AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Cura Regalia


avatar
Scientifique Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 01/10/2016
Messages : 715

Région : Kanto
Dim 24 Sep - 13:27

Cura Regalia
Juste avant de partir pendant quelque temps à Unys, Edgar confie la Regina et Regalia à un éleveur réputé.


- C'est là, à gauche, indiqua Edgar à Diderot.

Le vétéran suivit les instructions de son jeune acolyte. Au bout d'un moment, l'équipe de l'encyclopédie Sophia (sauf Jiwa qui était au domicile des Io, au Bourg-Palette) arriva à destination, à l'Akichi's Beautiful Land. Diderot manœuvra la Cadillac Eldorado et effectua un créneau parfait, garant la Regina juste devant une maison au toit rose semblant être une boutique.

Pour un Palettien comme Edgar, ce serait une honte de n'avoir jamais entendu parler d'Akichi's Beautiful Land. En effet, il s'agissait d'une pension qui s'était installée près du Bourg-Palette il y de cela quelque temps et qui était tenu par un jeune éleveur nommé Akichi Sôma. Edgar n'avait jamais fait attention à l'existence de cette pension avant ce jour-là, car il ne pensait jamais avoir besoin de recourir aux services d'un tel établissement: en effet, savait-il lui-même qu'il deviendrait dresseur? Il faut dire qu'il s'agit vraiment d'un cas de force majeure, car beaucoup d'éléments concourants ont été nécessaires pour faire en sorte que les services d'un éleveur professionnel soient nécessaires.

Tout est parti de ce bon qu'Edgar a reçu de l'Université de Safrania. En effet, l'encyclopédie Sophia avait démarré sur les chapeaux de roues, suscitant l’intérêt de déjà quelques personnes. Ce succès, bien que relatif, avait poussé fait pousser des ailes à Edgar qui avait alors fait un départ canon en termes de quantité de travail. Ainsi, ces efforts furent récompensés par l'institution qui finançait le lancement du projet et le chaperonnait: un voyage offert à Unys, principalement dans le cadre de ses recherches. Ce ticket comprenait un aller-retour en bateau vers Volucité ainsi qu'un logement pour une période prolongée et permettait même à Diderot et Jiwa d'accompagner le jeune dresseur. En somme, il ne s'agissait là que de bonnes nouvelles. Mais bon, il y a toujours, toujours, un hic.
Il y avait un pokémon, un pokémon bien particulier qu'Edgar ne pouvait pas laisser chez lui au Bourg-Palette ni simplement transporter en pokéball. Il s'agissait de Regalia, son Trousselin chromatique. Ce pokémon imposait des contraintes: celui-ci étant littéralement la clé de la Regina, les deux devaient toujours être ensemble, et transporter la voiture jusqu'à Unys couterait bien trop cher, autant en temps qu'en argent. À côté de cela, Regalia était un pokémon complètement ingérable s'il ne restait pas sous la surveillance de son dresseur, car il demandait beaucoup d'attention. Il ne restait alors qu'une seule solution: confier le Trousselin à un professionnel.
Le dresseur entra dans la boutique, cherchant le gérant de l'endroit. Une jeune femme était présente dans la salle. Elle disait s'appeler Miné et être l'assistante du maître des lieux, le fameux Akichi Sôma. Edgar lui expliqua la situation et la nature de sa venue.

- Très bien, je vais vous mener vers monsieur Soma.


Edgar rencontra alors l'éleveur qui tenait ces lieux. Cet homme se distinguait par sa grande chevelure blanche - qui mettait sans aucun doute Edgar à l'aise - bien soignée et par la prestance qu'il dégageait, de par son élégance vestimentaire et le charisme que dégageait son regard.

- Bonjour monsieur Sôma, dit Edgar en se présentant respectueusement.

Il expliqua ensuite la situation à celui-ci avant de lui confier son cher Trousselin, ainsi que sa voiture. L'affaire était désormais dans les mains d'un pro, il n'y avait aucun souci à se faire.

HRP:
 



Affiliations.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://master-poke.forumactif.fr/f54-sophia-encyclopedia


avatar
Eleveur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 978

Région : Kantô
Ven 13 Oct - 15:18
J'étais assis dans mon canapé, occupé à parcourir un numéro du magazine PokéScience et Avenir tout en buvant une tasse de thé et en caressant distraitement Dragée assis en boule à côté de moi lorsque ma main était libre. Miné avait déplacé sa machine à coudre sur la table du salon pour pouvoir travailler tout en échangeant quelques mots avec moi ; le cliquetis irrégulier de l'aiguille frappant les vêtements, la lumière qui éclairait la pièce avec cette douce intensité des rayons du soleil matinaux, la quiétude de la maison vide de clients, tout indiquait que l'on était dimanche et que nous pouvions nous offrir un jour de repos bien mérité avant la semaine suivante.

Je m'étais procuré le magazine que je tenais dans les mains à la première heure, entamant ma journée par un petit tour au kiosque du bourg avant toute autre occupation (exceptés, évidemment, le petit-déjeuner et la toilette). Miné et moi n'avions pas pour habitude d'acheter des magazines scientifiques ; mais au titre, "Pokéscience", je m'étais dit que celui-ci devrait remplir son rôle, et j'avais repéré en vérifiant la liste des collaborateurs un nom qui m'intéressait. C'était donc le numéro de ce mois-ci, avec une belle liste d'articles, un grand dossier « Contre la pokéball : quelles alternatives ? », beaucoup de texte et de graphiques et assez peu d'autres images.

Si j'avais acheté ce magazine, c'était parce que la veille, nous avions été contactés par un certain Edgar Io, scientifique de son état et originaire du Bourg Palette, qui souhaitait faire appel à nos services d'éleveurs pour l'un de ses Pokémon, Regalia, un "Trousselin. Encore un scientifique ! m'étais-je mentalement exclamé dès l'annonce de sa profession. Pour une raison jusqu'à présent inexpliquée, le nombre de scientifiques autour de moi s'était considérablement accru au cours de ces derniers mois. Il y avait depuis longtemps Hatori, mais j'avais désormais fait la connaissance de Raven, de Worick, d'Arya, de Ryu, et voici maintenant que cet Edgar surgissait ! Était-ce qu'une armée de scientifiques avait envahi la Terre ? Ou bien que je les attirais, tel un aimant le fer ? Il aurait été intéressant de mener une enquête ; pour le moment, j'avais décidé de m'ouvrir un peu plus à ce que pouvaient bien étudier tous ces nombreux scientifiques, d'où l'achat d'un magazine sur ce thème. Il y avait là un bon nombre d'articles de personnes dont je n'avais jamais entendu parler (encore d'autres scientifiques que je n'avais pas encore rencontrés ! Mais peut-être frapperaient-ils tous à ma porte demain, qui sait ?), mais bientôt, je m'arrêtai à une page et appelai Miné : « Miné, regarde ça ! » C'était un article signé Worick Brown, extrait d'un précédent W.A. Mag. « Ah, alors ils sont publiés là-dedans aussi ! ...Mais il commence à dater, cet article-là », ajouta mon assistante, fervente lectrice du magazine du duo. « Ils gardent leur exclusivité », commentai-je.

Un peu plus loin, je découvris un article sur les débuts prometteurs de l'Encyclopédie Sophia d'Edgar Io et sur les thèmes étudiés par ce chercheur. Apparemment, il développait une nouvelle méthode d'analyse des Pokémon, offrant notamment une grande part aux sciences humaines... (qui devenaient donc des sciences humaines-Pokémon ?) Eh bien ! Il pourrait sûrement nous en dire plus au sujet du compagnon qu'il désirait nous confier que tout ce que pourrait bien m'indiquer Internet. Je lus l'article, puis délaissai le magazine pour vaquer à d'autres activités.

~

Ma surprise fut grande lorsque, le lendemain, une énorme voiture aux formes typiques des véhicules luxueux se gara juste devant notre jardin. Au téléphone, Edgar Io nous avait prévenus que le Pokémon qu'il souhaitait nous confier nécessitait une prise en compte particulière, dans laquelle entrait le fait de devoir garder chez nous une voiture dont il était – j'ignorais comment – inséparable. Étant donné que nous ferions en quelque sorte office de garage, le scientifique avait accepté de payer un supplément pour ce service et s'était engagé à ce que nous ne nous occupions de Regalia que le temps d'un voyage. Notre jardin était assez grand et notre rue, suffisamment tranquille pour que nous puissions garer la voiture à une extrémité de notre terrain, derrière le petit bâtiment de la pension, de sorte qu'on ne la verrait pas depuis la boutique.

Je ne m'attendais cependant pas à l'aspect qu'aurait la voiture... ni à celui du Pokémon que l'on allait nous confier. Ce fut Miné qui accueillit d'abord Edgar Io, jeune homme aux cheveux presque aussi blancs que les miens, puis le conduisit jusqu'à moi. Le scientifique me donnait l'air de quelqu'un d'aimable et sérieux ; mais lorsqu'il nous montra le fameux Regalia, ce fut vers lui que toute notre attention se riva. Un trousseau de clefs – le "Pokémon" était un trousseau de clefs, un trousseau de clefs vivants ! Fait d'un acier aux reflets bleus et blancs mais qui avait des yeux, qui bougeait, qui émettait de petits cris... Et c'était lui qui tenait lieu de clef de la voiture à l'arrêt dans notre jardin : telle était la nature de leur indéfectible lien.

Après les bonbons, les fleurs, les pierres, voilà que l'on me présentait un trousseau de clefs Pokémon. Mais tout pouvait-il donc devenir Pokémon dans ce monde ? Tout pouvait-il prendre vie ? Demain, en voulant ouvrir la boutique, découvrirais-je que la porte était devenue Pokémon ? Et la machine à coudre ? Et la théière et ses tasses ? J'étais entouré de scientifiques mais ce mystère des Pokémon, dans lequel j'étais amené à pénétrer un peu plus chaque jour du fait de mon métier d'éleveur, m'était toujours aussi obscur.

Edgar Io nous expliqua le principal de ce que nous devions savoir pour nous occuper de son trousseau de clefs volant ; son associé, un homme à la peau mate et à la carrure imposante, fut invité à faire pénétrer la voiture dans notre jardin et à la garer à l'endroit que nous lui avions réservé tandis que nous veillions à ce que tous les Pokémon se tiennent à l'écart pendant cette manœuvre délicate. Enfin, nous présentâmes au jeune homme tous les éléments administratifs importants à savoir pour quiconque devenait client chez nous, avant de le remercier.

« Vous pouvez partir pour votre voyage sans crainte. Nous nous occuperons de Regalia encore mieux que vous ne pourrez l'espérer ! »



hrp:
 



~ abl pension ~ solo ~ duo ~ duo ~ trio ~ duo pension ~ duo pension ~ merveilleuses aventures ! ~
(ava & signa Elisa - DC Ada Freimann & Kestrel Manori)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Une mission pour un Regalia
» [Regalia] Sur la piste du Dragon des Glaces
» [Regalia] Un tournoi, prémice au Sacre
» [Regalia] Sur la Piste du Dragon des Sables
» Un uomo che non prende cura della sua famiglia non diventerà mai un uomo.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kantô - 1E G E N :: Bourg Palette :: Akichi's Beautiful Land-