AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
» Night Fever


avatar
Modo RP & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1228

Région : Johto
Mer 6 Déc 2017 - 13:37
Ce soir allait être une bonne petite soirée, Shin’ en était persuadé. Cela faisait plusieurs jours maintenant qu’il préparait ça ; il s’était enfin décidé à inviter Ferir chez lui. Depuis la beach party à Azuria et la soirée de folie qui avait suivie, les deux hommes étaient restés en contact, s’écrivant régulièrement, s’appelant de temps en temps. Cela ne faisait que deux semaines qu’ils ne s’étaient pas vus et pourtant, le sbire ressentait comme une sorte… De manque, comme s’il s’ennuyait de son partenaire d’un soir. Il ne savait pas réellement quoi penser de tout ça et ne cherchait pas réellement à comprendre. Tout ce qu’il savait, c’était que l’idée de passer du temps avec le Kantônien le mettait de bonne humeur, ce qui n’avait pas manqué de faire sourire Shara. Toutefois, il avait pris grand soin ces derniers temps de ne pas être trop souvent auprès de sa sœur, ne désirant pas discuter posément de sa relation avec Ferir avec elle. Il ne souhaitait pas qu’elle le mette devant l’évidence, la même qu’il cherchait à fuir sans s’en apercevoir. Et puis, étant donné qu’elle avait couché avec Chang sous le coup de l’alcool et que, depuis, les deux-là étaient ensemble, sa cadette avait d’autres choses à se préoccuper.

Il ne voulait pas d’une discussion avec sa sœur parce que le sbire se souvenait parfaitement ce qu’il avait dit sur la plage au bel homme. Sa volonté de ne pas s’engager, de ne pas s’attacher… Il était -un peu- en train de faire le total contraire. Il préféra ne pas penser que depuis qu’ils s’étaient rencontrés, il n’avait pas cherché à se trouver un autre « plan cul », ni même draguer qui que ce soit –ce qui, en soit, signifiait beaucoup quand on connaissait sa vie nocturne animée-. Il s’était montré parfaitement fidèle pour quelqu’un qui ne s’estimait pas en couple, et c’était sans aucun doute ce sujet qu’il ne voulait pas approfondir. Il craignait fortement ce qu’il finirait par découvrir s’il se posait sérieusement la question. D’ailleurs, il espérait que Ferir n’essayerait pas de creuser dans ce sens pour savoir, au risque de se retrouver face à un Magicarpe. Shinara n’était pas doué pour parler de sentiments, du moins pas lorsqu’il y avait un tel fouillis dans son esprit. Il avait l’impression de faire l’exact opposé de ce qu’il pensait, ce qui avait tendance à l’agacer de plus en plus.

Mais soit ! Ce soir, ce n’était pas la question. Il avait eu toute l’après-midi pour préparer la soirée. Il avait amené Kane chez son grand-père pour qu’il passe un petit week-end avec lui. Le sbire n’aimait toujours pas –et il n’aimerait sans doute jamais- se rendre là-bas, encore moins pour laisser le petit à Yosef. Il ne se sentait pas spécialement rassuré et cela même s’il savait que son fils était en sécurité, il avait toujours peur qu’un jour l’ébéniste refuse de lui « rendre » l’enfant. Et là… Ce serait un drame. Toutefois, il chassa rapidement ses pensées lorsque le bambin vint à lui faire un gros câlin avant d’aller jouer. Il n’avait pas parlé à ce dernier de l’existence de Ferir, estimant que c’était trop tôt, et de plus, dans sa tête où régnait le chaos, il n’était pas en couple. Il n’avait pas non plus parlé de l’enfant au jeune homme pour une raison qui lui était encore inconnue à ce jour. Tout ce qu’il savait, c’était qu’il n’avait pas l’intention de lui dire ce soir non plus.

De ce fait, après avoir cherché de quoi préparer le repas du soir, Shinara s’était empressé de rentrer pour faire un brin de ménage. Avec un léger pincement au cœur, il retira les photos qui se trouvaient un peu partout dans la maison ; dans sa chambre, dans le salon, sur le frigo… Il n’attacha pas de grande importance sur les photographies avec son ex, en revanche, il se sentait bien plus fragilisé par celle où il se trouvait avec l’enfant. Il resta plusieurs secondes à fixer le visage du bambin, rayonnant. Cette journée au parc d’attraction avait été mémorable et un doux sourire se dessina sur ses lèvres. Il avait un peu de mal à se dire que ce soir, il n’était plus vraiment un père célibataire, bien qu’au final, il pensait que cette description lui convenait parfaitement. Peut-être… Peut-être qu’il avouerait la vérité ce soir, peut-être pas. Dépendamment de ce que leur réservait la soirée. Il reprit ses esprits pour continuer le ménage, trouvant quelques jouets mal rangés près du canapé. Une fois qu’il eut récupéré toutes les affaires qui laissaient à penser qu’un enfant vivait ici, il les plaça dans la chambre de Kane, fermant après coup la porte à clé. Il pensait pouvoir interdire l’accès à la pièce à son invité, bien que le prétexte était encore un peu flou dans son esprit. Bah, il trouverait bien le moment venu. De toute manière, il n’était même pas sûr que Ferir poserait la question.

L’appartement se retrouva bien plus propre qu’il ne l’avait jamais été, ce qui ne manqua pas de faire sourire le sbire. Ok, donc au moins il était toujours capable de nettoyer convenablement. Il fallait dire qu’il avait parfois l’impression de manquer de temps pour le faire… Et cela devenait rapidement un bordel monstre. Après avoir pris une douche, il s’attela à préparer la pâte pour ce soir, tout en espérant que le repas serait au gout de son invité. Sinon, ils pouvaient toujours commander une pizza au restaurant au coin de la rue. Au moins, ils avaient une solution de repli, mais il ne voyait pas pourquoi cela coincerait. Il s’assura que la bouteille de vin qu’il avait acheté la veille était bien au frais, laissant celle de saké à l’air ambiant. S’il le fallait, il avait aussi des bières au frigo. Il resta plusieurs secondes à visualiser rapidement la soirée, cherchant à savoir s’il avait pensé à tout. Il avait l’impression de n’avoir rien oublié… Et ça tombait bien, puisque le train de Ferir n’allait pas tardé à arriver.

Il habitait à une bonne dizaine de minutes –voire un quart d’heure – de marche de la gare, ce qui lui laissait le temps de fumer tranquillement une cigarette et de mâcher un chewing-gum afin de ne pas avoir une haleine de cendrier. Il ne lui fut pas difficile de trouver le bon quai et il devait avoir cinq minutes d’avance sur l’horaire. Parfait. Il avait craint d’être un peu trop juste niveau temps mais, finalement, il avait su gérer. Il ne lui restait plus qu’à attendre son invité, tandis qu’un petit sourire se dessinait peu à peu sur ses lèvres sans qu’il ne le réalise vraiment.



I'm a CRIMINAL
An animal caged who turned crazed
But how the fuck you sposed to grow up when you weren't raised?
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 9737

Région : Kanto | Hoenn
Jeu 7 Déc 2017 - 21:44
Point de vue de Ferir

Quand j’ai reçu l’invitation de Shin' pour aller chez lui, je suis resté surpris devant mon écran de téléphone. Nous nous envoyons des SMS et nous nous sommes aussi appelés, mais de là à ce qu’il prenne les devants pour m’inviter, je n’y aurais pas cru. Je suis content que nous ayons pu rester en contact, comme des amis en vue de sa volonté de ne pas se lier, mais parfois, nos échanges me rendent perplexe quant à savoir ce qu’il veut vraiment. Cette invitation m’a aussi fait cet effet. Après, je ne m’en suis pas soucié plus longuement! Non, j’étais bien trop heureux pour ne pas répondre que j’y serais. En fait, j’ai même répondu avant de m’assurer que j’aurais quelqu’un pour s’occuper des Pokémon au refuge et je me suis senti très bête pour ça... Je n’avais pas du tout l’envie de devoir lui dire que finalement, ça ne serait pas possible. Ça lui aurait laissé une mauvaise impression et ça m’aurait rendu honteux. J’ai donc fait tout ce qu’il fallait pour que cela ne survienne pas. Oui, vraiment tout... Pitié Azy, j’ai vraiment besoin que tu restes ici tout le week-end! Je sais que tu peux avoir des missions, mais il n’y a qu’à dire à ton supérieur que tu es malade! Le regard qu’il me lance en réponse en dit long sur la surprise qu’il a en ce moment. Il ne s’attendait pas à ce que j’insiste autant. C’est vrai que ce n’est pas dans mes habitudes, mais cette fois, j’ai vraiment besoin de lui. Toi, t’es en train de me demander de mentir? Il a un léger sourire en coin en me posant la question et c’est à mon tour d’être étonné. Je euh... Il a entièrement raison, ça ne me ressemble pas. Pourtant, à son attitude, je sais que ça ne le dérange pas et qu’il en est plutôt amusé. Ça sera la seule fois, promis. Je me sens mal après coup d’insister, mais je veux vraiment y aller. Je ne sais pas de quoi aura l’air ces moments aux côtés de Shin', je sais juste que je ne veux pas les manquer et que me rapprocher de quelqu’un d’autre qu’Azy va me faire du bien. J’ai envie de découvrir le Johtonien, et il m’en laisse la chance, ce que je n’espérais pas.

Ton meilleur ami, quant à lui, craint que tu t’attaches trop et que ça tourne mal... Mais il se sait extrêmement protecteur envers toi, alors il cède.

Ok, je vais voir ce que je peux faire. Il n’en fallait pas plus pour qu’un large sourire prenne place sur mon visage. Ce n’est pas un oui, mais c’est tout comme. J’ai confiance qu’il fera son maximum pour assurer sa présence au refuge pour les Pokémon. J’ai aussi confiance en lui pour bien gérer les soins. Merci! Sans pouvoir me retenir, je lui saute dans les bras, le serrant contre moi. Comme d’habitude, il me rend l’étreinte d’un seul bras, gardant un peu de distance. Il n’est pas très câlin, alors je me décale rapidement pour ne pas le rendre mal à l’aise. Tu n’auras qu’à m’appeler s’il y a des soins dont tu n’es pas certain. Je ne couperai pas mon téléphone. Je le précise, mais je le connais : il va me contacter qu’en dernier recours. Il fera tout pour trouver de lui-même la réponse ou la solution qu’il cherche. Néanmoins, malgré cet entêtement, je sais qu’il ne fera pas n’importe quoi, il agira seulement s’il est sûr. Hn, je te contacterai. Il acquiesce en même temps d’un signe de la tête. Ça me rend vraiment de bonnes humeurs! J’ai maintenant hâte d’y être. J’essaie tout de même de ne pas être pénible pour mon ami et de ne pas lui parler que de ça, mais ça l’amuse de me voir de si bonne humeur. Il m’a comparé à un gamin la veille de Noël... Je ne sais pas si je devais mal le prendre, je ne crois pas avec lui que ça soit le cas. Il note seulement mon tempérament plus puéril et il a entièrement raison. Il va falloir que je me calme parce que ce n’est pas l’image que je veux refléter devant Shin'. D’ailleurs, je ne sais pas de quelle façon il va m’accueillir et j’ignore de quelle façon me comporter... Sûrement en amis, je présume. Je ne vois pas pourquoi il aurait changé d’avis là-dessus seulement à cause des messages que nous nous envoyons. Mais bon, je n’y pense plus! Je vais avoir du temps pour moi et pour aussi apprendre à le connaître, alors ça me rend heureux! En tout cas, Azy en est témoin malgré lui. Je m’attendais à une autre mise en garde de sa part, comme il a essayé à la plage quand nous nous sommes croisés les quatre ensemble, sauf que non.

Il sait très bien que ça ne servirait à rien.

Quand il est temps de me préparer, je file à la douche, toujours celle à côté de ma chambre. Je me dépêche, ça serait bête de louper le train. Je me rends à la gare en voiture et je la laisse là pour mon retour. De toute façon, ce n’est pas le ranger qui va l’emprunter. Il préfère voyager avec ses Pokémon. Il me les a proposés comme moyen de transport pour m’éviter le coût du billet, mais je ne peux pas. Depuis que j’ai dû chevaucher Leon lors du sauvetage de Thor, j’ai beaucoup trop peur pour réessayer. S’il arrive quoi que ce soit, je ne saurai pas quoi faire. Il vaut mieux pas. Je n’y pense plus, sortant de la douche pour me sécher et m’habiller. J’ouvre ensuite la porte qui donne dans le couloir pour évacuer un peu de la chaleur. Je crois que j’ai mis l’eau trop chaude cette fois. Le miroir est tout embué. Ce n’est pas pratique pour me préparer! Je parviens tout de même à me sécher les cheveux et à appliquer le produit qui aide ma couleur à tenir plus longtemps. Alors que je mets mes lentilles, Azy fait éruption dans la pièce, restant sur le bord de la porte. Il m’a fait sursauter et j’en ai presque perdu ma lentille! Tu vas être en retard. Il est toujours si ponctuel, il est tellement à cheval sur l’heure que ça l’inquiète. Mais non! Je continue ce que je faisais, puis tandis que je me saisis de la seconde lentille, il me répète que je serai en retard. Soupirant, je mets la lentille avant de tapoter l’écran de mon portable posé sur le bord du lavabo. Oh putain! Mais il a raison en fait! Ahhhhh! Bon, j’appliquerai mon mascara dans le train, ce n’est pas plus grave! C’est une chance que ma valise était déjà faite! J’ai apporté toutes tes affaires à côté de la porte d’entrée. Précision importante qui me permet de respirer un peu. Merci Azy! J’embarque juste le maquillage que je n’ai pas eu le temps de mettre, mes produits pour mes lentilles et mon portable. Le reste, comme mon ami a dit, m’attend à côté de la porte. Il ne me reste plus qu’à ramasser mes clés sur le crochet au mur. Je suis désolé de partir comme ça. Passe un bon week-end! Merci encore! Je lui fais tout de même une courte accolade puis j’allais me saisir de tout, mais il m’aide pour embarquer mes choses dans la voiture. Je le remercie une fois de plus et me voici en direction de Safrania. Heureusement que la route est calme.

Mais tu n’aimes pas rouler plus vite que la vitesse permise.

J’ai aussi mon billet déjà, donc ça va vite à l’embarquement. J’arrive donc pile à l’heure. J’ai juste le temps de placer ma valise et de poser mes fesses sur mon siège que le train démarre. Je ne perds pas de temps avant d’appliquer mon mascara. Après, je flâne sur mon portable. J’ai heureusement pensé à apporter le chargeur. Ça n’aurait pas été drôle sinon, surtout si Azy doit me contacter pour le refuge. En tout cas, je ne vois pas le temps passer et j’arrive à la gare de Doublonville. Je me souviens sur la plage, Shin' m’avait conseillé de ne pas aller dans cette ville, mais il y habite. Je pourrai me faire ma propre idée, mais je me doute que ça ne sera pas aussi calme que chez moi puisque les voisins sont très loin et pas du tout dérangeants. Je ne les vois pas souvent. Bref, je ne cherche pas tant à regarder le décor, je cherche plutôt un homme en particulier qui est censé m’attendre. Je lui envoie un SMS pour lui préciser que je suis bien arrivé, puis je traîne ma petite valise sur ses roulettes. Me regard se perd devant, naviguant de personne en personne jusqu’à ce qu’enfin, je repère Shin'. Il n’en faut pas plus pour qu’un large sourire s’installe sur mes lèvres. Je m’approche de lui, ravi de le retrouver. Allo Shin'! Ma main relâche la poignée de ma valise pour venir dans le bas de son dos, lui offrant un câlin. Je me dis qu’un geste plus intime serait sûrement inapproprié, alors je m’en tiens à ça. Merci pour l’invitation, je suis content de te revoir. Je suis sincèrement content de le revoir et ça me fait plaisir de le voir sourire aussi. Je reprends la poignée de ma valise, prêt à le suivre. Tu vas bien?

Il faut bien commencer doucement la conversation.

Utilisation de la CS Vol (Dernière utilisation ▬ 07.10.16)



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1228

Région : Johto
Sam 9 Déc 2017 - 10:12
Comme un enfant la veille de Noël. Oui, c’était sans doute une très bonne comparaison, surtout que le sbire se sentait effectivement dans ce sentiment d’effervescence. Heureusement, il avait eu de quoi s’occuper pendant l’après-midi, sinon il aurait trouvé le temps exagérément long. Il avait une idée en tête pour la soirée et il pensait bien qu’il ne s’ennuierait pas. Si Sha’ avait eu vent de ses projets, sans doute aurait-elle utilisé le terme « romantique » dans ses propos, ce qui n’aurait pas manqué de frustré le schizophrène. Et pourtant, elle aurait eu raison. Bien que dans son esprit, tout ceci était terriblement flou, il savait parfaitement ce qu’il désirait faire. Il espérait juste que Ferir serait dans le même état d’esprit. Il existait un manque indéniable envers le Kantonien, aussi bien physique que psychique, un manque que les sms ne suffisaient pas à combler. Alors, le mieux était encore qu’ils se voient et qu’ils profitent des instants où ils avaient la chance d’être ensemble.

Il se sentait un tantinet nerveux dorénavant, plus l’heure d’arrivée du jeune homme n’approchait. Lorsqu’il avait fini de cuisiner, il s’en rendait compte. Il ignorait, au final, comment son partenaire allait réagir. Il ignorait aussi comment lui-même allait réagir, ce qui démontrait bien le chaos de ses pensées. Lorsqu’il avait invité Ferir chez lui, il lui avait semblé que c’était une bonne idée. Maintenant, il se demandait si c’était réellement en accord avec les limites qu’il s’était fixé. A la base, il ne désirait pas s’engager dans une quelconque relation. Il ne savait pas si son invité serait en accord avec lui pour une relation « sex’ friend »… Et même, il n’était même pas sûr de savoir si c’était réellement ce qu’il désirait. S’il cherchait à savoir si Ferir avait couché avec d’autres hommes durant ses deux semaines, il se rendait compte qu’il se sentait… Jaloux. Il ne s’avouait néanmoins pas ce sentiment et il ne comptait pas poser la question, bien que plus le temps passait, plus elle trottait dans sa petite tête. C’était idiot, pour quelqu’un qui ne voulait pas s’attacher… N’est-ce pas ?

Il comptait bien toutefois chasser ses états d’âme pour ce soir, ne désirant pas tout gâcher. Leur soirée ne pourrait néanmoins pas s’apparenter à une simple soirée entre amis. Il devait avouer que ce n’était pas vraiment ce qu’il recherchait. Néanmoins, à force d’y penser, il finissait par se faire douter. Il se passera ce qu’il se passera, point barre ! Inutile de trop cogiter là-dessus. C’était sur cette idée qu’il était parti pour la gare, jetant son chewing-gum une fois arrivé sur le quai. Sa nervosité revint rapidement lorsqu’il vit le train arrivé. Et si au final, Ferir n’était pas dedans ? Imbécile, vraiment. Il avait le don pour se faire douter bêtement. Il passa l’une de ses mains dans ses cheveux, oubliant presque qu’il avait tressé quelques mèches avant de les attacher. En ce moment, il aimait bien se coiffer ainsi ; des mèches qui retombait doucement sur son visage, quelques tresses sur le côté et une queue de cheval. Un peu de simplicité mais qui montrait qu’il prenait soin de sa crinière, en quelque sorte.

Les voyageurs commencèrent à quitter les wagons et il réceptionna le message de Ferir. Bon, il n’y avait pas eu de raison de paniquer, il était bien là. Il guetta avec attention les personnes sur le quai, ne manquant pas de retrouver le jeune homme dans la foule. Il lui adressa un signe de la main pour lui signaler sa position, alors qu’un large sourire se dessina sur ses lèvres. Il se sentait vraiment enjoué de le voir arriver, bien qu’un brin de surprise dansa dans ses iris en voyant la valise. Ce n’était que pour une soirée mais il avait embarqué des affaires ? Pourquoi pas, après tout. Il pourrait lus facilement prendre ses aises ainsi, peut-être. En voyant le Kantonien s’approcher, il remarqua que ce dernier arborait lui aussi un large sourire auquel il répondait sans mal.
« Salut ! » Sa voix était presque chantante, ce qui avait le don de l’agacer brièvement. Sur le coup, il se sentit un peu débile, il devait l’avouer. Il fut néanmoins davantage étonné lorsque Fer’ lui offrit un câlin. A vrai dire, maintenant qu’ils se retrouvaient ainsi, il avait pensé à autre chose.

Il profita néanmoins de la proximité, sentant les battements de son cœur s’accélérer un peu. Décidément… Est-ce que ça allait être comme ça toute la soirée ?
« Je suis content aussi. » Ça, il n’en doutait pas un instant. « Ça va oui, et toi ? T’as fait bon voyage ? » Banalité. Il posait ses questions, alors que dans sa tête, il n’y avait qu’une seule envie qui persistait. Cependant, comme ce n’était pas ce qu’avait fait Ferir… Et puis zut, à la fin. Il ne voyait pas le mal. Il y avait pensé depuis tout le temps où il lui avait proposé de venir ce soir. Aussi, il préféra le mettre en œuvre plutôt que de passer la soirée à se demander s’il devait agir ou non. L’une de ses mains alla se glisser sur la joue du jeune homme et il vint à quérir un baiser. Bordel, ça lui avait manqué. Il espérait juste ne pas essuyer un rejet. Lorsqu’il éloigna son visage, il était armé d’un petit sourire de satisfaction. Il se sentait… Heureux. Sa main chercha celle de Ferir alors qu’il commençait à l’amener vers la sortie de la gare, demandant au passage s’il voulait qu’il l’aide avec sa valise.

« J’habite pas loin. Par contre, je te préviens, c’est clairement pas aussi grand que chez toi. »

Il comptait faire comme si de rien n’était. Après tout, ils avaient déjà faits bien plus que s’embrasser, ce n’était donc pas un problème… Non ?


I'm a CRIMINAL
An animal caged who turned crazed
But how the fuck you sposed to grow up when you weren't raised?
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 9737

Région : Kanto | Hoenn
Dim 10 Déc 2017 - 13:05
Point de vue de Ferir

J’avais vraiment hâte d’arriver à Johto et de revoir Shin', bien que le temps dans le train ne m’a pas semblé si long. J’ai pu m’occuper avec mon portable, mais une fois le train immobilisé, je me suis empressé de ramasser mes affaires et de sortir sur le quai. C’est bien parce qu’il y avait Azy dans les parages que je me suis contenté d’apporter peu de choses. Je peux être extrême parfois, sauf que je pense que mon hôte aurait pris peur à me voir arriver avec plus. Je me suis contenté de ma valise format sac à dos. Je ne veux pas donner l’impression d’emménager alors que c’est que pour une nuit! N’y songeant plus, j’envoie un SMS pour indiquer que je suis arrivé. Il ne me reste plus qu’à le trouver parmi tous ces gens. Ça ne devrait pas être difficile avec son style particulier. Je n’ai pas oublié à quoi il ressemble. De son côté, me repérer ne sera pas ardu non plus. Il n’y a pas tant de cheveux bleus dans le coin... bien qu’il y ait toute sorte de monde, nous trouvant dans une grosse ville. D’ailleurs, je le remarque quand il m’adresse un signe de la main, je n’ai donc plus à chercher. C’est idiot qu’il m’ait manqué à ce point, sauf que je sais que je suis comme ça. C’était pareil avec Azy et ça l’est encore quand il doit partir quelques jours en mission. Bref, je n’aurais pas cru que Shin' semblerait si content de me voir, ça me fait vraiment plaisir à constater. Ce n’était pas une invitation forcée ou quoi que ce soit dans ce genre, mais il n’y a bien que moi pour me faire de tels films dans mon esprit. Maintenant, il reste la question à savoir comment me comporter envers lui..., mais j’improvise. Il me suffit de faire comme avec mes amis, comme avec mon meilleur ami peut-être? En tout cas, un câlin n’a jamais fait de mal à personne, donc ça me semble être une bonne idée après nous être salués. C’est vraiment stupide aussi de se prendre la tête avec ce genre de pensées, mais je n’ai vraiment pas l’envie de me prendre une remarque et de mal démarrer la soirée.

Tu fais de gros efforts de ton côté pour garder en mémoire sa non-volonté d’engagement. Pour ta part, te lier à une autre personne se fait instantanément et les sentiments peuvent se développer très rapidement. Si tu ne les bloques pas, ils prennent de l’ampleur avant même que tu puisses t’en rendre compte. C’est déjà un peu ce qui se passe.

Ça m’a fait du bien de l’avoir contre moi. Je ne sais pas si je pourrai en profiter encore au cours de la soirée, c’est à voir. Je lui exprime que je suis content de le revoir après l’avoir remercié pour l’invitation. Je n’hésite jamais à nommer comment je me sens quand c’est positif. Cela ne l’a pas gêné et il me répond de façon similaire et tout à fait honnête. J’en suis vraiment heureux et ce sourire que j’arbore n’est pas près de partir. Je reprends la poignée de ma valise, prêt à quitter cet endroit pour aller chez lui. Je sais qu’il n’a pas de voiture, donc je présume que nous marcherons ou que nous emprunterons les transports en commun. Ce n’est pas ça qui me dérange. L’envie de découvrir son chez lui est forte, j’espère que ce n’est pas trop loin! Pour entamer la conversation, je lui demande s’il va bien. Je ne m’attends pas à une réponse négative de sa part. À le regarder, tout semble bien aller, sauf que je m’y intéresse vraiment. D’un autre côté, s’il a de petits soucis je ne pense pas que ça serait vers moi qu’il se tournerait... Qu’importe, la question est lancée. Il me répond et me retourne ma question, me demandant au passage si mon voyage s’est bien déroulé. Ça va! Et oui, ça s’est bien déroulé, mais j’ai failli être en retard. J’échappe un rire embarrassé. J’ai tendance à prendre trop de temps dans la douche et à me préparer ensuite. Alors j’espère que je n’ai pas trop une sale tête, j’ai fini de me préparer dans le train. J’ai hésité à mentionner que c’est grâce à Azy que je suis là à l’heure prévue, mais je ne veux pas parler de lui déjà, donc je passe sous silence. Dans mon empressement, je souhaite que mon bandage au poignet et avant-bras gauche tienne. Là, il y a ma manche par-dessus, mais... mais pourquoi je songe à l’éventualité de retirer mon haut? C’est inutile, je ne crois pas que ça surviendra. Je n’en sais rien en fait.

Toi aussi, tu te sens un peu perdu et la suite ne t’aidera pas à t’y retrouver.

Je m’étais comporté comme un ami, parce que je croyais que c’était ce que Shin' voulait. Je le croyais vraiment jusqu’à ce qu’il s’approche de moi pour poser sa main sur ma joue et pour m’embrasser. J’ai bien pris une seconde de stupéfaction avant de participer à mon tour. Quand il y met un terme, je suis perdu, mais bien aussi, mais surtout perdu. Sa main qui glisse dans la mienne pour m’amener chez lui, ça me laisse pensif un instant. Je le laisse faire, je le suis juste. Il... il est revenu sur sa décision? Je ne comprends plus. Je fais juste lui répondre que ça va pour ma valise, elle est toute petite et avec roulette, je peux me débrouiller. J’ai fait l’effort de ne pas la remplir au point d’avoir du mal à la fermer, ce qui est un exploit avec moi. Mais je ne dis rien de ça, songeant au comportement de mon ami. Est-ce qu’il est ainsi avec tous ses amis? J’ai tellement de questions, sauf que je ne compte pas les demander. Peut-être que ça sera plus clair plus tard. Je ne veux pas lui miner son moral maintenant alors qu’il semble joyeux. Au moins, j’entends ce qu’il me dit, je ne suis pas trop perdu dans mon monde. Ce n’est pas grave la grandeur, tant que ce n’est pas juste un garde-robe. J’échappe un nouveau rire. Il ne parlait peut-être pas par rapport à ma claustrophobie, mais je réagis là-dessus. Je suis sûr que ça sera bien aussi chez lui. Peut-être juste plus bruyant que chez moi. Nous sortons de la gare et je me demande s’il va me lâcher la main ou non. Je l’observe du coin de l’œil, surveillant tout de même où je marche pour ne pas me prendre les pieds quelque part... Et je ne peux m’empêcher un commentaire en le regardant. Ils sont vraiment beaux tes cheveux comme ça! Je l’envie une fois de plus de pouvoir se coiffer comme il veut. D’un autre côté, je ne pourrais pas me teindre si j’avais les cheveux si longs. En tout cas, pas en bleu. Un jour, je changerai de couleur! Merci aussi d’être venu me chercher. J’aurais pu prendre un taxi jusqu’à chez lui, ça ne m’aurait pas dérangé.

Mais t’es vraiment content qu’il l’ait fait, malgré tout ce lot de questions qui, en dépit de tes efforts, ne sont pas faciles à chasser complètement.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1228

Région : Johto
Lun 11 Déc 2017 - 12:57
Shin’ avait attendu ce moment avec impatience. Debout sur le quai, il avait l’impression que les secondes duraient des heures. Peut-être était-ce ce qui lui manquait pour réaliser que Ferir était bien plus qu’un ami à ses yeux… Mais rien à faire, il n’avait pas l’intention d’avouer l’inavouable. Il avait été très sérieux lorsqu’il avait dit au jeune homme qu’il ne souhaitait pas s’engager dans une histoire amoureuse, et il était persuadé que c’était encore le cas. Le cœur encore blessé par sa précédente relation, il restait convaincu que rester seul était la meilleure des solutions pour s’éviter une nouvelle peine. De plus, jusqu’à aujourd’hui, il s’était toujours satisfait de ses histoires d’un soir. Il n’avait jamais désiré en apprendre plus sur les hommes avec qui il avait partagé son lit… Sauf avec Ferir. Encore un cas à part. Mais non, il semblait qu’il garderait ses œillères pour quelques temps encore, jusqu’à ce que la vérité lui éclate au visage. Et ce jour-là, il n’était pas sûr qu’il serait des plus heureux.

Il était inutile, à ce point de leur histoire, de s’attarder là-dessus. Son visage s’illumina lorsqu’il aperçut la silhouette de son ami, lui faisant un signe de la main pour signaler sa position. Au vue du sourire qui se dessina sur le faciès de Ferir, lui aussi était heureux de se trouver là. Ils devaient avoir l’air idiots de se sourire de cette façon, mais passons. Toutefois, au moment des retrouvailles, le sbire se retrouva quelque peu perturber par l’étreinte. Pas qu’il n’aimait pas les câlins du jeune homme mais… Il s’était imaginé autre chose pour sceller ce moment. Il réussit toutefois à mettre sa perturbation de côté pendant un petit moment, le temps d’échanger quelques banalités. Il émit un petit rire en apprenant que son partenaire avait pris un peu de temps pour se pouponner, trouvant cela plutôt mignon.
« T’inquiètes, t’es toujours aussi beau. » Une fois de plus, il n’était pas avare de compliment et il ne voyait pas le mal de le dire. C’était sincère et il se plaisait toujours à regarder son visage alors… Ça devait être vrai.

Toutefois, il se trouvait toujours troublé par le simple câlin et ne put faire taire son envie. Sentir les lèvres de Ferir contre les siennes le fit frissonner brièvement, signe que ce contact lui avait manqué. Il décida d’ignorer l’absence première de réaction de son partenaire, sans doute créé par la surprise. Shin’ disait des trucs, puis il faisait l’exact contraire. Il n’y avait rien à comprendre. Pour le coup, il agissait plus par impulsion qu’autre chose, ce qui n’était pas forcément une bonne chose, il fallait l’admettre. De toute évidence, il avait quelque peu perturbé son amant avec son comportement, tout aussi bien sur le fait de prendre sa main dans la sienne. S’il voyait la scène d’un point de vue extérieur, il comprendrait sans doute. Mais non. Actuellement, il se trouvait dans l’instant et il comptait bien profiter de chaque minute passée avec le Kantonien. Il lui laissa donc sa valise, l’amenant vers la sortie de la gare pour prendre le chemin de son chez-lui.

Il fronça brièvement les sourcils face à la première réponse du jeune homme, n’ayant pas saisi immédiatement la raison. En fait, il parlait plus du fait qu’il vivait dans un appartement que dans une maison, mais il comprit néanmoins là où voulait en venir son interlocuteur.
« C’est pas une cage à lapins non plus, sinon je serais en crise tout le temps. Par contre, ce serait bien un appart’ plus grand… Quand les finances suivront. » Il n’avait pas l’intention de louer un nouvel appartement toutefois. Il pensait plus à acheter une maison, mais c’était surtout un projet pour son fils alors… Etant donné que Ferir ne connaissait pas son existence, Shin’ préférait éviter le sujet. Il s’arma d’un nouveau sourire lorsque ses cheveux furent évoqués, appréciant le compliment. « Merci. J’aime bien faire un peu n’importe quoi avec. Mais cette coiffure je crois que c’est ma coiffure du moment. » Il laissa échapper un petit rire. Il aurait pu y ajouter les mèches colorés que Sha’ lui avait offerts, mais ça aurait peut-être été un peu trop. Déjà, il avait fait un effort sur sa tenue vestimentaire, ce qui n’était pas un mal. « Pas de souci, on a qu’un petit quart d’heure de marche de toute façon. Tu vas pouvoir profiter de l’air pollué de Doublonville. » Rire nerveux. Clairement, l’air qui régnait dans cette ville était bien différent de celui dans lequel vivait son ami, et il ne tarderait pas à s’en rendre compte. A la sortie de la gare, ils longèrent le trottoir, Shinara ignorant sans mal les bruits de klaxons. Apparemment, deux conducteurs étaient en train de s’échauffer les esprits pour un refus de priorité… Quoi que cela veuille dire.

Il n’avait pas menti en tous les cas, ils mirent bien une quinzaine de minutes à atteindre son immeuble. Ce dernier n’avait rien de particulier, si ce n’était qu’il était tout de même dans un quartier plus calme que celui de la gare. Toutefois, ce n’était pas non plus le quartier le plus riche au monde.
« Tadaa. Mon chez-moi. Au troisième. » Il montra sa terrasse où on pouvait deviner une petite table, ainsi que deux chaises. « Si ça peut te rassurer je fume pas à l’intérieur. » Au cas où s’il avait peur d’entrer dans un appart’ puant la cigarette, ce n’était pas le cas. Le sbire lâcha la main de son partenaire pour s’emparer de ses clés afin de déverrouiller la porte d’en bas. D’ailleurs, si Ferir se montrait un tantinet curieux, en observant les noms sur les sonnettes et sur les boites aux lettres, il pourrait trouver sans mal l’appartement 3A au nom de Shinara Shikei.


I'm a CRIMINAL
An animal caged who turned crazed
But how the fuck you sposed to grow up when you weren't raised?
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 9737

Région : Kanto | Hoenn
Jeu 14 Déc 2017 - 0:39
Point de vue de Ferir

Ça me rassure que Shin' ne semble pas avoir mal pris mon presque retard. Ce n’était pas du tout parce que je traînais des pieds parce que je n’avais pas envie d’être ici en tout cas! Au contraire, je devais trop vouloir bien faire, comme d’habitude. Au moins, je me suis bien préparé dans le train, si j’en juge par ses propos en réponse. Merci! Toi aussi tu l’es toujours autant. Un sourire de gamin doit être en train de prendre place sur mon visage alors que mon index va lui poke le nez dans un petit geste amical. Juste un petit touché, rien pour être indélicat ou faire mal, évidemment! J’espère tout de même que ça ne le dérangera pas, je ne voudrais surtout pas mal démarrer la soirée! Je m’en fais toujours avec ce genre de choses, je crains de déranger, comme si ça ne pouvait pas s’arranger ensuite. Cette fois, je serai chez lui et je n’ai aucune envie qu’il me chasse comme un malpropre si je fais quelque chose qui l’importune. Je m’en inquiétais, désireux de continuer de me comporter en ami même si c’est un peu étrange après tout ce que nous avons partagé à la plage et chez moi. Ça a été court quand je prends le temps d’y songer, sauf qu’il existe une sorte de lien. J’aimerais faire comme s’il n’existait pas. Normalement, je suis doué pour ce genre d’exercice. Ouais, je le suis, mais je le suis tout de suite moins face à ce baiser qui me surprend. Réaction en retard, mais sensation plaisante immédiatement après. J’en ai profité, ça m’a plu. J’ai eu de petites réactions comme toutes les fois que c’est survenu lors de notre rencontre. Pourtant, je suis aussi perdu face à ce comportement, ne sachant pas quoi penser. Il y a aussi sa main qui vient se saisir de la mienne. Il y a une certaine foule, ça peut être pour ça. Mais après un tel moment, je me dis que ce n’est peut-être pas que ça. Je... je ne sais plus sur quel pied danser et ce que je dois croire. Ça m’amène des questions à savoir s’il a changé d’avis, mais il me parle comme si de rien n’était. C’est sûrement moi, une fois de plus, qui me fais des films...

Tout le monde se ferait des films, l’ambiguïté existe, ne la remet pas en doute.

Nous commençons à marcher tandis que Shin' me tient toujours la main. Il m’informe ensuite que son chez lui n’est pas aussi grand que chez moi, mais je ne vois pas ce que ça change. Ce n’est pas ça qui va me déranger et je pense que ma réponse l’a laissé perplexe dans un premier temps. Oups... Il est vrai que je ne suis pas très bon pour la plaisanterie, je suis bien meilleur pour rire de celle des autres. Je n’ai rien d’un humoriste, mis à part par ma maladresse. J’ai hésité à rectifier le tir ou à m’excuser, ne sachant pas s’il a mal pris ce que j’ai dit. Avant que j’aie pu faire un choix, une réponse m’est donnée. Je me sens un peu mal, je ne voulais pas lui laisser une mauvaise impression par mes propos. Je voulais surtout dire que la grandeur n’est pas ce qui me dérange, désolé de ma formulation maladroite... Mais je comprends ton besoin d’avoir un plus grand espace. Quand j’ai eu ma maison, ça a vraiment été parfait. D’un autre côté, j’habitais chez mes parents avant de déménager, et c’est grâce à leur héritage que j’ai eu le faire. Sans eux, devenir propriétaire aurait été bien plus difficile, surtout avec mon métier. Nombreux sont les gens qui n’ont pas conscience qu’un refuge ne génère pas de revenu. Je n’ai pas de frais d’adoption, ce ne sont pas des dresseurs qui déposent leurs compagnons chez moi. Je recueille souvent des Pokémon sauvages ou abandonnés, qui ne dépendent plus que d’eux-mêmes. J’ai donc des sources de financement externe. Bref, j’ignore comment Shin' perçoit mon travail et je ne veux pas me lancer sur une telle discussion. À la place, je l’observe malgré ma petite gêne précédente. Je ne résiste pas très longtemps à parler de sa coiffure et ça, au moins, lui fait plaisir. Ouais, t’as la chance de pouvoir faire ce que tu veux avec! En tout cas, cette coiffure rend très bien! J’aurais pu faire un petit effort aussi avec du gel pour faire différent, mais j’ai manqué de temps. Un nouveau rire, m’imaginant combien de temps j’aurais pu perdre juste pour rendre ça parfait à mes yeux. Je me dis que je suis parfois trop perfectionniste avec mon look et mon envie de me démarquer.

L’essentiel est de le faire pour toi, pas pour plaire aux autres.

Je le remercie ensuite d’être venu me chercher alors qu’il n’a pas de voiture. C’est vraiment gentil qu’il ait tenu à m’accueillir à la gare. Par contre, ce qu’il me dit me surprend et me rend un peu mal à l’aise. La première partie, ça va, mais la suivante... J’ai moi aussi un rire nerveux et je me sens bête de ne pas savoir quoi faire de plus. J’aurais pu rebondir d’une bien meilleure façon, sauf que ça ne me vient pas. C’est con. En tout cas, un quart d’heure de marche, c’est assez long pour que j’aie envie qu’il ne se passe pas en silence, alors il faut bien que je trouve quoi dire! C’est différent de chez moi, c’est vrai. C’est... évident comme affirmation, mais je n’ai rien trouvé de mieux. Ce n’est pas pire que Céladopole. Les coups de klaxon, les voitures, la densité de population... Oui, ça y ressemble vraiment. La maison de mes parents était à Jadielle, la ville est moins grande et il y a plus de secteurs résidentiels. M’enfin, je ne sais pas pourquoi ça me vient en tête, ça n’est pas quelque chose qui l’intéresserait de savoir de toute façon. Le temps de marche passe assez rapidement et Shin' me pointe quel appartement il a dans l’immeuble, soit au troisième étage. Je me rends compte que je n’ai jamais eu à vivre dans un appart. Je ne sais pas ce que c’est. Dans tous les cas, même s’il a des voisins bruyants, ça n’est pas ce qui m’empêchera de dormir. C’est peut-être plutôt moi qui serai dérangeant pour eux... Tout dépend de ce qu’on fait au cours de la soirée. Je ne sais pas du tout à quoi m’attendre. C’est cool! Et ok pour la cigarette. Je ne vois pas en quoi j’aurais pu me permettre de juger. Il est chez lui, il peut faire ce qu’il veut. Bref, tandis qu’il s’occupe de déverrouiller au bas de l’immeuble, je remarque qu’il y a des noms pour chaque sonnette. Je suis beaucoup trop curieux... Mais j’ai juste le temps de repérer qu’au troisième étage, il y a un Shinara Shikei. Je présume donc que c’est son nom. Nous entrons et je ne peux m’empêcher un commentaire que j’espère ne pas regretter. Oh! Shin' c’est un diminutif en fait! Ce n’est pas ce qui me dérange, je coupe toujours les prénoms et je sais que ça peut agacer, sauf qu’il s’est présenté à moi comme ça donc je vais continuer. En tout cas, si Azy l’apprend, il va vouloir le nommer par son prénom au complet. Je le connais.

Et t’es loin de te douter que ton interlocuteur n’apprécie pas son prénom complet...

Je me sens vraiment mal d’avoir regardé... J’espère que ça ne le gênera pas. Je ne voulais pas m’incruster dans ses affaires. Ça a été... plus fort que moi. T’as un joli nom, j’suis désolé d’avoir regardé... C’est Nyriu mon nom, comme ça on est à égalité! J’ose un petit sourire, souhaitant que ça aille. Je me sens comme un gamin pris en flagrant délit de je ne sais quoi. C’est ridicule. Est-ce qu’il y a vraiment quelque chose de mal à ça?



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1228

Région : Johto
Jeu 14 Déc 2017 - 13:31
Shin’ pensait bien que le presque retard de Ferir n’avait strictement rien à voir avec son envie de venir ou non, il apprenait simplement que son partenaire pouvait se montrer… Coquet ? Ce n’était pas vraiment le bon terme, mais là-dessus, ils se retrouvaient un peu. Le sbire n’avait pas l’habitude de passer beaucoup de temps à se préparer étant capable de se doucher en deux minutes, mais il devait avouer que s’occuper de ses cheveux pouvait prendre plus de temps que prévu. Surtout quand ils avaient décidé de faire n’importe quoi. Heureusement, il ne connaissait pas le problème de nœuds et autre soucis capillaire, sans doute à cause de la raideur de ses derniers. Il savait, par exemple, que s’il tressait toute sa tignasse pendant une journée, ils onduleraient pendant une demi-heure -voire moins- avant de revenir à la normal. Bref ! Il n’allait pas parler de cheveux alors qu’ils venaient tout juste de se retrouver. Les compliments furent échangés, faisant sourire davantage le schizophrène. Il appréciait le compliment, comme toujours. Le « poke » de Ferir l’étonna quelque peu, mais il trouva finalement ça amusant. Deux gamins, ou presque.

Il préféra laisser son envie prendre le dessus, plutôt que de se brider et gâcher la soirée. Il était capable de ruminer une idée pendant des heures et que cela affecte son mental. Au moins là, comme ça, il n’avait pas de tracas à se faire. Le ton était donné. Il profita de l’instant, ne se montrant pas trop « invasif », s’il pouvait dire. Toujours armé d’un sourire, il prit la main de son partenaire pour le guider vers la sortie. Parce qu’il y avait du monde sur le quai, notamment, mais aussi parce qu’il en avait envie. Il ne s’attarda pas sur le fait que se promener main dans la main cela signifiait généralement être en couple… Soit. Une fois encore, il éludait le problème, se fixant plutôt sur la boulette qu’il venait de faire. Oups, apparemment, Ferir avait fait une blague qu’il n’avait pas totalement comprise. Il l’avait prise d’ailleurs un peu trop sérieusement, même s’il continuait de sourire.
« Oh ! Pardon, j'avais pas saisi. Mais on sera bien, je crois. » Il espérait néanmoins qu’il ne ferait plus de gaffes à l’avenir. Mais, de toute évidence, son amant l’avait plus ou moins bien pris, rebondissant sur ses paroles. Oui, quelque chose de plus grand, ce ne serait clairement pas du luxe mais bon.

« C’est gentil merci. J'aimerai bien voir comment ça faisait sur toi, les cheveux longs… Même si c'est vrai que quand ils sont longs, tu les perds plus facilement...»


Pas qu’il les perdait tout le temps mais… Quand même si. Et quand on faisait son boulot, il avait plutôt intérêt à faire gaffe. Il ne serait pas vraiment surpris s’il apprenait que les flics avaient retrouvés un de ses cheveux sur l’une des scènes de crime… Mais sans son ADN, ça ne leur apportait rien du coup, il préférait ne pas y penser. De toute façon, il avait lancé le sujet comme ça. Il ne désirait pas spécialement que Ferir se laisse pousser les cheveux, le trouvant déjà assez beau ainsi. Cependant, le redire lui paraissait un peu redondant, et puis parler de tout et de rien, c’était bien aussi. Ils quittèrent la gare, Shin’ ne pouvant s’empêcher de comparer le lieu paisible de vie de son partenaire à la ville. Clairement, ça n’avait rien de semblable. « Oui je trouve aussi. Les grandes villes se ressemblent toutes, j’ai l’impression. » Evidemment, il s’était déjà rendu à Céladopole, et il devait avouer qu’il avait autant aimé cette cité que Doublon ; c’est-à-dire pas du tout. Mais comme il y était allé pour le boulot et non pour du tourisme, il ne s’était pas arrêté plus que ça sur ce détail.

Arrivés chez lui, le sbire ne put s’empêcher de faire un peu le pitre. C’était dans sa nature, il fallait l’avouer, et s’il n’avait pas forcément montré ce côté puéril à Ferir à leur première rencontre, il finirait bien par le remarquer. Il précisa néanmoins plus sérieusement pour la cigarette, histoire de. En effet, il était chez lui et s’il ne vivait pas avec un enfant, sans doute fumerait-il à l’intérieur. Mais là, avec Kane, il refusait simplement de le faire. Déjà que l’air ambiant n’était pas des meilleurs, il n’allait pas lui pourrir davantage les poumons avec sa nicotine. Il chercha ensuite ses clés, laissant le jeune homme un peu en retrait. Lorsqu’il eut déverrouillé la porte et proposer au Kantonien de rentrer, il ne put s’empêcher d’être surpris en entendant les mots qu’il lui prononça.
« Hein ? » Il lui fallut quelques secondes pour comprendre comment il avait fait pour découvrir la vérité. Les sonnettes, les boites aux lettres. Il avait complètement oublié ce détail et il se disait qu’heureusement, le nom de famille du petit n’y était pas inscrit, étant donné qu’ils n’avaient pas le même. Quelle bonne idée il avait eu de ne pas inscrire Kiyoi là-dessus… « Ah, oui. J’avais zappé. Je n’aime pas mon prénom en fait, donc je le donne jamais en entier. » Il tenta de ne pas s’attarder là-dessus, ne voulant pas réellement donner plus de détails. S’il le devait, il devrait évoquer Kamiya et là… Ça ne lui plaisait qu’à moitié. « Joli, je sais pas trop. Pas de souci t’inquiète, puis maintenant j’ai ton nom aussi. Egalité, comme tu dis. Puis Nyriu c'est joli aussi. » Il amorça un sourire, essayant de pas faire le mec vexé. Il ne l’était pas vraiment de toute façon, c’était juste… Juste que Shinara, dis en entier, ça lui rappelait de mauvais souvenir. Heureusement, Ferir ne l’avait pas fait et intérieurement, le sbire l’en remerciait.

Ils se retrouvèrent dans le hall qui leur permettait soit de prendre l’escalier, soit de prendre le vieil ascenseur. Shin’ détestait ce truc. Il était vieux, souvent en panne et petit. Même si c’était que pour monter trois étages, il avait l’impression d’étouffer à l’intérieur. Pour dire, même lorsqu’il avait les bras chargés de courses, il prenait systématiquement les escaliers. Ce fut donc naturellement qu’il se dirigea vers ces derniers, se retournant toutefois en entendant des aboiements. Super, le chien de la voisine s’était encore échappé. Il poussa un soupir. C’était lui qui l’empêchait de dormir parfois, ou qu’il le réveillait lorsqu’il avait enfin réussi à trouver le sommeil. Il se rapprocha du Ponchien –dieu que ce pokemon pouvait être… Moche-, l’amadouant doucement avant de réussir à l’attraper.
« C’est le chien de ma voisine, M. York. Original comme nom hein ? » Il eut un petit rire, avant de caresser le canidé qui cessa son capharnaüm. Apparemment, il avait l’habitude que le sbire le porte. « Elle doit attendre son retour… A 82 ans, elle ne peut pas vraiment le chercher dans tout l’immeuble. » Bon ben… Go pour monter les trois étages, du coup.


I'm a CRIMINAL
An animal caged who turned crazed
But how the fuck you sposed to grow up when you weren't raised?
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 9737

Région : Kanto | Hoenn
Sam 23 Déc 2017 - 22:54
Point de vue de Ferir

Je n’aime pas quand je m’exprime mal et qu’on me comprend mal... J’ai toujours l’impression que ça va tout gâcher, ou alors que je vais vexer l’autre sans le vouloir et que ça sera difficile de passer par-dessus. Ça survient moins souvent avec Azy maintenant, mais quand il est sorti du coma et que nous avons commencé à nous reparler (comme ça faisait plus ou moins deux ans qu’il avait coupé contact), ça survenait souvent. Mais il est susceptible, ce qu’il n’admet pas de vive voix. Il s’agit d’un défaut qu’il accepte très mal, même s’il en a conscience. Je ne saurais dire si Shin' l’est aussi, je n’ai pas très envie de le découvrir parce que je fais une boulette... En tout cas, au final il ne prend pas mal ce que j’ai dit, ça me rassure. Il s’excuse même d’avoir mal compris. Ce n’est pas grave! Je ne tiens pas à ce qu’on s’attarde là-dessus, désireux de passer à la suite qui sera plus positive. Et je suis sûr qu’on sera bien. Nouveau sourire sincère. Je ne vois pas pour quelle raison ça ne serait pas le cas. J’ignore ce qu’il a prévu pour ce soir, mais je n’ai pas de doutes que ça sera parfait. Par contre, je fais attention à ne pas me créer d’attentes... Ça m’arrive beaucoup trop souvent, et je gère très mal la déception. Ou plutôt, je gère mal toutes les émotions négatives. Au moins, je n’en vis plus ces derniers temps. Voilà un moment que je ne me suis pas blessé moi-même. Ma peau est marquée à jamais, mais il n’y a plus de blessures récentes. Je voudrais définitivement arrêter de le faire, mais je ne sais pas si je suis assez solide maintenant pour ça...

Si tu doutais moins de toi, si tu avais plus confiance en toi, tu le pourrais.

Au moins, nous parlons de choses plus positives maintenant, je ne peux m’empêcher de le complimenter sur ses cheveux. Il en vient à se demander ce que ça ferait sur moi, les cheveux longs, ajoutant ensuite qu’on les perd plus facilement. Pourtant, on en avait un peu parlé sur la plage. J’imagine qu’il a oublié, ce n’est pas un souci. J’en ai dit pas mal de choses, je parle beaucoup. C’est une chance que ça ne le dérange pas. C’est horrible sur moi les cheveux longs... Ou je n’ai pas encore trouvé la bonne coupe pour aller avec, mais je préfère comme je suis en ce moment. Je ne répète pas que j’ai déjà tenté à l’adolescence à cause d’Azy qui a toujours eu des cheveux longs. Depuis que je le connais, il les tient plus ou moins longs. Il les a déjà eus au milieu du dos, mais il trouvait que c’était trop d’entretien. Pour les perdre, t’as raison. Le drain de la douche est bien plus souvent bouché dans celle à l’étage chez moi, à cause des cheveux d’Azy! J’échappe un rire, mais je me sens tout de suite plus anxieux à l’idée d’avoir parlé de mon meilleur ami... D’un autre côté, je ne peux pas constamment surveiller ce que je dis. Il fait partie de ma vie depuis plus de dix-sept ans. Que je l’aime encore ou non, ça ne changera pas ce lien fort que j’ai avec lui. La teinture n’aide pas à la perte de cheveux, ajoutai-je finalement pour revenir sur un sujet plus neutre. Ça les abîme un peu plus, même si je prends une teinture qui est le moins chimique possible. Et parlant de chimique, on en vient ensuite à discuter de la ville, que je compare à Céladopole. Je n’aime pas beaucoup me rendre à cet endroit depuis qu’Azy a insisté qu’il y avait beaucoup d’activités Rockets là-bas. J’y vais juste lorsque c’est nécessaire et que je ne peux pas trouver ce que je cherche ailleurs. J’imagine, répondis-je au fait que Shin mentionne que les grandes villes se ressemblent toutes. Je n’ai pas assez voyagé pour vraiment l’affirmer.

Et ce n’est pas avec ton travail que tu pourras te permettre de découvrir le monde.

La dizaine de minutes passe rapidement, tandis que nous marchons vers notre destination et que nous bavardons. Je ne m’attendais pas à ce que Shin garde ma main dans la sienne pendant tout le temps. Il me montre l’endroit où se trouve son appartement, désignant le balcon du doigt. Il apporte d’autres précisions auxquelles j’acquiesce. Pendant qu’il fouille pour ses clés puis qu’il déverrouille la porte, je ne peux m’empêcher de regarder les noms sur les sonnettes. Je me sens tout de suite mal d’avoir cherché son nom et ça me rend inquiet. Je ne sais pas s’il va bien le prendre ou s’il va trouver que j’ai empiété sur sa vie privée... Il ne comprend pas tout de suite si j’en crois par son exclamation. Je me sens encore plus mal et j’hésite quant à ce que je dois dire. Mais Shin comprend avant que j’aie pu réagir une autre fois. Ce qu’il me dit d’abord me surprend. Ça doit se voir sur mon visage, c’est sûr. Ah, ok. Je n’ai pas l’habitude que quelqu’un me dise qu’il n’aime pas son prénom. Comme je l’avais pensé, je vais continuer de l’appeler par son diminutif. Ce n’est pas ça qui me dérange. Je ne vais pas le dire alors. Je lui souris pour le lui assurer, bien que je ne comprends pas pourquoi il n’aime pas. En plus, j’ai très envie de demander pourquoi... Je dois me contrôler. Les goûts, ça ne se discute pas. Je le trouve joli, concluais-je en tirant la langue. Et merci, il me vient de mon père qui était asiatique. Ça explique mes yeux un peu en amande et d’autres particularités que j’ai. Bon, je me dis que ça ne l’intéressera sûrement pas. Je ne m’attarde pas plus longuement puisque de toute façon, il y a un aboiement qui me fait presque sursauter. Mon ami m’informe rapidement qu’il s’agit du Ponchien de sa voisine. Je ne peux m’empêcher de trouver ça mignon quand il parvient à le calmer et à le porter. Tant que le Pokémon est d’accord avec le surnom. Je ne peux m’empêcher de rire aussi, mais avec Azy qui me décourage toujours sur les surnoms qu’il donne, je suis mal placé pour parler. Il y a juste Knight qui y a échappé, j’ignore pourquoi. C’est vraiment gentil à toi de le lui ramener!

Cela renforce ton impression que ton hôte est une bonne personne, comme tu l’as répété à quelques reprises lors de votre rencontre. T’en es presque sous le charme. M’enfin, plus que tu l’étais déjà...

Je suis soulagé de voir que Shin passe par les escaliers au lieu de l’ascenseur. Je panique dans les ascenseurs.... Dès que les portes se ferment, c’est instantané. Je ne peux pas. Au moins, je n’aurai pas à l’expliquer. Je le suis, portant ma valise dans mes mains au lieu de la monter sur ses roulettes. Ça ferait beaucoup trop de bruit et ça n’aurait rien de pratique. Je le laisse s’occuper du Pokémon, restant en retrait. J’ai toujours un léger malaise à rencontrer des femmes même si j’essaie que ça ne paraisse pas. Plus encore des personnes âgées qui ont souvent plus de préjugés... J’espère donc qu’il ne s’attardera pas et qu’on pourra rentrer chez lui.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1228

Région : Johto
Lun 25 Déc 2017 - 9:05
Shin’ ne pensait pas être quelqu’un de susceptible. Il était capable d’encaisser les mots, mais cela dépendait de la personne qui les lui adressait. Par exemple, il accordait de l’importance aux pensées de sa cadette, tout comme il accordait un peu trop d’intérêt à son gout aux dires d’Alexander. Ça, par contre, il avait du mal à le comprendre, sans doute à cause du lien affectif compliqué qui les liait. Admettre qu’il considérait le blondinet comme un véritable ami, voire comme son meilleur ami était clairement au-dessus de ses forces. Bref. Il ne se montra pas particulièrement mal à l’aise face à la remarque de Ferir, juste un peu gêné de ne pas avoir compris tout de suite. Il pouvait parfois être un peu lent d’esprit, sur certaines blagues. Un peu comme tout le monde, en fait. Il s’excusa donc, constatant que ce n’était pas non plus un problème pour son compagnon. Parfait. Ce dernier lui confirma qu’ils allaient être biens même s’il ne savait pas ce qui l’attendait, ce qui fit doucement sourire le sbire. Il espérait qu’ils ne se tromperaient pas.

Il ne fallut pas longtemps pour que les compliments soient lancés. Le schizophrène remercia Ferir, ressentant un certain plaisir à entendre les mots. Il enchaina sur la chevelure de son partenaire, se souvenant qu’ils avaient déjà parlé de cheveux sur la plage. Toutefois, peut-être que la tournure de sa phrase était étrange ou qu’il s’était mal exprimé. Ce ne serait pas réellement une surprise, étant donné qu’il avait des difficultés à s’exprimer clairement.
« J’avoue, la coupe peut tout faire aussi. De toute manière t’es beau quoi qu’il arrive. » Un sourire, il lui tira la langue. Il n’y avait pas de raison qu’il ne retourne pas un compliment, après tout. Il enchaina sur la galère des cheveux longs, même s’il ne comprenait pas réellement pourquoi il abordait ce sujet. Bah, ça leur faisait un sujet de conversation le temps d’arriver chez lui. Azamir fut évoqué et il rit avec Ferir à la remarque. Chez lui aussi, la douche se bouchait régulièrement, que ce soit à cause de ses cheveux ou ceux du petit. Toutefois, il ne fut pas tant déboussolé de ne pas pouvoir parler de l’enfant mais plus surpris de se crisper légèrement à l’entente du nom du meilleur ami. Tiens ? C’était nouveau ça… En revanche, il ne laissa rien paraitre alors que la conversation s’engageait sur les ravages de la teinture.

« Ça doit être assez chiant, quand même. Perso ce n’est même pas la peine que j’essaie une teinture, les miens sont bien trop foncés. T’es brun, de base ? »


Il avait déjà pensé à faire des mèches, plus par lubie qu’autre chose. Toutefois, avec des cheveux d’un noir de jais, c’était plutôt compliqué… Et il n’avait aucune envie de les bousiller, en fait. Il aimait ses cheveux comme ils étaient, déjà que c’était sans doute l’une des seules parties de son corps qu’il aimait. De plus, il avait posé une question directe sur son partenaire, essayant de se souvenir s’il n’avait pas déjà demandé à la plage… Il ne lui semblait pas, à moins que sa mémoire lui fasse défaut, ce qui ne serait pas une grande surprise.
« Je te le confirme alors. Je suis déjà allé à Nénucrique pour le boulot et ça ressemble autant à Doublon que Celadopole. » Pas qu’il s’en vantait et peut-être aurait-il dû s’attarder un peu plus sur la non-possibilité de Ferir de ne pas pouvoir voyager. En ce qui le concernait, son travail lui permettait de bouger énormément, ce qui était une plus, mais aussi un problème lorsqu’on avait un enfant à élever. D’ailleurs, il s’en voulait un peu d’avoir parlé de son boulot, craignant que son partenaire le questionne dessus… Et il n’avait pas encore une nette idée du mensonge à dire. Il était hors de questions qu’il dise la vérité, au risque de voir le jeune homme prendre ses jambes à son cour ou pire, le dénoncer à la police. Ce ne serait pas franchement malin de sa part.

Une fois arrivé chez lui, il présenta l’endroit de l’extérieur, ne s’attardant pas plus longuement. Toutefois, une pointe de surprise naquit sur son visage lorsque Ferir lui affirma que Shin’ n’était qu’un diminutif… Comment il avait fait pour savoir ? Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre et il tâcha de ne pas se sentir idiot de premier abord, tout comme il essaya de dire qu’il n’aimait pas son prénom sans paraitre trop brusque. En vue de la réponse de son partenaire, il comprit que c’était plutôt loupé. Il n’avait pas pour autant l’envie d’expliquer le pourquoi, préférant enchainer sur la suite, ravi d’un certain coté d’apprendre que « Shinara » ne sera pas utilisé dans leurs conversations.
« Merci… » Un petit remerciement pour ce choix, mais aussi pour le fait qu’il n’ait pas cherché à en apprendre davantage. Le sbire en profita pour ouvrir la porte, la tenant derrière lui pour laisser Ferir entrer à son tour. Il ne s’attarda pas sur le fait que Shikei était joli, rassuré plutôt de ne plus s’appeler Kuna. Si le jeune homme avait fait des compliments sur ce dernier, le schizophrène aurait pu mal réagir en vue de la haine qu’il éprouvait pour Kamiya… Soit. « Je me disais bien qu’on avait les mêmes origines. Mes deux parents sont asiatiques. » Comme pour se justifier, même s’il ne désirait pas en parler davantage. Mais quand on s’appelait Kamiya, Akira et Shimei… Il n’y avait pas vraiment de doute sur l’origine.

Heureusement, l’aboiement de M. York les fit changer de sujet de discussion. Le sbire poussa un soupir en le voyant, parvenant à plus ou moins le calmer et à l’approcher sans qu’il ne le mordre. C’était déjà arrivé une fois et il avait eu bien du mal à se contenir. Cependant, il n’avait aucune envie de se battre avec sa voisine et il était nécessaire qu’il montre le bon exemple à son fils, alors bon… Au final, il avait presque fini par apprécier le chien, malgré ses aboiements nocturnes. La remarque de Ferir le fit réfléchir brièvement tandis qu’il observait l’animal.
« Ouais, je crois que ça lui convient. » Il fut toutefois un peu plus étonné par la réaction de son partenaire, sentant une pointe de gêne germer au fond de sa tête, assez pour faire rosir légèrement ses joues. « Bah… Ça me parait normal, en fait. Elle a essayé une fois d’aller le chercher dans la cage d’escalier et elle est tombée alors… J’aimerai éviter qu’elle se fissure un os ce soir. » Ca gâcherait un tantinet la soirée. Et puis aujourd’hui, ça lui semblait particulièrement naturel. A la base, quand ils avaient emménagés, il n’avait pas cette mentalité… A croire que l’envie de bien paraitre devant Kane l’ait rendu un peu meilleur.

Il se dirigea ensuite vers l’escalier, Ferir lui emboitant le pas. Il l’aurait bien aidé avec sa valise, mais en tenant le Ponchien contre lui, ce n’était pas évident. Ils arrivèrent au troisième étage, Shin’ démontrant la porte de son appartement, histoire de lui faire comprendre qu’il n’avait pas besoin de le suivre devant le palier de sa voisine. Il n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit que la porte voisine s’ouvrait.
« Monsieur York ! » Le sbire eut un petit sourire en voyant la vieille dame dans l’encadrement de la porte. De toute évidence, elle attendait le retour de son voisin pour l’aider à récupérer son chien. L’animal se mit à aboyer en voyant sa maitresse, remuant férocement la queue. « Petit sacripant, merci l’avoir cherché pour moi jeune homme. Oh mais vous n’êtes pas tout seul, bonsoir ! » La mamie agita sa main en direction de Ferir avec l’énergie qui était sienne. Pour son âge, elle avait encore de la vivacité, même si c’était plus sa mémoire qui, du coup, en pâtissait. Shin’ laissa le chien sauter dans les bras de sa maitresse et il ne s’attarda pas plus longtemps. « Bonne soirée, madame Blaise. » Elle parut quelque peu surprise de voir qu’il ne cherchait pas à discuter plus longuement. Ça lui arrivait de bavarder un peu avec elle, surtout qu’elle n’avait pas de grande compagnie. Cependant, il craignait fortement qu’elle demande des nouvelles de Kane ou qu’elle évoque simplement l’enfant et… Et il était bon pour tout devoir expliquer au Kantonien, ce qu’il n’avait pas du tout envie de faire. Bref. Il lui adressa un signe de la main, faisant un clin d’œil à son partenaire alors qu’il déverrouillait la porte de son appart.

« Bienvenue chez moi ! »

Il n’avait pas accordé trop d’importance à sa voisine, du coup, il ignorait si cette dernière les regardait encore. De toute manière, il avait déjà fait un pas dans l’appartement et une fois que son invité en aurait fait de même, il comptait bien la fermer derrière lui. La porte d’entrée donnait directement sur les deux pièces principales, c’était à dire en premier lieu la cuisine et en fond, le salon. « Tu peux poser tes affaires dans le salon si tu veux, fais comme chez toi. Tu veux boire quelque chose ? » Il n’avait pas réellement l’habitude d’accueillir du monde chez lui et, sur le coup il se sentait envahir d’une pointe de nervosité.


I'm a CRIMINAL
An animal caged who turned crazed
But how the fuck you sposed to grow up when you weren't raised?
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 9737

Région : Kanto | Hoenn
Mar 26 Déc 2017 - 17:24
Point de vue de Ferir

La discussion sur les cheveux nous occupe un moment. J’admets que je l’envie de pouvoir faire ce qu’il veut avec les siens et qu’il puisse avoir une telle coupe et que ça soit beau... J’avais en tête d’essayer un changement bientôt. J’ignore si ça sera beau, mais au moins, ça repousse et ça s’arrange ensuite si ce n’est pas le cas. Par contre, non, je ne vais pas juste les laisser pousser. Des cheveux comme mon meilleur ami ne me vont pas du tout... Je l’exprime de vive voix que c’est terrible sur moi, précisant que je n’ai peut-être pas trouvé la bonne coupe. C’est quelque chose de difficile qui demande plus de patience que j’en ai. Je ne veux pas ressembler à n’importe quoi. J’accueille des personnes au refuge et je ne voudrais pas non plus que les Pokémon aient peur de moi. Bref, Shin me répond et je dois admettre que ce qu’il me dit me fait plaisir, une fois de plus. J’en ai les joues qui chauffent, et un petit malaise à force de me faire complimenter comme ça. Il est vraiment sincère dans tous ses compliments? Je ne peux m’empêcher de me demander parce que je ne suis pas certain de mériter tout cela. Quoi qu’il arrive, je ne sais pas, mais merci. Je sais que le sourire que je lui adresse à l’instant n’est pas comme les autres avant, il est forcément plus gêné et je me sens nul de ne pas arriver à faire autrement. Tant pis. J’enchaîne sur la suite, quant au fait de perdre les cheveux plus quand ils sont longs. Quand je nomme Azy, je ne m’attarde pas. Je n’ai pas remarqué si ça a dérangé Shin et je ne tiens pas à le voir non plus. Je ne peux pas m’empêcher d’évoquer une personne que ça fait si longtemps que je connais... C’est comme me demander de ne plus penser à ma sœur ou à mes parents. Azy fait partie lui aussi de ma famille, la seule qui me reste. J’ai conscience qu’il faut que je me concentre sur son amitié et c’est ce que je tente de faire depuis que j’ai rencontré l’homme à mes côtés. Je crois que ça fonctionne, je n’en suis pas sûr. En tout cas, quand je me trouve en sa compagnie, je me sens aussi bien et... comblé. Ce n’est peut-être pas bien...

Tu n’as jamais su contrôler la vitesse à laquelle tu t’attaches à une autre personne. La présente situation n’y fait pas exception.

J’aime bien mes cheveux bleus, sinon je ne m’embêterais pas avec ça. Je réagis en premier au fait que Shin mentionne que ça doit être chiant, la teinture. À la longueur que j’ai, ça se fait vite, je n’attends pas d’avoir une longue repousse pour rafraîchir la couleur. Mais oui, à ta longueur ça serait beaucoup trop pénible! Puis, je comprends parfaitement ce qu’il veut dire quant à sa couleur trop foncée... La teinture que je prends devrait me donner des cheveux d’un bleu éclatant, mais ils sont plutôt bleu foncé à cause de ma couleur naturelle. Ce n’est pas plus mal, je ne me verrais pas avec une couleur plus vive. Bah..., j’ai les cheveux plutôt foncés. Pas autant que les tiens, mais ils sont proches du noir. La teinture que je prends devrait donner un bleu vif et clair en fait. J’essaie d’expliquer en ne m’étalant pas trop. J’évite de mentionner que je me suis déjà fait décolorer les cheveux aussi. Je ne le fais plus et quand ils repoussent, ils reprennent leur couleur naturelle, heureusement. J’ai tout de même l’impression qu’ils sont restés plus pâles qu’ils l’étaient avant, mais c’est sûrement ma perception erronée. Bref, on en vient à discuter de la ville par la suite et je réalise à nouveau que je n’ai pas profité de ma jeunesse pour voyager. Maintenant, je ne peux plus le faire à cause de mon travail. Deux jours, ça se fait, mais plus longtemps, j’ai besoin de toute une organisation pour les Pokémon du refuge. Ils doivent manquer de rien et il faut qu’une personne s’occupe d’eux. Je n’ai pas un métier qui se met en pause comme je le voudrais et quand je le voudrais. En tout cas, le boulot de Shin lui permet de voyager, de ce qu’il me dit. J’admets que ça me rend curieux et je ne vois pas de mal à poser des questions. À moins que ce soit une organisation un peu comme celle d’Azy... Je sais juste qu’il est ranger et qu’il ne peut me dire rien de plus. Pour lui aussi, ça m’intrigue, mais je dois éviter d’en parler, bien que ça ne m’empêche pas de faire des boulettes de temps à autre avec ça...

Comme quand le Johtonien est passé chez toi, mais tu estimes que la reconversion de ton meilleur ami est si positive qu’il est difficile pour toi de comprendre que ça soit secret.

Ok! C’est cool si ton travail fait en sorte que tu puisses voyager! Tu bosses pour une grosse entreprise ou quelque chose comme ça? Je ne sais pas s’il sera très précis en réponse. J’aimerais bien en savoir plus sur lui, s’il m’en laisse cette chance. J’ai beaucoup parlé de mon refuge, mais je lui ai laissé très peu la place pour parler de son métier... J’espère qu’il ne m’en veut pas pour ça. Donc, nous voici enfin devant l’immeuble dans lequel Shin habite et j’en suis content. Ça me rend vraiment de bonnes humeurs qu’il a décidé de m’inviter chez lui, qu’il accepte de partager un peu de son intimité avec moi. Par contre, je me dis que j’ai sûrement franchi une limite en regardant sur les sonnettes, bien qu’elles soient à la vue de tous... Je ne vois pas le mal si ses voisins peuvent savoir son nom et pas moi... Sa réaction me laisse tout de même surpris et ça se voit et ça s’entend dans mes propos. Je suis toujours incapable de contrôler mes réactions. J’ai aussi de la difficulté à contrôler ma curiosité, mais j’y parviens, me contentant de lui dire que je ne vais pas le nommer par son prénom complet. Peut-être que j’oserai lui demander après plusieurs autres rendez-vous, si cela se produit. Je ne sais pas à quoi je dois m’attendre ce soir et pour la suite. En tout cas, il me dit merci, sûrement parce que je viens de mentionner que je vais continuer de l’appeler Shin. Je lui adresse un sourire, résistant encore à l’envie de poser des questions. Ma curiosité peut être un problème... J’en ai conscience et je fais tout pour ne pas déranger avec ça. Oh! C’est un sacré hasard. Je m’en amuse, bien que je me dis que j’aurais pu tilter par moi-même sans qu’il ait à mentionner qu’il a lui aussi des origines nippones... De toute façon, nous n’avons pas l’occasion de nous y attarder plus qu’un aboiement nous surprend. Je ne m’attendais pas à voir des Pokémon dans l’entrée de l’immeuble. Shin s’en occupe rapidement, et ça me fait fondre.

Tu apprécies déjà beaucoup ton hôte, ça ne fera qu’augmenter au cours de cette soirée.

Il me présente le Ponchien et je ris aussi de l’originalité de son nom, mais de mon côté, l’important est surtout qu’il convienne au Pokémon. Ça serait cruel de les forcer à avoir un surnom qui ne leur plairait pas. Il manifesterait son désaccord sinon. Les Ponchien ne sont pas assez simplets pour ne pas le faire, pas comme les Magicarpe. En tout cas, je trouve ça totalement charmant de sa part de s’occuper de ramener le Pokémon à sa voisine et je ne me prive pas de le lui dire. Sa réaction me surprend brièvement, mais je le trouve vraiment craquant comme ça. Je ne peux m’empêcher de lui sourire sans doute d’une façon un peu idiote, sous le charme. La pauvre! Heureusement que tu es serviable pour l’aider. Je n’ai pas de voisins immédiats, alors je n’ai pas cette habitude d’entraide, bien que je la manifeste autrement dans le cadre de mon travail avec les multiples collaborations que j’ai et avec les Pokémon aussi. Bref, il est temps de gravir les escaliers et de nous rendre au troisième étage. Quand Shin me montre la porte de son appartement, je m’arrête et je l’attends devant. Au moins, ça m’assure qu’il ne s’attardera pas. La vieille dame se manifeste rapidement sans qu’il ait eu à frapper à la porte. Je l’écoute d’une oreille distraite, mais mon attention est captée quand je l’entends dire qu’il n’est pas seul. Redressant la tête, je vois la femme qui me fait coucou de la main, alors je lui souris et fais de même. Je réalise que selon ce qui se passera pendant la soirée, je devrai peut-être surveiller le volume de ma voix, contrairement à chez moi... Penser à ça maintenant m’embarrasse un peu, mais je n’ai pas le temps de m’en inquiéter trop longtemps que Shin' revient vers moi. Son clin d’œil m’amuse, puis il déverrouille la porte de son appartement. J’entre à sa suite, observant la cuisine et le salon. Chez moi, c’est le contraire. On entre dans le salon. Chez mes parents aussi c’était comme ça, et la maison d’Azy avant que les Rockets le trouvent. Ça me fait bizarre ainsi, mais ce n’est pas dérangeant. J’abandonne mes chaussures à l’entrée pendant que mon hôte m’indique que je peux aller poser mes affaires au salon. Ok, merci! Je prendrais bien un jus si t’as, qu’importe le type de jus. Je ne suis pas difficile.

Tu le remercies une fois de plus avant d’avancer jusqu’au salon, laissant ta petite valise à côté du sofa pour qu’elle ne soit pas dérangeante.

Je ne peux m’empêcher de regarder dans le couloir, constatant qu’il semble y avoir deux chambres, dont une que la porte est fermée. Peut-être un bureau de travail, lui qui est si mystérieux avec ça. C’est assez grand pour un appart! Je t’avais dit qu’on serait bien. Je lui adresse un sourire, restant à proximité une fois que j’ai fini de zieuter sans pour autant avancer dans le couloir. Je suis content que tu me laisses découvrir ton chez-toi. Vraiment, maintenant que j’y suis, je me rends compte que ça me fait plaisir plus que je le croyais. Ça sera une bonne soirée, je n’en doute pas.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1228

Région : Johto
Mer 27 Déc 2017 - 12:58
Rien que pour voir les joues rosir de Ferir, cela valait le coup de lancer le compliment. Shin’ se rendait compte qu’il s’agissait là d’une vue qu’il lui avait un peu manqué, tout de même. Ce n’était pas ce genre de détails qu’il pouvait voir par sms ou par appel, après tout. De toute évidence, ses mots avaient fait mouche, bien qu’une certaine gêne se ressente du sourire de son partenaire. Peut-être était-ce trop tôt pour les compliments… Ou peut-être était-il nécessaire d’éclaircir une bonne fois pour toute leurs relations. Mais, là encore, ce n’était pas dans ses intentions. Le sbire se dit simplement qu’il devait faire attention quand il pensait dire tout haut ce qu’il pensait tout bas, histoire de ne pas mettre le jeune homme mal à l’aise. Ce n’était clairement pas l’effet escompté et il était sincère dans ses mots. En revanche, il était toujours complètement indécis sur la nature de leurs contacts. Bref. Il fit mine de ne pas réagir quand le nom d’Azamir fut prononcé, simplement parce que cela aurait été déplacé de sa part, tout comme il aurait été incapable d’expliquer sa réaction. Fort heureusement, cela ne s’était pas ressenti. Bien.

« C’est joli, le bleu. »
Même si le sbire n’avait pas spécialement de couleur préféré, il admettait sans peine que la couleur choisi par Ferir était agréable à regarder, tout comme le reste de son visage. Cette fois-ci, il s’abstient de répéter ce qu’il pensait, histoire de ne pas trop en faire. « J’avoue que c’est plus simple de les teindre quand ils sont court. Je ne sais pas combien de produits je devrais utiliser sur les miens si je voulais les teindre entièrement… Ce serait un vrai gouffre financier. » Il rit légèrement, se surprenant à penser à fumer une cigarette. Aucun rapport, mais lorsqu’on était fumeur, l’envie venait lorsqu’on s’y attendait le moins, surtout qu’il avait fumé il y avait à peine vingt minutes. Il se fit violence pour ne pas céder, écoutant attentivement la réponse qui lui était donnée. « Ah ouais d’accord, quand même. Je ne les imaginais pas sombre comme ça. Mais ça donne un chouette bleu en tout cas. » Il était un peu surpris que la couleur se voit autant. Cependant, il savait que la même teinture pouvait donner des teintes différentes en fonction de la couleur de base du cheveu. Alors finalement, ce n’était pas si surprenant que ça, surtout si le produit devait donner une couleur plus clair. Une vraie conversation de nana, hein ?

La conversation dévia sur la ville et notamment sur les autres cités semblables à Doublonville. Shin’ évoqua Nénucrique, parlant de son travail. Encore une chance qu’il n’ait pas dit qu’il y allait aussi régulièrement pour voir son psy, mais soit. Il avait eu l’intelligence de ne pas l’évoquer à voix haute. Mais, sans surprise, Ferir se montra curieux sur son travail. Maintenant qu’il l’avait évoqué, il ne pouvait plus faire marche arrière.
« En gros c’est ça oui. Dans le commerce. Enfin je cherche de nouveaux lieux pour installer des magasins. ‘Fin bref. Ce n’est pas super intéressant et assez chiant en fait, mais ça paie bien. » C’était flou, encore. Alors que le Kantonien avait joué le jeu et dévoiler son travail, lui ne faisait que tourner autour du pot. Surtout que c’était complètement faux, en plus. Il faudrait le pendre si un jour il s’intéressait à l’immobilier. Il ne savait même plus où il avait entendu parler de ce poste –qui existait réellement, d’ailleurs, mais dont il ne se souvenait plus de l’intitulé-, mais cela justifiait facilement le fait qu’il était régulièrement en déplacement. Il ne pouvait décemment pas parler de son vrai travail qu’il affectionnait particulièrement, on ne va pas se mentir…

Il espérait que sa réponse ait satisfait assez le jeune homme pour qu’il ne pose pas plus de questions, au risque de se retrouver dans une position indélicate. Cependant, il avait su mené son mensonge d’une main de maitre, sans doute à cause de l’habitude. Toutefois, sans qu’il ne sache réellement pourquoi, il ne se sentait pas réellement fier de ce qu’il venait de faire et il était désireux de changer de sujet. Ils arrivèrent devant son immeuble, ce qui lui sauva quelque peu la mise. Il se montra peut-être un peu trop brusque lorsque son prénom fut évoqué, heureusement pas à voix haute. N’ayant pas particulièrement envie de s’exprimer là-dessus, il préféra enchaîner et se diriger vers les escaliers. Evidemment, Ferir avait tout à fait le droit de connaitre son vrai prénom mais généralement, il détestait la conversation qui s’ensuivait, lorsqu’il le donnait à une nouvelle personne, certains allant même jusqu’à lui reprocher de ne pas utiliser son prénom complet, parce que c’était « trop joli ». … Autant dire qu’il n’était pas de cet avis. Heureusement, ce ne fut pas le cas du Kantonien et il l’en remercia. Il se pourrait qu’ils en viennent à en discuter plus tard, mais là, tout de suite, il n’en avait aucune envie. Le sbire en appris davantage sur le nom de famille de son partenaire tout comme ses origines, ce qui le fit sourire doucement.
« Le hasard fait bien les choses. » Un jour, un jour mec, tu arrêteras de parler avec des phrases bateau… Ou pas.

Les aboiements du Ponchien firent dévier une fois encore la conversation sur autre chose, ce qui n’était pas un mal aux yeux du schizophrène. De toute évidence, M. York n’avait aucun problème avec son surnom, tout comme il réagissait très bien à ce nom, d’ailleurs. Le canidé ne chercha pas à le mordre et l’humain évoqua les problèmes que pouvaient rencontrer sa voisine. Il trouvait ça logique d’agir en bon voisin, surtout s’il voulait donner le bon exemple à son fils. Si ce dernier n’était pas là… Pas sûr qu’il soit aussi bienveillant. En tous les cas, la réaction de Ferir l’avait quelque peu désarçonné au premier abord, mais avec la surenchère il ne put s’empêcher de rougir brièvement.
« Si tu le dis. 'Fin, je trouve ça normal, quand même... » Il se sentait quelque peu gêné, toujours pas habitué à ce que quelqu’un –autre que Kane, évidemment- lui fasse des compliments, encore moins sur sa serviabilité. Il s’arma toutefois rapidement d’un sourire plus jovial, espérant que ses joues aient repris une teinte normal.

Dieu merci, madame Blaise ne se montra pas trop bavarde. Cela pouvait lui arriver, étant donné qu’elle n’avait pas souvent de compagnie. Bon, il fallait aussi avoué que le sbire ne lui avait pas réellement laissé le temps de s’exprimer, mais il avait préféré faire vite s’il ne voulait pas que le nom de Kane soit évoqué. Il ne vit pas spécialement la réaction de Ferir quand elle s’adressa à lui, cependant il ne doutait pas un instant qu’il ait répondu à sa salutation, sinon… Elle n’aurait pas manqué de lui faire remarquer. Les grands-mères, tout ça. Bref. Il revint vers son appartement après avoir rendu le chien à sa maitresse, souriant en voyant que son clin d’œil avait fait sourire à son tour son invité. Ils pénétrèrent dans l’appartement, Shin’ fermant la porte une fois que le Kantonien fut entré. Il put croiser le regard de sa voisine, ne sachant pas si elle avait réellement compris qui était l’homme qui l’accompagnait, ni si elle approuvait ce « genre » de relations. Au pire, cela n’avait pas d’importance. Il lui adressa un dernier signe de la main pour la forme avant de refermer à clé, une habitude qu’il avait prise à force de vivre en ville.


« J’ai du jus de Sitrus ou de Pecha, comme tu préfères. » Il laissa le jeune homme faire comme chez lui, tandis qu’il se dirigeait vers le frigo. Bon, ok, le jus de Pecha était à son fils, à la base, mais il pouvait bien en prendre un peu. Il pouvait toujours en acheter le lendemain s’il fallait. Après le choix de Ferir, il lui servi sa boisson avant de se prendre une bière. Il tendit le verre à son partenaire alors qu’il se trouvait dans le salon. « Tu trouves ? Je le trouve un peu petit. » Notamment parce qu’ils y vivaient à deux, sans doute que seul il n’aurait pas cette sensation. De plus, sa claustrophobie avait la fâcheuse tendance à lui faire douter de la taille des pièces, surtout quand il était proche d’avoir une crise. Ce qui, soit dit en passant, ne lui était pas arrivé depuis longtemps. « Facile pour le tour du propriétaire. Cuisine, salon il démontra les deux pièces- salle de bain – il montra la porte à sa gauche-. Au fond du couloir c’est les toilettes, la porte de gauche c’est ma chambre et celle de droite mon bureau / débarras / Gros bazar à cacher. » Le tour était vite fait. Lorsqu’il avait parlé de son travail, cela lui avait donné l’idée de présenter la chambre de Kane comme un bureau, ce qui, à son sens, était une parfaite excuse pour justifier l’impossibilité d’y aller, en plus du bazar. Question de confidentialité, tout ça tout ça. A la remarque de Ferir, il sourit davantage. « Et moi content que tu aies accepté de venir. » Et il était sincère. Il leva sa bière avant d’en boire une gorgée, allant chercher la télécommande pour mettre un peu de musique en fond. S’il y avait un truc qu’il aimait dans son appart’, c’était bien son home cinéma. Une fois un peu de rock dans les oreilles, il observa sa montre, pensif. « Il est peut-être un peu tôt pour manger… Tu veux faire quoi en attendant ? » Sans arrière-pensée, la question. Promis.


I'm a CRIMINAL
An animal caged who turned crazed
But how the fuck you sposed to grow up when you weren't raised?
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 9737

Région : Kanto | Hoenn
Mar 2 Jan 2018 - 23:14
Point de vue de Ferir

J’aime aussi beaucoup le bleu! Je suis content de savoir qu’il partage cet avis. Si la couleur ne lui avait pas plu, ça aurait été un problème sachant qu’il en verrait chaque fois qu’on est ensemble... Ça serait juste... impossible de te teindre tous les cheveux. Des mèches peut-être, ou de fausses puisqu’il s’en fait de très réalistes! Mais tu es très bien comme tu es. Je ne veux pas qu’il pense que je l’incite à se mettre des mèches ou qu’il pense que je ne le trouve pas bien comme il est! Je présume que je m’inquiète pour rien, je l’ai dit à quelques reprises qu’il était beau. En tout cas, je lui explique ensuite brièvement pour ma couleur naturelle, puisqu’il me l’a demandé. Ouais, c’est un test complètement aléatoire et ça a donné ça comme couleur! Après, j’ai gardé la même depuis quelques mois. Y a un peu de reflet de ma couleur dedans, mais tant mieux si ça rend bien. Ça me fait plaisir de savoir que ça lui plaît vraiment. J’espère tout de même qu’il ne me trouve pas trop intense là-dessus... Quand je me lance dans ce genre de conversation, je peux rapidement devenir un moulin parole qui ne sait plus s’arrêter. Puis, ce n’est pas avec mes autres amis que je peux vraiment en parler... S’il y avait plus de femmes, peut-être. Je me rends compte que je n’ai pas d’amies de fille. Ça n’est pas plus mal. Je ne suis pas sûr que l’une d’elles pourrait vraiment y arriver. Sûrement la copine d’Azy, s’il finit par se laisser le droit d’être amoureux. Cette fois, je n’aurai pas la même réaction que lorsqu’il m’a présenté Isiel. Je n’avais pas été très cool, mais ça m’avait fait tellement mal à cause de ce que je ressentais pour lui. Au moins, c’est de l’histoire ancienne désormais.

Tu sais que tu n’aurais plus de mal à l’accepter, que ta réaction serait vraiment différente, plus positive.

Nous marchons dans la ville pour nous rendre jusqu’à son appartement, tandis que Shin ne m’a pas lâché la main. J’en viens à ne plus m’en soucier, écoutant ce qu’il a à me dire. Par la même occasion, à force de discuter des grandes villes, j’en viens à en apprendre un peu plus sur mon ami, même s’il ne s’attarde pas non plus. Il ne doit pas aimer parler de lui, je suppose. C’est un peu dommage, tout de même. Je devrais le découvrir autrement qu’en lui posant des questions. Je connais déjà certains traits de son caractère et je pense que je peux en découvrir plus ce soir. C’est ce que je souhaite, s’il m’en laisse la chance! J’aurais voulu lui poser un peu plus de questions, mais quand il mentionne que ce n’est pas très intéressant et même que c’est chiant, je m’en abstiens. C’est dommage si tu trouves ton travail pénible... En plus, je me souviens qu’il n’aime pas vivre dans cette ville, ça cumule. Je me sens triste pour lui, même si je sais que je ne peux rien y changer. C’est sa vie et ses choix. Je présume qu’il ne les a pas posés sans y réfléchir. Et que s’il était si mal, il changerait. Du moins, je crois. Il ne m’a pas semblé être le genre de personne qui s’apitoie et qui se laisse marcher dessus. Il n’est... pas comme moi. Le bon côté, c’est que tu peux voir beaucoup de paysage! Du moins, je pense. J’espère qu’il n’est pas concentré que dans les grandes villes, sinon mon commentaire est inutile. Je ne tarderai pas à le savoir. Puis, nous arrivons finalement devant son immeuble tandis qu’une dizaine de minutes se sont écoulées à grande vitesse. Je sens que le temps en sa compagnie filera vite, comme ça a été le cas chez moi! Je vais en apprécier chaque instant, la vie défile trop vite et elle peut s’arrêter prématurément... En tout cas, ma curiosité n’a pas de limite et elle fait des siennes ici aussi. Le moins que je puisse dire, c’est que Shin est une personne pleine de surprise et qui a des réactions auxquelles je ne m’attendais pas du tout.

Ce n’est pas simple de retenir ta curiosité et cette volonté profonde d’en savoir plus sur lui. Ce n’est même pas quelque chose de malsain, c’est seulement que tu espères sincèrement le connaître mieux et en apprendre plus sur lui pour le comprendre. C’est ainsi envers tout le monde. Tu cherches toujours, d’une façon des plus honnêtes, à les comprendre, qu’ils sont humains ou Pokémon.

Je me sens idiot après coup de ne pas m’être rendu compte par moi-même que Shin avait des origines comme les miennes, plus encore après sa réponse. Je ne peux m’empêcher d’arborer un sourire gêné pendant que je ne sais pas quoi dire, sourire qui disparaît lorsque je sursaute à cause de l’aboiement. Les explications me sont données et je ne m’empêche pas de mentionner à quel point je le trouve serviable et gentil pour ce qu’il fait. Je ne m’attendais pas à ce que ça le gêne autant par contre. Je l’ai vu rougir une ou deux fois lors de notre soirée de rencontre, toujours sur ces compliments de ce genre. Je peux le comprendre puisque j’ai aussi de la difficulté à les accepter et qu’à force, ça me rend un brin mal à l’aise. Ne pas insister, donc. C’est ardu de savoir quoi lui dire sans paraître insistant. C’est normal oui, mais ça reste de bonnes actions. Il ne doit pas les diminuer, mais je ne le précise pas. Je le suis, gravissant les escaliers à sa suite. Je le laisse gérer avec sa voisine, restant devant la porte de son appartement à lui. Néanmoins, j’adresse un signe de la main et je souris quand elle s’intéresse à moi pendant quelques secondes. J’espère que nous n’aurons pas de mauvaises surprises avec elle pendant la soirée. Je n’avais pas du tout songé à cela. Azy n’a rien dit sur le bruit que nous avons fait chez moi. Je lui ai un peu reparlé de quand il est entré au mauvais moment dans la maison, désireux de le taquiner, mais nous ne nous sommes pas attardés. Bref, ça n’est pas pareil ici et il faut que j’arrête d’y songer. Je ne suis même pas sûr que Shin ait de telles idées, même s’il m’a embrassé. Ça me rend confus et je voudrais juste profiter de la soirée. Au moins, ce moment ne dure pas longtemps et nous entrons enfin dans l’appartement. Le temps de déposer ma valise dans un coin d’elle ne dérangera pas, j’en profite pour zieuter. Vraiment, je suis trop curieux, ça en devient presque un défaut à ce stade...

C’est que tu t’intéresses vraiment à ton hôte, voilà tout. Si t’en avais rien à foutre de lui, tu ne te comporterais pas du tout de la même façon.

De Sitrus, ça me va. Je croyais qu’il choisirait pour moi, je n’aime pas m’imposer quand je suis ailleurs. En tout cas, je n’y pense plus alors que Shin me donne le verre rempli de jus. Merci! Je ne peux m’empêcher de commenter la grandeur de l’appartement, ne le trouvant pas si petit. Je ne savais pas à quoi m’attendre parce que je n’ai pas vraiment d’entourage qui n’habite pas en maison, mais c’est mieux que dans mon imagination. Le problème quand on a trop grand pour nos besoins c’est qu’on accumule. Tu n’as pas visité en haut chez moi, mais j’ai une troisième chambre qui est aménagée et qui ne sert pas. J’échappe un léger rire embarrassé, lui révélant cette tendance que j’ai à avoir trop pour rien. Il m’arrive d’acheter des choses et de m’en désintéresser très rapidement. En tout cas, il me nomme rapidement les pièces et j’apprends donc la raison pour laquelle une des portes est fermée. Noté! Ce n’est pas difficile à retenir, comme chez-moi au rez-de-chaussée. Je n’allais pas refuser! Tu me donnes aussi l’occasion de décrocher un peu du refuge, ça ne me fera pas de tort. J’ai pleinement confiance en Azy pour gérer en mon absence, je ne m’inquiète même pas. Tout ira bien et ça me fera une petite vacance. Bref, je me sens gamin avec mon jus quand je remarque que Shin a pris une bière. C’est bien typique de moi. Oh, je n’avais pas pensé à de l’alcool, j’avoue. J’échappe un rire amusé, cette fois. À cause des Pokémon, je ne me permets pas de boire avant le soir. C’est complètement ça. J’en oublie que l’alcool existe avant de prendre le repas. Puis, mon meilleur ami est comme moi alors ce n’est pas lui qui m’y fera penser. Pendant ce temps, mon hôte s’occupe de mettre de la musique en fond. Ce n’est pas une mauvaise idée. Par contre, sa question me prend de court. Euh... Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il me demande ce que je veux faire. Je me disais qu’il aurait prévu ou qu’il me soumettrait des idées, comme quand je l’ai invité chez moi. Je ne suis pas difficile, n’importe quelle activité me va. Je précise, même si je crois qu’il doit le savoir. Que ça soit plus physique ou intellectuel, c’est cool! Je surveille ce que je dis, pour une fois.

Tu n’as pas envie de balancer des doubles sens alors que tu n’arrives pas du tout à savoir si c’était le sens de sa question.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1228

Région : Johto
Sam 6 Jan 2018 - 7:55
« Ça m’arrive d’en mettre, des fausses mèches. ‘Fin généralement c’est plus Shara qui s’éclate avec mes cheveux. Je dois avouer que je suis assez flemmard pour me coiffer, en général. » Effectivement, sa sœur s’était déjà amusé à l’affubler de mèches rouges et il devait avouer que cela lui avait bien plu. En revanche, cela avait été assez long à faire et une véritable catastrophe pour les retirer, ce qui ne l’encourageait pas vraiment à retenter l’expérience. Cependant, il avait adoré l’effet général et s’il n’y avait pas eu tous les désagréments, il serait capable de le faire tous les jours, et puis peut-être que cela serait au gout de son partenaire. Pour ce soir, il avait toutefois fait un petit effort en tressant ses cheveux, ce qui pouvait être un véritable miracle en y repensant. Ou pas. Ces derniers temps, il était plutôt motivé à se coiffer, ce qui était relativement rare. Bref. Il remercia au passage Ferir pour le compliment, n’ayant pas eu l’impression qu’il était désireux de le changer. Ils en revinrent à la couleur du Kantonien, apprenant que c’était plus le résultat d’une expérience. En théorie, la couleur ne devait pas être la même, mais il devait bien avouer que c’était plutôt plaisant à regarder. Il ne manqua pas de le complimenter là-dessus et ses mots furent accueillis par un sourire qu’il partagea.

Après la conversation de coiffure, ils enchainèrent sur les grandes villes, déviant par la faute du sbire sur son travail. Il devait se douter qu’un à moment ou à un autre, il aurait à s’expliquer. Il en profita alors pour donner la même excuse qu’il donnait à l’école de Kane ou même à Milla. S’il désirait continuer à vivre tranquillement avec son fils, il n’avait pas le choix que de se faire passer pour quelqu’un qu’il n’était pas, professionnellement parlant. De toute manière, il ne comptait pas se vendre, le risque de finir en prison étant bien trop grand. Il tâcha de ne pas entrer dans les détails, en disant tout de même assez pour que cela semble plausible. Il ne savait même plus où il avait entendu parler du poste qu’il décrivait… Une offre d’emploi, surement. Ce poste avait le mérite d’expliquer facilement pourquoi il était obligé de voyager souvent et lui servait d’excuse pour tous les rendez-vous manqués, notamment avec l’administration. Il ne manqua pas néanmoins de définir son emploi comme étant agaçant, comme s’il n’aimait pas ce qu’il faisait. Il était bien obligé, s’il ne voulait pas développer trop. Sinon, ce serait étrange de dire qu’il aimait son travail alors qu’il n’en parlait jamais… Bref. Il avait toute une réflexion derrière ses mots qu’il cachait habillement, par force d’habitude.


« Je trouve aussi, mais bon. Ce n’est pas tout le monde qui a la chance de faire un boulot qui leur plait. Je t’envie un peu là-dessus. »
S’il pouvait dévier sur le travail de Ferir, ce n’était pas plus mal pour le sbire. Et, en soi, il ne mentait pas. Son partenaire n’était clairement pas motivé par l’argent et effectuait un travail admirable, en plus de vraiment le motiver. De plus, il aidait les autres, ce qui était vraiment quelque chose de bien. Rien à voir en somme avec l’emploi que le sbire occupait réellement. « Ouais, c’est le seul point positif, je crois. » Il laissa échapper un petit rire. Il aimait bien bouger, c’était vrai. Mais c’était surtout pour éviter d’attirer trop longtemps l’attention sur lui et ses actes. Il était préférable pour un sbire de bouger souvent. D’ailleurs, il n’y avait pas beaucoup de ses collègues qui avaient un réel chez eux. Avant qu’il ne soit avec Jasper par exemple, il vivait au jour le jour, dormant dans un hôtel différent chaque soirs. Cela ne l’aurait pas forcément déranger de reprendre cette vie de nomade, mais ce n’était clairement pas souhaité pour un enfant alors… Et, mine de rien, c’était agréable d’avoir un endroit à soi après une sale journée.

Il aurait dû penser aux noms inscrits sur les boites aux lettres, mais, après réflexion, il ne voyait pas vraiment ce qu’il aurait pu faire. Cacher son nom aurait été étrange étant donné qu’il aurait été le seul à ne pas l’afficher. De plus, il n’était pas sûr que ce soit au gout du facteur –après, pour le peu de courrier qu’il recevait vraiment…-. Heureusement, la conversation dévia sur M. York, perdu en bas des escaliers. Ce cabot avait le chic pour se faire la malle, bien qu’il n’osait jamais quitter le bâtiment, même si la porte était ouverte. Courageux mais pas téméraire. Shin’ entreprit de le ramener à sa maitresse, préférant éviter de passer sa soirée à l’hôpital si sa voisine se cassait la figure dans les escaliers. Il ne pensait pas que cela pourrait marquer autant Ferir qui en vint à lui faire des compliments, le faisant doucement rougir. Il n’avait vraiment pas l’habitude de ce genre de remarques, pas sur un comportement qu’il jugeait légitime. Lorsqu’il y réfléchissait un peu plus toutefois, il s’apercevait qu’il agissait ainsi qu’avec Madame Blaise. Ses autres voisins… il s’en foutait royalement. Peut-être était-ce simplement parce qu’ils partageaient le même palier, ou parce qu’elle était toujours très gentille avec Kane. Allez savoir. En tous les cas, il acquiesça à la dernière remarque, essayant de ne pas montrer le rouge de ses joues –bien qu’il pensait qu’il était déjà trop tard, mais son invité avait eu la délicatesse de ne pas faire de remarques là-dessus- avant de commencer à monter les escaliers.

Après avoir rendu le chien à sa voisine qui l’attendant de pieds fermes, il l’esquiva rapidement pour retourner dans son appartement. Il n’avait aucune envie qu’elle ne parle de son fils et il craignait qu’elle l’ait compris. Bah, il ferait bien si elle l’engueulerait le lendemain, étant donné qu’elle s’était déjà permise de lui faire quelques réflexions. Si, en général, il réagissait mal à ça, avec elle c’était… Différent. Il ne savait pas réellement pourquoi, étant donné qu’il n’avait jamais connu ses grands-parents. Mais peut-être que c’était comme ça, avoir une mamie. Il ne savait pas trop et de toute manière, il était encore bien trop tôt pour penser au lendemain. Il était préférable de se concentrer sur le présent, n’est-ce pas ? Il proposa de quoi boire et servit de ce fait le jus de Sitrus que lui demandait son invité, en profitant pour prendre une bière pour lui. Il en profita ensuite pour faire un rapide tour du propriétaire, constatant qu’ils pouvaient facilement rester dans le salon pour voir toutes les pièces… Hum.
« Oh tu sais être en appartement t’accumule aussi… Sauf que t’as pas de place. Donc tu ranges tout dans une pièce, ce n’est pas forcément mieux. » Il joignit son rire à celui de Ferir. Il préférait éviter de dire que la pièce était surtout rempli des jouets de Kane et qu’il avait déjà vécu dans une maison par le passé, bien qu’elle était de plein pied. Soit.

« Tu aurais pu. ‘Fin je suis content si ça te permet en plus de faire un break. Ça ne fait pas de mal. » Se couper du travail, même si on aimait ce qu’on faisait, cela ne faisait pas de mal. Il but une gorgée de sa bière, souriant à la remarque de son invité. « Y a le temps de toute façon. J’ai aussi du vin et du saké pour après manger. Je dois avoir une bouteille de champagne qui traine dans le frigo aussi… » Et aussi de la vodka, du rhum et du whiskey. Il ne les énuméra pas, étant donné qu’il n’avait pas envie de passer pour l’alcoolique de service, surtout qu’il n’était en général pas un gros buveur et qu’il cachait les bouteilles hors de portée de son fils. « Si tu veux boire autre chose après ton jus y a pas de souci. » Pas qu’il le poussait à la consommation, mais s’il était le seul à boire ce soir, ce serait un peu triste pour lui. Bref. Il alla allumer la musique, en profitant pour demander à Ferir ce qu’il voulait faire. Il n’avait pas l’intention de lui imposer quoi que ce soit… Mais il remarquait uniquement maintenant qu’il n’était pas habitué à inviter des gens. Il avait pensé au repas, à quoi faire après manger, mais le temps de battement entre… Il n’avait aucune idée. Il devait faire un bien piètre hôte là-dessus. Il tenta de le cacher, venant à se rapprocher de son invité. « Physique hein ? » Il s’arma d’un nouveau sourire alors qu’il se plaçait devant le jeune homme, glissant l’une de ses mains le long de sa hanche. Il en vint à l’embrasser en faisant attention à leurs boissons, approfondissant cette fois-ci le baiser, s’il lui était rendu. Néanmoins, il finit par y mettre un terme, ne souhaitant pas passer pour un pervers qui l’avait fait venir ici simplement pour le mettre dans son lit.

« J’ai quelques jeux de société que Sha’ m’a filé. Echecs, dames, jeux de cartes… Quoi que je sais pas jouer aux échecs, mais bon. Sinon un blind test c’est l’fun aussi. »


Il s’éloigna un petit peu pour trouver ce dont il parlait. Une fois encore, il laissait le choix à Ferir de l’activité qui suivrait. Après tout, ils ne devaient s’occuper pour une petite heure et après, il pourrait se lancer dans les derniers préparatifs du repas.


I'm a CRIMINAL
An animal caged who turned crazed
But how the fuck you sposed to grow up when you weren't raised?
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 9737

Région : Kanto | Hoenn
Dim 28 Jan 2018 - 23:07
Point de vue de Ferir

Apprendre que Shin est flemmard de se coiffer m’étonne. Vu comment il a les cheveux très longs, je pensais qu’il aime les entretenir et qu’il aime les coiffer, justement. C’est fait pour ça des cheveux! Néanmoins, je ne dis rien de ma surprise, préférant ne pas m’aventurer sur ce terrain. Je hoche plutôt doucement la tête. Ça fait longtemps en tout cas que je n’ai pas parlé de cheveux avec quelqu’un! Du moins, autre qu’Azy quand il bouche le drain du bain avec les siens. Maintenant, il s’arrange avec ça sans m’en parler, mais la première fois que c’est arrivé, il en était gêné. Bref, je n’y pense pas plus longuement, ayant une conversation plus intéressante avec le beau ténébreux à côté de moi. C’est facile de parler avec lui, la conversation s’engage bien. J’aime ça! Bon, avec mon meilleur ami, c’est un peu plus ardu, mais pas impossible non plus. Avec moi, il bavarde beaucoup plus. J’ai peut-être quelque chose qui fait en sorte que les gens s’ouvrent, je ne sais pas. Ça me fait sourire, comme idée. Elle me plaît bien. Ma couleur de cheveux fait aussi souvent parler et c’est le cas ici, m’attirant en plus des compliments. À force de m’en faire, ça me rend un peu mal à l’aise, mais au moins, on ne s’y attarde pas. Je ne sais pas s’il n’a pas remarqué ou s’il a juste eu la courtoisie de ne pas m’en parler, mais je l’apprécie dans les deux cas. Il n’y a pas beaucoup de choses qui me gênent et ça serait cool qu’il ne les découvre pas déjà. Le changement de sujet survient heureusement et après avoir discuté des grandes villes et de la différence de celles-ci avec chez moi, j’en viens enfin à en apprendre plus sur le travail qu’il effectue! J’en suis d’abord ravi, puisque j’ai pris beaucoup de place avec le mien, en plus de lui montrer grossièrement en quoi consiste ma routine le lendemain matin. Il semblait sincèrement intéressé, mais tout de même, je craignais avoir été lourd avec ça, qu’il y avait une part de lui qui espérait juste que je termine...

Ça ne serait effectivement pas la première fois, voilà pourquoi cette pensée t’a traversé l’esprit. Même avec le sbire, tu n’as aucune certitude à ce propos.

Si j’étais content que Shin me parle davantage de son travail, je suis triste pour lui d’apprendre qu’il le trouve pénible... C’est quelque chose qui est très dommage. Notre travail prend une bonne partie de notre vie et ne pas l’aimer peut devenir lourd. J’espère que ça ne le rend pas trop triste, mais à le regarder, ça ne semble pas être le cas ou alors il sait beaucoup mieux que moi cacher ce qu’il ressent. La suite de ses paroles me rend encore un peu mal à l’aise. C’est vrai que j’ai de la chance, commençai-je doucement. J’ai pu me poser et choisir un métier qui me tient à cœur et que je voulais exercer, malgré la difficulté à se lancer. J’ai eu énormément de chance de pouvoir le faire si jeune. J’évite de dire que c’est grâce à mes parents, que c’est leur héritage qui m’a permis d’acheter ma maison et de mettre en place le refuge. Sans eux, j’aurais sûrement dû m’affilier à une autre personne déjà dans le milieu et autant dire qu’il n’y en a pas beaucoup... Mais je ne veux pas penser à la mort de mes parents. Même avec les années qui passent, ce n’est pas facile. J’espère tout de même pour toi que ce n’est pas trop chiant... Notre travail occupe une grosse part de notre vie. Au final, j’ose le dire, l’observant ensuite. Pas trop longtemps, je ne veux pas foncer dans quelqu’un ou quoi parce que je laisse juste Shin me guider, assez pour lui adresser un léger sourire et pour voir sa réaction. Puis, je suis comme ça, j’évoque un côté positif à son travail et je suis content qu’il l’approuve. Il y en a au moins un, c’est bien. C’est dommage que selon ses dires, ce soit le seul. Par contre, je ne vais pas me répéter. Je l’ai assez fait déjà... De toute façon, il me présente son immeuble de l’extérieur. Une fois devant la porte, je ne peux m’empêcher de regarder les noms sur les sonnettes et en plus, je le mentionne. Il y a un instant pendant lequel je me sens mal d’avoir cédé à la curiosité, amis d’un autre côté, je ne comprends pas le mal. Je le comprends un peu plus tard... Au moins, il n’y a pas d’ambiguïté possible, je le nommerai Shin comme je le faisais déjà.

Plus le temps passe en sa compagnie et plus tu te rends compte qu’il a ses petites particularités comme celles d’Azy. L’un ne tolère pas son prénom complet et l’autre a énormément de mal à accepter les surnoms. Si seulement le Pokémon de la voisine n’était pas intervenu, t’aurais pu avoir l’interrogation à savoir ce que ton hôte a vécu pour en arriver à ce point.

Ça me rend sous le charme d’apprendre qu’il s’occupe de sa voisine, dame âgée. Il est aussi bienveillant qu’il a pu me le démontrer sur la plage et il en semblait surpris! Je ne saisis pas comment cela peut être possible. En tout cas, je le trouve adorable quand il rougit suite à mes propos, sauf que je n’insiste pas davantage. Je n’aime pas qu’on me le fasse, alors ce n’est pas pour le faire aux autres! Le passage avec la dame me rend moins confortable, heureusement que Shin ne semble pas l’avoir remarqué. Au moins, cela passe rapidement et nous voici enfin à l’intérieur. Après avoir abandonné ma valise, je précise ce que je veux boire dans les choix qu’il me donne. Quand il me l’apporte, il me nomme en même temps les pièces et ça ne sera pas trop difficile à me remémorer. Oui comme t’as fait! Je ne peux m’empêcher de rire un peu encore. J’espère qu’il ne le prendra pas mal! Ça ne semble pas être le cas, nous nous parlons normalement, avec toujours cette même facilité. Mais je n’avais aucune raison de le faire. Soit de refuser son invitation. Vu comment j’en mourrais d’envie, ça aurait été stupide! S’il m’avait vu supplier Azy pour m’assurer qu’il s’occupe des Pokémon du refuge... Ouais non, il vaut mieux qu’il ne le sache pas. Et je suis bien content de prendre ce break avec toi. Toujours souriant, je m’exprime de façon sincère et je souhaite que ça ne semble pas trop pour lui. En tout cas, c’est à ce moment que je remarque qu’il a pris une bière alors que je me suis contenté d’un jus. Je n’en cache pas la raison, la mentionnant. Shin sait que je bois, je l’ai fait au beach party et chez moi ensuite. C’est juste que là, je n’y ai pas pensé... En réponse, il m’énumère ce qu’il a comme alcool et me précise que je peux lui demander autre chose après le jus. Merci! Je verrai ce dont j’aurai envie après. Je choisis ça presque toujours sur des coups de tête, sur une envie du moment. C’est plus satisfaisant comme ça, je pense. Puis, il a du choix, c’est bien!

Mais tu n’es pas un grand buveur, n’aimant pas la sensation d’être saoul. Depuis que tu as vu Azamir rentrer en étant complètement ivre, avec du sang sur lui alors que tu n’avais que quinze ans... Il s’agit là d’un très mauvais souvenir qui t’a marqué.

C’est une bonne idée la musique, c’est bien d’avoir un bruit de fond. Chez moi, je ne pouvais pas à l’extérieur, les Pokémon au refuge auraient été dérangés le soir. Et à l’intérieur, c’est Azy qui l’aurait été. Shin me demande ensuite ce que je veux faire et je croyais avoir bien répondu pour ne pas balancer un double sens. Je le croyais jusqu’à ce que je vois mon hôte qui s’approche de moi, avec cette question. J’ai envie de lui dire que ce n’était pas du tout ce que j’avais en tête. Je ne veux pas passer pour un pervers ou quoi! Je sais que le feu me monte aux joues, je le sens. Mon visage devient toujours plus chaud... Je n’ai pas l’occasion de parler que je sens la main de Shin sur moi, qu’il s’approche pour m’embrasser. J’essaie de ne pas être maladroit avec ce verre que je tiens d’une main tout en lui rendant son baiser. J’ai encore cette forte attirance pour lui, je peux aisément m’en rendre compte en ce moment. Je le laisse y mettre un terme, restant silencieux. Il y a encore ce sentiment d’être perdu, de ne pas savoir s’il est revenu ou non sur sa décision, s’il me voit comme une sorte de fuck friend... Je ne sais pas et je sais encore moins quand il enchaîne comme si de rien n’était. Les jeux de cartes ou le blind test me tentent bien. Malgré tout le tumulte dans ma tête, je suis enthousiaste et je le démontre par mon attitude. Je ne suis pas très bon pour imposer totalement un choix, j’espère qu’il ne me demandera pas de me décider entre les deux que j’ai énumérés. Je le regarde s’éloigner, en profitant pour me ressaisir. Quelques gorgées de jus, ça aide un peu. Il faut que j’arrête d’avoir toutes ces interrogations à l’esprit, je ne demanderai pas... Ça ne sert à rien que je les aie mis à part à ce que ça paraisse et qu’il finisse par me questionner. Ça serait le comble. Respirant doucement, je m’approche ensuite de lui, désireux de ne pas le faire attendre quand il mettra la main sur un des jeux. Le premier que tu trouves, c’est bon! Je souris, buvant ensuite une nouvelle gorgée. Avec tout cela, je l’ai presque fini mon jus.

Il ne restera plus qu’à vous installer et à vous occuper en attendant le repas. Ayant mangé tôt, tu commences déjà à avoir faim, pour ta part. Néanmoins, il ne faut pas rêver, tu ne vas pas le dire.



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo RP & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 17/09/2013
Messages : 1228

Région : Johto
Mar 30 Jan 2018 - 12:38
Il était vrai qu’il pourrait aimer prendre soin de ses cheveux, ce qui n’était pas forcément le cas. En soi, il pourrait, de ce fait, les couper court. Cependant, l’idée ne lui avait jamais plus. L’habitude avait fait qu’il les gardait à cette longueur et cela lui convenait parfaitement. Il ne s’imaginait pas, de toute façon, avec les cheveux courts. Ce serait trop… étrange. Et puis, mine de rien, ce n’était pas compliqué de s’occuper de sa tignasse. Ses cheveux étaient relativement dociles, si on pouvait dire ça. Lisses naturellement, il pouvait se passer de les coiffer tous les jours, s’il voulait. Il avait rarement de nœuds alors il n’y avait pas trop de raison de se raser la tête. Et puis ils plaisaient à Ferir, mais aussi à son fils alors… Autant les garder comme ça. Bref. La conversation se déroulait naturellement, sans anicroche. Le sujet de la ville les firent parler du travail, Shin’ n’ayant plus d’autres choix que de s’inventer un métier bidon. Il n’était pas prêt de révéler la vérité et il ne s’inquiéta pas de savoir si son mensonge était crédible ; il savait qu’il l’était. Mentir était pour lui une seconde nature, cela lui était familier et il n’avait de toute manière pas d’autres possibilités s’il voulait continuer d’exercer son vrai métier. Il avait eu, pendant une période, l’envie de tout plaquer, pour mettre Kane à l’abri. Mais au final… Il se plaisait trop dans ce qu’il faisait, il fallait l’avouer.

L’idée que son emploi fictif ne lui apportait pas satisfaction paraissait déranger le Kantonien. Faire un travail qu’on n’aimait pas, c’était chiant. Mais la vie n’était pas toujours clémente et le sbire comptait bien jouer là-dessus. Il en profita pour retourner la conversation vers l’emploi de son ami, essayant par ce fait de faire glisser la conversation sur lui. Shinara ne tenait pas à parler trop longuement de sa propre situation, au risque de devoir rentrer dans les détails. Il en était capable, mais c’était généralement de cette façon qu’on faisait des erreurs et qu’il risquait d’être découvert. Quand Ferir affirma qu’il avait de la chance d’avoir pu se lancer dans ce qui le passionnait, son interlocuteur acquiesça doucement. Il lui aurait bien demandé comment il avait fait, pour le faire aussi jeune –bien qu’il ne savait pas réellement depuis combien de temps son partenaire exerçait-, mais il pensait tout d’abord que cela ne le regardait pas. De plus, il n’était pas habitué à faire parler les autres sur des détails qui pourraient avoir une influence sur l’humeur. A vrai dire, il ne savait pas pourquoi, mais il ne pensait pas que la réponse pourrait être très joyeuse. Et puis si Ferir avait voulu lui expliquer, sans doute l’aurait-il fait de lui-même.


« Bah, peut-être que j’en changerai, un jour. Mais pour le moment ça me convient quand même, sinon j’aurais déjà claqué la porte depuis longtemps. »

Il n’était pas vraiment du genre à se laisser engloutir par une situation inconfortable, même pour tout l’argent du monde. Même s’il mentait, ses mots reflétaient une certaine vérité. Il appréciait en tous les cas l’intérêt que lui portait son ami, à lui et son confort professionnel. En réalité, il n’avait pas vraiment de quoi se plaindre. Avec son deuxième boulot avec son père biologique, il avait la possibilité de vivre agréablement tout en réussissant à mettre de l’argent de côté pour le futur de Kane. Il pensait aussi pouvoir réussir à s’en sortir assez pour acheter une maison loin de cette ville pourrie. Ce serait un bon investissement, tout en étant libérateur pour le bout de chou et lui. Bref. Ils arrivèrent devant l’immeuble, permettant au sbire de changer un peu de sujet de conversation, ce qui n’était pas un mal. Parler du boulot, ce n’était pas ce qu’il préférait, même s’il aimait bien entendre le Kantonien parler de son travail. Parce qu’il y avait la passion derrière, sans doute.

Il ne cherchait pas à gagner des points auprès de son partenaire, lorsqu’il avoua aider sa voisine. Mais apparemment, Ferir était sous le charme, ne manquant pas de le faire rougir doucement. Il se sentait un peu gêné, mais cette sensation se dissipa lorsqu’il rendit l’animal à sa maitresse, trois étages au-dessus. Il ne s’attarda pas avec elle, préférant focaliser son attention sur son invité. Il ne s’aperçut pas, effectivement, qu’une gêne s’était créée cette fois-ci chez le Kantonien, continuant d’agir normalement. Après lui avoir proposé une boisson, il vint à faire le tour du propriétaire, rapidement. L’appartement étant petit, cela ne prit pas très longtemps. Ils en virent à plaisanter doucement, leurs rires se rejoignant l’un à l’autre. Il y avait quelque chose d’agréable, dans ce petit moment sans qu’il ne puisse expliquer pourquoi. Il sourit davantage lorsqu’il apprit que le jeune homme était content d’être là, tout comme il était heureux de passer son break en sa compagnie. Peut-être était-ce ce genre de réflexion qui aurait dû le faire réagir. Ce n’était pas vraiment ce qu’on disait lorsqu’on ne voulait pas s’engager, non ? Du moins, on ne continuait pas à sourire comme un débile, ce que le sbire faisait pourtant très bien.

L’amusement était toujours là, même quand Ferir se rendit compte qu’il aurait pu choisir de l’alcool, comme le schizophrène. Ce dernier évita d’énumérer toute la boisson qu’il avait chez lui, désireux de ne pas faire croire qu’il avait fait venir son partenaire pour le saouler à mort. Et puis, la soirée ne faisait que commencer, ils n’avaient pas besoin de commencer fort tout de suite. Il était possible que son invité se laisse tenter par de l’alcool ensuite, ou peut-être pas. Le but de la soirée n’était pas non plus de se saouler la gueule, même si Shin’ devait avouer qu’il en profitait un peu. Il n’avait pas l’habitude de boire chez lui, à cause de l’enfant. Enfin, il sirotait de temps et temps une bière, mais il s’arrêtait là. Soit. Le sbire demanda ensuite au Kantonien ce qu’il désirait faire, ne pouvant résister d’interpréter la réponse. Ce n’était, de toute évidence, pas ce qu’il entendait par « physique ». Il vint à s’approcher de lui pour un baiser qui lui fut rendu. Toutefois, il eut la vague impression qu’il y avait un problème. Quelque chose clochait, sans qu’il ne mette le doigt dessus. Il avait la sensation qu’il était préférable de ne pas poser de questions, pensant qu’il n’aimerait pas forcément la réponse. La politique de l’autruche, une fois encore. Il sourit donc simplement après le baiser avant d’enchainer sur l’activité qu’ils pouvaient exercer, en attendant l’heure du repas.

Cartes ou Blind Test, c’était noté. Il se dirigea vers la petite bibliothèque. Il savait parfaitement où se trouvait son ordinateur portable, mais il pensait qu’un jeu de cartes serait plus… Sympa. Surtout qu’il venait de lancer la musique et qu’un de ses morceaux préférés était en train de passer. Bref, il dénicha un jeu de cartes, souriant doucement en voyant les images.
« Le jeu des 7 familles… Tu connais ? » Ça, c’était un des jeux auquel il jouait parfois avec Kane. Il observa la boite, adaptée forcément aux pokemon. Il lui semblait qu’il existait des cartes avec des familles, grands-parents, parents, enfants, mais il trouvait ce jeu-là plus sympa. Si Ferir ne connaissait pas, le sbire lui expliquerait les règles simples avant d’engager la partie, posés autour de la table du salon. Il jetait des regards réguliers à la montre accrochée au mur, attendant les sept heures pour se lancer dans les suites de la préparation pour le repas. Il avait préparé l’essentiel, mais il lui restait encore à intégrer le dernier ingrédient. « Au fait, je sais pas ce que tu aimes manger. Donc euh… Tu manges le poulpe ? Ou l’Octillery ? » Il se rendait compte qu’il n’avait même pas demandé l’avis de son invité, pour le repas, et qu’il était peut-être temps de le faire. Il avait prononcé le nom du pokemon à demi-mot. Lui n’avait aucun problème à manger de la chair de pokemon, mais il savait qu’il s’agissait d’un débat fort et en vue de la passion de Ferir, le sbire craignait qu’il se vexe en lui avouant qu’il en avait dans son frigo, prêt à être consommé.


I'm a CRIMINAL
An animal caged who turned crazed
But how the fuck you sposed to grow up when you weren't raised?
Shinara's Theme : Dance With The Devil
"Damn. I didn't take care of myself. Again."
"Drug tests don't lie"

Stamp:
 
Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 2) Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Saturday night fever. -pan-
» Saturday Night Fever [Nat - Terminé]
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Doublonville-