AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Lutter contre l'oubli


Benedict Björnsdóthir
Modo Jeux & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 06/11/2017
Messages : 928

Région : Sinnoh
Dim 31 Déc - 16:12
Flashback - Point de vue de Sorinah, puis Maelys.

Elle s'était isolé dans la salle bain, prétextant devoir se rafraîchir, laissant sous-entendre qu'elle allait au toilette. Mais en réalité elle était effrayée et avait besoin de souffler. Cela faisait deux mois que Benedict s'était réveillé. Deux mois que Sorinah se rendait chaque jour en fin d'après-midi chez la femme de son frère, en compagnie de la petite protégée de ce dernier, le tout pour donner des nouvelles de lui. C'était devenu un rituel. Sorinah était la seule pouvant aller à l'hôpital pour le voir en personne. C'était ce qu'elle avait exigé et ce que les médecins avaient conseillés. Car malheureusement pour les autres, le rouquin ne se souvenait de personne. Elles l'avaient accepté – n'ayant pas vraiment le choix de toute façon – et se contentaient de ce que la sœur voulait bien leur dire. Elle ne faisait cela qu'avec ces deux jeunes femmes. Parce qu'elle les connaissait et qu'elle les aimait. Et pourtant elle devait mettre fin à tout cela. Car voilà deux semaines déjà que la sortie de son frère avait été programmé. Elle devait leur annoncer. Ce n'était rien de bien compliqué et pourtant cela la tétanisait. Tout allait changé. Jusque là, aucune d'elle n'arrivait à réalisé ce qui se passait réellement, la gravité de ce qui s'était passé. Ce n'était qu'anecdotique, complètement illusoire. C'était loin d'elles. Et pourtant, dès demain, tout deviendrait réel. Sorinah allait être contrainte de couper les ponts quelques temps, de voir les filles par intermittence et de passer le plus clair de son temps avec son frère. Elle devra l'aider, l'épauler dans cette bataille contre sa mémoire. Au fond, elle espérait qu'il se souvienne au plus vite, mais elle savait que ce ne serait pas aussi simple. Que tout allait prendre énormément de temps. Et que potentiellement certaines choses se noient dans le néant à jamais. Elle avait peur de voir un enfant se retrouver sans père, que son frère ne se souvienne jamais de son propre fils ou de sa femme qu'il aimait tant.

Se passant un coup d'eau sur le visage, Sorinah souffla. Elle fixa son reflet dans le miroir et se donna quelques paroles encourageante avant de ressortir et de retrouver ses amis dans le salon. Elle riaient de bon cœur, regardant le petit garçon insouciant jouer un peu plus loin. En s'installant de nouveau sur le canapé, les regards se tournèrent instantanément sur elle, faisant grandir son angoisse. « Alors. Comment va-t-il ? » demanda Maelys. Sorinah sentit sa gorge se resserrer. Elle aurait aimé partir, éviter cette situation gênante. « Bien. Vraiment bien » souffla-t-elle d'abord en fixant sa tasse de café. « En fait... Il va bientôt sortir... Demain, pour être exact. » Un silence morbide s'installa. La rouquine releva la tête, découvrant le regard paniqué de son amie. « Il ne peut pas revenir ici... Ce serait beaucoup trop... » « Je sais... » Elle regarda ensuite la brunette qui était resté silencieuse jusque là, mais tout aussi affecté. « Il vivras chez moi le temps qu'il faudra. Je viendrais un peu moins souvent puisque je devrais m'occuper de lui... » Elle déposa de nouveau ses yeux sur sa belle-sœur qui retenait difficilement ses larmes. Sorinah quitta alors le canapé pour se rapprocher du fauteuil où était installée son amie, s'agenouillant devant elle. « Eh. On est là. On t'aidera. Quoi qu'il arrive on sera toujours là pour toi et Elijah. » Elle parlait pour deux, mais elle savait que Sanae aurait dit la même chose. Et puis elle se releva, s'éloignant de quelques pas. « Je suis désolée de balancer ça et de me sauver aussitôt, mais je dois rentrer pour préparer son arrivé. Tu sais à quel point mon frère est maniaque... » Elle s'habilla de son manteau, attrapa son sac et revint vers Maelys pour une étreinte chaleureuse. Elle salua ensuite Sanae et quitta la pièce.


Maelys s'était laissé tombé dans son fauteuil, comme alourdie par le poids de la nouvelle. Elle était livide et n'osait parler sur l'instant, perdue et tétanisée. « Tu crois que je l'ai perdu à jamais ? » osa-t-elle enfin dire en se tournant vers Sanae, les yeux imbibée de larme. « Qu'est ce que je vais faire sans lui... Et Elijah ? ...Oh mon dieu... » Elle plongea sa tête entre ses mains, n'osant plus affronter le regard de qui que ce soit. Elle avait peur. Peur d'avoir perdu l'amour de sa vie, celui qu'elle chérissait plus que quiconque, celui qui avait fait de sa vie un paradis sur terre. Jusque là, elle se disait naïvement qu'il reviendrait à la maison et que rien n'aurait changé. Mais elle n'avait pas réalisé que rien n'était pareil. Qu'elle n'était plus qu'une inconnue à ses yeux. « Qu'est ce que je vais faire... » souffla-t-elle, désespérée.




(ง •̀o•́)ง
DC Frejyah Lijahvić
Avatar ©️️ Victoria Decker
©️️️ IAGO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sanae Rainsfeather
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1811

Région : Sinnoh
Lun 22 Jan - 12:49
Lorsque j'ai appris la nouvelle, je ne sais pas ce que j'ai ressenti en premier – ou plutôt si j'ai ressenti quelque chose tout court. Le choc avait complètement électrocuté mon cerveau, ma façon de penser – ma capacité à penser ; il ne se souvenait plus. Il avait perdu la mémoire. A part sa sœur, nous étions maintenant tous des inconnus pour lui. Même sa propre famille, sa femme et son fils, il n'en avait aucun souvenir. Encore, s'il ne se rappelait pas de moi ça m'aurait moins dérangé – même si ça fait mal quand même, évidemment – mais voir Maelys être aussi dévastée me fait un gros pincement au cœur. Elle ne mérite pas ça. Cette famille ne mérite pas ça.

Cela fait deux mois que je me rends chez Maelys, Sorinah toujours présente également avec nous. Toutes les trois, on se retrouve ici pour papoter et pour que la sœur de Ben nous fasse parvenir de ses nouvelles. Nous, nous n'avons pas le droit d'aller le voir. Enfin, ce n'est pas conseillé, disons. Et je peux comprends ça, même si m'attriste de ne pas pouvoir y aller, mais je doute que je serais d'une grande aide. Plus les jours passent et plus j'ai l'impression d'être dans un rêve, que tout va redevenir comme avant du jour au lendemain, avec Ben qui arrivera pour nous révéler que ce n'était qu'une blague. Mais non. Mon esprit a envie d'y croire, mais mon cerveau sait pertinemment que ce n'est pas le cas et que ça ne sert à rien d'espérer une telle chose. C'est toujours dans ces moments-là que la dure réalité nous rattrape. Tout se passait bien, tout le monde était heureux, et d'un coup, juste un coup de la vie, et tout s'écroule. Il pourra peut-être retrouver sa mémoire, et je pense qu'on devrait même être contentes qu'il ne soit pas mort et qu'il ait « juste » perdu la mémoire, mais... C'est tout aussi dur. C'est presque tout comme, surtout s'il ne se souvient pas, s'il ne se remémore jamais. Et que deviendra Elijah sans son père ?

Aujourd'hui, l'ambiance est un peu plus légère, avec Elijah qui joue un peu plus loin, on parvient à parler avec Maelys de manière plus joyeuse. Mais juste un peu. Je sais que derrière ses rires – nos rires – il y a cette part qui n'arrive pas à être heureux pleinement. Et c'est normal.
Sorinah revient et Maelys prend la parole. De mon côté, je ne dis rien et écoute attentivement ce que la sœur de Ben a à dire. Un lourd poids doit peser sur ses épaules, à force d'être la seule à faire ces allers-retours à l'hôpital, nous faire parvenir de ses nouvelles et rester forte pour tout le monde. Lorsqu'elle annonce la sortie de Ben, Maelys est la première à parler. Je suis aussi paniquée qu'elle. Je ne vois pas comment il peut revenir, ici, sans que le reste de sa famille s'écroule, sans qu'Elijah se sente bien avec un père qui ne le reconnaît même plus... Mais Sorinah a tout prévu et elle dit l'accueillir chez elle. C'est logique, c'est même la meilleure solution. Cette dernière s'agenouille d'ailleurs devant sa belle-sœur pour la rassurer. Je hoche de la tête à ses mots, mais ne trouve pas la voix pour extérioriser ce que je ressens. Je pose simplement ma main sur celle de Maelys pour lui donner une petite pression qui se veut rassurante avant de la retirer au moment où Sorinah s'en va. Je me lève pour la saluer et laisse échapper quelques mots. « Courage. Si tu as besoin de quoi que ce soit, appelle-moi. » Je doute que je sois autorisée à voir l'homme qui a été comme mon père, une figure paternelle, mais on ne sait jamais. Je veux pouvoir être utile si mon amie a besoin d'aide, parce qu'il est aussi devenu ma famille.

Une fois la porte refermée derrière elle, je retourne vers le fauteuil à côté de Maelys . La gorge nouée, je ne sais pas quels sont les bons mots pour la réconforter lorsqu'elle est au bord des larmes. Alors qu'elle se prend le visage dans les mains, je m'affaisse un peu plus dans le fauteuil et regarde le plafond, à la recherche de mes mots. J'ai peur de dire les mauvaises choses.

« Non, je... » Une pause. Je ne suis toujours pas sûre de ce que je veux lui dire, mais il faut bien commencer quelque part pour se lancer. « Je pense qu'il se souviendra. Tôt ou tard. Après tout, tu es toute sa vie, et Elijah aussi. Je suis sûre qu'il lui faudra juste un petit peu de temps. » Je ne sais même pas si, à ce stade, j'essaie de la réconforter ou de me convaincre moi-même. « Une fois qu'il sera prêt à nous revoir, on peut tenter de lui montrer des signes pour qu'il se souvienne. » Que ce soit ses pokémons, ressasser ou recréer une scène qui l'aurait marqué... Quelque chose. Il faut toujours faire remonter des souvenirs avec des éléments choquants ou marquants, un événement qu'il n'aurait jamais oublié et dont il chérissait.

Après un moment de silence, une idée me traverse l'esprit. A moins qu'on... « Et... Et si on... On recréait sa vie ? » Je tourne la tête vers la jeune femme, un peu surprise par mes propres propos. « Le faire de nouveau te rencontrer, et recréer des moments que vous avez passés ensemble, sans lui forcer la main sur le fait qu'il te connaisse déjà... ? » Je ne sais même plus ce que je dis. Dans ma tête ça me paraissait plus simple et faisable, mais énoncé comme ça, j'ai des doutes. « Désolée, je dis certainement n'importe quoi... » Détournant le regard, je laisse mes yeux se poser ailleurs, sur un point invisible de la pièce.


avatar par victoria, merci ♥️
Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
mini sacoche:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Benedict Björnsdóthir
Modo Jeux & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 06/11/2017
Messages : 928

Région : Sinnoh
Ven 9 Nov - 12:55
Flashback - Point de vue de Sorinah, puis Maelys.

« Tu as sans doute raison... » souffla-t-elle en baissant la tête. Elle avait également envie d'y croire. De penser que son époux lui reviendra un jour, en se souvenant d'elle, de leur fils, de leur vie. Elle savait au fond qu'il se battra pour retrouver la mémoire. Elle le connaissait par cœur et elle se doutait bien qu'il ne resterait pas ainsi, les bras ballant, à déprimer sur son sort. C'était un homme fort et courageux. Il saurait faire face à tout cela. Oui, elle en était persuadée. Mais elle avait tout de même peur. Car elle ne savait pas quand est-ce qu'il vaincrait tout cela, ni quand est-ce qu'il reviendra. Et si elle se retrouvait seule pendant plusieurs années ainsi ? Cela faisait déjà presque un an qu'elle était dans cette situation et il ne faisait que sortir de l'hôpital pour le moment. Alors combien de temps faudra-t-il attendre ? Elle était tétanisée à l'idée qu'il ne se souvienne de tout bien que trop tard. Quand Elijah serait grand et qu'il ne se soucierait plus de son père, puisqu'il avait disparu au moment le plus important de son existence, quand ils étaient plus proche que jamais, quand il avait besoin de lui. Elle ne voulait pas que leur complicité soit brisée ainsi, et qu'un froid repose entre eux.
Et puis, l'enfant finirait bien par se rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond. Il la questionnait déjà sans cesse, ressentant le manque de son père. Par chance, il restait naïf et confiant. Il croyait sa mère qui lui disait qu'il reviendrait bientôt. Mais un jour, il cessera de croire à cela. A son anniversaire peut-être, ou à noël ? Il se doutera et alors son monde s’effondrera. Elle avait peur qu'il ne soit plus le petit garçon joyeux et débordant d'énergie qu'il était et qu'il devienne un enfant empli de rancœur, se noyant dans la tristesse. Elle ne voulait pas de cela pour son enfant, pour elle, ou même pour son époux. Elle était perdue entre un million d'émotions et ne savait plus où donner de la tête. Il était certain qu'elle avait besoin de souffler, de se reposer un instant. Car cette nouvelle avait fait l'effet d'un choc, réveillant ses craintes qu'elle avait enfouie au plus profond d'elle durant tout ce temps.

Elle écouta toutefois bien attentivement la jeune femme qui lui souffla une idée plutôt folle. « Oh, je ne sais pas Sanae... » dit-elle doucement. Elle songea un instant et devait avouer que l'idée était bonne. Très bonne même. C'était sans doute le meilleur moyen de stimuler sa mémoire. Mais cela demandait beaucoup d'effort. Il fallait tout recréer, différemment, mais avec les mêmes bases. Et ça, Maelys n'était pas certaine d'en être capable pour l'instant. « Je ne pense pas avoir la force, mentalement comme physiquement, de faire ça. Mais je ne pense pas que ce soit n'importe quoi, bien au contraire. » Elle souffla, quittant alors son fauteuil. « Si toi tu as ce courage, alors je t'encourage d'essayer. » Elle sourit légèrement en se rapprochant de la jeune femme. « Et tu viendras me raconter comment ça s'est passé, ok? ». Elle posa délicatement une main sur son épaule, en signe d'affection, avant de reculer et de se diriger en direction du petit garçon qui venait tout juste de bailler. « Je suis désolée de couper aussi court cette conversation, mais je dois aller coucher Elijah » Après tout, il était l'heure de la sieste. « Et je pense que je vais en profiter pour en faire de même... ». Elle soupira avant de porter le petit garçon, déposant par la même occasion un délicat baiser sur sa joue. « Passe une bonne journée ma chérie. Et à bientôt je l'espère. » Elle lui sourit d'un air bienveillant. Sanae était pour elle – comme pour Ben à l'époque – comme sa propre fille. Elle la chérissait et espérait que tout puisse aller pour le mieux pour elle. Et comme toute bonne mère, elle ferrait n'importe quoi pour son bonheur.



Présent - Point de vue de Benedict.

Voilà maintenant une semaine que tu étais sorti de l'hôpital. Et tu te sentais étrangement bien. Cela faisait du bien de ne plus être dans ces locaux blancs, où tu pouvais croiser la mort à chaque coin de couloir. Malheureusement, tu étais destiné à retourner là-bas, pour des visites de routines. Et ce jusqu'à ce que tu ailles mieux et que ta mémoire revienne peu à peu. Mais tu essayais de ne pas penser à tout cela pour le moment. Tu t'accordais un temps de répit, sans penser à tes problèmes, sans penser à ce rendez-vous qui t'attendait dans plusieurs jours. Car c'était ton moment. Tu étais libre. Libre de faire ce qui te semblait bon. De gambader et d'avoir une vie plus ou moins normal. Pour autant, tu passas ta semaine sans réellement bouger de l'appartement. Parce que ta sœur t'avais dis de te reposer. Et tu avais beau lui dire que ça faisait des mois que tu ne faisais que ça, elle ne te laissais pas pour autant le droit de sortir. Et tu ne pouvais pas aller à l'encontre de sa décision, puisqu'elle avait prit plusieurs jours de congés pour rester à tes côtés. Au moins, tu ne t'es pas ennuyé durant tout ce temps. Tu pouvais ainsi profiter d'être avec elle, de t'amuser, rire et parler de choses de votre enfance le cœur léger. Ce fut relativement agréable, tu devais l'avouer.

Mais aujourd'hui, Sorinah devait reprendre le travail. Ce qui voulait dire que toi, tu pouvais sortir d'ici sans qu'elle ne puisse t'en empêcher. Tu t'étais levé en même temps qu'elle – sauf que toi, c'était de ton plein gré, n'aimant guère passé des heures et des heures à dormir. Vous n'avez échangé que quelques mots de courtoisies, mais tu compris qu'elle se doutait de ce que tu comptais faire de ta journée. Après tout, tu l'avais tellement saoulée pour la convaincre de sortir ces derniers jours que ce ne pouvait être qu'une évidence. Avant de partir, elle te sourit simplement et te demanda de faire attention, rien de plus. Pas de leçon de moral, rien. Elle était de toute façon mal placé pour t'imposer quoi que ce soi. Et puis, elle savait pertinemment que tu étais bien trop têtu, alors à quoi bon lutter ?

Tu sorti pourtant que bien plus tard, en début d'après-midi. Tu avais passé la matinée à ranger et nettoyer l'appartement que tu trouvais bien trop sale – alors qu'il ne l'était pas tant que ça, mais tu étais bien trop maniaque pour l'admettre. Vers dix heure, ta sœur t'envoya un sms pour savoir ce que tu comptais faire de ta journée, sans doute curieuse de savoir où tu allais être. Tu répondis que tu n'en savais rien encore. Tu ferrais un tour du quartier dans l'après midi et tu verrais bien. Et alors elle te demanda de la tenir au courant de où tu te trouvais. Tu fus assez surpris qu'elle soit autant sur ton dos. Ce n'était pourtant pas à son habitude. Elle n'avait jamais été ainsi, même quand tu étais encore à l'hôpital. C'était même elle qui t'avait rappelé ton goût prononcé pour la cigarette. C'était étrange, mais tu ne t'en soucias pas plus longtemps.
Après ton repas du midi donc, tu quittas l’appartement en compagnie de Spooky et Hamtaro, empruntant comme à ton habitude les escaliers plutôt que l’ascenseur – et ce malgré ton handicape. Lentement, mais sûrement, et t'aidant de ta canne, tu parvins à sortir sans être tant épuisé du bâtiment. Pendant près d'une heure, tu te baladas sans but précis, seulement celui de découvrir les environs et de profiter de l'air frais. Beaucoup trop frais même, puisque tes petits pokémons s'étaient réfugiés dans ton blousons.

Et puis, tu finis par jeter ton dévolu sur un bar sommes toute accueillant. Tu avais besoin de t'asseoir et d'accorder un peu de répit à ton corps, mais il était hors de question de rentrer pour autant. Tu t'accordas une petite cigarette devant la structure, indiquant ta localisation à ta sœur qui t'avais de nouveau demandé où tu étais, avant de finalement entrer et de t'asseoir à une table dans un petit coin où il n'y avait pas trop de monde. Tu pus ainsi retirer ton bonnet, ton écharpe ainsi que ton manteau et respirer librement. Tu calas ta canne contre une chaise pour qu'elle ne tombe pas et puis tu te penchas sur la carte, pour finalement commander une bière, ainsi qu'un bol d'eau, pour tes compagnons qui s'étaient installés sur la table. L'un grignotait les graines que tu avais sorti de ta poche pour lui et l'autre jouait avec ta petite monnaie qu'il gardait précieusement dans sa poche ventrale -bien que tu dus le dépouiller pour payer ta bière.

Tu te sentais bien ici, savourant ton verre et profitant de l'atmosphère chaleureuse de l'établissement. Les gens qui t'entouraient semblaient heureux. Ce qui te fis sourire.

C'était vraiment une belle journée.




(ง •̀o•́)ง
DC Frejyah Lijahvić
Avatar ©️️ Victoria Decker
©️️️ IAGO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sanae Rainsfeather
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1811

Région : Sinnoh
Mar 29 Jan - 18:38
Voir Maelys ainsi m'attriste énormément. Je ne pourrais jamais être contente ou faire comme si de rien n'était tant que Ben et Maelys ne sont pas de nouveau réunis avec leurs souvenirs. Essayer de trouver une solution pour lui rendre la mémoire est la seule chose à laquelle je peux penser et qui peut aider Maelys. Lorsque je lui parle de mon idée, un peu farfelue, elle semble l'accepter. Mais ce ne sera pas elle qui le fera, ce sera moi. A ses mots, je ne peux contenir un « euh », qui sort un peu déformé et non terminé. Dans ma tête, ce plan consistait à la réunir, elle et Ben, pour que tout se déroule bien. Pas moi. Je suis proche de lui, c'est sûr, mais ce serait bien mieux de laisser sa femme s'en occuper... Même si je peux parfaitement comprendre le souci, et qu'elle doit être épuisée de toute cette histoire. Si elle y met de l'énergie, encore, et que ça ne se passe pas forcément comme prévu, elle sera sans doute bien plus dévastée que si elle ne tente rien. Au fond, j'aurai peut-être fait pareil si j'avais été à sa place... « Oh. » Je ne suis pas sûre de savoir choisir mes mots ni comment lui en parler, mais je tente. « Je comprends. J'aurai aimé que ce soit toi, mais... mais je comprends. » Je sais qu'elle comprend où je veux en venir. Même si mon lien avec Ben est plus fort, celui avec Maelys n'en est pas des moindres et je l'aime beaucoup, je l'admire. « Ok, je viendrai le plus souvent pour t'en parler. »

Elle pose sa main sur mon épaule, et à cet instant il y a tellement de choses que je ressens. Je ressens cette affection qu'elle me porte depuis des années, mais je ressens aussi cette mission, son encouragement et tellement de choses à la fois... Je sais ce que j'ai à faire, mais ce n'est pas pour autant que ce sera facile, et je la remercie mentalement de son geste. « Pas de soucis. Repose-toi bien, je repasserai te voir bientôt. » Je ne peux m'empêcher de rester un moment là, assise sans bouger, regardant sa figure se retirant pour aller se reposer. Même sa silhouette crie à la tristesse et au désespoir.

**

Depuis une semaine, Ben a pu sortir de l'hôpital. Grâce à Sorinah qui m'envoie des messages pour me mettre au courant, je suis rassurée, soulagée. Tant qu'il était à l'hôpital je ne pouvais pas le voir, seule sa famille – disons plus sa sœur – le pouvait, et j'étais simplement là, à attendre impatiemment de le revoir. En même temps... J'ai peur. J'appréhende beaucoup nos retrouvailles, parce qu'il ne se souvient pas de moi et ça risque de créer des tensions et une scène étrange. Sorinah a été forte, vraiment. Je ne sais pas comment elle a fait, et j'aimerai bien qu'elle me donne sa recette magique.

Aujourd'hui, elle reprend le travail et doit de ce fait laisser Ben seul. Enfin, il a ses pokémons mais ce n'est pas pareil. Sorinah me donne à chaque fois sa localisation afin que je puisse aller le voir sans me retrouver bêtement devant leur appartement sans pouvoir entrer. Ça fait trop stalker, c'est vraiment bizarre... Elle a parfois de ces idées, qui marchent certes, mais tout de même. Bref. Donc, on a décidé que je passerai à l'action aujourd'hui. Même si je ne serai pas surprise de le voir s'enfuir lorsque je me mettrai à lui parler puisque pour lui, je suis une inconnue.

Je reçois un dernier message de la sœur de Ben m'indiquant qu'il se trouve dans un bar non loin de chez elle et que c'était le moment ou jamais. J'expire un bon coup, sentant mon corps qui commence à trembler légèrement. Je ne sais pas si j'en suis capable, ni même si tout va bien se passer ou s'il va simplement me virer de sa vie – pour toujours – mais il faut le faire. Si on ne fait rien, rien ne se passera. J'ai aussi dit à Maelys que je tenterai quelque chose, alors il faut y aller.

Sur un pas peu convaincu, j'arrive au bar. C'est un endroit sympathique, on est déjà venu ici avec Ben par le passé. Peut-être que les lieux lui ont rappelé quelque chose de familier, ce qui serait un bon début. Et même si ce n'est pas le cas, ce n'est pas très grave, on fera les choses petit à petit. J'entre donc et je balaie la salle des yeux pour l'apercevoir au loin, posé tranquillement dans un coin avec ses pokémons avec lui. Rien qu'à le voir ainsi, profitant de la belle journée, je sens ma gorge se nouer. Combien de temps est-ce que j'ai attendu avant de pouvoir le voir ? Combien de fois est-ce qu'on s'est dit qu'il ne sortirait probablement jamais de ce coma ? Le voir là, juste en vie, est quelque chose d'incroyable. Je sens les larmes me monter aux yeux, mais je tente de me contenir ; ça ne sert à rien de se mettre à pleurer là, comme ça, sans raison particulière pour toutes les personnes présentes. Et puis, j'ai encore quelque chose à faire, je ne dois pas me laisser prendre par les émotions. Mon cœur bat frénétiquement, mes jambes sont lourdes, mais il faut le faire. Avalant difficilement ma salive, je commande moi aussi une bière – je sens que je vais en avoir besoin – avant d'aller à la table de Ben.

Lorsque j'arrive à son niveau, Spooky me reconnaît et me fait un joyeux coucou que je lui rends. Il m'a facilité la tâche et je le remercie intérieurement. « Comment tu vas Spooky ? Oh, et Hamtaro ! » Je leur souris, me demandant s'ils ont passé eux aussi de mauvais moments. Il faut dire que ne pas se souvenir de vingt-cinq années, c'est un coup dur pour tout le monde et je dois prendre ça en considération. Plus facile à dire qu'à faire. « Euhm, désolée je ne me suis pas présentée... Je m'appelle Sanae, et je suis une amie de ta sœur. » Je ne suis pas sûre de si tout va bien, mais je continue. « Est-ce que... je peux m'asseoir ? » Est-ce que je dois lui dire qu'on se connaissait avant ? Lui dire comment on s'est rencontré, quels pokémons nous connaissons l'un de l'autre, que sa femme s'inquiète, que tout le monde veut avoir de ses nouvelles et le voir, que...

Non, je sais que je ne peux pas dire tout ça.


avatar par victoria, merci ♥️
Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
mini sacoche:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Benedict Björnsdóthir
Modo Jeux & Agent

C-GEAR
Inscrit le : 06/11/2017
Messages : 928

Région : Sinnoh
Mar 12 Fév - 16:23
Perdu dans tes pensées et le regard rivé sur ce qui se passait à l'extérieur – bien qu'il n'y avait pas grand chose à voir – tu ne remarquas pas tout de suite qu'une jeune femme venait en ta direction, ni même qu'elle resta plantée devant ta table un court instant avant de dire quoi que ce soit. Ce fut l'agitation de ton Rototaupe qui te tira de tes rêveries. Dans un premier temps, tu soupiras en lui demandant de se calmer un peu, ou d'au moins descendre de la table pour ne pas risquer de renverser sa bière. Mais finalement, en tournant la tête dans sa direction, tu eus la surprise de découvrir qu'il ne jouait pas, mais qu'il saluait la dite inconnue qui s'approchait de toi. Tu la fixas alors, portant ta pinte à tes lèvres. Et tu ne dis rien jusqu'à ce qu'elle se présente, lui laissant le plaisir de saluer tes pokémons, ainsi que de discuter avec eux. Ton hamster tendit joyeusement une graine en direction de la jeune femme, tandis que Spooky se dandinait dans tous les sens, l'air joyeux, sans doute pour lui montrer qu'il allait effectivement bien. Mais toi, tu demeuras muet, dans l'attente d'une quelconque information sur son identité.

Sentant sans doute le poids de ton regard, elle se présenta enfin, annonçant qu'elle était une amie de ta sœur et te demandant par la même occasion si elle pouvait s'asseoir à ta table, y déposant sa propre bière en face de la tienne. Tu continuas toutefois de la fixer sans prononcer le moindre mot. En réalité, tu cogitais sur la véracité de ses propos. « Une amie de ma sœur, dis-tu ? » soufflas-tu en te redressant légèrement sur ta chaise et tournant ton verre entre tes mains. Tu avais du mal à croire à cela. Simplement parce qu'enfant déjà, vous n'avez jamais partagés le même réseau d'amis – à l'exception d'Eliott que tu avais un intégré à ton quotidien. Et en discutant avec elle ses derniers temps, elle t'avait confirmé que ce point là n'avait jamais réellement changé. Et que si vous aviez des amis en communs finalement, c'était seulement parce qu'ils étaient avant tout tes amis à toi. Tu voulais bien accorder le bénéfice du doute à Sanae – tel était son nom – car après tout, tu n'étais pas à l'abri d'un mensonge destiné a te protéger. Cela dit, la réaction de tes pokémons te laissait encore perplexe, surtout que Hamtaro frottait encore son museau contre la main de cette jeune femme. Et tes pokémons n'avaient pas tendance à se comporter de la sorte avec n'importe qui. En particulier ton Dedenne que toi-même tu avais du mal à reconnaître dernièrement. Il n'était plus celui que tu avais connu enfant, celui qui aimait l'aventure, qui aimait le risque. Il n'était plus qu'une sorte de larve, végétant devant la télévision et ne réclamant plus que des câlins de temps à autre et un peu de nourriture. Et les seuls jeux qui peut encore l'intéressé étaient ceux destinés aux enfants. C'était comme si quelque chose avait changé. Comme s'il n'était plus ton pokémon et que votre relation n'était que courtoise. Mais tu n'osais pas plus creuser ta réflexion, bien trop effrayé par ce qui se cachait derrière tout cela.

« Permets-moi d'en douter, Sanae. » dis-tu clairement cette fois. Tu quittas tes pensées pour te concentrer sur elle et seulement elle. « Quelque chose me dit que tu es bien plus que cela. ». Par quelque chose, tu voulais bien évidemment dire tes pokémons, que tu désignais justement du regard. Tu laissas un instant le silence faire sa vie avant de soupirer. Tu te frottas les tempes, la regardant de nouveau. Et puis tu laissas tes doigts se rapprocher de nouveau de ta sainte et divine bière. « Je suis désolé si jamais j'ai cassé ton approche qui aurait pu être très subtile si ces deux là n'avaient pas tout cassé. ». Tu souris légèrement, comme pour la mettre en confiance. Tu étais presque certain qu'elle te connaissait autrement que comme elle le prétendait. Car pour revenir à toi de la sorte alors que tu ne te souviens pas du tout d'elle, c'est que tu devais être quelqu'un de relativement important pour elle. Et finalement, cela te faisait du bien. Tu avais peur de souffrir de croiser des personnes que tu pouvais connaître sans n'avoir aucun souvenir d'eux, de ce qu'ils étaient ou de ce que toi tu étais pour eux. Mais présentement, tu étais plutôt heureux et même soulagé. Peut-être que c'était parce que ta sortie était récente et que cette jeune femme n'avait finalement pas attendu bien longtemps avant de te retrouver. Ou alors c'était tout simplement parce que c'était elle et que ton subconscient devait la reconnaître. Cela sonnait un peu bête, mais tu aimais cette idée.

« Tu peux me dire tout ce que tu as sur le cœur ». Tu avais pris un ton bienveillant. Tu espérais qu'elle te raconte la vérité, sans crainte, sans tourner autour du pot. Peut-être que tu regretteras cette curiosité par la suite, mais tu sentais au fond de toi que tu avais besoin de cela. « J'espère juste que tu ne vas pas me dire que nous étions amants. Parce que tu as plutôt l'air dans les âges d'être ma fille. » dis-tu en riant légèrement. Tu te permis une petite blague, en espérant également qu'elle ne t'annonce pas que oui, tu es effectivement son père. Car là, tu n'étais pas certain de t'en relever.




(ง •̀o•́)ง
DC Frejyah Lijahvić
Avatar ©️️ Victoria Decker
©️️️ IAGO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sanae Rainsfeather
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1811

Région : Sinnoh
Sam 16 Fév - 17:31
Revoir ces pokémons si familiers me fait un bien fou. Ça me rend aussi très nostalgique, mais ça fait du bien. Et quand je pose mon regard sur Ben, c'est... comme si nous étions revenu quelques années en arrière, où l'on se rejoignait encore chez Maelys et lui pour se détendre et passer de bons moments ensemble. C'est fou ce qu'un simple visage peut faire, entre les souvenirs qui remontent à la surface et les émotions qui jouent dans notre cœur. Je ne sais même pas si c'est une bonne idée d'avoir fait ça, d'avoir organisé cette rencontre... En réalité, c'est moi qui ne suis pas prête. Ben, lui, n'a pas à se préparer à quoi que ce soit pour l'instant et ça doit être bizarre pour lui de se retrouver devant une parfaite inconnue affirmant connaître sa sœur et étant aussi familière avec ses pokémons. A sa place, je serais partie en courant. Enfin peut-être pas, mais je ne serais pas aussi calme que lui.
Le Dedenne me tend une graine que je ne peux qu'accepter, me redonnant un peu le sourire face à cette boule de poil juste adorable. Il l'a toujours été, et je l'aime toujours autant. De même pour Spooky qui semble bien heureux de me revoir. Le plaisir est partagé.

Lorsqu'il prend la parole, que j'entends sa voix, j'ai une drôle de sensation dans la poitrine. Déjà parce que ça faisait tellement longtemps que je ne l'avais pas entendu... Cette voix bienveillante, ce ton calme et doux... Il m'a manqué. Beaucoup manqué. Mais ce n'est pas le moment de se laisser aller par mes émotions. En plus de ça, il ne me croit pas. C'est bien lui, ça, à savoir de suite qu'il y a quelque chose qui cloche. C'est sûr que ce n'était pas très subtil, et j'imagine que j'aurais pu venir avec une meilleure approche ou phrase, m'enfin... Maintenant que c'est fait, hein. Il jette un regard vers ses pokémons lorsqu'il finit sa deuxième phrase, et je ne peux pas lui en vouloir d'avoir déjà tout compris ; de toute façon la discrétion et la subtilité ne sont pas mon fort. « Eh bien... Il faut dire que je ne suis pas non plus très forte niveau approche subtile, haha. » J'essaie de détendre un peu l'atmosphère – même si c'est plutôt moi que j'essaie de détendre, actuellement – et ne sais plus où regarder ni comment lui répondre. Hamtaro est encore à côté de moi, se frottant contre ma main. Je souris légèrement en sentant sa délicate fourrure, lui donnant également de petites caresses. « Même sans eux, tu aurais deviné que quelque chose ne va pas. » Parce que Ben sait. Il a toujours su quand quelque chose n'allait pas. Observateur et attentionné, c'est souvent ce qu'on dit de lui et ce n'est pas faux. Ça ne m'étonne pas qu'il ait encore ses facultés, et le fait de le savoir me rend triste.

Me dire que je peux dire tout ce que j'ai sur le cœur... C'est à la fois cruel et bienveillant. Je ne suis même pas sûre de pouvoir tout lui dire. Ou lui parler tout court d'ailleurs. J'ai la gorge nouée depuis tout à l'heure, et je savais que ce n'était pas une bonne idée de venir, de lui parler et le revoir. Mais lorsqu'il reprend la parole avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, c'est comme un flot d'émotions qui me parcourent le corps. Il dit ça sur une pointe de légèreté, mais... Mais rien qu'avec ce qu'il vient de dire... « ma fille ». Même en ayant perdu la mémoire, comment peut-il faire des blagues tout en étant aussi précis et juste ? Ce n'est pas... juste. Mince. Je sens mes yeux qui piquent et mon corps qui commence à trembler. Je ne dois pourtant pas me laisser aller, pas maintenant. Je veux juste pouvoir lui parler. Comme avant.

Prenant une grande inspiration, et même si je n'ai eu clairement le signe affirmatif, je m’assois en face de lui, mes mains entourant mon verre. « Je... Je ne suis pas sûre de pouvoir tout te dire. Enfin, si je me suis venue aujourd'hui ce n'est pas pour repartir comme une voleuse, mais... » J'ai du mal à trouver mes mots, à formuler mes phrases. C'est bien plus difficile que ce que je croyais. « Il y a une chose sur laquelle tu as raison. Enfin, plus ou moins. Euhm... Tu-Tu es un peu comme mon père. Une figure paternelle pour moi, sans que nous soyons liés par le sang... » Je ne sais pas pourquoi je dis ça en premier. C'est vraiment pas la meilleure façon d'engager une conversation en mode « bonjour je suis ta fille mais pas vraiment, salut ». J'espère juste que ça ne lui fera pas un choc d'apprendre ça sans même s'en souvenir.

Et j'ai peur de sa réaction. Vraiment. Mais là, s'il s'enfuit, je ne lui en voudrais pas. « C'est peut-être difficile à croire... Enfin, je ne veux pas te brusquer, et, vraiment, c'est pas grave si tu ne t'en souviens pas ! » Je tente d'apaiser un peu le truc, un peu maladroitement cependant. « Je suis juste contente de pouvoir te parler à nouveau, Ben. Vraiment. » Le sourire que je lui donne est l'un des plus sincères que je n'ai jamais donné depuis un moment.


avatar par victoria, merci ♥️
Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
mini sacoche:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» On ne peut pas lutter contre le système, mais on peut toujours le foutre en l’air ! (Elizabeth)
» « Vivre, c'est lutter contre les démons du coeur et du cerveau. »
» Lutter contre la déstabilisation politique...
» Dazh D. The Rock
» Aux premières lueurs du matin... [Pv Joshua]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Frimapic-