AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Deux soeurs


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1594

Région : Sinnoh
Mar 30 Jan - 0:53
Sanae, 13 ans.

C'est insupportable. Ça fait maintenant trois ans que maman est morte, mais je n'arrive pas à m'en remettre. Tenter de vivre normalement est impossible. Comment je dois faire ? Qu'est-ce que je dois faire ou penser pour que la douleur s'en aille ? Je ne veux plus y penser, je n'en peux plus. Cette douleur, ces souvenirs, tout me hante et j'ai l'impression de devenir folle. Eclat est là, avec moi, mais elle ne parvient pas à me calmer ni me changer les idées. Elon n'est pas repassé depuis un bon moment, sûrement dans la nature à jouer avec d'autres Lixy... Ce pincement au cœur est toujours présent même quand je pense à autre chose. Cette gêne globale, ce sentiment d'impuissance, tout. Je sais que je ne peux pas oublier comme ça cet événement, que les émotions ne cesseront jamais d'affluer comme ça, de me rendre complètement faible et impuissante.

Pendant ces trois années, papa n'a pas dit un mot. Il a souvent été absent auparavant avec son travail, mais avec son silence et le fait qu'il soit plongé dans ses recherches, j'ai l'impression qu'il n'existe plus. Comme s'il était parti avec maman. A chaque fois que je descends le voir à son laboratoire, il ne m'adresse pas un seul regard. Et, peut-être la seule chose qu'il veuille bien me dire, c'est de sortir. Le ton violent, sec et rien d'autre. Comme un ordre. Comme s'il parlait à une nuisance. Et ça, c'est difficile. C'est dur. Il a autant besoin de soutien que moi, et j'ai autant besoin d'être rassurée que lui. Cette tragédie, on la vit ensemble, ce n'est pas rien, ce n'est pas comme s'il avait été seul à supporter tout le poids. Je n'ai pas été présente lors de sa mort, et je pense que je m'en voudrai encore longtemps de ne pas avoir été à son chevet pour ses derniers instants à l'hôpital... Mais je sais que je peux encore avancer, quelque part. Je veux faire quelque chose de ma vie, je ne veux pas la jeter et faire comme si mon existence n'avait plus aucune utilité, plus lieu d'être. Maman m'a toujours dit de rester positive, de ne jamais baisser les bras et de croire en nous. Ce n'est pas vraiment le moment idéal pour y penser parce que je sens de nouveau mes larmes aux coins des yeux, mais si j'arrête de penser à elle, va-t-elle disparaître ? Est-ce que je suis quelqu'un de capable, comme elle ? Est-ce que c'est la bonne méthode que j'ai avec papa ? Qu'est-ce que je dois faire ?

Je décide que ce n'est pas le bon moment pour aller le voir et monte à l'étage pour voir comment vont les sœurs. Je croise Leafia qui s'approche tout de suite de moi, demandant des caresses. Je m'agenouille et pose ma main sur sa tête pour faire ce qu'elle me demande. C'est toujours agréable de la revoir, de sentir que ma présence est encore utile et voulue dans cette maison. Que quelqu'un a encore besoin de moi.

Lorsque j'entends du bruit dans l'une des pièces de l'étage, je lève la tête pour voir Sylphe qui jette un coup d’œil discret pour voir ce qui s'y passe. Quand je croise son regard, elle recule et disparaît de mon champ de vision. Je me pensais fragile et faible, mais la Nymphali l'est encore plus que moi. Elle l'a toujours été et a besoin de réconfort et de tendresse, d'être rassurée sur le fait qu'elle peut encore croire aux gens, qu'il lui est possible d'aimer et d'être aimée, une nouvelle fois. Je sais que c'est difficile pour elle, tout comme ça l'a été pour sa sœur ou pour moi-même. Mais justement, dans cette souffrance commune, nous pouvons nous comprendre et réussir à s'en sortir comme l'aurait aimé ma mère. Seulement, je ne suis pas maman. Et Sylphe n'arrive pas à me faire confiance ni à se laisser aller à venir vers moi. Lorsque j'étais plus petite, je jouais beaucoup avec les deux sœurs, mais cette perte a complètement séparé Sylphe de moi. Leafia a moins de mal et parvient à se relaxer à mes côtés, à m'écouter et accepter mes caresses. La Nymphali, c'est encore une autre histoire.

« Sylphe, si jamais tu as besoin de quelque chose, je suis là. Tu le sais, n'est-ce pas ? » Je n'entends rien en retour, mais je n'en attends pas. Je sais qu'elle reste silencieuse, depuis tout ce temps. La seule avec qui elle communique, c'est sa sœur et personne d'autre, pas même Eclat. « Je veux être là pour toi et t'aider à aller mieux. » Je sais que le temps n'est pas le même pour tout le monde et qu'il en faudra encore pour un moment.



    avatar par haileen, merci ♥️
    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1594

Région : Sinnoh
Mar 6 Fév - 19:22
Il y a des jours où je ne passe pas au laboratoire. Ça ne me demande pas beaucoup de temps ni d'énergie d'aller au sous-sol, physiquement parlant. Mentalement, je ne peux pas. Je n'ai pas envie. Vouloir aider mon père, tenter de lui rendre le sourire, mais se retrouver devant une expression de colère remplie de tristesse n'est pas quelque chose de sain. Je ne compte pas tomber dans la même folie que lui et encore moins rester là sans rien faire. De temps en temps, je vais chez la voisine, la mère de Jun. Jun est mon ami d'enfance et on s'entend toujours très bien. Depuis la mort de maman, la mère de Jun, Emilia, est beaucoup plus attentionnée envers notre famille – enfin, envers moi plutôt, étant donné que mon père a ce comportement avec tout le monde. Elle passe parfois pour voir comment on va, les pokémons et moi, mais ne reste jamais longtemps car on ne sait comment, mais mon père débarque pour lui crier que ce n'est pas chez elle et qu'elle n'a pas à y poser les pieds. Chose vraiment étrange puisque lorsque maman était encore en vie, il accueillait Emilia avec plaisir et les trois adultes se sont toujours bien entendus.

Je ne sais pas ce qu'il lui arrive. Trois ans, c'est beaucoup. Trois ans, il y a de quoi faire au moins un gros parcours autour de la région. Mais je ne suis jamais partie. Je n'en ai pas l'envie en réalité. Laisser papa et les sœurs Eevee, ça ne m'enchante pas. Je peux emmener les deux pokémons avec moi bien sûr, sans oublier Eclat, mais... Aller où ? Vers quel but, à treize ans ? Personne ne laisse une pauvre fille de treize ans courir dans les rues de Sinnoh seule avec ses pokémons pour seule compagnie. Et puis... Je sais que je n'ai pas encore l'expérience pour, ni même les connaissances qu'il faut pour voyager en toute sérénité. J'en ai parlé à Emilia, et elle pense la même chose, même si elle veut me sortir de cet environnement néfaste qui était pourtant ma maison. Elle m'a d'ailleurs proposé d'aller habiter chez elle le temps que tout se calme, mais papa a encore été celui qui s'est mis sur notre chemin. Il ne veut pas que je parte, mais refuse ma présence... Qu'est-ce qu'il veut exactement ? C'est... Frustrant. Énervant. Mais par-dessus tout, je suis désemparée. Je ne sais pas quoi faire.

Sylphe continue d'être têtue tandis que Leafia et moi, nous parvenons à bien nous entendre et nous devenons mêmes de bonnes amies. Eclat et elle jouent de temps en temps ensemble. En général ça attise la curiosité de la Nymphali, mais celle-ci ne sort jamais de sa cachette. Il lui arrive de laisser la Charmillon chromatique entrer dans la chambre – celle qui appartenait à ma mère – mais la plupart du temps personne ne s'y trouve. Je m'inquiète pour Sylphe. Ce n'est pas bon de rester aussi longtemps seule, enfermée dans une pièce qui ne fait que lui rappeler sa défunte maîtresse... Je la comprends, mais ce n'est vraiment pas le meilleur moyen de l'aider à surmonter cette perte.

« Sylphe... Il faut que tu sortes. Au moins dans le jardin, ça te fera du bien ! N'est-ce pas Leafia ? » Je lui demande avec un sourire et la Phyllali me répond joyeusement par l'affirmative. « Tu vois, même ta sœur pense comme ça. Tu verras, un bon bol d'air frais et tu te sentiras un peu mieux ! » Aucune réponse, pas même un bruit. Leafia reste immobile un instant, puis décide d'entrer sans rien dire en laissant la porte entrouverte. J'entends de l'autre côté de petits murmures et, quelques minutes plus tard, le pokémon plante ressort et me regarde avec un sourire. Sur le coup je ne comprends pas et ouvre la bouche pour lui poser la question, mais avant que je ne puisse produire un quelconque son, je vois une masse rose émerger de la chambre ; Sylphe accepte de sortir. Dans l'étonnement, je reste sans voix et ne bouge pas d'un pouce, la voyant mettre doucement un pas devant l'autre pour, au final, être parfaitement en dehors de la pièce, les yeux observant tous les recoins de la maison comme si elle la découvrait pour la première fois.

C'est à cet instant que j'ai compris une chose ; les pokémons ont besoin de nous. Tout comme nous avons besoin d'eux. Ils sont nos amis, notre famille. Ils sont là pour nous réconforter et devenir quelqu'un de meilleur, et nous sommes là pour les aider à grandir et s'épanouir. C'est comme si Sylphe était encore une toute petite fille qui s'est renfermée du monde parce qu'il ne lui fait que du mal, alors que ça n'est pas tout à fait le cas. Le monde est cruel, la vie l'est aussi, mais il y a tellement de merveilleuses choses à découvrir et voir qu'elle ne peut pas passer à côté. Maman n'aurait jamais voulu ça pour elle.



    avatar par haileen, merci ♥️
    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1594

Région : Sinnoh
Lun 19 Mar - 15:59
Voir Sylphe poser une patte dehors et sourire face aux rayons du soleil est une vue que je n'aurais jamais pensé possible. Ça a été un long chemin difficile, mais on y est ; la Nymphali est là, dans le jardin à sourire. Chose qu'elle n'avait encore jamais fait en ma présence. Peut-être qu'elle est plus ouverte avec sa sœur, ce qui ne m'étonne pas, mais Leafia ne m'a pas semblé être très heureuse de voir Sylphe dans cet état. Je pense qu'elle a gardé espoir et qu'elle tente tant bien que mal de rester souriante et positive, mais Leafia comme Sylphe sont certainement fatiguées. L'environnement est mauvais, l'atmosphère aussi, on ne peut pas rester là. Mais je ne vois pas comment on pourrait partir comme ça, en laissant papa derrière... Et où est-ce qu'on irait ? Je n'ai pas... Je n'ai pas envie de partir ni de voyager. Je n'ai pas cette prétention ni la capacité de le faire. Et les sœurs Eevee n'ont peut-être pas envie de venir avec moi. Je peux toujours leur en parler et leur demander ce qu'elles veulent, mais... Peut-on réellement s'en sortir de cette manière ? N'y a-t-il donc pas de solution pour que papa redevienne comme avant ?

Je les regarde s'amuser et gambader un peu dans le jardin. Rien que de les voir ainsi me redonne le sourire. J'en profite pour m'asseoir dans l'herbe, dans un coin où le soleil est présent. C'est comme si le temps suivait le rythme de l'humeur de Sylphe. Je n'ai pas l'impression d'avoir eu un si beau temps depuis un bon moment, et le jour où l'on arrive enfin à la faire sortir, c'est sous un beau soleil. On pourrait parler de coïncidence, mais je n'y crois pas trop ; je pense que les coïncidences n'existent pas. Qu'il y a des choses qui sont faites pour arriver, tôt ou tard dans notre vie. Peut-être même que cette passe, cet événement que je vis en ce moment avec papa devait être quelque chose qui devait arriver, peu importe la façon dont maman serait rentrée ce jour-là, ni le moment ; cet accident se serait produit. Comme les rencontres, on se dit que c'est une bonne chose de rencontrer telle et telle personne, mais si ça trouve, c'est décidé depuis le début. Qu'au moment où l'on a posé un pied sur cette planète, certains événements sont là et nous arriverons droit dessus à condition que l'on avance, qu'ils soient bons ou mauvais. Et ce n'est donc pas le bon moyen de rester là, à ne rien faire et penser que tout ira bien. Parce que tout ne va pas toujours bien. Que les choses mauvaises ne deviennent pas forcément bonnes.

Je sors de mes pensées lorsque j'entends du bruit non loin. Tournant la tête, je vois une petite masse bleue et noire s’approcher joyeusement vers moi. En le voyant, un sourire naît sur mes lèvres et je l'accueille à bras ouverts pour l'embrasser. « Contente de te revoir Elon ! Comment tu vas ? » Il me répond par un petit cri enjoué et saute de mes bras sur le sol pour sautiller sur place, heureux de nous retrouver. Juste quelques secondes après, Sylphe et Leafia nous rejoignent et les trois pokémons se retrouvent jouant tous ensemble comme ils en ont l'habitude lorsqu'Elon vient nous rendre visite.

Cela fait à peu près deux ans que j'ai rencontré Elon. Il s'était perdu dans notre jardin et je lui ai donné de quoi se nourrir, parfois même l'inviter à l'intérieur pour qu'il s'abrite du mauvais temps. Et au bout d'un moment, il est devenu une part importante de ma vie. Je ne l'ai pas capturé pour autant, c'est un ami avant tout et il est sauvage, il est libre d'aller et venir comme il en a envie. Il n'a aucune attache précise, et ne vient pas régulièrement ; cela peut-être une fois par jour tout comme une seule fois dans le mois. Et c'est ce que j'aime dans la liberté que possède un pokémon sauvage. En revanche, un pokémon domestiqué aura du mal à partir en vie sauvage.

Je me décide à aller chercher quelques friandises pour les pokémons, et je leur dis que je reviens de suite. Sylphe n'a pas l'air d'être trop perturbée par ça, alors je prends ça comme une belle avancée pour elle. Je me dépêche tout de même, n'aimant pas les laisser seuls. J'emporte un petit paquet de friandises et des gamelles d'eau avant de ressortir dans le jardin. Mais ce qui m'effrayait se passe sous mes yeux ; mon père est là. Il se tient devant les pokémons, ces derniers s'étant reculés et sur la défensive, prêts à attaque l'homme en cas de danger.



    avatar par haileen, merci ♥️
    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1594

Région : Sinnoh
Mer 28 Mar - 22:59
Sur le coup, je reste paralysée, ne sachant que faire. Je veux protéger les pokémons avant tout, mais je n'ai pas envie de me retourner contre mon propre père malgré toutes les choses qu'il a faite... Je sais qu'il est devenu quelqu'un d'horrible, qui ne pense plus qu'à lui et qu'il ne se soucie plus des pokémons ni du bien-être de sa famille ou de ses amis. Je sais que ce n'est pas la même personne d'il y a trois ans. Mais... J'ai envie d'y croire. De croire qu'il est encore là, quelque part dans son être. C'est peut-être futile, ridicule même de penser à une chose aussi utopique après les trois années passées à ses côtés sans y voir aucune amélioration, mais je veux garder espoir. L'espoir a été ce à quoi je me suis raccrochée depuis tout ce temps, sans quoi je ne serai déjà plus ici mais bien loin, ailleurs dans la région. Il est toujours mon père, j'ai grandi avec lui à mes côtés ; il m'a appris tout ce qu'il savait sur les pokémons qu'il étudiait tendrement et délicatement à l'époque, il m'a transmis sa passion pour l'observation et l'étude de ces créatures qui peuplent notre planète, il m'a appris que le sourire est le meilleur mécanisme de défense contre tout ce qui nous rend vulnérable, il m'a montré qu'il y avait encore beaucoup de choses à apprendre de ce monde et de la vie, il m'a éduquée de façon à ce que je sois polie et compréhensive, il... C'est mon père. Il m'a tout appris. Il m'a donné son amour. Comment pourrais-je le détester... ?

Je sors de mon état figée lorsqu'il s'approche des pokémons, toujours en retrait et ne bougeant pas d'un poil, attentifs aux gestes de l'homme. Ça doit être dur pour Leafia et Sylphe, car leur maîtresse aimait cet homme. En échange, mon père les aimait aussi. Mais aujourd'hui c'est une personne totalement différente qui se présente devant elles, même Elon en a peur et ne veut pas du tout s'approcher de lui. A sa place, je serais dans le même état.

Avalant difficilement ma salive, je me décide enfin à agir. Laissant tomber toutes les choses que j'ai en main, je cours vers mon père et me place entre lui et les pokémons. J'ai la gorge nouée et mes larmes menacent de couler, mais je tiens bon. Je ne veux pas craquer devant lui, je veux être forte pour qu'il comprenne qu'il n'a pas à faire à quelqu'un de fragile. Il m'a appris à être forte et être une meilleure personne. Mais pourquoi ne l'est-il plus... ?

Un moment de silence s'installe entre nous. J'en profite pour l'observer, et je remarque qu'il a des cernes tombantes sous ses yeux, bien plus visibles maintenant avec les rayons du soleil par rapport aux lumières artificielles du laboratoire. Sa blouse blanche est recouverte de tâches, entre les expériences de potions et, très certainement, des marques d'attaques de pokémons et de griffures. Il n'est plus tendre avec les pokémons, son âme n'est plus ici. C'est comme s'il n'était plus qu'une coquille vide, se laissant manipuler par une sorte de regret qui ne veut pas s'en aller et qui le ronge. Sa posture semble si faible, avec ses épaules basses et son regard à la fois sombre et vide. Mon cœur se serre à la vue de mon père dans un tel état. Comment ai-je pu le laisser se laisser aller ainsi ? Malgré toutes mes tentatives de le rendre plus heureux, de le faire oublier la perte de maman, rien n'a marché. Il s'est renfermé sur lui-même encore et encore jusqu'à piétiner sa propre existence en miettes, ne laissant que son ombre et son obsession pour les pokémons devenue malsaine et mauvaise.

Je me sens tremblante et complètement vulnérable entre vouloir lui rendre la raison mais ne voulant pas lui faire de mal, mentalement ou physiquement. Je sais que je peux tenter quelque chose avec des paroles, mais cela renforcera sa colère sur le monde bien plus qu'il n'en sera guéri. Quant à l'attaquer avec des pokémons... Ce n'est certainement pas la meilleure solution. Il a l'habitude de se faire attaquer par des pokémons tous les jours, parfois il a l'air de les chercher même, comme s'il voulait les mettre à l'épreuve.

Ou alors a-t-il envie de se punir de quelque chose ?



    avatar par haileen, merci ♥️
    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1594

Région : Sinnoh
Jeu 29 Mar - 23:20
Alors que je pensais que rien n'allait se produire, qu'il tournerait les talons pour repartir dans son laboratoire, il prend la parole. Mais ce n'est pas ce à quoi je m'attendais. « Qu'est-ce que tu fais encore là ? Je croyais t'avoir déjà dit de quitter ces lieux. » Son regard noir me fait froid dans le dos, mais je n'abandonne pas mon poste et je reste fermement debout, lui bloquant le passage. Je sais qu'il n'est pas dans son état normal et qu'il faut quelque chose, un déclic pour le réveiller, le remettre dans le droit chemin. En pensant être sa famille la plus proche – étant tout de même sa fille – je pensais trouver quelque chose, réussir dans cette mission... Mais non. Et lorsque j'ai pensé à demander à ses amis, je n'ai reçu aucune réponse, ou alors c'est son ami ranger qui est venu, mais cela a empiré la situation et il est devenu encore plus renfermé dans ses idéaux. En même temps, ce ranger n'a aucune valeur d'un vrai ranger ; c'est un homme malsain qui adore torturer tout être vivant, humain ou pokémon, et qui prend un malin plaisir à utiliser des méthodes très peu orthodoxes voire pas du conventionnels. Je me demande toujours comment il a fait pour entrer chez les rangers, mais mentir fait probablement parti de sa personnalité.

Je sens mon cœur battre à cent à l'heure. Je ne sais pas quoi lui répondre, je n'ai pas envie qu'il se fâche encore une fois, mais en même temps je ne peux pas le laisser faire ce qu'il veut avec les pokémons derrière moi. « J-Je... Je ne veux pas que tu leur fasses du mal... » Au lieu de répondre à sa question, je dévie le sujet de mes craintes. Je ne suis pas sûre que cela soit la meilleure des solutions, mais qu'importe. C'est mieux ainsi. J'ai déjà évoqué le fait que nous soyons une famille et que nous devions nous entraider par le passé, durant la première année après la mort de maman. Mais papa n'a rien voulu entendre et s'est tellement énervé que je me suis retrouvée avec quelques bandages à la fin.

Ma réplique ne semble pas lui plaire non plus. Et la gifle qu'il me donne me le fait bien comprendre. Cela s'accompagne d'un autre coup qui, cette fois, me fait perdre l'équilibre et je tombe lamentablement par terre, ma main contre ma joue douloureuse. J'entends derrière des étouffements de cri, de peur ou d'étonnement je ne sais pas. Mais je ne me retourne pas pour les voir, car je dois être déjà bien assez pathétique. « Je ne t'ai pas demandé ton avis. » Et avant même que qui que ce soit comprenne, son Carchacrock débarque et commence à attaque les trois pokémons. Je regarde avec horreur la scène, complètement impuissante. Cette fois-ci, mes larmes coulent. Je ne connais que trop bien la puissance de son pokémon, et même en me mettant en travers de son chemin, je ne pourrai rien y faire car Carchacrock n'est sensible à rien ; il ne connaît pas d'émotions. Avec tout ce bruit, Eclat arrive et souhaite aider, mais elle n'est pas assez forte pour lutter et se fait rapidement battre. Sylphe et Leafia résistent plus longtemps, mais elles ne font pas le poids non plus ; combien de temps s'est écoulé depuis leur dernier combat ? Pas étonnant qu'elles ne soient plus en mesure de combattre pleinement après ce qui s'est passé... Quant à Elon, il n'est pas taillé pour le combat – du moins pas contre un aussi gros poisson. Il est combatif, mais il n'a pas l'âme d'un combattant hors pair capable de rivaliser face à un Carchacrock.

Tenant Eclat dans mes bras, je murmure. « S'il te plaît, papa... Arrête. Arrête ce massacre... » S'il continue, ils vont tous finir par avoir de graves blessures. Non, si ça ne s'arrête pas, certains d'entre eux peuvent même en mourir et-

Mon sang ne fait qu'un tour. Repenser à la mort et à tout ce que cela entraîne est beaucoup trop dur à supporter. Je ne peux pas le laisser reproduire la même chose, volontairement ou involontairement. « STOP ! »



    avatar par haileen, merci ♥️
    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Hyun-Sook ou Histoire de deux soeurs. [terminé]
» Chapitre 1: Les deux soeurs [Libre]
» Les deux soeurs...[PV Daneva]
» Deux soeurs et une étrangère, en cage...
» (M) Eoin Macken ✣ la famille c'est ce qu'il y a de plus important [LIBRE]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Bonaugure-