AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» 5. Special delivery


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 28/02/2017
Messages : 501

Région : Alola
Mer 27 Déc - 5:19
Les joues rouges de colère, Mara entra en trombe dans le salon et se posta devant la télévision. Les mains sur les hanches, la mine menaçante ; jamais auparavant ils ne l'avaient vu aussi fâchée. Les deux frères se mirent à grommeler et à s'agiter sur le canapé, incertains de s'ils se devaient de réagir face à cette saute d'humeur pour le moins inhabituelle, et Danik osa même tendre le bras pour chasser la demoiselle - un geste qu'il regretta presque aussitôt car elle le lui attrapa et le tordit douloureusement. « Aye, mais t'es complètement fo... » Il ne termina pas sa phrase. Le regard meurtrier que lui lança la dresseuse le cloua sur place. Il déglutit tandis qu'à côté de lui, Sora s'étirait subtilement le cou afin de ne pas rater les premières minutes du combat de boxe opposant deux Tygnons de haut calibre. Sa tentative ne passa pas inaperçue et lui valut une pichenette sur le front.

« Complètement irresponsable ! » Malgré leur mal, les Helaku se lancèrent un regard à la fois interrogateur et accusateur, estimant silencieusement que la faute revenait à l'autre. Mais ce fut Marie-Anne qui trancha sèchement, en enfonçant un peu plus ses ongles dans la chair tendre. Elle tenait déjà le coupable. « Hlin aurait pu s'étouffer avec la pomme que tu lui as donné. Elle somnole presque tout le temps en mangeant, alors les pépins... »

Il y eut un moment silence, uniquement entrecoupé par les commentaires animés des journalistes et des analystes sportifs, qui jugeaient les compétences des pokémons combats. Puis Danik, à bout de nerfs, se leva d'un bond en retirant vivement son bras meurtri. Il se mouva si rapidement que son amie n'eut pas le temps de l'esquiver lorsqu'il lui enserra la taille et la souleva de terre, pour ensuite la poser contre son épaule musclée comme si elle n'était qu'un vulgaire sac de pommes de terre. Une pluie de protestation et de coups de poings s'abattirent dans son dos, mais il ne broncha pas.

« Tu me diras qui a dominé dans les premiers rounds. Nombre de coups, vitesse de frappe, tout ça. » 
« Ça marche. »

L'aîné esquissa un rictus mi-amusé mi-agacé avant de sortir du salon, tout en emportant avec lui une Mara tout à fait hors d'elle. Il prit la direction du hall d'entrée, ouvrit la porte avec empressement et laissa retomber la jeune femme. Elle fit la grimace et massa ses fesses endolories. « J'peux comprendre que tes hormones te travaillent et que ton instinct maternel prend le dessus quand il est question de Hlin, mais ça ne te permet pas de nous traiter comme ça. » Le sourire de Danik s'effaça tandis qu'il passait sa main dans sa courte chevelure rouge. Il pouvait sentir son sang bouillonner dans ses veines - l'agressivité soudaine de Mara l'avait titillé et il se sentait capable de lui foutre son poing sur la mâchoire. Mais il résista et inspira profondément. La Kantonienne, quant à elle, se remit sur pieds et épousseta ses jeans. La remarque avait fait mouche. 

« Ce n'était pas... Enfin, j'ai perdu suffisamment de pokémons dans ma vie, je ne voudrais pas qu'il lui arrive malheur à son tour. »
« Tora, si tu ne nous fais pas confiance... »
« Mais je vous fais confiance ! »
« ... trouve-lui une babysitter ou un éleveur. »

Ah ? Mara cligna bêtement des yeux, comme si elle avait mal entendu. Voyant l'expression qu'affichait son interlocuteur, elle comprit qu'il s'agissait d'une suggestion sérieuse. Elle fit mine de réfléchir, de peser le pour et le contre d'une telle idée. Elle n'avait pas énormément d'argent, donc se payer un tel service risquerait de vider son compte en banque. D'un autre côté, les frères Helaku seraient déchargés de toutes responsabilités envers ses pokémons et elle ne risquerait pas de perdre leur précieuse amitié en cas de problème. « Je ne connais pas grand monde ici. » Elle soupira et se détourna. 

« Pas besoin d'aller chercher loin. Près de Lili'i, il y a l'Oubli. »

***

L'Oubli. 

Un nom un peu triste pour une pension ; mais ce choix devait avoir une signification et de l'importance pour le maître des lieux. Mara regarda à gauche, puis à droite, avant de tendre la main, prête à signaler sa présence. Elle se tenait devant la porte de l'immense demeure, un brin hésitante. Elle ne savait presque rien de cet endroit, sinon que le propriétaire était un coordinateur et qu'elle ne pouvait prononcer son nom de famille sans faire transparaître son accent kantonien. Apparemment, les méthodes employées bénéficiaient aux pensionnaires, qui se développaient dans un environnement sain et interactif. Ce qui ne serait pas de refus pour sa Parecool, qui gagnerait à rester éveiller ne serait-ce que plus de deux heures d'affilées.

Mara cogna trois coups avant d'ouvrir la porte et de passer sa tête dans l'entrebâillement. 

« Vous êtes ouverts ? »

HRP:
 


« This fate has become my own. » / avatar par Jill (l)
DC:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 07/02/2017
Messages : 483

Région : Alola
Sam 10 Fév - 18:23
Ta récréation gagne en popularité plus vite que tu ne le croyais. Plusieurs personnes t’ont contacté et d’autres sont déboulées à l’improviste. Certaines ne semblaient pas spécialement sérieuses, désireuses de recueillir plus d’information et sans doute de parler de vive voix au propriétaire. Bien que tu te forces à ne pas être hyper blasé et nonchalant quand t’as affaire à un client, ça n’est pas si simple au téléphone. Ça t’agace de parler avec ça sans pouvoir voir les réactions de l’autre côté. Tu préfères toujours les contacts en face à face et d’ailleurs, tu proposes vite des visites de l’endroit pour que les gens puissent se faire une idée de ce que tu fais et de qui tu es. C’est une bonne méthode, qui ne plaît malheureusement pas à tout le monde. Ils n’ont pas tous le temps de faire ça, hein. Ils veulent être sûrs de leur coup avant de se risquer. C’est de la belle ironie ! En tout cas, t’essaies de toujours être présentable, au cas ou du monde déboulerait chez toi à l’improviste. Après tout, tu tiens « un commerce », même si tu détestes l’dire ainsi. Ta récréation, ce n’est pas du tout ainsi qu’tu la vois. T’as tout de même pris la peine d’afficher des heures d’ouverture et aussi de préciser sur la porte quand t’es déjà en rencontre, sous le conseil de ta jeune sœur Maïa. Au moins, à partir d’une certaine heure, tu peux verrouiller la porte et t’es tranquille, tu peux vaquer à tes occupations et t’occuper autant de tes Pokémon que de tes pensionnaires. Il leur faut bien de la tranquillité eux aussi. S’ils veulent apprendre, il ne faut pas que tu sois constamment dérangé. Ça n’aurait rien de productif et t’en perdrais toi-même le fil. Voilà une autre des mille raisons pour lesquelles il est important que tout soit noté. Ces problèmes de mémoire te font chier, ouais.

Ce jour-là, il ne te semblait pas avoir de rendez-vous avec des clients. Du moins, il n’y avait rien de noté dans ton agenda. Ça ne t’empêche pas de bien te vêtir pour recevoir, au cas ou. Ça, c’est la portion que t’aimes le moins : les gens qui s’pointent à l’improviste, sans s’annoncer. Alors ouais, t’es un commerce, mais fuck, prévenir qu’on va passer, ça ne coûte rien. En tout cas, t’es dans la cour, t’occupant de tes pensionnaires et de tes propres Pokémon. Heureusement, il y a Maïa dans l’bureau. Elle s’occupe de regarder ton état financier à ce jour, la tendance que cela a pris. Il le faut, ce n’est pas une fois dans l’rouge que vous devez agir. Elle était tranquille, bien installée avec un peu de musique en bruit de fond, un chocolat chaud posé sur le pupitre, mais loin de ton clavier. Elle n’a pas envie de t’en acheter un autre parce qu’elle le bousille avec sa boisson. Concentrée sur ce qu’elle fait, fredonnant les paroles des chansons qu’elle écoute, la jeune femme sursaute quand on frappe à la porte menant au bureau. Pourtant, elle aussi n’a pas vu de rendez-vous dans ton agenda. Bon, on est jamais à l’abri d’un oubli de ta part, n’est-ce pas Ryu ? Maïa tourne sur sa chaise, observant la personne qui entre. Puis, il y a cette question. « Oui, oui, c’est ouvert. » Ta sœur se montre accueillante, sauvegardant ce qu’elle faisait, avant de se lever. Souriante, elle amorce la conversation. Elle n’aurait pas cru devoir jouer le rôle de réceptionniste, tient. Elle va te harceler pour un bonus. « Je suis Maïa Waylana, la sœur et comptable de Ryu. Je vais le prévenir qu’il a quelqu’un, il ne devrait pas tarder à rentrer. Il s’occupe des Pokémon. » Elle se saisit de son portable pour t’envoyer un simple SMS pour que tu ramènes tes fesses dans ton bureau, précisant qu’il y a quelqu’un pour la récréation. Ce n’est pas long que tu lui envoies une réponse, un « dans cinq minutes ». Ouais, elle doit s’débrouiller d’ici là.

« En attendant, vous pouvez vous asseoir, » Maïa pointe alors une des chaises à la petite table ronde. « Vous désirez quelque chose à boire ? Nous avons du café, du thé, de l’eau aussi. Si vous préférez un jus, nous en avons aussi. Et des collations si vous avez faim. » C’pas sa force, accueillir les gens. T’es plus sociable qu’elle, moins timide aussi. Ça la rend mal à l’aise et elle ne va pas hésiter à t’en faire part, bien qu’elle ne sait pas trop comment remédier à cette situation pour qu’elle ne survienne plus à l’avenir. En plus, elle trouve que cette femme a un quelque chose d’intimidant. Elle est bien plus imposante qu’elle qui est toute douce. Donc elle a vachement hâte que t’arrives... « Vous connaissez mon frère ? » Ça la rassurerait que oui, la pauvre. Bon au moins, cinq minutes à tuer avec ce qu’elle a dit, ça devrait l’faire. Si un de tes Pokémon ne te retarde pas. Avec les cas sociaux que tu t’coltines, on ne sait jamais.

HRP:
 



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 28/02/2017
Messages : 501

Région : Alola
Jeu 22 Fév - 2:23
Une voix féminine lui répondit presque aussitôt ; rassurée, Mara poussa doucement la porte et entra dans le bureau. Ses iris mordorés se posèrent sur la jeune fille qui l'avait accueillit et elle la gratifia d'un sourire doux. 

« Tora Helaku, enchantée. Merci de me recevoir. » 

Marie-Anne espéra qu'il n'y aurait aucune vérification d'identité lors de l'inscription de Hlin aux services de la pension, car sur son passeport alolien, son véritable nom apparaissait. Il s'agissait du seul compromis qu'elle avait accepté de faire afin de pouvoir obtenir ses papiers et son statut de résidente permanente. Elle déclina poliment l'offre de s'asseoir, mais elle accepta avec plaisir quelque chose à boire. Malgré la chaleur qui régnait à l'extérieur, son choix s'arrêta sur du thé. Tout en s'approchant de la seconde table, où elle se saisit d'un sachet de thé au jasmin, elle répondit à la dernière question posée. « Pour être franche, non. On m'a simplement référé à sa pension sans que je sache qui il était. » Elle se tourna à demi vers son interlocutrice et lui esquissa une moue malicieuse. « Mais s'il est sympathique, il me fera plaisir de le rencontrer. » Se créer des contacts sur l'archipel était essentiel et avoir un éleveur parmi ceux-ci lui serait indubitablement profitable. 

Mara étudia la machine à café quelques secondes et trouva le bouton qu'elle cherchait. Elle remplit son verre à ras bord et observa l'eau chaude se colorer graduellement d'une teinte vert pâle. L'arôme du jasmin s'éleva aussitôt jusqu'à ses narines. « Je ne sais pas si tu pourras y répondre, mais j'ai tout de même une question. Est-ce que vous avez un programme de récréation adapté pour des pokémons ayant des besoins particuliers ? Ou ayant une dépense énergétique quasi-inexistante ? » Elle prit une gorgée de thé et grimaça - elle venait de se brûler la langue. Sa deuxième gorgée fut moins pire que la première, bien qu'elle sentait toujours un fourmillement désagréable. 

« Si non, ce n'est pas bien grave. »

Sa parecool ne demandait pas énormément d'attention, mais il fallait tout de même la surveiller lors des rares fois où elle se réveillait. Malgré sa lenteur, elle pouvait aisément échapper à la vigilance de sa dresseuse et se retrouver dans endroits inusités, voire dangereux. La dernière fois, après l'avoir cherché comme une dingue dans toutes les pièces de la maison, Marie-Anne l'avait finalement découverte accrochée à la patère du hall, cachée sous son manteau. Ça ne battait certes pas l'épisode du cintre dans le garde-robe ni celui du conduit de la cheminée, mais c'était suffisant pour créer la panique générale et rendre la brunette hystérique.

HRP:
 


« This fate has become my own. » / avatar par Jill (l)
DC:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 07/02/2017
Messages : 483

Région : Alola
Sam 21 Avr - 19:29
Autant dire que ta sœur se sent mal à l’aise et qu’elle tente de ne pas le montrer. Elle hoche doucement la tête quand la personne se présente, notant le nom dans un coin de son esprit pour le mettre de façon officielle sur le contrat. « C’est un plaisir de vous recevoir. » Phrase toute faite, qui n’est pas si vraie pour le coup. Avec toi, ça sera déjà mieux, puisque c’est ton boulot. Par contre, on ne peut pas dire que toutes les politesses et les formalités soient ton point fort. Bref, l’invitée ne s’assoit pas, mais elle se prépare un thé. Bon, Maïa reste donc à sa place, un peu décontenancée. Elle s’attendait à le faire elle-même, tant pis. Elle en vient donc à tenter la conversation, histoire de meubler le temps avant que tu daignes arriver dans ton bureau. Autant savoir si la cliente du jour te connaît, en espérant que si c’est le cas, ça ne soit pas sous ton ancien prénom. M’enfin ancien, il est toujours ton prénom officiel, ce qui t’fait figer chaque fois que tu r’gardes tes cartes d’identité. Pas pratique d’avoir oublié son propre prénom... En tout cas, ta sœur apprend que tu es un inconnu pour son interlocutrice et qu’on l’a simplement référée ici. C’est cool pour toi ça, d’avoir déjà des références. « Ça lui fera plaisir de savoir que vous avez été dirigée ici. » Un peu de surprise se manifeste sur son visage en voyant cet air malicieux pour la suite de la tirade. « Pour être sympathique, oui il l’est. Mais ne vous étonnez pas de sa neutralité, il n’est pas très expressif. » Autant mettre carte sur table. Ce n’est pas parce que tu ne débordes pas de joie que tu es un mauvais propriétaire de pension. D’ailleurs, tu l’es toujours un peu plus avec les Pokémon.

Maïa commence vraiment à avoir hâte que t’arrives. Les prochaines fois, elle se dit qu’elle va verrouiller la porte pendant qu’elle y est et pas toi. Il faudrait que tu habitues un de tes Pokémon à accueillir les gens, comme Hane par exemple. Elle serait très volontaire pour ça. En tout cas, en voyant la cliente étudier la machine pour avoir l’eau chaude, l’étudiante a failli se lever, mais au final tout va bien. La question qui suit, elle peut au moins se débrouiller un peu avec. « Ryu s’adapte à tous les Pokémon. Il prend toujours un temps pour étudier leurs comportements, en plus de vous poser des questions afin d’avoir votre perception de votre Pokémon. » Maintenant, elle espère que c’était assez clair, mais de toute façon, tu vas expliquer tes méthodes et mentionner tout ce dont cette femme a besoin de savoir avant de laisser son compagnon à tes bons soins. « Par exemple, il a accueilli un Draïeul amnésique qui oublie à chaque dodo. Autant dire que niveau difficulté, ça bat les records, mais le dragon parvient tout de même à faire des acquis. Il ne se souvient plus comment il a pu y parvenir, mais ça améliore sa qualité de vie. » Franchement, c’est le cas qui impressionne le plus Maïa. C’est aussi à cause de ce Pokémon que cette récréation est ouverte, donc il a une sacrée importance pour toi.

Après cette petite histoire, il ne faut que quelques secondes avant que des bruits de pas se fassent entendre dans le corridor de la maison, près de la porte dans le bureau qui donne à l’intérieur. Voilà, ta sœur est rassurée. Elle pourra te passer le flambeau. Sans prendre la peine de frapper (t’es chez toi tout d’même !) tu entres dans la pièce, te présentant tout en te dirigeant vers la cliente. « Bonjour, merci de votre visite et de votre patience. Je suis le proprio, Ryu Waylana. » Niveau politesse, t’es pas encore au top, mais faut pas trop t’en demander. Tu coupes les mots et c’est ainsi, point à la ligne. T’as pas pris l’temps de mieux te vêtir, mais tu ne t’excuses pas. T’étais en compagnie des Pokémon dans la cour, c’pas là que tu revêts ton linge propre hein. « Je n’vous ferai pas attendre plus longuement, nous pouvons nous installer et vous pouvez m’expliquer la raison de votre venue. » Maïa ne tarde pas à se décaler de ta chaise, après avoir sauvegardé — ne sachant plus si elle l’avait fait — ce qu’elle faisait. Elle vous adresse une dernière salutation avant de s’éclipser, soulagée. « Ah, avant tout, est-ce que vous avez peur des spectres ? » Après la question, tes iris verts fixent ton interlocutrice. Il t’arrive parfois d’insister comme ça, c’est toujours un peu déroutant pour les personnes à qui tu parles. « J’ai une Mimiqui qui aime rencontrer de nouvelles personnes, elle risque de s’infiltrer dans la pièce à un moment ou à un autre. » Elle l’a fait pour presque tous tes clients jusqu’à maintenant, donc vaut mieux prendre les précautions.

HRP:
 



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 28/02/2017
Messages : 501

Région : Alola
Mer 16 Mai - 2:31
Elle arqua un sourcil suite à la remarque ; elle imaginait difficilement une personne pouvant être à la fois sympathique et manquer d'expressivité. Devait-elle s'attendre à faire la connaissance d'un individu au visage de marbre, mais possédant une voix débordante de dynamisme ? Pour avoir rencontré un type similaire par le passé lors d'une mission d'éclairage, l'expérience l'avait davantage effrayé qu'enthousiasmé. Mara se contenta d'un hochement de tête. Mieux valait ne pas juger trop rapidement ce Ryu. Tout en prenant une gorgée de thé, elle écouta la jeune fille avec attention. Son honnêteté transparaissait ; elle ne vantait pas les mérites de son frère dans le simple but d'attirer et de garder la clientèle. L'ex-sbire songea que pour posséder un tel talent d'adaptation, surtout au nombre de races de pokémons différentes, il fallait avoir un don inné. Ou un amour inconditionnel et une patience infinie envers toutes ces créatures. 

« C'est remarquable. »

Marie-Anne ne savait pas à quoi un draïeul ressemblait, mais ses craintes concernant l'éleveur se dissipèrent. S'il pouvait s'occuper d'un dragon amnésique, il n'y avait pas à douter qu'il saurait prendre soin de Hlin. Ce serait même un jeu d'enfant en comparaison. La donzelle souffla sur sa boisson pour la refroidir un peu et elle se tourna à moitié lorsqu'elle perçut les bruits de pas. La porte s'ouvrit et son regard mordoré se posa sur Ryu. La surprise peignit un instant ses traits tandis qu'elle découvrait le maître des lieux. Elle savait les aloliens extravagants, mais elle n'avait encore jamais vu un style semblable. C'était surtout sa coupe de cheveux, ainsi que leur couleur flamboyante, qui attisait sa curiosité et elle zieuta les motifs rasés sans éprouver la moindre gêne. Lorsqu'il se présenta, la guerrière comprit aussitôt ce que Maya voulait dire par un manque d'expressivité.

« Tora. C'est un plaisir de te rencontrer. » 

Une formulation polie, presque aussi brève que celle prononcée par son interlocuteur. Elle finit par détourner le regard, baissant les yeux sur son gobelet de thé fumant. D'une main, elle décrocha une pokéball de sa ceinture, prête à présenter sa protégée à l'éleveur, mais elle suspendit son geste lorsqu'il mentionna le spectre. Son visage pâlit et ses pupilles se dilatèrent sous la panique. « Je... » Elle toussota et prit une gorgée de thé pour s'éclaircir la gorge. Fallait-il réellement qu'elle s'humilie en affichant ouvertement la terreur que lui inspirait les fantômes ? Elle secoua la tête, tentant de se ressaisir. Ses joues retrouvèrent une légère teinte rosée, mais ses lèvres se pincèrent et elle tâta nerveusement sa hanche à la recherche de la garde de son sabre - mais ses doigts ne rencontrèrent que du vide. « Je ne suis pas très à l'aise avec eux. » Un traumatisme vieux de quelques années, liée à une tentative désespérée pour se débarrasser des visions de Lukas. Les fantômes de la Tour de Lavanville l'avaient cruellement tourmenté, au point où elle avait cru céder à la folie. Elle cligna des yeux et réalisa que Maya s'était éclipsée en douce, la laissant seule avec son frère.

« Tant qu'elle ne me tourmente pas... J'imagine que je saurais tolérer sa présence. » 

Prenant une grande inspiration, elle termina ce qu'elle avait commencé, à savoir libérer sa parecool de sa pokéball. Il y eut l'éclat de lumière familier et Hlin s'accrocha aussitôt à elle avec ses pattes griffues, calant sa tête dans sa poitrine comme s'il s'agissait d'un oreiller. 

« Voici Hlin. C'est elle que j'aimerais te confier pour quelques temps. Peut-être une semaine ou deux, à voir selon ta disponibilité. »

HRP:
 


« This fate has become my own. » / avatar par Jill (l)
DC:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 07/02/2017
Messages : 483

Région : Alola
Dim 2 Déc - 4:47
L’idée d’exprimer quelques traits de ta personnalité pour préparer ta future interlocutrice à ton arrivée n’enchante pas tant ta sœur. Néanmoins, elle se dit que ce n’est pas tant une mauvaise chose en voyant les quelques réactions physiques suite à ce qu’elle mentionne. Au moins, la cliente semble sincère et croire ses propos quand elle en vient à parler de Sosen et d’un peu tout ce que tu peux faire pour tes pensionnaires. Ça la soulage, d’une certaine façon. Ça posera de meilleures bases pour ne pas qu’elle se fasse trop d’idées en voyant ton style. Maïa hoche la tête en réponse, puis tu n’tardes pas à te manifester, enfin. T’es habitué de générer toutes sortes de réactions quand on te rencontre pour la première fois, donc tu ne t’attardes pas trop à cette surprise ni que tu t’fais scruter les cheveux. Ton expression neutre reste sur ton visage, comme à l’habitude. Tes iris vers s’attardent quelque peu sur ta cliente, mais comme t’es pas l’genre de mec à juger, côtoyant du monde avec toutes sortes de look, elle te paraît assez ordinaire. M’enfin, y a un petit truc que t’arrives pas à identifier. Tant pis. Tu t’présentes, tâchant de fournir un minimum d’effort, notamment sur le vouvoiement. C’est un truc que t’aimes pas, mais ça fait partie du jeu... D’un jeu que t’es visiblement l’seul à jouer, puisque tu reçois un tutoiement en retour... « Merci. » Tu n’sais pas trop quoi répondre de plus donc tu t’arrêtes à ça.

Tu poursuis ensuite, essayant toujours d’être poli. Maïa en profite pour partir et tu peux donc t’installer sur ta chaise, face à ton pc portable pour prendre des notes et ouvrir un dossier client à son nom. T’es pas trop regardant, tu vas noter les infos qu’elle voudra bien te donner. En espérant juste qu’elle va pas abandonner son Pokémon chez toi... Vu que tu ne demandes pas de pièce d’identité, ça pourrait bien survenir, un jour. Bref, avant d’commencer réellement, tu poses une question et les premières réactions te laissent un peu septique. En l’entendant toussoter et en la voyant prendre une gorgée de sa boisson chaude (ça ne sent pas le café dans la pièce donc t’en déduis que ça doit être un thé), t’allais lui demander si ça va. C’est fascinant tout ce que le corps humain peut dire sans demander l’avis du mental. Ouais, disons ça comme ça. Même avant que Tora te réponde verbalement, la réponse t’était évidente. C’est un gros non, ce qui se confirme quand elle te dit ne pas être à l’aise avec eux. Ce qu’elle ajoute ensuite te rassure un peu. « Si elle vient, j’la garderai contre moi, » dis-tu d’une intonation toujours neutre. Tu poursuis rapidement ton idée, ton regard se faisant alors moins insistant sur ton interlocutrice. « Mais c’pas l’genre de spectre timbré. Kawaii est surtout complexée et veut être aimée. » Le naturel prend de plus en plus le dessus dans ta façon d’parler... Espérons que ça ne gênera pas.

Tes mots doivent rassurer ta cliente qui te présente ensuite le Pokémon qu’elle aimerait te confier. Sur le coup, tu n’parviens pas à bien l’identifier, d’autant plus que la bestiole se niche entre les seins d’la jeune femme... Tes iris verts n’s’attardent pas trop à cet endroit, bien que c’toujours plaisant un corps développé. De toute façon, t’es toujours plus porté vers les hommes. T’écoutes ce qui t’es dit, bien que ça n’te dit pas grand-chose, au final. « Pas d’problème, elle devrait s’plaire ici. J’te ferai visiter la cour après. » À force de l’entendre te tutoyer, t’en viens à l’faire aussi sans vraiment t’en rendre compte. Elle te dira si ça la gêne. « Qu’est-ce que j’peux faire pour elle ? Le temps qu’elle passera ici dépend d’ça. » C’est plus facile pour toi d’évaluer en ayant toutes les infos en main. Rapidement, t’ouvres un nouveau dossier client et tu commences à noter ce que tu as pour l’instant. « Ça m’prendrait aussi un moyen d’te joindre, si jamais j’ai besoin d’te donner des infos ou s’il arrive quelque chose. » Parce qu’on sait jamais ce qui peut se passer. Tu t’moques bien du moyen, tant qu’elle est joignable d’une façon. Ça t’importe peu le comment.

(Insertion des oeufs de Mimiqui, Sovkipou et de Pichu qui éclorons au lvl 20 le 16 décembre 2018)



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 28/02/2017
Messages : 501

Région : Alola
Jeu 6 Déc - 17:50
Lorsque Ryu mentionna qu'il garderait le spectre avec lui, sur lui, l'expression de la brunette se figea. Un éclair de doute traversa sa prunelle droite, mais elle ne répliqua pas, se contentant d'un hochement de tête. Elle doutait que ce soit suffisant pour maintenir la créature à une distance raisonnable, mais elle était prête à s'y risquer, ne serait-ce que le temps de pouvoir inscrire Hlin à la pension. Mara haussa un sourcil à la mention du nom, qu'elle traduisait par quelque chose d'adorable ou de mignon, et elle se demanda sérieusement si, sous son masque de neutralité, son interlocuteur n'était pas un peu timbré. Elle se pinça les lèvres, retenant un rire nerveux ; elle ne serait malheureusement pas celle qui câlinerait le pokémon fantôme pour lui remonter le moral. Après quoi, pour se redonner elle-même du courage, elle fit apparaître sa parecool et la présenta sans plus de façon. De sa main libre, elle lui gratta le cou avec douceur, lui soutirant un grognement satisfait.

« Je pense que oui. » 

Marie-Anne nota le passage du vouvoiement au tutoiement et elle esquissa un léger sourire. Puisqu'ils avaient l'air d'avoir le même âge, elle préférait qu'il n'agisse pas avec autant de formalités et ce, même si elle était cliente et non amie. « Hlin est une parecool encore jeune, elle a un peu moins d'un an, et elle passe presque ses journées à dormir. Je ne sais pas si c'est réalisable, mais j'aimerais bien que dans ses moments d'éveil, elle puisse être entraînée sur ses réflexes et sa motricité. » Parce qu'elle était lente, très lente. C'était à se demander comment elle parvenait à s'éclipser dans les endroits les plus improbables sans que personne ne s'en rende compte. « Elle a besoin d'exercice et je ne suis pas assez présente pour le moment pour m'en occuper pleinement. » Une pointe de culpabilité se glissa dans le timbre de sa voix, trahissant une certaine gêne de ne pouvoir se débrouiller par elle-même. Durant ses années passées sur les routes du Kanto, elle avait toujours agi en solitaire et s'était assurée du bon développement de son équipe. On aurait dit que de se retrouver dans une région étrangère et entièrement nouvelle l'avait ramené au point de départ. 

« Tu peux m'appeler ou me texter. » 

L'ex-sbire lui donna son numéro, en ajoutant qu'il pouvait la contacter à toute heure du jour et de la nuit s'il y avait un pépin ou s'il avait une question sur sa protégée. « Est-ce que je peux avoir le tien ? Ou si tu as une carte d'affaire, je la prendrais bien ? » Elle remonta la petite femelle contre sa poitrine en lui poussant les fesses, puisqu'elle commençait à glisser. Sa prise se resserra aussitôt. En baissant les yeux, la donzelle réalisa qu'elle s'était endormie, bercée par les battements de son coeur et le son de sa voix. Celle de Ryu, bien qu'inconnue, ne semblait pas l'avoir dérangé non plus. Mara chercha ensuite du regard un bac de recyclage et, après avoir avaler d'une traite le reste de sa boisson refroidie, s'y dirigea pour jeter son gobelet.

« Je suis prête quand tu veux pour la visite. »

HRP:
 


« This fate has become my own. » / avatar par Jill (l)
DC:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Special Delivery [Cézanne]
» Special delivery ♥ vous avez commandé de la compagnie ? [Kaoru]
» London Stiller...she's a special girl
» HAITI PAYS SPECIAL !L INJUSTICE DES HOMMES ET LA JUSTICE DE DIEU !
» Bill Clinton will be named a U.N. special envoy on Haiti

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Alola - 7E G E N :: Lili'i :: L'Oubli-