AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
» Undo You (feat Elune Crowley)


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2348

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Jeu 17 Aoû - 22:58

Doublonville. Cette ville avait décidément changé depuis la dernière fois qu'il était passé. Ou plutôt, qu'il s'y était attardé, puisque, finalement, la tournée ne comptait pas tant que cela. Même si on profitait plus ou moins du paysage entre deux concerts, il était difficile de vraiment avoir de véritables souvenirs. Les photos des fans se ressemblaient toutes, après autant d'années passées à faire ce métier, mis à part quand cela devenait vraiment mémorable. Et encore, en principe, cela se passait davantage dans les loges, pas en ville d'une manière générale. Ainsi, les souvenirs les plus précis qu'il avait de cette ville, c'était ceux qu'il avait partagé avec son ex-femme. A chaque fois qu'ils prenaient le Train Magnet, ils passaient au moins une journée à Doublonville pour faire les magasins ou tout simplement pour se reposer à l'hôtel après leur voyage, pour ensuite partir dans les environs d'Acajou ou d'Ebenelle, la plupart du temps. Plus tranquille, plus serein, comparé à la fourmilière que pouvaient être Volucité et Méanville. Et bien sûr, quand l'appel de la mer venait à eux, il y avait aussi Irisia et Oliville. Oliville… La simple pensée lui fit sourire. Il y avait rencontré un jeune homme là-bas, le fils d'un de ses fans qui l'avait reconnu au premier coup d’œil et qu'il avait regardé jouer avant de boire un verre, alors qu'il était justement parti à la recherche de Mina, mais sans succès. Les événements s'étaient enchaînés si rapidement depuis, qu'il n'avait plus cherché à la revoir. La preuve, sans le moindre doute, que tout ceci n'était plus que du passé.

Mais dans ce cas, que venait faire la rockstar dans une région qui n'était pas la sienne ? En fait, il y avait trois raisons : dans deux jours se tiendrait une grande séance de dédicaces à la Tour Radio, ainsi qu'un entretien avec le maire de Rosalia qui allait se déplacer pour lui proposer de faire un concert dans sa ville, à l'occasion d'une fête qui se tenait là-bas et qui commémorerait l'anniversaire de la construction de la Tour Carillon. Ayant toujours été passionné par la culture johtoienne, Tony avait accepté sans hésiter et avait même bien voulu se prêter au jeu en adoptant les tenues traditionnelles de la ville pour un concert acoustique qui allait être filmé le jour où la commémoration aurait lieu. Un bon coup de pub pour la ville et pour lui-même, en somme, ainsi que l'occasion de tester quelque chose de différent par rapport à ce qu'il faisait habituellement, ou en tout cas, ce qu'il avait fait depuis plus d'un an et demi maintenant. La deuxième raison était des plus simples, il s'agissait tout simplement de faire du tourisme et de profiter de l'occasion pour se remémorer les souvenirs qu'il avait glané depuis tout ce temps, et simplement de voir si les mêmes choses se situaient aux mêmes endroits, ou si des nouveaux magasins et bâtiments avaient fait leur apparition.

Et enfin, il y avait la troisième et dernière raison qui, en un sens, pouvait être liée à la deuxième. Il devait honorer la promesse qu'il avait faite à quelqu'un plusieurs mois auparavant. Quelqu'un à qui il devait beaucoup. En un sens, c'était ça qui lui avait fait tenir pendant tout ce temps. Une personne qui croyait en lui de la même manière qu'Axelle ou Mina avait pu le faire lorsqu'elles avaient toutes les deux partagé leurs vies avec lui. Par curiosité, il regarda l'application calendrier de son smartphone et compta le temps passé depuis leur rencontre. Cinq mois environ, peut-être un peu plus. Cela faisait donc six ou sept mois depuis le début de sa dépression suite à la mort de son ex-petite amie. La moitié d'une année de torture et d'idées noires, où il se demandait parfois si ce n'était pas mieux de sauter du haut d'un pont plutôt que de continuer de vivre une existence aussi insupportable que pouvait être la sienne. Et une simple soirée de la Saint-Valentin avait changé beaucoup de choses. Sans pour autant que ce ne soit l'équivalent d'une mauvaise comédie romantique, il fallait avouer que l'impact qu'avait eu cette jeune femme sur sa vie était des plus importants. L'espace d'une soirée – et d'une matinée bien entamée, puisqu'ils n'avaient quasiment dormi que quelques heures à peine – l'alchimie avait fonctionné comme s'ils avaient été l'un pour l'autre le reflet qu'ils contemplaient dans le miroir. Ils avaient les mêmes goûts, dans les meilleurs domaines comme les pires, et, dans une certaine mesure, avaient vécu les mêmes expériences. On pouvait ne pas croire au destin – et Tony se disait même que c'était une bonne chose – mais autant de points communs ne pouvaient guère mener à une simple coïncidence. Certes, la drogue avait aidé dans une certaine mesure, mais, en l'espace d'une soirée, ils avaient réussi à mettre leurs vies entre parenthèses et à partager énormément de choses, autant sur un plan physique que moral. Ce n'était pas donné à tout le monde et il le savait. C'était pour cette raison qu'il lui avait fait cette promesse de revenir la voir quand il serait à Johto et qu'il irait mieux. Alors il composa son numéro et porta le téléphone à son oreille, dans l'espoir qu'elle n'avait pas changé de carte SIM depuis le temps et qu'elle décroche.

« Salut Elune, c'est Tony. » lui dit-il, un sourire aux lèvres même si elle ne pouvait pas le voir. « Je te dérange pas trop ? »

Il attendit sa réponse avant de reprendre.

« Tu te rappelles de ce que je t'ai dit ? Que je te passerais un coup de fil quand j'irais mieux et que je serais dans les parages ? Ben voilà. Je suis à Doublonville en ce moment, je vais avoir quelques trucs à faire ici dans deux jours et je voulais venir un peu à l'avance pour qu'on ait le temps de se voir, si ça t'intéresse. »

Il commença à se ronger l'ongle pendant qu'elle lui parlait, légèrement tendu parce qu'il craignait l'éventualité qu'elle refuserait. Qu'elle serait passée à autre chose, ou simplement qu'elle ne pourrait pas venir à cause de son travail, ou un truc du genre. Les deux seraient bien entendu parfaitement compréhensibles, mais il n'empêche que tout cela avait beaucoup d'importance pour lui. Probablement plus d'importance encore que ce qu'il voulait admettre. Après tout, ils n'avaient pas fait que se lamenter sur la mort de leurs êtres aimés ce jour-là. Il y avait eu des regards, des caresses, des étreintes, des baisers… D'une manière ou d'une autre, cela laissait forcément des traces, même si chaque personne était différente et avait une façon bien spécifique d'appréhender les choses.

« Je t'en supplie, dis oui… » songea-t-il aussi fort qu'il le pouvait.


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1832

Région : Johto
Dim 20 Aoû - 17:43

Undo you

Juillet. Cinq mois depuis la mort de Kale et depuis le début de ses recherches le concernant. Presque quatre mois sans aboutir à quoi que ce soit, jusqu’à il y a deux jours. Elle avait tout compris, on lui avait tout révélé, et elle avait eu la peur de sa vie. On avait bien failli la buter, mais le destin en décida autrement. Au lieu de ça, elle savait tout. Elle en était au même stade que K lorsqu’il fut assassiné, sauf qu’elle avait réussi à s’en sortir. Elle n’était néanmoins pas en sécurité, sachant les Plasma derrière elle à guetter la moindre opportunité pour la descendre. Elle voulait faire quelque chose, mais comment pouvait-elle exposer son histoire à la police ? Comment une fille comme elle, que tout le monde saurait sbire si elle révélait ces dossiers, serait prise au sérieux face aux chefs de l’organisation et leurs avocats surpayés ? Elle avait des aveux, elle était témoin, mais il lui manquait le courage. Pourtant, c’était bien la dernière chose qui l’empêchait de faire son deuil.

Elle n’avait la tête à rien depuis cet événement. Elle suspectait n’importe quoi, elle devenait parano. Elle avait peur et ce qu’il se passait autour d’elle ne l’intéressait que très peu. Tout ce qui comptait pour elle au jour d’aujourd’hui, c’était de coffrer les connards responsables de la mort de Kale et d’autres sordides histoires et éviter de se faire elle-même tuer. Elle n’était pas sortie de chez elle depuis et n’était pas sûre de vouloir le faire. Jusqu’à ce que son téléphone se mette à sonner. Elle jeta un coup d’œil et le temps s’arrêta une fraction de seconde en voyant qu’il s’agissait de Tony. Tony Schwärtzwind. La St-Valentin remontait à cinq mois déjà, mais avec tout ce qu’il s’était passé ces derniers temps, elle avait plutôt l’impression que ça faisait trois ans qu’ils avaient vécu cette soirée tous les deux. Et pourtant… elle pouvait se rappeler chaque détail, chaque instant. Cette rencontre avait été tout sauf banale mais en le quittant, elle avait été persuadée qu’elle ne le reverrait jamais. Apparemment, elle se trompait. Et il faut avouer qu’elle aimait beaucoup cette idée. Mais alors qu’elle allait décrocher, le stress monta et elle s’en mit presque à trembler. Est-ce qu’il voulait la revoir, est-ce qu’il voulait lui demander un service ? Est-ce qu’il se trompait seulement de numéro ? Elle avait la boule au ventre comme s’il était inaccessible et qu’elle voulait essayer de l’atteindre alors qu’il ne la voyait pas. Comme si cette nuit et matinée ne s’étaient jamais déroulées et que sa rockstar préférée était en train de l’appeler sans raison apparente, un peu comme dans les rêves qu’elle avait pu faire gamine. Mais ils avaient vécu énormément de choses en une simple soirée et son statut de célébrité n’avait jamais frappé Elune jusque-là. Pourquoi est-ce qu’elle se mettait à paniquer maintenant ?

« … Allô ? » Son simple « Salut Elune, c’est Tony. » fit accélérer son rythme cardiaque et elle se maudissait de réagir pareillement à un simple coup de fil. Elle se murmurait intérieurement de se reprendre lorsqu’il lui demanda s’il la dérangeait. Elle faillit éclater d’un rire nerveux mais se retint. « Non, bien sûr que non. Euh… Tu voulais quelque chose ? » « Superbe, bravo Elune. Un tact hors du commun et un accueil chaleureux comme tu sais si bien le faire. » Elle secoua la tête en frottant son front et espéra ne pas l’avoir rebuté en ne paraissant pas plus enthousiaste alors qu’en réalité, elle avait de la peine à imaginer qu’elle était vraiment de nouveau en train de lui parler. Elle n’avait pas eu de nouvelles depuis la St-Valentin, elle ne lui en avait pas donné non plus, et elle ne pensait vraiment pas le revoir un jour autre part qu’à la télévision. Il avait d’autres choses à foutre, elle en était consciente, et elle-même était trop concentrée dans ses histoires de merde pour réfléchir à quoi que ce soit d’autre. Mais il était vraiment là, à l’autre bout du fil, et lui annonça qu’il était en ce moment même à Doublonville et qu’’il y resterait quelques jours. Il lui proposa de se voir et Elune devint plus que confuse. « Bien sûr que j’ai envie de te voir ! » était la réponse qui aurait dû sortir instinctivement de sa bouche, mais comme elle n’avait pas les idées en place, ce n’est évidemment pas ce qu’elle lui répondit. « Mais… t’es pas trop occupé ? » Elle s’auto-congratula d’un facepalm et se força à reprendre ses esprits en gardant son calme. Elle prit une grande inspiration. « Je veux dire, si t’as le temps c’est avec plaisir. J’ai pas grand-chose à faire et je bosse pas ces prochains jours, alors… si tu veux, on peut se voir ce soir ? » Est-ce que c’était trop tôt ? Est-ce qu’elle avait l’air déjà accro ? Elle espérait juste qu’il lui réponde que c’était ok pour lui.

À 19h devant le casino de Doublonville. C’était le point de rendez-vous et ce n’était qu’à moitié étonnant. Au casino, on voyait souvent des célébrités arriver, conduites par leur chauffeur personnel et bien entourées pour que le bas peuple ne puisse pas les approcher de trop près. Tony serait à son aise dans ce décor et qu’ils aillent au casino ou qu’ils se contentent de déguerpir à un autre endroit, ils seraient au moins tranquilles et personne ne tenterait de les déranger. C’était assez parfait pour Elune. Ce qui l’était beaucoup moins, c’était tous les habits qu’elle avait déjà flanqués par terre en estimant qu’ils n’étaient pas assez bien pour ce soir. Elle cherchait quelque chose qui ne lui fasse pas ressembler à une patate sur pieds et qui ne soit pas trop sexy exprès non plus. Elle voulait juste avoir l’air bien, jolie, naturelle. Mais avec sa tête de parano, rien ne lui allait. C’est du moins ce qu’elle estimait. Elle finit par se contenter d’une simple robe noire et laissa ses cheveux détachés. Elle n’était pas satisfaite, mais n’avait plus le temps de se changer encore mille fois. Elle se maquilla rapidement, juste histoire de cacher son teint cadavérique et ses cernes, puis enfila des bottines à talons avant d’embarquer son casque et sa veste de moto. Pas pratique pour les cheveux en pétard, mais elle n’avait aucun autre moyen de transport. Elle laissa les Pokémon à la maison et s’éclipsa pour rejoindre Tony.

Sauf qu’au moment de démarrer sa bécane, son esprit lui infligea les sortes de pensées qu’elle avait lorsqu’elle se mettait à croire que le monde entier n’était qu’un vaste complot et que tous les êtres humains n’étaient que des merdes, y compris elle-même. Elle se redressa. « Commence pas à penser à des trucs chelous… » Mais c’était trop tard. Et si Tony l’avait appelée pour qu’elle sorte de chez elle et que les Plasma puissent la choper ? Que David puisse réussir à la buter cette fois-ci ? Le casino, c’était un bon endroit. La foule, le bruit, un petit couteau dans le bide en faisant semblant de la bousculer. Elle se mit à transpirer et ôta son casque pour respirer correctement. « Mais merde, Elune… » Et s’il l’avait appelée mais qu’il lui posait un lapin ? Ou qu’il se ramenait directement avec les Plasma, qu’en fait il était de leur côté depuis le début et que la St-Valentin n’était qu’un putain de leurre pour se rapprocher d’elle ? « Pourquoi il m’appelle aujourd’hui ? Pourquoi exactement aujourd’hui, alors que y’a deux jours on a essayé de me buter et que je suis pas sortie de chez moi depuis ? Pourquoi maintenant ? » Pourquoi, hein ? Elle s’embrouilla l’esprit, faillit craquer, détesta Tony l’espace de quelques minutes, fit demi-tour pour rentrer chez elle mais se ravisa finalement. « Non, c’était pas rien. Il est pas comme ça et il a rien à voir avec tous ces connards. Rien à voir. » Cette fois-ci, des pensées plus positives prirent place et elle se rassura comme elle le pouvait. Il lui avait parlé des Plasma, mais rien qui n’indiquait qu’il était avec eux. Et puis quoi, une célébrité comme lui ? Ca se saurait ! Et ils avaient partagé trop de choses intimes, trop d’histoires personnelles pour que ce n’ait été qu’une fourberie organisée par les Plasma. En plus, au moment de la St-Valentin, ils n’étaient à peine au courant qu’elle se doutait déjà de quelque chose. « Maintenant t’arrêtes de déconner et tu bouges ton cul avant d’arriver en retard. »

Bien sûr, elle arriva en retard. Elle parqua sa moto à côté du casino et cadenassas son casque avant de se dépêcher pour le rejoindre devant le casino. S’il était bien là.





avatar fait par Kô, merci encore ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2348

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Dim 20 Aoû - 22:33
Entendre sa voix le stressait et le soulageait en même temps. Il ne pensait pas l'admettre un jour, surtout venant de lui qui avait eu un certain nombre de conquêtes à une époque pas si lointaine et une autre encore plus récente bien que plus malsaine, mais il était content de l'avoir au bout du fil. Content, et aussi un peu inquiet. Elle n'avait pas l'air d'aller bien. D'après elle, non, mais elle était peut-être juste polie… Elle lui demandait si ça ne le dérangeait vraiment pas, après tout. Autant d'hésitation dans sa voix… Ce n'était peut-être juste pas le bon moment. Elle devait repenser à la soirée qu'ils avaient eu ensemble, au fait qu'elle avait l'espace d'un instant oublié son copain décédé… Peut-être qu'elle culpabilisait par rapport à ça ? Si c'était le cas il comprenait parfaitement, mais il voulait qu'elle le dise, qu'elle ne se force pas à venir le voir. C'était trop important pour que l'un d'entre eux ne soit pas bien et si elle n'était pas à l'aise à l'idée de le rencontrer, il comprendrait qu'elle refuse.

Et pourtant, il y avait cette part de lui-même qui voulait insister, qui espérait de tout son cœur qu'elle dise oui. Mais ce n'était peut-être pas ce qu'il y avait de plus sain pour autant. Que voulait vraiment cette partie de sa psyché ? Juste la revoir, ou plus ? La deuxième option, probablement. Parce qu'il y avait toujours cette soirée qui lui embrumait l'esprit de temps à autre. Il se souvenait encore de la quantité incroyable de cannabis qu'il avait respiré, et des baisers qu'ils s'étaient échangés de la suite, pour ne pas aller plus loin encore. Parfois, il repensait à ce soir-là sans vraiment le vouloir. Cela arrivait, tout simplement, et cela ne voulait pas partir. Mais c'était juste une fois, sans qu'il y ait quoique ce soit après. Il n'avait plus quatorze ans, il savait que coucher avec quelqu'un n'avait plus la même importance que si on lui prenait sa virginité ou quelque chose dans le genre. Si tant est qu'il ait eu cette mentalité avant. Alors pourquoi maintenant ? C'était ridicule. Non, il lui parlerait comme à une amie. Comme une excellente amie, avec qui il avait échangé un moment formidable. Inutile d'aller plus loin que ça.

Et puis elle lui indiqua qu'elle était libre ce soir. Le cœur de Tony manqua un battement. Il s'était attendu au lendemain, c'était la raison pour laquelle il avait décidé de partir deux jours avant son rendez-vous, qui lui-même était dans l'après-midi. Il avait fait exprès de s'arranger pour qu'elle puisse décider de s'organiser, mais elle avait proposé ce soir. Cette nouvelle le réjouissait. Plus tôt il la verrait, le mieux ce serait.

« Ce soir, c'est parfait. » répondit-il, réjoui à l'idée qu'elle le suggère. « Dix-neuf heures devant le Casino, ça t'irait ? C'est pas très loin de la sortie vers Rosalia, de mémoire… »

Il se fourvoyait complètement, en réalité c'était plus proche de la Tour Radio et donc vers le centre-ville, voir le sud, plus proche du Bois aux Chênes et d'Ecorcia. Mais tant pis, ce n'était pas le plus important, de toute façon. Le plus important, c'était qu'elle avait accepté, et c'était sans doute la meilleure nouvelle qu'il avait entendue depuis un bon bout de temps. Et de cette façon, on le reconnaîtrait moins sans qu'il n'ait encore l'air d'un clou. Car après tout, lui aussi aimait s'habiller chic, se faire beau pour les gens. Avec ses deux précédents amours en tout cas, c'était l'un de ses jeux fétiches quand l'envie lui prenait. Il voulait avoir l'air désirable, pas forcément sexy vu qu'il ne s'agissait pas d'une soirée où il s'attendait à ce que cela se prolonge dans sa chambre d'hôtel, mais il voulait qu'elle le trouve beau tout de même. Juste lui plaire, comme il s'habillait parfois de manière extravagante pendant ses concerts pour se plaire à lui-même.

Ce fut avec ces pensées en tête qu'il quitta les rues de Doublonville encore ensoleillées pour se rendre dans sa chambre d'hôtel, réserver une table pour deux pour le dîner et ramasser ses affaires. La rockstar resta pendant un long moment devant son miroir, pensif, à regarder ses vêtements et à se demander ce qu'il lui plairait le plus. Une chemise ? Oui, bien évidemment. Mais quelle couleur ? Il y avait bien du rouge qui lui allait bien, mais il allait finir par croire que ça faisait trop Ruven Baldwin et que ça n'allait à personne d'autre que lui. Blanche ? Trop sérieux, en plus, s'il se tâchait ça se verrait beaucoup trop. Noire ? Il n'avait pas envie d'avoir l'air trop morbide. Une seconde. Il venait d'avoir l'idée de génie. Il enfila ce qu'il lui fallait, se mit un peu de parfum et fonça au casino. Il était encore bien trop tôt par rapport à l'heure de rendez-vous, mais tant pis.

Dix-neuf heures, donc. Voilà à peu près une heure qu'un trentenaire aux cheveux décolorés au pantalon noire et à la chemise rouge bordeaux en-dessous d'un gilet noir sans manche – et c'était là toute la différence avec monsieur Baldwin ! – attendait contre le mur près de l'entrée, les écouteurs sur les oreilles, l'arrivée d'une de ses connaissances. Un homme qui examinait l'heure sur son portable à chaque fois qu'une chanson se terminait, donc environ toutes les trois à dix minutes, en fonction de ce que c'était. Dix-neuf heures cinq. A nouveau, la rockstar commença à se ronger les ongles. Elle ne pouvait pas lui avoir posé un lapin. Ce n'était pas ce genre de fille, il en était sûr. Ou en tout cas, il voulait se tromper pour rabattre le caquet à cette voix dans sa tête qui lui avait suggéré l'idée. Elle ne pouvait pas faire ça, pas après avoir montré à quel point elle pouvait être exceptionnelle quand elle l'avait ramassé à la petite cuillère ce soir-là. Il ne savait pas comment elle était avec les autres, mais il était persuadé qu'elle lui avait montré son véritable visage et qu'il ne pouvait pas se tromper à ce sujet. Ou alors il commençait à idéaliser ce moment et à avoir de la merde dans les yeux. Ce qui n'était vraiment pas le moment, certainement pas alors qu'il venait de sortir de sa dépression après seulement un mois grand maximum.

Jusqu'à ce qu'il aperçoive une moto arriver sur le parking du casino et qu'il remarque la silhouette d'une femme qui retirait son casque aussitôt après s'être garée. Ces cheveux bleus tirant un peu sur le vert… Comment disait-on déjà ? Sarcelle ? Cyan mat ? Charon ? Peu importe. Il n'y avait aucun doute possible, c'était bien elle. Et elle n'avait pas l'air de l'avoir encore repéré. Autant aller à sa rencontre directement alors… en espérant ne pas rendre les choses trop embarrassantes. C'était un peu un problème qu'il n'avait jamais expérimenté, pour le coup. Il n'avait jamais revu les femmes avec qui il n'avait partagé qu'une nuit auparavant, alors il ne savait pas trop comment se comporter. Tant pis, il irait au naturel, en s'aidant peut-être du petit bonheur de la chance.

« Hey. » la salua-t-il en posant gentiment sa main sur son épaule et en lui faisant une bise. « Merci d'être venue, ça me fait plaisir de te revoir. »

Il aurait aimé la serrer dans ses bras davantage mais il avait peur que ça fasse trop. Les gens n'aimaient pas les cas désespérés, c'était un fait qu'il connaissait bien à force d'en avoir rencontré au fur et à mesure des tournées. Et puis, il y avait eu cette jeune fille le soir de la Saint-Valentin qui avait interrompu leur soirée à une heure avancée de la nuit en ayant eu vent de sa présence et qui n'avait quitté les lieux que parce qu'il le lui avait demandé. Alors autant ne pas être comme cette gamine, ce serait fort dommage de baisser dans son estime.

« Joli modèle ! » fit-il en désignant la moto du menton. « Je pense que t'aimerais bien faire la Route 4 si tu repasses à Unys un jour. C'est une grande ligne droite, si t'es pas trop dans le délire courses de motos vaut mieux faire ça, c'est le pied ! »

L'inverse des motos qu'Axelle aimait, finalement. Mais lui qui appréciait les deux, ce n'était pas plus mal.


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1832

Région : Johto
Lun 21 Aoû - 1:14

Undo you

Elle se maudissait d’être en retard. Forcément, si elle commençait à devenir parano alors qu’elle avait à peine les fesses sur sa moto, comment pouvait-elle arriver dix minutes en avance comme elle a l’habitude de l’être ? Faire attendre une rockstar… mais où va le monde ? Surtout qu’elle n’avait aucune envie de paraître impolie. Cette deuxième rencontre allait probablement être aussi importante que la première. Certainement pas aussi intense, il était difficile de faire mieux que cette St-Valentin, mais tout aussi précieuse. Partager un moment avec lui, que ce soit en tant qu’amie ou en tant qu’amante, c’était peut-être ce dont elle avait besoin en ce moment, pour se rendre compte que la terre entière n’était pas contre elle et qu’il restait des bons types, honnêtes et fidèles, comme Tony. Du moins, c’est l’image qu’elle avait de lui après avoir passé un peu de temps à ses côtés. Très peu de temps, mais assez pour se rendre compte qu’elle n’avait pas affaire à un salaud. Elle avait pensé à lui et à ses problèmes de drogue. C’est un peu ce qui l’évita de replonger elle-même, à vrai dire. Elle en était restée à ses quelques joints, mais n’était jamais tombée plus bas, ce dont elle se remerciait, après avoir remercié Tony dans sa tête de lui avoir rappelé que c’était de la merde de se sortir de ça. Mais maintenant, elle était en retard.

Lorsqu’elle ôta son casque et l’accrocha à sa moto, elle se regarda quelques secondes dans le rétroviseur pour être bien certaine de ne pas avoir les cheveux totalement ébouriffés. Elle les aplatit un petit coup sur le dessus et se fixa droit dans les yeux pour tenter de se donner du courage. « Allez, Elune. C’est qu’une soirée en compagnie d’un mec super cool, c’est tout. T’as couché avec, pourquoi tu stresses comme s’il ne t’avait jamais vue à poil ? Vous avez chialé ensemble, alors arrête d’être impressionnée. Reste calme, reste cool. » Elle s’auto-gratifia d’un sourire de vainqueur, même si elle sentait toujours la boule au ventre qui la rongeait depuis tout à l’heure. Et lorsqu’elle voulut s’éloigner de sa moto, elle le vit. Elle se figea alors qu’il approchait, ne sachant que faire. Lui, il paraissait totalement décontracté, comme si cette soirée n’allait être qu’un rendez-vous entre deux potes buvant des bières en se remémorant leur rencontre six mois en arrière avec une pointe de rigolade. Il lui posa la main sur l’épaule et lui tapa la bise en la remerciant d’être venue. Elle était un peu déçue de ce manque de proximité, mais à quoi elle s’attendait ? A ce qu’il lui saute dans les bras alors qu’ils ne s’étaient pas redit un seul mot depuis tout ce temps ? Mais au moins, du coup, l’ambiance était claire et elle se sentait d’un coup beaucoup moins stressée. « Il veut honorer sa promesse et tirer un trait sur cette histoire après avoir rendu ses comptes et passé une dernière soirée avec moi. » Elle lui sourit, un peu désillusionnée mais en se posant moins de questions qu’avant maintenant qu’elle comprenait plus ou moins l’intérêt de cette deuxième et probablement ultime rencontre. Au moins, il tenait ses promesses. « Moi aussi ça me fait plaisir. »

Elle rangea les clés de sa moto dans ses poches avant que Tony ne complimente le modèle de cette dernière. Il lui conseilla même une route à faire à Unys si ça la tentait de se balader un jour. Elle ria en tapotant le siège de sa bécane. « Tu m’étonnes, c’est mon petit bébé ! Et je suis effectivement plus branchée balade que course. Je suis pas sûre de pouvoir battre une sportive avec ça. Je préfère profiter des paysages plutôt que les voir filer à toute vitesse. » Les balades à moto, c’était leur truc à elle et K. Ils en faisaient souvent et elle aimait beaucoup ça. Enfin bon. Elle se sentait plus à l’aise maintenant qu’ils s’étaient lâchés quelques phrases, même si sa présence ne cessait de l’impressionner, comme il l’impressionnait déjà au ranch d’Unys. Il dégageait un truc auquel personne ne pouvait être insensible. Et en plus, il était bien habillé. La chemise, c’était un bon point pour lui. Le gilet, c’était le petit truc en plus qui lui donnait la classe. Elle avait presque l’air pas assez élégante, mais cessa de penser à ça aussitôt que l’idée lui vint à l’esprit. Ce n’était pas un rendez-vous galant, alors elle n’avait pas à se sentir inférieure ou pas assez bien. « Ouais, exactement. Et t’as bien fait de pas avoir mis une robe moulante à souhait, d’ailleurs. Merci moi-même. » Opter pour la simplicité avait été le bon choix.

Ils se mirent à marcher en direction du casino et Elune se demanda depuis combien de temps il l’attendait. Elle espérait n’avoir pas été trop irrespectueuse en arrivant dix minutes en retard. Elle n’aimait pas être celle sur qui on attendait. Elle préférait avoir le rôle de celle qui était là pour accueillir et qui découvrait l’autre arriver. D’ailleurs, elle avait oublié quelque chose. « En fait, désolée pour le retard. En plus j’ai aucune excuse. » En réalité elle en avait une, mais n’allait en tout cas pas lui en faire part. Lui avouer qu’elle avait failli lui poser un lapin à cause de ses délires ? Qu’elle avait pensé des choses horribles sur lui et que ça lui avait fait prendre la route plus tard ? Mieux valait éviter. « Du coup, le rendez-vous devant le casino, c’est parce qu’on va là-bas ? Ou bien c’est parce que t’as un hélico sur le toit qui nous attend pour nous emmener je sais pas où ? » Elle pouffa de sa propre blague nulle avant d’y réfléchir et de se dire que ce n’était pas impossible. Il devait être sacrément riche, non ? L’hélico, ce n’était peut-être pas totalement fantaisiste. Mais ce n’était évidemment pas ce qu’elle attendait. Une soirée au casino, pourquoi pas ? Même si c’était compliqué dans un cadre aussi officiel, avec des gardes partout et des caméras dans tous les coins, elle était une sacrée bonne tricheuse et cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas mis ses talents à profit. Ou alors ils allaient simplement manger là-bas ? Dans tous les cas, le plan lui plaisait. Et elle était contente d’être avec lui. Elle se sentait bien, elle se sentait totalement à l’aise. Le stress du début s’éloignait petit-à-petit pour laisser placer à ce qu’elle avait déjà ressenti au ranch. Le sentiment qu’ils se connaissaient depuis plus longtemps que ça, qu’ils étaient juste bien tous les deux, même s’il n’y avait rien. Elle avait simplement un bon feeling.





avatar fait par Kô, merci encore ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2348

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Lun 21 Aoû - 21:16
La voir se comporter ainsi le réconfortait beaucoup sur ses sentiments par rapport à lui. Elle avait l'air d'avoir vraiment envie de le voir, et ce devait simplement être la surprise et le fait de ne pas savoir comment réagir qui l'avait rendu ainsi au téléphone. Et puis, elle parlait de sa moto avec tellement de fierté et de plaisir. Il n'avait finalement fallu que ça pour qu'il ait l'impression d'être revenu au soir de la Saint-Valentin, comme si cela avait hier et qu'ils n'avaient fait que prolonger un peu la soirée. Peu importe ce qu'il adviendrait de leur relation une fois cette rencontre terminée, il savait déjà qu'il aurait envie de la revoir. Pourvu qu'elle soit libre le jour de la commémoration de la Tour Carillon. Il n'avait pas envie de devoir se retrouver avec des employés de la mairie de Rosalia à faire la conversation, il voulait juste jouer là-bas parce que ce serait une bonne expérience musicale, tout simplement. Mais si elle décidait de s'y rendre, ce serait encore autre chose. Au moins de quoi rendre la soirée plus intéressante. Et en plus, elle pourrait se rendre en backstage pour rencontrer le groupe, comme il le lui avait promis. Voir si Toki serait plus sociable parce qu'elle faisait un peu de batterie à ses heures perdues, elle aussi, apparemment. Mais assez de rêveries. Elle était en train de lui parler de sa moto et des balades qu'elle faisait avec parce qu'elle préférait la sensation de confort à la vitesse. Un point de vue qui se défendait à merveille. Au moins, il s'inquiéterait moins de la voir dépasser la limitation de vitesse comme le pouvait faire son ex-petite amie. Ce genre de bécanes n'était pas fait pour ça. Kerry l'avait affirmé et il avait lui-même pu s'en rendre compte : c'était tout bonnement horrible de tourner avec un monstre pareil. D'où le fait qu'il lui ait parlé de la Route 4. Bon, le Désert Délassant n'était pas forcément la huitième merveille du monde à ses yeux, mais pour se faire un bon trip de biker, il n'y avait pas mieux. Qui sait, peut-être que ça la brancherait ?

« Des paysages sur une longue route, on en a pas mal, ça te plairait je pense. » renchérit-il. « Je parlais de la Route 4 parce que ça fait comme dans les films, mais on a une belle vue sur la mer depuis le Pont Sagiciel. Ça part de Volucité et ça va jusqu'à la Forêt d'Empoigne et ça rend très bien. Bon, c'est pas la même ambiance sereine que le Bois aux Chênes, mais c'est pas mal non plus. Y a de bons coins pour ça à Johto aussi du coup ? »

C'était quelque chose sur lequel il était réellement curieux. Johto avait toujours été une région qui lui plaisait beaucoup pour son calme, une espèce de Vaguelone en dix fois plus grande et sans avoir la mer comme paysage constant. Il n'y avait jamais élu domicile parce que cela l'éloignait énormément de sa région natale – et donc de son travail – et parce qu'il avait peur de se lasser du cadre, mais l'idée d'y vivre lui trottait de plus en plus dans l'esprit depuis qu'il avait discuté avec elle, ce soir-là. A Sinnoh aussi, dans une moindre mesure. Tant que ce n'était pas trop proche du Mont Couronné en tout cas.

« Y a pas de mal, tu sais. » lui pardonna la rockstar quand elle s'excusa pour son retard alors qu'elle n'avait aucune bonne excuse à lui fournir. « Je me suis simplement dit qu'il devait y avoir du monde sur la route, pas plus. »

Autant éviter de lui dire qu'il l'attendait depuis un peu plus d'une heure. Ce serait sans doute très gênant à avouer, et puis il n'avait pas vraiment d'autre justification que « Tu me manquais, j'arrêtais pas de penser à toi. » et quelque chose lui disait qu'elle ferait directement demi-tour si jamais il avait dû le lui raconter. C'était un peu désespéré, et en plus de ça il n'avait aucun moyen de savoir si elle avait pu faire son deuil comme lui avait commencé à le faire. Ce serait déplacé, purement et simplement. Et il n'avait pas envie de ça. D'autant plus qu'elle le faisait rire avec ses blagues et qu'il se sentait vraiment beaucoup trop bien. Il aimait ça, une femme qui avait de l'humour et qui était partante pour la déconne, mais qui savait rester mature et sérieuse quand la situation le demandait. Comme quand elle l'avait réconforté. Elle était restée là où certaines auraient fui, et il avait beaucoup d'admiration pour ça.

« Il a pas pu se poser sur le toit malheureusement, y a pas la place, donc j'espère que t'es pas trop déçue. » plaisanta-t-il à son tour. « J'ai failli annuler la réservation juste pour ça, parce que c'est vraiment se moquer du monde ! »

Évidemment, il ne le pensait pas. En réalité, il détestait l'hélicoptère. Voler d'une manière générale, en fait. Il n'y avait que dans les avions qu'il se sentait à peu près à l'aise, mais le reste était horrible. En hélico, il y avait le bruit horrible des pales qui bourdonnait dans les oreilles, c'était impossible de parler correctement. Et voler avec des Pokémon, il ne voulait même pas en parler. Il y avait le vertige, d'une part, mais aussi le fait de jouer au cochon pendu dans les airs en s'accrochant simplement aux pattes d'un Nosférapti n'était pas l'une des meilleures expériences qu'il avait vécu dans sa vie. En tout cas, il ne referait que si le Pokémon était cette fois-ci plus gros que lui, ce qui était loin d'être le cas parmi tous ceux qu'il avait en sa possession.

Le duo s'avança à l'intérieur du casino et Tony remarqua avec grand soulagement qu'ils se fondaient tous les deux dans la masse à la perfection grâce à leurs habits classieux mais décontractés. C'était tant mieux, lui qui n'avait pas vraiment l'image de la rockstar glam et chic dans ses interviews parviendrait sûrement à être un peu plus incognito ainsi, tant qu'on ne le regardait pas trop attentivement. Heureusement qu'il restait le plus naturel possible parce qu'il tenait à ce que tout le monde puisse s'identifier à lui, même le plus commun des mortels. En plus, ses vêtements ne détonnaient pas trop avec le décor rouge et noir du casino, qui rappelait les jeux de la roulette et de cartes qui semblaient être la spécialité du coin. Ce serait même le contraire, en fait, avec ses cheveux décolorés il donnait presque l'impression d'être lui-même une extension du mur plutôt qu'une véritable personne. Ce serait presque le coup à lui faire une blague, en le prenant pour un membre du personnel.

Ils se dirigèrent vers le comptoir où un homme dans la cinquantaine les conduisit vers le couloir sur leur gauche, qui les mena à la partie restaurant de l'édifice. Là, ils furent installés sur deux banquettes de cuir rouges à côté d'un aquarium dont les néons bleutés contrastaient avec le côté festif du casino mais qui le complétait bien par son aspect à la fois luxueux et reposant. Quelques Loupios et Anchwatt, ainsi que des Lovdiscs, des Ecayons et des Poissirènes, nageaient tranquillement à l'intérieur, au point que l'on pourrait facilement s'y perdre si on les observait trop attentivement. Mais avec une femme comme Elune à ses côtés, cela ne risquerait sûrement pas d'arriver.

« Alors, qu'est-ce que tu deviens ? » s'enquit-il une fois que le serveur fut parti après leur avoir distribué les menus. « Tu travailles toujours au bar à Rosalia ? C'est pas trop dur ? »

C'était une accroche complètement bateau, mais il préférait ça à ce qu'il avait vraiment derrière la tête. En vérité, il voulait lui poser une multitude de questions, des questions beaucoup plus importantes. Comment se sentait-elle ? Est-ce qu'elle était parvenue à aller un peu mieux depuis leur dernière rencontre, comme lui ? Les Plasmas l'avaient-ils autorisés à enterre dignement son petit ami ? Et surtout, est-ce qu'il pouvait faire quelque chose pour elle si jamais elle répondait non à l'une de ces questions ? Mais il fallait laisser le temps au temps. Ne pas la brusquer si elle ne voulait pas s'ouvrir à lui, mais lui montrer qu'il serait là, à ses côtés, si elle en avait besoin. C'était la moindre des choses.


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1832

Région : Johto
Sam 26 Aoû - 22:38

Undo you

Il semblait intéressé par sa moto et par ce qu’elle racontait, ce qui la motivait encore plus à parler et à donner quelques détails. Sa route 4 commençait à sérieusement lui donner envie de se la faire un de ces jours, mais quand il lui parla des coins où elle passait, elle était carrément perdue. « Oh tu sais, à part le ranch de la St-Valentin je connais vraiment rien d’Unys. J’ai sûrement entendu parlé de cette ville, mais tu vois… » Elle haussa les épaules. Elle n’avait aucune idée d’où ça se trouvait, mais l’idée d’une vue sur la mer sur une longue route droite en passant par plusieurs climats et paysages la faisait frissonner de plaisir d’avance. Elle adorait ça, mais n’étais pas certaine d’apprécier la balade à sa juste valeur si elle ne la faisait pas avec sa propre moto. Et voyager jusqu’à Unys avec une bécane, ce n’était pas gagné… Elle y réfléchirait, sans aucun doute, aurait certainement l’occasion de s’organiser tout ça, mais fallait-il encore qu’elle trouve quelqu’un pour l’accompagner. Seule c’est sympa, à deux ou trois c’est encore mieux. On n’a pas le temps de s’ennuyer et on prend carrément le temps de passer par les endroits sympas à visiter entre potes. Il semblait s’y connaître assez bien alors Tony devait probablement rouler en moto lui aussi. Il est d’ailleurs très possible qu’elle ait déjà vu des photos de lui quelque part avec une bécane… « Je n’ai jamais fait de looongues longues routes à Johto, mais je pense que ça s’y prête. Y’a pas mal de jolis coins pour des balades d’une après-midi et en général il m’en faut pas plus ! Mais j’ai l’impression que tu t’y connais quand même pas mal, je suppose que t’as une moto toi aussi ? » Ils allaient bientôt parler mécanique et bières après l’effort à ce rythme-là. Ça ne la dérangeait pas tant que ça, vu qu’elle aimait le sujet et que ça l’empêchait de stresser d’être avec lui, mais est-ce qu’il était vraiment intéressé lui aussi ou qu’il posait des questions par défaut ? C’est fou comme elle doutait de tout, ces jours. La moindre remarque la rendait suspicieuse.

Il ne lui en voulait pas pour le retard, tant mieux. Elle esquissa un petit sourire en riant jaune dans sa tête lorsqu’il supposa qu’il s’agissait du trafic. « Un peu et puis tu sais, les filles n’ont jamais rien qui leur conviennent dans leur armoire, tout ça. » Elle remplaçait les réelles raisons par de l’humour sexiste parce qu’elle n’avait aucune envie de lui avouer qu’elle avait du retard parce qu’elle pensait clairement qu’il faisait partie de la catégorie « connards de l’humanité » avant de changer d’avis et de finalement démarrer sa moto. Elle continua sur sa lancée avec le coup de l’hélico et elle lui fit des gros yeux mi choqués mi effrayés lorsqu’il lui répondit qu’il n’avait pas pu se poser sur le toit. Elle mit trois secondes à comprendre qu’il plaisantait aussi et poussa un soupir de soulagement en se sentant bien conne d’avoir pu y croire ne serait-ce qu’une fraction de seconde. « Euh ouais, franchement, t’abuses. » Elle le jugea d’un regard faussement hautain et snob avant de rire en se sentant étonnamment encore bien plus à l’aise maintenant. Il avait ce don pour l’apaiser, pour la faire se sentir elle-même sans avoir besoin d’artifices ou de quoi que ce soit. Elle vivait, tout simplement, elle ne se cachait pas et avait l’impression de le connaître depuis des lustres, un peu comme s’ils ne s’étaient jamais quittés après la St-Valentin et qu’ils étaient devenus de bons amis. Rien de tout ça n’était vrai, étant donné que ni l’un ni l’autre n’avait donné de nouvelle durant ce laps de temps, mais c’était ce qu’elle ressentait. Elle était bien, tout simplement. « En vrai, je crois que ça m’aurait fait hyper flipper qu’un hélico nous attende. Ça m’aurait fait carrément réaliser qu’on vivait pas dans le même monde et que c’était too much. » Pour le coup, elle lui disait cette fois la stricte vérité. Ça l’aurait trop impressionné et elle aurait pris peur. Elle n’aurait pas assumé. C’est en tout cas la première réaction qui lui venait à l’esprit lorsqu’elle y réfléchissait, mais peut-on vraiment savoir comment on va réagir face à une situation avant de se retrouver brutalement dans cette dernière ?

Ils entrèrent dans le casino et Elune fut soufflée des décors et de l’énormité de l’intérieur du bâtiment, qui paraissait vachement plus petit vu de dehors. Une masse de monde s’activait, jouait, changeait de jeu, misait, rageait, riait. Il y avait beaucoup de bruit ; celui des machines, celui des joueurs, celui des différents bars, celui des jeux comme la roulette. Elle n’aimait pas trop ça. À vrai dire, elle n’avait jamais mis les pieds dans un casino et elle s’en remerciait. Elle aimait gratter des cartes pour voir si elle n’avait pas par hasard gagné 2 pokédollars, mais ça s’arrêtait là… Toute cette ambiance, tous ces artifices et ces gens obnubilés par leur jeu et leur argent, c’était un peu trop… « Superficiel ? Inutile ? Débile ?! » Elle n’arrivait pas à trouver l’adjectif qui correspondait à ses pensées exactes mais en tout cas, ce n’était pas son truc. Alors elle était bien heureuse de voir qu’ils s’engouffraient lentement vers une salle plus calme, là où se trouvait le restaurant. Ils s’installèrent dans un petit coin tranquille, là où les autres personnes seraient certainement moins curieuses s’ils reconnaissaient Tony. Pour le moment, aucun n’avait fait le rapprochement. Ou alors ils avaient le respect de ne pas venir l’envahir, ce qui était très bien aussi. Elune regarda autour d’elle et ne se sentit pas tellement à sa place dans ce décor luxueux, mais la présence de Tony la rassurait. Elle n’était pas avec n’importe qui alors elle n’était pas n’importe qui, n’est-ce pas ? En tout cas, elle cessa de se faire trop de mouron quant à sa légitimité ici. Il lui fallut deux secondes pour comprendre de quoi il parlait quand il lui demanda si elle travaillait toujours au bar de Rosalia. « Ah, oh, oui bien sûr, toujours là-bas ! » Elle n’y avait pas remis les pieds depuis qu’on avait essayé de la buter et même avant ça, elle y travaillait beaucoup moins régulièrement. Juste assez pour vivre, en somme. « Bof, tu sais, c’est un job comme un autre, j’imagine. Les hauts et les bas. Le plus chiant quand même je pense, c’est les clients qui s’imaginent qu’ils ont une touche avec moi parce que je comprends de quoi ils parlent quand ils me posent des questions et qu’après ils me lâchent plus de la soirée. » Elle réfléchit deux secondes à sa phrase. « Mais en fait, je sais même pas si tu sais c’que c’est comme genre de bar ? Parce qu’en parler comme ça, ça peut sonner un peu bizarre. C’est un bar geek, avec des jeux, des consoles, etc… Du coup, comme je suis un peu une geek aussi, ça match assez bien. » Pour ne pas dire qu’elle était une grosse loque qui prenait parfois des weekends entiers à ne rien foutre à part manger et jouer aux jeux vidéo. Mais ça, ce n’était pas nécessaire de préciser. « Du coup voilà. En plus j'ai un peu envie de chercher et de me lancer dans autre chose plutôt qu'être serveuse toute ma vie, enfin bref. Et toi ? Tu t’es fait une petite tournée ? T’es venu à Johto pour quoi déjà ? Je suis désolée, j’avais un peu la tête ailleurs, j’ai pas trop suivi tout ça ces derniers temps… » Son sourire lui priait de l’excuser. Elle avait pensé à lui, beaucoup même à un certain moment, mais avec K et toutes ces conneries, elle n’avait juste pas eu la tête à stalker Tony ou à s’intéresser à des concerts auxquels elle n’aurait de toute façon pas mis les pieds parce qu’elle était trop occupée à continuer ses recherches. Elle se sentait coupable de donner l’impression de ne pas s’intéresser à lui parce que c’était loin d’être le cas. Elle espérait beaucoup de cette soirée. Elle voulait des réponses, elle voulait qu’il lui parle de lui, qu’il lui raconte comment s’était passé ces derniers six mois, qu’il lui dise s’il avait réussi à se sortir de la drogue ou non… mais il était nécessaire de commencer par le commencement. Après tout, même s’ils avaient énormément parlé lors de la St-Valentin, ils ne se connaissaient pas tant que ça, ils ne connaissaient qu’un petit bout de la vie de l’autre, alors c’était agréable aussi de se renseigner sur des petits détails qu’on pourrait penser futiles, genre le boulot ou la famille. Quoi, elle s’intéressait à sa famille ? Finalement, pourquoi pas. Elle avait envie de le connaître. Et elle avait aussi envie de lui dire tout ce qu’elle avait trouvé à propos de K. Mais est-ce qu’il s’y intéressait toujours ? Est-ce qu’il avait vraiment envie de le savoir ? Finalement, elle était toujours un peu confuse. Elle essaya de ne pas trop penser et de jeter un coup d’œil au menu. Elle fut rassurée de voir qu’il comportait quelques plats végétariens qui avaient l’air sacrément tentants. Elle n’aurait pas beaucoup de peine à se décider. « En tout cas, si t’es là avec ton groupe, je viendrai avec plaisir vous écouter jouer. J’ai pas grand-chose à faire, là… Je reste un peu cloîtrée chez moi, alors sortir ça me fera pas de mal. Si y’a pas trop trop de monde. » Elle voulait éviter la foule. Elle voulait éviter d’être une cible facile. D’ailleurs, elle n’avait en réalité aucune envie de sortir. Rester cloîtrée chez elle, c’était très bien aussi, sachant que David était dehors. Mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. Elle avait envie de le voir, et il était là plusieurs jours…





avatar fait par Kô, merci encore ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2348

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Dim 27 Aoû - 21:32
A bien y réfléchir, ce n'était peut-être pas une bonne idée d'avoir fixé le rendez-vous dans un casino. Ou plutôt, de décider que ce serait l'endroit où ils allaient se restaurer. Il avait pensé au fait qu'il y aurait du monde et que peu de gens le reconnaîtraient parce que ce n'était pas son genre de s'adonner aux machines à sous et aux tables de black-jack, mais il n'avait pas réfléchi au fait que cela restait un établissement qui pouvait s'avérer intimidant aux yeux de gens qui n'en avaient pas l'habitude, comme Elune. Pour être plus précis, c'était quand elle lui avait fait remarquer que le coup de l'hélicoptère aurait vraiment été de trop qu'il s'en était rendu compte et qu'il avait commencé à avoir une telle réflexion. Il fallait dire qu'il parlait toujours aux gens d'égal à égal, sans vraiment prendre en compte leur richesse personnel ou quelque chose du genre. Quand elle avait demandé s'il faisait de la moto lui aussi, il lui avait répondu qu'il avait vendu la sienne quand les choses avaient commencé à mal tourner pour lui et qu'il allait probablement en racheter une le jour où il aurait une idée de quel modèle lui irait bien de la manière la plus simple du monde, sans se dire qu'il y avait une quelconque idée de classe sociale derrière. Il lui avait parlé juste comme à n'importe quelle autre personne fan de moto, qui aurait pu en avoir une ou qui l'aurait simplement fantasmé, et ça n'aurait pas eu d'importance si elle n'en avait pas. Le simple fait de l'avoir vu sourire à l'idée de se faire une balade de cette façon à Unys lui avait suffi, tout simplement. Mais alors, est-ce que c'était cela aussi qui justifiait son retard ? Elle lui avait répondu qu'elle n'avait pas su comment s'habiller, mais c'était peut-être surtout parce que le casino en soi lui avait fait se rendre compte que c'était généralement un endroit que l'on attribuait à une classe financièrement plus élevée et qu'elle ne s'y sentait donc pas à sa place ? A ce moment-là, elle n'aurait pas osé refuser l'offre et lui demander d'aller ailleurs… ce à quoi la rockstar aurait pourtant probablement accepté sans discuter.

« Je m'y ferai jamais, je crois. » se dit-il quand il y repensa une fois à table, se rappelant que son statut pouvait parfois paraître un peu trop impressionnant, comme ça avait été le cas avec Jill Calahan, la dernière journaliste avec qui il avait fait une interview, avant l'Elite.

Mais maintenant qu'il s'en rendait compte, il allait essayer d'y remédier, pour qu'elle soit le plus à l'aise possible. Une bonne relation, amicale comme amoureuse, ça se faisait à deux, après tout.

« Je te comprends, j'ai bossé dans un irish pub comme serveur quand j'ai commencé à travailler, moi aussi. » répondit-il quand elle lui prit le temps d'expliquer dans quoi elle travaillait et quels étaient les conditions dans lesquelles elle évoluait. « Des serveuses qui se font draguer alors qu'elles font juste leur boulot, j'en ai vu des tas et je me suis souvent dis que déjà pour un homme c'est pas facile tous les jours de faire une bonne performance, alors si les femmes se font draguer en plus… C'est une pression de malade mine de rien. Mais du coup je passerai un de ces quatre, mon agent est pas mal branché geek aussi et je pense que ça lui ferait pas de mal qu'on aille dans un coin comme ça. Il sociabilisera un peu et puis je te tiendrai compagnie, si ça te tente, en attendant que tu te trouves autre chose. Quitte à ce que ce soit moi qui fasse le garde du corps cette fois-ci ! »

Il leva le pouce en l'air et lui sourit de manière un peu exagéré, un peu comme une caricature de super-héros. Geek, il ne l'était pas tant que ça, à la base. Mais il avait fini par le devenir un peu – sans pour autant être un spécialiste, loin de là même – en préparant ses Concours de Coordination avec Kwakson. Le moment qui lui marquait le plus par rapport à ça, c'était ses préparations pour l’Élite, surtout pour son deuxième duel face à Béatrice Grandt. Ce n'était pas vraiment axé sur les jeux vidéos – il se basait surtout sur la culture de Duffy pour ça – mais ils s'étaient enchaînés les films jusqu'à très tôt le matin pour essayer de trouver la bonne idée qui fonctionnerait face à leur adversaire, et cela avait porté ses fruits. Une référence par-ci, une autre là, et tout s'était finalement mis en place jusqu'à sa victoire. Et même là, cela avait été très difficile et il s'était qualifié de justesse. Cela dit, cela lui avait ouvert les yeux sur la richesse qu'il y avait à explorer dans cette culture qui n'était pas la sienne. Jusqu'ici, il n'avait pas pensé grand-chose des geeks d'une manière générale, il n'en avait pas d'idées bonnes ou mauvaises, éventuellement le stéréotype des séries télés qui revenait de temps en temps même s'il savait que ce n'était que ça, justement – et Kwakson n'aidait vraiment pas à se sortir cette idée de la tête.

Mais même ça ne suffit pas tout à fait à la calmer. Enfin, non, pas exactement. Il avait l'air d'avoir son attention maintenant, mais il eut la confirmation que cela n'avait pas toujours été le cas, notamment au téléphone. Il ne s'en offusqua pas, loin de là, pas avec un sourire aussi sincère que celui qu'elle lui avait lancé et qui l'attendrit presque instantanément. Mais ça ne le calmait pas tout à fait pour autant. Non, ça ne devait être qu'une simple préoccupation, rien de plus. Peut-être qu'elle avait fait du ménage ou qu'elle était en train de s'occuper de ses Pokémon quand elle avait décroché et qu'elle devait donc s'occuper de deux choses en même temps ? Pourquoi pas, après tout, ça arrivait à tout le monde et il ne se sentait pas important au point qu'il exigeait que tout le monde devait arrêter de faire quoi que ce soit pendant qu'il leur parlait.

« Y a pas de mal, t'inquiète, je suis même pas vraiment rentré dans les détails, donc bon. » fit-il en haussant les épaules. « En fait, j'ai rendez-vous après-demain à la mairie de Rosalia, ils m'ont demandé de jouer pour eux le jour de la commémoration de la Tour Carillon. J'ai pris de l'avance parce que je voulais me changer les idées et parce que je me suis dit que c'était le bon moment pour venir te voir, maintenant que tout a commencé à se remettre en ordre dans ma vie. »

C'était la meilleure formulation qu'il avait pu trouver pour lui expliquer la raison de sa venue. Comme ça, ça ne faisait pas tellement stalker, et il n'aurait pas à lui expliquer ce qu'il s'était passé ces derniers mois, en dehors de sa thérapie et de la fin de sa dépression. Une chose était sûre, si le casino l'intimidait, lui parler de ça, ce serait mettre fin à toute tentative d'avoir une relation avec elle, même amicale. Et ce serait le cas avec tous ceux qu'il connaissait, de toute façon. Il devait être discret et ne pas faire n'importe quoi.

« Mais t'inquiète pas, tout le monde sera là et y aura pas trop de monde, je pense. » insista-t-il quand la jeune femme lui indiqua qu'elle viendrait à condition que l'endroit ne soit pas trop bondé. « D'après le maire ce serait dans la salle réservée aux spectacles des Soeurs Kimonos, d'habitude, et vu que ça va surtout être de l'acoustique ça tombe bien, j'ai envie qu'on ait une ambiance un peu intimiste, pour changer. Qu'il y ait des chaises pour tout le monde plutôt que de parquer les gens comme des Froussardines, tu vois le genre ? »

Il y avait aussi la question de savoir si quelqu'un viendrait ou non les filmer, vu que c'était un live qui ne se referait pas avant un bon bout de temps et que c'était une occasion spéciale. La ville le voudrait sûrement, mais le budget municipal n'était pas le même que celui d'une vraie maison de disques. Peut-être un album live, au mieux ? Ce serait sympa, ça ferait un bon souvenir.

« Est-ce que vous désirez prendre un apéritif, messieurs-dames ? » les interrompit une voix.

Tony sursauta un instant avant de se rappeler qu'ils étaient dans un restaurant et qu'il y aurait forcément quelqu'un pour les déranger à un moment donné. A son grand dam, selon lui, mais bon, il fallait bien faire avec. Il n'allait quand même pas inviter Elune dans sa chambre d'hôtel directement, quel genre de message serait-ce là ?

« La même chose que mademoiselle, si elle prend quelque chose. » minauda-t-il, les yeux rivés vers les siens à peine avait-il terminé sa phrase.

Le serveur prit sa commande, puis repartit aussitôt, comme s'il n'avait jamais existé. Autant les serveurs dans un bar, il n'avait aucun problème, autant dans un restaurant, il avait du mal. Cela lui donnait l'impression de devoir interrompre sa conversation et que celle-ci retombait comme un soufflé. C'était dur de repartir à partir de là, surtout quand il ne savait pas si Elune était toujours préoccupée. « S'il n'y a pas trop de monde… » Il ne la connaissait pas, mais il avait rencontré suffisamment de personnes dans sa vie pour faire la différence entre quelqu'un qui voyait ça comme un simple désagrément et quelqu'un qui était littéralement angoissée par cette idée. C'était si différent de la femme qu'il avait rencontré, avec qui il avait partagé une nuit incroyable et qui l'avait aidé…

Il se pencha vers elle, sans pour autant que ce ne soit trop proche non plus, tourna la tête pour voir si quelqu'un les observait, et tendit sa main droite vers elle, un réflexe qu'il avait quand il voulait être affectueux envers quelqu'un qu'il appréciait beaucoup.

« Tout va bien ? » s'enquit-il, le ton le plus bienveillant possible. « A la manière dont t'as dit ça, c'est comme si ça te faisait peur… Ou que t'as peur de quelque chose… Tu veux m'en parler ? »

Ce n'était probablement pas le meilleur endroit pour ça, mais il voulait au moins qu'elle sache qu'il serait là pour elle, peu importe ce que c'était. Ils n'avaient peut-être partagé qu'une nuit, mais il tenait trop à elle pour rester indifférent face à tout ça.


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1832

Région : Johto
Dim 27 Aoû - 23:13

Undo you

Elle fut profondément soulagée de voir que Tony la comprenait lorsqu’elle parlait de ses mésaventures au bar avec ses clients. Il avait lui aussi travaillé en tant que serveur et savait parfaitement ce que l’on pouvait ressentir lorsqu’on avait une pression monstre en plus de se faire draguer toutes les cinq minutes. Elle pouffa à quelques-unes de ses phrases, signe qu’elle se détendait petit-à-petit et que leur soirée n’allait pas être aussi stressante qu’elle se l’était imaginé. Pourquoi se sentir si gênée, de toute façon ? Est-ce qu’elle l’était, le soir de la St-Valentin ? Carrément pas. Mais là, même si elle essayait de ne pas le voir ainsi, elle voyait ce dîner comme une sorte de deuxième rendez-vous. Un plan cul qui rappelle, c’est un plan cul qui veut soit une nouvelle tournée, soit quelque chose d’un peu plus que ça. « Mais c’est totalement différent. Ce n’était pas un plan cul de base, déjà. » Vraiment ? Elle essayait probablement de s’en convaincre elle-même. Ils s’étaient jurés de se revoir, déjà rien que pour reprendre des nouvelles, puis pour jouer ensemble, ou pour le voir en concert… Ils s’étaient parlé de quelques petites choses et c’est pour cela qu’ils se revoyaient. Pas parce qu’il voulait une nouvelle tournée ou quelque chose d’autre, non. « Alors détends-toi maintenant. Et profite de ta soirée avec lui comme si tu étais encore au ranch. » Mais lorsqu’il proposa de passer un de ces jours au bar où elle bossait, elle se remit à avoir le cœur qui palpite. Tony Schwärtzwind dans un petit bar geek de Rosalia ? Était-ce vraiment une bonne idée ? Elle ne cracherait pas dessus, bien au contraire, elle serait honorée et carrément heureuse de le voir débarquer pour la soulager des quelques boulets qui l’enchaînaient, mais s’il voulait rester incognito, cette fois, c’était loupé. Ces geeks-là étaient assez du genre à écouter du metal et assez du genre à totalement connaître Tony. Mais sa mimique avec son pouce en l’air la fit rire et elle leva les yeux au ciel sans dénigrement aucun mais parce qu’elle était amusée en même temps qu’elle trouvait ça un peu bête et super adorable. « Si t’es prêt à affronter une horde de nerds qui veulent des autographes, je t’accueille avec plaisir. Je t’offrirai même ce que tu veux. Mais ils sont pas faciles à gérer, tu sais ? » Quoi que, pour en connaître certains maintenant plutôt bien, elle savait qu’ils étaient aussi timides et que chacun n’oserait pas venir déranger la rockstar, trop impressionné ou respectueux pour l’approcher. « En tout cas, si tu veux éviter ça, viens pas un samedi. C’est la pire journée, mais j’imagine que tu le sais. Après c’est ouvert un peu tout le temps, donc c’est quand tu veux. J’y bosse pas tous les jours, mais si tu m’envoies un message avant… » Elle se rendait compte qu’elle était un peu trop en train de planifier tout ça alors qu’il ne s’agissait pour le moment qu’une idée émise un peu au hasard. Elle ne voulait pas paraître insistante ou trop prévoyante. Surtout qu’il n’était pas tous les jours à Johto non plus et encore moins aux environs de Rosalia. « Enfin, on verra bien, quoi. Mais ça serait cool ! Et je dis pas non au garde du corps. Chacun son tour. » Elle lui rendit son pouce en l’air avec un sourire et espéra au fond d’elle qu’il mette vraiment un jour les pieds au bar.

Une nouvelle fois soulagée par sa réponse quand elle lui avoua ne pas avoir trop écouté ce qu’il lui avait raconté au téléphone, plus parce qu’elle était suspicieuse et qu’elle doutait de tout que parce qu’elle n’écoutait vraiment pas, elle le remercia de ne pas lui en vouloir. Il prenait tout vraiment à la cool à propos de ça, comme du retard qu’elle avait eu pour arriver, et c’était agréablement reposant. Savoir qu’on pouvait faire quelques dérapages, qu’il ne tenait pas forcément rigueur de petits détails du genre, qu’il comprenait qu’on puisse avoir l’esprit ailleurs... En tout cas, l’événement avait l’air chouette. La commémoration de la Tour Carillon… Elune n’avait aucune idée que ça se déroulait bientôt. Elle n’avait vraiment pas la tête à ça. Elle nota au passage qu’il lui avoua que sa vie reprenait apparemment un bon chemin et elle haussa les sourcils. « C’est plutôt cool d’avoir accepté de jouer pour ça. J’imagine que c’est hyper important pour les gens à Johto. Comme j’y habite que depuis quelques années je connais pas tellement toutes les traditions, mais bon… » Il la rassura sur le fait qu’il n’y allait probablement pas y avoir trop de monde et ses épaules se détendirent d’un coup en apprenant la nouvelle. Bien. Dans ce cas, elle pourrait certainement sortir et bien regarder tout le monde avant de juger si quelqu’un avait l’air de lui vouloir quelque chose ou non. Ça serait vraiment sympa de retourner là-bas. Elle avait été prendre des cours de danse avec sa petite sœur auprès des sœurs Kimono, elle aimait beaucoup cette salle et l’ambiance s’y dégageant. Cela serait sans nul doute une bonne atmosphère pour le concert, et une bonne acoustique comme il l’avait bien souligné. Elle hocha la tête et voulu revenir sur le petit détail qui l’avait titillée tout à l’heure. « Et alors toi, ça va m… » Elle voulait lui demander comment ça allait dans sa vie, mais le serveur les interrompit pour leur demander ce qu’ils voulaient boire. Elle n’y avait pas tellement pensé, à vrai dire. Et Tony ne l’arrangeait pas en se basant sur ce qu’elle prenait. « Euuh… Dans ce cas, deux verres de blanc ? S’il-vous-plaît. » Elle regarda son compagnon de la soirée pour être sûre de ne pas prendre quelque chose qu’il n’aimait pas. « Si vous avez du Chardonnay c’est parfait. »

Il repartit aussitôt et un plat retomba dans leur conversation. Après ce qu’elle venait d’essayer de demander en plus, c’était bizarre. Elle n’avait pas envie de revenir sur le sujet, ça faisait la fille qui insiste trop, encore. C’est lui qui prit la parole en premier, se penchant vers elle en avançant sa main près de la sienne. Elle eut un léger et instinctif mouvement de recul sans quitter son regard. Elle s’étonna elle-même de cette réaction et de celle qui la suivit. Alors qu’il lui demandait si tout allait bien d’un ton très calme et très apaisant, qu’il remarquait que quelque chose clochait et qu’auquel cas elle pouvait lui en parler, elle se mit à paniquer. Son corps se mit à gigoter, ses yeux ne savaient plus où se poser, fuyant chaque nouveau point qu’ils fixaient. Il avait remarqué quelque chose… « … ou il sait tout depuis le début et il veut me faire venir à la Tour Carillon pour ça. » Ses pensées noires et mensongères revinrent au galop et elle se mit à être mal à l’aise. D’ordinaire, elle savait très bien mentir. Elle était maligne et pouvait très bien cacher ses émotions comme contrôler son corps pour éviter ce genre de dérapage. Mais elle n’était plus tout à fait elle-même en ce moment et chaque minute dans ce monde avec David et les Plasma prêts à surgir de n’importe où la rendait parano et la déstabilisait. « Non, t’inquiètes. » Elle recula sur sa chaise et se leva rapidement. « Désolée, urgence pipi. » « Elune, sérieux ? Best excuse ever. Hyper glam. » Même si elle voulait s’écouter, ses pas l’obligèrent à faire demi-tour et à se précipiter aux toilettes des dames pour s’enfermer dans l’une d’elles et s’assoir sur le couvercle avant de prendre sa tête entre ses mains. Elle souffla un bon coup et ferma les yeux pour essayer de se remettre les idées en place. « Pitié ne gâche pas ça, il l’a demandé si gentiment… » « C’est peut-être une tactique ? » « Qu’est-ce qu’il aurait à voir là-dedans, sérieux ? Il avait l’air vraiment inquiet. » « Mais pourquoi il voudrait te revoir maintenant, alors ? » « Parce qu’il passe par Johto, putain, faut que ça tombe maintenant mais ça n’a rien à voir ! » Ses ongles se plantaient un peu trop fort dans ses tempes et elle relâcha un peu son emprise. Est-ce qu’elle devenait folle ? Ne pouvait-elle-même pas avoir confiance en lui ? Elle réfléchit. Une minute, puis deux. Et à la troisième, elle se décida. Elle sortit des toilettes et revint à table en remarquant que le vin avait été servi. Elle sourit à Tony comme si de rien n’était et s’assit en silence. « Excuse. » Elle prit son verre et le brandit devant elle pour trinquer avec lui. Elle but une gorgée, une grande, avant de reposer son verre et de le faire tournoyer sur son pied. Puis elle regarda autour d’elle discrètement et fixa à nouveau Tony. « Ok, euh… Bon. On m’a tiré dessus y’a deux jours. » Elle fit une pause mais continua rapidement en voyant son regard. « La balle m’a pas touchée, Terhal l’a prise à ma place, ça a été très vite et c’était chelou, mais j’ai rien mais je crois que je commence à devenir un peu tarée à cause de ça. » Il n’y avait qu’à voir la manière dont elle parlait. Elle ne savait ni par où commencer, ni comment formuler ses phrases. Ce n’était d’ailleurs pas la première fois que ça lui arrivait avec lui. Il y avait tellement de choses à expliquer qu’elle aurait dû écrire un discours avant de venir ici. Sauf qu’elle était certaine de ne pas arriver à ce sujet. Ou alors pas aussi vite. Elle s’était grillée elle-même par son comportement et n’en était pas fière. Elle fronça les sourcils en signe de désolation et se frotta le front. « Désolée si t’as remarqué qu’un truc n’allait pas. J’ai pas envie de t’emmerder avec ça, je suis contente d’être ici avec toi et j’ai pas envie de t’envahir avec mes histoires. C’est glauque et toi ça a l’air d’aller mieux, alors je veux pas… enfin tu vois. » En réalité, elle avait profondément besoin d’aide. Elle n’avait juste pas envie de passer pour la demoiselle en détresse, encore moins devant lui. Elle n’aurait simplement pas dû accepter ce dîner et résoudre toute cette histoire avant d’accepter de le revoir. Elle ne voulait en aucun cas plomber le repas ni le faire plonger dans des merdes qui n’étaient pas les siennes. Elle était juste totalement perdue et ne savait pas comment s’y prendre.





avatar fait par Kô, merci encore ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2348

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Lun 28 Aoû - 1:54
« Et voilà… T'as encore merdé. »

Il l'avait vu partir, s'éloigner de lui, et il n'arrivait même pas à dire quelque chose. La scène s'était déroulée en un battement de cils et fut si surprenante qu'il n'avait pas eu le temps de réagir, mais il s'en voulait déjà. Quel abruti il avait été de demander ça,en même temps. Bien sûr qu'elle n'allait pas bien, évidemment, mais elle n'était pas prête à en parler. Pourquoi n'avait-il pas vu ça ? Et en plus de ça, il l'avait dit de manière aussi directe… Et si jamais quelqu'un devait surprendre leur conversation et qu'elle se sentait observée ? Non, il n'y avait tout simplement pas pensé. Peut-être parce qu'il se sentait tellement bien à son contact qu'il en avait un peu oublié le reste, que simplement le fait de se voir se suffisait à lui-même mais que ce n'était pas le cas pour elle, pour des raisons qui lui appartenaient. Oui, c'était sûrement ça. Et puis, malgré tout ça, elle était bien parvenue à cacher ça, peut-être parce qu'elle se sentait aussi bien que lui à son contact, finalement. Il n'y avait qu'à voir le moment où ils avaient parlé du bar geek où elle travaillait, qu'elle aimerait qu'il passe un de ces jours et qu'il pouvait toujours lui envoyer un message avant pour la prévenir. Il en était certain, ce n'était pas quelque chose lancé au hasard. Bien sûr, c'était lointain, des plans lancés comme ça sans forcément que cela ait un but précis, mais ça lui avait fait quand même énormément plaisir et il tenait à ce qu'elle le sache. Et tout ça avait été ruiné en quelques mots à peine. Tony soupira et passa sa main sur son visage, se ressassant tous les souvenirs qu'il connaissait d'elle jusqu'à maintenant, et qui, il en avait l'impression, avaient volé en éclats. Non, elle ne reviendrait pas. Un truc comme ça, c'était une excuse bidon pour dire que c'était fini quand on n'osait pas le dire, qu'on était gêné. Cela ne lui était jamais arrivé personnellement, mais il avait souvent eu des retours de la sorte, et voilà qu'il était maintenant confronté à ça pour la première fois en trente-quatre ans. S'il avait encore été dans sa dépression, il aurait sans doute craqué, mais il ressentait malgré tout un profond sentiment de culpabilité qui ne partirait pas si facilement. Il s'était ouvert à elle ce soir-là, un peu plus que s'ils avaient simplement couché ensemble. Et même si ça ne voulait rien dire au fond, il n'empêche que cela le minait véritablement de ne pas pouvoir la faire sortir la tête de l'eau de la même manière qu'elle l'avait fait pour lui. Tellement qu'il ne remarqua les verres de vin blanc que quand il les entendit entrer en contact avec la table, après quoi il remercia le serveur sans vraiment montrer grand enthousiasme.

Il fixa le liquide alcoolisé et porta la coupe à ses lèvres, prêt à en boire le contenu. Qui sait, ça lui ferait peut-être du bien ? Même si ce n'était qu'un verre et qu'il ne fallait pas sombrer là-dedans comme il l'avait fait avec la cocaïne et toutes ces conneries dégueulasses qui…

« Excuse. »

Une voix. Sa voix. La rockstar releva la tête, pour être sûr qu'il s'agissait bien d'elle. Oui, Elune était là, et elle s'était même assise de nouveau en face de lui. Son cœur battait la chamade. Il mourrait d'envie de la serrer dans ses bras, de la remercier d'être revenue même si c'était simplement pour se justifier et qu'elle ne le laisse pas en plan. Au moins, ils pourraient partir en se regardant en face, et même si c'était malheureux, c'était toujours mieux que rien. Mais la jeune femme ne semblait pas être partie pour cela non plus. En fait, elle trinqua avec lui et but d'une traite une bonne partie du contenu de son verre, avant de s'expliquer.

« Oh non… »

C'était presque murmuré, mais ce qu'elle lui révélait lui coupait le souffle, tout simplement. On lui avait tiré dessus. Et le pire, c'était que ce n'était pas un accident. Quelqu'un avait prémédité tout ça, avait cherché à la tuer deux jours avant qu'ils ne se revoient. C'était à peine croyable. Comment pouvait-on chercher à lui faire du mal alors qu'elle n'avait rien fait ? A moins que… Non, tout lui revenait à présent. Le meurtre de son petit ami. Le fait que la Team Plasma avait son corps. Forcément, tout ne pouvait qu'être lié à ça. Il ne savait pas ce qui se tramait dans cette affaire, mais il était très probable qu'Elune ait été traînée dans cette affaire de manière plus ou moins indirecte. Si son petit ami était au courant de quelque chose alors qu'il ne le fallait pas, elle aurait très bien pu être au courant de ce que c'était. Ou pire encore, elle aurait pu être elle-même témoin du meurtre. La simple pensée fit frissonner Tony d'angoisse. Pas étonnant qu'elle ait été suspicieuse quand elle avait reçu son coup de téléphone. Elle avait sans doute dû être méfiante, se demander pourquoi il l'appelait deux jours seulement après cette tentative d'assassinat. Et ça expliquait ses craintes pour le concert aussi… Tout était si clair, si limpide, à présent.

« Je… » commença-t-il, interloqué et à la recherche de ses mots. « J'aurais dû m'en douter. Tu m'avais parlé de ton copain à la St-Valentin, et j'ai pas fait le rapprochement… Ton Pokémon va bien, au moins ? »

Ce n'était pas son genre de se préoccuper de cela, mais les circonstances étaient on ne peut plus exceptionnelles. Même s'il n'était pas des êtres supérieurs à ses yeux, ils restaient malgré tout des êtres vivants et des compagnons, et il ne se le pardonnerait jamais si Mjöllnir devait mourir devant ses yeux en se prenant une balle à sa place. Cela avait bien failli arriver une fois, après tout, avant son évolution…

Mais ce fut au moment où elle s'excusa de lui en avoir parlé que quelque chose entra en résonance avec lui. Comme une espèce de déclic. Tout ceci lui rappelait beaucoup trop ce qu'il avait vécu avec Axelle. L'inquiétude qu'il avait ressenti à son égard les premiers temps, à cause de ses boulots beaucoup trop dangereux pour le Skean Skelenox, et plus tard, les travaux qu'elle avait dû accomplir en collaborant avec la police. Il avait fini par s'habituer, par comprendre qu'elle était suffisamment forte pour toutes ces choses, et il en avait payé le prix. Il n'y avait pas que ça, bien entendu, il y avait aussi eu des forces beaucoup plus importantes qu'elle à l’œuvre… Mais il était hors de question que cela arrive à nouveau, encore moins à une femme lambda qui n'avait aucune expérience de ce genre de milieu. Il pouvait et il devait faire quelque chose. Il ne pouvait tout simplement pas en être autrement. Pas seulement à cause de ce qu'il venait de lui arriver. Même si tout cela n'avait jamais existé, il connaissait Evans, et rien que ça, c'était suffisant. En plus de ça, il était Maître Coordinateur, et il avait dû affronter des Dresseurs d'exception pour mériter ce titre. Il n'était pas un Dresseur à prendre à la légère, et ce ne serait sans doute pas de trop pour ce soir au moins, si le tueur était dans les parages. Il devait penser à lui aussi ? Sans doute, c'était ce qu'Elune lui avait dit ce soir-là. Mais pas maintenant, alors qu'il venait d'apprendre ça.

« Mais de quoi tu t'excuses ? » fit-il, avec tous les efforts du monde pour éviter de parler trop fort tellement il était bouleversé par tout ça. « Avec ce qui t'est arrivé, je me demande encore comment t'as pu faire pour sortir de chez toi. Je serais resté cloîtré dans mon appart' pendant au moins une bonne semaine si j'avais été à ta place, et savoir que t'as fait ça pour moi… »

Il sentait les battements de son cœur s'emballer comme jamais depuis ce soir d'il y a environ cinq mois. Il soupira, tentant de rester discret, et trempa ses lèvres dans son verre, histoire de se calmer un peu.

« T'as appelé les flics, déjà ? » voulut-il savoir. « Même si je les aime pas trop moi non plus, c'est important que tu le fasses, tu peux pas rester comme ça. Au moins qu'ils puissent ouvrir une enquête et que tu puisses avoir la protection des témoins sur le coup. »

Non, ce n'était pas assez, il devait bien pouvoir faire quelque chose de plus… Il avait bien une idée en tête, mais… Oh et puis merde, elle était en danger de mort, ce n'était pas le moment d'avoir des arrières-pensées. Le tout, c'était de proposer son aide.

« En attendant, vu que je reste ici quelques jours, je devrais au moins pouvoir t'aider. » ajouta-t-il. « J'ai battu l’Élite, donc je pense qu'en matière de Pokémon, je devrais pas trop mal me débrouiller, au moins suffisamment pour qu'ils puissent arrêter un type comme ça sans avoir besoin de mon aide. Donc si tu veux dormir à l'hôtel ce soir et les soirs suivants, c'est pas un problème. En plus ça m'étonnerait qu'on sache que tu me connaisses et que tu passes plusieurs nuits à Doublonville, c'est pas là où on t'attendrait, je crois. »

En réalité, il se sentait prêt à rester jusqu'à ce que la protection des témoins fasse son travail, même si ça devait durer plus de temps que le séjour qu'il avait prévu. Mais il devait au moins savoir si elle pouvait accepter ça. Et lui-même savait que, quand on était au fond du trou, c'était loin d'être facile.


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1832

Région : Johto
Lun 28 Aoû - 19:08

Undo you

Il était sonné par la nouvelle et c’était compréhensible. Mais il ne savait rien encore de toute cette histoire farfelue et Elune avait envie de tout balancer en même temps qu’elle voulait tout garder pour elle de peur de l’impliquer et qu’il devienne une cible lui aussi. Après tout, K connaissait tous les détails et avait été tué, elle connaissait tous les détails et on avait failli la tuer… Si les Plasma savaient que Tony était lui aussi au courant de tout, rockstar et maître de l’Elite par-dessus le bouquet, ils n’hésiteraient pas non plus. Une cible facile. Un concert, un flingue planqué, une foule… Elune fut néanmoins attendrie par son inquiétude pour le Pokémon. Vu ce qu’il lui avait dit au ranch, il ne semblait pas être du genre à beaucoup les apprécier, mais peut-être s’était-elle trompée ? Elle l’espérait et était ravie qu’il pose cette question plutôt qu’une autre. « En réalité, c’était le Pokémon de K… Il était resté caché à son local de répète et a surgit de nulle part lorsque la balle est partie. Il est bien résistant, heureusement, mais je l’ai quand même vite emmené au centre Pokémon. Ça a été compliqué d’expliquer pourquoi une balle était plantée dans son corps. Une chance que ça n’ait pas touché son œil. Il gardera probablement un beau creux pour toujours et je m’en voudrais chaque jour pour ça, mais… il m’a sauvé la vie et je ne pense pas être trop égoïste en disant que c’est tant mieux. » Même si elle avait été au fond du trou après la mort de Kale et qu’elle avait songé maintes fois au suicide, elle avait gentiment remonté la pente et malgré son état un peu chaotique et pas toujours fabuleux, elle n’avait plus aucune envie de mourir. Encore moins après avoir vécu ça. Elle s’était rendue compte à quel point elle tenait à sa vie, à être là pour continuer à s’occuper de ses Pokémon, à être là pour sa sœur, à être là pour faire éclater la vérité…

Lorsqu’elle s’excusa de l’empêtrer là-dedans, il réagit presque un peu trop violemment, ce qui valut des gros yeux étonnés d’Elune et un réchauffement au cœur lorsqu’il comprit la raison pour laquelle était quand même sortie. Il semblait tout réaliser très vite, faire le rapprochement de tout ce qu’elle lui avait dit, et ça faisait du bien. Il était la première personne à qui elle avoua s’être fait tirer dessus et sa réaction était celle dont elle avait besoin. Elle ria doucement, pas détendue pour autant. « Depuis six mois qu’on s’était promis de se revoir un jour… Je voulais pas manquer ça. Je suis encore désolée pour le retard et la façon dont je t’ai parlé quand tu m’as téléphoné... J’étais pas à l’aise, je dois t’avouer que… » Elle ne savait pas trop comment formuler ça sans le blesser. Elle essaya comme elle put. « … je pensais que t’avais un lien avec tout ça. C’était trop bizarre que tu m’appelles pile deux jours après, alors qu’on s’était rien redit tout ce temps. J’me suis fais des films et c’est vraiment pas cool, alors je suis désolée d’avoir douté de toi. Et d’avoir pu penser tout ça. Je suis un peu parano. » Parce qu’à présent, elle était plus que persuadée qu’il n’avait rien à voir là-dedans. Ou alors il était le pire des traîtres de l’humanité, mais elle en doutait fortement. Rien que sa réaction lorsqu’elle lui raconta les événements passés confirmait qu’il n’était au courant de rien et qu’elle était effectivement qu’une grosse paranoïaque. Elle termina son verre de blanc d’un coup et le reposa un peu trop brusquement sur la table en entendant Tony demander si elle avait prévenu les flics. Les flics ? Jamais de la vie ! Enfin… Elle aurait bien voulu, mais à quoi bon, à part se griller elle-même ? Ce que Tony ne savait pas, c’est qu’elle aussi faisait partie de la team Plasma et que c’était le meilleur moyen pour que les flics le sachent en allant vers eux. Et puis, qui croirait la pauvre petit bout de femme qui raconte sa vie face à une organisation aussi importante et imposante que les Plasma ? Elle avait la clé à leur donner, éventuellement, mais rien qui n’indiquait qu’il s’agissait d’eux en particulier. Surtout lorsqu’on voyait les vidéos et autres… De la maltraitance de Pokémon, les Plasma ? Pfft. Non, aller voir les flics, c’était se couler encore un peu plus. Elle ne savait pas quoi faire, ni comment faire, mais ceci n’était pas une option. « Les flics, je peux pas… » Elle se tortilla sur sa chaise en tentant de trouver des explications. « Il y a beaucoup de choses, beaaaucoup de choses que tu ne sais pas et que je peux clairement pas te dire ici. Que j’aimerais même bien éviter de te révéler. » Elle parlait, entre autres, de son appartenance chez les Plasma. Est-ce qu’il aurait encore envie de la côtoyer ? Est-ce qu’il comprendrait pourquoi elle s’était lancée là-dedans ? Ce n’était pas certain… Et elle n’était pas non plus persuadée de lui avouer ce point-là. Elle n’en savait rien encore, c’était prématuré. « Et aller chez les flics, là, c’est pas possible. Et puis bon, protection des témoins mon cul. J’ai aucune confiance en les flics et je pense que c’est sous-estimer ceux à qui j’ai affaire. » Elle posait carte sur table. Elle n’était pas très fine dans ses propos mais au moins, elle était claire.

Par contre, l’alternative que lui proposa Tony ne la laissa pas indifférente. Rester un moment chez lui, au moins histoire d’être protégée et de ne pas devoir douter de tout tout le temps. L’offre était alléchante, mais elle était tellement gênée. Cette fois-ci, elle l’engloutissait réellement dans ses histoires et il devenait de plus en plus difficile de faire marche-arrière. Son esprit luttait, partagé entre le fait d’accepter et le mettre en danger si jamais on venait à apprendre quoi que ce soit et le fait de refuser et de le laisser en dehors de ça, quitte à ce qu’elle soit moins en sécurité mais lui soit sauf. Les arguments qu’il posait étaient néanmoins intéressants et loin d’être faux. Personne ne la soupçonnerait d’être chez lui. « C’est vraiment gentil de proposer ça, je… » Le serveur arriva à nouveau pour demander s’ils avaient choisi ce qu’ils souhaitaient manger. Avec tout ça, Elune en avait complètement oublié qu’ils étaient au restaurant et fut légèrement confuse le temps d’une seconde, avant de prendre le menu en main et de pointer un plat végétarien au bol. Tony commanda son plat et le serveur s’en alla à nouveau, cette fois sans laisser la conversation retomber. Elune reprit directement. « J’ai vraiment pas envie que tu sois impliqué là-dedans. Mais si personne ne sait rien, ça devrait aller. Et comme tu dis, je pense que personne ne pourrait s’en douter. Ça me permettra aussi peut-être de réfléchir un peu plus calmement… J’ai l’esprit en feu et je te jure que c’est pas facile de rester zen. » Elle avait l’impression qu’elle pouvait partir en vrille à tout moment et ce n’était sûrement pas la rencontre la plus mémorable qu’ils auraient tous les deux. Pourquoi devait-elle lui infliger ça ? Après une superbe St-Valentin, bien qu’un peu triste, il fallait qu’elle plombe la soirée avec ses histoires. Cependant, elle était soulagée d’en parler. Soulagée de ne pas avoir à garder ça uniquement pour elle, d’avoir quelqu’un qui la soutienne un peu, même si ce n’était que moralement. Comment avait-elle pu douter de lui, sérieusement ? « Il faudra juste que j’aille chercher quelques affaires et que je prenne au moins Cole, mon Héricendre, avec moi. Je peux pas tous les laisser seuls, ma sœur pourra s’occuper de certains, mais… » Elle balaya ce qu’elle était en train de dire de la main. « Désolée, je m’emporte. Mais, oui, si tu peux faire ça pour moi… Je te serai vraiment reconnaissante. » Elle souffla, ne sachant pas trop si elle devait fuir le regard de Tony ou non. Elle se sentait conne d’être partie précipitamment aux toilettes, de l’avoir impliqué là-dedans, de lui avoir raconté ses histoires personnelles dont il n’avait rien à savoir… Mais il restait inquiet, il lui proposait des solutions, il était adorable. Adorable, c’était le mot. Il n’avait en aucun cas l’obligation de l’aider. Il aurait très bien pu lui dire que c’était triste, passer la soirée comme si de rien n’était et ne plus jamais la revoir. Il y aurait pu y avoir tant d’autres alternatives mais non, il l’aidait. Et c’est ce dont elle avait besoin. Deux rencontres, mais déjà elle savait qu’il avait une place importante à ses yeux. C’était étrange, ce sentiment. Elle se confiait à lui comme si c’était son meilleur ami, son amant, alors que la dernière et seule fois qu’ils s’étaient vus remonte à six mois en arrière. « Je sais vraiment pas quoi dire, je suis désolée. J’aimerais t’expliquer tout en détails, mais tu sais, je sais pas, je me sens pas en confiance. Après, quand on sera plus que tous les deux, je te raconterai tout. Je pense que ça me fera du bien de déballer tout ça. Mais c’est vraiment si ça te dérange pas… » Son cœur commença à nouveau à battre plus vite lorsqu’elle parla d’eux lorsqu’ils seraient seuls à seuls. Le fait qu’il y ait du monde autour, cette histoire, tout ça la freinait clairement, mais à présent qu’elle s’était lâchée et qu’elle pouvait ne serait-ce qu’un peu se détendre, elle brûlait d’envie d’être seule avec lui. Parce qu’elle savait qu’elle allait se sentir rassurée, en sécurité, tout simplement bien. Elle voulait le serrer dans ses bras pour le remercier, elle voulait son contact, sa chaleur. Elle ne réalisait que tardivement qu’elle avait vraiment été en manque de lui.





avatar fait par Kô, merci encore ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2348

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Lun 28 Aoû - 21:56
Il n'en revenait toujours pas. Ce qu'elle lui racontait semblait irréel, mais pour avoir vécu un moment de ce genre un peu avant l'évolution de son Voltali, il savait très bien que cela pouvait arriver à n'importe qui à tout instant. C'était comme n'importe quel accident de la route, n'importe quelle bêtise ménagère. Certains appelaient ça le destin, d'autres la malchance, mais peu importe ce que c'était, au fond. C'était juste dangereux et la raison pour laquelle il fallait parfois se montrer extrêmement prudent. C'était entre autres la raison pour laquelle Tony se promenait toujours avec la plupart de ses Poké Balls fixées à sa ceinture, ou du moins ceux qui constituaient son équipe de combat habituel. Un Voltali, un Elekable, un Magnézone et un Lanturn, tous des Pokémon complètement évolués soit dit en passant, cela avait de quoi dissuader la plupart des petites frappes qui auraient l'audace de tenter quoi que ce soit contre lui quand il se déplaçait seul. Et en concert, la sécurité était toujours présente et avait toujours bien fait son travail. Qu'avait Elune, elle ? Il n'en savait rien, mais peut-être pas le même genre de Pokémon résistants. En réalité, d'après elle, elle ne devait sa vie qu'au Terhal de son copain, qui s'était interposé entre la balle et elle. Il était toujours en vie, ce qui n'était nullement étonnant de la part d'un Pokémon Acier, mais vu qu'il ne devait être encore qu'au début de sa vie, il avait tout de même pris des dégâts sévères, au moins suffisamment pour devoir être emmené au Centre Pokémon. Et évidemment, elle avait dû trouver une explication pour justifier un accident pareil… Quelle sale histoire. Mais l'important, c'était qu'elle était en vie, et elle s'en rendait bien compte, même si elle était désolée que ce Pokémon soit blessé par sa faute. C'était une bonne chose qu'elle l'ait compris, ça voulait dire qu'elle allait peut-être un peu mieux depuis qu'ils s'étaient rencontrés à la Saint-Valentin. C'était du moins ce que Tony en avait déduit.

Et puis elle lui avoua les suspicions qu'elle avait eu à son encontre, mais aussi son envie de le revoir. Cet aveu le mit un peu mal à l'aise, pour être honnête. C'était accidentel, bien sûr, mais il avait risqué sa vie en la faisant sortir de chez elle alors qu'elle n'aurait pas dû. Et puis, après un tel traumatisme, elle avait toutes les raisons d'avoir peur. Encore plus lorsque ledit traumatisme s'était produit aussi récemment.

« Ce qui m'aurait inquiété, c'était que tu le sois pas. » fit-il en retenant un rire jaune parce que cela lui rappelait que son ex-petite amie pouvait parfois avoir le comportement inverse, même si elle lui avait révélé que ce n'était plus aussi fréquent depuis qu'ils s'étaient mis ensemble. « Tu te rends compte des risques, c'est bien. En fait, maintenant que je sais ça, je crois que j'aurais préféré que tu refuses… même si ça me fait vraiment très plaisir de te revoir. C'est très courageux. »

Il l'avait dit sans vraiment trop réfléchir aux conséquences que ça aurait pu avoir. En fait, il s'en fichait un peu, maintenant. Elune était en danger et il fallait l'aider, c'était tout ce à quoi il pensait, en ce moment. Et puis, ça pouvait tout aussi bien être utilisé en tant qu'ami ou qu'amant, non ? De toute façon, ils verraient ça une fois que tout ça serait terminé, s'il devait y avoir un après ou ce genre de choses.

Mais les choses devaient forcément se compliquer. Elle ne faisait pas confiance à la police. Bien sûr, il aurait dû s'en douter. C'était vrai qu'ils en avaient parlé un peu ce soir-là, après que cette groupie les avaient importuné et que ça lui avait rappelé l'irruption de l'Agent Bark à une de ses soirées. La méfiance vis-à-vis des flics, c'était encore un autre des innombrables points communs qu'ils partageaient. Il la comprenait, il ne la comprenait que trop bien, même. Unys était la région au plus fort taux de criminalité à cause de la taille des mégalopoles comme Volucité et Méanville et la police n'était vraiment pas au top quand il s'agissait de la réprimer. Il y avait des commissariats qui n'avaient tout simplement pas les moyens, d'autres encore où certains Agents étaient complètement corrompus… D'où la question du port d'armes qui faisait polémique dans la région, et les campagnards comme à Amaillide ou Entrelasque n'aidaient vraiment pas à y répondre, avec leurs idées très arrêtées sur la plupart des problèmes de société. Du coup, il pensait qu'elle avait parfaitement raison, mais d'un autre côté, il fallait bien agir d'une manière ou d'une autre. Il ne savait pas si c'était l’œuvre d'un détraqué ou de toute une organisation, mais pour essayer de pourchasser et éliminer quelqu'un, il fallait des moyens. Beaucoup de moyens. Moyens qu'Elune n'avait pas forcément avec un salaire de serveuse, il fallait être réaliste. Elle devrait sortir faire ses courses au moins une fois dans la semaine et ce pouvait être la fois de trop, là où le tueur pouvait simplement s'acheter un sandwich et attendre bien tranquillement quelque part pendant qu'il l'observait, et ce petit ménage pourrait bien durer des semaines, des mois même. Rester dans l'inaction, c'était attendre son heure. Et le fait qu'elle ne veuille pas tout lui dire ne l'aidait pas non plus. Mais il fallait trouver une solution, et c'était la seule qu'il voyait de vraiment efficace sur le long terme.

En attendant, l'issue de secours qu'il lui avait proposée semblait la satisfaire, malgré son hésitation, ce qui se comprenait parfaitement. En plus, elle devait retourner à Rosalia chercher quelques affaires, ainsi que certains de ses Pokémon, notamment. Rien de plus normal. Les laisser là-bas, c'était aux yeux de certains abandonner ses propres enfants, il le comprenait, maintenant qu'il vivait une véritable relation d'amitié avec Mjöllnir.

« S'il y a suffisamment de place sur ta moto, je peux t'accompagner, si tu veux. » proposa-t-il sans la moindre hésitation après avoir commandé auprès du serveur l'entrecôte la plus simple que le restaurant avait à disposition pour qu'ils puissent s'en aller le plus vite possible une fois qu'ils seraient repus. « J'ai un Magnézone avec moi, et un Voltali et un Elekable qui savent faire des Murs Lumières. Je sais pas ce que ça vaut face à toute une bande de criminels armés jusqu'aux dents, mais si ce type revient ou si on tombe sur des Pokémon puissants, ça sera pas de trop. »

D'ordinaire, il aurait tourné les talons, mais il se sentait pris de courage, à présent. Qu'est-ce qui avait provoqué ce changement chez lui ? Il n'en avait aucune idée, mais peut-être était-ce tout simplement l'expérience. Ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait ainsi en danger, et il voulait la protéger de tout ça. C'était sûrement amplement suffisant, en fin de compte, non ?

Et puis elle s'excusa une nouvelle fois de le laisser à ce point dans l'inconnu. Elle ne se sentait pas à l'aise, encore moins ici, mais elle lui promit qu'elle lui raconterait tout une fois qu'ils seraient seul à seul, ce à quoi Tony lui répondit par un petit sourire en coin qui se voulait réconfortant. C'était étrange. Pour la première fois depuis longtemps, il se sentait… utile ? Oui, ce serait sans doute le mot qui lui convenait le mieux. Avec Axelle, il n'avait rien pu faire, et elle ne l'aurait pas laissé faire quoi que ce soit de toute façon, mais il avait cette fois-ci l'occasion de faire une différence et de pouvoir aider quelqu'un qui comptait pour lui.

« Ma copine traînait pas dans des trucs très nets non plus, je sais ce que c'est de se retrouver dans une situation comme ça. » dit-il dans le but de la rassurer. « Jusqu'à son accident, elle avait toujours trouvé le moyen de s'en sortir et j'en ai appris quelques trucs, donc je suis content de pouvoir t'aider un peu. Te force pas à m'en parler si tu veux pas. Par contre… »

Ses sourcils se froncèrent un peu plus tandis qu'il continuait.

« …Ça peut pas continuer comme ça. Je sais pas qui en a après toi, mais tu peux pas t'en occuper toute seule, surtout si tu penses que c'est plus gros que ce que les flics peuvent gérer. T'imagines si tu devais le tuer par accident toutes les emmerdes que t'aurais ? Le nombre d'années de taule que tu prendrais si tu te fais prendre ? Ou l'attention que t'attirerais s'il a des potes qui veulent le venger ? Si tant est que t'arrive à l'arrêter et que ce connard le fait pas avant, sachant qu'il est armé et qu'il a peut-être des Pokémon de combat, lui aussi. »

C'était envisager le pire, dit de cette façon, mais il voulait vraiment qu'elle se rende compte de ce dans quoi elle s'embarquait. C'était la raison pour laquelle Axelle n'avait jamais tué. Que les coups et les blessures, c'était la limite à ne pas franchir. Elle s'était limité aux petits trafics, aux vols, aux menaces et aux règlements de compte un peu brutaux parfois, mais jamais plus loin.

« Si tu veux pas porter plainte ou un truc comme ça parce que t'as un truc à cacher, je comprends. Mais je peux appeler un type qui devrait pouvoir fermer les yeux là-dessus si tu minimises un peu ce que t'as fait. Pour te dire, il a réussi à faire en sorte que ma copine ait un casier judiciaire vierge à condition qu'elle l'aide à démanteler le gang dans lequel ils étaient. Il s'appelle Evans, c'est un agent infiltré et même si lui et moi on se déteste, ça reste le meilleur flic que j'ai jamais connu et il a toujours bien fait le boulot qu'on lui demandait. On se parle plus depuis que ma copine est morte, mais peut-être que si je lui parle de toi et que tu lui racontes au moins une partie ton histoire, il acceptera d'enquêter là-dessus. Et si ça a un lien avec ce que faisait ton copain, il pourra sûrement t'aider à savoir ce qu'il s'est passé, je l'ai jamais vu se faire prendre par qui que ce soit. Tu penses que tu peux au moins essayer ça ? »

Il espérait sincèrement qu'elle accepterait. De cette façon, les choses seraient plus faciles. Son cauchemar se terminerait plus vite et elle irait mieux elle aussi. Elle le méritait. Elle le méritait tellement. Peu importait ce qu'il adviendrait de leur relation ensuite, du moment qu'elle était heureuse.


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1832

Région : Johto
Lun 28 Aoû - 23:29

Undo you

Est-ce qu’il aurait vraiment préféré qu’elle refuse son invitation ? Si elle l’avait fait, elle n’aurait probablement jamais eu le courage de le rappeler par la suite et l’espoir de le revoir un jour se serait évaporé au même moment. Mais elle comprenait ce qu’il voulait lui dire. Il tenait à elle, d’une certaine manière, et ça lui réchauffait le cœur de le savoir. Il aurait préféré ne pas la voir plutôt que la mettre en danger, ce qu’elle aurait pu prendre très mal si elle ne voyait pas le sens qu’il mettait derrière cela. Il était adorable et définitivement une belle personne. Elle n’en revenait pas de connaître quelqu’un comme lui. Elle avait tellement perdu foi en l’humanité pendant si longtemps… D’abord avant de rencontrer Oliver. Puis après qu’il l’ait abandonné. Puis elle avait rencontré Kale, qui lui avait fait une nouvelle fois remonter la pente. Elle était prête à une nouvelle vie et à une confiance en l’être humain, du moins une moins grande méfiance, et voilà qu’il se faisait tuer… Puis elle rencontrait Tony. Ce n’était pas pareil, chaque situation était totalement différente, mais chacun à sa manière l’avait aidée à reprendre foi. Tony semblait y arriver rapidement, peut-être parce qu’il avait ça en lui, ou peut-être parce qu’ils partageaient quelque chose de fort depuis la St-Valentin, en plus qu’il soit quelqu’un de bon. Elle n’en savait rien, mais ça l’aidait beaucoup et elle espérait vraiment un jour pouvoir le lui faire comprendre.

Elle hocha la tête lorsqu’il proposa de l’accompagner si sa moto avait deux places. En fait, elle était carrément rassurée de ne pas retourner seule chez elle et les Pokémon de Tony ne faisaient qu’appuyer son sentiment de sécurité. Elle ne pensait pas avoir affaire à qui que ce soit ce soir, mais sait-on jamais. Elle n’avait aucune idée de quoi David était capable et ne serait pas étonnée de voir certains de ses collègues Plasma la prendre en chasse. Ou plutôt, ex-collègues. Si elle doutait déjà un peu de l’organisation depuis quelques mois, elle était maintenant bien sûre et certaine qu’ils n’étaient tous que de sombres connards pas meilleurs que les sbires des autres teams. Rocket, Aqua, Galaxy, Plasma, … au final, c’étaient tous les mêmes. Des salauds qui profitaient des pokémon, des humains et de tout ce dont ils pouvaient soutirer quelque chose. Du coup, elle était bien contente que Tony se propose de venir avec elle. « Aucune idée non plus, mes Pokémon sont pas tellement puissants et je suis pas trop douée là-dedans, mais si tu veux bien m’accompagner… je dirais pas non. Je t’avoue que ça me rassure pas mal de ne pas retourner seule chez moi. » Elle allait devoir réfléchir aux affaires qu’elle allait prendre, mais elle s’en occuperait plus tard. C’était vraiment gentil de sa part d’accepter tout ça et de l’aider. « J’ai vraiment l’impression d’abuser et de profiter de toi… J’aimerais quand même que tu saches que c’est pas le cas. Je te revaudrai ça, j’te le promets. » Elle le fixa d’un regard mi suppliant mi reconnaissant, espérant qu’il comprenne bien qu’elle n’était de loin pas venue avec l’intention de profiter de son statut et de la puissance de ses Pokémon. Elle voulait juste le voir et passer une bonne soirée avec lui. Que les choses aient tourné comme ça… C’était de sa faute, clairement, et elle s’en voulait beaucoup, mais ce n’était pas fait exprès. Elle aurait préféré le laisser en-dehors de tout ça.

Lorsqu’il parla de sa copine, Elune eut un pincement incontrôlé au cœur. Il avait peut-être réussi à faire son deuil depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus, mais elle restait sa copine et il l’aimait indéniablement encore énormément. « C’est très bien. » Elle tenta de maîtriser ses sentiments et fut de toute manière trop prise dans ce qu’il était en train de raconter pour rester concentrée dessus. Sa copine traînait apparemment dans quelques affaires un peu louches et avait toujours fini par s’en sortir, jusqu’au jour de son accident. Elune ne savait pas quoi répondre, mais elle n’eut de toute manière pas besoin de dire quoi que ce soit car Tony continua sur sa lancée en la menaçant presque d’appeler à l’aide à quelqu’un sous peine qu’il lui arrive des choses horribles. Pour le coup, son ton et la dureté de ses mots et de ses exemples lui firent peur. Plus il en ajoutait, plus elle se sentait mal et plus elle se rendait compte à quel point elle avait merdé de A à Z. Elle commença à comprendre l’ampleur de la situation, même si elle en avait déjà une petite idée. Et si elle finissait par tuer David avant qu’il ne la tue ? L’idée des années en prison la fit frissonner et elle se mit à trembloter à l’idée de recroiser un quelconque Plasma. Tony avait raison. Et elle, elle était dans la merde. Elle avait envie de craquer et de pleurer un bon coup. « Mais je suis plus forte que ça. » La boule au ventre, elle retint ses larmes, posa ses coudes sur la table et prit sa tête entre ses mains. « C’est la merde, c’est vraiment la merde ! » Et il lui fallait autant de temps pour le réaliser ?

Il continua sur sa lancée, mais lui proposa à nouveau une alternative. Il connaissait quelqu’un, un certain Evans, qui pourrait peut-être l’aider. Il le connaissait apparemment plutôt bien, même s’ils se détestaient, et il lui affirma qu’elle pourrait lui faire confiance si elle lui déballait toute son histoire. Mais avait-il seulement envie de les aider ? « Mais… s’il te déteste… ? » Outre ce détail, l’option lui paraissait plus réalisable que celle de porter plainte auprès de la police de Rosalia. Il faudrait qu’elle raconte absolument tous les détails de cette sordide enquête à un parfait inconnu, mais à part ça… Si Tony était certain que cet Evans était quelqu’un sur qui elle pouvait compter, pourquoi ne pas commencer par là. Il lui fallait indéniablement de l’aide et pour le moment, c’était la meilleure idée qu’on lui ait proposée. Elle avait tourné en rond pendant deux jours dans l’espoir de trouver une solution, en vain. Alors maintenant qu’il y en avait une qui s’offrait à elle…. « Ok. S’il veut bien nous aider… » Elle corrigea sa faute instantanément. « S’il veut bien m’aider, c’est cool. J’espère qu’il aura un peu de temps devant lui parce que les dossiers que j’ai ne sont pas minuscules. » Et du coup, elle espérait au passage que Tony aussi aurait du temps pour ça. « Tu vas pas mal être occupé avec cette histoire de commémoration, donc si tu veux, si t’es pas trop fatigué ou quoi, je pourrais te montrer tout ça ce soir. Si tu vois de tes propres yeux ce que j’ai vu… peut-être que t’arriveras plus facilement à inciter Evans à nous aider. » Une bouffée de chaleur l’envahir à l’idée de tout révéler à Tony. Comment allait-il réagir en voyant ce qu’il y avait sur Pandora ? En apprenant qu’il y a quelques jours encore, elle faisait partie des Plasma ? Que Kale lui-même y œuvrait depuis des années ? Elle avait peur. Peur qu’il n’accepte pas et qu’il finisse par la fuir et la chasser de sa vie. Elle le comprendrait, évidemment, mais elle avait mal rien que d’y penser. Elle n’avait aucune envie de tirer un trait sur lui.

Leurs plats finirent par arriver et Elune lui souhaita un bon appétit. « Tu vas peut-être encore penser que je suis parano, mais je pense qu’on a vraiment meilleur temps d’attendre d’être seuls pour continuer à parler de cette histoire. Même ici… je sais que y’a probablement personne ici qui nous écoute ou quoi que ce soit, mais on sait jamais. » Elle n’avait plus vraiment faim mais se força à avaler au moins la moitié de son assiette. Elle avait envie d’en finir vite. « Je suis désolée, je me presse un peu alors que je devrais profiter. » La nourriture était excellente et le fait pur de dîner avec Tony aurait dû être un moment d’exception, mais au vu de la situation rien n’était aussi simple. « Je voulais quand même te dire merci de m’avoir invitée à sortir et à te revoir. Je n’avais jamais testé le restaurant du casino, ni même le casino d’ailleurs, et c’est vraiment délicieux. Je peux juste pas… Ouais, je peux juste pas faire comme si de rien n’était et profiter, comme ça. » Elle était certaine qu’il pouvait comprendre. Il avait l’air de ne pas vouloir s’attarder trop longtemps ici non plus.

Ils finirent leur repas et sortirent du casino après qu’Elune ait insisté pour au moins payer sa part. Il était déjà plus que cool de l’aider avec ses histoires, il n’allait pas non plus l’inviter dans un restaurant chic sans qu’elle ne participe un peu. Ils se retrouvèrent rapidement sur le parking et Elune enfila ses gants et son casque avant de monter sur sa moto. « Prêt ? Désolée, j’ai pas de deuxième casque, mais le chemin n’est pas trop long. »





avatar fait par Kô, merci encore ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2348

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Mer 30 Aoû - 8:54
Le soulagement. C'était sans doute le mot qui retranscrivait le plus l'état dans lequel il était quand elle décida d'accepter sa suggestion de venir avec elle à Rosalia pour aller chercher ses affaires et ses Pokémon. Le soulagement, mais avec un peu de peur, malgré tout. Cette même peur primaire et instinctive à chaque fois qu'il mettait sa vie en danger. C'était normal de ressentir ça et de l'écouter, de la part d'un être vivant, mais il se faisait violence pour ne pas rétracter son offre. Cette année, il avait déjà risqué sa vie par trois fois pour les autres, dont une il n'y a pas si longtemps que cela, en plus. Continuer ainsi, ce serait sans doute pousser un peu trop sa chance, mais il faisait un effort pour ne pas penser à tout ça. Trop y réfléchir, ça ne faisait qu'accentuer l'angoisse qu'il pouvait ressentir. Dans ces moments-là, il fallait parfois une petite dose d'inconscience, pour réfléchir, et il en avait bien besoin, en ce moment. Mais d'un autre côté, l'entendre parler lui faisait du bien et lui donnait l'impression qu'il avait eu raison d'avoir rappelé cette jeune femme et de la revoir. Elle était franche, mais elle culpabilisait aussi un peu de devoir l'entraîner dans tout ça. Son regard voulait tout dire, là-dessus.

« Pas besoin. » répondit-il simplement quand elle lui promit qu'elle lui revaudrait ça. « Si j'avais pas envie de t'aider, je l'aurais pas fait. J'attends rien en retour. »

Et puis, elle aurait fait la même chose pour lui. Il ne lui avait pas dit, mais il en avait l'intime conviction. Parce qu'Elune devait être ce genre de personne à se plier en quatre pour quelqu'un qui comptait véritablement pour elle. Elle l'aurait sûrement fait pour son copain décédé, en tout cas. Peut-être même pour celui qu'elle avait eu avant, aussi, même si cela n'avait visiblement pas été réciproque. Tant pis pour lui, en un sens, s'il n'avait pas été capable de se rendre compte d'à quel point cette personne était aussi précieuse qu'une perle rare. A quel point elle aurait pu faire beaucoup de choses pour lui, comme elle l'avait fait pour la rockstar alors que ce n'était que la deuxième fois qu'ils se voyaient. Deux fois seulement, c'était peut-être un moyen pour la vie de lui montrer que tout n'était pas perdu d'un point de vue sentimental. Jusqu'ici, son existence avait toujours eu un but caché pour des gens qui souhaitaient faire ce qu'ils voulaient de lui. Maintenant qu'il avait davantage de contrôle dessus – même s'il avait désormais de nouvelles obligations, étant donné que Zack et Rex n'étaient plus là pour surveiller quoi que ce soit – il pourrait peut-être croire en quelque chose qui durerait plus longtemps et qui serait encore plus fort que ce qu'il avait jamais vécu ? Non. C'était s'emporter. La vie n'était pas un conte de fées ou un film, même si beaucoup, et lui y compris, auraient aimé que ce soit le cas.

C'était sûrement pour cette raison qu'il avait été, sans le vouloir, un peu plus dur que ce qu'il avait escompté. Elune était perdue, et ça se voyait. Peut-être qu'elle avait cette dose d'inconscience à laquelle le Maître Coordinateur avait pensé plus tôt, après tout, car lui parler de tout ça avait l'air d'avoir l'effet d'un coup de massue sur sa tête. Ou peut-être était-ce simplement parce qu'il était plus vieux qu'elle de presque dix ans et qu'il avait donc un mode de pensée légèrement différent à cause de ses expériences. L'âge n'avait toujours grand-chose à voir avec l'affaire, mais il fallait croire que c'était le cas, cette fois-ci. Mais ce n'était pas pour autant qu'il allait la laisser ainsi. Elle comprenait que ses actes avaient des conséquences, et cela avait l'air de lui avoir servi de leçon. Pas besoin de faire plus que ça, d'autant plus que cela la convainquit de parler à Evans, au moins, même si elle avait des doutes sur le succès de cette opération étant donné la relation que Tony et lui partageaient. Sauf qu'Evans, quoiqu'on en dise, était un vrai flic. Un flic qui, au fond, voulait faire ce qui était juste, pas se trouver un job de planqué. C'était pour cette raison que sa femme l'avait viré de chez lui, après tout.

« Si tu veux que ça reste entre lui et toi, c'est toi qui voit. » voulut-il malgré tout lui faire comprendre quand elle se proposa de tout lui raconter pour l'aider à le convaincre. « Mais pas de problème, ça sera sans doute mieux. Pour ça, il fait bien son boulot, il croit que ce qu'il voit et il lâche jamais l'affaire, ça vaudra toujours mieux qu'un témoignage. »

Une qualité pour ce genre de métier, même si cela lui avait valu bien des pensées indécentes à son égard. Depuis qu'il avait failli lui casser la gueule, il s'était retenu un nombre incalculable de fois de présenter son visage à son poing. Surtout que ce connard avait la réplique facile et qu'il n'arrangeait jamais vraiment les choses, même quand Axelle leur demandait de se comporter comme des adultes de temps en temps.

Ses rêveries s'effacèrent cependant quand leurs plats arrivèrent et qu'ils commencèrent à manger… même si parler de tout ça leur avait fait perdre une grande partie de leur appétit. Forcément, à cause de l'angoisse. Le corps humain pouvait décidément être rempli de contradictions, finalement. L'angoisse leur coupait leur envie de manger, alors qu'ils devaient justement prendre suffisamment de forces pour pouvoir affronter de tels événements. Alors Tony se força lui aussi, avant qu'Elune ne lui fasse justement remarquer qu'elle ressentait la même chose que lui.

« J'allais te dire qu'on devrait pas prendre de dessert. » signala-t-il. « On est déjà resté pas mal de temps ici, autant éviter de s'attarder. »

Elle souligna cependant que la nourriture était excellente et qu'elle avait véritablement apprécié de l'avoir revu, et qu'elle était désolée de ne pas avoir pu en profiter pleinement dans les circonstances actuelles, un sentiment qu'il partageait lui aussi.

« Quand ça sera terminé, on y retournera pour trinquer à la fin de cette sale histoire. » suggéra-t-il en lui souriant. « Ça apprendra à ce salopard qu'il fallait pas foutre en l'air nos retrouvailles. »

Aussitôt terminés, ils quittèrent leur table et payèrent chacun leur part de la note – la jeune femme avait insisté pour le faire, mais Tony n'avait rien dit parce qu'il considérait que ce genre de choses était le cadet de ses soucis vu ce qu'ils étaient en train de vivre – et sortirent immédiatement du bâtiment pour retrouver la moto de la Dresseuse. Elle s'installa et démarra l'engin tandis que la rockstar s'assit derrière elle, même si elle déplorait le fait qu'elle n'ait pas de casque à lui donner. Mais à vrai dire, ce n'était plus tellement un problème. Il avait déjà fait ça plusieurs fois avec son ex-copine, et à une vitesse probablement bien plus élevée que ce que cette bécane pouvait faire dans les rues de Volucité. Il garda cependant la réflexion pour lui et lui fit signe qu'il était prêt après s'être blotti contre la conductrice. Cette proximité… Ce n'était pas le moment de penser à ça, mais il fallait se rendre à l'évidence : cela lui avait atrocement manqué et il était content de pouvoir profiter de ça, même si d'autres raisons pour cela auraient été largement préférables. Sans doute était-ce parce qu'il ne savait pas comment les événements allaient se terminer et qu'il souhaitait donc être le plus proche d'elle possible ?


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1832

Région : Johto
Lun 4 Sep - 14:02

Undo you

« Il est adorable. » C’était la pensée qui revenait le plus souvent résonner dans sa tête lorsque Tony lui répondait ou lui faisait part de son avis. Il était compréhensif, bienveillant et cherchait comme elle à trouver la meilleure solution pour résoudre ses problèmes alors qu’il ne s’agissait de loin pas des siens. Malgré la situation, malgré le fait que ce n’était pas la meilleure soirée qu’ils pourraient passer tous les deux par sa faute, elle était soulagée et heureuse d’être à ses côtés. Elle n’avait voulu alerter ni inquiéter personne, mais il faut dire qu’un soutien était toujours le bienvenu, surtout s’il s’agissait de plus que de simples mots d’encouragement. Il prenait la chose à cœur et pour Elune, c’en était courageux et admirable. Une preuve qu’il tenait à elle malgré le peu qu’ils se connaissaient et que cette soirée n’était pas qu’une promesse qu’il devait tenir sans avoir l’envie à côté. C’était difficile à croire, difficile de penser qu’une célébrité pouvait s’occuper de la vie insignifiante d’une dresseuse en herbe, mais voilà, c’était le cas. Pour le plus grand bien d’Elune.

Ils désertèrent le restaurant en vitesse, à leur plus grand soulagement. Non pas que la nourriture était mauvaise, bien au contraire, mais ils avaient d’autres choses à penser qui leur nouaient le ventre. Une fois sur sa moto, elle la démarra et attendit que Tony s’installe derrière elle pour partir. Lorsqu’il enroula ses bras autour de sa taille, la tenant fermement pour ne pas tomber en route, une vague de chaleur envahit la jeune femme qui en fut déstabilisée l’espace d’un instant. Elle se reconcentra rapidement et prit la route en direction de Rosalia. Ça lui faisait bizarre de rouler avec quelqu’un derrière elle. Elle n’en avait clairement pas l’habitude. Elle avait rarement pris April pour une balade de temps à autres, mais ça s’arrêtait là. Autrement, jamais personne n’était monté à l’arrière. C’était… oui, étrange. Elle aimait conduire seule, se sentir libre et ne risquer que sa propre vie si elle faisait une connerie. Mais avoir un passager, surtout s’il s’agissait de Tony, n’était pas non plus désagréable. Une présence, surtout dans ces instants flous et dangereux, était rassurante et bonne à prendre. Elle roulait juste plus prudemment, même si elle ne respectait pas les limites de vitesse afin d’arriver le plus vite possible à son appartement. Elle n’avait pas tellement envie de les tuer tous les deux alors que c’était clairement le but de la soirée. Ne pas mourir jusqu’à arriver à un endroit sécurisé.

Ils arrivèrent vers l’appartement d’Elune sains et saufs. Elle arrêta sa bécane juste devant l’immeuble et attendit que Tony descende pour faire de même et enlever son casque. Elle se secoua rapidement les cheveux et entra dans le bâtiment avant d’atteindre la porte de son appartement. Elle stagna quelques secondes. « Voilà… on est devant chez moi. Je vais juste récupérer quelques trucs, on fera pas long. » ça ne lui avait rien fait jusqu’à présent mais maintenant qu’elle était sur le point de pénétrer dans son appart en compagnie de Tony, elle commençait à stresser. Une rockstar chez elle. Uniquement pour quelques minutes, d’accord, mais tout de même. C’était son espace, ses odeurs, son arrangement, sa vie, ses Pokémon. C’était toujours un peu spécial d’emmener quelqu’un chez soi, que cette personne découvre l’intérieur et la juge d’un œil critique. Ça la mettait un peu mal à l’aise, mais elle n’avait pas le choix. Elle déverrouilla et entra avant d’allumer la lumière. Ils arrivèrent directement dans le salon. Cole l’attendait de pied ferme et elle prit le Pokémon dans ses bras sans attendre. « Oh, mon p’tit bébé… » Elle le serra contre elle et se tourna vers Tony pour faire les présentations. « Je te présente Cole, mon Héricendre. Impossible de me séparer de lui. Cole… C’est Tony. Un pote à nous, ok ? » Le Pokémon hocha la tête pour acquiescer, mais semblait curieux de voir une nouvelle tête. Elune le garda dans ses bras en avançant près du canapé. « Bon, il faut que je prenne les pokéball et que Pink, Floyd, Shiva et Gobou viennent avec moi. Je demanderai à ma sœur de s’occuper des autres ou de les prendre chez elle un moment. Elle les aime beaucoup, c’est réciproque et ce sont ceux qui peuvent se débrouiller seuls. » Sur le pas de la porte de la cuisine se trouvait Cizayox, qui regardait les deux humains de ses yeux indéchiffrables. Elune sentit sa présence et se tourna vers lui. « Hello, Stone. J’ai quelque chose d’important à faire, est-ce que tu peux veiller sur les autres avant que ma sœur arrive ? » Elle n’était pas sûre de sa réponse. Il était très mystérieux et très solitaire. Il sembla hésiter un instant, ne faisant aucun geste, mais finit par acquiescer. Elune le remercia, soulagée. Avec lui dans les parages, elle savait qu’il ne pourrait rien arriver aux autres. Elle allait se diriger dans le bureau quand elle s’arrêta pour faire face à Tony. Avec ses pensées qui essayaient de s’organiser et tout ce qu’elle prévoyait, elle avait presque oublié qu’elle avait un invité et qu’il avait son mot à dire. « Euh, ça te dérange pas, en fait, que je les prenne tous ? C’est juste qu’ils sont encore petits et j’ai peur de les laisser… » Et aussi parce qu’elle était plus rassurée à leurs côtés et qu’elle avait besoin de leur amour pour se sentir bien. « Je suis désolée, je devrais te faire visiter et tout ça, mais bon. Enfin tu vois. Mais si tu veux, hésite pas à te balader pendant que je récupère les autres Pokémon. » Elle se dirigea donc vers le bureau et comme prévu, les autres Pokémon y étaient. Certains dormaient, alors elle se fit silencieuse et rappela ceux qu’elle avait prendre avec elle dans leur pokéball respective.

Elle revint dans le salon et se dirigea à présent dans sa chambre. Elle y pénétra et ouvrit son armoire pour y prendre un sac et le fourrer de quelques vêtements et sous-vêtements pris au hasard. Elle embarqua aussi son ordinateur portable et la clé USB. Elle n’avait pas le temps de faire un tri soigné. Elle alla ensuite à la salle de bain et récupéra également l’essentiel. Elle ne s’attarda pas plus longtemps et rejoignit Tony. « Je crois que c’est bon. J’ai tout ce qu’il faut. » Elle jeta encore un œil aux alentours, mais pensa n’avoir rien oublier. « Si tu es prêt à y aller, alors moi aussi. Il faudra juste me montrer le chemin. »





avatar fait par Kô, merci encore ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2348

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Mer 6 Sep - 19:49
Il regrettait que tout cela ne dure qu’un temps. Que ce soit dans de telles circonstances que les choses se déroulent. Que ce soit juste passer un bon moment au restaurant, aller à son appartement ou juste rouler sur la route à une vitesse un peu plus élevée que celle qui était autorisée. Il sentait à quel point son dos était raide, comme si elle était crispée à cause de tout ça. Et lui ne devait pas forcément être mieux, rétrospectivement. Tout le monde ne voyait pas risquer sa vie comme un jeu, après tout, et le duo en faisait partie. Et quand ils furent enfin arrivés à Rosalia, près de l’appartement d’Elune, c’était encore pire. A peine était-il descendu que Tony était aux aguets et fixait tout ce qui pouvait être suspect à ses yeux, le regard rivé sur les environs et tournant la tête autant que possible sans avoir l’air trop paniqué, ce qui, au passage, ne devait sans doute pas être une réussite quand on était trop proche de lui.

Il observa la jeune femme au moment où elle prit la parole et qu’ils furent à quelques centimètres de la porte de son appartement. Par réflexe, la main de Tony se porta vers sa ceinture, où trainaient ses Poké Balls. La porte ne semblait pas avoir été crochetée… L’agresseur pouvait-il avoir un double des clés ? Probablement pas, sinon elle ne se serait pas lancée comme ça ou alors il l’aurait déjà appelée pour lui faire comprendre qu’il tenait ses Pokémon en otage.

« Ça va aller. » l’encouragea-t-il, pour tenter de la rassurer.

Il disait ça tout autant pour elle que pour lui-même, en réalité. Mais les choses allèrent tout de suite mieux dès qu’ils entrèrent dans ce qui semblait être le salon de l’appartement de la jeune femme. Dès lors qu’ils furent arrivés, Elune se précipita vers un de ses Pokémon qui semblait l’attendre, un Héricendre qui ne devait pas être très âgé. C’était donc bel et bien ça, elle n’était pas une Dresseuse très expérimentée si elle avait encore son Pokémon de départ au stade de base. Pas étonnant qu’elle avait peur pour eux.

« Enchanté, Cole. » le salua-t-il sur ton qu’il voulait rassurant, avant de se tourner vers Elune. « Je vais mettre quelqu’un près de la porte, prends tout ce qu’il te faut. »

Il dégaina la Poké Ball contenant Dean et fit apparaître le Magnézone devant eux. Tony lui expliqua rapidement la situation, ce à quoi le Pokémon Aimant répondit par quelques bips que la rockstar décida d’interpréter comme étant un acquiescement, vu qu’il se dirigea vers la porte sans montrer le moindre signe de mécontentement du regard. Le Maître Coordinateur se détendit légèrement, content de voir qu’il pouvait un peu maîtriser la situation en attendant que tout ne finisse par se calmer et qu’ils rentrent à l’hôtel.

Il écouta Elune parler, autant à elle-même qu’à son attention. Pas de doute, elle devait être tout aussi fébrile. Il ne savait pas à quelles espèces appartenaient les Pokémon qu’elle citait, mais il était clair que, selon, elle, ils ne pourraient pas vivre seuls si elle n’intervenait pas, et que c’était ceux dont il fallait s’occuper en priorité. Mais une fois rentrée dans la cuisine, elle se détendit à son tour, davantage soulagée, soudainement. Tony ne mit pas à longtemps à comprendre pourquoi : il y avait un Cizayox à l’intérieur. Il ne connaissait pas trop cette espèce, mais de ce qu’on lui avait dit, ils possédaient beaucoup de similitudes avec les Scalproies qu’on trouvait à Unys, ce qu’il pouvait déjà un peu mieux imaginer, même s’il était loin d’apprécier suffisamment les Pokémon pour les étudier. Mais de ce qu’il avait vu dans les films, ils faisaient de bons gardes du corps. Peut-être que finalement, elle n’était pas si inexpérimentée qu’elle en avait l’air ? Il n’en savait trop rien, mais avec autant de Pokémon incapables de se débrouiller tout seul, il la comprenait malgré tout : un Cizayox pourrait sans doute en protéger la plupart, mais pas la totalité. Et puis, ce n’était pas avec des pinces pareilles qu’il allait pouvoir leur préparer à manger correctement. Ce qui expliqua pourquoi elle lui demanda si elle ne pouvait pas plutôt tous les emmener à l’hôtel, afin de s’assurer qu’ils soient tous en sécurité.

« Oui, évidemment. » acquiesça-t-il. « Je crois que c’est mieux même, je sais pas si tu connais ton assassin, mais il est peut-être au courant que t’as une sœur ? Surtout si elle habite pas très loin… »

Il ne voulait pas faire de scénario catastrophe. Mais dans ce genre de situation, il fallait envisager toutes les possibilités. Quelqu’un voulait se débarrasser de son ancienne valentine et il n’hésiterait sûrement pas à chercher à l’atteindre d’une manière ou d’une autre. C’était ainsi qu’il tentait de raisonner, en tout cas.

« Et puis, t’inquiète pas pour tout moi. » poursuivit-il quand elle s’excusa de ne pas pouvoir l’accueillir chez elle en de meilleures circonstances. « On repassera un de ces jours, non ? Au moins pour que tu me montres ce que tu sais faire avec ça. »

Il désigna la basse qui se trouvait dans le bureau au fond à gauche du doigt avant de la voir se diriger dans cette direction, justement. D’autres Pokémon semblaient s’y trouver, vu qu’elle revenait avec d’autres Poké Balls avec elle. Elle repartit enfin vers la chambre, la pièce en face de lui, pour aller y chercher d’autres de ses affaires, mais, de manière plus importante, son ordinateur portable ainsi qu’une clé USB. Ce devait être là-dedans que tout ce qu’elle avait à révéler devait être contenu. Voilà qui serait parfait pour Evans. S’il pouvait la recevoir le plus rapidement possible ou s’il pouvait copier tout ça sur son propre ordinateur ou sur celui d’Elune, ce serait parfait. De cette façon, la vérité finirait forcément par éclater.

« Dans ce cas, allons-y. » décida Tony. « Plus tôt on sera parti, mieux ce sera. »

Il fit signe à Dean de se décaler pour ouvrir la porte, sans pour autant le rappeler dans sa Poké Ball. A la place, il en sortit une autre et Mjöllnir se matérialisa devant eux après l’avoir lancée. Le renard au pelage jaune s’ébroua avant de fixer Tony et la jeune femme qui le suivait, avant de prendre un air plus sérieux quand le rockeur commença à tout lui expliquer.

« On fait comme la dernière fois avec l’Agent Bark, d’accord ? » proposa-t-il. « Si tu vois un type louche avec une arme, tu fonces et tu l’arrêtes, il te verra pas venir et Dean est là pour veiller sur nous. »

Il l’expliquait de manière plus explicite pour qu’Elune comprenne sa stratégie, puis décida d’ouvrir la marche à côté de son Pokémon de départ pour être sûr qu’il ne lui arrive rien. Heureusement pour eux, il n’y eut aucun incident jusqu’à ce que tous puissent retourner jusqu’à la moto. Aussitôt, Tony rappela ses Pokémon à l’intérieur de leurs Poké Balls, puis rentrèrent à Doublonville, où ils se rendirent à l’hôtel où la rockstar séjournerait pour la soirée ainsi que pour les deux autres qui suivraient. Et peut-être plus, si Elune le lui demandait ? Il ne se sentirait pas tranquille s’il ne la savait pas en sécurité.

« Comme tu peux le voir, j’ai rangé, cette fois-ci. » plaisanta Tony afin de détendre un peu l’atmosphère après autant de stress. « Fais comme chez toi, surtout. Personne saura que t’es ici. »

La chambre n’était clairement pas aussi grande que l’appartement de la jeune femme, mais c’était au moins fonctionnel, avec la télé et la salle de bains avec douche que l’endroit comportait. De toute façon, la rockstar était là à la base pour faire affaires, pas pour profiter de la vie en dépensant ses Pokédollars n’importe comment. Et puis, il y avait quelques fauteuils et une table basse avec une fenêtre donnant sur la Tour Radio, et depuis l’étage où ils se trouvaient, ce n’était pas plus mal en soi.

« Ça va un peu mieux ? »

Il mourrait d’envie de simplement la prendre dans ses bras pour la rassurer et lui murmurer qu’elle n’aurait plus rien à craindre. Mais le moment était sûrement mal choisi.


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 2) Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Miyuki D. Moon
» Little fairy will shine ✿ ft. Elune Crowley [Capture]
» Help me, I'm alive ► Feat Rylynn Crowley
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Doublonville-