils touchaient le jackpot.

« Soit de retour pour dix-neuf heures, c’est bien clair ? »
« Je serai là sans faute ! »

Dit-il en claquant la porte derrière lui, manifestement de meilleure humeur qu’il ne l’avait été quelques minutes plus tôt. La vie d’Ilya Kovalevski était un véritable ascenseur émotionnel : tantôt très haut, tantôt très bas. Il ne vivait et ne ressentait jamais les choses à moitié. Tout était très intense, tout le temps. Chaque émotion était vécue à 100% sur une courte durée avant qu’elle ne laisse sa place à une autre, le tout sans la moindre transition. Il était difficile à suivre, mais Angie se plaisait à croire que c’était ce qui faisait son charme.

Quelques minutes plus tard, elle le vit quitter le hall de l’hôtel à la hâte pour rejoindre le trottoir sur lequel il donnait. Difficile de savoir si elle avait pris la bonne décision en le laissant partir, mais elle comptait sur sa discrétion. Au moins, il était de nouveau resplendissant de bonne humeur.



Utilisation de la CS Vol (Dernière utilisation : 03.05.2017)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 24/01/2018
Messages : 85

Région : Unys
Lun 19 Fév 2018 - 20:50
Tu en avais marre d'entendre ta mère te rouspéter les mêmes choses à chaque fois qu'elle te voyait seule à seule au repas. Tu n'avais pas le choix de l'écouter parce qu'elle avait du pouvoir sur toi. Tu restais à table, regardant ton repas, immobile. Tu ne disais rien, tu ne faisais rien, tu ne faisais qu'écouter tout en te torturant mentalement pour ne pas répondre. Tu aimerais la confronter, lui dire ce que tu pensais, mais non...tu en étais incapable. On t'avait élevé à devenir la parfaite petite jeune femme silencieuse qui allait uniquement servir à ''objet'' d'échange ou d'avancement pour les compagnies de tes parents. On t'avait appris que la mauvaise langue n'est pas bien pour une femme. Il fallait te marier si tu valait quelque chose et il fallait que tu sois à une certaine image parfaite. Oui, même encore aujourd'hui, ce genre de ''pratique'' existait. Toi...tu n'étais pas bien là-dedans. Toi, tu avais un rêve. Tu voulais devenir autre chose de ce que tes parents voulaient de toi. Tu voulais être libre, faire ta vie, avoir une famille avec la personne que tu allais aimer de tout ton coeur...et non servir d'objet à un homme prétentieux qui ne te regarderait même pas de la même façon qu'un vrai homme te ferait. Tu trouvais la raison de tes parents vraiment ridicule. Croître leurs entreprises ? Il y avait d'autre moyens que par les mariages forcés. Peut-être qu'ils cherchent d'autres moyens de secondes mains s'ils n'arrivent pas à une entente ou bien s'ils veulent faire un jumelage pratique. Mais bon...

La princesse dans sa tour n'avait pas le choix de se débrouiller seule et de sortir par elle-même. Elle ne pouvait pas attendre le prince charmant sous son cheval blanc qui vainqueras les dangers des dragons pour ta jolie poire. Elle devait se mettre elle-même en armure pour s'échapper.

Tu savais que ce genre de penser est ridicule, mais cela représentait un peu ce que tu ''vivais''. Bon, tu n'étais pas totalement prisonnière. Tu pouvais au moins marcher dehors sans que quelqu'un te suive tout le temps. Disons qu'avec les années, tes parents se calmaient sur ton cas de plus en plus. Tu avais juste l'impression qu'une cage et des chaînes te retenaient...

Une étrange tristesse s'était emparée de toi en un instant. Tu marchais à travers les rues sans but. Après le repas, tu n'avais pas pris le temps pour te préparer à sortir dehors. Tu avais perdu l'appétit très rapidement dès que ta mère avait ouvert sa bouche et tes pensées étaient bien trop perturbés. Tu n'avais presque pas touché à ton assiette tellement que ton estomac était noué. Quand tu avais passé dans ta chambre, tu voyais que Nohime dormait. Alors, tu avais décidé de sortir sans elle tout en ne la dérangeant pas.

Tu ne savais pas où aller pour te changer les idées. Tu passais devant des magasins pour regarder les produits sans réellement entrer dans ceux-ci. Peut-être qu'aller boire un thé serait une idée ? Cela serait bien. Ce genre d'endroit était calme, généralement. Tu pouvais passer quelque temps-là pour être seule avec toi-même tout en calmant ta tristesse. Tu sentais ton coeur lourd...et cela te faisait encore plus mal. Tu n'aimais pas être dans cet état. Tu voulais sourire...et ressentir autre chose.

En arrêtant devant une lumière, sur un coin de rue, tu sentais une odeur de parfum. Tu avais levé ton regard sur la silhouette proche de toi avec curiosité. L'odeur était agréable au nez. Vraiment...douce.

Ah ? Étrange. En scrutant la personne, tu avais l'impression de le reconnaître. Il portait une étrange allure avec ses lunettes. Souvent, se sont les célébrités qui faisaient ça pour ne pas trop paraître évident dans la rue. Mais toi, tu avais un bon oeil. La couleur de cheveux, la carrure, le général....quelque chose te disait que c'était sûrement une de tes vedettes favorites. Cela piquait encore plus ta curiosité. Tu avais la chance d'être proche de lui....si c'était bel et bien ce que tu pensais.

+ Ex...excusez-moi...

Quelque chose te poussait à lui parler. Si c'est bel et bien le chanteur que tu adorais, ton coeur voulait réellement lui parler.

+ Es...est-ce que je peux vous poser une question ?

Tu ne savais pas quoi lui dire pour qu'il reste avec toi. Tu étais prête à inventer n'importe quoi pour qu'il reste.

+ J'espère que vous êtes pas presser. Puis-je...prendre un peu de votre temps...?

Bien sûr, commencer par la politesse passait mieux, n'est-ce pas ? Tu retenais sa manche fermement avec ta main droite comme si...tu avais peur qu'il parte en un souffle rapide. Tu ne te rendais pas compte de ce geste. Ton corps agissait presque tout seul...




Je parle en #DF0101

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» L'Horloge qui dit tout
» Taylor J. Trust
» don't you trust me anymore? le 14/2/12 à 20h23

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Unys - 5E G E N :: Volucité-