AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» [Solo non-modéré] 7 a.m, morning.


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 86

Région : Kantô
Lun 22 Jan - 22:40
Edwin retrouva ses esprits dans un sursaut. Son corps était tout autant meurtri, cette migraine s’étant tout de même estompée avec un peu de repos. Repos qui n’était guère suffisant à en croire ses yeux éteints. Dans un mouvement traînard, Edwin chercha à se redresser, examinant de ses petits yeux sa chambre. Toujours dans cette auberge jeunesse réservée avec ses amis, mais Edwin était apparemment premier debout. Jenna n’était pas revenue depuis hier tandis que ceux toujours présents dormaient à poings fermés. Ne mentionnons pas Damian. Cette pensée arracha une grimace de dégoût au jeune homme qui, crâne toujours à deux doigts de fendre à cause des coups d’hier, titubait vers une sortie. Une brise d’air frais se transforma en hoquet, suivit rapidement par un vomissement sonore. C’était une commotion, Edwin en était sûr. Sa tête devait bien peser une tonne, son côté droit toujours tuméfié. S’étouffant dans son prore vomis, Edwin demeura un moment accroupi dans ce gazon, s’attirant des regards dégoûtés des curieux venant identifier ce tout aussi curieux fond sonore. Un vieux bonhomme édenté en vient même à crier à son endroit :
« ‘a dé’eu’er a’eurs. T’as t’op bu hier hahahahahaha»

Bref, ce à quoi on devait s’attendre des gens habitant cette cambrousse miteuse. Est-ce que ce vieux avait une pomme dans sa bouche ou bien est-ce qu’Edwin voyait de travers? Qu’importe. Traînant sa pauvre carcasse, ce jeune homme rejoignit son dortoir. Sa péripétie avait tôt fait de sortir des bras des Morphée ses compagnons.
«Ça va?»
«C’est rien» assura Edwin. «Some habits die hard I guess.»
«Va prendre une douche. Tu pues.»

Edwin retira ses vêtements, montrant son corps tuméfié. Urgh, ces connards s’étaient biens gâtés sur sa pauvre tronche.


Avatar secret ;)):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 86

Région : Kantô
Jeu 25 Jan - 3:07
La douche lui faisait grand bien. D’ordinaire, il cela l’aidait à dégriser lors des soirées plus hardcores, mais cette fois-ci, ce n’était pas l’alcool le véritable problème. L’eau chaude sur ses blessures était particulièrement douloureuse et parce qu’il était particulièrement de mauvaise humeur, tout cela ne faisait qu’empirer son état psychologique. Il était à cran, la fatigue et la rage de toute la nuit passée lui arrachant quelques jurons, se surprenant même à frapper contre le mur de la douche. De quoi faire sourciller Lukas et Alyssa qui, toujours dans le lit, commençaient à peine à se réveiller. Jenna était partie et il ne savait pas avec qui. Damian était parti et il n’avait pas le droit d’en parler. Il se retrouvait d’ailleurs avec son Salamèche qui n’avait pas encore idée que son maître l’avait abandonné et de surcroît, on l’avait tabassé. Il n’avait même pas le luxe de se lamenter sur ses propres blessures qu’il devait réparer celles des autres et appréhender celles à venir. Garder le silence était la partie la plus difficile. Parce qu’il savait, juste assez pour que ce soit trop pesant pour lui seul. Juste assez pour être incapable de fournir de réponse claire aux autres. C’est pourquoi il devait rejoindre Damian au plus vite. Il devait savoir où il se dirigeait et avec qui. Il devait avoir des explications, se devait d’avoir plus que des soupçons.

Il sortit de la douche, portant fièrement la serviette autour des épaules et le boxer. Sans piper mot, il atteignit ses affaires, s’enfila quelques comprimés pour lutter contre le mal de tête et s’allongea sur le canapé, son lit attitré. Il chercha son téléphone et commença à envoyer des messages textes. Alyssa le questionna.

«T’es sûr que ça va? Tu veux pas aller à l’hôpital?»
Edwin grogna, sans quitter son téléphone des yeux.
«Non, ça va aller…Putain pourquoi elle répond pas…»
Il s’énervait rapidement et cette attitude atypique chez lui soulevait le questionnement.
«Tu textes qui à sept heures du matin?»
«Jenna…T’es sûre que tu sais pas avec qui elle est partie?»
Alyssa s’approcha pour lui retirer son téléphone des mains, mais Edwin esquiva.
«Tu vas pas la faire chier à cette heure. T’es vraiment égoïste. C’est pas souvent qu’elle arrive à avoir du bon temps sans se soucier des autres, surtout avec toi et Damian toujours en train de vous foutre sur la gueule. Il est où celui-là, d’ailleurs. »
Le regard d’Edwin s’assombrit davantage, mais il ne dit rien.


Avatar secret ;)):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 86

Région : Kantô
Lun 29 Jan - 6:05
Un malaise emplissait la chambre de motel. Personne ne disait quoi que ce soit, chacun se préparait tranquillement à poursuivre la route vers Argenta. Il y avait la forêt de Jade à traverser et la route devrait prendre un ou deux jours. Bref, il était suggéré de camper et de s’équiper de manière appropriée. Mine de rien, plusieurs Pokémon étaient venimeux et les gosses qui polluaient la zone raffolaient de ces merdes. Il fallait donc prévoir quelques antidotes et plusieurs coups de pied au cul pour les dégager du chemin. Lukas rangea rapidement son sac et vint se poser sur le lit (où Jenna et Damian devaient dormir, finalement Edwin eu le privilège d’avoir le lit pour lui seul) et observa son ami. C’était pas la première fois qu’il se retrouvait dans une situation similaire. Lukas avait même dû le ramasser dans un pire état que ça, donc il savait jauger un peu. Toutefois, Edwin n’était pas du genre à demeurer silencieux. Plutôt, il se vantait toujours d’avoir tenu tête à un groupe de personne et pour chaque coup donné, il n’hésitait pas à raconter l’histoire à maintes reprises, rejouant la scène au complet pour que tout le monde puisse apprécier sa ténacité. Edwin capta du coin de l’œil son ami qui l’observait, dos courbé, avant-bras reposant sur ses cuisses.

«T’es sûr que ça va bien? J’veux dire, à part tout le truc avec ta tête.»
«Ouais, t’en fait pas, y’a rien de spécial. J’suis juste fatigué.»

Il se tend un peu après la phrase, le mensonge lui puant au nez. Mais c’était pour leur bien, n’est-ce pas? Il ne voudrait pas que quelque chose leur arrive. Et s’ils l’apprennent autrement, ils seront tout aussi fâchés. Cette idée aussi d’avoir des amis.

«T’as l’air préoccupé, surtout. À cause de Jenna? Pourquoi tu t’en fais pour elle? C’est pas ton genre de jouer le grand frère.»
Fuck it, il pouvait au moins dire ça.
«Le type et ses potes qui m’ont fait ça. Je l’ai insulté un peu après l’avoir cogné et il parlait de s’en prendre à mes potes. Il avait l’air de décrire Jenna.»

Lukas se fige un instant, perplexe. Il n’avait pas de raison de ne pas croire ce que disait Edwin. Alyssa, qui avait entendu la conversation depuis la salle de bain, sortit en trombe.

«Et c’est MAINTENANT que tu le dis? Mais ça va pas? Pourquoi t’as rien dit avant? C’est quoi le délire? Pourquoi tu l’as laissé faire?»
«Tu te fous de ma gueule? T’as vu ma gueule? J’me suis pété la tête sur le ciment, je sais même pas si j’ai fait une commotion ou une autre merde du genre. Ils m’ont traîné dans une salle où…de toute façon vous faisiez quoi vous deux à ne pas la surveiller, hein?»
«On…C’est pas ça la question. Jenna est une grande fille, on devrait pas avoir besoin de la chaperonner. Comment on aurait pu savoir??»
«Vous étiez en train de forniquer dans votre coin, pas vrai?»

Lukas se leva, visiblement mal à l’aise.
«Bon, on arrivera à rien si on se dispute. C’est la faute de personne et Edwin a suffisamment payé, peu importe ce qu’il a fait. On va aller se promener en ville un moment au cas où on ne la trouverait pas par hasard. Toi reste ici et repose-toi. Préviens-nous si elle revient, d’accord?»
Étonnement affirmatif dans son énoncé. En moment de stress, Lukas s’avérait être un bon leader. Dommage qu’il ne soit pas stressé souvent.

«Parfait. De toute manière je comptais pas vraiment bouger d’ici avant demain.»


Avatar secret ;)):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 86

Région : Kantô
Lun 9 Avr - 3:35
L’attente interminable de quelque chose qui n’arrivera peut-être jamais. Est-ce que c’est possible de se sentir plus impuissant? Quand la seule solution est d’attendre. Être incapable de forcer le destin, parce qu’on n’a pas que ça à faire dans la journée non plus. Il va sans dire que pour Edwin, il n’y avait que peu de supplices pires que ça. Il est nerveux, gigote beaucoup. Ne tiens pas en place, donc il se promène et comme il a déjà suffisamment mal au corps, ça le frustre d’autant plus. Les mots résonnent. « Jenna c’est une grande fille, faut pas s’inquiéter, blah blah », sauf que ces paroles ne font que se heurter contre le mur de lui qui ne veut rien savoir. Comment ne peut-il pas s’inquiéter? C’est pratiquement dans son mandat d’ami d’enfance. Damian pouvait aller se faire foutre. D’ailleurs, il allait tellement lui défoncer la gueule quand il le reverrait celui-là et ce serait pas de la petite querelle.

Dans son agitation, il en oublia presque les événements de la veille. Cette fille, Damian, ce groupe. Il connaissait les gangs, les petits punks à trois pokédollars qui se promènent dans les piqueries, mais qui ne sont pas bien dangereux lorsque tu comprends leur fonctionnement. Les thugs de ville qui agissent comme s’ils avaient grandi dans la pauvreté, mais qu’à la fin de la journée ils retournaient dans leur piaule de classe moyenne-élevée. Des poseurs, pour la plupart. Il avait l’œil pour ça. Sentir le mensonge, le fake. Il savait reconnaître les losers, les vrais. Il en fallait un pour en reconnaître un autre. Il se laissa tomber sur le lit du couple, épuisé de faire les cent pas dans la chambre pour faire passer l’anxiété. Le regard rivé sur le plafond de stuc plus jaune que blanc. Des formes qu’il constatait dans l’hétérogénéité de la surface, qui ne firent guère partir l’angoisse latente. « Tu t’en fais pour rien, Edwin. Tu devrais te trouver une copine, ça t’occuperait l’esprit. Mêle-toi de tes affaires. » Un soupir profond et caverneux s’échappa suite à ces phrases en écho dans sa tête. Peut-être qu’ils avaient raison, mais ils étaient encore plus bêtes que lui s’ils pensaient le changer en un instant. D’un geste mou, il ramena sa main vers son visage, vérifiant l’étendue des dégâts. Tiens, il n’avait pas revu Buddy depuis son combat hier! Il fit sortir le Rattata de sa Pokéball, celui-ci émergeant de son sommeil, couché sur le torse de son dresseur.

«J’te dérange? T’sais que tu m’as surpris hier soir? J’m’attendais pas à ça. T’es un sacré costaud, mine de rien. On a gagné plein de fric, t’inquiètes pas qu’on va célébrer cette victoire comme il faut.»

Il posa son doigt sous le menton du rattata en entreprit de le gratouiller, celui-ci fermant les yeux de contentement. Puis ses doigts se faufilaient dans le pelage court de ce dernier alors qu’il se recouchait sur son dresseur, appréciant le geste.

«J’me suis battu aussi, sauf que j’ai moins bien réussi que toi on dirait. Finalement, c’était tous des connards. C’est pas évident de se faire prendre au sérieux parfois. Tu dois savoir de quoi je parle. On nous regarde de haut, parce qu’on a l’air de rien ou qu’on est trop différent. Mais ça fait pas tout, oh noon…»

Un bâillement s’échappa, la fatigue le rattrapait. Pouvoir parler à quelqu’un lui avait fait plus de bien qu’il ne l’aurait cru.

«…On va leur montrer. Toi…et moi..»

Ses yeux fermèrent, il n’avait plus envie de parler. Il s’endormit quelques instants plus tard, sous la supervision de son Rattata qui, contrairement à lui, ne faisait que reposer ses yeux. Du moins, c’est ce qu’il aurait dit.


Avatar secret ;)):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 22/06/2016
Messages : 86

Région : Kantô
Mar 17 Avr - 4:13
Le crissement de la porte le fit sortir de son sommeil. Un sursaut sans gloire, accompagné d’une recherche de repères vaine, qui se résorbe tranquillement au fur et à mesure que ses sens s’éveillent. Il fixe la porte et leurs regards se croisent. Ce qui devait être de la crainte se change doucement, presque naturellement, en un sourire rassurant. Elle avait l’habitude, Jenna. Depuis toujours. Sa présence presque maternelle et bienveillante. Edwin ne le remarque pas. Enfin, pas spécialement. C’est si profondément incrusté en lui, ce sourire.
Était-ce vraiment un sourire?

«Tu t’en vas où?» marmonne-t-il, chassant le sommeil. Buddy s’éveille, saute de sur son torse pour s'installer un peu plus loin.

«Désolé, je ne voulais pas te réveiller.» Répond-elle.

Le ton est doux, mais il y a un sentiment d’urgence. La situation est malaisante pour elle. Elle ne souhaite pas faire durer le tout plus longtemps, du moins pas jusqu’à ce qu’il le réalise aussi. Elle les a vus les messages. Elle l’a vu, son visage. Mais Jenna n’aime pas la confrontation. Elle se sauve, plutôt.

«Tu ne nous attends pas? Lucas est parti te chercher avec l’autre.» Il se redresse, une plainte sourde s’échappant alors qu’il s’exécute.

«Ah. Non, c’est bon. Je les ai avertis. Je voulais prendre de l’avance, vers Argenta. Repose-toi, d’accord? On va se rejoindre là-bas, de toute façon.»

«T’es partie avec qui, hier?» Son regard croise le sien. Il y a quelque chose d’inquiet.

«Edwin… Je vais bien, d’accord? Je suis une grande fille, je suis capable de gérer ma vie.»

Sauf qu’Edwin ne comprend pas. C’est en partie de la fierté mal placée, un côté protecteur un peu intrusif par moments. Elle ne pouvait pas le blâmer, ça faisait partie de lui, ça avait grandi avec lui.

«Tu peux juste me dire son nom? C’est pas comme si j’allais faire quoi que ce soit dans cet état. Peut-être que t’es gênée?»

Elle ne voulait pas lui mentir. Sauf qu’elle ne voulait pas avoir à prendre le blâme de quelque chose dont elle n’était pas coupable. Elle le connaissait. Si bien qu’elle se savait dans une impasse. Elle voulait partir. Son sourire se dissipe tandis qu’elle tente de se défaire de son regard. Elle ne répond pas et il comprend. Il en ferait à sa tête, encore. Il voulait protéger, mais ne savait pas écouter.

«Est-ce qu’il est dehors?»

«Edwin…»

Il n’avait pas besoin d’en entendre plus. Il bondit du lit, s’avance vers la porte d’entrée, une lueur de colère dans son regard, le visage crispé. Comment ne pouvait-il pas avoir envie de lui arracher la tête? Il lui a cassé la gueule avant de coucher avec sa meilleure amie. Comment ne pas voir cela comme une provocation? Comment, mais COMMENT pouvait-il ne pas répondre alors qu’il avait ajouté l’insulte à l’injure?

Elle s’interpose entre lui et la sortie, l’accueille dans ses bras. Il est brusque, mais il ne la frapperait pas. Il ne l’avait jamais fait. Par l’ouverture, il ne voit rien. Personne.

« J’peux pas, Jenna. J’peux pas te laisser faire ça. T’as vu…T’as regardé dans quel état je suis? Je vais pas… me laisser faire. Je m’en fous si tu comprends pas.»

Il s’énerve au fur et à mesure qu’il parle. Ça lui démange, maintenant. Où est-il?

«Pourquoi… tout doit toujours être à propos de toi? Ça t’arrives de te dire… que… je sais pas. Que nous aussi on a des besoins, des envies et des sentiments? Qu’on a pas à agir en fonction d’Edwin? Je sais pas… à quoi tu pensais quand tu t’es embarqué dans… tout ça? On est pas tous là pour les mêmes raisons. S’il te plaît, laisse-nous respirer un peu.»

Il baisse la tête vers elle. Son interposition se changea en une étreinte. L'espace d'un instant, la pression chuta entièrement. Il avait fait une gaffe. Instinctivement, il vint serrer les manches de son chandail dans ses mains, comme d'un gamin qui voudrait retenir quelqu'un. Il était en train de la perdre. Il n'a pas besoin de comprendre pourquoi, il sait juste qu'il ne veut pas que ça arrive. Il y a quelque chose dans ce geste, peut-être de la vulnérabilité insoupçonnée. Ces moments sont rares et même Jenna avait de la difficulté à tenir bon face à ça. Des larmes coulent, il le sent sur son épaule. Jenna pleure silencieusement, c’est son genre. Son cœur se resserre.

«Reste, s’il te plaît.» C’est presque une plainte. La colère s’est transformée en crainte.

Mais elle passe la porte.

«On se revoit à Argenta, d’accord?» Même dans un sanglot, Jenna arrive à sourire. Elle est incroyable.

Et la porte se referme. Et tout à coup, il se sent mal. Car ce qu’il croyait acquis s’évapore dans l’atmosphère. Edwin…Edwin n’aime pas vraiment être seul. C’est peut-être la raison pour laquelle il est aussi invasif. Il se retourne vers la chambre vide. Seul. Buddy se redresse sur ses pattes arrière, attirant son attention. Non, il n’est pas seul. Ça le soulage énormément, d’ailleurs.


Avatar secret ;)):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» [Les Royaumes Elfiques] Modélisme
» Bienvenue à notre nouvelle modératrice
» Sites de modélisme
» [Modélisme] Troll d'Isengard.
» Modélisme sur TF1...

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kantô - 1E G E N :: Jadielle-