AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Il est mort. Il est mort ton soleil.


avatar
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 21/06/2016
Messages : 329

Région : Unys
Ven 7 Juil - 17:03
Il est mort. Il est mort ton soleil.

Cela fait quand même une semaine que tu es dans cette caserne, que tu vis le quotidien de ces pompiers, que tu t'essaies à leurs entraînements avec tes Pokémon. En fait, vous êtes parvenus à un accord, tu pourras les suivre sur le terrain quand tu maîtriseras toutes les techniques de base. Et c'est aujourd'hui qu'ils te disent que c'est bon, tu partiras avec le prochain camion qui sortira de la caserne. Alors tu t'es fait toutes les situations possibles. Parce qu'on n'appelle pas les pompiers uniquement pour les incendies, loin de là. Ils sont devenus une sorte d'homme à tout faire du danger. Ils interviennent sur les accidents, sur les urgences médicales, un peu partout. D'ailleurs tu es venu pour vivre ce genre de choses, pour être au cœur de l'action, chose qui t'était refusée jusque-là du fait de ta non-expérience.

Sauf qu'aujourd'hui, tu iras, tu t'es préparé mentalement pour ça. Tout comme tes Pokémon. Eolia, Corentin et Flynn se sont entraînés tout autant voir plus que toi. C'était assez impressionnant de les voir s'investir autant. Tu sens que ça leur plaît comme idée, et qu'ils ont tout autant hâte que toi. Ça te motive encore plus pour te confronter à la réalité du terrain. Tu dois voir les deux faces de ce métier, pas uniquement ce qu'il se passe en caserne. Tu es un gamin, en tout cas, tu regardes tout cela avec des yeux d'enfant. Tu es émerveillé par tout ça. Attends, le camion de pompier, c'est le délire de n'importe quel gosse, alors bien sûr que tut es tout excité. Ce n'est pas parce que tu es un adulte que tu dois tout laisser derrière toi. Tu n'as qu'une hâte, qu'on entende la sirène retentir et qu'on t'appelle pour que tu rejoignes ceux qui partent.

Mais en attendant, c'est l'heure du repas. C'est convivial. L'ambiance fait envie d'y rester. Les gars sont super sympas. Et étonnamment, malgré la démocratisation du métier, il n'y a pas une seule femme dans cette caserne. D'accord elles sont relativement rares à viser ce type de carrière, et on t'a expliqué que ce n'était pas une volonté de cette brigade. Mauvaise répartition peut-être. Tu n'as pas envie de créer de polémique là-dessus dans ton article, définitivement pas. Au contraire, tu veux les mettre en lumière. Tu veux que leur profession soit reconnue, qu'ils aient un peu plus la reconnaissance qu'ils méritent. Parce que ce sont de nombreux dangers auxquels ils doivent se confronter et ce au quotidien.

La sirène retentit, vous devez tout laisser tomber, pas le temps d'emporter un dernier truc à manger, pas même une dernière bouchée. Les hommes se lèvent, tu fais de même. Ils s'habillent en quatrième vitesse et tu essaies de suivre la cadence, pantalon, veste, casque. Tu attrapes des gants au passage et tu ne peux faire plus. Ils se laissent glisser par la rampe. La rampe, ça aussi, c'est un rêve de gosse. Tu t'agrippes et te laisses tomber jusqu'au sol. Direction le camion, tu grimpes à l'intérieur. C'est un incendie de maison, vous vous rendez sur les lieux. La pression monte immédiatement d'un cran, tu pensais plus à un nid de Dardargan dans une cours d'école, mais intervenir sur un incendie, aussi prêt que tu puisses être, c'est flippant.

Roy, tu restes dans le camion. Tu ne peux pas intervenir, ça serait trop dangereux pour nous comme pour toi de nous accompagner à l'intérieur.

Yep, normal.

Vous roulez à toute vitesse, la sirène et le gyrophare allumés. Vous slalomez entre les voitures, zigzaguez d'une voie à l'autre. Comme s'il s'agissait d'une moto, vous vous faufilez, alors qu'il s'agit là d'un camion de pompier. Tu restes impressionné. Bouche bée. Plus un son ne sort de ta bouche. Tu vois les gens s'écarter et s'arrêter pour vous laisser passer. C'est tout un procédé d'urgence. Tout le monde sait l'importance de ces personnes, de ce qu'ils font. Tu y vois là une sorte de respect et de soutien, c'est assez percutant de voir tous ces gens qui se débrouillent, jusqu'à grimper sur les trottoirs pour leur laisser la possibilité de passer et de faire leur travail. Les gens reconnaissent l'urgence de ce qu'ils font. Ouais, tu trouves ça beau à voir. Mais c'est un tout autre spectacle qui t'attend, tu ne t'en rends pas encore compte.

Modération ♥:
 


Journaliste

Nessa Finnegan - Maëve Kent - Lottie McOleksion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 9820

Sam 8 Juil - 17:38
Lochlass utilise eclate-roc {random; 93,3} et il trouve une pierre foudre dans les éclats !


Un ratentif (lvl 8) vous attaque parce qu'il est persuadé que vous voulez voler ses noisettes !



Que voulez-vous faire ?



Hum... un combat ? D'accord. Je suis MISTER K.
Aux paroles je préfère les actes. Mais viens pas pleurer après. En garde !

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 21/06/2016
Messages : 329

Région : Unys
Mer 12 Juil - 18:27
Vous arrivez sur place, les gars et toi. Tu restes subjugué par les flammes qui se dressent et qui engloutissent cette maison. Les deux pompiers sortent à toute vitesse de leur camion et te rappellent de ne même pas sortir de l’habitacle, qui est renforcé. Alors tu attends. Mais il y a ce gars devant, qui ne semble pas plus affolé que ça, tu as un mauvais présentiment. Tu ne saurais comment l’expliquer mais sa présence et son comportement te mettent mal à l’aise, il est gênant. Et lorsque les deux pompiers arrivent sur place, tu entends qu’il leur hurle qu’il a entendu des cris. Ni une ni deux, les deux hommes fracassent la porte d’entrée et s’engouffrent à l’intérieur du brasier. Tu retiens ton souffle. Tu sens la pression monter en toi, toi qui es à l’abri, toi qui n’est pas au sein même du danger.

Ton attention revient sur ce type qui est si dérangeant. Il reste là, immobile, les mains dans les poches. Tu ne sais pas si c’est la distance qui te joue des tours mais tu as l’impression de le voir sourire, tu en es presque sûr. Mais tu hésites, c’est peut-être toi qui rêve ou qui voit mal. Et puis tu ne fais pas grand-chose de plus que lui, tu observes la scène sans rien pouvoir faire. Donc tu ne peux pas le blâmer. Tu restes là, toujours dans le camion. Toujours assis sur ton siège, en attendant patiemment qu’ils reviennent. Tu entends un appel, à la radio, tu les as observé faire, et donc tu crois pouvoir répondre. C’est toi qui va jouer les contacts radio !

Camion Juliette Charly Texas, je vous entends cinq sur cinq. Ici Roy. Julio et Lee sont entrés dans la maison, il y aurait des personnes à l’intérieur. Si vous pouvez nous envoyer les secours.

Ok Roy. Tu ne bouges pas de là où tu es. Tu attends qu’on envoie des renforts.

Bien compris, j’attends les renforts. Si besoin, je reste en contact.

Tu reposes le combiné de la radio. Tu réalises un rêve de gosse, même si la situation est bien trop grave pour que tu puisses réellement l’apprécier. Tout se fait sous pression, même toi qui ne t’occupes que de la radio au final. Tu n’as aucune idée de comment ils font pour gérer ça, au quotidien. Toi tu te contentes de jouer les observateurs puis de retranscrire au mieux ce que tu as vu. Alors certes tu vois les choses de près, mais eux, ils le vivent. Le danger est dans leur vie de tous les jours, et ils le font par passion, par vocation. Ils sauvent des vies et des histoires aussi. Ils ont une force et un courage bien plus important que ce que tu pouvais imaginer. Car même avec leurs protections, tu y réfléchirais à deux fois avant d’entrer dans une telle bâtisse. Et eux y vont, sans la moindre hésitation, parce que des vies sont en jeux, et que c’est ce qui a leur priorité. C’est tout à leur honneur. Tu les admires et tu te dis que si journaliste n’avait pas été la voie que tu comptais suivre depuis petit, tu aurais sans doute pu devenir l’un d’entre eux. Prêt à braver tous les dangers pour protéger la population au gré de sa vie. Honnêtement, si ça ne les aide pas pour draguer !

Et là, beaucoup trop d’informations d’un coup. Vraiment beaucoup. Tu vois Lee sortir et hausser les épaules, comme s’ils n’avaient rien trouvé. Rien ni personne d’ailleurs quand tu aperçois Julio passer la porte derrière lui les bras également vides. Tu ne comprends pas, l’autre type leur a pourtant dit que… Puis tes yeux ont été éblouis, tu as senti une légère secousse dans le camion, mais surtout, ce bruit assourdissant. Cela bourdonne légèrement dans tes oreilles. Mais comme ils te l’avaient dit, tu étais à l’abri à l’intérieur. Tu relèves la tête, Julio a été soufflé par la déflagration et Lee est revenu vers lui. Tu ne sais pas quoi faire, tu entends les sirènes se rapprocher, puis tu regardes devant toi, le mec n’avait pas bougé d’un pouce depuis le temps. N’importe qui serait parti chercher de l’aide, ou serait venu filer un coup de main. Tu sors du camion, et vos regards se croisent. Tu ne sais pas pourquoi, mais il se met à courir. C’est à ce moment précis que tu comprends de quoi il en retourne.

Il n’y avait personne à l’intérieur. Ce gars est un malade. Et les autres secours arrivent. Toi, tu ne peux pas le laisser filer. Il a failli les tuer. Tu ne peux pas faire comme si de rien n’était. Tu dois partir à sa suite. Tes idées sont floues, il faudrait que tu portes secours à Julio, mais tu ne peux pas laisser un tel psychopathe en liberté. Il risquerait de faire bien plus de dégâts par la suite. D’ailleurs, tu comprends maintenant ce qui te dérangeait, il ne faisait pas qu’observer, il se délectait de la scène, de cet incendie. Tu comptes bien le rattraper. Tu sais ce que c’est de se battre pour sa vie, à présent, tu dois te battre pour la vie des autres. C’est tout aussi important, voire bien plus. Alors tu commences à courir, tu le prends en chasse.

Modération ♥:
 


Journaliste

Nessa Finnegan - Maëve Kent - Lottie McOleksion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8581

Jeu 13 Juil - 16:23

Lokhlass lance Surf sur Ratentif !
{ -41 PV !}
Ratentif est KO !
Lokhlass monte au niveau 18 !

Que voulez-vous faire, dresseur Roy ?



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 21/06/2016
Messages : 329

Région : Unys
Lun 17 Juil - 19:06
Tu cours, le plus vite que tu peux. Tu ne connais pas bien cette ville d’Ondes-sur-Mer, mais tu enchaînes les rues, comme si c’était le cas. Il te suffit de le voir au loin, voir où il tourne. C’est ta direction. T’es complètement fou de le pourchasser comme ça, t’as pété les plombs. Mais tu ne vas pas abandonner ni baisser les bras. Tu ne peux tout simplement pas le laisser filer. Mais au moins prévenir, parce que s’ils n’ont plus de nouvelles, ils vont s’inquiéter, ils ne vont même pas comprendre pourquoi tu n’es plus là. Tu sors ton portable, sauf que tu galères, en courant, ce n’est pas des plus aisés. Tu l’as, sauf que batterie faible. Malédiction ! Tu ne peux pas lui laisser plus de marge, plus d’avance. Dorénavant, tu vas de l’avant. Tu fonces, tu ne réfléchis à rien d’autre qu’à ce taré qui s’enfuit. Tu es le seul qui puisses mettre fin à ses agissements.

Bon, la course à pied n’est pas ton point fort, c’est un fait. C’était d’ailleurs souvent ce qui te faisait défaut en triathlon. Mais tu as l’avantage d’avoir fait du sport à assez haut niveau quand même, tu as les capacités d’un athlète, à peu de choses près. Tu sais que tu dois t’économiser, sauf que tu ne peux pas te le permettre. Tu fais au plus vite, tu as la condition physique pour le rattraper ce type, alors ouais, le bitume défile sous tes pieds, ta respiration devient haletante. Tu sens ton cœur battre, tu l’entends battre contre tes tempes. Tu sens tes muscles se tendre, tu sens ton corps absorber le choc de tes pas. Tes bras battent de chaque côté, et le déplacement d’air vient à te faire couler quelques larmes. Ce n’est pas si facile que ça de maintenir l’effort, tu as beau t’être entraîné activement en parallèle de ta scolarité, tu as laissé tomber depuis que ta vie est plus active, et ça se ressent.

Sauf que tu ne peux pas t’arrêter, tu l’aperçois, à l’angle d’une rue, il tourne. Tu n’es vraiment pas loin de lui, tu devrais pouvoir lui mettre la main dessus. Il suffit d’allonger tes pas, de prendre une plus grande impulsion, d’augmenter l’ampleur de tes bras, d’aller plus vite, en fait. Tout ça, tu le sais, sauf que tout ça, tu en es incapable. Tu finis par atteindre ce coin de rue, et tu continues d’avancer, sans même savoir où tu vas. Tu vas l’avoir, ce taré, hors de question qu’il t’échappe. Il est plus loin, toujours plus loin. Il ne te distancera pas comme ça, tu sprintes, tu es décidé à le chopper. Il ne restera pas impuni, et encore moins libre. Tu sens cette rage au creux de toi, ça brûle. Mettre en danger volontairement des gens qui tentent de sauver des vies, c’est abject. C’est irrespectueux. Ça te met hors de toi. Il tourne à nouveau. Tu le vois. Tu aimerais le rattraper. Mais l’effort est trop conséquent pour que tu puisses en faire plus. Si tu n’y allais pas à l’aveuglette, les choses se dérouleraient autrement. Là, tu ne sais pas ce que tu fais de plus que courir après lui.

Une nouvelle fois, tu tournes. Sauf qu’il n’est plus là. Tu ne le vois plus. Tu fais quelques pas en avant, continues de courir en jetant un coup d’œil aux ruelles successives, mais tout se rétrécit, tout se ressemble. Tu t’es enfoncé dans ce quartier qui semble portuaire, au son de la mer que tu n’entends que maintenant. Les ruelles sont étroites, et tu continues de t’enfoncer. Tu es perdu cette fois-ci, mais tu n’abandonneras pas. Tu ne lâcheras pas l’affaire. Tu tourneras jusqu’à ce que tu lui mettes la main dessus. Tu erres, toujours à la hâte. Et tu pestes, avec toujours plus de haine, envers lui, envers toi-même. Tu es essoufflé, haletant. Tu finis par marcher. Tes jambes supportent encore ton poids tu ne sais par quel miracle. Tu continues d’avancer, regardant partout, à la recherche ne serait-ce que d’une ombre fuyante. Car tu n’arrives pas à accepter le fait qu’il s’en tire parce que tu n’as pas été capable de l’avoir. Tes pas te précèdent. Tu ne cherches même plus de logique dans ton itinéraire, tu ne fais qu’aller plus loin dans ces ruelles, de plus en plus exiguës, de plus en plus sombres. Le bruit des vagues surplombe le silence qui règne ici. C’est assez oppressant comme lieu, tu ne t’y sens pas des plus à l’aise. Cela ne sert plus à rien maintenant, il est déjà rentré chez lui, ou alors il est déjà très loin. Et toi tu es perdu. Ridicule. Tu fais demi-tour. Tu vas essayer de revenir sur tes pas. Si tu arrives à te souvenir comment tu es arrivé ici.

Alors c’est toi le Magma qui s’amuse à foutre le feu dans la région ?

Modération ♥:
 


Journaliste

Nessa Finnegan - Maëve Kent - Lottie McOleksion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 9820

Mar 18 Juil - 13:15
Lohklass utilise force et trouve... 1 pokeball (random 33) !

Un Bacabouh niv.15 apparaît !



Hum... un combat ? D'accord. Je suis MISTER K.
Aux paroles je préfère les actes. Mais viens pas pleurer après. En garde !

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 21/06/2016
Messages : 329

Région : Unys
Dim 23 Juil - 21:37
Tu te retrouves attiré vers l’arrière, brusquement, comme arraché de là où tu te trouvais. Et puis le choc, contre le mur. Tu ne comprends pas, tu essaies de capter les informations autour de toi. Pourquoi te tient-on comme ça ? Ce n’est clairement pas toi qui mettait le feu, au contraire. Qu’est-ce qu’ils te veulent, eux ? Tu les scrutes, immobile, surpris, fatigué. Leur tenue est assez distinctive pour que tu puisses la reconnaître. Leur jean et leur marinière, sans compter leur bandana bleu avec le fameux sigle. Des sbires Aqua. Et ils te prennent pour responsable de cet incendie, qui ferait d’ailleurs partie d’une série d’autres incendies ici, à Unys, apparemment. De ce qu’ils disent en tout cas. Sauf que ce n’est pas toi, au contraire, tu le poursuivais jusque-là.

Ce n’est pas moi… L’incendie… Je lui courrais après, et je l’ai perdu.

Tu es essoufflé, et tu n’as pas d’autre choix que de parler en haletant, par à-coups. Alors tu préférerais te dégager de l’emprise qu’à ce type sur toi, à te plaquer comme ça au mur, sauf que tu n’es pas en état pour un simple coup d’épaule histoire qu’il te lâche. Donc tu restes comme cela, épinglé, comme si tu n’étais qu’une vulgaire brindille. Tu n’opposes aucune résistance. Leurs regards sont haineux, et la peur s’insinue en toi. Tu n’es pas le genre de mec qui se laisse intimider normalement, mais là, tu ne cherches pas à faire d’esclandre. Si tu arrives à les convaincre que ce n’est pas toi, ils comprendront, ils te lâcheront. Tu ne tiens pas à les arrêter, de toute façon, tu ne pourrais pas. Alors oui, il faut savoir reconnaître quels combats sont perdus d’avance et laisser tomber. C’est ce que tu fais maintenant, tu t’avoues vaincu.

On t’a vu fuir l’incendie, on t’a vu courir comme un fou. On sait que c’est toi.

Alors ne joue pas au con avec nous, parce que tu le regretteras bien davantage qu’un simple Magma qu’on chopperait.

Tu ne comprends pas, tu viens de leur affirmer l’inverse. Pourquoi ne pourraient-ils pas tout simplement te croire ? Ils voient bien que tu n’es pas en état, que tu es à bout de souffle. Comment ont-ils pu te voir fuir de l’incendie sans t’avoir vu descendre du camion juste avant ? Cherchent-ils seulement un bouc-émissaire ? Juste pour prouver que leur travail est fait ? Tu n’en sais rien. Tu restes là, totalement crispé, hagard. Tu n’oses pas bouger, et tu tentes d’articuler que ce n’est pas toi, de le répéter une nouvelle fois, pour qu’ils l’entendent cette fois-ci, mais ce ne sont que des bribes de mots, rien de vraiment audible, encore moins compréhensible. Tu te forces tout de même à te défendre en articulant quelque phrase.

Je vous dis… que ce n’était pas moi… Vous ne m’avez pas vu… sortir du camion ?

Il essaie de nous prendre pour des cons ! Mais on va lui laisser une chance. Hein ! Parce qu’on est comme ça. Cherche une pokéball sur lui et voyons de quel Pokémon il s’agit.

Tu sens une main s’enfoncer dans tes poches, tu ne cherches pas à te débattre. Tu ne peux rien faire. Tu aimerais pouvoir fuir, mais maintenant qu’ils tiennent un de tes Pokémon, tu ne peux plus fuir, tu n’as même plus cette option. Tu réfléchis deux secondes, sur les trois de tes compagnons avec toi, tu as Flynn, Eolia et Corentin. Ce qui veut dire un Pokémon de type feu et deux de type eau. Les probabilités sont avec toi, mais le risque qu’ils tombent sur le Gruikui est bien trop élevé. Déjà qu’ils ne te donnent aucune crédibilité, tu n’en serais que plus coupable. Cela ne finirait que de les convaincre que tu es le pyromane, et plus grave encore, que tu es le sbire Magma qu’ils recherchent. Alors tu ne quittes pas les yeux la sphère bicolore dans la main de cet homme. Tu es terriblement inquiet, tu es même terrorisé, incapable du moindre mouvement. Tu es tenaillé au ventre, tu as une boule dans la gorge. Tu es mal tout autant que tu te sens mal. Ton regard ne saurait ciller, les battements de ton cœur ne font qu’accélérer. Cela frappe contre tes tempes, cela en devient assourdissant, cela te fait vriller le crâne. Tu n’en peux plus de ne pas savoir, de ce suspens monstrueux qui s’installe. Puis le Pokémon est libéré. Et tu te laisses crouler, tu as reconnu la silhouette de ce corps que tu connais, Flynn. Ton Gruikui. C’en est fini de toi.

Je vous en prie ! Regardez mes deux autres Pokémon ! Je vous jure qu’ils sont de type eau ! Je travaille avec les pompiers !

Et le choc est arrivé en parfaite succession de tes hurlements, tu l’as senti, sur le haut de ton visage. Puis la douleur a suivi. Locale, puis répandue, sur toute la surface de ta face. Les larmes montent, tu n’arrives même plus à parler, tu ne bégaies même plus. Tu te contentes de la fermer. Tu te contentes de subir. Quoi qu’il arrive, tu encaisseras, les coups, et plus. Tant pis, il est trop tard maintenant, alors qu’ils y aillent, qu’ils te fassent souffrir, que ton corps ne finisse par ne plus répondre. Tu t’en fiches, qu’importe. Ce ne sera plus la première fois que la mort t’embrassera, qu’ils l’aident à te faucher si bon leur semble. Qu’aurais-tu à y perdre de plus que précédemment ? Rien.

Modération ♥:
 


Journaliste

Nessa Finnegan - Maëve Kent - Lottie McOleksion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 9820

Mer 26 Juil - 11:36

Viskuse lance ombre nocturne !
(- 21 PV)
PV Bacabouh : 29/50


Bacabouh lance étonnement !
(- 12 PV) C'est super efficace !
PV Viskuse : 91/103

Que voulez-vous faire ?



Hum... un combat ? D'accord. Je suis MISTER K.
Aux paroles je préfère les actes. Mais viens pas pleurer après. En garde !

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Mort de rire, mort de peur.
» Flèche ▬ On est mort, on est mort. On est vivant, mais on est mort.
» -Fauché par la mort-
» Rostropovitch est mort
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Unys - 5E G E N :: Ogoesse :: Route 3-