AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 
» Pour vrai, c'est réel ?


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 8743

Jeu 17 Aoû - 2:36
Le membre 'Ryu Waylana' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'[ETE] Dé Phi' :



avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 07/02/2017
Messages : 472

Région : Alola
Jeu 17 Aoû - 5:03
Suite du Flashback

« Je veux être le cobaye pour les expériences sur la mémoire. » Ta voix ne trahit aucune hésitation. Ta confiance paraît, ta volonté de te pencher sur ce sujet également. Tes aspirations sont nobles. À terme, ces recherches devraient fournir les moyens pour les Pokémon psy de jouer avec la mémoire : ils pourront effacer des souvenirs en cas d’événements traumatisants, ils pourront en modifier, ils pourront aussi en ajouter. Toutes formes d’altération seront possibles et cela permettra de grandes avancées au niveau de plusieurs maladies ou traumatismes. De nombreux humains, mais aussi Pokémon, verront leur qualité de vie augmenter. Du moins, il s’agit de ce que vous voulez démontrer, des résultats espérés. C’est donc encore à l’état théorique et il vous faudra travailler dur pour y arriver. « Es-tu certain Keanu ? C’est sur cette recherche que tu souhaites travailler ? » Ton père sait que c’est la plus à risque d’avoir des conséquences fâcheuses. Il est mal à l’aise à l’idée que son propre fils subisse des expériences. Il ne s’attendait pas à ce que tu aies cette volonté et la surprise peinte sur son visage fatigué le démontre. Convaincu d’effectuer le bon choix, tu hoches la tête de haut en bas. Il avait promis de respecter ta préférence pour la première de vos collaborations, alors il n’a guère le choix. Pourtant, il redoute beaucoup ce qui se passera dans les prochains instants...

Il t’amène dans une des salles d’expérimentation. C’est vraiment un laboratoire comme ceux que tu avais en classe, mais le matériel ici est neuf, il n’a pas été utilisé par d’autres étudiants avant toi. Il y a des pièces adjacentes avec une fenêtre miroir, qui permet de voir ce qui se passe à l’intérieur sans être vu de l’autre côté. Vous en empruntez une pour une longue durée, ce qui vous permet de l’aménager comme bon vous semble, en fonction de vos besoins. Pour votre part, vous n’avez pas de gros besoins. Puisque ce sont les Pokémon qui doivent s’introduire dans ta tête pour venir jouer avec ton cerveau, mis à part tout ce qu’il faut pour filmer sous plusieurs angles, pour prendre des notes, divers appareils qui vont mesure ton activité cérébrale et ton rythme cardiaque, mais aussi pour ton confort ainsi que celui des créatures de type psy, il n’y a pas grand-chose de plus à y amener. Rassembler tout ce qui vous sera utile ne prend guère beaucoup de temps. Au moins, vous avez encore quelques heures devant vous avant que tu doives rentrer à la maison. Pour ton père, c’est parfait parce que ça lui permet de bosser avec toi sur un projet et de continuer un autre de ses projets en ton absence. Il n’a plus de vie en dehors de ses recherches donc c’est ce qu’il veut. Il se plaît à passer ses journées et ses nuits dans ce lieu, ce que tu trouves déplorable. Tu n’en viendras jamais à ça, tu en es persuadé. Tu as tes amis et ton copain. Ta famille aussi. Tu ne les abandonneras pas comme lui l’a fait. Par contre, il ne faut jamais dire jamais dans la vie...

Quand tout est installé, ton père s’occupe de ramener les Pokémon dans la pièce. Il y a un Alakazam et un Hypno. Vous allez tenter avec ces deux espèces dans un premier temps. La première te donne bon espoir. L’étendue des capacités des Alakazam est impressionnante. Ils peuvent accomplir à peu près n’importe quoi. Leur intelligence est démentielle. Ils comprennent vite et même mieux que la très grande majorité des humains. Leur cerveau est en constant développement. Non vraiment, il n’y a aucune autre espèce plus indiquée pour ces recherches que celle-ci. Tu te positionnes donc au centre de la pièce, sur une petite plateforme surélevée. Il y a trois caméras qui te fixent de leur objectif, le son enregistrant aussi. Ainsi, vous pourrez regarder ensemble les vidéos et comprendre ce qui fonctionne ou ce qui ne fonctionne pas. Les multiples appareils se font installer sur toi par ton géniteur. Torse nu, te voici relié à des machines. Il faut admettre que ça n’est pas agréable, mais cela est nécessaire pour le bon déroulement de la suite. Il ne faudrait pas que ton corps lâche. Avec ces appareils, vous pourrez réagir à temps s’il y a la moindre anomalie qui est détectée. Il vous faut prendre des précautions, c’est essentiel. « Tu es prêt ? » Maintenant que tout est en place, il ne manque plus que ton signal et toute cette histoire pourra démarrer. Un soupir t’échappe, comme pour te donner le courage. Ça ne sera pas facile, tu le sais. « Vas s’y. » L’Alakazam comprend ce qui est attendu de lui.

Tes poings se crispent. Ta mâchoire se serre. Ton dos se raidit. Tu appréhendes, mais il est temps de se lancer, que tu te dis. Une aura bleutée apparaît autour du Pokémon, puis autour de toi. Par contre, dès que ton corps s’illumine de cette lumière bleutée, une plainte franchit tes lèvres. Les machines s’affolent, tu tombes à genoux par terre. « Arrête ! » Ton père ordonne au Pokémon de cesser. De ton côté, l’air a de la difficulté à se rendre jusqu’à tes poumons. Ton rythme cardiaque est affolé. Ton paternel s’approche de toi, venant poser sa main sur ton épaule. « Dis-moi ce qui se passe Keanu. » Il y a une part d’inquiétude dans sa voix. Tu t’es écroulé si soudainement et tu ne sembles pas reprendre le dessus, c’est normal... De légers tremblements se manifestent sur tout ton corps. Tu fermes les yeux, essayant de calmer ce mal de tête infernal. C’est ça que ça fait, une intrusion dans l’esprit par un Pokémon ? Tu n’es plus certain de vouloir réessayer... « Ça fait tellement mal, » commences-tu difficilement. « C’est insupportable, c’est indescriptible... » Ça met à mal ta volonté et toutes les bonnes intentions que tu avais jusqu’à présent. Pourras-tu poursuivre ces expériences ?

Tu aurais mieux fait de prendre la décision d’arrêter maintenant et de te concentrer sur une autre recherche. Il s’agit d’une erreur qui te coûtera très cher...



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 8743

Jeu 17 Aoû - 5:03
Le membre 'Ryu Waylana' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'[ETE] Dé Phi' :



avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 07/02/2017
Messages : 472

Région : Alola
Sam 19 Aoû - 23:14
Suite du flashback

Ce premier essai n’a rien de glorieux. Pire, il vous mine tous les deux. Vous en venez à te débrancher toutes les machines que tu avais, qui étaient reliées à toi. Il vaut mieux visionner d’office l’enregistrement au ralenti, pour zoomer, pour effectuer toutes les analyses possibles afin de déterminer ce qui provoque une telle douleur lors de l’intrusion dans l’esprit. C’est particulier d’avoir si mal sans être touché... Tu ne parviens toujours pas à expliquer comment tu t’es senti. Vous avez aussi prévu une sorte de journal, vous vous confiez à la caméra quant à vos impressions, vos humeurs, vos sentiments, sur comment les expérimentations se déroulent de votre point de vue. Pour ta part, puisque tu manques de mots, puisque tu es encore sous le choc, tu évites. Ça ne servirait pas pour la suite. Il te faut quelques minutes supplémentaires pour te ressaisir, pour être fonctionner. Dès que c’est le cas, ton père ne perd pas de temps et il met en marche les enregistrements vidéo et audio dans la salle à côté, celle qui a le faux miroir qui permet de voir à l’intérieur de la pièce des expériences. Vous devez regarder l’enregistrement plusieurs fois, sous plusieurs angles, en vous concentrant chacun sur différents détails. Vous discutez, vous mettez par écrit vos hypothèses qui, pour plusieurs, se retrouvent barrées et oubliées, vous ramenant au point de départ. Ainsi, au bout de plusieurs heures à repasser en boucle ce maigre passage de quelques secondes, vous en arrivez à la conclusion qu’il n’y aura pas d’autres façons d’agir que celle-ci. Le Pokémon ne peut pas s’introduire d’une autre manière dans l’esprit d’un humain. Il doit employer ses capacités psychiques et il te faudra apprendre à les supporter sans flancher... Par contre, les ajustements doivent aussi être faits au niveau des Pokémon. L’Alakazam dose peut-être mal la puissance qu’il doit y mettre.

Voilà pourquoi au second essai vous employez le Hypno. Malheureusement, le résultat est le même, bien que tu as la sensation que la douleur était plus forte sur ce coup. Vous en arrivez à la déduction qu’il vous faut des créatures qui contrôlent à la perfection leurs pouvoirs. Sans cela, vous n’avancerez jamais et tu souffriras inutilement. Par contre, il n’existe pas vraiment de moyens pour que les Pokémon s’entraînent autrement qu’en essayant sur toi... Ces expériences sont un cercle infernal dans lequel tu te retrouves coincé. Tu pourrais mettre un stop, tu pourrais changer d’avis et décider d’amorcer d’autres recherches, mais t’es un mec orgueilleux qui veut aller au fond des choses. Tu continues de croire qu’au bout du compte, tes efforts ne seront pas vains et qu’ils apporteront le moyen d’aider énormément de personnes. Il s’agit de la principale source de motivation qui te pousse à poursuivre malgré tout. Pour aujourd’hui, après deux tentatives désastreuses et douloureuses, en plus des heures passées sur les visionnements tu décides d’arrêter. T’appelles même ta mère pour qu’elle vienne te chercher parce que tu n’as plus beaucoup d’énergie. C’est clair, en arrivant tu dors. D’ailleurs, tu somnolais en attendant ta génitrice dans les escaliers avant de l’entreprise. En te voyant, elle s’inquiète, évidemment. On ne peut pas dire que tu aies une bonne mine. Sans entrer dans les détails, tu lui expliques ce qui s’est passé et l’échec auquel vous faites face pour l’instant. Elle tente de ne pas s’alarmer et te dissuader de poursuivre, étant tout de même fière du chemin que t’as parcouru pour en être là, pour avoir obtenu ton diplôme plus rapidement que les autres. Elle se dit que tu prendras de toi-même la décision de te consacrer à d’autres recherches.

Sauf que non. Tu n’abandonnes pas. Chaque jour, il y a un petit pas en avant que ça soit sur ton endurance face à l’intrusion ou de la part du Pokémon qui s’ajuste. Le problème, c’est que tu ne remarques pas qu’il y a des effets secondaires, que certains souvenirs te semblent de moins en moins clairs... Le facteur du temps qui passe n’aide pas à le réaliser, mais si tu ne parles pas, ça ne sera pas pris en compte... Bref, sans surprise, l’Alakazam est celui qui s’adapte le mieux, alors vous avez pris la décision de continuer avec lui. Après plus d’un mois, vous sentez qu’il est près d’y arriver, près de trouver la mémoire et de pouvoir y faire des tests. « Je sais que c’pas rationnel, mais aujourd’hui, j’ai le sentiment qu’on va vraiment progresser. » Des paroles que tu adresses à ton père, souhaitant démarrer un échange avec lui pendant que vous installez toutes les machines sur toi et aussi sur le Pokémon. Vous mesurez aussi son activité cérébrale, ayant conclu qu’il y avait certains liens à y faire. Cependant, ton géniteur est bien trop concentré sur les expériences. Au final, tu n’as même pas créé un lien avec lui. C’est toujours aussi froid et professionnel que lorsqu’il est passé à la maison pour t’informer qu’il t’acceptait dans son équipe de travail. Sur ce point, tu t’apprêtes à lâcher prise, mais pas pour le reste. D’ailleurs, tu n’obtiens aucune réponse. Il est trop occupé pour t’écouter parler. Bref, quand vous êtes prêts, le Pokémon tente à nouveau de s’introduire dans ton esprit. Il y a encore un inconfort, une sensation de compression, mais ça se tolère en serrant les poings et la mâchoire. Il te faut te contrôler, te discipliner. Il ne faut pas que tes pensées s’évadent pendant qu’il y a l’intrusion. Vous avez établi que cela nuisait. Aider les autres avec cette méthode qui est si fragile, si capricieuse... Pourquoi ne réalisez-vous pas que ça n’a aucun sens ? Personne ne pourra être comme toi, qu’importe la volonté derrière. Ils vont flancher et abandonner l’idée de changer leurs souvenirs ou de s’en débarrasser pour les aider à passer un traumatisme.



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 8743

Sam 19 Aoû - 23:14
Le membre 'Ryu Waylana' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'[ETE] Dé Phi' :



avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 07/02/2017
Messages : 472

Région : Alola
Sam 19 Aoû - 23:17
Fin du flashback

La tentative semblait se dérouler comme les autres, mais l’Alakazam effectue un mouvement avec ses cuillères, mouvement qui te fait voir un de tes souvenirs : ta rencontre avec Kalei. C’est comme s’il s’agissait d’un film, non pas d’un souvenir. Tu ne vois plus ce qui se passe autour, mais tu as conscience de te trouver dans un de tes souvenirs, qu’il y a le Pokémon et ton père à tes côtés, que tu te trouves dans une salle d’expérimentation. Tu sens encore toutes les machines qui doivent être branchées sur toi pour mesurer tes signes vitaux et ton activité cérébrale. D’ailleurs, l’autre homme présent dans la pièce remarque qu’il y a une nouvelle zone qui s’active, et ce, autant chez toi que chez l’Alakazam. « Qu’est-ce qui se passe ? » Tu entends la voix de ton père, ce qui te confirme qu’il est bel et bien toujours là. « Je vois un de mes souvenirs. Je t’avais dit qu’on progresserait ! » Par contre, le film s’arrête brusquement. Dès qu’il prend fin, tu te sens fatigué et le Pokémon s’écroule à son tour. Il a dépensé trop d’énergie dans cette manœuvre. Voilà un autre problème auquel vous devrez faire face. Pour ta part, il y a en plus un mal de tête qui se manifeste. Ce ne sont pas des expériences agréables, loin de là. Êtes-vous vraiment éthiques dans vos méthodes ? Vous utilisez des Pokémon, vous les poussez à bout... Est-ce que ça en vaut la peine ? C’est souvent le problème des chercheurs : une fois lancés, ils ont de la difficulté à admettre qu’ils avaient tort et qu’ils feraient mieux de tout cesser. À la place, vous visionnez les enregistrements, vous faites des liens avec les échecs précédents. Ce pas en avant vous motive. Pour ta part, tu crois que les prochaines tentatives seront bien plus concluantes.

Malheureusement, certains soirs quand tu sors avec Kalei, tu continues de te droguer, de boire de l’alcool. Tu mènes des expériences qui font en sorte qu’un Pokémon joue dans ton esprit et tu te le bousilles avec cette merde ! Sérieusement, tu t’attends à quoi ? À ce que ça aide, peut-être ? Non, c’est tout le contraire. Va savoir si c’est ce qui fait capoter les expériences, mais au fil des mois qui continuent de passer, certaines des conclusions auxquelles vous étiez arrivés ne fonctionnent plus. Il y a des activités cérébrales qui ne donnent plus les mêmes résultats. Ton père ne porte pas assez attention à toi pour remarquer ta consommation. Il est trop centré sur lui-même et sur les résultats qu’il espère avoir. Il ne se soucie pas des conséquences qui pourraient survenir. Par contre, il commence à voir des changements qui se font chez toi après quelques autres semaines. Il n’ose pas te demander ce qui s’est passé, mais t’es devenu froid et blasé. Tu te contentes d’essayer d’arriver à autre chose que le fait de pouvoir jouer tes souvenirs dans ta tête. Silencieux, y a lors d’une des tentatives que tu échappes quelques mots à l’égard de l’Alakazam. « Si tu peux m’débarrasser de tous les souvenirs qui concernent Kalei, je prends. » Voix neutre, visage neutre. La bête t’adresse un signe de tête. Il a été convenu que les liens télépathiques étaient à proscrire pendant les intrusions. Ils activent d’autres zones cérébrales et ça entre en conflit. L’accès à la mémoire se rompt et tout est à recommencer. Tout est délicat avec l’esprit humain, avec les capacités des Pokémon. « Keanu, tu me dis s’il y a le moindre problème. » Ton père sent le besoin de devoir intervenir, il y a quelque chose qu’il n’aime pas en ce moment. Peut-être aurait-il dû arrêter le test pour cette fois...

En effet, tout ne se passe pas bien pour la suite. Il y a effectivement des souvenirs de Kalei qui remontent, mais étais-tu prêt à les voir, à les subir ? Non, bien sûr que non. Pas après ce que tu as enduré par sa faute, pas après votre violente rupture. Oui, tu n’es plus avec lui, mais ça, c’est une autre histoire. C’est juste que le traumatisme que tu as vécu est grand, trop grand. Comment peux-tu te concentrer sur tes expériences dans de telles circonstances, avec plusieurs émotions contradictoires qui se battent en toi ? Vous n’avez pas encore pris en compte le facteur émotif dans vos calculs, dans vos prédictions. Pourtant, en vue de la clientèle que vous cibliez à terme, il aurait été des plus importants de le faire dès le départ. Tu ne peux pas t’en blâmer, tu n’es pas encore un professionnel. Ça ne fait pas un an que tu as terminé l’école et que tu t’adonnes à cette unique recherche presque tous les jours. Jusqu’à présent, tu avais un esprit tranquille, il y avait certes des effets indésirables de ta consommation, mais rien qui n’a vraiment interféré. Maintenant, c’est le cas. Maintenant, tu pousses un hurlement alors que les souvenirs se mélangent dans ton esprit. Certains s’échappent, certains fusionnent, certains deviennent flous... Difficile de décrire ce que tu ressens, ce que tu vois. C’est comme si la réalité n’existait plus. La vive douleur du début revient. Elle est même plus puissante, te conduisant aussitôt dans l’inconscience. Ton père et toi avez tardé à réagir. Vous auriez dû cesser la tentative bien avant. Pour ton propre bien, tu aurais dû arrêter dès le départ, dès cette première tentative désastreuse. Maintenant, c’est trop tard. Tout ce qui vous reste à faire est d’évaluer les dégâts autant chez toi que chez l’Alakazam... Et évaluer si tu pourras continuer sur cette voie aux côtés de ton père.

Mais nous savons tous que c’est terminé. L’incident aura provoqué des dégâts irréversibles, des problèmes avec lesquels il te faut désormais vivre au quotidien.



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 8743

Sam 19 Aoû - 23:17
Le membre 'Ryu Waylana' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'[ETE] Dé Phi' :



avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 1129

Région : Kantô
Dim 20 Aoû - 11:03
La nouvelle épreuve m'avait en partie fait oublier les désagréments dont je souffrais – vêtements et cheveux trempés, chaussures couinantes, bleu probable là où la plateforme m'avait cogné – et mon étonnement suite aux remarques de Ryu au sujet de son amie, venue au Fort avec lui, mais qu'il ne semblait pas particulièrement désireux de retrouver. Pendant que mon binôme improvisé s'asseyait devant la table où des pièces de bois décorées lui poseraient bientôt le plus dur des problèmes, j'étais encore en train d'essorer une par une mes longues mèches blanches ; mais dès le défi commencé, je me trouvai pris au jeu, alors qu'il ne s'agissait pour l'instant pour moi que de regarder le jeune homme affronter le "gardien" en l'encourageant et en échangeant des regards un peu rieurs avec Cécilia, me demandant comment il pouvait être si mauvais. « Ça, je le vois bien ! » répondis-je, toujours sur le ton de la plaisanterie, lorsque le rouquin m'annonça en guise d'explication qu'il avait « un problème de mémoire ». Mais j'estimais qu'après tout, chacun avait ses forces et ses faiblesses, et je pensais le rassurer en lui promettant que moi, je l'obtiendrais sans effort, cette nouvelle clef à accrocher à notre trousseau doré.

L'épreuve se passa pour moi aussi bien que prévu, et je pus me réjouir comme précédemment en montrant la récompense à Ryu et en tapant dans la patte de Cécilia – je pouvais même être plus fier puisque, cette fois, il ne m'était rien arrivé du type chute dans l'eau ou rencontre trop brutale avec un meuble placé là pour me faire mal, mais en même temps, cela avait été plus simple que le premier défi. Ryu me félicita également, et je lui adressai un grand sourire : « Merci ! » Mais, contrairement à tout à l'heure, il ne leva pas la main pour taper la mienne et je remarquai qu'il ne souriait pas. Je marquai un temps d'arrêt dans l'expression de ma gaieté : était-il déçu de ne pas avoir réussi l'épreuve ? Je m'apprêtais à le lui demander, quand il me prit de vitesse et déclara qu'il ne ferait pas les autres défis similaires, s'il s'en présentait.

Aussitôt, je m'indignai. « Comment ? Mais c'est en réessayant qu'on s'améliore ! Tu devrais en faire le plus possible, au contraire ! » Mon exclamation ne suscitant aucune réponse immédiate, je me remis à examiner mon interlocuteur, le fixant de mes yeux ambrés avec encore plus d'attention, cette fois. « ...Tu sais, ce n'est pas très grave si tu n'es pas doué pour ce genre de choses », décidai-je de tenter après plusieurs secondes, sérieux et hésitant, continuant de scruter mon binôme d'un air interrogateur : il était si inexpressif que je n'avais véritablement aucun moyen de savoir ce qu'il avait en tête, encore moins que d'ordinaire avec les personnes que je croisais. Mais puisque nous faisions équipe, j'aimais autant régler le problème, si problème il y avait... « La plupart des gens ont pleins de domaines dans lesquels ils sont mauvais. »

En prononçant ces mots, je ne m'attendais à aucune réponse spécifique de la part du jeune homme à l'odeur de cigarette : peut-être cela allait-il le rassurer, peut-être me dirait-il avec gratitude que j'avais raison et, son sourire retrouvé, se montrerait-il, conquérant, prêt à s'acheminer vers le prochain défi, ou peut-être au contraire ferait-il toujours la moue et devrais-je insister pour le remotiver sous peine que nous ne gagnions plus aucune clef d'or et que je passe finalement un mauvais après-midi, ce que j'aurais reproché à Shiguré puisque c'était tout de même beaucoup à cause de lui que je me trouvais là avec ce compagnon. Mais si Ryu garda le silence pendant plusieurs secondes, la déclaration qu'il me fit ensuite, après un soupir et en rivant son regard dans le mien, était à des lieux de tout ce que j'avais supposé.

J'ouvris des yeux ronds et une bouche plus ronde encore. Je demeurai muet à fixer mon interlocuteur pendant plusieurs instants, si bien que je réagis à peine lorsque le "gardien" qui nous avait servi d'adversaire vint vers nous en nous enjoignant à passer l'une des portes suivantes car de nouveaux participants approchaient, et, la porte ouverte, nous poussa dans l'espèce de minuscule antichambre qui séparait chaque pièce à défi. Je n'avais pas quitté Ryu des yeux.

« ...Des expériences ? » finis-je par répéter, stupéfait, lorsque nous fûmes de nouveau seuls. « Mais alors... Tu es un scientifique ? » Toute ma perplexité devait se percevoir dans la façon dont je prononçai le dernier mot. Je pensai aux archétypes de scientifiques tels qu'on en voyait à la télé, cheveux courts, petites lunettes, blouse blanche et air sérieux, évoluant parmi des tubes de verre, puis à Raven, seul scientifique de ma connaissance : Ryu ne ressemblait à aucun d'eux. « Et vous faites des expériences sur les êtres humains ? Tu as subi des expériences ? » Plus je réfléchissais à la signification des paroles du rouquin, plus j'allais de surprise en surprise. Ce que pouvaient bien faire les scientifiques était, en fait, quelque chose à quoi je n'avais jamais réellement réfléchi, mais Raven étant un scientifique Pokémon, je me doutais qu'il travaillait avec ces créatures ; des expériences sur des humains, en revanche ! Et vivants ! J'imaginai Ryu allongé dans un lit d'hôpital, torse nu, des électrodes branchés partout et des liquides colorés miroitant dans des tubes que l'on allait lui injecter. Avec peut-être un bras en métal... une puce dans la nuque... un savant qui s'avance pour lui ouvrir la boîte crânienne et lui triturer le cerveau... Je réprimai un élan de dégoût, qui passa vite. Comme dans les films ! « Mais alors, tu es un être humain modifié ? Ah ! C'est pour cela que tu as réussi le premier défi sans tomber à l'eau une seule fois ! » m'exclamai-je, pointant un doigt triomphant vers mon adversaire, toujours à mon imagination.


★ éleveur redevenu temporairement coordinateur le temps de mon absence ! ★
~ abl pension ~ solo ~ duo ~ duo ~ trio partenariat ~
(ava Jill ♥ signa Elisa - DC Ada Freimann, Edel Aubier & Kestrel Manori)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 8743

Dim 20 Aoû - 11:03
Le membre 'Akichi Sôma' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'[ETE] Dé Phi' :



avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 07/02/2017
Messages : 472

Région : Alola
Sam 26 Aoû - 6:16
Même si t’es l’mec le plus blasé et nonchalant du monde, il y a tout de même des sujets sensibles chez toi. Par exemple, il ne faudrait pas que quelqu’un te parle de Kalei parce que tu pourrais devenir violent. Heureusement, ton compagnon d’activité ne peut pas connaître son existence, alors là-dessus, t’es safe. L’problème c’est qu’il vient d’avoir la preuve que t’as une mémoire de merde, surtout sur ce genre d’association. Ça d’mande trop, c’est désormais impossible. T’expliques donc brièvement avoir un souci d’mémoire, mais ton interlocuteur ne réagit pas comme tu l’attendais. Il en plaisante, mentionnant juste qu’il a constaté ta difficulté. Sympa. Tu n’peux pas approfondir pour le moment, parce qu’il se lance à son tour dans l’défi. Il te faut donc attendre, constatant une fois de plus que t’aurais rien pu faire même en tentant de nouveau. Inutile. C’est ainsi que tu t’sens. Quand il termine, tu le félicites sans aucune joie et tu précises que tu ne feras plus ces épreuves si une autre se présente. À la quantité qu’il y a, il faudrait vraiment être malchanceux pour tomber une seconde fois sur de la mémorisation. Cependant, t’avais pas du tout prévu la réaction qu’il te f'rait. Indigné, c’est l’mot. De ton côté, tu restes de marbre, le visage toujours aussi neutre et inexpressif. C’est un excellent mode de défense, n’est-ce pas ? Ne pas montrer à ton « adversaire » comment tu t’sens au fond, ouais, c’est comme ça qu’tu gères. Ça t’rend encore plus étrange et ça n’aide pas à ce que tu te lies aux autres, mais c’est exactement ce que tu veux, non ? T’as été brisé et t’as changé.

« Ça m’aidera pas de réessayer. » À nouveau, ton intonation est neutre et limite blasée. T’as pas l’choix de t’y faire, à ta condition. Mieux que quiconque, tu sais qu’il n’existe aucun moyen de contrer et d’inverser les effets des expériences sur ta mémoire. C’est quelque chose avec lequel tu devras vivre à jamais. Tu n’avais pas vu venir la suite et tu t’dis qu’il ne comprend pas. Évidemment qu’il ne comprend pas, il ne connaît pas ton histoire ! C’pas que t’es pas doué ou quoi, c’est que ta mémoire ne fonctionne plus correctement après des expériences. Rien de plus, rien de moins. Sincèrement, c’est chaud d’être un chercheur, d’être une personne qui s’repose sur ses connaissances et sur son savoir pour qu’ensuite, tout cela lui soit retiré. Tu joues l’insensible, mais tu n’te leurres pas toi-même, bien que tu voudrais. « J’suis pas doué pour une raison. » Puis après ces paroles, t’enchaînes, n’attendant pas de réaction de sa part. T’as envie de couper court à c’moment, alors tu fonces. Au moins, il comprendra et tu s’ras tranquille pour les prochains défis, en espérant vraiment ne pas tomber à nouveau sur de la mémorisation. Il y a des trucs plus faciles que d’autres pour toi, mais l’association de formes en un temps donné, c’est vraiment trop ardu désormais.

Donc, t’as mentionné les expériences et t’espères que ça sera suffisant. En tout cas, ton interlocuteur est surpris et choqué aussi. Ça se voit clairement sur sa face. Ça en est à un point qu’il faut que le responsable de l’activité que vous venez d’essayer et accomplir vous pousse plus loin afin que d’autres personnes puissent tenter à leur tour. Tu lui jettes un regard noir, n’aimant pas d’être rushé. Quand tes iris verts reviennent vers Akichi, ce dernier te fixe toujours. Il finit par te poser une question, question qui témoigne de toute sa perplexité. Il ne semble pas t’croire quand t’affirmes indirectement être un scientifique. Ouais bah c’est ce que t’as été, point. « J’étais, » précises-tu, soupirant ensuite. Tu t’sens pas écouté. Ça te paraît évident que tu ne l’es plus avec tout ce que tu dis. Une mémoire bousillée, quel chercheur pourrait continuer dans cette condition ? Ça n’aurait aucun sens. En tout cas, ton partenaire d’épreuves ne s’arrête pas là, poursuivant sur sa lancée. Il est vraiment curieux et surpris, c’est l’moins qu’on puisse dire. D’une façon docile, tu réponds à ce qu’il te demande. « C’était pas toutes les expériences sur des humains, mais celles-là c’était pour tester si des Pokémon Psy pouvaient jouer avec la mémoire humaine. On voulait tenter d’en augmenter les facultés, d’effacer des souvenirs en cas d’événements traumatisants, d’en modifier aussi. D’aller voir la mémoire, ce genre de choses. Ça fonctionne, mais la personne qui l’subit finit comme moi. » C’est toujours difficile de parler de cette partie de ton passé. Et c’est difficile de ne pas le faire. Chiant.

Tu clignes des yeux, exprimant de la surprise quand ton compagnon du jour reprend la parole. Tu ne t’attendais pas à ça. Un humain modifié ? En quelque sorte. T’avais jamais vu ça ainsi. Au moins, il parvient enfin à t’faire réagir. Ce n’est pas plus mal. « J’ai été modifié, mais pas dans l’bon sens. » C’est à ton tour d’être perplexe et de ne pas comprendre le lien qu’il fait entre le fait que t’aies subi des expériences sur la mémoire et le fait qu’il mentionne que c’est pour ça que t’as passé le précédent défi facilement. « J’suis juste en bonne forme physique, je m’entraîne souvent. » Ce qui saute au visage quand on t’voit torse nu, ce qui est survenu plus tôt, pourtant. En tout cas, t’souhaites pouvoir le monter un peu plus. D’ailleurs, il est temps d’avancer à votre prochain défi et ton souhait est exaucé.

Vous devrez le réaliser un après l’autre, comme le précédent. Cette fois, t’es partant pour tenter le premier, ce que tu mentionnes de vive voix. Soulever des poids, facile. Bon, y a tout de même des règles hein, à un doigt ça n’sera pas si simple. Tu te positionnes donc, écoutant avec attention les instructions pour ne rien oublier. Juste avant que ça commence, ta tête pivote vers ton nouvel ami. « Tu verras, j’vais y arriver sur celle-là. » Déjà, ta motivation est revenue. T’es moins inexpressif que précédemment. Ça n’fait pas de tort. Quand le signal est donné, tu lèves le poids, l’amenant au-dessus du fil. Il ne faut pas y toucher, il ne faut pas que ton bras n’soit plus tendu..., et ce, pendant tout le temps imparti, à moins que ton adversaire flanche avant toi. T’as bien trop d’orgueil pour laisser cela survenir. Non, tu tiens bon même si ton index veut mourir. Ta main tremble, mais tu contrôles. Tes sourcils finissent par se froncer, pendant que ta réflexion est que c’est beaucoup trop long. À croire qu’ils étirent de façon volontaire puisqu’ils constatent que ça va bien pour toi. Ne deviens pas parano... En tout cas, t’avais tort parce que le type en face de toi est le premier à toucher la corde, ce qui t’donne la victoire. Un léger sourire vient se poser sur ton visage. « J’t’avais dit ! » Tu t’es racheté pour ton précédent échec. Il ne reste plus qu’à voir comment Akichi se débrouillera avec ce défi.



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 1129

Région : Kantô
Mer 30 Aoû - 11:25
Plus je réfléchissais à ce que m'apprenait Ryu, plus j'étais stupéfait, alors que mon interlocuteur, lui, continuait de n'exprimer aucune émotion claire, que ce soit dans les traits figés de son visage ou dans le ton neutre de sa voix : c'était une situation qui m'arrivait rarement. Je l'avais trouvé très défaitiste au début, lorsqu'il avait déclaré qu'il ne retenterait pas ce genre de défi s'il en survenait à nouveau, si bien que j'avais essayé de le rassurer sur le fait que tout le monde avait des lacunes (moi, j'en avais beaucoup moins que les autres, mais tout de même, si l'on cherchait bien, j'en avais aussi, il fallait le reconnaître, même si ce n'était pas le genre de nouvelle que je révélerais au premier inconnu venu) ; mais dès qu'il avait entamé ses explications, mon imagination s'était tellement emballée que j'en avais tout oublié de l'état d'esprit dans lequel j'étais un instant plus tôt. Ce fut à peine si je prêtai attention aux précisions qu'il ajouta ensuite. Qu'il ne soit plus scientifique aujourd’hui ? Eh bien, vu son jeune âge il ne devait pas l'avoir été longtemps, encore que peut-être avait-il fait d'autres expériences pour se donner l'air plus jeune qu'il ne l'était réellement, il est difficile de pouvoir affirmer avec certitude l'âge qu'a une personne sans l'avoir vue naître, dans tous les cas ce verbe au passé expliquait peut-être ses cheveux teints en rouge car je n'avais encore jamais vu d'autre scientifique avec des cheveux rouges, ni d'autre scientifique se mettre torse nu pour faire une épreuve au Fort Tartard, d'ailleurs, mais bon, Raven était le seul scientifique que j'aie jamais vu avec une coiffure-ananas et j'imaginais que les scientifiques pouvaient avoir toutes les coupes de cheveux qu'ils voulaient, comme tout être humain en ce monde devrait en avoir le droit, cela ne prouvait donc rien ! Je visualisai donc immédiatement mon binôme en blouse blanche avec ses cheveux rouges, puis l'imaginai subissant tous types d'expériences. J'écoutai à peine quand il me décrivit ce sur quoi portaient plus exactement ses recherches, je retins seulement les termes de "Pokémon Psy" pour les ajouter à la petite scénette qui se jouait dans ma tête : Pokémon Psy, je réfléchis à ce que Miné et moi avions lu, il y avait Eugénie que nous avait confiée Mme Livingstone, et le Keno d'Elias ou l'Evanescence d'Elisa, j'imaginai Ryu-le-scientifique aux prises avec deux Tarsal et une Girafarig. Ryu m'annonça ensuite pouvoir être considéré comme un "humain modifié", mais dans le mauvais sens du terme : il niait avoir réussi l'épreuve des plateformes grâce à son passé de scientifique. « Ah oui, je vois : tu t'entraînes pour soigner ta musculature », fis-je en pensant à ces hommes qui font du sport tous les jours parce qu'ils pensent que le secret de la beauté se cache dans une belle musculature. C'est peut-être une conception, mais enfin, cela ne fait pas tout, loin de là. « Moi, je n'en ai pas besoin pour être en forme. Je suis styliste, sais-tu ! » Et il aurait bien eu besoin de moi, d'ailleurs, pour recevoir des conseils sur son habillement – surtout qu'à côté de ça, il avait apparemment un bon coiffeur.

Mais que voulait-il dire par « modifié, mais pas dans l'bon sens » ? Ma première surprise suite à l'annonce qu'il était ou avait été un scientifique s'étant estompée, je m'arrêtai plus longuement sur cette étrange remarque. Ah oui, nous parlions de mémoire... Son problème de mémoire – ses expériences sur la mémoire. J'étais brusquement redevenu sérieux, fronçant légèrement les sourcils tout en me répétant ses paroles. Des expériences, avec des Pokémon Psy, pour « jouer avec la mémoire », l'améliorer, effacer des souvenirs ou les modifier... La manipuler, en somme. Manipuler la mémoire. Les scientifiques se livraient à ce genre de recherches ? « Modifier, effacer les souvenirs en cas d'événements traumatisants » ?

Je ne pus réprimer un frisson. J'ignorais si Ryu s'était rendu compte de mon trouble, d'autant qu'il n'arrivait pas immédiatement après qu'il eut prononcé ces paroles. Mais je l'écoutais à peine, alors, et pourtant j'aurais dû, car à présent... Pendant plusieurs secondes, je restai immobile, les sourcils toujours un peu froncés, les yeux dans le vague. Je pensais à Kisa – Kisa que j'avais oubliée pendant toutes ces années, que j'avais rayée de mon esprit, parce qu'elle était au cœur de ce souvenir horrible que j'avais volontairement occulté, parce que j'avais voulu tout effacer de ce qui s'était passé...

Mais cela ne tenait pas ; pendant tout ce temps, la biffure était restée sensible. Puis, quand je m'étais rappelé, j'avais retrouvé tellement de choses – à commencer par Kisa...

Et les scientifiques faisaient de la recherche dans ce domaine ? Les scientifiques essayaient de trouver comment modifier véritablement la mémoire de quelqu'un ? Ryu aussi, Ryu avait touché à sa mémoire ?

J'étais sous le choc et ne prêtais plus attention à ce qu'il se passait autour de moi, mais une petite sonnerie résonna, une porte devant nous s'ouvrit, et puisque mon binôme avançait, je le suivis mécaniquement dans la nouvelle pièce. C'était notre troisième épreuve. À nouveau, une petite salle peu éclairée dans laquelle se trouvait une installation centrale et un homme, un "gardien" ; le haut-parleur nous expliqua brièvement les règles, que mes oreilles entendirent mais que mon cerveau ne me traduisit pas, et Ryu, par chance, se porta volontaire pour passer le premier. Mes yeux les suivirent tandis qu'il s'avançait face à l'homme et que tous deux saisissaient un objet sur la table pour le tendre devant eux, bras tendu. L'épreuve démarrait. Je les regardais vaguement, mais toute une partie de mon esprit était encore plongée dans le trouble que les derniers propos du rouquin avaient semé en moi et, si quelqu'un m'avait posé la question à cet instant précis, j'aurais été bien en peine de lui expliquer en quoi consistait l'épreuve et depuis quand elle avait démarré. Finalement, des exclamations montèrent à mes oreilles et Ryu revint vers moi, souriant  : il avait donc gagné ? Je lui rendis légèrement son sourire, hésitant, mais un pépiement de Cécilia me rappela au présent : ah oui, Ryu était passé, nous fonctionnions en binôme, c'était donc à mon tour. Je pris place devant le gardien, le regardai prendre un cercle de métal devant lui et fis de même avec le mien. C'était assez lourd, mais loin de l'être trop pour être porté... Mais quand je tendis mon bras, suivant l'exemple de mon adversaire, je frémis : bras tendu, le poids se faisait vraiment ressentir et il allait être difficile de tenir cette position longtemps, puisque je ne devais pas toucher le fil. Je me concentrai sur ma tâche et tins ma position un certain temps, tendant mes muscles, les yeux rivés sur le poids. Mais j'avais mal, mon bras tremblait et je finis par flancher, rompant le fil devant le gardien qui n'avait toujours pas bougé. J'avais perdu... J'avais pourtant fait de mon mieux – mais non, là, je n'avais pas trop la tête à ça. Et puis, les épreuves de force pure, évidemment, ce n'était pas pour moi...

Je rejoignis Ryu qui, heureusement, avait quant à lui obtenu une clef, mais je ne fis pas de commentaire au sujet de mon échec. En réalité, c'était à peine si j'étais déçu : je pensais toujours aux manipulations de mémoire dont il m'avait parlé, ainsi qu'à ma propre expérience. Et après encore quelques secondes de silence, je finis par lui dire : « Ryu, tu sais... Repousser des souvenirs, ça ne donne vraiment rien de bon... »


★ éleveur redevenu temporairement coordinateur le temps de mon absence ! ★
~ abl pension ~ solo ~ duo ~ duo ~ trio partenariat ~
(ava Jill ♥ signa Elisa - DC Ada Freimann, Edel Aubier & Kestrel Manori)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 8743

Mer 30 Aoû - 11:25
Le membre 'Akichi Sôma' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'[ETE] Dé Phi' :



avatar ©️ Elune Crowley ; signature ©️ Alan White.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 07/02/2017
Messages : 472

Région : Alola
Ven 8 Sep - 1:37
Expliquer les expériences que t’as menées t’saoule toujours, surtout quand c’est à une personne qu’tu sais pas si tu verras de nouveau un jour. C’est difficile à dire parce que t’as désormais cette volonté profonde de n’pas trop te lier. Il te faut des relations superficielles, c’est ça que tu veux. Là, tu risques d’avoir plus de questions, que ton interlocuteur te demande des précisions. Connerie. Vis avec, c’est ta décision d’lui en parler. Rien ne t’y forçait. T’aurais pu juste dire que t’as des problèmes de mémoire. Y a des gens qui en ont pour aucune raison. Bref, la conversation est étrange pendant un moment, mais ça prend une phrase de la part d’Akichi pour enfin te faire réagir, te sortir de ta neutralité déroutante. Un humain modifié. C’est une drôle de façon de dire ce qui t’est arrivé, en effet. Mais au fond, l’idée est là, alors tu approuves, en précisant que ce n’est guère une modification bénéfique. En sortir avec un problème de mémoire, c’pas top. En plus, ledit problème ne t’a même pas permis d’oublier Kalei et ce que tu as vécu par sa faute. Les expériences ne t’ont pas retiré les souvenirs douloureux liés à cet événement. Par sa faute, tu ne veux plus jamais d’amour, tu ne veux plus jamais avoir une confiance aveugle en une autre personne. À tes yeux, c’est terminé. Ça te rend mêle d’avoir encore ces souvenirs. D’un côté, ça te permet de ne plus te lier, exactement comme tu le veux. Ça fait en sorte qu’il ne t’arrivera rien de similaire dans le futur. Si seulement tu changeais de fréquentations, ça aiderait à t’assurer de ne pas revivre cet événement traumatisant... En tout cas, tu t’méfieras toujours plus maintenant. Et dire que t’as même pas porté plainte... Tu sais que t’es irresponsable ?

En tout cas, Akichi a compris pour tes entraînements réguliers et quasi quotidiens pour garder la forme. Vu ton rythme de vie, t’as pas trop l’choix... « Ouais, j’me sens bien dans un corps comme ça, » précises-tu ensuite. Par contre, ton nouvel ami ne s’arrête pas là, affirmant que lui n’en a pas besoin parce qu’il est styliste. Tu hausses un sourcil, ne saisissant pas sa logique. Il y a parfois des valeurs comme ça qui t’échappent complètement. C’est bien difficile pour toi de te mettre à la place d’une autre personne. « On peut avoir l’métier qu’on veut et prendre soin d’son corps, ça se fait. » Tu connais des Skull qui le font, des dresseurs, même ta petite sœur qui n’a pas encore terminé ses études. À ton sens, le lien à y faire est plus une question de goût. Au moins, tu t’abstiens de lui dire qu’il pourrait être moins mince avec un entraînement adéquat. T’as pas envie de te prendre la tête, pas après toute cette conversation. Pendant un moment, vous restez silencieux et ça t’va. T’es pas le genre de personne à te sentir mal à l’aise si l’autre parle pas. T’es pas non plus le genre à chercher à meubler. Puis, les minutes défilent et vous devez passer à la suite. Dommage que vous ne puissiez pas vraiment prendre du repos. C’est prévu comme ça ? Ils sont cinglés les organisateurs. Quand t’aurais vraiment besoin d’une pause, tu ne te gêneras pas pour le dire et l’exiger. Donc, vous voici devant la prochaine épreuve et celle-là te plaît tout de suite plus que la précédente. T’as confiance en tes chances d’obtenir une clé. Ça n’devrait pas être trop ardu pour toi, ce qui se confirme au terme du défi. T’as battu l’type que tu devais affronter, tenant plus longtemps que lui. Ça paie d’avoir des muscles. La bonne nouvelle, c’est que ton enthousiasme est revenu.

Par contre, on n’peut pas en dire autant pour ton équipier. T’es surpris, t’as pas trop remarqué depuis quand il tire une drôle de tête. Il ne semble pas du tout motivé par l’épreuve. Situation inverse de la précédente, donc. « J’suis sûr que tu peux l’faire. » T’essaies d’encourager, mais comme d’habitude, t’es pas l’plus expressif. Puis, au final, ça n’aura servi à rien parce qu’il n’y arrive pas. T’as vu son bras trembler d’plus en plus jusqu’à ce qu’il cède, rompant le fil. Vous avez au moins la clé que t’as ramassée, alors c’pas plus mal. Vous dirigeant vers la sortie de cette salle, tu ne passes pas de commentaires. Et pourtant, lui en a fait un à ton échec cuisant sur la mémorisation. Non, il te parle d’autre chose, revenant sur votre précédente conversation. À nouveau, ton visage prend cette neutralité déroutante. Tu pourrais ne rien dire, mais pour une raison qui t’échappe, tu vas expliquer. « On voulait aider en menant ces expériences. Elles auraient pu être bénéfiques, s’il y avait un moyen de contrôler. » Bien que tu tentes d’être clair, ça ne l’est peut-être pas pour une personne extérieure à toute cette histoire, qui n’en avait jamais entendu parler avant aujourd’hui. C’est un peu tabou. Ton père et toi n’avez pas été les premiers à vous y pencher et à essayer, loin de là. Malheureusement, les résultats ont toujours été négatifs et plus ou moins désastreux...

« Je sais que j’ai oublié des choses essentielles à mon sujet depuis les expériences, mais je ne sais pas quoi. Ça m’saute à la face chaque fois... J’ai des souvenirs qui ont été modifiés aussi, mais pas celui que je voulais à tout prix oublier... J’dois vivre avec celui-là et toutes les autres conséquences. » Tu t’sens pas de donner des exemples de conséquences. Ça t’semble facile à imaginer, mais il te faudrait prendre en considération que Akichi n’est pas dans ta situation. C’est difficile de visualiser quelque chose qui nous est inconnu. « Je n’pourrai plus jamais être chercheur à cause de ma mémoire. » Et ça, c’est quelque chose que tu peines encore à accepter. Ça t’énerve. Il faut que tu cesses d’y songer et justement, une question qui te vient à l’esprit t’y aide. Ton équipier a bien mentionné que repousser les souvenirs ne donnait rien de bon, comme s’il avait un vécu là-dedans, lui aussi. Qui aurait cru que vous aviez des points en commun ? « Toi aussi, tu dois vivre avec des souvenirs chiants ? » Toujours aussi direct, mais tu d’viens au moins un peu plus expressif. Ça passera peut-être mieux.

HRP:
 



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 1129

Région : Kantô
Sam 14 Oct - 17:14
(Utilisation de la CS Vol)


Évidemment, je suis totalement d'accord avec toi ! Je prends grand soin de mon corps, je pense que tu l'auras remarqué, même si cela se voyait en cet instant un peu moins que d'ordinaire car ma chevelure encore humide se déployait moins harmonieusement sur mes épaules et mon dos qu'en des jours où des piscines ne surgissaient pas sous mes pieds, mais pour le reste, rien n'avait estompé ma beauté ni mon élégance. Seulement, il y a différentes façons de le faire ! ajoutai-je en me redressant un peu : de toute évidence, Ryu faisait partie de ces gens pour lesquels la musculature joue un rôle important dans le sentiment de bien-être et la confiance en soi, mais ce n'était pas du tout mon cas. Certes, des muscles bien dessinés et joliment proportionnés peuvent donner du caractère et méritent d'être mis en valeur ; c'était d'ailleurs le cas des siens. Mais des muscles trop volumineux, c'est inélégant au possible, inesthétique et tout sauf délicat ! Cela déforme les chemises bien cintrées dont les pans ne peuvent plus correctement retomber, cela gêne les mouvements dans certains manteaux, cela se voit sous les tee-shirts... Rien ne va à ceux qui en arborent que les débardeurs – et encore. Et il ne faut pas oublier que prendre soin de soi, c'est aussi veiller à sa propreté, à ne pas trop s'exposer au soleil, et surtout à bien s'habiller, dernier point que trop de sportifs ont tendance à oublier ! En tant que styliste, je prends naturellement grand soin de mon apparence, et si je ne me révèle pas d'une force physique égale à celle d'autres personnes comme mon binôme du jour, cela m'est bien égal, étant donné que je les surplombe sur tant d'autres aspects. Le sport, c'est beaucoup d'inconvénients pour fort peu d'avantages, c'est bien pour cette raison que je m'en dispensais souvent au lycée.

La discussion avec Ryu au sujet des expériences sur la mémoire qu'il avait menées m'avait tout d'abord stupéfait, puis mis de bonne humeur lorsque je l'avais imaginé à l'ouvrage, et c'était dans cet état d'esprit que je me trouvais encore quand je débattis avec lui de ce que signifiait « prendre soin de son corps ». Mais la conversation retombant, j'en vins à réfléchir plus sérieusement à ce qu'il m'avait exposé en prenant conscience du fait que certains scientifiques cherchaient, peut-être en ce moment-même, à véritablement manipuler la mémoire, à contrôler les souvenirs, et cela me plongea dans un trouble qui n'était pas encore dissipé lorsque l'on nous poussa vers l'épreuve suivante. Malgré les encouragements de Cécilia et de mon binôme aux cheveux flamboyants, j'échouai ; mon peu de concentration en était sans doute la cause car même cet défaite m'effleura à peine. J'avais simplement mal au bras qui avait tenu le poids et comme une sensation amère, mais ç'avait été un défi de pure force physique, l'échec ne remettait rien en cause de moi, et puis je n'avais même pas exprimé d'envie de le faire. Je revins vers Ryu et lui dit cette vérité, la seule qui m'était apparue clairement après mes réflexions au sujet de ce qu'il m'avait révélé : « Repousser des souvenirs, ça ne donne vraiment rien de bon... »

La volonté d'aider... « Elles auraient pu être bénéfiques. » Je fixais Ryu avec mes grands yeux ambrés, le visage figé, les lèvres entrouvertes – si je m'étais vu dans une glace, je me serais rendu compte que c'était à mon tour d'arborer l'une de ces expressions apparemment neutres, difficilement déchiffrables, qui faisaient le propre de mon compagnon du moment. Mais aujourd'hui, mon expression ne ressemblait qu'en partie aux siennes : elle était moins vide que le passé, un peu plus triste, plus inquiète. Bénéfiques, des expériences sur la mémoire ? Bénéfique de faire oublier des souvenirs ? Pour aider les gens ? Ryu poursuivait : il m'expliquait désormais que depuis les expériences, il avait perdu des souvenirs importants qu'il ne parvenait plus à fixer, que d'autres avaient été modifiés, mais qu'en revanche, il n'avait pas pu oublier celui qu'il voulait effacer. Ses problèmes de mémoire l'empêchaient à présent de poursuivre sa carrière de chercheur, sans doute car ils étaient très importants : j'en avais effectivement eu un aperçu sur le défi qui avait lancé notre discussion.

Je ne savais que répondre à ce qu'il me disait ; je me contentais de hocher la tête, regardant à présent un point vague entre le sol et le mur. J'aurais eu des choses à répondre, pourtant : exprimer ma désapprobation, ou encore m'étonner du fait qu'il m'annonce ne pas parvenir à retrouver certains souvenirs car, si on les lui répétait, j'imaginais qu'il devrait bien se produire à un moment un déclic en lui qui lui permettrait d'y accéder de nouveau. Mais mes pensées étaient encore trop confuses, mon trouble trop important. Comme je ne disais rien, le jeune homme enchaîna sur une question : « Toi aussi, tu dois vivre avec des souvenirs chiants ? » Je relevai immédiatement les yeux vers lui – mais mon regard ne tint que quelques secondes avant de glisser à nouveau dans le vague. Ryu avait un souvenir qu'il aurait voulu oublier et il m'exprimait son regret de ne pas y être parvenu... Moi, j'étais dans la situation inverse. Et mon expérience, je pouvais en parler.

Oui. Je marquai une pause avant de pouvoir continuer. ...Mais quand je les ai oubliés, j'ai aussi effacé une personne qui comptait beaucoup pour moi. Je relevai la tête vers Ryu. J'ai perdu beaucoup de choses en voulant supprimer ces moments de ma vie. Mais je ne m'en suis rendu compte qu'après m'en être souvenu... C'est pour ça qu'aujourd'hui je ne veux plus jamais oublier. Même si c'est dur. Kisa... On perd trop de choses en oubliant, répétai-je en secouant la tête et en détournant, un peu, le regard.

C'est pour cela qu'il ne faut pas supprimer les souvenirs. C'est pour cela que cette idée de manipuler la mémoire m'effraie... Car je suis certain que les gens qui y auraient recours seraient malheureux après, même sans le savoir... « Si on effaçait des souvenirs de la mémoire des gens... Ils auraient un gros blanc dans le cerveau, après. Et ils ne s'en rendraient pas compte, mais ils auraient perdu plus qu'ils ne le voulaient... »



hrp:
 


★ éleveur redevenu temporairement coordinateur le temps de mon absence ! ★
~ abl pension ~ solo ~ duo ~ duo ~ trio partenariat ~
(ava Jill ♥ signa Elisa - DC Ada Freimann, Edel Aubier & Kestrel Manori)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 07/02/2017
Messages : 472

Région : Alola
Mer 13 Déc - 4:00
Akichi prend soin de son corps qu’il dit ? Hum, sans doute, mais pas de la même façon qu’toi, comme il le précise par la suite. Tu reconnais que ne pas être tout en muscule ne signifie pas de se négliger. Ce qui le signifie à tes yeux est un surplus de poids, mais t’as tes petits préjugés comme ça. On ne te changera pas, hein ? « Ouais, c’est vrai qu’on peut l’faire de différentes façons. J’préfère les gens qui l’font. » Tu n’vois pas le mal à lui accorder le point, surtout que, dans une certaine mesure, tu partages l’avis. En plus, c’est le genre de sujets que tu apprécies. C’est superficiel, c’est fade, ça ne fait pas vraiment en sorte que tu te lies à l’autre. Ouais, c’est bénéfique à tes yeux. T’aurais voulu que ça continue, que ça reste ainsi. Il ne tenait qu’à toi de le faire, tu sais ? Bon, le fait qu’il y ait des épreuves sur votre route n’y aide pas. Ça laisse le temps de réfléchir, de revenir en arrière sur des propos dont t’as franchement pas envie de discuter de nouveau. Pour ta part, ce n’est pas le cas. Le fait que tout soit saccadé ainsi te mêle. C’est difficile de garder un fil conducteur dans ton esprit. Tu croyais que tu n’aurais plus à parler de tes expériences, que c’était bon. Ryu, tu te trompais lourdement. Oh, t’aurais très bien pu changer de propos, essayer de faire comme si de rien n’était (et t’es plutôt bon dans l’exercice), mais tes défenses cèdent. On dirait une sorte de je-m’en-foutisme à l’extrême, un état blasé comme tu n’en as jamais eu avant. Ou alors on peut dire que tu t’ouvres ? Ça s’rait très perturbant pour toi d’en arriver à cette conclusion donc forcément, elle n’entrera pas en cause.

En tout cas, on peut dire que c’est difficile pour toi de bon comprendre ton interlocuteur et ses avis qui ne vont pas vraiment dans le même sens que les tiens. Puisque tu tiens à avoir des discussions tranquilles, t’es pas souvent confronté un quelque chose du genre. Il y a une tentative de ta part d’expliquer mieux ces expériences, ce qu’elles auraient pu apporter. À tes yeux, elles n’avaient rien de méchant, elle n’avait rien de malveillant. Au contraire, ce qui vous motivait était des plus louables. Du moins, pour ta part. Comment peux-tu en être certain pour ton père ? Il fuyait, il s’isolait dans son laboratoire au point d’en oublier votre existence, à ta sœur et toi. On ne peut pas dire que vous vous connaissiez. Puis, le temps que vous avez travaillé ensemble, vous avez échangé principalement sur tout ce qui touche aux expériences que vous meniez, sans jamais aborder l’aspect émotionnel. Voilà ce qui a fait capoter toute l’affaire. Tu n’en as pas vraiment conscience si on en juge par ton discours. Ton interlocuteur est d’ailleurs particulièrement silencieux, ce qui aurait pu t’encourager à enchaîner sur autre chose. Mais non, il hoche la tête, il te semble pensif et mitigé sur ce que tu lui dis, alors toi, tu continues. Tu t’exprimes comme rarement avant, comme tu le fais très peu. Peut-être en avais-tu besoin pour définitivement tourner la page ? Confronter ton avis à celui d’une autre personne qui ne va pas dans le même sens que toi... Hum, à méditer, n’est-ce pas ? En tout cas, c’pas avec Akimi ou avec ta famille qu’il y a de telles confrontations d’idées. Ça te sort de ta zone de confort, dérogeant à ta forte nature nonchalante. En tout cas, tu lui racontes tes soucis, ce que ça a changé pour toi. Un Pokémon qui trifouille dans la mémoire, ça n’est pas sans conséquence. Tu en es donc la preuve et c’est ce que t’exposes, d’une façon plus ou moins maladroite.

Une question fuse ensuite, constatant son silence. Tu t’montres curieux. T’as toujours une curiosité de découvrir l’humain. Pareil pour les Pokémon, mais envers eux, elle est moins malsaine. Elle ne se complaît pas dans leur malheur, alors que pour l’homme, c’est souvent l’cas. Particulière, cette curiosité... Ton visage est plus expressif et tes iris verts ne lâchent pas Akichi. La réponse positive ne t’étonne pas, pour une raison qui t’échappe. Il y a eu une crainte qu’il s’arrête là, qu’il n’approfondisse pas. Ça aurait été dommage, mais tu ignores si t’aurais insisté. T’agis sur le vif, sans te prendre la tête avec toi-même. Tu écoutes. Ainsi, il avait oublié et il a récupéré ses souvenirs. Une amnésie volontaire, donc ? C’est ta première déduction, sûrement la bonne. C’est difficile à déterminer avec juste ces informations. Il te faut un moment pour réagir et ton partenaire du jour décide de poursuivre. Et là, t’es mitigé. Oui, vraiment mitigé. Ta bouche s’ouvre puis se referme. Y a de la contradiction en toi et peut-être que l’exprimer t’aiderait. Ça ne coûte rien d’essayer. « En contrôlant... C’était c’qu’on voulait faire. Les Pokémon ont des capacités impressionnantes pour ça. » Tu reviens là-dessus, sentant le besoin de justification, encore et toujours. « Mais j’comprends. J’ai dit que j’avais oublié des choses essentielles et qu’elles sont perdues. J’m’en soucis pas trop, mais je le sais. » Ton discours n’est pas tellement cohérent parce que c’est le déluge dans ta tête. « Je sais ce que c’est des blancs, des doutes. J’ai des souvenirs complètement inventés par le Pokémon dans la tête. » Bon ça, t’aurais pu t’passer de le mentionner, mais tant pis, tu l’as balancé. C’pas pour aider ton point, loin de là. Un profond soupir t’échappe. Facile de constater que tes paroles sont mélangées, que tu ne sais pas toi-même où tu en es. Prends un deux secondes, ça t’fera du bien.

« T’as sûrement raison en disant qu’on perd trop en oubliant. Si c’est c’que t’as vécu... J’aimerais m’souvenir aussi, mais c’est l’intervention d’un Pokémon. Ça n’s’arrange pas. » Tu n’es pas défaitiste, c’est la triste réalité. Elle est sans doute difficile à comprendre pour quelqu’un qui ne l’a pas vécu et tu n’saurais l’expliquer mieux. Ces expériences étaient si particulières... Ardu de mettre des mots sur ce que t’as subi. Tu détournes enfin le regard, allant le perdre vers des gens qui passent par là. « C’réel ce qui arrive ? Ça fait un hasard bizarre j’trouve. » Tu mâches tes mots, tu n’sais pas s’il comprendra. Le hasard évoqué est que vous ayez eu tous les deux des soucis de mémoire, soucis qui seront toujours d’actualité pour toi. « Sinon, on peut r’prendre les épreuves s’tu veux. » Fuite, c’est toujours bon de la tenter.

HRP:
 



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 3) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Cette fois il part pour vrai !
» QUIDDITCH : le VRAI match qui compte pour du beurre !
» Derek de Saxe,« En amour comme à la chasse, le vrai plaisir est de braconner. »
» [PCM2015] PCM Village db vrai noms v1.3.0.0 DISPONIBLE + TUTO en 1ere page
» Sois unique. Sois vrai. Sois toi-même car la vie est trop courte pour que tu sois quelqu'un d'autre.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Mauville-