-82%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
19.90 € 110 €
Voir le deal

 
» Lutter contre l'oubli

Benedict Björnsdóthir

Benedict Björnsdóthir
Modo CDT & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 05/11/2017
Messages : 1458

Région : Sinnoh
Dim 31 Déc 2017, 10:12
Flashback – Point de vue de Sorinah, puis Maelys – Frimapic.


Elle s'était isolé dans la salle bain, prétextant devoir se rafraîchir, laissant sous-entendre qu'elle allait au toilette. Mais en réalité elle était effrayée et avait besoin de souffler. Cela faisait deux mois que Benedict s'était réveillé. Deux mois que Sorinah se rendait chaque jour en fin d'après-midi chez la femme de son frère, en compagnie de la petite protégée de ce dernier, le tout pour donner des nouvelles de lui. C'était devenu un rituel. Sorinah était la seule pouvant aller à l'hôpital pour le voir en personne. C'était ce qu'elle avait exigé et ce que les médecins avaient conseillés. Car malheureusement pour les autres, le rouquin ne se souvenait de personne. Elles l'avaient accepté – n'ayant pas vraiment le choix de toute façon – et se contentaient de ce que la sœur voulait bien leur dire. Elle ne faisait cela qu'avec ces deux jeunes femmes. Parce qu'elle les connaissait et qu'elle les aimait. Et pourtant elle devait mettre fin à tout cela. Car voilà deux semaines déjà que la sortie de son frère avait été programmé. Elle devait leur annoncer. Ce n'était rien de bien compliqué et pourtant cela la tétanisait. Tout allait changé. Jusque là, aucune d'elle n'arrivait à réalisé ce qui se passait réellement, la gravité de ce qui s'était passé. Ce n'était qu'anecdotique, complètement illusoire. C'était loin d'elles. Et pourtant, dès demain, tout deviendrait réel. Sorinah allait être contrainte de couper les ponts quelques temps, de voir les filles par intermittence et de passer le plus clair de son temps avec son frère. Elle devra l'aider, l'épauler dans cette bataille contre sa mémoire. Au fond, elle espérait qu'il se souvienne au plus vite, mais elle savait que ce ne serait pas aussi simple. Que tout allait prendre énormément de temps. Et que potentiellement certaines choses se noient dans le néant à jamais. Elle avait peur de voir un enfant se retrouver sans père, que son frère ne se souvienne jamais de son propre fils ou de sa femme qu'il aimait tant.

Se passant un coup d'eau sur le visage, Sorinah souffla. Elle fixa son reflet dans le miroir et se donna quelques paroles encourageante avant de ressortir et de retrouver ses amis dans le salon. Elle riaient de bon cœur, regardant le petit garçon insouciant jouer un peu plus loin. En s'installant de nouveau sur le canapé, les regards se tournèrent instantanément sur elle, faisant grandir son angoisse. « Alors. Comment va-t-il ? » demanda Maelys. Sorinah sentit sa gorge se resserrer. Elle aurait aimé partir, éviter cette situation gênante. « Bien. Vraiment bien » souffla-t-elle d'abord en fixant sa tasse de café. « En fait... Il va bientôt sortir... Demain, pour être exact. » Un silence morbide s'installa. La rouquine releva la tête, découvrant le regard paniqué de son amie. « Il ne peut pas revenir ici... Ce serait beaucoup trop... » « Je sais... » Elle regarda ensuite la brunette qui était resté silencieuse jusque là, mais tout aussi affecté. « Il vivras chez moi le temps qu'il faudra. Je viendrais un peu moins souvent puisque je devrais m'occuper de lui... » Elle déposa de nouveau ses yeux sur sa belle-sœur qui retenait difficilement ses larmes. Sorinah quitta alors le canapé pour se rapprocher du fauteuil où était installée son amie, s'agenouillant devant elle. « Eh. On est là. On t'aidera. Quoi qu'il arrive on sera toujours là pour toi et Elijah. » Elle parlait pour deux, mais elle savait que Sanae aurait dit la même chose. Et puis elle se releva, s'éloignant de quelques pas. « Je suis désolée de balancer ça et de me sauver aussitôt, mais je dois rentrer pour préparer son arrivé. Tu sais à quel point mon frère est maniaque... » Elle s'habilla de son manteau, attrapa son sac et revint vers Maelys pour une étreinte chaleureuse. Elle salua ensuite Sanae et quitta la pièce.


Maelys s'était laissé tombé dans son fauteuil, comme alourdie par le poids de la nouvelle. Elle était livide et n'osait parler sur l'instant, perdue et tétanisée. « Tu crois que je l'ai perdu à jamais ? » osa-t-elle enfin dire en se tournant vers Sanae, les yeux imbibée de larme. « Qu'est ce que je vais faire sans lui... Et Elijah ? ...Oh mon dieu... » Elle plongea sa tête entre ses mains, n'osant plus affronter le regard de qui que ce soit. Elle avait peur. Peur d'avoir perdu l'amour de sa vie, celui qu'elle chérissait plus que quiconque, celui qui avait fait de sa vie un paradis sur terre. Jusque là, elle se disait naïvement qu'il reviendrait à la maison et que rien n'aurait changé. Mais elle n'avait pas réalisé que rien n'était pareil. Qu'elle n'était plus qu'une inconnue à ses yeux. « Qu'est ce que je vais faire... » souffla-t-elle, désespérée.




(╯°□°)╯︵ ┻━┻
DC Frejyah Lijahvić
Avatar ©️️ Milo Jô ♥️
©️️️ IAGO
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Modo & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 24/03/2014
Messages : 2322

Région : Sinnoh
Lun 22 Jan 2018, 06:49
Lorsque j'ai appris la nouvelle, je ne sais pas ce que j'ai ressenti en premier – ou plutôt si j'ai ressenti quelque chose tout court. Le choc avait complètement électrocuté mon cerveau, ma façon de penser – ma capacité à penser ; il ne se souvenait plus. Il avait perdu la mémoire. A part sa sœur, nous étions maintenant tous des inconnus pour lui. Même sa propre famille, sa femme et son fils, il n'en avait aucun souvenir. Encore, s'il ne se rappelait pas de moi ça m'aurait moins dérangé – même si ça fait mal quand même, évidemment – mais voir Maelys être aussi dévastée me fait un gros pincement au cœur. Elle ne mérite pas ça. Cette famille ne mérite pas ça.

Cela fait deux mois que je me rends chez Maelys, Sorinah toujours présente également avec nous. Toutes les trois, on se retrouve ici pour papoter et pour que la sœur de Ben nous fasse parvenir de ses nouvelles. Nous, nous n'avons pas le droit d'aller le voir. Enfin, ce n'est pas conseillé, disons. Et je peux comprends ça, même si m'attriste de ne pas pouvoir y aller, mais je doute que je serais d'une grande aide. Plus les jours passent et plus j'ai l'impression d'être dans un rêve, que tout va redevenir comme avant du jour au lendemain, avec Ben qui arrivera pour nous révéler que ce n'était qu'une blague. Mais non. Mon esprit a envie d'y croire, mais mon cerveau sait pertinemment que ce n'est pas le cas et que ça ne sert à rien d'espérer une telle chose. C'est toujours dans ces moments-là que la dure réalité nous rattrape. Tout se passait bien, tout le monde était heureux, et d'un coup, juste un coup de la vie, et tout s'écroule. Il pourra peut-être retrouver sa mémoire, et je pense qu'on devrait même être contentes qu'il ne soit pas mort et qu'il ait « juste » perdu la mémoire, mais... C'est tout aussi dur. C'est presque tout comme, surtout s'il ne se souvient pas, s'il ne se remémore jamais. Et que deviendra Elijah sans son père ?

Aujourd'hui, l'ambiance est un peu plus légère, avec Elijah qui joue un peu plus loin, on parvient à parler avec Maelys de manière plus joyeuse. Mais juste un peu. Je sais que derrière ses rires – nos rires – il y a cette part qui n'arrive pas à être heureux pleinement. Et c'est normal.
Sorinah revient et Maelys prend la parole. De mon côté, je ne dis rien et écoute attentivement ce que la sœur de Ben a à dire. Un lourd poids doit peser sur ses épaules, à force d'être la seule à faire ces allers-retours à l'hôpital, nous faire parvenir de ses nouvelles et rester forte pour tout le monde. Lorsqu'elle annonce la sortie de Ben, Maelys est la première à parler. Je suis aussi paniquée qu'elle. Je ne vois pas comment il peut revenir, ici, sans que le reste de sa famille s'écroule, sans qu'Elijah se sente bien avec un père qui ne le reconnaît même plus... Mais Sorinah a tout prévu et elle dit l'accueillir chez elle. C'est logique, c'est même la meilleure solution. Cette dernière s'agenouille d'ailleurs devant sa belle-sœur pour la rassurer. Je hoche de la tête à ses mots, mais ne trouve pas la voix pour extérioriser ce que je ressens. Je pose simplement ma main sur celle de Maelys pour lui donner une petite pression qui se veut rassurante avant de la retirer au moment où Sorinah s'en va. Je me lève pour la saluer et laisse échapper quelques mots. « Courage. Si tu as besoin de quoi que ce soit, appelle-moi. » Je doute que je sois autorisée à voir l'homme qui a été comme mon père, une figure paternelle, mais on ne sait jamais. Je veux pouvoir être utile si mon amie a besoin d'aide, parce qu'il est aussi devenu ma famille.

Une fois la porte refermée derrière elle, je retourne vers le fauteuil à côté de Maelys . La gorge nouée, je ne sais pas quels sont les bons mots pour la réconforter lorsqu'elle est au bord des larmes. Alors qu'elle se prend le visage dans les mains, je m'affaisse un peu plus dans le fauteuil et regarde le plafond, à la recherche de mes mots. J'ai peur de dire les mauvaises choses.

« Non, je... » Une pause. Je ne suis toujours pas sûre de ce que je veux lui dire, mais il faut bien commencer quelque part pour se lancer. « Je pense qu'il se souviendra. Tôt ou tard. Après tout, tu es toute sa vie, et Elijah aussi. Je suis sûre qu'il lui faudra juste un petit peu de temps. » Je ne sais même pas si, à ce stade, j'essaie de la réconforter ou de me convaincre moi-même. « Une fois qu'il sera prêt à nous revoir, on peut tenter de lui montrer des signes pour qu'il se souvienne. » Que ce soit ses pokémons, ressasser ou recréer une scène qui l'aurait marqué... Quelque chose. Il faut toujours faire remonter des souvenirs avec des éléments choquants ou marquants, un événement qu'il n'aurait jamais oublié et dont il chérissait.

Après un moment de silence, une idée me traverse l'esprit. A moins qu'on... « Et... Et si on... On recréait sa vie ? » Je tourne la tête vers la jeune femme, un peu surprise par mes propres propos. « Le faire de nouveau te rencontrer, et recréer des moments que vous avez passés ensemble, sans lui forcer la main sur le fait qu'il te connaisse déjà... ? » Je ne sais même plus ce que je dis. Dans ma tête ça me paraissait plus simple et faisable, mais énoncé comme ça, j'ai des doutes. « Désolée, je dis certainement n'importe quoi... » Détournant le regard, je laisse mes yeux se poser ailleurs, sur un point invisible de la pièce.


Lutter contre l'oubli Icon_s18
avatar par nessa, merci ♥️
Sanae - #D46A6A | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
mini sacoche:
 
Revenir en haut Aller en bas

Benedict Björnsdóthir

Benedict Björnsdóthir
Modo CDT & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 05/11/2017
Messages : 1458

Région : Sinnoh
Ven 09 Nov 2018, 06:55
Flashback – Point de vue de Sorinah, puis Maelys – Frimapic.


« Tu as sans doute raison... » souffla-t-elle en baissant la tête. Elle avait également envie d'y croire. De penser que son époux lui reviendra un jour, en se souvenant d'elle, de leur fils, de leur vie. Elle savait au fond qu'il se battra pour retrouver la mémoire. Elle le connaissait par cœur et elle se doutait bien qu'il ne resterait pas ainsi, les bras ballant, à déprimer sur son sort. C'était un homme fort et courageux. Il saurait faire face à tout cela. Oui, elle en était persuadée. Mais elle avait tout de même peur. Car elle ne savait pas quand est-ce qu'il vaincrait tout cela, ni quand est-ce qu'il reviendra. Et si elle se retrouvait seule pendant plusieurs années ainsi ? Cela faisait déjà presque un an qu'elle était dans cette situation et il ne faisait que sortir de l'hôpital pour le moment. Alors combien de temps faudra-t-il attendre ? Elle était tétanisée à l'idée qu'il ne se souvienne de tout bien que trop tard. Quand Elijah serait grand et qu'il ne se soucierait plus de son père, puisqu'il avait disparu au moment le plus important de son existence, quand ils étaient plus proche que jamais, quand il avait besoin de lui. Elle ne voulait pas que leur complicité soit brisée ainsi, et qu'un froid repose entre eux.
Et puis, l'enfant finirait bien par se rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond. Il la questionnait déjà sans cesse, ressentant le manque de son père. Par chance, il restait naïf et confiant. Il croyait sa mère qui lui disait qu'il reviendrait bientôt. Mais un jour, il cessera de croire à cela. A son anniversaire peut-être, ou à noël ? Il se doutera et alors son monde s’effondrera. Elle avait peur qu'il ne soit plus le petit garçon joyeux et débordant d'énergie qu'il était et qu'il devienne un enfant empli de rancœur, se noyant dans la tristesse. Elle ne voulait pas de cela pour son enfant, pour elle, ou même pour son époux. Elle était perdue entre un million d'émotions et ne savait plus où donner de la tête. Il était certain qu'elle avait besoin de souffler, de se reposer un instant. Car cette nouvelle avait fait l'effet d'un choc, réveillant ses craintes qu'elle avait enfouie au plus profond d'elle durant tout ce temps.

Elle écouta toutefois bien attentivement la jeune femme qui lui souffla une idée plutôt folle. « Oh, je ne sais pas Sanae... » dit-elle doucement. Elle songea un instant et devait avouer que l'idée était bonne. Très bonne même. C'était sans doute le meilleur moyen de stimuler sa mémoire. Mais cela demandait beaucoup d'effort. Il fallait tout recréer, différemment, mais avec les mêmes bases. Et ça, Maelys n'était pas certaine d'en être capable pour l'instant. « Je ne pense pas avoir la force, mentalement comme physiquement, de faire ça. Mais je ne pense pas que ce soit n'importe quoi, bien au contraire. » Elle souffla, quittant alors son fauteuil. « Si toi tu as ce courage, alors je t'encourage d'essayer. » Elle sourit légèrement en se rapprochant de la jeune femme. « Et tu viendras me raconter comment ça s'est passé, ok? ». Elle posa délicatement une main sur son épaule, en signe d'affection, avant de reculer et de se diriger en direction du petit garçon qui venait tout juste de bailler. « Je suis désolée de couper aussi court cette conversation, mais je dois aller coucher Elijah » Après tout, il était l'heure de la sieste. « Et je pense que je vais en profiter pour en faire de même... ». Elle soupira avant de porter le petit garçon, déposant par la même occasion un délicat baiser sur sa joue. « Passe une bonne journée ma chérie. Et à bientôt je l'espère. » Elle lui sourit d'un air bienveillant. Sanae était pour elle – comme pour Ben à l'époque – comme sa propre fille. Elle la chérissait et espérait que tout puisse aller pour le mieux pour elle. Et comme toute bonne mère, elle ferrait n'importe quoi pour son bonheur.




Présent – Point de vue de Benedict – Unionpolis.


Voilà maintenant une semaine que tu étais sorti de l'hôpital. Et tu te sentais étrangement bien. Cela faisait du bien de ne plus être dans ces locaux blancs, où tu pouvais croiser la mort à chaque coin de couloir. Malheureusement, tu étais destiné à retourner là-bas, pour des visites de routines. Et ce jusqu'à ce que tu ailles mieux et que ta mémoire revienne peu à peu. Mais tu essayais de ne pas penser à tout cela pour le moment. Tu t'accordais un temps de répit, sans penser à tes problèmes, sans penser à ce rendez-vous qui t'attendait dans plusieurs jours. Car c'était ton moment. Tu étais libre. Libre de faire ce qui te semblait bon. De gambader et d'avoir une vie plus ou moins normal. Pour autant, tu passas ta semaine sans réellement bouger de l'appartement. Parce que ta sœur t'avais dis de te reposer. Et tu avais beau lui dire que ça faisait des mois que tu ne faisais que ça, elle ne te laissais pas pour autant le droit de sortir. Et tu ne pouvais pas aller à l'encontre de sa décision, puisqu'elle avait prit plusieurs jours de congés pour rester à tes côtés. Au moins, tu ne t'es pas ennuyé durant tout ce temps. Tu pouvais ainsi profiter d'être avec elle, de t'amuser, rire et parler de choses de votre enfance le cœur léger. Ce fut relativement agréable, tu devais l'avouer.

Mais aujourd'hui, Sorinah devait reprendre le travail. Ce qui voulait dire que toi, tu pouvais sortir d'ici sans qu'elle ne puisse t'en empêcher. Tu t'étais levé en même temps qu'elle – sauf que toi, c'était de ton plein gré, n'aimant guère passé des heures et des heures à dormir. Vous n'avez échangé que quelques mots de courtoisies, mais tu compris qu'elle se doutait de ce que tu comptais faire de ta journée. Après tout, tu l'avais tellement saoulée pour la convaincre de sortir ces derniers jours que ce ne pouvait être qu'une évidence. Avant de partir, elle te sourit simplement et te demanda de faire attention, rien de plus. Pas de leçon de moral, rien. Elle était de toute façon mal placé pour t'imposer quoi que ce soi. Et puis, elle savait pertinemment que tu étais bien trop têtu, alors à quoi bon lutter ?

Tu sorti pourtant que bien plus tard, en début d'après-midi. Tu avais passé la matinée à ranger et nettoyer l'appartement que tu trouvais bien trop sale – alors qu'il ne l'était pas tant que ça, mais tu étais bien trop maniaque pour l'admettre. Vers dix heure, ta sœur t'envoya un sms pour savoir ce que tu comptais faire de ta journée, sans doute curieuse de savoir où tu allais être. Tu répondis que tu n'en savais rien encore. Tu ferrais un tour du quartier dans l'après midi et tu verrais bien. Et alors elle te demanda de la tenir au courant de où tu te trouvais. Tu fus assez surpris qu'elle soit autant sur ton dos. Ce n'était pourtant pas à son habitude. Elle n'avait jamais été ainsi, même quand tu étais encore à l'hôpital. C'était même elle qui t'avait rappelé ton goût prononcé pour la cigarette. C'était étrange, mais tu ne t'en soucias pas plus longtemps.
Après ton repas du midi donc, tu quittas l’appartement en compagnie de Spooky et Hamtaro, empruntant comme à ton habitude les escaliers plutôt que l’ascenseur – et ce malgré ton handicape. Lentement, mais sûrement, et t'aidant de ta canne, tu parvins à sortir sans être tant épuisé du bâtiment. Pendant près d'une heure, tu te baladas sans but précis, seulement celui de découvrir les environs et de profiter de l'air frais. Beaucoup trop frais même, puisque tes petits pokémons s'étaient réfugiés dans ton blousons.

Et puis, tu finis par jeter ton dévolu sur un bar sommes toute accueillant. Tu avais besoin de t'asseoir et d'accorder un peu de répit à ton corps, mais il était hors de question de rentrer pour autant. Tu t'accordas une petite cigarette devant la structure, indiquant ta localisation à ta sœur qui t'avais de nouveau demandé où tu étais, avant de finalement entrer et de t'asseoir à une table dans un petit coin où il n'y avait pas trop de monde. Tu pus ainsi retirer ton bonnet, ton écharpe ainsi que ton manteau et respirer librement. Tu calas ta canne contre une chaise pour qu'elle ne tombe pas et puis tu te penchas sur la carte, pour finalement commander une bière, ainsi qu'un bol d'eau, pour tes compagnons qui s'étaient installés sur la table. L'un grignotait les graines que tu avais sorti de ta poche pour lui et l'autre jouait avec ta petite monnaie qu'il gardait précieusement dans sa poche ventrale -bien que tu dus le dépouiller pour payer ta bière.

Tu te sentais bien ici, savourant ton verre et profitant de l'atmosphère chaleureuse de l'établissement. Les gens qui t'entouraient semblaient heureux. Ce qui te fis sourire.

C'était vraiment une belle journée.




(╯°□°)╯︵ ┻━┻
DC Frejyah Lijahvić
Avatar ©️️ Milo Jô ♥️
©️️️ IAGO
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Modo & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 24/03/2014
Messages : 2322

Région : Sinnoh
Mar 29 Jan 2019, 12:38
Voir Maelys ainsi m'attriste énormément. Je ne pourrais jamais être contente ou faire comme si de rien n'était tant que Ben et Maelys ne sont pas de nouveau réunis avec leurs souvenirs. Essayer de trouver une solution pour lui rendre la mémoire est la seule chose à laquelle je peux penser et qui peut aider Maelys. Lorsque je lui parle de mon idée, un peu farfelue, elle semble l'accepter. Mais ce ne sera pas elle qui le fera, ce sera moi. A ses mots, je ne peux contenir un « euh », qui sort un peu déformé et non terminé. Dans ma tête, ce plan consistait à la réunir, elle et Ben, pour que tout se déroule bien. Pas moi. Je suis proche de lui, c'est sûr, mais ce serait bien mieux de laisser sa femme s'en occuper... Même si je peux parfaitement comprendre le souci, et qu'elle doit être épuisée de toute cette histoire. Si elle y met de l'énergie, encore, et que ça ne se passe pas forcément comme prévu, elle sera sans doute bien plus dévastée que si elle ne tente rien. Au fond, j'aurai peut-être fait pareil si j'avais été à sa place... « Oh. » Je ne suis pas sûre de savoir choisir mes mots ni comment lui en parler, mais je tente. « Je comprends. J'aurai aimé que ce soit toi, mais... mais je comprends. » Je sais qu'elle comprend où je veux en venir. Même si mon lien avec Ben est plus fort, celui avec Maelys n'en est pas des moindres et je l'aime beaucoup, je l'admire. « Ok, je viendrai le plus souvent pour t'en parler. »

Elle pose sa main sur mon épaule, et à cet instant il y a tellement de choses que je ressens. Je ressens cette affection qu'elle me porte depuis des années, mais je ressens aussi cette mission, son encouragement et tellement de choses à la fois... Je sais ce que j'ai à faire, mais ce n'est pas pour autant que ce sera facile, et je la remercie mentalement de son geste. « Pas de soucis. Repose-toi bien, je repasserai te voir bientôt. » Je ne peux m'empêcher de rester un moment là, assise sans bouger, regardant sa figure se retirant pour aller se reposer. Même sa silhouette crie à la tristesse et au désespoir.

**

Depuis une semaine, Ben a pu sortir de l'hôpital. Grâce à Sorinah qui m'envoie des messages pour me mettre au courant, je suis rassurée, soulagée. Tant qu'il était à l'hôpital je ne pouvais pas le voir, seule sa famille – disons plus sa sœur – le pouvait, et j'étais simplement là, à attendre impatiemment de le revoir. En même temps... J'ai peur. J'appréhende beaucoup nos retrouvailles, parce qu'il ne se souvient pas de moi et ça risque de créer des tensions et une scène étrange. Sorinah a été forte, vraiment. Je ne sais pas comment elle a fait, et j'aimerai bien qu'elle me donne sa recette magique.

Aujourd'hui, elle reprend le travail et doit de ce fait laisser Ben seul. Enfin, il a ses pokémons mais ce n'est pas pareil. Sorinah me donne à chaque fois sa localisation afin que je puisse aller le voir sans me retrouver bêtement devant leur appartement sans pouvoir entrer. Ça fait trop stalker, c'est vraiment bizarre... Elle a parfois de ces idées, qui marchent certes, mais tout de même. Bref. Donc, on a décidé que je passerai à l'action aujourd'hui. Même si je ne serai pas surprise de le voir s'enfuir lorsque je me mettrai à lui parler puisque pour lui, je suis une inconnue.

Je reçois un dernier message de la sœur de Ben m'indiquant qu'il se trouve dans un bar non loin de chez elle et que c'était le moment ou jamais. J'expire un bon coup, sentant mon corps qui commence à trembler légèrement. Je ne sais pas si j'en suis capable, ni même si tout va bien se passer ou s'il va simplement me virer de sa vie – pour toujours – mais il faut le faire. Si on ne fait rien, rien ne se passera. J'ai aussi dit à Maelys que je tenterai quelque chose, alors il faut y aller.

Sur un pas peu convaincu, j'arrive au bar. C'est un endroit sympathique, on est déjà venu ici avec Ben par le passé. Peut-être que les lieux lui ont rappelé quelque chose de familier, ce qui serait un bon début. Et même si ce n'est pas le cas, ce n'est pas très grave, on fera les choses petit à petit. J'entre donc et je balaie la salle des yeux pour l'apercevoir au loin, posé tranquillement dans un coin avec ses pokémons avec lui. Rien qu'à le voir ainsi, profitant de la belle journée, je sens ma gorge se nouer. Combien de temps est-ce que j'ai attendu avant de pouvoir le voir ? Combien de fois est-ce qu'on s'est dit qu'il ne sortirait probablement jamais de ce coma ? Le voir là, juste en vie, est quelque chose d'incroyable. Je sens les larmes me monter aux yeux, mais je tente de me contenir ; ça ne sert à rien de se mettre à pleurer là, comme ça, sans raison particulière pour toutes les personnes présentes. Et puis, j'ai encore quelque chose à faire, je ne dois pas me laisser prendre par les émotions. Mon cœur bat frénétiquement, mes jambes sont lourdes, mais il faut le faire. Avalant difficilement ma salive, je commande moi aussi une bière – je sens que je vais en avoir besoin – avant d'aller à la table de Ben.

Lorsque j'arrive à son niveau, Spooky me reconnaît et me fait un joyeux coucou que je lui rends. Il m'a facilité la tâche et je le remercie intérieurement. « Comment tu vas Spooky ? Oh, et Hamtaro ! » Je leur souris, me demandant s'ils ont passé eux aussi de mauvais moments. Il faut dire que ne pas se souvenir de vingt-cinq années, c'est un coup dur pour tout le monde et je dois prendre ça en considération. Plus facile à dire qu'à faire. « Euhm, désolée je ne me suis pas présentée... Je m'appelle Sanae, et je suis une amie de ta sœur. » Je ne suis pas sûre de si tout va bien, mais je continue. « Est-ce que... je peux m'asseoir ? » Est-ce que je dois lui dire qu'on se connaissait avant ? Lui dire comment on s'est rencontré, quels pokémons nous connaissons l'un de l'autre, que sa femme s'inquiète, que tout le monde veut avoir de ses nouvelles et le voir, que...

Non, je sais que je ne peux pas dire tout ça.


Lutter contre l'oubli Icon_s18
avatar par nessa, merci ♥️
Sanae - #D46A6A | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
mini sacoche:
 
Revenir en haut Aller en bas

Benedict Björnsdóthir

Benedict Björnsdóthir
Modo CDT & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 05/11/2017
Messages : 1458

Région : Sinnoh
Mar 12 Fév 2019, 10:23
Perdu dans tes pensées et le regard rivé sur ce qui se passait à l'extérieur – bien qu'il n'y avait pas grand chose à voir – tu ne remarquas pas tout de suite qu'une jeune femme venait en ta direction, ni même qu'elle resta plantée devant ta table un court instant avant de dire quoi que ce soit. Ce fut l'agitation de ton Rototaupe qui te tira de tes rêveries. Dans un premier temps, tu soupiras en lui demandant de se calmer un peu, ou d'au moins descendre de la table pour ne pas risquer de renverser sa bière. Mais finalement, en tournant la tête dans sa direction, tu eus la surprise de découvrir qu'il ne jouait pas, mais qu'il saluait la dite inconnue qui s'approchait de toi. Tu la fixas alors, portant ta pinte à tes lèvres. Et tu ne dis rien jusqu'à ce qu'elle se présente, lui laissant le plaisir de saluer tes pokémons, ainsi que de discuter avec eux. Ton hamster tendit joyeusement une graine en direction de la jeune femme, tandis que Spooky se dandinait dans tous les sens, l'air joyeux, sans doute pour lui montrer qu'il allait effectivement bien. Mais toi, tu demeuras muet, dans l'attente d'une quelconque information sur son identité.

Sentant sans doute le poids de ton regard, elle se présenta enfin, annonçant qu'elle était une amie de ta sœur et te demandant par la même occasion si elle pouvait s'asseoir à ta table, y déposant sa propre bière en face de la tienne. Tu continuas toutefois de la fixer sans prononcer le moindre mot. En réalité, tu cogitais sur la véracité de ses propos. « Une amie de ma sœur, dis-tu ? » soufflas-tu en te redressant légèrement sur ta chaise et tournant ton verre entre tes mains. Tu avais du mal à croire à cela. Simplement parce qu'enfant déjà, vous n'avez jamais partagés le même réseau d'amis – à l'exception d'Eliott que tu avais un intégré à ton quotidien. Et en discutant avec elle ses derniers temps, elle t'avait confirmé que ce point là n'avait jamais réellement changé. Et que si vous aviez des amis en communs finalement, c'était seulement parce qu'ils étaient avant tout tes amis à toi. Tu voulais bien accorder le bénéfice du doute à Sanae – tel était son nom – car après tout, tu n'étais pas à l'abri d'un mensonge destiné a te protéger. Cela dit, la réaction de tes pokémons te laissait encore perplexe, surtout que Hamtaro frottait encore son museau contre la main de cette jeune femme. Et tes pokémons n'avaient pas tendance à se comporter de la sorte avec n'importe qui. En particulier ton Dedenne que toi-même tu avais du mal à reconnaître dernièrement. Il n'était plus celui que tu avais connu enfant, celui qui aimait l'aventure, qui aimait le risque. Il n'était plus qu'une sorte de larve, végétant devant la télévision et ne réclamant plus que des câlins de temps à autre et un peu de nourriture. Et les seuls jeux qui peut encore l'intéressé étaient ceux destinés aux enfants. C'était comme si quelque chose avait changé. Comme s'il n'était plus ton pokémon et que votre relation n'était que courtoise. Mais tu n'osais pas plus creuser ta réflexion, bien trop effrayé par ce qui se cachait derrière tout cela.

« Permets-moi d'en douter, Sanae. » dis-tu clairement cette fois. Tu quittas tes pensées pour te concentrer sur elle et seulement elle. « Quelque chose me dit que tu es bien plus que cela. ». Par quelque chose, tu voulais bien évidemment dire tes pokémons, que tu désignais justement du regard. Tu laissas un instant le silence faire sa vie avant de soupirer. Tu te frottas les tempes, la regardant de nouveau. Et puis tu laissas tes doigts se rapprocher de nouveau de ta sainte et divine bière. « Je suis désolé si jamais j'ai cassé ton approche qui aurait pu être très subtile si ces deux là n'avaient pas tout cassé. ». Tu souris légèrement, comme pour la mettre en confiance. Tu étais presque certain qu'elle te connaissait autrement que comme elle le prétendait. Car pour revenir à toi de la sorte alors que tu ne te souviens pas du tout d'elle, c'est que tu devais être quelqu'un de relativement important pour elle. Et finalement, cela te faisait du bien. Tu avais peur de souffrir de croiser des personnes que tu pouvais connaître sans n'avoir aucun souvenir d'eux, de ce qu'ils étaient ou de ce que toi tu étais pour eux. Mais présentement, tu étais plutôt heureux et même soulagé. Peut-être que c'était parce que ta sortie était récente et que cette jeune femme n'avait finalement pas attendu bien longtemps avant de te retrouver. Ou alors c'était tout simplement parce que c'était elle et que ton subconscient devait la reconnaître. Cela sonnait un peu bête, mais tu aimais cette idée.

« Tu peux me dire tout ce que tu as sur le cœur ». Tu avais pris un ton bienveillant. Tu espérais qu'elle te raconte la vérité, sans crainte, sans tourner autour du pot. Peut-être que tu regretteras cette curiosité par la suite, mais tu sentais au fond de toi que tu avais besoin de cela. « J'espère juste que tu ne vas pas me dire que nous étions amants. Parce que tu as plutôt l'air dans les âges d'être ma fille. » dis-tu en riant légèrement. Tu te permis une petite blague, en espérant également qu'elle ne t'annonce pas que oui, tu es effectivement son père. Car là, tu n'étais pas certain de t'en relever.




(╯°□°)╯︵ ┻━┻
DC Frejyah Lijahvić
Avatar ©️️ Milo Jô ♥️
©️️️ IAGO
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Modo & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 24/03/2014
Messages : 2322

Région : Sinnoh
Sam 16 Fév 2019, 11:31
Revoir ces pokémons si familiers me fait un bien fou. Ça me rend aussi très nostalgique, mais ça fait du bien. Et quand je pose mon regard sur Ben, c'est... comme si nous étions revenu quelques années en arrière, où l'on se rejoignait encore chez Maelys et lui pour se détendre et passer de bons moments ensemble. C'est fou ce qu'un simple visage peut faire, entre les souvenirs qui remontent à la surface et les émotions qui jouent dans notre cœur. Je ne sais même pas si c'est une bonne idée d'avoir fait ça, d'avoir organisé cette rencontre... En réalité, c'est moi qui ne suis pas prête. Ben, lui, n'a pas à se préparer à quoi que ce soit pour l'instant et ça doit être bizarre pour lui de se retrouver devant une parfaite inconnue affirmant connaître sa sœur et étant aussi familière avec ses pokémons. A sa place, je serais partie en courant. Enfin peut-être pas, mais je ne serais pas aussi calme que lui.
Le Dedenne me tend une graine que je ne peux qu'accepter, me redonnant un peu le sourire face à cette boule de poil juste adorable. Il l'a toujours été, et je l'aime toujours autant. De même pour Spooky qui semble bien heureux de me revoir. Le plaisir est partagé.

Lorsqu'il prend la parole, que j'entends sa voix, j'ai une drôle de sensation dans la poitrine. Déjà parce que ça faisait tellement longtemps que je ne l'avais pas entendu... Cette voix bienveillante, ce ton calme et doux... Il m'a manqué. Beaucoup manqué. Mais ce n'est pas le moment de se laisser aller par mes émotions. En plus de ça, il ne me croit pas. C'est bien lui, ça, à savoir de suite qu'il y a quelque chose qui cloche. C'est sûr que ce n'était pas très subtil, et j'imagine que j'aurais pu venir avec une meilleure approche ou phrase, m'enfin... Maintenant que c'est fait, hein. Il jette un regard vers ses pokémons lorsqu'il finit sa deuxième phrase, et je ne peux pas lui en vouloir d'avoir déjà tout compris ; de toute façon la discrétion et la subtilité ne sont pas mon fort. « Eh bien... Il faut dire que je ne suis pas non plus très forte niveau approche subtile, haha. » J'essaie de détendre un peu l'atmosphère – même si c'est plutôt moi que j'essaie de détendre, actuellement – et ne sais plus où regarder ni comment lui répondre. Hamtaro est encore à côté de moi, se frottant contre ma main. Je souris légèrement en sentant sa délicate fourrure, lui donnant également de petites caresses. « Même sans eux, tu aurais deviné que quelque chose ne va pas. » Parce que Ben sait. Il a toujours su quand quelque chose n'allait pas. Observateur et attentionné, c'est souvent ce qu'on dit de lui et ce n'est pas faux. Ça ne m'étonne pas qu'il ait encore ses facultés, et le fait de le savoir me rend triste.

Me dire que je peux dire tout ce que j'ai sur le cœur... C'est à la fois cruel et bienveillant. Je ne suis même pas sûre de pouvoir tout lui dire. Ou lui parler tout court d'ailleurs. J'ai la gorge nouée depuis tout à l'heure, et je savais que ce n'était pas une bonne idée de venir, de lui parler et le revoir. Mais lorsqu'il reprend la parole avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, c'est comme un flot d'émotions qui me parcourent le corps. Il dit ça sur une pointe de légèreté, mais... Mais rien qu'avec ce qu'il vient de dire... « ma fille ». Même en ayant perdu la mémoire, comment peut-il faire des blagues tout en étant aussi précis et juste ? Ce n'est pas... juste. Mince. Je sens mes yeux qui piquent et mon corps qui commence à trembler. Je ne dois pourtant pas me laisser aller, pas maintenant. Je veux juste pouvoir lui parler. Comme avant.

Prenant une grande inspiration, et même si je n'ai eu clairement le signe affirmatif, je m’assois en face de lui, mes mains entourant mon verre. « Je... Je ne suis pas sûre de pouvoir tout te dire. Enfin, si je me suis venue aujourd'hui ce n'est pas pour repartir comme une voleuse, mais... » J'ai du mal à trouver mes mots, à formuler mes phrases. C'est bien plus difficile que ce que je croyais. « Il y a une chose sur laquelle tu as raison. Enfin, plus ou moins. Euhm... Tu-Tu es un peu comme mon père. Une figure paternelle pour moi, sans que nous soyons liés par le sang... » Je ne sais pas pourquoi je dis ça en premier. C'est vraiment pas la meilleure façon d'engager une conversation en mode « bonjour je suis ta fille mais pas vraiment, salut ». J'espère juste que ça ne lui fera pas un choc d'apprendre ça sans même s'en souvenir.

Et j'ai peur de sa réaction. Vraiment. Mais là, s'il s'enfuit, je ne lui en voudrais pas. « C'est peut-être difficile à croire... Enfin, je ne veux pas te brusquer, et, vraiment, c'est pas grave si tu ne t'en souviens pas ! » Je tente d'apaiser un peu le truc, un peu maladroitement cependant. « Je suis juste contente de pouvoir te parler à nouveau, Ben. Vraiment. » Le sourire que je lui donne est l'un des plus sincères que je n'ai jamais donné depuis un moment.


Lutter contre l'oubli Icon_s18
avatar par nessa, merci ♥️
Sanae - #D46A6A | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
mini sacoche:
 
Revenir en haut Aller en bas

Benedict Björnsdóthir

Benedict Björnsdóthir
Modo CDT & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 05/11/2017
Messages : 1458

Région : Sinnoh
Sam 09 Nov 2019, 06:35
Pourtant fier de ta petite blague, tu ne t'attendais pas à une telle réaction de la part de cette jeune femme. Tu avais l'impression qu'elle se décomposait de plus en plus et tu aurais juré que ses yeux devenaient humides. Elle te fis alors douter. Tu quittas ton large sourire pour une moue bien plus triste. Tu la regardais sans rien dire de plus, attendant d'avoir un retour de sa part avant même de faire des plans sur la comète. Tu ne pouvais pas te laisser aller à la panique. Tu étais ici comme un modèle, étant plus vieux qu'elle. Si tu craquais, elle craquerait également. Tu devais donc garder tes peurs et tes interrogations pour quand tu étais seul. Tu tentas alors de penser à rien, la fixant simplement. Tu t’apprêtais même à lui demander si tout allait bien pour elle. Car si toi tu arrivais encore à garder tout en toi, ça ne semblait pas être son cas.

Tu n'eus pas le temps de lui dire quoi que ce soit. Elle avait enfin prit la parole et tu ne tenais pas à la couper dans son élan. Surtout qu'elle semblait hésitante. Tu l'écoutais sagement, bien que tu avais du mal à la suivre au début. Elle semblait avoir du mal à trouver ses mots, à trouver la bonne tournure pour t'annoncer quelque chose, ce qui t'inquiétais presque. Et puis elle t'annonça la nouvelle, de but en blanc. Tu étais donc son père. Enfin, pas réellement, mais c'était tout comme. Tu sentis comme un poids tomber sur tes épaules. Tu sentis comme une drôle de chaleur dans ta poitrine, comme si ton cœur était en train de se serrer ou de se tourner dans tous les sens. Ton regard quitta le sien. Tu tournas légèrement la tête sur la gauche et tes yeux naviguaient de droite à gauche à une vitesse folle, comme s'ils cherchaient un point d'appui, un repère auquel se raccrocher. Tout était flou autour de toi, tu n'entendais plus qu'un bourdonnement. Tu comprenais soudainement pourquoi les médecins ou même ta sœur voulait tant te protéger.

Tu pris une grande inspiration, puis tu soufflas lentement. Tu ne pouvais pas te laisser aller de la sorte, surtout pas maintenant. Tu repris une grande inspiration, te redressant pour t'appuyer correctement au dossier de ta chaise. Ton regard croisa celui de ton Rototaupe qui semblait inquiet pour toi. Tu lui souris en lui caressant la tête, pour le rassurer. Tu allais bien et tu allais faire en sorte de le rester. Cette nouvelle faisait l'effet d'un choc, certes, mais tu devais te montrer fort. Ce n'était qu'un morceau détaché de l'iceberg que tu dois encore exploré. « Je te crois. » soufflas-tu enfin en la regardant de nouveau. Ce que tu t'abstenais de dire ceci-dit, c'était que tu avais quand même demandé confirmation à ta sœur. Car pendant ton petit malaise, tu avais saisis ton téléphone, ne fixant plus que celui-ci pendant quelques minutes, non sans raison.

Message
Aujourd'hui 15:47

J'ai une question et j'ai besoin que tu me répondes maintenant.


Si possible, évidemment. Mais c'est urgent. Stp.


Qu'est ce qu'il y a ?


Cette Sanae, tu la connais bien n'est-ce pas ?


C'est toi qui lui a dit où j'étais d'ailleurs ?


Oui et oui. C'est ça ton urgence ?


Non


Est-ce que c'est vrai que c'est ma fille ?


Enfin pas vraiment, mais tout comme ?


Oh putain...


C'est un non donc ?


C'est un oui, Benedict.


Tu avais finalement laché prise sur ton téléphone, posant de nouveau tes mains sur ta bière, gardant tes yeux sur Sanae. « Je dois t'avouer que ça fait un sacré choc. Mais j'apprécie ton honnêteté. Un peu de clarté dans tout ce brouillard ça fait quand même du bien. » dis-tu avec le sourire, malgré que ça fasse un peu mal également. Ton cœur se réchauffas également lorsqu'elle te dit être heureuse de pouvoir te reparler. Tu aurais aimer dire que ce plaisir était partager, mais ce serait évidemment mentir. Tu te contentas de sourire en retour. Mais tu ne restas pas silencieux bien longtemps, rattrapé par la curiosité. « Tu peux m'en dire un peu plus sur nous du coup ? ». Tu marquas un petit temps, buvant une gorgée de ta bière avant de reprendre. « Seulement sur nous, d'accord ? Je ne pense pas pouvoir encaisser d'autres révélation de ce genre, pour être totalement honnête. ». Tu ne te sentais pas capable d'affronter toute la vérité. Ce point là avait déjà été bien assez dur, tu ne pouvais donc qu'être en accord avec tes médecins sur le fait que c'était à toi de découvrir ton passé.




Présent – Point de vue de Sorinah – Commissariat de Unionpolis.


Elle était révolté. Elle était loin de se douter que Sanae agisse de la sorte. Elle lui faisait confiance, pensant qu'elle allait essayer de renouer avec lui sans pour autant entrer dans le vif du sujet aussi brutalement. Enfin, en réalité elle n'avait pas la totalité des informations. Elle se contentait certes des messages de son frère. Et ça lui suffisait pour perdre son calme et se laisser envahir par la colère. Elle quitta alors ses collègues, sortant du commissariat pour prendre l'air, prétextant qu'elle devait faire une pause. Et vu comme elle semblait excédée, personne n'osa l'en empêcher, même pas Pivert, le patron du centre qu'elle croisa dans les couloirs.
Elle s'arma de nouveau de son téléphone, se rendant sur la conversation qu'elle avait avec Sanae. Elle resta fixée sur son téléphone sans jamais lever les yeux, et ce même lorsqu'un collègue la salua.
Message
Aujourd'hui 16:12

Qu'est ce que tu fou bordel ? T'es malade ou quoi ? J'espère que t'as rien dit pour Mae et le gosse ?!


Dis moi qu'il va bien. Je te faisais confiance putain !


...Bon, j'ai pas toutes les infos, certes. Je m'emporte peut-être un peu, certes. MAIS QUAND MÊME SANAE !!!


Faut qu'on se voit ce soir. Avec Mae. Chez Mae.





(╯°□°)╯︵ ┻━┻
DC Frejyah Lijahvić
Avatar ©️️ Milo Jô ♥️
©️️️ IAGO
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Modo & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 24/03/2014
Messages : 2322

Région : Sinnoh
Ven 06 Déc 2019, 10:58
Après avoir craché tout ça, j'ai réalisé. J'ai réalisé à quel point c'est stupide ce que je viens de faire... Comment ai-je pu me laisser emporter par mes émotions ? Je m'étais jurée de ne rien dire, de tout garder et de lui dire les choses que lorsque le moment serait venu. Auprès de Sorinah et Maelys. Comme ça aurait dû se passer, quoi. Mais non. Il a fallu que je gâche vraiment tout ici et maintenant. Je me connais donc si mal que ça... ? Revoir le visage de Ben, sa voix, et le fait qu'il parle de « père », ça n'a pas aidé. Vraiment pas. Et revoir aussi Spooky et Hamtaro m'a propulsée en arrière, bien avant toute cette tragédie, bien avant que tout ne se complique pour cet homme qui n'a pourtant rien fait de mal.

Honnêtement, je ne sais pas pourquoi j'ai décidé d'aller le voir. Sorinah a été compréhensive et m'a fait confiance là-dessus. Elle m'a même poussée à le faire, car c'était important pour moi. Je me pensais être prête à surmonter n'importe quelle épreuve et n'importe quelle parole en arrivant ici, mais je me suis lourdement trompée. Jamais je n'aurais dû venir. La meilleure chose à faire aurait été de rester sagement chez Maelys, puis repartir comme tous les autres jours qui ont précédés le réveil de Ben.

Pendant ce court laps de temps où le silence s'est installé, j'ai cru que mon cœur allait exploser et que je m'enfuirais comme un Laporeille. Mais la voix de Ben revient alors, avec une simple phrase qui me rassure. « Je te crois » qu'il m'a dit. Par le passé, c'est aussi ce qu'il me disait. Je ne sais pas s'il s'en rend compte, mais dans tous les cas, cela me fait très plaisir. Tant pis s'il dit ça inconsciemment, l'important c'est que je ne l'ai pas dégoûté ni donné envie de s'enfuir face à quelqu'un qu'il ne connaît, pour le coup, même pas. A sa place, je ne suis pas sûre que je serais restée aussi maître de mes émotions et de mes mots. « Merci. » Un mot dit comme un soupir, mais sincère. Je ne sais pas quoi lui dire d'autre que ce simple mot ; merci de continuer de me croire, merci de rester, merci d'être encore en vie, merci d'être là. Tant de choses se bousculent dans ma tête, mais rien ne peut sortir. Je ne peux pas faire plus d'erreurs que j'en ai faite aujourd'hui.

Céder à sa requête sera bien douloureux. Je ne peux pas lui en dire trop désormais, car là c'était déjà de trop. « Eh bien, euh... C-C'était pas voulu. Enfin, je ne voulais pas te dire ça comme ça, surtout pas en débarquant comme ça de nulle part en plus... » Si ce qu'il dit est sincère, alors ça me soulage un tout petit peu qu'il ait une meilleure vision, une clarté, même minime.

Il me demande de lui parler de nous, mais seulement de nous. J'en serai plus que ravie de parler de nous, je ne pense pas être capable d'en dire plus. « Ah, euh oui ! De toute façon, en réalité, je n'aurais pas dû te dire tout ça, alors je ne me sens même pas capable de parler d'autres personnes... » Ou sinon je sens que je ne serai plus de ce monde. Bref. Je réfléchis donc avant de dire encore quelque chose que je risque de regretter. « Alors, par où commencer... On s'entraînait beaucoup ensemble. Je voulais devenir plus forte, devenir quelqu'un sur qui on peut compter, et pouvoir faire quelque chose de significatif de ma vie. » Plus je lui parle de tous ces souvenirs, plus je sens mon corps se détendre sans m'en rendre compte. « Je n'étais pas sûre de la voie à prendre, mais je savais que je voulais aider les autres. Aujourd'hui je sais que je veux passer ranger, mais à l'époque c'était plutôt dans la branche scientifique. Tu m'avais bien aidée d'ailleurs à choisir et à me former ! » Bizarrement, lui reparler de tout ça m'aide moi aussi à me remémorer des bons jours passés ensemble. Évidemment, j'omets volontairement de mentionner sa femme et son fils. Ce serait la catastrophe sinon.

« Oh, et aussi, nos pokémons jouaient beaucoup ensemble ! D'ailleurs, Eclat devrait être contente de revoir Spooky et Hamtaro. » Suite à cela, je laisse la Charmillon sortir de sa pokéball. Cette dernière, en voyant Ben puis les deux créatures, fait un joli petit cri joyeux avant d'aller papoter avec ses amis. En ne prenant rien en compte, on a vraiment l'impression de revenir plusieurs années en arrière.

« Euhm, j'espère que ça ne te dérange pas qu'il y ait, pour le coup, qu'Eclat soit sortie de sa pokéball ? » Maintenant que c'est fait... Mais s'il le souhaite, je peux très bien la rappeler. « Tu n'as pas à faire semblant si tu ne te sens pas d'être entouré d'étrangers, tu sais. » Mes dernières paroles sont dures à admettre, mais si c'est pour son bien, alors je le ferai.

Je sens ensuite mon téléphone vibrer depuis tout à l'heure, et ça me perturbe un peu. Je le sort discrètement et voit les messages de Sorinah. Ah. Merde.

Sorinah

Aujourd'hui à 16:12



Désolée Sorinah... Je suis désolée. Je ne l'ai pas fait exprès, enfin si, mais non et...
Ne t'inquiète pas, j'ai rien dit d'autre. On en reparle ce soir.
16h:23
©️️ TakeItEzy pour Master-Poké


Je me sens nulle de l'avoir "trahie". Mais comment peut-elle savoir ? Est-ce que Ben lui en a parlé de son côté ? De toute façon ça ne sert à rien de tergiverser maintenant ou d'en parler pas SMS, ce n'est ni le lieu ni le moment pour ça. Si Sorinah est en colère, qu'elle le soit, mais qu'elle ne la déverse pas avant que ma rencontre avec Ben se termine. Peut-être qu'il peut retrouver un brin de mémoire, peut-être pas, mais quand je repense à Maelys, si triste, à Elijah, je... J'ai envie que les choses avancent.


Lutter contre l'oubli Icon_s18
avatar par nessa, merci ♥️
Sanae - #D46A6A | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
mini sacoche:
 
Revenir en haut Aller en bas

Benedict Björnsdóthir

Benedict Björnsdóthir
Modo CDT & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 05/11/2017
Messages : 1458

Région : Sinnoh
Ven 13 Déc 2019, 14:38
Finalement, toutes ces révélations ne bousculaient pas que ton cœur, ton esprits et ses réflexions, mais également tout le petit monde qui t'entoure. Tu voyais bien à quel point cette jeune enfant semblait troublée et tu n'avais aucun doute sur le fait que de son côté, ta sœur en était tout autant retournée que vous. Tout ceci était assez inattendu et visiblement, cela ne faisait pas que du bien. Cela te confortait dans ta pensée qu'il n'était effectivement pas bon de vouloir précipité les choses. Ni toi, ni les autres étiez près à tout reprendre là où tout s'était arrêté, comme si de rien était. Car ce n'était pas rien. Tu n'étais plus totalement la même personne, puisque tu ne te souvenais d'absolument rien. Les souvenirs forgeait le caractère et la façon d'être, nos idéaux et tout un tas d'autres choses. Mais toi, à l'heure actuelle tu n'étais plus qu'une sorte de coquille vide qui essayait de renouer avec elle-même. Ce n'était déjà pas facile d'accepter ce qui t'étais arriver, de redécouvrir certaines choses. Les médecins avaient raisons, tu devais retrouver les choses par toi-même et à ton propre rythme.

Tu essayais tout de même de rassurer Sanae en prenant sur toi, essayant de ne rien laisser paraître. Le mal était fait. Et en soi ce n'était pas si grave que cela. Tu relativisais en te disant que cela pouvait apporter du bon d'avoir un point d'appui sur ce qu'était ton passé, de retrouver une amitié forte. Tu cherchais à positiver, optimiste dans l'âme. Ce qui faisait du bien. Il ne servait à rien de se morfondre sur sa personne, cela n'arrangeait en rien les choses. Tu l'écoutas te dire qu'elle ne voulait pas t'annoncer les choses comme ça et qu'elle n'était pas venue ici pour ça. Elle semblait désolée, ce qui t'attristait presque. Tu gardas toutefois le sourire et tentas une dernière approche pour la détendre. « N'en parlons plus. Ce qui est fait n'est plus à faire. Que ce soit une erreur ou non, il faut juste l'accepter et aller de l'avant. Ok ? ».

Tu affichas un large sourire qui semblait la détendre, après quoi elle répondit à ta requête ; celle de t'en dire un peu plus sur vous deux, sur votre passé ensemble. Tu l'écoutas sans jamais l’interrompre, captivé par le moindre de ses mots. Elle semblait se détendre petit à petit ce qui te combla de bonheur. C'était assez étrange en un sens. En soi, tu ne la connaissais pas plus que ça, tu la redécouvrais aujourd'hui comme tu pouvais la rencontrer pour la première fois. Elle pourrait même de raconter n'importe quoi en ce moment même. Pourtant, tu refusais de croire que tout ceci n'était que mensonge. Déjà parce que ta sœur t'avais confirmé que tout était vrai – ou tout du moins, que cette jeune fille et toi étiez très proche – mais aussi parce que tu te sentais incroyablement bien. Simplement la regardait t'attendrissait, comme lorsqu'on voyait le visage radieux de cet enfant qu'on aurait vu grandir et évoluer. Il était impossible pour toi de ne pas sourire. Tu étais particulièrement ému. Peut-être parce qu'elle te disait que tu l'avais beaucoup aidé, t'assurant donc que tu étais une bonne personne par le passé. Mais au fond de toi, tu sentais que c'était parce que tu l'aimais profondément. C'était assez trouble dans ton esprit, mais tu reconnaissais ce sentiment de bien-être, de confort, cette chaleur dans ton cœur qui s'installe lorsqu'on passe ne serait-ce qu'un court instant avec un être cher. Tu n'aurais sans doute pas ressenti tout ceci sans les révélations de Sanae, mais tu étais ravi de voir que même ton propre corps te confirmait tout ce que tu avais pu entendre. Certaines choses ne pouvaient s'effacer, même si la mémoire n'était plus là pour t'épauler. Et ça, tu en étais désormais persuadé.

« J'en conclus donc que tu n'es toujours pas devenue Ranger. Qu'est ce qui te freine encore ? ». Tu étais en train de te dire que pour l'avoir conduite vers cette voie, tu devais toi-même être de ce métier, ou au moins un similaire. Tu n'avais pas encore questionner ta sœur ou Eliott à ce sujet. Tu n'allais pas non plus demander à Sanae. La réponse à cette question n'était pas importante pour le moment. « Si tu manques d'entraînement, on peut reprendre, comme avant. Ça ne me ferrait pas de mal, je suis un peu rouillé, du coup. ». Tu ris légèrement, histoire de dédramatiser ta situation. Il valait mieux en rire qu'en pleurer de toute façon.

Et alors que tu terminas ta bière, reposant ton verre sur la table, Sanae te fit part d'une nouvelle information ; que vos pokémons jouaient beaucoup ensemble. Et puis elle laissa sortir de sa cage sphérique un joli Charmillon aux couleurs atypiques. Tu regardas le petit pokémon qui avait l'air heureuse de te voir. Tes propres pokémons descendirent de la table pour jouer non loin de vous, tous ensemble. Ton regard se tourna ensuite vers Sanae qui s'exprima de nouveau, te stipulant que tu n'avais pas à faire semblant si jamais quelque chose te dérangeait. Tu ris alors avant de dire quoi que ce soit. « Ne t'en fais pas pour moi, va. Tu dois savoir que je ne suis pas favorable à l'usage des pokéballs, alors je n'ai aucun mal à voir une multitude de pokémons autour de moi, qu'ils me soient connus ou non. ». Tu souris tendrement tout en croisant les bras et te laissant tomber au fond de ta chaise. Si tu devais utiliser un pokéball, c'était bien parce que tu n'avais pas le choix. Car dans la mesure du possible, tu aimais que tes pokémons soient libre comme l'air. Tu ne voulais forcer personne à rester avec toi s'il n'en avait pas l'envie. Et c'était ainsi que tu forgeais ton amitié avec ces petits êtres, comme les plus grands, totalement fascinants. « J'ai retrouvé en arrivant chez ma sœur Chandler et Frankie d'ailleurs. Ce fut des retrouvailles tout aussi étrange qu'entre toi et moi, mais j'en était tout aussi heureux ». Tu ne donnas aucun nom d'espèce volontairement. Puisqu'elle te connaissait bien et que ta sœur t'avait stipulé que tu n'avais que cinq pokémons à l'époque, Sanae devait forcement savoir de qui tu parlais. Il était tout de même triste que l'un d'entre eux, un respectable Octillery, soit mort pour te sauver. Tu ne peux qu'être reconnaissant, car sans lui, tu ne serais pas ici pour en parler, mais sans doute à sa place. Tu secouas légèrement la tête pour chasser cette idée noir, afin de te concentrer sur le présent et ce moment merveilleux que tu partageais avec la jeune demoiselle que tu appréciais déjà fortement. « Tu as d'autres pokémons que tu souhaiterais me montrer ? ».

« Tiens, tu veux boire autre chose ? Ou manger quelque chose, peut-être ? » demandas-tu à la jeune demoiselle alors que tu t'apprêtais à commander autre chose. Tu étais certain que votre petite conversation allait durer plus longtemps que prévu, alors autant prévoir de quoi vous ravitailler. « A moins que tu veuilles qu'on aille se balader ? J'ignore si tu avais quelque chose de prévu ou si tu passais juste en coup de vent. » soufflas-tu doucement. Tu ne voulais pas la forcer à rester avec toi, mais tu restais curieux de la redécouvrir et de passer un petit moment encore avec elle. « Quoi qu'il en soit, je vais bientôt avoir besoin de sortir pour un petit instant cigarette. Tu ne fumes pas, j'espère ? » demandas-tu sur un ton presque moralisateur, à l'image d'un père. Et puis tu lui fis un petit clin d’œil, souriant légèrement. Après tout, tu étais assez mal placé pour la juger sur ce point.




(╯°□°)╯︵ ┻━┻
DC Frejyah Lijahvić
Avatar ©️️ Milo Jô ♥️
©️️️ IAGO
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Modo & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 24/03/2014
Messages : 2322

Région : Sinnoh
Ven 20 Déc 2019, 16:10
Ce qui me rassure, c'est que les paroles de Ben sont les mêmes ; toujours aussi apaisants, toujours aussi compréhensifs et rassurants. Il ne se prend pas la tête sur certaines choses, et je pensais vraiment que toute cette révélation allait le mettre à mal. Peut-être qu'il ne le montre pas – ou que je ne le vois pas, après tout il n'est plus le Ben d'avant – mais qu'il le cache ou qu'il soit honnête m'importe peu ; finalement, le fait qu'il soit là et qu'il donne l'impression que tout aille bien me suffit. Je n'ai pas besoin de plus pour être satisfaite de notre rencontre d'aujourd'hui. Je hoche alors positivement de la tête lorsqu'il me dit de ne plus parler de cette erreur. « Ok. » Moi non plus, je n'ai pas envie d'en reparler, et ça doit sûrement le mettre mal à l'aise aussi, au fond. C'est bien de laisser tout ça de côté, il a bien raison. C'est juste que parfois, mes émotions prennent le dessus, et j'ai encore un long chemin à parcourir à ce sujet.

Lui parler de notre passé, de ce qu'on faisait ensemble... Tout ça, c'est bien plus facile et relaxant. J'avais peur qu'en racontant tout ça, il soit lassé ou fatigué, ou même qu'il pense que je mente ou je ne sais pas quoi d'autre... Mais on dirait qu'il ne se méfie pas et qu'il prend toutes les informations comme elles viennent. Ça m'étonne un peu, pour moi, il poserait davantage de questions et serait plus méfiant. Peut-être que quelque chose tout au fond de son esprit lui indique qu'il n'a rien à craindre et que je dis vrai ? C'est fort possible. Le corps et l'esprit parlent parfois bien plus que ce que l'on peut penser.

Le sujet en est resté au fait de devenir ranger. C'est marrant, cette discussion revient souvent en ce moment, que ce soit avec Sean et Jun ou quand je revois Côme ; tout le temps cette question de « à quand ranger ? ». Je peux les comprendre n'empêche, puisque je l'ai annoncé haut et fort, il faut bien que je m'y mette un jour... « Non, je ne le suis pas encore. » Je réfléchis à mes mots. Je ne suis pas sûre de savoir moi-même ce qui me freine. Il s'en est passé des choses avant aujourd'hui, et j'ai même l'impression de ne même pas avoir eu le temps d'y penser sérieusement. Heureusement pour moi, Ben reprend la parole avant que je ne lui réponde. Le fait qu'il me propose son aide pour s'entraîner me fait sourire ; si seulement tout était comme avant. « Je ne dis jamais non à de l’entraînement ! » Avec dynamisme et sourire, je lui affirme ça. Et c'est vrai ! Je trouve que je ne m'entraîne pas assez. « Et puis, pour te répondre, je ne suis pas sûre de savoir ce qui me freine... En vérité, il y a eu beaucoup d'événements qui se sont passés, et je n'ai pas eu le temps d'y réfléchir ou de m'y mettre sérieusement. » Je lève légèrement la tête, fixant un point invisible au niveau du mur, recherchant comment proprement mettre tout ça à plat sans trop en dire. « Après c'est aussi une sorte d'excuse. J'ai juste peur de me rater complètement, d'échouer lamentablement et de savoir qu'au final, ce n'était pas pour moi. Il y a des choses pour lesquelles on est fait et pas d'autres, je me dis aussi que c'est peut-être trop ambitieux pour quelqu'un qui n'a pas beaucoup de confiance en soi, haha. » C'est un peu gênant d'en parler. Non pas parce que j'avoue que je suis potentiellement un poil trop faible, mais surtout parce que je l'avoue à Ben ; avant, je ne lui aurais jamais dit que ce n'était pas pour moi et que je n'y croyais pas. Enfin, je l'ai sûrement dit mais de manière détournée, pas aussi franchement.

Peu après ça, j'ai laissé Éclat prendre l'air et faire ses retrouvailles avec Spooky et Hamtaro. Le trio s'en est allé jouer non loin de nous et c'est une vue qui m'a beaucoup manqué. Je hoche simplement de la tête lorsque Ben me dit ne pas aimer les pokéballs. Oui, je le sais. Mais sait-on jamais, être entouré de pokémons inconnus peut être un peu trop pour une seule personne. « Oh, tu as pu retrouver tes autres pokémons ? Je t'avoue que Chandler et Frankie, je ne les ai pas encore revus depuis un petit moment. Comment ils allaient ? Je suis sûre qu'ils étaient très heureux de te revoir ! » Quand je repense aux deux pokémons, une grosse vague de nostalgie m’envahis d'un coup, repensant à l'équipe que l'ex-ranger possédait. Et je ne mentionne évidemment pas son autre pokémon, mort dans l'accident. J'ignore s'il est au courant ou s'il a gardé ça en mémoire, mais dans tous les cas je ne mentionnerai pas ça s'il ne le fait pas de lui-même.

Parlant d'autres pokémons à montrer, je pèse le pour et le contre. Les pokémons auxquels je pense sont ceux qui connaissent bien Ben, donc ce sera eux. Pour les autres, on laissera ça pour un autre jour. « Oui, j'en ai pleins d'autres ! Mais on va y aller petit à petit, je vais te montrer ceux avec qui tu t'entendais le mieux. Enfin, ceux qui te connaissent le mieux, surtout. » Parce que lui montrer Pachi, c'est bien, mais ça ne servirait à rien parce que Pachi... Eh bien Pachi il s'en ira juste jouer sans prêter attention à Ben. Du coup, je laisse Sniper et Elon sortir de leurs pokéballs. Bon, ils prennent un peu de place dans un bar, heureusement que cet endroit est plutôt grand sinon ça ne le ferait pas. « Du coup, je te présente Sniper et Elon ! » Respectivement, le Lucario et le Luxray saluent l'homme ; Elon plus joyeusement que Sniper, mais ça c'est normal, c'est Sniper. « Ces trois pokémons ont été mes plus gros soutiens jusqu'à maintenant. » Je sens que le Lucario reste bien silencieux, mais je ne dis rien et ne souhaite pas mettre Ben mal à l'aise pendant que je fais de la télépathie avec Sniper... Surtout qu'en plus, dans l'histoire, il n'y a que Sniper qui en est capable. Bref. Les deux nouveaux appelés se dirigent vers le trio et ils refont un peu tous connaissance.

Par la suite, Ben me propose qu'on fasse un petit quelque chose, que ça soit commander autre chose ou aller se balader. Le fait qu'il mentionne qu'il ait besoin de fumer, puis qu'il prenne d'un coup sa voix de « père » m'arrache un large sourire. « Haha, non non, je ne fume pas, j'ai eu un bon exemple. » Je lui dis, avec un petit ton sarcastique – juste un petit peu – et un regard qui en dit long sur ladite personne qui, étrangement, se trouve juste en face de moi. « Et ça me va si on part se promener, comme ça tu peux fumer et ça permettra à nos pokémons de se dégourdir les pattes ! » Je me tourne pour voir le groupe de pokémons qui semble bien s'amuser, mais je me dis qu'Elon aura besoin de gambader un peu. « Tu veux commander autre chose avant qu'on ne parte ? Moi, ça va, je finis juste le peu qu'il me reste. »


Lutter contre l'oubli Icon_s18
avatar par nessa, merci ♥️
Sanae - #D46A6A | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
mini sacoche:
 
Revenir en haut Aller en bas

Benedict Björnsdóthir

Benedict Björnsdóthir
Modo CDT & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 05/11/2017
Messages : 1458

Région : Sinnoh
Sam 22 Fév 2020, 06:56
En restant sur le sujet « Ranger », la jeune demoiselle te révéla alors son manque de confiance en elle. Tu te redressas légèrement avant de reprendre la parole, laissant donc volontairement un petit blanc dans votre conversation. Tu étais assez surpris de cette découverte, puisqu'elle te semblait au contraire très téméraire. Il fallait beaucoup de courage, après tout, pour venir ici aujourd'hui et affronter de vieux démons comme elle le faisait présentement. Mais visiblement, cet élan de courage devait être une terrible épreuve pour elle. Et tu pouvais la comprendre. Le changement, ainsi que l'inconnu, est quelque chose de particulièrement effrayant. Dans ton propre cas, tu fuyais ton passé, ne voulant pas découvrir trop de choses qui ferraient souffrir ton entourage, ou toi-même. Et dans son cas, le futur peut se montrer tout aussi effrayant. Essayer et échouer, ou ne pas aimer, peut devenir une perte de temps selon certains points de vues. Mais toi, tu préférais voir cela comme une expérience à prendre et à garder en mémoire. Comme quelque chose qui te rend plus fort en te faisant découvrir des points inconnus. Il était donc impératif pour toi de la rassurer sur ce rêve qui la berce. « Je comprends que ça puisse être effrayant pour toi. Mais si tu n'essaie pas, tu ne sauras pas si tu aimes ce métier ou non. Tu ne peux pas te baser sur de simples avis extérieurs ou idées que tu te fais de tout ça. Lance toi et forge ton propre opinion. Et dans le pire des cas, dis toi que ce sera une expérience intéressante qui ne peut qu'embellir ton CV. Je suis certain que ça t'offrira des connaissances que tu n'as pas encore. ». Tu souris, signant pour ce geste ton mot de la fin sur ce sujet. Il ne servait à rien d'insister plus. Elle devait faire le tri de ces informations et se retrouver elle-même. Et puis, de toute façon, vous en reparlerez sans doute le jour où vous reprendrez l'entraînement ensemble, comme vous deviez le faire par le passé.

En venant donc aux sujets de vos pokémons, tu avais abordé tes retrouvailles avec les tiens encore en vie. A cela Sanae te demanda des nouvelles d'eux. Tu gardas un sourire radieux accroché aux lèvres, touché qu'elle s'intéresse à tes compagnons. « Ils vont bien. Chandler était ravi de me voir. Bien qu'il semblait relativement triste que je ne me souvienne pas de lui. Je ne tenais pas à lui cacher. De ce que j'ai compris, nous étions très proche, alors je lui devais la vérité. Mais ces derniers jours, nous étions unis comme si nous n'avions jamais été séparés. Et ça fait relativement du bien. ». Tu marquas une petite pause, repensant à ce que ta sœur t'avait dit sur lui. Tu l'avais reçu dans ton adolescence, il était donc ton premier vrai compagnon après Spooky. Tu savais donc que ce liens qui vous unissait reviendrait relativement facilement. Et que bientôt, tout sera comme cela toujours été. « Frankie lui ne semblait pas tant perturbé. Je crois même qu'il était déçu de voir que j'étais revenu sans aucun costume pour lui. ». Tu ris légèrement, caressant le crâne de ton fidèle Rototaupe.

Par la suite, elle te montra deux autres pokémons, précisant qu'elle en avait encore des tas. Tu étais donc bien curieux de tous les voir, mais dans un tel lieux, c'était compliqué. Et puis, autant y aller progressivement. Tu salua alors le Lucario et le Luxray qui se présentaient à toi, caressant la crinière de celui qui te donna un peu plus d'attention. « Ils sont merveilleux et semblent en forme. Ce sont de très beaux acolytes que tu as là » soufflas-tu en regardant tour à tour les trois pokémon. Tu les regardas un long instant renouer contact avec tes propres compagnons. Ils semblaient tous particulièrement heureux de se revoir, surtout qu'eux n'avaient pas de problème de mémoire, ce qui simplifiait pas mal la chose.

Ayant à présent chacun terminé vos verres, il était temps pour toi de marquer une pause cigarette. Tu en avais profité pour lui proposer de se balader si elle le souhaitait, ce qui semblait l'enchanter. Tu n'étais pas en capacité de marcher très longtemps, mais une petite balade ne pouvait que te faire du bien. Tu attrapas ta canne que tu avais laisser non loin de là, la coinçant sous ton bras le temps que tu trouves tout ton nécessaire et d'ainsi déposer une cigarette entre tes lèvres et garder en main ton briquet. « Très bien. Continue de suivre cette personne exemplaire » dis-tu en lui adressant un clin d’œil. Tu avais bien compris qu'elle parlait de toi. Et tu étais donc ravi de savoir que malgré ton addiction tu ne lui avais pas donné envie de commencer. Tu savais que c'était de la grosse daube, mais qu'est ce que c'était bon. Tu te sentais détendu à chaque bouffée de nicotine qui partait dans tes poumons sans doute ravagés.

En t'appuyant sur ta canne, tu te relevas, contournant la troupe de pokémon et enjambant les plus petits. « Allons donc nous promener, ça nous ferra à tous le plus grand bien ». Tu quittas ainsi des yeux la jeune femme qui t'accompagnait pour te rendre au bar pour t'assurer que vos consommations étaient bien réglés – puisque tu ne t'en souvenais plus – avant de quitter l'établissement. Et à l'instant même que tu mis les pieds dehors, tu allumas ta cigarette, expirant lentement pour savourer ce plaisir. Tu avanças de quelques pas ensuite, glissant ton briquet dans ta poche tout en t'appuyant sur ta canne. Tu te tournas vers tout ce petit peuple qui t'avait rejoint, laissant ton regard se poser sur le doux visage de Sanae. « Où souhaites-tu aller ? Je crois qu'il y a un petit parc non loin d'ici. ». Tu regardas autour de vous, essayant de te souvenir par où était ce fameux parc. Tu n'étais pas encore totalement familier avec cette ville qu'était Unionpolis. « Je crois que c'est par là. » dis-tu en ouvrant la marche. « Je suis désolé, je ne peux pas marcher plus vite que ça. ». Tu souris, t'arrêtant finalement, ne parvenant pas à fumer et marcher en même temps, t’essoufflant beaucoup trop. « Je vais d'abord finir cette chose. » soufflas-tu en riant légèrement. Ton regard se posa alors sur vos pokémons qui discutaient et jouaient ensemble. « Et donc si tu n'es pas chez les Ranger, que fais-tu en ce moment ? ». Tu tâchas de combler la conversation le temps de finir ta cigarette, histoire de ne pas rester dans un long silence gênant.




Présent – Point de vue de Sorinah – Commissariat de Unionpolis.


Quittant enfin le boulot, elle attrapa son téléphone pour dans un premier temps appeler Maelys et la prévenir de sa venue avec Sanae. Elle ne prit pas la peine d'annoncer ce que cette dernière avait fait, ne trouvant pas cela très judicieux de tout lui dire par téléphone. Elle trouvait que c'était mieux de le faire en face à face. Une fois qu'elle eut raccroché, elle s'installa dans sa voiture et prit le temps d'envoyer un sms à Sanae sans pour autant démarrer oui quitter le parking du commissariat. Elle savait à quel point être au téléphone au volant était dangereux et ne voulait pas s'y risquer.
Message
Aujourd'hui 17:48

Je quitte le boulot. Je repasse par chez moi avant dep rendre la route pour Frimapic. Je viens te chercher ou tu te débrouille pour y aller ?

En sachant que j'ai dis à Mae qu'on sera chez elle dans 30min.


Elle avait hâte d'entendre ce que cette jeune femme avait à dire pour sa défense. Elle attendit alors quelques minutes une réponse de son amie, naviguant sur les réseaux sociaux pour combler son attente. Après quoi, elle quittera enfin le parking et s'en ira chez sa belle-sœur.




(╯°□°)╯︵ ┻━┻
DC Frejyah Lijahvić
Avatar ©️️ Milo Jô ♥️
©️️️ IAGO
Revenir en haut Aller en bas

Sanae Rainsfeather

Sanae Rainsfeather
Modo & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 24/03/2014
Messages : 2322

Région : Sinnoh
Lun 02 Mar 2020, 10:51
Les paroles de Ben font écho dans ma tête. C'est un peu comme si nous étions retournés dans le passé, bien avant l'accident, où l'ancien ranger me parlait avec un ton doux et une assurance qu'on ne remarque que lorsqu'on le connaît assez. Il a toujours été là pour me rappeler tout ça, qu'il ne faut pas abandonner et continuer à avancer malgré les difficultés et les incertitudes. Évidemment, au fur et à mesure de mon voyage et après son accident, j'ai laissé les bonnes paroles de côté involontairement et je me suis perdue en cours de route. Ça fait du bien d'entendre à nouveau tout ça. « Oui... C'est vrai. Tu as raison. C'était un peu ce que tu avais dit, à l'époque. » Je dis ça, un peu pensivement. Ça me rend nostalgique. « Enfin, je veux dire, c'est plaisant de voir que tu as toujours ce côté un peu « vas-y fonce » sans trop de retenue ! » Je ne veux pas qu'il pense que je le crois très fonceur dans sa vie d'avant, ou qu'il pense avoir été quelqu'un qu'il n'est pas. C'est juste... j'ai besoin de lui en parler. Peut-être que ça va l'aider à se remémorer de quelques bribes de souvenir, même très peu ce serait très bien.

Lorsque l'on se met à parler de pokémons, le visage de Ben s'illumine au moment où il me donne des nouvelles de ses compagnons. Comme je m'y attendais, ces derniers ne sont pas non plus dans la mémoire de l'ex-ranger et sont, de ce fait, très affectés. Heureusement, le lien qui uni un dresseur et son pokémon ne repose pas seulement sur des souvenirs et une vague probabilité de bien s'entendre, c'est plus que cela. Je ne suis donc pas surprise qu'il me dise que, depuis peu, ils sont redevenus assez proches et que certaines habitudes soient de retour. « Oh mais c'est génial ! C'est une très bonne chose que vous repreniez un peu tout ça ensemble. Après tout ce temps, tes pokémons en ont besoin, autant que toi. » Je ne peux imaginer mes propres créatures vivre à ce genre de situation. C'est comme Leafia et Sylphe qui ont du surmonter cette dure épreuve, sauf que maman n'est jamais revenue pour elles. J'ai bien essayé de combler ce manque, et peut-être qu'aujourd'hui j'y suis parvenue, mais ça n'était pas gagné à l'époque.
Je le vois caresser son Rototaupe, et je me dis que la clé pour retrouver la mémoire pourrait aussi résider dans ses pokémons. Ils sont très importants pour lui, l'ont toujours été, donc en plus d'eux, avoir sa femme et son fils aiderait beaucoup. « Petit à petit, tu vas y arriver. Avec tes pokémons en plus qui t'aiment de tout leur cœur, ce ne sera pas difficile ! »

Puis, je laisse Sniper et Elon sortir de leurs pokéballs pour qu'ils se montrent face à Ben. Évidemment, c'est le Luxray qui est plus enjoué ; malgré son gabarit et sa grande taille, c'est en réalité un gros nounours qui adore jouer et faire des câlins. Il adore se battre, mais en dehors il laisse toute combativité de côté. « Merci pour eux ! Je fais tout pour les garder en forme et en bonne santé. Ce sont mes pokémons, mais aussi les plus gros soutiens de ma vie. » Je pense qu'il peut comprendre ça et que je n'ai pas besoin d'en dire plus.

Ben me répond par le même petit ton quand je lui dis avoir bien pris exemple sur lui. L'espace d'une seconde, c'est comme si nous étions revenus bien plus que six mois en arrière. Je ris face à ce qu'il vient de dire. « Ok chef ! »

Prendre l'air me fait du bien – et j'imagine qu'à lui aussi, ainsi que nos compagnons. Ben allume sa cigarette comme prévenu, et puis nous faisons quelques pas avant que l'ex-ranger ne me demande où est-ce que je voudrais aller. Pour être honnête, je n'y ai pas pensé, donc sa proposition me tente bien. « Oh, on peut aller au parc oui, je n'ai pas d'endroit spécifique en tête ! » Nous avançons alors, doucement. Ben rajoute qu'il ne peut pas marcher plus vite, et ça ne me dérange pas, même si sur le coup, ça me rend un peu triste de l'entendre dire. « Pas de problème, j'ai tout le temps du monde aujourd'hui ! » Je lui souris, ayant simplement une grande envie d'aller se balader calmement en compagnie d'un visage familier.

Il s'arrête alors un moment, finissant d'abord sa cigarette avant de reprendre la marche vers le parc, ce que je peux comprendre – et la preuve que c'est vraiment pas une bonne chose, ces trucs ! « Haha, est-ce que ça pourrait suffire à te convaincre d'arrêter de fumer ? » Je lui demande, un peu comme ça, juste pour voir ce qu'il va me répondre.
Notre conversation revient sur un peu ce que je fais, moi. C'est vrai que dans cette situation, il ne me connaît pas alors que moi, je le connais. Ça ne doit pas être très agréable pour lui. « Eh bien, je parcours la région pour le moment et je gagne les badges nécessaires pour passer le test ranger, mais aussi pour peut-être aller défier la Ligue dans un futur lointain. » Maintenant que je le dis à haute voix, c'est comme si tout était devenu un peu plus clair et simple. « Ça paraît loin et en même temps très proche à atteindre comme objectif. » J'ai aussi envie de lui demander ce que lui, il veut faire. Je ne sais pas si c'est pertinent de papoter autant dès aujourd'hui, donc j'attends d'abord d'avoir sa réaction avant d'aller plus en profondeur sur le sujet ou non.

**

Bien plus tard, après avoir quitté Ben, je reçois de nouveau un message de Sorinah. Ah, c'est vrai. Elle ne doit pas être très contente... Peut-être que j'ai fait une bêtise, mais je pense que ça ne peut pas être si horrible que ça. Je lui réponds alors, en espérant que tout se passe bien et qu'elle comprenne – elle et Mae – pourquoi est-ce que j'ai agi de cette façon.

Sorinah

Aujourd'hui à 17:48


Ok. Oui, je veux bien que tu passes me chercher dans ce cas.
17h:51


mots = 1121


Lutter contre l'oubli Icon_s18
avatar par nessa, merci ♥️
Sanae - #D46A6A | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
mini sacoche:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Charlots contre Dracula [DVDRiP]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Frimapic-