AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Il faut se rendre à l'évidence


Côme Potte
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 02/11/2013
Messages : 1823

Région : Sinnoh
Mar 8 Aoû - 13:16
L'entraînement du jour s'est plutôt bien passé. Côme sent que ses compagnons touchent au but. Proust est devenu vraiment très puissant, Sedna apprend à lâcher ses coups même si elle préfère jouer les tanks, Clio arrive à canaliser son énergie pour jouer les snipers et Duras est fidèle à elle-même : la Démolosse a le combat dans le sang. Le blond a confié l'entraînement de Draby à Maxyne qui fait des merveilles. Finalement, il n'y a que Waneta, la petite Rapion qui a du mal à suivre le rythme. Elle est très intelligente, cela ne fait aucun doute, c'est une tacticienne née. Mais en force brute, elle est encore très fragile et cela l'empêche de s'entraîner avec les autres membres de l'équipe. Côme sait qu'il devrait lui dédier un entraînement personnalisé mais entre ses prochaines nouvelles fonctions de ranger, l'entraînement des autres pour la Ligue et tous les à-côtés de la vie quotidienne, il ne trouve pas beaucoup de temps. Et quand il le trouve, il a du mal à savoir comment diriger l'entraînement pour renforcer son petit scorpion monochrome. Après tout, il n'a toujours été accompagné que de pokémons globalement très puissants. Parfois même au point d'être des bourrins. Tout ce qu'il a eu à faire entre guillemets avec eux, c'est les diriger et leur apprendre un peu de stratégie (qu'il a lui-même apprise sur le tas et en observant beaucoup Sigrid et Maxyne faire). Peut-être qu'il n'est pas le mieux placé pour se charger de l'entraînement de sa Rapion, il faut se rendre à l'évidence. Il est sans doute temps pour Côme de prendre le Tauros par les cornes : s'il refuse d'accepter ses lacunes en matière de dressage, il risque de prendre beaucoup de retard sur l'entraînement général de ses pokémons et il ne peut pas se permettre de se rendre à la Ligue Pokémon sans une équipe pour le moins homogène en terme de puissance.

Allô ? La voix de Jo le fait sourire. Il ne l'a pas entendue depuis un bon moment mais ça ne fait rien, il la reconnaîtrait entre mille.
Hey c'est Côme ! Il peut presque entendre son sourire à l'autre bout du fil. Ils se racontent leur vie respective pendant un bon bout de temps. Son amie n'avait plus d'internet ni de téléphone pendant un long moment mais le tout est enfin rétabli et les voilà qui peuvent se recontacter.
Dis-moi, j'ai du mal à entraîner Waneta... Tu ne connaîtrais pas des éleveurs dans le coin à qui je pourrais la confier ? Jo lui demande d'attendre. Depuis qu'elle est devenue éleveuse dans une région lointaine, il imagine qu'elle s'est fait quelques contacts. En réalité, elle fait une simple recherche sur internet, regarde les références laissées par les différents clients aux différentes pensions... Chose qu'il aurait pu faire lui-même mais Côme et les technologies...
Il y a une pension à Floraville dirigée par un certain Nessa Finnegan. Elle a l'air pas mal du tout ! Les quelques photos de l'endroit sont charmantes en tout cas. Tu veux que je me renseigne un peu plus ? Je pourrais l'appeler... Côme décline gentiment. Ils se disent au revoir et se promettent pour la sempiternelle fois de s'appeler plus souvent, surtout maintenant que Jo est de nouveau joignable. Mais au fond, ils savent que ce ne sera pas régulier. Tantôt trois fois en l'espace d'une semaine, tantôt trois mois sans nouvelles. C'est comme ça qu'ils fonctionnent. Mais ça ne les inquiète pas le moins du monde, car une vieille amitié ne craint pas la rouille. Ils ne se sont peut-être jamais aussi bien entendus que depuis qu'ils vivent loin l'un de l'autre. Quand ils se reverront, il n'y aura pas de gêne aucune, simplement un bonheur pur et véritable de se retrouver. Côme le sait.



La route pour Floraville n'a pas été si longue qu'il aurait pu le penser. Juste avant de partir, il a prévenu la pension de son arrivée d'un simple mail – que Maxyne a rédigé pour lui, parce que les ordinateurs ne sont décidément pas son truc. Celui-ci disait quelque chose comme « Bonjour, je m'appelle Côme et j'aurais besoin de vos services pour entraîner ma petite Rapion Waneta. J'ai vu que vous aviez de très bonnes références sur internet et j'aimerais beaucoup vous rencontrer. Je serai à Floraville demain en début d'après-midi. N'hésitez pas à me contacter si jamais vous êtes indisponible à ce moment-là. » Certes, c'était très vague et le voyage assez soudain. Côme a pris le train jusqu'à Féli-Cité et de là a fait la route à dos de Torterra. Un peu après Floraville, il aperçoit les éoliennes ce qui lui signale que la pension ne doit pas être loin. De là, il ne sait pas trop où aller alors il reste un peu planté là, légèrement paumé. Il y a bien une bâtisse en face de lui, mais est-ce qu'il a le droit d'entrer dans la propriété ? Il aurait dû se renseigner. Il aurait aussi dû demander plus de détails avant de débarquer. Et un rendez-vous, aussi. Il ne lui reste plus qu'à espérer que l'éleveur ne lui en tienne pas rigueur et accepte d'entraîner sa petite Rapion.




HRP: Coucou me voilà qui débarque de nulle part /pan
Je te confie donc Waneta, ma Rapion S pour l'emmener au niveau 57 (évolution au niveau 49) et lui apprendre Coupe, Force et Eclat'Roc.
Et j'en profite pour te demander d'apprendre Anti-Brume à Drattak ^^
Ce qui doit faire 2050 p$ du coup je crois, mais j'attends ta confirmation avant de verser :D


Infos:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nessa Finnegan
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 5854

Région : Sinnoh
Mer 13 Sep - 18:12
Bon, hier, j’ai reçu un mail, pour la pension. M’occuper d’une Rapion. Je n’ai pas tant d’information, juste qu’un dénommé Côme viendra déposer le Pokémon le lendemain – aujourd’hui donc – à la pension, si j’ai bien tout compris. Ce qui n’est pas certain. Je me suis quand même permis de libérer mon après-midi en conséquence, au cas où. J’ai casé tous les entraînements des Pokémon laissés ici ce matin, tout le monde a bossé comme il le fallait. Non franchement, tout se passe super bien. C’est calme, et chacun fait ce qu’il a à faire. Avec tout ce peuple, arriver à une absence d’embrouille, c’est un miracle, un miracle que j’apprécie. Parce que je sais que l’accalmie va être de courte durée. C’est le concept même de l’accalmie après tout. Il n’y a plus qu’à attendre la prochaine crise existentielle Pokémon. Tant que ce n’est pas Leptia. Cette Skitty m’insupporte au plus haut point, elle se jette dans mes pattes pour me griffer les chevilles cette garce, et elle ne fait ça à personne d’autre. Si elle n’avait pas été le Pokémon de Maïa, je l’aurais déjà virée avec perte et fracas. Sauf que non, la petite fille adore sa Skitty, donc je subis. Heureusement que Moe non plus ne l’aime pas, parce que la Wattouat se permet, elle, de répondre à coup d’électricité. Et tant mieux. Si ça peut la calmer.

Mais voici l’agitation qui vient, je l’entends. Et avant que ça ne vienne jusqu’à moi, je préfère aller voir. Parce que ça s’agite vraiment, en fait. Je ne comprends pas la scène devant moi. Acrisios, pourtant le plus calme des Prismillons, semble farouchement énervé. Luranmis de même. Et puis Than. Et en face, je me retrouve avec Spyros, Anthéa et Ethiops. Pourquoi se montent-ils les uns contre les autres ? Je vois bien ma Lockpin essayer de calmer le jeu, pareil pour Swen. C’est n’importe quoi. Et il s’agit de ce genre de moment où j’aimerais bien que Spyros communique par télépathie avec moi. Vraiment, là, il peut y aller, ça ne me dérangerait pas d’avoir la voix du Riolu dans ma tête. Parce que là, je ne sais même pas comment réagir à tout cela, je n’en comprends même pas la cause. Qu’est-ce que je peux faire ? Et puis je tique. Une tête qui ne m’est pas familière, derrière le Riolu, la Rosélia et le Statitik. Un Etourvol.

Moi : Mais arrêtez-vous ! Tous ! Tout de suite.

Cela à l’avantage de couper les élans de véhémence de tout le monde. Il me faut du temps pour comprendre la situation. Et quelques secondes. Que je juge de trop maintenant que j’ai. J’aurais dû le reconnaître d’entrée de jeu, j’aurais dû savoir que c’était lui. Bon, l’évolution fausse un peu le tout, c’est peut-être pour ça que je n’ai percuté immédiatement. Il a évolué le bougre. Et je comprends mieux pourquoi. Anthéa, Ethiops et Spyros sont mes tous premiers Pokémon avec lui. Donc oui, ils l’ont reconnu, alors que les autres, sauf peut-être Swen et Sappho, ne l’ont jamais vu, et l’ont considéré comme un intrus. Alors que non. Pas du tout. Vraiment pas.

Moi : Ayo ! Et bah dis donc ! Sacré changement dis-moi ! Bon, les gars, pas de violence, c’est pas les vacances, ok. Ayo, il est de la famille, c’est le deuxième Pokémon que j’ai eu, après Spyros, donc tout est cool, il est à la maison ici. C’est juste qu’il fait sa vie tranquilou et du coup, il vient faire coucou.

L’interrogation, puis le calme, enfin de retour. C’est bon, plus de tension jusqu’au prochain coup. Maintenant, Aiolos est au centre de l’attention de toute la petite troupe, entre ceux qui veulent le connaître et ceux qu’il connaît déjà. Tous sauf Spyros. Il a l’air pensif. Ce n’est pas tant changeant comparé à d’habitude, mais quand même, Ayo a été le premier à rejoindre notre équipe. Donc les deux, c’est quand même de longue date, même si ça fait quelques temps qu’ils ne s’étaient pas vu. Il y a là autre chose, mais je n’arrive pas à le savoir, c’est assez frustrant de ne pas être capable de faire ce qu’il fait. Pourtant je vais devoir attendre qu’il communique avec moi pour que je sache de quoi il en retourne. Plus qu’à patienter. Qu’il se rende compte que je le fixe, et que j’attends de savoir. Il finit par lever la tête et comprend, enfin j’imagine, ça a l’air en tout cas.

Spyros : Il y a quelqu’un pour toi, j’attendais d’en être sûr.

Non mais non, sérieux ! C’était pas encore ça ! Vraiment, il me refait le coup de l’alarme de la pension ! Je sais que c’est super pratique, il le sait aussi, et puis ça lui tient à cœur de faire ça, alors voilà, mais le spoil quoi ! Jamais je ne vais pouvoir être surpris par la visite d’un client, pris au dépourvu, à ne pas savoir quoi dire parce que je ne m’attendais pas à ça. Non, apparemment pas. La vie de la pension restera tranquille, sans surprise. Je me fais rire, ce genre de chose est tellement impossible, une pension calme et tranquille, l’énorme blague ! J’ai mangé un clown ce matin dis donc ! Parce qu’oulala, au taquet ! J’essaie de me dire que ça rentre en compte dans mon efficacité et ma réactivité en temps qu’éleveur. Alors c’est une bonne chose. Enfin, je crois. Techniquement oui. Enfin bref, je ferais mieux de m’activer. Il y a quelqu’un qui m’attend. Alors je rentre dans le hall. Personne. Etrange. C’est silencieux. Mais je me méfie, il y a peut-être Leptia qui traîne pour m’attaquer en scred. Bon, vraiment personne, alors je sors, peut-être n’a-t-il pas osé entrer. Et il me suffit de franchir la porte pour voir que oui, au loin, une tête blonde. Je n’en distingue pas plus sur le coup, ça doit être lui. Il n’a pas même osé passer le portail. Et bien, c’est parti, mise en confiance et tout. Chaud patate. En vrai, ça me fait sourire, je sais pas, quelqu’un de timide donc ? Je pense. J’espère ne pas le mettre mal à l’aise, parce que je me connais. Le temps de descendre le chemin et je suis à sa hauteur.

Moi : Salut ! T’es Côme, c’est bien ça ? Vas-y entre, ne te fais pas prier !

En apercevant son visage, j’ai une étrange sensation de déjà-vu. Je ne sais pas d’où cela peut bien sortir, mais il me dit quelque chose, sauf que non, vu que je ne connais juste pas de Côme dans mon entourage plus ou moins éloigné. Je ne vois pas du tout d’où ça peut venir. Perturbant. Enfin bref, on ne va pas épiloguer intérieurement pour rien. Il me suffit de l’amener jusqu’à mon bureau, pour discuter plus en détail de l’entraînement de sa Rapion.

Moi : Du coup, je t’invite à me suivre, on va se caler dans mon bureau pour voir ce que je peux faire pour toi, ok ?




Plop Côme, merci de m'avoir confié ton Pokémon, et vraiment désolé d'avoir mis autant de temps à te répondre, parce que du coup, à mon prochain post, ça sera bon pour ton Drascore, et j'en profiterai pour éditer ce post avec toutes les infos du Pokémon tout ça.

Edit : Et voilà ! Bon, il a un petit niveau en plus, c'est cadeau de la maison !
Le joli Drascore pour la Ligue !:
 

En tout cas, si ça ne te dérange pas, et pour me faire pardonner, j'aimerais bien qu'on continue ce rp malgré la fin de l'entraînement. Enfin voilà, encore merci ♥

Kdo pour me faire pardonner =P:
 


Il faut se rendre à l'évidence Nessa10

Il faut se rendre à l'évidence SCetKjX Il faut se rendre à l'évidence 2KU43ri Il faut se rendre à l'évidence KqgOM0b
Stamps:
 
|| Avatar by Jill Calahan ~ Signature by Worick Brown ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Côme Potte
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 02/11/2013
Messages : 1823

Région : Sinnoh
Dim 24 Sep - 10:07
Il n'a pas à attendre très longtemps devant la pension avant qu'on vienne à sa rencontre. Proust reste à ses côtés, cherchant un peu d'herbe à brouter. Le Torterra n'est pas du tout méfiant – non pas qu'il le soit énormément en temps normal – ce qui fait dire à Côme que cet éleveur doit dégager quelque chose qui plaît aux pokémons. Ou du moins qui ne les fait pas fuir. Déjà un bon point. C'est une tête blonde qui arrive jusqu'à lui et quand il peut voir le dénommé Nessa de plus près, il a l'impression d'être face à une vieille connaissance. C'est un peu flou, une sensation un peu engourdie mais c'est comme s'il le connaissait déjà. Sauf que le nom Nessa ne lui dit absolument rien. Peut-être est-ce un ancien patient du Docteur Potte, qui sait ? Quand bien même ce serait le cas, il n'oserait pas lui en parler : tout ça c'est derrière lui. Alors il balaye cette sensation de déjà vu du revers de la main et répond avec un grand sourire à son interlocuteur qui lui dit d'entrer.

Oui c'est bien moi ! Nessa je suppose ? Je ne suis pas entré parce que je ne savais pas trop si c'était autorisé. Je voudrais pas faire peur aux pokémons que tu élèves.

Lorsque Nessa lui propose de le suivre, le blond obtempère et hoche la tête en signe d'approbation. Sur le chemin jusqu'à la pension en tant que telle et au bureau de l'éleveur, Côme se demande s'ils vont croiser des Baudrive. Il a lu quelque part qu'ils étaient très rares et apparaissaient presque exclusivement dans cette petite zone près de Floraville. Les seuls spécimens qu'il a vus en vrai appartiennent à la championne d'Unionpolis, Kiméra...Waw. Ce combat d'arène remonte à tellement longtemps. Une éternité ! Le temps passe vite. Et dire qu'il n'est toujours pas prêt pour défier la Ligue Pokémon... Mais c'est un peu la raison de sa présence ici.

Oh, j'ai laissé Proust dehors...Mon Torterra. J'espère que ça ne dérange pas ? Il risque de brouter un petit peu mais il va sûrement aller se poser dans un coin et faire la sieste.

Il s'installe dans le bureau de Nessa. L'environnement de la pension lui plaît bien. Tout est très paisible ici. Très naturel aussi. On n'entend pas le bruit caractéristique des villes avec tous leurs transports, leurs usines... Même si Floraville est littéralement juste à côté, il s'agit plus d'un petit village de campagne que d'une grande ville. C'est sans doute l'endroit parfait pour élever des pokémons en toute sérénité, d'où le choix de Nessa, il imagine. Les éolionnes ne font d'ailleurs aucun bruit. Il a eu vent de tout un tas de protestations à ce propos, disant qu'elles perturbent la vie sauvage et font un bruit monstre. Il constate aujourd'hui que c'est totalement faux, du moins pour la seconde partie. Bien sûr, il n'est pas non plus allé au pied des éoliennes, mais jusqu'à preuve du contraire, elles ne sont pas aussi bruyantes qu'on a bien voulu faire croire. Et elles ne sont pas vilaines non plus. Plutôt que de s'attarder encore sur le cadre bucolique de la pension, Côme décide de parler un peu plus de la raison qui l'a poussé à venir demander l'aide d'un éleveur.

Il y a quelques temps, une petite Rapion a rejoint mon équipe. Elle avait passé un sacré moment cachée sur le dos de Proust, sans que je la voie. C'est Duras, ma Démolosse, qui l'a flairée et l'a fait sortir de sa cachette. Je n'ai même pas eu besoin de la convaincre, elle avait décidé bien longtemps avant moi de faire partie du gang. C'est fou quand on y pense ! Oh, elle m'a causé pas mal de souci au début, c'est un peu une chipie, surtout qu'elle est vraiment intelligente. Ça me fait penser à cette fois à Rivamar où...

Il part d'un petit rire en repensant à Waneta qui faisait tourner en bourrique le maraîcher du coin en faisant exprès de faire aboyer son Rocabot en lui lançant des picots, le temps d'aller chiper quelques fruits. Quand Côme avait compris la manœuvre, il s'était bien sûr excusé et avait grondé la Rapion. Mais c'était sans doute dans ses gênes. Elle ne faisait pas ça parce qu'elle avait faim. Ni parce qu'elle adore voler. Elle faisait ça pour s'amuser. Ah, souvenirs.

...Pardon, je m'égare ! Elle est vraiment futée mais encore un peu faible par rapport au reste de mon équipe et j'ai vraiment du mal à la faire progresser, je ne sais pas vraiment comment l'entraîner... Je sais qu'elle veut bien faire mais je sais aussi qu'elle n'aime pas se sentir en défaut face à mes autres compagnons. Pour tout te dire, je m'apprête à défier la Ligue Pokémon, et j'aimerais vraiment qu'elle soit à mes côtés, c'est pour ça que je suis venu.

Sur ces mots, il décroche la pokéball de sa ceinture et fait sortir Waneta. La Rapion apparaît dans un nuage rouge et ses deux grands yeux jaunes font le tour de la pièce qu'elle découvre. Son corps monochrome reste figé tandis qu'elle appréhende ce qui l'entoure. Chose faite, elle part se cacher sous le bureau. Quelle timide.

J'espère qu'elle ne causera pas trop de problèmes – si jamais tu acceptes de l'entraîner bien sûr. Jusqu'à présent elle s'entend bien avec tous mes pokémons, et pourtant ils ont tous des caractères bien différents et bien trempés pour certains...

Il se penche pour appeler Waneta qui sort une tête timide et entreprend de venir se cacher sous le siège de son dresseur. C'est très rare qu'elle soit aussi intimidée, mais c'est sans doute parce qu'elle aime avoir le temps d'analyser tout son environnement et apprendre à bien le connaître. Côme sort une baie de son sac et la donne à Waneta, en attendant de voir ce que Nessa propose et s'il accepte d'entraîner la Rapion.




Je réponds donc avec une semaine de retard, désolé >.<
Merci beaucoup pour l'entraînement t'as été super rapide c'est génial heart Et je suis partant pour continuer le rp bien sûr :D
Je te verse l'argent de ce pas (si j'y arrive xD) et met à jour ma t-card *câlin*

edit : transfert effectué ! toujours un peu plus riche o/


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nessa Finnegan
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 5854

Région : Sinnoh
Lun 2 Avr - 22:11
Bon, c’est bien Côme, c’est bien la personne qui doit me déposer son Rapion. C’est déjà ça. Pas d’erreur gênante en mode « Non, ce n’est pas moi. » « Ah. Et du coup, t’es qui ? », je ne sais pas si j’y aurais survécu. Heureusement que ça ne s’est pas passé comme ça. Oh ! Tutoiement ! C’est parfait. C’est vrai que j’y suis allé nature peinture, comme si je parlais à un pote. Je crois que je n’avais pas envie de me forcer à rentrer dans le carcan professionnel que je m’impose d’habitude. Ce n’est pas que je ne veux pas faire d’efforts, c’est juste que ce genre d’effort, c’est superflu, c’est pour faire bien. Je m’en fous de faire bien, je veux juste avoir un vrai contact avec les gens, comme j’ai un vrai contact avec les Pokémon par mon métier. Est-ce que je vouvoie les Pokémon ? Non. Bon bah voilà. On se tutoie et c’est cool, vraiment cool. Pourquoi se prendre la tête en mettant des barrières ? Qu’importe. Revenons à Côme. Alors comme ça, il n’osait pas rentrer pour ne pas effrayer les Pokémon. Ce n’était pas de la timidité, mauvais diagnostic, docteur. En tout cas, cela me tire un sourire. Ce gars, je sens qu’il va me plaire. Il a l’air cool.

Moi : Yep, je suis bien Nessa. Et tu peux y aller. C’est gentil d’avoir pensé à eux, mais honnêtement, je pense que même pour les plus petits, ils vont être plus curieux qu’effrayés.

Je ne me fais définitivement pas de souci pour eux. Au pire, ceux qui auront peur de Côme ou de son Torterra – sur lequel je vais éviter de gagatiser, même s’il est magnifique – ont largement la place d’aller ailleurs. Il y a suffisamment de terrain ici ! De toute façon, je ne peux pas les laisser dehors, devant le portail comme ça, j’invite Côme et par extension son Pokémon à me suivre au sein de la pension. J’entre dans la bâtisse, le jeune homme à ma suite. C’est sûr que le Pokémon plante aura du mal à passer par la porte. Si son dresseur ne le rappelle pas dans sa pokéball et le laisse dehors, j’imagine qu’il restera devant. Côme s’en inquiète alors, en entrant dans mon bureau. Franchement, le lieu est fait pour ça, avant qu’il y ait une pension, les bergers venaient faire pâturer leurs Wattouats ici. Donc carrément qu’il peut.

Moi : Aucun problème pour ça ! Même si tu veux, j’ouvre la baie vitrée et il vient là.

Côme m’explique alors la raison de sa venue. Je sais seulement qu’il souhaite me déposer un Pokémon, et je n’en sais pas davantage. Enfin, si je l’écoute, j’en saurai forcément plus. C’est donc une Rapion qu’il veut me déposer. Intéressant. Je ne suis pas tant spécialiste ni du type insecte, ni du type poison, mais j’ai quelques Pokémon qui pourront m’aider. Je ne me fais pas tant de souci pour ça. Enfin, ça va, ce n’est pas comme si on me parlait de me déposer un Gigalithe ou un Oniglali. Là, j’aurais eu à demander conseil et à faire des recherches conséquentes. Mais une Rapion, je suis confiant. J’écoute alors le jeune homme parler du Pokémon en question. Je fais rouler ma chaise plus près du bureau pour pouvoir m’accouder et poser ma tête. Il semble qu’il va me raconter quelque… Ah, non. Je n’aurai pas cette histoire apparemment. Tant pis. En tout cas, il a l’air passionné quand il parle de ses Pokémon. Ça me plait ça. Dans tous les cas, je comprends pourquoi il souhaite me confier la Rapion. Je devrais pouvoir y faire quelque chose je crois, j’ai Valdis qui fonctionne d’une manière similaire. Je suis sûr que l’insecte et la Baudrive devraient bien s’entendre. Et du coup, j’apprends que ce dresseur se prépare pour la Ligue. Je comprends d’autant plus son envie d’avoir un groupe homogène et son envie de ne pas mettre sa Rapion face au fait qu’elle est moins puissante que les autres parce que moins expérimentée. Je vois bien le problème que ça peut occasionner. C’est tout à l’honneur de Côme de vouloir préserver son Pokémon au lieu de la forcer.

Moi : Hmmm, la Ligue. Je comprends d’autant plus. Ça tombe vraiment bien, j’entraîne certains de mes Pokémon pour l’Elite, j’ai commencé.

Bien sûr, je ne force en rien le fait de regrouper les entraînements de Waneta et des miens, je reste à disposition du dresseur et de ses volontés vis-à-vis du Pokémon qu’il me confie. Je n’irai pas faire quelque chose que Côme ne voudrait pas. Et lorsqu’il fait sortir la Rapion de sa pokéball, la première chose que je remarque, c’est son chromatisme. Forcément. Un corps noir et des yeux jaunes. Joli. Après, en se cachant sous mon bureau, il est évident qu’elle n’est pas des plus à l’aise dans un environnement qui lui est totalement inconnu. Rien de plus normal. Là où je suis surpris, c’est de sentir du mouvement sur ma tête. Ethiops. Il semblerait que je ne sois pas le seul à être curieux à propose de l’autre insecte chromatique présent dans la pièce. D’habitude, il se contente de scruter discrètement, mais là, ça s’agite. Côme prend à nouveau la parole et je sens qu’il a besoin que je lui confirme qu’il n’y a rien qui me fasse refuser la Rapion ici.

Moi : Tu peux compter sur moi, je vais m’occuper d’elle. Je pense avoir eu déjà bien pire en pension, comme cette Coudlangue qui ne pouvait s’empêcher de me débarbouiller avec sa langue pour me dire bonjour, chaque matin. A partir de là ! Et puis j’ai quelques compagnons à moi avec qui je pense qu’elle s’entendra bien.

Quand je disais ça, je pensais à Valdis. Et pas à Ethiops. Ethiops qui vient de bondir de ma tête pour atterrir sur le bureau. Deux options possibles, soit mon Statitik s’est approché pour la baie que Côme vient de sortir pour donner à sa Rapion, soit c’est pour la Rapion elle-même. Je ne sais pas encore. Le petit arachnide beige se fige pourtant à la vue de Côme et le fixe de ses yeux rouges. Je ne peux m’empêcher de sourire, il a été pris d’un élan de courage et regrette maintenant. J’en suis sûr, ça ne m’étonnerait tellement pas de lui. Qu’importe, maintenant il se débrouille. De toute façon, il est juste craintif, mais n’en devient pas agressif pour autant. Je me lève pour ouvrir la baie vitrée et sortir, je siffle un coup, fort. Normalement, Valdis devrait rappliquer. Et possiblement Auriol aussi. Selon sa rapidité, vu qu’il ne vole pas encore. Il ne faut pas longtemps pour entendre la Baudrive ainsi que le Sonistrelle. Je lève la tête. Elle le porte. Pour lui apprendre à voler. Je soupire et rappelle à la demoiselle qu'elle ne doit pas emporté le petit Sonistrelle aussi haut, encore moins quand je ne suis pas là pour surveiller. Elle finit par descendre, déposant le Sonistrelle qui se hâte de venir s’accrocher sur mon épaule, comme à son habitude, je rentre à nouveau dans le bureau avec la Baudrive à ma suite. Je reviens m’installer à ma place et je constate qu’Ethiops n’a pas bougé d’un poil. Il contemple encore Côme. Je ne sais pas trop comment réagir à ça, en fait. Il faudrait peut-être que j’introduise mes Pokémon au dresseur qui me fait fasse et tenter une approche grâce au type spectre. Elle est suffisamment calme pour ne pas effrayer la Rapion, et puis elle a un contact assez facile avec les autres, ça se tente.

Moi : Côme, voici Ethiops, mon Statitik, il y a Auriol, sur mon épaule, et voici Valdis.

En vérité, je ne sais pas trop si je dois intervenir ou pas. Le dresseur semble avoir la situation bien en main avec son Pokémon et parvient à la faire sortir toujours un peu plus. Je préfère attendre. Après ceux qui sont avec moi dans la pièce sont d’une nature calme, donc je ne me soucie de rien. Il n’y aura pas de mouvement brusque. En fait, il n’y a qu’Ethiops qui essaie de s’avancer vers Côme, doucement, hésitant.

Moi : Si tu veux le prendre sur toi, tu n’as qu’à tendre la main vers lui, il va grimper. C’est une crème, tu vas voir.

Jusque-là, je n'avais jamais envisagé Ethiops comme un Pokémon de premier contact. Je vais devoir revoir ma copie.


Il faut se rendre à l'évidence Nessa10

Il faut se rendre à l'évidence SCetKjX Il faut se rendre à l'évidence 2KU43ri Il faut se rendre à l'évidence KqgOM0b
Stamps:
 
|| Avatar by Jill Calahan ~ Signature by Worick Brown ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Côme Potte
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 02/11/2013
Messages : 1823

Région : Sinnoh
Mar 22 Mai - 13:07
La pension de Nessa est calme et il y fait bon vivre, c’est clair. De grands espaces entourent la propriété où Côme entre à la suite de l’éleveur tout en laissant Proust derrière lui : le Torterra a le loisir de brouter tranquillement et de trouver un coin où se poser s’il veut siester comme il sait si bien le faire, et si souvent. De toute façon, Floraville est un petit village mignon, calme et agréable. Le blond se rappelle de son passage dans le coin, de quelques arbres à miel typiques de la région, des champs de fleurs également, sans oublier la forge un petit peu en retrait plus loin où il était allé faire un tour. Il ne dirait pas qu’il connaît la région comme sa poche, loin de là, mais il y a déjà passé pas mal de temps, il y a déjà plusieurs mois. Un an ? Peut-être même plus, il s’y perd un peu. A l’époque, il voyageait encore avec Jo. C’est du moins comme cela qu’il se remémore les événements. Ils avaient campé dans le coin, possiblement. Il se demande comment cela se passe avec sa pension à elle. Est-ce qu’elle est aussi aimable avec ses clients que Nessa ? Est-ce qu’elle possède un terrain aussi grand, voire plus ? Il l’appellera plus tard.

Nessa le met à l’aise rapidement. Dès qu’il a commencé à le tutoyer en fait, et Côme lui a rendu la pareille. Tant mieux, même s’il cherche les conseils d’un professionnel en matière de dressage, ou du moins d’élevage, Côme se formalise très rarement dans ses rapports avec les autres. En fait, il n’a pas vraiment eu besoin de le faire jusqu’à présent, c’est pourquoi le tutoiement lui vient de toute manière plus naturellement. Tant mieux. En plus, les deux jeunes hommes n’ont pas l’air d’avoir énormément de différence d’âge à première vue, et se ressemblent peut-être même un peu physiquement. L’éleveur lui propose en tout cas d’ouvrir la baie vitrée pour que son Torterra puisse rester près de lui, mais Côme sait que son Pokémon est plus du genre à aller se trouver son coin de paix un peu plus loin, surtout depuis son évolution.

Merci c’est gentil mais pas la peine, Proust aime bien la solitude en général. Le calme surtout. En fait, depuis qu’il a évolué il a énormément changé de ce point de vue-là.

Et dire qu’il courait partout quand il était encore un Tortipouss amateur de madeleines… Souvenirs, encore une fois. Pendant que je parle de Waneta, Nessa s’accoude à son bureau et m’écoute attentivement. Je ne m’en rends compte qu’une fois que je m’aperçois que je vais y passer des heures si on ne m’arrête pas dans mon élan. En tout cas, c’est agréable de voir que je ne l’ennuie pas et qu’il a l’air très investi dans les pokémons dont il compte potentiellement reprendre l’entraînement. J’apprends alors qu’il est coordinateur et prépare lui-même l’Elite, une autre grande institution pokémon, au même niveau que la Ligue pour les dresseurs. Je n’y connais pas grand-chose en concours, mais assez pour savoir que l’Elite est, au même titre que la Ligue, la crème de la crème. Il ne connaît pas trop le fonctionnement, mais Côme se hasarde à une question pour en connaître plus sur l’éleveur :

Waw, l’Elite ! J’imagine que tu dois donc te produire régulièrement sur scène ?

Il est soulagé que Nessa accepte d’entraîner Waneta et laisse apparaître un grand sourire sur son visage tout en remerciant bien sûr l’éleveur. Puis apparaît un visiteur pour le moins approprié puisqu’il s’agit également d’un insecte chromatique, tout comme Waneta. La différence de taille est en tout cas frappante. Un petit Statitik beige se pose sur le bureau après avoir émergé de la chevelure blonde de Nessa et scrute Côme de ses grands yeux rouges. Il est si petit, c’est incroyable ! Côme sent alors Waneta qui grimpe le long de sa jambe pour se poster sur ses genoux et fixer le nouveau venu. Le blond fouille de nouveau dans son sac et en sort une nouvelle baie qu’il tend au petit pokémon et il laisse sa main tendue sur le bureau sur les conseils de Nessa pour apprivoiser le petit insecte. Et bientôt, après un sifflement de la part de l’éleveur, deux nouveaux venus se présentent et Côme reconnaît directement un Sonistrelle qui lui rappelle son petit Dragonnet. Que d’histoires là aussi ! Et enfin, un Baudrive pour faire honneur aux Eoliennes et à leur réputation. Enfin il voit à nouveau l’un de ces pokémons en vrai. Ils sont toujours aussi…mignons et étranges à la fois. Le petit Statitik commence à mordiller légèrement la baie et le blond le laisse se repaître tandis qu’il tourne son attention sur les deux nouveaux arrivants. Waneta de son côté, reste les yeux fixés sur l’autre insecte.

Ils sont à toi ou ce sont des pokémons que tu élèves eux aussi ? J’avoue que j’espérais secrètement voir un Baudrive en venant ici, j’ai entendu pas mal de choses sur le coin et le fait que ce soit l’un des seuls endroits où on en trouve.

Il s’assure que Waneta se tienne tranquille puis continue :

J’ai moi-même eu un petit Sonistrelle qui croyait que j’étais plus ou moins sa maman.

Côme part d’un petit rire en y repensant. Pendant que tout ce beau petit monde fait connaissance et s’habitue à la présence les uns des autres, le blond continue de faire la conversation pour en connaître un petit peu plus sur Nessa.

Du coup, d’après ce que j’ai compris, tu es spécialisé dans l’élevage des pokémons de type électrique et acier ? C’est une passion ou simplement une question de ce qui est pratique avec l’endroit… ?

La question qu’il ne pose pas directement pour ne pas assaillir son interlocuteur non plus, c’est de savoir si l’équipe de Nessa, ou du moins les pokémons qu’il entraîne en vue de son passage à l’Elite sont eux aussi de type électrique. Il devrait se pencher plus sur le milieu des concours, et parfois regarder leur retransmission télé, peut-être qu’il y verrait l’éleveur, qui sait ? Waneta choisit le moment où le Statitik semble arrêter de manger la baie que Côme lui a donnée et reporte son attention sur le blond et la Rapion pour poser ses pattes avant sur le bureau et se rapprocher de l’insecte chromatique de Nessa. Côme ne sait pas trop comment réagir : Waneta n’a jamais été violente ni quoi que ce soit, mais elle n’a jamais été confrontée à un pokémon vraiment plus petit qu’elle non plus. Il appréhende un peu et met sa main sur la tête de la Rapion au cas où, mais aussi pour canaliser les possibles envies de celle-ci. Il imagine que les Statitik sont des pokémons aussi résistants que les autres, mais s’il prend l’envie à Waneta de jouer avec, il ne voudrait pas qu’elle malmène la pauvre petite arachnide non plus.

Elle n’est pas méchante mais plutôt joueuse en général. En tout cas, merci encore d’avoir accepté de t’en occuper, ça va beaucoup m’aider dans mon entraînement ! Pour ne rien te cacher, la majorité de mes pokémons sont déjà à leur stade d’évolution final, donc la différence de puissance se fait beaucoup sentir quand j’essaie de les entraîner ensemble. Si tu penses pouvoir aider Waneta à évoluer, je pense que ce serait une bonne chose, elle se sentirait moins… petite j’imagine.

Et voilà que sans qu’il s’en rende compte, il a maintenant Ethiops sur le dos de la main qu’il a posée sur la tête de Waneta qui se repose tranquillement sur les genoux de son dresseur.

Il faut croire que les insectes m’aiment bien.



Me revoilà o/ Désolé pour le petit délai !
Je te confie donc Passerouge niv.15 (+ ct aéropique) et Scobolide niv.23 (+ ct survinsecte + cs éclate-roc) pour les emmener jusqu'au niveau 50 :D

Je te verse de ce pas les 1900 + 1680 = 3580, merci heart

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nessa Finnegan
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 5854

Région : Sinnoh
Jeu 21 Juin - 11:29
Du coup, Côme décline ma proposition pour le Torterra et m’explique que le Pokémon a tendance à préférer être tranquille. Je comprends, j’en ai quelques un par ici qui sont un peu pareil. J’espère juste que personne ne viendra le déranger. Et quand je dis personne, je parle bien évidemment de cette peste de Skitty qui appartient à Maïa et contre qui je ne peux absolument rien faire. Cette Skitty est vicieuse. Si le Torterra pouvait lui faire une grosse frayeur, je ne serais d’ailleurs pas contre. Si ça peut la calmer, je prends. Enfin bref, ce n’est pas le plus important dans cette histoire. Non. Là, je dois être pleinement concentré sur Côme et sur la Rapion. Je ne dois pas me laisser déconcentrer par cette petite peste rose. Côme vient à parler de son Pokémon, voilà, je raccroche les wagons. Et finalement, après cette discussion et le fait d’apprendre que mon vis-à-vis compte tout simplement se rendre à la Ligue – rien que ça – j’enchaîne sur le fait que je me projette moi aussi sur un grand chantier, l’Elite. Ce qui me fait songer à combiner les entraînements. Je ne m’attendais pas à ce que Côme s’arrête dessus. J’aurais plutôt supposé qu’il s’attarderait davantage sur la partie entraînement, d’ailleurs. Je n'ai pas l’habitude qu’on s’intéresse à moi pour ma personne lors de ma rencontre avec les clients. Ce qui me perturbe un peu.

Moi : Je… Ouais. Enfin, j’essaie le plus possible, en fonction de mes disponibilités ici. Surtout pour ne pas perdre la main.

Oulaaa. Ça m’a déstabilisé plus que je ne le pensais, on dirait. Enfin bref, ce n’est pas si terrible, juste que ça me fait bizarre. C’est vrai que c’est très rare d’avoir l’occasion de parler de moi en tant que coordinateur. Et puis je déteste avoir l’impression d’être mis en avant, ou de me mettre en avant. Même si nous ne faisons que discuter tout simplement. Mais ça va, j’ai réussi à rester professionnel normalement. Enfin, je crois. J’espère. En enchaînant sur la Rapion, et sur les idées que j’ai pour elle, j’ai l’impression de reprendre contenance. En tout cas, j’ai l’impression d’être redevenu plus fluide dans ma manière de m’exprimer. Enfin peut-être tout simplement qu’il faudrait que j’arrête de tout intellectualiser. Ce serait mieux. Mais en même temps, avec moi, c’est quitte ou double. Soit je réfléchis trop, soit je ne réfléchis pas du tout. Il n’y a malheureusement pas d’entre deux. Tant que ça ne m’empêche pas de faire mon boulot correctement après tout. Et puis voir le visage de Côme s’illuminer un peu plus alors que j’avais eu plus l’habitude de le voir pensif, ça me soulage un peu.

Les choses s’enchaînent alors. Je finis par apercevoir la Rapion, pas plus que le haut de sa tête et de sa queue, mais suffisamment pour comprendre qu’elle est sur les genoux de son dresseur. Après, c’est vrai que c’est un peu plus compliqué pour moi qui ne connait pas le Pokémon s’il s’agit de curiosité ou de jalousie envers Ethiops. En tout cas, il est certain que le petit arachnide a bien repéré la nouvelle arrivante. Je vois alors Côme sortir une nouvelle baie de son sac et la tendre. Alors là, il tape au bon endroit. Il semblerait que mon amour de la nourriture ait déteint sur une bonne partie de mes Pokémon, et Ethiops n’y échappe pas. Il a deux amours, l’électricité et le sucre. Donc Côme marque des points auprès du Statitik. C’est là que je sors, pour récupérer Valdis, et puis Auriol au passage. En revenant à ma place, je constate que pour l’insecte chromatique – le mien, j’entends – la baie aura été efficace pour lui faire prendre confiance. Ce qui ne me surprend pas tant. Il progresse beaucoup ces derniers temps sur sa peur des autres. Il est sans doute revenu à un seuil de normalité, si je puis dire. Côme s’intéresse alors à mes deux nouveaux arrivants. Quelques questions qui me tirent un sourire. J’avoue que je m’y attendais un peu.

Moi : Et bien ces deux-là sont à moi. Et pour les Baudrives, ouais, on a une horde qui vient se poser assez régulièrement le soir au fin fond du terrain, c’est assez fou. Valdis vient de ce groupe d’ailleurs.

Je ne mentionne pas ce voyage dans les airs avec eux, non, c’est bien trop saugrenu pour que je sois pris au sérieux. Et puis je réalise que j’ai parlé d’eux. La boulette. Maintenant c’est trop tard, je ne peux pas récupérer ce que j’ai dit. Après, je me dis que Côme n’a pas l’air d’être du genre à balancer les infos sur les réseaux sociaux. Sinon, je crois que je vais mourir de culpabilité. Parce que je fais de mon mieux pour les préserver. C’est vrai qu’à l’occasion, j’emmène mes Pokémon les voir, en plus de Valdis qui rend visite à sa famille. Mais ça s’arrête là. Ça m’est venu tellement naturellement d’en parler que voilà. Il n’y a plus qu’à espérer que Côme ne relève pas. Ce dernier enchaîne alors sur le Sonistrelle, en me disant qu’il en a lui-même un et avec une anecdote qui ne manque pas me faire lâcher un « aww » d’attendrissement. Dit comme ça, c’est bien plus cute que moi avec pépère sur l’épaule qui me prend pour un arbre. Et Côme revient sur moi. En parlant de mes domaines d’expertise concernant les Pokémon. Alors d’un côté, je suis content, parce que je me sens un peu important. Et de l’autre, bah la pression ! Rhalala !

Moi : Hmm. On va commencer par le plus simple. Le type électrique, c’est une passion familiale. Mon oncle, c’est Tanguy, le champion de Rivamar, donc voilà le milieu dans lequel je baigne depuis petit. Et pour ce qui est du type acier, c’est plus vague. C’est une fibre un peu plus personnelle on va dire, qui est ressortie lors de ma formation pour devenir éleveur. Là, c’est plus par beaucoup de boulot que je m’y connais. Et ouais, j’ai de la chance, entre la centrale et la forge non loin, j’ai l’emplacement idéal pour ça ! Mais après, tu peux le voir, je suis assez hétéroclite sur les Pokémon qui m’accompagnent, il n’y a qu’un petit échantillon du groupe dans cette pièce.

Oui enfin bon, je ne vais pas étaler ma vie non plus. Ce n’est pas totalement l’idée. Un peu, mais voilà, je ne vais pas tout raconter non plus. Je sais que ma vie est cool, mais il ne faut pas abuser des bonnes choses. Voilà. On va dire ça comme ça. J’aime bien. Au moins, avec tout ça, si je n’ai pas répondu à la question de Côme, c’est clairement que je suis à côté de la plaque. Je vais prier pour que non. J’aperçois alors la tête de la Rapion qui vient de poser ses pattes avant sur le bureau. Il semblerait que là aussi, la curiosité vienne l’emporter sur la crainte ou la timidité du début. C’est intriguant pour moi aussi, du coup. Cela me laisse l’occasion de voir un peu plus comment Côme interagit avec son Pokémon, et donc d’en savoir un peu plus tant sur leur relation que sur leurs caractères respectifs. Si j’y ajoute ce que le dresseur peut dire, cela confirme et précise un peu plus ce que je pouvais penser jusque-là. Concernant la Rapion, j’y vois un Pokémon curieux et dynamique, et puis maligne aussi, j’ai l’impression. Pas forcément vicieuse comme la Skitty, mais au moins futée. Ce que Côme me confirme en qualifiant la Rapion de joueuse. Donc sans doute que Valdis est un bon choix pour elle, en tout cas pour le côté social, après niveau entraînement, si le but c’est de la préparer à l’évolution, sans doute que c’est toute l’équipe dont j’aurais besoin, et probablement Ethiops en premier lieu.

Au-delà de ça, j’en sais également un peu plus sur le dresseur, sur l’humain en face de moi. C’est vrai que c’est un peu du « Dis-moi comment tu t’occupes de tes Pokémon, je te dirais qui tu es. » En même temps, c’est une science assez exacte. La manière dont on établit sa relation avec ses Pokémon est très souvent révélatrice de notre caractère, et aussi en partie de notre vécu, de notre capacité à interagir avec les autres, qu’ils soient humains ou Pokémon. Bon, après, il faut bien connaître la personne pour comprendre le pourquoi du comment, ce qui n’est clairement pas le cas ici. Je ne pourrais rien affirmer. Pour autant, savoir que Côme s’intéresse à l’aspect efficacité au combat et le place sur un plan plus psychologique, en cherchant un bien-être de son Pokémon au sein de son équipe, ça montre que ce gars est soucieux des autres. Et puis il y a cette espèce de force tranquille qui émane de lui aussi. Bon, on ne va pas se mentir, il doit être aussi imposant que moi, ce qui veut dire pas des masses. Et pourtant, il a cet espèce de calme qui fait qu’en posant simplement sa main sur la tête de sa Rapion, cette dernière n’ira rien tenter. Et c’est aussi efficace sur moi. Enfin, il n’a pas posé sa main sur ma tête, ce n’est pas ce que je veux dire, mais c’est vrai que je suis le genre à m’emmêler les pinceaux et gaffer, c’est même assez typique de ma personne. Et là, ça va. Bizarrement. Je n’ai pas encore fait de boulette. Comme si j’avais quand même cette sérénité. Alors, ça n’est sans doute pas dû qu’à une chose, le fait que je sois plus confiant en tant qu’éleveur joue aussi, pour autant je pense que la personne qu’est Côme, ça rentre en ligne de compte. Le signe le plus parlant de tout ça, ça reste Ethiops. Je le réalise lorsque Côme parle des insectes. Malgré ses progrès récents, il reste craintif avec les étrangers, ce n’est pas commun qu’il aille comme ça à la rencontre de quelqu’un. Il faut qu’il soit vraiment en confiance. Enfin, peut-être que mon Statitik prend Côme pour quelqu’un de la famille. Blond, yeux bleus, on a un physique assez proche de prime abord. Pourquoi pas. Il s’est laissé approcher par mes frères et par mon oncle sans problème, alors il est possible que ça joue, oui. En fait, je n’en sais rien. Juste que mon Statitik n’y serait pas allé comme ça en temps normal. Il n’empêche qu’au milieu de mes réflexions personnelles, j’ai des questions un peu plus pertinentes à poser en tant qu’éleveur.

Moi : Et donc hormis ton Torterra et ta Rapion, tu as quels autres Pokémon ? Histoire que je me fasse une idée de l’environnement de Waneta. Et, c’est ptet un peu plus personnel, mais, tu fais quoi dans la vie ? T’es pas forcé de répondre, c’est juste que j’aime bien avoir un contexte pour voir au mieux la direction que je dois prendre dans mes entraînements.

C’est on ne peut plus vrai. Je sais que j’ai tendance à ne pas faire gaffe et devenir un peu trop curieux par moment, dans ma volonté de savoir le plus de choses possibles pour que le séjour de mes pensionnaires leur convienne au mieux et réponde également aux attentes des clients. J’espère ne pas me montrer trop intrusif. C’est juste que j’ai déjà eu des clients qui étaient agents de police, ou businessmen, ou ranger, ou tout simplement des gens qui avaient besoin d’un simple coup de main. Je vois du monde passer, et des situations assez variées. Donc plus j’en sais, mieux c’est. Forcément. Un bruit m’interpelle alors. Non loin de mon oreille. Je commence à tourner la tête et… Ok. C’est Auriol que j’entends. Le Sonistrelle s’est carrément endormi sur mon épaule. Non mais je n’en peux plus. Heureusement que j’ai Valdis pour rester sage comme une image ici. Parce qu’entre Auriol qui ronque et Ethiops le vadrouilleur, voilà ! D’ailleurs, en parlant du Statitik, le voilà que je le vois remonter un peu plus le long du bras de Côme. Sans doute pour garder un œil sur la Rapion. Il fait vraiment comme chez lui, et ça me fait inévitablement sourire de le voir aussi à l’aise. Et puis Côme n’a pas eu l’air réfractaire à la présence de l’arachnide jusque-là, donc bon, à moins qu’Ethiops vienne se planquer sous ses vêtements – parce que oui, ça arrive quand on a un Statitik – il ne devrait pas y avoir de problème. Je suis plutôt confiant là-dessus.




Double échange de Porygon. Evolution en Porygon2.




HRP : Ouais, donc j'ai pas mal écrit... Je pensais pas avoir fait autant, mais voilà. Cadeau ! *roule* Et encore merci pour le Porygon. ♥️
Sinon, pour le suivi, Scobolide est actuellement niv.34 et Passerouge niv.31, on progresse. :3


Il faut se rendre à l'évidence Nessa10

Il faut se rendre à l'évidence SCetKjX Il faut se rendre à l'évidence 2KU43ri Il faut se rendre à l'évidence KqgOM0b
Stamps:
 
|| Avatar by Jill Calahan ~ Signature by Worick Brown ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Côme Potte
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 02/11/2013
Messages : 1823

Région : Sinnoh
Ven 28 Déc - 17:35
Nessa me confirme que les deux nouveaux venus sont aussi ses pokémons. Je me demande s’il a déjà effectué des prestations sur scènes avec ceux-là. Il faudrait que je me renseigne, il doit bien y avoir des vidéos disponibles sur internet. Quand il m’en dit plus sur les Baudrives, je ne peux m’empêcher d’ouvrir de grands yeux en m’imaginant à quoi peut bien ressembler une horde de Baudrives ! Ça doit être un spectacle assez spécial et fabuleux. La pension de Nessa est vraiment située dans un endroit plutôt magique. C’est si étrange de se dire qu’il s’agit peut-être — sûrement — du seul lieu de réunion pour les pokémons de cette espèce. Il est fort possible que la championne Kiméra ait obtenu les siens dans le coin, d’ailleurs. Ce sont des pokémons qui n’ont pas forcément bonne réputation avec toute cette histoire d’enlever des enfants dans les airs et tout ça… Mais il me semble qu’ils sont assez prisés des collectionneurs et surtout des amateurs de pokémons de type spectre. J’ai envie de demander à Nessa si beaucoup de gens viennent le voir pour obtenir un Baudrive, s’il se spécialise aussi dans leur élevage et leur préservation, mais je préfère ne pas l’assaillir de questions, ce serait malpoli.

Ah, Tanguy… Coriace!

Je n’aurais pas deviné qu’ils étaient de la même famille. Bien sûr, maintenant que je le sais, j’ai l’impression de voir la ressemblance, alors qu’en réalité c’est juste une histoire de couleur de cheveux et, si on va par là, n’importe quel blond pourrait faire partie de la famille, moi y compris. J’imagine que cela explique effectivement pourquoi Nessa se spécialise dans l’élevage des pokémons de type électrique, puisqu’il a littéralement des années et des années d’expérience. Pour ce qui est du type acier, Nessa m’explique qu’il s’agit d’une passion qui lui est propre. Et effectivement, le lieu de sa pension aide grandement à l’entraînement de ces types de pokémons.

Du coup, il y a des pokémons acier qui t’accompagnent aussi ? Et en règle générale, tu en as beaucoup…? Je me pose la question parce que la majorité de mes amis sont dresseurs et n’ont qu’une équipe assez restreinte, celle qu’ils comptent emmener à la Ligue.

Bien évidemment, il y a quelques exceptions à la règle. Comme Genêt, l’Etouraptor qui m’accompagne depuis le tout début de mon aventure. Il est bien trop attaché à sa liberté et indiscipliné pour faire partie de mon équipe Ligue, mais c’est un Pokémon sur lequel je me repose énormément pour tout ce qui est reconnaissance et travail d’éclaireur. Il y a Dragonnet aussi, qui va et qui vient… Et sans doute d’autres qui rejoindront le groupe au fur et à mesure de mes aventures, seul l’avenir nous le dira. En tout cas, quand je vois Nessa, je ne sais pas si je suis influencé par son statut d’éleveur ou pas, mais je l’imagine entouré de pleins de pokémons. De toutes sortes, un assemblage hétéroclite comme il l’a bien dit. Finalement, cette discussion n’est autre qu’un petit entretien qui nous permet d’apprendre à nous connaître. Après tout, je vais laisser à Nessa la responsabilité d’entraîner mais aussi et surtout de prendre soin de Waneta pendant quelques temps. La petite Rapion s’y fera sans souci, j’en suis sûr, elle sait que je ne l’abandonne pas, et que ce séjour en pension ne servira qu’à la rendre plus puissante, ce à quoi elle aspire depuis un moment déjà. Elle veut jouer dans la cour des grands, avec les autres de mon équipe. Elle a déjà été fabuleuse en combat, capable d’avoir raison d’une Momartik extrêmement malicieuse et entraînée depuis des années au combat. Tout ça pour dire que je ne laisserais pas un de mes compagnons à n’importe qui, et cette discussion me permet de voir si j’ai un bon feeling avec Nessa. Je suis complètement nul pour analyser les gens et les cerner, etc, ce que je me contente de faire, ce en quoi je crois, c’est mon intuition. C’est elle qui m’a amené jusqu’où je suis à présent. J’imagine que c’est un peu la même chose pour Nessa. En tant qu’éleveur, il se doit d’être sûr de ses clients, car il ne doit pas accepter n’importe qui. Et puis, chaque Pokémon étant différent, il est bien obligé d’en apprendre le plus possible avant de se mettre au travail. Je pense — j’espère — que Waneta et moi passerons le test. J’aime penser que mon équipe et moi sommes assez avenants et qu’en règle générale, les gens nous apprécient. Il n’y a pas de raison pour que ce ne soit pas le cas avec Nessa. Les questions suivantes de ce dernier me confortent dans l’idée qu’il s’agit bel et bien d’une espèce d’entretien, qui aboutira sans doute sur un partenariat bénéfique. J’ai la sensation que Nessa est la bonne personne pour s’occuper de Waneta. C’est étrange et peut-être fou, mais en à peine quelques minutes à discuter avec lui, je sais que je peux lui faire confiance. L’intuition je vous dis.

Oh ne t’inquiète pas, c’est normal que tu poses la question ! Alors, pour ce qui est des pokémons, je n’en ai pas énormément. Proust est le tout premier. Après, dans l’ordre, il y a Genêt, un Etouraptor, Duras la Démolosse, Clio la Capidextre qui m’ont toutes les deux sauvé des flammes ! Enfin, c’est une longue histoire ahah… Ensuite il y a Sedna, ma Lokhlass et plus récemment, Dezba, ma Draby. Je crois que c’est tout pour l’équipe principale ! C’est déjà pas mal, tu me diras… Et puis, question job, j’ai été reçu au concours ranger il n’y a pas longtemps et je commence doucement mais sûrement. Ça fait un sacré moment que j’en ai envie, je suis très content. Ah mais d’ailleurs, il y a aussi les Pokémon de mon équipe ranger, je suis bête ! Pour l’instant il n’y a que Josepha, ma Goinfrex, mon Milobellus qui n’a pas encore de nom, et Jaïa, une petite Passerouge qu’un…ami, m’a offerte. Il faut encore qu’on apprenne à se connaître un peu plus avant de partir en mission je pense, mais ça ne saurait tarder.

Le petit Statitik continue son exploration ce qui nous fait sourire, Nessa et moi. Waneta reste sage.

Et toi du coup, tu as toujours voulu être éleveur ? Ou est-ce que t’as été tenté par le dressage aussi, vu que Tanguy est ton cousin…?

Ma question est peut-être bête. Si ça se trouve, les parents de Nessa sont tous les deux éleveurs. Ou ses frères et soeurs, s’il en a, aucune idée. Tout ce que je sais, c’est qu’il fait partie de la famille d’un champion d’arène, du coup forcément, niveau dressage, ça en impose. D’ailleurs, je ne sais même pas comment on devient champion d’arène. C’est de famille ? Si c’est le cas, peut-être que Nessa a grandi en se disant qu’il prendrait le relai, un jour ? Bref, je commence à nouveau à me faire des films et à m’égarer. Mais puisque je suis d’humeur bavarde aujourd’hui, pour je ne sais quelle raison, je continue sur ma lancée de questions, en espérant que je ne finisse pas par saouler mon interlocuteur.

Si c’est pas trop indiscret, les personnes qui viennent te voir, ce sont des dresseurs en général ? Je veux dire, est-ce que c’est souvent que les gens viennent te voir pour que tu entraînes leurs pokémons spécifiquement pour le combat ? Et même pour la Ligue ?

Je me demande également si des rangers font appel à ses services. Qui sait, on est peut-être sur la voie d’un partenariat longue durée entre la pension de Nessa et les rangers de Sinnoh !



OwO je réponds enfin, it's a christmas miracle /pan

Je viens donc te déposer les deux nouveaux petits, Milobellus niv.20 (+surf+cascade) et Goinfrex niv.20 (+surf), pour les entraîner jusqu'au niveau 50 ! (Tu me diras le prix, je t'enverrai ça directement ^^)

Encore merci pour tout ça, et surtout pour avoir attendu loooooooongtemps pour ce rp *shame*

Des bisous heart


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nessa Finnegan
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 5854

Région : Sinnoh
Sam 2 Fév - 18:23
Honnêtement, je pense que ça faisait longtemps que je n’avais pas discuté avec un client à la pension, et que je ne me sente pas comme un éleveur qui parle avec un client, justement. C’est quelque chose d’appréciable, car je ne me sens pas obligé de demander des informations à Côme pour qu’il me réponde et que je sache où aller avec sa Rapion, ou tout du moins, ce n’est pas simplement ça. Ses réponses m’intéressent, tant pour mieux connaître son Pokémon et son environnement que pour mieux le cerner lui. Ce n’est pas la démarche la plus professionnelle qui soit, mais en même temps, je ne suis pas l’éleveur le plus strictement professionnel. Vient alors la question de Côme sur mes Pokémon. Et cela me tire un sourire, même si je suis un peu embarrassé pour le coup. Après, c’est normal qu’il me demande ça, il va laisser un de ses Pokémon chez moi, je ferais comme lui à sa place. Et puis ce n’est pas comme si ça me dérangeait de lui répondre, bien au contraire, c’est juste que je risque de quelque peu le décevoir.

Moi : Et bien… il se trouve que je n’ai pas de Pokémon de type acier, en fait. Après, Spyros – mon Riolu – finira par évoluer. En attendant, je m’occupe de ceux de mon frère à l’occasion, ou je vais voir les employés de la forge. En ce qui concerne mes Pokémon, j’ai un peu de tout comme tu peux le voir, mais clairement plus que six. Je dois au moins arriver au double.

Voilà, ça risque d’être compliqué d’être crédible concernant ma connaissance du type acier étant donné que je n’ai aucun Pokémon de ce type en ma possession. Je m’en doute bien. Il est vrai que Côme vient pour sa Rapion, donc un Pokémon qui n’est pas acier. Mais quand même, j’ai l’impression d’avoir menti, alors que non, j’ai vraiment une bonne connaissance et un bon feeling avec les types acier, c’est tout. Quoi qu’il en soit, je me suis tiré dans les pattes tout seul. Côme ne semble pas relever ce point outre mesure et me parle alors de ses différents Pokémon. Ainsi le Torterra que j’ai vu est son premier Pokémon, cool ! Il a vraiment l’air tout tranquille ce Torterra, j’aime bien les Pokémon comme ça. Il évoque ensuite un Etouraptor, et là, je ne peux m’empêcher de penser à Aiolos. Je me demande ce qu’il devient, ça fait longtemps qu’il n’est pas venu nous voir ici. Puis il parle d’une Démolosse et d’une Capidextre qui l’auraient sauvé des flammes. Je dois reconnaître que c’est impressionnant, et que du coup, ça titille ma curiosité, mais il ne s’appesantit pas là-dessus. Il poursuit, me parlant d’une Lokhlass et d’une Draby. Je ne sais pas si je retiendrai les noms par contre, ma mémoire est bizarrement sélective, donc ça serait possible que ça me reste en mémoire, ou alors pas du tout. Côme continue, passant cette fois-ci aux Pokémon composant son équipe de ranger. Une Goinfrex, un Milobellus et une Passerouge. Je note plusieurs choses dans tout ça. Déjà, son équipe est variée, ensuite, qu’il est principalement entouré de femelles, mais je note également son trouble lorsqu’il évoque la Passerouge. Il ne faut sans doute pas chercher à être curieux sur ce point, et je ne compte pas l’être. Je ne suis pas son psy ou quoi que ce soit du genre, et puis je serais pas vraiment un fin psychologue, ni un bon d’ailleurs. Je suis éleveur, et on va se contenter de ça, c’est mieux comme ça. Ce n’est pas pour autant ce qui m’a le plus marqué.

Moi : Oh… Tu es donc ranger.

Je crois que l’admiration s’entend clairement dans ma voix. Être ranger, c’était un peu un rêve de gosse, c’était soit ça, soit devenir vétérinaire. Et on voit là où j’en suis. Même s’il est encore question de prendre soin de Pokémon, je reste assez loin de mes ambitions d’enfance. Par contre, Côme est bien ranger. Je ris intérieurement en me disant qu’il a encore un peu plus l’image du gendre parfait, calme, poli, bien intentionné, qui a un travail qui nécessite une sacrée dose de courage, et l’entraînement qui va avec. Ce n’est pas rien. C’est à côté de personnes comme Côme que je me dis que je pourrais faire plus, que je pourrais faire mieux. Peut-être que l’entraînement de Waneta est en rapport avec ça. Quoique j’en doute, il ne l’a pas mentionnée comme faisant partie de son équipe ranger. Il m’a dit qu’il voulait qu’elle l’accompagne à la Ligue Pokémon. Donc l’entraînement pour la Rapion sera vraiment tourné vers le combat « dans les règles de l’art » que vers un aspect plus survie ou pratique. Je vois de mieux en mieux le programme que je vais prévoir pour elle, et c’est une excellente chose. Vient alors la question de Côme.

Moi : Oula non ! La pension, ça m’est tombé dessus, littéralement. Une longue histoire là aussi, mais pour faire court, c’est un hasard qui fait que je suis là. Il y a eu un incendie ici, et le propriétaire de la pension y a été gravement blessé. Il a fallu rebâtir la pension, et quelqu’un pour y travailler. Et j’ai été au bon endroit, au bon moment. Ce qui fait que je suis là, depuis un an déjà. Pour ce qui touche au dressage, chez les Emerson – c’est la famille du côté de ma mère – c’est un peu un passage obligatoire. Avec mes frères, on a été dans une école pour dresseurs, t’as qu’à voir. Mais j’étais un peu rebelle sur les bords quand j’étais ado, et j’ai décidé que je voulais être coordinateur. Du coup, pendant que mes deux grands frères ont fait le tour de Sinnoh ensemble pour récupérer leurs huit badges chacun, j’ai pris mon temps avant de me lancer et de participer à des concours. Après, je reviens de plus en plus au dressage. Déjà pour la pension, mais aussi et surtout parce que j’aime ça.

Je souris quand j’entends Côme parler de Tanguy comme de mon cousin. Je ne le reprends pas, parce que je m’en fiche, mais ça me fait sourire. En même temps, c’est compréhensible. Il y a plus d’écart entre Mère et lui qu’entre lui et moi. Et c’est encore pire si on parle de Seth, parce que Tanguy n’avait que sept ans quand Seth est né. Donc bon voilà, pas de quoi lui en tenir rigueur, loin de là. En attendant, je suis du regard l’ascension d’Ethiops sur Côme. Je ne comprends vraiment pas le comportement de mon Statitik. Certes, il n’y a rien de négatif à le voir agir de la sorte, mais c’est juste que ce n’est pas dans ses habitudes de se sentir autant en confiance avec un inconnu. Pourquoi est-il comme ça avec Côme ? J’envisage plusieurs hypothèses, comme le fait qu’il soit blond, comme la plupart des membres de ma famille, sauf qu’il n’agit pas comme ça avec tous les blonds et blondes qu’on rencontre. Cela vient peut-être de Waneta, un autre insecte chromatique, ça a pu le mettre en confiance. C’est plausible. Ou alors, c’est juste qu’il aime bien Côme, et ça s’arrête là. Je n’en sais rien.

Quoi qu’il en soit, Ethiops se retrouve désormais sur l’épaule du ranger et s’approche de son cou. Là, deux possibilités, il grimpe dans ses cheveux via sa nuque, ou alors il passe sous ses vêtements. Je prie pour que ce soit la première option. Je serai forcément jaloux, mais ça, je peux le gérer. Alors que si l’arachnide se décide à redescendre par un chemin plus à l’abri, je vais être obligé d’intervenir, parce que je ne peux pas le laisser faire. Et ça voudrait dire me lever, pour aller le récupérer sous le haut de Côme, ce qui serait clairement gênant, tant pour lui que pour moi. Je ne veux pas avoir à le faire. Alors Ethiops, gare à toi. Enfin, il s’est immobilisé là, et me fixe. Etrange petite bête. On dirait qu’il a compris que je le menaçais par la pensée. Sauf que non, Spyros ne serait pas intervenu, je lui ai explicitement fait comprendre d’arrêter d’espionner mes pensées pour parler aux autres et faire son chef. Et il vaut clairement mieux pour lui qu’il n’ait pas décidé de désobéir. Côme me pose une nouvelle question, reportant mon attention sur notre entrevue. Sa manière de ne pas vouloir me froisser ou me déranger, c’est quelque chose que j’apprécie, même si je ne pourrai pas m’empêcher de l’embêter avec ça, parce que c’est clair et net que moi, je n’ai pas ce truc de faire attention. Je parle comme ça vient, même si c’est professionnel d’ailleurs. Et puis, je n’irai pas lui mentir ou lui cacher des choses. Je ne vois pas l’intérêt. Je suis transparent, et je déteste les langues de bois.

Moi : Oh rassure-toi, avant que tu poses une question que je pourrais considérer comme indiscrète, tu as de la marge ! Vraiment. Et pour te répondre, ouais, la plupart des personnes qui viennent me voir sont dresseurs. Après, il y a aussi eu des agents de police et des rangers. Mais si on parle de combat, c’est moins fréquent déjà, même si c’est déjà arrivé, les gens confient la plupart du temps leur Pokémon pour régler un problème comportemental. Et pour la Ligue, je dois reconnaître que c’est une première. Enfin, dans le cadre de la pension. J’ai pas mal aidé mes frères pour leurs entraînements, ou Tanguy pour la préparation de ses Pokémon à l’arène.

Suite à cela, j’avoue que je n’ai plus vraiment de question pour Côme, ou tout du moins, je n’ai plus de question concernant sa Rapion. Je vois ce qu’il faut que je fasse, et j’ai déjà quelques idées pour l’entraîner. Par contre, j’aurais des questions pour lui. Parce que je suis curieux du coup. Sauf que ce n’est ni l’endroit ni le moment. Enfin, peut-être l’endroit, mais définitivement pas le moment. C’est vrai que j’agis et parle comme si je parlais à un pote, sauf qu’il faut que je me mette dans la tête que même si je trouve que le feeling passe et que j’apprécie Côme, ce n’est qu’un client de la pension que je viens de rencontrer pour la première fois. Il faut que je me calme. On m’a déjà fait remarquer que j’étais dans le all-in et que ça pouvait être une situation inconfortable pour les autres. Je dois me contenter d’être professionnel, même si je compte bien rester à la cool. Il est hors de question que ces limites que je me pose à moi-même viennent pourrir l’ambiance.

Moi : Bon, du coup, je pense avoir toutes les informations dont j’ai besoin pour m’occuper de Waneta. Si tu as d’autres questions, par contre, tu peux y aller. J’ai le temps. Et sinon, je veux bien ton numéro, je vois qu’on ne l’a pas récupéré lors de la constitution du dossier. Histoire de pouvoir te contacter en cas de besoin. Ah, et puis je vais te passer mon numéro perso, aussi. Que tu ne t’embêtes pas si tu veux des nouvelles de ta Rapion, ou autre chose. Au moins, tu sauras sur qui tu tombes.

Je prends une des cartes de visite de la pension, ainsi qu’un stylo. Au dos de la carte, j’écris mon prénom ainsi que mon numéro de portable. En temps normal, je ne le fais pas, mais quand un entraînement me semble spécial et que je m’engage à m’en occuper personnellement, j’aime bien être le seul interlocuteur du client. Et c’est exactement ce qu’il va se passer pour Waneta, je vais m’occuper de son entraînement de bout en bout. L’objectif, c’est qu’elle soit prête pour la Ligue, ce n’est pas un simple travail comportemental, ou une mise en pension pour un certain temps, et que notre seul tâche est de prendre soin du Pokémon. Je suis le seul ici ayant les compétences et connaissances pour m’occuper de ça. Donc il est indispensable que Côme puisse directement s’adresser à moi s’il en ressent le besoin, ou même l’envie.




Bon, du coup, j'ai enfin répondu et je peux enfin te rendre tes Pokémon. Le Scobolide est niv.50 (0/4) et la Passerouge est niv.50 (1/4). J'ai aussi commencé (mais c'est vraiment le début...) à entraîner la Goinfrex et le Milobellus. Je vais essayer d'accélérer un peu mon activité à la pension pour que ça ne prenne pas dix ans.

Sinon pour le rp, je viens te poke par pm, j'ai une petite idée. :3

Toujours débizou ♥️


Il faut se rendre à l'évidence Nessa10

Il faut se rendre à l'évidence SCetKjX Il faut se rendre à l'évidence 2KU43ri Il faut se rendre à l'évidence KqgOM0b
Stamps:
 
|| Avatar by Jill Calahan ~ Signature by Worick Brown ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Côme Potte
Ranger Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 02/11/2013
Messages : 1823

Région : Sinnoh
Sam 6 Avr - 17:54
Il faut croire que la passion pour certains types de pokémons ne découle pas obligatoirement d’un contact privilégié et de longue durée avec le type en question. Preuve en est, Nessa me confie qu’il n’a pas vraiment de pokémon de type acier, seulement son Riolu une fois qu’il aura évolué. Je hoche d’ailleurs la tête de manière appréciative quand il en parle. Ces pokémons, on n’en voit pas tous les jours, c’est clair ! Il n’y a guère que celui de Sanae que j’ai côtoyé si on exclut celui de la championne de Voilaroc, Mélina. Je me demande s’il y a quelque chose en particulier qui l’attire vers ce type-là. Leur résistance à toute épreuve peut-être ? Je suis convaincu d’avoir été forcé par Sigrid de faire un de ces tests de magazine dans lequel on répond à des questions vagues et idiotes et qui nous disent quel type de pokémon nous ressemble le plus. La réponse ‘type acier’ devait donner quelque chose comme ‘vous êtes renfermé et construisez des murs pour vous protéger de l’extérieur’. Si je ne m’abuse, j’avais eu le type normal: la bonne poire insipide pas trop exigeante, un truc dans ce goût-là, charmant. En tout cas, je ne me formalise pas de l’absence de pokémons acier qui entourent Nessa. Je ne le connais littéralement que depuis aujourd’hui, mais je ne vois pas pourquoi il irait dire qu’il a une affinité particulière avec ces pokémons si cela n’était pas vrai.

Nessa est un interlocuteur attentif et il est très facile de parler avec lui. J’ai le sentiment que d’avoir fait appel à lui pour l’entraînement de Waneta peut déboucher sur autre chose qu’une pure relation professionnelle. Bien sûr, c’est toujours compliqué de garder contact vu que je bourlingue pas mal, je vois bien ce qu’il advient de mes rapports avec Jo et Sigrid par exemple… En plus, étant donné qu’il est éleveur, il doit être pas mal occupé également, même si j’ignore si sa pension a beaucoup de succès ou non. En tout cas, je note qu’il relève que je suis ranger et que cela lui arrache comme une réaction étonnée, peut-être surprise ? Positivement, je crois. Cela me fait sourire bêtement et, pour être tout à fait franc, je sens mon égo qui prend la confiance et se trouve ravi d’être ainsi boosté.

Oui, c’est vraiment tout récent, je suis carrément un bleu ! Il y a une antenne ranger qui va ouvrir à Voilaroc dans pas longtemps, je vais sans doute y aider un peu pour l’instant, en attendant de voir où je suis affecté en mission.

À chaque information que je lui donne, j’ai comme l’impression que Nessa enregistre, note dans un coin de sa tête pour pouvoir se faire une idée claire du travail qui l’attend avec Waneta. C’est bien, c’est rassurant et professionnel de sa part. Je n’en attends pas moins de quelqu’un qui va s’occuper d’un de mes compagnons pour une durée indéterminée. Et du coup, je suis bien content d’en apprendre plus sur son background d’éleveur. Décidément, nous avons tous deux de longues histoire qui tournent autour d’incendies, un point commun ! Je hausse les sourcils et souris en coin quand Nessa parle de son passé de rebelle. J’aurais bien aimé voir ça, parce qu’il ne me frappe pas du tout comme le rebelle type.

C’est cool que tu aies choisi ta propre voie. Et la pension a l’air super, tu peux en être fier ! J’ai déjà regardé quelques retransmissions de concours de coordination à la télé, ça se trouve je t’ai déjà vu ! En tout cas, je ferai attention à l’avenir.

La coordination a toujours piqué ma curiosité. Je ne connais que très peu le milieu et tout cela me semble un peu brumeux et mystérieux, mais certaines prestations sont pour le moins captivantes. Encore plus quand il s’agit des prestations à l’Elite, l’équivalent de la Ligue pour les coordinateurs. Et pendant ce temps-là, je sens doucement mais sûrement les petites pattes du Statitik qui continue son ascension et vient chatouiller ma nuque. Ça va que je n’ai pas peur des insectes, j’aimerais bien voir la tête de Sigrid à ma place. Finalement, même si elle paraissait assez farouche au début, la petite arachnide a l’air de m’apprécier. J’imagine que c’est un bon point, un peu comme si elle validait ma personne et indiquait son dresseur que j’étais quelqu’un de confiance ? Ou bien elle s’apprête à me mordre dans le coup et à m’envoyer une décharge de je ne sais combien de volts pour m’assommer. Au choix. Je préfère croire à la première option, plus rassurante. Trop côtoyer Sigrid m’a définitivement rendu parano sur les bords, décidément.

Du coup t’es un peu un dresseur-psychologue-entraîneur. Tu dois pas avoir beaucoup de temps pour toi.

J’espère que mon résumé un brin taquin ne froissera pas Nessa, puisque ce n’est que de l’admiration pour son métier après tout ! Je n’aurais pas forcément pensé que certains de ses clients venaient expressément pour des problèmes de comportement. Peut-être que j’aurais pu avoir besoin de ses services pour ma Draby, maintenant que j’y pense, quand elle avait encore ses tendances agoraphobes. Même s’il aurait été un peu compliqué de la confier à quelqu’un qu’elle ne connaît pas sachant qu’elle me prend plus ou moins pour sa mère. En tout cas, cet entretien a été super enrichissant pour nous deux, je crois: Nessa pour savoir ce dont Waneta a besoin, et moi pour apprendre à le connaître et en savoir un peu plus sur son métier. Savoir qu’il prend le temps de rencontrer les clients et de recollecter toutes les informations utiles montre qu’il prend son travail au sérieux et qu’il a à coeur de bien faire. Je ne regrette pas une seule seconde de lui confier Waneta. Et je ne crois pas qu’elle regrette non plus. À vrai dire, je l’ai déjà perdue de vue, jusqu’à ce que je sente ses petites pattes contre ma jambe. Visiblement, elle vadrouille et a déjà adopté l’endroit.

Merci encore de t’occuper d’elle, j’ai l’impression qu’elle se sent déjà à l’aise en tout cas. J’ai un peu de mal avec les téléphones tout ça, mais je ferai un effort, promis !

Je prends la carte qu’il me laisse et emprunte son stylo pour lui donner mon numéro. Je m’agenouille ensuite pour adresser quelques derniers mots à Waneta avant de partir et de la laisser aux bon soins de Nessa. La Rapion n’a pas l’air traumatisée et je pense qu’elle comprend bien ce qui va se passer. C’est donc l’esprit apaisé que je dépose sa pokéball sur le bureau de Nessa. Quand il est temps de m’en aller, je en sais jamais trop comment procéder, alors je lui tends un peu maladroitement la main, parce que j’imagine que c’est comme ça qu’on fait dans un cadre professionnel et surtout quand on rencontre quelqu’un pour la première fois ? Ah, les conventions sociales et moi… Vu que j’ai surtout été entouré de femmes, j’ai l’habitude de faire la bise, mais il me semble que ce n’est pas trop l’habitude entre hommes, alors bon. Une poignée de mains ça sera.



J’ignore combien de temps s’est écoulé depuis la dernière fois où je me suis tenu là, devant la pension de Nessa. J’ai l’impression qu’un million de choses se sont produites, mais en une fraction de secondes. C’est vraiment étrange. Entre temps, Dezba a évolué, de nulle part, pour ainsi dire, et j’ai toujours le bras qui me lance, même si je n’ai enfin plus l’écharpe. Je crois que j’ai encore une cicatrice sur le front, d’ailleurs. J’espère que Nessa ne va pas croire que je suis parti faire une mission héroïque alors qu’en réalité j’ai simplement été propulsé à travers un muret en briques quand ma Drattak a évolué… Voilà qui fait tout de suite moins impressionnant. En tout cas, c’est bien à dos de Drattak que je suis venu, même si les vols sont toujours un peu chaotiques pour l’instant. C’est aussi de ma faute car je ne suis pas encore bien habitué à chevaucher Dezba. On apprend à deux, en quelques sortes.

Nessa et moi avons été en contact régulier pour qu’il me tienne au courant du bon cours de l’entraînement. J’ai hâte de retrouver Waneta, et je crois que tous mes compagnons le sont. Je n’étais pas bien sûr qu’ils l’aient tous réellement acceptée comme une membre à part entière de l’équipe, mais rien de mieux que de voir comment ils réagissent à la séparation pour m’en rendre compte. En tout cas, quand Nessa m’a contacté pour me dire que je pouvais venir chercher Waneta, ça a véritablement illuminé ma journée. Bon, j’ai mis plus de temps que prévu pour venir, du coup on est déjà le soir et j’espère que ça ne va pas trop déranger Nessa, d’autant que je n’ai pas vraiment pu le tenir au courant de mon retard dans les airs en train de contrôler une Drattak néophyte pour le transport aérien d’humains. Je compte donc lui envoyer un sms timide parce que je ne sais pas si je devrais me pointer à la porte de sa pension et toquer. Ça se trouve il n’y vit même pas et rentre chez lui le soir ! Peut-être qu’il s’est dit que j’étais le pire des abuseurs à être en retard sans même le prévenir ! Arf, j’espère qu’il ne m’en tiendra pas trop rigueur, et que je ne vais pas le déranger. Et puis je me rends compte que s’il n’a pas son téléphone à proximité, je risque d’attendre longtemps. Au pire, je pourrais l’appeler. Oui, c’est déjà mieux. Je dégaine mon téléphone, et je l’appelle. Je déteste être en retard et me retrouver dans ce genre de situation. Enfin, restons calme et gardons les choses simples: « Salut Nessa, c’est Côme, désolé pour le retard je viens juste d’atterrir devant ta pension, c’est toujours bon pour ce soir ? » Ça devrait faire l’affaire. J’espère. Ça sonne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Nessa Finnegan
Modo & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 5854

Région : Sinnoh
Ven 14 Juin - 15:11
L’entraînement d’un Pokémon à un tel niveau s’est avéré être une première pour moi. Enfin, dans le cadre de la pension. Il m’est déjà arrivé de participer à la préparation physique et mentale de Pokémon de champions, mais il s’agissait là de Pokémon que je connaissais depuis des années, ce qui changeait pas mal la donne. La Rapion de Côme, c’est une autre démarche, j’ai dû apprendre à connaître son caractère et son fonctionnement en détail avant de me lancer pleinement dans cette tâche. Le contact s’est fait assez aisément, sans doute grâce au dresseur de l’insecte lors de son dépôt. Pour autant, il a été plus complexe d’établir une réelle relation de confiance entre nous, pour permettre à la Rapion de se donner à fond lors des sessions d’entraînement. Nous avons fini par y parvenir. L’autre difficulté qui s’est présentée a été de trouver des adversaires au niveau conséquent pour s’opposer à elle. Surtout que je ne m’attendais pas à ce qu’elle apprenne aussi vite. Sa nature espiègle s’est révélée être d’une grande aide dans ce domaine, surtout lorsqu’il fallait trouver les points faibles de son adversaire pour les exploiter. Je l’ai en partie appris à mes dépends d’ailleurs, Waneta étant plus que rusée. Est alors venu le jour de son évolution – car la demoiselle a évolué – au cours d’un combat contre mon Riolu, Spyros. La petite Rapion est devenue une robuste Drascore noire. C’est également à ce moment que j’ai su que j’étais dépassé. C’est pourquoi j’ai fait appel à Tanguy. Je me suis dit qu’il pourrait m’aider, car je me doutais que la puissance nouvelle de Waneta et son nouveau corps serait une difficulté nouvelle que je ne saurai appréhender seul.

La chose à laquelle je ne m’attendais pas, c’est que notre crochet à Rivamar nous fasse rencontrer Aaron. Tanguy et ses contacts, je me doute que j’aurais dû m’en douter. Au même titre qu’Adrien, Aaron est un grand champion, un spécialiste du type insecte, un expert même. Mon oncle m’a expliqué que s’il y avait bien une personne dans tout Sinnoh qui pourrait m’aider avec un Drascore, c’était lui. J’ai donc fait la rencontre d’un autre illustre dresseur, et Waneta a pu se mesurer à un autre membre de son espèce spécialement entraîné aux combats. Cela a donné l’occasion à la Drascore chromatique de se découvrir, de prendre conscience de ses nouvelles capacités, même si cela l’a fortement mise en difficulté. C’était ce dont j’avais besoin pour mener à bien l’engagement que j’avais pris auprès de Côme. Jour après jour, le Pokémon de type poison se renforçait, affinait sa technique, jusqu’au jour où cela me sembla suffisant pour considérer que l’entraînement dans ma pension était terminé. Cela m’aura demandé certains efforts, sans compter ceux de Luranmis, vu que c’était la Mélodelfe qui était la seule à pouvoir se battre contre Waneta à la fin. Mais je peux enfin considérer que je n’ai plus rien à lui apporter. J’ai donc contacté le ranger pour l’avertir de la fin de la préparation de son Pokémon, sans pour autant mentionner son évolution. Je me suis dit que ce serait une agréable surprise pour lui, et je reste de cet avis.

Et c’est donc aujourd’hui que Côme vient récupérer Waneta. Je ne sais pas trop à quel moment, mais dans la journée. Je ne me rappelle plus s’il me l’a dit et que j’ai zappé, ou bien on n’a pas précisé. Aucune idée. Ce n’est pas ce qui va m’empêcher de faire ma journée de boulot à la pension comme d’accoutumée. J’ai un ou deux autres pensionnaires qui réclament mon attention, mais ça va, ça se gère plutôt bien. Le truc, c’est que plus la journée passe, plus je m’inquiète. Bon, je n’ai aucune raison de me dire qu’il lui est peut-être arrivé quelque chose de grave, quoiqu’il est ranger… Ah ouais, donc clairement, il y a moyen qu’il ait eu une mission ou un truc du genre et qu’il ne puisse pas venir, et si c’est urgent, il n’a peut-être pas eu le temps de me prévenir. Et puis je m’en fiche après tout. Qu’est-ce que ça me change, à moi, de garder Waneta une journée de plus ou deux à la pension ? Rien. Bon bah voilà. Il n’y a pas de quoi se prendre la tête. Ou tout du moins pas trop. En dehors de conduire Valdis auprès de ses congénères, comme nous le faisons chaque semaine, je n’ai aucun impératif qui me ferait m’absenter de la pension, et ça ne serait que ce soir. Donc bon, il y a le temps, je crois.

Sauf que l’heure avance, que le soleil commence à décliner, et que Côme n’est toujours pas là. Ce sera pour demain, je suppose, ce n’est pas grave. J’appelle ma Baudrive, je fais de même pour ma Nanméouie et ma Wattouat. Le troupeau de spectres me laisse les approcher, et Swen est en mesure de m’aider à soigner ceux qui pourraient être mal en point. Pour Moe, la boule de laine me fournira la lumière nécessaire pour rentrer, je suppose que la nuit sera tombée. Quand elles seront toutes les trois là, nous pourrons y aller. Je sens alors mon portable vibrer dans ma poche. Je le sors à la hâte et vois le nom de Côme s’afficher. Ah. Enfin ! Je décroche donc. Il m’annonce qu’il a du retard et qu’il est devant la pension. Sauf que je ne peux pas remettre cette visite des Grodrives à plus tard, ils risquent d’être partis d’ici-là. Hmpf. Bon, soyons rationnels, je peux faire d’une pierre deux coups. Surtout que Côme est ranger, donc bon, quel risque je prends à le laisser m’accompagner ? « Hey, salut ! Oui, bien sûr que c’est toujours bon, entre ! » Je laisse un petit temps de pause avant de reprendre, toujours au téléphone. « Ça te dérange si on marche un peu ? » J’avoue que ma question peut surprendre, mais voilà, de toute façon, je risque de ne pas lui laisser le choix.

Une fois sa réponse obtenue, je me permets de raccrocher. Je file chercher Waneta, je lui demande gentiment de rentrer dans sa pokéball, pour conserver l’effet de surprise, et j’avoue que je ne m’attendais pas à ce qu’elle s’exécute. Je suppose qu’elle a hâte de retrouver son dresseur, ça serait normal. Une fois Waneta avec moi, je récupère mes trois Pokémon avant de filer à la rencontre de Côme. Au final, j’arrive à l’accueil au moment où il franchit la porte. Bon timing, Finnegan ! « Hey ! Alors, comment ça va ? » Je me lance alors vers le ranger et lui claque la bise, comme si c’était normal, comme si on se connaissait plus que ça. Je ne sais pas trop pourquoi cette familiarité soudaine, mais je m’en fous. Ça fait partie du personnage, je crois. Quoi qu’il en soit, je ne peux pas me permettre de traîner, sinon, on va rater le créneau pour permettre à Valdis d’être avec sa famille. « En fait, je vais emmener ma Baudrive un peu plus loin dans les terres de la pension, pour qu’elle puisse revoir ses semblables. C’est une sorte de rituel qu’on a, et on doit y aller maintenant, parce qu’ils partent à la tombée de la nuit. Ça te dérangerait de nous accompagner ? J’en profiterai pour te rendre Waneta. » Bon, je pourrais comprendre qu’en fin de journée, Côme n’ait pas trop l’envie de devoir marcher à travers les plaines des Éoliennes, et je ne verrais aucun inconvénient à le laisser patienter ici. Je préférerais cependant éviter. A voir si ma proposition lui convient.


Il faut se rendre à l'évidence Nessa10

Il faut se rendre à l'évidence SCetKjX Il faut se rendre à l'évidence 2KU43ri Il faut se rendre à l'évidence KqgOM0b
Stamps:
 
|| Avatar by Jill Calahan ~ Signature by Worick Brown ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Pour vivre heureux, faut pouvoir se déplacer
» Il ne faut pas boire de sang.
» Il faut vivre.
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Floraville :: Les Éoliennes-