AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» [RP/Solo] Un musicien en vadrouille


avatar
Coordinateur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 09/08/2017
Messages : 14

Région : Kalos
Sam 12 Aoû - 17:35
Partie I- Ecoute cette douce mélodie... Elle te dira qui je suis


La salle est plongée dans l’obscurité, seule une scène en bois se voit accorder le privilège de recevoir de faibles lueurs depuis les échafaudages disposés six mètres au dessus d’elle. En son centre, un homme. Visiblement seul. Dans ses mains se trouve un violon dont on discerne sans mal son âge avancé mais également une propreté sans faille. Nul doute que l’objet est minutieusement nettoyé avant chaque apparition. Autour de l’homme et de son partenaire musical, des bougies au nombre de dix sont disposés à égale distance entre elles. Toutes ces sources de lumière permettent au public d’observer le musicien qui jouait depuis maintenant quarante minutes. Le spectacle arrivait à son terme, encore cinq petites minutes et tous pourront regagner leur domicile. Comme à chaque prestation, un ou deux gus ont quitté la salle au bout d’une demi heure. Sans doute ceux-ci ne sont pas habitués à des concerts trop longs. Dans cette même salle, le nombre de spectateur est plus ou moins de trente. Prestation destinée à un public restreint donc. Chaque spectateur est disposé autour d’une table avec face à lui une assiette dans laquelle on peut trouver des tapas ainsi que du fromage. A proximité immédiate de l’assiette, le célébrissime verre de vin vient parfaire le -léger- dîner.


Le violoniste entonne à présent les dernières notes avec une certaine application. Les yeux fermés, il gesticule comme si la musique et lui ne faisaient qu’un. Il retient son souffle. Ses jambes commencent à trembler et ses cheveux humides à cause de la sueur, lui retombent sur le visage et recouvrent son œil gauche. C’est magnifique, le final est grandiose. L’auteur de la prestation se mordille la lèvre inférieur, victime de cet orgasme auditif. Son bras accélère, il cherche la justesse des notes, éviter la précipitation qui pourrait entacher le tableau. Non, la perfection est de mise, seule la perfection compte. Si une note est fausse, la prestation est ratée. La minutie de ses doigts et impressionnante mais la douleur commence à se faire sentir dans son corps. Qu’importe, encore quelques secondes, les dernières secondes de ce chef d’œuvre… Quatre, trois, deux, un… La dernière note… La plus importante, la cerise, l’ultime touche artistique… Et voilà, c’est terminé, la salle est désormais plongée dans le silence, mais ce dernier ne dure que quelques secondes. Il se voit déchirer par les applaudissements. En première instance, timides, ceux-ci gonflent peu à peu jusqu’à ce que tous se fassent entendre et que le bruit des paumes qui s’entrechoquent couvre la respiration haletante du musicien, puis son soupir de soulagement. La représentation est terminée. Il se lève et s’incline, recevant quelques roses à ses pieds. Puis il se retire en coulisses avec toute la grâce qui le caractérise.


Le musicien n’est autre qu’Alessandro Rosa, originaire de la petite bourgade de Fort-Vanitas. Arrivé à dix huit ans à Illumis pour ses études, le jeune homme y est resté jusqu’à aujourd’hui. Durant son enfance, le garçon suivait des cours de musique en commençant par le violon. Puis ce fût au tour du piano et plus récemment de la guitare. Ce n’est guère étonnant, sa mère était une scientifique réputée en astronomie il y a quelques décennies et puis un jour elle choisi de cesser cette activité pour se concentrer sur la musique. Pianiste hors pair, elle vit aujourd’hui de ses représentations et encourage son fils dans cette voie. Le père est quant à lui fleuriste et s’est fait un devoir sacré de proposer à son enfant une vision de la vie et du monde qui tourne autour de tout ce qui peut être considéré comme beau. Un beau bouquet est alors d’une importance capitale, aussi important qu’une mélodie finement réalisée en amont et jouée avec l’expertise qui convient. Nous ne dirons pas que le jeune adulte est le meilleur musicien de la région, ni qu’il fait partie des trois, cinq ou dix meilleurs. Là n’est pas notre intention. Nous souhaitons simplement vous informer de son indéniable talent et de son souhait de faire partie des plus grands d’ici quelques années (voire quelques mois, qui sait) ?


Revenons en aux coulisses. Après s’être changé et reçu son salaire, Alessandro s’en retourna à son appartement. Les revenus de ses prestations ne sont pas très importants mais suffisent pour vivre convenablement. D’autant plus que ses parents lui envoient une petite somme chaque mois afin de payer le loyer de son petit deux pièces. Ce dernier est extrêmement bien situé, à deux pas de la Place Rouge, on ne pouvait rêver meilleur emplacement quand on est étudiant. Enfin, étudiant… Il ne l’est plus hélas (ou heureusement). En effet Alessandro a obtenu son diplôme final d’Histoire et Géographie il y a quelques mois. C’était une promesse faite à ses parents. Alors que la plupart des jeunes quittent le domicile familiale à dix ans pour parcourir les différentes régions du monde, le musicien fit un pacte avec ses parents. Ces derniers exigeaient que leur fils obtienne un diplôme avant de partir en voyage. En contre partie, ils s’engageaient à lui payer des cours de musique au conservatoire à côté. Autant vous dire que le jeune homme n’avait pas beaucoup de temps pour vagabonder. Son temps libre étant extrêmement réduit, il l’utilisait pour boire un verre avec des amis ou se renseigner à propos des Pokémon et de ces gens qui profitent de leur jeunesse pour voyager.

Apportons davantage de précisions à propos des études. Entre dix huit et vingt trois ans, Alessandro étudiait l’Histoire et la Géographie de Kalos mais également des autres régions. Pendant ce même temps, il assistait à des cours aménagés de musique au conservatoire d’Illumis. Enfin nous pouvons noter que durant les deux premières années de son cursus, il prit comme option les lettres modernes. Cette matière lui apporta ce qu’il cherchait, lire des ouvrages, les comprendre en détail et en écrire la critique afin de déceler ce qu’il y a de plus philosophique et de plus beau dans les lignes des plus grands écrivains. L’écriture, la musique… Bref, l’art en général. Voilà ce qui l’intéresse. Mais Pourquoi ne pas avoir étudier cela alors ? Tout simplement car ses parents exigeaient l’apprentissage d’une science. Et celle qui se rapprochait le plus de la littérature n’est autre que l’Histoire. La Géographie étant liée à celle-ci, le cursus de Lord Rosa était tout tracé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 09/08/2017
Messages : 14

Région : Kalos
Dim 13 Aoû - 0:23

La nuit fût d’une douceur indescriptible. Alessandro laissa les fenêtres ouvertes et depuis sa chambre, il pouvait entendre le bruit des voitures et certaines voix féminines, plus portantes que leurs homologues masculin. Quasiment nu dans son lit, il regardait le plafond et ne pensait à rien. La douce brise qui traversait la ville était en combat constant avec la chaleur du mois d’Août. Chaque nuit, ses assauts aboutissent à une délivrance pour les habitants de la capitale qui n’hésitent plus à sortir prendre un verre ou simplement se promener. Il est pourtant tard mais ceci n’empêche pas les fêtards de se retrouver et de partager du bon temps. Le musicien poussa un soupir, qu’est ce qu’on est bien comme ça… Il étala son bras à côté de lui sur la deuxième place de son lit double. Elle n’était pas là. « Elle », c’est Eloïse, sa dernière copine, ou « petite copine » pour les plus vieux d’entre vous. Ils ont rompu il y a deux semaines et la solitude est pesante d’une certaine façon. Les deux amants ne s’aimaient pas vraiment, c’était une amourette qui dura quelques mois… Mais quels mois… Évidemment ça lui manque. On ne peut que le comprendre. Pour autant la vie continue et comme le dit maman : « il y en aura plein d’autres ! ». Ne vous cachez pas, je sais très bien que votre maman vous le disait aussi petits cachottiers ! Souvenez vous quand Laura de 5eB vous a dit non… A qu’est ce que c’était dur… Heureusement que votre mère était là, heureusement que nos mamans ont toujours les bons mots. Aaah sa mère à lui… A Alessandro. Cela doit bien faire deux mois qu’il n’est pas allé la voir à Fort-Vanitas. Pourquoi ne pas y aller demain ? En prenant les transports, il peut y être en quelques heures et y passer quelques jours, voire une semaine. C’est en pensant à cela que le jeune homme ferma ses yeux et se laissa bercer par Morphée.


Le réveil ne fût pas simple… Quand il ouvrit les yeux le Soleil était déjà haut dans le ciel et la chaleur était de retour. Etait-elle venue à bout de la brise avec facilité ? Nous n’en saurons rien. Après s’être longuement étiré sous les draps et après avoir émergé avec la même volonté qu’un légume, notre petit être extravagant ferma les fenêtre et se fit à manger. Quelques viennoiseries, un verre de lait et un café suffiront. Après quoi il lui fallu quelques minutes pour faire sa valise et fermer à double tour la porte de son appartement pour ensuite se diriger vers la gare routière. La traversée de la route n’est pas vraiment longue ou difficile et finalement les voyageurs arrivèrent à leur destination à l’heure prévue. La bourgade est loin d’être imposante, aussi Alessandro ne tarda pas à trouver la maison familiale. Une maisonnette sans prétention avec un jardin parfaitement taillé et bien entretenu. Du lierre montait sur un mètre jusqu’aux premières fenêtres donnant sur le salon et la cuisine. Le garçon poussa le portillon et s’arrêta quelques minutes dans le jardin pour humer le parfum des fleurs et passer ses doigts sur l’écorce d’un des deux arbres que comptait la propriété. Les Passerouges chantaient et on pouvait en discerner quelques uns dans les branches. Affichant un sourire niais mais décontracté, Alessandro poussa la porte de la maison et immédiatement une odeur de gâteau au citron lui sauta au visage comme une évidence. Ils l’attendaient ! En réalité, nous sommes davantage proche d’une coïncidence que de la science infuse mais qu’importe.


Ses parents étaient là. Son père cuisinait tandis que sa mère regardait les informations tout en installant de nouveaux rideaux. Leur ouïe fine leur permirent d’entendre la porte et immédiatement ils s’affairèrent à embrasser leur grand garçon. Ils échangèrent des civilités, Alessandro proposa son aide pour accrocher les rideaux tandis que son père se hâta de finir la confection du dîner. Ce dernier devait être servi dans la demi heure ! Le déjeuner promet d’être riche en histoires et nouvelles… Le jeune diplômé n’est alors pas prêt d’apprendre ce qu’il va recevoir en ce jour…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 09/08/2017
Messages : 14

Région : Kalos
Dim 13 Aoû - 12:00


L’odeur de la nourriture emplissait le rez de chaussée, le paternel ouvrit la fenêtre de la cuisine afin de faire profiter les voisins de ce succulent parfum. Ou tout simplement pour éviter qu’il n’emplisse les chambres à l’étage. Libre interprétation. Après avoir accroché les rideaux, mère et fils mirent le couvert dans la salle à manger. Finalement chacun avait une tâche bien définie et comme par miracle, dès que l’un eut terminé sa besogne, les autres en voyaient le bout. Aussi, Alessandro se pressa de placer les derniers verres tandis que son père remplissait les assiettes de ratatouille. La petite famille pu enfin se poser et les discussions commencèrent. Premièrement les études, elles étaient enfin terminées et le diplôme qu’avait obtenu leur enfant allait lui permettre de trouver un emploi plus ou moins tôt. Mais le jeune homme n’aspirait pas à se poser dans un bureau aujourd’hui. Prenant son courage à deux mains il exposa à ses parents son désir d’explorer le monde et de faire comme tous ces jeunes adolescents et adultes qui partent chaque année par vague. Sans aucune surprise, sa mère fit une grimace tandis que son père baissa le regard. Ça ne leur plaisait pas, eux qui n’avaient jamais tenté ce voyage ils ne comprenaient pas l’intérêt que leur enfant éprouvait. Mais tel était le deal et revenir en arrière est impossible car parole donnée doit être respectée.


Sa mère tenta d’esquiver le sujet en parlant de la capitale mais rien n’y fait, Alessandro ne les lâchaient pas. Il voulait une réponse aujourd’hui, à ce moment précis, argumentant en sa faveur en citant comme référence de grands noms. Son père se rangea peu à peu de son côté et bientôt ils se retrouvèrent à deux contre la figure maternelle. Cette dernière céda à son tour mais demanda à son fils de ne pas abandonner la musique et de trouver du travail à son retour. Le jeune extraverti ne pu retenir un sourire et il se jeta dans les bras de ses parents en les remerciant. Toutefois il lui manquait quelque chose… Un starter et des objets. Son père lui promit de lui offrir tout ce dont il a besoin dans trois jours. « Trois jours ?! » me direz vous sur un air étonné. En réalité le Pokémon est déjà tout trouvé et « ranger » bien au chaud dans la chambre du couple. Quant aux objets, il suffit d’aller au centre Pokémon de la ville pour en acheter. Ainsi donc tout n’est plus qu’une question de temps…


Et en effet, trois jours plus tard le couple se réunit dans la salle à manger tôt le matin pour parler entre eux du voyage de leur fils. La PokéBall et les objets de première nécessité sont posés sur la table. Dans une heure le musicien devrait émerger de son sommeil. La mère, très protectrice, ressentait évidemment de la peur pour son « petit bébé » mais l’oiseau doit quitter le nid… C’est dans l’ordre des choses. Elle devait se faire à cette idée. Aussi quand Alessandro posa le pied dans le salon, il ne pu cacher sa joie. Comme chacun l’aurait fait, il câlina ses géniteurs et détailla du regard ses « cadeaux ». Commençant par les objets. Tout ce qu’un dresseur a besoin, PokéBalls et potions ! Parfait. En plus de cela se trouvaient un jeu de cartes, une trousse de soin destinée aux humains et des PokéDollars. Enfin… la PokéBall. Avant de l’ouvrir, son père l’interpella. Il lui expliqua que ce Pokémon a été attrapé par l’oncle d’Alessandro près d’Auffrac-les-Congères et que cela fait maintenant quatre mois qu’ils en sont en sa possession. Aussi le paternel exigea, plus qu’il ne quémanda à son enfant d’aller le remercier quand il y passera. Plus une seconde à perdre, Alessandro ouvrit la PokéBall et dans une lumière aveuglante apparu Minidraco, son Starter. Ni une, ni deux, le surnom était tout trouvé : Achille.


Après une grosse heure de papouilles à son nouveau compagnon et de remerciements envers ses parents, il prépara son sac à dos, ne prenant que le minimum (smartphone, écouteurs, jeu de cartes, trousse de secours, sac de couchage, nourriture et affaires de toilette). Il était fin prêt, la tension est à son comble… Que le voyage commence...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Viorion Tanaely [Archer & Musicien]
» présentation Bob Solo [Validée]
» La grande vadrouille
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)
» Rompre la solitude (Solo acquisition Kuchiyose)

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Illumis-