AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» [RP CLUB] Coordinateurs : Rassemblement !


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 46

Lun 16 Oct - 21:59


Coordinateurs : Rassemblement !

Voici un endroit qui n’avait pas ouvert ses portes au public depuis bien longtemps. Le théâtre d’Aubépine, vestige d’une époque révolue, d’un temps ancien. Le site n’est plus qu’une façade oubliée au milieu de ce concentré de modernité qu’est la ville de Volucité. Malgré la discrète devanture boisée, malgré les vitres ternies suggérant l’abandon, le lieu reprenait vie aujourd’hui, sous les yeux de son propriétaire. Peut-être ne serait-ce pas aussi flamboyant que la renaissance de ses cendres du légendaire oiseau de feu, mais pour l’homme, peu lui importait, tant que la vie revenait sur ces planches. André Jinochio, ainsi s’appelait cet homme, avait tenu à nettoyer le théâtre de fond en comble avant que n’arrivent pour la première fois les membres de cette troupe qui en faisait location. Il avait passé plusieurs jours à lutter contre la poussière, à changer les ampoules, à laver les vitres. C’était un fait, les carreaux avaient changé de couleur avec le temps, s’opacifiant, se brunissant, et tout le décor semblait désuet aujourd’hui, entre la teinte ocre du papier peint, le tapis bordeaux assorti aux rideaux de la scène, et à la même texture de velours. Alors oui, il était dubitatif quant à l’intérêt que pouvaient porter de jeunes coordinateurs qui n’avaient pas connu la faste époque du théâtre d’Aubépine, il n’était pas rassuré de tout cela à cause de la vétusté de ce qu’il leur proposait. A son grand regret, la salle de spectacle n’avait pas vraiment retrouvé son éclat d’antan car elle avait besoin de quelques rénovations supplémentaires.

Cependant, l’ancien comédien ne pouvait se résoudre à effacer ce sourire sur son visage. Il savait que les deux jeunes gens qui l’avaient contacté pour lui louer le local étaient motivés à faire de ce théâtre un lieu symbolique pour les coordinateurs du monde entier. Lui-même était passé par les prestations au sein des dômes, il comprenait parfaitement ce qui lui avait été expliqué, et au-delà même de la sauvegarde de son patrimoine familial, il reconnaissait l’importance de l’objectif de cette troupe dans le milieu. Il trouvait le concept intéressant et il aimait l’idée d’y prendre part, de près ou de loin. Il faisait là d’une pierre deux coups, ce qui n’était pas pour le déranger, bien au contraire. Ce n’était pas revenir à l’âge d’or du théâtre, il en avait conscience, et cela le chagrinait tout de même. Il aurait aimé revoir l’affluence comme autrefois. Il ne perdait pas espoir pour autant, misant sur le bouche-à-oreille. Cela lui redonnait de l’entrain et il faisait le ménage comme si le temps n’avait eu d’emprise ni sur lui ni sur le lieu qu’il dépoussiérait.



Le jour venu, enfin, la fin de journée venue, il attendit avec impatience l’arrivée d’un des deux jeunes qui avaient pris contact avec lui, il était impatient et hésitait à demander s’il pouvait rester, au moins pour observer, au moins pour voir à quelle activité à proprement parler allaient s’adonner les fameux coordinateurs amateurs qui feraient le déplacement jusqu’à son théâtre qui n’était alors plus tant abandonné. Il était curieux de voir combien de personnes viendrait, il n’en savait rien, il ne savait pas si le projet avait une réelle ampleur ou s’il s’agissait là d’un rassemblement de deux ou trois pecnos et que l’enthousiasme de ces gamins l’ait induit en erreur. Il pouvait se méfier, cela pouvait être simplement des jeunes qui cherchaient un endroit à squatter pour des activités punissables par la loi. Il y avait songé, et se disaient que de la racaille pareille n’aurait pas pris le temps de monter un tel stratagème. Il préférait tout de même s’en assurer, point supplémentaire pour lequel il tenait à rester.

En attendant leur arrivée, au moins pour leur laisser un double des clés, il faisait les cent pas, il marchait, faisant grincer le bois vieilli du plancher à chaque appui. C’était toute une histoire ce bâtiment, tout un pan d’un mode de vie aujourd’hui disparu. C’était également toute l’histoire d’une famille, la sienne, et André le savait. Alors oui, il surveillait l’entrée avec impatience, prêt à voir les visages de ceux qui viennent rallumer la lumière ici. La flamme du théâtre va être ravivé par la flamme de la coordination, il y croyait. Et des souvenirs lui revenaient, tant de son enfance avec la vie effervescente de l’Aubépine que ceux de ses passages sur les planches avant qu’il ne prenne sa retraite de la collection de rubans. Il voulait les voir débarquer, il voulait les voir performer, avec leurs prestations. Des étoiles plein les yeux, à marcher, encore et encore l’entrée, le couloir, la grande salle, puis dans l’autre sens. Il avait cette impression d’avoir droit à une cure de jouvence, à une seconde jeunesse. On toqua alors à la porte, et sans courir mais en pressant le pas, il se dirigea vers l’entrée, il s’apprêtait à ouvrir, curieux, excité, nerveux. Comme au bon vieux temps.


avatar ©️ Elune Crowley.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 2379

Région : Johto
Mar 17 Oct - 8:04
Grand jour. Ce matin, j'avais pris mon envol de l'île d'Avalon avec Kall pour me rendre à Unys, plus précisément dans la ville de Volucité. J'avais troqué ma tenue de pension pour un chemisier blanc et un jean slim, histoire d'être présentable ad minima. Après tout, je faisais parti des fondateurs de la TCA, non ? Avec Nessa Finnegan, nous n'aurions pas vraiment imaginé qu'une simple idée que nous avions eu dans un échange de mail puisse prendre une telle ampleur. Nous attendions aujourd'hui presque une vingtaine de personne ! Enfin, il s'agit du nombre d'inscrits au club, je me doutais bien que tous ne pourraient peut-être pas faire le déplacement - par manque de temps, de moyen, pour d'autres obligation, etc. Néanmoins, je ne parvenais pas à retenir mon excitation, serrant mon sac contre ma poitrine.
Au travers de mes lunettes de soleil,je pu admirer l'immense ville qui se trouvait alors en contre-bas. C'était la première fois que je pouvais voir ce genre d'installation, cette immensité presque dantesque ! A Johto, les villes ne sont pas aussi grandes, seuls les monuments montent aussi haut... J'ai l'impression que, depuis les airs, nous pourrions caresser le haut de ces géants de métal.
Nous atterrîmes sur une petite plateforme non loin du théâtre -enfin, normalement, selon le GPS de Kall, nous mettons alors tous les deux en quête du lieu de rendez-vous. J'avais volontairement pris une bonne heure d'avance par rapport au rendez-vous afin de parler un peu avec le propriétaire et de vérifier la salle, installer un petit buffet avec des boissons sans alcool et des amuse-bouches de toute sorte. Mon ami et garde du corps me tapota doucement la tête, un peu moqueur : "Ça fait un moment que je ne t'ai pas vu aussi enthousiaste, Middy!"
Je me sentis rougir, gonflant les jours avant de lui offrir un coup de coude dans les côtes avec douceur, l'observant se plier pour la simple et due forme : "J'ai le droit d'être heureuse de temps en temps, nan? Et puis, j'ai juste hâte de pouvoir rencontrer autant de nouvelles personnes, de parler coordination... J'imaginais pas que ça serait possible, et que je puisse y contribuer. Alors oui... Je suis complètement enthousiaste !" Il rit et m'ébouriffa les cheveux avant de me prendre le bras, me guidant jusqu'au théâtre où devait nous attendre le propriétaire des lieux.

Le théâtre était semblable à la photo que nous avions consulté avec Nessa : un peu décrépi, mais avec un charme rustique. Hésitante, je frappais doucement à la porte de la grande bâtisse, pouvant déjà entendre des bras dans la couloir s'approcher à vive allure. Monsieur Jinochio ouvrit la porte, un grand sourire aux lèvres que je lui rendis tout en tendant la main dans sa direction : "Bonjour Monsieur Jinochio, je me nomme Midley Stanford, je suis l'une des organisatrices et créatrice de la TCA... Pardonnez moi d'arriver aussitôt, je me suis dit que je pourrais vous aider pour les préparatifs. J'espère que ça ne vous dérange pas trop ? Et voici Kall Rosenthal, un ami venu nous aider pour les installations aussi." Dire qu'il s'agissait en vérité de mon garde du corps aurait pu sembler un peu... Trop pour une première rencontre. Le vieil homme me sera la main avant de m'inviter à entrer, très heureux de mon initiative ! Sans attendre, nous nous mîmes en quête d'une longue table, d'une nappe blanche et de verres en plastiques. De mon côté, je sortais de mon sac paquet de chips et amuse-gueule aux légumes et aussi à la viande animale. Pas de pokemon. Urk. Kall s'éloigna une fois la table mise en place, m'annonçant qu'il allait faire le tour des installations - mesure de sécurité oblige, vérification des fenêtres, ce genre de choses. Monsieur Jinochio me demanda s'il pouvait assister aux rencontres et je lui annonçais que ce serait un plaisir pour nous de présenter des prestations sous son œil expérimenté.
Les petites préparations de dernières minutes terminée, je vérifiais ma montre, constatant qu'il restait encore une bonne demi-heure avant que les autres membres du TCA ne viennent nous rejoindre. Quoi que, certains pourraient bien être en avance...
Je mis un petit CD dans le lecture de disque, laissant une douce musique un peu lounge s'installer dans le théâtre. C'était monsieur Jinochio qui avait suggérer la musique d'ambiance, pas moi !



Mes comptes
Club RP :
Pension :
Soutient ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2591

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Mer 18 Oct - 11:17
S’il y avait bien quelque chose que le rockeur détestait par-dessus tout quand il avait rendez-vous avec des gens, c’était arriver en retard. Et dans Volucité, encore plus quand on cherchait à se rendre à l’autre bout de la ville comme c’était le cas pour se rendre au Théâtre de l’Aubépine étant donné qu’il vivait près des docks menant au Pont Sagiciel, il était très facile de l’être si on n’était pas préparé. Il y avait bien le métro, le bus ou le taxi, mais l’idée de devoir passer dans un bain de foule avant de devoir arriver à destination n’était pas quelque chose qui l’enchantait spécialement. Quant au taxi, il n’aimait pas devoir être assis au fond d’une voiture tandis que le chauffeur gueulait sur les autres automobilistes quand lui-même ne respectait pas le code de la route. Alors le musicien décida d’arriver un peu plus tôt que l’horaire qui lui avait été convié par la TCA.

La TCA, justement. Quelle ironie, tout de même, pour lui de s’embarquer là-dedans. Une sacrée contradiction, comparé à ce qu’il pouvait ressentir auparavant. L’ancien lui qui cherchait à se faire un nom l’aurait peut-être traité de vendu, voire pire pour ceux qui le suivaient depuis très longtemps. Mais il n’avait pas tout à fait l’impression de se trahir, pour le coup. Ce que Tony avait toujours critiqué – et qu’il continuait de faire – c’était les extrémités dans lesquelles la société Pokémon tombait au quotidien, à ses yeux. Les publicités et le marketing – donner le rôle principal d’une pub de déodorant pour homme à un Machopeur, c’était quand même un comble ! – ou encore le fait que des gamins de onze ans fassent le tour du monde sans argent ni moyen de locomotion en comptant trop sur des créatures qui étaient censées être leur égal et non au-dessus d’eux alors que leur place était à l’école, c’était ça son problème avec la société. Ce qu’il avait appris au sujet de la Coordination depuis qu’il avait commencé à pratiquer cette discipline, c’était qu’il ne s’agissait qu’un autre moyen d’expression artistique, tel que le théâtre, le cinéma ou la musique, mais que les Pokémon pouvaient exprimer plus facilement les idées imaginées par les humains sans avoir besoin d’une montagne d’argent pour des effets spéciaux. Rien de plus, rien de moins. C’était d’ailleurs la raison pour laquelle il avait répondu favorablement à l’appel de la TCA et qu’il avait décidé de se libérer le temps d’une soirée pour aller au théâtre de l’Aubépine. Il s’agissait là de Coordinateurs amateurs, et s’il n’était pas le parrain de ce comité, il était certain qu’il avait été contacté parce que son statut de Maître Coordinateur lui permettrait d’avoir de l’influence sur ces Dresseurs en herbe. Et quoi de mieux pour diffuser ses idées que de s’adresser directement à la source ?

Il se gara dans le parking situé à quelques mètres de la rue dans laquelle se trouvait l’édifice et pénétra à l’intérieur dès qu’il parvint à destination. Dès l’instant où il arriva à l’accueil, la rockstar ne put s’empêcher de hausser les sourcils, impressionné. Cela faisait longtemps que cet endroit n’avait pas été aussi accueillant, de mémoire. En tout cas, il n’avait jamais pu jouer à l’intérieur, étant donné qu’il était fermé au public, auparavant. Mais maintenant que ce n’était plus le cas, donner un concert à l’intérieur serait sans doute très intéressant. Une chose était sûre, Ivy serait en émoi devant l’esthétique de ce lieu, et elle n’hésiterait certainement pas à faire valoir sa culture des vieilles pièces de théâtre ou sur les comédies musicales façon Fantôme de l’Opéra. Ce qui l’intriguait d’autant plus, à vrai dire, lui qui ne jouait pas tant que ça sur la partie symphonique du metal, ou du moins pas sans être mélangée à autre chose.

Musique jazz, petits fours, chips, amuse-gueules végétariens comme normaux… Oui, le début de soirée commençait bien. Enfin, le tout début, visiblement. Il n’y avait que les organisateurs de l’événement pour l’instant. Ce n’était pas plus mal, de faire une entrée à peu près discrète, de temps en temps. Cela ne rendait ses entrées sur scène que meilleures, quand l’ivresse du spectacle s’emparait de lui. Et encore, il y avait une tête qui ne lui disait rien et qui accompagnait la jeune femme fondatrice de la TCA, ainsi qu’un invité de marque, un vieil homme nommé monsieur Jinochio. Avait-il connu la période pendant laquelle le théâtre était ouvert ? Bonne question, ce pourrait être intéressant de lui demander si jamais les invités n’arrivaient pas tout de suite.

« Bonjour tout le monde ! » les salua Tony. « Je suis un peu en avance, je m’attendais à ce qu’il y ait un peu plus d’embouteillages sur la route, mais ça a bien roulé, finalement. Je crois qu’on peut dire que c’est un bon présage pour ce soir ! »

C’était lancé comme une blague, histoire de détendre un peu l’atmosphère et de dire qu’il ne comptait pas trop se prendre la tête avec les formalités parce qu’il était une personnalité influente.

« Ravi de vous rencontrer. » poursuivit-il en serrant la main tour à tour aux trois personnes qui se trouvaient en face de lui. « Alors, que je me souvienne bien, monsieur Jinochio, mademoiselle Stanford et… monsieur Finnegan ? »

Quelque chose lui disait que non. Mais en même temps, la photo du mail lui paraissait un peu vieille… Mais l’âge semblait correspondre, en tout cas, même s’il avait les cheveux bruns, maintenant. Si c’était vraiment le co-fondateur de la TCA.


Double-comptes : Mary Nephilim & Soren Kenshin | Avatar by Andrew Mesnil



Other stuff:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 16/10/2014
Messages : 2251

Région : Hoenn
Ven 20 Oct - 13:55
Parfois sur Internet, on fait des trouvailles surprenantes. J’en ai fait les frais. J’ai trouvé un site Internet pour les amateurs de coordination. Je me suis remise un peu à la coordination ses derniers temps, mais je n’ai guère le temps de m’entraîner d’avantages. Et je vais pas me mentir, je ne suis pas très bonne. J’ai obtenu un ruban récemment, oui, mais j’ai l’impression que c’était de la chance. Le site proposait des conseils et une rencontre avec les fondateurs du club qui n’étaient autre que Nessa Finnegan et Midley Stanford. Le monde est tout petit par moment. Je vous avoue, j’ai pas hésité très longtemps avant de m’inscrire. C’est sympa la coordination, j’aime bien. Même si j’étais absolument pas douée dedans étant petite, j’ai toujours aimé ce domaine. Mais comme je déteste les efforts inutiles, j’ai fini par me décourager et arrêter. Enfin, maintenant que j’ai plus d’expérience dans le domaine de la danse, je m’y essaye à nouveau. Puis, mes pokémons semblent vraiment apprécier ça. Alors, je ne vois pas pourquoi je louperais une occasion de récolter moult conseils et un peu de pratique.

Je suis donc dans le bateau qui doit arriver à Volucité sous peu. Enfin, le bateau cesse de tanguer, je suis arrivée à Volucité. Je décide de faire un détour par l’hôtel où je dormirais le soir même pour y déposer mes affaires. Bien sûr que je dors ici ce soir. Le chemin est long jusqu’à Mérouville. La technologie est parfois si fantastique. Pas besoin de regarder un plan de ville, j’ai tout sur mon téléphone et je m’aide pour m’y diriger.

Une fois le passage à l’hotel fait, je me dirige vers le théâtre, à l’autre bout de la ville. Mais, c’est super grand Volucité. Bien plus que Mérouville. Heureusement que j’ai une carte, je suis sûre que je serais capable de me perdre dans un immeuble, tellement ils sont grands. Je décide de presser le pas, ayant un peu peur d’arriver bonne dernière. Mais en arrivant sur le parking, je remarque qu’il y a peu de voiture. Je suis arrivée trop tôt visiblement. Tant pis, ça permettra de faire un peu plus ample connaissance avec les premiers arrivés. Je pousse la porte du théâtre pour rentrer dans l’immense bâtiment. Je pari ce que vous voulez que ma voix va raisonner.

- Bonjour tout le monde ! Désolée, j’arrive un peu tôt ! Je pensais mettre plus de temps pour arriver.

Ah râté, avec la musique d’ambiance, ma voix n’a pas porter tant que ça. Il y a vraiment peu de gens présents pour le moment et je m’approche du petit attroupement pour saluer convenablement tout le monde.





Compte principal : Scott Weedon

Merci Iago, pour le sprite de Sheera. Merci à Amako, Elisa, Elizabeth, Worick et Vanee pour les avatars cadeaux.

Stamp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 21/08/2017
Messages : 320

Région : Kantô
Lun 23 Oct - 21:32
HRP:
 

– Alors, c’est mieux comme ça? râla Sebastian en sortant de la salle de bain.

Il ouvrit les bras et tourna sur lui-même devant Sayuri et Tobias. Il avait revêtu ses plus beaux habits : un pantalon noir, une chemise bleu électrique, des bretelles blanches et des converses assorties. Visible, comme toujours, mais avec classe cette fois. S’il n’en avait tenu qu’à lui, il ne serait pas donné autant de mal. Un t-shirt et un jean auraient suffi à son bonheur. Malheureusement, le hideux chandail jaune qu’il voulait enfiler n’avait pas plu à Sayuri. En bonne amatrice de mode, elle avait refusé de le laisser sortir ainsi et c’est avec beaucoup d’insistance qu’elle l’avait finalement convaincu de s’habiller de manière plus convenable. Même Tobias portait fièrement un petit nœud papillon à la place de son foulard habituel. Ils se devaient d’être présentables, ce n’était pas tous les jours qu’ils assistaient à un gala de charité.

Oui oui, vous avez bien lu, un gala de charité. Ce n’était pas leur réelle destination, mais ça, Sayuri l’ignorait encore. Ce mensonge faisait partie d’un ingénieux stratagème mis en place par Sebastian et sa bande. Mensonge qui avait un peu trop bien fonctionné et qui forçait maintenant le jeune homme à se faire tout beau. Il aurait dû faire croire à Sayuri qu’ils allaient visiter un ranch à la place, peut-être aurait-il pu s’habiller plus confortablement ainsi.

C’était par pur hasard que le dresseur avait entendu parler de la TCA, la Troupe des Coordinateurs Amateurs, et de leur rencontre prochaine à Unys. Du bouche-à-oreille, une affiche dans une arène, une rapide visite sur le web et il était prêt à partir, charmé par la perspective d’une nouvelle expérience. Il ne connaissait de la coordination que ce qu’Éliane et Sayuri avaient pu lui raconter, mais il ne lui en fallait pas plus pour piquer sa curiosité. Cette nouvelle troupe semblait être l’occasion rêvée d’en apprendre davantage à ce sujet et, qui sait, de peut-être se découvrir une nouvelle passion? Son intérêt personnel n’était cependant pas la seule raison qui avait poussé Sebastian à s’inscrire à la TCA. Il y avait aussi Sayuri, qui déprimait tristement depuis sa dernière défaite en concours. Cet événement était l’occasion idéale de lui remonter le moral et de l’aider à progresser… mais encore fallait-il la convaincre de s’y rendre. Il l’avait donc inscrite en cachette et, aidé de Pandora et Aiden, avait inventé toute cette histoire de gala de charité au profit d’un refuge pour pokémons maltraités. Elle avait finalement mordu à l’hameçon et accepté de le suivre à Volucité, sans savoir ce qui l’attendait réellement. Pauvre Sayuri.

Ils étaient arrivés tôt ce matin, question de profiter un peu de la ville et de ses attraits. À travers les fenêtres du train magnétique, Sebastian avait pu admirer pour la première fois les imposants gratte-ciel d’Unys se dresser devant ses yeux ébahis. Lorsqu’ils sortirent de leur hôtel en fin d’après-midi, le jeune homme ne s’était toujours pas lassé de cette vue impressionnante, marchant le nez en l’air au risque de se prendre un poteau en pleine figure. C’est miraculeusement sans accident qu’il atteignit sa destination. Arrivé devant l’enseigne défraîchie du théâtre d’Aubépine, Sebastian se rendit compte que Sayuri ne le suivait plus. Elle avait vu l’affiche sur la porte, annonçant en grand la première rencontre de la Troupe des Coordinateurs Amateurs, et elle tentait maintenant de s’enfuir en douce. Le blond se précipita pour lui barrer la route.

– Hey, oh, où tu vas comme ça, toi?

Il était hors de question qu’il la laisse se dégonfler ainsi.

– Bon, je te l’accorde, ce n’est pas exactement un gala de charité. J’ai dû mal lire les infos sur leur site web, gloussa-t-il. Mais comme on y est déjà, pourquoi ne pas y faire un tour?

On aurait presque pu voir une auréole flotter au-dessus de ses cheveux en pagaille. Son air angélique ne parvint pas attendrir Sayuri. C’est qu’elle était têtue cette petite. Malheureusement pour elle, Sebastian l’était tout autant, et il avait l’avantage de la grandeur. Voyant que son amie n’avait aucunement l’intention de le suivre, il se pencha, attrapa Sayuri par la taille et la jeta sur son épaule.

– Je me suis fait tout beau pour toi, la sermonna Sebastian en se dirigeant vers l’entrée. Il est hors de question que j’aie mis cette chemise pour rien!

L’ambiance qui régnait dans le théâtre plut aussitôt au dresseur, tant au niveau de la décoration en provenance d’une autre époque que de la petite musique aux accents jazz qui flottait dans l’air. Il y avait en ce lieu une nostalgie palpable, comme si les murs étaient encore gorgés des applaudissements des publics d’autrefois. Impressionné, Sebastian fit quelques pas à l’intérieur du théâtre, oubliant presque Sayuri qui gigotait sur son épaule. Les protestations de son amie le sortirent de ses pensées, ce qui lui permit d’apercevoir quelques personnes qui discutaient non loin. Il les salua d’un enthousiaste signe de la main, puis se retourna pour permettre à Sayuri, toujours sur son épaule, de les voir à son tour.

– Tu vois, c’est pas si terrible que ça, lui fit-il remarquer en la déposant finalement au sol.

Il lui tapota l’épaule, puis tourna les talons, replaça sa chemise et se dirigea vers les autres personnes présentes. Il jeta un dernier regard d’avertissement à Sayuri pour lui signifier qu’il l’avait à l’œil, puis rejoignit le petit groupe et s’y greffa sans hésitation.

– Salut! lança-t-il avec entrain. Sebastian Drest, enchanté de vous rencontrer! J’espère que vous acceptez les dresseurs dans vos rangs.


   
Stamp Book



La truite musclée:
 

Avatar par Tony le Magnifique / Dessin par Alan le Grand
Code couleur: Peru
Swag lvl: 100
D.C.: Adriana Fischer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 11/03/2017
Messages : 1016

Région : Kanto
Lun 23 Oct - 21:35
Jamais je ne m’attendais à ce que Sebastian me demande de l’accompagner à un gala de charité. Je ne pensais pas que mon ami s’inquiétait autant des pokémons maltraités et je dois dire que cette facette cachée me plait beaucoup chez lui. Il devait se douter que j’allais accepter sans hésitation sa proposition, étant donné que j’ai l’habitude de me déplacer pour ce genre d’événement. Normalement je n’assiste aux galas ou aux conférences qui ne se donnent qu’à Kanto et qui ne sont pas très loin en terme de distance de l’endroit où je me trouve, alors c’est bien la première fois que je me rends jusqu’à Unys pour ce genre d’occasion. Je suis impatiente d’y être et j’aimerai en profiter pour faire un peu de tourisme, comme j’avais fait avec Kazuto il y a quelques mois déjà lorsque nous nous étions rendus dans cette même région pour participer à un événement organisé pour la fête de Pâques.

Quelques heures avant le début du gala, alors que je suis en train de terminer mon maquillage, je vois Sebastian sortir de la salle de bain vêtu d’un hideux chandail jaune. Je rêve ou bien il a vraiment envie de se rendre là-bas habillé comme ça ? Si cela n’était qu’une simple soirée je l’aurai laissé s’habiller comme il le veut, mais il ne peut pas mettre n’importe quoi à un gala. Je suis désolée de penser ça de mon ami, mais j’aurai presque honte de m’afficher à ses côtés dans ces circonstances... Haussant un sourcil, je dépose mon tube de mascara sur le bureau avant de me lever sans quitter son choix vestimentaire des yeux qui laisse fortement à désirer.

- Alors là, ça va pas le faire. Retourne dans la salle de bain pour te changer et met quelque chose de plus... approprié. Est-ce que tu as pensé à mettre des vêtements chics dans ta valise ?

Néanmoins, je ne peux m’empêcher de glousser à la fin de ma phrase à cause de son style auquel il semble être très fier. J’espère vraiment qu’il a apporté autre chose qu’un simple t-shirt et un jean... sinon je vais devoir improviser avec ce que j’ai moi-même apporté. Je sais que mon ami adore porter des couleurs vives comme s’il voulait constamment se faire remarquer, mais je sais qu’il y a moyen d’être élégant tout en étant flash. Évidemment, celui-ci ne veut rien entendre au début et je dois beaucoup insister pour qu’il accepte enfin de retourner se changer. Impatiente, je croise les bras sur ma poitrine en attendant sa sortie de la salle de bain et ce que je vois ensuite me plait énormément. Une chemise bleu électrique, des bretelles blanches et des converses assorties. Il a vraiment la classe comme ça.

- Aaaah, c’est mieux ! J’aime beaucoup. Tu devrais t’habiller comme ça plus souvent, ajoutai-je avec un clin d’œil avant de retourner à mon maquillage.

Quelques instants plus tard, je suis finalement prête. Je quitte l’hôtel en étant vêtue d’une robe simple de couleur pourpre en compagnie de Sebastian, Tobias et Ayuna. Sentant la nervosité me gagner en chemin, je ne peux m’empêcher de serrer mon sac à main qui fait office de balle anti-stress jusqu’à ce qu’on arrive devant le théâtre d’Aubépine. C’est à cet instant que je prends conscience du piège élaboré par mon ami et qui s’apprête à se refermer sur moi. Les yeux rivés sur l’affiche collée sur la porte principale, je m’arrête soudainement en ayant reconnu l’annonce de la Troupe des Coordinations Amateurs. J’ai déjà entendu parler de ce club et il est hors de question que j’y mette les pieds. Pas que cela ne m’intéresse pas, au contraire, mais suite à mes deux dernières défaites en concours j’ai peur d’être considérée comme la honte de la coordination.

Je sais que ma place est compromise dans ce milieu depuis ce temps-là et je sais aussi que je suis mauvaise en coordination, alors non je ne mettrais pas les pieds dans ce théâtre au risque de me sentir rejetée. Je n’arrive toujours pas à croire que Sebastian m’est traînée jusqu’ici sans que je me sois douté de rien. D’ailleurs, j’essaie de m’enfuir en douce avant de me faire barrer la route par ce dernier qui semble déterminer à ce que j’y assiste.

- Non Seb’ je ne veux vraiment pas y aller. Je suis persuadée qu’ils vont tous se moquer de moi...

Inutile de dire quoique ce soit, mon ami n’entend rien et sans prévenir, il me saisit par la taille pour me jeter sur ses épaules, sous prétexte qu’il a fait des efforts pour bien s’habiller alors je dois aussi en faire pour participer à cette première rencontre de club. Paniquée, je me débats un peu pour tenter de me libérer, mais je comprends rapidement que tout cela ne sert à rien et que mon ami est beaucoup trop fort pour moi. Visiblement je n’ai pas le choix et je laisse donc Sebastian me mener à l’intérieur du théâtre tandis qu’Ayuna ne cesse de rire en me voyant dans cette position. Qu’ai-je fait pour mériter cela ? Comme j’ai une superbe vue plongeante sur le popotin du jeune homme, j’ignore où il se dirige jusqu’à ce que je l’entende lancer des salutations. Je crois comprendre qu’il se trouve devant des membres du club déjà présents et je sens mon visage s’empourprer tandis qu’il se tourne brusquement pour que je puisse faire de même.

- Euh, bon... bonjour, dis-je d’une toute petite voix.

Traînée en poche de patate comme ça, je me sens extrêmement gênée. Heureusement, il n’y a pas encore beaucoup de gens, mais quand j’y pense la première chose qu’ils auront vue de moi auront été mes fesses. C’est... très agréable, surtout comme première rencontre. Ils vont sans doute me considérer comme une idiote qui n’a pas du tout sa place dans un tel club. Mon visage étant désormais aussi rouge que ma robe, je baisse les yeux pour fixer le sol avant que Sebastian ait la bonne idée de m’y déposer. Je ne crois pas que je pourrais tomber plus bas.


Mes stamps:
 
Sayuri parle en orange
Ayuna parle en violet
Avatar fait par Elisa ♥️
Signa fait par Sebastian ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2016
Messages : 826

Région : Sinnoh
Ven 3 Nov - 0:46
Mon lourd sac à dos se ballotant sur l'une de mes l'épaule, une carte de l'office du tourisme à la main, je remontais la vieille ruelle foulant le pavé elimé de mes rangers. Avec ma barbe de trois jours qui me bouffait le visage, sans un sous en poche et des vêtements élimés par les ronces, je dénotais du décors cossu qui entourait le vieux théâtre. Pour seul richesse? Je n'avais rien d'autre qu'un ticket de train aller-retour plié en quatre à l'arrière de mon jean. Concrétement? Oui. J'étais SDF. Mais non, je n'avais pas honte... C'était pour moi un choix. J'aimais vivre de la brise passant dans les arbres et du soleil. De mes rencontres et de mes pokemons...

J'emportais avec moi la fierté de mes convictions. Marcher à côté de ce monde cruel qui encourageait les pokemons à se battre... Ces gens à consommer. Toujours et encore plus. Pour ma part, je ne voulais rien posséder. Ni biens, ni proches, ni pokemons. Les pokemons? C'était des amis. Je restais prêt à liberer le premier qui montrerai signe d'horizon. J'aimais ma solitude. Vivre libre de partir, de m'arrêter ou j'avais envie de dormir, de changer d'avis. M'appercevoir avec emerveillement que je n'avais besoin de trois fois rien pour assurer ma subsistance. Baies... Poissons... Eau fraîche. La nature était généreuse. Pour le reste? De temps à autre je troquais mes services dans une pension pokemon, un restaurant, un bar. Quelques heures ou quelques jours, juste le temps de faire des provisions. Puis de repartir.

Ce n'est pas que je n'aime pas les gens. Mais je suis trop sensible. Un seul mot pouvait me briser... L'autre me jetter dans l'abîme. Alors je pars... Toujours. Mettre de la distance entre la civilisation, les rageux et moi-même. Filant me planquer contre le flanc reconfortant d'une montagne. Souffrir un moi, peut-être deux. Puis revenir conquérant. Dans le font... qu'y puis-je si on ne partage pas mes convictions? Je suis et je reste un homme libre. Je ne convaincrais pas l'oiseau qui ne voit pas sa cage de sortir mais dans l'attente... Avec le sourire pour bouclier et le pardon pour arme. J'avance tel un prêtre préchant sa foi. C'est qu'il en faut sacrément du courage pour aimer, pardonner... Le héro des temps modernes n'est pas celui qui sait fabriquer de l'argent. Mais celui qui sait travailler son âme, abolir son image et resister à celle imposée par la société dans un soucis de vérité.

En résumé?... Je n'avais strictement rien à faire là. La coordination? Quelle drôle d'idée?

Le bout de mon pied percuta une boîte de conserve. Libérant, un son léger. Métallique. Je la ramassais avant de la jetter dans une poubelle. Tout comme moi, dans ce beau quartier elle faisait cloche. J'aimais quand les villes étaient endormis. Les ruelles comme celle-ci, un peu oubliées. Comme si la rue m'appartennaient. Passant l'arche qui menait à la cour du théâtre. Puis, plusieurs portes. J'entrais dans une pièce. Crissant à la musique d'ascenseur et aux tenues que je qualifierai de "soigné". Je ne m'etais décidement pas habillé en conséquence. Je regardais les gens en présence qui commençaient à affluer. Je ne connaissais personne ici. A part peut-être le blond qui semblait a l'origine de tout ce rassemblement. Je l'avais vu. Mais ou?... Je devisageais les convives les uns apres les autres. Discrétement.Tâchant de faire disparaître mes deux mètres dix. J'etais venu ici en quête d'information pour integrer le monde de la coordination. Mon idée? Retrouver un jour les sbires rocket qui avaient enlevé ouisticram au detour d'un couloir de spectacle. Mais pour aller à la pêche a l'info je devais necessairement quitter ma reserve, n'est ce pas?

Je fis un tour sur moi-même à la recherche d'une personne que je pourrais aborder. Si possible quelqu'un avec des rubans. Histoire d'avoir quelques tuyaux...








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 2379

Région : Johto
Dim 19 Nov - 13:40
A peine le temps de souffler que les premiers membres arrivent ! La porte d'entrée tinte, me poussant à me tourner en direction de cette dernière, apercevant alors une haute silhouette se dessiner : celle d'une rockstar plus que connue. Je déglutis légèrement, appréhendant la manière dont je devais me comporter en sa présence. C'est une célébrité, après tout. Légèrement intimidée, je posais les quelques petits fours qui me traînaient dans les mains, essuyant mes doigts avec empressement sur une des serviette en papier présente sur la table avant de fourrer cette dernière dans la poche arrière de mon jean. Tentant vainement de me ressaisir, je tendis finalement la main au nouveau venu, serrant celle qui me présentait déjà, tout sourire.
"Bonjour Monsieur Schwärtzwind ! C'est un plaisir de vous recevoir, merci de votre inscription au club. Je suis ravie de constater que notre initiative, à monsieur Finnegan et moi-même, puisse intéresser des coordinateur expérimenté comme vous." Puis, Kall, légèrement contrit, pinça ses lèvres avant de rétorquer à monsieur Schwärtzwind : "Je suis navré mais vous faites erreur, je ne suis pas monsieur Finnegan. Je me nomme Kall Rosenthal, j'accompagne Mademoiselle Stanford dans ses déplacements." Je me sentis rougir légèrement, mal à l'aise devant la formulation qu'avait choisi d'employer Kall pour se présenter. C'était toujours mieux que garde du corps, certes... Mais il passait presque pour un stalker ! Je toussote, tentant de me ressaisir. "Monsieur Finnegan a sans doute rencontré des difficultés en route, il n'a pas du avoir autant de chance que vous..." J'espérais secrètement que Nessa n'ait pas de grandes difficultés autre que des embouteillages.
Rapidement, je vois arriver une nouvelle personne, même tintement... Une femme à la peau sombre entre dans le bâtiment, ses longs cheveux noires attachés... Elle me dit quelque chose...
Lorsqu'elle approche cependant, je peux entendre sa voix... Et rapidement, mon visage s'illumine : "Sheera !" lançais-je avec enthousiasme, faisant quelques pas dans sa direction pour prendre ses mains, un grand sourire aux lèvres. "Je suis contente de te revoir ! C'est Midley, Midley Stanford... Nous étions au Fort Tartar ensemble, tu te souviens ? J'ai reconnu ta voix... C'était peut-être un peu vif, comme retrouvaille, non ?
Je lâchais rapidement ses mains, baissant la tête, un peu confuse, mon regard glissant de droite à gauche derrière mes lunettes de soleil. "Je suis contente que tu ais rejoins le club ! Il faudra que je te raconte plus tard, j'ai eu mon second ruban et j'ai pu ouvrir ma pension ! Met toi à l'aise avec les autres, je m'occupe de l'accueil... On se voit plus tard !"

Je la laissais passer vers l'arrière, histoire de rejoindre Tony et monsieur Jinochio tandis que déjà deux nouveaux venus arrivaient. Et de manière assez peu conventionnelle ! Un garçon blond et une fille rousse sur son épaule. Un kidnapping ? Je fronçais légèrement les sourcils face à cet étrange duo, bien qu'un sourire s'installa sur mes lèvres presque automatiquement. Je pouvais facilement deviner que le garçon était un extraverti et que la fille avec lui était une introverti. Avaient-ils un lien de parenté ? Ou de simples amis ? Je me le demande bien...
Sans attendre, je tends la main à l'un puis à l'autre, un grand sourire aux lèvres : "Enchanté de vous accueillir à la TCA !" Je m'adressais au garçon blond : "Nous acceptons toute personne aimant la coordination, qu'ils soient dresseurs ou encore coordinateurs. Vous êtes donc le bienvenue. Puis je souris à la jeune fille qui semblait bien plus timide. On doit sans doute avoir le même âge ? "Je me nomme Midley Stanford, je suis l'une des fondatrices du Club, avec monsieur Finnegan qui nous rejoindra un peu plus tard... Si jamais vous avez la moindre question, n'hésitez pas à me demander. N'hésitez pas à discuter avec les autres membres déjà arrivés, nous sommes là pour parler coordination entre nous, après tout. Autour d'un grignotage, c'est toujours plus agréable, bien sûr!"
J'espérais secrètement que mon discours ait pu rassurer les nouveaux venus, les invitant de la main à profiter du buffet.

Derrière moi, monsieur Jinochio semblait en train de servir des verres aux membres, posant des questions et répondant à celles et ceux qui s'intéresseraient à l'histoire du théâtre centenaire. Une grande époque qui appartenait à son père, et qui avait vu défiler un grand nombre de petits comme de grands acteurs. La plus grande pièce qui avait été accueillit ici remontait à une 40aines d'années, "Les Noces Pourpres", une pièce à scandale dont on raconte même que l'auteur serait mort peu de temps après avoir écrite la fameuse pièce. Une histoire glauque qui valut un rire de la part du vieil homme, rassurant les superstitieux. C'était simplement un coup de pub pour relancer un peu l'intérêt pour ce chef d'oeuvre romantique incompris du grand public.
Je prêtais l'oreille à son histoire, avant de remarquer, une nouvelle fois, un nouveau venu dans la salle. Cette fois-ci aux cheveux rouges. A croire que nous aurons des invités de toutes les couleurs aujourd'hui ! Il semblait assez distant, pas vraiment en confiance... "Zebulant ?" Je ne sais pas si ce mot existe mais peut-être qu'il serait le plus adapté pour qualifier son attitude ? Je levais discrètement une main dans sa direction, lui faisant signe qu'il pouvait approcher, me glissant de quelque pas en son sens. "Bienvenue! Je me nomme Midley Stanford, je suis l'une des fondatrices du club de la TCA. Ravie de te contenter parmi nous ! N'hésite pas à te présenter aux autres et à profiter du buffet,
nous sommes tous là pour passer un bon moment alors il n'y a pas de raisons d'être timide, n'est-ce pas ?"
Je gloussais doucement, essayant de le mettre à l'aise, avec mon disque un peu rayé.
J'inclinais la tête brièvement pour le saluer avant de me retourner, rejoignant le gros morceau du groupe qui s'était déjà formé. J'étais plus qu'heureuse de constater que pas mal de personnes avaient réussi à faire le déplacement.

Du monde allait sans doute continuer à arriver mais l'heure de rendez-vous était déjà légèrement dépassée... Et Nessa n'était toujours pas là. Je ravalais légèrement mon angoisse, consciente que je me devais de prendre les choses en main à partir de maintenant... Lentement, je pris une petite coupe entre mes mains, contenant du jus de pomme - je n'aime pas boire de l'alcool et Kall me taperait s'il me voyait boire alors... Je levais mon verre. "Merci à vous tous d'être venu aujourd'hui à ce premier rassemblement. C'est une forme d'inauguration et je me doute que d'autres membres risquent d'arriver un peu en retard mais je souhaiterais quand même porter un toast pour... Disons la bonne volonté de ceux qui sont déjà là et à l'appréciation de la coordination pour tous." C'était complètement maladroit de ma part mais improvisation n'a jamais vraiment été mon fort. Je trinquais avec les autres membres avant de finalement souffler: "Nous allons encore attendre un peu pour les retardataires, histoire de ne pas réaliser le tirage au sort de thème sans eux... Profiter bien de la soirée en attendant !"
Je souris à tout le monde, m'éclipsant un peu dans un coin, les laissant parler entre eux, bien que toujours disponible bien sûr en cas de question, cela va de soi !




Voilà, j'ai un peu relancé le RP ! J'espère vous avoir donné quelques pistes ! N'hésitez pas à poster entre vous, il n'y a pas vraiment d'ordre particulier de passage ! Si vous souhaitez rendre le post dynamique, n'hésitez pas ;D



Mes comptes
Club RP :
Pension :
Soutient ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 07/02/2017
Messages : 470

Région : Alola
Lun 20 Nov - 22:15
Anna venait de conclure son dernier échange de pokemon. Elle en faisait de moins en moins dernièrement mais le besoin d'argent se faisait ressentir, malgré ses réserves. Du moins, il ne fallait pas qu'elle ne se laisse trop aller si elle voulait continuer à vivre sans se priver. La demoiselle ne faisait pas des dépenses faramineuses, uniquement grâce à son objectif qu'elle ne perdait pas de vue : élever les pokemons.

En sortant du parc, lieu d'échange de pokemons, la demoiselle fit face à un panneau d'affichage un groupe se formait. La Troupe des Coordinateurs Amateurs, TCA. Jusqu'ici, Anna n'avait pas rencontré beaucoup d'occasion de participer aux concours de coordinations, la faute venait surement du fait qu'elle jouait les associables, si on pouvait parler ainsi. A vrai dire, elle ne connaissait pas grand monde pouvait la tenir au courant des événements de ce genre. Le bouche à oreille ne fonctionnait pas avec elle. De puis, il fallait avouer qu'elle avait déjà essuyé un échec. C'était décidé elle devait agir, et accepter de se faire aider !

La blondinette fit alors les démarches pour faire partie de l'équipe. Lorsque son inscription prit fin, elle fut mise au courant d'une réunion prochaine. Parfait, elle devrait s'y rendre absolument, ainsi elle comprendrait surement mieux comment participer aux prochains concours. La coordinatrice devait alors trouver un moyen de se joindre à la fête rapidement, le rendez-vous était dans peu de temps. Relativement rapidement, étant donné qu'il y avait peu de choix en réalité. Elle fini par opté pour un trajet en avion. C'était le plus simple et le moins long, sans compter qu'il y avait une ligne direct. Ni une ni deux, elle regroupa ses affaires et prépara les papiers nécessaires à son départ. Le jour venu, la demoiselle se posta 30 minutes en avance à l'aéroport. Ce qui n'était pas sans compter le fait que c'était lui qui pouvait ne pas être à l'heure...

La jeune femme avait prit soin de rentrer tous ses pokemons dans chacun de leur pokeballs, cela avait pris un certain temps. En effet, ça ne faisait pas parti de leur habitude d'occuper leur ball. Mais il était hors de question que toute la clique ne monopolise tout l'espace de l'aéroport.

La décoration était neutre voire inexistante, seuls quelques affiches trainaient ça et là, ainsi que quelques pots de plantes vertes. A l'entrée, les vigiles vérifiaient que les créatures étaient bien enfermés. C'était une question de sécurité, pour tout le monde, autant pour les pokemons que pour les autres touristes. "Mesdames et messieurs, veuillez nous excuser le vol n°23 568 aura une heure de retard, nous invitons les voyageurs a patienter dans la salle prévue à cet effet". Anna jeta un œil a son ticket. Super, c'était bien sa veine. Voila que son avion avait prit du retard. Il y avait intérêt que ce soit pour une bonne raison. Dans la salle d'attente, l'ennuie était à son comble. Pour la jeune femme qui avait l'habitude d'être entourée d'environ, 6 ou 7 pokemons, à ce moment là, elle se sentait décidément bien seule. Et rien dans les parages ne semblait très intéressant à observait. D'ailleurs, les autres itinérants aussi avaient l'air lassés.

A la suite d'un moment très long, à se préoccuper de son rendez-vous qu'elle avait peur de louper, elle fini par pouvoir monter à bord de l'avion. Heureusement, devant son siège de voyageuse il y avait une petite télévision et un casque pour l'aider à patienter seule une seconde fois, un peu d'occupation n'était pas de refus.

Une fois à destination, Anna ne perdit pas une minute pour aller retrouver sa valise sur le tapis roulant. Elle était très en retard et elle avait horreur de ça. La blondinette aurait remué ciel et terre en exigeant sa valise immédiatement si elle en avait eu besoin. Mais les autres passagers de l'avion avaient un air pressés aux aussi et le déchargement et le reste ce fit rapidement et facilement.

Après avoir sauté dans le premier taxi, la voila devant le théâtre portant l'affiche de la Troupe des Coordinateurs Amateurs. La blondinette se réserva juste une seconde pour reprendre son souffle a cet endroit, puis poussa la porte.

- Bon....jour, veuillez excuser mon retard, prononça la demoiselle alors que sa voix s'éteignait tout au long de sa phrase, et une grimace traversant son visage.

Enfaite, les premiers mots de l'organisatrice venaient surement d'être prononcés puisque les gens étaient tous regroupés vers le fond de la pièce autour d'une jeune femme. Le point positif c'est que personne n'avait alors remarqué l'arrivée désastreuse d'Anna. Le point négatif était qu'elle était décidément arrivée trop tard. La blondinette se dirigea vers la fondatrice, à la recherche de ce qu'elle avait pu manquer :

- Bonjour, je suis désolée, je viens d'arriver. Je suis Anna Page.


Elle sourit et tendit la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 26/02/2014
Messages : 490

Région : Kantô
Jeu 23 Nov - 11:37
La production de Pokémon Life s’était dit qu’inscrire Kyle à la TCA lui permettrait de rencontrer des gens issus de la coordination et ainsi lui faire enfin apprécier cette dernière. En effet, cela faisait un moment que l’aventure de Pokémon Life avait débuté, et Kyle était toujours aussi déçu voire furieux de ne pas être dresseur mais coordinateur. Alors s’il se retrouvait plongé au milieu de ses collègues cela changera.

Lorsque Roger Stonehood, le présentateur vedette de l’émission de téléréalité lui annonça, Kyle ne prit pas la nouvelle comme bonne, il hurla au présentateur, alors observé par des millions de personnes :

« Quoi ! Vous voulez que je passe une soirée entière avec cette bande de tocards ! »

La phrase du candidat blond eut pour conséquence, encore une fois, de se faire insulter sur les réseaux sociaux avec des messages adressés à un faux compte : @Kylecon, et au hastag, quant à lui officiel : #PKMNLife. En tout cas, peu importe ce que pensait Kyle de tout ça, il n’avait pas le choix. Alors, le voilà embarqué dans un avion en direction de la région de Volucité. Une fois sur place, il faisait tout pour retarder l’inévitable : Il tarda dans sa chambre d’hôtel, il tenta de vider le ballon d’eau chaude de sa salle de bain, et prit tout son temps pour s’habiller. Au final, il sortit de l’hôtel avec une chemise blanche ouverte sur son torse glabre et un jean slim bleu classique, des chaussures de ville blanche et des lunettes de soleil. Il réussit à faire faire un détour à son chauffeur de faire un détour par l’arène de la ville, mais cette dernière était fermée définitivement, l’ancien champion ayant pris sa retraite pour se lancer à 100% dans sa carrière de peintre. Kyle Dauphin, n’avait donc pas d’autre choix que de se rendre dans ce théâtre Aubépine.

L’émission était diffusé en continu sur le canal 81 et non lors d’un prime ou quotidienne, par conséquent il n’y avait aucun présentateur, juste Kyle le candidat et Seth le caméraman qui n’était donc pas présent à l’écran. Arrivé sur les lieux, Kyle sortit de la voiture et balança :

« Quoi vous voulez vraiment que je rentre dans ce bâtiment tout décrépi. J’ai l’impression qu’il va me tomber dessus ! »

Mais pas le choix, le candidat arrogant avait signé, il entra à la suite d’une blondinette qu’il n’avait jamais vue à un concours. Apparemment la fille aux cheveux mauves venait de faire un discours, elle devait être à l’origine de toute cette connerie. Alors que la blonde alla se présenter, Kyle ne repéra personne qu’il connaissait sauf cet homme là-bas. Il s’approcha de la seule personne qu’il connaissait un au minimum, pour s’être rencontré plusieurs fois en compétition :

« Alors Tony. On vient ici pour prendre des conseils de la part du grand Kyle ! Tu as bien raison au vu de tes prestations. Le jury te donne tes rubans simplement car tu as sorti quelques albums. »


Bien que coordinateur, Kyle ne s’intéressait pas du tout à ce monde, en conclusion, il ignorait que Tony Schwärtzwind avait gagné l’Élite.


Autre compte:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2591

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Dim 26 Nov - 11:52
Petite boulette, on dirait. Petit moment d’embarras aussi pour la rockstar, mais qui passa bien vite, après quelques excuses, un petit rire et un sourire tout aussi élargi une fois que le compagnon de mademoiselle Stanford se présenta. Kall Rosenthal, donc. Peu commun, comme nom. Mais pas des plus dégueulasses qu’il ait jamais entendu en tout cas, niveau sonorité. Et du coup, Nessa Finnegan n’était pas encore arrivé, visiblement. A croire que finalement, les heures de pointe étaient arrivées et qu’il était maintenant pris au piège dedans, s’il avait pris sa voiture lui aussi. En espérant que ça ne fasse pas trop mauvais genre. Pour une première réunion, devoir commencer sans l’un des parrains de l’association, c’était un peu dommage. Surtout que des gens arrivaient, maintenant, dont une femme que Midley semblait reconnaître. Sheera Baal. Le nom lui disait quelque chose. Elle était en Catégorie Deux, de mémoire, à l’époque où il participait aussi aux concours. Maintenant, il était en Catégorie Trois, et c’était la raison pour laquelle il avait décidé de s’intéresser à cette association. Il savait à quel point c’était la catégorie la plus compliquée dans un Concours de Coordination, même s’il ne savait pas trop à quoi s’attendre avec celle dans laquelle il se trouvait maintenant. Bah, il verrait bien, pas la peine de s’en soucier. Et puis, saluer les nouveaux arrivés, c’était bien suffisant. Il y avait même un Dresseur qui était venu parce qu’il s’intéressait à la Coordination et qu’il avait sympathisé avec une jeune fille Coordinatrice avant d’avoir entendu parler de l’association et de l’avoir incité à venir à cette petite réunion.

Mais les choses commencèrent à se gâter quand les retardataires rejoignirent le théâtre. Ou plutôt, un retardataire en particulier. Kyle Dauphin, lui aussi dans la Catégorie Deux. Mais surtout, celui qui semblait être l’égérie de l’émission Pokémon Life. Enfin, égérie, c’était vite dit, il était sûrement plus impopulaire que l’inverse, en réalité. En tout cas, c’était ce que les gens semblaient affirmer sur les réseaux sociaux, mais encore une fois, ils ne reflétaient qu’une certaine partie de la société. La plus grande n’était pas forcément la plus bruyante, et à en juger par les records d’audience à la télévision, la mode Pokémon n’était pas prête de s’éteindre tout de suite, à son grand dam. Il observa Midley un instant. Etait-elle au courant que ce type s’était inscrit à la TCA et qu’il avait décidé de venir à la réunion ? Pas nécessairement. Si ça se trouve, c’était Nessa qui s’occupait de ça, en réalité. Mais il était sûr d’une chose : ça ne signifiait rien de bon s’il se trouvait dans les parages. Surtout si toute une équipe de tournage devait venir filmer la scène et que les autres membres de l’association n’étaient pas au courant de tout ça, en plus du caméraman qui l’accompagnait constamment. Le droit à l’image et à la vie privée était une chose que certaines personnes pouvaient prendre à cœur et c’était tout à fait légitime. Lui-même était bien placé pour savoir à quel point les médias pouvaient vraiment être lourds par moments, encore plus quand il s’agissait de la télé-réalité. Non, surtout quand il s’agissait de la télé-réalité, en fait. Et Kyle était le parfait produit du cas social que ce genre d’émissions adorait et savait parfaitement créer de toute pièce. En plus de ça… Oh non. C’était lui qu’il allait voir comme ça ? D’un autre côté, c’était peut-être mieux. Ce ne serait pas la première célébrité que Tony tournait en ridicule. Il n’aimait pas faire le jeu des médias, parce qu’il se rendait très bien compte que le but des télé-réalités était davantage de se payer la tête des candidats que d’en faire d’un modèle de vertu – même si les gens qui regardaient tombaient de toute façon forcément dans le panneau – mais il ne pouvait pas non plus se permettre de se laisser faire ou de le laisser faire ce qu’il voulait au sein de la TCA. Lui qui méprisait la Coordination et s’en cachait encore moins que lui à l’époque où il avait commencé, il allait mettre les gens mal à l’aise, des gens qui voulaient légitimement réussir.

Bon, au moins la remarque qu’il lui avait fait lui facilitait grandement la tâche. Tellement qu’il en rit un peu quand il finit de lui faire ses piques méprisantes. Il en était encore au stade des Rubans, c’en était presque adorable. Et puis, Tony était le premier à être au courant que ses albums, bien qu’ils fissent d’excellentes recettes, n’étaient pas écoutés par tout le monde. Le metal n’était pas quelque chose dont on faisait l’apologie ouvertement dans la plupart des émissions culturelles, contrairement à la pop. Bien sûr, ça n’empêchait pas le Maître Coordinateur d’en mettre dans ses prestations – et heureusement d’ailleurs ! – mais c’était loin d’être un placement de produit comme Kyle semblait l’affirmer.

« Je crois que je pourrai m’en passer, merci. » répondit-il poliment, de son plus grand sourire tandis qu’il sortit sa carte de Coordinateur qu’on lui avait renouvelé après sa victoire à l’Elite, comme le montrait le motif en forme de coupe sur sa T-Card. « Surtout quand j’ai obtenu plus de Rubans que toi et que ma seule défaite jusqu’à maintenant aura été contre Dominic Hazel dans un duel de Coordination. Quant à mes albums, je veux pas faire mon prétentieux, mais je crois que ma réputation est plus à prouver depuis que j’ai battu Strykna à la Battle of the Bands. Contrairement à toi et à ta petite émission de merde, j’ai pas besoin de pub ou de placement de produit pour vivre confortablement. »

Mieux valait éviter de trop s’enflammer sur le sujet tout de même, il n’était pas venu pour faire la polémique non plus. Aussi décida-t-il de faire comme si Kyle n’existait plus et il s’avança vers la dernière retardataire, une jeune blonde qui avait l’air un peu perdue étant donné qu’elle avait l’air d’arriver.

« T’inquiète pas pour ça, y en a d’autres qui sont encore pas mal en retard. » la rassura le Maître Coordinateur. « Je te sers un truc à boire ou à manger ? »

En attendant que Nessa arrive, il fallait bien quelqu’un pour aider Midley et Jinochio, alors pourquoi pas lui ?


Double-comptes : Mary Nephilim & Soren Kenshin | Avatar by Andrew Mesnil



Other stuff:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Club de medecine
» Club de Shogi
» Achats groupés club?
» Parties / Campagnes / jeux / Activités au Club :
» Foire d'Eghezée avec rassemblement vieux tracteurs 14 Août 2011

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Unys - 5E G E N :: Volucité-