AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» The path is yours to climb.


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1258

Région : Sinnoh
Sam 9 Sep 2017 - 23:28
Cela fait plusieurs jours maintenant que le site d'Haileen a fermé. Sur le coup, je me suis dit que c'était juste temporaire et qu'elle allait le rouvrir lorsqu'elle aura le temps. Mais en fait non, c'était définitif et il n'y aura pas de suite. Du coup je me sens un peu bête, parce que je voulais la contacter une dernière fois pour lui parler de ce laboratoire de l'horreur. Grâce au fait que je puisse prendre à la volée des informations venant de mon père (merci à la maman de Jun), je connais l'existence d'un labo vraiment louche. Et j'ai envie d'y aller faire un tour, mais je voulais lui en parler avant. Sauf que, bon, eh bien tant pis. Je pourrai peut-être reprendre contact avec elle à ce sujet un peu plus tard.

J'ai demandé à Sean et à Jun s'ils voulaient m'accompagner pour inspecter ce labo, mais ni l'un ni l'autre n'avait vraiment envie d'aller se perdre au beau milieu d'un endroit probablement désaffecté ou pourri jusqu'à la moelle. Enfin, en vérité, Sean voulait bien venir, mais il faut bien quelqu'un pour surveiller Jun puisqu'il serait capable de mourir tout seul en trébuchant. Non, la vraie raison, c'est que je leur ai demandé, mais je ne veux pas qu'ils viennent. C'est un peu comme mon petit périple, mon propre voyage et ma propre expérience. C'est dangereux, mais je pense que je ne vais pas y rester non plus, j'ai mes pokémons avec moi et ils sont devenus bien plus forts depuis la dernière fois que j'ai fait une telle excursion toute seule. Je sais qu'on pourra se défendre en cas de soucis, et qu'Eclat peut voler jusqu'à eux si nous avons besoin de renforts, mais honnêtement je veux pouvoir me débrouiller seule. J'en ai besoin.

J'ai besoin de ce boost de confiance, de voir que je suis capable d'accomplir des choses par moi-même et non pas en me reposant sur les autres. Il me faut tout ça afin de devenir plus forte, de pouvoir aller de l'avant et réussir ce que j'entreprends. Même si Sniper n'est toujours pas revenu, même si ça fait mal de le savoir encore je ne sais où dans la nature, je sais qu'il serait fier de voir que je tente de sortir de ma zone de confort. Et une fois ceci fait, j'irai le chercher plus intensément encore pour lui botter les fesses et lui dire de revenir sur-le-champ sinon il aura à faire à toute l'équipe – qui a énormément progressé depuis son départ. Même si, d'un autre côté, c'est aussi grâce à son départ que tout le monde a mis la main à la pâte et a voulu faire de son mieux. Donc au final, je me contredis un peu et je ne sais pas quoi ressentir entre la frustration, la tristesse et la fierté. C'est bizarre.

Bon. J'arrive donc à Bonville, une ville un peu paumée. Enfin, pas tant que ça parce qu'il y a pas mal d'éleveurs et tout, mais c'est un endroit idéal pour se cacher on dirait. Bonville en lui-même est un petit village, mais tout ce qu'il y a autour est énorme. Il est facile de se cacher très loin pour y faire ses expériences et autres immondices.

Je ne m'attarde pas trop sur la ville et la passe rapidement, ayant envie d'en finir le plus vite possible. S'il y a des pokémons qui souffrent en ce moment même, alors autant y aller franco et se lancer sans se poser de questions. J'arrive donc au labo en un rien de temps – enfin il est quand même bien éloigné, mais la détermination et la marche rapide, ça colle bien ensemble. Le bâtiment est plutôt grand, je m'attendais à un truc tout petit pour se faire discret, mais il passe assez inaperçu avec ses murs beige pour ne pas attirer l'attention. Je me dis qu'il vaut mieux faire le tour du bâtiment avant de tenter d'entrer – par effraction s'il vous plaît, il ne faut jamais, jamais entrer par la grande porte, comme dans les films d'infiltration. C'est connu. Enfin, jusqu'à ce que le héros se rende compte que puisque les méchants aussi regardent des films, ils savent que le héros n'entre jamais par la grande porte, et donc il y a des pièges partout. Donc la fenêtre que je vois en face de moi ne doit pas être très accueillante, je pense. Mais en même temps, il faut bien que je fasse quelque chose au lieu de réfléchir à trois cent scénarios possibles.



    avatar par iago, merci ♥️
    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo Jeux & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 21/03/2017
Messages : 2970

Région : Hoenn
Mar 19 Sep 2017 - 2:56
« Est-ce que tout vas bien ? »
Haileen était avachie sur cette banquette depuis près d'une heure, soupirant de temps à autre, le nez plongé sur l'écran de son téléphone. C'était terminé. Son site était bel et bien fermé. Il n'affichait plus qu'un bref message renvoyant à un texte explicatif sur le « pourquoi du comment », comme on dit si bien. Elle avait également laissé son adresse mail pour qui voulait bien s'en servir. Chose que finalement elle allait vite regretter, recevant bien trop de message à son goût. Majoritairement de fans attristés de cette nouvelle soudaine, d'autres bien trop curieux de savoir ce qu'allait être cette nouvelle interface sur laquelle Haileen comptait s'investir pleinement à présent. Mais pour ça, il était hors de question qu'elle en dévoile plus qu'elle ne l'avait déjà fait. Rien n'était encore concrétisé et elle ne préférait pas promettre quelque chose qui finalement pouvait ne jamais arriver – chose qu'elle n'espérait évidemment pas. Pourtant, elle prenait la peine de lire chaque message et de répondre à certain. Peut-être qu'elle faisait une erreur, mais en tout cas elle ne regrettait rien. Après tout, elle ne postait plus grand chose. En un an, elle n'avait publié que deux articles, ce qui était plutôt maigre. Elle avait donc besoin de changement, besoin de faire bouger les choses à sa façon, de faire réfléchir chaque individu – qui oserait s'y intéresser – sur la vie que mène les pokémons et ce que nous, humains, leur faisons subir sans s'en rendre compte. C'était la le moteur de son nouveau projet. Et elle se donnerait à fond pour le mener à bien.

A sa gauche, planté devant sa table d'expérience, se trouvait son second, la tête pensante de ce projet, le véritable scientifique dans cette histoire. Ce jeune diplômé en biologie animale et génétique attendait simplement une réponse à sa question. Il regardait la jeune femme qui semblait perdue. Il savait que ce nouveau cap serait difficile pour Haileen, puisque ce site était l'une des dernières choses la raccrochant un tant soit peu à son île natale. Il attendit alors quelques secondes avant de retenter sa chance. « Haileen ? » souffla-t-il simplement dans un large sourire. La jeune femme releva la tête, plongeant son regard innocent dans celui de Nikholas. « Pardon. J'étais un peu ailleurs. Tu disais ? » Il sourit. Puis détourna le regard. « Rien d'important. ».

Elle quitta finalement son assise, rangea son téléphone dans sa poche pour faire le tour du laboratoire qu'elle finissait par connaître. Il était grand et lumineux, garnit de plante en tout genre. L'endroit respirait la sérénité. Et pourtant, elle ne s'y plaisait pas totalement. Leur lieu de travail faisait encore débat, car ni l'un, ni l'autre ne souhaitait quitter ses propres quartiers. Pourtant, tous deux devaient songer à un troisième – ou possiblement unique – lieu de travail. Car il était impossible pour eux de s'installer dans les locaux d'Upsilon, ne pouvant risquer d'attirer d'illustres inconnus dans cette habitation privée et sécurisée. Et il était bien trop handicapant pour Haileen de venir jusque chez son ami chaque jour, n'ayant ni permis, ni moyen de se déplacer rapidement et facilement. Lui devait lui servir de taxi, ce qui n'était pas une solution viable. Mais ce sujet de discussion restait encore sensible. Alors pour le moment, ils était préférable de l'éviter autant que possible.

Arrivant finalement à hauteur du garçon, un post-it collé sur le mur face à son bureau attira son attention. Elle s'appuya d'une main sur la table, attrapant de l'autre ce morceau de papier jaune. « Laboratoire Bonville, informer Haileen » Elle eut petit rictus avant de relever la tête vers Nikholas. « De quoi s'agit-il ? » Le rouquin quitta alors ce qui l'occupait jusque là pour se concentrer pleinement sur son amie. « Un de mes potes de fac travail en tant que médecin légiste au centre de police de Sinnoh. Il a eut vent d'activités suspectes dans un Laboratoire soit-disant pharmaceutique qui effectuerait des tests nocifs sur les pokémons. La police n'est pas en mesure d'enquêter pour le moment, malgré leurs soupçons. Et il avait souvenir que j'aimais bien fourrer mon nez là où je ne suis pas sensé le mettre... Et j'ai souvenir que toi aussi. » Il affichait un sourire en coin, afin de souligner son sous-entendu des moins subtiles. Haileen quant à elle restait focalisée sur une information sans importance. « Il est bien informé pour un simple médecin légiste.
- Normal, c'est de pokémons dont il se charge, pas d'humain.
- Oh... » Elle ignorait que cela pouvait exister. Mais cela avait du sens. « Je pense que tu devrais aller y jeter un œil. Et au mieux, sauver quelques malchanceux.
- Attends. Tu ne veux pas y aller finalement ?
- J'ai eu mon lot d’aventure dernièrement. Et tu as bien vu que c'était pas mon point fort. J'ai jamais été très doué en fait. C'est pas pour rien que je me faisais presque toujours attraper.
- Et on remercie papounet de t'avoir sauvé les miches tant de fois.
- Exactement ! » Ils se mirent à rire avant de revenir au vif du sujet. La jeune femme insista un peu plus pour convaincre le garçon de l'accompagner, en vain. Elle irait donc, mais seule.

Le lendemain, elle embarqua à bord du Jet privé de l'équipe, conduit comme toujours par Freyah. Elle était équipée seulement de son sac à dos, mais ne pouvait pas emprunter les transports en commun sans risque. En prime, il y avait avec elle son Poussifeu et son Riolu, fidèles au post. On a déposa ainsi non loin de Bonville, terminant sa route à pieds. Elle avançait d'un pas déterminée, ne prêtant aucune attention à ce village qui semblait particulièrement ennuyant. Elle suivait simplement le plan, marchant sans s'arrêter jusqu'à cette grosse bâtisse dissimulée au milieu de la végétation. Elle s'accroupit immédiatement près d'un buisson pour analyser la situation. Elle n'avait pas le temps de faire le tour du bâtiment pour en trouver une porte de secours, celle un peu cachée et que personne n'empruntait vraiment – ou presque. Tout devait être bouclé dans la journée et le plus vite possible, afin de rentrer à Hoenn avant la tombée de la nuit. Et c'était pourquoi elle était venue armée. Dans tous les cas, elle venait toujours ainsi pour ce genre d'expédition qui se montrait plus dangereuses que les autres.

Elle prit une grande inspiration, s'équipa d'une seule de ses armes et pria ses pokémons de rester discret. Elle se rapprocha ainsi de la bâtisse, accroupit sous une fenêtre. Elle se releva doucement, pour s'assurer que la voie était libre. Dans un sursaut, elle tomba en arrière, retenant un cri de surprise. Son regard avait croisé un autre, celui d'un pokémon. Celui-ci traversa aussitôt la fenêtre, affichant un large sourire. Il était plus que satisfait d'avoir effrayé Haileen. Celle-ci se tourna vers son Riolu, sortant de son sac stylo et papier afin qu'il lui traduise ce qu'il pouvait. Par ce biais, elle découvrit que ce spectre un peu trop farceur et à la forme méga-évoluée était ici dans la volonté de faire sortir son ami emprisonné par celui qui prétendait être leur maître. Lui pouvait s'échapper sans problème, mais ce n'était pas le cas du second pokémon. Au terme de cette conversation étrange, elle pactisa avec cet Ectoplasma joviale, promettant de libérer son ami – qui était donc un Solochi – si il l'aidait à s'infiltrer à l'intérieur.
A cet instant précis, un drôle de bruit se fit entendre au delà de son coin de mur. Sans réfléchir, ni sans même laisser le temps au spectre d'agir, elle sortit de sa cachette, son arme tendue vers l'inconnu. Et à première vue, ce n'était qu'une femme lambda. Ou peut-être une employée qui n'avait pas encore enfiler sa blouse de travail ? En tout cas, Haileen avait l'avantage. « Qu'est ce que tu fou ici ? Tu travail là ? Réponds ! » Elle était stoïque, gardant son arme pointée sur son opposante. Mais elle n'avait pas haussé la voix pour autant. Ce n'était pas le moment d'attirer le reste de la clique et de faire capoter son objectif.


Utilisation de la CS Vol (dernière utilisation le 14.06.2017).



DC : Benedict Björnsdóthir
Avatar de Jill, merci ♥️
bonus:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1258

Région : Sinnoh
Mar 26 Sep 2017 - 22:09
Entre être malchanceuse et être au mauvais endroit au mauvais moment, je ne sais pas lequel qualifie le plus ma situation – même si, au final, les deux reviennent à la même chose. Quelle était la probabilité de tomber sur quelqu'un pile lorsque je serai aux alentours à tenter d'entrer ? Je ne crois vraiment, mais vraiment pas au destin, mais là je crois qu'il me fait une farce exprès pour ne pas avoir foi en lui. Une punition plutôt. Bref.

Lorsque j'entends une voix féminine plutôt agressive, tout mon corps se tend. Je ne suis pas sûre de savoir quoi faire dans une telle situation, et je ne me voyais pas me mettre dans le pétrin dès les débuts de mes recherches. Peut-être que j'ai regardé trop de films où tout se passait bien pour le personnage principal, alors je ne me suis pas plus méfiée que ça de cet endroit. Je me tourne lentement mais sûrement vers l'origine de la voix, et je tombe sur une jeune femme qui ne doit pas être bien plus âgée que moi. La deuxième chose que je vois ensuite, ce sont ses armes. Bon, ok, la prochaine fois, post-it à moi-même, ramener des armes – ou de quoi se défendre à priori. Non mais, c'est bien d'avoir ses pokémons avec soi hein, mais s'ils ne sont même pas à mes côtés ou que je ne veux pas qu'ils soient blessés par une arme, ça risque de compliquer les choses.

Je lève lentement les mains en l'air – par réflexe, je ne sais pas – et l'observe un moment sans rien dire. En fait, je ne sais pas quoi dire, parce qu'elle est louche. Comment est-elle arrivée ici ? Est-ce qu'elle travaille dans ce laboratoire et tente de me tester pour voir si je suis bien une employée ? Ou est-elle une simple civile – un grand mot pour quelqu'un qui détient des armes quand même – comme moi et qui a juste été surprise par la présence de quelqu'un d'autre ? Ou alors elle aime faire peur aux gens et/ou leur tirer dessus. Bref. C'est pas en émettant des hypothèses que je vais me sortir de ce pétrin. « Euhm... C'est plutôt à moi de te poser la question. » Bravo Sanae, c'était la chose la plus intelligente à sortir alors que tu es en complet désavantage. Continue comme ça et tu obtiendras le diplôme de la dernière des imbéciles. « Et puis pourquoi tu as un pistolet ?! » La panique doit s'entendre dans ma voix parce que je ne tente pas de la cacher. Je ne sais même pas pourquoi est-ce que cette jeune femme me menace ! J'ai rien fait de mal, au contraire je tente de résoudre les pires problèmes. Sauf si j'ai fait un truc de vraiment mal, je comprendrais qu'Arceus envoie un assassin. Presque. Sauf si cette femme travaille ici et tente de faire le ménage... « T-Tu travailles ici... ? »

Alors que la tension est toujours à son paroxysme, une de mes pokéballs vibre à ma ceinture. Je suis complètement figée, n'ayant pas envie qu'un de mes pokémons prenne le risque de se montrer et être blessé. Encore si la situation était plus à notre avantage, pourquoi pas, mais là c'est vraiment la provoquer et... Je ne sais pas comment réagir face aux gens comme elle. Je préfère me retrouver devant un troupeau de pokémons enragés plutôt qu'un être humain. Mais, évidemment, les choses ne se passent pas comme je le veux. Elon parvient à sortir de lui-même de sa pokéball et se retrouve entre nous deux. Montrant les crocs envers l'inconnue, sa fourrure à présent dorée brille encore plus avec les étincelles qui parcourent son corps. Il a l'air d'être prêt à charger l'ennemi et ne lui laisser aucune chance, mais le plus gros risque est qu'il se fait tirer dessus avant qu'il ne puisse l'atteindre.

« Non Elon ! » Je ne réfléchis plus – mon cerveau se met souvent en congé quand il s'agit de mes pokémons – et je fonce pour protéger mon pokémon, de peur qu'il ne lui arrive quelque chose. Il lui est déjà arrivé une horreur, je ne compte pas le laisser en revivre une autre. Je le couvre de mon corps en l'enlaçant dans mes bras, l'étonnant par la même occasion, ce qui fait s'évanouir l'électricité que générait sa fourrure. « Ne tire pas sur lui ! Sur moi si tu veux, mais pas lui ! »

En effet, j'aurais dû venir avec Sean.



    avatar par iago, merci ♥️
    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo Jeux & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 21/03/2017
Messages : 2970

Région : Hoenn
Sam 30 Sep 2017 - 9:19
Un silence de mort s'installa entre les deux jeunes femmes, rendant l'atmosphère pesante. Haileen restait malgré tout immobile, pointant toujours son arme sur l'inconnue. Elle commençait cependant à perdre patience. Il fallait dire qu'elle n'avait pas que ça à faire. Et en un sens, menacer des inconnus n'était pas une chose qu'elle appréciait particulièrement. Se battre avec des abrutis, oui. User de ses armes, pas tellement. Mais elle ne laissait pas paraître cette gêne, comme elle l'avait apprit par le passé. Ce qui finit par payer, puisque celle face à elle s'exprima enfin. Dans un haussement de sourcils, la brunette se demanda si cette femme n'était pas tout simplement stupide – ou suicidaire. Comment pouvait-elle oser jouer avec les nerfs d'Haileen alors qu'elle braquait droit sur son front une arme chargée. Elle n'était pas prête à tirer, n'ayant même jamais tué qui que ce soit. Et elle n'en avait pas l'intention, surtout pas aujourd'hui. Ce n'était ni le moment, ni l'endroit pour un tel acte. Haileen resta donc silencieuse, la fixant avec méprit pour lui faire comprendre sa bêtise. Malheureusement, elle ne semblait pas comprendre le langage corporelle puisqu'elle continua à lui poser des questions. A cet instant, l'Ectoplasma qu'elle venait de rencontrer pointa le bout de son nez, bien trop curieux – et en partie amusé – par la situation. Il regardait les deux jeunes femmes avec un large sourire, comme s'il était en train de visionner un film comique. Il eut même envie de chatouiller les aisselles de celle qui levait les bras. Mais il n'eut le temps d'agir, puisqu'elle ne resta pas ainsi bien longtemps.

Finalement, Haileen eut un petit rire nerveux, abaissant un instant son arme afin de regarder bien dans les yeux son « adversaire ». « Je ne crois pas que tu sois en position de poser des questions. » Cracha-t-elle sèchement. C'était à cette femme de répondre à ses questions, et pas l'inverse. Et ce fut la seule réponse que Haileen lui offrirait. Elle n'avait pas à se justifier sur son port d'arme plus si légal. Fut un temps où elle pouvait gambader joyeusement le pistolet au ceinturon. Mais cette époque fut bien vite révolue – ce qu'elle ne regrettait pas, tant elle avait une sainte horreur de l'armée. De toute façon, elle ne devait rien à cette inconnue, pas même un bribe de son passé, une information quelconque sur son île, ou une histoire croustillante. Rien. Pourtant celle encore à terre ne put refouler son besoin compulsif d'interroger celle qui se montrait plus puissante. Cette dernière soupira à l'instant même où elle prononça de nouveaux mots, répondant quasi instantanément. « Et puis quoi encore ? J'ai tout de même de l'amour propre. » Elle recentra ainsi son arme sur le visage de la jeune femme, songeant un instant à cette question. Car d'une certaine façon, cette femme venait de lui avouer qu'elle ne travaillait pas ici. Si c'était le contraire, elle n'aurait même pas posé la question, surtout pas en tremblotant de la sorte. Mais cela n'expliquait pas ce qu'elle faisait là. Haileen espérait au moins qu'elle n'était pas ici pour les mêmes raisons qu'elle. Elle osait croire qu'il ne s'agissait que d'une habitante un peu trop curieuse qui s'est perdue par ici dans sa promenade – même si c'était peu probable. Mais c'était tout simplement de l'inconscience que de venir ici, si peu préparée.

Et alors qu'elles étaient de nouveau plongée dans le silence, un pokémon surgit de nulle part. Un Luxio au pelage tout à fait étrange et pourtant intéressant. Par réflexe, elle se tourna vers lui, se disant finalement que les pokéball étaient bel et bien une connerie. S'en suivit une scène digne des films à l'eau de rose, où ces personnages pathétiques prouvent d'une façon totalement ridicule leur amour à l'être chéri. Elle soupira alors, attristé de voir que ce genre de pratique existait vraiment. Puis elle abaissa son arme pour finalement la ranger dans son sac. « Je ne ferrais jamais une telle chose à un pokémon. Je ne suis pas un monstre... Bien que pour un être humain ça se discute. ». Elle haussa les épaules en remettant son sac sur le dos. Cette femme n'était vraisemblablement pas dangereuse. Et si sa déduction était bonne, il était préférable de pactiser avec elle, plutôt que de se tirer dans les pattes une fois entrés. Et si jamais elle faisait fausse route, elle n'aurait aucun mal à se défendre sans aucun objet mortel.

A cet instant, le Riolu et le Poussifeu de la jeune femme sortirent de leur cachette. Le piaf resta en retrait, méfiant, laissant son regard naviguer entre cette inconnue, son pokémon et ce spectre qui venait de les rejoindre. Le chiot quand à lui s'avança jusqu'à Haileen, souriant et saluant les deux autres. « Bonjour, bonne journée ! » souffla-t-il joyeusement. Il avait suivit la conversation de son coin de mur et jugeait donc bon d’apaiser ces tensions en exposant ses quelques talents en communication, bien que son savoir se limitait à quelques mots ou brèves tournures de phrase. Il n'y avait pas à dire, il restait bien plus à l'aise à l'écrit. Haileen à côté grimaça. Elle aurait préféré qu'il ne dise rien. On est jamais à l'abri de personnes mal intentionnées après tout. Elle passa toutefois outre, souriant finalement à l'instant même où il la regarda. Il travaillait dur pour parvenir à un tel résultat, ce n'était donc pas le moment de le décourager. Il pouvait toujours s'amuser de la sorte, elle serait toujours capable de le protéger, qu'importe la personne qui lui fait face.

Et puis elle se tourna de nouveau vers celle qui s'était enfin relevée, restant tout aussi inexpressive. « Pardon pour cette frayeur. Mais on est jamais trop prudent. » Elle marqua un temps, soupirant en regardant tout autour d'elles, comme pour s'assurer que personne ne les avait rejoint. « Je devine que tu ne travail pas ici, alors qu'est ce qui t'amènes ici au juste ? ». Elle fronça les sourcils lorsqu'une idée soudaine lui traversa l'esprit. « Tu viens retrouver ton petit ami ? ».

Pourquoi fallait-il qu'elle croise quelqu'un en venant ici ?



DC : Benedict Björnsdóthir
Avatar de Jill, merci ♥️
bonus:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1258

Région : Sinnoh
Mer 4 Oct 2017 - 17:41
Il y a une de ces auras autour de cette jeune femme, je ne sais pas comment la décrire. Ce qui est sûr, c'est qu'elle fait peur. Mais pourquoi j'ai dit ça, déjà ? Parfois j'ai l'impression que je ne me contrôle pas du tout et que tout est séparé, entre mon corps, mon esprit et mon cerveau. Sérieux, j'ai juste envie de m'enfuir tant j'ai honte de ne pas être capable de me retenir de dire certaines choses. Et elle a l'air effrayante, mais elle n'a pas l'air de tirer n'importe comment sur n'importe qui non plus, donc ça va. Je crois. Parce que si elle avait vraiment voulu tirer, elle l'aurait fait pendant que j'avais le dos tourné et non pas en m'interpellant. Si jamais j'étais une sorte d'espionne, j'aurais peut-être pu la désarmer de moi-même. Mais je n'en suis pas une – loin de là – donc non, même en sachant qu'une arme est pointée sur moi, je ne suis capable de rien.

Je ne sais d'ailleurs même pas ce que je fais ici sans être vraiment préparée. Je découvre.

Bref. Le ton de l'autre jeune femme m'indique clairement que j'ai fait les mauvais choix en terme de paroles. Je le savais, mais je n'ai pas pu empêcher mon moi intérieur de surgir de cette façon – non je ne suis pas schizophrène, et c'était un peu bizarre cette façon de le dire. Je me tends et décide de ne rien ajouter de plus de peur d'attirer réellement sa colère et de dire adieu à ce monde un poil trop tôt. Lorsque je lui ai posé la question de si elle travaillait là, elle n'avait pas l'air contente que je pense ça. Je sais que les personnes travaillant de ce laboratoire doivent être des monstres, donc si elle se met autant sur la défensive et la rage, peut-être qu'elle les déteste aussi... Et que du coup, elle n'est pas avec eux.

L'apparition d'Elon est à la fois un soulagement et une frayeur supplémentaire. Alors que j'agis sans réfléchir – encore – l'inconnue armée... baisse justement son arme. Ses paroles me font légèrement baisser ma garde – quoi que j'en avais même pas en fait – et mon corps se détend un peu plus. Elon reste quand même à observer la jeune femme en face, sans rien tenter mais n'aime apparemment pas qu'elle abandonne ainsi toute tentative d'attaque alors qu'elle semblait si agressive dès le départ. Luxio a toujours été le plus méfiant envers les inconnus après Lucario, malgré son caractère câlin et un peu joueur, il ne se laisse pas berner facilement. Mais sa confiance n'est pas non plus facile à gagner.
Je me tourne vers l'autre femme et me relève. Si jamais il faut courir, je serai en mesure de le faire rapidement. Enfin, je crois.

Et juste à ce moment-là, deux pokémons sortent de leur cachette. Deux petits et adorables créatures dont l'un m'est complètement familier – et en même temps inconnu puisqu'il n'est pas Sniper. Mais quelle surprise lorsqu'il s'est mis à parler. A parler ! Quand Sniper a commencé à développer ses compétences de télépathie, bon ok c'était plus ou moins normal, mais là le pokémon est capable de sortir des sons, des mots normalement. « W-Wow... Il sait parler ?! » Je m'exclame en avançant de quelques pas, prudemment et pas trop proche afin de ne pas l'effrayer ou d'attirer la malveillance de leur dresseuse. « C'est trop adorable... Mon Lucario ne sait le faire que par télépathie. Bonjour petit ! » Je lui dis avec un signe de la main et un sourire sur mes lèvres. Je ne peux vraiment pas m'empêcher d'être toute gaga en voyant des pokémons, mais encore plus quand il s'agit d'un Riolu ; ça fait rappeler l'époque où Sniper était encore un Riolu, une époque où tout était innocent et plus simple... Mais bref, ce n'est pas le moment.

Lorsque l'inconnue reprend la parole, je me tends involontairement. Pourtant elle s'excuse et ne fait rien de mal, mais j'ai encore l'impression qu'elle va juste ressortir son pistolet et tirer sans avertir... Après on s'étonne que certains deviennent paranos. « Oh, euh je comprends. Y a pas de mal. » Au sens propre comme au sens figuré d'ailleurs. « Je devais certainement avoir l'air louche à observer ce bâtiment... »

Puis, quand elle pose d'autres questions, je ne peux m'empêcher de me sentir encore plus bête. Si elle possède une arme et qu'elle m'interroge comme ça, elle est peut-être une agente de police ! Sous couverture civil. Ouaip.

« Ah non, pas du tout ! Euhm, je suis venue ici parce que... Je pense que c'est pour la même raison que toi... ? » Je dis, un peu hésitante. « C'est pour fouiller ces labos et aider les pokémons maltraités à l'intérieur. Je sais d'une source sûre qu'il y a des personnes avec de mauvaises intentions dedans et je veux libérer les pokémons. » A l'entente de mes mots, Elon se rapproche de moi sans quitter les individus des yeux. Il ne dit rien ni ne laisse un son de mécontentement, il reste juste là et ça suffit à me donner du courage. « Je sais que ce n'est pas à moi de le faire, je ne suis même pas une agente comme tu dois sûrement l'être... Mais si personne ne fait rien, si on reste les bras croisés à laisser les pokémons souffrir, alors autant prendre le risque d'entrer. » Le corps droit et regardant droit dans les yeux de la jeune femme, je sais qu'à cet instant précis, la peur s'est envolée et je me sens capable de tout.

Quand je repense à mes mots, je sens le rouge me monter aux joues. « Bon, peut-être que j'aurais dû venir un peu mieux préparée, c'est vrai. » Je détourne le regard et celui-ci se pose sur Elon qui arque un sourcil, le sourire en coin, comme s'il m'avait prévenue. Ce qui est vrai. Vantard.



    avatar par iago, merci ♥️
    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» [L5R JCC] Path of the Destroyer (prochaine extension)
» Commande de Path of Destroyers
» Path of Might Chapitre 4 : Deus Ex Machina [à ne pas lire, ce serait une perte de temps]
» Path of Might Chapitre 2 : La mission [Rang B]
» 03. It's all about the climb

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Bonville-