AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
» Trahison


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 312

Région : Sinnoh
Dim 16 Juil - 10:44
J'avais... Six ans quand il est revenu de son voyage. Un jour il a frappé à la porte de notre appartement, m'a offert cette drôle de petite boîte en cadeau puis il est partie dans le salon pour déguster une bière avec mon père. La boîte dans les mains, je suis resté sur le palier à la regarder. Elle était rouge avec des zébrures dorées, sur une face il y avait plein de petits personnages amusants alors qu'une manivelle en plastique attendait d'être actionnée. Je la secouais, curieux de savoir ce qu'elle pouvait bien contenir. Puis je me pliais à la manivelle pour découvrir les secrets de cette drôle de petite boîte.

- Alors Gus ! Ça fait un bail. Ça fait plaisir de te revoir.

- Et moi donc Paul-Luc. Ton voyage c'est bien passé ? Tu as vu des choses intéressantes ?

- Oui carrément. J'ai fait le tour de la région avec mes pokémons. C'était génial. Tortipouss a évolué en Boskara lorsque j'étais à Charbourg et en Torterra un peu après Celestia. Je me suis fabriqué une fine équipe pour me mesurer aux champions de Sinnoh. J'ai récolté sept badges. Sept !

- Sept ? Je croyais qu'il en fallait huit pour aller jusqu'au conseil des quatre ?

- Ouaip. Le champion de Rivamar est une sacrée plaie. J'ai essayé trois fois avant qu'il m'interdise l'accès à moins de devenir plus fort.

Je les écoutais parler de ce champion alors qu'une petite musique émanait de la boîte. « Une boîte à musique ? » Puis soudain le couvercle s'ouvrit d'un coup, libérant un pantin articulé. Le boing que produit la sortie du moustachu alerta mon père.

- Tout va bien Thomas ? Paulux ne t'as pas trop fait peur.

- Ça va, répondis-je distraitement, soudain fasciné par ce drôle de personnage qui rebondissait sous mes yeux.

- Il est plutôt calme comme gamin. À son âge on était déjà des terreurs. Tu es seul à l'éduquer ?

La question mettait mon père mal à l'aise. Parler de maman était toujours difficile, plus encore avec quelqu'un qui l'avait connu et encore plus quand cette personne ne l'aimait pas. Gustave dû répondre en hochant la tête car je n'entendis rien mais à ce moment là je n'écoutais plus , trop concentré sur la boîte. Paulux, c'est le surnom que j'ai donné à cet homme, le meilleur ami de mon père, qui se mit alors à grogner en disant qu'il s'y attendait. Il n'avait jamais vraiment aimé ma mère et même s'il comprenait que son ami soit tombé éperdument amoureux d'elle, il aurait dû voir venir le coup. Mon père répliquait toujours que ce n'était pas grave, qu'il était amplement capable de s'occuper de moi.

- Mouais... Attends de voir l'adolescence et on en reparlera.

Je les entendis rire puis raconter des anecdotes sur leur jeunesse. C'était la première fois que je voyais un homme aussi proche de mon père. Les seules personnes que j'avais rencontrées jusque là étaient des commerçants, les voisins et les collègues de papa. Je ne pouvais pas savoir qu'il existait un homme qui comptait plus que les autres pour Gustave Bauer, après moi.

- Et comment se porte ta petite collection ? Elle s'est agrandie depuis la dernière fois ?

Les deux hommes se levèrent du canapé en même temps, sachant parfaitement que la meilleure façon de répondre à cette question était d'aller voir par soi-même. C'était aussi ce que Paulux attendait, voir de ses propres yeux la collection de mon père. Elle se trouvait dans une pièce dans le sous-sol de notre immeuble, loin des regards curieux. J'y étais allé une fois malgré que mon père m’ait dit qu'il y avait un monstre dedans. J'avais descendu sans crainte les escaliers qui grincent et pousser la porte de sa pièce secrète. Sa collection se composait d'armes, de préférence à feu. De petits modèles qui rentrent dans la poche aux très gros qui demandent le support de plusieurs personnes. Mon préféré c'était un pistolet chromé avec un chargeur qui contenait un liquide vert. Papa m'avait dit qu'il ne s'agissait que d'un accessoire pour le cinéma et que le liquide ne pouvait pas sortir. J'étais certes un peu déçu mais l'arme était tout de même plus amusante que les modèles conventionnels que mon père conservait. Lorsqu'il m'avait surpris dans sa pièce secrète, mon père n'avait pas hurlé. Il m'avait expliqué avec patience les raisons de cet intérêt pour les armes à feu puis, il m'avait demandé de ne plus y revenir tant que je serais trop jeune. J'avais désobéi le lendemain pour aller prendre le pistolet de cinéma et jouer avec. Après ça, mon père me l'a donné et a fermé la pièce secrète à clé. M'interdisant tout accès.
Les deux hommes traversèrent le salon en parlant de la nouvelle arme que mon père avait dégotée grâce à un de ses contacts dans l'armée. Ils se stoppèrent net en arrivant dans l'entrée où je n'avais pas bougé. Leur surprise était grande de me voir assis au milieu de la boîte que j'avais consciencieusement démontée et éparpillée autour de moi.



Action: Apparition de deux pokémons de la forêt de Vestigion
Utilisation de la CS Force (dernière utilisation le 05/02)

Mascaiman
Race : Mascaiman (♂/♀)
Niveau : 21 (1/2)
Obtention : Echange
Attaques & Statistiques:
 
Statitik
Race : Statitik (♀)
Niveau : 26 (0/2)
Nature : Nature
Obtention : Échange
Attaques & Statistiques:
 





Dex:
 

Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 10078

Dim 16 Juil - 18:01
Utilisation de la CS force !
Vous trouvez... une bouteille de lait meumeu !





Un chenipotte niveau 15 et un cornèbre niveau 13 apparaissent !

Que voulez-vous faire ?



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar ©️ Garrett Rosebury ; stamp ©️ Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 312

Région : Sinnoh
Sam 29 Juil - 13:48
- Thomas non ! Combien de fois devrais-je te dire de ne pas casser tes jouets. C'est vilain ! Et en plus tu fais de la peine à Paul-Luc. Il te l'a ramené de loin ce cadeau. Je ne te le réparerais pas cette fois !

Tentative d'autorité devant son ami. Je détestais quand il faisait ça. Parce que c'était inutile. Il me suffisait de laisser les larmes emplirent mes yeux, de former une moue bien descendante avec ma bouche puis de commencer à chouiner.

- Mais mais ! Je l'ai pas casser ! Sniff. Je voulais voir à l'intérieur sniff sniff

- Allons allons ! Ce n'est pas grave.

Paulux posa sa grosse main sur ma tête et m'ébouriffa gentiment. Je me dégageais de son emprise alors qu'il disait à mon père que la boîte ne valait pas grand chose, il l'avait trouvé dans une brocante. Mon père soupira et me calma doucement en me promettant qu'il y jetterait un coud d’œil après le départ de Paulux.

- Tu pars quand ? Demandais-je immédiatement, oubliant la crise que je venais de simuler à l'instant.

Les deux adultes rigolèrent et sans me répondre sortirent de l'appartement. J'attrapais des pièces de la boite et les suivais bien vite pour m'assurer que l'homme s'en allait sur le champ pour que mon père répare mon cadeau et que je puisse le démonter juste après. J'avais gagné. C'est comme ça que je voyais ma relation avec mon père en ce temps-là. Un perpétuel combat pour avoir ce que je voulais et toujours raison. Mon père était bon joueur et bon perdant. Je gagnais régulièrement et j'avais toujours le dernier mot. Mais cette fois nous ne jouions pas seuls, Paulux était de la partie et je n'étais pas certain que la simulation de crise soit efficace sur lui. « Peut-être devrais-je utiliser les grands moyens et utiliser mon arme secrète. » Mais pour le moment les deux hommes se rendaient dans la pièce secrète et j'espérais pouvoir y aller aussi. Un espoir déjoué par mon père qui me retient dans l'appartement, tentant de me rappeler que je n'ai pas le droit d'aller dans sa cave. Je m'emporte en envoyant valser le ressort sur la plante verte qui décore notre entrée. L'impact fait basculer le pot en terre qui vacille mais arrive à sauver sa peau. La gravité ne gagnera pas cette fois. Cette diversion était exactement ce dont mon père avait besoin pour refermer la porte derrière lui et y tourner la clé, m'enfermant seul dans la maison. Je hurle.

- Nooooooooooon ! T'as pas le droit ! Reviens ! Ouvre moi ! Papaaaaaa ! Je veux sortir !

Mais mes hurlements ne l'atteignent pas et il descend avec son ami. À cet instant j'ai détesté Paulux. Il était plus important que moi pour mon père. C'était inadmissible. De colère je poussai le pot de fleurs qui tombait une bonne fois pour toutes, déversant sa terre encore humide sur le parquet. Brisé en mille morceaux mais ce n'était pas la première fois. Dès que j'avais un excès d'humeur les pots de fleurs étaient souvent mes premières victimes. J'aimais les voir exploser et se répandre à mes pieds, j'aimais piétiner les feuilles et écrabouiller les fleurs. Ma transformation en furie avait de l'impact et des conséquences. La mort des plantes.
Je m'arrêtais. J'avais certes réussi à réduire à néant le bouquet de fleurs des champs mais personne n'était là pour se lamenter sur ma fureur. Je me calmai instantanément pour faire fonctionner mon petit cerveau de six ans et trouver un moyen de rejoindre mon père et Paulux. Mon père gardait un double des clés dans son sac, il me suffisait de pousser la chaise contre le porte-manteau, de monter et de fouiller dans la besace pour les trouver. Une fois la mission accomplie je descendis bien vite pour ouvrir la porte nonobstant, je me retournais et fixais le porte-manteau. D'un mouvement lent je fis chavirer vestes, manteaux, sacs et tous ce qui étaient accrochés. Le passage était à présent bouché par mon simple geste, juste parce que j'avais envie de le faire tomber.

- Ne t'inquiète pas, dit mon père à son ami après avoir entendu le fracas au-dessus de leurs têtes. Thomas est un peu colérique. Il doit être en train de saccager l'appartement. Je vais encore devoir tout ranger en rentrant. Mais ce n'est pas grave. Il n'a que six ans, il se calmera en grandissant.

Paul-Luc soupira. Il n'était pas sûr que Gustave arrive à prendre le dessus sur cette petite teigne et il aurait bien mis une branlée à ce gamin pour lui rappeler qui a l'autorité. Mais il ne pouvait pas se ramener des années après et prendre des libertés avec le morveux de son meilleur ami.

- Ça lui arrive souvent de casser ses jouets ? Préféra-t-il demander, espérant que le jeune père réaliserait que son fils n'est pas normal.

- Oui. Je ne sais pas d'où ça lui vient. Je suis pourtant très soigneux avec mes affaires. Peut-être qu'il a besoin d'une présence féminine. J'y pense tu sais un homme de quarante cinq avec un enfant en bas âge ça rebute un peu les femmes.

Il tenta de rire de son propre malheur mais ne réussit qu'à lâcher un pauvre gloussement plus proche du gémissement. Ils arrivèrent alors à la cave et descendirent tranquillement pour se diriger directement vers le coin des nouveautés. Gustave sortit une boîte en verre dans laquelle reposait un pistolet Cooper à quatre canons. Les deux hommes admirèrent le travail minutieux de sa crosse gravée alors qu'une petite tête rousse pénétrait dans la pièce. Moi. Sans les perturber je filai à l'opposer et commençais mes propres prospections. « Puisque papa est occupé avec Paulux, je peux bien toucher à tout ce que je veux. » Près de son atelier de rénovation j'attrapais la première arme hors de sa protection et commençais à retirer tout élément mal emboîté. Heureusement il était déjà à moitié démonté, je pus m'amuser à jouer avec la gâchette. Le bruit engendré attira l'attention des hommes qui comprirent qu'ils n'étaient pas seuls.

- Putain ! Je sais qu'à cet âge là ils sont vifs et sémillants mais il dépasse les bornes celui-là.

- Thomas ! Qu'est-ce que tu fais ? Je t'ai pourtant interdit de venir ici. Papa va se mettre en colère ! Lâche cette arme tout de suite, c'est dangereux.

Il me montre son doigt comme s'il était menaçant alors que je suis un enfant de six ans avec une arme à feu entre les mains. « Qui a le plus peur des deux ? » Les deux hommes me donnent les ordres. Ils veulent que je lâche mon nouveau jouet qui est soi-disant mortel.

- J'ai enlevé la balle. Je ne peux pas me faire mal avec.


Action:

Statitik attaque Toile Elek sur les deux
mascaiman attaque Gros yeux sur les deux

Pv restant:
Mascaiman: Full
Statitik: Full

Mascaiman
Race : Mascaiman (♂/♀)
Niveau : 21 (1/2)
Obtention : Echange
Attaques & Statistiques:
 
Statitik
Race : Statitik (♀)
Niveau : 26 (0/2)
Nature : Nature
Obtention : Échange
Attaques & Statistiques:
 




Dex:
 

Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 10078

Lun 31 Juil - 16:38

Statitik lance Toile Elek !
{ - 63 PV ! }
C'est super efficace !
{ - 41 PV ! }
PV de Cornèbre : 0/45
PV de Chenipotte : 9/50

Statitik gagne un point d'expérience !


Mascaïman lance Gros Yeux !
La défense de Chenipotte baisse !


Chenipotte lance Secrétion !
La vitesse de vos pokémons baisse !

Que voulez-vous faire ?



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar ©️ Garrett Rosebury ; stamp ©️ Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 312

Région : Sinnoh
Mer 23 Aoû - 11:30
Ils ont tous les deux l'air déconcertés alors que je les fixe avec cette arme entre les mains. Papa se gratte la tête, il est mal à l'aise car il sait que j'ai raison et qu'il a tort. Mais le plus étrange c'est la réaction de Paul-Luc. Il n'a plus l'air énervé et prêt à me sauter dessus. Il s'accroupit à ma hauteur et il me lorgne.

- Tu lui as montré comment ça marche Gustave ?

- Non seigneur ! Je n'aurais pas laissé mon fils unique en présence d'arme à feu même si c'est moi qui les manie. Un accident est si vite arrivé.

- Alors comment il sait comment ça fonctionne ?

Papa ne peut répondre à cette question. Leur conversation m'ennuie, je retourne à mon jouet. Après avoir supprimé tous risques en retirant la balle, j'attrape un tourne vis et commence à déloger la petite vis noire de son socle. Ce n'est pas facile, elle est bien enfoncée et je n'ai pas assez de force. Ça m'énerve et je tente de taper l'engin sur le sol en béton pour essayer de casser le métal pour enfin savoir comment c'est fait à l'intérieur.

- Tu as dis qu'il cassait ses jouets c'est ça ?

Paul-Luc me prend l'arme des mains ainsi que le tourne-vis. Je chouine en regardant mon père pour qu'il oblige cet homme à me rendre mon jouet. Avec sa force d'homme adulte Paulux retire les vis noires et les laissent tomber à mes pieds. Leur chute me calme car je comprends qu'il va m'ouvrir mon jouet.

- Tiens, il est ouvert. C'est ce que tu voulais ?

Il me rend mon nouveau joujou, me laissant admirer la mécanique intérieure. Papa est troublé, il ne comprend pas pourquoi son meilleur ami me laisse jouer avec une arme à feu. Je les entends vaguement parler des autres objets que je me suis amusé à démonter.

- Gustave... Ton gamin n'est pas normal. Un enfant de cet âge ne devrait pas s'intéresser aux armes et à leur fonctionnement. Je ne dis pas qu'il est dérangé, hein ! Je crois plutôt que nous avons affaire à un petit surdoué.

J'entends mon père répéter la dernière phrase de Paulux puis méditer sur cette possibilité. Finalement mon père pense que c'est probable. Lui et maman sont des gens de science, des gens intelligents et ils m'auraient transmis ce potentiel. Paulux se relève et passe sa main dans ses cheveux poivre et sel. Il n'en revient pas, les surdoués sont tellement rares, presque autant qu'un pokémon légendaire.

- Il faut absolument que tu continues de stimuler son cerveau. Il faut le faire progresser pour qu'il développe tous son potentiel. Avec un père comme toi et sa mère, ce petit va probablement devenir la plus grosse tête d'ampoule de notre siècle. HA ! Gustave ! Est-ce que tu te rends compte du potentiel de ton enfant ? Il doit aller dans les plus grandes écoles. Si tu as besoin d'aide pour financer ces études tu peux compter sur moi. En fait, tu peux compter sur moi pour tout ce qui touche à Thomas. On va en faire un génie, Gus... Un génie.

Ses yeux brillent quand il me regarde, d'admiration, d'envie et une ombre danse au fond de ses pupilles, une ombre qui s'imagine gagner des milles et des cents grâce à moi. Papa est complètement dépassé par la réaction de son meilleur ami. Il le savait ambitieux et profiteur mais pas à ce point. Il me prend dans ses bras, me laissant toujours jouer avec son arme à feu puis sort de la pièce secrète pour remonter jusqu'à l'appartement. Je l'écoute dire à Paul-Luc qu'il m'a inscrit à l'école du quartier et qu'il se fiera aux enseignants. S'ils lui disent que son fils doit aller dans une école spécialisée alors il m'y enverra mais pour le moment je ne suis qu'un petit garçon tout à fait normal à ses yeux. Peut-être un peu troublé par l'absence d'une mère mais rien de plus. En arrivant à la maison il découvre le massacre, mes bêtises et il soupire.

- Il est un peu colérique et très curieux, comme tous les enfants de son âge.

Papa traverse le champs de manteaux renversés sur le sol, le pot de fleur éclaté en mille morceaux, sans une réprimande, puis il m'amène jusqu'à ma chambre où il me dépose sur le matelas de mon lit. Mon jouet m'est retiré, remplacé par une peluche, symbole de la sieste. Je hurle. Je ne veux pas dormir. Je n'ai pas terminé de jouer avec le pistolet. Je veux qu'il me le rende mais papa referme la porte de ma chambre à clé, me laissant hurler à la mort. Je sais qu'il va raccompagner son ami jusqu'à la porte puis il reviendra me calmer car j'ai bien l'intention de hurler jusqu'à ce qu'il revienne s'occuper de moi.


Action:
Thomas lance une superball sur chenipotte (retirée)
(Si le pokémon est attrapé) Monorpale utilise CS Eclate-Roc (première utilisation)

Pv restant:
Mascaiman: Full
Statitik: Full
Chenipotte: 9/50

Mascaiman
Race : Mascaiman (♂/♀)
Niveau : 22 (0/2)
Obtention : Echange
Attaques & Statistiques:
 
Statitik
Race : Statitik (♀)
Niveau : 26 (1/2)
Nature : Nature
Obtention : Échange
Attaques & Statistiques:
 




Dex:
 

Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 10078

Mer 23 Aoû - 14:40
Vous lancez une Pokéball sur Chenipotte !
(...)
Tadam, ilest capturé ! Statitik monte au niveau 27, Mascaiman gagne de l'expérience (1/2) !




Vous utilisez Eclate-Roc ! Vous trouvez ... Un Rappel Max !




Que voulez-vous faire, dresseur Thomas ?



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar ©️ Garrett Rosebury ; stamp ©️ Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 312

Région : Sinnoh
Lun 11 Sep - 19:45
Ils ne savent pas lire ? Ni écrire ? Qu'ont-t-ils donc fait de leur temps ? Pourquoi leurs pères ne leurs ont-ils pas appris ? Pourquoi ? Et lui ? Qu'est-ce qu'il fait ? Pourquoi met-il son pouce dans sa bouche après avoir caresser cette pâle copie synthétique d'un félin ? Ne sait-il pas que les mains sont les appendices les plus sales du corps humain ? N'a-t-il pas remarqué l'état lamentable de sa peluche ? Oh non ! Mon voisin de table recommence à se curer le nez ! C'est une abomination ! PAPA pourquoi m'obliges-tu à aller à l'école ? Il y a des monstres partout.

- Thomas Bauer ?

Les tables sont dégoûtantes, pleine de poussière, de coups de crayons et il y a même un chewing-gum sous la chaise du petit garçon devant moi. « Ne font-ils donc jamais le ménage ici ? S'ils n'ont pas de papa pour nettoyer ils pourraient au moins changer le mobilier pour l'arriver des enfants. »

- Thomas ?

En plus la salle est super petite, on est serré comme des Froussardines. Vaut mieux pas avoir peur des petits espaces. « Papa serait terrifié dans cette pièce. Il est claustrophobe. » Il y a un tableau mal lavé qui pu la vieille craie et d'étranges peintures abstraites accrochées aux murs. Je ne me sens pas à l'aise. Même l'extérieur fait peur avec ces sculptures sur lesquelles les autres enfants grimpent. Et pourquoi il y a un rectangle de sable ? Ils s'attendent à ce qu'on fasse nos besoins dedans ? Comme de vulgaire animaux ? J'ai l'impression d'être dans mon livre d'histoire que papa me lit le soir. Je crains à chaque instant de voir un dinosaure sortir d'un casier qui put les chaussettes de fin de journée.

- Thomas ?

Soudain des doigts me touchent. Je sursaute, craignant que mon horrible voisin n'est décidé de s'essuyer sur moi. Mais la petite fille qui vient d'attirer mon attention n'a rien d'horrible. Elle est blonde avec de grand yeux marrons. Sa peau est blanche, propre et elle sent le miel. Une humaine parmi les monstres. Sa voix n'est pas très agréable à l'entendre mais elle est encore en pleine croissance.

- La maîtresse te regarde.

C'est vrai. La seule adulte de la pièce me fixe. Grosse avec des lunettes épaisses et colorées ainsi qu'un chignon décoré d'une grosse fleure. On pourrait la remarquer facilement si elle n'avait pas cet air bête qui vous donne pitié d'elle.

- Tu viens te présenter ?

Elle est censée être la maîtresse, éduquer, donner des ordres, être une figure d'autorité. Et elle demande l'avis d'un petit garçon de six ans ? Autant dire qu'elle a totalement perdu en crédibilité à mes yeux. Je me lève sans lui répondre, m'avance jusqu'à son bureau si on peut appelé cet amas de papier coloré ainsi. Ils me regardent tous avec leur yeux de merlan frit, attendant une présentation de ma part. Ils s'attendent à ce que je fasse comme mes prédécesseurs, que je parle de mon père, de son travail, de ce que j'aime manger et à quoi j'aime jouer. Il ne fallut que quelques minutes pour comprendre, pour réaliser. Je suis différent.

- Je veux rentrer chez moi.

La maîtresse s'attendrit sur mon cas, essayant de me rassurer car elle pense que j'ai peur mais elle ne comprend pas non plus. Elle aussi est différente de moi. Puis les enfants se mettent à rire, à se moquer plus précisément.

- Ah le peureux ! Thomas est un peureux.

- C'est un fffroussa, crie mon morveux de voisin.

Le mot sonne comme un coup de cloche qui se répète en écho dans toute la salle qui me semble bien grande tout d'un coup. Et ils se mettent à chanter faux des mots qui n'existent pas.

- Thomas est un froussa !

Rien de tel pour traumatiser un gamin le premier jour d'école. Un garçon normal aurait flanché mais je ne flancherais pas. Je suis resté immobile à regarder ces monstres s’exciter entre eux et je l'ai vu. La petite fille à la peau blanche. Elle aussi est calme et silencieuse, elle aussi regarde les autres autours d'elle. Mais son regard est différent du mien. Je me sens seul.


Action:
Apparition de deux pokémons sauvages de la forêt de vestigion
Utilisation de la CS Force (dernière utilisation le 16/07/17)

Pv restant:
Mascaiman: Full
Statitik: Full


Mascaiman
Race : Mascaiman (♂/♀)
Niveau : 22 (1/2)
Obtention : Echange
Attaques & Statistiques:
 
Statitik
Race : Statitik (♀)
Niveau : 27 (0/2)
Nature : Nature
Obtention : Échange
Attaques & Statistiques:
 




Dex:
 

Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 10078

Lun 11 Sep - 22:42

Chapignon utilise Force

Vous trouvez un joli gland. Son chêne ne doit pas être loin...




Deux Laporeille lvl 20 apparaissent

Que voulez vous faire ?



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar ©️ Garrett Rosebury ; stamp ©️ Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 312

Région : Sinnoh
Mer 4 Oct - 22:15
Pause. C'est l'occasion pour moi de fuir ces monstres. Dans la cour de récréation je file comme une flèche loin des structures colorées qui sont immédiatement prises d'assaut par les autres enfants. Je fais un énorme détour pour éviter toute proximité avec la litière géante où des morveux sont en train de construire des châteaux de sable. Je croise la route de petites filles qui sont en train de dessiner par-terre telles des vandales. « Qu'est-ce qu'elles taguent ? Ce sont des carrés ça ? Il n'y a pas un seul angle droit ! » Horrifié par ce désordre géométrique je fuis plus loin encore. Je passe devant une roue tourbillonnante qui rend malades les fous qui osent grimper dessus. Derrière un mur en béton sali par les intempéries, je me permets une petite pause pour détailler les lieux. Les maîtresses se sont réunis sous un immense peuplier et ne semblent pas affolées par le capharnaüm qui règne autour d'elles. « Pourquoi n’interviennent-elles pas ? Il y a des gamins qui sont en train de manger de l'herbe ! »

- Tony ! Ne mange pas ça c'est sale.

« SALE ? C'est tout ce que tu as à dire ? » J'ai envie de hurler, d'appeler mon père pour qu'il me sauve de cet enfer. Si c'est ça l'école et bah je ne veux plus jamais y retourner ! J'étudierais sagement à la maison ! Je ne ferais plus de colère et je mangerais ces patates ébouillantées dans de l'huile que tu appelles frittes.
« BAM »
Quelque chose vient de heurter le mur juste au-dessus de ma tête. D'autres gamins s'approchent de moi et récupèrent la balle blanche et noire qui vient de manquer de me décapiter.

- Tu veux jouer avec nous ?

Enfin un peu d'humanité dans ce cirque. Le petit garçon à la peau sombre qui m'a adressé la parole n'a pas l'air méchant ou complètement demeuré. Il est plus grand que moi et que tous les autres garçons qui l'accompagnent. « Il doit être plus vieux. Peut-être qu'il est moins bête que les autres. » Je lui accorde le bénéfice du doute. Je m'approche de lui, laissant tout de même un espace assez confortable entre nous pour ne pas empiéter dans sa bulle individuelle.

- à quel jeu vous jouez ?

J'espère secrètement que nous allons faire des devinettes ou résoudre des énigmes. Mais je suis vite déçu quand les garçons se mettent à tous parler en même temps de 'balle au mur'. À les entendre ça semble être le jeu le plus populaire de l'univers qui a toutes les qualités possibles.

- C'est pas compliqué, me répond le noir. Il faut donner des coups de pied super puissant dans le ballon pour le faire rebondir sur le mur. Et si tu atteins le cercle tout en haut tu as gagné.

- Gagné quoi ?

- Le jeu.

- Et c'est quoi la récompense ?

Le temps qu'il comprenne que son jeu est absolument inutile j'aurais terminé mes études et serais major de ma promotion. Ils avaient l'air bien mais ils ne valent pas mieux que les autres tout compte fait. Comme je ne peux pas m'enfuir je décide de rebrousser chemin et d'aller m'isoler dans la salle de classe. Même si la salle est petite et mal décorée, elle a l'avantage d'être vide pendant la récréation. Sur la route je croise ce garçon qui tête sa peluche pleine de germes. « Il va attraper plein de maladies s'il continue et la simple présence de cet amas de bactéries risque de nous rendre tous malades. » Les écoles sont des nids à germes et pour éviter une épidémie de choléra j'arrache la peluche du gamin et coure jusqu'aux toilettes. Une fois dans une cabine je tourne loquet pile au moment où mon poursuivant heurte la porte. Ses chouinements résonnent dans les toilettes et me font penser à ces chants empreints de spiritualité que mon père zappe à la télé. Complètement inutile. Avec le papier toilette je me fabrique une paire de gants pour manipuler le félin en mousse.

- Je suis en train de pratiquer une opération chirurgicale, expliquais-je à l'abruti de mon âge.

Avec autant de minutie que me le permettaient mes mains emmitouflées, j'arrachais la tête, la queue, les pattes et pour le plaisir, les yeux et les moustaches. Le tout fut promptement jeté dans la cuvette et tourbillonna un moment avant de disparaître dans les égouts.

- Nous sommes tous sauvés. Il n'y aura pas d'épidémie, l'espèce humaine ne va pas disparaître.

Derrière la porte j'entends le mioche pleurer. Je sors, prêt à le sermonner sur les bactéries que son doudou risquait de propager partout, lorsque je tombe nez-à-nez avec la petite fille à la peau blanche. Je ne l'avais pas entendu entrer à cause des jérémiades de l'autre andouille. Sa présence me met mal à l'aise. Peut-être parce que nous sommes trois dans un espace réduit. À moins que ça soit :

- C'est les toilettes des garçons ici...

Action:

Mascaiman attaque Gros yeux
Statitik attaque Toile Elek

Pv restant:
Mascaiman: Full
Statitik: Full


Mascaiman
Race : Mascaiman (♂/♀)
Niveau : 22 (1/2)
Obtention : Echange
Attaques & Statistiques:
 
Statitik
Race : Statitik (♀)
Niveau : 27 (0/2)
Nature : Nature
Obtention : Échange
Attaques & Statistiques:
 




Dex:
 

Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 10975

Ven 6 Oct - 3:14

Statitik utilise Toile Élek sur tous !
-24 PV !
PV des Laporeilles : 46 / 70



Mascaiman utilise Groz'Yeux sur tous !
La défense des Laporeilles baisse d'un cran...



Laporeille 1 lance Ténacité !
Il se prépare à résister au coup fatal...


Laporeille 2 lance Écras'Face sur Mascaiman !
-15 PV !
PV Mascaiman : 65 / 80

Que voulez-vous faire, dresseur Thomas ?



Hum... un combat ? D'accord. Je suis MISTER K.
Aux paroles je préfère les actes. Mais viens pas pleurer après. En garde !

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar ©️ Elune Crowley ; stamp ©️ Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 312

Région : Sinnoh
Dim 22 Oct - 11:19
- Monsieur Bauer ? Pourrais-je vous parler une seconde.

Cette journée en enfer allait prendre fin. Papa venait d'arriver comme tous les autres parents. « S'ils ont espoir que leurs enfants soient plus intelligents grâce à l'école, ils vont être déçus. » La maîtresse vient d'interpeller mon père et lui demande de venir à son bureau. Je tente de le retenir, je ne veux pas rester un instant de plus dans cet endroit. Hélas il a l'obligation d'obéir à cette cruche sans autorité. Je me retrouve à la porte, à attendre que mon père finisse sa conversation avec mon enseignante. « Qu'a-t-elle à lui dire ? Elle va lui raconter l'histoire de la peluche dans les toilettes ? Je suis sûre qu'elle va lui dire que c'est ma faute. Cette cruche s'est laisser embobiner par les pleurs du gamin ! » Je prépare mon plaidoyer, papa doit comprendre que j'ai fait ça pour le bien de l'humanité et de l'école. Sa peluche était pleine de germes et de saletés. Nous aurions tous pu tomber malades et à cause de lui nous aurions été obligé de nous faire vacciner. « Je leur ai évité une piqûre ! Ils pourraient mettre reconnaissants ! »
Autour de moi les autres enfants sont récupérés par leurs parents. Ils sont tous mielleux avec leur progéniture, leur demandant si leur première journée d'école s'est bien passée. Et j'écoute avec stupéfaction les réponses.

- Oui ! On a appris plein de choses. Je t'ai même fait un dessin !

- Oh ! Il est magnifique. C'est quoi ? Demande une maman en désignant une forme jaune en haut de la feuille.

L'irritation me prend. J'ai envie de balancer mes chaussures aux visages de ces idiots. « Je comprends mieux pourquoi ils sont aussi bêtes. C'est à cause de leurs parents qui les abrutissent. » Puis je remarque les yeux marron de la petite fille à la peau blanche. Dans les toilettes elle n'a rien dit. Quand la maîtresse lui a demandé ce qui s'était passé elle répondue qu'elle n'avait rien vu. Elle était entrée dans les toilettes, attirée par les pleurs de son camarade et j'étais sorti de la cabine à ce moment-là. Elle n'avait rien vu, aucune preuve. Personne ne pouvait dire que c'était moi au final. Je devrais m'en tirer. Heureusement, je ne voulais pas aller en prison alors que j'avais sauvé tous les enfants de l'école.

- Je sais ce que tu as fait. Pourquoi tu as jeté sa peluche dans les toilettes ?

Elle n'a rien vu mais elle sait. Mon visage vire au rouge pivoine tant de je suis gênée par son regard intense qui me fixe.

- Sa peluche était dégoûtante ! Elle allait nous rendre tous malades. J'ai juste sauvé l'école d'une épidémie.

À sa tête je vois qu'elle n'a pas compris le dernier mot. Pourtant elle ne pose pas de question. Je m'attends à ce qu'elle hurle, qu'elle rapporte à tous le monde mes aveux, mais encore une fois elle reste muette. Elle me fixe, comme si elle essayait de voir mon cerveau en observant mes yeux. Nous restons un long moment à nous regarder sans rien dire. Si longtemps que tous les parents ont récupéré leurs enfants, laissant les couloirs vides et silencieux. « Où est ton papa ? Aurais-je envie de lui dire mais je n'ose pas briser le calme qui nous entoure. » Mon propre père sort enfin dans la salle de classe et j'entends la maîtresse dire :

- Faites attention, ce genre de comportement est inacceptable dans notre établissement.

- Zen, zen, zen, répète papa en essayant de garder son calme.

En me voyant il pose sa main délicatement sur ma tête, un geste rassurant pour me dire qu'il a confiance en moi et qu'il m'aime. Pourtant j'engage quand même mon plaidoyer, histoire qu'il serve à quelque chose.

- Je sais mon champignon. Je comprends pourquoi tu as fait ça. Tu avais les meilleures intentions du monde. Mais la maîtresse et les parents du petit garçon ne comprennent pas. Ils ne pensent pas comme toi et moi. La prochaine fois Thomas il ne faudra pas agir tout de suite et plutôt en parler. À la maîtresse ou à moi. D'accord mon champi ?

J'affiche une mine boudeuse. Mais je suis aussi rassuré que papa soit d'accord avec moi sur le fait que ces gens sont différents de nous. Je hoche la tête et il frotte doucement sa main sur le haut de mon crâne avant de retirer ses lunettes pour en essuyer les verres.

- Bonjour monsieur.

La petite fille a enfin parlé et elle affiche un grand sourire à mon père avant de lui donner son prénom et de lui affirmer :

- Je m'appelle Marguerite et je suis la copine de Thomas.



Action:

Mascaiman attaque Morsure sur Laporeille 2
Statitik attaque Toile Elek

Pv restant:
Mascaiman: 65/80
Statitik: Full
Laporeille 1&2: 46/70

Altération de statut:
Défense -1 Laporeille 1&2
Laporeille 1 est Tenace

Mascaiman
Race : Mascaiman (♂/♀)
Niveau : 22 (1/2)
Obtention : Echange
Attaques & Statistiques:
 
Statitik
Race : Statitik (♀)
Niveau : 27 (0/2)
Nature : Nature
Obtention : Échange
Attaques & Statistiques:
 




Dex:
 

Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8961

Dim 22 Oct - 17:15

Laporeille 1 utilise Ténacité. Mais il échoue. C'est bête.
PVs de Laporeille 1 : 46/70.


Statitik utilise Toile Elek. (-24 PVs)
PVs des Laporeilles : 22/70.


Mascaïman utilise Morsure sur Laporeille 2. (-16 PVs)
PVs de Laporeille 2 : 6/70.


Laporeille 2 est trop effrayé pour se battre.




Que voulez-vous faire ensuite ?



Moi, c'est MISTER J.
Un conseil, viens pas m'chercher. J'suis un mec qui sait jouer des poings, si tu cherches la bagarre, tu l'auras ! Et ça sera sanglant. T'es prévenu.

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar ©️ Garrett Rosebury ; stamp ©️ Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 312

Région : Sinnoh
Dim 19 Nov - 21:51
Je serre les dents. Je ne voulais pas revenir et j'avais pourtant tout essayé pour arriver à mes fins. Mais cette fois mon père avait été intransigeant et ce, à cause de Marguerite. Il était persuadé que j'avais réussi à me faire une amie. J'avais longuement hurlé qu'il n'en était rien, qu'elle avait menti, inventé un mensonge mais mon père avait fait la sourde oreille et je me retrouvais à nouveau dans cette horrible salle de torture, entouré de tous ces monstres. Le garçon qui avait failli tous nous faire tuer à cause de sa peluche fut changé de place pour s'éloigner de moi. À présent j'avais un peu plus d'espace. Il ne restait plus qu'à expliquer à mon autre voisin qu'il ne faut pas manger ce qui sort de notre nez.

- Maîtresse ? Est-ce que je peux changer de place ?

- Qu'est-ce qu'il y a Marguerite ? Tu n'es pas bien là où tu es ?

- Non. Je ne vous vois pas bien.

Alors que la maîtresse se mettait à se demander si son élève n'avait pas besoin de lunette, la petite fille blonde déménagea jusqu'au premier rang. En passant elle me fit un petit sourire. « Qu'est-ce que ça veut dire ? »

- Oooooh ! Vous êtes plus grosse de prêt. Est-ce que je peux me mettre un peu plus loin ?

Cette fois l'institutrice est vexée mais ne fait aucun commentaire. Elle commence même à soupirer quand Marguerite affirme qu'il y a un courant d'air qui passe au milieu des élèves. Après dix minutes à tester toutes les places vacantes de la salle les enfants s'agitent et bavardent bruyamment, ce qui énerve la maîtresse.

- Marguerite assis-toi où tu veux mais trouve toi une place et vite.

- Je voudrais me mettre là.

Et le 'là' en question est exactement la place du petit morveux. Lasse, la figure d'autorité demande au concerné de céder sa place à la petite fille malicieuse. Alors que le cours débute enfin, avec comme sujet les couleurs, Marguerite se penche vers moi et me chuchote :

- Tu me dois un service maintenant.

- Quoi ?

- J'ai éloigné le garçon que tu n'aimais pas.

Son regard noisette est troublant et j'ai l'étrange sensation d'avoir été piégé. Alors que nous apprenons à reconnaître les couleurs. « On dirait que je suis le seul à savoir que le rouge et le orange sont différents » Je m'inquiète de la soi-disante amie que je viens de me faire. La maîtresse nous installe des papiers journaux sur nos tables et nous remet à chacun des feuilles blanches et des petits pots de verre que nous allons pouvoir remplir de peinture. Je demande du rouge et du jaune alors que Marguerite prit du bleu et du blanc. La petite fille se met à étaler consciencieusement le cyan sur l'intégralité de sa feuille alors que je mélange un peu de magenta et de jaune pour obtenir un joli orangé. Rapidement les autres enfants entourent notre table, attiré par les paroles de Marguerite qui crie à tout va que je fais de la magie.

- C'est pas de la magie ! C'est de la science, dis-je tout fier à mon public. Je prends un peu de rouge et un peu de jaune et ça me fait du orange. Et si on mélange toutes les couleurs alors on obtient du noir.

Tous les enfants sont estomaqués, Marguerite la première. L'adulte de la salle nous rejoint et tape dans ses mains pour me féliciter puis elle prend un pinceau ainsi que du rouge et du blanc pour faire du rose, sous le regard éberlué de ces idiots. Sur le coup je suis un peu vexé qu'elle m'ait chipé l'attention mais ma peinture reprend bien vite toute ma concentration. Je m'amuse dans mon coin à mélanger mes couleurs pour faire un joli dégradé lorsque Marguerite se met à regarder mon travail par-dessus mon épaule.

- On dirait un coucher de soleil, dit-elle admirative. C'est beau.




Action:

Mascaiman attaque Morsure sur Laporeille 2
Statitik attaque Toile Elek

Pv restant:
Mascaiman: 65/80
Statitik: Full
Laporeille 1: 22/70
Laporeille 2: 6/70

Altération de statut:
Défense -1 Laporeille 1&2
Laporeille 1 est Tenace

Aide à l'exp:
Mascaiman a touché les 2
Statitik a touché les 2
Mascaiman
Race : Mascaiman (♂/♀)
Niveau : 22 (1/2)
Obtention : Echange
Attaques & Statistiques:
 
Statitik
Race : Statitik (♀)
Niveau : 27 (0/2)
Nature : Nature
Obtention : Échange
Attaques & Statistiques:
 




Dex:
 

Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8961

Lun 20 Nov - 6:41

Statitik utilise Toile Élek sur tous !
-25 PV !
PV des Laporeilles : 0 / 70
Ils sont K.O. !

Mascaïman monte au niveau 21 (1/2) ! Statitik monte au niveau 28 (0/2) !

Que voulez-vous faire, dresseur Thomas ?


Si jamais : l'effet de Ténacité prend fin à la fin du tour, donc Laporeille 1 est bien K. O. ! :)



Moi, c'est MISTER J.
Un conseil, viens pas m'chercher. J'suis un mec qui sait jouer des poings, si tu cherches la bagarre, tu l'auras ! Et ça sera sanglant. T'es prévenu.

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar ©️ Garrett Rosebury ; stamp ©️ Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 312

Région : Sinnoh
Mer 29 Nov - 19:34
Le cours de peinture se passe bien et nous avons même le droit de coller des choses sur notre dessin. La plupart des enfants vont chercher des feuilles dehors et mon ancien voisin ramène même un ver de terre qu'il souhaite ajouter à son horrible bouillabaisse de couleur. Pour une fois la maîtresse fait preuve d'autorité en lui interdisant de coller des animaux n'importe où. « Il est complètement attardé celui-là. » Marguerite n'a rien ramené de son expédition à l'extérieur et se contente de dessiner des nuages en collant des morceaux de coton. Après avec réussi à enlever des fibres blanches collées à ses doigts, la petite fille se rapproche pour admirer mon travail. Contrairement aux autres, je ne suis pas sortie. J'ai seulement pioché dans la boîte d'objets divers mis à notre disposition et j'ai choisi des boutons noirs et rouges que j'ai relié avec des bâtons en bois très fin.

- Qu'est-ce que c'est ? Un soleil ? Il n'est pas de la bonne couleur.

- Non ce sont les atomes qu'il y a dans le bureau de mon père.

Je lui explique que mon papa est scientifique et qu'il conserve plein d'articles de science dont un où il y avait plein de jolis boules noires, blanches et rouges. Le dessin m'avait tellement plu que je l'avais piqué pour le coller sur le mur de ma chambre. Papa m'avait grondé pour avoir utilisé la colle forte sur le mur puis il m'avait expliqué de quoi parlait l'article. J'avais vaguement compris qu'il s'agissait de minuscules objets qui composaient chaque chose, rendant le dessin encore plus magnifique. L'institutrice se mit à taper dans ses mains pour nous demander d'arrêter et d'aller en récréation. Je sortis avec les autres, espérant rester avec Marguerite mais la petite fille ne joua pas son rôle d'amie et disparut avec d'autres petites filles. Me retrouvant seul, je décidais de m'isoler pour être tranquille. Dans un coin de la cour je me mis à ranger par ordre de grosseur et longueur les châtaignes qui tombaient des arbres. Un petit tas de bogues s'agrandissait à côté de moi quand un groupe d'enfants me rejoint. À leurs têtes je compris qu'ils ne venaient pas pour admirer mon travail.

- Tu racontes n'importe quoi ! T'es rien qu'un menteur. Toutes les couleurs mélangées ça fait pas du noir.

Les gamins commencèrent à me traiter de tous les noms sans que je ne comprenne pourquoi. Je m'insurgeais, parfaitement certain de n'avoir encore jamais menti en leur présence. Puis arriva le gosse avec sa nouvelle peluche qui en plus de me traiter de tueur, me lança su sable qu'il venait de ramasser avec sa main crasseuse. Je hurlais, dégoûté d'être recouvert d'immondices. Mes cris enflammèrent les autres qui l'imitèrent rapidement. Des grains de sable se glissèrent sous ma chemise, de la terre tâcha mon short, des brins d'herbe écrasés se collèrent dans mes cheveux alors que la poussière recouvrait mon visage rougi par les larmes. « Je ne pleurerais pas, je ne pleurerais pas, me répétais-je en boucle. » Puis une pierre me gifla avec force, m'arrachant un nouveau cri. Je craignais que cette nouvelle manifestation de douleur n'attise leur colère mais mon sauveur arriva juste à temps.

- Qu'est-ce que vous faites ! Laissez le !

Marguerite courut à ma rescousse, n'hésitant pas à foutre des tartes aux garçons qui le brutalisaient. Les gamins firent quelques pas en arrière, comprenant que la nouvelle venue n'avait pas l'intention de se laisser faire. Elle les traita de Groret et leur intima de partir bien vite avant qu'elle n’appelle la maîtresse.



Action:
Apparition de deux pokémons sauvages de la forêt de vestigion

Mascaiman attaque Aboiement sur les deux
Statitik attaque Toile Elek sur les deux

Pv restant:
Mascaiman: 65/88
Statitik: Full


Altération de statut:


Aide à l'exp:

Mascaiman
Race : Mascaiman (♂/♀)
Niveau : 23 (1/2)
Obtention : Echange
Attaques & Statistiques:
 
Statitik
Race : Statitik (♀)
Niveau : 28 (0/2)
Nature : Nature
Obtention : Échange
Attaques & Statistiques:
 




Dex:
 

Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 2) Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Un trahison qui n'a jamais éxister
» [Trahison] - Fayom 27-05-1459 [coupable]
» Trahison : extrait en exclusivité
» Fidélité ou trahison [Az']
» [Ibanez - Nicorishi] Amitié, ou trahison ?

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Vestigion :: Forêt de Vestigion-