AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

Aller à la page : Précédent  1, 2
 
» Grabuge au mont Sélénite


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 09/08/2014
Messages : 2768

Région : Kanto
Mar 10 Avr - 13:22
Pendant un bref instant, tu avais eu peur que la situation ne t'échappe encore. Si tu avais bien horreur d'une chose, c'est d'être comme un bateau en pleine tempête : tu dérivais sans pouvoir rien contrôler, obliger d'attendre que tout se calme. Tu avais été surprise que malgré la méga-évolution d'Azurin, celui ci avait un peu de mal à retourner son adversaire. Tu en pris un coup à ta fierté, mais tu laissas cela de côté. Si tu commençais à te mettre en danger pour juste montrer que tu avais ta place dans ce groupe, tu allais finir par te blesser, ce qui te donnerait une meilleure raison d'en prendre un coup a ton égo. Heureusement pour toi, le Métalosse de Jill utilise une technique que tu n'aurais surement jamais pensée : immobiliser son adversaire. Tu avais toujours tendance à foncer dans le tas, fidèle a ta personnalité impulsive et énergique. Mais la tu devais reconnaitre que ca te coinçait. Quand tu programmais, tu arrivais à réfléchir a comment faire plus bloquer les gens pour qu'ils ne hack pas tes logiciels. Mais sur le terrain, tu manquais cruellement d'expérience et ca t'agaçait.

Du coin de l'œil, tu vois que Daniel part en direction de Dan pour lui donner un coup de main. Une fois le pokémon et le Rocket attrapé, tu prends le temps de remercier Azurin, le félicitant, avant de lui dire de se reposer. Tu aurais surement encore besoin de lui. En attendant, tu avais bien du mal à retrouver ton souffle dans cette fournaise et le manque d'oxygène. A défaut d'avoir la force brute, tu affichas quand même un demi-sourire alors qu'une idée te traverse la tête. Tu prends une autre pokéball et c'est un pokémon bien plus petit qui apparait : Givrali.

- Tu peux rafraichir un peu l'endroit ? Pas la peine de nous congeler non plus hein, dose bien !

Elle hoche la tête, sensible à ton humour alors qu'une légère brise rafraichissante balaye l'endroit. Tout de suite, tu te sens bien mieux, ce qui te donne une petite hausse au moral. Tu écoute les avis de Jill et Worick, avant de toi même y songer. Mettre un seul homme pour nous ralentir, c'était quand même bien faible, malgré le fait que son pokémon avait été bien chiant tu devais le reconnaitre.

- On a toujours l'effet de surprise sur notre effectif et nos organisations. Je pense qu'ils s'attendent d'avantage à des agents qu'a des rangers et des scientifiques. De plus en laissant qu'un seul homme, il ne voulait pas prendre le risque qu'une plus grande équipe se fasse arrêter. S'ils ne veulent pas se séparer, ils ne sont peut être pas aussi nombreux qu'on le pense.

Tu pensais un peu tout haut, sans réellement être sûre de ce que tu avançais. Mais ca te semblait être le plus logique à tes yeux. Tu passas à côté de Worick et posa un instant ta main sur son épaule. Il était inquiet tu le savais. Il fallait à tout prix que votre couverture soit intacte et c'était prendre un risque concidérable de laisser Dan s'occuper de l'interrogatoire. Mais vous s'aviez tout les trois que c'était la manière la plus rapide pour retrouver les scientifiques et le reste de la team Rocket en un minimum de temps.
Pour finalement, Worick libéra Nox. Tu le saluas d'un petit geste discret avant que celui ci ne disparaisse. Tu feras un instant les yeux, peu désireuse de voir ca, alors que tu savais que ca n'allait normalement pas durer très longtemps. Ton ami essaya de s'excuser pour tout cela et tu devais reconnaitre que vu de l'extérieur, ca pouvait sembler un peu bizarre que deux scientifiques avaient un majordome aussi... spécial.

- C'est Dan qui s'occupe d'une grande partie de la sécurité du Manoir, pour protéger nos travaux. On a déjà eu des voleurs en tout genre et il c'est toujours montrer d'une très grande efficacité.

Une déformation de la vérité rien de plus. Généralement ce n'était pas pour vos travaux qu'on s'intéressait au Manoir Brown, mais ca restait toujours une très bonne couverture. Tu affichais ton air le plus désolé possible, en attendant que l'homme finisse par parler.

HRP:
 



:facepalm::
 


Cliquez pour plus d'information sur le W.A.dex!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 2585

Région : Kalos
Lun 23 Avr - 10:37
Le sbire capturé est traîné dans le couloir où nous sommes à l'écart. Tout le monde spécule. Il est étrange en effet de penser qu'une seule personne ait été laissé derrière pour assurer la sécurité – ou prévenir la vigilance – de tous les autres. Un groupe organisé ne peut pas être aussi désorganisé. Il se peut que cela laisse présager d'autres mauvais signes. Sont-ils si confiants ? Ont-ils des otages ou des moyens de pression importants ? Quoiqu'il en soit, les choses sont plus sérieuses que prévue ; rien ne justifie la présence de civils sur les lieux. Or Arya et Worick sont scientifiques et nous ne sommes pas flics. Je jette un regard en direction de mon collègue qui aussitôt avise au plus vite alors que le sbire s'énerve et que le collègue de Worick se dirige vers l'interrogatoire musclé.

Daniel sort une corde de son sac de ranger bien équipé et ligote le gus qui continue de s'agiter alors qu'il est bien entouré. Le garde, à priori, de Worick demande à mon collègue de bien vouloir le laisser faire. Son air sérieux et son agilité lors de la capture du sbire le convainc d'une chose : ce type semble bien plus polyvalent que ce qu'il veut bien admettre.

Pour autant, il ne s'agit nullement de débattre ; le ranger accepte rapidement de le laisser faire car lui-même a de quoi s'occuper. Il laisse Worick se reculer pour se mettre légèrement à l'écart pendant qu'Arya appelle un spécimen que je n'avais encore jamais vu. Le Givrali n'eut besoin que de quelques secondes pour rafraîchir l'atmosphère brûlante. Nous respirons désormais bien mieux et les températures reviennent progressivement à la normale. Le Carchacrock dort dans sa pokeball désormais au fond de mon sac. On remercie la scientifique et on s'isole légèrement pour discuter. Mon collègue jette des coups d’œils en direction de Worick sans cesse par-dessus son épaule. Il décide de prévenir Bill, l'homme qui nous a contacté, qu'il appelle ainsi les agents. Ces derniers se tiennent prêts : mieux vaut leur communiquer les informations. Avant de repartir, il nous a laissé un téléphone satellite.

Alors qu'on se décide à l'utiliser, nos regards sont attirés vers le petit groupe ; un pokemon, bipède, assez grand et avec une grosse fourrure, est apparu aux côtés de Worick.
Visiblement l'interrogatoire a changé de nature le temps de notre petite discussion. Surprise, je reste néanmoins calme et silence, Daniel également, jusqu'à ce que la scientifique ne vienne vers nous.


C'est Dan qui s'occupe d'une grande partie de la sécurité du Manoir, pour protéger nos travaux. On a déjà eu des voleurs en tout genre et il c'est toujours montrer d'une très grande efficacité.

On dirait bien. Ce pokemon, qu'est-ce qu'il fait... ?

J'eus très vite la réponse : il disparaissait, à l’œil nu.

D'un coup, je ne l'apercevais plus nulle part. Puis l'atmosphère changea de nouveau mais cela n'avait rien à voir avec la brise fraiche et agréable du Givrali. C'était plus épais, plus sombre, légèrement dérangeant. Un instant plus tard le super garde de sécurité des scientifiques brillait d'une aura étrange. J'assistais donc à la communion entre l'esprit humain et les pouvoirs psychiques des pokemons. Si tant est qu'il ne s'agisse pas aussi d'attaques ténèbres. Ce mystérieux pokemon semblait plein de ressources. Il y avait de quoi être impressionné, à juste titre. Un pokemon qui parle, l'autre qui disparaît et prend possession d'un homme ; les scientifiques du WA sont fort bien entourés. Mon collègue s'étonne moins ; il a déjà vu à l’œuvre un Zoroark, jamais néanmoins de cette couleur-ci.

En pleine action, je ne reconnais pas les souffrances caractéristiques d'une possession ; le dénommé Dan ne semble pas même dérangé par l'exercice. Il y est visiblement déjà coutumier. Il est évident que protéger leurs travaux reste leur priorité, mais est-ce bien normal que cet agent soit très à l'aise alors qu'il se fait posséder par le pokemon d'un autre ? Je sens bien qu'il n'est pas temps de s'alarmer ou de douter et qu'il ne s'agit nullement de nos affaires, mais tout cela reste intriguant.

Mon collègue réagit alors que l'expérience tourne à mal vers la fin : le sbire finit par supplier en pleurant que l'on cesse la torture.


Pas la peine de le faire chialer, il a déjà donné les infos qu'on voulait. On arrête là l'interrogatoire, c'est suffisant.

Je m'accroupis pour voir comment il va : le regard fuyant, je me demande ce qu'il a vu pour avoir une frousse pareille. Il regarde dans toutes les directions comme un ponchiot apeuré et réprime quelques sanglots avec difficulté.

Bien que l'attaque du pokemon de Worick semblait être maîtrisée, la dose en avait eu un effet trop négatif à mes yeux. Pour mon collègue comme pour moi il n'était pas question de maltraiter les adversaires ; auquel cas nous agirions alors de la même manière qu'eux.


Mon collègue et moi on va prévenir le ranger qui nous a amenés ici, lui transmettre les infos et attendre ses consignes. Si ce que dit le sbire est vrai, on a rien à faire ici.

Je faisais référence à ce qu'avait dit le sbire capturé ; il y avait tout de même une petite vingtaine de gus obéissant tous au même patron, un lieutenant au sein de la tristement célèbre Team Rocket. Autant dire que s'ils n'avaient certes pas d'armes à feu (néanmoins supposé), ils n'en restaient pas moins dangereux et probablement accompagnés de pokemons plus violents et redoutables qu'un Carchacrock en pétard. Un sommet à atteindre.

De plus leur campement avait l'avantage d'être mobile ; des Mackogneurs en nombre (huit) s'occupait de tout déplacer sans ciller. Ils étaient bel et bien là pour les fossiles et avaient dérobé le matériel des scientifiques trouvés sur leur route ainsi que le butin qu'ils étaient parvenu à déterrer après quatre longues et pénibles semaines d'extraction.

Rien ne nous semblait assez justifié pour entraîner des civils là-dedans ; mon collègue comme moi espérions avoir la permission d'assister les agents mais vraisemblablement la sécurité des scientifiques resterait prioritaire. Daniel se détourna du groupe pour passer son coup de fil, résolu.

Une fois fait, nous avions tous eu une consigne claire : les agents déployés dans les environs avaient déjà entamés leur progression vers notre position. Ils empruntaient le même chemin que nous et devaient rééquilibrer nos forces ; quoique mon collègue ajouta que nous serions priés au passage de nous diriger vers la sortie.



actions hors rp :
apprentissage de CT
ct aile d'acier > nostenfer
ct vibroscur > nostenfer


rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 31/07/2015
Messages : 2020

Région : Kantô
Mer 16 Mai - 10:47
Force était de constater que Dan n’avait nullement perdu la main et avait su faire une démonstration de son plein potentiel même au beau milieu du mont Sélénite. Le sbire avait même fondu en larme sous le regard nonchalant de Worick, qui ne connaissait que trop bien la vermine qui peuplait la team Rocket pour pouvoir ressentir la moindre compassion. C’était plutôt pour lui et son acolyte qu’il avait peur en réalité. Peu de gens non reliés à la pègre de prêt ou de loin avaient finalement eu l’occasion d’observer Dan sous ce jour, et les rares personnes qui finissaient pas avoir la moindre suspicion quant à l’identité du rouquin et de son bras droit recevaient bien souvent un chèque et quelques menaces pour acheter leur silence. Or, Jill ne semblait pas être facilement corruptible et le rouquin ne souhaitait nullement l’intimider si son esprit venait à percer le secret du scientifique. Il avait combattu contre elle et avait pu observer ses qualités de dresseuse comme de ranger : il avait du respect pour elle. Quant à Daniel, ce n’était même pas la peine d’y penser. Celui-ci semblait tellement droit dans ses bottes que le jeune homme se demandait presque s’il n’était finalement pas agent sur son temps libre. Il s’était d’ailleurs montré terriblement suspicieux à l’égard du scientifique, bien trop à son gout d’ailleurs. Que pouvait-il bien avoir à tant lorgner sur le rouquin ? Ils étaient de toute évidence dans le même camp puisque leur but commun était de venir en aide aux scientifiques.

Bien que la situation le mette dans une position inconfortable, Worick n’avait rien laissé paraitre, alors qu’il afficha simplement un sourire confiant en guise de masque. Lorsque Daniel demanda à Dan de laisser le sbire tranquille alors que celui-ci ressemblait maintenant plus à un ponchien apeuré, l’homme de main lança un regard par-dessus son épaule dans la direction du leader de la famille Brown. Pour toute réponse, ce dernier lui répondit d’un hochement de tête, lui intimant ainsi de lacher le pauvre homme pour ne pas éveiller plus de soupçons que ce n’était déjà le cas. Le petit spectacle donné par Nox, le Zoroark Chromatique, s’était avéré particulièrement efficace au plus grand plaisir de son dresseur. S’il n’avait pas eu le plaisir de rencontrer ce compagnon suffisamment tôt pour le voir grandir, il avait trouvé en lui un camarade étonnement sympathique, instruit, et bougrement efficace. Il maitrisait parfaitement l’art de l’illusion et avait fait ses preuves auprès de son dresseur à de multiples reprises. Disparition, changement d’apparence, de paysage, les subterfuges qu’il mettait au point finissait toujours par faire leur petit effet, du moins auprès de ceux qui n’étaient pas habitués à ce genre de tour de passe-passe. Etant donnée que la petite expérience prenait fin, toute l’ambiance lugubre qui se dégageait de la fameuse aura avait disparue, alors que Nox apparaissait de nouveau aux cotés de son dresseur, comme sortit de la pénombre.

Quoi qu’il en soit, l’interrogatoire aussi musclé soit-il avait porté ses fruits : Le sbire était passé aux aveux. Toutefois, ses dires n’avaient rien d’engageant pour les pauvres scientifiques qui faisaient maintenant offices d’otages. Une vingtaine d’hommes, des Mackogneurs pour déplacer le camp ? Voilà une organisation rondement menée qui laissait présager que ce plan avait été préparé aux petits oignons. Et alors que Daniel revenait justement d’un coup de fil leur indiquant que les agents étaient en marche et que la petite équipe en vigueur devrait quitter les lieux, Worick ne pouvait être plus partagé. S’en aller, c’était s’assurer qu’ils ne divulguent plus aucun indice concernant son identité au sein de Céladopole, c’était sans doute la décision la plus sage à prendre. Toutefois, il y avait un lieutenant de la team rocket dans les parages. Avec tant d’hommes et de moyens mis en œuvre, cette opération avait du prendre un certains temps, et devait avoir un certain cout. Bien évidemment, le jeu en valait clairement la chandelle étant donné qu’ils pourraient sans doute s’en sortir avec du matériel de pointe et des fossiles à réanimer et à exploiter. Il était inconcevable qu’ils puissent s’en tirer, et au vue des agents qu’il fréquentait à Céladopole, plus ripoux ou feignant les uns que les autres, le rouquin n’aimait pas tellement l’idée que la police reprenne les rennes de cette affaire. Comme d’habitude, la team rocket allait encore leur filer dans les doigts, et même si les otages finissaient sains et sauf, les rocket sortiraient vainqueurs. Bien évidemment, avec son statut de scientifique il n’avait rien à faire ici. Cependant, il y avait un véritable coup à jouer. La team rocket était une véritable plaie pour la pègre : Tantôt alliés par dépit, tantôt ennemis, ils étaient toujours là pour saboter un marché fleurissant, faire disparaitre un informateur important, ou ruiner des négociations importantes. De toute évidence, Giovanni n’avait jamais digéré la façon dont la famille Aziaro avait éjecté ses hommes du casino et des autres infrastructures importante de la ville il y a des années maintenant. Si Worick pouvait ainsi se permettre de porter un sale coup aux sbires tout en sauvant la peau de ses confrères scientifiques, il n’y avait pas vraiment de meilleure occasion qu’aujourd’hui.

« Est-il vraiment nécessaire que nous nous retirions ? On ne sait pas combien de temps les autorités compétentes mettrons pour arriver jusqu’ici, et plusieurs de mes confrères sont en danger. Ce pourrait être ma collègue ou moi même à leur place. Chaque minute qui passe peut leur être fatale si la situation venait à dégénérer, et de toute évidence il est impensable que la team Rocket puisse s’en tirer avec un matériel de pointe comme celui qu’ils ont actuellement entre leurs mains. A long terme, les conséquences pourraient être désastreuses. N’y a-t-il rien que nous puissions faire pour essayer de les ralentir ? Il semble inconcevable de les affronter de face, j’en suis bien conscient : Ils sont trop nombreux, possèdes sans doute des Pokémons à la puissance de frappe démesurée, et nous n’avons aucune certitude qu’aucun d’eux n’est véritablement armé, ce n’est qu’une supposition que nous pouvons faire grâce au témoignage de notre cher otage. Quoi qu’il en soit, nous pourrions peut être leur tendre un piège ou réaliser quelque chose pour faciliter la mission des forces de l’ordr… ? »


Alors qu’il allait terminer sa plaidoirie pour prolonger la mission, Worick s’arrête net. Un étrange grondement le coupe dans son élan. Ce bruit, le rouquin le reconnaitrait entre milles : des Grolems. Ceux-ci approchent à grands pas dans la direction du groupe. Enfin à grand pas, façon de parler, étant donné qu’ils se déplacent bien plus vite à l’aide de roulades. Il ne suffit que de quelques instants ; laissant simplement au scientifique le temps d’ouvrir la Pokéball de Pride ; pour que les Pokémons se retrouvent face au groupe, visiblement agacés de nous trouver là. Le fait qu’ils aient pu nous retrouver n’a rien de vraiment étonnant au vue du boucan causé par le combat contre le sbire.

« Je pense qu’ils n’ont pas apprécié le fait que nous nous trouvions sur leur territoire… Si vous avez une solution pour contrôler un tel groupe d’hôte sans les brutaliser, amis rangers, je suis totalement prêt à suivre votre plan. »

Les Grolems étaient au nombre de quatre, et un Mélodelfe venait même de faire son apparition derrière eux. Quelle plaie. Lust ne réussirait pas à endormir autant de Pokémon en un coup, et Nox quant à lui, ne pourrait sans doute pas recréer d’illusion aussi saisissante que la première avant d’avoir fait une petite pause : l’exercice lui demandait beaucoup de concentration. Pride, quant à lui, feulait en direction de ses adversaires en guise d’intimidation. Le souci étant toujours que si l’objectif était ici de ne pas brutaliser la faune, il n’était pas vraiment le compagnon idéal. Restait toujours Envy qui, attendant dans sa Pokéball, pourrait toujours chanter l’un de ses requiem, mais pas sur non plus que ce soit la solution idéale… Si les renforts pouvaient arriver au plus vite, ce ne serait pas de refus à vrai dire. Cependant, aucun agent ne semblait pointer le bout de son nez dans les parages, et l'affrontement risquait de devenir inévitable.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 09/08/2014
Messages : 2768

Région : Kanto
Sam 14 Juil - 10:29
La "mission" prenait une tournure qui ne vous était absolument pas favorable à toi et Worick, tu en avais conscience de minute en minute. Si tu avais peut être endormi les doutes de Jill, son collègue lui semblait moins facile a berner. Pour autant, tu ne laissais rien paraitre, n'insistant surtout pas. C'est en essayant de noyer le poisson qu'on fini par rendre la chose encore plus évidente. Mais vous deviez maintenant faire fasse a un autre souci, alors que vous aviez récupérer les informations nécessaires auprès du sbire terrifié. Jill pensait maintenant que c'était trop gros pour vous et qu'il fallait mieux laisser les agents à leur métier. Mais d'un point de vue humain comme secret, tu ne pouvais tout simplement pas rester de marbre face à cette remarque, tout comme Worick qui semblait avoir pris les devants. Il se lança dans une telle tirade que tu en fus même étonné de le voir débité autant. Il semblerait presque que Worick parlait pour vous deux, si bien que tu te contentas d'hocher vivement de la tête pour appuyer ses propos. De toute manière, même si Jill et son collègue refusaient, butés comme vous étiez, vous y retournerez surement a la première seconde d'inattention des deux rangers.

Mais il semblerait que vous aviez un autre problème sur les bras pour le moment. Le remue-ménage que vous aviez causé n'a pas l'air d'être du goût des pokémon sauvages des environs. Si vous vouliez avancer, dans un sens comme dans l'autre, pas le choix, il allait falloir libérer le passage. Tu commençais à être agacée par la situation. Rien n'allait décidément !

- On n'a pas le temps de faire dans la dentelle ! On fonce dans le tas !

Face à autant de pokémon roche, en temps normal tu n'aurais eu aucune hésitation et tu aurais simplement envoyé Azurin pour réaliser un surf et règler le problème en un coup. Mais le souci, c'est que ca risquait de se retourner contre vous dans un endroit aussi clos. Finalement, une solution toute bête trouva place dans ton esprit et tu te maudis de ne pas y avoir pensé avant. Ce fut Torterra que tu appelas afin que celui ci daine la vie des pokémon sauvages.

- Méga Sangsue !

C'était à moitié pacifiste non ? Du moins c'était la solution la plus rapide et efficace que tu avais pour le moment. Même si tu ne dirais pas non à un petit coup de main pour le Melodelfe. Pas sûr que la capacité vampirique lui suffise. Mais finalement, tu te retournas vers les deux rangers, affichant toute la détermination que tu possédais sur le moment.

- Je vais vous le dire franchement : Pour moi il est hors de question de faire demi -tour. Tout le Mont Sélénite pourrait nous tomber dessus que ca n'y changerait rien. Que ce soit simplement en tant que dresseuse, il me semble de mon devoir de faire le maximum pour essayer de sauver ces scientifiques. Et si j'étais a leur place, j'espère franchement qu'on en ferait autant pour moi.


Sur ces mots, tu montas sur le dos de Torterra, bien décidé a foncer dans le tas si personne ne mettait KO ces pokémon.



:facepalm::
 


Cliquez pour plus d'information sur le W.A.dex!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 2585

Région : Kalos
Sam 21 Juil - 18:59
Evidemment, les civils refusent d’être rapatriés. L’ordre a été assez clair : évacuer les lieux pour mettre les deux scientifiques qui nous accompagnent en sécurité. Daniel me lance un regard furtif et murmure à mon oreille.

- On aura plus vite fait de les embarquer que discuter. Faut y aller tout de suite pour tenter de récupérer les otages.

La situation était relativement grave. Le temps d’attendre les autorités compétentes et il n’y aurait plus le moindre otage à secourir ; les rockets seraient déjà loin avec le butin bien à l’abri. Si la police s’intéressait surtout aux criminels et à ce qu’ils avaient volé, j’estimais que notre présence à Daniel et moi était là pour protéger les hommes comme les pokemons en danger. J’acquiesçais donc ce que mon collègue conseilla ; continuer la route. Je n’eus pas le temps de le dire que déjà Arya elle aussi refusait de faire demi-tour. Son discours têtu et sensé m’arracha un sourire.

- On continue mais restez bien sur vos gardes.

Il n’y avait rien d’autre à faire : l’air était redevenu respirable et j’avais demandé à mon Feunnec de placer le sbire que nous avions en otage sous hypnose. Etant donné qu’il serait trop encombrant de se déplacer avec lui, Daniel lui ligota pieds et poings liés et l’abandonna dans un coin de la caverne, espérant que les autorités ne tarderaient pas trop à récupérer le colis. Le Carchacrock fou dormait toujours dans sa pokeball au fond de mon sac.

Un remue-ménage, du genre tremblement de terre, nous coupa net dans notre élan alors que nous partions en file indienne vers les galeries indiquées par le sbire. Quatre Grolem, ni plus ni moins, déboulent dans notre champ de vision. Un Mélodelfe est parmi eux, ce qui m’étonne au plus haut point. Les Mélodelfe sont généralement décrits et observés avec d’autres membres de leur espèce ; pourquoi donc a-t-il crée une alliance avec ces cailloux ? Sans aucun doute pour nous péter la gueule. A priori les combats que nous avons mené ont du les déranger d’une manière ou d’une autre : vibrations, bruits, chaleur, tout y était pour faire un cocktail détonnant et perturber le calme habituel de l’endroit. Ça ou autre chose. Il se peut que les rockets présents ici ne leur aient pas fait de cadeaux. Avant même de pouvoir les hypnotiser ou simplement les repousser sans violence, Daniel et moi n’avons pas le temps d’agir qu’Arya, visiblement excédée, appelle un superbe Torterra avec nous. L’instant d’après, les Grolem se retrouvent KO au sol, incapables de se relever dans l’immédiat. Daniel et moi nous regardons sans dire un mot puis nous tournons la tête vers la jeune scientifique. Haute comme trois pommes certes mais nous notons ce jour-là qu’elle n’est pas du genre à taquiner – sans quoi gare à nos fesses. Son intervention est certes plus musclée que la nôtre mais nous ne sommes pas là pour juger les techniques de combats ou de dressage.

Notre but bien en tête, nous appelons nos pokemons pour endormir le Mélodelfe restant ; celui-ci ne peut rien faire seul et ses attaques de soutien sont inutilisables sur des coéquipiers hors d’état de nuire. Mon Feunnec lance une hypnose à ma demande, rapidement soutenue par les pouvoirs du Tartard de mon collègue. A deux, ils parviennent à envoyer la fée au pays des rêves, nous laissant enfin l’occasion de déguerpir dans les galeries.

Toujours vers le nord, qu’il a dit l’autre. Nous sommes sensés croiser le camp des rockets dans cette direction. J’ai demandé à Arya et Worick de rapatrier leurs pokemons dans leurs balls. Nous tenons à être les premiers à lancer l’assaut. Lorsque nous approchons d’un bruit insistant, nous savons que nous touchons au but. En file indienne, j’indique aux scientifiques et à leur garde du corps que nous sommes proches de l’endroit décrit par le sbire. Daniel prend le relais pour expliquer comment l’intervention peut se dérouler : bien qu’il ne soit pas enthousiaste à l’idée de les faire participer, il se rend compte que les scientifiques peuvent avoir une grande utilité ne serait-ce que pour identifier rapidement les fossiles retenus ici ainsi que les machines employées. Néanmoins, il leur interdit de foncer dans le tas.


- L’assaut frontal nous concerne ma collègue et moi. Nous ne voulons personne dans nos pattes. Servez-vous de pokemons volants si vous en avez, auquel cas, méfiez-vous et n’usez d’aucune attaque de type sol au risque de provoquer un effondrement. Nous allons faire diversion avec Jill ; il faudra profiter que leur attention soit concentrée sur nous pour vous occuper des otages. En cas de problèmes, faites brûler ceci.

Joignant le geste à la parole, il leur donne son sac dans lequel il y a des fusées de détresse prêtes à l’emploi. Il ajoute qu’ils trouveront également du matériel de soin, des pokeballs vierges en cas de nécessité, une corde et même un aspi-venin. Sur ces bonnes paroles, il demande aux scientifiques de ne surtout pas rester sur place trop longtemps au même endroit. Nous avons des scrupules à les laisser ainsi : il a été convenu entre nous deux que je reviendrai vers eux dès que possible mais je ne peux pour autant laisser mon collègue seul dans la bataille. Je leur laisse donc le Feunnec ; indiscipliné ou non, il sait que nous sommes actuellement dans une situation dangereuse et saura repousser les assauts immédiats. Je lui ordonne donc de veiller sur les deux scientifiques de Kantô et de me prévenir au plus tôt en cas de pépin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 31/07/2015
Messages : 2020

Région : Kantô
Mer 8 Aoû - 19:05
Si la situation semble délicate alors que rangers et scientifiques sont dans de beaux draps face à leurs adversaires, il n’en est rien aux yeux d’Arya. Celle-ci, manifestement agacée, fait immédiatement appel à son Torterra. Inutile d’être un fin stratège pour comprendre immédiatement la stratégie que compte employer la bleuette, d’autant plus qu’elle ne laisse de toute façon pas le temps au doute : quelques secondes suffisent à peine au mastodonte pour siphonner l’énergie vitale de ses adversaires, les clouant au sol sans plus de cérémonie sous le regard médusé du rouquin. De leurs cotés, les rangers ne se firent pas prier non plus, et à l’aide d’une attaque hypnose combinée, réussirent à endormir le Mélodelfe avant même que celui-ci puisse comprendre ce qu’il était en train de lui arriver.

Au vue de son argumentaire on ne peut plus franc et direct, Arya commençait à perdre patience quant aux agissements de la team rocket. De quoi appuyer la plaidoirie du rouquin et ainsi monter aux deux rangers que malgré leur statut de représentants de la science et non de la loi, les deux fondateurs du W.A.Dex avaient aussi leur mot à dire à ceux qui avaient osé enlevé leur collègues. Visiblement arrangeants, les rangers ne semblent pour l’instant pas s’opposer à la décision de leurs camarades scientifiques, alors que le petit groupe reprendre tranquillement sa route vers le nord. Si le rouquin commence à douter des paroles du sbire après plusieurs minutes de marches sans atteindre le moindre camp de la team rocket, il se ravise finalement assez vite alors que des bruits de plus en plus importants se font entendre. Alors que Jill nous indique que nous sommes pratiquement arrivé à bon port, Daniel de son coté nous exposes le plan. Ce sont eux, rangers, qui iront au front, alors qu’Arya s’occupera des informations et Worick des otages. L’idée n’est pas mauvaise, le rouquin ajoute aussi la possibilité de faire en sorte que Dan reste ici, pour couvrir leur fuite en cas de soucis ou encore les prévenir d’un éventuel danger extérieur.

« Le plan me convient parfaitement. Je vais aller amener les otages vers Dan pour les faire sortir du camp. Je pense d’ailleurs lui laisser la Pokéball de ma Gardevoir, si besoin est, il pourra temporiser de son coté. Par ailleurs, je ne doute aucunement des compétences de vos Pokémons, mais si vous avez besoin de renfort, peut être aimeriez vous que je vous confie l’un de mes meilleurs combattants ? »

C’est la Pokéball de Pride que le rouquin tient dans sa main. Après leur passif du métro de combat, il y a de fortes chance que le félin reconnaisse la dresseuse aux cheveux vert si jamais la situation vient à s’avérer plus délicate que prévue du coté des rangers. C’est donc confiant que le jeune homme la propose à Jill en la fixant un instant, avant de regarder du coté d’Arya pour s’assurer que celle-ci soit prête elle aussi. Dans le pire des cas, si la ranger n’y voit aucune utilité, elle pourra toujours lui rendre la Pokéball ou la confier à Dan avant d’engager l’assaut. Saluant d’un air amical le feunnec de la jeune femme, Worick finit par s’avancer un peu, accroupis, afin de voir de quoi à l’air le fameux campement. Le plus vite possible, le regard vairon du jeune homme balaye les environs afin de recueillir un maximum d’information. La salle dans laquelle ils se sont installés semble plutôt spacieuse. Sur la droite, un ordinateur portable, un extracteur d’ADN et une machine complètement inconnue au rouquin se trouvent branchées à un groupe électrogène. Plusieurs scientifiques sont dessus, l’un deux rappelant d’ailleurs vaguement quelque chose au rouquin. Sans doute l’a-t-il déjà croisé au sein de la Tour du savoir et de la recherche. Celui-ci semble d’ailleurs avoir essuyé un sale coup vu son visage et sa blouse pleine de poussière. Plus vers le centre de la salle, trois scientifiques se tiennent assis, les mains dans le dos et entourées de caisses ; sans doute pleines de matériels et de fossiles ou gemmes fraichement ramassées au sein du Mont Sélénite. Deux sbires se tiennent à leurs cotés, alors que le plus gros de leurs troupes se trouvent contre une paroi sur la gauche de la salle. Plusieurs d’entre eux forent les mures de pierres sous les ordres d’un énième enfoiré qui doit sans doute être celui qui gère l’opération. Le seul hic étant que l’un des scientifiques se tienne à ses cotés, lui aussi les deux mains dans le dos. Observant une dernière fois les rangers, Arya, ainsi que Dan, Worick est prêt. Dès que les rangers lanceront l’assaut, le rouquin profitera de la panique pour se faufiler derrières les caisses et ainsi s’occuper de récupérer les otages pour les amener à Dan. Il sert d’ailleurs fort la Pokéball de Nox dans sa main, qui pourrait peut être lui permettre à l’air d’un tour de passe-passe ou deux, de s’en sortir plus facilement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 09/08/2014
Messages : 2768

Région : Kanto
Mar 21 Aoû - 18:57
Au moins, il semblerait bon gré mal gré que les rangers se fassent a l'idée que vous ne sortirez pas d'ici tant que tout est bien fini. Une fois le Melodelfe hors d'état de nuire, c'est une course contre la montre qui débute. Les Rockets doivent maintenant savoir que vous êtes la et il fallait intercepter tout ce petit monde avait qu'il ne prenne la poudre d'escampette. Daniel nous explique la marche à suivre et elle te convient parfaitement : Ils s'occupent des Rockets, toi et Worick des otages et des donnés. Alors que tu prends l'une des fusées de détresse, ton camarade annonce qu'il s'occupe des otages. Parfait, absolument parfait. Tu ne doutes pas un seul instant qu'il a pensé à tout en te laissant la place pour les données, mais tu peine a retenir un sourire de satisfaction.

- Le plan me va parfaitement aussi, je vais tacher de récupérer les fossiles et de mettre les machines sur off le temps qu'elles soient remissent en place, histoire d'être sûre que personne n'essaye de partir avec si jamais ca se passe mal.


Alors que le rouquin envoi Pride avec les rangers, tu réfléchis a qui tu va sortir pour te donner un coup de main. Le premier tu n'as aucune hésitation, il s'agit de Porygon Z, qui sera parfait pour aider Ene à récupérer les donnés vers le Manoir. Puis finalement tu prends Metalicana, qui comme l'avait dit Daniel, pouvait toujours être utile si tu devais te replier en vitesse et son type Acier avait l'avantage sur le type Roche plus que présent dans le Mont Sélénite.
Tu attendis donc que Jill et son collègue lancent leur assaut, puis que Worick se dirige vers les otages pour mettre une oreillette. Tu espérais avoir suffisamment de réseau pour ce que tu devais faire et les conseils d'Ene et surtout de Takane en serait pas de trop.

- Ene ? Tu m'entends ? Je vais avoir besoin de toi et de Takane pour le plan qu'on avait prévu a la base.

- On t'entend parfaitement Arya, on est prêtes ! Tu nous branche et on fait le reste.

Dans cette cocue, ca allait être compliqué de resté discrète. Pourtant personne ne devait te remarquer afin d'avoir le moins de témoins possible. Puis finalement tu eus une idée, et tu montas sur le dos de l'Airmure avant de demander à tes deux pokémon de réaliser une Hâte afin de booster leurs vitesses. Ainsi, vu que tout le monde serait occupé, il y avait peu de chance qu'on vous remarque. Bien que tu avais l'habitude d'être sur le dos de l'oiseau d'acier tu devais reconnaitre qu'heureusement que tu t'étais bien accrocher. Êtres sur son dos était une toute autre histoire quand il se donnait au maximum et tu fus bien contente que ca ne dura que quelques secondes sinon tu aurais pu être malade.
Arrivée derrière la tente où se trouvait une grosse partie du matériel et les fossiles, tu jetas un coup d'œil à l'intérieur et tu fus ravie de voir que personne n'était la. Parfait. Tu entras discrètement alors que Metallicana surveillait les allentours et tu branchas le programme de tes I.A. sur le réseau du matériel informatique.

- C'est bon. Histoire que ce soit bien clair, je veux une copie des données sur ma base cryptée Ene. Une fois que c'est bon, Takane peut mettre l'ensemble out et je me chargerais de les débug quand la TSR m'appellera. Le plus important est de savoir ce qu'ils ont déjà récupérer et toute information sur les Rocket et leurs structures, le moindre détail, ne doit absolument pas nous échapper.

- T'inquiète, on gère.

Tu m'en doutais pas. Après tout, c'était toi qui étais à l' origine de ces deux la. Ton sourire se fit plus large quand tu t'imaginas l'avantage que vous alliez avoir avec Worick. On pouvait te dire ce que tu voulais, mais l'information, c'était ton pouvoir à toi. Et vu comment les Parrains étaient en mauvais terme, ca ne pouvait d'être bénéfice d'avoir quelques détails sur leur némésis.



:facepalm::
 


Cliquez pour plus d'information sur le W.A.dex!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 2585

Région : Kalos
Mer 5 Sep - 15:37
A droite, du matériel jusqu’à présent aperçu uniquement en photo.

Probablement de quoi forer (en-dehors de pokemon sol), sans doute ce qui est un extracteur d’adn ; une machine et quelques ordinateurs posés sur des tables à l’équilibre précaire font office de campement. Au centre de la caverne, en contrebas, trois scientifiques les mains liées dans le dos, d’autres encadrés par des sbires (leur uniforme prouve leur appartenance à la rocket). Tout à gauche, l’opération qui nous occupe le plus mon collègue et moi : stopper les gars en train de forer les parois de la grotte. Le Mont Sélénite n’est pas seulement un espace protégé, c’est aussi un lieu de villégiature de nombreuses espèces peu accoutumées à des vibrations d’une telle intensité. Le vacarme s’échappant des machines nous assure une entrée discrète.

Aucun de nous n’a été repéré. Les deux scientifiques refusent de faire demi-tour arrivés là, ce qui se comprend. Malgré tout leur présence génère davantage de stress et d’efforts. Les agents sont en route et ne tarderont plus désormais mais aucun de nous ne le sait alors que nous nous cachons discrètement. Le chemin continue en passerelle jusqu’à une autre paroi, dans laquelle se trouve aussi un couloir, permettant de contourner le camp. Aucune possibilité de se dissimuler pour y arriver, tout le chemin est à découvert. A moins d’y aller au tonneau comme Snake, nous allons être contraints de foncer dans le tas pour détourner l’attention de tout ce beau monde et assurer un maximum de manœuvres aux scientifiques.

Worick comme Arya semblaient en parfaite osmose, malgré la situation.

Il se dégageait d’eux une certaine confiance mutuelle et tacite, probablement le signe qu’ils sont habitués à travailler ensemble dans la galère comme la réussite. Impressionnés sans doute par notre mission, ils ne se laissent pas démonter et affichent un calme rassurant. Ils ont compris le danger et l’acceptent. Bien que cela ne me rassure pas davantage, je suis néanmoins certaine qu’ils savent ce qu’ils font. Worick tend la pokeball de son Dimoret, me rappelant au passage le souvenir de notre seconde rencontre au métro de combat. Je doute que se séparer de cet allié soit vraiment une bonne idée mais sa force de frappe risque d’être des plus utiles face aux foreuses.

Plus de temps à perdre, les tremblements s’intensifient, tout comme le vacarme qui résonne dans tous les couloirs et les cavernes de l’endroit. Si cela continue, d’autres alliances improbables risquent d’éclore dans les environs, compliquant davantage la tâche qui nous occupe. Après un bref coup d’œil en direction de mon collègue, je remercie les scientifiques de leur aide spontanée et courageuse.


- On se rejoint rapidement. Les agents ne tarderont plus, tâchez de vous mettre à l’abri ensuite. Prenez ça, dis-je en tendant un takkie-walkie à Arya. Il y en avait toujours dans les objets proposés aux rangers en mission. Quand vous avez terminé, appelez-moi. Et n’attendez pas si vous avez un problème !

Je leur faisais signe de partir puis suivit Daniel, qui attendait pour déclarer l’assaut. Après avoir observé les environs aux jumelles il me fait part de son plan : j’acquiesce sans sourciller. D’un regard et d’un seul, le Feunnec, toujours sur mes pas, part en direction des scientifiques pour les suivre ; je compte sur lui pour les protéger. L’instant d’après, nous courrons.

Pour détourner l’attention de quelqu’un, il n’y a pas trente-six mille solutions : le vacarme est notamment une bonne option. Daniel s’élance avant moi et court jusqu’au centre du campement. La technique laisse à désirer et pose la question de la réflexion. Pourtant c’est efficace : tous se retrouvent, en un éclair, concentrés sur ce gus qui déboule de nulle part en courant. Certains sbires rient, le charrient, d’autres l’insultent : tous le menacent. J’arrive à sa suite quelques secondes plus tard, juste à temps pour l’entendre les menacer à son tour.


- Vous n’allez pas pouvoir ressortir, les autorités arrivent. Stoppez ces machines.

Daniel, ranger depuis six ans, droit dans ses pompes, calme comme un croquemort.
Il n’a pas eu froid aux yeux, l’once d’une hésitation n’est jamais venue troubler sa voix. Il les regarde d’un air placide et attend. Les gus s’énervent bien sûr et s’agacent de voir deux rangers débouler ainsi : ils ont reconnu les broderies de nos vestes. Daniel répète à nouveau l’ordre de stopper les machines auquel cas il devra s’opposer par la force : ils n’attendaient que ça. Les sbires que nous avons rencontré ne sont pas armés mais ce n’est peut-être pas forcément bon signe ; pas moins de six Mackogneurs sont dans les environs. Déménageurs émérites, garde du corps plus qu’efficaces, ils laissent tomber leurs vulgaires besognes sur ordre de nous refaire le portrait. Ces pokemon sont en très bonne condition physique quoique relativement éreintés de leur travail à la chaîne. Les sbires ont fait meilleur cas de leurs propres pokémon personnels : il y a du monde, mais tous n’envoient pas de pokemon. Mon collègue voulait gagner du temps, c’était tout le but (le seul et l’unique) de son plan : l’effet était particulièrement réussi.

Je fis alors ce que nous avions décidé rapidement avant de venir jouer les gladiateurs dans la fosse : la pokeball de mon Aquali s’ouvrit dans les airs. Une fois apparu, il reçut l’ordre de geler les foreuses de son souffle glacé. Aussitôt, je plongeais au sol avec mon collègue pour nous protéger du blizzard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 31/07/2015
Messages : 2020

Région : Kantô
Ven 19 Oct - 16:19
Si le rouquin est bien conscient de ce qui l’attend depuis l’instant où il a choisit d’accepter cette mission, sa position reste des plus inconfortables. Bien que Dan lui ait enseigné les rudiments de plusieurs disciplines visant à lui permettre de se défendre seul, le combat à main nue n’est certainement pas l’activité préférée du scientifique. Pourtant, il n’hésiterait pas à en venir aux mains si c’était pour protéger les otages, assis en tailleur et poignets liés. La diversion des rangers faisait en tout cas son petit effet, bien que Worick se fût attendu à quelque chose de plus… subtile. Le blizzard déclenché par l’Aquali avait sans doute semé une belle pagaille, bien que la scène soit actuellement impossible à discerner correctement à cause des intempéries. La cohue avait d’ailleurs rameuté plusieurs sbires qui se tenaient parmi les otages, facilitant grandement la mission de sauvetage du jeune Brown. Celui-ci s’empressa d’ailleurs bien vite de s’élancer en direction de son objectif, profitant de la confusion globale pour s’infiltrer discrètement avant de se cacher derrière une caisse de matériel. Si Dan avait laissé Lust au point de récupération des otages, il n’avait pas hésité à s’avancer lui aussi afin de suivre Worick d’un peu plus loin. Bien évidemment, il aurait été trop demandé au jeune homme de laisser son petit protégé se lancer seul dans cette quête. Dans un sens, cette présence rassurait le rouquin. Il savait qu’ainsi, il ne pourrait rien lui arriver.

Cette théorie allait d’ailleurs vite se confirmer. Car si la majorité des sbires rockets s’étaient avancés en direction des rangers, l’un d’entre eux se tenait toujours droit comme un piquet, juste devant les otages. Celui-ci, il n’y aurait pas trente six façons de s’en débarrasser. Alors que le jeune homme longeait les caisses en tout genre pour ne pas se faire repérer, réalisant des pas mesurés pour qu’ils soient le plus silencieux possible, Dan opta pour une autre approche plus radicale et plus osée. D’un air sur de lui, il se releva brusquement à quelques pas du sbire, la Pokéball vide de Lust qui lui avait été confiée directement braquée devant lui comme s’il s’agissait là d’une arme à feu.

« Bouge pas mon vieux, sinon je laisse sortir mon Pokémon et je te promets que tu as pas envie de savoir comment il va réagir en te voyant. »

Bien imaginé, mais s’il venait à être mis au défi, la supercherie serait vite découverte. Une Pokéball vide n’avait pas grand-chose de menaçant après tout, sachant que les Pokémons capable de blesser un être humain de sang froid ne court déjà pas les rues. Si le sbire était resté immobile sous la surprise, ne sachant sans doute pas comment réagir, la stupeur ne durerait pas éternellement. Sans attendre plus longuement, le jeune homme se sentit pousser des ailes. Balayant une dernière fois la zone de ses yeux vairons pour s’assurer qu’il ne se ferait pas avoir avant d’atteindre sa cible, il s’élança directement en direction du sbire pour le plaquer face contre terre, avant d’exercer une étreinte ferme autour de son cou d’un bras ferme et sans hésitation. Très vite, l’oxygène se fait rare et l’homme cesse de se débattre, avant de finalement s’évanouir pour de bon. Après une brève vérification du poult de la cible de la part de Dan pour s’assurer qu’aucun meurtre n’ait accidentellement été commis, ce dernier hoche la tête pour rassurer Worick avant de lui laisser la parole.

« Nous sommes là pour vous tirer d’affaire ! Les forces de l’ordre vont arriver pour sécuriser le périmètre, mais nous devons vous sortir d’ici en attendant ! »

Si les otages, déconfits, ne semblent pas bien comprendre ce qu’il se trame sous leurs yeux, les plus volontaires d’entre eux n’hésitent pas à suivre la direction que le rouquin leur indique. De son coté, Dan s’assure que chacun d’entre eux se dirige vers l’entrée de la galerie, là ou la Gardevoir du scientifique les attends afin de couvrir la retraite du groupe de sauveteur.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 09/08/2014
Messages : 2768

Région : Kanto
Sam 27 Oct - 13:42
"90...92%"

Les copies sont presque finies, tu allais bientôt pouvoir passer a la partie que tu préférais le plus : entrer dans le code des machines et les faire exploser de l'intérieur. Tu es sur la défensive, mais tu restes malgré tout obnubilé par le compteur qui augmente trop lentement à ton goût. Puis brusquement, un message d'erreur, c'est le bordel, et tu cliques frénétiquement sur le clavier de l'ordinateur pour essayer de débloquer les derniers pourcents manquant.

- Je serais toi, je m'éloignerais bien gentiment de cette machine gamine.

Merde, à force d'être trop concentrer sur la machine, tu en as oublié de vérifier que personne ne venait pas ici. Tu te tournes vers le sbire qui avait un grand sourire mauvais. Il ne te prenait pas du tout au sérieux. Pour lui, tu n'étais qu'un puceron a travers de sa route.
Et il n'avait pas tord, tu ne faisais pas le poids contre lui, mais cette assurance qui te permettrait de le surprendre. Tu te redressas pour lui faire face, puis tu regardas derrière lui avant de feindre la surprise. Il se retourna instinctivement pour voir ce qui arrivait derrière lui - rien du tout - et tu en profitas pour prendre la pokéball de Brill. Face au canidé méga évolué, le foudroyant du regard de toute sa hauteur et de son aura transperçant, le sbire eut un pas de recul pour fuir. Brill usa d'un poing boost modéré pour lui faire perdre connaissance.

"Tu aurais du me laisser sortir avant"

"Désolée, j'essayais d'être discrète au départ"


Tu souffles du nez, façon à lui d'être ronchon, avant de surveiller l'entrée de la tente tant que tu tentes de redémarrer le transfert. Heureusement pour toi, Ene et Takane n'ont pas attendue ton accord pour forcer le redémarrage et tu es soulagée de voir que les pourcents défilent a nouveau.

"97...98%"

"Arya c'est le bordel dehors, y'a des combats dans tout les sens"

" Je sais je sais, on a presque fini, on va voir où en sont Worick et les rangers et on se casse promis"

Brill détestait quand tu te mettais en danger. Depuis qu'il avait eu accès a tes souvenirs lors de sa première - et unique - méga évolution, il c'était jurer de te protéger encore plus sérieusement qu'avant. Autant dire qu'il ne voyait pas d'un très bon oeil ton implication dans des affaires douteuses ou même des sauvetages comme celui ci.

"100%"

- Ok parfait ! Takane, a toi de jouer !

En moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, tous les écrans affichaient "error". Seul toi et Takane seraient en mesure de les débloquer, une fois que tu étais sûre que la TSR aurait récupéré son matériel. Tu débranchas ton matériel et tu pris le talkie dans ton sac pour dire où tu en étais a tes alliés.

- J'ai fini de mon côté avec les données, j'attends votre feu vert pour bouger vers vous.

Après tout, dans cette tente avec Brill qui monte la garde, tu es sûrement dans l'endroit le plus sécurisé de la grotte pour le moment.



:facepalm::
 


Cliquez pour plus d'information sur le W.A.dex!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 2585

Région : Kalos
Mar 6 Nov - 21:15
La tentative de diversion de Daniel fonctionnait bien. Rien de mieux que de bonnes vieilles ruades et des combats pour concentrer l'attention. Rien de moins subtil aussi. Le caractère pourtant paisible de mon collègue ne m'avait pas préparé à cela.

L'Aquali n'a pas assez de temps pour concentrer sa puissance ; ses attaques ne suffisent pas. Son souffle gelé est moins glacial à cause de son type. Alors que trois Mackogneurs surgissent en même temps pour nous encadrer, je lance à temps la pokeball que m'a prêté Worick en priant pour que son Dimoret mette de côté sa rancœur suite à notre première rencontre. Sa balafre caractéristique et ses belles couleurs ont tôt fait d'apparaître : de son seul œil valide, il parcourt rapidement la pièce et aperçoit au loin son dresseur derrière des caisses. La situation ne lui échappe pas ; il finit enfin par jeter un coup d’œil dans ma direction.

Daniel nous a sorti du cercle des Mackogneurs : ou plutôt son Tartard, capable de rivaliser de ses poings. Mon Feunnec a également hypnotisé l'un des leurs. Le Capidextre de mon collègue se joint au combat mais ce n'est pas sans inquiétude : le type combat de nos adversaires ne lui sourit pas. Je décide de rappeler mon Métalosse à nos côtés. Bart apporte aussitôt un soutien psychique au Feunnec qui parvient une deuxième hypnose, nous débarrassant d'un autre spécimen, temporairement. Aucune pokéflute ne peut les réveiller pour le moment : le pokemon acier plonge donc dans la bataille, me laissant l'opportunité de m'adresser au pokémon de Worick.


- Ton dresseur m'a confié ta pokeball pour nous aider. Mon Aquali n'arrivera pas seul à geler les foreuses, tu pourrais nous aider s'il te plaît ? Je ne voyais pas de réaction, j'espérais simplement que sa fierté le pousserait à accepter ce rôle de sauveur.

Je me souvenais des paroles de son dresseur : un spécimen fier, très fier et aussi rapide que puissant. Je ne doute pas que son type glace nous aidera ; je sais que son souffle glacé aura plus d'intensité et qu'il renforcera l'attaque de l'aquali. Pour l'avoir vu à l'oeuvre, je sais qu'il est celui dont nous avons besoin pour stopper les machines. Le sol commence sérieusement à trembler, les murs grondent, l'endroit perd tout son calme coutumier et bientôt les foreuses abattront les parois sur nos têtes. Le temps est compté plus que jamais.

Je n'ai pas le temps de le voir réagir : un Mackogneur propulsé de mon côté se réveille et tente de me chopper comme le lui ont demandé ses maîtres. Ses muscles m'effraient et je tente d'esquiver au mieux leurs gigantesques mains qui pourraient broyer mes hanches. Le Dimoret a déjà filé mais je ne vois rien de ce que font les autres, j'espère seulement qu'ils vont bien pendant que j'esquive, tel un ver peu gracieux, le type combat. Malgré sa fatigue, il s'acharne ; il finit par attraper ma cheville gauche et me tire vers lui. De près je constate que ses pupilles sont dilatées et qu'il a les yeux rouges. Ensuite, je vois la baffe venir et ferme les yeux : j'ai peur pour ma boite cranienne.

Heureusement, Bart s'est occupé de la sienne avant qu'il ne transforme la mienne en bouillie. Un Pisto-poing bien placé. Merci, t'es un chef. On se remet aussitôt dans le bordel : les sbires ont accourru, certains se sont fait avoir par le Capidextre de Daniel, redoutablement efficace pour neutraliser les adversaires. Il pratique un art martial unique en son genre, le chi-blocking, qui lui permet, à l'aide de points d'acupuncture, de couper l'afflux d'énergie dans le corps d'un ennemi. Les explications théoriques de mon collègue ne valent pas la démonstration ; l'habile macaque se déplace non seulement avec ses bras et ses jambes mais également sa queue et semble défier les lois de tout équilibre. Il jongle avec les sbires, passant de l'un à l'autre, telle une ballerine insatisfaite de ses cavaliers, puis les assomme à coup sûr. Pendant ce temps, son camarade Tartard met deux autres Mackogneurs KO à l'aide de ses attaques psy. Malgré sa forme, le Feunnec a pu profiter de cette énergie pscyhique pour lancer des hypnoses sur des sbires. Je lui avais pourtant interdit de se servir de ses pouvoirs sur des humains mais j'imagine que l'urgence de la situation passe avant le sermon.

Dans toute cette cohue, le Dimoret a eu le temps d'aider l'Aquali pour geler les foreuses.

Le pokemon eau avait été pris en chasse par un Mygfavot et un Mackogneur : le pokémon de Worick gela les deux avant qu'ils ne l'atteignent. Il n'eut ensuite aucune peine à effrayer leur dresseur avec ses énormes griffes : son regard en disait long, l'idée même de les acérer sur l'humain semblait lui plaire. Le pauvre type prit ses jambes à son cou.

De l'autre côté, par là où nous sommes entrés, arrivent enfin les autorités officielles contactées par le responsable de l'opération. Malgré tout nous sommes avec Daniel encore dans le feu de l'action ; ne reste plus qu'un Mackogneur et étrangement... un Kabutops.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 31/07/2015
Messages : 2020

Région : Kantô
Mar 13 Nov - 11:37
La cohue bat son plein au sein de la cavité rocheuse. L’affrontement engagé par les rangers semble des plus musclés et le rouquin ne sait plus ou donner de la tête. Il tente tant bien que mal d’assurer la fuite des scientifiques, toutefois l’un des sbires semble avoir compris ce qu’il se trame. Il parvient à s’extirper de la mêlée et parvient à se jeter en direction du rouquin. Comme dans un geste de désespoir, Worick tourne la tête en direction de Dan, qui semble lui aussi en être venu aux mains avec un sbire sortit de nulle part qui cherchait à couper la fuite des scientifiques. L’impact est violent et le malfrat vient s’écraser sur le jeune Brown, qui tombe lourdement au sol après s’être heurté à une caisse de matériel derrière lui. Quelque peu sonné par le coup qu’il vient de recevoir, le jeune homme tente d’attraper les mains de son agresseur, qui, le surplombant, s’acharne à attraper la gorge du scientifique à terre. Si la lutte ne dure que quelques secondes, elle semble interminable pour Worick. S’il tente de le déloger en lui brisant une côte à coup de poings, le sbire semble bien décider à en faire baver sa victime un maximum. Alors que les mains de son agresseur enserrent de plus en plus son cou, des idées de derniers recours viennent à l’esprit du jeune homme. Il pourrait toujours essayer d’attraper le couteau qu’il garde le long de sa cheville pour en finir ici et maintenant. Mais les conséquences seraient désastreuses, surtout avec des agents de sécurité qui risquent de débarquer d’un instant à l’autre. Pourtant, s’il ne trouve pas quelque chose rapidement, Worick n’aura pas d’autre choix pour protéger sa vie.

Alors que de son coté, Dan vient de neutraliser son opposant, il se rue en direction de son ami en danger. Toutefois, son avancée sera stoppée net par une apparition imprévue. En un instant, un éclair à fusé depuis l’intérieur de la poche du scientifique à terre. Si les Pokémons de Worick ne sortent que très rarement de leur pokéball selon leur bon vouloir, la vision qui se tient sous les yeux du jeune homme est d’autant plus inhabituelle. La personne qui se tient maintenant derrière le sbire n’est autre que Giovanni en personne. Si l’apparition n’a peut être pas fait l’unanimité tandis que les combats font toujours rage du coté des rangers, elle n’a pas manqué de figer Dan, Worick et le sbire sur place, qui pendant trois bonnes secondes se retrouvent béats et troublés devant l’illusion qui leur fait face. Soudain, le leader incontesté de la team rocket prend un sourire inquiétant, une aura inquiétante l’enveloppant tandis qu’un frisson glacial traverse l’échine du rouquin. Un instant plus tard, l’illusion prend fin, et c’est Nox, visiblement bien remonté qui fond en un éclair sur sa proie. Une seconde plus tard, le sbire est au sol, hurlant de douleur : une attaque tranche nuit vient d’entailler sérieusement son épaule, alors que Dan vient confirmer l’élimination du pauvre homme en lui donnant un bon coup de pied dans l’estomac, laissant la victime sans voix, le souffle coupé et visiblement secoué par ce qu’il vient de lui arriver.

« Relèves toi, on a pas le temps de glander ! Les renforts vont arriver d’un instant à l’autre et il reste deux scientifiques à faire sortir ! »

Reprenant ses esprits, Worick se redresse. L’enchainement on ne peut plus rapide d’évènements sous ses yeux l’avait complètement assommé. Si la situation avait déjà quelque chose de dérangeant, quelque chose titillait le jeune homme plus encore : Pour créer une illusion, Nox devait très clairement être capable de la voir dans son esprit. Un nuage de ténèbres, des images répugnantes, même pourquoi pas des Pokémons mythiques à condition de les avoir déjà vu ne serait-que sur une ancienne gravure. Cependant, de là à savoir modéliser exactement la forme physique de Giovanni tout en assimilant le fait qu’il se situe au sommet de la hiérarchie pour le sbire, il y avait un sacré fossé. L’histoire passé du Zoroark était manifestement incomplète dans l’esprit du rouquin, et pour lui couper l’herbe sous le pied, la voix rauque si caractéristique du Pokémon prit les devants, prononçant comme d'habitude quelques mots avec une aisance encore plus que perfectible.

« …Plus…tard. »

Sans attendre plus longtemps, le Pokémon chromatique, d'un bond, s’élança au secours des rangers et leurs compagnons pour en finir avec cet affrontement. Dan, de son coté, était partit en direction d’Arya, alors que Pride semblait bien affairé aux cotés de Jill. Reprenant finalement ses esprits pour de bon, Worick finit par escorter les derniers scientifiques jusqu’à la galerie d’où ils étaient arrivés, là ou Lust les attendait pour les prendre sous son aile, lorsque soudain, une énorme vague de soulagement traversa l’esprit du jeune Brown. Les renforts étaient là. En l’espace d’un instant, des agents arrivèrent deux par deux dans la cavité où le combat faisait toujours rage, plaquant au sol les sbires, un à un, alors que ceux-ci ne pensaient maintenant plus qu’à sauver leur peau. L’affrontement touchait à sa fin, Jill, Daniel, Arya, Dan et Worick ; ensemble, ils venaient de jouer leur dernier tour : la victoire était entre leurs mains.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 2) Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Mont sélénite
» Oeuf mont sélénite
» J'arrive pas à traverser le mont sélénite
» d'Azuria au Mont Selenite [Rp de 30 lignes]
» Bug dans le Mont Sélénite

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Flusselles-