AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant
 
» [Event] Combattre l'abomination.


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1585

Région : Sinnoh
Lun 16 Oct - 23:17
M'occuper de la communication ne semble pas déranger Sayuri, de ce fait, ça me soulage. Mais être en charge demande aussi beaucoup de responsabilités et je ne suis même pas sûre de savoir dans quoi je m'embarque. Enfin, maintenant que c'est dit, je ne vais pas reculer juste parce que je commence à douter de moi. Et puis, il faut bien quelqu'un pour s'en charger et tout le groupe doit avancer, pas de temps de tergiverser sur de petits détails.

L'idée d'envoyer Chacripan et Charmillon ensemble semble plaire à tout le monde, ce qui me donne un petit sourire. J'avais peur que ça ne soit pas une bonne idée, mais si ça convient à tout le monde alors je ne peux pas demander mieux ! « Oui, elle en est capable ! Et bonne idée, on va voir ce qu'elles peuvent trouver ensemble. » Je fais de même que Sayuri et libère Eclat afin qu'elle puisse s'infiltrer avec la Chacripan dans l'enceinte du bâtiment. Elles trouvent apparemment rapidement une entrée ; une fenêtre entrouverte par laquelle les deux petites créatures peuvent passer. J'ai eu un moment d'hésitation en voyant Eclat rester devant pendant quelques secondes de plus que sa partenaire, mais finalement elle a pu s'y glisser. Je pense qu'elle devait faire attention à l'inclinaison de ses ailes pour ne pas se blesser. En même temps, je ne lui ai jamais appris ou entraînée à se glisser par une fenêtre entrouverte... Dans le cas contraire, ce serait bizarre. Bref. Elles sont entrées par une fenêtre à l'étage, du coup il va falloir qu'on attende leur signal ou la sortie d'une des deux. Ça va être compliqué. Même si je crois en mon pokémon, c'est stressant de l'envoyer comme ça dans un lieu aussi sombre. Elle est avec la compagne de Sayuri donc ça me rassure un peu plus, mais je ne peux m'empêcher de penser au pire.

Lorsque les deux pokémons sont à l'intérieur, nous ne savons donc plus ce qu'il se passe, mais le silence qui s'éternise et aucun petit bruit signalent la tranquillité des lieux. Pour le moment.
En attendant, Côme ne va pas rester les bras croisés et nous indique qu'il va inspecter les côtés du bâtiment. Il fait appel à un magnifique pokémon qu'est Milobellus afin de l'aider à sa petite mission de reconnaissance des coins. Je hoche de la tête pour lui indiquer que ses signaux sont bien retenus.
Côme revient de ses inspections et nous informe qu'il va entrer par la bouche d'aération aperçue sur le côté. Avec Sayuri, on ne peut pas les suivre puisque nous devons attendre le retour de nos pokémons, mais Effy peut l'accompagner et c'est bien mieux d'être à deux pour ce genre d'infiltration. On n'est jamais à l'abri d'une mauvaise surprise. « Bonne idée. Et puis, je sais que s'il y avait eu un souci, Eclat serait revenue rapidement par la voie des airs. » Je ne sais pas si je dis ça pour les rassurer ou me rassurer moi, mais bon.

Étant donné que l'on va se séparer en deux groupes, Effy m'informe qu'elle va m'envoyer un message lorsque sa mission sera effectuée et d'envoyer un message à l'autre groupe, histoire de savoir s'ils sont bien entrés et qu'ils n'ont pas de soucis, bref où ils en sont. La dernière partie de ses instructions me font sourire, parce qu'au final, ça risque de se passer comme ça si on ne peut pas entrer. « Yep, ça marche. Bonne chance à vous deux. » Je ne sais pas si ça doit reposer sur de la chance ou non, mais je ne vois pas ce que je pourrais dire d'autre alors c'est juste cette petite phrase qui sort. Ils s'en vont et pendant ce temps je sors mon portable pour envoyer un message à Gaeriel, la seule ranger dont j'ai le numéro.

De Sanae à Gaeriel a écrit:
Coucou ! Côme et Effy s'infiltrent par le côté, Sayuri et moi sommes devant à attendre le retour de nos pokémons ou le signal d'Effy pour entrer.
Qu'en est-il de votre côté ? Est-ce que tout va bien ?
Sanae

Et j'appuie sur « envoyer ». Je me dis que j'ai donné trop d'informations, mais je ne pense pas finalement. Si jamais ils ont besoin de quelqu'un qui arrive rapidement à eux, ils sauront que nous sommes encore à l'extérieur. Sinon, eh bien tant mieux. « Ok, c'est envoyé. J'espère que l'autre groupe va bien. » Je dis à Sayuri, en me disant que ça va nous amener à une conversation plus apaisante ou je sais pas. Quelque chose qui fait que notre attente ne soit pas si stressante.
A peine quelques minutes plus tard, je reçois un texto d'Effy nous informant qu'il n'y a aucun souci et que la porte est ouverte. Parfait.

Je me tourne vers Sayuri. « Effy nous a ouvert la voie, on peut entrer. » Je lui dis avant de prendre les devants et d'ouvrir précautionneusement la porte. Même si elle nous dit qu'il n'y a rien, instinctivement je reste sur mes gardes. Je pense qu'elle a pu court-circuiter les alarmes et les caméras. En entrant, il fait hyper sombre. Grâce aux fines fentes qui laissent passer légèrement la lueur bleutée de la lune et les tout petits spots de lumière à l’intérieur, il est plus facile de s'adapter au noir et il n'en faut pas longtemps pour être pleinement habituée. Je chuchote en direction de ma partenaire du moment. « Je pense que je n'ai pas besoin de te le dire, mais reste sur tes gardes, on ne sait jamais s'il y a quelque chose ou quelqu'un de caché dans l'ombre. » En fait, je frissonne moi-même suite à ma remarque, mais je tente de ne pas le montrer, sinon j'ai l'air bien bête.

Nous avançons encore un peu, et il faut qu'on retrouve Côme et Effy. Ce ne sera pas bon du tout si on reste séparé trop longtemps, et le mieux est de rester groupé le plus possible. Et par la même occasion, si on parvient à trouver Chacripan et Charmillon, ce serait cool. « Sayuri, si tu vois quelque chose, crie-le. Enfin, non, ne crie pas, mais tu vois le truc. Euhm. Ouais. » L'angoisse commence à prendre le dessus, et je me bats intérieurement pour que ça ne prenne pas totalement possession de mes pensées et mes gestes. Nous sommes toutes les deux donc ça va aller.


Je cherche un indice donc !



    avatar par haileen, merci ♥️
    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/08/2013
Messages : 2412

Région : Kantô - Johto - Alola
Mar 17 Oct - 19:59
Avant que nous ne puissions entrer dans le bâtiment plongé dans l'obscurité, je déteste de faire une dernière mise en garde au reste de mon groupe, voulant être sûre qu'ils se rendent compte que ce que nous faisons est complètement illégal et que nous risquons gros. Ils devraient déjà être au courant bien sur, pour avoir été aussi loin, mais je préfère quand même m'assurer que personne n'a de problème de conscience avant que nous ne soyons à l'intérieur, parce qu'il sera trop tard pour faire demi-tour. Je suis soulagée lorsque Marie-Anne puis Clarisse acquiescent, prêtes à continuer, et il me suffit de croiser le regard de Azamir pour savoir qu'il est partant, même si je n'en doutais pas. Il ne nous reste plus qu'à attendre que Spectra ait inspecté la première pièce et nous ouvre la porte pour que l'on puisse commencer à chercher des preuves sur ce qu'il se passe ici... En espérant que ce soit rapide. En attendant que la spectre nous déverrouille, je répond finalement à ce que Azamir nous avait dit.

- Dès que je vois un ordinateur ou une pièce qui sert au contrôle je libérerais Kerrigan. Elle peut aussi brouiller les caméras, mais en ayant un accès direct elle pourrait trafiquer le système pour faire tourner d'anciennes bandes en boucle, comme ça ils n'auront pas nos visage ni ceux de l'autre groupe. En attendant, faisons profil bas...

Et ce dans tous les sens du terme, c'est le cas de le dire. Heureusement que Spectra est avec nous, son type lui permettant de ne pas apparaître devant les caméras si elle le souhaite ; elle sera une parfaite éclaireuse.

En parlant d'elle, un léger déclic se fait entendre et Azamir ouvre celle-ci. Il rappelle de ne pas parler fort, juste au cas où, et j'acquiesce d'un hochement de tête ; de toute façon, je pense que l'on aurait naturellement parler en chuchotant, par rapport à l'endroit où l'on se trouve. Mais on ne sait jamais, surtout selon ce que l'on trouve, il vaut mieux le rappeler... Azamir s'étant positionné devant je reste aux côtés de Clarisse et de son chien, dont je ne connais pas l'espèce mais qui semble avoir un bon flair. D'ailleurs, celui-ci semble avoir repéré quelque chose et je regarde la jeune fille avec curiosité avant d'observer la pièce, espérant qu'il n'y ait pas déjà un garde dans le coin... Mon collègue nous fait une remarque à voix basse et je hume l'air à mon tour avant de froncer le nez ; je connais cette odeur, un peu trop bien même, et j'aurais préféré ne pas avoir à la sentir... C'est mauvais signe.

Nous continuons d'avancer petit à petit, troublés par cette odeur qui flotte dans l'air et ne nous quitte pas. Nous nous arrêtons brusquement lorsque Azamir repère une porte entrouverte et je lui fais un signe de tête lorsqu'il décide d'aller voir ; cela m'arrange, je n'ai pas envie que l'odeur soit plus forte ou que la vue y soit associée... J'ai déjà frôlé le malaise avec la vue du sang et ce n'est vraiment pas le moment de me sentir mal.

Heureusement, il ne nous demande pas de venir voir mais prend des photographies en preuve ; la situation ne doit pas être aussi préoccupante que prévue... Enfin, en quelque sorte. En ressortant, il nous explique ce qu'il a vu... Une scène qui devait être particulièrement glauque, je suis contente de ne pas avoir eu à y faire face. Malheureusement, cela risque d'arriver plus tard.

- Au moins, on est pas venus pour rien... Chuchotais-je, comme pour me rassurer moi-même.

Nous recommençons à marcher lorsque je sens une vibration discrète dans la poche de mon pantalon en cuir. J'attrape le téléphone, baisse aussitôt la luminosité au maximum en réalisant que la lumière est assez forte et je montre rapidement le sms de Sanae au reste de l'équipe avant d'y répondre.

Nous avons réussis à entrer avec mon Ectoplasma, pour l'instant il n'y a personne.
Nous avons trouvé une première preuve, une cage avec du sang... On a des photos.
Bon courage,
Gae


Après cela, j'explique à Azamir que Spectra n'est pas encore revenue de son inspection, ce qui est à la fois bon et mauvais signe... Elle n'a pas trouvé d'indice ou d'ordinateur pour Kerri, mais cela veut aussi dire qu'elle n'est pas tombée sur un vigile. Ne reste qu'à l'attendre tout en continuant notre route...

* Spectra cherche un indice :)





doubles comptes:
 
autre:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 2617

Mer 18 Oct - 17:58
Équipe 1

AZAMIR

Vous avancez dans la pièce après votre effroyable découverte. Le sol est sale, l'odeur pestilentielle continue de dévorer votre odorat, mais il n'y a rien alentour pour attirer votre attention.
PAS D'INDICE.

MARIE-ANNE

Tous vos sens sont en alerte et vous ne pouvez pas vous détacher de l'idée que s'il y a du sang, c'est que malheureusement une macabre découverte sera bientôt faite.
Vous regardez autour de vous jusqu'à ce que quelque chose retienne votre attention. Une corde, non, une bandelette semble coincée sous le pied d'une étagère métallique qui se trouve être dans un piteux état. Ce n'est pas grand chose, mais lorsque vous vous approchez, vous remarquez qu'elle est tachée de sang. Il n'y a rien d'autre, mais cela vous suffit pour comprendre que les normes d'hygiène de ce lieu sont bien en deçà de tout ce qui peut être préconisé.
1 INDICE TROUVÉ.

CLARISSE

Il n'y a rien de rassurant dans cet endroit, vous avez pénétré tout droit dans un cauchemar qui est malheureusement bien réel.
Spocky obéit à votre demande et commence à renifler à tout va. L'expérience est pour lui d'autant plus désagréable mais il ne se laisse pas aller au moindre état d'âme ; ayant compris l'importance de sa tâche.
Il ne faut pas longtemps pour que le Ponchien vous emmène vers une petite armoire métallique, censée être stérilisée - censée seulement - et étant recouverte de traces de sang devenu noir et de griffures. Alors que Ponchien commence à gratter la porte, vous constatez que son côté gauche a été enfoncé de l'intérieur. Une grande bosse d'un diamètre d'une vingtaine de centimètres dénote en comparaison de la forme de l'armoire, d'apparence solide.
Elle doit pourtant avoir vécu, puisque suite à un autre coup de votre Ponchien, le côté gauche tombe dans un grand fracas sur le sol, laissant entrevoir le contenu de l'armoire. Vous distinguez alors le crâne d'un Pokémon, un Ouisticram, semblant bien plus petit que la moyenne.
1 INDICE IMPORTANT TROUVÉ.

GAERIEL

Pour le moment, vous ne voyez rien de plus. Votre esprit est occupé par l'absence de Spectra. Vous espérez, l'attendant avec une patience de plus en plus ténue, qui ne lui soit rien arrivé.
PAS D'INDICE.

Équipe 2

SAYURI

En pleine action, vous essayez de gérer l'équipe avant toute chose. Il faut faire vite et bien. Vous décidez d'avancer séparément dans un premier temps, afin de libérer un accès. Votre Charmillon va vous aider rapidement et simplement. Alors que vous avancez et que vous espérez un retour rapide de votre Pokémon, vous remarquez sur un mur de nombreuses traces de griffes. Un combat ? Une tentative vaine et désespérée pour trouver une issue ? Quoiqu'en soit la cause, cela n'a rien à faire dans un laboratoire normal.
1 INDICE TROUVÉ.

CÔME

Vous parvenez à grimper puis à vous hisser dans le conduit qui vous emmènera à une source d'énergie. Vous avancez bien, mais vous n'avez rien trouvé dans cet endroit.
PAS D'INDICE.

EFFY

Jusqu'ici, tout se déroulait bien. Vous avez réussi à avancer correctement et avez même libéré l'accès pour vos camarades. Seulement, alors que tout semblait se dérouler comme prévu, vous entendez une porte s'ouvrir derrière vous. Malheureusement, la décharge a fait du bruit et votre action a permis à un scientifique de vous repérer. Est-ce que cela voudrait dire qu'il n'y a pas de gardes ici ?
Votre Pharamp fait directement face au scientifique.


« Qu'est-ce que vous faites ici ? »
Il envoie son Magnéton, niv. 60. Il semble très mal en point.

stats:
 
ON VOUS ATTAQUE.

SANAE

Vous êtes occupés à rejoindre le groupe, mais sur votre marche, quelque chose vous alerte. Vous la voyez scintiller au loin, dans la lumière faible d'une lumière indiquant une issue. Une fois que vous vous approchez, au sol, l'objet devient rapidement familier. Il s'agit du haut d'une Pokéball. La demi-sphère a été cassée, vous le voyez par l'absence de mécanisme. Vous regardez partout, mais pas de partie basse. Si la découverte semble anodine, nul doute qu'un objet pareil n'a rien à faire à terre.
1 INDICE TROUVÉ.

→ Total : 4 indices trouvés + 1 indice important.



NB : Un combat est donc lancé pour l'équipe 2. Vous pouvez tous participer tant que vous vous rejoignez dans le rp. Vous pourrez seulement lancer des attaques pendant ce tour, bien trop occupés par le combat pour chercher des indices.

[Prochaine modé : le 5 novembre.]


avatar ©️ Elune Crowley.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 28/02/2017
Messages : 478

Région : Alola
Mar 24 Oct - 14:16
Mara s'éloigna légèrement du reste de son groupe, ses yeux balayant autant les murs que le plafond à la recherche de détails sortant de l'ordinaire. Elle s'assura toutefois de demeurer dans le champ de vision des Rangers. Suivant son instinct et sa logique, qu'elle jugeait implacable, elle s'attendait à trouver les marques du passage d'une créature quelconque. Du sang, des griffures ou encore, des excréments - car une bête nerveuse et blessée contrôlait moins bien ses envies. La donzelle renifla à plusieurs reprises, mais seule l'odeur métallique et désagréable du sang planait dans l'air. Elle jeta un bref coup d'oeil par-dessus son épaule, puis elle reporta son attention sur le couloir. Elle avait suivi Azamir sans réfléchir lorsque celui-ci avait détecté les effluves nauséabondes ; elle songea qu'une telle imprudence aurait pu lui coûter cher. Un garde de sécurité - ou une monstruosité sans nom - aurait pu se cacher derrière l'un des meubles et leur tendre un piège. Dégainer ses lames pour se débarrasser du vigile lui aurait pris moins d'une minute, mais un doigt pressant la gâchette d'une arme semi-automatique, dans ce même laps de temps, aurait remporté la joute.

Elle soupira doucement, puis se mit à étudier l'étagère la plus proche. Il n'y avait qu'une poignée d'objets qui en garnissaient le dernier étage, à la hauteur de ses yeux. Des feuilles vierges de toute écriture, un livre sur les espèces urbaines de pokémons et un petit bocal en vitre, vide. Rien qui ne pourrait faire avancer leur enquête, et encore moins prouver que la Team Rocket avait la main mise sur le laboratoire. Mara se pencha ensuite, mais ne trouva rien d'anormal. Les étages du bas ne semblaient jamais avoir été remplies ; une fiche couche de poussière les recouvraient même. La sbire résista à l'envie d'y passer son doigt. Elle se devait d'exclure la possibilité qu'elles aient été vidées avant leur arrivée. Enfin, alors qu'elle s'apprêtait à se redresser, quelque chose attira son attention. 

Une corde ? 

Elle fronça les sourcils et rajusta ses gants de cuir noir avant de se saisir délicatement de l'extrémité qui dépassait de sous l'étagère. Ce n'était pas une corde, mais une bandelette de tissu, maculée de sang séché. Elle tira légèrement dessus, mais elle s'avéra être coincée sous l'une des pattes du mobilier. Comment avait-elle pu se retrouver à pareil endroit ? Mara relâcha sa trouvaille, qui retomba mollement sur le sol, et elle tira son portable de la poche arrière de son pantalon. Pour sa sécurité personnelle, elle avait préféré ne pas échanger son numéro avec les autres. Mais rien ne l'empêchait d'immortaliser dans l'appareil ce qui captait son attention. Elle prit trois clichés, tous dans des angles différents, puis elle revint à pas précipités vers ses coéquipiers. Ses narines frémirent tandis que les horribles effluves revenaient à la charge, plus fortes au fur et à mesure qu'elle se rapprochait de la pièce.

« J'ai trouvé quelque chose. » 

Elle tendit d'abord son téléphone à Azamir, puis à Gaeriel, puisque la plus jeune de leur groupe semblait être occupée par les agissements de son Ponchien. Elle leur montra les trois photos rapidement. « Ce n'est pas énorme, mais c'est mieux que rien. » Et cela n'atténuait en rien son mauvais pressentiment ; si cette bandelette avait servi à panser le pokémon qui se trouvait auparavant dans la salle découverte par Azamir, comment s'était-elle retrouvée coincée là ? Ses pensées s'interrompirent brusquement lorsqu'un bruit fracassant se fit entendre. Elle se dirigea vers la source, le coeur battant la chamade et les poings serrés, faute de pouvoir tenir la garde d'une de ses dagues. 

« Ça va ? Rien de cassé Clarisse ? »

___________________________
Si c'est possible - je cherche un indice !


« This fate has become my own. » / avatar par Jill (l)
DC:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 388

Région : Unys
Ven 27 Oct - 11:55
Malgré sa nervosité, Monsieur Spock comprend ce qu’on attend de lui et se met à renifler avec empressement. Clarisse se dit qu’avec son flair très puissant il doit sentir toute l’horreur qui les entoure, que ce soit la peur des pokémons (s’il y en a encore en vie dans cette zone, pour l’instant ils n’entendent rien) ou les odeurs morbides des tortures. Aussi elle ne retire pas sa main de la tête de son ponchien pour qu’il puisse toujours ressentir sa présence rassurante, à défaut de la voir. Quelque part, elle aussi ça la rassure.

Gaeriel reçoit un SMS de l’autre groupe et le leur fait lire. OK, personne ne s’est fait prendre et ils s’apprêtent à entrer, pour l’instant tout se passe bien. Ils doivent toutefois se dépêcher pour ne pas trop trainer dans le coin ; Marie-Anne aussi doit en avoir conscience car elle prend l’initiative de s’éloigner un peu pour chercher des indices de son côté. Clarisse se dit qu’elle devrait faire la même chose et regarde un peu autour d’elle, tout en restant près des deux rangers. C’est Monsieur Spock toutefois qui repère quelque chose le premier : il tire légèrement sur sa main pour qu’elle le suive.

« Euh, mon ponchien a senti quelque chose, je vais voir. » explique-t-elle sans trop d’assurance.

Elle marche lentement à côté de Spocky le long du couloir. Celui-ci, relativement large, est flanqué de plusieurs armoires médicales en fer blanc. Avant même que le ponchien ne s’arrête Clarisse repère déjà celle qu’il a senti : l’une des armoires a des traces de sang sur la porte.

« Oh non. » murmure-t-elle alors que ses jambes se mettent à trembler. Elle n’est pas sûre du tout de vouloir savoir ce qu’il y a à l’intérieur de cette armoire. Et en même temps, de voir de manière si flagrante que des humains ont maltraité des pokémons ici, elle sent comme une sorte de révolte qui commence à brûler dans son ventre. Elle doit leur faire payer.

Spocky commence à gratter à la porte de l’armoire, indiquant clairement qu’il y a quelque chose d’odorant à l’intérieur. Doit-elle ouvrir directement ? Elle laisserait ses empreintes digitales, ce n’est peut-être pas très malin… Alors que le ponchien devient de plus en plus frénétique, Clarisse enroule sa main droite dans la manche de sa veste et saisit son portable dans la main gauche, prête à prendre en photo ce qui serait là-dedans. Allez, c’est bon, elle est prê…

BANG !


Elle fait un bond spectaculaire et a le réflexe salutaire de s’enfoncer le poing dans la bouche pour ne pas crier. Même si vu le vacarme que l’armoire vient de faire en s’écroulant, cela n’a pas une si grande importance…

« Oh non non non non non » bafouille-t-elle en observant, les yeux écarquillés, ce que Spocky vient de révéler.

Parmi tous les objets étalés au sol, il y a un crâne de pokémon. Plutôt petit, comme ces têtes miniatures qui lui font tant peur depuis qu’elle est gamine. C’est glauque, elle sent qu’elle a envie de crier mais le bruit reste emprisonné dans sa gorge alors qu’elle se mord le dos de la main. Rester calme, oh mon dieu, rester calme.

« Ça va ? Rien de cassé Clarisse ? » demande Marie-Anne qui arrive à côté d’elle.

« Je suis désolée, ça a fait plein de bruit, oh mon dieu on va se faire repérer, il y avait un truc là-dedans un.. un espèce de crâne et.. il faut le prendre en photo et partir d’ici, on va se faire repérer… »

Elle respire, elle essaie de reprendre son sang-froid malgré le sentiment d’urgence qui fait battre son cœur à cent à l’heure. D’un seul coup elle se sent comme une cible, une cible marquée au fer rouge. Si ces scientifiques sont capable de torturer des pokémons, qu’est-ce qui les empêche de faire du mal à des humains pour garder leur secret hein ?




Monsieur Spock continue de chercher des indices malgré l'affolement de sa maitresse :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 11717

Région : Kanto | Hoenn
Mer 1 Nov - 4:30
Après la trouvaille de cette première preuve, cette cage pleine de sang, je ne m’attarde pas dans cette pièce, revenant vers mes équipières. Je ne leur montre pas les photos, c’est inutile pour l’instant. Nous tomberons sans doute sur d’autres éléments à mesure que nous avançons dans ce bâtiment. Avant de reprendre mon chemin, j’ai adressé quelques mots au groupe, toujours d’une voix basse, puis j’ai demandé à Gaeriel si elle savait ou en est Spectra, mais elle ne le sait pas. C’est vrai que c’est plutôt mauvais signe, mais je m’abstiens de passer le commentaire. Il faudrait que la spectre revienne vite parce que nous risquons d’avoir besoin d’elle pour passer devant des caméras. Il y en a forcément dans le coin. Je me montre prudent en avançant, mais il y en a qui sont très difficiles à repérer, minuscules. Sans équipement adéquat, les trouver relève de la chance. Peut-être qu’on nous a déjà remarqués et qu’on nous tend un piège à un tournant ou dans une pièce plus loin... Impossible de le savoir. Je compte donc rester devant autant que possible, mais je ne peux pas contrôler mes équipières ni les contraindre à quoi que ce soit. Même si c’est pour les protéger, toujours dans ce but. J’allais reprendre, mais Gaeriel reçoit un SMS de la part de l’autre groupe, venant de Sanae. Elle nous le montre puis elle y répond, les informant de la trouvaille faite plus tôt. Ainsi, ils pourront eux aussi se préparer au pire, se préparer à ce qu’ils pourraient découvrir. Ce n’est pas facile de gérer les images de la maltraitance, bien que ça semble être le cas pour ceux qui prennent plaisir à l’infliger... Je ne m’attarde pas sur cette pensée plus longuement, évitant les souvenirs qui voudraient remonter. Relevant la tête, je me rends compte que Marie-Anne a continué son chemin. Le Pokémon de Clarisse cherche aussi des indices grâce à son flair, sous les instructions de sa propriétaire. Dommage que mes compagnons soient trop imposants pour nous aider sans attirer l’attention.

Il y aurait Drif, mais la spectre est trop indisciplinée pour que tu fasses appel à elle dans ces circonstances.

L’odeur ne quitte plus mes narines. Il n’y a rien de pire que le sang et pourtant, je l’ai côtoyé cette odeur... Le sang coulait par ma faute. Je suis habitué, mais les circonstances ne sont pas pareilles, je n’ai plus le même état d’esprit non plus. J’entends mes chaussures qui collent au plancher parce qu’il est sale, parce qu’il y a sans doute toute sorte de substances séchées qui y sont tombées sans être ramassées. Cet endroit est répugnant. J’espère que nous trouverons vite assez de preuves afin de pouvoir quitter ce bâtiment et nous rassembler à l’extérieur. Songeant à tout cela, j’avance sans réellement porté attention à ce qui se passe autour, jusqu’à ce que Marie-Anne revienne vers nous. Il s’est écoulé combien de temps? J’étais tellement concentré à ce que je faisais, à observer les alentours et à entendre ce bruit quand je marche que je n’avais pas tant remarqué que notre petit groupe ne se tenait plus aussi près les uns des autres. La jeune femme me tend son portable en affirmant avoir trouvé quelque chose. J’observe donc les photos qu’elle a prises d’une corde ensanglantée. Elle les montre ensuite à Gaeriel, affirmant que ce n’est pas grand-chose, mais mieux que rien. Je pense qu’aucun indice n’est à négliger. Mis ensemble, ils peuvent sûrement nous en apprendre beaucoup sur ce qui se passe ici. Je parle toujours à voix basse, sauf que ça ne sert plus à rien quand un grand fracas me fait presque sursauter. C’était tellement silencieux jusqu’à présent que même sans être particulièrement nerveux, ça surprend. Je n’avais pas non plus remarqué que le Pokémon de Clarisse s’activait sur cette armoire qu’il a renversée. Je ne perds pas de temps non plus à m’approcher, observant le contenu de cette armoire avant de tomber sur un crâne. D’ailleurs, Clarisse le précise à Marie-Anne qui s’est inquiétée de son état. Elle semble assez paniquée à l’idée que nous soyons repérés. C’est une possibilité.

Mais tu as la courtoisie de ne pas insister et de ne pas te montrer rude.

Ne cède pas à la panique. Ça va, nous sommes là et je ne laisserai personne vous approcher. J’ai hésité un instant à poser mes mains sur ses épaules pour l’aider à se calmer, mais je me suis dit que ça serait de trop. J’attends un moment avant de prendre des photos, lui laissant le temps de se remettre un peu. Par contre, je me demande aussi s’il ne faudrait pas l’apporter, ce crâne... Ça n’aura rien d’agréable, mais il constitue une preuve tangible, une preuve matérielle qu’il nous est possible de montrer sans se faire accuser de trucage. Clarisse n’était pas en état, je me tourne vers Gaeriel. Je voulais éviter qu’elle soit trop exposée, sauf qu’en ce moment, je n’ai pas vraiment le choix. Tu crois qu’on devrait l’apporter? Je lui pose la question en me penchant pour lui parler tout bas, en désignant le crâne d’un geste rapide de la main. S’il faut le porter, ça ne me dérange pas de le faire. J’ai encore un minimum de contrôle pour empêcher les mauvais souvenirs de remonter ou d’être trop dégoûté. J’ai tant de sang sur les mains de toute façon, sang de tous ceux que j’ai assassinés pour les Rockets au cours des multiples missions qui m’étaient données... J’ignore si nous tomberons sur d’autres objets compromettants, sauf que je continue de croire que ça peut être une bonne idée de les avoir avec nous. Ils pourront être analysés et s’il le faut, je ferai appel à May pour ça, bien que je ne sois pas en mission pour l’organisation. Avec des gants, il n’y a pas de chance que j’abîme les traces ou les empreintes qui pourraient être sur ce crâne. Je l’apporte. Je l’annonce doucement, ayant pris la décision. Je traînerai tout s’il le faut, je peux toujours compter sur Leon pour réagir rapidement si nous avons besoin de protection. Il est maintenant temps de nous éloigner de cette zone avant que nous tombions sur des gardes ou qu’importe qui seraient contre nous. Il vaut mieux ne pas s’attarder plus longuement. J’essaie donc de reprendre la tête du groupe et de me diriger dans ce couloir pour trouver d’autres indices de ce genre. Il faut continuer et tenez-vous prêtes à toute éventualité.

Ça pèse lourd sur le moral, bien plus que tu veux l’admettre et le montrer.

Je cherche un indice !



clic:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 30/08/2014
Messages : 1084

Région : Johto
Mer 1 Nov - 11:19
Alors que je viens a peine de rejoindre Côme le cauchemar commence. Une porte grince, mon sourire disparait. Je sursaute et de surprise agrippe le bras de Côme. Mon coeur s’arrête net un instant avant de s’emballer totalement, mon visage se tourne vers là où se tenait Aries alors que j’éteins ma lampe torche et fixe Côme avec une mine déconfite. Une voix parle dans l’ombre. Je n’en reviens pas d’avoir merdé si tôt dans notre infiltration, nous venons à peine de rentrer que je compromets peut être déjà totalement notre expédition. Aries n’est pas fautif, il lui aurait fallu un panneau central pour pouvoir guider son flux électrique de manière plus assurée. Ici avec ces simples disjoncteurs et cette vieille prise en travaillant presque à l’aveugle il a du intensifier le courant pour parvenir jusqu’au mécanisme de la porte, d’où le bruit lorsque le court circuit a été effectué. La personne devait être juste à côté dans la salle et cela reste un miracle qu’il ne nous ait déjà pas entendu auparavant lorsque nous sommes rentrés par le conduit. Le son métallique à du l’alerter. Néanmoins, Cela reste ma faute. J’ai voulu prendre les devants et pensais pouvoir arriver à faire une chose d’utile pour une fois, mais il semble qu’une fois de plus je ne me retrouve qu’à être un boulet pour les autres. Fais chier.

Nous n’avons hélas pas le temps de réfléchir, une seule voix s’est faite entendre pour l’instant et pas d’aboiement ou d’autres signes d’alerte. Il faut neutraliser l’individu avant qu’il puisse communiquer à quiconque que nous sommes ici. Je m’en veux tellement et Côme doit avoir envie de m’en coller une. Je me mords la lèvre inférieure en m’injuriant intérieurement, on entend le bruit des pas qui s’avance sur le carrelage, il ne va sûrement pas faire demi-tour comme cela.

▬ Je ... Je ne sais pas comment lui dire à quel point je me sens nulle et désolée, je bafouille un peu et ai le teint rougit de honte. Nous n'avons pas franchement le temps de réfléchir aussi je dis la première idée qui me vient à l'esprit et qui semble la moins foireuse je l'espère. Essaie de faire en sorte qu’il ne puisse alerter personne, je m’occupe du pokémon ... il faut que je rejoigne Aries. Je viens t'aider après, ou l'inverse ... Je suis désolée Côme…

Je murmure ces quelques mots précipitamment avant de laisser mon cerveau reptilien prendre le dessus. Je ne peux pas laisser Aries seul face à cet homme une seconde de plus. Mes muscles se contractent et l’ancienne sportive en moi s’éveille. J’emprunte le même chemin que précédemment dans le noir, me déplaçant aussi rapidement et discrètement que possible en longeant le mur telle une ombre et me cachant derrière le moindre meuble. Je profite d'être cachée une seconde pour pulvériser les touches de mon téléphone en écrivant un sms à Sayuri et Sanae les mains tremblantes sous l'adrénaline, j'ai failli oublier de prévenir les filles dans la panique.

J'ai merdé désolée
Un homme avec nous dans la salle, on a besoin d'aide vite
Faites attention à vous surtout !


La pièce n’est pas immense et j’aperçois un pokémon flottant dans l’air face à Aries qui, tétanisé, fait crépiter de l’électricité autour de lui et se gonfle, ne sachant que faire sans mes ordres car il sait que nous devons rester discrets. Les deux pokémons se font face alors qu’un homme en blouse blanche se tient derrière eux, pour l’instant immobile. A en juger par sa tenue, son allure, il ne s’agit pas d’un garde. Cela me rassure vaguement car il sera sans doute plus simple à maitriser qu’un homme dans la force de l’âge habitué à se défendre. Un scientifique effarouché, sans doute fatigué à une heure pareille de la nuit nous devons pouvoir le surprendre encore un peu plus qu’il ne l’est déjà. Les deux pokémons émettent de la lumière car ils sont tout deux de types électriques. Cela ne m’avantage pas du tout. Le combat risque de s’éterniser et ce n’est en aucun cas ce que je veux. Je ne pourrais sûrement pas parvenir à maitriser ce pokémon toute seule étant donné la contrainte de silence qui s’applique à nous si nous ne voulons pas rameuter toute la cavalerie. Mais une fois que Côme aura réglé son compte au scientifique il pourra m’aider à m’occuper de ce Magnéton qui n’a pas l’air très en forme par ailleurs. Il est partiellement déboulonné, un de ses corps énuclée et semble malheureusement avoir fait le fruit des sordides recherches de ces pourritures. L’avantage est qu’au moins je n’aurais aucun remord à ce que nous neutralisions le dresseur de ce pauvre pokémon, cependant il va falloir également mettre hors d’état de nuire ce pauvre pokémon qui fixe Aries d’un air absent plutôt étrange.

Je me place derrière Aries et sort de l’ombre pour être éclairée par l’électricité de nos deux pokémon, la torche du scientifique m’éblouit un instant alors qu'il m'observe. Mon coeur bat à tout rompre, Aries me regarde un instant et je sais déjà ce qu’il pense. Côme ne devrait pas tarder à tomber sur le scientifique, je l’espère. pour l’instant autant garder son attention sur moi et tâcher de l’occuper suffisamment pour rendre la tâche plus facile à Côme, c’est le moins que je puisse faire après la connerie que je viens de faire. J’acquiesce à Aries et lui dit simplement :

▬ En silence.

Aussitôt répondant à mon ordre, il bondit sur le magnéton.



Bon bah c'est parti x).

▬ Pharamp S utilise POING DE FEU -75/100/10% de chance de brûler.
ATT 75
VIT 150
Efficacité X2

Aries — Pharamp S ♂ N. 50 -0/4-
Donné par Jean.
information supplémentaire:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/08/2013
Messages : 2412

Région : Kantô - Johto - Alola
Jeu 2 Nov - 22:06
Spectra n'est toujours pas revenue de son exploration et cela commence à m'inquiéter ; et si il lui était arrivé quelque chose ? Bien que nous sommes intimement liées je ne peux pas communiquer avec elle comme je le fais avec Angel, même si je sais qu'elle est sensible à mes sentiments. J'ai confiance en sa force de frappe, elle a déjà prouvé sa valeur à de nombreuses reprises notamment à la ligue et lors de missions délicates, elle ne se fera pas avoir facilement. Et même si Spectra avait rencontré des difficultés elle a de nombreuses armes pour s'enfuir et nous retrouver... Non vraiment il ne faut pas que je m'inquiète pour elle mais plutôt pour moi et pour notre mental : nous risquons de tomber sur des scènes glauques, je le sens de plus en plus...

Du coin de l’œil je suis Marie-Anne qui s'est éloignée du groupe, me méfiant toujours d'elle. Pour l'instant la jeune femme a été plus que correct, ne montrant aucun signe négatif, mais je me souviens qu'elle me semblait aussi fort sympathique avant qu'elle ne sorte son arme... Et même si je ne suis toujours pas certaine qu'il s'agisse de la même personne je garde des doutes qui ne se sont pas dissipés avec le temps. Je fronce un sourcil lorsque, après avoir examiné une étagère, la femme s'accroupit et regarde quelque chose de plus près. Elle sort ensuite son téléphone, sûrement pour prendre des photos, puis revient vers nous. Je mets de côté ma méfiance et prend la parole, à voix basse.

- Tu as trouvé un autre indice ? Je regarde la photo et hoche la tête à ses mots. Ça reste un indice oui, chaque photographie de ce genre compte...

Petit à petit, je réalise une chose : notre venue ne sera pas inutile. Le lanceur d'alerte avait bel et bien raison, il se passe des choses anormales ici et il faut intervenir pour que ce laboratoire ferme ses activités. Je frissonne en me demandant combien d'autres sont aussi en tord, agissent aussi mal... Cette action serait-elle utile sur du long terme ? En tout cas, ce n'est pas en ne faisant rien que les choses bougeront alors il faut essayer !

Je sursaute lorsqu'un bruit violent retentit non loin de nous, mon cœur battant furieusement la chamade. Qu'est-ce qu'il vient de se passer ? Je m'active avec quelques secondes de retard et je rejoins Clarisse et Marie-Anne, la première n'allant pas bien. Son pokémon a renversé une armoire qu'elle était en train d'analyser de plus près et elle est particulièrement stressée, comme nous tous. J'essaie cependant de garder mon calme et, tandis que Azamir tient un discours qui aurait ressemblé au mien, je pose une main sur l'épaule de la jeune femme.

- Tant qu'on reste ensemble rien ne peut nous arriver !

C'est sûrement un peu exagéré mais je préfère en faire un peu trop si cela peut aider Clarisse ; et puis je pense sincèrement qu'en cumulant nos forces de frappe rien ne pourrait nous résister. Reste à savoir ce qui nous attend... Je sors de mes pensées lorsque Azamir me chuchote quelques mots et je jette un coup d’œil au crâne, silencieuse pendant quelques secondes.

- Vu l'état de l'armoire, autant le prendre avec nous... Je vais prendre quelques photos avant.

Je sors le téléphone et m'accroupis au pied de l'objet, le photographiant sous plusieurs angles. La vue n'est pas très agréable mais ce n'est pas grand chose, au moins ce n'est pas ensanglanté... Je me redresse et laisse mon ami prendre l'objet puis nous nous préparons à reprendre la route. Cette fois, je laisse ma légère inquiétude se faire entendre.

- Je me demande où est Spectra, elle n'est pas revenue... Je me tourne ensuite vers les autres, me rappelant d'autre chose. Si vous voyez un ordinateur qui semble relié au laboratoire faites moi signe... Kerri peut pirater les caméras si on le peut, mais elle pourrait aussi trouver des preuves dans leurs données...

De toute façon, nous n'avons pas le choix : il faut explorer le plus de pistes possibles et espérer avoir de la chance.

* Spectra continue de chercher xD





doubles comptes:
 
autre:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 11/03/2017
Messages : 1161

Région : Kanto
Sam 4 Nov - 13:31
Désormais plongée dans l’obscurité presque totale, Reika est heureuse de pouvoir utiliser sa vision nocturne au sein de cette mission d’infiltration. Cette capacité la rassure un peu, puisque cela lui permet de voir rapidement si la voie est libre d’ici à l’entrée principale où l’attend sa maitresse. Elle n’est pas tirée d’affaire pour autant, mais pour l’instant elle ne remarque rien de spécial dans les alentours, ce qui est plutôt bon signe. Jetant un dernier coup d’œil à sa partenaire, la Chacripan se met en route à travers la pièce sombre en sautant sur une étagère qui se trouve non loin de la fenêtre par laquelle elles sont entrées. Évidemment, il serait plus simple d’avancer au ras du sol, mais comme cela serait plus dangereux à cause de la présence éventuelle de caméra, elle préfère rester en hauteur. Comme ça, elle est en mesure de tout voir et même de se cacher si jamais elle tombe sur un agent de sécurité ou encore sur un scientifique faisant des heures supplémentaires.

Sans trop s’éloigner du papillon chromatique, Reika avance prudemment pour tenter de trouver l’escalier qui les mènerait à l’étage inférieur. Les sens aux aguets, elle reste constamment à l’affut en faisant pivoter ses oreilles dans toutes les directions possibles. Avec son regard perçant, elle scrute les ténèbres qui, pour l’instant, restent paisibles et elle se doute bien que cela n’est que temporaire, que cela ne dura pas au fur et à mesure de l’évolution de la mission. De son perchoir, la Chacripan aperçoit quelques caméras installées au plafond lors de sa progression et son agilité lui permet de poursuivre sa route sans être vue. Enfin... ça c’est ce qu’elle croit, car elle n’est jamais sure de l’étendue des images captés par chacune d’entre elle. Tant qu’elle ne rencontre aucun obstacle elle continue d’avancer, adressant fréquemment des signes de la queue à sa partenaire pour l’invité à la suivre.

De mon côté, je fais preuve de patience autant envers mon pokémon qui s’est glissé à l’étage qu’envers Côme qui s’occupe de la surveillance en compagnie de son Milobellus, au cas où un agent de sécurité ferait le tour du laboratoire. Je sens la nervosité m’envahir à l’idée de ne rien savoir sur l’évolution de la situation et d’être plantée là les bras croisés à attendre que quelque chose se passe. J’aimerai faire quelque chose pour me rendre utile, mais en même temps je n’ose pas pour éviter de compromettre la mission. Je me contente donc de patienter, même si cela devient vraiment insupportable jusqu’à ce que le jeune homme revienne avec une information plutôt importante. Il a repéré une bouche d’aération dans laquelle il a l’intention de s’infiltrer et je détourne rapidement les yeux en entendant cela, mal à l’aise. Dois-je lui dire que je trouve cette idée très dangereuse ?

À quoi bon dire ma façon de penser de toute façon ? Il s’agit de notre chef et s’il considère que c’est une bonne initiative pour la réussite de notre mission, alors il doit se ficher des opinions des autres. D’ailleurs, je ne peux m’empêcher de pousser un soupir en entendant Effy se proposer à l’accompagner.

- Bonne chance. Faites attention à vous surtout.

Notre groupe se retrouve rapidement divisé de nouveau. J’aurai préféré que l’on reste tous ensemble pour nous assurer un maximum de protection, mais je n’ai apparemment pas mon mot à dire sur le sujet. Je me retrouve donc seule avec Sanae, la pauvre qui va devoir me supporter pour la suite des évènements. Du coin de l’œil, je la vois saisir son téléphone pour envoyer un rapide texto alors que l’attente se poursuit. Malgré moi, je me mets à faire les cent pas, les bras toujours croisés sur ma poitrine jusqu’à ce que, quelques minutes tard, Sanae m’annonce que la porte principale est ouverte. Parfait, nous allons enfin pouvoir agir... même si l’idée d’entrer dans le laboratoire comme ça me terrifie. Avant de suivre ma partenaire, je lève les yeux en direction de la fenêtre par laquelle sont entré nos pokémons en me demandant comment réagira Reika lors de son retour, alors que je ne serais plus là. J’espère qu’elle pensera à emprunter le même chemin que nous.

Nous nous enfonçons donc dans les ténèbres du bâtiment et j’ignore comment les autres ont fait pour parvenir à ouvrir cette porte, mais c’est du bon boulot. Je dois attendre un petit moment le temps que mes yeux puisse s’habituer à l’obscurité et Sanae me rappel de faire attention et de rester sur mes gardes. Maintenant que nous sommes carrément en territoire ennemi, je vais tout faire en mon possible pour ne pas faire de connerie. Tandis que nous avançons, j’espère voir Reika ou la Charmillon chromatique accourir vers nous à chaque coin de pièce ou de couloir où nous nous arrêtons, mais aucune trace de ma compagne ni de celle de ma partenaire. D’ailleurs, celle-ci ajoute de ne pas hésiter à crier si jamais je trouve quelque chose et elle s’empresse rapidement de corriger sa phrase à cause de la situation dans laquelle nous nous trouvons.

- D’accord, je vais crier alors, lui répondis-je pour rigoler tout en lui adressant un sourire qu’elle ne verra sûrement pas à cause de l’obscurité.

Malgré ma nervosité, nous continuons d’avancer et je passe mon temps à tendre l’oreille pour être certaine qu’il n’y a personne autour de nous qui pourrait nous surprendre par derrière. Si seulement j’avais apporté un autre pokémon avec moi... je n’ai pas été bien intelligente sur ce coup. Pour l’instant nous n’avons rien trouvé d’intéressant pour notre mission... enfin, c’est ce que je crois jusqu’à ce que mon regard croise quelque chose de bizarre sur un mur qui se trouve près de nous. Fronçant les sourcils, je décide de m’en approcher pour voir de quoi il s’agit et je m’arrête net en reconnaissant des traces de griffure. Comment cela peut-il être possible ? Sur le coup je ne pense qu’à deux options, soit il y a eu un combat entre pokémon, voir même entre pokémon et scientifique, soit l’une des créatures est devenue folle avec le temps et à tenter de trouver une sortie en s’attaquant au mur. Dans tous les cas, il m’est impossible de le savoir.

- Sanae, regarde un peu ça. Ce n’est pas grand chose mais ça reste un indice, enfin... je crois.

Dommage qu’il fasse trop noir sinon j’aurai pris quelques photos. Dans ce genre d’infiltration, c’est toujours bien de récolter quelques preuves pour prouver que les doutes sont bien fondés. Ne pouvant rien faire de plus pour l’instant, je continue donc d’avancer en ignorant qu’un combat s’est déclaré envers l’autre moitié de mon groupe.

Chacripan cherche un indice :D


Mes stamps:
 
Sayuri parle en orange
Ayuna parle en violet
Avatar fait par Elisa ♥️
Signa fait par Sebastian ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1585

Région : Sinnoh
Sam 4 Nov - 21:13
Avec peu de luminosité, Eclat suit la Chacripan de près. N'ayant pas la même capacité que le pokémon chat à se repérer dans l'espace sans assez de lumière, la Charmillon ne peut donc pas se permettre de partir en vadrouille sur les côtés ou ailleurs pendant que sa partenaire en fait de même. Elle se retrouve donc à la suivre et à observer ses alentours du mieux qu'elle peut. Elle aperçoit tout de même les minuscules points de lumière clignotant près des caméras. Certaines sont présentes et d'autres non, probablement un signe qui montre si la caméra est active ou non. Mais à ce stade de l'infiltration, elle n'a pas besoin de s'en soucier puisqu'elles ont sûrement dû passer devant sans s'en rendre compte. Pour autant, elles n'ont pas été repérées et peuvent encore se balader librement. Sa seule hâte est de retrouver sa dresseuse.


Lorsque nous entrons dans le bâtiment, c'est avec le cœur qui bat de plus en plus vite. Difficile de garder son sang-froid dans un endroit aussi lugubre pour une raison... tout aussi horrible. Je sens que Sayuri n'est pas très à l'aise, mais je ne peux que la comprendre puisque moi-même je ne risque pas de sauter de joie et de confiance pour une telle mission. En réalité, je me suis posée la question de savoir comment de simples civils ont eu l'autorisation (et le courage?) de participer à cette mission d'infiltration. Après tout, c'est presque jeter sa vie aux ordures. Nous ne sommes pas entraînées ni préparées quand on nous voit avec Sayuri...

Ces pensées s'envolent lorsque ma partenaire me répond qu'elle se mettra à crier si elle trouve quelque chose, ce qui me fait sourire. Je laisse un petit rire m'échapper, sentant la tension dans mes épaules s'alléger un peu. « Je compte sur toi alors. » Je lui dis, avec un sourire toujours présent sur mes lèvres. Elle ne le voit peut-être pas, mais ça doit s'entendre.

Nous avançons encore. J'aimerai que nos pokémons nous reviennent pour être rassurée et que tout semble bien aller. Même si notre petite discussion avec Sayuri m'a aidé à être moins tendue, mon corps ne m'écoute pas et se remet sur ses gardes, rigide. Je tente de garder mon calme, car ce n'est pas en commençant à paniquer que tout va s'arranger. Et puis je ne suis pas toute seule à m'aventurer là-dedans, donc tout ira bien.

Ma partenaire m'interpelle en me montrant sa trouvaille. Je m'approche pour y voir un peu plus clair et remarque les marques de griffure sur le mur. Cela ne devrait pas me faire frissonner vu que, logiquement, rien n'est encore sûr, mais j'ai peur de connaître la vérité sur ces traces. Et s'il y avait eu un combat ? Un pokémon blessé, torturé qui n'aurait trouvé le repos que... je n'ose pas imaginer. Et je ne compte pas en faire part à Sayuri non plus. Nous sommes ici pour empêcher ça d'arriver. Avalant difficilement ma salive, je lui dis « J'espère juste que rien de grave ne s'est produit... vu la force de ces griffures. ». Je prends mon portable et fait quelques photos ; même si on ne voit pas grand chose, ce sera déjà ça de pris. Je détourne rapidement le regard et continue mon chemin. Par moments, je me demande pourquoi je suis venue. Mais je sais aussi pourquoi. Et ce n'est pas le moment de jouer les faibles.
Alors que j'avance, je sens une vibration émanant de mon portable. Je m'arrête un instant pour l'extirper de ma poche, mais quelque chose de scintillant capte mon attention. « Attends, je crois avoir vu quelque chose. » je dis en direction de Sayuri avant d'aller vers l'objet. Je me baisse pour rapidement ramasser la chose. Scrutant bien ce que j'ai entre les mains, je remarque qu'il s'agit d'une moitié de pokéball. Je regarde aux alentours pour voir s'il n'y aurait pas l'autre moitié, mais rien de bien brillant ne se trouve dans les parages. Je me rapproche de l'autre jeune femme et lui montre la trouvaille. « Il n'y a que cette moitié de pokéball par ici... Et ça a l'air d'avoir été cassé de manière très brutale. » La boule au ventre, je me demande si cette ball et les griffures ne seraient pas liés. Dans tous les cas, ça ne doit pas être bon.

Me rappelant que mon portable se trouvait encore dans ma main, je le déverrouille et remarque deux messages ; un de Gaeriel qui m'indique qu'ils sont entrés sans problème mais qu'ils ont trouvé une cage avec du sang... Je pense que je suis restée paralysée un moment, parce que j'ai l'impression d'avoir arrêté de respirer. Tentant de reprendre un peu plus mes esprits en laissant passer l'air dans mes poumons, je montre simplement le sms à Sayuri. Puis, lorsqu'elle a eu le temps de le lire, je le reprends et regarde l'autre message, celui d'Effy ; ils ont été repérés et ont besoin d'aide. Et mince. « Effy et Côme ont besoin de nous, un homme les a repérés. » C'est tout ce que je dis avant de taper frénétiquement sur mon portable :

De Sanae à Effy a écrit:
On a trouvé des indices.
On arrive aussi vite qu'on peut. Soyez prudents !

J'ouvre ensuite la messagerie avec Gaeriel et tout en écrivant je dis à Sayuri « On va devoir accélérer et essayer de rejoindre Effy le plus rapidement possible. J'informe l'autre groupe de ce qu'il se passe et on y va. » Je sais bien qu'on ne va pas courir non plus, on risquerait de se faire repérer et ce serait vraiment bête puisque nos pokémons ne sont pas encore revenus.

De Sanae à Gaeriel a écrit:
On a des indices aussi, des griffures sur un mur et une moitié de pokéball.
Effy et Côme ont des ennuis, on les rejoint le plus vite possible.
Faîtes attention !

« On y va ! » Je dis à ma partenaire avant d'accélérer la marche. « J'espère juste que nos pokémons vont nous retrouver avant qu'on ne retrouve nos coéquipiers. »



Je cherche un indice !



    avatar par haileen, merci ♥️
    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 02/11/2013
Messages : 1446

Région : Sinnoh
Dim 5 Nov - 20:52
Effy me fait la courte-échelle pour que je puisse enlever rapidement les quatre vis qui maintiennent la grille du conduit d'aération. Il est assez grand pour que je m'y glisse et, une fois à l'intérieur, j'aide ma camarade à monter à son tour. Je me faufile le plus discrètement possible en espérant que le conduit ne cède pas sous notre poids : ce serait l'entrée la plus foirée de l'histoire. Après quelques avancées lentes et hésitantes, je constate que le conduit a l'air de tenir. Tourner à gauche nous amène à une espèce de gros générateur qui ne nous aide pas vraiment mais bientôt nous trouvons le moyen d'arriver dans une assez grande pièce, mais qui n'a pas l'air d'être celle avec la porte qui donne sur l'extérieur où Sanae et Sayuri attendent toujours. Je suis obligé de faire tomber une nouvelle grille pour que nous puissions descendre, ce qui fait pas mal de bruit. Je retiens mon souffle quelques secondes. Aucune réaction. Sauvé. Je descends en premier, un peu maladroitement, et me réceptionne comme je peux en pliant les genoux pour amortir la chute, puis j'aide Effy à sortir à son tour. Avec son Pharamp, elle s'occupe de court-circuiter l'électricité pour désactiver les possibles systèmes d'alarme et le digicode de la porte pour que Sanae et Sayuri puissent nous rejoindre. J'essaie de regarder autour de moi mais la pièce est assez sombre. Et soudain, j'entends un bruit de porte qui s'ouvre.

Effy s'accroche à mon bras et je réalise à ce moment-là que, dis donc, elle a de la force ! Je la sens se tétaniser et elle commence à bredouiller des excuses. Je me mets à paniquer aussi, le cœur qui bat la chamade, mes sens qui se brouillent. Mais je ne peux pas rejeter la faute sur Effy, il est fort possible que le bruit de la grille que j'ai dû faire tomber pour qu'on entre ait déjà éveillé les soupçons. Voire les bruits que l'on a dû faire en étant dans le conduit d'aération. Je pose une main qui se veut rassurante sur l'épaule de ma camarade et lui fais signe d'être silencieuse. Ce n'est pas de sa faute, et j'espère qu'elle le sait. Mais l'heure n'est pas à la discussion, plutôt à l'action.

Comme si nous avions répété une sorte de chorégraphie à la James Bond, Effy et moi nous jetons tous deux à couvert pour ne pas être identifiés. J'entends une voix qui demande qui est ici, une voix d'homme je crois. Je me penche de derrière le meuble qui me dissimule pour voir une blouse blanche. Un scientifique. J'entends aussi le crépitement de ce qui semble être un pokémon électrique. Le Pharamp d'Effy ? C'est alors qu'il me semble discerner l'ombre d'un pokémon qui lévite dans les airs, ce qui n'augure rien de bon. Il faut que j'agisse. Ni une ni deux, je sors de ma cachette et entame une course vers l'avant.

Je jette la pokéball de Josepha dans la tête du scientifique avec une précision qui m'épate. Cela ne doit pas lui avoir fait mal, une petite bosse, tout au plus, mais il a le réflexe de fermer les yeux et la sphère métallique vient lui éjecter les lunettes, juste le temps pour moi de mettre mes non-années de rugbymen à profit et de tenter un tacle qui s'avère plutôt...lamentable. Du moins, je ne crois pas que ce soit censé faire aussi mal. Mon épaule qui heurte sa hanche et une douleur fulgurante me prend. Aïe. Nous voilà au sol et tout s'enchaîne très vite, je me soustrais à son poids mord qui cherche ses lunettes à tâtons et entreprends de faire une des fameuses prises d'étouffement qu'Adonis a tenté de m'apprendre. Sans succès. Pour éviter qu'il ne crie à l'aide, je tire sur la ceinture en tissu de sa blouse et m'en sers de bâillon. Il se débat et me mord même pendant que je fais signe à Josepha d'aller aider Effy et son Pharamp. Je n'ai absolument pas le temps de voir comment ça se passe là-bas, j'espère juste ne pas me prendre une attaque perdue dans le dos. Je grommelle à cause de la douleur de la morsure et de celle qui me lance toujours dans l'épaule. Personne ne m'avait dit que ma première expérience de terrain serait aussi sportive !

J'ai beau avoir enfoncé une partie de la ceinture en tissu dans la bouche du scientifique pour éviter qu'il sonne l'alerte, j'ai du mal à maintenir une prise ferme sur sa bouche d'une main tout en essayant de le maintenir avec mon autre bras. Et cette épaule qui me lance... Je commence à prier pour que Sayuri et Sanae arrivent rapidement à notre secours, ou qu'Effy se débarrasse du pokémon qui s'avère être un Magnéton visiblement maltraité pour qu'elle me vienne en aide. Heureusement que la décharge d'adrénaline qui traverse mon corps masque assez la douleur pour que je tienne bon.



Désolé pour le temps de réponse, j'espère que ça ira !


Josepha Goinfrex niv.50 utilise Grincement sur le Magnéton !

stats:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 2617

Dim 12 Nov - 13:36
Pardon pour le retard dans la modé, merci d'être toujours aussi rapides à poster !

Équipe 1

MARIE-ANNE

Une fois avoir connecté votre indice, vous avez été attirée par le bruit de l'armoire vers Clarisse. Après vous être enquis de son état, vous décidez de continuer les recherches. Au vu des différentes découvertes, vous imaginez que d'autres choses peuvent arriver. Essayant de vous dégager de l'odeur pestilentielle de la petite armoire, vous faites un pas de côté pour vous apercevoir qu'il y a d'autres résidus de bandelettes qui emmènent vers l'autre bout de la pièce.
1 INDICE TROUVÉ.

CLARISSE

Votre Ponchien tente de rester alerte, mais entre cette découverte et votre état, il n'ose pas s'éloigner de vous et préfère avant tout vous protéger. Il reste auprès de vous et ne bouge pas pour le moment.
PAS D'INDICE.

AZAMIR

Vous avez récupérer le crâne du pauvre Pokémon, tant bien que mal. Maintenant, tout se précipite, vous remarquez que le regard de Marie-Anne est intrigué par quelque chose, vous décidez tous les deux de vous rendre vers ce recoin de la pièce, vous y trouvez un amas de bandelettes mais aussi, posé sur une table d'opération, le corps inerte d'un Capumain, ouvert sur toute sa longueur.
Vous essayez de remonter tout cela dans votre tête, on dirait que le laboratoire a finalement été déserté dans la précipitation, mais pourquoi avoir entreposé le crâne d'un Pokémon dans une armoire ? Pourquoi une table d'opération dans un endroit qui paraît tout sauf stérile ? Et ce sang, partout ? Des interrogations qui resteront probablement sans réponse pour le moment.
1 INDICE IMPORTANT TROUVÉ.

GAERIEL

Après tant d'attente, votre Ectoplasma revient auprès de vous. Elle pu observer les alentours et elle vous indique un chemin à suivre. En effet, quand vous vous décalez des autres, vous remarquez que dans un couloir non loin se trouve une trappe. Ectoplasma est capable de passer au travers et vous indique qu'il faut regarder dedans. Sur la trappe, un panneau « danger de mort » est collé, vous signalant que si vous pouvez regarder à l'intérieur, il vaut mieux ne pas descendre.
Le panneau:
 
1 INDICE TROUVÉ.

Équipe 2
Pendant ce tour, vous étiez bien trop occupés par le sort de vos camarades pour chercher des indices. Vous vous dépêchez de les rejoindre. Effy et Côme sont en combat !

Le combat a commencé !


Magneton lance Mur Lumière !
{Un mur le protège des attaques de type spécial !}


Pharamp S lance Poing de Feu !
{ -41 pv } c'est super efficace !
PV de Magneton : 149/190


Goinfrex lance Grincement !
{Il baisse la défense de Magneton !}

Nouvelle défense de Magneton : 68
Rappel stats de Magnéton:
 

Que voulez-vous faire ?

→ Total : 6 indices trouvés + 2 indices importants.

Il va être grand temps de faire marche arrière, il faut sortir Effy et Côme de leur pétrin et déguerpir avant que d'autres personnes n'arrivent !
Si vous avez des questions, n'hésitez pas à passer par le forum ou Skype ! o/

[Prochaine modé : le 26 novembre !]


avatar ©️ Elune Crowley.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 388

Région : Unys
Mer 22 Nov - 12:46
Avec le boucan causé par l’armoire et son état de choc visible, Clarisse a rameuté tout le groupe dans sa direction. Il n’y a qu’elle qui perd vraiment son sang-froid, les autres réussissent à garder leur calme malgré la situation et cela l’impressionne. Peut-être est-ce parce que Gaeriel et Azamir sont rangers et qu’ils ont été formés pour gérer les crises ?
Ces derniers essaient d’ailleurs de la rassurer, la première en posant une main apaisante sur son épaule, le deuxième en rappelant qu’ils sont capables de se défendre si on venait à les repérer. Cela fonctionne, en partie : sa respiration reprend un rythme normal et elle hoche lentement la tête dans leur direction, leur assurant ainsi qu’elle va s’en remettre. Elle ne sait pas si elle est plus choquée par la découverte de ce crâne ou par la perspective d’être repérée, mais dans les deux cas elle essaie de relativiser. Trouver des choses aussi sordides, elle s’y attendait : les photos qui ont circulé sur le net étaient assez crades pour que cela soit prévisible. Quant à la possibilité d’avoir déclenché l’alerte, elle veut bien croire que Gaeriel et Azamir sont d’assez bons dresseurs pour les tirer de ce mauvais pas. Pas de quoi faire une crise d’angoisse, donc.

Monsieur Spock a l’air très affecté par la peur de sa maitresse et il gémit, passant et repassant sa truffe contre la jambe de Clarisse pour avoir une réponse. Elle ne s’en rendait pas vraiment compte jusqu’alors, tout à son inquiétude, et c’est avec une pointe de culpabilité qu’elle caresse la tête de son ponchien.

« Pardon Spocky, je vais bien. Bravo pour avoir trouvé ce crâne ! Je suis fière de toi ! » Il ne faudrait pas que Monsieur Spock pense qu’il a mal fait, ils ont besoin de lui pour trouver d’autres indices.

Après que Gaeriel a pris quelques photos, Azamir décide d’emporter le crâne avec eux afin d’avoir une preuve tangible, impossible à trafiquer. Clarisse est bien contente que ce soit lui qui s’y colle : même si maintenant elle est suffisamment calmée pour supporter la vue de ce truc, pour rien au monde elle ne le toucherait. Quelle horreur, pense-t-elle en suivant le groupe qui s’éloigne. Gaëtan a raison, aucune avancée scientifique aussi bénéfique soit-elle ne justifie une telle barbarie. Elle trouvait le jeune homme extrémiste lors de ce cours avec Monsieur Fushigi, mais maintenant qu’elle a la réalité sous les yeux elle comprend parfaitement la colère qui sourdait dans sa voix. Elle aussi, d’ailleurs, se sent hors d’elle. Elle espère de toutes ses forces que l’opération d’aujourd’hui permettra de mettre ces salauds en prison. Même si ce serait encore un sort trop clément.

« Continue de chercher Spocky. » demande-t-elle à voix basse, mais le ponchien ne semble pas vouloir quitter son flanc. Il ne cesse de la pousser avec sa tête pour qu’elle garde une main sur lui, comme si c’était sa manière à lui de la garder à l’œil. Elle ne peut pas lui en vouloir.

Soudain, presque simultanément, Marie-Anne repère quelque chose sur le sol et l’Ectoplasma de Gaeriel revient. Après une brève concertation, le groupe décide de se séparer quelques instants : Marie-Anne et Azamir suivent la piste de bandelettes au sol tandis que Clarisse reste avec Gaeriel pour savoir ce que le spectre a trouvé. Celui-ci les entraine un peu plus loin, dans un couloir où se trouve une trappe. Un panneau Danger de mort est collé dessus, mais cela n’empêche pas l’Ectoplasma de les inciter à regarder.

« Euh… Qu’est-ce qu’on fait ? On peut ouvrir en sécurité tu crois ? Spocky n’a pas l’air de s’énerver, c’est peut-être safe de juste jeter un œil… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/08/2013
Messages : 2412

Région : Kantô - Johto - Alola
Mer 22 Nov - 15:27
Même si la vision de ce crâne était supportable - pour moi - j'ai du mal à la faire disparaître de mon esprit alors que Azamir s'est occupé de le ranger précautionneusement. Je commence à me demander ce qu'on pourrait trouver de plus dans ce laboratoire et cela me fait quelque peu peur, il faut bien l'avouer. Quoique je ne dirais pas cela à voix haute alors que je viens de rassurer Clarisse comme je le pouvais, je n'ai pas envie qu'elle perde de nouveau confiance, il faut que l'on avance tous ensemble...

Je décide de rester à ses côtés, tout en taisant mon inquiétude toujours grandissante vis à vis de la spectre. Elle n'a pas pu se perdre, ce n'est pas dans ses habitudes, elle a toujours su trouver son chemin pour me retrouver. On va présumer qu'elle continue d'explorer le bâtiment afin de trouver les meilleures preuves pour notre enquête ; il se peut aussi qu'elle soit tout simplement en train de s'amuser avec quelque chose, ce ne serait pas la première fois qu'elle manque de sérieux... Néanmoins, elle ne l'a jamais fait au cours d'une mission alors je garde confiance en elle. J'essaie d'ailleurs de ne pas penser à cela trop longtemps et je me concentre sur notre chemin, tentant de trouver un ordinateur qui pourrait permettre à Kerrigan de s'y connecter... Pour l'instant je fais chou blanc, nous ne devons pas être du côté de l'informatique, même si j'aurais pensé que, de nos jours, on peut trouver des ordinateurs partout. A moins qu'ils ne soient pour la plupart des portables et qu'ils aient été emportés...

Soudain, de l'agitation ; Marie-Anne a remarqué quelque chose et elle rentre dans une pièce, décidée. Nous la suivons en restant derrière, Azamir se trouvant devant nous. Il semblerait qu'ils aient trouvé quelque chose et je m'apprête à me rapprocher lorsque, soudain, un courant d'air frais me fait frissonner. Je connais cette sensation.

En me retournant, je me retrouve face à face avec les grands yeux rougeoyants de Spectra. Je n'ai plus à m'inquiéter pour elle, comme je le pensais au départ elle a bien accomplie sa tâche.

- Spectra ! Tu as trouvé quelque chose ?

Tout en riant d’une façon assez inquiétante pour quelqu'un qui ne la connaîtrait pas la spectre hoche la tête et s'éloigne en lévitant au dessus du sol, ne faisant aucun bruit. Nous décidons d'un commun accord de nous séparer et Clarisse part avec moi pour suivre Spectra afin de découvrir ce qu’elle veut nous montrer... Nous nous retrouvons dans une autre zone de la vaste pièce et celle-ci finit par s'arrêter juste au dessus d'une trappe, lévitant au dessus de la poignée. Sur celle-ci, un panneau indiquant un danger de mort. Je regarde Clarisse avant d'observer de nouveau la trappe, qui semble hermétique.

- On peut l'ouvrir Spectra ? Celle-ci hoche la tête tout en riant ; cette réaction m'inquiète un peu, mais je sais qu'elle ne me dirait jamais de le faire si il y avait réellement un danger de mort. J'ai confiance en elle, on peut ouvrir.

Je me redresse un peu pour se faire et je tire sur la poignée, assez lourde, commençant à ouvrir la trappe pour pouvoir voir son intérieur... Cependant, je ne m'attendais pas à ce qu'une odeur pestilentielle nous agresse violemment, me donnant un brusque haut le cœur. J'ai à peine le temps de jeter un vague coup d’œil à l'intérieur (plongé dans l'obscurité) avant de laisser tomber la trappe, qui retombe en un bruit violent. Jamais au cours de ma vie je n'avais senti une odeur aussi horrible, nauséabonde... Une odeur de mort et de putréfaction.

- Oh bordel...

Je m'éloigne rapidement en essayant d'emmener Clarisse avec moi, mais les relents pestilentiels sont tels que je finis contre le mur, vomissant tout le contenu de mon estomac en quelques spasmes violents. Je n'ai pas pu voir ce qui se trouvait dans cette trappe mais on peut le deviner aisément... Cette expédition tourne à l'horreur.





doubles comptes:
 
autre:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1585

Région : Sinnoh
Jeu 23 Nov - 0:46
Nous nous hâtons avec Sayuri pour aller aider Effy et Côme. Je ne sais pas où ils sont puisque dans le message Effy n'a pas donné d'indications concernant sa position, mais je suppose qu'on ne va pas avoir trop de mal puisque du grabuge sera forcément fait si le combat est inévitable. Je fais bien attention à ce que je puisse entendre ou voir du coin de l’œil Sayuri ; je n'ai pas envie de la perdre en plein milieu de notre trajet. A ce niveau-là, la discrétion est finie, on se précipite et c'est tout. Donc, nous avançons aussi vite que possible le long du couloir, puis nous tournons et là, j'entends un miaulement mais sur le coup je n'ai pas tout de suite fait le lien avec le Chacripan de ma partenaire. Je recule d'un saut, sentant mon cœur presque s'arrêter d'un coup net, mais lorsque finalement mes yeux se posent sur le pokémon, je me détends. Et juste derrière, Eclat arrive et se pose sur mon épaule, frottant sa joue contre la mienne. « Contente de te revoir aussi ma belle. » Je lui dis en me permettant juste une seconde de tendresse.

En reprenant mon chemin après m'être assurée que Sayuri et Chacripan étaient bien réunies, je jette rapidement un coup d’œil là où nos pokémons reviennent. Elles étaient à l'étage, et il y a des escaliers un peu plus loin, mais nous n'avons pas le temps d'y penser ni d'aller voir ce qu'il y a. Il faut juste avancer.

En arrivant sur les lieux, on peut déjà entendre des bruits d'électricité, du mouvement. La scène qui se passe là prend du temps à arriver à mon cerveau ; d'une part il y a Côme qui semble bien embêté à devoir s'occuper du scientifique et les deux se débattent, et de l'autre il y a Effy et son Pharamp avec le Goinfrex de Côme qui combattent le pokémon ennemi, mais... Arceus, qu'est-ce qu'il lui est arrivé à ce pauvre Magneton ?! Il n'y a pas besoin d'avoir énormément de luminosité pour s'apercevoir que quelque chose ne va pas avec lui. Ils ne nous facilitent pas la tâche en s'étant séparés de cette façon, mais c'était la meilleure solution pour maîtriser le dresseur à part. Je ne me fais pas trop de soucis pour Effy avec les deux pokémons qui sont déjà avec elle, alors je fais un signe de tête à ma Charmillon lui indiquant de me suivre. Par-dessus mon épaule, je lance à Sayuri : « Je vais aider Côme et j'envoie Eclat juste après pour vous aider contre le Magneton ! » Je ne lui laisse pas trop le choix, c'est vrai, mais pour le coup Eclat pourra se servir de son attaque sécrétion pour ligoter le scientifique et ainsi épargner bien des douleurs à Côme.

J'arrive donc au niveau du ranger de notre groupe et demande à ma Charmillon de lancer son attaque. L'attaque sécrétion s'entoure d'abord autour des bras de l'homme à la blouse blanche, ce qui peut laisser un moment de répit à Côme, puis elle l'utilise de nouveau pour ligoter complètement ses jambes. Il ne reste plus que le plus difficile. « Côme, tu peux retirer ta main. Eclat, vas-y. » Dès que Côme se retire, la Charmillon en profite et son attaque s'entoure cette fois autour de la tête de l'homme, ce qui fait le travail que le ranger tentait de faire tout à l'heure, c'est-à-dire l'empêcher d'appeler à l'aide, de crier, bref, il ne peut plus parler avec le tissu dans la bouche et l'attaque qui le maintient en place.

Maintenant que le scientifique est complètement neutralisé, je me tourne vers Eclat. « Vas rejoindre les autres contre le Magneton ! » La Charmillon hoche de la tête et part aider les autres. Pendant ce temps, je m'agenouille auprès du ranger. « Est-ce que ça va Côme, tu es blessé ? » Je lui demande en cherchant une quelconque blessure grave du regard. Mais il ne semble pas avoir été attaqué. Un soulagement de ce côté, mais un peu moins quand je sais qu'à côté, un combat est en cours contre un Magneton en très mauvais état.


Charmillon lance Sécrétion sur le Magneton !

ECLAT | type insecte/vol
niv. 50 ; encore 4/4.

plus d'informations:
 
statistiques & attaques:
 




    avatar par haileen, merci ♥️
    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 3 sur 11) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant
Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» Halloween event !!!
» L'event d'halloween sur FR

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Unys - 5E G E N :: Volucité-