AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2
 
» Grabuge au mont Sélénite


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 09/08/2014
Messages : 2502

Région : Kanto
Mar 10 Avr - 13:22
Pendant un bref instant, tu avais eu peur que la situation ne t'échappe encore. Si tu avais bien horreur d'une chose, c'est d'être comme un bateau en pleine tempête : tu dérivais sans pouvoir rien contrôler, obliger d'attendre que tout se calme. Tu avais été surprise que malgré la méga-évolution d'Azurin, celui ci avait un peu de mal à retourner son adversaire. Tu en pris un coup à ta fierté, mais tu laissas cela de côté. Si tu commençais à te mettre en danger pour juste montrer que tu avais ta place dans ce groupe, tu allais finir par te blesser, ce qui te donnerait une meilleure raison d'en prendre un coup a ton égo. Heureusement pour toi, le Métalosse de Jill utilise une technique que tu n'aurais surement jamais pensée : immobiliser son adversaire. Tu avais toujours tendance à foncer dans le tas, fidèle a ta personnalité impulsive et énergique. Mais la tu devais reconnaitre que ca te coinçait. Quand tu programmais, tu arrivais à réfléchir a comment faire plus bloquer les gens pour qu'ils ne hack pas tes logiciels. Mais sur le terrain, tu manquais cruellement d'expérience et ca t'agaçait.

Du coin de l'œil, tu vois que Daniel part en direction de Dan pour lui donner un coup de main. Une fois le pokémon et le Rocket attrapé, tu prends le temps de remercier Azurin, le félicitant, avant de lui dire de se reposer. Tu aurais surement encore besoin de lui. En attendant, tu avais bien du mal à retrouver ton souffle dans cette fournaise et le manque d'oxygène. A défaut d'avoir la force brute, tu affichas quand même un demi-sourire alors qu'une idée te traverse la tête. Tu prends une autre pokéball et c'est un pokémon bien plus petit qui apparait : Givrali.

- Tu peux rafraichir un peu l'endroit ? Pas la peine de nous congeler non plus hein, dose bien !

Elle hoche la tête, sensible à ton humour alors qu'une légère brise rafraichissante balaye l'endroit. Tout de suite, tu te sens bien mieux, ce qui te donne une petite hausse au moral. Tu écoute les avis de Jill et Worick, avant de toi même y songer. Mettre un seul homme pour nous ralentir, c'était quand même bien faible, malgré le fait que son pokémon avait été bien chiant tu devais le reconnaitre.

- On a toujours l'effet de surprise sur notre effectif et nos organisations. Je pense qu'ils s'attendent d'avantage à des agents qu'a des rangers et des scientifiques. De plus en laissant qu'un seul homme, il ne voulait pas prendre le risque qu'une plus grande équipe se fasse arrêter. S'ils ne veulent pas se séparer, ils ne sont peut être pas aussi nombreux qu'on le pense.

Tu pensais un peu tout haut, sans réellement être sûre de ce que tu avançais. Mais ca te semblait être le plus logique à tes yeux. Tu passas à côté de Worick et posa un instant ta main sur son épaule. Il était inquiet tu le savais. Il fallait à tout prix que votre couverture soit intacte et c'était prendre un risque concidérable de laisser Dan s'occuper de l'interrogatoire. Mais vous s'aviez tout les trois que c'était la manière la plus rapide pour retrouver les scientifiques et le reste de la team Rocket en un minimum de temps.
Pour finalement, Worick libéra Nox. Tu le saluas d'un petit geste discret avant que celui ci ne disparaisse. Tu feras un instant les yeux, peu désireuse de voir ca, alors que tu savais que ca n'allait normalement pas durer très longtemps. Ton ami essaya de s'excuser pour tout cela et tu devais reconnaitre que vu de l'extérieur, ca pouvait sembler un peu bizarre que deux scientifiques avaient un majordome aussi... spécial.

- C'est Dan qui s'occupe d'une grande partie de la sécurité du Manoir, pour protéger nos travaux. On a déjà eu des voleurs en tout genre et il c'est toujours montrer d'une très grande efficacité.

Une déformation de la vérité rien de plus. Généralement ce n'était pas pour vos travaux qu'on s'intéressait au Manoir Brown, mais ca restait toujours une très bonne couverture. Tu affichais ton air le plus désolé possible, en attendant que l'homme finisse par parler.

HRP:
 



:facepalm::
 


Cliquez pour plus d'information sur le W.A.dex!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 2315

Région : Kalos
Lun 23 Avr - 10:37
Le sbire capturé est traîné dans le couloir où nous sommes à l'écart. Tout le monde spécule. Il est étrange en effet de penser qu'une seule personne ait été laissé derrière pour assurer la sécurité – ou prévenir la vigilance – de tous les autres. Un groupe organisé ne peut pas être aussi désorganisé. Il se peut que cela laisse présager d'autres mauvais signes. Sont-ils si confiants ? Ont-ils des otages ou des moyens de pression importants ? Quoiqu'il en soit, les choses sont plus sérieuses que prévue ; rien ne justifie la présence de civils sur les lieux. Or Arya et Worick sont scientifiques et nous ne sommes pas flics. Je jette un regard en direction de mon collègue qui aussitôt avise au plus vite alors que le sbire s'énerve et que le collègue de Worick se dirige vers l'interrogatoire musclé.

Daniel sort une corde de son sac de ranger bien équipé et ligote le gus qui continue de s'agiter alors qu'il est bien entouré. Le garde, à priori, de Worick demande à mon collègue de bien vouloir le laisser faire. Son air sérieux et son agilité lors de la capture du sbire le convainc d'une chose : ce type semble bien plus polyvalent que ce qu'il veut bien admettre.

Pour autant, il ne s'agit nullement de débattre ; le ranger accepte rapidement de le laisser faire car lui-même a de quoi s'occuper. Il laisse Worick se reculer pour se mettre légèrement à l'écart pendant qu'Arya appelle un spécimen que je n'avais encore jamais vu. Le Givrali n'eut besoin que de quelques secondes pour rafraîchir l'atmosphère brûlante. Nous respirons désormais bien mieux et les températures reviennent progressivement à la normale. Le Carchacrock dort dans sa pokeball désormais au fond de mon sac. On remercie la scientifique et on s'isole légèrement pour discuter. Mon collègue jette des coups d’œils en direction de Worick sans cesse par-dessus son épaule. Il décide de prévenir Bill, l'homme qui nous a contacté, qu'il appelle ainsi les agents. Ces derniers se tiennent prêts : mieux vaut leur communiquer les informations. Avant de repartir, il nous a laissé un téléphone satellite.

Alors qu'on se décide à l'utiliser, nos regards sont attirés vers le petit groupe ; un pokemon, bipède, assez grand et avec une grosse fourrure, est apparu aux côtés de Worick.
Visiblement l'interrogatoire a changé de nature le temps de notre petite discussion. Surprise, je reste néanmoins calme et silence, Daniel également, jusqu'à ce que la scientifique ne vienne vers nous.


C'est Dan qui s'occupe d'une grande partie de la sécurité du Manoir, pour protéger nos travaux. On a déjà eu des voleurs en tout genre et il c'est toujours montrer d'une très grande efficacité.

On dirait bien. Ce pokemon, qu'est-ce qu'il fait... ?

J'eus très vite la réponse : il disparaissait, à l’œil nu.

D'un coup, je ne l'apercevais plus nulle part. Puis l'atmosphère changea de nouveau mais cela n'avait rien à voir avec la brise fraiche et agréable du Givrali. C'était plus épais, plus sombre, légèrement dérangeant. Un instant plus tard le super garde de sécurité des scientifiques brillait d'une aura étrange. J'assistais donc à la communion entre l'esprit humain et les pouvoirs psychiques des pokemons. Si tant est qu'il ne s'agisse pas aussi d'attaques ténèbres. Ce mystérieux pokemon semblait plein de ressources. Il y avait de quoi être impressionné, à juste titre. Un pokemon qui parle, l'autre qui disparaît et prend possession d'un homme ; les scientifiques du WA sont fort bien entourés. Mon collègue s'étonne moins ; il a déjà vu à l’œuvre un Zoroark, jamais néanmoins de cette couleur-ci.

En pleine action, je ne reconnais pas les souffrances caractéristiques d'une possession ; le dénommé Dan ne semble pas même dérangé par l'exercice. Il y est visiblement déjà coutumier. Il est évident que protéger leurs travaux reste leur priorité, mais est-ce bien normal que cet agent soit très à l'aise alors qu'il se fait posséder par le pokemon d'un autre ? Je sens bien qu'il n'est pas temps de s'alarmer ou de douter et qu'il ne s'agit nullement de nos affaires, mais tout cela reste intriguant.

Mon collègue réagit alors que l'expérience tourne à mal vers la fin : le sbire finit par supplier en pleurant que l'on cesse la torture.


Pas la peine de le faire chialer, il a déjà donné les infos qu'on voulait. On arrête là l'interrogatoire, c'est suffisant.

Je m'accroupis pour voir comment il va : le regard fuyant, je me demande ce qu'il a vu pour avoir une frousse pareille. Il regarde dans toutes les directions comme un ponchiot apeuré et réprime quelques sanglots avec difficulté.

Bien que l'attaque du pokemon de Worick semblait être maîtrisée, la dose en avait eu un effet trop négatif à mes yeux. Pour mon collègue comme pour moi il n'était pas question de maltraiter les adversaires ; auquel cas nous agirions alors de la même manière qu'eux.


Mon collègue et moi on va prévenir le ranger qui nous a amenés ici, lui transmettre les infos et attendre ses consignes. Si ce que dit le sbire est vrai, on a rien à faire ici.

Je faisais référence à ce qu'avait dit le sbire capturé ; il y avait tout de même une petite vingtaine de gus obéissant tous au même patron, un lieutenant au sein de la tristement célèbre Team Rocket. Autant dire que s'ils n'avaient certes pas d'armes à feu (néanmoins supposé), ils n'en restaient pas moins dangereux et probablement accompagnés de pokemons plus violents et redoutables qu'un Carchacrock en pétard. Un sommet à atteindre.

De plus leur campement avait l'avantage d'être mobile ; des Mackogneurs en nombre (huit) s'occupait de tout déplacer sans ciller. Ils étaient bel et bien là pour les fossiles et avaient dérobé le matériel des scientifiques trouvés sur leur route ainsi que le butin qu'ils étaient parvenu à déterrer après quatre longues et pénibles semaines d'extraction.

Rien ne nous semblait assez justifié pour entraîner des civils là-dedans ; mon collègue comme moi espérions avoir la permission d'assister les agents mais vraisemblablement la sécurité des scientifiques resterait prioritaire. Daniel se détourna du groupe pour passer son coup de fil, résolu.

Une fois fait, nous avions tous eu une consigne claire : les agents déployés dans les environs avaient déjà entamés leur progression vers notre position. Ils empruntaient le même chemin que nous et devaient rééquilibrer nos forces ; quoique mon collègue ajouta que nous serions priés au passage de nous diriger vers la sortie.



actions hors rp :
apprentissage de CT
ct aile d'acier > nostenfer
ct vibroscur > nostenfer


rp:
 



    stuff:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 31/07/2015
Messages : 1922

Région : Kantô
Mer 16 Mai - 10:47
Force était de constater que Dan n’avait nullement perdu la main et avait su faire une démonstration de son plein potentiel même au beau milieu du mont Sélénite. Le sbire avait même fondu en larme sous le regard nonchalant de Worick, qui ne connaissait que trop bien la vermine qui peuplait la team Rocket pour pouvoir ressentir la moindre compassion. C’était plutôt pour lui et son acolyte qu’il avait peur en réalité. Peu de gens non reliés à la pègre de prêt ou de loin avaient finalement eu l’occasion d’observer Dan sous ce jour, et les rares personnes qui finissaient pas avoir la moindre suspicion quant à l’identité du rouquin et de son bras droit recevaient bien souvent un chèque et quelques menaces pour acheter leur silence. Or, Jill ne semblait pas être facilement corruptible et le rouquin ne souhaitait nullement l’intimider si son esprit venait à percer le secret du scientifique. Il avait combattu contre elle et avait pu observer ses qualités de dresseuse comme de ranger : il avait du respect pour elle. Quant à Daniel, ce n’était même pas la peine d’y penser. Celui-ci semblait tellement droit dans ses bottes que le jeune homme se demandait presque s’il n’était finalement pas agent sur son temps libre. Il s’était d’ailleurs montré terriblement suspicieux à l’égard du scientifique, bien trop à son gout d’ailleurs. Que pouvait-il bien avoir à tant lorgner sur le rouquin ? Ils étaient de toute évidence dans le même camp puisque leur but commun était de venir en aide aux scientifiques.

Bien que la situation le mette dans une position inconfortable, Worick n’avait rien laissé paraitre, alors qu’il afficha simplement un sourire confiant en guise de masque. Lorsque Daniel demanda à Dan de laisser le sbire tranquille alors que celui-ci ressemblait maintenant plus à un ponchien apeuré, l’homme de main lança un regard par-dessus son épaule dans la direction du leader de la famille Brown. Pour toute réponse, ce dernier lui répondit d’un hochement de tête, lui intimant ainsi de lacher le pauvre homme pour ne pas éveiller plus de soupçons que ce n’était déjà le cas. Le petit spectacle donné par Nox, le Zoroark Chromatique, s’était avéré particulièrement efficace au plus grand plaisir de son dresseur. S’il n’avait pas eu le plaisir de rencontrer ce compagnon suffisamment tôt pour le voir grandir, il avait trouvé en lui un camarade étonnement sympathique, instruit, et bougrement efficace. Il maitrisait parfaitement l’art de l’illusion et avait fait ses preuves auprès de son dresseur à de multiples reprises. Disparition, changement d’apparence, de paysage, les subterfuges qu’il mettait au point finissait toujours par faire leur petit effet, du moins auprès de ceux qui n’étaient pas habitués à ce genre de tour de passe-passe. Etant donnée que la petite expérience prenait fin, toute l’ambiance lugubre qui se dégageait de la fameuse aura avait disparue, alors que Nox apparaissait de nouveau aux cotés de son dresseur, comme sortit de la pénombre.

Quoi qu’il en soit, l’interrogatoire aussi musclé soit-il avait porté ses fruits : Le sbire était passé aux aveux. Toutefois, ses dires n’avaient rien d’engageant pour les pauvres scientifiques qui faisaient maintenant offices d’otages. Une vingtaine d’hommes, des Mackogneurs pour déplacer le camp ? Voilà une organisation rondement menée qui laissait présager que ce plan avait été préparé aux petits oignons. Et alors que Daniel revenait justement d’un coup de fil leur indiquant que les agents étaient en marche et que la petite équipe en vigueur devrait quitter les lieux, Worick ne pouvait être plus partagé. S’en aller, c’était s’assurer qu’ils ne divulguent plus aucun indice concernant son identité au sein de Céladopole, c’était sans doute la décision la plus sage à prendre. Toutefois, il y avait un lieutenant de la team rocket dans les parages. Avec tant d’hommes et de moyens mis en œuvre, cette opération avait du prendre un certains temps, et devait avoir un certain cout. Bien évidemment, le jeu en valait clairement la chandelle étant donné qu’ils pourraient sans doute s’en sortir avec du matériel de pointe et des fossiles à réanimer et à exploiter. Il était inconcevable qu’ils puissent s’en tirer, et au vue des agents qu’il fréquentait à Céladopole, plus ripoux ou feignant les uns que les autres, le rouquin n’aimait pas tellement l’idée que la police reprenne les rennes de cette affaire. Comme d’habitude, la team rocket allait encore leur filer dans les doigts, et même si les otages finissaient sains et sauf, les rocket sortiraient vainqueurs. Bien évidemment, avec son statut de scientifique il n’avait rien à faire ici. Cependant, il y avait un véritable coup à jouer. La team rocket était une véritable plaie pour la pègre : Tantôt alliés par dépit, tantôt ennemis, ils étaient toujours là pour saboter un marché fleurissant, faire disparaitre un informateur important, ou ruiner des négociations importantes. De toute évidence, Giovanni n’avait jamais digéré la façon dont la famille Aziaro avait éjecté ses hommes du casino et des autres infrastructures importante de la ville il y a des années maintenant. Si Worick pouvait ainsi se permettre de porter un sale coup aux sbires tout en sauvant la peau de ses confrères scientifiques, il n’y avait pas vraiment de meilleure occasion qu’aujourd’hui.

« Est-il vraiment nécessaire que nous nous retirions ? On ne sait pas combien de temps les autorités compétentes mettrons pour arriver jusqu’ici, et plusieurs de mes confrères sont en danger. Ce pourrait être ma collègue ou moi même à leur place. Chaque minute qui passe peut leur être fatale si la situation venait à dégénérer, et de toute évidence il est impensable que la team Rocket puisse s’en tirer avec un matériel de pointe comme celui qu’ils ont actuellement entre leurs mains. A long terme, les conséquences pourraient être désastreuses. N’y a-t-il rien que nous puissions faire pour essayer de les ralentir ? Il semble inconcevable de les affronter de face, j’en suis bien conscient : Ils sont trop nombreux, possèdes sans doute des Pokémons à la puissance de frappe démesurée, et nous n’avons aucune certitude qu’aucun d’eux n’est véritablement armé, ce n’est qu’une supposition que nous pouvons faire grâce au témoignage de notre cher otage. Quoi qu’il en soit, nous pourrions peut être leur tendre un piège ou réaliser quelque chose pour faciliter la mission des forces de l’ordr… ? »


Alors qu’il allait terminer sa plaidoirie pour prolonger la mission, Worick s’arrête net. Un étrange grondement le coupe dans son élan. Ce bruit, le rouquin le reconnaitrait entre milles : des Grolems. Ceux-ci approchent à grands pas dans la direction du groupe. Enfin à grand pas, façon de parler, étant donné qu’ils se déplacent bien plus vite à l’aide de roulades. Il ne suffit que de quelques instants ; laissant simplement au scientifique le temps d’ouvrir la Pokéball de Pride ; pour que les Pokémons se retrouvent face au groupe, visiblement agacés de nous trouver là. Le fait qu’ils aient pu nous retrouver n’a rien de vraiment étonnant au vue du boucan causé par le combat contre le sbire.

« Je pense qu’ils n’ont pas apprécié le fait que nous nous trouvions sur leur territoire… Si vous avez une solution pour contrôler un tel groupe d’hôte sans les brutaliser, amis rangers, je suis totalement prêt à suivre votre plan. »

Les Grolems étaient au nombre de quatre, et un Mélodelfe venait même de faire son apparition derrière eux. Quelle plaie. Lust ne réussirait pas à endormir autant de Pokémon en un coup, et Nox quant à lui, ne pourrait sans doute pas recréer d’illusion aussi saisissante que la première avant d’avoir fait une petite pause : l’exercice lui demandait beaucoup de concentration. Pride, quant à lui, feulait en direction de ses adversaires en guise d’intimidation. Le souci étant toujours que si l’objectif était ici de ne pas brutaliser la faune, il n’était pas vraiment le compagnon idéal. Restait toujours Envy qui, attendant dans sa Pokéball, pourrait toujours chanter l’un de ses requiem, mais pas sur non plus que ce soit la solution idéale… Si les renforts pouvaient arriver au plus vite, ce ne serait pas de refus à vrai dire. Cependant, aucun agent ne semblait pointer le bout de son nez dans les parages, et l'affrontement risquait de devenir inévitable.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 2) Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Flusselles-