AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» On est venu chambouler ton hyper-émotivité.


avatar
Scientifique Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 23/08/2013
Messages : 13016

Région : Hoenn
Mer 13 Sep - 23:00
C'était Edgar qui le lui avait conseillé. Et ce n'était pas qu'elle était ingrate, loin de là. C'était un bon conseil, et clairement une vie de rêve. Elle vivait le rêve, comme on disait. Ce n'était pas du mauvais esprit, ni elle essayait de se convaincre. Elle était réellement heureuse à Illumis, découvrir ses rues, ses vues, ses parcs, ses vélos, tout ! Les quelques expositions où ils avaient été tous les deux lors des jours de repos du blond.
Pour autant, ce n'était pas incompatible avec une totale incertitude de Sae, qui se résumait bêtement par « mais putain quoi ma vie et surtout quand et pourquoi rien ? ». Bon, cela ne faisait pas longtemps qu'elle était là de toute manière, et elle pouvait s'accorder un petit peu de vacances. Elle était bien d'accord quand Edgar lui disait cela. Mais quand même, en quelques semaines l'incertitude était de plus en plus présente. Annette lui avait donné quelques pistes dont certaines qui lui disaient bien ; mais les recherches n'avançaient pas à coups d'heures. C'était plutôt en jours, voire semaines que cela se comptait. En même temps, en plein février, ce n'était pas le temps des réorientations quelles qu'elles soient.
Alors elle était là, en terrasse, à Illumis. C'était Edgar qui le lui avait conseillé. Il lui avait tant et si bien vendu ces cafés qui laissaient leurs tables en extérieur, apparemment quelque chose de typiquement kalosien, qu'elle s'était dit qu'il fallait effectivement essayer à un moment donné. Et, en effet, c'était plutôt le rêve fait réalité. En plus, malgré le mois d'hiver, il y avait une fraîcheur somme toute tenace, mais balancée d'un soleil radieux à cette heure précoce de l'après-midi. Elle sirotait en dilettante une citronnade ornée d'une boule citron, et de l'autre côté un chocolat chaud surmonté de chantilly. Devant elle, une assiette avec un cookie, une part de cheesecake et ce qui ressemblait à une gaufre mais pas tout à fait. Écoutez, elle n'avait jamais été dans un salon de thé, c'était nouveau tout cela pour elle, et elle essayait de vivre le rêve. Paraissait que c'était une expression qui existait vraiment quelque part.


C'est en regardant dans le vague, à regarder passer les chevroums sans les compter, que l'adolescente la vie. Ou plutôt le corboss perché sur une épaule. Ce n'était pas un pokémon que l'on avait l'habitude de voir, et tout à sa hâte de n'en rien manquer, l'adolescente plongea dans sa besace pour y attraper du papier et un stylo afin de croquer quelques lignes et noter les quelques informations qu'il y avait à glaner. Ce ne fut qu'à la troisième fois où elle releva la tête que son regard tomba sur une autre cible, mouvante tout autant. Il y avait un momartik qui flottait avec légèreté de l'autre côté de leur dresseur. Un sourire flotta à son tour sur le visage de Sae. Elle avait déjà vu l'un de ces pokémons tourner parfois autour de chez Edgar, mais n'avait jamais pu tout à fait s'en approcher.
Curieuse de ce à quoi pouvait ressemblait une personne ayant deux tels pokémons. Elle manqua de tomber sa chaise. Parce que c'était Mary. Mary, comme dans Mary du pilier. Enfin pas Mary du pilier mais Mary rencontrée au pilier. Elle ne réfléchit pas vraiment avant de lever le bras. Maryyyyyy ! Elle ne savait pas si elle se souviendrait d'elle, si elle n'avait pas l'air méga chelou à se lever à moitié de sa table où elle était seule, si elle n'aurait pas l'air bizarre à finalement s'arrêter même pas complètement levée pour se dire que ce n'était pas une très bonne idée de courir vers quelqu'un dans la rue qui ne se souviendrait même pas peut-être d'elle et qui pouvait prendre peur tout en laissant son sac et ses douceurs sur la table, et que vraiment peut-être gueuler dans la rue ce n'était pas la meilleure idée. L'adolescente se sentait toujours aussi bouseuse à Illumis, définitivement pas habituée à tout ce chic perpétuel.
Elle avait tellement planté intérieurement qu'elle finit par simplement se lever comme une abrutie au milieu de la terrasse, seule à sa table. Elle n'avait plus le bras levé au plus haut mais juste replié à hauteur de poitrine, faisant un vague coucou un peu malaisé et préférant ne pas quitter ses effets sur un coup de tête. Elle espérait qu'avoir l'air d'un abruti n'était pas passible d'arrestation dans la ville-lumière. Il paraissait qu'être vraiment trop mal habillé c'était déjà risqué, et elle n'était définitivement pas sûre de ses droits.



> Utilisation de la CS Vol.
> Utilisation de 2 jumelles sur momartik et corboss.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Sbire Galaxie

C-GEAR
Inscrit le : 05/09/2014
Messages : 777

Région : Kalos
Sam 16 Sep - 14:16
Illumis, la ville du chic et de la mode. L’endroit idéal pour que tu puisses te fondre dans la nature sans trop de mal. Tu as fini par t’habituer aux grandes villes, après tout, depuis ton entrée chez les Galaxies. Voilaroc est devenue comme une seconde maison pour toi et maintenant, tu te sens capable de te camoufler dans n’importe quel décor sans le moindre problème. C’est bien pour cette raison que l’on t’assigne les missions en rapport avec les assassinats ou les négociations en particulier. Evidemment, ton bras reste un handicap, mais il n’est pas difficile de brouiller les pistes sur sa provenance. Tu racontes toujours la même chose, inlassablement, comme si tu récitais un texte de théâtre, avec toujours la même émotion dans la voix, celle qui ne te trahit presque jamais. La pauvre infirme que tu es a vaillamment essayé de s’interposer entre un Kabutops zombie et sa victime et s’est retrouvée avec le bras gauche sectionné comme un couteau rentrant dans du beurre. Sans la moindre difficulté, tout est parti en un instant, ne laissant place qu’à la douleur et la souffrance. Voilà ce que tu racontes aux autres, et il y a bien un fond de vérité, après tout, alors ce n’est pas vraiment mentir, n’est-ce pas ? Tu le fais pour une cause juste, de toute façon. Et tu n’es plus aussi sanguinaire que tu pouvais l’être par le passé. Tu es plus réfléchie, tu prends davantage de recul. Ceux qui tombent sous tes coups ne sont pas des saints, comme toi, alors tu purges le monde de ce genre d’êtres abjects, comme on te le demande depuis des mois maintenant que ton corps s’est transformé en arme à la suite d’un entraînement acharné, tout en luttant pour tenter de conserver ton humanité. C’est une lutte de tous les instants, un fardeau qui pèse sur tes épaules depuis ce qui te semble être une éternité, et qui, à la moindre incartade, te ferait sombrer dans les ténèbres et transformerait ton cœur en une épave sordide enfouie sous un océan de haine et de violence.

Mais il y a des créatures sur lesquelles tu peux te reposer pour éviter à chaque instant de perdre un peu plus de ta santé mentale. Des sortes de « dames de compagnie » pour la noble déchue que tu es, et c’est avec deux d’entre elles que tu as décidé de te promener au sein de la capitale de la région de Kalos, comme elle est si souvent nommée. Si on peut appeler une Momartik et une Corboss des dames de compagnie. Plutôt de mauvaises fréquentations pour la plupart des gens, en réalité. Entre un oiseau à l’allure sinistre qui porte malheur et le fantôme d’une petite fille abandonnée dans la neige et le froid, autant dire que tu n’es pas vraiment la mieux entourée si on prend les superstitions au sérieux. Mais tu apprécies d’être en leur compagnie, surtout celle de la première. Anastasia. Le fantôme du château familial, qui a bien failli te tuer par deux fois avant de se rendre compte de tes véritables intentions et de devenir beaucoup plus protectrice envers toi depuis. Ta relation avec la seconde est plus ambigüe, on pourrait plus parler d’une relation profitable pour vous deux, même si cela ne t’empêche pas de te sentir en sécurité avec elle. Elle est tes yeux, et tu es son bras, en un sens, alors autant essayer de rendre la chose plus agréable pour vous deux pour éviter que l’une ne décide d’arracher les membres de l’autre, non ?

« Maryyyyyy ! » s’écrie alors une voix dans l’air tandis que tu continues de te promener sans vraiment songer à qui peut bien appartenir cette voix.

Mais c’est justement le croassement de Tharja qui te met en alerte tandis que tu te retournes vers la source de ce qui a attiré son attention. Tu te figes alors, comme pris sur le fait alors que tu ne t’apprêtais pourtant pas à commettre le moindre méfait. Tu reconnaitrais cette épaisse tignasse rousse entre mille costumes de ces abrutis de la Team Flare. C’est impossible, ça ne peut pas être elle… Que peut-elle faire ici, si loin de l’Ordre du Saint-Rayquaza ? Mais ça ne peut pas être quelqu’un d’autre, tu en es certaine. Cette voix, cette chevelure, cet enthousiasme dans les gestes qu’elle t’envoie… Tu ne connais qu’une seule personne dans ton maigre cercle d’amis de ta vie d’antan qui agisse de manière aussi explicite et enthousiaste. Tu sens ta peau frissonner alors qu’Anastasia s’approche de toi, le regard inquisiteur.

« Sois sans crainte. » la rassures-tu. « C’est une amie. »

Le pas hésitant, tu finis cependant par aller voir cette adolescente qui a attiré ton attention ainsi que celle de deux ou trois personnes assises aux tables alentours. Elle n’a pas changé depuis, pas vrai ? Ce même sourire chaleureux que tu avais adoré chez elle il y a presque un an avant que tout ne se transforme en cauchemar pour toi. Le Jugement Dernier, la mort de ton père adoptif, la vérité sur tes origines, ton recrutement parmi les membres de la Team Galaxy… Tout semble si lointain, depuis cette époque. Mais ta rencontre avec Ruven t’a permis de te rendre compte que tu n’es plus aussi faible que cela. Tu sais que tu t’aventures sur un terrain glissant et que tu dois tout lui cacher, mais tu sais aussi que tu en es capable sans craquer tout en passant un bon moment avec elle, n’est-ce pas ?

Du moins, c’est ce que tu as choisi de croire, bien qu’objectivement, on ne peut pas dire que ce soit tout à fait vrai…

« Sae ? » l’appelles-tu à ton tour, un sourire franc bien qu’un peu timide se dessinant sur tes lèvres. « Qu’est-ce que tu fais ici ? L’un des membres de l’Ordre serait-il avec toi ? »

Il ne peut pas y avoir d’autres explications, tu en es certaine.







Sprite by Yakuru Hoot.
Double-Compte: Tony Schwärtzwind et Soren Kenshin
Theme
Battle Theme 1 - Battle Theme 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 23/08/2013
Messages : 13016

Région : Hoenn
Jeu 1 Mar - 5:16
Rien que de voir un visage connu, et pourtant peu aperçu en plusieurs années suffisait à chasser les micro-démons de fragile qui se trémoussaient sous la caboche de Sae. D'un coup toutes ses petites questions s'émoussaient sous d'autres plus pressantes et plus tranchantes, comme oh mon dieu c'est un momartik elle est aussi belle qu'Arya (c'est la momartik d'Ed') ce qui n'était pas réellement une question, ou vraiment chérie tu as l'air magnifique habillée comme ça qu'est-ce que tu fais à tes cheveux ? ce qui pour le coup était beaucoup plus une question mais beaucoup moins au premier plan dans sa tête. Genre si ça existait c'était déjà pas mal.
Mary se retourna d'un geste sec à l'appel de son nom, le regard perçant et l'air alerte. Sae redoubla de sourire, secouant encore plus sa main en l'air pour attirer son attention vers elle. Fallait pas se manquer quand même, ce serait moche et il faudrait lui courir après après-coup pour ne pas avoir eu l'air débile. Ce qui n'était pas un vrai problème, mais se manquer, si. Un peu plus, quoi.
Après avoir glissé quelques mots à ses pokémons, Mary s'approcha enfin. Sae calma un peu les petits bonds qu'elle faisait sur elle-même, justifiés par un petit d'excitation. Évidemment, Mary était originaire de Kalos. Elle lui avait dit lorsqu'elles s'étaient rencontrées ; mais ce n'était pas une information qui lui était restée en haut de la liste des souvenirs.
Sae ? Qu’est-ce que tu fais ici ? L’un des membres de l’Ordre serait-il avec toi ?
À présent, elle était quasiment au niveau de la table de terrasse de Sae. Et le contrat était rempli : il y avait un sourire sur ce visage. Sae avait appris assez rapidement que c'était la première étape à passer avec Mary, mais rarement la plus facile. (Jamais. Enfin j'crois, quoi.)
Sae lui fit signe vers la chaise en face d'elle. Tu veux t'asseoir ? J'sais pas si t'as l'temps ? Elle tenta de dissimuler la note d'espoir qui poignait dans sa voix pour ne pas avoir l'air culpabilisante. Mais clairement l'espoir était présent. Elle-même se laissa retomber en arrière sur sa propre chaise qui ressemblait à du fer forgé sans en être. Ils savaient vous mettre dans l'ambiance à Illumis.
En vrai, j'viens de déménager. Fin, du coup, d'emménager. Avec Edgar, mon meilleur ami. Juste après qu'il ait fini la ligue il y a un mois ! Cela semblait répondre à sa seconde question, mais elle savait pertinemment que Mary remarquerait. Mary et Sae s'étaient rencontrées dans un contexte religieux, ce n'était pas le genre de détail qui allait juste disparaître de la scène de leur discussion. D'un air qui allait de plus en plus penaud les secondes s'égrainant, elle se saisit de son verre de thé glacé et en descendit une bonne portion à la paille. On aurait pu croire qu'elle tentait de se cacher derrière son verre. Sans doute pas uniquement une croyance.
Mais... Non ? J'ai emménagée seule. 'Fin avec Ed'. Sans l'ordre ? Elle prit une grande inspiration. Qui ne servit à rien dan sla mesure où elle termina par presque lâcher dans un soupir : j'me suis... enfuie ?
Elle évita son regard un moment, se plongeant dans les glaçons de son thé glacé qui n'étaient pas vraiment de saison. Dans un couinement, elle lâcha un faible sûre que tu veux pas t'poser ?
Elle avait peut-être autre chose à faire. Peut-être que ce serait mieux ? Si ça se trouvait elle en parlerait à l'ordre ? Sae savait qu'Edgar lui offrait une sorte d'immunité dont elle ne doutait pas trop. Hors contexte, elle n'aurait eu aucun mal à dire qu'elle ne doutait pas de sa capacité à se défendre. Mais certaines choses restaient encore de l'ordre du traumatisme, même si elle ne se l'autorisait pas totalement. Tout ce qu'elle gagnait à chaque fois, c'était quelques gestes nerveux, passés à triturer ses cheveux. Ce qu'elle n'allait pas tarder à faire si elle se laissait avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Sbire Galaxie

C-GEAR
Inscrit le : 05/09/2014
Messages : 777

Région : Kalos
Lun 12 Mar - 0:59
C’est fou de voir à quel point un visage familier peut te faire le plus grand bien tout en te faisant paniquer. Elle te demande si tu veux t’asseoir, mais tant que tu ne sais pas si elle fait toujours partie de l’Ordre, cela peut représenter un danger pour toi. Maintenant que tu n’es plus la faible femme que tu étais lorsque vous vous êtes rencontrées, des histoires ont dû circuler à ton sujet dans le milieu ecclésiastique, mais pas que parmi ceux qui vénèrent Arceus. Évidemment que cela ne peut pas rester un secret au sein de l’Église d’Arceus. Tu représentes un danger trop grand pour n’importe quel culte que ce soit, un danger toujours plus menaçant au fur et à mesure que les jours passent et que vous vous rapprochez de votre but. Car la Team Galaxy est au beau fixe, en ce moment, et partiellement grâce à toi. Tellement au beau fixe que vous allez pouvoir tester votre nouveau matériel très prochainement, et tu es l’un des noms sur la liste des gens qui vont pouvoir en être témoin au premier rang, ce qui t’es, naturellement, très agréable. Alors si un membre de l’Ordre devait savoir que tu es ici, cela risque de devenir très dangereux. D’autant plus que Sae risque de voir ce que tu es devenue. Et ça, tu ne peux pas l’accepter. Que feras-tu si jamais elle le découvre ? Tu n’en sais rien, tout comme Ruven. Et c’est bien ce qui t’effraie.

Mais c’est alors qu’elle t’annonce en se rasseyant qu’elle a déménagé. Déménagé chez un certain Edgar, son meilleur ami, et, par-dessus le marché, vainqueur de la Ligue Pokémon depuis environ un mois maintenant. Le nom te vient tout de suite en tête. Edgar D. Liddle. Tu en as entendu parler, comme n’importe qui se renseigne un minimum sur le milieu du Dressage. Ainsi donc, elle aurait emménagé avec lui ? Et les membres de l’Ordre auraient accepté de le laisser faire ? Peut-être en fait-il partie ? Tu dois lui demander, pour être sûre qu’il ne s’agit pas d’un immense quiproquo, mais tu tentes de ne montrer aucune inquiétude malgré tout, voulant t’accrocher à cet espoir de pouvoir parler posément, comme de vraies amies le feraient, malgré le fait que vous ne vous soyez vues qu’une seule fois.

« Edgar ? » répètes-tu. « Edgar Liddle ? Mais c’est fantastique ! Je suis contente que tu aies su aussi bien t’entourer, c’est bon d’apprendre auprès des meilleurs. Mais je ne m’attendais pas à ce que l’Ordre compte d’aussi bons Dresseurs… »

Tu le sais toi-même, ayant Ruven parmi tes contacts. Finalement, le monde est bien plus petit qu’il n’y paraît, parfois. Ou peut-être pas. Car c’est là que la rousse te corrige. Elle a emménagé en compagnie de ce jeune homme, mais elle précise bien que l’Ordre n’a rien à voir là-dedans. Pire – ou mieux, selon toi – que cela, elle avoue à voix basse qu’elle s’est enfuie. Si au départ la nouvelle te surprend, tu ne peux pas t’empêcher d’être soulagée, même si tu ne dois pas le montrer à qui que ce soit. Tu as l’impression que l’on t’a retiré une immense épine de ton pied, et cette sensation est des plus agréables. C’est décidé, les prochains moments devant toi seront consacrés à cette jeune fille et à elle uniquement. Car visiblement, elle a l’air, comme toi, d’avoir beaucoup changé. Et tu veux connaître davantage ce petit bout de femme qui a commencé à s’envoler de ses propres ailes et à penser par elle-même, elle aussi. Alors à peine a-t-elle demandé si tu voulais t’asseoir que tu t’exécutes sans le moindre problème, presque en toute hâte.

« Ne t’inquiète pas, j’ai tout mon temps. » réponds-tu dans le but de la rassurer, avant de te pencher un peu plus pour être certaine qu’elle seule puisse t’entendre. « Et personne ne saura quoique ce soit pour toi. J’ai beaucoup changé, moi aussi. »

Tu regardes Tharja, toujours posée sur ton épaule, avant de lui adresser la parole en caressant légèrement son plumage.

« Et si tu allais prendre l’air un peu ? » lui suggères-tu doucement. « Nous risquons d’en avoir pour quelques temps, alors tu devrais en profiter pour observer les alentours, toi qui n’a pas l’habitude des grandes villes. »

Autrement dit, tu lui ordonnes avec une grande politesse de surveiller le périmètre et de t’avertir en cas de problème ou d’individu suspect s’approchant de votre position. Car tu n’oublies pas que même si tu es en compagnie d’une bonne amie et que tu as la chance de pouvoir te déplacer à visage découvert sans trop attirer l’attention, ce n’est pas pour autant que tu n’es pas recherchée activement par ceux qui ont connaissance de tes méfaits. C’est bien pour cela que Tharja est sortie de sa Poké Ball. Il s’agit d’une excellente observatrice, plus discrète que la plupart de tes autres Pokémon, ce qui en fait une compagne idéale pour tes sorties. Mais une fois le corbeau parti, c’est vers la rousse que tu te tournes, afin de l’admirer un peu plus. Tu aurais dû te douter qu’elle aurait quitté l’Ordre, tôt ou tard. D’une certaine façon, c’est écrit sur son visage. Si déjà, lors de votre première rencontre, tu la trouvais assez mature pour son âge, c’est encore plus apparent maintenant. Et pourtant, elle est parvenue à garder cette même énergie malgré les années et les péripéties au sein de l’Ordre. Tu en as eu la preuve quand elle t’a abordé, après tout. Et tout cela en deux ans… Il faut te rendre à l’évidence : jamais tu n’aurais été capable d’une telle prouesse, à son âge. Alors la simple pensée qu’elle ait pu autant grandir en peu de temps tout en parvenant à garder cette apparence et cette attitude te fait sourire.

« Je suis contente de te revoir, après tout ce temps. » te réjouis-tu. « Qu’est-ce que tu fais, maintenant ? Si tu vis avec un Maître Pokémon, dois-je en déduire que tu veux également relever le défi de la Ligue ? »

Ce serait la suite logique, mais connaissant Sae, il se pourrait bien que cela puisse être également autre chose. Si elle a gardé sa curiosité, il n’est pas improbable qu’elle se soit lancée dans une autre carrière, elle aussi. Un chemin sans doute bien plus sûr que le tien, cela dit. Mais tant qu’elle aime ce qu’elle fait, tu considères que c’est le principal.







Sprite by Yakuru Hoot.
Double-Compte: Tony Schwärtzwind et Soren Kenshin
Theme
Battle Theme 1 - Battle Theme 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais
» Petites Meringues Hyper Facile
» Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus...
» chrono ball vs hyper ball
» [UU] Hyper Offense Team

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Illumis-