AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2
 
» [EVENT] Voyage au centre de la Terre


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 2557

Ven 2 Mar - 17:25
On est peut-être peureux, mais nous, on a pas besoin d’engager des pseudo-gardes du corps, parce que j’imagine que des vrais ça coûte cher, avec un bel Alakazam au fond d’une pokéball.
Le vrai courage est de ressentir la peur et de la dominer. Ce n’est pas un défaut. C’est même plutôt sain.

Suite à la remarque de Marius, il y avait évidemment eu des répliques cinglantes de lancés, mais rien qui ne puisse venir effriter le calme imperturbable de l'archéologue chevronné habitué à se faire bâcher de la sorte au cours de ses expéditions. Quelque part, il comprenait bien que son discours pouvait paraître contradictoire avec les Pokémon que la troupe possédait, mais il s'en fichait pas mal. Le fait est que cela était bien vrai et que même son Alakazam ne savait pas se battre, ou du moins, n'avait pas les capacités d'un combattant, ne sachant au mieux que se défendre à coups d'Abri et de Protection pour pouvoir couvrir son maître. Il n'était pas rare qu'au terme d'une expédition, son compagnon psychique soit forcé de passer quelques jours en unité de soin. Ils pouvaient donc bien penser ce qu'ils voulaient, ils verraient bien si l'occasion se présentait ; bien que Marius espérait bien ne pas en arriver là, les dresseurs recrutés étant justement là pour ça. L'archéologue n'avait pas nécessairement confiance en ces quatre personnes, mais cela ne regardait que lui, et si l'Explorarium avait choisi ces quatre-là parmi tant d'autres, alors c'est qu'ils devaient être convaincant en tant que protecteurs. Il ne tarderait pas le savoir.

Mademoiselle, messieurs, j'espère que vos Pokémons sont prêt. Évitons des attaques trop dévastatrices.
Nous aurions pas pu tomber sur autres choses? Genre des Racaillous?
Pourquoi, tu trouves qu’il n’y a pas assez de caillasse dans le coin ?

Marius ne s'était pas trompé. Les premiers adversaires n'avaient pas tardé à se présenter à eux, leur offrant leur air le plus féroce possible. Ils n'étaient pas venus pour s'amuser, c'était clair comme de l'eau de roche. Leur apparition n'a pas manqué d'émoustiller les dresseurs qui y sont allés de leurs voix tandis que les quatre protégés ont suivi Marius pour se cacher derrière une proéminence rocheuse à quelques mètres des quatre combattants désormais trop occupés à repousser cette attaque surprise pour penser à eux. De toute façon, les quatre sauvages comptaient bien les embêter assez pour vous obliger à rebrousser chemin. Avant même que chacun ne puisse se décider à les attaquer, l'un des Fermite, tel une flèche, s'élança dans leur direction tête en avant, visant le premier venu avec ses mâchoires d'aciers. Comme il fallait s'en douter, ce fut le Dimoret à la couleur atypique qui se trouva le premier sur sa trajectoire, et qui reçut de plein fouet la Mâchouille du type acier, laissant apparaître une légère entaille sur le flanc gauche. Pas de quoi casser trois pattes à un Couaneton, mais suffisamment pour que le type glace n'ait pas le temps de répliquer sur le Fermite qui recula à bonne distance pour être à la fois en sécurité et une menace pour les quatre dresseurs. Ses trois camarades, pendant ce temps, avançait tranquillement en dévisageant leurs désormais cibles. Il était temps d'agir au plus vite.

Allez, vous pouvez l'faire !Montrez-leur c'que vous valez!
Valentin, je te prierai d'être plus discret. Il ne faudrait pas attirer ces sauvages jusqu'à nous.

Le foreur acquiesça silencieusement, comprenant bien le fond de la pensée de l'archéologue, mais son visage manifestait sa frustration quant à la situation. Il aurait bien voulu encourager plus encore les quatre jeunots. Au moins, il avait pu le faire au moins une fois, c'était déjà cela. Impossible cependant de savoir s'ils l'avaient entendu. Les quatre dresseurs étaient désormais sur l'offensive, se préparant à agir. Ce qui ne tarda pas à se faire.

Pride, occupes-toi de l'un des Bétochef. Ball'Ombre.
Nami, utilise Laser Glace sur l'autre Bétochef!

Les deux gros bourrins du groupe furent les premiers à agir. Profitant de la distance qui les séparait des deux imposants types combats, ils frappèrent de loin, les prenant de vitesse pour le malheur des deux sauvages qui le sentirent passer malgré leur protection grâce à leurs blocs de béton, les deux assauts les faisant reculer ainsi pour les empêcher d'agir immédiatement. Une bonne action qui laissait l'occasion aux deux autres dresseurs d'agir au mieux. Il ne fallait cependant pas oublier le second Fermite qui profita de l'attaque de l'Aligatueur pour l'attaquer elle aussi sur le flanc, cette fois avec une puissante attaque Tête de Fer. Néanmoins, le type eau n'en fut pas vraiment inquiété et le type insecte dut rejoindre son camarade de peur d'y laisser sa peau. Pendant ce temps, les deux Bétochef revenait rapidement dans le combat, s'avançant en brandissant progressivement leurs blocs de béton pour faire comprendre qui ils étaient vraiment. Cela ne fut visiblement pas du goût de Sheera.

Lou, utilise Aboiement !

La Grahyena n'avait pas attendu pour s'exécuter, levant légèrement la tête avant de lancer son attaquer, projetant un violent aboiement qui stoppa tous les adversaires dans leurs mouvements. Un son si horrible pour leurs oreilles, ou tout orifice leur permettant d'entendre, qu'il leur provoqua une certaine douleur à laquelle l'un des Bétochef ne put résister bien longtemps, cherchant déjà à supporter la douleur de la précédente attaque du Dimoret de Worick, avant de s'effondrer, vaincu. Un de moins. Cela risquait néanmoins d'être un problème pour le groupe, car l'autre Bétochef, qui avait bien tenu le coup pour sa part, vit subitement rouge et chargea tel un Frison en colère en direction de ses adversaires, sans chercher à savoir lequel frapper. Malheureusement pour le Tortipouss de Masami, qui se préparait à frapper, il se trouva être la cible du Pokémon enragé qui gueulait comme un Brouhabam et affichait un air si monstrueux que les quatre dresseurs, malgré leur concentration, purent entendre deux cris stridents dans leur dos. Pas le temps d'y faire attention cependant, car le type combat abattit l'un de ses blocs de béton sur le type plante pour une attaque Attrition, profitant d'avoir pris de vitesse ce dernier pour l'amocher bien comme il faut. Le Bétochef ne perdit pas de temps sur ce détail, estimant inconsciemment avoir vaincu le Tortipouss, et continua sa course, visant cette fois la Grahyena et Sheera dans un nouveau cri de rage presque effrayant.

Caducée, reste près de moi et bloque le passage des Fermite s’ils tentent quoi que ce soit … Et en attendant, tente une attaque Giga-Sangsue contre le Bétochef de Noah.

C'était sans compter sur la résistance du type plante, qui s'en sortit avec un beau bleu au niveau de la carapace, trop peu important pour l'empêcher d'agir. Masami indiqua donc la marche à suivre à son compagnon qui s'exécuta aussitôt, touchant de plein fouet le Bétochef qui s'effondra aussitôt, trop épuisé par la Giga-Sangsue et par sa colère pour se maintenir conscient. Plus que deux. Les quatre dresseur menaient tranquillement l'affrontement, et maintenant que les deux Bétochef étaient au tapis, les Fermite faisaient un peu moins les malins. Deux contre quatre, ils risquaient de ne pas faire long feu. Tout se passait sans accrocs.

Du moins, c'est ce que les quatre dresseurs pensaient. Mais les cris entendus auparavant ne présageait malheureusement rien de bon pour la suite ...




Inventaire :
4 Hyper-Potions
4 Total Soin

Etat de l'équipe:
→ Grahyena est en plein forme.
→ Aligatueur est légèrement amoché sur le flanc droit, mais il se porte encore comme un charme.
→ Dimoret est dans le même état qu'Aligatueur.
→ Tortipouss est un peu plus blessé sur la carapace, mais pas assez pour le gêner pour le combat.


avatar ©️ Elune Crowley.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 31/07/2015
Messages : 1928

Région : Kantô
Ven 9 Mar - 16:03
Si l’ambiance n’était pas forcément au beau fixe avec l’humeur et les remarques cinglantes du dénommé Marius, Worick n’en avait que faire à l’heure actuelle. S’il devenait trop gênant, il se ferait sans aucun doute un plaisir de lui expliquer sa façon de penser en temps voulu mais ici, la priorité était au combat. Worick avait été assez surpris de voir que Pride avait encaissé le coup de l’une des Fermite face à lui sans broncher. En règle générale, il préferait simplement esquiver plutôt que d’encaisser fièrement, sans doute le félin avait-il été distrait par autre chose au mauvais moment. Il n’était toutefois pas nécessaire de s’en alarmer, car même s’il avait encaissé un coup semblable à celui de l’Alligatueur de Noah, Pride restait prêt à la contre attaque. Celle-ci ne mit d’ailleurs pas bien longtemps à arriver puisqu’à peine s’était-il fait avoir que le félin chromatique forma une étrange balle d’énergie obscure au creux de ses griffes, pour finalement l’envoyer sur le premier Bétochef dans sa ligne de mire. Bien qu’il soit suffisamment solide pour encaisser le coup, ce dernier ne faisait clairement plus le fier au plus grand bonheur du rouquin. Bien que le type combat de ces deux Pokémons désavantage nettement le chromatique qu’il avait amené avec lui pour cette expédition, la différence d’expérience au combat semblait jouer en leur faveur. Le Pokémon de Noah, en première ligne lui aussi pour cet affrontement, avait d’ailleurs apprit lui aussi le respect à son Bétochef, tandis que Worick adressait au jeune dresseur un signe de tête confiant devant la situation qu’ils semblaient ainsi maitriser. Les membres de l’Explorarium avaient sans aucun doute vu juste en validant les candidatures des quatre participants ici présent.
Malgré les efforts des dresseurs, l’un des Bétochef rendu fou par la situation réussi tout de même à se frayer un chemin pour finalement se venger contre le pauvre Tortipousse de Masami. Si le choc fut brutal, c’était sous-estimer la constitution du petit Pokémon plante qui tenait encore sur ses pattes sans trop de problème apparent. Il n’eut d’ailleurs aucun mal, après le coup de pouce du Pokémon de Sheera, à mettre au tapis son agresseur une bonne fois pour toute, le privant suffisamment de ses forces pour qu’il ne puisse plus bouger le moindre muscle de son corps épuisé.

« Bien joué ! Nous voilà sans aucun doute débarrassé des deux plus gros morceaux. »


La situation ne semblait pas s’arranger aussi vite que prévu cependant, car a peine Worick eut-il de nouveau tourné la tête en direction des deux Fermites qu’il reprit ses esprits : Alors que le Bétochef avait joué les gros dur, le rouquin avait entendu un cri strident derrière lui… en direction des membres de l’Explorarium ? Il n’en était pas tout à fait sur, la cohue crée par l’embuscade des Pokémons sauvages n’aidant pas.

« Tous va bien ?! »

Il choisit toutefois de se rapprocher de leurs protégés pour s’assurer de leur état, laissant ainsi Pride prendre les choses en main de son coté. Le dimoret y était habitué : à vrai dire, il menait bien souvent ses propres combats sans le moindre conseil de son dresseur, préférant ainsi ne devoir sa victoire qu’à lui-même plutôt qu’à l’œil stratégique de son camarade aux cheveux roux. C’est donc sans grande surprise qu’il avait rapidement aiguisé ses griffes en guise de provocation dans la direction du Fermite qui avait osé l’affronter quelques instants plus tôt, avant de fondre sur lui en un éclair pour lui assener un casse-brique directement sur le flanc droit et sans aucune once d’hésitation.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Johto

C-GEAR
Inscrit le : 02/01/2017
Messages : 900

Région : Johto
Lun 12 Mar - 17:07
Malgré le sérieux de la situation, le commentaire de Masami me fit sourire et je dus me mordre l'intérieur de la joue pour ne pas répliquer quelque chose. Décidément, je préférais nettement les trois individus qui avaient été sélectionnés que ceux que nous devions protéger. Ils m'étaient autant mes nerfs à rude épreuve que tante Janine lorsqu'elle était sobre. Autant dire que je préférais ne pas leur porter plus d'attention que nécessaire. J'étais presque content de l'accalmie que nous procurait la présence des pokemons sauvages...

Je chassai les pensées parasites qui envahissaient ma tête et me concentrai sur nos adversaires tout en jetant de tant en temps de petits coup d'oeil par-dessus mon épaule afin de m'assurer que nous n'étions pas sur le point de nous faire prendre par surprise. Je serrai les mâchoires lorsque la première Fermite passa à l'attaque, trop rapide pour que le Dimoret de Worick ne puisse l'éviter. Son pokemon devait être vachement solide puisque les mâchoires du pokemon insect étaient réputées pour leur force surprenante et leur capacité à taillader pratiquement n'importe quoi.

Fixant d'un oeil mauvais les pokemons sauvages, Nami fit un pas en avant, ouvrit grand sa gueule, découvrant ses dents acérées. Elle claqua ses mâchoires à deux reprises, tentant d'intimider ses adversaires et leur faire penser à deux fois avant de réessayer de nous attaquer. Malheureusement, les pokemons sauvages ne firent aucun geste indiquant qu'ils allaient battre en retraite. Nami émit un grognement sourd avant d'ouvrir à nouveau grand sa gueule. Suivant mon ordre, elle projeta un puissant rayon bleuté vers le Bétochef que Pride n'avait pas touché. Le bas du corps du pokemon combat se recouvra d'une épaisse couche de glace, l'immobilisant sur place. Cependant, il s'en défit facilement grâce à ses blocs de béton qu'il utilisa pour la concasser en morceaux. Mes yeux s'écarquillèrent alors que je remarquai la deuxième fourmi s'élancer vers Nami. Je n'eus pas le temps de l'avertir que la tête de l'insecte entrait en collision avec son flanc. Elle poussa un grognement de douleur avant de tenter repousser son agresseur d'un violent coup de queue. Le Fermite poussa un sifflement rageur avant de battre en retraite et de prendre ses distances.

- Nami? Ça va?

Elle se tourna vers moi et posa son museau contre mon front pour signifier que ce n'était rien avant de retourner son attention vers ses opposant. Je passai nerveusement une main dans mes cheveux tout en essayant de conserver ma concentration. Ce n'était vraiment pas le moment pour céder à la panique.

Les cris stridents qui s'élevèrent derrière nous me donnèrent la chaire de poule. Étant donné que Worick portait son attention sur les membres de l'Explorarium, je préférais tenter d'évaluer la possible menace qui risquait de nous tomber dessus. À moins que ce ne soit nos protégés qui aient crié...Peu plausible, mais je préférais nettement cette option.

- J'ai l'impression que les ennuis ne font que commencer. En tout cas, on ne pourra pas dire qu'on s'est ennuyé durant notre séjour ici.

Nami émit un léger grognement en réponse et j'esquissai un faible sourire; je reconnaissais une remontrance de sa part quand je l'entendais. Elle observa avec attention Pride qui s'engageait dans un combat rapproché avec le Fermite qui avait osé l'agresser un moment plus tôt. Cependant, consciente qu'elle était censée protéger les arrières du groupe et qu'elle ne pouvait donc pas se permettre de s'éloigner autant, elle opta plutôt pour attaque à distance à nouveau. Se tournant vers le deuxième insecte, elle lui jeta un regard noir avant d'ouvrir une fois de plus sa gueule.


Aligatueur lance Vibraqua sur l'autre Fermite


stamps <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 16/10/2014
Messages : 2251

Région : Hoenn
Lun 26 Mar - 13:32
Les actions s’enchaînaient comme des punchlines dans un rap battle. J’ai un peu de mal à suivre, j’avoue. Mais les bétochefs sont costauds, ça j’ai besoin de personne pour le voir. Les pokémons de Worick et Noah semble très puissants et pourtant, ils ont encaissé comme si de rien n’était. L’aboiement de ma Grahyena en mets un à terre et je la félicite chaudement. Peut-être que pour ces dresseurs, j’en fais trop mais, je suis coordinatrice, je rappelle. Le combat de pokémon c’est vraiment pas ma spécialité. Je préfère celui à mains nues, mais si je frappe un Fermite du pied, je vais me le casser, donc, je laisse faire ma compagne.

Un cri strident me vrille les tympans un instant. Quel bruit affreux ! Ça vient de quoi ? Pendant quelques instant,s je laisse ma Grahyena, qui attends mon retour pour agir, et me dirige vers Calcifear qui ne semble pas avoir été vraiment dérangé par le bruit. Il se fait vraiment vieux celui-là. Je me mets mon visage à hauteur du sien, un genou au sol, pour soulever sa lourde tête et lui embrasser la truffe, comme à chaque fois que je lui demande quelque chose d’un peu ardu.

- Tu restes avec les membres de l’Explorarium, peu importe ce qui arrive d’accord ? Et tu les protège ! Ne lésine pas sur les moyens. Je compte sur toi, Calci’.

Mon Némélios hoche la tête et va se rapprocher des membres de l’Explorarium, les sens en éveil, tournant la tête dans tous les sens, essayant de capter le moindre indice d’une présence ennemie indésirable. Moi je retourne auprès de ma Grahyena et je m’aperçois de l’état du Tortipouss de Masami, j’espère qu’il ne souffre pas ! Mais le combat est loin d’être fini. On pensera nos blessures après, bien que Lou’ n’ait pas été touchée.

En tout cas, avec les deux Betochefs allongés, les Fermites semblaient prendre peur. Ha ! Bien fait ! La victoire est assurée à présent ! A nouveau j’ordonne à ma Grahyena de se battre mais au corps à corps, cette fois. Je lui demande même d’utiliser l’attaque Eclate-Roc et la louve s’élance, très vive, et frappe sur le dos d’un Fermite d’un puissant coup de la patte, aboyant d’ivresse lorsque son coup fait mouche.

- C’est bien, Lou’ ! Continue ainsi !

[modération : Grahyena utilise Eclate-Roc sur le même Fermite que Noah]





Compte principal : Scott Weedon

Merci Iago, pour le sprite de Sheera. Merci à Amako, Elisa, Elizabeth, Worick et Vanee pour les avatars cadeaux.

Stamp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 30/11/2017
Messages : 158

Lun 2 Avr - 16:56
Masami n’aimait pas la violence. Certains auraient jugé cela ironique pour quelqu’un qui découpait des macchabés à longueur de journées et dissertait sur des plaies béantes et autres infections préoccupantes, à qui il arrivait d’examiner des personnes victimes de violences, souvent conjugales, parfois sexuelles afin de noter lésions et marques dans un rapport qui servirait, le cas échéant à faire condamner une personne. Pourtant, cela n’avait jamais dérangé le légiste. En quelque sorte, il arrivait à mettre les causes de ce qu’il examinait loin de lui. Il faisait son travail, et rien de plus. Cette froideur clinique lui permettait de ne pas s’appesantir sur l’horreur de l’être humain, du moins, pas au point d’en être figé, trop choqué pour continuer. Tous les métiers au contact de la mort avaient cet effet sur les pratiquants. Avec le temps, on développait humour noir et sarcasme facile, on devenait insensible en apparence à l’horreur d’un corps en décomposition, d’une pauvre forme qui avait été un jour vivante, qui avait des frères, des sœurs, des amis et des amants, des parents. Il excellait dans la mise à distance, y compris lorsqu’il avait été touché lui-même par l’horreur. Ce mécanisme de défense jouait à plein dans la construction de sa psyché. Mais elle expliquait sans doute pourquoi il avait toujours eu du mal avec les combats pokémon dans sa jeunesse. Et pourtant, maintenant qu’il était plongé dans l’un de ces derniers, il se rendait compte de l’intense différence avec ce qu’il avait vécu.

Les attaques s’enchaînaient, et pourtant, Masami ne sentait pas l’angoisse monter en lui comme lorsque son traumatisme se réveillait. En un sens, il était anxieux, mais pour un autre que lui, et pas forcément pour sa vie. Il ne s’agissait pas de combattre à mort, et les attaques employées, dérivées de la nature même des pokémons, offraient plus d’harmonie que le bruit tranchant d’une balle qui transperce l’air pour venir déchiqueter un corps offert et tendu. A moins qu’il n’idéalise, précisément car il n’était pas concerné au premier chef ? Possible. En tout cas, pour le moment, il ne ressentait pas les symptômes du stress post-traumatique, ou du moins, il parvenait à les contenir. Lorsqu’Alya l’avait inscrit pour cette mission d’escorte, cela avait été sa première crainte. Manifestement, il allait mieux qu’il ne le pensait. Ou alors, la différence avec ses souvenirs était trop flagrante pour que son cerveau ne traite la situation présente de la même manière.

Cela ne l’empêchait nullement de grincer des dents en voyant l’Aligatueur souffrir de la sorte, comme le Dimoret. Cependant, la bouffée de peur monta brutalement lorsque Caducée se fit frapper par un Bétochef furieux. Le petit Tortipouss était de loin le plus fragile des pokémons assemblés, du moins, selon toute probabilité. Pourtant, il était pourvu d’une résistance insoupçonnée, mue par sa volonté farouche. N’avait-il pas survécu à une grave affection grâce à Masami ? Ce n’était pas un pokémon combat mal luné qui allait l’effaroucher. Et d’ailleurs, la tortue ne broncha pas, exécutant à la lettre les ordres de son dresseur, donnant même le coup de grâce à son assaillant, et permettant accessoirement à Masami de pouvoir respirer à nouveau. Doucemement, ce dernier murmura :

« Viens ici, Caducée. »

Avant de répondre à la volée au cri de Worick :

« Tout va à peu près correctement par ici. »

Caressant le robuste petit pokémon pour l’encourager, le trentenaire déboucha à la hâte sa gourde d’eau et la versa délicatement sur la petite plante au-dessus de la tête du Tortipouss. Cette espèce de pokémon avait comme particularité d’absorber les rayons du soleil et les oligo-éléments par cette excroissance herbeuse. Lorsque cette dernière était irriguée, sa teinte verte démontrait sa bonne santé, et l’absorption renforçait la carapace des Tortipouss en leur évitant la sécheresse. Evidemment, il ne s’agissait aucunement d’un soin en bonne et due forme, mais Masami espérait que cela offrirait un regain de vigueur à son pokémon sans piocher immédiatement dans les réserves de l’équipe afin de pallier une blessure somme toute superficielle, et que le Giga-Sangsue avait dû en partie déjà amortir.

Restait à circonscrire le problème des Fermite … avant que les possesseurs des cris n’arrivent. Par réflexe, Masami recula, se rapprochant de Sheera, puisque de toute manière, son pokémon plante n’avait que peu de chance au corps à corps contre les Fermite, son type le désavantageant grandement. Il ne pouvait donc que fournir un appui depuis l’arrière et non s’engager comme précédemment.

« Encore, Caducée. Sur le Fermite touché par Pride. »

A défaut d’être déterminante, son action pouvait mettre à terre l’odieuse termite si le Dimoret avait frappé assez fort … en plus de le requinquer encore un peu plus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 2557

Mar 17 Avr - 14:03
Si les cris survenus, comme le devinait aisément les quatre dresseurs malgré le combat, provenaient de l'endroit où s'étaient cachés les membres de l'Explorarium, il leur fut impossible d'en avoir le cœur net. Bien qu'à désormais deux contre quatre, et en position de faiblesse, les deux Fermite maintenaient une certaine pression les forçant à s'occuper d'eux avant de pouvoir penser à autre chose.

Bien joué ! Nous voilà sans aucun doute débarrassés des deux plus gros morceaux.

Worick eut cependant la présence d'esprit de laisser le reste du combat aux bons soins de son combattant, se tournant aussitôt vers l'origine du cri pour aller s'enquérir de l'état des quatre protégés. L'un des Fermite, le plus rapide, tenta immédiatement de l'en empêcher, mais Pride réagit en le stoppant dans sa course, l'intimidant suffisamment pour le faire revenir à sa position initiale. Le Pokémon reprit cependant vite sa rage habituelle et décida de repasser à l'attaque, se tournant aussitôt vers le seul Pokémon qui l'avait attaqué : la Grahyena. Chargeant à grande vitesse, le type acier vint infliger une violente attaque Mâchouille au type ténèbres, qui ne sembla heureusement tant affecté par l'assaut. Seules quelques petites marques de crocs subsistaient sur l'avant de son buste, mais rien d'handicapant. Mieux encore, cela laissa l'occasion à Pride de passer à l'attaque à son tour et de surprendre sa cible bien trop concentrée sur le chien ténébreux, lui plaçant une surpuissante attaque Casse-Brique qui envoya voltiger le Fermite sur plusieurs mètres avant qu'il ne retombe violemment sur le sol où il progressa encore de quelques mètres avant de finalement s'arrêter, dans les vapes. Le coup avait été magnifiquement placé et la puissance du Dimoret chromatique couplée à l'absence de réplique de la part du type acier avait eu raison de ce dernier. Désormais, il n'en restait qu'un seul, qui, voyant son camarade se faire vaincre aussi facilement, prit progressivement peur, reculant légèrement.

J'ai l'impression que les ennuis ne font que commencer. En tout cas, on ne pourra pas dire qu'on s'est ennuyé durant notre séjour ici.

Suivant la progression du combat ce fut ensuite Noah qui réagit à la situation, comprenant bien que les cris n'annonçaient rien de bon. Maintenant qu'il ne restait qu'un seul Fermite, le danger et la pression auraient pu permettre au blond de suivre le mouvement de Worick, mais il choisit de rester aux côtés de sa combattante, la laissant même lui lancer un petit grognement de remontrance. Cela n'empêcha nullement la bête de passer à l'attaque, choisissant de rester une nouvelle fois à distance, probablement dans le but de survivre de mur entre le Fermite et les membres de l'Explorarium. Le type eau se retrouva donc à tirer une attaque Vibraqua qui vint s'éclater durement sur le corps métallique de sa cible, secoué par la puissance de l'assaut. Cela laissa l'occasion à Sheera de passer à son tour à l'assaut, ordonnant à la Grahyena d'utiliser son attaque Eclate-Roc sur le Fermite secoué, qui ne put malheureusement rien faire face à cela. Qui plus est, la hargne du Grahyena rendit l'attaque plus violente encore et manqua de faire tomber le type insecte dans l'inconscience, celui-ci bataillant vainement avec lui-même pour se maintenir debout.

C'est bien Lou', continue ainsi !

Le compliment de la demoiselle fit réagir le Fermite qui, dans un dernier élan de rage, tenta de placer une attaque Guillotine sur la Grahyena, ouvrant grand ses pinces avant de le refermer violemment sur le type ténèbres. Sans succès néanmoins, puisque ce dernier esquiva sans mal, revenant auprès de sa dresseuse tranquillement. Cet échec sonnait la fin du Fermite, qui se retrouva à la merci de ses ennemis, laissant tranquillement le Tortipouss de Masami, qui l'avait remis d'aplomb, placer une petite Giga-Sangsue qui eut raison de la volonté du sauvage qui s'effondra alors dans un léger fracas, inconscient. La victoire était vôtre.

Eh bien, il était temps !

Dès l'instant où le calme revint dans la zone, l'archéologue fut le premier à sortir de sa cachette, sans faire réellement attention à la présence de Worick venu s'enquérir de son état ou même du Némélios venant le protéger, et à réagir à la situation, lançant à nouveau ses habituelles paroles volontairement acerbes. Il allait d'ailleurs continuer, mais Valentin, qui sortit à son tour, lui tapota l'épaule en lui lançant un regard qui stoppa aussitôt le vieil homme. Le foreur lâcha ensuite un grand sourire avant de se tourner vers les quatre dresseurs.

V'là un combat comme j'les aime ! J'aurai bien aimé êt' comme vous ! M'enfin, c'pas là l'sujet. Pour t'répondre, Worick, moi et Marius, on va bien, mais Daniel et Loréline ...
Elles ont pris la poudre d'escampette lorsque le Bétochef a poussé son cri.

Marius n'avait pas tourné autour du pot. De toute façon, il savait bien que dans cet endroit, la moindre seconde pouvait être précieuse, surtout pour ces deux trouillardes. Si encore elles s'étaient contentés de se blottir contre le sol, il n'y aurait pas eu de problèmes, mais elles avaient eu l'intelligence de se mettre à courir sans réfléchir dans le sens opposé au Bétochef, loin dans les ténèbres de la grotte. Meilleure idée possible. L'archéologue avait pris l'habitude de supporter cet aspect de son assistante, mais pour cette fois, il ne le supportait pas. Il regrettait amèrement de l'avoir laisser prendre part à cette exploration, et avec l'autre trouillarde qui l'avait suivi, cela ne le rendait que plus irritable encore. Ce qui était certain, c'est que quand il les retrouverait, il les remettrait rapidement à leur place, quitte à passer encore plus pour le salaud qu'il était déjà. De toute façon, il s'en fichait : il avait autre chose à faire que de commencer à nouer des liens avec des gens.

Bon, on a pas une seconde à perdre. Au vu de la vitesse à laquelle elles ont pris la fuite, elles se sont certainement perdus dans la grotte, si ce n'est pire. Je vous propose deux choix : soit on conserve le groupe actuel et on part à la recherche des deux trouillardes, soit on se sépare en deux, un groupe nous protégeant moi et Valentin, l'autre étant seul. Dans tous les cas, le but sera avant tout de les retrouver au plus vite. Si jamais vous décidez de vous scinder en deux, je vous prêterai mon Alakazam, il vous permettra de communiquer avec moi. Vous pourrez nous prévenir si jamais vous trouvez quelque chose, que ce soit Daniel et Loréline ou quoique ce soit d'autre.

Marius prit un instant pour respirer longuement, puis reprit rapidement.

Je vous laisse décider de la marche à suivre, mais faites vite, le temps presse. Il se peut déjà qu'elles aient attirés l'attention de ceux qui dominent ces lieux ...

Sa remarque était parsemée d'inquiétude et de désespoir. D'un côté, il n'avait pas vraiment envie de perdre deux compagnons d'explorations, mais de l'autre, il se disait qu'elles le méritaient un peu. Après tout, dans le métier, on devait souvent être amenés à faire face au danger. Si elles n'étaient pas capables de rester stoïque face à ce dernier, alors c'est qu'elles ne faisaient pas de bonnes exploratrices. Néanmoins, il restait un être humain, qui plus est suffisamment compatissant pour savoir qu'elles ne valaient pas de finir leurs vies aussi bêtement, notamment Daniel son assistante. Il allait donc faire tout ce qu'il pouvait pour les retrouver, mais pour l'instant, il préférait laisser le sauvetage aux mains des quatre dresseurs. De toute façon, ils étaient les seuls personnes capables de les sauver actuellement. Il n'avait donc pas le choix : il devait se reposer sur ce qu'ils comptaient faire …

Les prochaines secondes promettaient d'être fatidiques pour la suite de l'exploration ...




Inventaire :
4 Hyper-Potions
4 Total Soin

État de l'équipe :
→ Grahyena est légèrement amoché sur l'avant du flanc, mais il est encore pleinement opérationnel
→ Aligatueur est légèrement amoché sur le flanc droit, mais il se porte encore comme un charme.
→ Dimoret est dans le même état qu'Aligatueur.
→ Tortipouss est encore un peu plus blessé sur la carapace, mais presque quasiment rétabli.


avatar ©️ Elune Crowley.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 31/07/2015
Messages : 1928

Région : Kantô
Mer 25 Avr - 18:49
La situation, aussi tendue soit-elle, avait finit par retrouver un semblant de calme. Le temps que Worick se dirige dans la direction des chercheurs de l’Explorarium, les quatre Pokémons envoyés par Noah, Sheera Masami et le rouquin avaient fini d’arranger la situation. Les deux fermites étaient maintenant hors d’état de nuire et l’espace d’un instant, ce fut un calme religieux qui s’installa dans la galerie souterraine. Pride de son coté, était revenu auprès de son dresseur, visiblement satisfait d’avoir envoyé valser son adversaire sans plus de cérémonie, alors que le rouquin lui avait adressé en silence un regard plein de fierté.

Hélas, ce moment de répit fut de courte durée, puisque très vite le dénommé Marius ne manque pas de lâcher l’un des propos amer dont il a le secret. Si Worick avait bien apprit une chose au sein de la pègre, c’est qu’il est souvent dangereux de se mettre ses gardes du corps à dos. Toutefois, plutôt que de remettre le vieil homme à sa place avec des paroles déplacées, le scientifique choisit simplement de planter son regard glacial dans celui de l’homme qu’il méprisait le plus au sein de cette expédition. Cependant, le foreur du groupe s’accapara aussitôt l’attention des membres de l’expédition, séchant au passage les prochaines paroles assassine de Marius.

« Voilà qui vient déjà nous compliquer la tâche. Pas sur que cette option de fuite ait été la meilleure idée que nos deux camarades puissent avoir. »


La situation était plus délicate que prévue. Si le petit groupe s’était trouvé en plein air, il n’aurait pas été bien compliqué de retrouver les deux jeunes femmes avec une unité aérienne par exemple. Ici cependant, pas moyen de faire voler quoi que ce soit, et de toute façon, l’obscurité ambiante suffisait à rendre aveugle la plupart des Pokémons à dix mètre de distance. De plus, au vue des Pokémons environnants, il était absolument hors de question de ne pas foncer à leur rencontre pour les tirer du mauvais pas dans lequel elles s’étaient sans doute fichu.

Alors que Marius commençait à énoncer un semblant de plan, Worick ne pu s’empêcher de tiquer lorsque l’archéologue proposa de se séparer. Quelle idée pouvait être pire que celle-ci ? Se séparer alors qu’ils venaient déjà de perdre deux membres de l’expédition ? Il était impensable aux yeux du jeune homme de perdre d’autres membres de cette expédition à moins que le but de Marius ne soit finalement de ne jamais remonter à la surface, ce dont le rouquin doutait fort. Quoi qu’au vue du comportement de ce dernier, ce genre de réflexion stupide ne serait même plus aussi étonnant que cela. Demeurant calme sans couper la parole de l’archéologue qui avait prit la parole, le scientifique attendit d’être bien sur et certain qu’il n’avait plus rien à dire avant de prendre la parole à son tour.

« Il est, à mon sens du moins, impensable que nous nous séparions. Même si les recherches prendront sans doute un petit peu plus de temps avec un seul groupe, nous avons déjà perdu suffisamment après un seul affrontement pour tenter de risquer à nouveau quoi que ce soit. »


S’il ne s’était pas montré trop sec, Worick avait tout de même souhaité faire passer un message on ne peut plus clair : Ne surtout pas opter pour cette stratégie. Il s’était toutefois tourné vers ses camarades dresseurs et coordinateur pour savoir s’ils partageaient son avis. S’il ne voulait pas non plus les presser, il était bon de souligner que les vies de Daniel et Loréline étaient peut être – sans doute en danger et que chaque seconde était ici précieuse.

HRP:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Johto

C-GEAR
Inscrit le : 02/01/2017
Messages : 900

Région : Johto
Dim 29 Avr - 19:05
Je me rendis compte quelques instants trop tard que les bruits que je pensais avoir entendu n'étaient que des échos. Probablement une envolée de Zubat, mais, dans tous les cas, rien qui ne représentait un danger pour le groupe. Je frottai ma nuque et laissai échapper un petit soupir de soulagement. Je jetai un dernier regard vers l'ouverture par laquelle nous étions venus avant de retourner mon attention sur les pokemons sauvages. Enfin, sur l'endroit où ils tenaient préalablement puisque j'avais vraisemblablement manqué la fin de l'affrontement.

"Il était temps"? Je jetai un regard ennuyé vers Marius et je dus me mordre l'intérieure de la joue afin de réprimer le commentaire cinglant qui risquait de me m'échapper. Je n'aimais pas les confrontations, mais je n'aimais pas non plus recevoir ce genre de commentaire désobligeant et tout à fait inutile. Surtout que, contrairement à ce qu'il prétendait, cela n'avait pas pris une éternité de mettre en déroute les pokemons sauvages. Si j'arrivais à contrôler mon agacement, ce n'était pas le cas de Nami. Elle laissa pousser un grognement sourd, le fixant d'un regard noir. Elle se rapprocha lourdement de lui et s'arrêta à quelques centimètres de lui. L'alligator géant ouvrit grand sa gueule, lui laissant la chance d'observer sa magnifique dentition avant de claquer ses mâchoires sèchement, non pas avant lui avoir donner un bon coup de langue en plein milieu du visage. J'étouffai un petit rire derrière une fausse quinte de toux et tapotai Nami sur son épaule lorsqu'elle retourna à mes côtés. Cela lui apprendrait à ne pas se montrer plus civiliser.

- Quoi? Elles se sont enfuies? Elles n'ont jamais regardé de films d'horreur ou quoi? Je laissai un petit rire sec en entendant le commentaire de Worick et lâchai: Pas la meilleure idée? Je pense qu'elles peuvent facilement être nominées pour l'idée la plus conne de l'année...

Sans parler que c'était complètement stupide. Se séparer dans un lieu où il était facile de se perdre ou de tomber dans une crevasse n'était tout simplement pas une idée brillante, morte de peur ou non. Je passai une main dans mes cheveux, me retenant à grand peine de laisser échapper quelques jurons bien sentis. Décidément, mis à part les personnes formant le groupe de défense contre les forces du mal, je ne pouvais pas dire que j'appréciais les membres de cette expédition. N'y avait-il pas des gens plus compétents, représentant un moindre danger et ayant une tête sur les épaules dans la compagnie? Vraiment, plus le temps passait et plus il était évident que mes pires craintes pouvaient se réaliser.

Nous séparer également? Hell to the no. C'était une possibilité qui ne servirait qu'à nous offrir que des ennuis. Surtout si je me ramassais dans le groupe restant avec Marius. Quoique, entre lui et Loréline, il était difficile de dire qui je préférais supporter. Je grimaçai légèrement et poussai un énième soupir.

- Je supporte Worick sur le fait qu'on devrait rester grouper. Je n'ose pas imginer le temps que cela prendrait si nous étions séparés et qu'on devrait faire face à autant d'adversaires. Sans parler que de se retrouver par après pourrait être problématique.
HRP:
 


stamps <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 16/10/2014
Messages : 2251

Région : Hoenn
Mar 1 Mai - 9:52
Je suis on ne peut plus fière de ma Grahyena, c’est vraiment une excellente combattante ! Elle fait mouche sur le Fermite et alors que ce dernier alors lui assener un coup de mâchoire, elle l’esquive promptement, revenant se poser à mon côté. Et je la flatte, en lui tapotant le flan et lui exprimant ma fierté. Vraiment, elle est excellente. Enfin, le Fermite tombe, grâce au Tortipouss de Masami. C’est une bonne chose, le combat finit et nous retournons auprès de nos protéger pour s’assurer de leur santé.

Eh bien, il était temps !

Comment vous dire ? Ça m’a bien refroidie et agacée. Et je ne suis pas la seule. L’Alligatueur de Noah fait claquer ses puissantes mâchoires près de Marcus, mais, non, vraiment ce n’est pas assez, je trouve. Moi je vais lui remettre les idées en place. Mes pokémons n’ont pas non plus apprécié la remarque et grognent sourdement. Je m’approche du vieux, je lui chope le col et après avoir pris un peu d’élan, je lui décoche un coup de boule, ni plus, ni moins.

- Si tu veux qu’on te respecte, respecte-nous. Dénigre-nous encore une fois et je te promets, sur la tête de mon Némélios, que ce n’est pas un simple coup de boule que tu mangeras, sac à chiasse.

Mais pour l’heure, nous avons un autre problème sur les bras. Les deux cruches se sont enfuies et ça me fait soupirer d’agacement. A quoi ça sert d’embaucher des gens pour vous protéger si vous vous mettez vous-même en danger à la première difficulté. Je me pince l’arête du nez et souffle un instant par les naseaux. Et ça tergiverse pour savoir ce qu’il faut faire. Qu’est-ce que je déteste ce genre de chose. On va pas retarder tout le groupe pour deux grognasses pas fichues de se tenir tranquille quand même ! Si ça se trouve, elle sont parties dans un coin terrées de peur quelques part, roh !

- Je suis pour qu’on se sépare. Ma Grahyena est capable de suivre une piste, Mon Némélios est capable de me protéger et je sais me défendre. Je peux aller les chercher. Même seule si vous voulez. Pas la peine de retarder le groupe pour aussi peu.

Et je vais pas mentir, moins je vois Marcus, mieux je me porte. Et me chercher des poux comme il le fait, vraiment, c’est pas une bonne idée.

- Décidez-vous vite sinon, je pars toute seule.

HRP:
 





Compte principal : Scott Weedon

Merci Iago, pour le sprite de Sheera. Merci à Amako, Elisa, Elizabeth, Worick et Vanee pour les avatars cadeaux.

Stamp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 30/11/2017
Messages : 158

Mer 2 Mai - 22:03
De l’avis général, Masami était un homme à la placidité presque affligeante, doté d’un calme olympien dont il se départissait rarement. A la limite, il exprimait un éventuel agacement par un commentaire suintant l’ironie, ou avec un certain côté sentencieux, mais sinon, il fallait bien l’admettre : la colère ne lui seyait guère. Il en était ainsi dans tous les pans de sa vie. Quand il avait fallu élever sa belle-fille, très rapidement, il s’était retrouvé dans la peau du gentil flic, laissant à celle qui partageait alors sa vie le soin de gourmander l’enfant. Même durant son adolescence, il avait rarement élevé la voix. Et lorsqu’il le faisait, ce n’était pas pour rien. En un mot comme cent, le légiste n’aimait pas la confrontation, encore moins quand elle était inutile. Dans son travail, il avait adopté exactement la même ligne de conduite, ce qui s’avérait salutaire. Confronté à des situations extrêmes, à des moments humains douloureux, au stress des policiers avec qui il collaborait, à l’angoisse des familles ou à leur colère, il valait mieux avoir une sacrée carapace pour encaisser et se détacher, pour rester professionnel en toutes circonstances. Ce cuir tanné, comme il aimait l’appeler, avait en partie volé en éclat après l’attentat, et durant ses instants de vulnérabilité, il avait parfois laissé éclater toute sa rage et son amertume. Et pourtant, il avait finalement supporté davantage que beaucoup sa situation, sans doute parce qu’il intériorisait énormément. Non, définitivement, le trentenaire n’était pas homme à s’épancher, à hurler. Pour obtenir une réaction aussi profonde, il fallait vraiment le faire sortir de ses gonds. C’était précisément ce qui se passa.

Marcus l’indifférait profondément. Oui, il était désagréable. Et alors ? Il n’allait pas lui proposer un dîner aux chandelles. Le vieil archéologue n’avait manifestement aucun don en matière de sociabilité, et ses commentaires étaient aussi décourageants que pesants. Pour autant, il estimait que ce n’étaient pas trois mots prononcés par un inconnu qui devaient l’impacter. Au fond, Masami était largement capable de passer outre, ou encore de répondre si l’envie lui en prenait. Il avait l’impression néanmoins que ses jeunes camarades étaient plus affectés que lui, et ne put s’empêcher de penser un bref instant qu’il existait un gouffre, tout de même, entre un homme de trente-deux ans avec son passé et la jeunesse aventureuse et fougueuse. A moins que ce ne soit une question de caractère ? Après tout, le scientifique aux yeux vairons avaient un comportement relativement similaire au sien, depuis le début. Oui, peut-être qu’il fallait chercher de ce côté. Dans tous les cas, sa conclusion était la même, et s’il n’avait tenu qu’à lui, il aurait répliqué avec amusement qu’il se sentait tellement à l’aise au fin fond d’une grotte en si charmante compagnie qu’il avait tenu à faire durer le plaisir d’avoir des Fermite et autres Bétochef furieux se précipiter sur leur petit groupe. Oui, cela aurait pu faire l’affaire. Pour autant, quand il vit l’Alligatueur s’avancer, il sentit le danger. Il ne s’attendait simplement pas à la suite, ni à l’annonce qu’une partie de leur groupe avait paniqué et quitté les lieux. Brusquement, son caractère de médecin, son serment d’aider se réveilla, et surtout, une réelle culpabilité s’empara de lui. Il savait ce que cela faisait, d’être dans une situation où la peur dominait brutalement. Et pourtant, il ne s’était absolument pas rendu compte que deux personnes manquaient à l’appel. Quel garde ! Néanmoins, il était manifestement le seul à éprouver ce type de sentiments. Il s’efforça de conserver une expression impassible face aux commentaires entendus, même s’il était intérieurement outré du manque de compassion qui ressortait. Tout cela allait passer. Sauf que …

Sous ses yeux horrifiés, la seule femme du groupe s’approcha du vieil homme, le prit au col et l’envoya valser d’un puissant coup de tête, sans sommation, avant de l’insulter copieusement. Et là, des souvenirs lui revinrent en pleine tête, d’hommes qui s’approchaient, avec un flingue, qui tabassaient, les mots prononcés … Le kaléidoscope de la violence volontaire le prenait à la gorge avec une force indicible. Masami ne supportait plus ce type d’actes, qui éveillaient immanquablement en lui un traumatisme terrible. Il avait toujours haï ce genre d’actions. Désormais, il les abhorrait purement et simplement, mais ne resterait pas silencieux. Son corps se mit presque seul en marche, et il se précipita vers l’archéologue pour l’examiner rapidement et s’assurer qu’il allait bien, voir le soigner le cas échéant. Une fois rassuré seulement, ce fut un regard glacial qui balaya le reste de leur troupe, et se posa sur Sheera avec un mépris à peine dissimulé :

« Juste pour qu’on soit bien clair : deux personnes sont perdues dans une grotte manifestement emplie de pokémons sauvages dangereux, paniquées, et la seule chose vraiment indispensable, c’est de tabasser un vieux type parce qu’il parle mal ? Bravo. Félicitations. Non vraiment, je trouve que c’est d’une finesse d’esprit rare. S’entretuer réduit en effet considérablement les solutions. C’est un moyen de remonter plus vite ? Brillant. »

Ses yeux gris luisaient d’une colère bien réelle.

« Sérieusement, personne ici n’a jamais été confronté à quelque chose qui le terrifiait, lui ou elle, et pas les autres ? Personne n’a jamais paniqué, et réagit instinctivement en voulant s’éloigner, se cacher alors que d’autres restaient parfaitement insensibles, parce que précisément, ces gens sont peut-être habitués à ce type de phénomènes ?

Si c’est le cas, je vous admire. Mais personnellement, ça m’est arrivé. Alors non seulement je vais aller chercher Daniel et Loreline, parce que si elles sont blessées, il ne doit y avoir que moi pour pouvoir les soigner, mais on va tous y aller, parce que séparer est totalement idiot. »


Et à vrai dire, s’ils ne le suivaient pas, tant pis pour eux. Il en avait plus qu’assez de ces chamailleries de gamins et de vieillards. On l’avait payé pour amener un groupe bien défini au fond de cette grotte, et il allait le faire, puis se saouler la gueule dans le premier bar venu une fois remonté. Il l’aurait bien mérité sa cuite !

HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 2557

Sam 5 Mai - 20:40


Le dentifrice, vous ne connaissez pas ?

Une nouvelle remarque acerbe. Le vétéran du groupe ne semblait pas décidé à modifier ses habitudes. Alors qu’il venait de se retrouver juste devant la gueule pleine de dents affûtées de la femelle Aligatueur qui avait fait claquer ses larges et puissantes mâchoires à quelques centimètres seulement de son visage, la seule chose qu’il avait trouvé à faire, c’était de critiquer la mauvaise haleine de cette dernière. Pour un homme censé être un minimum intelligent et réfléchi, on avait vu mieux… Et ce comportement particulièrement désagréable ne semblait pas être davantage apprécié par la danseuse du groupe que par l’alligator géant. En effet, elle s’était vivement approchée de Marius avant de l’attraper par le col et de lui donner un puissant coup avec sa tête qui l’avait envoyé au sol, lui et son monocle, qui avait rebondi sur le sol rocheux avant de s’immobiliser. Ce coup avait été particulièrement violent. Et peut-être de trop. Surtout qu’il n’avait sans doute servi à rien, puisque même au sol avec une vision quelque peu dégradée par l’absence de son unique verre correcteur, il ouvrait déjà la bouche pour répliquer.

Si tu veux qu’on te respecte, respecte-nous. Dénigre-nous encore une fois et je te promets, sur la tête de mon Némélios, que ce n’est pas un simple coup de boule que tu mangeras, sac à chiasse.
Je le savais que le choix de ces dresseurs et coordinateurs avait été bâclé. Ils ne sont même pas capables de remplir la seule mission leur ayant été confiée. En plus de nous imposer leur langage de charretier, ils cherchent à nous blesser plutôt que de nous protéger. Des incapables.
Doucement les jeunes. C’n’est pas l’peine d’faire appel à l’violence. On a autre chose à faire que d’ce chamailler pour ça. On a deux princesses en détresse à r’trouver, qui seront les princes charmants, destinés à foncer à leur rescousse ?
Juste pour qu’on soit bien clair : deux personnes sont perdues dans une grotte manifestement emplie de pokémons sauvages dangereux, paniquées, et la seule chose vraiment indispensable, c’est de tabasser un vieux type parce qu’il parle mal ? Bravo. Félicitations. Non vraiment, je trouve que c’est d’une finesse d’esprit rare. S’entretuer réduit en effet considérablement les solutions. C’est un moyen de remonter plus vite ? Brillant.

Valentin était de nouveau intervenu pour calmer le jeu. Il avait même tenté un peu d’humour afin de ramener la bonne ambiance dans le groupe. Mais ce n’était pas facile avec les propos de Marius qui mettait une partie du groupe sur les nerfs. Il était d’ailleurs en train de relever le vieil explorateur lorsque le médecin du groupe avait pris la parole. Tout en l’écoutant, le foreur du groupe avait pensé qu’il y en avait au moins un qui gardait son regard rivé sur l’objectif. C’était bon à savoir. Au moins, un des membres de cette garde rapprochée était suffisamment mature pour de pas accorder trop de valeurs aux paroles acides du vieil homme. Il avait alors appuyé les propos du médecin avec quelques mots et une bonne tape dans le dos. Une habitude qu’il devrait songer à limiter s’il ne voulait pas finir par casser les membres de l’expédition.

Bien dit mon gars. On doit les retrouver.
Tu parles. On n’en a pas besoin. Je le savais que cette peureuse ne serait pas plus utile que ces bras cassés.
Quoi? Elles se sont enfuies? Elles n'ont jamais regardé de films d'horreur ou quoi?
Faut ouvrir les yeux gamins. T’es censé nous protéger et tu ne remarques même pas qu’on est moins nombreux ? Ils ont vraiment sélectionné au rabais…
Voilà qui vient déjà nous compliquer la tâche. Pas sûr que cette option de fuite ait été la meilleure idée que nos deux camarades puissent avoir.
Pas la meilleure idée ? Je pense qu'elles peuvent facilement être nominées pour l'idée la plus conne de l'année...
Et la palme du…
Et si l’on se décidait plutôt sur la suite. On ferait mieux de se fixer sur la marche à suivre. Il faut qu’on retrouve ton assistante ainsi que la charmante Loréline.

Encore une fois, Valentin tentait de calmer les choses. Il avait coupé la parole de Marius avant qu’il puisse une nouvelle fois jeter de l’huile sur le feu. Il jouait son rôle. Il cherchait à éviter que la tension ne monte trop. Avec sa bonne humeur, il faisait toujours en sorte d’apaiser les choses. Mais ce n’était pas simple avec le vieil explorateur sur les bras qui semblait s’être donné pour mission de tout faire pour que les jeunes gens sortent de leurs gonds. Mais le groupe n’avait pas besoin de cela. L’expédition était déjà suffisamment complexe et dangereuse sans avoir besoin en plus de se coincer des bouts de bois dans les jambes. Et avec les deux jeunes femmes toutes seules quelque part dans un recoin de cette grotte pleine de danger, il ne fallait pas traîner. Il fallait se décider. En groupe ou séparés, il fallait les retrouver.

Il est, à mon sens du moins, impensable que nous nous séparions. Même si les recherches prendront sans doute un petit peu plus de temps avec un seul groupe, nous avons déjà perdu suffisamment après un seul affrontement pour tenter de risquer à nouveau quoi que ce soit.
Je supporte Worick sur le fait qu'on devrait rester groupé. Je n'ose pas imaginer le temps que cela prendrait si nous étions séparés et qu'on devrait faire face à autant d'adversaires. Sans parler que de se retrouver par après pourrait être problématique.
Je suis pour qu’on se sépare. Ma Grahyena est capable de suivre une piste, Mon Némélios est capable de me protéger et je sais me défendre. Je peux aller les chercher. Même seule si vous voulez. Pas la peine de retarder le groupe pour aussi peu.
Sérieusement, personne ici n’a jamais été confronté à quelque chose qui le terrifiait, lui ou elle, et pas les autres ? Personne n’a jamais paniqué, et réagit instinctivement en voulant s’éloigner, se cacher alors que d’autres restaient parfaitement insensibles, parce que précisément, ces gens sont peut-être habitués à ce type de phénomènes ? Si c’est le cas, je vous admire. Mais personnellement, ça m’est arrivé. Alors non seulement je vais aller chercher Daniel et Loreline, parce que si elles sont blessées, il ne doit y avoir que moi pour pouvoir les soigner, mais on va tous y aller, parce que séparer est totalement idiot.

Nous sommes donc d’accord ? On se remet en formation et on les retrouve ? Nous reprendrons notre mission ensuite.
Décidez-vous vite sinon, je pars toute seule.

La décision était prise. Le groupe se reformait pour partir à la recherche des deux jeunes femmes. La danseuse en tête, parce que si l’expédition avait bien besoin d’une chose pour réussir cette nouvelle étape, c’était bien le flair de ses compagnons. Worick et Masami pour une protection latérale. Et enfin Noah pour fermer la marche. À défaut d’avoir d’autres possibilités, tout le monde avait pris la direction du couloir par lequel les deux jeunes femmes avaient pris la fuite. Un terrain inconnu au milieu duquel la petite troupe allait devoir s’aventurer en espérant ne pas y rencontrer de problèmes. Valentin avait le regard fixé sur les parois rocheuses. Malgré les apparences qu’il tentait de se donner, il n’était pas vraiment rassuré par la tournure des évènements. Il s’inquiétait pour ses deux collègues. Il ne les connaissait pas encore aussi bien qu’il l’aurait désiré et n’avait pas la moindre envie qu’il leur arrive quelque chose. Quelques traces d’humidité étaient visibles sur les parois. Le foreur avait remarqué que quelques gouttelettes glissaient sur les stalactites rocheuses qui descendaient de la voûte. Le froid était encore bien présent dans l’atmosphère et n’aidait pas les explorateurs à réfléchir. Tout du moins, cela posait de nombreuses difficultés à l’explorateur géant qui avait du mal à se concentrer sur autre chose que sur la température glaciale qui lui gelait le corps.

Valentin se frottait machinalement les bras. L’air glacial qui circulait dans ce couloir de la grotte, comme dans les précédents, le gelait sur place. Alors sans même y prêter une grande attention, son corps cherchait à se réchauffer afin de faire passer cette sensation qu’il trouvait particulièrement désagréable. Tout en agissant de la sorte, ses yeux s’étaient attardés sur un point précis du plafond, un peu plus loin devant le groupe. Il avait remarqué une fissure. Alors que la troupe, composée d’explorateurs de longue date ou de courtes durées progressaient vers ce point, il avait la sensation qu’elle s’agrandissait toujours un peu plus. Il n’en était pas tout à fait certain. Sur le moment, il avait cru que c’était ses sens qui lui jouaient un mauvais tour, mais alors qu’ils parvenaient à hauteur de ce problème, ses poils s’étaient relevés sur sa nuque. Signe d’un danger imminent. Il n’y avait plus de doute. N’écoutant que ce que son instinct lui dictait, Valentin poussa le vétéran en avant pendant que des morceaux appartenant au plafond commençaient à s’ébouler sur eux. Le foreur n’eut alors pas d’autres choix que de se reculer pour éviter que les blocs de roche ne le blessent tout en criant un avertissement aux autres membres.

Désormais, il allait être difficile de rester groupés. Un éboulement formé de blocs rocheux, visiblement mélangés à des morceaux de pierres précieuses particulièrement avait séparé l’équipe d’origine en deux, tout en bloquant totalement le passage. Au regard de la solidité et du poids supposé de certains rochers particulièrement imposant, il faudrait sans doute plus de quelques attaques de pokémons pour dégager le passage. Ils allaient donc devoir se séparer afin de retrouver les deux jeunes femmes. Le problème restait désormais de savoir si tout le monde allait survivre à cette séparation alors que Marius se trouvait en compagnie de Sheera et de Masami pendant que Valentin était désormais uniquement avec Noah et Worick.

Et voilà. C’était bien utile de perdre du temps et de crier dans tous les sens. Grâce à vous, nous avons manqué de mourir là-dessous.
Nous n’avons donc pas le choix. On va se séparer, mais pas de grabuge les enfants de l’autre côté. On vous laisse retrouver Daniel et Loréline. Pendant ce temps-là, nous allons chercher à dégager le chemin.
C’est toujours les mêmes qui se traînent les boulets visiblement. Et c’est encore moi qui me coltine les pires éléments. Ce n’est pas avec ça que l’on risque de retrouver mon assistante. Je vais devoir m’en trouver une autre, je crois. Au moins, je pourrais en choisir une moins peureuse.
Noah, Worick, si vous avez une idée pour que l’on se débarrasse de tout cela, je crois que c’est le moment. J’aimerais bien revoir la sortie un jour moi…

La situation est chamboulée. Les deux jeunes femmes sont toujours portées disparues et contrairement à ses envies, le groupe se trouvait séparé par la force des choses. Qu’allait-il se passer désormais ? Le premier groupe allait-il parvenir à s’entendre suffisamment pour se mettre en route et trouver les deux jeunes femmes ? Le second allait-il trouver une solution pour ouvrir le passage ? Tous les membres du groupe parviendront-ils à se retrouver sans qu’ils n’aient à déplorer des pertes ? Tant de questions qui trouveront des réponses dans ce qui va suivre…




Inventaire :
4 Hyper-Potions
4 Total Soin

État de l'équipe :
→ Grahyena est légèrement amoché sur l'avant du flanc, mais il est encore pleinement opérationnel
→ Aligatueur est légèrement amoché sur le flanc droit, mais il se porte encore comme un charme.
→ Dimoret est dans le même état qu'Aligatueur.
→ Tortipouss est encore un peu plus blessé sur la carapace, mais presque quasiment rétabli.

Constitution des groupes :
Ceux qui cherchent les deux jeunes femmes ➤ Sheera, Masami et Marius
Ceux qui doivent dégager le chemin ➤ Noah, Worick et Valentin


avatar ©️ Elune Crowley.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Johto

C-GEAR
Inscrit le : 02/01/2017
Messages : 900

Région : Johto
Sam 5 Mai - 22:08
Malgré le fait que le coup de boule de Sheera me sembla quelque peu excessif - nous étions techniquement censés les protéger, même si Marius méritait que son visage rencontre un mur de brique à maintes reprises - ce fut les commentaires de Masami qui me secouèrent le plus. Ils me laissèrent un goût amer dans la bouche et me firent l'effet d'une douche glacée: extrêmement désagréable et tout à fait inutile. Je pouvais comprendre que nous avions peut-être franchi une limite et que nous aurions dû nous maîtriser davantage, mais cela ne lui donnait en aucun cas le droit de nous faire la moral. Surtout qu'il ne connaissait rien à notre propos. Après tout, je faisais de l'anxiété généralisée et j'étais sujet aux crises de panique, causées par un véritable élément déclencheur ou seulement par un mauvais tour de mon esprit. Je pouvais comprendre d'avoir peur, d'être tétanisée. Mais jamais il ne m'aurait venu à l'esprit de mettre en danger les membres de m'ont équipe et d'agir de manière aussi égoïste et insouciante. Peut-être était-ce seulement ma manière d'être et de penser, mais je ne pouvais pas compatir sur leur choix. Sans parler que si elles faisaient parties de cette expédition, elles auraient dû être un minimum en mesure de se contrôler et être capable de faire face à quelques pokemons sauvages.

Je ravalai néanmoins le commentaire acerbe qui me brûlait les lèvres, me contentant de lui jeter un regard noir en coin et d'enfoncer les mains dans les poches de mon jeans. Sentant mon humeur changer drastiquement, Nami me donna un léger coup de museau sur le front, tentant sans succès de me tirer un sourire. Je cédai néanmoins face à son insistance et lui grattouillai le dessous de sa mâchoire. Heureusement, le débat prit rapidement fin et nous nous remirent rapidement en marche, prenant la direction qu'avait vraisemblablement emprunté les deux femmes.

La température sembla baissée soudainement et je pus réprimer les frissons qui parcoururent mon corps. Je zippai ma veste jusque sous mon menton et rentrai légèrement la tête dans les épaules, tentant de conserver ma chaleur. Néanmoins, l'humidité parvenait à me rentrer dans les os et me donnait l'impression d'être un petit vieux dans la soixante ayant des rhumatismes.

- Elles n'auraient pas pu s'enfuir dans une zone plus chaude...

Je marmonnai tout bas à l'adresse de Nami, ma mauvaise humeur s'accentuant davantage. J'allais continuer à grommelai dans ma barbe lorsque l'exclamation de Valentin me tira de mes pensées. Mes yeux s'arrondirent et j'aurais probablement été atteint par un des blocs de pierre si Nami ne m'avait pas tiré vers l'arrière. La poussière soulevée par l'éboulement me piqua les yeux, me forçant à les fermer et me fit violemment toussé. Après un moment, je rouvris lentement les yeux et jetai un regard paniqué autour de moi. Je remarquai Worick et son pokemon ainsi que Valentib, mais aucun signe des autres.

- Ça va? Rien de cassé?


Apparemment, malheureusement Marius s'en était sorti indemne, tout comme les autres. Puisque je savais qu'ils allaient bien et que nous avions du pain sur la planche de notre côté, je me concentrai sur le monticule de roches qui nous barrait le chemin, les mains sur les hanches. Malgré le sérieux de la situation, je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire. Après tout, ce n'était pas de simples rochers qui allaient poser problème à certains membres de mon équipe. Sans réellement attendre d'entendre l'opinion de Worick et de Valentin sur comment procéder, je sortis deux pokeballs de mon sac et laissai sortir ma Machamp ainsi que ma Steelix.

- Je ne pense pas que notre plus gros problème sera de s'assurer de ne pas causer un plus grand éboulement. Tu t'y connais un peu en matière de déblaiement?


stamps <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 31/07/2015
Messages : 1928

Région : Kantô
Ven 11 Mai - 16:12
En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, l’ambiance était devenue encore plus tendue qu’elle ne l’était déjà. Tout s’était enchainé tellement vite que Worick avait à peine eu le temps de réfléchir à un plan pour récupérer le plus rapidement possible les deux fuyardes que l’instant d’après, Sheera avait cordialement explosé son crâne d’un magistrale coup de tête. La scène avait laissé le rouquin bouche bée, et si sa mâchoire avait pu trainer par terre pour montrer à quel point la situation l’avait surprit, elle l’aurait fait sans problème. Et visiblement, le rouquin n’était pas le seul que la situation avait plus ou moins chamboulé, puisque Masami s’était rué sur la victime de Sheera pour lui porter secours, sermonnant le reste du groupe quant à la situation. De son coté, Worick ne se sentait nullement concerné par les remarques assez rudes du médecin, bien qu’il estime qu’un minimum de tact ne soit sans doute pas de trop pour s’adresser à ses compagnons du jour. Lui expliquer sa façon se penser à ce sujet semblait cependant inutile étant donné la situation actuelle, et plutôt que d’envenimer d’avantage la situation, le scientifique choisit simplement de ne pas faire de vague et de se préparer à la suite de l’expédition, notant toutefois intérieurement qu’il devrait éviter de chercher des poux à Sheera s’il souhaitait garder son visage intact. Le scientifique se permit toutefois une petite remarque à l’attention de la jeune femme.

« Bien que plus personne ne doute de votre force ici mademoiselle, tâchons de ne pas esquinter ce pauvre homme ici. Il n’attire certes ni la sympathie ni le respect, mais vous devriez essayer d’ignorer ses remarques acerbes, après tout elles ne font que trahir l’amertume du personnage et son manque consternant de charisme et de bonnes manières. N’allez pas vous offenser pour si peu et la meilleure des réponses reste toujours l’indifférence dans ce cas de figure. »

Si le rouquin priait secrètement pour ne pas recevoir le même traitement de faveur que le vieil archéologue, il avait choisit de se préparer à la suite de l’expédition alors que l’altercation coté Marius commençait à se tasser. Après tout, le scientifique n’était pas venu jusqu’ici pour gérer une scène de ménage au beau milieu d’une cavité souterraine.

Alors que la petite troupe avait reprit sa marche pour aller chercher les deux jeunes femmes perdues, la température avait continué de descendre, à tel point que Worick commençait à sérieusement ressentir le froid altérer son confort. Toutefois, il n’eut pas tellement le temps de s’en plaindre, puisqu’à peine quelques instants plus tard, un nouveau coup du sort vint le projeter au sol, une vague de poussière sur lui. Tout s’était passé si vite : Un cri de Valentin, une, deux, puis trois pierres, et finalement ça. Sur le coup, le rouquin n’en revenait pas : s’il s’était trouvé quelques centimètres de coté à ce moment là, le jeune homme se serait fait aplatir comme une crêpe.

« Non… je crois que tout va bien, de votre coté aussi ? »

Worick, après lui avoir répondu, s’était immédiatement encouru de l’état de santé de Noah, seul dresseur resté à ses cotés il semblerait, alors que Valentin lui aussi semblait être toujours en vie. Pride, quant à lui, cracha et pesta dans son coin contre cet éboulement qui semblait avoir causé plus de peur que de mal. Et comme s’il était béni, Worick se retrouvait bloqué avec Noah et Valentin : aucun risque donc de se faire assassiner par Sheera ou Marius, ou encore de se faire sermonner par Masami.

« Valentin, vous vous y connaissez sans doute mieux que nous lorsqu’il s’agit de déblayer des éboulements ? De plus, si j’ai bonne mémoire, vous avez un minotaupe en votre possession : il me semble être le meilleur partenaire dans notre cas de figure actuel ! »


Au moins, ils étaient sauvés : Valentin possédait donc de quoi les tirer de ce mauvais pas sans encombre. Le Mackogneur fraichement sortit par Noah pourrait sans doute lui aussi nous être utile d’ailleurs. Cependant, le rouquin avait quelque appréhension concernant le travail d’un Steelix dans ce cas de figure : ne risquait-il pas de provoquer plus d’éboulement ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 16/10/2014
Messages : 2251

Région : Hoenn
Lun 21 Mai - 0:12
Le médecin me tape sur le système. Il me fait des remontrances mais il ne sait pas. Il ne sait pas ce que j’ai vecu. Je la connais la cruauté du genre humain, je ne fais que lui renvoyer la balle dans la mâchoire. Peut-être qu’ainsi, un jour, elle perdra ses crocs. Le regard que me lance Masami, je lui rends avec la même froideur et le même mépris. Juge-moi donc, je ferais tout autant. Moi aussi, j’ai mes crocs, et ils sont bien aiguisés depuis le temps. Ne t’amuse pas à me chercher des poux, ça pourrait très mal tourner. Ce n’est pas une menace, juste un avertissement. Mais je crois que ce qui m’agace encore plus que ses regards emplis de jugement se sont ses leçons de moral. Je ne supporte pas que l’on me fasse la moral sur ma façon d’être.

- Il va s’calmer, Blanche-Neige ? Elles sont géologues ou un métier de la même branche, je m’en tamponne l’oreille gauche avec une babouche en peau de Camerupt, c’est leur métier d’être sous terre. Tu restes pas sous terre si tu es CLAUSTROPHOBE ! C’est comme si toi tu avais peur des gens en tant que médecin ! Tu trouves pas que c’est paradoxal ?

Mais trèves de discussion. On a des affolées à retrouver. On se mets en marche, l’ambiance est tendue, glaciale et je ne parle pas du froid qui régnait. En vrai, je regrette beaucoup de ne pas avoir pris un vêtement plus chaud. Mais ça m’aurait sans doute gêné dans mes mouvements. Alors, je me réchauffe comme je peux, en me frottant les bras. Mais ça n’aide pas vraiment.

Calcifear se mets soudain à grogner et j’ai à peine le temps de chercher le pourquoi du comment qu’un éboulement à lieu et que l’on se retrouve séparés et je suis en charmante compagnie. Marius et Masami. Génial. Je vois le bon côté des choses, si j’avais quelqu’un dans ma vie actuellement, je ne serais pas cocue. Et Marius qui refait une remarque tellement agréable. Je crois que je vais juste finir par l’ignorer. Sinon, je lui fais avaler son Alakazam par le nez jusqu’à ce qu’il le ressorte par les oreilles. Je lâche un soupire résigné, je hausse les épaules et me remets en route, claquant de la langue pour encourager mes pokémons à reprendre leur travail.

- Allez, on y va. Perdons pas de temps. Plus vite je serais débarrassée de vous, mieux je me porterais. Lou’ ! Calci’ ! On reprend les recherches, mes mignons.

Sauf que cette fois-ci, pendant que mes pokémons ont la truffe au sauf, je garde un œil sur le plafond, au cas où un nouvel éboulement arriverait.





Compte principal : Scott Weedon

Merci Iago, pour le sprite de Sheera. Merci à Amako, Elisa, Elizabeth, Worick et Vanee pour les avatars cadeaux.

Stamp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 2) Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Voyage au centre de la Terre 2 [DVDRiP]
» Début du voyage
» Le plus haut sommet à partir du centre de la Terre.
» Voyage au centre de la terre avec un Pizzaïolo efféminé.
» (fouille) Voyage au centre de la terre. (terminé)

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Flusselles :: Grotte Coda-