AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 
» Revenir à la réalité


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8523

Lun 31 Juil - 17:41

Alakazam est bcp plus rapide... il lance psyko !
(-500 PV) méga efficace!
Florizarre meurt instantanément.

La gamine vous remet 120 P$ et s'enfuit en pleurant.



Moi, c'est MISTER J.
Un conseil, viens pas m'chercher. J'suis un mec qui sait jouer des poings, si tu cherches la bagarre, tu l'auras ! Et ça sera sanglant. T'es prévenu.

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 7362

Région : Kanto | Hoenn
Jeu 3 Aoû - 3:34
Je vois pendant que je parle les émotions qui passent sur le visage de mon amie. Elle est assez expressive, mais elle ne m’interrompt pas, m’écoutant. Pour cela, la conversation est plus facile qu’avec Ferir. Lui, il est le genre de personne à vouloir poser ses questions directement, sans attendre de voir si son interlocuteur y vient à un moment ou à un autre. J’ignore si je lui dirai ce qui m’est arrivé il y a deux jours. Il sait seulement que j’ai dû braver une tempête, il ne sait rien de plus. Je ne lui ai pas mentionné la présence de Rayquaza, redoutant le déluge de questions et le trop-plein d’enthousiasme. Si Gaeriel semble effectivement très intéressée par le sujet, elle a une attitude bien plus posée et elle me laisse le temps, ce qui est appréciable dans ma situation. J’ai l’impression de fonctionner au ralenti. Je présume que je dois articuler plus lentement. Lui, il me presserait pour avoir la suite et ça finirait en dispute, jusqu’à ce qu’il comprenne et se calme. Là-dessus, nous avons toujours été aux opposés, comme sur plusieurs autres points. Qu’importe, je me concentre sur ce que je dis. Ça me demande assez d’effort juste pour ça. J’aurais voulu ne pas laisser le temps à mon amie de répondre maintenant, mais maintenant que je viens de dire d’une façon détournée que j’ai été inconscient, il était évident que ça la ferait réagir. Ça, plus le fait que je parle de Pokémon que je ne suis pas parvenu à identifier. Il n’en fallait pas plus pour provoquer un mélange d’inquiétude et de curiosité en elle. Ça me touche, tout de même, qu’elle commence par chasser son inquiétude à mon égard. Je ne sais pas si je dois lui montrer ou non l’ecchymose que le coup m’a laissée. Ça a été assez violent, mais je pense que c’est l’impact au sol qui m’a fait perdre conscience, non le coup en lui-même. Et puis, j’ai déjà vécu pire. Il y a eu ce coma de dix mois après les blessures que j’ai subies au visage. Je ne tiens pas à revivre une telle expérience, mais cela fait en sorte que cette grippe et cette blessure que j’ai au torse ne sont pas ce qui m’effraie le plus. Un de mes Pokémon m’a déplacé pendant que j’étais inconscient, précisai-je d’abord. Si j’étais resté sous la tempête dans cet état, elle était si forte que j’aurais pu me noyer... J’évite de le mentionner.

Le but est tout de même de la rassurer, non le contraire.

J’ai pris un coup au torse. Finalement, je décide de lui montrer, bien que ça me rende toujours mal à l’aise de me dévoiler. Cette pudeur m’agace au plus haut point et je ne parviens pas à m’en défaire. Il n’y a qu’à force de me montrer à une personne que j’y parviens, et seulement envers elle. Au prix d’un effort que je tâche de ne pas montrer, je soulève mon chandail jusque sous le cou. Le bleu est là, il prend beaucoup de place au niveau de mes pectoraux. Je n’ai pas d’os de cassés, c’est juste sensible pour le moment. Avant qu’elle s’approche pour mieux voir ou toucher, je remets en place mon haut. Même si elle m’a vu à quelques reprises maintenant, que ça soit à la plage à Vaguelone ou au Fort plus récemment, j’ai toujours quelques difficultés... Au moins, elle n’aura pas vu mon tatouage au dos. Je redoute le jour ou elle me posera des questions sur sa signification. Il faudrait que je me trouve quelque chose à dire, sauf que je ne veux pas lui mentir. Pour les Pokémon, continuai-je, désireux de ne pas m’attarder plus longuement sur le précédent sujet, je ne sais pas lesquels c’étaient. Je n’ose pas croire qu’il s’agissait des deux autres de la légende... Je parle dans un murmure, me maudissant presque d’avoir affirmé ça de vive voix. Ça donne une dimension trop réelle. Par contre, la suite est tout aussi surréaliste. C’est fou. Quand je me suis réveillé, mes dragons sont venus vers moi pour me conduire à un endroit un peu plus loin. Nous n’étions plus à la grotte, mais vraiment dans un endroit reculé de Hoenn. Rayquaza y était. Je me souviens de tout, de chacun des détails sur ses écailles, de son regard si particulier. Je crois que cela me restera gravé dans la mémoire pour très longtemps. Et je souhaite toujours le revoir. Ce sera sans doute dans le cadre d’une situation périlleuse, mais avec lui à mes côtés, j’ai le sentiment que tout ira pour le mieux. Bref, Gaeriel est une fois de plus surprise par mes propos. Évidemment, elle désire que j’approfondisse, que je raconte les détails. Je pense que c’est typique des femmes, quoique Ferir est pareil. Il est lui aussi très curieux. Je le suis, mais je sais me contenir. En ce moment, ça ne me dérange pas qu’elle le soit, pas sur ce sujet. Ces révélations ne risquent pas de faire en sorte qu’elle s’éloigne de moi...

Un jour ou l’autre, il faudra bien que tu t’ouvres, ne serait-ce que pour parler de ta famille, de ce que tu as vécu sous le toit de ton père, mais aussi des parents de Ferir qui ont voulu t’adopter.

Ne voulant pas faire patienter mon amie pour rien, j’enchaîne. Je commence à nouveau à avoir soif, ma voix se casse au fil des paroles. J’ai vraiment mal à la gorge, mais je me borne dans mon idée de compléter le récit. Ça me permet de retarder le moment ou je devrais entrer. Je lui raconte à quel point Rayquaza était proche de moi, que j’ai pu lui toucher la tête, qu’il comprenait ce que je lui disais. À nouveau, je répète qu’il m’a accepté, qu’il est resté plusieurs longues minutes, me démontrant qu’il me soutenait et qu’il se placerait à mes côtés pour l’avenir. C’est la première fois que je parle à une autre personne que Hei de ces événements et en disant les faits, j’ai l’impression qu’il s’agit d’une histoire. J’ignore si Gaeriel me croit. J’aurais eu tendance à ne pas y croire moi-même à sa place, si je n’avais pas vu Lugia dans le stade. Il y a des légendes qui sont véridiques. Avoir le moyen d’en vérifier une ou même deux est dément, c’est une chance. Après ces explications, j’engloutis ce qui me reste d’eau, mais ça ne m’empêche pas de tousser par la suite. Il faudra que je prenne quelque chose pour apaiser l’inflammation. J’ai du mal à avaler ma salive et l’eau. Avant d’entrer, je veux terminer, alors je reprends. Je murmure, ça m’aide à avoir moins de douleur. J’espère juste qu’elle me comprend bien avec ma voix plus rauque qu’à l’habitude. Il y a des mots qui s’essoufflent avant que je les aie vraiment terminés. Rayquaza m’a laissé le droit de l’appeler en passant par mes dragons. Je serai sans doute amené à le revoir. En dépit de mon état, je sens un léger sourire se manifester sur mon visage. Puis, je constate aussi que mes Pokémon m’écoutaient. Ils acquiescent, pour ceux qui étaient présents. Ce n’est malheureusement pas toute la bande qui a pu le rencontrer. Les autres se montrent eux aussi curieux, ce que je comprends. Malheureusement, je ne vais pas appeler une légende pour de simples présentations... Puis, peut-être descendra-t-il de lui-même des cieux à l’occasion. Il semblait proche de mes Pokémon. S’ils se sont liés, cela reste une possibilité.

Tu verras ce que l’avenir vous réserve.

Aide à la modération:
 



T-Card:
 

Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 10022

Jeu 3 Aoû - 3:56

4 Gravalanch de niveau 50 apparaissent.


Méga-Rayquaza lance Ouragan
{ -37 PV !}
PV des Gravalanch : 113/150


Grodrive lance Météores !
{ -22 PV !}
Ce n'est pas très efficace...
PV des Gravalanch : 91/150


Leviator S lance Surf
{ -676 PV !} Oklm
C'est hyper efficace !

Les Gravalanch sont KO !
Rayquaza, Grodrive, Ptera et Leviator S gagnent 4 combats d'expérience.

Rayquaza monte au lvl 63 (1/5).
Grodrive monte au lvl 66 (0/5).
Leviator S monte au lvl 56 (1/4).



Hum... un combat ? D'accord. Je suis MISTER K.
Aux paroles je préfère les actes. Mais viens pas pleurer après. En garde !

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 7362

Région : Kanto | Hoenn
Ven 4 Aoû - 13:29
C’est sûrement une impression faussée par mon état plus vulnérable que d’habitude, mais je me sens vraiment proche de mon amie en ce moment. C’est quelque chose que je ne parviens pas à expliquer et qui me semble irrationnel. Peut-être est-ce parce que je viens de lui partager une expérience qui m’a marqué et qui est positive. J’admets que je ne dirai pas cette histoire à n’importe qui. En dehors de Ferir, je ne vois pas à qui d’autres je pourrais ou voudrais en parler. Puis, Gaeriel s’est montrée tellement intéressée dès mes premiers mots que je ne pouvais pas regretter mon choix. Elle a pris le temps de m’écouter sans m’envahir de questions. Je me rends alors compte que j’ai un sourire aux lèvres en la regardant. J’espère que je ne l’ai pas trop inquiétée avec ce qui s’est passé. Je la rassure peut-être de mon attitude, du moins, jusqu’à ce qu’une nouvelle toux me prenne. Cette fois, elle est plus longue et elle m’irrite beaucoup la gorge. Je vais devoir interrompre cette conversation. Je n’ai plus vraiment le choix, même si je voudrais continuer de me trouver ainsi, assis dans les escaliers dehors avec mon amie à côté de moi et nos Pokémon autour de nous. Je vais devoir entrer, je vais prendre quelque chose pour calmer la toux et le mal de gorge. J’ai dû murmurer et encore, il y a des moments qu’on perdait presque ma voix. J’ai dû me racler la gorge en plein milieu de ma tirade. Ça fait mal pour quelque chose d’anodin. Bref, nous nous relevons donc, moi un peu plus difficilement. La fièvre me rend plus faible et étourdi. Pour gravir les escaliers, je dois me tenir à la rampe. Une fois à l’intérieur, je me dis qu’il faudrait que je lui fasse visiter un peu la maison, puisqu’il s’agit de son premier passage depuis que nous sommes ici, Hei et moi. Ça n’est pas très grand à l’intérieur, alors une visite élaborée n’est pas vraiment nécessaire. On entre dans le salon, la cuisine est à côté dans une aire ouverte. Il y a les chambres plus loin, une en face de l’autre et la salle de bain se trouve entre le salon et la chambre de Hei. J’ai pris la plus grande chambre bien que je n’en avais pas besoin.

Il fallait qu’un de vous deux la choisisse. Tu ne t’y sens pas coincé, appréciant les pièces spacieuses.

Je pointe rapidement les pièces tout en les nommant afin qu’elle se fasse une idée de leur disposition et de leur emplacement, puis je me rends à la salle de bain. Gaeriel ne m’y suit pas, ce qui n’est pas plus mal. Elle ne verra pas la crème que j’applique pour aider la blessure sur mon torse. Il faudrait que j’en applique avant de m’étendre sur mon lit. Je pense que j’ai besoin d’une sieste moi aussi. Ça n’est pas si grave si je n’en mets pas pour cette fois. Ma main se saisit donc uniquement du sirop présent dans la pharmacie au-dessus du lavabo. Par contre, alors que j’allais ouvrir la bouteille, je l’échappe, provoquant beaucoup de bruits. Si Hei dormait, je viens de le réveiller, comme sa chambre est juste à côté. J’entends des pas plutôt rapides approcher. Ça va? La ranger passe la tête dans le cadrage de la porte, s’assurant que tout est ok pour moi. Hn, juste une petite faiblesse. Doucement, je ramasse la bouteille et parviens cette fois à lui retirer le bouchon. Il y a une cuillère dans la pharmacie alors il suffit de verser pour qu’elle soit pleine et c’est bon ensuite. Le goût est franchement mauvais. Je passe près de grimacer, mais je passe surtout près de m’étouffer quand la voix de Hei retentit. Je ne l’ai pas entendu ouvrir sa porte de chambre. Tu pouvais pas être plus discret? J’allais lui répondre, me tournant dans sa direction par la même occasion, mais ça bloque, je fige sur place. Il se tient là, nonchalant, à côté de Gaeriel tandis qu’il n’est qu’en boxer. Il sait très bien que j’ai un problème de pudeur. Nous en avons discuté. Je n’allais pas vivre ce genre de malaise quotidiennement. Par contre, c’est pire encore quand il entre dans la pièce et qu’il vient se saisir d’un papier mouchoir et ensuite s’en servir. Pour ce faire, il a dû passer très près de moi, au point de m’effleurer. J’ai le regard fixé sur la porte, incapable de bouger ou de parler. Je dois avoir l’air vraiment, mais vraiment con. Tout ce mal-être pour de la peau, et je ne sais même pas pourquoi je suis aussi pudique... Je le maudis tellement en ce moment, persuadé qu’il fait exprès. C’est évident qu’il fait exprès. Ce n’est pas la première fois qu’il se fout de moi sur ce sujet. De son côté, il n’a aucun souci avec la nudité, comme Ferir.

Il faut dire que ce n’est pas habituel, une personne aussi pudique que toi.

Je tarde encore à réagir, parasité par mon malaise. Un sentiment, si ça peut vraiment être désigné ainsi, arrive à me figer à ce point... C’est pitoyable. J’aimerais le contrôler, ne pas me retrouver dépendant de lui, mais je n’y suis jamais parvenu en dépit de tous mes efforts. Lorsqu’il termine, Hei repasse derrière moi, venant à côté pour se laver grossièrement les mains. C’est ce qui suffit à me faire bouger. Je me décale d’un bon pas, il était beaucoup trop près. Désolé de t’avoir réveillé. Je ne le regarde pas, gardant l’œil rivé sur la bouteille de sirop que j’ai entre la main, n’étant pas capable de remonter le regard sans me sentir à nouveau mal. Je me dis qu’il va dégager, qu’il va retourner à sa chambre et que je serais enfin tranquille. S’il s’est plaint, ça doit être parce qu’il aimerait encore dormir. Qu’il y retourne. S’il continue à se ficher de moi, je préfère rester seul avec Gaeriel. J’espère qu’elle ne s’est pas rendu compte à quel point je suis pudique. En tout cas, de son côté, elle ne semble pas avoir de problème avec mon collègue qui se balade en sous-vêtement. Il y a vraiment juste moi dans cet état? Elle vient à peine de le rencontrer pourtant. J’ai vraiment envie de dire à Hei de dégager ou de s’habiller... Mais je m’attendais à ce qu’il retourne se coucher de lui-même. Encore une fois, il me surprend dans son comportement. Il s’arrête, me fixant toujours en ayant une expression blasée au visage. C’est assez « drôle » puisqu’il a le nez rouge à force de devoir se moucher. Ça ne fait pas très crédible. Tu vas faire une sieste toi aussi? Pour baisser ta fièvre, ça aiderait. Pourquoi il commence à discuter maintenant? J’ai juste envie de lui gueuler dessus de s’habiller. C’est impoli de se balader en boxer devant une personne que tu connais à peine. Elle n’a pas à voir ça, surtout qu’on remarque bien les formes... Je vais l’étriper quand on sera que tous les deux.

Heureusement, il a appris à ne pas prendre au sérieux les menaces que tu peux faire, sachant très bien que tu as renoncé au meurtre.

Aide à la modération:
 



T-Card:
 

Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8813

Dim 6 Aoû - 3:31

3 Gravalanch lvl 50 apparaissent.




Roucarnage lance Météores !
(- 18 PV) Ce n'est pas très efficace...
PV des Gravalanch : 132/150


Méga-Rayquaza lance Ouragan
(- 37 PV)
PV des Gravalanch : 95/150


Leviator S lance Surf
(- 676 PV) (rien que ça !)
Les Gravalanch sont KO !

Roucarnage gagne de l'expérience et reste au lvl 63 (3/5).
Méga-Rayquaza gagne de l'expérience et reste au lvl 63 (4/5).
Leviator S monte au lvl 57 (0/4).


Que voulez-vous faire ?



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 7362

Région : Kanto | Hoenn
Lun 7 Aoû - 5:31
Je me sens con à ne pas être capable de réagir face à Hei à cause qu’il se balade en sous-vêtement. Gaeriel finira par remarquer que quelque chose cloche avec moi et je devrai lui expliquer à elle aussi. Elle ne comprendra peut-être pas, comme ça a été le cas pour Ferir au début. Jusqu’à présent, et ce malgré un passage à la plage ensemble, j’avais pu esquiver de parler de ce malaise qui prend beaucoup trop de place et qui est handicapant. Un jour, peut-être que j’aurai à le faire, mais je souhaite que ça ne soit pas aujourd’hui. Je n’ai plus assez d’énergie, j’ai conscience d’avoir besoin de repos. Pour une fois, je vais respecter mes limites. Et donc, je réponds à mon collègue. Hn, j’en ai besoin. J’arrive à mentionner ces mots, la voix rauque en dépit de la prise du sirop. Pourtant, je sens ma gorge moins irritée et soulagée. C’est le seul effet positif pour le moment, j’ai encore le goût dans la bouche. Détournant le regard, je fouille à nouveau dans la pharmacie, sortant la bouteille de médicaments qui aident à diminuer les douleurs et la fièvre. Ça ira mieux quand je me réveillerai après la sieste grâce à ces pilules, même si je déteste en prendre. Dans le silence, j’en avale deux, mais dès que je replace le pot et referme la porte de la pharmacie, Hei revient à la charge. Il ne lâche pas. Tu n’as pas aussi une crème à appliquer sur ta blessure au torse? Elle doit être douloureuse, tu n’en as pas mis depuis ce matin. Il me tue. Vraiment. Je sais pertinemment qu’il fait exprès. Quand je me rends compte que j’avais la mâchoire serrée suite à ses paroles, je me détends. Gaeriel suit avec attention ce que nous disons et elle nous observe. C’est désagréable quand je l’applique. J’espère ainsi clore le sujet. Ça me semble évident que je n’ai pas envie d’approfondir la chose, que je veux juste rejoindre mon lit. C’est dommage pour mon amie, je présume qu’elle partira. Rester seule dans le salon n’est pas ce qu’il y a de mieux. Il y a au moins les Pokémon à l’extérieur. J’aurais voulu passer plus de temps en sa compagnie, sauf qu’il faut que je m’écoute. De toute façon, elle a dit que le principal est que j’aille mieux. Ça m’avait fait plaisir.

Évidemment qu’elle désire que tu ailles mieux, sinon elle n’aurait pas fait tout ce chemin pour te voir et pour constater d’elle-même ton état.

Malheureusement, ma réplique ne suffit pas à ce que Hei arrête de m’embêter. Mais là, il va trop loin, vraiment trop loin. Il te faut des mains plus délicates. Il tourne ensuite la tête vers Gaeriel, reprenant. Je suis sûr qu’avec toi, ça le soulagera et qu’il n’aura pas mal. Comment peut-il lui demander ça? C’est une hallucination à cause de la fièvre, c’est ça? J’en suis rendu à ce point? Je voulais préciser que c’est bon, que je n’en ai pas besoin, que ça va, mais je suis incapable de dire quoi que ce soit. Je n’ai rien contre le fait qu’elle me touche, ou peut-être que si, pour ce que ça implique de mon côté. Cette contradiction entre mes sentiments et ma pudeur... Hei revient vers moi, venant ouvrir de nouveau la porte de la pharmacie et se saisir de la crème sans que j’arrive à avoir une réaction. Je l’observe juste, immobile et silencieux. Il va remettre le tube de crème à mon amie qui le prend. Pourquoi je ne parviens pas à réagir, à poser mes limites? Je n’avais encore jamais vécu un aussi gros sentiment de malaise en lien avec ma pudeur. Ou juste quand Isiel m’a fait un commentaire sur le fait que nous avions du sexe sans que je me déshabille complètement. Ça m’aura pris trois fois avant d’y arriver et elle a dû prendre son temps... Mais ce n’est pas du tout le moment de songer à ça, je n’en suis que plus embarrassé. Ok, je vais le faire! ...Quoi? Surpris, je la fixe, mais elle me sourit comme si tout était normal. Elle ne se rend compte de rien. Elle ne voit pas que Hei se fout de moi ni que j’ai un malaise en ce moment. Un gros malaise qui m’empêche de fonctionner. C’est une sensation vraiment désagréable qui me laisse l’impression d’être face à un obstacle que je ne peux pas surmonter. Autant dire que ça ne m’arrive à peu près jamais et que je ne sais vraiment pas quoi faire, comme figé sur place. J’en tremble presque, à moins que ça soit la fièvre, c’est difficile à dire. Une chance que je ne rougis pas, parce que je dois déjà être assez rouge à cause de ma température...

Pour Hei, la situation est très amusante. Il s’agit de ton unique point faible, de la seule chose qui peut te parasiter totalement. Par contre, il n’a pas conscience d’à quel point c’est vexant pour toi d’être ainsi.

Alors ne la fais pas attendre, Azamir. Il vient poser sa main sur mon épaule pour m’inciter à bouger, à sortir de ma torpeur. Au contact, on peut dire que ça fonctionne parfaitement, comme si c’était tout ce qu’il me fallait pour enfin me rendre fonctionnel. J’avance vers la sortie de la salle de bain, mais m’arrête devant mon amie. Cette dernière se décale et attend que j’aille vers ma chambre. J’ai envie de prendre une grande respiration pour me donner le courage, mais ça serait bizarre et pourrait m’attirer des questions indésirables, surtout si Hei continue comme ça. Il peut être sûr que je lui parlerai quand nous serons seuls. Je ne veux plus jamais qu’il me fasse de coups pareils. S’il faut que j’aille vivre à la base de Shadow’s Path pour être tranquille, je le ferai. D’habitude, j’ai un peu plus de répartie avec lui, mais mon état général ne m’aide pas, sans parler de toutes les circonstances en ce moment. Tandis que je m’apprête à entrer dans ma chambre, mon équipier nous adresse quelques mots. Je vous laisse, je retourne dormir. Je me contente d’un signe de la tête en réponse. Je sais que si j’avais répondu verbalement, ça aurait été bête et rude. Il vaut mieux que je reste silencieux. Gaeriel le salue puis nous entrons dans la pièce en face, je la laisse passer avant moi. Je ne ferme pas complètement la porte, me disant que de toute façon, elle devra sortir. Mes pas me guident jusqu’à mon lit tandis que mes mains se saisissent des draps, les rabattant, bien que le mouvement me provoque une douleur. Ainsi, dès qu’elle terminera, je pourrai vite me faufiler. C’est idiot, mais ça me rassure légèrement. C’est vraiment quelque chose que je ne contrôle pas. Cela fait, je me tourne vers mon amie, vers cette personne si généreuse que j’aime. Merci de vouloir prendre soin de moi. J’ai parlé dans un murmure, baissant ensuite la tête. Je me sens gêné, mais à la fois touché. Encore une fois, c’est un état particulier et unique avec lequel je ne sais pas agir. Il va bien falloir que je me bouge pour qu’elle me l’applique, la crème.

Il ne te reste plus qu’à retirer ton haut et à la laisser faire.

Modération:
 



T-Card:
 

Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 10022

Mer 9 Aoû - 15:35
Dracolosse utilise cascade et gagne 1 point d'xp !

Dresseur random Marc vous défie et envoie un Musteflott lvl 70 au combat !



Hum... un combat ? D'accord. Je suis MISTER K.
Aux paroles je préfère les actes. Mais viens pas pleurer après. En garde !

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 7362

Région : Kanto | Hoenn
Jeu 10 Aoû - 5:29
Je n’ai pas l’habitude qu’on prenne soin de moi, ça me laisse encore un sentiment nouveau et jeune. Il y a eu les Nyriu, surtout quand j’ai enfin pu habiter chez eux. Avant, chez mon père, je devais toujours me débrouiller seul avec tout, avec les blessures qu’il me faisait, avec la nourriture, avec mes devoirs et leçons. Quand je suis parti chez les Rockets, j’ai de nouveau dû m’arranger par moi-même. Je n’avais confiance en personne là-bas. Même après avoir connu Isiel, je ne la laissais pas vraiment m’aider pour quoi que ce soit. Je me disais qu’il valait mieux compter que sur moi-même, comme toujours. Je croyais que personne n’était fiable, sauf cette famille que j’avais abandonnée. Puis, il y a eu Ferir qui m’a tant donné après ma désertion, après qu’il m’ait sauvé la vie. Je n’aurais pas cru qu’il me visiterait tous les jours pour s’assurer que les soins de l’hôpital sont adéquats, pour stimuler mes muscles et ainsi minimiser l’impact d’être immobile pendant dix mois. C’est grâce à lui si j’ai pu retrouver une mobilité normale aussi rapidement. J’en aurais eu pour des mois supplémentaires sinon. Je lui fais une confiance aveugle sur tout. Avec Hei, c’est différent. C’est plutôt moi qui prends soin de lui pour l’aider avec son problème de consommation de drogues. Par contre, ça ne l’empêche pas de se mêler de mes affaires comme il vient de le faire... Et puis maintenant, il y a Gaeriel. C’est toujours inhabituel qu’une personne s’inquiète sincèrement pour moi. Plus encore quand elle le confirme. C’est normal tu sais, je suis sûre que tu aurais fait la même chose pour moi! Sur le coup, je redresse la tête, la regardant. Mon amie m’adresse un sourire, qui est contagieux. J’en viens à en avoir un aussi, plus discret que le sien. Ça me fait vraiment plaisir. Elle est attentionnée et je l’apprécie. Évidemment que je ferais de même. Je parle dans un souffle, à voix basse. Je lui témoigne ainsi l’affection que j’éprouve pour elle, espérant que ça ne soit pas trop et de risquer de révéler mes sentiments... Avec mon passé, je ne peux pas me permettre d’avoir une personne dans ma vie. Elle ne doit jamais savoir, l’amour restera à sens unique. Ça vaut mieux.

Mieux pour qui? Certainement pas pour toi ni pour elle si jamais c’est réciproque.

Je me sens vraiment bien en sa compagnie. Ce n’est pas quelque chose de nouveau, mais je m’en rends de plus en plus compte à mesure que je passe du temps avec elle. Mis à part avec Sanea, je n’ai pas le souvenir d’avoir vécu quelque chose de similaire. Isiel ne m’apportait pas une paix. Parfois, je me questionne à savoir si elle m’a vraiment aimé, et si moi aussi je l’ai vraiment aimée. C’est du passé et c’est inutile que je m’y attarde. Elle ne serait sûrement pas restée avec moi après ma désertion. Je me questionne souvent à savoir si Isiel aurait approuvé ma désertion et plus le temps passe et plus je me dis qu’elle n’y serait pas parvenue. Vivre une trahison de sa part... Il vaut mieux que j’ignore ce que c’est. Perdu dans mes pensées, c’est Gaeriel qui me ramène à la réalité. Elle me demande si j’ai besoin d’autre chose, mais avec les médicaments que j’ai avalés et la crème, ça devrait être bon. La fièvre se calmera sans doute pendant mon sommeil, sinon je prendrais un bain, bien que j’apprécie moins qu’une douche. Je n’avais parfois pas le choix après mon coma, quand j’ai obtenu mon congé de l’hôpital, mais que j’avais encore des effets secondaires. J’ai déjà perdu conscience dans l’eau plus d’une fois... Leon savait exactement quoi faire, je le lui avais montré. Il veillait sur moi chaque fois. Ferir avait aussi voulu que je m’installe chez lui pour pouvoir agir en cas de besoin, sauf que tout s’est bien déroulé. D’ici quelques jours, j’irai mieux. Ma condition n’a rien à voir avec elle d’il y a un peu plus d’un an. Bref, mon amie retire le bouchon du tube de crème alors je me dis qu’il est temps de virer mon chandail. J’ignore si elle se questionne à savoir pourquoi je tarde autant... Au moins, elle ne me pose pas la question. Je ne sais pas ce que j’aurais dit en réponse. Tu auras les doigts engourdis. C’est l’effet de la crème, précisai-je, pour que Gaeriel sache à quoi s’attendre. Ça ne sera pas agréable, ça peut être atténué en se lavant rapidement les mains. Je redoutais qu’elle change d’avis, ce n’est pas le cas. Elle m’attend, semblant prête. C’est moi qui ne le suis pas.

Ça ne te ressemble pas de parler pour gagner du temps. C’est inutile. Profite qu’une personne que tu aimes tient à s’occuper de toi. Décroche, cesse de te tourmenter, ça te fera du bien.

Alors que je me saisis du bas de mon chandail, le portable de la ranger sonne. J’en sursaute presque tellement je ne m’y en attendais pas, étant aussi habitué que le mien et celui de Hei soient sur l’option vibration. De toute façon, c’est maintenant moi qui reçois tous les appels de nos supérieurs chez Shadow’s Path, étant le chef d’équipe. Il y a parfois Ferir qui envoie des SMS à Hei, mais de son côté, c’est bien plus tranquille depuis qu’il a perdu sa place au sein des Skyfall. Bref, Gaeriel s’excuse avant de répondre d’une seule main, l’autre étant occupée avec le tube et le bouchon. Pour qu’elle soit plus confortable pendant qu’elle parle, je récupère la crème. Je me dis que je pourrais l’appliquer moi-même dès maintenant... sauf que je n’en serai pas moins embarrassé. Donc, de ce que je comprends de sa conversation, c’est qu’elle vient d’être affectée à une mission. Ainsi, elle ne pourra pas rester. D’un côté, ça me soulage parce que ça aurait été ennuyant de se trouver dans une maison dans laquelle les deux occupants dorment. Ça m’embêtait beaucoup de laisser mon invitée de cette façon. Le problème est en quelque sorte réglé, ce qu’elle me confirme dès qu’elle coupe la communication. Il ne faut donc plus que je la fasse attendre inutilement. Me retenant de prendre une profonde inspiration qui pourrait m’attirer des questions, je lui rends d’abord le tube puis je le retire enfin mon haut, que je balance sur mon lit. L’ecchymose est presque en train de devenir noire. Il y a clairement une bosse. Ça n’a rien de beau à voir. Occupé à regarder ma blessure, je ne réalisais pas que mon amie était prête à mettre la crème, en ayant déjà versé sur ses doigts. C’est quand je vois sa main apparaître dans mon champ de vision que je m’en rends compte. J’ai failli avoir ce mouvement de recul..., mais je l’ai contrôlé. Je dois avoir l’air plus droit et crispé aussi. Au moins, ça peut passer sur le fait que je redoute d’avoir mal, même si ce n’est vraiment pas le cas. J’ai confiance en elle pour bien le faire. Quand ses doigts se posent sur ma peau, j’en frissonne. La pression est minime, elle étale bien le produit. Il y a tout de même une douleur qui est présente, mais c’est très supportable.

C’est impossible de toucher cette blessure sans provoquer le moindre mal.

Aide à la modération:
 



T-Card:
 

Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8813

Sam 12 Aoû - 10:57

Drattak lance Crocs Eclair sur Mustelflott
(-247 PV)
PV Musteflott = 0/200
Musteflott est KO !

Dresseur random Marc n'a plus de pokemons !

"Bon bah j'ai rien qui peut gagner contre un dragon, c'est pas cool..."
Il vous remet 120 P$ (payés)

Drattak gagne 1 pt d'xp
Drattak 70>70 Reste 1

Que voulez vous faire ?




Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 7362

Région : Kanto | Hoenn
Dim 13 Aoû - 5:10
Une petite zone sur ma blessure est plus sensible que le reste. Quand elle est touchée, j’en viens à grimacer même si la pression appliquée est minimale. J’ai l’impression d’être très vulnérable alors que j’ai vécu pire. Ça m’agace. Je chasse vite cette expression, ne voulant pas que Gaeriel la remarque. Ça semble avoir fonctionné, son regard étant rivé sur ce qu’elle fait. Ce moment me paraît durer une éternité, ce n’est pas vraiment agréable, mais en même temps un peu. Ça m’apporte une contradiction que j’ignore comment gérer. Il vaut mieux que je ne m’y attarde pas. Plus facile de fuir, n’est-ce pas? C’est ce que tu as envie de faire dès qu’elle terminera. Te faufiler sous tes draps, bien que tu te dis que ça serait moche de ne pas la raccompagner à la porte d’entrée. Elle devra partir, ayant été affectée à une mission. D’ailleurs, trouvant le silence plutôt dérangeant, tu sautes sur l’occasion pour le rompre. Si tu as besoin de quoi que ce soit pour le voyage vers le lieu de ta mission, tu peux te servir avant de partir. Je ne sais pas si elle a le temps, mais c’est proposé. Que ça soit une bouteille d’eau ou de la nourriture, même du matériel, j’ai à peu près tout ce qu’il faut ici. Je lui montrerai si nécessaire, avant de me mettre au lit. Mon amie m’indique que ça ne sera pas nécessaire, me remerciant en même temps, tandis qu’elle termine de recouvrir toute la zone de l’ecchymose avec la crème. Je sens l’effet qui commence déjà. C’est moins douloureux, moins désagréable. Merci. Un murmure, avec un petit sourire au visage, mais la tête plutôt basse. Je me sens encore gêné, ayant de la difficulté à regarder la ranger. C’est tellement stupide... sauf que pour une fois, ça ne m’empêche pas d’agir. Doucement, je viens me saisir du tube et du bouchon, remettant le dernier en place. Comme elle a les doigts pleins du produit, je m’occupe de le ranger à sa place dans la pharmacie de la salle de bain, mon amie se lavant les mains. Au final, je n’ai pas directement rejoint mon lit, ce qui est assez surprenant. J’ai agi sans trop y songer, et je pense que je vais l’accompagner jusqu’à la porte.

Tu y tiens. C’est important pour toi de bien te comporter avec tes proches.

De son côté, elle est manifestement pressée de partir. C’est normal, mais j’ai le sentiment d’être le boulet qui traîne derrière. J’aurais dû ne pas insister pour venir jusqu’à la porte d’entrée. En chemin, je tousse encore. Je réagis toujours à la crème, je sens la chaleur de mon corps qui augmente. C’est nécessaire que j’aille dormir, ça calmera toutes les réactions. Au moins, pendant que Gaeriel remet ses chaussures, j’ai le temps d’arriver à côté. C’est gentil d’être venue ici. La voix toujours plus rauque que d’habitude, j’en viens encore à tousser et l’irritation commence à revenir. C’est problématique. On se voit bientôt. Cette fois, mon iris ne lâche pas son visage, puis le fantôme d’un sourire revient sur mes lèvres. Il me faut sa confirmation. Ça m’a vraiment fait plaisir, même si au début, je me disais que j’allais passer un savon à Ferir pour cette surprise. Il y échappe pour cette fois. Mon amie m’apporte beaucoup de bien et chaque occasion que j’ai de l’avoir à mes côtés est positive. Pour moi en tout cas, je ne sais pas trop pour elle... Bref, elle doit partir alors après un dernier au revoir, la voici à l’extérieur. Je prends quelques secondes avant de rebrousser chemin, marchant vers ma chambre. En arrivant devant ma porte, Hei sort de sa chambre, toujours uniquement vêtu de son boxer... J’ai envie de passer mes nerfs sur lui, de lui rappeler la conversation que nous avons eue à ce propos. Il m’énerve. Tu vois, t’es pas mort parce qu’elle t’a touché. Il me dit ça avec un sourire mesquin. De mon côté, ma contrariété n’est plus contrôlable. Je ne peux pas lui parler maintenant, je sais que ça ne donnera rien de bon. Fous-moi la paix. Sans attendre de réponse de sa part, j’entre dans ma chambre, qui est malheureusement en face de la sienne, puis je donne l’élan pour refermer et verrouiller la porte. Je ne voulais pas te vexer... Je me moque de ce qu’il a à me dire. Il n’avait qu’à y songer plus longuement avant de se comporter de la sorte. Il est vrai que j’ai en quelque sorte apprécié ce que Gaeriel a fait pour moi, mais la façon que c’est survenu, je n’ai pas du tout aimé.

Qu’il joue avec ta pudeur et les sentiments que tu éprouves n’a effectivement rien d’amusant.

Az... Je l’entends de l’autre côté, mais c’est trop tard. J’ai fermé et verrouillé. Maintenant, j’ai l’intention de me reposer, de prendre du mieux. C’est ce qu’il faut, je ne tiens pas à me trouver dans cet état encore longtemps. Les Skyfall doivent reprendre du service sous peu. Nous avons obtenu un congé en vue de la dangerosité de notre dernière mission, sauf que ce congé prendra fin sous peu. Avant de me coucher, ma main se saisit de mon portable dans ma poche. Je m’installe ensuite, puis j’active l’écran de mon appareil. Mes pouces s’occupent de rédiger un rapide message pour Ferir, le remerciant pour cette surprise. Je voulais m’en plaindre au début, mais à quoi bon? Ça m’a fait plaisir, sauf le moment à cause de Hei. Même si je n’ai pas l’habitude qu’on prenne soin de moi, ça reste agréable. J’en viens à me demander si cela surviendra souvent, j’en viens à me questionner sur la nature de cet attachement que Gaeriel a envers moi... Je ne devrais pas me lancer maintenant dans une telle réflexion, je le sais, sauf que c’est plus fort que moi. Il ne me semble pas déceler des sentiments similaires à ce que je ressens. Par contre, j’ai souvent de la difficulté à m’en rendre compte avant que ce soit flagrant. Il aura fallu que Sanea m’embrasse, qu’Isiel fasse de même elle aussi. Puis, il y a eu Ferir qui a utilisé la même méthode alors qu’il me disait déjà des je t’aime que je prenais pour de l’amitié ou de l’amour fraternel, comme ce que je vois en lui de mon côté. C’est très différent, mais pour sa part, je sais qu’il a pu atténuer ces sentiments-là. Nous avons continué de nous comporter en meilleur ami, en frère et cela est ce qui nous convient à tous les deux. Il l’a réalisé lui aussi. Il en souffre beaucoup moins et son amour va vers une seule personne désormais. C’est le mieux pour lui et j’en suis soulagé. Il faudrait que j’arrive à faire la même chose. Je n’ai pas le droit d’aimer, pas le droit d’avoir une petite-amie... Ça serait trop dangereux pour elle. Et puis, m’engager dans une relation tout en évidant une grosse partie de mon passé, je ne suis pas sûr d’en être capable. J’aimerais vraiment... qu’elle puisse l’accepter.

Néanmoins, tu n’y crois pas du tout. D’un geste lourd de peine, tu lâche ton téléphone sur ta table de chevet, te tournant ensuite dans ton lit. T’en viens à te maudire d’avoir pensé à ça, parce que maintenant, le repos sera difficile à obtenir.

Aide à la modération:
 



T-Card:
 

Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8813

Lun 14 Aoû - 19:16

Quatre Gravalanch lvl 50 apparaissent. Vous pouvez presque les entendre hurler :'JE VEUX PAS Y ALLER, NOOOOoooon...'




Roucarnage lance Météores sur tous !
(-31 PV) ce n'est pas très efficace...
PV Gravalanch = 119/150


Méga-Rayquaza lance Ouragan sur tous !
(-79 PV)
PV Gravalanch = 40/150


Leviator S lance Surf sur tous !
(-1000 PV) c'est méga efficace !
PV Gravalanch = 0/150
Les pokemons sont KO...

Votre équipe gagne de l'xp
Roucarnage 63>64 Reste 4
Méga-Rayquaza 63>64 Reste 3
Leviator S 57>57 Reste 1

Que voulez vous faire ?




Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 7362

Région : Kanto | Hoenn
Mar 15 Aoû - 23:40
Le réveil après ta sieste n’est pas simple. L’esprit dans la brume, émerger te prend énormément de temps. La sensation d’être étourdi te prend et pourtant, tu sais être couché sur ton lit. Ça ne devrait pas te donner la nausée. Le mal de gorge est de retour. C’est peut-être même ce qui t’a réveillé. Ton regard migre vers la fenêtre. Tes rideaux sont restés ouverts puisque tu t’es allongé au bon milieu de l’après-midi. Le soleil est disparu. C’est le soir. T’as vraiment dormi tout ce temps? T’en avais grandement besoin et tu te sens incapable en ce moment de te lever. Il faudrait que tu passes à la toilette, mais ton corps est vraiment affaibli... C’est le prix que tu paies pour t’être baladé au lieu de te reposer. La grippe, ce n’est pas un simple rhume comme ce que Hei a. Lui peut se permettre de fonctionner normalement. Pas toi. Si tu ne prends pas soin de toi, ton état peut s’aggraver et une maladie bien pire que celle que tu as en ce moment surviendra. La fièvre est encore forte. Ta peau colle aux draps, c’est désagréable. D’un geste que tu contrôles mal, t’envoies ton bras vers la table de chevet. Tes doigts trifouillent afin de trouver ton portable. Lorsqu’enfin, tu l’as, il tombe dans le lit. Ta main n’a même pas assez de force pour le soutenir. C’est franchement pitoyable. T’envoies un SMS à Hei afin qu’il vienne dans ta chambre. Ta gorge est tellement irritée que c’est certain que tu n’arriverais pas à te faire entendre avec la porte fermée. Après une ou deux minutes, ton ami frappe à ta porte et il entre sans attendre ton ok. Qu’est-ce qu’il... Oh! Il franchit rapidement les quelques pas entre la porte et le lit, venant poser sa main sur ton front. Un nouveau frisson te prend, sa main est beaucoup trop froide. Tu grommelles de la retirer, mais il n’y a pas vraiment de mots audibles qui franchissent tes lèvres. Il n’a rien compris. Ton état a empiré... T’aurais dû rester au lit. C’est un constat facile pour lui. En tout cas, tu te rends compte que même la compréhension est difficile. Une chance que Hei parle plutôt lentement. S’il était un excité comme Ferir, ça serait tout de suite plus ardu. Tu voudrais parvenir à parler, à exprimer comment tu te sens, mais ton collègue ne t’en laisse pas la chance. Je t’apporte tes pilules avec de l’eau. J’ai fait un bouillon aussi, si tu en veux. Je n’ai qu’à le faire chauffer.

Ça ne peut pas me faire de tort, alors je hoche la tête sans la relever de l’oreiller.

Hei se détourne donc, allant te chercher tout ce dont tu as besoin. Il faudra tout de même que tu parviennes à te lever si tu veux aller à la salle de bain. Peut-être en prenant les médocs, tu y parviendras. Doucement, tu te glisses jusqu’au bord du lit. Il ne te restera plus qu’à te redresser, c’est nécessaire pour avaler l’eau et le bouillon sans t’étouffer. Il te faudrait aussi le sirop contre la toux. Ça fait certainement plus de quatre heures que tu as tout pris. Ça te décourage de te trouver dans un tel état. Pourquoi Hei, qui a aussi bravé la tempête, est moins malade que toi? Il s’agit d’une question qui te revient souvent à l’esprit. Ton système immunitaire était simplement plus faible que le sien à ce moment-là. Ne cherche pas une explication à toute épreuve, il n’y en a pas. Il te faut passer à travers comme tout le monde, même si tu as une excellente vitesse de guérison. Bref, ton ami revient avec les mains pleines. Il a pris un plateau pour tout apporter. C’est pratique. Il a des pattes en dessous pour le poser sur le lit. Par contre, tu redoutes qu’il tombe si tu tousses. Il vaut mieux le poser sur ta table de chevet vide, celle du côté gauche. Tu m’aides à me relever? Tu manques cruellement d’énergie, n’étant pas capable de te mettre par toi-même en position assise. En plus, parler est vraiment difficile. Tu l’as trop fait tout à l’heure, voilà le prix à payer. Tu disais suivre les conseils de Ferir, mais c’est faux. D’ailleurs, il a répondu à ton message texte envoyé des heures plus tôt. C’est juste que tu n’as pas regardé. Le sommeil a été long à avoir, à cause des émotions qui se manifestaient en toi. Là, tu veux juste avaler quelque chose pour te sentir mieux et te coucher de nouveau. Sans dire un mot, ton ami vient passer son bras dans ton dos, te soulevant pour te mettre debout. Le contact te dérange, il provoque un retour du sentiment de gêne par la pudeur, mais t’es surtout soulagé d’enfin pouvoir te rendre à la salle de bain. Merci. Tu murmures avant de commencer à mettre un pied devant l’autre. Heureusement que tu n’as pas d’escaliers à gravir, sinon tu n’aurais pas pu te rendre à ta destination. Ça aurait été le pire à ton sens, mais tout va bien. Ou presque, t’as vraiment intérêt cette fois à rester dans ton lit.

J’espère que Hei s’occupe de mes Pokémon...

En tout cas, il s’occupe de toi et c’est déjà un bon début. Tes compagnons peuvent se débrouiller par eux-mêmes. Ils sont autonomes et ils savent que vous ne partirez pas en mission tant et aussi longtemps qu’ils n’auront pas la certitude que tu vas mieux. Ils ont compris que tu es le chef, tout comme ils avaient compris que c’était Hei avant. Bref, après un passage à la toilette, tu reviens dans ta chambre, t’assoyant sur le bord du lit. Tu es encore un peu gêné de te trouver torse nu devant ton ami, mais c’est moindre que tout à l’heure. T’as besoin d’aide pour manger? Il voit à quel point tu es affaibli alors il te le propose, bien qu’il ait conscience que tu risques de décliner l’offre. Laisser quelqu’un d’autre te nourrir... Non, c’est hors de question. Ça ira. T’évites les phrases trop longues pour ne pas tousser, mais aussi parce que c’est douloureux. Puis, ta voix casse par moment. Tu n’auras guère le choix de te reposer pour au moins les deux prochains jours. T’as besoin d’autre chose? Hei regarde tout ce qu’il t’a amené dans ta chambre, jaugeant s’il a oublié un truc. Le sirop. Il en a lui aussi besoin, alors ça n’est sûrement pas une bonne idée de le laisser dans ta chambre, n’ayant pas l’envie qu’il s’y invite à son bon vouloir. Il faudrait que tu le prennes juste avant de dormir. Tu sais ça, alors tu hoches la tête. Ton ami te précise qu’il te l’apportera plus tard, te demandant ensuite si t’as envie qu’il reste ou qu’il parte. Il faut admettre qu’avec son comportement plus tôt, partager du temps en sa compagnie ne t’intéresse pas vraiment. T’es plutôt rancunier et c’est long avant que la rancœur se calme. Tu n’as pas du tout aimé qu’il joue avec ta pudeur et tes sentiments. C’est aussi délicat de lui dire que tu préfères être seul. Tu le remercies pour son aide avant qu’il quitte, c’est la moindre des choses. Il ferme la porte derrière lui, s’excusant avant pour ce qui est arrivé. Au moins, ça aide à atténuer tes mauvais sentiments du moment, bien que t’espères qu’il a compris et qu’il ne te refera pas un coup pareil si jamais Gaeriel revient vous visiter. Soupirant, ta main se saisit de la cuillère et il est temps de goûter à ce bouillon. C’est plutôt toi entre vous deux qui cuisines normalement, alors tu ne sais pas à quoi t’attendre.

Hei aime les aliments salés, cette soupe risque de l’être beaucoup. Sauf s’il a pris en compte tes préférences...

Aide à la modération:
 



T-Card:
 

Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8813

Mer 16 Aoû - 16:50

3 Gravalanch lvl 50 apparaissent.




Roucarnage lance Météores sur tous !
(-19 PV) Ce n'est pas très efficace...
PV des Gravalanch : 131/150


Méga-Rayquaza lance Ouragan sur tous !
(-80 PV)
PV des Gravalanch : 51/150


Leviator S lance Surf sur tous !
(-680 PV)
PV des Gravalanche = 0/150
Les Gravalanch sont KO !

Votre équipe gagne de l'xp
Roucarnage 64>65 Reste 5
Méga-Rayquaza 64>65 Reste 4
Leviator S 58>58 Reste 1

Que voulez vous faire ?



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 7362

Région : Kanto | Hoenn
Ven 18 Aoû - 1:02
Tu as été deux jours entiers à devoir rester couché dans ton lit, ne te levant que pour tes besoins naturels, te redressant pour boire et pour manger. À cause de ça, tu as le moral au plus bas. Être contraint de rester inactif, il n’y a pas grand-chose de pire pour toi. Au moins, Hei a été d’une grande aide, s’occupant de t’apporter tout ce dont tu avais besoin pour bouger le moins possible. Il changeait le linge mouillé qu’il te posait sur le front pendant que tu dormais, il te supportait quand tu devais te lever. La seule chose que tu as refusé catégoriquement qu’il fasse est de t’appliquer la crème sur ta blessure au torse. Ton ami n’a pas insisté, ayant saisi son erreur lors de la visite de Gaeriel. Il a aussi pris soin de tes compagnons, leur expliquant la situation. Ils essayaient tous de voir à ta fenêtre afin de s’assurer que tu n’allais pas si mal, que tu serais bientôt remis sur pied. Cette fois encore, tu avais repoussé tes limites, mais ton corps a mis un stop. Fatalement, tu vieillis. Tu as aussi subi de multiples épreuves, physiquement. Tu as enduré bien plus que la moyenne. C’est normal de flancher à un moment. Tu n’es pas infaillible, personne ne l’est. Tu n’as pas à t’en sentir honteux, loin de là. Il va falloir que tu apprennes à t’écouter, à voir les signes qui te dictent qu’il te faut du repos. Vivre à deux cents à l’heure constamment n’est pas sain et c’est ce que tu fais depuis plus de dix ans. Il n’y a eu que lors de ton coma et de la convalescence qui a suivi que tu n’as eu guère le choix de te calmer et de tout faire pour prendre du mieux. Bien que ta condition soit revenue à celle qu’elle était avant les lourdes blessures subies au visage, avant la perte de ton œil, tu as été fragilisé. Il te faut en prendre conscience, mais surtout l’accepter et agir en conséquence. Sinon, les situations comme celle que tu es en train de vivre se multiplieront. Ce n’est pas ce qui te plairait, n’est-ce pas? Le stress que tu t’imposes en visant constamment l’excellence à tous les niveaux n’est pas sain. Tu as toujours été trop exigeant envers toi-même, comme s’il s’agissait d’une sorte de punition ou même d’un contrôle. Libère-t’en. Il serait temps que tu abandonnes réellement tous les vieux mécanismes de ton passé. Il en reste encore quelques-uns, des moins flagrants; tu ne les remarques donc pas.

Je déteste vieillir. Le temps n’arrange rien.

Pourquoi ne te poses-tu pas la question pour savoir ce qui te dérange à ce point de vieillir? Ce n’est qu’un nombre d’années. Certes, un jour, le déclin s’amorcera réellement pour toi, comme pour tous les autres humains, mais tu as encore de nombreuses années de jeunesse. Tu es en forme, ça aide grandement. Il n’y a pas vraiment de maladie génétique dans ta famille de sang. Tu as donc de la chance de ce côté. En dépit de tout ce que t’a fait subir ton père durant ton enfance et ton adolescence, en dépit de ta consommation de drogues, tu n’as pas de maladies qui auraient pu en résulter. Quelque part, la chance t’a souri. Elle t’a permis d’avoir la vie que tu mènes aujourd’hui, cette vie qui te convient à la perfection. Après tant de malheur, ne crois-tu pas que tu le mérites? T’as vraiment besoin d’un temps de réflexion avec toi-même, de faire le point. Tu continues de te brimer sur bien des points, à commencer par le fait de réprimer l’amour que tu ressens parce que ton passé t’effraie. Pourquoi devrais-tu rester seul le restant de ta vie, ou pourquoi devrais-tu te lier à une personne aux mœurs douteuses si ça ne te caractérise plus désormais? Ça n’a aucune logique. Tu te fais du mal. Malheureusement, c’est exactement le genre de réflexions que tu fuis, que tu évites à tout prix. Les remises en question, ce n’est pas ta force. La preuve est bien que tu as pris quasiment un an avant d’enfin prendre la décision de déserter les Rockets. Pourtant, au fond, tu savais que ça ne t’avait jamais représenté, que tu t’étais renié pour accomplir les missions qu’on te confiait. Pourquoi continuer? Ça ne t’apportait que du mal, que ce que tu cherchais tant à fuir depuis ton enfance... C’est fou comment un conditionnement depuis le plus jeune âge peut causer des ravages sur son chemin. La bonne nouvelle est qu’aujourd’hui, tu es en bonne voie pour que tout cela soit pleinement derrière toi. Il te reste juste quelques petites étapes à franchir, mais tu dois en avoir la volonté. Ça ne se fera pas sans effort de ta part. Ces derniers ne doivent pas juste être pour ta condition physique. Pour être réellement bien avec toi-même, ce n’est pas que de ton corps que tu dois prendre soin. Après tout ce par quoi tu es passé, tu devrais le savoir.

On ne peut pas juste... vivre, sans se poser de questions?

Évidemment que tu aimerais, toi qui as toujours eu de la difficulté avec les sentiments. Tu en as été coupé très jeune, contraint de ne pas démontrer de la peine, contraint de ne pas pouvoir vraiment vivre de la joie... La façon que ton père t’a traité a eu une forte influence sur ton développement. Ça ne pouvait en être autrement. Il a toujours fait en sorte que tu réprimes ce que tu ressens. Alors même aujourd’hui, c’est difficile de comprendre ou d’exprimer tes émotions, même de leur laisser de la place. Tu estimes ne pas mériter d’amour à cause de tes actes passés. Qu’est-ce qu’il te faut pour réaliser que ce n’est pas sain comme mentalité? Ou au moins pour amorcer une réflexion. Au final, la réponse se trouverait peut-être en Hei. En effet, même si tu es particulièrement rancunier, tu ne peux pas l’esquiver, vous habitez ensemble et il prend soin de toi, dans une certaine mesure. Après les deux jours, quand tu retrouves plus d’énergie et que t’arrives à migrer au salon, il te rejoint. Comme d’habitude, il te demande si tu as besoin de quelque chose, ce à quoi tu refuses. Il peut donc se poser tranquille et tenter de satisfaire sa curiosité à ton égard. Même s’il connaît à peu près tout de toi et de ton passé, il reste des zones grises dans certaines de tes réactions qu’il aimerait éclaircir. Il y a des modes de pensées chez toi qu’il n’aime pas. Tu as fait tant pour lui en l’aidant avec sa consommation qu’il souhaite te rendre la pareille. Il est juste hésitant parce qu’il est parfaitement conscient que s’il se merde, que s’il choisit mal ses mots, tu te braqueras. T’es ainsi et il ne te changera pas d’un claquement de doigts. Mais il souhaiterait que tu t’accordes une chance, une vraie chance à tous les niveaux. Ne viens pas dire que c’est le cas, puisque c’est faux! Bref, il se lance et advienne que pourra. Azamir, commence-t-il, tâchant de ne pas hésiter sur la formulation à suivre, pourquoi te refuses-tu d’être amoureux?

La question était peut-être un brin trop directe...

Modération:
 



T-Card:
 

Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8813

Ven 18 Aoû - 2:15

Leviator S lance Cascade !
Il gagne un combat d'expérience.
Leviator monte au niveau 59 (1/4) !



NINJAAAAAAAAAAAAA
Ninja Gérard vous provoque en duel !

Il appelle...

Alakazam, mangeur de Sorbouboul, niv. 70.

Voulez-vous manger une glace ?



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 3) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Torg: le jeu de rôle de la guerre des réalités
» Rêve ou réalité... bizarre comme réalité...
» [R/B/J] Faire Revenir L'Océane
» Ma réalité est mon rêve.
» L'amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité. [PM] & Dorian

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kantô - 1E G E N :: Route Victoire-