AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» L'histoire d'une mère (2)


avatar
Modo Jeux & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 1264

Région : Johto
Lun 7 Aoû - 22:26
Elisa Stanford - 17 ans - 21 ans auparavant (Suite directe de "L'histoire d'une mère (1)")

La route avait été longue jusqu'à Doublonville. D'abord, il y eut le ferry jusqu'à Oliville, légèrement agité suite à un passage un peu trop prêt d'un siphon. Antony avait manqué de rendre son petit déjeuner et au final, Elisa se trouvait satisfaite de ne pas en avoir pris de son côté, réservant sa barre de céréale pour la collation de 10h. Après le ferry, ce fut l'heure de prendre le train d'Oliville jusqu'à Doublonville, en faisant inévitablement un arrêt par la gare ferroviaire de Rosalia le temps d'une petite pause.
Le transport ne sembla pas si long pour les futurs élèves de l'Académie de police, qui passèrent le plus clair de leur temps à discuter du bon vieux temps, avant de commencer à imaginer la tête de leurs futurs professeurs. C'est ainsi que naquirent dans leur imagination le Lieutenant Moustacho et sa moustaches gigantesque, et la Capitaine Brigitte Longuejambe pour symboliser une femme Agent au comportement de pin-up des années 70'. Celle-là sortait définitivement d'un fantasme d'Antony mais ça, il n'y avait pas franchement besoin de le préciser.
Les discussions dans le trains s'enchaînaient à leur rythme jusqu'à ce qu'Antony finissent par demander, prenant un faux air sérieux : "Tu as déjà une idée de quel pokemon tu vas choisir, une fois là-bas ? Comme starter ?"
Elisa fit une moue contrariée : " Pas vraiment, je n'y ai pas trop réfléchis... Mon frère a pris un Scorvol alors je n'ai pas vraiment envie de le copier sur ce point-là... Après je n'ai pas vraiment de préférence. Tous sauf des insectes..."
Antony éclata de rire et lui tapota l'avant-bras en signe de soutient moral : " C'est vrai que toi et les insectes, ça n'a jamais vraiment été ça ! Je me souviens de la sortie de classe où une Mimigal t'était monté dans le dos, tu avais "danser dans tous les sens en criant au secours."
Gênée, Elisa le gratifia d'un coup de genoux dans le tibia, juste sous la table, grondant : "J'avais 5 ans, ça ne compte plus ce genre de choses. Et raconte pas des histoires comme ça à tout le monde à l'école, pitié. Sinon je te jure que je lâche le dossier sur Johana."
Le pauvre Antony devint livide et opina du chef immédiatement. De toute évidence, le "dossier Johana" était un argument magique dans la bouche d'Elisa.

Une silhouette se dessina à côté de leur place face à face, attirant l'attention de l'un comme l'autre. C'était une jeune fille aux cheveux... Verts, longs, tressés en deux longues tresses qui couraient sur ses épaules pour descendre jusqu'à son ventre. Elle portait une sorte d'uniforme d'écolière bleue, et une paire de lunette rouge. Ses yeux semblaient noisettes bien qu'il soit vraiment difficile de s'attarder sur leur couleur étant donné qu'ils faisant des allées retours partout excepté en face d'elle. "Bon-bonjour... Pardon de vous déranger mais... Je vous ai entendu parlé et j'ai cru comprendre que vous étiez... Aussi en route pour l'Académie de Police, c'est bien ça ?"
D'un naturel souriant, Antony répondit le premier, non sans consulter Elisa du regard dans un premier temps : "Oui ! Toi aussi ?". La verte hocha positivement la tête, joignant ses mains devant elle tout en baisant les yeux : "Accepteriez-vous que... Je m'asseye avec vous ? Je suis un peu... Anxieuse et je... Si vous acceptez, bien sûr..."
Ce fut au tour d'Elisa de sourire, faisant signe à la jeune fille de se joindre à eux. Après tout, elle semblait avoir leur âge et n'avait pas l'air bien méchante alors. Celle-ci déposa son maigre sac sur le porte bagage à côté et se glissa aux côtés d'Elisa - sans doute la présence féminine la rassurait-elle plus que masculine. La brune la détailla un instant des yeux avant de lui adresser à nouveau la parole le plus naturellement du monde : "Je m'appelle Elisa Stanford, et la tête blonde là-bas, c'est Antony Beaumont... On vient d'Irisia."
La verte bafouilla, consciente que c'était à son tour de se présenter. Sentant ses joues rougirent, elle tenta de cacher sa gêne en rentrant sa tête dans ses épaules, mais sa manœuvre fut avortée par un commentaire des plus doux de la part de la d'Antony : "Pas besoin de te sentir mal à l'aise avec nous. On mord pas, sauf les criminels bien sûr. Mais c'est parce que ça sera notre job plus tard!" gloussa-t-il en cherchant le regard d'Elisa. Regard qui le confronta à la nullité de sa blague. Pourtant la verte sourit, finissant par articuler convenablement et de manière audible : "Je m'appelle Sarah Deekers, je suis originaire d'Hoenn mais j'ai grandi à Johto, à Oliville...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 1264

Région : Johto
Mar 8 Aoû - 10:35
Plus le train avançait, et plus Sarah Deekers semblait s'ouvrir aux deux irisiens, leur parlant de sa famille, de ses ambitions. Elle racontait comment, après le dépars de sa première sœur aîné pour devenir idole et de de la seconde pour devenir artiste peintre, ses parents avaient insisté pour qu'elle ait "un vrai boulot" dans la vie. Elle espérait devenir Agent de liaison et travailler au Glaive dans un petit bureau, faire de l'administratif et écouter les dépositions. Tout ce qu'Elisa détestait franchement, ce qu'elle ne manqua pas de spécifié avec un peu d'admiration dans la voix. C'est clair qu'il faut du courage pour accepter un destin aussi ennuyeux que celui-là. Sarah avait rougit, regardant par la fenêtre : "Je ne suis pas très douée pour me battre, je m'en sors bien mieux avec un ordinateur qu'avec des coups de poings..."
Antony le super héro en profita pour clamer haut et fort, dérangeant les autres passagers du train au passage mais on se doute qu'il n'en avait pas vraiment quelque chose à faire : "Ne t'en fais pas, laisse les forts te protéger ! Ce sera comme dans les BDs : on sera les Agents sur le terrain et toi le geek dans le fauteuil. Enfin, la geek, et en plus mignonne aussi."
Elisa le gratifia d'un coup de geoux dans le tibia bien placé, lui arrachant un râle de douleur : "Surveille un peu tes paroles Antony, elle n'a pas l'habitude de tes taquineries encore..." Elle s'adressa à la verte sur un ton d'excuse. "Lui en veut pas trop, il est un peu stupide..." tout en insistant sur le "un peu". "Et il n'a aucune délicatesse non plus. C'est pour ça qu'il n'a jamais eu de copine."

Le blond rougit presque automatiquement, serrant les dents : "On avait dit par les anecdotes Elisa ! Ni les petits secrets comme ça ! Sinon je te jure que je balance tout aussi. J'irais même créer un journal spécial à l'Académie pour raconter tous tes petits secrets, fait gaffe."
" Moi aussi, je pourrais faire la même chose. On appellera ça la guerre des feuilles de choux, t'en penses quoi ?" ailla Elisa, lui tirant la langue de façon à volontairement le provoquer. Le blond croisa les bras sur son torse et regarda le paysage, boudant sa camarade qui ne s'en formalisa pas plus que ça. Elle savait que la bouderie ne tenait jamais longtemps avec lui.
Elle préféra attirer son attention à nouveau sur Sarah qui semblait s'être repliée sur elle-même comme un Escargoum. Elle ne devait pas se sentir à l'aise dans leurs chamailleries amicale, c'est certains. Volontaire de la faire se sentir à nouveau à l'aise, la brune demanda : "Au fait, tu sais comment ça va se passer, la pré-rentrée ? Mon frère ne m'a rien dit et je n'ai pas vraiment pris le temps de lire la brochure."
Sarah lui sourit naturellement, sortant le papier dépliant de son sac : "De ce que j'ai compris, on va être conduit dans un premier temps aux dortoirs, pour rejoindre nos chambres... Ensuite vers 11h, il y aura le discours du directeur de l'école, rendez-vous au self à 12h pour le déjeuner et la présentation de l'équipe pédagogique. L'initiation est à 13h30 : on recevra notre pokemon partenaire et on sera orienté vers nos classes. Les professeurs principaux de chaque classe feront la visite du campus et ensuite, c'est quartier libre..."
Elisa souffla, assez impressionnée que la jeune fille ait retenu autant d'information sans même regarder le dépliant. Sarah finit par marmonner : "J'espère qu'on sera dans la même classe... Je suis nulle pour me faire des amis et je vous aime bien..." confessa-t-elle non sans une immense gêne se matérialisant par des rougeurs sur son visage blanc. Elisa passa un bras autour de ses épaules pour l’amener vers elle : " J'espère aussi ! Mais faudra aussi songer à se faire plus d'amis, le boulot d'Agent se fait toujours en équipe, faut jamais l'oublier. Si tu es proche des autres élèves, c'est que tu es déjà proche de tes futurs collègues de travail, d'un certaine façon. "

La verte hocha la tête alors qu'Antony leur adressait un nouveau un regard, fronçant les sourcils : " Qu'importe les amis que tu te feras Elisa, c'est moi ton partenaire, d'accord ? Personne pourra couvrir tes arrières aussi bien que moi !" La brune ria, levant un pouce dans sa direction en guise d'approbation. Le train n'allait pas tarder à arriver en gare de Doublonville, terminus du train. La navette allait les récupérer à la descente et les conduire jusqu'au campus... Cette journée promettait d'être mouvementée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 1264

Région : Johto
Mar 8 Aoû - 13:06
On se serait cru sur les plages du débarquement : la gare fourmillait dans tous les sens et l'on pouvait entendre crier dans le hall "Les élèves de 1ère année pour l'Académie, rejoignez le point A et B ! Dépêchez vous un peu ! Mettez vos valises sur les chariots avec vos noms étiquetés dessus. Au rang, au pas de course !" En levant les yeux, Elisa pu constater qu'il s'agissait d'une femme avec un mégaphone à la main, sur les épaules d'un Mackogneur des plus effrayant. Il n'y a pas à dire, l'ambiance "école de police" se sentait déjà. Antony eut la gentillesse de porter la valise de Sarah pour la mettre sur le chariot, ainsi que celle d'Elisa malgré ses protestations, puis ils rejoignirent tous les trois le rang A. Sarah avait pris la manche d'Elisa, de peur de se perdre sans doute ou alors angoissée par la foule. Avec sa couleur de cheveux peu naturelle, elle attirait énormément l'attention sans même s'en rendre compte.
Un instructeur fit alors l'appel, chacun levant la main les uns après les autres. Puis vint le tour d'Elisa : "Tiens donc, une nouvelle Stanford à l'Académie ?" Elisa leva la main, serrant les dents pour ne pas répondre de manière trop abrupte. L'instructeur la dévisagea avant de passer au suivant, la soulageant d'un grand poids sur ses épaules. Quelle horreur d'être déjà "connu" alors qu'on vient à peine d'arriver. Sarah, qui n'avait toujours pas lâché sa manche, finit par chuchoter à son adresse le plus bas possible : "Qu'est-ce que l'instructeur voulait dire... ?"
Elisa ne pouvait se résoudre à expliquer en long et en travers l'histoire de sa famille, Agents de génération en génération. Elle se contenta d'un : "Être Agent est une tradition familiale... Tous les Stanford sont passés à l'Académie, on est "célèbre", entre guillemets." Et Antony ne s'empêcha pas d'en rajouter une couche : "Son frère est déjà élève en 2ème année aussi, on te le présentera si tu veux !"
Sarah sourit et hocha la tête, heureuse d'élargir petit à petit son cercle d'amis sans vraiment le vouloir.
On les fit monter dans des cars et les trois s'installèrent dans le fond, là où ils pourraient être côte à côte. Certains murmurent arrachèrent un froncement de sourcils à Elisa. "Elle est célèbre, quelque chose comme ça ?" ; "Mes parents disent que les Stanford étaient des supers Agent à une époque mais maintenant, ils ne se reposent que sur leurs réputation" ; "Ah, bah on dirait qu'il y a déjà une chouchoute à l'Académie, pff... Tout ça grâce à sa famille."
Un rictus se dessina sur le visage de la brune, alarmant immédiatement Sarah qui tentait des appels au secours en direction d'Antony qui demeurait les mains dans les poches. Il se contenta de sortir un chewingum et d'en proposer à ses camarades en chuchotant : "C'est juste une bande rageux parce que leur nom a été appelé d'un ton morne, faut pas s'en faire. Ils n'ont qu'une langue et rien dans la tête. Je suis certain que ceux qui crachent leur venin ne tiendront pas plus d'une semaine de cours."
La brune opina du chef, souriant à Sarah pour la rassurer. Ils peuvent bien dire ce qu'ils veulent, elle ne sera pas Agent. Elle sera Agent ET Ranger, elle fera tout pour ça. Et c'est pas grâce à ses parents qu'elle a réussi tous les tests pour devenir Ranger, c'est clair. Encore, elle pouvait avoir des doutes sur son inscription à la dernière minute à l'école mais pas sur le reste. Le car s'ébranla et la route se poursuivit jusqu'au campus dans un bouillon de conversations disparates. Elisa et Antony échangèrent leurs numéros de téléphone avec Sarah, au cas où ils seraient séparé pour la suite des opérations et pour pouvoir se retrouver sur le temps libre.

Le portail du campus se dessina au bout d'une dizaine de minute de trajet. Le brune sentit son cœur se serrer, le blond lui colla sa tête à la vitre et la verte mima son ami de son côté, voulant admirer leur lieu de vie pour les prochaines années. Ils descendirent les uns après les autres, récupérèrent leurs bagages et durent se ranger en deux files : une pour les filles, et une pour les garçons.
Antony salua ses camarades et s'éloigna avec son groupe, Elisa et Sarah emboîtant le pas du leur. Les deux dortoirs étaient en fait deux bâtiments l'un à côté de l'autre, rectangulaire, avec une sorte de maison entre les deux, servant sans doute de lieu de vie communs. Au rez-de-chaussé se trouvait l'accueil et un petit salon, puis au premier et second étage des chambres avec des salles de bains communes chacun. Sarah et Elisa prirent une chambre duo au second étage, s'enregistrant sur le registre avant de rejoindre leurs appartements.
Il s'agissait de chambre semble, parfaitement symétrique de chaque côté d'un rideau qu'il était possible de tirer pour avoir un peu plus d'intimité. Elisa prit le côté droit, et Sarah le côté gauche, remplissant chacune de leur côté leurs armoires respectives. La brune sortit ses cadres photos et les posa sur son bureau, y contemplant dans un premier temps sa photo de famille, puis une autre où elle se trouvait bras dessus bras dessous avec Antony et Henry, tout sourire à la plage alors qu'ils devaient avoir une dizaine d'année. C'était le seul souvenir de cette époque qu'elle avait ramené, avec sa petite boite pleine de coquillage qu'elle exposa à côté des photos. Lorsqu'elle tourna la tête, elle pouvait remarquer que Sarah lui jetait par moment des petits regards soucieux. Elisa fronça les sourcils, finissant par demander : "Tu as besoin de quelque chose Sarah ?"
Elle rougit, finissant par regarder le sol : "Non je... C'est juste que je me dis qu'il faudrait que je t'en parle, que tu ne sois pas trop surprise..."
Surprise de quoi ? Se demanda Elisa lorsque Sarah tira quelque chose de son sac. On aurait dit une peluche de Zigzaton, assez vieille d'ailleurs. Sarah était rouge comme une pivoine en la posant sur le lit mais elle sortit ensuite quelque chose d'autre de son sac : une trousse de toilette transparente, pleine de médicament. Là, Elisa ne cacha pas sa surprise, et encore moins quand l'adolescente qui partageait sa chambre retira sa perruque, dévoilant un crâne presque chauve, à peine recouvert d'un fin duvet de cheveux roux. On aurait dit qu'ils avaient été rasés il y a peu de temps et commençaient à peine à repousser.
La bouche sèche, Elisa mit un temps avant de détourner le regard, sentant que la fixer trop longtemps risquera d'être, au delà de gênant, surtout blessant. Sarah finit par prononcer avec courage : "Je sais que ce n'est pas très joli à voir... Je ne suis plus malade mais mes cheveux non pas encore repoussé et je dois encore prendre des médicaments par précaution... Je me dis que c'est mieux si je t'en parle plutôt que tu le découvres ou quoi que ce soit..." puis elle déglutit : "J'espère ne pas être trop... Repoussante... ?"

Les yeux d'Elisa s'élargirent pour former des soucoupe, alors qu'elle tend les mains en direction de Sarah pour la stopper de suite : " Non, ne dis pas ça ! Tu n'es pas du tout repoussante, faut pas croire ça. Désolée, j'ai juste... Été un peu surprise mais c'est moi, pas toi. Elle prit une longue inspiration avant de la rejoindre, retirant la perruque de ses mains pour la poser sur le lit juste à côté. Puis elle s'empara de ses épaules et la regarda, droit dans les yeux - et les lunettes. "Déjà, j'ai pas le droit de juger une personne et puis même si c'est surprenant, ce n'est pas dégouttant ou repoussant, d'accord ? Sache que je te jurerais pas, c'est pas mon genre et puis pourquoi est-ce que je le ferais ? Tu étais malade, c'est des choses qui arrivent et les cheveux, ça repoussent aussi !"
Sarah sentit son cœur faire un bon dans sa poitrine alors qu'elle serra dans ses bras Elisa, son front reposant sur son épaule. Elle avait eu peur, pendant un moment. Mais le train, le bus, puis la chambre... Elle s'était doutée que ça irait, mais elle avait toujours eu ce petit doute. Elle ne se connaissaient pas vraiment après tout mais Elisa semblait si honnête dans son regard, dans ses mots. Elle se sentait débile d'avoir douter en fait. Elle tendit la main pour prendre un mouchoir et se moucher, en profitant pour ravaler ses émotions un peu trop débordante sur le coup. Elisa se pencha pour reprendre la perruque verte, lui souriant : "Le vert te va bien mais je suis certaine que le roux aussi. J'ai hâte de voir quand ils auront complètement repoussé. Mais en attendant, c'est bientôt l'heure du discours, faut pas trop traîner !"
La verte replaça sa perruque sur son crâne, souriant à son amie en lui prenant la main : "Oui, tu as raison ! J'espère que ça ne sera pas trop long, je meurs de faim."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 1264

Région : Johto
Mar 8 Aoû - 16:27
Toutes leurs affaires misent plus ou moins en place, les deux adolescentes se mirent en route pour le gymnase à quelques pas de là. Sarah tenait toujours la manche d'Elisa, c'était devenu comme une sorte de réflexe pour elle à présent. Elle s sentait en sécurité à côté de la brune, d'une certaine manière.
Un autre groupe de filles les rejoignirent, murmurant dans leurs dos des petites piques amicales dont Elisa avait plutôt l'habitude au lycée - à croire que finalement, le passage aux études supérieures ne fait pas tant grandir dans la tête que ça. Elle donna un coup d'épaule amical à Sarah pour attirer son attention, lui souriant pour la réconforter. Elles ne devaient pas faire attention à ces petits détails, le plus important était d'être soudées et de faire ce qu'elles avaient bien envie de faire.
Le gymnase ressemblait à une conférence, avec sa scène montée et les rangs interminables de chaises noires parfaitement alignées. Les deux comparses purent reconnaître la tête blonde installées dans les premiers rangs et qui semblaient leur avoir gardé une place à chacune. Elles le rejoignirent avec entrain, et le jeune homme ne se priva pas d'une petite remarque machiste de son cru : "Et bien dis donc les filles, vous avez pris votre temps pour faire votre maquillage ou quoi ? Chez les mecs, on a juste balancé nos sac dans nos chambres et on est sorti pour poiroter en attente de ces dames. Alors,
elles sont comment vos chambres ? Vous êtes ensemble ? J'ai négocié pour avoir une chambre au dernier étage au fait, histoire d'être seul pénard. Tu pourras escalader le mur pour venir me rejoindre la nuit Elisa,
on pourra faire des choses interdites comme se refaire l'intégralité du Seigneur des Hoopa, t'en dis quoi ?"

Elisa le gratifia d'un coup de coude dans les côtes, amusée de son air aussi enfantin : "Si tu prévois de faire des trucs interdit, n'en parle pas au premier rang avec tous les professeurs autour et les autres élèves, tu crois pas ?" Il râla : "Qu'est-ce que tu es rabat-joie, franchement !" puis il se tourna vers Sarah : "Tu connais le Seigneur des Hoopa toi ?"
Sarah secoua négativement la tête et sur ce coup, c'est Elisa qui devança son meilleur ami : "Ne t'inquiète pas, avec nous, ça sera vite rectifié, t'en fais pas ! Tu verras, c'est une super série dans un monde fantastique. Je crois qu'on a la version longue, quelque chose comme ça... Faut juste pas enchaîner les 6 à la suite parce qu'il faut dormir quand même dans la vie."
La verte ria franchement, posant une main devant sa bouche pour calmer ses éclats, un peu mal à l'aise : "Avec grand plaisir !" s'exclama-t-elle un peu plus calmement.

C'est à ce moment-là que les lumières s'éteignirent, plongeant la salle dans le silence et l'obscurité. La scène s'illumina et un homme aux cheveux gris monta sur scène par la droite. La salle s'emplie alors d'applaudissements saluant l'arrivée du directeur de l'Académie de Police : Frédérick Montgomery. Il avait les cheveux gris, court. Ses traits semblaient avoir été taillé à la serpe, et ses yeux étaient aussi bleus que la glace d'un iceberg. De part sa simple présence, l'air semblait s'être refroidit d'un seul coup, pesant... Vraiment pesant.
Elisa déglutit, Sarah prit sa main et Antony n'en menait pas large, la bouche déformé dans un rictus traduisant son malaise. Il avait vraiment eu une mauvaise idée de se mettre dans les premiers rangs, il avait l'impression que le Directeur Montgomery pourrait le voir et lire dans son âme d'un simple regard.
Le directeur posa ses mains sur le pupitre après y avoir installé une petite feuille de papier où se trouvait écrit son discours de bienvenue habituel qu'il devait répéter chaque année à chaque nouvelles promotions.
" Chers élèves de 1ère année, bienvenue à l'Académie de Police de la région de Johto.
Je suis heureux que vous soyez tous parmi nous aujourd'hui. Votre venue signe votre entrée dans un nouveau monde : le monde des adultes. Et plus encore, c'est le monde de la Loi, de l'Ordre et de la Discipline que vous vous apprêtez à rejoindre. Rien ne sera simple, parce qu'être un Agent, ce n'est pas simple. Vous devrez parfois prendre des décisions difficiles, parfois vous vous remettrez en question. Parfois vous n'aurez même plus la force de vous lever le matin pour affronter une autre journée encore. Mais si vous êtes ici ce matin, c'est parce que vous l'avez choisi, et que vous êtes prêt à affronter les obstacles que vous rencontrerez pendant votre formation. Et au delà de ça, les obstacles que vous rencontrerez tous les jours au quotidien.
Car vous le savez, un jour, vous sortirez de ces murs avec le devoir de protéger les citoyens de cette Région, et partout dans le monde. Vous sortirez de ces murs avec le pouvoir et la responsabilité qui vous incombe. Si vous êtes ici, c'est parce que vous êtes prêt à dédier votre vie pour le bien des autres, et non votre simple bonheur personnel.
Recevez mes encouragements les plus sincères et sachez que si vous êtes prêt à aller jusqu'au bout de votre idéal, nous serons toujours là pour vous soutenir."


Elisa sentit son ventre se contracter lorsque le directeur replia sa feuille de papier, n'y ayant même pas jeté un coup d’œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 1264

Région : Johto
Mer 9 Aoû - 14:18
L'intégralité des élèves, suite à ce discours, se fit conduire en direction du self qui n'était qu'à à peine une centaine de mètres. Ils étaient tous en rang, encadré par des professeurs à la mine fermée, comme s'ils avaient tous fait la guerre au moins une fois dans leur vie, voir peut-être deux. D'un autre côté, une classe d'élève, c'est un peu comme un champs de bataille : c'est difficile de faire confiance à tout le monde, on joue sa vie un peu tous les jours pour le peu que certains élèves décident de fanfaronner un peu trop jusqu'à se faire mettre au pas. Elisa sentait toujours cette boule dans son ventre, et Sarah s'inquiétait de voir son amie aussi pâle. La brune lui sourit de la manière la plus rassurante du monde et Antony en profita pour glisser un bras autour des épaules de son acolyte de toujours, la tirant vers lui :" Toi aussi, tu trouves qu'il fout les jetons le directeur ? J'ai clairement pas envie d'aller faire un tour dans son bureau... Je crois que la mission Seigneur des Hoopa est avortée."
Comme d'habitude, il tira à son amie un sourire amusée et franc, avant de se prendre un coup de coude.

Le réfectoire était immense et comptait bien plus de table que d'élèves présents actuellement. Les premières années devaient représenter une grande partie de la population scolaire, les autres années diminuant en nombre à cause des abandons ou des exclusions de l'établissement. Oui, il fallait se faire à l'idée que tout ceux présent dans ce réfectoire ne seront pas là l'année prochaine. Et certains aussi seront des concurrents potentiels pour la jeune brune qui vise l'excellence de la double formation Agent/Ranger. Ce qui en soit était une forme de suicide dissimulé, mais il n'y a pas besoin de trop insister à ce sujet. Les trois comparses prirent place et cette fois-ci firent le choix stratégique de ne pas se mettre proche de la petite scène aménagée, qui devait sans doute d'habitude servir d'endroit où se trouve la table des professeurs et des surveillants. Des adultes se trouvaient aligné en rang d’oignon, détaillant l'assemblée d'un regard expert.
Une femme blonde approcha du centre de la scène et Elisa comme Antony crurent reconnaître Madame Longuejambe dont ils avaient fantasmé l'existence dans le train à l'aller. Elle avait une poitrine imposante, des jambes interminable et un regard vert à percer votre âme à coup de talon aiguille. Sarah pouvait observer Antony à côté d'elle, la bave pendant presque aux lèvres. Longuejambe prit le micro entre ses mains parfaitement manucurée, puis prit la parole : "Je me nomme Olivia Deschamps, je suis votre responsable pédagogique ainsi que la directrice adjointe de cet Académie. Tout ce qui touchera de prêt ou de loin à votre scolarité devra être traité avec moi. Les professeurs vont maintenant se présenter chacun leur tour et annoncer la classe qu'ils auront sous leur supervision. Pour ma part, je m'occuperais de la classe F. Vous pourrez consulter votre classe sur les panneaux à la sortie juste après votre déjeuner."
Des applaudissements fusèrent et le micro glissa de main en main: Monsieur Phellec, professeur de Sport et d'Art Martiaux ; Madame Jinx, professeure dans le maniement des armes à feu ; Monsieur Jalco, professeur en Droit ; Monsieur Tyrande, infirmier et dispensant une formation aux gestes de premier secours humain et pokemon ; Madame Rochefort, professeure d'Histoire ; Madame Fernandez, profiling, etc...

Elisa tentait mentalement d'enregistrer chacun de leurs visages et de leurs noms pour être certaine de pouvoir les reconnaître au premier coups d’œil, alors qu'Antony s'étirait : "Je ne vais définitivement pas retenir un seul nom..." soupira-t-il, dépité. Sarah lui sourit, prenant sa manche délicatement : "Ne t'inquiète pas, je t'aiderais si tu veux..." Le blond la serra dans ses bras et lâcha d'un ton enjoué : "Sarah, tu es vraiment mon héroïne !" La verte rougit presque automatiquement lorsqu'il la serra dans ses bras, usant de ses deux mains pour se libérer de son emprise. Elisa ne retint pas un petit mot moqueur en prenant Sarah dans ses bras à elle :"Ne met pas ma camarade de chambre mal à l'aise s'il te plait Antony." ce à quoi le blond finit par rétorquer : "Tu veux juste la garder pour toi,
avoue ?"
. Elisa ne répondit pas, uniquement en tirant la langue. Elle était retournée en petite section maternelle le temps d'une petite chamaillerie alors qu'on fit glisser à table des grands ravier pleins de nourriture. Nourriture qui se vida sur le trajet pour venir jusqu'à eux, quasiment en bout de table. Antony fit une mine dépité en observant la maigreur de son assiette et Elisa ne résista pas à sa tête de Ponchiot battu. Elle fit glisser dans l'assiette de son ami un bon tiers de sa part, ainsi qu'un autre tiers de Sarah, se justifiant par un "Je n'ai pas très faim, et j'ai une barre de céréale dans mon sac. Je mangerais mieux ce soir."
Les deux autres ne dirent rien de plus, saluant son geste généreux en faisant honneur à leur plat : du riz au curry ! Qui n'était en soit pas mauvais, pour un repas de cantine. Elisa regardait son assiette vide et par moment levait les yeux en bout de table, observant les garçon qui s'étaient permis de se servir une portion qui aurait pu remplir au moins deux voir trois assiettes. Elle retint que la prochaine fois, elle se mettrait avec les autres en début de table et se servirait assez sobrement pour pouvoir montrer l'exemple et aussi en laisser pour tout le monde. Ce soir sans doute d'ailleurs.
La brune se contenta de combler le reste de son estomac avec du pain, que ses camarades lui donnèrent sans même lui demander son avis. Elle avait levé les yeux au ciel et accepté le cadeau.

Chacun ragea son plateau dans un portant avant de se précipiter vers la porte, à l'assaut des panneaux pour trouver sa classe. De leur côté, les trois étaient resté à table, attendant que l'agitation soit passé. Antony pouvait jouer des coudes, Elisa pouvait essayer mais Sarah avait exprimer le fait que se trouver au milieu d'un troupeau de Tauros ne lui plaisait pas beaucoup. D'ailleurs, aussi étonnant que ça puisse paraître, il semblait y avoir presque autant de filles que de garçons cette année. Après, la plupart des filles s'étaient liées aux garçon les plus costauds pour qu'ils ouvrent la marche pour elles. Elisa en leva les yeux au ciel et pu par ailleurs constater que les professeurs se trouvaient toujours à leur table en train de manger, parlant entre eux. Elle pu capter le regard du professeur Dosbow, responsable du cours sur l'apprentissage de l'usage de pokemon dans l'exercice de fonctions à risque. Un cours avec un nom incroyablement long. Il semblait s’intéresser à leur petit groupe et Elisa se détourna bien vite de sa ligne de mire, mal à l'aise. Elle avait l'impression d'être observé et ça lui déplaisait fortement. "On y va ?" Suggéra-t-elle en remarquant que la foule semblait s'être dispersée. Les deux autres se levèrent et ils arrièrent tous les trois devant les écriteaux. Antony Beaumont, groupe F. Sarah Deekers, groupe F. Elisa Stanford, groupe F.
Les trois se regardèrent un cours instant, avant de tous les trois éclater de rire. Ils étaient dans la même classe, comme quoi ! Le Destin traficotait plutôt bien les choses. Sarah lâcha la première : "Je suis trop heureuse d'être avec vous... J'aurais eu trop peur dans une classe où je ne connais personne !" Antony passa une main dans ses cheveux, prenant la pause : "On serait venu te tenir compagnie dans ta classe même si on y avait pas été, pas vrai Elisa ?" "Absolument !" compléta la brune en prenant elle aussi la pause. Sarah éclata de rire, des petites perles au bord des yeux. Elle avait décidément trouvé un duo hors du commun, pour son plus grand plaisir.
Mais bien sûr, elle était la plus sérieuse des trois et il était temps d'aller à l'initiation... Qui allait se dérouler dans la cour de l'Académie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 1264

Région : Johto
Jeu 10 Aoû - 9:31
Tous les élèves étaient rassemblés dans la cour, devant une estrade légèrement surélevé. On se serait presque crû à un concert se fit remarquer à elle-même Elisa, gardant dans sa main celle de Sarah. C'était devenue en très peu de temps une habitude qu'elle avait fini par prendre. Le contact de Sarah la rassurait en quelque sorte et Sarah elle-même se sentait bien dans cette situation, malgré quelques regards en coin qu'elle ne pouvait s'empêcher de remarquer. Mais comme Elisa elle Antony, elle allait devoir apprendre à faire fit de ce que les autres pensent d'elle. Après tout, elle avait déjà des amis dont une qui n'avait rien jugé de sa personne. Pour Antony, elle n'était pas certaine de lui dire un jour mais peut-être viendra le moment où elle se sentira assez en confiance pour lever les secrets.
La verte redressa la tête en direction de la scène lorsque le directeur apparu dessus, comme par magie - ou par Teleport, au choix. Il prit le micro et à nouveau sa voix raisonna entre les murs des bâtiments environnant. La foule se tue presque immédiatement, captivée par le charisme de cet homme si impressionnant : "Bien. L'Initiation va bientôt commencer. Vous serez appelé chacun votre tour dans l'ordre alphabétique, et vous entrerez dans le bâtiment à votre droite. Votre initiation commencera là-bas. Comme vous le savez sans doute, c'est une étape importante dans votre vie de futur Agent. Aussi, soyez certains d'être les plus honnêtes possibles. Vous attendrez de l'autre côté la suite de vos instructions."

Les noms commencèrent à être appelé, chacun espacé d'une dizaine de minute. Antony allait être dans les premier à passer, se trouvant dans les B. Pareil pour Sarah qui se trouvait dans les D. Elisa allait se retrouver seule un bon moment avant que la liste n'entame les S, comme à chaque fois depuis le début de sa scolarité. Elle soupira un instant et Antony ne manqua pas l'occasion de la taquiner : "Tu stresses pour l'Initiation ?" Elle lui répondit d'un air détaché un "Pas vraiment" peu convainquant, alors que Sarah rajouta à la suite : "Je me demande quand même qu'est-ce qu'il va se passer... On raconte que c'est une sorte de bizutage des élèves par les professeurs, histoire de mettre les élèves à leur place, comme certains viennent parfois de milieu un peu chaud, ils ne prennent pas de risques..."
Antony gloussa : "Avec nous, ils prennent pas de risques au moins, on est de vrais images."
Elisa sourit, et le nom de Beaumont raisonna dans le micro. Antony salua les deux filles avant de s'éloigner en direction du bâtiment. La brune pouvait sentir le stress de son ami rien qu'à sa démarche, on aurait dit un pingouin. Il avait beau cacher la plupart du temps ses faiblesses, elle les voyait toujours elle. La verte dévisagea quelques secondes Elisa, détournant un peu le regard : "Je me demandais mais... Antony et toi vous êtes... Ensemble ? Ou vous l'avez été ?" La brune ne retint pas un rire, lui tapotant l'épaule : "Oh non, pas du tout ! Nous sommes amis depuis la naissance presque, c'est plus un frère..." La verte sourit à son tour et Elisa ne put s'empêcher de lui demander : ]"Il t'intéresse ?"
La pique ne manqua pas de transformer Sarah en une tomate bien mûre, la faisant bafouiller : "Il-il... est mignon...oui..." Les yeux d'Elisa s'élargirent, alors que la petite Sarah se dissimulait derrière ses lunettes. Elle venait vraiment de dire ça ? Qu'Antony était mignon ? Bon, elle le connaissait depuis peu, elle n'avait pas encore eu le temps d'être exaspérée par son côté enfantin idiot mais c'était relativement rare comme déclaration. La brune se sentit elle-même mal à l'aise, surprise surtout. "Ah... Heu, et bien... Ecoute, si jamais il te plait vraiment, tu as tout mon soutien de camarade de chambre... Je ferais comme dans les série télé, je vous arrangerais des rendez vous à l'arrière d'un bâtiment tranquille pour que tu lui fasses une déclaration des plus enflammées!"
La verte lui glissa un petit merci joyeux bien qu'extrêmement mal à l'aise, serrant fortement sa main dans la sienne avant de se séparer lorsque son nom fut appelé à son tour. Il ne restait plus qu'Elisa, en attente, alors que lentement la cour se vidait d'élèves.
Finalement, son nom fut appelé d'un on moins monocorde que les autres. Elle sentit son cœur se serrer lorsque le regard du directeur se posa sur ses épaules, alors qu'elle se dirigeait vers le bâtiment. Elle pu capter le sourire de ce dernier, comme s'il était "heureux" de la voir ici. Après tous, les Stanfords ont un important pédigree. Elisa ne retint pas un sourire nerveux, par simple courtoisie, avant d'hâter le pas pour se réfugié loin de l'assistance qui avait entamé de la dévisager.

Une femme l'attendait au bout du couloir, lui indiquant la porte 4. La brune s'y dirigea, sentant le stress monter petit à petit dans ses membres, se manifestant à travers des fourmis de plus ne plus agaçante. Elle ferma les yeux, pris une longue inspiration lorsque sa main enserra la poignée. Elle souffla, ouvrit la porte et pu remarquer que la salle était vide, excepté un bureau au centre. Et assis à ce bureau se trouvait le professeur Dosbow. Ses cheveux et ses yeux noirs lui donnaient un air sinistre, on aurait dit un enterrement. Il portait l'uniforme des professeurs, c'est à dire un pantalon noir et une chemise blanche. Mais une petite fantasy attira l’œil de la brune : il portait une chaîne en argent autour du cou, dont le pendentif était dissimulé sous les vêtements. "Mademoiselle Stanford, installez vous. Bienvenue à votre initiation."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 1264

Région : Johto
Ven 11 Aoû - 10:39
Incertaine, Elisa fit quelques pas pour rejoindre la chaise que le professeur Dosbow lui présentait du bout de son stylo sans même lui adresser un regard, semblant d’avantage concentré sur les documents qu'il avait sous les yeux. D'un bref coup d'oeil, la jeune fille pu remarquer sa photo en haut d'un document, ainsi que celle de son frère, de ses parents. Elle déglutit : on aurait presque cru qu'une enquête avait été faite sur sa vie. Ce qui n'était pas possible, n'est-ce pas ? N'est-ce pas ?
Elle tentait de s'en convaincre alors que l'homme en face d'elle leva finalement les yeux dans sa direction, la dévisageant de bas en haut. Elle garda le regard le plus droit possible, les épaules tendues à un point où elles auraient pu se rompre. "Bien" ponctua-t-il en notant quelque chose sur sa feuille que la jeune fille ne pouvait pas lire. "Dites moi pour quelle raison vous êtes entrée à l'Académie, mademoiselle Stanford. Un choix personnel ou bien celui de vos parents ?" Il attaquait fort... Elisa prit une courte inspiration, se souvenant des paroles du directeur : Soyez honnêtes, car c'est une étape importante de votre vie.
La brune croisa ses mains sur ses genoux, triturant ses doigts avec appréhension : "J'ai rejoins l'Académie pour faire plaisir à mes parents, en effet. Je désirais suivre une formation de Ranger mais j'ai appris que l'option de double cursus était disponible en deuxième année alors j'ai trouvé un compromis entre mes désirs et ceux de ma famille."
Dosbow sembla surpris dans un premier temps mais reprit un air impassible tout en notant quelques mots disparates sur son document, zieutant par la même occasion : "Vos résultats sont excellents, je ne doute pas que vous pourrez postuler à un double cursus. Vous aurez même un grand honneur en sortant de l'Académie en tant qu'Agent Spécial. Mais vous avec conscience que la tâche ne sera pas simple ?"
"Oui monsieur" répondit spontanément Elisa. "J'en ai conscience et j'y ai bien réfléchis." Le professeur Dosbow émit un "Hum" tout en prenant quelques notes, changeant de page. "Comment vous définiriez vous ?" enchaîna-t-il d'un ton neutre comme depuis le début de l'entretien. C'était un test de personnalité ou quoi ? La jeune fille observa autour d'elle un instant, ayant déjà une réponse toute prête dans sa tête. Mais elle ne souhaitait pas avoir l'air trop préparé à ce genre de situation : "Je suis douée de manière générale dans ce que je fais. Je suis spontanée et il m'arrive parfois de trop me précipiter, ce qui peut me mettre en danger. Je suis les ordres, je suis énergique et je sais faire preuve d'initiative. Je préfère l'action et bouger, plutôt qu'être assise derrière un bureau à remplir un dossier de plainte." C'était sorti tout seul, mais au moins, c'était honnête.
Elisa pu même remarquer un petit sourire poindre au coin des lèvres du professeur Dosbow qui se précipita de le remballer derrière son masque fermé. "Ce sera quand même une partie de votre travail et un cours que vous suivrez au premier semestre de cette année." se permit-il de commenter, ce à quoi Elisa répondit avec énergie : "Cela ne me gêne pas, tant que je peux atteindre mes objectifs. Il faut parfois faire des sacrifices."

Dosbow nota et passa à une feuille suivante, Elisa se demandant quand est-ce que ce test allait prendre fin. Elle regarda à droite et à gauche, ne trouvant aucune horloge pour lui indiquer l'heure. Antony et Sarah devait l'attendre depuis un moment maintenant... "Qu'est-ce qu'un partenaire pour vous ? Humain comme pokemon."
Le professeur venait de la tirer de sa rêverie, attirant son attention. Elle imaginait parfaitement Antony comme partenaire humain mais un pokemon, pour le coup... Elle n'en avait jamasi eu et se souvenait simplement du laporeille dont ils avaient pris soin chacun leur tour pendant une semaine pour un projet de classe en maternelle. Elle soupira : "J'imagine que dans tus les cas, un partenaire est quelqu'un à qui on peut confier sa vie en mission et qui peut nous confier sa vie en retour. Pour le pokemon, mes parents les ont toujours définis comme des outils de fonction et c'est leur avis. Pour ma part, je n'ai pas d'a priori et je verrais bien comment je le considérerais lorsque j'en aurais un."
"Vous n'avez jamais eu de pokemon ?" fit remarquer le professeur, ne cachant pas sa surprise. "Non" répondit la jeune fille sans réellement comprendre pourquoi ça semblait si étonnant. "Donc aucune expérience avec les pokemons..." Marmonna le professeur en notant sur sa feuille. "J'ai pris soin d'un laporeille pendant une semaine, pour un projet de classe en maternelle." s'empressa d'ajouter la jeune fille, de peur que ce facteur soit un élément négative dans son Initiation. Le professeur leva les yeux vers elle, avec toujours ce petit sourire en coin, rajoutant une note à côté de sa dernière phrase.
"Nous en avons fini, en tout cas pour l'instant." dit-il en rangeant ses documents dans une pochette qu'il glissa dans son cartable sous la table, tirant une pokeball de ce dernier par la même occasion. Il lui tendit et Elisa ouvrit sa main pour la recevoir, un peu penaude. Le professeur se leva, passa son sac à son épaule et se pencha pour ramasser un carton, plein de pokeball. La brune demeura perplexe alors qu'il s'en allait sans rien ajouter, si ce n'est un "Vous pouvez rejoindre les autres, votre Initiation est terminée. Nous nous reverrons en cours la semaine prochaine."

La brune se leva et glissa la pokeball dans sa poche. C'était si simple que ça ? Elle s'attendait à quelque chose de pire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 1264

Région : Johto
Sam 12 Aoû - 15:25
Elisa quitta la pièce par la seconde porte, emboîtant le pas du professeur Dosbow. Apparemment, ils allaient dans la même direction. Elle hésitait à lui adresser la parole, intimidé par sa taille qu'elle venait à peine de remarquer. Si elle mesurait bien 1m70 facile, lui devait plafonner dans le mètre 90 minimum. Il était même plus grand qu'Antony, réflexion faites. La brune continua de marcher quatre pas derrière lui, n'osant regarder son dos ou quelque chose en rapport avec cet étrange monsieur sombre.
Elle soupira de sa propre bêtise, se rendant compte qu'elle allait de toute façon bien devoir lui adresser la parole au cours des cinq prochaines années, et pas seulement pendant les cours. Elle finit par prendre son courage à deux mains et leva la voix, pressant le pas pour se rapprocher : "Monsieur Dosbow, pourquoi est-ce que vous nous regardiez mes amis et moi au self ?"
Le professeur lui accorda son attention, un sourcil légèrement relevé. Il ne s'attendait pas à ce type de question bien qu'il avait pu la sentir approcher et se triturer les méninges sur l'attitude à aborder. Il était un ancien profileur professionnel après tout. Il haussa les épaules d'un air négligé, répondant d'un flegme bien moins neutre mais tout autant déstabilisant : "Je m'interrogeais sur le temps que vous mettriez à vous décider d'y aller. Les professeurs ne peuvent quitter le self qu'une fois que tous les étudiants sont sortis. Contrairement à mes collègues, je ne bois pas de café et je ne trouve pas d'intérêt à discuter pendant une vingtaines de minutes un fois le repas terminé. Votre dépars signait ma délivrance."
La jeune fille entrouvrit les lèvres, avant de les refermer. Elle n'aurait pas pensé qu'il puisse faire preuve d'autant de sarcasme, et encore moins de gêne lorsqu'il enchaînait : "Je connais bien vos parents, nous étions dans la même promotion. Bien que vous n'ayez pas les mêmes aspiration qu'eux, je vous souhaite de vous éloigner le plus possible de leurs idées reçues et étriquées." Et sans plus, il tourna à droite, s'engouffrant dans un couloir qu'aucune flèches n'indiquait. La brune déglutit franchement, ne sachant quoi penser des mots du professeur. Il avait connu ses parents à l'époque où ils étaient élèves ?

Surprise, elle ne s'arrêta pas pour autant et poursuivit sa route jusqu'à la sortie, remarquant au loin Antony et Sarah qui semblaient discuter tous les deux. De loin, on aurait presque cru qu'ils se connaissaient depuis de nombreuses années : Antony se trouvait très proche et même si Sarah gardait une certaine distance de sécurité, une sorte de chaleur se dégageait des deux individus. Le détail le plus important à noter finalement, c'était le Capumain sur l'épaule de la verte, et le Tenefix aux côtés du blond. Chacun avait reçu son pokemon partenaire et semblaient déjà l'avoir fait sortir de sa pokeball. Elisa glissa sa main dans sa poche, sentant l'orbe glisser sous ses doigts. Quel était son partenaire à elle ?
Elle sortit la petite boule, appuyant sur le bouton comme elle avait vu d'autres élèves et même dresseurs le faire. La boule devint plus grosse dans sa main et un pokemon en sortit : il s'agissait d'un Solochi. D'abord surprise, Elisa s'agenouilla et tendit la main en direction du pokemon, pas vraiment rassurée. Il sembla la renifler au début, puis se laissa toucher par la main douce tendue, plutôt calme. Elisa laissa échapper un soupire de soulagement, ne cachant pas sa crainte du pokemon. C'était sa première vrai expérience alors... "Coucou parteAÏE!!" cria-t-elle alors que la créature venait littéralement de lui mordre les doigts avec son bec. D'un mouvement brusque, elle le dégagea du pied et recula, attirant par la même occasion toute l'attention des autres élèves. En panique, elle tira sa pokeball et le fit rentrer à l'intérieur, le souffle court et les doigts de la main droite en sang. Antony et Sarah se précipitèrent dans sa direction et le blond l'aida à se relever, aide qu'elle ne refusa pas. "Bon sang... C'est hyper douloureux une morsure !" gronda la jeune fille, serrant ses doigts blessés avec sa main valide. Avec empressement, Sarah tira de sa sacoche une trousse de secours et en sortit des pansements et bandages pour nettoyer la blessure et la couvrir. Elle avait vraiment dégoté un mauvais partenaire, se disait Elisa en observant les pokemons de ses camarades qui semblaient sages comme des images.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 1264

Région : Johto
Mar 15 Aoû - 16:31
Elisa se remit de ses émotions au bout d'une bonne dizaine de minutes, contemplant toujours ses doigts enroulés dans le bandages méticuleusement réalisé par Sarah. Elle était vraiment serviable cette petite tête verte ! Antony pour sa part continuait de jouer avec son partenaire, récemment nommé Skoll et n'en manquait pas une pour faire des remarques débiles à la brune : "Dis donc, il a du mordant ton compagnon ! Il parait que les Solochi ont un sale caractère."
"Je n'avais pas remarqué tient..." marmonna-t-elle entre ses dents, amère. Elle ne pouvait concevoir ce pokemon comme son partenaire, clairement pas. Elle ne pourrait pas se contenter d'un Capumain affectueux comme celui de Sarah ? Ce dernier d'ailleurs faisait la sieste sur la tête de sa partenaire. Elle ne semblait pas encore lui avoir donné de nom mais ça n'allait sans doute pas tarder.
La jeune fille finit par leur demander comment leur initiation s'était passée. L'un comme l'autre firent concrètement la même description : un interrogatoire en plusieurs étapes, et des tests de personnalité principalement. Puis le professeur qui s'occupait d’eux leur avait tendu une boite pleine de pokeballs, leur laissant l'opportunité de tirer un pokemon de leur choix.
Elisa sursauta à ctete annonce, se souvenant que le professeur Dosbow avait tirer la pokeball de son sac et lui avait remis directement. Est-ce qu'il s'agissait d'une blague ou quelque chose comme ça ? Pas étonnant que les autres pokemons se comportent bien : ce doit être des pokemons qui ont toujours été élevé dans le but de servir dans la fonction publique ! Alors que le sien sortait de nul part et était "hors-norme"... La brune soupira une nouvelle fois, tirée de ses pensées par la petite verte : "Dis Elisa, on a du temps libre cette après-midi ! On se disait avec Antony qu'on pourrait peut-être aller faire les boutiques ! Qu'est-ce que tu en penses ? La blessée grimaça, guettant des yeux Antony. Antony qui avait un sourire jusqu'aux oreilles et un regard de fouine. Il savait qu'elle déteste faire les boutiques - surtout celles de vêtements. Dans un nouveau soupire, elle marmonna : "Pourquoi pas, ça me changera les idées... Mais il ne faut pas rentrer trop tard, je n'ai pas envie de louper le dîner et je voudrais aussi trouver la salle de sport."

La verte acquiesça joyeusement et rappela son pokemon à l'intérieur de sa pokeball, prenant la main d'Elisa par réflexe, puis celle d'Antony bien qu'avec un peu plus d'hésitation. " Allons-y alors!" chantonna-t-elle, toute heureuse. Elisa montra les dents à Antony qui en profita pour lui tirer la langue. Il avait conscience que son amie était perturbée par quelque chose mais il ne pouvait mettre le doigt dessus pour l'instant. Quelque chose pendant l'initiation s'était peut-être mal passé ? Le Solochi était-il une punition déguisée ? Au pire, Elisa lui en parlera le moment venu, il ne comptait pas insister plus que ça pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 1264

Région : Johto
Mar 15 Aoû - 16:53
L'après-midi touchait à sa fin. Elisa devait l'avouer : elle ne désirait pas vraiment que celle-ci s'arrête. Même si traîner dans un centre commercial n'était pas son passe temps favoris, se trouver en compagnie d'Antony et de Sarah lui faisait un bien fou et l'aidait à oublier tous les trucs étranges qui avaient pu arriver aujourd'hui. Lorsqu'elle fermait les yeux, elle ne pouvait que se souvenir du visage de monsieur Dosbow, et de la douleur dans ses doigts à cause de la morsure du Solochi. Pendant quelques heures, elle avait eu le loisir d'oublier tout ça et simplement de sourire l'esprit léger. Elle pouvait toujours sentir la pokeball dans sa poche de jean mais elle lui semblait bien moins lourde à porter.
Sarah avait trouvé quelques vêtements, se révélant finalement plutôt coquette, et aussi relativement riche. Elle pouvait se permettre d'acheter une paire de bottes à 600p$ comme si de rien n'était, ce qui avait grandement surpris à la fois Antony et Elisa qui avait marmonné pendant quelques secondes : "Dis, tu penses que c'est une riche héritière une famille aristocratique ?" avait fini par proposer le blond, perplexe. Elisa avait ris en répondant : "Si ça se trouve, se serait un superbe parti pour un jeune homme du peuple" tout en lui adressant des oeillades équivoque. Il avait rougit comme une tomate et avait croisé les bois en crachouillant quelques mots qui mis ensemble voulaient dire quelque chose comme "N'importe quoi, tu délires."
Sarah était venu les rejoindre pile à ce moment-là, interrogeant les deux sur leur sujet de conversation. Antony était un tellement mauvais menteur que Sarah compris tout de suite qu'ils lui cachaient quelque chose, si bien qu'Elisa finit par prendre les devants, posant la question fatidique : "On se demandait juste si tu étais riche, étant donné tes achats... On a toujours vécu dans une ville plutôt modeste et 200p$ pour une paire de chaussure, même si elles sont très jolies..."
La verte sembla gênée, passant une main dans ses cheveux artificielles : "Ma grand-mère était assez riche et nous a légué beaucoup quand elle est morte... Une partie de l'argent sert à me payer mes études et l'autre à me faire plaisir de temps en temps..." avait-elle expliqué tout en gardant un mince sourire sur le coin des lèvres. L'un comme l'autre gênés, Elisa et Antony lui présentèrent leurs condoléances tout en s'excusant de leur manque de délicatesse. Mais pour Sarah, ce n'était pas grand chose, elle ne ne souvenait pas du visage de sa grand mère, morte lorsqu'elle était encore toute petite.

La journée avait défilée à toute allure et Elisa avait quitté les deux autres à l'entrée du campus, se rendant au dortoir pour récupérer son sac de sport et rejoindre la salle. Elle avait besoin de se défouler un peu et aussi de s'entraîner, où elle risquerait de se ramollir. Sur le chemin son téléphone vibra et elle reconnu immédiatement le numéro. Le sourire aux lèvres, elle décrocha tout en lançant joyeusement : "Alors grand frère, tu viens prendre des nouvelles de ta petite sœur d'amour devenue grande ?" railla-t-elle, l'entendant grommeler à l'autre bout du fil.
Il lui demanda si elle s'était fait des amis, si l'école lui plaisait, si sa camarade de chambre n'avait pas un parfum qui sentait trop fort, plein de petite questions simples et pourtant importantes lorsqu'on y pense. "J'allais à la salle de sport pour m'entraîner un peu" fit remarquer la jeune fille au téléphone, apercevant le gymnase à une centaine de mètres. "D'accord, je te laisse alors. Entraîne toi bien, pense à bien manger et à te reposer aussi. C'est important."
Elle sourit tendrement : "Oui, maman, je vais faire attention, c'est promis."
Raccrochant sur ces mots, elle pénétra dans la salle de sport, y trouvant tout l'attirail nécessaire à un bon entrainement physique ! Et comme tous les étudiants devaient être en patrouille, pas un chat ne semblait se promener dans le coin.
Elle prit ses écouteurs, lança sa musique et appuya sur le bouton du tapis de courses, commençant à courir. Elle avait besoin de se vider la tête et elle ne connaissait pas d'autres meilleurs moyens. Et après cette course, définitivement... Elle allait retenter l'expérience avec son partenaire pokemon. Il lui avait été confié, et il ne serait pas un obstacle à sa réussite. Soit il l'accompagnait et l'aidait naturellement, soit elle allait le mettre au pas ! Résolue, elle accéléra le rythme de sa course, souhaitant volontairement se vider de ses forces avant d'entamer une nouvelle rencontre. Au moins, ça l'empêchera de trop réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 1264

Région : Johto
Mer 16 Aoû - 17:10
Elle pouvait entendre le solo de guitare pulser dans ses tympans au même rythme que son sang dans ses tempes. Son souffle était court, rapide. La sueur perlait sur son front, dans son dos. Elle jetait un nouveau coup d’œil au chronomètre sur l'appareil, constatant qu'elle arrivait à la quarantième minutes de footing. Encore cinq et elle aura rempli son "quota" de la journée. Elisa préférait clairement courir le matin "à la fraîche" comme on dit mais avec le dépars, la route et tout le reste, elle n'avait pas eu le temps malheureusement. La tapis de course ralentit de lui-même, approchant de la fin du programme, jusqu'à complètement s'immobiliser.
La brune tira sa serviette du portant et l'enroula autour de ses épaules, essuyant d'abord son visage puis ses mains jusqu'à ce que les deux soient secs. S'en suivi quelques gorgées d'eaux, toutes espacées de quelques secondes pour bien s'hydrater après l'effort. Au moins à présent, elle avait la tête complètement vide, et ça lui faisait un bien fou ! Elle prit son sac et se dirigea vers les douches, avant de se rhabiller dans le vestiaire. Il lui restait une petite chose à faire encore et il lui restait à peu prêt une heure avant le début du dîner. En sortant de la salle de sport, la jeune fille remarqua qu'elle avait oublier son MP3 dans la salle de sport et poussa un long soupire. Quand on a pas de tête, on a des jambes, même après un footing. Elle fit demi-tour et entra dans la salle à nouveau, remarque la présence d'un autre individu. On aurait dit... Le professeur Dosbow ? Il avait entre les mains le petit appareil, le zieutant curieusement.
Mal à l'aise, Elisa remonta la hanse de son sac sur son épaule : "C'est le mien..." marmonna-t-elle en faisant quelques pas dans sa direction, attirant par la même occasion l'attention du professeur.
Il ne se priva pas de la détailler de haut en bas, remarquant facilement la peau rougie de ses épaules par l'effort et la douche chaude : "Vous devriez faire d'avantage attention à vos affaire, Elisa." puis il ajouta, de lui laissant pas le temps de poursuivre : "Je peux constater que tu sembles bien t'entendre avec ton partenaire."

La brune passa ses doigts sur sa main blessée pour la dissimulée, grommelant. Il l’appelait par son prénom, puis la tutoyait ? Elle fronça les sourcils, cachant son appréhension : "Vous pourriez m'expliquer pourquoi vous ne m'avez pas donné un des pokemons qu'il y avait dans votre boîte ? Tous les autres ont reçu un pokemon d'une caisse mais vous, vous l'avez sorti de votre sac. Pourquoi ?". Il sourit, presque satisfait : "Fine observation, je n'en doutais pas.
Ce pokemon nécessite un partenaire particulier et a déjà du vécu en tant que pokemon de fonction. Il sera d'avantage utile qu'une sage petite peluche, lorsqu'on sait comment s'en servir et comment lui faire comprendre qui est le chef. Je ne doute pas que tu y arriveras.

La jeune fille gronda : "Cessez de me tutoyer, ce n'est pas correct, monsieur Dosbow!". Elle cachait de moins en moins bien son malaise, son instinct lui criant presque au visage que les choses pourraient mal tourner. Pourtant, elle se tient droite, elle est là et cherche à comprendre. Sa curiosité la perdra sans doute. Il haussa les épaules : "Pardonnez moi Princesse, je ne vais pas vous importuner d'avantage. Encore mes félicitation pour avoir réussi le concours et rejoint cet établissement." Il s'éloigna et passa par une autre porte, menant sans doute à une sortie, abandonnant l'MP3 sur le rebord d'une fenêtre.
Elisa se calma, sentant son cœur battre fortement dans sa poitrine. Qu'est-ce que c'était que ça à la fin ? D'abord il lui parle de ses parents, puis l'appelle par son prénom, la tutoie, se joue d'elle lors d'une étape importante de sa scolarité. Mais qu'est-ce qu'il veut à la fin celui-là ?
L'adolescente glissa sa main dans son sac, en tirant la pokeball maudite qui roula entre ses doigts. Un pokemon avec de l'expérience, hein ? Pouvait-elle seulement faire confiance à un homme aussi étrange que lui ? Elle en doutait mais à qui parler de ses soupçons ? A son frère peut-être, à son retour...
En attendant, elle se dirigea vers la grande salle où il y avait auparavant les chaises en la scène installé pour l'accueil des élèves. Ils avaient absolument tout débarrasser et ranger proprement dans des cagibis se trouvant tout le long du bâtiment.
Légèrement anxieuse, la brune alluma les lumières du disjoncteur et alluma le dispositif de verrouillage pour les pokemons afin que ces derniers ne puisent pas sortir du terrain d'entrainement. Il était temps de faire un peu plus connaissance avec ce Solochi de malheur. Si quelqu'un lui demandait comment elle imaginait la suite, la brune aurait donné sa langue au Chaglam. Soit le pokemon allait se montrer plus amical en privé, soit allait lui faire sa fête. Dans tous les cas, et surtout le second, elle ne comptait pas pour autant se laisser faire. Après tout, c'est une Stanford ! Elle ne peut que réussir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» La fiche de Legolas
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» Une découverte pour Sylvie [pv sa mère et sa tante]
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Doublonville-