AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Une noix c'est bien, mais deux c'est mieux


avatar
Eleveur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 11/03/2017
Messages : 1194

Région : Kanto
Mer 13 Déc 2017 - 3:50
Je termine le ménage du chalet en fredonnant et en exprimant un plus de joie que d’habitude en effectuant cette tâche que bien des gens détestent. Comme je pars à Céladopole pour quelques jours, je m’assure que tout soit propre avant de quitter les lieux, malgré que Sébastian risque d’avoir l’effet d’une tornade en finissant ses préparatifs dès qu’il sera debout à son tour. Ce dernier m’a proposé de l’accompagner à un salon de pokémon exotique comme pour s’excuser de sa dernière blague à mon égard lorsqu’il m’a traîné de force au club des coordinateurs alors qu’il me faisait croire qu’on allait plutôt à un gala de charité. Après m’être assuré qu’il disait la vérité cette fois-ci, j’ai accepté de le suivre et je suis désormais grandement impatiente d’y être. Ce genre d’événement est l’occasion idéal pour moi de voir de nouvelles espèces de pokémon et j’espère en voir plusieurs originaires de la région d’Hoenn. Étant passionnée par ceux-ci, je les connais tous de noms mais je n’ai encore jamais eu la chance d’en voir de mes propres yeux.

Néanmoins, je ressens tout de même un brin de nervosité car je ne sais pas du tout à quoi ressemble ce genre d’événement. Combien de personne y aura-t-il, comment sera l’organisation, est-ce que je risque de tomber sur d’autres coordinateurs qui me reconnaitront ? Trop de question dont je ne peux obtenir aucune réponse sans mettre les pieds à ce salon qui, au moins, me promet de faire de belles découvertes. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre et je ressens toujours ce genre d’émotion lorsque je m’apprête à quitter ma zone de confort. Je sais que la pension ne souffrira pas de mon absence pour ces quelques jours, mais cela me rend quand même inquiète. Et puis, il faut dire que Céladopole n’est pas très loin d’ici et surtout, je serais en bonne compagnie en m’y rendant avec Sebastian et Aiden... encore faut-il qu’ils se lèvent ces deux-là pour que nous puissions partir.

* Je peux aller leur sauter dessus si tu veux. Ça leur fera un réveil très... brutal. *
- Non, je crois qu’il vaut mieux éviter. Ils risquent d’êtres grognon pour le reste de la journée si tu fais ça.

Après réflexion, la Kirlia finit par se ranger de mon côté en hochant la tête et se résigne à monter à l’étage pour perturber le sommeil des garçons. Comme cet événement me rend nerveuse juste à l’idée d’y penser, j’aimerai pouvoir avoir des amis de bonne humeur sur qui je vais pouvoir compter en cas de besoin, alors s’ils sont bougons je peux dire adieu à cette porte de sortie. D’ailleurs, cela ne leur permettra pas de passer une bonne journée... bref, tout ça pour dire que c’est une mauvaise idée. Secouant la tête, je reprends mes esprits pour tenter de me remettre à mon ménage, ou plus précisément à la fenêtre que j’étais en train de nettoyer. Un chiffon à la main, je frotte encore un peu le verre avant d’être satisfaite de son éclat, je peux alors passer à autre chose. Ayuna se demande toujours pourquoi j’aime autant exécuter cette corvée... probablement parce que cela me permet de remettre de l’ordre dans mon esprit.

La matinée avance et je n’obtiens aucun signe de vie des deux garçons. Inquiète à l’idée d’être en retard pour le salon, je décide de monter à l’étage pour voir ce qu’il est en et si je cogne doucement à la porte au départ, je n’hésite pas à intensifier mes coups pour augmenter mes chances d’obtenir une réponse de leur part. D’ailleurs, étant persuadée qu’ils soient réveillés à présent après tout ce tapage, je ne peux m’empêcher de sourire avant de les taquiner.

- Hey, vous jouez à la belle aux bois dormants ou comment ça se passe ? Il fallait me le dire si vous ne vouliez plus venir au salon de pokémon exotiques.

Avec un peu de chance, cela les fera sortir de leur chambre plus rapidement.


Mes stamps:
 
Sayuri parle en orange
Ayuna parle en violet
Avatar fait par Elisa ♥️
Signa fait par Sebastian ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 21/08/2017
Messages : 358

Région : Kantô
Jeu 28 Déc 2017 - 3:32
Sebastian avait largement sous-estimé le côté rancunier de Sayuri. Bien sûr, il savait qu’elle n’avait pas apprécié l’inscription-surprise à la TCA, mais croyait naïvement qu’elle avait déjà oublié cette mésaventure et qu’elle serait tout aussi excitée que lui à l’idée de participer à de nouvelles activités. C’est donc avec un enthousiasme candide qu’il lui avait offert de l’accompagner à un salon des pokémons exotiques qui ouvrait temporairement ses portes à Céladopole. Sa proposition ne remporta pas le succès escompté. À vrai dire, il percuta un mur de façon assez violente. Sebastian avait aussi sous-estimé l’entêtement de son amie.

Il s’était donc transformé en véritable enquêteur, montant un dossier en béton afin de prouver à l’éleveuse qu’il disait vrai, cette fois, et qu’il ne s’agissait pas d’un autre stratagème pour l’obliger à rencontrer ses compagnons coordinateurs. Au terme d’une lutte acharnée, il était finalement parvenu à la convaincre de ses bonnes intentions, à son plus grand soulagement. En temps normal, il aurait accepté son refus et se serait contenté de s’y rendre en compagnie d’Aiden. Seulement, il avait besoin de Sayuri, cette fois, même s’il n’avait pas osé le lui dire. Il voulait profiter de l’occasion pour se procurer un rocabot et ni lui, ni son ami ne savaient comment s’occuper d’un chiot. En fait, le seul bébé pokémon dont Sebastian ait jamais eu à prendre soin était Capucine, son ptyranidur. Il n’avait donc pas appris à élever un petit qui n’essayait pas de le dévorer lorsqu’il avait le dos tourné.

C’était le jour tant attendu et l’heure du grand départ approchait. Sans grande surprise, Sayuri était debout depuis longtemps, profitant de son avance pour mettre un peu d’ordre dans la pension. Sans grande surprise non plus, Sebastian et Aiden, pour leur part, n’étaient pas levés. Les garçons et leurs pokémons dormaient encore à poings fermés. Sur le lit, le blond était étendu sur le ventre à travers ses draps défaits, Tobias roulé en boule sur son dos. Sur un matelas gonflable installé dans un coin de la chambre, Aiden avait enfoui sa tête sous son oreiller pour se soustraire aux bruyants ronflements de son minidraco. Moyennant un peu de travail manuel, ils squattaient souvent la pension de Sayuri, qui leur offrait le pied-à-terre idéal entre deux voyages et un lieu de repos paisible pour leurs pokémons. Sebastian, qui passait le plus de temps en ces lieux, avait même hérité de la chambre d’ami, qu’il considérait pratiquement comme la sienne.

Les premiers coups de Sayuri à la porte passèrent inaperçus. À sa deuxième tentative, Sebastian grommela et se retourna, réveillant Tobias qui tomba à côté de son dresseur dans un couinement surpris. La troisième tentative, accompagnée de la voix de leur hôte, parvint enfin à tirer le jeune homme des bras de Morphée, juste à temps pour qu’il puisse entendre Sayuri mentionner le salon des pokémons exotiques. Sebastian se redressa pour regarder l’heure avancée affichée par son radio-réveil. Pris d’un élan d’adrénaline, il se redressa soudainement en clignant des yeux et se leva d’un bond pour partir à la recherche de vêtements dans son sac en désordre.

– Non non c’est bon! lança-t-il en baillant. T’inquiètes, on est presque prêts, hein Aiden?
– Rmgnein?

Dix minutes plus tard, dresseurs et pokémons avaient atteint le rez-de-chaussée, laissant dans leur sillage, tel que prévu, un désordre digne d’une tornade. Dans la salle à manger, Aiden engloutissait un bol de céréales alors que Sebastian, un morceau de pain dégoulinant de tartinade au chocolat dans la bouche, terminait de remplir son sac sous les yeux endormis de Tobias.

– Cha va être chénial, articula le dresseur, la bouche pleine.

Il avala tout rond sa dernière bouchée, se redressa avec son sac sur l’épaule et attrapa les billets de train que son salamèche tenait entre ses petites pattes.

– Prêt!
– Moi aussi! Quel synchronisme! lança Aiden, en se levant au même moment.

Les garçons entamèrent un high five chorégraphié pour se féliciter mutuellement. Sebastian termina le spectacle en brandissant les billets à bouts de bras.

– Céladopole, nous voilààààààà!

Pauvre Sayuri. Qui aurait cru qu’une simple sortie en ville allait se transformer en séance de babysitting?


   
Stamp Book



La truite musclée:
 

Avatar par Tony le Magnifique / Dessin par Alan le Grand
Code couleur: Peru
Swag lvl: 100
D.C.: Adriana Fischer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 11/03/2017
Messages : 1194

Région : Kanto
Sam 6 Jan 2018 - 23:45
Mon intervention s’est avérée nécessaire puisque les deux garçons ne se seraient pas lever à l’heure sans ça. Enfin, c’est ce que j’en déduis par la fatigue qui se lit clairement sur leurs visages dès leur sortie de la chambre. Mes bagages étant déjà posés devant la porte d’entrée, je laisse les deux gamins terminer leurs préparatifs dans la cuisine et je hausse les épaules d’impuissance en voyant le désordre qu’ils laissent derrière eux. Je pourrais prendre quelques minutes pour ramasser, mais comme j’ai peur d’être davantage en retard, je préfère tout laisser comme ça pour m’en occuper à mon retour. Après tout, cela ne pourra pas empirer puisque nous serons tous absents de la pension en même temps, je n’ai donc pas d’inquiétude à me faire à ce sujet. N’ayant plus rien à faire de mon côté et sentant l’excitation du voyage prendre de l’ampleur, je saisis mon billet de train avant de descendre pour rejoindre les deux jeunes hommes qui sont finalement prêts à partir quelques minutes plus tard. Le grand départ a sonné.

Je vérifie par deux fois d’avoir bien verrouiller la porte du chalet avant d’entreprendre la marche jusqu’à la gare du centre-ville où nous attend le train qui nous conduira jusqu’à la métropole de la région. Malgré nos quelques minutes de retard dans ma planification, le train est toujours là lors de notre arrivé et le départ ne tardera pas. Je presse légèrement le pas pour présenter mon billet au guichet qui, une fois celui-ci validé, me permet ensuite de monter à bord et j’attends les deux zigotos avant de poursuivre mon chemin à travers les wagons. Comme nous sommes légèrement en retard, la plupart des cabines sont déjà occupées, voir même pleines, mais heureusement la chance nous souris dans le dernier compartiment où l’une d’elle est complètement libre. Sans hésiter, j’y entre pour y déposer mes affaires sur l’étagère prévue à cet effet et j’en profite aussi pour prendre place près de la grande fenêtre. Ayuna, qui m’accompagne toujours dans mes déplacements, ne tarde pas à faire de même.

- Ouf, j’ai eu peur que le train parte sans nous, soufflais-je, soulagée. J’ai vraiment hâte d’y être pour voir les pokémons, pas vous ?

À peine ai-je terminé de parler que je sens la locomotive vibrer sous mes pieds. Un coup est donné vers l’avant et le train se met finalement en marche vers notre destination. Je regarde le quai défiler par la fenêtre avec tous les autres passagers qui attendent jusqu’à ce que celui-ci cède sa place à une grande plaine. Je ne suis encore jamais aller à Céladopole et bien que j’ai une carte quelque part dans mes bagages, j’ai peur de m’y perdre. Il ne manquerait plus que ça...

- Êtes-vous déjà allés à Céladopole ?

Pitié, faites qu’ils disent oui, je me sentirais beaucoup. Ils n’ont peut-être pas un bon sens de l’orientation, mais je serais plus rassurée de savoir qu’ils y ont déjà mis les pieds. S’ils connaissent un peu la ville, ils se souviendront probablement de certains repères... enfin, j’espère. Quand Sebastian quitte le chalet pour repartir à l’aventure, je ne sais jamais où il se dirige exactement et il est peut-être aller aux alentours de cette ville pour s’entraîner à un moment. Après tout, il cherche a acquérir les badges de la région, alors cela serait possible. Dans tous les cas, je ne sais même pas où se déroule le salon de pokémon exotique et bien que j’ai une carte avec moi, il faut que les deux garçons aient la réponse de leur côté, sinon nous ne pourrons pas nous y présenter. Inquiète, je tourne la tête pour observer le paysage qui défile rapidement à l’extérieur en attendant leurs réponses.


Mes stamps:
 
Sayuri parle en orange
Ayuna parle en violet
Avatar fait par Elisa ♥️
Signa fait par Sebastian ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 21/08/2017
Messages : 358

Région : Kantô
Jeu 25 Jan 2018 - 4:17
La tornade se poursuivit à l’extérieur. Excités comme des puces, les garçons bondirent hors de la maison, laissant à Sayuri le soin de vérifier par deux fois que la porte était bel et bien verrouillée. Sebastian s’attarda dans la grange, le temps de faire ses recommandations à Choupette et aux quelques pokémons qu’il laissait à la pension pendant son absence, puis rejoignit les autres sur le sentier bordé d’arbres qui reliait la pension à Carmin-sur-Mer. Le petit groupe se mit en route. Sayuri ouvrait la marche, nerveuse à l’idée d’arriver en retard à la gare. Sebastian suivait, mi-marchant, mi-sautillant. Bon sang, qu’est-ce qu’il avait hâte! Presque inconsciemment, son pas se transforma en danse et Tobias, fermement accroché à son épaule, se mit à se balancer en rythme avec son dresseur alors que celui-ci entonnait le premier couplet de Single Ladies, leur chanson du moment. Enthousiaste, Aiden imita aussitôt son meilleur ami et la petite chorale perdura jusqu’à ce qu’ils atteignent la ville, probablement au plus grand damn des oreilles de Sayuri.

Les garçons se turent enfin au moment d’entrer dans la gare, le temps de trouver leur train et de présenter leur billet au commis blasé qui contrôlait les voyageurs avant leur embarquement. À bord, Sebastian suivit l’éleveuse dans les wagons étroits jusqu’à la toute dernière cabine libre, où ils s’installèrent quelques secondes à peine avant que le train ne se mette en marche. Le jeune homme déposa son sac à côté de celui son amie et, contenant son excitation du mieux qu’il le pouvait, s’assit sagement sur la banquette. Tobias descendit de son épaule et vint se lover sur ses genoux pour y roupiller paisiblement.

Sebastian fut heureux s’entendre Sayuri mentionner qu’elle avait hâte d’y être. Cela signifiait qu’elle avait laissé tomber tous ses soupçons et que les efforts du dresseur avaient porté fruit. Il était ravi de pouvoir lui offrir quelque chose qui rattraperait le coup de la TCA.

– Moi aussi! Paraît qu’il y aura des éleveurs des sept régions. J’ai bien hâte de voir quels pokémons bizarres on retrouve à Alola, répondit-il en riant.
– Moi j’ai hâte de voir la section des fossiles, lança Aiden. T’aurais dû emmener Capucine, Seb, elle aurait pu se faire des copains!
– Tu rigoles ? Elle aurait bouffé la moitié des kiosques, ricana le dresseur.
– Et toi Sayu, t’as envie de voir quelque chose en particulier? s’enquit Aiden en se tournant vers l’éleveuse.

Il s’était installé sur le même siège qu’elle, nouvelle tentative peu subtile pour se rapprocher de la jeune femme qu’il affectionnait tout particulièrement. Sebastian dissimula son sourire moqueur.

Le train filait à toute allure à travers les plaines de Kantô. La ville n’était pas très loin de Carmin-sur-Mer et, déjà, les grattes-ciels de Céladopole apparaissaient à l’horizon. Sebastian décolla son nez de la fenêtre au moment où Sayuri demandait s’ils étaient déjà allés dans la métropole régionale.

– Ma tante vit en banlieue, déclara Aiden. Et Seb connaît bien la ville, n’est-ce pas?
– Ouais, mon père possède plusieurs franchises là-bas, fit ce dernier sans grand enthousiasme

Les connaissances des garçons, additionnées à la carte que possédait Sayuri, leur permirent de s’orienter efficacement dans la métropole dès leur descente du train. Heureusement, ce n’était pas aujourd’hui qu’ils allaient se perdre, même s’il leur fallut près de 30 minutes pour s’entendre sur le chemin à prendre et pour ensuite se rendre à destination. Trois-quarts d’heure après leur arrivée, ils se tenaient tous les trois devant le centre commercial de Céladopole, où avait lieux le fameux Salon des pokémons exotiques. Sebastian sautillait littéralement sur place à la vue des kiosques colorés et des enclos emplis de pokémons variés.

– Bon, par quoi on commence? fit Aiden en balayant la salle du regard.


   
Stamp Book



La truite musclée:
 

Avatar par Tony le Magnifique / Dessin par Alan le Grand
Code couleur: Peru
Swag lvl: 100
D.C.: Adriana Fischer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 11/03/2017
Messages : 1194

Région : Kanto
Lun 5 Fév 2018 - 4:44
Je remarque le petit manège de Aiden bien avant que ma starter ne m’en parle par télépathie. Assise sur le banc d’en face avec Sebastian, elle est bien placée pour observer les moindres faits et gestes du jeune homme. Ce dernier possède le même manque de subtilité que son ami et bien que je me sois aperçu de nombreuses fois de ces approches un peu maladroite, je n’ai jamais répondue à ses avances. Malheureusement, mes sentiments pour lui ne sont pas réciproques et je le considère comme un ami, rien de plus. Tout comme Sebastian, il est un grand gamin dans l’âme et j’ai l’impression que je cherche autre chose chez un éventuel petit copain. Par chance, son comportement à mon égard n’est pas aussi déplaisant que celui d’un autre bon ami qui lui est carrément fou amoureux de moi au point de ne plus pouvoir se retenir. Parfois, je me demande comment aurait été ma vie avec un autre physique que celui-ci... j’ai l’impression que mes longs cheveux roux attirent encore plus de prétendants chaque jour.

- Et bien... j’aimerai beaucoup aller voir le coin des pokémons fées. Ce type n’est pas énormément présent à Kanto, mais là-bas il risque d’y en avoir pas mal avec tous ces éleveurs qui viennent des quatre coins du monde.

Pardon Aiden, j’aime tout ce qui est tout doux et rose. D’ailleurs, je suis vraiment soulagée d’apprendre qu’il ne s’agit pas de la première sortie à Céladopole pour les deux jeunes hommes. Je ne sais pas si ma carte nous sera grandement inutile finalement, mais ça me rassure de l’avoir avec moi quand même. Quelques minutes plus tard, le train arrive dans la métropole et j’observe avec attention les rues ainsi que les bâtiments qui passent devant nous avant que la locomotive ne s’arrête à la gare dans un long grincement strident. Toute excitée, je ne tarde pas à sortir de notre wagon pour enfin poser le pied sur la terre ferme, ou plutôt le béton de la gare, prête à affronter la ville et tout ce qui s’y trouve. Cependant, ma bonne humeur se retrouve mise à l’épreuve au moment où l’on commence à s’obstiner sur la direction à prendre pour parvenir jusqu’au salon exotique. Mon sens de l’orientation laisse un peu à désirer, mais je crois être capable de lire une carte. Contrairement aux deux autres qui semblent douter de mes capacités...

Je pousse un soupire de soulagement lorsque nous atteignons enfin notre destination plusieurs minutes plus tard. Le trajet n’aura pas été facile, mais au moins nous avons réussis. Mon excitation revenant à la charge, je m’empresse d’entrer dans le bâtiment avec Ayuna et bien vite, une tonne de kiosque colorés nous font face. J’ai tellement hâte de rencontrer de nouveaux pokémons que je remarque à peine la foule qui s’empresse autour de ceux-ci. En temps normal, j’ai beaucoup de mal à supporter autant de gens dans un espace réduit, mais je vais faire de gros efforts aujourd’hui pour surmonter cela et ainsi être en mesure de passer du bon temps. Si je n’essaie pas, je risque de trouver la journée longue et extrêmement pénible... je n’ai pas fait tout ce voyage pour vivre ça.

- Je propose qu’on parte chacun de notre côté pour pouvoir visiter ce qui nous intéresse en premier, qu’en pensez-vous ? On se retrouve ici dans... disons, une heure environ ?

Pas que l’idée de passer les kiosques avec eux me déplaise, loin de là, mais je sais que les pokémons fées ne les intéressent pas tant que ça. De plus, Aiden veut voir des fossiles et Sebastian, bah... il veut carrément tout voir, alors pour que tout le monde soit satisfait je crois que c’est la meilleure chose à faire. Rien ne nous empêche de nous regrouper ensuite pour voir la suite du salon tous ensemble, ou inversement. Tu crois vraiment que Aiden va te laisser partir seule ? C’est drôle, j’ai des doutes à ce sujet. Ouais... on verra bien.


Mes stamps:
 
Sayuri parle en orange
Ayuna parle en violet
Avatar fait par Elisa ♥️
Signa fait par Sebastian ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 21/08/2017
Messages : 358

Région : Kantô
Dim 25 Fév 2018 - 16:49
Le centre commercial était bondé, au plus grand plaisir de Sebastian dont le niveau d’aisance avant tendance à croître avec le nombre de personnes présentes. L’énergie qui se dégageait de la foule électrisait le jeune homme. Il y avait tant de choses à voir, tant de personnes à rencontrer, qu’il ne savait pas par où commencer. Il fut légèrement soulagé lorsque Sayuri leur proposa, à Aiden et lui, de se séparer pour que chacun puisse visiter les kiosques qui l’intéressaient. Il leva le pouce en signe d’approbation.

– Super plan! Et puis, on reste en contact si jamais il y quoi que ce soit. Promis, je vais vérifier régulièrement mes messages, ajouta-t-il en riant.

Sebastian avait la fâcheuse manie d’oublier son portable au fond de ses poches, ratant ainsi tous les messages textes, urgents ou non, qu’il recevait. Ses amis lui reprochaient constamment ce comportement insouciant, qu’il faisait de gros efforts pour corriger… sans réel succès.

De son côté, Aiden ne semblait pas très enthousiaste à l’idée de voir Sayuri partir seule de son côté. C’était prévisible, son intérêt pour l’éleveuse était aussi évident que son manque de subtilité. Sentant venir une protestation – et sachant fort bien que Sayuri ne partageait pas les sentiments du pauvre Aiden – Sebastian attrapa son ami par le bras et l’entraîna à sa suite.

– Hey mais…
– Allez viens Casanova, y’a des fossiles qui t’attendent.

Bien sûr, Sebastian voulait lui aussi profiter de l’évènement en compagnie de Sayuri. Il avait même besoin de ses conseils pour l’adoption qu’il comptait faire cette journée-là, mais tout cela pouvait attendre. Elle voulait voir des pokémons fée et il préférait qu’elle se concentre sur ce qui l’intéressait en premier. De toute façon, il voulait lui aussi visiter un peu avant de passer aux choses sérieuses.

Les garçons choisirent une allée où s’engouffrer au hasard. De tous côtés fusaient des cris de pokémons qui se mêlaient aux voix de leurs éleveurs. Des dizaines d’enclos, d’aquariums et de terrariums s’entassaient sur les kiosques, au milieu des vendeurs d’accessoires et de nourritures spécialisées. Aiden s’arrêta pour contempler un banc de relicanth qui nageait paresseusement dans un bassin. Sebastian profita de cette petite pause pour acheter un paquet de friandises ultra-épicées pour pokémon feu. Sitôt la transaction conclue, il en tendit une à Tobias qui, confortablement assis sur son épaule, la grignota avec bonheur alors qu’ils poursuivaient leur chemin. Plus loin, ils firent une selfie devant un troupeau de miamiasmes, des pokémons que Sayuri avait en horreur. Sebastian était en train d’envoyer la photo à leur amie lorsqu’Aiden l’appela depuis le bout de l’allée.

– Seb, viens voir ça!

Le dresseur s’assura que son message s’était bel et bien envoyé, puis fila rejoindre son ami qui s’était figé, le nez en l’air, en plein milieu du chemin. Arrivé à sa hauteur, Sebastian suivit son regard et ne put retenir une exclamation de surprise en apercevant un dragmara paisiblement couché près d’un kiosque. Même étendu, le pokémon s’élevait à près d’un mètre et demi au-dessus de la foule. Quelques enfants s’amusaient à grimper sur son dos pour glisser sur sa queue, un petit manège qui semblait amuser la noble créature, qui posait sur eux un regard maternel. Un couple de dinocliers roupillait contre le flanc de leur confrère préhistorique et, non loin de là, se dressait un petit stand tenu par un homme costaud qui expliquait les subtilités de l’archéologie aux visiteurs curieux. Derrière lui, quelques lilias se balançaient doucement sur leur tige.

– Eh bien, j’crois qu’on a trouvé le coin dinos! déclara Sebastian en consultant l’heure affichée sur son téléphone.

Ils avaient encore trente minutes devant eux avant de devoir retrouver Sayuri à l’entrée. C’était amplement suffisant pour glaner quelques infos et conseils qui lui seraient utiles pour l’éducation de Capucine. Le dresseur rangea son portable dans sa poche et s’approcha de l’archéologue sans quitter le majestueux dragmara des yeux.


   
Stamp Book



La truite musclée:
 

Avatar par Tony le Magnifique / Dessin par Alan le Grand
Code couleur: Peru
Swag lvl: 100
D.C.: Adriana Fischer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 11/03/2017
Messages : 1194

Région : Kanto
Sam 17 Mar 2018 - 15:57
Fiou, je suis contente de voir que Sebastian prend les choses en main pour éviter toute réplique de la part de son ami. J’aurai parié qu’Aiden répliquerait quelque chose ou encore que mon idée ne sera pas approuvée par mes amis, mais finalement tout se déroule comme je le souhaite. Nous décidons donc de rester en contact par message texte pendant cette première expédition et je ne tarde pas à saluer les deux garçons avant de me diriger dans la direction opposée de ceux-ci avec Ayuna. J’ai vraiment hâte d’explorer tout ce qui se trouve ici et je me demande si une journée complète sera suffisante pour tout voir les pokémons du salon. J’ai de gros doutes à ce sujet, mais bon... au moins j’aurai vu ce qui m’intéresse le plus en premier. Tandis que j’avance à travers la foule, je dois jouer des coudes à l’occasion et faire attention pour ne pas bousculer personne. C’est bien la dernière chose que je souhaite en ce moment pour éviter d’attirer l’attention.

Heureusement pour moi, le coin des pokémons fées est un peu plus tranquille que l’allée dans laquelle je viens de passée pour m’y rendre. En marchant devant l’un kiosque, je suis rapidement accueillie par un Azumarill et son maitre qui m’invite à le rejoindre d’un signe de la main. Ayuna en serait-elle pour quelque chose ? Comme elle est elle aussi un type fée, on risque peut-être d’attirer davantage de regard dans ce coin du salon. Visiblement très heureux par l’événement, l’homme se présente et nous commençons tranquillement à discuter de créature féérique. Il avoue en avoir quelques uns en sa possession y compris l’Azumarill qui est toujours à nous côtés. J’en profite pour lui poser quelques questions et je sens mon excitation grimper en flèche en fonction de ses réponses vis-à-vis de ce type que je connais encore très peu. Grâce à lui, je vais peut-être pouvoir obtenir toutes les informations dont je suis venue chercher.

- Ça m’a vraiment fait plaisir de discuter avec vous, mademoiselle. Si jamais vous repassez dans le coin, vous pouvez toujours revenir me voir.
- J’y compte bien. Merci énormément, monsieur.

Voyant l’heure filée et n’ayant fait qu’un seul kiosque, je suis contrainte de partir pour ainsi céder ma place à d’autres personnes qui attendaient visiblement leur tour. Cet homme était vraiment très intéressant à écouter, mais je me doute que les autres éleveurs présents le sont tout autant. En m’éloignant, je sens mon téléphone vibrer dans ma poche et sachant qu’il s’agit probablement d’un texto, je m’empresse de le sortir pour pouvoir lire le message. Sans grande surprise, je constate qu’il s’agit de Sebastian et sur la photo qu’il vient tout juste de m’envoyer, je crois apercevoir des Miamiasmes en arrière-plan. Je sens alors un frisson me parcourir tout le corps et je dois me retenir de ne pas afficher une expression de dégoût en les voyant aussi nombreux. Dire qu’il y a cette espèce ici, quelque part dans ce salon et je ne saurais jamais si je suis près d’eux ou pas en défilant les kiosques au cours de la journée. J’espère ne jamais tomber sur leur enclos...

« Non mais, ça va pas ! Je suis dégoûtée maintenant et je crois que j’ai perdu l’appétit pour le reste de la journée à cause de toi... surtout qu’avec ta gueule en premier plan ça ne m’aide pas. »

J’envoie cette réponse à mon ami avec un petit sourire en coin, tout de même amusée par son geste. Avec un peu de chance, il ne prendra pas trop mon message au sérieux et j’espère de tout cœur qu’il n’a pas adopté l’un de ces pokémons pour accentuer mon dégout lorsqu’on se retrouvera d’ici quelques minutes. Un sac poubelle aux couleurs fades et de type poison par-dessus le marché... Alors là, non. Je ne suis vraiment pas capable de supporter cette espèce. Une fois mon texto envoyé, je me remets en route avec Ayuna et j’en profite pour prendre quelques types fées en photo. Nous faisons même la rencontre d’un autre Tarsal appartenant à une éleveuse spécialisée dans cette espèce en particulier et j’en arrive à me demander si je vais ressembler à cette dernière plus tard. Élever des Tarsal... ça pourrait être intéressant.

Le temps passe et je poursuis ma route à travers tout ce beau petit monde sans me rendre compte que je me dirige vers la section réservée aux types dragon. Encore quelques pas et je risque d’être surprise par ce changement soudain de décor...


Mes stamps:
 
Sayuri parle en orange
Ayuna parle en violet
Avatar fait par Elisa ♥️
Signa fait par Sebastian ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 21/08/2017
Messages : 358

Région : Kantô
Mar 3 Avr 2018 - 22:15
Fermeté, détermination et renforcement positif. Tels étaient les principes que prônait ce spécialiste en fossiles avec lequel Sebastian discutait depuis plusieurs minutes déjà. Le dresseur l’écoutait avec intérêt, notant dans un coin de sa tête les précieuses informations que lui transmettait son interlocuteur.

– Et le jeu, mon ami! N’oublions pas le jeu : y’a rien de mieux pour forger un lien solide avec ton pokémon. En plus, ça lui permettra de dépenser son énergie, surtout si, comme tu dis, ta ptyranidur est du genre énergique. En jouant régulièrement avec toi, elle deviendra ta meilleure amie et dormira comme un bébé le soir. Tu fais d’une pierre deux coups!
– Et vous avez des suggestions de jeu pour m’éviter de me faire bouffer?
– Hmmmm, pas vraiment, avoua l’archéologue en se massant le menton. Le meilleur conseil que je peux te donner, c’est d’être prudent. Et de gronder ton pokémon dès qu’il fait mine de mâchouiller. C’est le meilleur moyen de conserver tes doigts intacts.

Sebastian éclata d’un rire nerveux.

L’échange se poursuivit pendant une bonne vingtaine de minutes, au bout desquelles Sebastian remercia chaleureusement le spécialiste. En lui serrant la main, l’archéologue lui glissa une carte de visite au creux de la paume.

– Je suis basé à Mérouville, à Hoenn. J’y élève des lilias avec ma femme et ma belle-mère. Si jamais Aiden et toi passez par là, n’hésitez pas à venir me dire bonjour, je vous présenterai mon ptéra!
– Génial! C’est promis! s’exclama Sebastian en rangeant précieusement la carte dans la poche de son pantalon.

Aiden s'était montré particulièrement intéressé par la collection de fossiles de l'archéologue. Le dresseur ajouta Hoenn à sa longue liste d'endroits à visiter, puis chercha son ami du regard, impatient de lui annoncer la bonne nouvelle. Il le découvrit discutant des soins à apporter aux vacilys en compagnie d’une vieille dame aux cheveux grisonnants – probablement la belle-mère que venait de mentionner l’archéologue. Le dresseur laissa poliment son ami terminer sa conversation et regarda son téléphone, qui lui indiquait un message non lu. Il ne put s’empêcher d’éclater de rire en lisant la réponse de Sayuri.

"Je suis si beau pourtant D:" écrivit-il à la hâte sur l’écran tactile de son téléphone.

Pour appuyer ses propos, il plaça l’appareil sous son menton et envoya à l’éleveuse une photo de ses narines en très gros plan.

– Ton meilleur angle, s’esclaffa Aiden en revenant vers lui après avoir achevé sa conversation.
– J’essaie de séduire ta fiancée, répliqua Sebastian en tirant la langue pour prendre une seconde photo.
– Dans tes rêves!

Son ami s'empressa de rejoindre Sebastian devant l'objectif. Ensemble, ils inondèrent Sayuri de plusieurs clichés tout aussi inesthétiques les uns que les autres, aidés de Tobias qui se prêta lui aussi au jeu des grimaces. Avant de quitter la section dinosaures, Sebastian fit signe à Aiden de le suivre et se dirigea vers l’imposant dragmara, qui observait toujours la foule d’un air tranquille. Les garçons se plantèrent devant la noble créature pour une ultime selfie. Le pokémon remarqua leur petit manège et, de bonne foi, prit volontiers la pose. En résulta une superbe photo où les deux jeunes hommes se tenaient souriants devant le majestueux dinosaure à la collerette déployée. Sebastian remercia le pokémon d’une caresse chaleureuse, puis quitta les lieux en compagnie d’Aiden, non sans avoir envoyé ce dernier cliché à Sayuri. Il fallait bien trouver de quoi atténuer ses nausées après cette avalanche de grimaces.

Il était presque temps de retrouver leur point de rendez-vous. Alors qu’ils cheminaient lentement en direction de l’entrée du salon, les garçons bifurquèrent dans une allée qu’ils n’avaient pas encore visitée. Un panneau décoré de feuillage en plastique annonçait la section dédiée aux îles d’Alola. Curieux, ils s’y engouffrèrent le temps d’une visite rapide. Sebastian repéra sans mal l’éleveur de rocabots que lui avait conseillé Éliane. Il put même entrevoir, gardé par un lougaroc, un enclos où s’amusaient plusieurs petits chiots. Le dresseur nota mentalement l’emplacement du kiosque et, contenant son excitation, rejoignit Aiden au bout de l’allée, dans le hall où Sayuri devait déjà les attendre.


   
Stamp Book



La truite musclée:
 

Avatar par Tony le Magnifique / Dessin par Alan le Grand
Code couleur: Peru
Swag lvl: 100
D.C.: Adriana Fischer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 11/03/2017
Messages : 1194

Région : Kanto
Ven 27 Avr 2018 - 4:16
Je fais seulement quelques mètres dans la nouvelle section avant de me rendre compte que quelque chose ne va pas. Les petits pokémons tout mignons et tout rose ont laissé leur place à des créatures beaucoup plus imposantes et puissantes. Pas que cela me déplaise, au contraire, mais je ne m’y attendais vraiment pas. Un rapide coup d’œil aux alentours m’indique que je suis désormais dans le coin des dragons et bien que l’heure de retrouver les deux garçons approche, j’ai grandement envie de visiter un peu les créatures qui se trouvent ici. Après tout, nous sommes venus ici pour ça et je m’en voudrais de ne pas en profiter bien que je sois limitée dans le temps. Fascinée, je m’arrête devant quelques enclos et j’écoute les paroles des éleveurs qui s’adressent aux autres visiteurs amassés devant leurs kiosques respectifs tandis que je passe lentement mon chemin. Je découvre des espèces que je n’avais encore jamais observées à l’état sauvage et je regrette presque de ne pas avoir de dragon dans mon équipe. En même temps, aucun d’entre eux ne semblent physiquement à l’aise sur scène, bien que cela puisse être surprenant.

Je fais de belles découvertes pendant quelques minutes et finalement, j’aperçois une créature du coin de l’œil qui me fige littéralement sur place. Non, ne me dites pas que... Mon cœur fait un bond dans ma poitrine tandis que je m’approche rapidement de l’enclos que j’ai repéré pour y découvrir une famille entière de Kraknoix prête à être adoptée. Je n’en reviens pas. J’ai enfin la chance d’en voir en vrai, surtout qu’il s’agit d’une créature originaire d’Hoenn. Je n’aurai jamais pu le faire en restant dans ma région et malgré mes nombreux voyages, j’avais perdu espoir d’en rencontrer sur mon chemin un jour. Mes pensées sont toutes tournées vers mon père en ce moment, bien que je ne le connaisse pas du tout. Ma mère m’a donné que très peu d’info à son sujet, soit son nom, son lieu probable de résidence ainsi que son pokémon préféré... qui s’avère être Libegon. L’idée de me prendre un Kraknoix est extrêmement tentante et je m’y résigne au dernier moment. Il ne serait probablement pas très heureux chez moi et je doute qu’il soit très à l’aise pour les concours.

Je suis sur le point de passer mon chemin lorsque Ayuna me donne un petit coup de coude pour me montrer quelque chose. Grâce à elle, j’aperçois de l’autre côté de l’enclos un magnifique Libegon visiblement en train de surveiller sa progéniture en attendant de nouvelles adoptions. Fascinée, j’ouvre de grands yeux sans pouvoir détacher mon regard de la créature et je ne peux faire autrement que de m’avancer vers celle-ci. Une fois appuyée contre l’enclos, je grogne intérieurement en voyant que je ne peux pas me rendre plus loin et mon comportement semble attiré l’attention du propriétaire puisqu’il vient rapidement à notre rencontre.

- Bonjour mademoiselle. Est-ce que je peux vous aider pour quelque chose ? Vous avez besoin d’information ? Ou vous aimeriez adopter peut-être ?
- Ce Libegon vous appartient ?

D’un coup, le pokémon relève la tête dans notre direction et ce même si je n’ai pas parlé très fort. Je ne saurais l’expliquer, mais il m’a sans doute entendu malgré tout. Heureux de pouvoir montrer le fruit de son travail au grand jour, l’homme répond à ma question par l’affirmative et invite son compagnon à nous rejoindre, ce qu’il fait avec beaucoup d’enthousiasme. J’obtiens aussi le privilège de le caresser sur le museau sous les regards des autres visiteurs qui passe devant le kiosque et j’apprends par la suite qu’il s’agit d’une femelle, soit la maman de tous les petits Kraknoix présents dans l’enclos. Je m’en doutais déjà et cela n'enlève rien au fait qu'elle est vraiment magnifique. Après avoir passé quelques minutes en leur compagnie, je ne peux m'empêcher d'expliquer vaguement à voix haute mon engouement pour cette espèce en particulier et bien que l’homme ne soit pas tant intéresser par mes paroles, le pokémon lui semble m’écouter avec beaucoup d’attention. Ses yeux globuleux se mettent presque à pétiller alors que je continue de parler et il sent une certaine émotion naitre en lui. Il est profondément touché par mon histoire et pendant un instant, le temps lui paraît suspendu. Comme s’il n’existait plus que lui et moi.

- En tout cas, merci de m’avoir laissé la chance de rencontrer votre pokémon. C’est presque un rêve qui se réalise pour moi.
- Pas de problème mademoiselle. Si vous avez besoin de quoique ce soit, ne vous gênez pas.

À contre cœur, je me sépare du dragon et je salue gentiment avant de m’éloigner rapidement de l’enclos pour pouvoir rejoindre Sebastian et Aiden à temps. Un rapide coup d’œil à ma montre m’indique que je suis presque en retard, il ne manquerait plus que ça. Ça serait bien la première fois que ça se produirait, tiens. Alors que j’avance parmi la foule avec Ayuna, j’ignore que le Libegon est attristé par mon départ et toujours posté au même endroit en train de me regarder partir. Si seulement il y avait un moyen pour qu’il puisse la revoir...


Mes stamps:
 
Sayuri parle en orange
Ayuna parle en violet
Avatar fait par Elisa ♥️
Signa fait par Sebastian ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 21/08/2017
Messages : 358

Région : Kantô
Sam 28 Avr 2018 - 4:18
– … Sayuri n’est pas là?

Aiden formula d’un air étonné la constatation que Sebastian venait de faire. Pas la moindre trace de la rouquine au point de rendez-vous, alors que l’heure du retour approchait. Sayuri n’avait pas l’habitude d’être en retard, sauf bien sûr quand elle devait traîner les garçons avec elle. Elle était du genre ponctuel et avait même pour habitude d’arriver en avance aux points de rencontre, il était donc tout à fait légitime pour Aiden et son ami de s’inquiéter de son absence.

– Elle s’est peut-être évanouie en voyant nos seflies? ajouta le coordinateur avec un sourire amusé.
– Mais je lui ai envoyé une jolie photo pour compenser! rétorqua Sebastian en gloussant. Il était peut-être déjà trop tard?
– Pauvre Sayuri. Oh la voilà!

L’éleveuse venait d’apparaître à travers la foule, quelques secondes à peine avant que l’heure du rendez-vous ne sonne et qu’elle soit en retard. Cette fille avait décidément une perception du temps très développée. En l’apercevant, Aiden se leva du banc où il s’était assis et fit de grands signes de la main en direction de la jeune femme en beuglant :

– SAYURI ON EST ICI!
– OH SAYURI ON CROYAIT T’AVOIR PERDUE! l’accompagna Sebastian, entrant volontiers dans le jeu de son ami.

Les garçons avaient de nombreuses passions communes. Faire honte à Sayuri en faisait évidemment partie.

Lorsqu’ils furent tous les trois réunis, ils prirent place sur le banc qu’Aiden avait réservé, à la fois pour reposer leurs pieds fatigués et pour planifier la suite de leur visite. Sayuri fut stratégiquement placée entre les deux garçons, qui voulaient tout deux s’asseoir à côté d’elle : Sebastian pour lui demander son aide et Aiden… pour des raisons évidentes. Sur les genoux de son dresseur, Tobias continuait de grignoter ses friandises ultra-épicées et, au sol, son ami minidraco se tortillait de douleur en regrettant d’avoir voulu y goûter.

– Et puis? C’était comment le coin des fées? s’enquit Aiden à l’intention de Sayuri.

Sebastian laissa la jeune femme leur raconter sa visite, puis relata à son tour leur périple dans la zone réservée à l’archéologie, ainsi que l’invitation de l’éleveur de lilias. Il savait que cette histoire plairait à l’éleveuse, puisqu'elle avait souvent mentionné vouloir visiter Hoenn un jour. Sebastian rêvait lui aussi de voir le chenaux de cette région et le simple fait de penser à cet éventuel voyage en compagnie de son amie l’emplissait de joie.

De fil en aiguille, la conversation se dirigea vers leur prochaine destination. Le salon était vaste et, même en se divisant, ils n’en avaient couvert qu’une infime portion. Il y avait tant à voir que Sebastian s’y serait volontiers perdu pendant des heures s’il n’avait pas eu un objectif bien précis en tête. L’image des petits rocabots continuait de tournoyer dans sa mémoire. L’heure était venue pour lui d’exposer son plan à ses compagnons.

– Hey Sayu, j’ai un service à te demander.

Son regard s’attarda un instant sur la section « Alola » qu’Aiden et lui venaient de quitter, puis il reporta son attention sur la rouquine et poursuivit :

– Une amie m’a offert un rocabot et je suis censé venir le chercher ici. Comme c’est un bébé, j’aurais besoin de tes conseils pour bien le choisir… et pour bien m’en occuper. J’ai pas beaucoup d’expérience parentale.

Il acheva sa dernière phrase en riant. À vrai dire, il n’y connaissait absolument rien. Tobias était déjà éduqué lorsqu’il l’avait adopté, Choupette l’avait rejoint à l’âge adulte et Capucine était autonome depuis son éclosion. Ce chiot serait le premier être vivant qu’il élèverait de ses propres mains et il prenait cette responsabilité très au sérieux.


   
Stamp Book



La truite musclée:
 

Avatar par Tony le Magnifique / Dessin par Alan le Grand
Code couleur: Peru
Swag lvl: 100
D.C.: Adriana Fischer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 11/03/2017
Messages : 1194

Région : Kanto
Jeu 26 Juil 2018 - 21:31
De peine et de misère, je me fraie un chemin à travers la foule pour retourner au point de rendez-vous qu’on s’est donné, les garçons et moi. Je suis prête à parier qu’ils ne seront pas là au vu de ma ponctualité, même si elle fait un peu défaut cette fois-ci. Ils n’ont pas l’habitude d’êtres à l’heure, alors je garde espoir. Cependant, alors que j’approche, j’entends finalement deux voix m’interpeler d’un peu plus loin et quand je réussi à poser les yeux sur eux, je constate qu’il s’agit des deux zigotos qui sont en train de me faire des signes de la main. Leur enthousiasme est étrange, comme s’ils étaient persuadés de m’avoir perdue pour toujours. D’ailleurs, Sebastian confirme justement mes pensées avant que je n’atteigne leur hauteur et je dois me retenir de ne pas me frapper le front. Bon sang, ils adorent me faire honte ceux-là et les regards des autres visiteurs posés sur nous me laisse croire qu’ils ont largement réussi leur coup.

- Décidément, je ne peux pas vous laissez seuls deux minutes.

Aiden nous emmène ensuite jusqu’à un banc libre et je dois avouer que je suis contente de pouvoir m’asseoir un moment. Mes pieds ne sont pas encore trop douloureux, mais ça ne saurait tarder si je ne prends pas quelques petites pauses au cours de la journée. J’ai déjà vu beaucoup de chose intéressante et il reste tant à voir. Ayuna sur les genoux, je commence à raconter ma visite à la demande du jeune coordinateur qui semble visiblement s’intéresser à ce que j’ai fait de mon côté, même si je sais que cela ne concerne à priori pas les pokémons de type fée. Toutefois, je ne mentionne pas mon intrusion dans le coin des dragons pour éviter de trop m’étendre, surtout que les garçons veulent eux aussi raconter ce qu’ils ont fait. Apparemment, ils auraient rencontré un éleveur de la région d’Hoenn qui leur aurait fait une invitation et je ne peux m’empêcher d’observer Sebastian avec un air étonné en entendant cela. Il est vraiment chanceux d’avoir l’occasion de visiter cette merveilleuse région qui me fait tant envie depuis si longtemps et ma surprise se transforme bien vite en un large sourire.

- C’est vraiment super. Je crois que je suis jalouse, ajoutai-je avec un petit rire. Je ne suis pas aussi fan des fossiles que vous, mais de pouvoir visiter Hoenn en plus d’une pension... C’est presque trop beau pour être vrai. J’aimerai trop voir cette région de mes propres yeux. Un jour, peut-être...

La conversation se poursuit jusqu’à ce que mon ami se décide enfin à me parler de ce qui l’a principalement mené ici. Alors là, je ne m’attendais pas à ça... Sebastian qui veut adopter un bébé pokémon !? Je croyais qu’il en avait eu assez avec Capucine, mais visiblement ce n’est pas le cas.

- Ah bon, Sebastian qui veut devenir papa... C’est le début de la fin, attention !

Tout en riant, je donne un léger coup de poing sur l’épaule de mon ami pour rigoler avant de tourner mon regard vers la section d’Alola. J’aime beaucoup le taquiner dès que l’occasion se présente. Plus sérieusement, je ne connais pas bien les créatures de cette région, mais il me semble avoir déjà lu pas mal sur cette espèce en particulier dans mes temps libres à la maison. Les Rocabots sont des petits chiens qu’on peut facilement comparer aux Caninos de chez nous en terme de comportement. Leurs types ne sont cependant pas les mêmes, mais ils sont sociables, très loyaux et font d’excellents compagnons. Je devrais pouvoir être en mesure de l’aider en adaptant le dressage que je connais déjà pour ce type de pokémon afin de répondre aux besoins du jeune Rocabot. D’ailleurs, je n’ai encore jamais eu la chance de voir cette espèce de mes propres yeux et après avoir écouté la demande de mon ami, je ne tarde pas à me lever vivement du banc sur lequel j’étais assise pour pouvoir me mettre en route.

- Alors, qu’attendons-nous ? Si tu veux avoir le Rocabot parfait pour toi, nous ne devons pas perdre de temps ! Où se trouve l’éleveur exactement ?

Comme je ne les aient pas accompagné, j’ignore tout du setup de cette section du salon. J’espère que mon enthousiasme sera les motiver, car si on attend trop, il n’y aura peut-être plus de pokémon à adopter à notre arrivée. Encore faut-il que les deux garçons soient du même avis que moi...


Mes stamps:
 
Sayuri parle en orange
Ayuna parle en violet
Avatar fait par Elisa ♥️
Signa fait par Sebastian ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» (M) Daniel Sharman || Un c'est bien mais deux c'est mieux !
» Une aventure c'est bien, à deux c'est mieux !
» Entraînement seul c'est bien, mais à plusieurs c'est mieux !
» Dans chaque femme il y a quelque chose de bien, mais vous devez l'introduire vous même !
» 06- La maladresse ça fait mal !

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kantô - 1E G E N :: Céladopole-