AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2
 
» {Event } Après le dragon, vient le serpent


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 6322

Dim 30 Juil - 16:05
Le membre 'Kaktus Vateuhpicker' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'[ETE] Dé Phi' :


avatar © Garrett Rosebury.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 742

Région : Johto
Ven 4 Aoû - 13:09
La jeune femme était un peu chamboulée, elle avait toujours eu des difficultés pour communiquer avec ses semblables et cela restait inchangé. Cela faisait plusieurs mois, qu'elle avait quitté le temple familial et pourtant elle continuait à s'enfoncer dans des situations de plus en plus complexes. D'après le ton du jeune homme, il refusait de prendre l'amulette, mais pourtant ses mots désignaient le contraire. Akikane connaissait les formules de politesse, afin de formuler un refus, mais la forme était différente. Pourquoi disait-il oui si cela voulait dire le contraire ? Pourquoi avait-il utilisé ce genre de mensonge ? Elle savait que son propre langage manquait de sincérité, c'était un peu trop formel pour l'être, mais l'utilisation des mots étaient toujours juste. Akikane pouvait voir une fois de plus, ce mur en brique tomber entre elle et le jeune homme. Cependant, même si elle avait la sensation d'avoir fait les choses correctement, elle savait qu'elle avait commis une erreur quelque part.

Contrairement à ce que croyait le jeune homme, elle avait parfaitement entendu sa question '' je peux vous aider'' et elle avait répondu en conséquence. L'amulette était là pour aider le brun, c'était elle qui désirait faire quelque chose pour lui ! Cependant, il était inconcevable qu'elle lui donna en main propre le gri-gri, les présents étaient réservés aux morts et aux Divinités. Jusqu'à preuve du contraire, l'homme était bien vivant et il était le servant d'une incarnation de ses êtres Divins. Akikane appartenait à l'Ordre du dragon, comme chaque personne de sa religion, elle vouait une adoration sans borne envers ce type. Sa vie était consacrée à servir et honoré les êtres de cette race, mais elle appartenait également au temple Ryunoshinden, celui-ci avait choisi de bâtir une maison pour le Dracolosse et ses descendants. Ainsi, le petit dragon bleu avait une signification toute particulière pour la prêtresse et il était donc impossible, qu'elle offrit son aide à l'être humain sans passer avant par le mini-draco.

Si la jeune femme était un peu emprisonnée dans ses pensées, elle réagit vite au refus de l'étranger. Elle fit rapidement disparaître le calepin qu'elle avait dans les mains et qui entravait ses mouvements. Elle pencha la tête un peu plus en avant et monta ses deux mains au niveau de son visage, elle avait placé sa main droite afin de recouvrir la gauche, puis elle ferma un instant les yeux. Elle en profita pour effacer la trace de sang qui s'était imprimé sur son visage. Par ce geste, elle lui communiquait, qu'elle acceptait sa décision, elle ouvrit ensuite les mains et Tanpopo s'empressa de lui lancer le talisman, qu'elle rangea. La demoiselle sorti une nouvelle fois son calepin, elle hésita sur la suite des événements et dans ce genre de situation, elle avait conscience que la plume était plus forte que l'épée. De plus, comme l'avait démontré le jeune homme quelques secondes plus tôt, les mots pouvaient être trompeurs. Du moins, c'était un art bien plus difficile à maîtriser pour la religieuse. Elle utilisait surtout sa voix, lors des prières, bien que la plupart d'entres elles, était silencieuse. Akikane avait une formation plus guerrière que littéraire, elle avait une base solide, mais savait que c'était loin d'être son point fort. Le langage non-verbale était une partie importante du mode de communication qu'elle employait.

La brune sentait que l'homme était mal à l'aise et il devait faire beaucoup d'effort pour rester sur place. Elle pouvait le voir, à la façon dont ses pieds étaient positionnés sur le sol. Il était impoli de regarder quelqu'un dans les yeux, habituellement la jeune femme, après les salutations d'usage, relevait son visage. Cependant, avec le dragon sur l'épaule de l'étranger, elle osait à peine relever la tête et c'était grâce à la grande taille de celui-ci, qu'elle pouvait rester debout sans risquer d'offenser l'être bleuté. Cependant, elle pouvait sentir la tension s'accumuler dans l'autre être humain, ainsi malgré une sanction divine, elle avait choisi de lui faire face. Akikane fit un pas en arrière, elle plaça également un sourire sur ses lèvres, un rictus de politesse, mais non démuni de chaleur. La brune plongea ses yeux marron dans les iris verts. Elle avait un maintien strict, issus d'une éducation rigoureuse, mais sans aucune agressivité. Elle constata qu'il n'était pas seulement grand comme un arbre, mais en portait également les couleurs, il lui faisait un peu pensé au pin noire qu'elle avait juste devant la fenêtre de la chambre qu'elle occupait à Vieille Griotte.

La demoiselle griffonna rapidement quelques mots sur le papier, mais refusa de le montrer de suite. Elle leva une nouvelle fois la tête vers l'étranger, elle leva sa main libre en direction de sa poitrine, elle plaça celle-ci sur son coeur et frappa deux fois. Ensuite, elle fit un geste ample vers l'extérieur et garda sa paume ouverte vers le haut et attendit quelques secondes, une lueur de compréhension dans le regard de son vis-à-vis, avant de glisser le calepin, dans sa main tendue.

« Enchantée. Au nom de l'Ordre du Dragon, représentante du temple de Ryunoshinden, j'ai l'immense honneur d'avoir été désignée afin de vous seconder. J'ai la tâche de vous aider dans les épreuves à venir et je ferai de mon mieux afin de ne pas être un fardeau. »

Akikane s'inclina une nouvelle fois, quand elle fut certaine que le jeune homme avait lu ses mots. Elle lui avait laissé une longue minute et elle avait écrit simplement quelques mots. Elle s'attendait à un soupir ou un refus, mais elle espérait le contraire. C'était la première mission qu'on lui confiait en dehors du temple, elle était encore une prêtresse novice, mais elle avait tout de même presque dix ans de service. Si elle échouait, la demoiselle savait que son ego ne pouvait pas rester indemne, même en sachant que l'orgueil était un pêcher, elle restait un simple humain et non une sainte.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 16/04/2016
Messages : 842

Région : Kalos
Sam 5 Aoû - 1:05


Après le dragon, vient le serpent

Ft. Akikane Ryunoshinden

Cette fille, tu la trouvais vraiment étrange. Avec ton passé, tu en avais rencontré des cinglés pourtant. Surtout lorsque tu étais enfant. Lors de ton passage dans la rue, tu avais eu l’occasion de croiser toutes sortes de personnes. Mais il ne te semblait pas avoir déjà eu devant les yeux quelqu’un pouvant se rapprocher de son niveau à elle. Tu n’avais pas beaucoup d’informations sur la région de Johto, mais tu doutais vraiment du fait que les gens se baladent encore au quotidien avec des vêtements traditionnels. Même si elle fait partit de l’univers religieux ou quelque chose dans ce genre-là, elle aurait pu faire un effort vestimentaire. Surtout qu’elle avait l’air d’avoir un peu de mal avec ses grandes manches. Toi, tu n’aurais jamais supporté de porter un truc dans ce genre. Ton intérêt pour la mode était beaucoup trop fort pour que tu commettes une telle faute de goût. Tu avais trouvé la personne que ta mère adoptive t’avait demandé de surveiller. Enfin pour le coup, c’était plutôt elle qui t’avait retrouvé. Ce n’était pas plus mal. Au moins tu n’avais pas eu à perdre ton temps. Par contre, tu aurais préféré qu’elle ait davantage la lumière à tous les étages. Parce que là, elle ne semblait vraiment pas gâtée par la nature, la pauvre. Tu ne comprenais pas son délire avec le machin qu’elle voulait te refiler. Enfin non. L’objet qu’elle avait donné à son pokémon pour qu’il le donne à Hélios. C’était vraiment dû n’importe quoi. Comme si ton Minidraco allait faire le moindre effort pour se saisir d’un truc qui ne l’intéresse pas. Il avait beau être légèrement curieux sur les bords, il refusait tout ce qui ne venait pas directement de toi. En réalité, tu te demandais s’il s’agissait seulement d’un manque d’éclairage par endroit. À ce niveau-là, cela ressemblait plutôt à une énorme coupure de courant. Un genre de black-out généralisé. Ou alors elle avait rencontré un problème de branchement dès le départ. Tu ne savais pas vraiment quoi en penser, mais pour toi elle avait sérieusement un problème. Si elle voulait te remettre quelque chose, elle n’avait qu’à le faire par elle même. Après tout, Hélios n’était pas là pour faire le messager. Surtout qu’avec tous les évènements pour te rendre ici, il n’avait même pas encore eu son compte de sommeil. S’il ne récupérait pas rapidement, il risquait de rapidement devenir grognon.

Tu te demandais si tu ne ferais pas mieux de t’éloigner discrètement en ignorant totalement la demande de ta mère adoptive. Tu pourrais toujours lui dire que tu n’étais pas parvenue à trouver la jeune fille que tu étais censé aider. Mais ce qui était certain, c’était que tu n’avais pas la moindre envie de te la coltiner toute la journée. Surtout si elle agissait toujours de manière étrange. Au moins, elle avait compris que tu n’en voulais pas de son gri-gri. Ce n’était pas spécialement contre elle, mais la vie t’avait appris que tu ne devais pas accepter des cadeaux en provenance d’étrangers. Tu n’étais plus un petit garçon. Tu n’étais plus seul. Mais ce n’était pas pour autant que tu devais arrêter de te méfier des gens. On n’était jamais trop prudent. Tu avais payé une fois, c’était bien suffisant. Tu ne comptais pas prendre le risque d’en souffrir une nouvelle fois. Si elle voulait que tu acceptes son délire, elle devrait passer par toi. Et elle devrait t’expliquer pourquoi elle tenait autant à te transmettre ce machin-là. Au moins, elle avait dû comprendre que tu n’en voulais pas, puisque sans dire le moindre mot, elle avait rangé son carnet. Puis elle avait fait un truc avec ses mains qu’elle avait monté au niveau de ses mains. Comme si elle était en train de prier. La situation devenait vraiment de plus en plus dingue. Tu refusais. Tu ne voulais pas de ça. Tu n’avais pas signé pour te coltiner une cinglée. Tu avais accepté pour faire plaisir à ta mère adoptive, mais si tu avais su avec exactitude de quoi il en retournait, c’était certain que tu n’aurais pas accepté. Elle avait ensuite ouvert les mains afin que son pokémon lui remette le gri-gri, ce qu’il avait directement fait. Une fois l’objet rangé, elle avait de nouveau sorti son calepin sur lequel elle s’était mise à griffonner après un temps d’hésitation. Tu ne savais pas encore ce qu’elle était en train d’écrire, mais tu te disais qu’elle n’allait pas tarder à te le faire savoir. Pendant qu’elle faisait glisser son crayon sur la feuille, tu te disais qu’il était étrange que tu n’aies pas encore croisé son regard. Tu te demandais si elle faisait exprès de ne pas te regarder. Tu ne voyais pas pourquoi, tu ne savais même pas si elle avait une raison particulière de le faire. Mais tu ne devrais peut-être pas te poser trop de questions à son sujet. Si les branchements n’étaient effectivement pas faits correctement, il n’y avait rien à en comprendre. Il ne te resterait plus qu’à contacter l’hôpital le plus proche avant qu’elle n’importune d’autres personnes avec ses manières des plus étranges.

Finalement, son calepin en main, elle avait fait un pas en arrière. Tu te demandais si cela signifiait qu’elle allait te laisser ici, tranquille, afin de te laisser poursuivre ta journée sans être dans l’obligation de jouer les baby-sitters pour une fille quelque peu dérangée. Visiblement non. Pour la première fois, elle avait levé les yeux afin de croiser les tiens. Un sourire s’était dessiné sur son visage. Toutefois, il ne te semblait pas réellement sincère. Plutôt le genre que l’on se colle pour donner une bonne impression. Tu utilisais bien assez cette technique pour qu’elle te saute aux yeux. Avant de te montrer le calepin, elle avait encore eu une gestuelle étrange. Elle avait placé sa main au niveau de sa poitrine avant de se frapper à cet endroit à deux reprises. Ce n’était pas des gestes violents, mais suffisamment étranges pour t’interpeller. Tu ne comprenais pas pourquoi elle agissait de cette manière. Elle avait suivi par un geste en direction de l’extérieur. Finalement, tu avais pu lire son message. Tu ne comprenais pas. Pourquoi voulait-elle te seconder ? Tu ne comprenais pas. Tu n’avais pas besoin d’aide. Tu te demandais d’où elle pouvait bien sortir cette idée complètement tordue. Et les épreuves à venir ? Tu t’interrogeais encore plus sur le sens de ses propos.

« - Euh. Ouais. C’est ça. Enchanté. Mais pourquoi me seconder ? Il ne me semblait pas avoir besoin d’aide. Et pour quelles épreuves ? Faut arrêter de consommer n’importe quoi des fois… »

Tu ne savais pas vraiment pourquoi tu avais rajouté ces derniers mots. Mais tu avais tellement l’impression qu’elle te faisait perdre ton temps que tu n’en pouvais plus. Tu ne savais même pas ce que tu faisais ici. Tu avais seulement prévu de faire semblant de te pointer ici pour que ta mère adoptive te lâche avec son obsession du sport. Toi, tu n’allais certainement pas te mettre à courir. Et puis, il faut dire que tu n’étais pas spécialement vêtu pour les circonstances. Entre ta veste en cuir et ton jean, ton amplitude de mouvement n’était pas au maximum de ses possibilités. Et il était hors de question que tu prennes le risque d’abîmer tes chaussures. Elles coûtaient bien trop cher pour cela.





Merci Ezy pour l'avatar ♥︎
Merci Mélo pour l'avatar et Ezy pour l'idée ♥︎:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 6322

Sam 5 Aoû - 1:05
Le membre 'Kaktus Vateuhpicker' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'[ETE] Dé Phi' :


avatar © Garrett Rosebury.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 742

Région : Johto
Mar 8 Aoû - 16:57
La jeune femme était un peu perturbée par les mots du jeune homme, une fois de plus, il disait des mots faux. Sa gestuelle et son comportement prouvait qu'il était loin d'être enchanté par cette rencontre et que s'il était encore là, c'était pour une raison obscure à ses yeux. Elle comprenait qu'il avait renvoyé seulement la politesse, cependant le ton n'était pas neutre comme le voulait l'usage. Les signaux qu'elle recevait de l'individu était brouillé et rendait la situation particulièrement difficile pour la demoiselle. Cependant, contrairement à ce qu'elle avait cru, elle prit bien le refus du brun, car ses interrogations étaient sensées, mais elle ne possédait aucune réponse.

Akikane était une prêtresse, elle avait eu des interrogations sur la manière et ce qu'elle allait dire au jeune homme possédé, afin de l'accoster, mais aucune sur la réel raison de sa venue. La religieuse avait reçu l'ordre de mission d'Haru, celle-ci était directement sous les ordres de la Grande-Prêtresse. Le rôle de la Grande-Prêtresse était de rentrer en communication avec les Divinités ainsi ses mots étaient ceux des Êtres Supérieurs. Le rôle d'Akikane était d'essayer d'honorer les demandes des Êtres Éthéré et sans aucune interrogation. Le doute était souvent considéré comme du poison, seule la foi était nécessaire. Combien de temps devait-elle resté avec lui ? Devait-elle l'occuper jusqu'à ce qu'un exorciste arrive ? Devait-elle l'emmener à un temple afin qu'on s'occupe de lui ? Toutes ses questions parfaitement normal pour n'importe qui, n'avait même pas effleuré l'esprit de la brune. Cependant, les interrogations du tatoué fini par déclencher un questionnement dans la demoiselle. Celle-ci avait laissé la lettre dans son sac ainsi il lui était impossible de vérifier le contenue, mais il lui semblait soudain avoir commis une erreur. Elle savait qu'on lui avait demandé de rejoindre l'âme volée, mais y avait-il précisé qu'elle devait l'aborder ? Peut-être que son rôle était de veiller de loin sur lui, sans l'approcher ? Akikane avait vu réellement un signe ou mal interpréter celui-ci ? Elle avait été placée sur la route du jeune homme possédé, mais est-ce qu'ils devaient faire un chemin ensemble ? Peut-être que cela voulait dire seulement en parallèles et non sur le même tronçon ? La demoiselle l'ignorait, mais elle ne pouvait fuir à cette étape, car elle était incapable de faire demi-tour et elle devait accompagner l'homme jusqu'à la prochaine intersection. Elle résista à l'envie de fermer les yeux, afin de réfléchir, de crainte que l'étranger disparaisse une fois ses paupières closes.

La jeune femme avait chamboulé l'inconnu et dans son état, il lui semblait dangereux de le titiller davantage. Akikane ignorait si sa façon de s'adresser venait d'une coutume étrangère, était propre au personnage ou encore une emprise progressive de l'Esprit. Elle savait par contre, qu'elle devait apaiser son esprit et une des façons était de répondre à ses interrogations. La prêtresse saisit une fois de plus le calepin, elle griffonna quelques mots et tendit le bloc-note au jeune homme. Avec sa main libre, elle avait fait automatiquement la traduction, elle porta sa main droite sur son coeur puis ensuite sur sa tête, un sourire un peu plus doux sur les lèvres.

« Toutes. Celles du corps et/ou de l'esprit. Dans chacune d'elle, sans aucune exception. »

Une fois que la demoiselle fut certaine que son vis-à-vis avait bien lu les lignes, elle tourna une fois de plus, la feuille de son calepin et fit en sorte de répondre à sa deuxième question. Elle avait un peu hésité, avant de lui tendre de nouveau le papier.

« Du thé et des aliments artisanaux, habituellement, mais j'ignore la qualité des produits de cet événement. Vous avez soif ? Faim peut-être ? Il y a de nombreux marchands, sur la place de la fontaine, un peu plus à l'Ouest. »

La demoiselle pensait avoir répondu correctement à chaque question, mais elle avait conscience que ses réponses étaient un peu maladroite. Elle avait parfaitement compris la première question du brun, mais pour la seconde, c'était un peu plus flou. Avait-il la même définition du mot consommer ? Pourquoi voulait-il connaître la base de son alimentation ? Avait-il faim ? Soif ? Elle avait toujours sur elle, un nécessaire pour faire le thé et un sac en papier avec diverses friandises dont raffolait Tanpopo. Cependant, elle avait dû laisser le tout à l'entrée, dans un casier avec le reste de son sac, la femme qui dirigeait le vestiaire lui avait dit qu'il était interdit d'amener sa propre nourriture et boissons. Akikane jeta un coup d'oeil à la fouinette, qui se trouvait toujours à ses épaules, elle avait consommé beaucoup de beignet et elle espérait que celle-ci était en forme. Elle avait envie de la saisir dans ses bras, afin de vérifier correctement son état, mais ses mains devaient rester libre. Elle avait déjà beaucoup de difficultés à coucher ses pensées sur le papier, sans prendre en plus dans ses bras la boule de poil.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 16/04/2016
Messages : 842

Région : Kalos
Mar 8 Aoû - 22:49


Après le dragon, vient le serpent

Ft. Akikane Ryunoshinden


Tu regardais rapidement autour de toi. Tu te cherchais une échappatoire. Cette jeune fille allait finir par te rendre complètement dingue. Tu ne comprenais absolument pas ses réactions. Tu te demandais si toutes les personnes de cette organisation étaient aussi dérangées. C’était peut-être pour cette raison que ta mère adoptive avait décidé de s’en éloigner. Elle n’avait pas voulu te dire le moindre mot à ce sujet. Elle devait forcément te cacher quelque chose. Tu n’avais aucune idée de ce que cela pourrait être, mais tu trouverais bien. Ou peut être pas. Si pour découvrir ce qu’elle te cachait tu te retrouvais dans l’obligation de rester avec cette folle, tu préférais passer ton tour. Tu préférais encore rester dans l’ignorance. Tu parviendrais très bien à vivre ta vie sans avoir ce genre d’informations à ta disposition. Mais pour le moment, tu ne voyais pas la moindre échappatoire. À une époque, tu serais sans doute parti comme ça, tout simplement. Tu aurais tourné les pieds dans une direction, choisie un peu au hasard et tu aurais commencé à marcher. Tu ne te serais même pas préoccupé de l’effet que ton départ aurait pu avoir sur la personne. Tu aurais poursuivi ton chemin comme si de rien n’était. Mais non. Tu n’étais plus ce gamin qui n’en avait rien à faire du reste du monde. Tu avais grandi. Tu avais évolué. Tu avais progressé. En général, c’était plutôt une bonne chose. Tu étais parvenu à dépasser toute la rancœur que tu pouvais ressentir pour les gens. Tu restais toujours méfiant, au moins à un certain degré. Mais aujourd’hui, tu regrettais fortement de ne plus être celui que tu étais autrefois. Tu ne te sentais plus à l’aise à l’idée de partir de cette manière en manquant aussi cruellement à la politesse. Tu devais donc rester là, en espérant qu’elle arrêterait rapidement avec tout son délire. Elle avait sans doute dû consommer une drogue quelconque. Tu n’avais pas la moindre idée de ce qui pouvait être aussi puissant pour la rendre aussi étrange, mais tu espérais qu’elle redescendrait bientôt sur terre. Tu ne savais pas comment tu pourrais mettre un terme à cette situation malaisante si elle continuait à être toute seule dans son univers. Elle avait repris son carnet. Elle avait gribouillé d’autres mots sur la feuille. Elle avait accompagné cela de gestes étranges faits avec sa main libre. Encore une fois elle poursuivait dans son délire. Tu ne te sentais vraiment pas à l’aise en sa présence. Tu te demandais si sa folie pouvait être contagieuse. Tu espérais que non. Tu te demandais si elle pouvait devenir violente. Tu n’étais pas très musclé, mais tu devrais tout de même être en capacité de venir à bout d’une jeune fille plus petite que toi. Et tu ne doutais pas un seul instant qu’Hélios viendrait te filer un coup de main. Lorsque tu avais pu lire ce qu’elle t’avait répondu, il t’avait fallu quelques instants pour te souvenir de ce que tu avais demandé. Tu avais tellement de mal à comprendre ce qu’elle te disait. Tu ne voyais pas pourquoi elle te parlait d’épreuves de corps et d’esprit. Tu saisissais encore moins pourquoi elle voulait te seconder dans chacune d’elles, sans la moindre exception. Tu n’avais pas la moindre idée de ce dont elle parlait. Tu n’avais jamais rien demandé à personne. Tu n’avais pas besoin d’aide. Encore moins de celle d’une personne totalement délirante.

« - Je n’ai pas besoin d’aide. Je n’ai pas le souvenir d’en avoir demandé. Je suis seulement ici pour les animations.»

Dès que tu avais eu fini de lire, la jeune femme avait retourné le carnet dans sa direction. Elle avait visiblement d’autres choses à te dire. Tu te demandais bien quelle connerie elle avait bien pu songer à t’écrire cette fois-ci. Mais tu commençais réellement à t’impatienter. Tu n’avais pas envie de perdre toute ta journée à lire ce que la cinglée gribouillait sur son carnet. Cette fois-ci, elle te parlait de ce qu’elle ingurgitait régulièrement. Une histoire de thé et de produits artisanaux. Elle n’avait visiblement rien compris à ta dernière phrase. C’était plutôt étonnant. Même si tu ne venais pas de la région, tu savais que même les gens provenant de la plus profonde des campagnes avaient forcément entendu cette expression au moins une fois dans sa vie. Elle n’avait sans doute jamais quitté son trou. Sinon, elle aurait compris que tu ne parlais absolument pas d’alimentation.

« - Merci, je m’en passerais. Je parlais surtout des produits qui te font totalement planer.»

Tout en prononçant les mots, tu te demandais si elle comprendrait davantage cette expression-là. Ce ce n’était toujours pas le cas, tu risquais d’avoir du mal à t’en débarrasser. La folie était beaucoup trop présente en elle. Alors que tu cherchais toujours une solution pour te sortir de là, tu avais subitement remarqué que la jeune femme n’arrêtait pas de jeter des coups d’œil à son Fouinette, installé sur son épaule. Comme si elle s’inquiétait. Peut-être que la créature avait un problème. Tu ne savais pas vraiment. Mais c’était peut-être l’occasion rêvée pour que tu t’en débarrasses. Si son pokémon avait besoin de soin, tu aurais éventuellement une chance de disparaître dans la foule sur le trajet. Il fallait que tu te raccroches à cette idée.

« - Un problème ? »





Merci Ezy pour l'avatar ♥︎
Merci Mélo pour l'avatar et Ezy pour l'idée ♥︎:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 6322

Mar 8 Aoû - 22:49
Le membre 'Kaktus Vateuhpicker' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'[ETE] Dé Phi' :


avatar © Garrett Rosebury.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 742

Région : Johto
Jeu 17 Aoû - 16:09
Akikane s’entraînait au tir-à-l'arc depuis ses 14 ans, dans l'apprentissage de celui-ci, elle avait appris à contrôler son corps, mais aussi à lire celui des autres. Il était très important de savoir, avant de décocher une flèche, si la personne en face était bien un ennemi ou non. Si, c'était le cas, elle observait si son état physique permettait encore de combattre ou même s'il en avait encore la volonté. Toutes ses données étaient importante car, la prêtresse utilisait son art pour blesser et non pour tuer. La jeune femme s'était demandé plus d'une fois, si cette capacité de lecture ainsi que sa maîtrise de ce sport était la cause du mur qui se dressait entre elle et le monde extérieur. L'homme qui tenait le stand de tir-à-l'arc c'était montré hostile à l'instant où elle avait montré ses talents. Cependant, elle était peut-être la meilleure dans ce domaine, mais elle connaissait d'autres prêtresse qui maîtrisait l'art de l'épée ou un autre art martial sans pour autant éprouver les mêmes difficultés. Chihiro, Botan et Dayu, les prêtresses élémentaires, étaient chacune un bon exemple de réussite sociale. Alors d'où pouvait venir ce mur ? Elle avait évité d'y songer depuis son départ du temple, mais face à l'étranger, ses interrogations avaient repris le dessus.

Le jeune homme était mal à l'aise, Akikane en était bien consciente et cela depuis le début. Elle pensait que le problème devait venir d'elle, mais elle ignorait toujours la cause de celui-ci. Ainsi, elle prenait cet état comme une ''normalité'' quand elle s'adressait à autrui. La demoiselle détecta un changement chez le tatouer, il semblait plus sur la défensive, que gêné, car il cherchait un échappatoire. Elle recula d'un pas en arrière, afin de lui donner un peu plus d'espace, elle avait la sensation qu'il perdait lentement pied, mais elle ignorait ce qui avait déclencher ce sentiment d'urgence dans son vis-à-vis. C'était la seconde fois, qu'il se montrait soudainement perturbé et pourtant il était resté sur place. La jeune femme ignorait pourquoi, ces quelques centimètres en plus, pouvait être suffisant et surtout ce qui le poussait à agir de la sorte. Si le brun voulait partir, il pouvait le faire facilement, il lui suffisait de tourner les talons. Elle pouvait comprendre qu'il ait des appréhensions à lui tourner le dos, mais il pouvait aussi marcher de côté et rejoindre la foule. Celui-ci avait un physique un peu atypique, cependant, il était très grand. Il pouvait se fondre dans la marée humaine très facilement et cela en quelques enjambée. Peut-être étais-ce une question de fierté ? Après tous, il semblait lutter avec la seule arme qu'il avait à sa disposition : les mots. Akikane mit le doigt sur ce qui la perturbait depuis le début de la conversation, le ton sans être clairement hostile, avait des subtilités qui lui échappait. Elle pensait à un manque de sincérité, mais c'était tout le contraire, il affûtait simplement sa lame. La brune était un adversaire en dessous de ses capacités, elle était capable de brandir seulement une arme émoussée. Le jeune adulte était également maître dans sa catégorie et la demoiselle tenait à faire honneur à ce combat, elle insulterait celui-ci dans le cas contraire. Heureusement, qu'elle avait pu entamer cette lutte en écrivant, son vocabulaire restait limité, ainsi elle pouvait réfléchit à se qu'elle voulait dire. Akikane n'était pas une personne spontanée et admirait la patience dont faisait preuve le brun. C'était un vrai guerrier ! De plus, il avait mit en avant qu'il désirait se débrouiller sans aide et la demoiselle respectait son souhait. S'ils avaient un seul point en commun, c'était celui-là.

La prêtresse se demanda si l'intervention des Divinités venait du caractère indépendant du jeune homme ? Celui-ci était-il trop têtu et préférait garder sa situation sous silence ? La prêtresse écarta immédiatement cette hypothèse de son esprit, elle s'étonna de ses pensées. Qui était-elle pour s'interroger sur les méthodes des Êtres Supérieurs ? La religieuse constata qu'a sa façon, l'étranger était bel et bien dangereux ! La remarque suivante, que fit le brun, renforça son impression qu'il était quelqu'un de spéciale et qu'il possédait certainement de multiple dons.

-« A ma connaissance, aucun met ne permet de voler » Écrivait-elle avec une expression confuse. Elle était un peu curieuse de cet aspect et tourna rapidement la page, sans savoir si le jeune homme avait eut le temps de lire, pour formuler sa question. C'était la première fois que le crayon volait sur le papier, sans note d'hésitation. -« Quel genre de nourriture produit ce don ? »

Elle avait peut-être trouvé une méthode pour palier à son absence de pouvoir spirituelle. Elle avait quitté le temple uniquement dans ce but. Akikane était un peu surprise de trouver une solution aussi vite et surtout dans un tel endroit. Les fouilles des différentes bibliothèques des temples dans la ville d'Ebenelle, Vieille Griotte ou même au sein du temple familiale étaient resté sans résultat.

La prêtresse s'étonna quand le jeune homme demanda s'il y avait un problème. Cette simple question lui fit comprendre que son inquiétude pour le fouinette avait du transparaître. Pourtant, la demoiselle était douée pour cacher ses émotions, mais il semblait avoir une perception étonnante. La brune hésitait, elle demandait rarement de l'aide, pour éviter de dire jamais, mais elle ne vit aucune raison de refuser. Cet homme possédait un savoir plus étendu que le sien et bien que sa langue était affûtée, aucun de ses actes révélait de la méchanceté.

-«  Tanpopo à mangé beaucoup de beignet. Ce genre de pâtisserie n'est pas nocif ? »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 16/04/2016
Messages : 842

Région : Kalos
Ven 18 Aoû - 0:46


Après le dragon, vient le serpent

Ft. Akikane Ryunoshinden


Elle avait reculé. Elle avait fait environ un pas vers l’arrière. Tu te demandais si elle avait compris qu’elle envahissait ton territoire. Tu ne savais pas vraiment s’il était possible qu’elle puisse comprendre ce genre de chose alors qu’elle ne semblait pas très équilibrée. Finalement, la seule chose qui t’importait, c’était que tu avais davantage d’espace pour respirer. Ce n’était pas l’idéal. Ce n’était pas vraiment ce que tu avais espéré puisque tu cherchais plutôt un moyen de fuir cette cinglée sans manquer aux règles de politesses qui avaient été si chères à ta famille adoptive lorsqu’elle t’avait accueillie. Personne n’était là pour vérifier que tu les respectais bien, mais c’était particulièrement important à tes yeux. Tu aurais pu tourner les talons et vaquer à tes occupations. Personne n’aurait été en mesure de rapporter le fait que tu avais été particulièrement impoli envers cette jeune femme. Mais non. Tu ne parvenais à faire fit de ce que l’on t’avait appris. Tu ne parvenais pas à partir comme un voleur. Tu n’en étais pas un. Tu avais certes commis quelques larcins lorsque tu étais plus jeune, mais ce n’était pas pour autant que cela devait constituer la personne que tu es désormais. Tu l’avais fait pour une question de vie ou de mort. Tu l’avais fait seulement afin de pouvoir d’alimenter un minimum. Tu avais commis quelques autres crimes, mais rien de bien grave. Une entrée par effraction dans un hangar afin de tenter de faire changer ta réputation, ce n’était pas comme commettre un meurtre ou quelque chose dans ce genre-là. Tu n’avais fait de mal à personne. Tu n’étais pas un criminel. Si tu devais en convaincre le reste du monde afin d’effacer le dossier que les services de police avaient à ton sujet, tu devais absolument te comporter correctement. Alors non. Tu ne pouvais pas prendre la fuite. Tu ne savais pas comment la jeune femme se comporterait si tu le faisais. Si elle était réellement folle, comme tu le pensais, elle pourrait très bien te faire appeler au micro. Toi, tu ne l’entendrais pas, mais toutes les personnes présentes dans l’enceinte de cet événement pourraient écouter l’annonce. Peut-être même qu’elle inventerait totalement une histoire pour te faire passer pour un grand méchant afin que tout le monde se méfie de toi et se lance à ta recherche. Tu n’en savais rien. Mais avec la folie, on peut s’attendre à tout. Et même si elle était seulement droguée, il suffisait d’un délire particulier pour que le résultat soit similaire. Tu ne voulais pas t’attirer d’ennuis. Tu ne pouvais agir sans savoir de quoi cette fille pouvait bien être capable.

À sa connaissance, aucun mets ne permettait de voler. Tu avais mis un certain moment à comprendre de quoi elle voulait parler. Tu avais la sensation qu’il t’avait fallu plusieurs minutes pour comprendre. En réalité, cela n’avait pas demandé plus de quelques secondes. Mais cela pouvait paraître relativement long lorsque l’on ne comprenait pas. Tu avais à peine eu le temps de lire les quelques mots qu’elle avait écrits sur la feuille de son carnet qu’elle avait déjà tourné la page pour écrire autre chose. Elle te demandait quel genre de nourriture pouvait produire ce genre de don. Un don ? Là aussi tu avais mis un certain temps à comprendre qu’elle faisait allusion à ta dernière phrase, quand tu parlais de produits faisant planer. Pendant un temps, tu étais resté surpris. Tu te demandais de plus en plus d’où elle pouvait bien sortir. Elle n’avait visiblement pas compris que tu étais exprimé en faisant usage d’une figure de style. Les produits que tu avais désignés par ces quelques mots ne permettaient en aucun cas de s’élever dans les airs. Ils n’avaient même pas la capacité de faire léviter les personnes qui les consommaient. Quoi que. Selon les délires que les gens avaient, il était possible qu’ils s’imaginent en train de voler. Mais cela pouvait avoir tendance à causer des accidents, parfois mortels. Si elle ne comprenait pas ce que tu racontais, peut être qu’elle n’avait rien consommé. C’était dommage. Tu aurais préféré. Il était plus simple de gérer une droguée plutôt qu’une cinglée. L’avantage de la drogue, c’est qu’en général ce n’est pas permanent. Il est certes possible que cela cause des dommages permanents, mais tu ne pensais pas que cela soit possible que cela affecte autant une personne. Des consommateurs, tu en avais rencontré un certain nombre lorsque tu étais jeune. Ils étaient parfois étranges, mais leurs délires n’étaient pas aussi présents lorsqu’ils n’étaient pas sous l’emprise de leurs drogues.

« - Vraiment ? Tu n’as rien consommé pour être aussi étrange ? Je suis surpris… »

Ce n’était peut-être pas correct de poser une question aussi directe de cette manière, mais tu n’avais pas vraiment envie de perdre du temps inutilement. Si ce n’était pas la drogue, c’était la folie. Ou peut-être qu’elle sortait du fin fond d’une grotte. Pour ne pas connaître ce genre d’expressions, elle ne devait pas sortir très souvent de chez elle. Tu te demandais d’où elle venait d’ailleurs. Si c’était bien d’elle que ta mère adoptive parlait, elle devait faire partie de ce temple des dragons ou un nom similaire. Tu ne parvenais même plus à te souvenir de ce que l’on t’avait raconté.

« - D’ailleurs, tu viens d’où ? C’est p’tet ça le souci. »

Durant quelques instants, tu avais regretté d’avoir balancé de cette manière ce qu’il te passait par la tête. Ce n’était pas correct. Tu risquais de la blesser. Mais maintenant, c’était un peu trop tard pour y penser. Et puis peut-être qu’elle n’y ferait pas plus attention que cela. Peut-être qu’elle laisserait tomber en se rendant compte qu’elle ne comprenait pas de quoi tu pouvais bien parler. Une personne qui est en plein délire n’est même pas capable de se rendre compte qu’elle s’éloigne de la réalité. Elle ne pouvait donc pas remarquer le décalage qu’il pouvait exister entre vous.

Son pokémon avait mangé beaucoup de beignets ? Selon le type, cela pouvait être la cause de son état. Les pâtisseries, ce n’est pas toujours très bon pour les pokémons, surtout lorsqu’elles ne sont pas adaptées aux créatures qui les ingurgitent. Si tu ne te trompais pas, là, le Fouinette avait consommé des douceurs originellement destinées à des êtres humains. Si ce n’était que du sucre, cela pouvait être inquiétant à cause de la quantité, mais ce serait bien moins dangereux que si les gâteaux avaient été recouverts de chocolat. Mais dans tous les cas, il était préférable que la jeune fille fasse examiner son partenaire par une infirmière. Au moins pour s’assurer qu’il n’y avait pas de problème grave.

« - En réalité, ce n’est pas très bon pour eux. À petite dose, cela peut aller. Mais en grandes quantités, les effets peuvent être néfastes. Leurs organismes ne sont pas conçus pour absorber d’aussi grandes doses de sucre. Tu ferais bien de faire examiner ton pokémon. Il me semble avoir vu une infirmière pas très loin d’ici. »




Merci Ezy pour l'avatar ♥︎
Merci Mélo pour l'avatar et Ezy pour l'idée ♥︎:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 6322

Ven 18 Aoû - 0:46
Le membre 'Kaktus Vateuhpicker' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'[ETE] Dé Phi' :


avatar © Garrett Rosebury.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 742

Région : Johto
Aujourd'hui à 16:18
Akikane attendit la réponse du jeune homme, concernant la technique spéciale qui permettait de voler, mais il s'esquiva. La demoiselle était un peu déçue, mais elle comprenait que ce genre d'information restait secrète. C'était peut-être une concoction qui appartenait à sa famille ou alors typique de sa région ? Dans le premier cas, elle savait qu'elle avait peu de chance d'obtenir des informations à ce sujet. Elle connaissait l'importance familiale et les mystères qui pouvaient entourer chaque héritier. Dans le second cas, elle avait une mince chance, mais c'était du domaine du possible. Par contre, elle était dans l'impossibilité de questionner le brun sur sa région natal. Il était intelligent, comme le prouvait la pirouette verbale qu'il avait employé pour la découragé et elle maîtrisait mal les subtilités du langage pour réussir à le duper. Un point d'ailleurs impossible, si la jeune femme pouvait écrire ce mot, elle était incapable de le mettre en pratique. Cependant, si la prêtresse renonçait à interroger l'étranger, elle avait hâte de retourner au temple, afin d'étudier cette solution. Akikane avait connu une éducation à domicile et uniquement centrée sur ses futurs fonction, elle ouvrait rarement un bouquin pour se détendre, préférant les activités physiques ou fonctionnelle. Ainsi, elle avait conscience de ses lacunes et de son manque d'ouverture vers le monde extérieur. En réalité, sa sortie du temple vers le chemin d'Ebenelle, était pour elle déjà un pas vers un autre monde. Elle avait quitté le temple depuis plusieurs mois, elle avait connu seulement deux villages et chacun d'eux étaient proches de la nature et de son rôle de religieuse. L'idée d'explorer ou même de se renseigner sur une autre région, ne lui était jamais venu à l'esprit, avant cette rencontre.

Quand le jeune homme reprit la parole, il fallut quelques instants à la jeune femme pour comprendre le sens de sa question et d'où lui venait cette idée. Elle repassa dans sa tête le début de la conversation et se rendis compte qu'il faisait référence à son comportement. La demoiselle fut surprise de l'intérêt qu'elle suscitait, mais appréciait qu'il essaya de trouver une réponse à la question qu'elle se posait intérieurement depuis des années. Elle savait que les autres avaient conscience également de ce mur, mais chacun semblait l'accepter ou l'affronter avec la même résignation que la prêtresse. Peut-être que les autres croyantes préférait garder le silence, à cause de sa position au sein du temple. Tandis que les personnes du monde extérieur, qu'elle avait croisé, avaient trop peur d'une malédiction ou quelques choses dans ce genre. C'était la première fois, qu'on lui disait clairement que le problème de communication venait d'elle et étrangement elle en était heureuse. Ce fut pour cette raison que la brune choisit de répondre à la question :

'' Je viens du village de Komodo''

Akikane gardait une carte sur elle, habituellement, mais celle-ci était dans son sac. Cependant, elle se serait abstenu de lui montrer où se trouvait son village, ceux-ci étant interdit aux étrangers, car c'était un lieu de culte. De plus, même si elle l'avait voulu, cet endroit ne figurait sur aucune carte. Cependant, elle doutait de cette théorie, Chihiro avait reçu la même éducation, et pourtant elle savait communiquer avec tous les êtres vivants sans difficulté. Akikane avait conscience que la rousse était un cas un peu à part aussi, c'était la prêtresse de la terre après tous. En pensant à son amie d'enfance, la jeune femme se rendis compte que depuis le début de leur échange, l'homme employait un langage très familier à son égard. Mis à part Chihiro, son père et son grand-père, elle avait plutôt l'habitude du contraire, car les gens qu'elle rencontrait la vouvoyait naturellement. Il arrivait bien depuis son départ, qu'une ou l'autre personne qui employait le tutoiement, mais basculait un moment ou un autre dans le vouvoiement. Ce ne fut pas le cas, avec l'étranger et elle s'interrogea sur cette anormalité, avant de l'accepter. Depuis le départ, il s'adressait d'une manière qui lui paraissait étrange et détail qui était important devenait alors insignifiant.

La prêtresse pensait vraiment que son vis-à-vis était quelqu'un de gentil, son sentiment fut renforcé par sa réponse détaillée. L'homme avait répondu en peu de mot depuis le début de leur échange, il était impossible de savoir s'il était quelqu'un peu bavard pour autant, en si peu de temps, mais il prenait la peine de lui fournir des explications. La jeune femme pensait qu'il s'inquiétait sérieusement de l'état du jeune pokémon et l'avait poussé à être plus loquace.

-« Pouvez-vous m'indiquer le lieu ? » Ecriva-t-elle rapidement et les marques d'appui sur le carnet trahissait son inquiétude.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 2) Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]
» Après l'effort vient le réconfort ! Enfin... [PV Anna]
» ERYN & LILLYANA ϟ Après l'humanitaire vient Pain & Café
» La joie vient après la peine [Eirin]
» Après Cidre et Dragon, me voilà enfin sur le forum!

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Mauville :: Fort Tartard-