AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Bonjour


avatar
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1752

Mar 11 Juil - 22:35
L'attaque de la planque des Aqua n'avait pas été sans conséquences. Le jeune sbire était resté plusieurs jours dans l'attente d'une vengeance des Magma, en vain. Sur ce coup, ils avaient été intelligents et s'y étaient pris quand il s'y attendait le moins. Willi ne savait pas s'il y avait un traitre parmi les Aqua, mais le fait qu'ils les assaillent pendant une expérience n'était pas anodin. Ainsi, tout le monde était occupé dans la cave de la planque située sur l'îlot proche d'Oliville. Les Magma avaient ainsi pu dérober les précieuses informations des scientifiques Aqua sur les pokémons chromatiques. Leurs recherches avançaient et les données collectées représentaient une quantité de savoir très importante. Ce vol était un échec inacceptable pour l'organisation, et leur ennemi finirait par le payer. Mais pour le moment, le blondinet était occupé à prendre soin des deux principales victimes de cet assaut.

La première était Roucool sur lequel ils étaient en train d'effectuer des expériences. Le pokémon était branché de toute part, que ce soit pour des capteurs ou pour des injections diverses et variées. Le processus pour modifier la génétique d'un pokémon était très complexe. Ils devaient d'abord réussir à déterminer avec exactitude les gènes d'un pokémon normal et les comparer avec ceux d'un pokémon chromatique, afin de savoir sur quels paramètres influer. Mais cette fois-ci, c'était la première fois qu'ils tentaient de transformer les gènes d'un pokémon sans connaitre ceux du chromatique. Ils étaient arrivés à une généralisation du processus et espéraient arriver à un résultat concluant. Mais l'attaque des Magma les avaient stoppés dans leurs démarches ; et les scientifiques avaient dû abandonner l'expérience en cours. Cet abandon n'avait pas été sans conséquences sur le Roucool qui avait d'abord subi un traumatisme psychologique, développement une haine des humains. Ensuite, les différents mélanges chimiques qui lui avaient été injectés partiellement l'avait terriblement affaibli. Willi avait décidé de le prendre sous son aile, refusant que les Aqua le libère dans la nature et qu'il meurt en quelques jours. Mais maintenant que le Roucool avait repris un peu de forces, il ne se laissait plus approcher par le blondinet.

La deuxième victime était Skitty. Celui-ci, comme à son habitude, dormait paisiblement dans un coin du salon. Il avait été surpris par l'irruption violente des Aqua dans la maison, et avait tenté de défendre son territoire. Malheureusement, le pokémon n'était pas un combattant, si bien que les sbires n'avaient pas hésiter à l'assener de coups de pieds. Le petit chat avait très mal vécu cet épisode, le traumatisant. Celui-ci avait été lourdement blessé et avait subi une phase de dépression intense, alertant son dresseur. Willi voyait bien que le pokémon était frustré de cet échec, mais il n'était pas en mesure de l'entrainer, de lui apprendre à maitriser cette force qui sommeillait au fond de lui.

C'est pourquoi lors d'une visite à Kalos il avait décidé de s'arrêter dans une pension. A son arrivée sur le domaine, la première chose qui le frappa était l'immensité du terrain. De nombreuses accommodations pour les pokémons étaient disposées ici et là. L'endroit était magnifique, et bien que le blondinet était réticent à l'idée de confier ses pokémons à des inconnus, il commençait à croire qu'ils seraient très bien ici. Il avait fini par accepter le fait qu'il n'était pas apte à s'en occuper. Il n'avait pas ce don naturel qui faisait que les pokémons et lui établissaient un lien très fort. Il n'était pas capable de ressentir les désirs de ses compagnons. Pour faire court, il ne savait pas s'occuper d'un pokémon. Il était un excellent dresseur au combat, mais pour le reste il était bon dernier. Et ce dont Roucool et Skitty avaient besoin, c'était de quelqu'un qui puisse leur donner cette confiance, leur prouver que tout n'est pas terminé et qu'ils feront d'excellents combattants.

Arrivé devant la porte de la petite maison en bois, Willi prit une grande inspiration. Il ne savait pas vraiment pourquoi, mais il commençait à stresser. Il avait pourtant entendu beaucoup de bien sur cette pension et sur les propriétaires. Il savait que c'était des personnes très attentionnées et qu'il n'avait pas de soucis à se faire, mais c'était plus fort que lui. Il poussa la porte, entrant dans la bâtisse. L'endroit était très chaleureux mais vide. Il s'approcha du comptoir et appuya sur la petite sonnette, attendant que quelqu'un vienne l'accueillir tout en feuilletant une des brochures disposées dans l'accueil. Mais il était beaucoup trop préoccupé pour se concentrer sur la lecture. Il s'aventura donc dans la pièce, découvrant des pokémons installés confortablement dans un espace leur étant réservé. Il s'en approcha doucement, il voulait être certain que ceux-ci se sentent bien dans ce lieu. Mais il savait pertinemment qu'ils n'allaient pas lui confirmer de vive voix ... Impatient de découvrir les éleveurs, le blondinet ne put s'empêcher de les appeler. "Bonjour ? Il y a quelqu'un ?!" Évidemment, le jeune sbire regretta rapidement lorsque les pokémons commencèrent à s'exciter. En voulant bien faire, il commença à effectuer des grands gestes tout en chuchotant des "tout doux mon petit tout doux", mais il ne faisait qu'empirer la situation. Comme une tempête dans ce havre de paix ...

HRP:
 





Avatar ©️ Jill Calahan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 11/08/2015
Messages : 1574

Sam 15 Juil - 18:31
___Cassandre n’est parti que depuis quelques heures, et déjà son absence met un vide dans ta vie à la pension.
___Ce n’est pas comme si tu n’avais pas l’habitude des séparations, surtout avec lui. Déjà lorsque tu vivais au manoir familial ; ton cousin passait du temps là-bas avec toi, parfois même plusieurs semaines, mais jamais vous n’aviez vécu ensemble. Seulement, pour la première fois depuis des années, depuis une éternité, depuis une autre époque, tu avais retrouvé un quotidien dont il faisait partie. Pendant une dizaine de jour, tu as vécu en le retrouvant chaque matin, et en lui souhaitant bonne nuit chaque soir. En pouvant l’enlacer chaque fois que l’envie t’en prenait, en pouvant simplement le voir, jour après jour. Perdre ce quotidien tout juste trouvé laisse un vide, et une tristesse latente. Depuis que tu t’es lancée dans ta quête de justice en quittant une seconde fois le manoir familial, tu as passé ton temps à le repousser de ton quotidien afin qu’il ne sache jamais exactement combien tu te mettais en danger, à la fois pour qu’il ne s’inquiète pas, mais aussi pour qu’il ne te barre pas la route. Pourtant, malgré tout ce que tu lui as infligé comme distance et incertitude, votre lien n’a rien perdu de son éclat et de sa force. Vous avez toujours été comme les deux doigts de la main, aussi proches que s’il avait été ton frère, et toi sa sœur. Le constater t’a fait du bien ; le vivre t’a rendue heureuse. Tu as besoin de Cassandre dans ta vie. Après avoir frôlé du bout des doigts l’image d’une vie sans sa présence, cette certitude est ancrée en toi.
___Au moment où un long soupir t’échappe, tu entends un éclat de voix.
    « Non Fenrir, pas là-bas ! Viens ici ! »

___Tu jettes un coup d’œil par la fenêtre de ta chambre. Instantanément, un sourire vient réchauffer ton visage. Nathaniel est aux prises avec l’Arcanin récemment arrivé, apparemment plein d’entrain aujourd’hui encore. Tu inspires un coup, expires ; te relèves. Il est temps de reprendre le travail.
___Après un coup d’œil circulaire sur ta chambre, tu hausses les sourcils. Le passage de Cassandre n’a pas été sans conséquence. Absolument toutes les affaires pouvant trainer trainent partout dans la pièce. Ici, le matelas que ton cousin a utilisé durant son séjour, là, sa couverture qui traine non loin, et puis tes vêtements que tu as mis un peu partout lorsque tu cherchais un t-shirt que tu voulais lui montrer, ou encore ce bureau encombré d’un jeu de carte que vous n’avez pas rangé, accompagné de verres -au pluriel, parce que vous oubliiez toujours de les redescendre avant d’en monter des nouveaux-. Sans compter les places réservées à tes compagnons pour dormir ici, ainsi que le bric à brac général qui encombre ta chambre, qui a clairement besoin de rangement. C’était difficile d’y marcher les soirs où Cassandre, tes pokémons et toi étiez tous réunis ici ensemble. Pire encore lorsque Nathaniel s’ajoutait à tout cela. Pourtant, à la vue du chaos que tu as sous les yeux, tu sens une légère vague de chaleur t’envahir, comme si la beauté et les rires des soirées passées là imprégnait encore l’air.
___Nostalgique et heureuse à la fois, tu reprends ce que tu faisais avant ; te trouver une tenue pour sortir. Sans grande surprise, tu trouves bien plus vite ce que tu cherches que si toutes tes affaires avaient été soigneusement rangées dans un placard. Posant tes pieds en faisant attention à ne rien écraser, faisant le moins de bruit possible pour ne pas réveiller Prince qui dormait dans le panier matelassé près de ton lit, tu vas attraper le t-shirt d’un côté de la pièce, puis le pantalon en toile de l’autre. Tu as toujours été comme ça, bien plus capable de te repérer dans un tohu-bohu d’affaires plutôt que dans un principe de « chaque chose à sa place, chaque place a sa chose ». Tes parents ont lutté pendant longtemps, lorsque tu étais enfant, pour changer tes habitudes alors que tu étais persuadée que l’ordre naît du désordre, que ce n’est qu’avec un certain chaos que tu parviens à réellement à retrouver chaque chose et que là où ils pouvaient penser que tu les perdais, en réalité, tu ne les retrouvais que mieux. Seulement, car tu te devais d’être la noble que tu es, car tu devais apprendre à être aussi parfaite que l’on souhaitait te voir être, tu avais perdu la guerre, et ils t’avaient vaincu. Sauf qu’apparemment, tu le constates aujourd’hui, une partie de ton naturel n’a pas totalement disparu. Et Cassandre est loin d’être une aide contre cela.
___Amusée par cette constatation, quelque peu réconfortée de ne pas être uniquement le fruit d’une société de noblesse à l’exigence excessive, c’est le cœur plus léger que tu rejoins Nathaniel à l’extérieur. Alors que tu l’aperçois batailler avec l’Arcanin surexcité, tu entends un bruit dans ton dos, provenant de l’accueil de la pension, que tu as dépassé quelques secondes plus tôt. Un client ? Surprise, tu te figes quelques secondes, hésitant sur la meilleure chose à faire. Tu as plus ou moins appris à accueillir les clients, ce n’est plus l’épreuve que cela était au début. Pourtant, tu préfères toujours que Nathaniel prenne les devants ; or, il n’est pas loin de toi. Tu pourrais le prévenir, et le laisser faire.
___Ton doute dure un moment alors que tes pensées tournent à toute allure dans ton esprit ; il faut que tu te décides, ou le client se demandera ce que vous pouvez bien être en train de faire en ne voyant personne pour lui.
___Le temps que tu te décides, tu vois Zorua franchir le seuil et courir vers Nathaniel pour le prévenir de votre visiteur surprise. Tu pousses un soupir de soulagement. Ton dilemme est terminé. Tu t’approches de l’éleveur tandis qu’il marche vers la pension.
    « On a un client ! »

___Tu hoches la tête.
    « Je sais.
    -Pourquoi tu n’y es pas allée ? »

___Il fronce les sourcils, le regard dénué de reproche. Tu l’esquives malgré tout, dirigeant ton attention vers l’herbe sous tes pieds.
    « J’hésitais, puis Zorua est venu. »

___Nathaniel ne fait pas de commentaire. C’est encore étrange, pour vous, d’être complètement sincère l’un envers l’autre. Seulement, ça a quelque chose de naturel, et de doux.
___Coupant court à tes discussions, tu entends un éclat de voix, puis des cris de pokémons. Nathaniel et toi, vous accélérez le pas.
___Lorsque vous pénétrez dans la pension, un jeune homme aux cheveux blonds est vainement en train de tenter de calmer les pokémons qui se pressent autour de lui. Tsubasa, ton Braisillon, vole tout autour de l’inconnu en piaillant gaiement tandis que ton Luxray renifle son pantalon, visiblement intrigué. L’Osselait de la pension s’accroche à une de ses jambes. Puis, comme si cela ne suffisait pas, Fenrir rentre à son tour, et rejoint le blond à tout allure pour ajouter un peu en confusion. Nathaniel secoue la tête d’un air désabusé, avant d’intervenir.
    « Bien, ça suffit, écartez-vous un peu ! »

___Ton Luxray obéit de lui-même, tout comme ton Braisillon, malgré une certaine hésitation, lorsqu’il voit que tu le menace de le rappeler dans sa pokéball. Nathaniel, de son côté, lutte tant bien que mal pour calmer l’Arcanin, décidé à mettre à profit son énergie du jour pour accueillir le visiteur, mais l’éleveur parvient finalement à se faire entendre. Tu t’occupes d’écarter Kara de toi-même lorsque tu aperçois que Zorua, remarquant qu’elle ne s’écarte pas, esquisse un geste pour intervenir lui-même, ce qui déclencherait inévitablement une nouvelle dispute entre les deux. Enfin, le calme revient dans la pension. Ton soupir de soulagement résonne dans la pièce soudainement silencieuse. Nathaniel te fait signe de prendre la parole. Tu souris à l’inconnu aux cheveux de blé.
    « Bonjour monsieur, excusez-nous pour l’accueil ! J’espère que cela ne vous a pas trop incommodé. »

___Nathaniel hoche la tête, souriant lui aussi avec affabilité.
    « Oui, pardon pour ça… Maintenant que tout le monde a retrouvé son calme, laissez-nous vous souhaiter la bienvenue au Havre ! Je suis Nathaniel Lyyant, le gérant de la pension, et voici Mélodie Chevalier, mon associée. »

___Il te désigne, toujours chaleureusement souriante. Tu te retiens pourtant difficilement d’observer Nathaniel. Tu as l’impression que l’attitude de l’éleveur est moins travaillée, moins calculée que tu n’as l’habitude de le voir, comme si l’automatisme chaleureux a cédé à quelque chose d’un peu plus naturel. Cependant, la sensation ne dure qu’une seconde, le temps d’un souffle ; tu as sûrement rêvé. Il a toujours su être agréable et cordial, pour le bien de la pension.
    « Que pouvons-nous faire pour vous ? »

___Fenrir aboie joyeusement sur ces mots ; heureusement, après un regard strict de ta part, il ne bouge pas. Tu passes une main pour flatter son encolure.


HRP:
 


Merci à Ezy pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Adieu Haiti, Bonjour Dominicanie
» bonjour [pv Petit Matin]
» Bonjour de Thibaut
» bonjour de la lituanie
» bonjour !!! samedi 22 01 2011

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Relifac-Le-Haut :: Le Havre-