AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 
» [Event] Combattre l'abomination.


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 27/02/2017
Messages : 223

Région : Alola
Sam 16 Sep - 20:55
Trois autres jeunes femmes arrivèrent dans les minutes suivantes et Mara ne put s'empêcher de hausser un sourcil ; la majorité des volontaires présents, qu'ils fassent parti de la caste prisé des rangers ou de la plèbe, tous semblaient à peine avoir atteint l'âge la majorité. La guerrière songea qu'au moins ce ne serait pas à elle de jouer à la gardienne. Toujours en retrait, elle écouta les échanges et nota les noms qui avaient été mentionnés. Effy Bradford, qui lui disait vaguement quelque chose, mais elle ne saurait dire où elle l'avait vu ou entendu ; Sanae, un nom peu commun mais qui ne lui évoquait rien ; Azamir, le seul homme à s'être pointé le bout du nez et qui confirma son rang ; et Gaeriel. Le sourire de la sbire se figea et elle décocha un regard aiguë dans sa direction, ses pupilles se dilatant légèrement sous l'effet de la surprise. Près de deux ans auparavant, leurs routes s'étaient croisées lors d'une escapade dans les ruines d'Almia ; le résultat de leur fouilles avait été concluant. Leur relation, en revanche, était passée d'amicale à belliqueuse. Marie-Anne ne se souvenait presque plus des circonstances, une histoire de vol de fossile semblait-il. Son sabre avait failli fendre la chair de la ranger et elle-même avait été à deux doigts de se faire cribler de balles. L'arrivée d'un énième individu la tira de ses souvenirs et elle le détailla de loin ; un blondinet à l'air sympathique, se présentant sous le nom de Côme. 

À voir les discussions aller bon train, la plupart se connaissaient déjà. Des fréquentations ou des amis. Mara fit un pas vers l'avant, avec l'intention de se mêler aux autres, mais elle s'arrêta dans son élan. Elle préféra user de patience et prêter une oreille attentive à toute l'information que le groupe partageait. La bâtisse possédait donc deux entrées, ce qui faciliterait l'exploration des lieux. L'idée de diviser les volontaires en équipes ne lui paraissait pas mauvaise, mais il lui faudrait résister à l'envie de se proposer pour faire partie de celle de son ennemie. Les dieux savaient ce qu'il se passerait s'il fallait qu'elles se retrouvent seules. Dans le pire des cas, cela ferait office d'exercice pratique pour la prénommée Clarisse. Une plaie à panser, béante et saignante, n'avait rien à voir avec la théorie apprise sur les bancs de l'école. 

« Oui ? » 

Elle sursauta, étonnée de se faire ainsi interpeller. Ses yeux mordorés se braquèrent sur Azamir tandis qu'elle sortait finalement de l'ombre, les mains dans les poches. « Marie-Anne. » Rajouta-t-elle d'un ton nonchalant. Ce devait bien être la première fois qu'elle se présentait en usant de son prénom complet. D'ordinaire, dans la vie de tous les jours comme en missions, elle utilisait son diminutif, Mara - c'était d'ailleurs sous cette appellation que la vainqueur de la ligue la connaissait. « Si ça peut aider, je suis aussi du genre à foncer dans le tas. Mon Rhinoféros nous assurera une porte de sortie en cas de problèmes. » Ce n'était pas un mur de béton qui bloquerait Tohr et, dans une situation d'urgence, mieux valait s'en remettre à la force brute. La tueuse se mordilla l'intérieur de la joue, réfléchissant à ce qu'elle dirait. « J'irais où vous me direz d'aller, pas de soucis. » 

Elle esquissa un sourire et ses épaules s'affaissèrent un tantinet, détendues. Pour le moment, elle ne risquait rien. Elle n'oubliait pas le but premier de sa participation, à savoir de découvrir si les rockets contrôlaient le laboratoire et s'ils étaient responsables des abominations qu'il renfermait. Ses prunelles se posèrent un court instant sur Gaeriel, avant de se tourner vers la bâtisse faiblement éclairée, vers laquelle elle s'avança. Elle saisirait bien toutes les opportunités, quelles qu'elles soient.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 237

Région : Unys
Sam 23 Sep - 10:27
Heureusement, presque tout le monde décide de donner son numéro de téléphone aux autres. Cela rassure Clarisse pour plusieurs raisons : un, elle ne sera pas forcément celle qu’on appellera et elle pourra peut-être éviter l’inconfort d’une discussion téléphonique avec un inconnu ; deux, s’il lui arrive le moindre pépin, elle aura une demi-douzaine de numéros à appeler à l’aide. Même si elle espère vivement ne pas en avoir besoin.
Sanae propose que les équipes soient formées en fonction des aptitudes des pokémons de chacun et elle acquiesce. Il y a de grandes chances que chaque groupe soit dirigé par un ranger ou deux, ce sera donc aux autres de se disperser. Au fond d’elle elle espère un peu se retrouver dans le groupe dirigé par Gaeriel. Elle ne la connait pas plus que les autres, mais au moins il s’agit d’une femme donc bien moins intimidante que les deux hommes, même si Côme a l’air très gentil. Et si elle pouvait éviter Azamir… C’est pas qu’il a l’air méchant, pas du tout, mais il a cet air extrêmement sévère qui lui fait penser qu’il va l’engueuler si elle fait la moindre bêtise. Et des bêtises, elle a le sentiment qu’elle va forcément en faire.

« J’ai emmené mon ponchien avec moi. » dit-elle en tripotant la pokéball de Monsieur Spock. « Il est aveugle, mais en contrepartie il a un excellent flair. Je me suis dit que… ça pourrait nous être utile… »

Elle commence à se dire que les autres vont la trouver stupide d’avoir emmené un pokémon aveugle avec elle. Est-ce qu’ils vont penser qu’il s’agit là d’un boulet à leurs pieds ? Clarisse elle sait que Spocky se débrouille très bien avec son handicap, même si c’est vrai qu’il lui faut un petit temps d’adaptation dans les environnements inconnus… Mais au pire elle lui dira de rester à ses pieds tant qu’ils n’auront pas besoin de son odorat. Et puis de toute façon c’est le seul de ses compagnons capable de se battre, même si elle ne sait pas comment le diriger et… Raaaah, elle verra bien !

« Euh, Gaeriel, je veux bien venir avec vous. » dit-elle avec les joues brûlantes. Elle n’a aucune justification rationnelle à donner et a peur qu’on lui dise que ce n’est pas à elle de choisir, mais autant tenter. D’ailleurs, pour que cela paraisse moins suspect, elle ajoute : « Il faut se décider à un moment, j’ai peur que notre groupe finisse par attirer l’attention si nous restons là… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 11/03/2017
Messages : 649

Région : Kanto
Sam 23 Sep - 11:43
Je suis heureuse de constater que je ne suis pas la dernière à me joindre au petit groupe et les présentations ne tardent pas à arriver. Du moins un début de présentation puisque la plupart d’entre nous donne seulement son prénom et je suis surprise de constater qu’il y a seulement trois rangers parmi nous, alors que j’imaginais plutôt la situation inverse. Je me demande si notre mission peut réellement être un succès avec autant de citoyen, mais la question a déjà du être abordée par ceux qui on organiser cette infiltration. Réalisant par la suite que je mets peut-être un peu de temps à répondre, je secoue la tête pour reprendre mes esprits en espérant que personne n’ait remarqué mon temps de réaction.

- Oh, je m’appelle Sayuri. Pour l’instant je suis coordinatrice, mais je compte devenir éleveuse plus tard.

J’ai presque honte de dire ça après avoir entendue la réponse des autres. En quoi le soin et l’élevage des pokémons peut être utile dans ce genre de situation ? J’ai l’impression de ne pas être à ma place et le fait d’avoir fait une demande d’adhésion au groupe sur un coup de tête ne m’aide pas à me sentir mieux. En même temps, je ne suis pas venue jusqu’ici pour eux, mais bien pour les pokémons, alors ils vont devoir m’endurer. La dénommée Gaeriel propose ensuite de former deux groupes distincts pour que l’on puisse entrer par les deux différentes entrées connues du laboratoire, puis tout le monde se met à échanger leurs numéros de téléphone entre eux pour avoir une meilleure communication. Je ne sais pas encore dans quelle équipe je vais être et c’est avec un haussement d’épaule que je sors mon téléphone de ma poche pour faire de même.

Il y a donc Gaeriel et Azamir qui semble vouloir faire équipe de leur côté et le ranger restant qui jouera probablement le rôle de chef dans l’autre équipe s’appelle Côme. Rapidement, chacun se dirige dans une direction et le premier groupe mené par les deux rangers ne tarde pas à être formé. Je crois bien que je vais devoir aller avec le dernier ranger surtout après l’avoir vu agir avec une autre jeune fille, il m’a l’air fort affectueux... et je risque de me sentir plus à l’aise avec lui qu’avec les autres, au final. Ça tombe bien. Il n’a pas l’air sévère, mais au cas où, je vais tout faire pour ne pas être la boulette de service et ainsi éviter de me faire engueuler. Affichant un petit sourire, je m’avance vers Côme en espérant qu’il veuille bien de moi dans son équipe.

- Pour ma part j’ai une Chacripan qui se glisse facilement dans l’ombre, ajoutai-je ensuite à l’intention du groupe qui révèle peu à peu l'identité de leurs pokémons. Elle est très discrète et elle peut se faufiler n’importe où.

J’ai un peu honte de leur proposer un tel pokémon, mais elle peut s’avérer très utile s’il faut s’infiltrer dans un conduit d’aération par exemple. En comparaison à un Pharamp ou encore à un Rhinoféros, ça me semble minable mais il m’est impossible de faire mieux dans l’immédiat, surtout depuis que ma starter me boude. Elle aurait pu s’avérer très utile dans cette situation avec ses pouvoirs psychiques, mais bon... il va falloir s’en passer.



Sayuri parle en orange
Ayuna parle en violet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 8769

Région : Kanto | Hoenn
Dim 24 Sep - 18:59
J’ignore comment je ferai pour retenir le prénom de tout le monde, en plus de toutes les autres informations qui sont dites. Ça me semble déjà difficile, c’est une chance que je connaisse déjà certaines personnes, ça me facilite la tâche. Au cœur des présentations, la personne qui se tient plus loin, que je remarque et à laquelle je demande d’approcher s’exécute. C’est vraiment un comportement qui attire ma méfiance et ça ne se calmera pas juste parce qu’elle daigne enfin participer. Bref, grâce à ces quelques minutes, nous en apprenons plus sur chacun, sur leurs aptitudes ainsi que sur leurs Pokémon. Je réalise que je suis sans doute celui qui est resté le plus vague, mais aussi que je n’ai pas échangé mon numéro. Je tiens à éviter cela, alors je demande directement à Côme s’il est à l’aise de diriger une équipe. Il me semble déceler une part d’hésitation avant qu’il donne sa réponse, mais il acquiesce, donc je ne vais pas le contredire. Je ne suis pas là pour ça et nous n’avons pas de temps à perdre à s’obstiner. Chacun est responsable de ses décisions. S’il a un problème à un moment ou à un autre, il n’aura qu’à nous informer sur le portable de Gaeriel puisque j’esquive toujours de fournir le mien. De toute façon, j’ai désormais la conformation que je pourrai rester aux côtés de mon amie et cela me soulage grandement. À nouveau, je me dis que ces sentiments que j’ai pour elle jouent contre moi, comme ça a été le cas avec Isiel à l’époque... Mais il ne faut pas que je songe à ça. Il n’y a aucune raison pour que les événements se passent aussi mal ici. La mission n’est pas une fausse montée de toute pièce dans le but d’assassiner un d’entre nous... comme ça a été le cas pour celle avec Isiel.

Ne pense plus à cette histoire. Même si tu as découvert cette vérité que récemment, il faut que tu laisses le passé derrière toi.

Les deux équipes se dessinent peu à peu et Clarisse, si j’ai bon souvenir, se manifeste directement pour être avec Gaeriel. Il ne reste donc qu’une place avec nous, et quand Gaeriel manifeste l'envie que Marie-Anne soit dans notre équipe, je ne peux que l'appuyer de vive voix. Ainsi, je peux l’avoir à l’œil. Si elle n’est vraiment pas d’accord qu’elle le dise. De toute façon, elle a mentionné qu’elle irait là où on lui dirait. Si elle proteste maintenant, à mon sens, ça sera encore plus suspect et ça m’incitera plus encore à vouloir la surveiller. Si un de nous a un but malveillant, Gaeriel et moi pouvons les gérer. Je présume qu’elle doit aussi être armée, bien qu’elle ne m’en ait pas parlé. Bref, je lui adresse justement un regard, désireux d’avoir son avis sur la question avant que nous nous mettions en route pour emprunter une des entrées. Puisque cela semble convenir à tout le monde, je consulte aussi Côme, m’assurant qu’il est prêt avant de lui laisser la responsabilité de son équipe. Dommage que Sanae ne soit pas aussi à mes côtés, mais puisqu’elle connaît le second ranger masculin de cette mission, elle ne devrait pas être mal à l’aise. Je présume. Il faut que je lâche prise et que j'aie confiance en Côme pour gérer sans m’en inquiéter, sans laisser ce désir de protéger tout le monde prendre le dessus.

Concentre-toi sur les trois personnes qui t’accompagnent, ça sera un début.

Tout est clair pour tout le monde, il est temps de se mettre en action. Comme là si bien souligné Clarisse, les chances que nous attirions l’attention en restant les huit ici sont fortes. Mon regard retourne vers Côme. N’hésitez pas à nous contacter s’il y a le moindre souci de votre côté. Nous ferons de même. Gaeriel plutôt, sauf que je ne relève pas le fait que je n’ai toujours pas partagé mon numéro. Si je peux éviter, c’est parfait, mais je continue de déplorer le fait que nous n’ayons pas d’équipement de communication. Au moins, j’ai pensé à apporter quelques petites choses utiles avec moi. Le côté pratique de mes pantalons plein de poches. Nous allons emprunter l’entrée la plus éloignée, nous vous laissons l’autre. Donc, cela dit, je m’adresse cette fois à tout le monde, de façon générale. Soyez tous prudents. On se retrouve plus tard. Mon intonation était moins impersonnelle sur cette phrase. Je tiens à ce que tout le monde sorte de ce bâtiment sans être blessé. J’adresse un signe de la main aux trois personnes qui sont dans la même équipe que moi, les incitant à me suivre. Je vais mettre en application ce que j’ai dit plus tôt et effectivement ouvrir la marche. Une fois que nous nous trouvons devant l’entrée, je vérifie s’il y a un possible système de sécurité ou d’alarme. Je ne suis pas un spécialiste, pas comme ma collègue May chez les Skyfall, mais elle m’a appris quelques trucs au cours des multiples missions que nous avons effectuées ensemble. Sans l’équipement qu’elle utilise, c’est tout de suite plus délicat et j’espère ne pas provoquer le déclenchement de l’alarme alors que nous ne sommes pas encore entrés... Pendant que je m’active, j’adresse quelques mots à mes équipiers. Il y aura forcément des caméras à l’intérieur. De la surveillance humaine ou Pokémon aussi. Pour un laboratoire, c’est le minimum. Tous ceux que j’ai eu à infiltrer ou à démanteler en avaient, alors pourquoi celui-ci serait une exception? Gaeriel, Spectra nous sera très utile pour esquiver les caméras. J’ignore si elle y avait songé, mais je le précise tout de suite. D’ailleurs, si elle peut m’aider maintenant pour la porte, ça ne serait pas de refus.

Au final, tu dois admettre qu’avoir un spectre avec vous est très utile. De toute façon, tu apprécies Spectra, n’ayant aucun mal à lui accorder ta confiance, contrairement à d’autres Pokémon de ce genre.

Je tâche de me détendre, laissant planer un léger sourire sur mes lèvres. Quand c’est destiné à la ranger, c’est tout de suite plus facile... Bref, j’obtiens l’aide voulue et nous pouvons enfin entrer. Il vaut mieux que l’Ectoplasma reste avec nous. J’avance le premier, restant attentif aux caméras, ainsi qu’aux portes qui nous mèneraient dans les salles où se déroulent les expériences et la maltraitance...

Je cherche donc un indice o/



T-Card:
 

Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 02/11/2013
Messages : 1058

Région : Sinnoh
Mar 26 Sep - 16:46
Je crois que Sanae est un peu gênée par mon étreinte. Et je crois que sa gêne me gêne...est-ce que ça a du sens ? Qu'importe. Elle a l'air assez surprise que je sois devenu ranger – vu mon âge et ma tendance à être tête en l'air, je dois avouer que je ne peux pas vraiment lui en vouloir. Nous préférons visiblement tous les deux ne pas nous éterniser sur nos retrouvailles et se concentrer sur la suite des opérations. Gaeriel prend les devants et propose de former deux groupes de quatre personne, chacun s'occupant d'une des deux entrées du bâtiment. Jusque là, tout est logique. L'échange de numéros de téléphone qui suit est aussi logique, mais je marmonne dans mon coin que la technologie n'est pas mon truc. Cependant, je garde ça pour moi pour l'instant, je n'aurai qu'à demander à un de mes équipiers le moment venu si jamais je n'y arrive vraiment pas. Qui sait, sous pression, un téléphone dans les mains... je suis capable de tout. Surtout du pire. Je suis encore en train d'essayer de dresser mon téléphone pour entrer un dernier numéro quand une femme sortie de l'ombre s'approche, appelée par Azamir. Je ne porte qu'une vague attention à son arrivée et m'acharne sur les touches de l'appareil qui vit une sale minute et me fait serrer les mâchoires. Et vient le moment de stress intense.

Je n'ai jamais vraiment été confronté à l'autorité, et d'une certaine façon, ni Gaeriel ni Azamir n'ont d'autorité directe sur moi, même si ce sont des rangers plus expérimentés. Mais lui dégage quelque chose d'assez...intimidant. Imposant aussi. Peut-être qu'il me fait un chouia peur ? Dans le sens où se retrouver seul avec lui dans une ruelle sombre me donnerait possiblement envie de changer de trottoir. L'effet est un peu moindre au moment où il s'adresse à moi puisque nous sommes en groupe, mais dans un endroit désert, à moitié dans le noir quand même. J'avoue que savoir qu'il est ranger le rend beaucoup moins intimidant, c'est vrai, mais il parle avec tellement d'assurance et le simple fait qu'il s'adresse à moi sans que je m'y attende me prend au dépourvu. Et la question encore plus. Je me mors la mâchoire l'espace de quelques secondes tandis que tout un tas de questions me passent à travers la tête et que mon anxiété me crie de ne SURTOUT PAS prendre la tête d'un groupe. Mais je lui adresse un petit signe de main, desserre les mâchoires pour prendre un faux sourire assuré et décoche un « Bien sûr, aucun problème ! » enjoué. Je manque d'ajouter un « J'ai l'habitude depuis le temps » mais je me mords la langue en me rendant compte que ce serait vraiment de trop. Déjà que mon temps de réaction a légèrement trahi mon inexpérience, pas la peine d'en faire des tonnes et de donner l'impression à mes futurs coéquipiers – ou en l'occurrence coéquipières – que je suis une jeune recrue totalement paumée.

Chacun prend le temps de dévoiler les pokémons qu'il a emmené avec lui. Et là je me dis que je n'ai pas vraiment réfléchi à ce qui serait le plus pratique pour la mission.

J'ai Josepha, ma petite Goinfrex et mon Milobellus, qui n'a pas encore de nom.

Trop d'informations ? Peut-être. Ce doivent être les nerfs qui commencent à me faire dire n'importe quoi. Je n'en reviens pas que je suis sur le point de commencer ma première mission ranger, certes pas tellement officielle ; et en plus je vais diriger un des deux groupes... Quel comble ! Mais je ne sais pas, je me sens prêt, quelque part, parce qu'après tout, il n'y a pas meilleur moyen d'apprendre. Les groupes se dessinent assez rapidement, Gaeriel et Azamir prenant avec eux la dernière venue qui nous observait visiblement de loin si j'ai tout bien suivi, et Clarisse, qui a l'air de vouloir suivre Gaeriel. Notre groupe sera donc constitué d'Effy, Sanae, Sayuri et moi-même. J'espère secrètement que ce n'est pas un choix par défaut, mais l'idée me fait un peu rire intérieurement. Qui aurait l'idée farfelue de me suivre, moi ? Un tandem de rangers expérimentés et vainqueurs de la ligue ? Non, pour moi ce sera un blondinet échevelé qui arrive tout sourire sur un vélo d'emprunt, quasiment en retard, pour une mission ultra secrète et légèrement illégale pour laquelle il n'a pas du tout l'air préparé.

Azamir me rappelle de les contacter en cas de souci, et cette pensée me rassure. Si jamais je n'étais vraiment pas à la hauteur, je pourrai toujours demander conseil. Son groupe se dirigera vers l'entrée la plus éloignée, ce qui nous laisse donc l'entrée principale. Je commence lentement à me diriger vers celle-ci et en profite pour souffler un bon coup, tout en réfléchissant aux différents problèmes que l'on risque de rencontrer pour s'introduire dans le bâtiment. Mais avant toute chose, je me retourne vers mes trois acolytes.

Bon, je dois avouer que la technologie, c'est pas mon truc... Ce serait bien que l'une de vous se charge des communications avec l'autre groupe, si jamais on en a besoin là-dedans.

En m'approchant près de la porte, je me rappelle qu'Effy a mentionné un Pharamp. Peut-être est-il déjà l'heure de demander de l'aide à nos amis pokémons.

Effy, tu crois que ton Pharamp pourrait court-circuiter le digicode de la porte ? Il doit y avoir une alarme quelque part j'imagine mais je ne vois rien... Peut-être que c'est relié ou que les commandes sont à l'intérieur ?

Soudain, je me prends à souhaiter qu'une de mes coéquipières soit une experte en infiltration, une sorte de super agent secrète ou super espionne, quelque chose du genre. Et d'un coup, cela me fait penser que dans les films, personne ne passe jamais par la porte principale.

Je veux pas vous faire peur hein, mais peut-être que passer par la porte d'entrée n'est pas la meilleure idée que j'ai eue ? On pourrait peut-être déjà envoyer un éclaireur par une fenêtre, voir ce qui nous attend derrière ? Ton Chacripan peut-être ?

Je me tourne vers Sayuri en me disant que son pokémon est sans doute le plus agile, le plus souple – quoique mon Milobellus devrait pouvoir se débrouiller aussi, mais il est considérablement plus lourd qu'un Chacripan – et celui qui se faufilera le plus facilement à travers une fenêtre, qui, dans les laboratoires, ne sont pas vraiment ce qu'on pourrait appeler de grandes baies vitrées. Je ne suis même pas sûr qu'un humain puisse y passer. En fait, je ne suis même pas sûr qu'elles s'ouvrent. Je sens que l'on va rester bloqués dehors. Cette mission commence super bien.




Stuff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 30/08/2014
Messages : 941

Région : Johto
Mer 27 Sep - 14:24
Les langues se délient peu à peu et l’organisation s’amorce. Une jeune femme sort de l’ombre sommée par Azamir, son comportement me parait étrange et je me retrouve ravie de finalement apprendre que je ne ferais pas équipe avec elle, son attitude titille ma méfiance et j’aurais toujours eu une part de mon attention sur elle. Pourquoi rester ainsi dans l’ombre et montrer tant de résistance à la participation si elle s’est portée volontaire pour participer à cette mission. Mais soit, j’essaye de ne pas y prêter plus attention que cela et étant donné le regard qu’Azamir a pu lui lancer je me doute qu’il s’occupera très bien de la surveiller. Les présentations se peaufinent et l’on en apprend un peu plus sur certaines personnes et leur pokémon, nous formons une troupe plus qu’hétérogène et je ne sais si cela sera finalement une force ou une faiblesse. Je n’ai pas l’habitude de travailler en groupe et si j’ai déjà au courant de cette année du parfois commettre une infraction ou deux je n’avais toujours que moi et mes pokémons à gérer, infiltrer un bâtiment avec plusieurs personnes devoir anticiper leurs réactions et prier pour que personne ne fasse de bourde et que nous ne nous fassions pas démasquer ne va pas être une tâche facile.

Pendant que je commence à faire monter la pression dans mon encéphale les équipes s’organisent. Je me retrouve avec Sanae la jeune femme sympathique qui connait tout le monde, Sayuri qui a un chacripan et à la tête de notre groupe Côme le jeune blondinet enjoué. Enfin … il semble enjoué mais plus je l’observe car il me fait penser à quelqu’un et plus je me rends compte que le léger temps de latence et la crispation de son visage entre la question de son acolyte ranger et sa réponse me laisse à penser que ce jeune homme essaye de se donner du courage par ses paroles et n’est pas aussi confiant à l’intérieur de lui même qu’il ne nous le montre. Je souris brièvement face à cela alors qu’Azamir prend à nouveau la parole. Cet homme a réellement une prestance et tout le monde semble suspendu à ses lèvres, l’écoutant avec attention et je n’y déroge pas. Une partie de moi un peu primitive est peut être un peu déçue de ne pas être dans son équipe. Pour certaines raisons mais également car il semble être un ranger accompli et sûr de lui et que j’aurais aimé à en apprendre plus à ses côtés sans perdre bien évidemment de vue la raison qui nous a conduit ici.

Passé ce laps de temps d’échange les deux équipes finissent par se séparer et je suis Côme qui donne le pas pour nous rapprocher d’une des deux entrées alors que l’autre groupe s’éloigne. Cela aurait été Jean je l’aurais secoué en lui disant de se détendre un bon coup et que cela allait bien se passer (enfin je l’espérais vraiment) mais ne le connaissant pas je ne peux me permettre tant de familiarité mais j’espère qu’il se détendra un peu car s'il a été sélectionné comme ranger pour diriger notre équipe et participer à cette mission c'est qu'il en est capable.

▬ La communication n’est pas mon point fort ... Je me retourne alors vers Sanae. Elle m’a l’air bien plus sociable que moi et connait déjà Azamir, aussi aura-t-elle surement plus de facilité à communiquer avec eux, elle a l’air d’être douée avec les gens. Sanae vu que tu connais déjà Azamir peut être pourrais-tu t’en charger si ça ne te dérange pas, qu’en penses-tu ? Je regarde également Sayuri et lui propose aussi afin qu'elle ne se sente pas laissé pour compte. La plus motivée des deux se portera volontaire de toute façon. A moins que tu ne préfères t'en charger Sayuri ? Je rebondis par la suite sur la question que me pose Côme et lui sourit par sympathie et pour le rassurer Oui oui on peut tout à fait s’en charger. Que le système soit l’intérieur ou non tant que j’ai accès à un minimum du réseau électrique on peut s’en occuper ne t’inquiètes pas. Je passe une main dans mes cheveux retenant un léger rictus nerveux un peu mal à l’aise et ajoute. J’ai déjà fait ça auparavant donc il ne devrait pas y avoir de problèmes …

Je plonge alors la main dans ma besace et cliquant sur la pokéball en libère son hôte. Aries apparaît et observe autour de lui. Je lui ai expliqué avant de venir ce que nous venions faire ici, il est donc prêt et attend mes instructions silencieusement. La proposition de Côme quant à faire un état des lieux par le chacripan de Sayuri est judicieuse et j’acquiesce de la tête alors qu’il parle. Toutefois si le chacripan se retrouve face à une opposition quelconque je me demande s’il sera en position pour réagir sans pouvoir communiquer avec sa dresseuse. J’aurais pensé à essayer de voir déjà les alentours du bâtiment en toute discrétion. Si nous pouvions observer des gardes faisant une ronde, leurs lieux de passage et les caméras extérieures déjà présentes. Voir la conformation du bâtiment. Cela nous permettant déjà de repérer s’il y avait éventuellement des effectifs extérieurs avant de nous ruer à l’intérieur. Et également de trouver pourquoi pas une fenêtre ou toute ouverture pour permettre au Chacripan de s’y infiltrer plus discrètement et pourquoi pas nous tous. Je réfléchis. Il faut penser collectivement, chose que je n’ai guère l’habitude de faire. Le Chacripan de Sayuri me semble être la meilleure solution pour permettre un état des lieux discret car il est le pokémon le plus adapté à cela. Rapide et agile, avantagé par sa petite taille. Néanmoins il ne faut pas négliger sa protection et trouver un moyen de lui permettre de communiquer avec nous s’il est en difficulté. Si cela est le cas mon pharamp et moi nous chargerons de faire quelques étincelles pour lui permettre d’avoir un laps de temps pour s’échapper. Nous pouvions également court circuiter les caméras et tous rentrer ensemble dans le laboratoire en laissant le chacripan de Sayuri en éclaireur devant nous et le suivre. Tellement de stratagème et de situations naissent dans mon esprit que je ne sais quoi en faire.

▬ Je suis d’accord avec toi Côme pour Chacripan. Cependant … J’expliquais alors les quelques réserves que j’avais envers cette idée et leur suggérais les idées qui m’avaient traversé l’esprit. Peut être cela leur ferait-il écho, auraient-ils d’autres idées ou des complémentaires afin d’affiner le meilleur plan possible. L’heure n’était pas à garder ses pensées pour soi mais à les partager, même si mes idées pouvaient peut être leurs paraitre stupides ou je ne sais quoi au moins je n'aurais pas de remord à m'être tû.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/03/2014
Messages : 1311

Région : Sinnoh
Mer 27 Sep - 16:58
Les paroles d'Azamir m'étonnent sur le coup, ne m'attendant pas à ce qu'il me propose carrément de m'aider si jamais j'ai des questions ou besoin de récolter des informations sur le sujet ranger. On s'est rencontré une seule fois, et même si on a pas mal parlé, je ne pense pas être quelqu'un d'important au point qu'il ait envie de m'aider dans mon projet. Alors ça me fait plaisir, et un sourire apparaît rapidement sur mes lèvres. « Yep, merci ! » Je n'élabore pas plus étant donné que ce n'est pas le bon moment, et ça me rassure aussi, quelque part. Pour quoi, je ne sais pas.

Après un petit moment gênant – bien que j'aurais préféré qu'on se retrouve dans d'autres circonstances – la discussion tourne autour des pokémons que nous avons tous et des équipes à répartir. Et après avoir proposé l'idée, je n'ai même pas présenté le pokémon que j'ai pris avec moi pour cette mission... Je me sens bête. « De mon côté, j'ai ma Charmillon. Si jamais on a besoin d'un pokémon volant assez rapide, plutôt petit et discret, je pourrai faire appel à elle. » Bon, dit comme ça, c'est vraiment pas impressionnant, surtout avec la présentation des autres pokémons qui sont dans le groupe d'infiltration. Mais Eclat est bien plus que capable, je sais qu'elle pourra nous aider en cas de problème. Au pire, si la discrétion ne sert à rien, elle peut foncer dans le tas aussi, ça marche très bien.

Lorsqu'Azamir interpelle une autre personne, je tourne la tête vers la huitième participante (ou était-elle là depuis le début ?) et je dois avouer qu'elle n'inspire pas confiance. Enfin, se cacher comme ça dans l'ombre à observer et ne pas sortir de sa cachette sans qu'un de nous lui demande de se montrer, c'est un peu louche. Mais puisqu'elle se retrouve dans l'équipe de Gaeriel et Azamir, deux vainqueurs de la Ligue et deux rangers expérimentés, je ne pense pas qu'on ait du souci à se faire de ce côté. Ils sauront bien se débrouiller et la gérer si jamais elle s'avère être une menace. Du coup, leur équipe est complète et de l'autre côté, je me retrouve donc avec Côme, Effy et Sayuri. Il y a Côme que je connais déjà donc je ne me sens pas trop mal à l'aise, je trouve juste dommage de ne pas avoir eu la possibilité d'être avec Azamir ; l'avoir vu à l’œuvre une première fois a été très impressionnant, donc un duo de rangers, ça doit l'être encore plus. Mais d'un autre côté c'est pas plus mal, car je vais pouvoir assister aux talents de Côme en tant que ranger ! Ça fait longtemps qu'on ne s'est pas vus, je suis curieuse de savoir ce que lui et son équipe sont devenus depuis.

L'autre groupe part dans une autre direction et nous nous dirigeons vers l'autre passage. Savoir que l'on peut contacter l'autre équipe est rassurant, même si au fond, je ne suis pas trop tendue puisque je suis sûre que nous sommes tous capables ; après tout, si nous nous sommes proposés, ce n'est pas sur un coup de tête – bon ok, peut-être que si, mais je pouvais pas rester les bras croisés.

Côme prend donc la direction des opérations. Il commence d'abord par demander à quelqu'un de se charger de la communication au cas où on aurait besoin de contacter les autres. Effy nous demande tour à tour à Sayuri et à moi si l'une de nous deux peut s'en charger. « Pas de problème, je peux m'en occuper ! » Je lui dis, toute sourire. Je ne lui informe pas qu'Azamir n'a pas donné son numéro et que, de ce fait, je vais tomber sur Gaeriel et je ne la connais pas. Mais ça ne va pas m'empêcher de pouvoir lui parler normalement. Enfin, je crois. Bon. Je me tourne vers Sayuri pour savoir si ça lui convient.

L'idée de court-circuiter la porte est une bonne idée, surtout qu'il semblerait qu'Effy l'air déjà fait. Euh... Déjà fait auparavant ? Mais elle faisait quoi, elle s'infiltrait dans des labos et chez les gens quotidiennement ?! Bon, je ne vais pas crier ça et lui demander des explications maintenant, elle n'a pas l'air méchante en plus, mais voilà. Ça fait bizarre. Bref. Les hypothèses émises indiquent qu'il vaudrait mieux passer ailleurs que par la grande porte d'entrée, c'est bien connu. Et le fait d'utiliser le Chacripan de Sayuri est une bonne idée, seulement les soucis posés par Effy sont à prendre en considération. Elle a raison, c'est risqué qu'il y entre seul sans moyen de communiquer avec qui que ce soit, il pourrait tomber sur de mauvaises surprises. Et si tout court-circuiter et tout défoncer... C'est pas évident. Je rebondis sur certains éléments d'Effy et de Côme. « Si on entre en court-circuitant tout, ça risque d'éveiller tout de suite les soupçons... » S'il y a des gardes qui font leur ronde et d'autres qui surveillent les caméras, on va vite se retrouver coincés. « On peut peut-être envoyer ton Chacripan, Sayuri, et ma Charmillon, ensemble par l'une des fenêtres ? Un sur terre et un dans les airs pour qu'ils puissent s'entraider s'il y a un souci. Et s'ils rencontrent des ennemis, l'un des deux peut revenir rapidement pour nous prévenir, et on entre en défonçant tout. Sinon si la voie est libre... ben on entre quand même mais sans tout défoncer. » Je dis ça, mais en vérité, comment on peut entrer ? On ne peut pas éliminer toutes les caméras d'un coup, ce serait beaucoup trop louche. Ou alors... « Hum, si la voie est libre, à ce moment-là Pharamp peut court-circuiter la porte d'entrée et ce qui est lié comme la caméra et l'alarme pour qu'on puisse entrer ? Tu penses que c'est faisable sans tout faire court-circuiter, Effy ? »

Je ne connais pas grand chose dans ce domaine, et je ne sais même pas si mon idée peut marcher. On va bien réussir à entrer quand même ! (et c'est là que je me dis que, mince, j'aurais dû regarder plus de films d'espionnage avant de venir)



    avatar par iago, merci ♥️
    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/08/2013
Messages : 2285

Région : Kantô, Johto
Jeu 28 Sep - 11:37
Petit à petit les volontaires nous rejoignent et nous nous retrouvons bien vite à un nombre qui correspond aux informations que l'organisateur nous avait donné ; nous serons bel et bien huit personnes à se rendre à l'intérieur de ce laboratoire, en toute illégalité. Nous nous présentons les uns aux autres, hormis une personne qui est restée un peu à l'écart. Pour l'instant je ne m'en occupe pas vraiment, ne lui jetant que quelques coups d'oeils par moment, préférant parler avec les autres personnes qui sont là. Je finis par prendre un peu les choses en main en parlant de la situation actuelle, de mon idée de créer deux groupes pour pouvoir être plus efficace et - je l'espère - plus rapide. Moins on y perdra de temps moins il y a de chances que l'on se fasse attraper. En espérant qu'on ne soit pas déjà repéré, mais pour l'instant je n'ai rien vu ou entendu de suspect. Sanae pose une question intéressante pendant que nous nous échangeons nos numéros entre nous et je hoche la tête, ayant déjà réfléchi à cela avant d'arriver.

- Je vais prendre mes deux pokémons qui pourront être le plus utile. J'ai une Ectoplasma qui peut se faufiler où bon lui semble sans déclencher les alarmes, et j'ai un Métalosse qui est très doué avec l'informatique, ça peut nous aider.

Je souris lorsque Azamir parle du potentiel rentre dedans de son équipe puis écoute les autres avec attention, essayant de mémoriser. Un canidé pouvant nous aider son flair, un félidé qui peut aussi se faufiler partout, un pokémon électrique qui gère l'électricité... Pendant que nous discutons de cela, Azy s'est approché de la fille dans l'ombre pour qu'elle se rapproche. Une silhouette fine, de longs cheveux noirs et des yeux sombres... Il fait trop sombre pour que je puisse voir son visage correctement, mais elle m'est définitivement familière. Mon attention est détournée par Clarisse qui vient de prononcer mon nom ; je me tourne aussitôt vers elle, captant qu'elle vient de demander à faire parti de mon groupe. De son côté Azamir a demandé à Côme s'il se sentait de tenir un groupe ; cela veut dire qu'on sera ensemble ? En soit c'est assez rassurant de savoir que j'aurais quelqu'un que je connais si bien de mon côté, d'un autre Azamir aurait aussi été très utile pour un second groupe... Mais Côme semble plutôt confiant (du moins est-ce mon impression) quand il lui répond et je hoche la tête vers moi-même avant de me tourner vers la jeune femme qui semble s'y connaître en soins.

- Avec plaisir Clarisse ! Je me tourne ensuite vers la brune qui me fait tiquer, et qui s'est présentée sous le nom de Marie-Anne. Il ne me dit rien mais... Comment s'appelait cette fille déjà ? Ça date, j'ai du mal à me souvenir... Mais je crois que cela commençait par un M. Ça m'agace de ne pas me rappeler et cela m'étonnerait fort que je m'en souvienne vu ce que je consommais à l'époque. Je décide donc de ne pas montrer mon doute, au cas où je me tromperais, mais de la garder à l’œil. Ton Rhinoféros nous sera bien utile, je te prends dans notre groupe Marie-Anne.

Je lui adresse même un sourire avant de me tourner vers les autres, observant les différentes personnes se mettre ensemble. De mon côté, j'appuie sur le bouton d'ouverture d'une de mes balls : Spectra apparaît aussitôt à mes côtés, telle mon ombre, un large sourire aux lèvres. Si j'ai oublié le nom de cette femme, je crois me souvenir que l'apparition de la spectre ne lui avait pas plu à l'époque... Cela peut m'être utile de l'avoir rapidement à mes côtés.

Les groupes se forment, nous finissons par nous séparer après quelques recommandations et derniers échanges de numéros. La spectre à mes côtés, j'avance avec le reste du groupe pour rejoindre au plus vite cette entrée, un œil sur mon téléphone sur lequel j'ai téléchargé la carte de l'extérieur ; avec cette obscurité, on pourrait vite se perdre. Nous nous arrêtons près de cette entrée et nous nous rapprochons les uns des autres pour pouvoir discuter sans hausser la voix ; si jamais il y a un vigile à l'intérieur, il ne faut surtout pas qu'il nous entende.

- Oui, je comptais envoyer Spectra en éclaireuse. Elle peut passer devant les caméras sans être vue, c'est pratique. La spectre émet un léger rire et je lui fais signe de ne pas faire de bruit, connaissant sa propension à rire à gorge déployée. Apès, si on trouve de quoi connecter Kerrigan - mon Métalosse - il pourra sûrement désactiver les caméras dans le bâtiment, ou les trafiquer. Mais de l'extérieur je ne pourrais pas faire grand chose de ce côté là...

Je fais signe à Spectra d'entrer dans le bâtiment et de vérifier que la première pièce est ok. Si c'est le cas, qu'elle nous ouvre, si elle en a la possibilité. Sinon, on devra ouvrir par un autre moyen... Qui risque d'être moins discret.

En attendant la spectre, je me tourne vers le petit groupe qui s'est créé, prenant un air sérieux que j'adopte rarement. Cette situation est stressante et je me grillerais bien une cigarette avant de rentrer, mais je crains que cela ne doive attendre notre sortie. Il vaut mieux qu'on rentre le plus rapidement possible, mais avant cela... Je préfère mettre les choses au clair une dernière fois.

- Avant d'entrer, n'oubliez pas que ce nous faisons est complètement illégal. En tant que Ranger nous risquons notre rang, mais vous risquez aussi beaucoup. Réfléchissez-y une dernière fois... Et ceux qui sont toujours motivés, allons-y !

Nous entrons finalement dans le bâtiment grâce à la spectre, plongé dans l'obscurité...

* Spectra est partie chercher des indices :)




card:
 
memories:
 
doubles comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 2371

Lun 2 Oct - 15:47
AZAMIR

Vous avancez et sentez une odeur putride. Devant vous, une porte entrouverte laisse apparaître une cage. Dans cette cage, vous trouverez des traces de sang et de poils appartenant à un Pokémon. La cage semble pourtant bien petite pour accueillir une de ces créatures. Une chaîne passe à travers les barreaux. Peu importe ce qui a pu se passer ici, le signe d'une maltraitance est visible.
1 INDICE TROUVÉ.

GAERIEL

Votre Ectoplasma avance dans le bâtiment où la nuit règne encore. Pour le moment, elle ne parvient pas à trouver quelque chose de probant à vous montrer.
PAS D'INDICE.

→ Total : 1 indice trouvé.


avatar ©️ Elune Crowley.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 8769

Région : Kanto | Hoenn
Mer 11 Oct - 15:24
L’échange d’information se déroule bien, chacun dévoile ses atouts pour la tâche qui nous attend. Je suis sans doute celui qui est le moins spécialisé du lot, sauf que ça ne me gêne pas. Si du personnel nous tombe dessus, je ferai en sorte de vite régler l’histoire afin qu’ils n’alertent pas plus de personnes. Si un tel cas survient. Par la suite, les équipes se forment, équipes qui me conviennent dans une certaine mesure, et il est temps de passer à l’action. Nous ne devons pas rester ici trop longuement. Si nous avons déjà attiré l’attention, l’infiltration deviendra tout de suite plus difficile. Cette éventualité m’inquiète, mais pas pour mon équipe. J’ai confiance en mes Pokémon et en ceux de Gaeriel. Rien ne les arrête, ils peuvent presque tout gérer. Pour les autres, je ne les connais pas assez pour me faire une idée et c’est justement ce qui m’inquiète. Peut-être aurai-je dû prendre la tête de la seconde équipe..., mais il est trop tard pour ce genre de doute. Après quelques mots adressés à Côme pour lui rappeler de nous contacter en cas de problème et des mots pour tout le monde, notre équipe se rend à l’entrée la plus éloignée. Je ne perds pas de temps et la réponse de Gaeriel me rassure. Ainsi, elle avait déjà pensé à tout. Il serait préférable de trafiquer les caméras, si Kerrigan le peut. Ça nous laissera plus de temps avant que quelqu’un se rende compte de notre intrusion. Mais avant tout, il faut d’abord entrer alors l’aide de Spectra est la bienvenue. Cette dernière entre et sa dresseuse nous adresse une mise en garde à laquelle je n’avais pas du tout songé. Je vais éviter de mentionner que pour ma part, je ne risque rien du tout. Ce n’est pas Shadow’s Path qui s’offusquera de l’emploi d’une telle méthode. Nous avons eu plusieurs missions au cours desquelles nous avons dû forcer des accès, tout cela dans le but d’assurer la sécurité des Pokémon. Il est vrai que je n’agis pas pour eux ici, mais je ne crois pas que j’aurais de représailles si mes supérieurs l’apprennent. Je ne les mentionnerai pas, comme d’habitude.

Puis, tu as toujours une fausse carte de ranger de Hoenn sur toi, t’assurant de ne pas être pris au dépourvu s’il faut en montrer une.

Je reste silencieux en attendant la réponse des deux autres personnes qui nous accompagnent. Je me contente de hocher la tête pour signaler que ce n’est pas ce « risque » qui m’arrêtera. J’entends ensuite le déclic de la porte, signe que Spectra a réussi. C’est déverrouillé, précisai-je tout de même de vive voix, avant de me saisir de la poignée. Comme mentionné plus tôt, je passe devant et j’ouvre la marche, avec la Ectoplasma qui se met en recherche d’indices, qui s’assure sans doute aussi de nous aviser si nous approchons d’une caméra. Nous devons partir de l’hypothèse qu’elles peuvent capter le son. Pour que ça soit clair pour tout le monde, je le leur dis en chuchotant. Il vaut mieux éviter de parler avec une voix normale ou éviter tout bruit, les caméras peuvent peut-être capter. Bref, tandis que j’avance, je jette de temps à autre des coups d’œil derrière. Je ne voudrais pas qu’il arrive quoi que ce soit à mes équipières, et je continue d’avoir une certaine méfiance envers l’une d’entre elles. Par contre, cette réflexion devient secondaire quand, à mesure que mes pas me guident, j’en viens à sentir une mauvaise odeur de plus en plus forte. Vous sentez ça? C’est à peu près impossible qu’elles me disent non. Ça me rappelle ma dernière mission et je dois faire un effort pour ne pas laisser remonter les souvenirs. Juste avec ça, je me dis que les accusations sont fondées, mais pour le moment, je reste silencieux à ce sujet. Nous trouverons bien assez tôt des indices si tel est le cas. Je poursuis ma marche et au détour d’un couloir, je tombe sur une porte entrouverte. D’un geste, j’invite les autres derrière moi à ne pas s’avancer davantage. Je vais voir s’il y a quelque chose à l’intérieur. Ma main droite se pose sur la Pokéball de Leon. Je n’aurai qu’à appuyer sur le mécanisme pour qu’il en sorte. En fait, il le peut quand il le veut, mais je cherche à le contenir. Je sais qu’il a tendance à se manifester un peu trop vite par moment.

Il souhaite assurer ta sécurité à tout instant. Depuis que vous avez été retenus au quartier général Rockets de Kanto, il est bien plus protecteur envers toi.

Avec mon autre main, je pousse doucement la porte, tâchant de ne pas la faire grincer. L’odeur devient alors plus forte, puis une petite cage se dessine devant moi. Vraiment, le souvenir de ma précédente mission se fait plus fort dans mon esprit. Il y a beaucoup de similitudes, avec ces traces de sang et des poils. Il n’y a donc aucun doute possible. Ça ne ressemble en rien à une aire de soin. J’utilise donc mon portable afin de prendre des photos, offrant des preuves de ce qui s’est passé ici. Cela fait, je sors et laisse la porte entrouverte. Peut-être qu’en la fermant, alors qu’elle ne l’était pas, cela peut déclencher une alarme ou une sécurité quelconque. Il vaut mieux laisser les choses comme elles le sont. Bref, je n’ai pas remarqué si mes équipières ont tenté de voir à l’intérieur, alors je leur adresse quelques mots toujours d’une voix basse. Il y avait une cage avec du sang. Les accusations risquent d’être fondées, préparez-vous à affronter cela. Je voudrais les préserver de ces images, mais je ne pense pas que j’en serai capable pour tout le monde. Veillez aussi à laisser tout ce que vous touchez dans sa position d’origine. Ça pourrait nous éviter des ennuis et nous assurer de ne pas être remarqués. Je demande ensuite à Gaeriel où en est Spectra, si elle le sait. Une fois la réponse obtenue, il est temps de poursuivre la route. Il n’y avait rien dans cette pièce pour nous permettre d’utiliser le Métalosse de mon amie pour déjouer le système de sécurité. Je compte aussi sur la Ectoplasma pour nous aviser dès qu’il y aura des caméras. Je reprends la route, à la recherche d’autres preuves. Il vaut mieux en avoir plusieurs pour que nous puissions réellement agir par la suite. Nous devons chasser le doute et arriver avec du solide. Bien que ça soit difficile pour moi, avec tous ces souvenirs qui cherchent à remonter à la surface, il ne faut pas que je flanche maintenant.

Tu mets de l’avant ton talent pour tout terrer ce que tu ressens. Tu ne t’autorises aucune distraction, avançant dans le but de découvrir d’autres preuves.

Je cherche de nouveau un indice o/



T-Card:
 

Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 11/03/2017
Messages : 649

Région : Kanto
Jeu 12 Oct - 9:07
Il est maintenant temps de passer à l’action. Je sens mon cœur se mettre à battre plus fort à cette simple idée. Ce que nous nous apprêtons à faire est illégal et la situation pourrait dégénérer à tout moment. Malgré notre équipe de feu composée de plusieurs pokémons aussi différents les uns que les autres, il suffit qu’une seule caméra capte nos visages pour qu’on soit tous fichu. La police sera ensuite en mesure de nous retracer et de nous identifier facilement grâce à ces images. Je sens que je vais vite devenir parano en vérifiant chaque coin de mur où une caméra pourrait y être installée au plafond et cela risque de nuire grandement à notre mission. Bien que je sois soulagée de m’être habillée en noir pour cette occasion, cela ne me rassure pas totalement et il faut rapidement trouver un moyen d’entrer dans le bâtiment pour éviter d’attirer davantage l’attention.

Je me dirige vers l’entrée principale du laboratoire avec les autres au même moment où Côme, le chef du groupe, nous confie qu’il n’est pas trop à l’aise avec la technologie et qu’il aimerait que l’une d’entre nous se charge des communications. De mon côté, je n’ai obtenue que le numéro de Gaeriel et de Clarisse, mais cela ne me dérange pas de m’en occuper tout de même. Enfin, c’est ce que j’ai l’intention de dire avant qu’Effy ne me devance et je ne peux m’empêcher de lui adresser un sourire en retour à sa question. Peu importe qui s’en occupe, tant que ce soit fait par quelqu’un du groupe pour nous assurer plus de sécurité.

- Oh, c’est comme tu veux, lui répondis-je. Tu t’es proposée en premier, alors je te laisse décider.

Oui, j’ai toujours beaucoup de mal à prendre une quelconque décision, surtout quand cela concerne plusieurs personnes. C’est finalement Sanae qui se retrouve avec les communications et cela semble plaire à tout le monde. Toutefois, alors que nous nous approchons de notre objectif, je sens la tension grimper et le ranger propose d’envoyer un éclaireur avant de rentrer comme des bourrins dans le bâtiment. Ça me semble être une bonne idée, une excellente idée même, en espérant que leur décision de s’arrête pas sur moi. Toute seule dans cet endroit sombre et effrayant, sans personne pour m’épauler, c’est clair que je deviens hystérique. Je suis presque soulagée d’entendre qu’ils pensent plutôt à Reika, ma petite Chacripan qui est beaucoup plus agile, légère et silencieuse que moi. Elle est parfaitement capable de remplir cette mission.

Néanmoins, alors que je sors la pokéball de dans mon sac, Effy soulève un problème auquel je n’avais pas pensé. Si la petite rencontre des problèmes à l’intérieur, il lui serait impossible de m’en faire part. Seule la fuite pourrait être envisageable, encore faut-il qu’elle puisse atteindre la sortie. Nous risquerons alors d’êtres rapidement repérés et tandis que je réfléchis rapidement à une solution, Sanae propose d’envoyer son Charmillon avec elle. Encore une fois, c’est une excellente idée. À deux il leur sera plus facile de progresser en veillant mutuellement sur leurs arrières et peut-être que le papillon est assez fort pour monter le félin jusqu’au premier étage. À notre niveau il ne semble pas y avoir d’entrée, que ce soit par une fenêtre ou une bouche d’aération, mais j’ai bon espoir qu’il y en ait une plus haut.

- Faisons cela. Tu crois que ton Charmillon est capable de soulever ma Chacripan ? Avec un peu de chance, ils ont peut-être laissé une fenêtre ouverte sur un étage.

Ça semble peu probable, mais je préfère y croire. Et puis, si ce n’est pas le cas, il y a toujours des hottes dans un laboratoire qui sont connectées à l’extérieur pour faire évacuer les aérosols qui pourraient êtres toxiques. Celui-ci ne doit pas faire exception. Sans perdre davantage de temps, je fais sortir la petite en espérant que la lumière blanche n’attire pas trop l’attention avant de lui expliquer rapidement ce que j’attends d’elle. Étant déjà au courant de notre mission, la Chacripan hoche simplement la tête avant de rejoindre le papillon chromatique pour tenter de chercher une entrée. Grâce à sa taille, elle peut se faufiler un peu n’importe où et même une fenêtre entre-ouverte est suffisante pour qu’elle puisse s’y glisser. C’est donc ainsi qu’elle parvient à entrer dans le bâtiment avec sa partenaire dans une pièce plongée dans l’obscurité.

Pour l’instant, tout semble tranquille et la petite sait qu’elle doit se dépêcher de retourner au rez-de-chaussée pour s’assurer que la voie est bien libre avant que le reste du groupe n’entre par l’entrée principale. Il doit forcément y avoir des caméras tout au long du parcours et bien qu’elle soit déterminée à réussir cette mission d’infiltration, une partie d’elle-même doute toujours de ses chances de réussite.

Je cherche un indice :D



Sayuri parle en orange
Ayuna parle en violet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 27/02/2017
Messages : 223

Région : Alola
Sam 14 Oct - 12:30
Ses yeux s'étrécirent et son sourire se figea lorsqu'elle entendit sa rivale annoncer qu'elle la prenait dans son groupe. Quelle surprise. Mara se contenta d'un hochement de tête. Elle ne put s'empêcher de frissonner d'effroi lorsque le spectre fit son apparition, ombre parmi les ombres. De son emplacement, seuls les yeux rouges et la dentition nacrée de la créature étaient visibles ; rien pour la rassurer. La donzelle porta la main à sa ceinture, ses doigts en tâtant nerveusement le rebord, et elle se força à écouter les directives d'Azamir. Et sitôt que leur point d'entrée fut désigné, elle emboîta le pas au jeune homme. Enfin, ils arrivèrent devant la porte ; il fut décidé que l'ectoplasme traverserait pour la déverrouiller. La sbire éprouva un énorme soulagement lorsqu'elle vit le Gengar disparaître ; elle savait que ce dernier reviendrait auprès de sa dresseuse dès sa mission accomplie, mais elle appréciait tout de même la distance créée entre eux. 

« Je suis prête. »

Le côté illégal de leur investigation ne la dérangeait pas. Ce n'était pas et ne serait pas le pire des crimes qu'elle commettrait depuis son entrée au service des Aqua. La guerrière retomba dans le silence, attendant avec appréhension l'ouverture de la porte. Ce que le laboratoire renfermait l'inquiétait moins que le retour du fantôme. Il y eut le déclic, puis la confirmation du ranger ; il était temps d'investiguer. Ses traits se crispèrent tandis qu'elle franchissait le seuil. Marie-Anne leva les yeux vers le plafond, à la recherche des caméras. Elle n'en repéra aucune, mais elle ne se doutait pas qu'ils se faisaient épiés. Si le laboratoire recevait un financement conséquent, la technologie de leur équipement de sécurité dépassait sûrement celle d'un simple bureau du centre-ville. La dresseuse fit attention à ne pas faire claquer les talons de ses bottes contre le carrelage du plancher et elle s'engagea derrière Azamir. Pour le moment, elle le suivrait ; elle verrait ensuite à se rapprocher de Gaeriel. 

La question du jeune homme lui parvint au même moment où l'odeur venait lui chatouiller les narines. Mara grimaça légèrement. Les effluves, quoique faibles et distantes, lui semblaient familière. Elle poursuivit sa marche, désireuse de confirmer ce qui lui trottait en tête. Un nouveau couloir et une porte entrouverte se dressèrent sur leur chemin. Son réflexe fut le même que celui d'Azamir et sa main se referma sur la pokéball de Tohr. Elle demeura toutefois à l'écart lorsqu'il pénétra dans la pièce et jeta un regard derrière elle, à la recherche de Clarisse. L'odeur, nettement plus forte et prononcée, était celle du sang. De la mort. Quelque chose, elle n'aurait su dire quoi, avait trouvé une fin atroce. 

« Ne regarde pas. » 

Un conseil, ou plutôt un ordre, murmuré d'une voix dure à l'intention de la coordinatrice. S'il était possible d'éviter un ou deux cauchemars à la gamine, elle le ferait. Non pas par amabilité, mais plutôt par soucis de maintenir sa couverture. Mara jeta un regard entendu vers Gaeriel, puis se tourna vers Azamir qui venait de sortir. Il confirma la présence de sang dans une cage. La chose qui y avait été enfermé ne devait plus s'y trouver. Pour ce qui était de déplacer les objets, elle ferait preuve de précaution. Qui plus est, avec ses gants, aucun risque qu'elle ne laisse une empreinte. 

Tout en marchant, la guerrière éprouva une drôle de sensation. Quelque chose la dérangeait - un détail qu'elle n'avait pas voulu partager à voix haute, histoire de ne pas passer pour une femme à l'imagination trop fertile. Si la cage était bel et bien vide comme l'avait mentionné le ranger, et qu'elle n'avait pas été nettoyée... Où se trouvait son occupant ? La plupart des établissements de recherches, qu'ils soient légaux ou clandestins, suivaient un protocole rigoureux en matière de nettoyage. Pour éviter les contaminations ou la découverte de preuves, par exemple. Pourquoi avoir fait exception à la règle dans ce cas-ci ? De la paresse ? 

La sbire frissonna et glissa ses mains dans ses poches, tous ses sens en alertes. 


______________
Je cherche un indice aussi ! :)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 237

Région : Unys
Dim 15 Oct - 11:05
Heureusement, Gaeriel accepte sans souci que Clarisse rejoigne son équipe. L’adolescente pousse un léger soupir de soulagement (elle craignait la honte d’un refus) et se place près de la ranger pour indiquer clairement sa place dans les équipes. Elle ressent une légère appréhension en comprenant qu’Azamir va aussi en faire partie ; est-ce qu’il va la foudroyer avec son air sérieux si elle fait la moindre bêtise ? Il faudra qu’elle reste à côté de Gaeriel, qui a l’air plus douce. Même si, maintenant qu’elle y pense, avoir un homme pour les protéger n’est peut-être pas plus mal, après tout ils n’ont aucune idée de ce qui les attend à l’intérieur.
… Pourquoi est-elle venue déjà ?
La dernière personne à les rejoindre est Marie-Anne, qui est une femme plus âgée qu’elle et bien plus assurée à première vue. Clarisse ne sait pas trop ce qu’elle doit penser de son équipe : d’une part elle se sent plutôt en sécurité avec deux rangers et cette autre femme, mais d’autre part elle se dit qu’elle est VRAIMENT le boulet du groupe. Il va falloir qu’elle fasse gaffe pour ne pas confirmer ce sentiment auprès des autres.

Les groupes étant désormais formés, la troupe se sépare. Clarisse adresse un petit signe de main à l’équipe de Côme, se demandant s’ils vont réussir à se retrouver ou si un pépin va les obliger à rester dispersés. Petit à petit elle commence à prendre conscience du danger de l’opération qu’ils sont en train d’entreprendre et elle a peur, même si sa détermination ne flanche pas pour l’instant. Elle ne risque pas de mourir de toute façon, hein ? Le pire qui puisse lui arriver serait d’être emmenée par la police pour intrusion dans une propriété privée… alors qu’à côté, si l’opération réussit, elle pourra se féliciter d’avoir fait tomber des tortionnaires de pokémons. C’est le genre de trucs dont elle sera fière toute sa vie !
Ah, Azamir s’arrête, ils sont arrivés à l’entrée. Clarisse observe un peu les environs ; évidemment la porte est fermée, mais ce qui intéresse d’abord le ranger c’est de vérifier le système de sécurité.

« Il y aura forcément des caméras à l’intérieur. De la surveillance humaine ou Pokémon aussi. Pour un laboratoire, c’est le minimum. Gaeriel, Spectra nous sera très utile pour esquiver les caméras. D’ailleurs, si elle peut m’aider maintenant pour la porte, ça ne serait pas de refus. »

Il doit parler de l’Ectoplasma qui suit Gaeriel. D’ailleurs, tandis qu’ils se mettent d’accord sur le plan, Clarisse se décide à libérer Monsieur Spock. A peine est-il dehors que le ponchien veut faire la fête, mais très vite Clarisse s’accroupit et retient son museau entre ses mains pour le calmer.

« Chut Spocky, écoute-moi. Les gens que tu sens à côté de moi sont des amis, d’accord ? Mais je ne veux qu’eux avec moi, alors si tu sens que quelqu’un d’autre arrive tu me préviens. Et ne fais pas de bruit, on n’est pas les bienvenus ici. »

Avant de partir Clarisse lui a un peu expliqué ce qu’ils allaient faire et il semble s’en souvenir puisqu’il cesse de suite de remuer. C’est l’avantage d’avoir un pokémon qui a autrefois appartenu à un dresseur, il est bien dressé pour obéir aux ordres compliqués des humains.
Pendant ce temps Gaeriel a envoyé son pokémon leur ouvrir la porte et il leur faut attendre un peu. C’est d’ailleurs le moment que choisit la ranger pour une dernière mise en garde :

« Avant d'entrer, n'oubliez pas que ce nous faisons est complètement illégal. En tant que Ranger nous risquons notre rang, mais vous risquez aussi beaucoup. Réfléchissez-y une dernière fois... Et ceux qui sont toujours motivés, allons-y !

- Je suis prête.
» répond Marie-Anne sans la moindre hésitation.

« Moi aussi. » ajoute Clarisse d’un ton nettement moins ferme. Elle a vraiment peur maintenant, mais elle ne veut plus reculer.

Là-dessus, comme pour sceller son destin, la porte se déverrouille. Azamir continue dans sa lancée et passe devant, suivi par Marie-Anne. Clarisse ne traine pas et s’engouffre dans le laboratoire derrière eux avec Gaeriel. L’endroit est plongé dans l’obscurité, même si des petits panneaux lumineux brillent près du plafond pour indiquer les sorties de secours. Cela leur permet à peine de voir où ils vont.

« Il vaut mieux éviter de parler avec une voix normale ou éviter tout bruit, les caméras peuvent peut-être capter. » remarque très justement Azamir et Clarisse approuve d’un signe de tête. Elle n’a pas l’intention de faire le moindre bruit de toute façon, c’est à peine si elle arrive à respirer correctement.

Ce n’est pas le cas de Monsieur Spock en revanche, dont la truffe s’agite follement. Clarisse observe ses réactions et remarque ses oreilles qui se couchent soudain, signe d’inquiétude. Quelqu’un ?

« Spocky ? » dit-elle en touchant le poil rugueux de son pokémon. Il n’a pas l’air de vouloir lui faire faire demi-tour, mais quelque chose le dérange clairement. Il ne faut que quelques secondes pour que Clarisse comprenne de quoi il s’agit.

« Vous sentez ça ? » chuchote Azamir qui se trouve devant. A peine l’a-t-il dit que Clarisse sent soudain une odeur lourde, suffocante et très désagréable. Elle se protège le nez de sa manche.

« Ce n’est pas une présence… » dit-elle, se fiant aux réactions de son ponchien. Et malheureusement, son imagination lui donne rapidement une petite idée de ce que ça pourrait être.

C’est en tournant dans un couloir que l’odeur se fait tout bonnement insoutenable : elle semble émaner d’une porte entrouverte, visible depuis leur position. Azamir leur fait signe de rester en arrière et part en éclaireur. Clarisse le regarde faire avec appréhension ; quelle chose horrible va-t-il trouver à l’intérieur de cette pièce ? Un cadavre probablement, ou bien des organes, des membres arrachés ?

« Ne regarde pas. » commande Marie-Anne, et à vrai dire Clarisse n’a pas besoin qu’on le lui dise pour rester éloignée. Elle n’est pas sûre d’avoir envie de voir ça, l’odeur commence déjà à lui porter au cœur et elle doit respirer à travers sa manche pour ne pas vomir.

Par contre il ne semble pas y avoir de danger car Azamir ne s’agite pas spécialement. Toutefois, Clarisse voit nettement le flash de son téléphone portable. Nul doute, il vient de tomber sur des preuves compromettantes.

« Il y avait une cage avec du sang. » dit-il en revenant vers elles. « Les accusations risquent d’être fondées, préparez-vous à affronter cela. » Il a raison, elle doit se blinder un peu plus. Elle le savait pourtant que la réalité est bien plus dure à supporter que les photos. « Veillez aussi à laisser tout ce que vous touchez dans sa position d’origine. Ça pourrait nous éviter des ennuis et nous assurer de ne pas être remarqués.

- D’accord.
» acquiesce-t-elle doucement.

Le ranger reprend la tête de la marche après avoir demandé où en est l’Ectoplasma. Quant à Clarisse, elle prend un petit instant pour caresser la tête de Spocky, peu rassuré.

« Allez mon grand. Si tu sens autre chose de ce genre, tu m’y emmènes ? C’est pas facile je sais mais on a désormais la preuve que ce laboratoire est mené par une bande de salauds, alors on va tout faire pour les arrêter. Et on va avoir besoin de ton flair pour nous guider, OK ? »




Monsieur Spock cherche un indice :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 02/11/2013
Messages : 1058

Région : Sinnoh
Dim 15 Oct - 13:46
Je sens que je commence à me remettre en question, un peu désespéré devant la grande porte du bâtiment. Je me dis que ce n'était peut-être pas le bon choix de venir en tout premier lieu. Peut-être que je ne suis pas encore capable de prendre part à une telle mission ? Et diriger une équipe en plus ! De quatre ! Dont trois civiles, qui n'ont donc aucune expérience du terrain – non pas que j'en aie beaucoup plus, mais j'ai au moins les épreuves du concours ranger derrière moi. Je sens mon cœur qui s'accélère et la sueur qui perle sur mon front. Je me tourne un instant pour essayer de cacher mon stress à mes acolytes. Inutile de leur faire peur et de les faire douter de moi. Je m'essuie le front du revers de la main, passe l'autre dans mes cheveux en fermant les yeux et je souffle un bon coup. Stresser ne servira à rien. Je suis ici maintenant, c'est fait. L'autre groupe est sûrement déjà entré. Gaeriel et Azamir m'ont fait confiance pour diriger ce groupe. Impossible de reculer, on ne peut qu'avancer maintenant.

Remis de mes émotions, j'essaie d'afficher plus de sérénité qu'avant et de montrer un visage plus confiant. Je ne sais pas entièrement ce que je fais, mais plus ou moins... De toute façon, je ne peux pas prévoir ce que l'on va trouver, je ne peux pas deviner s'il y a des caméras ou non, tout se fait à l'aveugle pour le moment. Sanae se désigne pour prendre en charge les communications avec l'autre groupe, ce qui m'enlève une épine du pied. Effy fait quelques remarques très justes quant aux éventuels ennuis que pourrait rencontrer le Chacripan de Sayuri. Sanae propose alors de faire entrer son Charmillon en même temps.

Bonne idée, on envoie Chacripan et Charmillon en repérage. Il faut aussi qu'on surveille de chaque côté du bâtiment, au cas où des vigiles patrouillent. Je réfléchis un instant et décide de m'en charger avec Milobellus, juste le temps que le Chacripan de Sayuri et le Charmillon de Sanae inspectent les lieux et complètent leur mission de reconnaissance. Je m'en charge.

Avant de lancer la grande mission d'exploration, je fais sortir Milobellus de sa pokéball et lui demande de monter la garde sur le côté droit du bâtiment. Si jamais il détecte une activité suspecte, il n'a qu'à taper trois fois sur le mur. Je briefe rapidement tout le groupe là-dessus, que l'ont soit sur la même longueur d'onde. Okay, si jamais on se retrouve séparé là-dedans, si jamais quelqu'un doit monter la garde, on utilisera toujours le même code : deux coups si tout va bien, trois s'il y a un quelconque problème. J'ignore si mes camarades vont me prendre au sérieux, mais il faut qu'on puisse communiquer sans forcément se faire repérer. Il faut qu'on soit le plus silencieux possible, on n'a aucune idée de ce qu'il y a là-dedans. Je me tourne vers Sayuri. Si ta Chacripan arrive jusqu'à la porte, on utilise le même code : deux coups de griffe contre la porte si tout va bien, trois s'il y a un problème.

Tout le monde étant briefé, je vais me poster sur la gauche du bâtiment pour vérifier que personne ne fasse la ronde et ne nous surprenne en pleine action. Il me semble que Charmillon et Chacripan ont trouvé une fenêtre par laquelle entrer, apparemment à un étage. Je peste intérieurement, sachant très bien que cela va retarder notre entrée à nous : elles vont devoir trouver comment descendre de là et comment revenir vers la porte d'entrée. Cela les expose en plus à toute sorte de dangers et risque de nous faire repérer. Des caméras infrarouges, des détecteurs de mouvement, des gardes de nuit... Tout un tas de complications peuvent survenir à n'importe quel moment, aussi je suis sur le qui-vive, prêt à réagir.

En inspectant le côté du bâtiment – complètement désert, pas une âme qui vive – je crois apercevoir des feuillages bouger. Mes muscles se crispent. Lentement, je m'approche, rasant le mur. Ma veste en cuir risque de ne pas trop apprécier le crépis. Je remarque alors que le feuillage ne bouge qu'à un seul endroit, et quand je sors ma lampe torche, je découvre qu'il n'y a absolument rien derrière, puisqu'il s'agit simplement de lierre enchevêtré dans un vieux grillage. Voilà qui est curieux. Je m'éloigne de quelques pas et me retourne pour balayer le mur du faisceau lumineux. Aucune issue sur ce côté là, mais à deux mètres de hauteur, une grande grille ronde. Une bouche d'aération. Jackpot, un autre point d'entrée. Je retourne vers le groupe en essayant de faire le moins de bruit possible.

J'ai trouvé une bouche d'aération sur le côté. Normalement, c'est assez standard dans les bâtiments comme celui-ci, le conduit doit à peu près aller dans toutes les pièces et vu sa position sur le mur, il donne forcément sur la pièce derrière cette porte. Ça fait un moment que Chacripan et Charmillon sont à l'intérieur, je pense qu'il vaut mieux que j'entre par le conduit, elles sont peut-être coincées dans une pièce fermée, ou elles aussi bloquées derrière une porte. De toute façon, s'il y a une alarme qui nous attend, que ce soit Chacripan ou moi, on la déclenchera.

Cette découverte me rend beaucoup plus confiant. Le plan maintenant, c'est d'enlever la grille et de s'infiltrer dans le conduit – en espérant qu'il ne s'écroule pas, sinon ce serait dommage – et de s'introduire dans la pièce par le plafond. Il est temps d'agir. Je ne sais pas ce qui m'attend, j'ai un peu peur, mais il faut se lancer.

Quelqu'un pour me faire la courte échelle ? Promis je suis pas lourd.



Côme s'infiltre donc par un conduit d'aération et cherche un indice o/





Stuff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 30/08/2014
Messages : 941

Région : Johto
Lun 16 Oct - 10:50
Je fus soulagée de constater que mes remarques soient entendues et que finalement elles n’aient pas l’air aussi bêtes que cela. J’avais bien souvent peur avec autrui de dire quelque chose de déplacé, qui soit mal interprété ou bien juste stupide. Quelques minutes suffirent ou nous finissions de mettre au point notre démarche et les deux pokémons partirent furtivement dans l’ombre. Côme nous tint au courant de la conduite à tenir et j’acquiesçais simplement. Puis il libéra son pokémon, un milobellus. En temps normal je me serais ruée sur le pokémon les yeux brillants d’admiration avant de poser mille questions à Côme pour en apprendre plus sur cette créature. Seulement je ne pouvais le faire en cet instant et j’en fus somme toute un peu frustrée. Son pokémon et lui partirent chacun d’un côté du bâtiment pour observer l’extérieur du bâtiment. Il faut avouer que je ne suis pas une grande fanatique des groupes de un, j’ai pu voir trop de film d’hprreur où ces suggestions tournent toujours au drame. Mais il est un ranger, c’est son métier et il faut lui faire confiance me répétais-je intérieurement. Durant ce temps nous attendons toutes les trois tapit dans l’obscurité, silencieuses, et pour ma part, anxieuse. Machinalement je fais rouler la pokéball d’Aries au creux de ma main. Prête à réagir au moindre son, tout en essayant de mettre en place dans mon encéphale une manière de pouvoir contrecarrer les caméras et le système de sécurité. Malheureusement de l’extérieur je ne pourrais jamais rien faire, il faut absolument que je rentre avec mon pharamp, que nous trouvions un tableau électrique afin d’en court-circuiter quelques parties.

Soudain, sans aucun bruit au préalable la voix de Côme se fit entendre. Je sursaute, et écoute ses paroles le temps que mon coeur reprenne un rythme normal. Sa proposition tombe à pic, de toute façon il faut que je rentre et lui commence à s’inquiéter, autant venir avec lui. Cela évitera les fameux groupe de un et ainsi une fois la porte ouverte Sanae et Sayuri pourront nous rejoindre facilement. De plus depuis le départ de Chacripan et Charmillon nous n’avons rien vu ni entendu, ce qui est en soi une bonne nouvelle. Tout du moins je suppose

▬ Je viens avec toi. Il faut qu’on puisse ouvrir la porte. On va pas tous grimper là dedans c’est trop risqué et surtout si jamais on doit s’enfuir rapidement ce ne sera pas possible. Il faut mettre hors service leurs caméras et voir quel système de sécurité ils disposent pour essayer de savoir où on va mais ça je peux le faire que de l’intérieur… Je me tourne ensuite vers Sanae pour m'adresser à elle Sanae je t’envoie un message quand j’ai réussi à débloquer la porte, essaye de voir avec les autres ou ils en sont de leur côté peut être pendant ce temps, on se dépêche. Je me lève et commence à suivre Côme avant d’ajouter  Ah oui et bien sur si vous avez pas de nos nouvelles de nous bah … improvisez ? dis-je avec un sourire peu convaincu pour essayer de faire baisser un peu la pression ambiante.

Sur ce, je suis Côme au petit trot et on arrive bientôt sous la grille. Elle est trop haute pour lui ou moi et en effet à moins de porter l’autre impossible d’y rentrer. Bon. Si je monte en premier j’aurais du mal à le tirer simplement à la force de mes bras pour qu’il s’accroche au rebord. En revanche, je peux tout à fait le porter sur mes épaules et l’aider à atteindre la grille. De plus comme cela il pourra l’enlever, il a sûrement plus de force que moi et une fois là haut il pourra m’aider à me hisser à mon tour. Je m’accroupis et d’un signe de tête lui fait signe de monter sur mes épaules en y plaçant ses pieds. Je me sens un peu ridicule mais c'est vraiment la chose la moins importante en ce moment. De toute façon nous faisons globalement la même taille et il semble même que je sois plus lourde que lui vu sa corpulence … Pas énormément mais un peu. Un peu chancelant au début il parvient à se hisser sur mes épaules et je me redresse en priant pour ne pas me casser la tronche contre le mur en avant. Gainant tous mes muscles je le maintiens relativement droit le temps qu’il réussisse à décoller la grille. Elle grince et crisse un peu, je serre les dents et regarde autour de nous alors qu’il arrête son mouvement à cause du bruit. Rien ne se passe. Il continue, et après quelques secondes d’acharnement parvient à la défaire. Je la récupère alors qu’il se hisse de la force de ses bras dans le conduit.

Je reprends mon souffle un instant pour détendre mes muscles, pose la grille au sol et je saute afin d’atteindre une hauteur plus grande et qu’il puisse m’attraper. Côme rattrape mon avant-bras et me hisse suffisamment haut pour que mes doigts puissent s’accrocher au rebord.

▬ Vas-y continue je te rejoins.

Il faut qu’il avance dans le conduit pour que je puisse à mon tour songer à m’y hisser. J’attends donc ainsi suspendue faisant confiance aux muscles de ma ceinture scapulaire pour ne pas tomber. Une fois qu’il a libéré le passage je finis donc par me hisser dans l’étroit conduit. Je serre et desserre mes doigts engourdis par l’effort et parcourant la faible distance du conduit finit par me laisser tomber aussi silencieusement que possible sur un sol carrelé. J’observe autour de moi dans l’obscurité. Le silence est toujours terriblement pesant. J’allume ma lampe torche et longe le mur. Côme est parti de l’autre côté car je vois le petit faisceau lumineux au sol. Il faut que je trouve de quoi court circuiter la porte le plus rapidement possible, je le rejoindrais après. J’avance à tâtons et finis par trouver un panneau électrique avec quelques disjoncteurs dans le coin de la pièce. Bingo. Certes ce n’est pas le panneau principal avec toutes les connexions, mais c’est largement suffisant pour un pokémon électrique ayant un peu l’habitude de cela. Je libère Aries, la sphère bleutée au bout de sa queue s’illumine, j’éteins ma lampe torche et ouvre le panneau.

▬ Court-circuite la porte d’entrée. Et passe les caméras en sous tension, ou je sais pas, enfin fait en sorte qu’elles ne marchent pas comme il faut et qu’on ne puisse pas nous voir.

L’ovin me regarde, il se rapproche du panneau et le renifle. On peut entendre l’électricité se condenser dans la sphère qui se met à scintiller plus intensément. Il pose sa patte sur le tableau et quelques secondes plus tard une décharge assez importante se fait entendre. Il a ouvert la porte, les filles devraient pouvoir nous rejoindre et j’envoie donc aussitôt un texto à Sanae.
 C’est ouvert ! Faîtes vite. RAS pour le moment.
Effy.
 

De plus fins crépitements se poursuivent alors qu’il règle le problème d’éventuels caméras et parcourt le réseau avec son électricité.
▬ Tu détectes une salle avec une activité particulière ou quelque chose qui pourrait nous indiquer par ou aller, ou ne pas aller, quoi que ce soit ?

Je me dépêche de rejoindre Côme en courant à semi pliée et finit par arriver derrière lui et lui tapote l’épaule. Il sursaute et je m’excuse d’un sourire, je lui murmure que j’ai réussi à ouvrir la porte et que les filles devraient arriver. Il faut qu’on se rassemble tous les quatre et pour cela réussir à les retrouver dans le bâtiment. Pendant ce temps Aries est toujours affairé et concentré à explorer le réseau électrique du bâtiment mais il ne devrait pas tarder à revenir.


Pharamp cherche un indice !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 4) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» Halloween event !!!

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Unys - 5E G E N :: Volucité-