AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» [One shot] Ceci est un mémo pour se souvenir des disparus.


avatar
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 26/09/2015
Messages : 522

Région : Johto
Jeu 18 Jan - 6:53
Avec le recul, l’air salin de Carmin-sur-Mer ne lui plaisait pas du tout. Il lui piquait le nez, éveillait quelconques rhumatismes qui semblaient toujours l’attendre quand il rendait visite à ses parents. Peut-être était-ce la nostalgie qui en était la cause? Il ne saurait dire. Chaque fois qu’il venait, la pendule reculait jusqu’à la douce adolescence. Il revisitait sa chambre après quatre longues années cette fois-ci. Il avait…été occupé, disons. Avec lui-même, majoritairement. Rien n’avait changé, pourtant. Il y avait ses trophées. À l’époque, c’était surtout pour des concours académiques. Spelling bee, entre autres. Ses parents le forçaient toujours à s’habiller propre durant ces concours. Chemise et nœud papillon. À bien y penser, son dégoût pour les vêtements un peu trop formels datait sans doute de cette époque. Mais puisqu’il passait à la télé, il devait bien paraître. À côté, des trophées un peu plus impressionnants, déjà. Des compétitions nationales, lors de son passage à l’académie. Des réussites immortalisées à jamais. Il en saisit un qui s’avérait être un peu plus pesant que dans ses souvenirs. Il se tourne pour le montrer.

«Je t’avais bien dit que j’étais allé à l’académie. Tu m’as peut-être même vu à la télé, en plus.»
Billie semblait plutôt intéressée par la photographie représentant un jeune Adam vêtu d’un habit de marin.
«Je ne m’en souviens pas, mais si j’avais vu ça par contre! T’as vu comment t’étais trop mignon, ahah!»
«Ouais, les racailles comme toi traînaient dans la rue de toute façon à cet âge, hein?»
Elle se tourne vers lui, plisse les yeux.
«Tu peux bien parler.»
Elle finissait de prendre la photo en photo, l’envoyant à tout le monde. Elle regarde l’étagère, un élément du décor détonnant du reste. Une Pokéball, apparemment vide, reposait sur le bois du plancher, à côté de son bureau de travail. Elle avait sans doute roulé avant de tomber au sol.
«Et ça, ça sert à quoi?»
Adam baissa la tête et eut frisson lorsqu’il vit l’objet en question. Qu’est-ce que ça faisait là, ça? Il était pourtant sûr de l’avoir jeté. Il la reconnaissait, l’image gravée dans sa mémoire au fer blanc. Il reconnaissait l’encoche sur le côté qu’il avait lui-même créée en fracassant la Pokéball contre le sol, dans un accès de beaucoup trop d’émotions violentes. D’une main hésitante, il saisit la sphère et l’observe, longuement, dans un silence presque religieux. Avec tout autant d’hésitation il ouvre la bouche pour parler, se frottant nerveusement le sourcil droit de son pouce libre, cherchant ses mots.

«C’est…à, hum. Un ami. C’est une des raisons pourquoi je suis revenu ici.»
Après quatre ans.

***
Billie discutait avec les parents d’Adam dans la salle à manger, accompagnée de ses parents, de son frère Noah, de l’épouse de celui-ci et de ses deux filles, l’une qui dormait dans les bras de sa mère et l’autre qui jouait avec le Krabby et Maraiste de son père. Adam, quant à lui, s’était dirigé dans le jardin, au fond à droite, tout juste à côté de la remise. C’était avec l'épouvantable impression que ses genoux se dérobaient sous son poids qu’il avançait à petits pas, s’arrêtant parfois pour soupirer profondément, notamment contre lui et son indécision. Il se parlait tout bas, dans un murmure qui ne cachait pas du tout son malaise. Heureusement que les voisins n’étaient pas dehors. De voir un adulte se parler tout seul dans sa cour à la tombée du jour, c’était à se poser des questions.

«Allez putain, t’es capable… T’es un bonhomme, tu vas y aller et tu vas lui parler.»

Il déglutit, secouant bras et jambes frénétiquement pour chasser le stress et avança d’un pas plus confiant cette fois, le nœud de son estomac se resserrant à chaque pas et il arriva à sa destination. Suffisamment cachée pour qu’il ne puisse la voir par mégarde, une croix toute simple avait été érigée à titre commémoratif, aucun corps ne reposant réellement sous la terre. Il souffla un bon coup, tentant en vain de chasser ce stress et se trouva immédiatement stupide d’être incapable de dire quoi que ce soit. Après quatre ans.

«Oh lala, pourquoi c’est si compliqué. Je pensais être prêt. Ok, je recommence.»

Son hésitation s’accentuait chaque seconde, il se donnait même de petits élans, mais à chaque fois les mots se heurtaient contre sa gorge resserrée et rien ne sortait. Il ferma les yeux serra les poings et inspira. Pour ensuite expirer. Une autre fois, c’était pour la postérité. Il ouvrit les yeux et fixa la croix, un regard faussement déterminé.
«Salut.»

Tout à coup, la tension retombait. Si drastiquement, qu’il crut en perdre l’équilibre. Briser la glace était l’étape la plus difficile, n’est-ce pas? Comment on s’adressait à son plus vieil ami avec qui on a coupé les ponts pendant presque une demi-décennie? Il n’y avait aucun guide sur Google, il avait cherché. Il prit le temps de s’installer au sol, en tailleur et déposa la pokéball juste devant la croix. C’était plus officiel comme ça, pensait-il.
«Çaaa fait un moment, n’est-ce pas? Quatre ans et quelques mois. On croit que c’est plus facile. Ils nous font tous chier en disant que le temps…ben qu’il arrange les choses. On va se le dire, entre nous deux, c’est des grosses conneries tout ça, hein? On dirait que j’hésitais de plus en plus. J’avais peur que tu sois fâché. Est-ce que tu es fâché? T’as le droit… Mais pas trop non plus, s’te plaît. Je…ahah…Je sais vraiment pas quoi dire. Désolé.»

Il se mordait la lèvre inférieure, ses jambes agitées pour un espoir futile de faire avancer les mots. Ceux qu’il devait dire, ceux qu’il devrait dire. Il agrippait le gazon nerveusement, arrachant les brins d’herbe un à un pour faire passer le stress. Dans un seul souffle, il laissa s’écouler les mots comme s’il venait d’ouvrir une valve, son cœur se déversant par sa bouche.
« J’ai pensé pouvoir faire sans. Sauf que c’est pas cool pour toi. Même si t’es plus là. Si t’es un esprit, tu l’as sûrement vu, donc peut-être que tu comprends, mais ça a pas été facile. Ça a été dur, parce que j’ai jamais été comme ça avant. Quand t’es prisonnier d’un truc que tu connais pas, c’est pas évident d’en sortir. Tout seul j’y serais pas arrivé. Après…ben…j’me suis dit que je devais arrêter de tout remettre à plus tard. Surtout ce moment…Parce que…parce que…hmmm…Parce que j’ai commencé à oublier à quoi tu ressemblais…et…et le son de ta voix et…»

Sa voix se cassait au fur et à mesure qu’il terminait sa phrase et dut marquer une pause, accusant un soubresaut qui lui parcourait le corps. Il se racla la gorge, chassant le trémolo qui s’y trouvait et essuya une larme dans son œil droit du revers de la main. Il rit un peu, honteux.
«Raaaah, je m’étais promis de pas pleurer ici. Tu vois ça, c’est à cause de toi, salaud…»

Et il rit avec un peu plus de franchise, cette fois-ci.
« Après que tu sois parti, j’ai essayé d’être une bonne personne. J’ai compris c’était quoi de perdre quelqu’un qui compte plus à nos yeux que…soi-même. J’ai compris que ce que j’avais fait était mal. Peut-être que tu sais pas de quoi je parle et si c’est le cas, j’aimerais mieux pas te l’expliquer pour pas gâcher l’image que t’as de moi. Je me suis excusé à beaucoup de personnes. Les mêmes qu’on battait toujours ensemble. Sauf qu’ils…en ont profité pour se venger. Et ça m’a fait encore plus mal. Sur le coup j’ai même pensé qu’on se verrait plus tôt que prévu. Sauf que je sais aussi que t’aurais pas aimé ça…et que t’aurais été fâché pour vrai.»

Il essuya son nez qui coulait un peu –c’était l’air salin, sans aucun doute-. Plus il parlait, plus il se sentait mieux. Comme si un poids s’effaçait de sur ses épaules.
«J’ai rencontré quelqu’un…que j’aime beaucoup. Sauf que va pas lui dire sinon elle va s’enfler la tête. Elle m’a aidé, beaucoup. Très beaucoup. J’ai compris avec elle qu’on ne change pas qui on est avec seulement des beaux mots et des bonnes intentions. Ces personnes, ils ont tout prix ce qui me restait. J’ai décidé de continuer là où j’en étais resté après ta mort. Parce que c’est ce que je veux faire de ma vie. Sauf que je vais avoir besoin de toi pour me guider quand ça devient dur. Je ne veux plus t’oublier. Et tu sais ce qu’on fera des ces idiots qui ont souillé ta mémoire? On va leur faire peur. On va les mettre à genoux et on va rire d’eux. Parce que c’est comme ça qu’on faisait, tu te souviens? On va leur montrer qu’on vaut quelque chose et qu’on n’achète pas le talent.»

Il souriait à la pokéball, de toutes ses dents, mais ses yeux se remplissaient d’eau en même temps. Il se rendait compte à quel point il lui manquait. Comment il aimerait l’avoir à ses côtés et le prendre dans ses bras. De lui, il ne lui restait qu’un souvenir dont il était le curateur et d’une pokéball, son seul héritage.
« Je…je suis venu ici pour te demander pardon d’avoir mis autant de temps. Je m’en veux énormément et je pense que j’aurai pas assez de cette vie pour m’excuser…tu vas en entendre encore parler quand on se reverra, ahah… Sinon, je n’ai plus de nouvelle des autres. Ils font leur vie maintenant, je ne pouvais pas les retenir davantage. Peut-être qu’ils ont des enfants, eux aussi. T’as vu, j’ai même deux nièces, maintenant. Il s’en passe des choses en quatre ans…pas vrai mon ami?»

Les larmes roulaient sur ses joues, mais il les laissait faire. Il se sentait si bien. Libéré d’un poids, il ne savait même pas si c’était des larmes de joie ou de tristesse. Il fouilla à sa ceinture, la vue embrouillée.
«J’ai des gens…à…à te présenter, aussi. Je crois que tu te serais bien entendu avec eux, si tu avais été avec nous. Attends de les voir.»

Il appela ses pokémons, les trois sortirent de leur pokéball en un instant. D’abord curieux, ils s’inquiétèrent assez vite de voir leur dresseur dans cet état.
«Winston, Zuko, Tesla…J’ai quelqu’un de très cher à vous présenter.» Il indiqua la pokéball de sa main. «Je vous présente Klaus, un vieil ami à moi qui…est parti il y a un moment. Klaus, je te présente mes nouveaux partenaires. J’ai aucun doute qu’ils deviendront encore plus forts que tu ne l’étais.»

Winston, perché sur son épaule, mâchouillait l’oreille de son dresseur. Un signe d’affection, sans aucun doute. Tesla, d’habitude une vraie boule d’énergie, se concentrait à essuyer les larmes d’Adam avec ses oreilles qu’elle utilisait comme un mouchoir, les tenant entre ses pattes. Zuko, fidèle à ses habitudes, gesticulait devant la pokéball avec une série de mouvements volés à Elvis Presley. Sa façon de le saluer. Il attrapa les trois dans un câlin de groupe, se trouvant extrêmement chanceux d’avoir ces trois Pokémon dans sa vie. Il les rappela dans leur pokéball et saisit celle au sol avant de se relever, fixant la croix.
«Je vais venir plus souvent, je te le promets. D’ici là, d’où tu es, tu peux me regarder, parce que je peux aussi te promettre que les choses vont redevenir intéressantes. Je sais où je vais et je te promets sur ma vie que je ne quitterai pas avant d’avoir été premier. Je vous le dois bien et je me le dois aussi. À la prochaine, mon vieux.»

Il n'y aura pas d'adieu. Dire adieu, c'était admettre qu'on passait à autre chose, qu'on commençait à oublier. Il ne voulait pas oublier.

Il quitta le jardin, tenant la pokéball fermement dans sa main. Un chapitre venait de se clore, enfin. C’est épuisé, mais satisfait qu’Adam rentrât dans la maison, les yeux rouges, le nez coulant toujours un peu, armé d’un sourire qui avait cet éclat de sincérité qui lui avait si cruellement manqué d’ici là. Son corps était léger et il n’avait pas de regrets. Billie lui sourit à son tour.

«Te voilà! On discutait justement de la fois où Noah t’avait fait caca dessus dans le bain quand vous étiez petits.»

Peut-être un regret, finalement. Elle ne lui dirait que plus tard, mais elle pouvait déjà voir à quel ces retrouvailles avaient été libératrices pour lui. Le goût de vivre, c’est assez doux quand on y pense.

Promis sur ma tombe
Je mourrai premier sur le trône

Promis sur ma tombe...
Promis...


La collection:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» quelques imageries pour ce souvenir......
» A ma fille disparue...
» lucifer † je ne bois pas pour oublier, je bois pour me souvenir
» Les Livres des Vies (Et autres histoires)
» Ecrire pour le souvenir (Demande Fermée)

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Doublonville-