AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
» Angel Fall First


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 2379

Région : Johto
Mer 21 Juin - 16:03
Ce soir-là, la tempête faisait rage dehors. Assise sur le canapé, j'écoutais la chanson qui passait à la radio, entre deux ou trois grésillements. Charly était dans la cuisine en train de faire un thé tout en surveillant la cuisson de la tarte au pomme dans le four, Soren dormait sur sa couchette qu'il avait déplacé dans le salon et Tybalt semblait assis sur le tapis à mes pieds, sans doute à fixer quelque chose sur le plafond ou sur un mur. Il devait être 18h, quelque chose comme ça...
Le Gîte était officiellement remis complètement à neuf : l'entrée principale était un petit couloir qui donnait directement sur le salon. Dans ce dernier, une table basse avec un canapé dans un coin, à côté d'une petite bibliothèque. Ma radio était posé sur un montant de cheminé encore inutilisable au vue de la saison. Une table trônait sur la droite, proche du mur. Il n'y avait que deux chaises pour l'instant, dont une éternellement vide... Il y avait sans doute quelques tableaux au mur, et des fleurs dans des vases un peu partout. Je les entretenais mais je ne saurais dire de quelle couleur peut être la rose sur le buffet, ou les tulipes sur la table. A côté de la table, on arrivait dans la cuisine, et sur la gauche du salon se trouvait l'escalier pour monter à l'étage, où se trouvait ma chambre, celle d'amis et la salle de bain.
Dans le fond du salon se trouvait une porte donnant sur la plus grande pièce de la maison que j'avais transformé en véritable lieu de vie pour Pokemon : des couchettes pour dormir, certaines au sol ou en hauteur, des jouets, ce genre de choses. Cela ne semblait pas plaire à Lidya qui continuait à dormir dans ma chambre plutôt qu'en bas mais je lui pardonnais... Elle était encore toute petite.
Je m'inquiétais pour sa mère d'ailleurs, elle n'était toujours pas rentrée... J'espère qu'elle ne s'est pas perdue dans le bois.

Fermant les yeux, je les rouvris en sentant l'approche de Charly, thé et tarte au pomme sur un plateau posé sur la table basse devant moi. Je lui caressais affectueusement le haut de la tête tout en la remerciant, prenant un morceau de tarte. Elle était délicieuse... Je partageais avec Tybalt et la Leveinard qui sembla s'en ravir quand un claquement caractéristique qui est celui de la trappe qui s'ouvre pour laisser entrer un pokemon de taille moyenne attira mon attention. Kira était rentrée ?
Je me levais, me dirigeant vers l'entrée. Il y avait une odeur de chien mouillé qui remplissait la pièce. Par réflexe, je pris une serviette que je posai sur sa tête, la frottant doucement.

- J'étais inquiète Kira, j'ai crû qu'il t'était arrivé quelque chose...

Elle donna un coup de truffe dans ma main comme pour l'éloigner. Elle prit entre ses crocs ma manche et tira ma main contre la porte, me signifiant sans doute de l'ouvrir. De ma main libre, je m’exécutais, Kira continuant de guider celle dont elle s'était emparée sur quelque chose de tiède, d'humide... Qui respire. Je continuais mon exploration du bout des doigts, devinant une bouche... Et un nez... Humain. Prise de panique, je reculais rapidement, tombant sur les fesses.
Qu'est-ce qu'un humain fait sur mon perron, allongé, en pleine tempête ?!

- Charly, apporte moi des serviettes ! Et Tybalt, vient m'aider, il faut qu'on le mette à l'abris.

Épaulez à grande vitesse par mes camarades, je traînais par les épaules le corps qui pesait son poids jusqu'à entrée. Il semblait trempé, couvert de boue en plus par endroit, son col était abîmé... Kira avait dû le traîner jusqu'ici. Et au toucher au niveau de son torse, je parierais fortement qu'il s'agit d'un homme. Bon... On réfléchit et on agit ensuite. Première chose à faire, le sécher...
J'entrepris de lui retirer ses vêtements sales, les donnant à Charly pour qu'elle les mette à laver -je lui laissais son sous vêtement quand même. Ensuite, je pris quelques serviettes pour lui laver/essuyer le visage, les membres. Soren, qui s'était réveillé entre temps, me donna un coup de main pour le mettre sur le canapé. Il était gelé... J'entrepris de le rouler dans une couverture prise à l'étage. Il devait sans doute ressembler à un conconfort, le pauvre...
Dans un soupire, je m'agenouillais à côté du canapé, prenant sa main : elle était déjà un peu plus chaude que tout à l'heure... J'hésitais entre la garder ou la lâcher... Pour l'instant, autant que je vérifie son pouls et sa température une petite heure... Si rien ne se passe, ça devrait être bon... Enfin j'imagine ?



Mes comptes
Club RP :
Pension :
Soutient ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 04/01/2014
Messages : 2038

Région : Johto
Sam 24 Juin - 3:02

Angel Fall First



La pluie battante rendait ta progression pénible et laborieuse. Tu ne savais pas pourquoi tu avais cédé à la demande, mais avec du recul, cette idée te semblait aussi idiote que risquée… Et tes pas s’enfonçant dans la terre humide jusqu’à la semelle ne manquaient pas de te le rappeler à chaque fois que tu tentais d’avancer dans ce dédale forestier. Pour relâcher la pression, tu tentais de te convaincre que les intentions derrière cette balade improvisée étaient louables… Eden angoissait de voir les journées se succéder sans que tu n’aies le moindre contact avec l’extérieur. À chaque levé de soleil, tu te refusais la chance d’accéder à un instant de bonheur éphémère qui pourrait modifier ta perception de ce monde que tu exécrais… Tu rejetais en vrac le moindre éclat de rire ou sourire que tu pouvais gratter à cette existence. Comme si tu t’étais conditionné à souffrir sans jamais relever la tête vers le ciel et les étoiles… À ta sortie de l’hôpital, tu avais passé des heures à fixer d’un regard vide le papier attestant de ton prochain rendez-vous chez le psychiatre. Tu ne voulais pas… Tu savais d’ores et déjà, contre vents et marées, que tu ne te présenterais pas sur place… Tu n’avais pas besoin d’être sauvé. Tu ne voulais pas que quelqu’un viole de nouveau ton intimité pour y changer ta perception de toi-même… Cette idée t’effrayait presqu’autant que celle de revoir ta famille. C’était une conclusion inacceptable à ta tentative pour te libérer des chaînes qui t’entravaient.

Et malgré tout, il y avait toujours de pauvres fous prêts à se battre pour toi.

Votre escapade en nature avait tourné au drame à l’instant où la fratrie Bluebell t’avait laissé derrière, perché sur la rive d’un ruisseau qui t’avait aimanté et dont tu avais souhaité savourer la clarté… Résolu à te voir traîner de la patte derrière eux, ils avaient manifestement laissé s’écouler plusieurs minutes avant de remarquer ton absence. Malheureusement, il était déjà trop tard. Tu ignores comment les choses avaient dégénérées, mais le fait est que le duo et toi-même aviez été incapables de retrouver les traces l’un de l’autre… Et fatalement, tu t’étais mis à croire qu’ils t’avaient abandonné. C’était si compréhensible… À leur place, tu l’aurais sans doute fait également. Tu étais un poids mort pour Eden et Noah… Ils avaient tant à donner au monde : pourquoi feraient-ils délibérément le choix de s’embarrasser d’un dépressif alcoolique comme toi ? Tu ne pouvais pas leur en vouloir.

À l’aube d’une nuit sans étoiles, tu te sentais perdre le peu de forces qu’il te restait. Depuis que tu avais quitté l’hôpital, les nuits se faisaient courtes et peu salvatrices… De plus, tu n’avais rien avalé depuis plus de vingt-quatre heures et tes papilles réclamaient désespérément le goût de l’alcool dont tu les avais privées. Tu te sentais incroyable mal. À la fois souillé et vulnérable, comme si mère nature avait souhaité te ramener au commencement pour célébrer tes derniers instants sur terre… À cette idée, un sourire s’ourle douloureusement sur tes lèvres et tu cesses instantanément toute avancée. Tu ne mourrais pas maintenant. Après tout… Il suffisait de vouloir mourir pour que l’on t’arrache des griffes de l’enfer et de vouloir vivre pour que celui-ci vienne à toi. Giratina ne voulait pas de toi dans son monde distorsion et si tu ne forçais pas toi-même les portes du purgatoire, personne ne t’y conduirait. Tu avais encore le goût de la mort sur tes lèvres… Cette petite douceur d’un souvenir lointain ne te quittait plus. Cette envie d’en finir était encore beaucoup trop omniprésente… Mais ce ne serait pas aujourd’hui.

Prenant une grande inspiration malgré l’eau entravant tes poumons, tu te laisses tomber à genoux. Relevant la tête vers le ciel ombrageux, tu sens alors tes dernières forces te quitter, comme si tu t’étais résolu à cesser la bataille contre mère-nature… Rapidement, ta vue se brouille et avant même que tu ne comprennes, tu sombres dans l’oubli.

Une douce chaleur, comme une nuit d’hiver près d’un feu, t’enveloppe et te dire doucement de l’inconscience dans laquelle tu avais plongé. Fermant un peu plus tes paupières pour protéger tes yeux de la lumière, tu laisses ton esprit vagabonder pendant quelques secondes. Il te faut un moment pour comprendre que tu es revenu à toi et que ce corps entravé de ses mouvements est le tien. À peine conscient, tu te mets soudain à remuer maladroitement puis la lumière se fait enfin dans ton esprit : quelque chose ne tourne pas rond. Les souvenirs de tes derniers instants de conscience sont flous, mais tu sais que ton corps ne reposait pas dans un tel confort et qu’une telle chaleur ne t’enveloppait pas au moment de sombrer.

À partir de cet instant, tout roule à cent milles à l’heure dans ton esprit puis, ouvrant la bouche, tu laisses l’air entrer douloureusement dans tes poumon en te redressant. Enfin, tes yeux s’ouvrent et affrontent le décor qui s’offre à eux. La surprise, quant à elle, te cloue sur place. Étendu dans un canapé, ton corps ne témoigne plus de ses expériences passées… Tu n’étais pas dans une maison la dernière fois que tu as été conscient. C’est impossible. Tu t’en souviendrais… Mais alors quoi ? Que s’est-il passé ? Étonnamment effrayé par cette fissure à ton quotidien, tu entreprends alors de chercher une réponse du regard… Mais tu n’en as pas le temps. Interpellé par un contact inhabituel, tes pupilles céruléennes se baissent enfin vers ta main… tenue prisonnière par une autre main qui n’est pas la tienne. Abasourdi, tu suis des yeux le bras auquel cette main étrangère est attaché puis remarque une jeune femme. Une femme. Une femme tenant ta main.

À quoi tout ceci rime-t-il… ?

« Q… Qui êtes-vous ? Où suis-je… ? » Ta voix ne trahie pas la surprise, mais laisse transparaître l’incompréhension comme si tu étais fait de verre. Serrant les bras contre ton corps, tu remarques enfin que quelque chose manque à l’appelle : tes vêtements. « Pourquoi suis-je… Dans cette tenue ? Que s’est-il passé ? » Toutes ces questions ne te ressemblent pas. Pour toi qui est habitué de subir la vie bien plus que tu ne la vis, une telle situation devrait normalement te laisser de marbre ou, au moins, t’arracher une légère pointe de déception. Une fois de plus, la mort ne t’a pas attrapé… L’homme t’a de nouveau arraché aux portes de l’enfer… Mais la surprise prend le dessus sur les lugubres pensées qui mènent habituellement ton esprit enrayé. Qui ne réagirait pas comme toi en de telles circonstances… ? Tu détestes assumer des choix ou des actes que tu n’as pas commis. Même s’il est vrai que se réveiller au chaud reste plus agréable qu’une prise de conscience subite au milieu d’une forêt humide, il n’en reste pas moins que tu n’as pas choisi d’être ici. Une fois de plus, quelqu’un est venu mettre son grain de sel dans ta platonique existence… Et si cette fois était censée être la bonne ? Que serait-il advenu de toi si personne ne t’avait retrouvé à temps ? Le ventre vide, l’esprit affaibli par le manque et la fatigue…

Aurais-tu pu mourir, cette fois ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 2379

Région : Johto
Sam 24 Juin - 16:51
Ma main, nouée à celle de l'inconnue, me semblait engourdie depuis quelques longues minutes. Somnolente, j'avais posé mon bras contre le canapé, et ma tête sur ce même dit bras qui me servait à présent d'oreiller. Lascivement, je baillais tout en essayant de me redresser sur mes genoux pliés. Aucun signe d'amélioration ou de détérioration au toucher, c'est une bonne nouvelle en soit.
Je ne pouvais pas m'empêcher d'imaginer tous les scénarios possibles et imaginables qui justifieraient sa présence dans le Bois aux Chênes en pleine tempête et aussi profondément dans le bois. Si ça se trouve, il s'agit d'un Agent Spécial de la police, poursuivit par de terribles criminels que en veuillent à sa vie ! Et d'épuisement, avec une fatidique course poursuite, il avait fini par s'écrouler quelque part et se faire traîner sur une centaine de mètre par la farouche Kira. Ou alors c'était lui le criminel, toujours en fuite, et avec les agents à ses trousses !
Ou alors c'était tout simplement quelqu'un qui s'était perdu... ? C'est vrai que c'est soudainement un peu moins "exceptionnel" mais la normalité est commune de toute manière...
Je perçois la patte de Tybalt qui vient caresser mon dos, tandis que l'autre entame de me guider pour que je trouve une position plus confortable pour veiller le beau aux bois dormants. Beau étant une référence nominale puisque je ne sais pas vraiment ce que signifie... Beau, de manière générale.

Tandis que je me replaçais sur mes appuies, je sentis une légère pression au creux de ma main, une frisson qui effleura mon épiderme et qui accompagna une interruption de sa respiration et sa reprise tout aussi soudaine. C'était il réveillé ? Incertaine, je m'incline vers le canapé, tendant l'oreille à la recherche d'un signe, refermant avec douceur mes doigts sur les siens pour y garder une forme de lien communicatif. Bien vite, l'homme se met en mouvement et se redresse, engageant de mon propre côté un recul, me rasseyant sur mes chevilles. Un léger soupire de soulagement traversa la barrière de mes lèvres : au moins, il semblait en plutôt bonne forme malgré sa petite aventure dans la tempête.
Sa main se dégagea de la mienne en même temps que ses paroles parvinrent à mes oreilles. Nul doute: c'était bien la voix d'un homme. A son ton, je le sentais... Perturbé. Rien d'étonnant lorsqu'on se réveille dans un endroit inconnu, c'est vrai... Je n'ai pas réellement ce problème - disons plutôt que je me suis habituée à ne pas trop m'attacher à mon environnement.

Dressant mes deux mains dans sa direction en signe d'apaisement, j'étirais un fin sourire le plus calme et avenant possible. Mes mains descendirent sur mes cuisses, me servant d'appui, tandis que je cherchais mes mots.

- Tout va bien, ne vous inquiétez pas... Commençais-je de ma voix la plus douce. Je me nomme Midley Stanford et vous êtes chez moi... Ma Grahyena vous a amené ici, vous étiez trempé, couvert de boue et inconscient.

Kira s'était sans doute éclipsée pour rejoindre sa fille à l'étage mais je notais dans un coin de mon esprit que la faire descendre serait une bonne idée, pour que l'individu puisse rencontrer le pokemon qui l'a aidé. Cette ellipse de côté, je repris la parole.

- J'ai pris la liberté de mettre vos vêtements à laver afin que vous n'attrapiez pas froid. Vu votre état, un mauvais rhume ne serait pas des plus agréables... Je levais une main, baissant la tête. Désolée si mon contact vous a embêté, je voulais garder un regard sur votre pouls le temps de voir si votre condition s'améliorait ou non.

Un de mes doigts glissa jusqu'à ma joue, réflexe nerveux quand je me sentais mal à l'aise. Je ne suis pas vraiment infirmière, je connais juste quelques trucs et astuces qui dépannent en cas de besoin. Cette phase d'introduction passée, je sentais le silence me peser et s'éterniser - alors qu'à peine une demi-seconde avait dû s'écouler depuis la fin de ma précédente phrase. Un rire légèrement nerveux quitta mes lèvres.

- Vous avez eu de la chance quand même, vous baladez en pleine forêt avec cette tempête dehors... Celebi a du veiller sur vous pour avoir autant de chance. Me redressant soudainement sur mes appuies, toujours à genoux sur mon tapis, je me retournais, tâtonnant sur la table à la recherche de mon assiette laissée à l'abandon depuis je ne sais combien de temps. Au moins, je la sentais toujours tiède sous mes doigts. Vous voulez peut-être une part de tarte au pomme ? Elle est maison et vous aidera à reprendre des forces. Ou peut-être un thé ou un café ?

Charly chantonna dans mon dos au compliment sur sa tarte, m'arrachant un doux rire attendri, alors que je tenais toujours à bout de bras l'assiette dans la direction de mon hôte. Qui serais-je si je ne lui proposais mon hospitalité, après tout ? Puis je demeurais curieuse, en quelque sorte... C'est vrai que cette histoire d'agent secret me trotte toujours dans la tête, je l'avoue. Si ça se trouve, 007 était dans mon salon... Intérieurement, je me trouvais ridicule et bien marrante de croire à pareil fantasy. Après tout, même s'il s'agissait de 007, je doute qu'il me le dirait ouvertement... Simple devise d'espion.



Mes comptes
Club RP :
Pension :
Soutient ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 04/01/2014
Messages : 2038

Région : Johto
Jeu 13 Juil - 20:00

Angel Fall First



Tu te sentais mis à nu. Littéralement. Laissé à toi-même dans une situation où tu n’étais plus vêtu que d’un slip à l’intérieur une maison que tu ne reconnaissais pas, tu ne pouvais sentir que l’angoisse qui grimpait le long de long de ta gorge. Tu ne te rappelais de rien. Tu avais tout juste souvenir de tes genoux dans la boue puis d’un ciel déversant ses larmes sur ton visage éteint… Après quoi, il n’y avait que néant. Tu avais conscience d’un long sommeil sans rêves ni songes, une simple prolongation indésirable du vide que tu abritas depuis la défaite. Mais c’était plus qu’insuffisant pour revendiquer le savoir des derniers événements…

Une fois de plus, tu subissais les choix des autres sur ton corps et ta personne. On avait décidé en ton nom que ce serait meilleur pour toi d’être sorti de la terre dans laquelle tu avais abandonné toute guerre et combat, sans imaginer une seconde que c’était la place qui te revenait. De toute manière, l’enfer et le ciel t’avaient tous deux fermé leur porte alors qu’aurait-il pu t’arriver au coeur de cette forêt ? Doucement, ton visage passe de l’étonnement à la déception. Tu ne peux pas mourir. Contre toute volonté et tout essai, l’au-delà ne veut pas s’embarrasser de toi. Même si tu ne cesseras jamais d’essayer, tu sais néanmoins que tes échecs continueront de s’accumuler. Il ne te reste qu’à espérer qu’un jour viendra où le bon sens l’emportera et où tu ne relèveras plus… Mais ce ne sera pas aujourd’hui.

Car aujourd’hui, une enfant a décidé que tu vivrais.

Midley de son prénom, se présente comme ta bonne samaritaine. C’est elle qui t’a dévêtu le temps de mettre tes vêtements à la machine puis qui a veillé à ce que ton corps récupère de son inconscience… En de telles circonstances, quels sont les mots à prononcer ? Es-tu censé la remercier ? La gracier pour sa grande générosité ? Après tout, c’est ce que ferait un riche ordinaire… Sauf que tu n’en es pas un. Tu n’as de Fitzgerald que le nom et le sang, ayant abandonné derrière toi toute la splendeur de ton rang. Tu n’es qu’un déchet, un monstre qui ne peut acquitter sa dette de cette manière… Car tu sais mieux que quiconque que l’argent ne fait pas le bonheur.

Machinalement, tu baisses ton regard vers les parties visibles de ta peau puis repousse nonchalamment la couverture qui t’enveloppe. Ici et là, des éraflures recouvrent ton corps meurtri, venant se joindre à la cicatrice encore saillante à ton poignet. Ce corps ne cessera jamais d’être martyrisé. À un point tel que la douleur physique, ta bonne amie, est depuis devenue une drogue… Souffrir de corps, c’est oublier momentanément à quel point l’esprit se meurt. C’est un court instant de repos, quelques secondes pendant lesquelles tu te sens redevenir vivant… Mais ce n’est qu’un leurre. Qu’une lourde tromperie orchestrée au détriment de cet organisme qui te maintient en vie contre ta volonté. Ça ne dure jamais très longtemps.

« Je vois… » soupires-tu en traçant de tes doigts la forme longiligne d’une éraflure à la base de ton cou. Rejetant finalement la tête vers l’arrière, tu fermes les yeux puis prend une grande inspiration. « J’imagine que je devrais te remercier… Y a-t-il quelque choe que je puisse faire en… échange ? » Murmure dans la pénombre, insécurité palpable : tu n’agis pas comme tu devrais le faire. Depuis toujours, tu as considéré qu’il était du devoir de l’homme, du pauvre de te venir en aide lorsque la situation l’exigeait... Mais les choses ont changé et même s’il t’arrive de maudire les mains tendues vers toi, tu souhaites surtout quitter cette terre sans dette à rembourser. Alors qu’elle te dise ce qu’elle désire, histoire qu’on en finisse. De toute manière, rien ne peut plus te surprendre. Il n’y a plus rien que tu ne puisses accomplir. « Célébi hein… » L’esprit de la forêt. Celui dont la présence ne serait perçue qu’en temps de paix… À cette idée, un sourire fend douloureusement ton visage meurtri puis se ravise au dernier instant. Tu ne crois pas que Célébi ait un quelconque lien avec ta chance. Pour ta part, c’est Giratina qui garde un œil sur toi afin d’être certain que tu n’iras pas souiller le monde distorsion de ta présence. « Je n’avais pas l’intention de rester à l’extérieur avec une telle température… Je me suis perdu. » Et bientôt, il faudrait que tu reposes le pied dehors afin de retrouver le duo qui t’a abandonné. Mais pas maintenant… Au regard des sifflements irréguliers de ta respiration, tu comprenais que ce corps fluet était fatigué de repousser ses limites. Tu ne pourrais plus rien tirer de lui pour l’instant.

Ton ventre, tordu par l’angoisse, se serre au moment de voir la tarte que l’inconnue te tend. Tu ne peux pas manger. Le mal qui te serre les tripes et trop profond pour laisser passer la moindre miette de nourriture. « Non merci. Mais je prendrais bien un thé matcha si tu en as. » La politesse est un mot qui n’a plus de définition fixe dorénavant. Parfois, tu lèches les bottes du peuple à t’en écorché la langue alors que, d’autres jours, on revoit en toi une lumière de vivacité. Quelque chose de bref qui rappelle instantanément l’homme que tu étais autrefois. Tu commandes, ils obéissent, ils commandent, tu obéis. Tu ne ressembles plus à rien. Tu n’es qu’un minable, un raté désormais prostré aux pieds des roturiers. Qu’elle est glorieuse la vie. « Dis… Où sommes-nous ? » Tu as besoin de savoir. Tu ne sais pas sur combien de mètres… ou de kilomètres la Grahyena t’a tiré et tu te dois de connaître ta position exacte. Non pas que la crainte d’avoir été retrouvé par une dégénérée te dérange particulièrement ou que l’idée d’être perdu au milieu de nulle part, dans un endroit où personne ne peut te retrouver, fasse rage en toi… Mais si jamais tes amis te recherchent, jusqu’où devront-il fouiller avant de retrouver ta trace ?

Blasé, tu te laisses retomber sur le sofa en position horizontale puis soupire. Tu ne ressens ni gratitude, ni compassion pour cette enfant. Tu ne sais pas ce qu’une gamine comme elle fout seule dans les bois, mais une part de toi se fout éperdument de connaître la réponse. Tout ce que tu désires, c’est comprendre. « Au passage, je m’appelle Ezekiel… Ezekiel Fitzgerald. » Tu ne sais pas à quel point le nom de la famille ducale est connue à l’extérieur de Kalos, mais l’apprentissage de ce nom lui donnera peut-être envie de te demander un chèque en échange de ta vie. Douloureusement, tu composes sur ton visage un sourire transformé par la tristesse puis fixe le plafond d’un œil absent.

Tu aurais dû taire ton nom. Si jamais elle venait à connaître l’aristocratie kalosienne, comment réagirait-elle ? Cette société menée par le capitalisme sous la bannière du saint-argent ne répond qu’à une seule règle : la richesse. Pour s’y faire, hommes et femmes sont prêts à commettre sans la moindre hésitation l’irréparable, l’impensable... Comme prendre tes Pokémon et toi-même en otages par exemple. Car, après tout, vos insignifiantes vies reposent toutes entre ses mains.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 2379

Région : Johto
Jeu 20 Juil - 15:21

Mon invité semblait perdu, dans tous les sens du terme : son ton, son attitude, ses gestes. Je le sentais... Comment expliquer ? C'est comme lorsqu'on sent quelque chose en soi, comme quand une voix nous murmure une histoire à l'oreille, une histoire qu'on imagine. L'histoire d'un homme perdu dans les bois, dans un endroit inconnu, et qui a peur. C'est moi qui lui fait peur ? Ou a-t-il peur d'autre chose ? En soit, ça ne me concerne pas réellement, son histoire. Pourquoi devrais-je la connaître ? On a chacun notre histoire et je sens bien que quelque chose le dérange, le perturbe. Certains pourront dire qu'il s'agit d'instinct, d'autres dirons simplement que je suis un peu trop inventive, que j’interprète.
Et ils n'auront sans doute pas tord, je ne peux pas lire les traits de son visage, ni voir la posture de ses épaules. Je ne peux qu'imaginer une scène avec les éléments que je possède entre mes mains légèrement moite. Une inspiration, une expiration. J'essaye de me vider l'esprit de ces préoccupations un peu trop mature à mon goût. A force de trop y penser, j'allais finir par être obsédée par une histoire qui ne me regarde absolument pas.
Sa voix me tira de ma rêverie silencieuse, me faisant tressauter par la même occasion. Me devoir quelque chose ? Je secouais négativement la tête, tendant les deux mains vers l'avant pour les agiter, appuyant d'avantage toute la négation de ma négation possible et imaginable. "Je ne veux absolument rien en échange voyons ! C'est normal d'aider quelqu'un qui en a besoin, on ne demande pas quelque chose en échange pour ça - enfin, sauf aux médecins mais c'est parce que c'est leur travail et qu'il faut bien qu'ils vivent mais... Enfin... Bref, tu ne me dois rien. J'aurais été triste de savoir que quelque chose soit arrivé dans la forêt sans que personne n'ait pu rien faire. Il faut croire que c'était mon tour - et à celui de Kira, haha...
J'étais beaucoup trop bavarde par rapport à mon habitude, ça craint. C'est sans doute à cause de ce malaise ambiant aussi pesant qu'un orage en plein été qui plane dans l'air du salon. J'avais besoin d'évacuer la pression un petit peu.

Je ferme les yeux lorsqu'il m'explique qu'il s'est perdu. D'un autre côté, ça ne m'étonne pas plus que ça si on ne connait pas la forêt et qu'on se fait prendre dans une tempête comme celle qui claque dehors. Il suffit d'un glissement de terrain, d'une chute d'arbre et la panique risque de nous faire perdre tous nos moyens. Et la panique, c'est souvent ce qui nous perd, tout court. Moi-même, j'essaye de ne pas mettre mal à l'aise mon interlocuteur, de ne pas le faire paniquer. Il n'était pas là par hasard et il me semble tellement... Triste ? Pas vraiment triste... Je dirais plutôt vidé. Vidé de quoi ? D'énergie ? Peut-être, il est surement fatigué avec toute sa petite aventure.
Son refus de la tarte entraîne un grondement sévère de la Leveinard. C'était la première fois quelqu'un refusait sa tarte. L'aspect critique de la situation nécessita des moyens extrême! Je me tournais vers Charly, lui rendant l'assiette avec un sourire. "Il n'a peut-être pas encore faim Charly, ne t'inquiète pas. Ta tarte est délicieuse! Ce sera pour un peu plus tard, garde la au four pour qu'elle reste bien chaude. Je la mangerais dans tous les cas." Sa protestation, bien que légère, fut largement audible, alors qu'elle fit demi-tour en bougonnant, et sans doute en lançant à regard en direction du garçon sur le canapé. Je lui offre un petit sourire gêné, tentant d'expliquer la situation du mieux possible. "Désolée, c'est la première fois qu'on refuse de manger un de ses petits plats, je crois qu'elle est un peu vexée mais ça passera... La tarte est très bonne en tout cas, si jamais tu as faim un peu plus tard. Je vais voir pour ton thé, Tybalt est monté à l'étage voir s'il n'y aurait pas des vêtements de rechange pour toi."
M'aidant de la table, je me redressais sur mes deux jambes, me dirigeant à tâtons en direction de la cuisine.

Point de vue de Tybalt

Je descendais les escaliers, un tshirt et un jogging assez large pour que le dormeur du canapé puisse les enfiler sans trop de difficultés. Pourquoi Kira l'avait-elle ramené ici ? On se retrouvait avec un SDF dans la maison maintenant - hypothèse la plus probable à mon sens, bien qu'il n'ait pas réellement le look d'un SDF une fois ses vêtements sales retirés.
Lorsque Midley l'avait couché, j'avais remarqué ses cicatrices : ce type, c'est clairement pas le genre de personne que j'ai envie de voir sous le toit de ma dresseuse, ou même proche d'elle. Un nid à problème, sans aucun doute la dessus.
Je me glisse dans le salon, constatant qu'il était réveillé et allongé, tandis que Midley se trouvait en cuisine avec Charly qui semblait lui tenir la jambe en bouder. J'avais sans doute loupé un épisode mais je ne m'en formalisais pas, accomplissant ma mission première. J'approche de l'invité, lui tendant à deux pattes ses nouveaux vêtements d'appoint. Heureusement pour lui que je ne parle pas l'humain et que Midley m'a appris la compassion... Sinon je l'aurais mis dehors dès son réveil. Le regardant droit dans les yeux, j'inclinais la tête direction de la cuisine, puis de la sienne.
Je ne sais pas qui tu es mais si Midley s'occupe de toi, je ferais pareil. Et si tu abuses de sa gentillesse, je te botte l'arrière train avant que tu puisses dire Capumain. C'était grosso-modo le message que je désirais faire passer. A voir s'il allait le comprendre ou pas. De toute manière, il se trouve dans une maison pleine de pokemon dévoué à leur dresseuse. A moins d'être idiot... Quoi que, il faut bien de tout pour faire un monde : celui-là avait déjà essayer de se blesser aux poignets, il fallait vraiment être idiot pour abandonner la seule chose qu'on possède vraiment.
Ouais, décidément, c'est vraiment dommage que je ne puisse pas parler l'humain, de temps en temps. Après un long moment de silence et de regard, je m'éloigne du bleuet pour rejoindre Midley dans la cuisine et lui donner un coup de main.

Point de vue de Midley

Heureusement que Tybalt vint me donner un coup de main pour calmer Charly qui ne digérait toujours pas l'idée qu'on refuse de manger sa tarte ! Je revins avec le thé du jeune homme, lui tendant à nouveau avant de me rasseoir à genoux sur le tapis, espérant que ça l'aiderait à se sentir mieux. Il me demanda où nous étions, ce à quoi je répondis : "Nous sommes dans le Bois aux Chêne, pas très loin d'Ecorcia. Ma maison est éloignée de la route principale mais quand la tempête sera calmée, tu auras juste à suivre le chemin jusqu'à un croisement. Il y a un panneau qui t'annonce la direction qu'il faut prendre." Lui souris-je, me sentant un peu plus détendue - peut-être parce que je m'étais éloignée quelques secondes.
Il me donna son nom et spontanément, je me redressais sur mes genoux, tendant la main dans sa direction. "Enchantée de te rencontrer Ezekiel ! J'espère que le thé n'est pas mauvais, c'est la première fois que j'en prépare du comme ça..."

Un glissement de porte attira mon attention sur le fond du salon : sans doute Kira et Lidya qui sorte de "pokemonerie" - le nom que je donnais à cette salle spécialement dédiée à mes pokemons et à leur repos. Tournant la tête dans leur direction, je fis une petit signe pour attirer l'attention de la Grahyéna qui devait sans aucune doute m'ignorer - ou faire mine, comme d'habitude. Je la gratifiais d'un "Merci pour ton aide Kira", dont un grondement fut ma seule réponse. Pourquoi est-ce que je ne suis même plus étonnée ? Un sourire s'étire sur mes lèvres alors que je devine Lidya approchant de l'inconnu jusqu'à se glisser derrière moi. La Goupix des neiges avait toujours été une petite curieuse après tout. Je glisse mes mains derrière moi pour la ramener vers l'avant, la gardant dans mes bras affectueusement. "Lidya, je te présente Ezekiel, soit gentille avec lui, d'accord ? Pas de bêtise ni de Poudreuse dans la maison."
Elle ronronna dans mes bras en signe acquiescement pour que je la relâche, l'imaginant se diriger vers le convalescent tout en reniflant. La connaissant, elle n'allait sans doute pas repartir sans un câlin ou au moins une caresse, la petite princesse. Je tournais la tête vers Ezekiel "J'espère que la présence de pokemon ne te dérange pas, ma maison est une véritable ménagerie" riais-je, moi-même déprimée par le nombre de mes compagnons à présent. Et j'imagine que ça continuera à augmenter au fur et à mesure de ma propre route.
Revenant un peu plus à la réalité, je demandais "Au fait, tu ne semblais pas avoir de téléphones sur toi... Tu veux que j'essaye d'appeler quelqu'un ? Je ne suis pas certaine qu'il y ait du réseau ici mais ça vaut toujours la peine d'essayer. A la radio, ils disent que la tempête devrait s'arrêter dans la nuit alors autant prévenir pour qu'on ne s'inquiète pas pour toi. Enfin, si tu as des gens à prévenir, j'en sais trop rien...En attendant, sens toi comme chez toi le temps que tu restes !"

Joyeuse, je me redressais pour me promener dans le salon, ma main venant caresser une des bibliothèque d'un geste doux. Il fallait vraiment que j'envisage de les nettoyer, elles commencent à prendre la poussière. "Ce serait indiscret de te demander qu'est-ce que tu faisais dans les bois... ?" Marmonnais-je à son attention, avant de reprendre. "Je veux dire... Pardon si ça semble très bizarre ce que je vais dire mais je sens que... Je sens que tu as les épaules lourdes et je peux comprendre que la forêt soit un bon endroit pour se vider la tête, tu ne trouves pas ? Middy, tu gaffes beaucoup trop.



Mes comptes
Club RP :
Pension :
Soutient ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 04/01/2014
Messages : 2038

Région : Johto
Ven 21 Juil - 18:02

Angel Fall First



Elle ne voulait… Rien en retour ? Déstabilisé, tu tournes ton regard vers la fillette afin de déceler une trace de plaisanterie sur ses traits. En vain. Midley semble parfaitement sérieuse, complètement convaincue par ce qu’elle avance. Pour ta part, tu as du mal à y croire. Tu as du mal à croire que quelqu’un puisse agir par bonté d’âme, par conscience plutôt que par appât du gain. Après tout, le dénouement de ton unique acte d’héroïsme se résumait surtout à l’obtention d’une ronde somme d’argent pour tes services. Tu avais été généreusement gracier et c’était sans surprise que les motivations des quatre autres pions à tes côtés s’étaient révélées semblables à la tienne. L’homme était ainsi conçu : aucun acte de charité n’existait sans fatale redevance. Tu avais fini par assimiler cette information comme une fatalité, une règle universelle à laquelle personne n’échappait. Pas même la fratrie Buebell, dont la générosité était pourtant au-delà de l’imaginable.

Baissant légèrement les yeux afin de ne plus voir les siens, tu murmures un « merci » à peine audible. Tu crois fermement qu’elle changera bientôt son chapeau de bord, que ça ne durera pas. Qu’elle va te la faire à l’envers. Tu n’es plus capable de confiance. Le moindre instant de gratitude s’efface pour laisser place à la méfiance, à ce sentiment malsain qui demande à ce que tout homme ou femme sur terre n’agisse que par intérêt. C’est ainsi que tu as grandi, c’est avec cette mentalité que tu as été détruit et tu ne te vois pas restructurer ton esprit autrement. Tu es beaucoup trop craintif des résultats.

« Je comprends… Pardon si je l’ais vexée. » Ton estomac, qui criait pourtant famine avant ton évanouissement, ne demande plus qu’un peu de repos. Si l’image d’une bouteille de whisky se dessine toujours dans un coin de ton esprit, tu te sens malgré tout capable de la renvoyer dans l’oubli tant ton corps est en mal de vivre. Tu voudrais retirer la couverture sur tes épaules et te rendormir aussi bêtement que possible, mais tu ne peux pas. Ce serait impoli et même si l’insolence n’a jamais été un souci, tu crois malgré tout que le karma t’a suffisamment fait payer tes écarts de conduite. C’est bon maintenant, c’est terminé. Tu es un pantin, un être de bois et de porcelaine que l’on peut manipuler à sa guise sans qu’il ne s’y oppose. Tu n’as plus de volonté propre, ça n’appartient plus qu’au passé. « [color=#7494D0J’essaierai de la manger plus tard si tu le permets…[/color] » À une autre époque, tu aurais sans doute craché sur cette tarte avec la véhémence de tout un bataillon. Tu aurais sans doute rigolé à gorge déployée devant l’attitude du leveinard, abandonnant définitivement toute forme de respect qui soit, mais plus maintenant. Tu as fini par comprendre que tu n’étais pas mieux qu’eux. Que tu n’étais pas un être humain plus méritant ni plus glorieux que les pauvres que tu méprisais tant. Au contraire.

Regardant la jeune fille se relever, tu remarques alors un détail qui -par inexpérience- ne t’avait pas sauté aux yeux : elle avance à tâtons. Comme si elle ne connaissait pas son environnement ou pire… Qu’elle ne le voyait pas. Surpris, tu fixes un instant sa progression hasardeuse vers la cuisine puis ressert tes doigts sur la couverture. Tu as toujours eu cette aversion pour la différence, pour les handicaps. Ça ne s’explique pas, c’est viscéral. À une époque, les gens atteints d’une telle différence ne survivaient pas et la race humaine à la fois plus pure et plus forte… Accepter la faiblesse, c’était condamner l’humanité. Et tu étais bien placer pour en témoigner. Pour la millième fois au moins, tu soupires. Tu ne peux pas rester ici plus longtemps. C’est impensable. Ta dernière rencontre avec un imparfait de ce genre s’était suffisamment mal déroulée pour que l’expérience ne mérite pas d’être réitérée. Tu devais foutre le camp, la providence s’était déjà suffisamment moquée de toi.

Et ce n’était pas comme si le destin t’offrait une chance de réparer tes erreurs passées. Tu étais le maître d’orchestre qui avait harmonisé cette horrible rencontre avec le muet et tu considérais malgré tout ne rien avoir à te reprocher. Quelle mauvaise foi.

Tes yeux restent un instant accroché sur lui lorsqu’un riolu vient te porter des vêtements. Ils ne sont pas très glamour et tu regrettes vite fait tes vêtements habituels, mais tu ne dis rien. D’un hochement de tête, tu remercies distraitement le canidé puis étire le tshirt afin de mieux l’admirer. Ton nez se retrousse imperceptiblement. Tu es né dans la richesse et l’excès… Ce n’est ni un bien, ni un mal, mais tu as du mal à croire que tu vas t’abaisser à mettre de tels vêtements. La déprime ne justifie pas un habillement aussi relâché et l’envie de mourir n’est pas une excuse au manque de goût. Imperceptiblement, tes épaules se tendent puis, enfin, tu cèdes après de nombreuses secondes d’hésitation. Passant le chandail au-dessus de ta tête, tu tentes de te relever après coup pour mettre le jogging. Tes jambes, encore fragiles, semblent s’opposer à l’idée, mais finissent par céder devant ton entêtement. Quelle humiliation ce serait que de te voir, échoué sur le sol après avoir tenté de mettre un pantalon. Du peu d’amour propre qu’il te reste, tu t’opposes fermement à cette idée et tu forces tes jambes à rentrer sans faiblir dans les pattes du pantalon. Enfin, tu te rassois au moment pile où l’aveugle revient vers toi, tasse de thé à la main.

Attrapant la tasse, tu fixes un moment le contenu dans l’espoir d’y voir quelque chose d’anormal. Un peu trop d’eau, des granules d’origine inconnue, un peu de thé renversé sur l’assiette… Mais rien. Tout semble parfaitement en ordre et, naturellement, tu te dis que le goût rattrapera la perfection de la présentation. Inquiet, tu attends donc un peu avant de prendre une gorgée et te concentres plutôt sur la lumière faite par Midley. Tu étais soulagé d’apprendre que tu ne t’étais pas éloigné du Bois aux Chênes. Avec un peu de chance, peut-être qu’Eden ou Noah te retrouverait une fois la tempête calmée… Même si tu y croyais peu. Tu n’aurais qu’à te mettre à leur recherche lorsque tu en aurais la possibilité, puisque c’était la seule alternative qu’il te restait. « Je vois… Merci pour les indications. Tu n’aurais pas vu… Eu conscience d’un garçon et d’une fille ayant passé par ici plus tôt dans la journée ? » Tu ne perdais rien à demander. Poser la question n’était pas un crime et l’espoir, bien que maigre, faisait vivre.

Enfin. Façon de parler, bien évidemment.

« Le thé est pas mal. » prononces-tu d’instinct avant même d’y avoir trempé les lèvres. L’inquiétude de savoir que ton breuvage a été fait par une handicapée ne te quitte pas et, stupide comme tu es, tu te demandes si elle n’a pas inversé le sachet de thé avec du détergeant à vaisselle ou une autre connerie du genre. Tu n’insistes donc pas. Tu prendras forcément une gorgée, mais pas maintenant. Au lieu de quoi, tu te contentes de déglutir lorsqu’elle te présente sa main. Tu n’aimes pas ça. Prenant une grande inspiration pour calmer la panique qui menace de faire irruption, tu tends finalement la tienne du bout des doigts afin de minimiser le contact de vos peaux et de le rendre le plus bref possible. Heureusement, l’inconfort ne dure pas et votre attention est vite détournée lorsqu’une porte s’ouvre dans un glissement, laissant s’échappe un grahyena et un… goupix avec une drôle de tête. Si la première adresse tout juste un grondement à sa dresseuse lorsqu’elle la remercie, la deuxième, en contrepartie, s’approche de vous sans la moindre hésitation. Lidya donc. Jamais tu n’aurais imaginé donner des noms aussi humains aux espèces qui te secondaient… C’est une curieuse pratique dont l’origine t’échappe, mais que tu ne souhaites pas creuser davantage. À chaque homme ses mœurs et habitudes après tout… Tu n’es plus en état de faire entendre ta vérité absolue.

Déposant délicatement ta main sur la tête de la goupix blanche, tu secoues légèrement la tête lorsqu’elle te demande si la présence de tant de pokémon te dérange. « J’ai l’habitude… J’en ai quelques un également, même s’ils restent essentiellement dans leur pokéball. » Machinalement, tu tends un doigt vers le riolu prostré non loin. « J’avais un riolu comme le tien avant... Mais il a évolué. » Et il est devenu deux fois plus chiant qu’à l’origine. Mais ça tu te le gardes bien de le préciser. Tout comme tu n’évoques pas les relations conflictuelles que tu entretiens avec des Pokémon depuis le premier jour de ta déchéance. Conscient que leur métabolisme diminue grandement lorsqu’ils sont enfermés dans leur sphère bicolore, tu as décidé depuis le début de la fin que tu ne les en sortirais plus. Au moment de mettre un terme à ta vie, ni Melancholic, ni Alchemy, ni Millenario et encore moins Isanity n’avait pesé dans la balance. Elle est là la vérité : votre lien est faible, ridicule, inexistant. Ils sont la manifestation de ton échec, les témoins silencieux de ta bassesse. « D’ailleurs, tu n’aurais pas vu mes Pokéballs ? Elles étaient dans mes poches avant que je ne tombe… » Inconscient. Ta phrase meurt dans ta gorge et tu ne vois pas l’intérêt de la terminer. Tout a été clair. Tu es tombé inconscient, faible et misérable. Pourquoi enfoncer le couteau dans la plaie en relatant précisément les conditions de ce nouveau chapitre à ton déshonneur ? L’amour propre est mort et tu n’as pas besoin d’une preuve de plus pour le prouver.

« Pas la peine d’appeler qui que ce soit. De toute façon, je ne tarderai pas à partir… Personne ne m’attend. » Doucement, tes doigts se referment sur la cicatrice encore rosâtre sur ton poignet. Tu sais qu’elle sera toujours là, qu’elle fera partie de toi comme une tâche de naissance ou un témoin silencieux de ton passé. Elle est la preuve qu’ici-bas, personne ne se soucie que tu vives ou que tu meurs. Tu es condamné à vivre seul et mourir dans une solitude encore plus profonde. Voilà tout. Il n’y a nul besoin qu’elle s’embête ave ce genre de futilité ou qu’elle cherche à contacter quelqu’un qui lui rirait au visage tant ton existence est risible et sans importance. « Je marchais avec des copains… » Voilà tout. Tu marchais avec des copains qui n’en pouvaient plus de voir les bouteilles se succéder sans que tu ne te lèves ou n’ouvre les rideaux. Tu marchais avec des copains qui désespéraient de sentir l’odeur de l’alcool et l’ombre de la mort près de toi. Ils avaient essayé de bien faire, de créer un moment de bonheur dans ton cœur bien trop sombre, bien trop noir et voilà comment les choses s’étaient terminées. Tu aurais dû rester couché. Avec une bouteille de whisky, les problèmes étaient de courte durée au moins. « Il y avait un ruisseau et j’aime beaucoup l’eau… Donc je me suis approché. Et quand je me suis retourné, ils n’étaient plus là. » Tu étais semblable à l’eau. Semblable à un bocal d’eau comme ceux dans lesquels on enferme des magicarpe. Tu étais liberté et douceur confiné à tout jamais dans un petit contenant qui t’empêchait de vivre et de respirer. Tu n’avais jamais été un fleuve tranquille, une mer déchaînée ou un océan imprévisible… Non. Du début à la fin, tu n’avais rien été de plus qu’un bocal pitoyable si peu majestueux que les gens lui jetaient à peine un coup d’œil quand ils passaient près de lui. Pire, personne n’avait cherché non plus à ajouter de fausses petites algues décoratives dans le fond pour le rendre un peu moins moche. Et personne ne le nettoyait non plus. Il était complètement seul le bocal. Seul et délaissé. « Je n’aurais peut-être pas dû les chercher… » Un soupire.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 2379

Région : Johto
Sam 29 Juil - 19:26
Le compliment d'Ezekiel sur la qualité de mon thé m'arracha un doux sourire heureux et satisfait. Je sens comme une douce chaleur se répandre dans mon corps - sans doute du soulagement, me dis-je après coup. Il m'interrogea pour savoir si je n'avais pas vue passer deux autres promeneurs dans le coin, étant sans doute des connaissances à lui. Je ne pu m'empêcher de croire qu'il commençait à s'ouvrir un tout petit peu, ayant pris la peine de partager une information à son sujet avec moi autre que son nom.
Retraçant mon parcours journalier mentalement, je finis par secouer négativement la tête, affichant une moue déçue : "J'aurais voulu t'aider mais il y a très beau de passage ici, la pension est très isolée par rapport à la route principale et il est rare qu'on passe par ici si on ne connait pas l'existence de ce terrain. C'est principalement pour ça que je l'ai choisi mais du coup, non, je n'ai pas entendu parler de deux autres promeneurs par ici, désolée..."

Le bruissement d'une chaise attira mon attention et la patte de Riolu caressa mon bras gauche avec douceur. Il m'avait apporté une chaise, bien sûr... Le connaissant, je crois que comme Kira, je ne m'étonnais plus de leurs attitudes et actions à présent. On devenait fusionnels de jour en jour, à mon plus grand bonheur. Je pouvais simplement fermer les yeux et savoir qui faisait quoi dans la maison à n'importe quel instant. Je pouvais sentir dans leurs gestes leurs attitudes ce qu'ils souhaitaient me dire. Et en l’occurrence, Tybalt me disait quelque chose comme "Ne reste pas assise par terre."
Je suis bien évidement son impérieuse bienveillance pour me trouver assise sur une chaise à côté du canapé, contente d'être peut-être plus facilement face à face avec mon interlocuteur, bien que je prenais la peine de ne pas être complètement de face. Il est parfois plus simple pour certaines personnes de me parler de profil, mes yeux les mettant mal à l'aise. Au moins, mes pokemons, eux, n'étaient pas source de malaise chez le dresseur en face de moi - enfin, je suppose Dresseur s'il a des pokemons. Il pourrait bien être coordinateur mais... Je ne sais pas, son côté "éteint" me pousse à ne pas l'imaginer resplendissant sur une scène au milieu de mille et uns spot de lumière. Après, qui suis-je bien sûr pour juger ? Enthousiaste, je me penche en avant lorsqu'il parle de l'évolution de son Riolu, curieuse.

" Vraiment ? Il a évolué comment ? Je veux dire, ça s'est passé comment ? Pendant un combat ou simplement un matin comme ça ? Je me suis renseignée mais je n'ai pas trouvé beaucoup d'informations sur l'évolution des pokemons et... Par exemple, ma Ptiravi a évolué du jour au lendemain sans que je n'ai le temps de dire ouf ! Je le peignais et elle s'est transformée en Leveinard entre mes mains, j'étais très surprise !"

Lorsqu'il évoqua ses pokeball, je sursautais presque sur ma chaise, me redressant d'un bond - et manquant bien sûr, comme d'habitude, de me ramasser la tête la première sur le parquet du chalet.
" Oui, bien sûr, tes pokeballs ! Je les ai mise dans un petit panier, sur la table de la cuisine pour ne pas les perdre" me marmonnais-je à moi-même tout en marchant en direction de la dite table, prenant la coupelle entre mes mains avant de revenir à ma place initiale. "Elles étaient dans les poches de ton pantalon, je me suis dit que tes pokemons n'apprécieraient pas de passer dans une machine à laver. C'est une expérience comme une autre mais bon !" Fis-je avec humour, m'asseyant à nouveau sur ma petite chaise.

Je remarquais qu'Ezekiel avait vraiment le don pour ternir l'ambiance et l'humeur. Son côté éteint commençait sérieusement à... Je ne sais pas, me donner de l'urticaire ? Au moins, il avait des amis. Des amis qu'il avait perdu, certes. Mais des amis quand même. Pour ce genre de personnes, c'est important, non ? Mes amis en tout cas compte vraiment beaucoup pour moi et... Il faut vraiment que j'arrête de me comparer à lui, sinon ça va mal finir pour moi cette histoire.
Par réflexe, je ferme les yeux et prend une courte inspiration, ne perdant pas pour autant mon sourire joyeux que je me plais à arborer face à cette personne qui se trouve sur mon canapé. Même si je ne pourrais même pas le voir, j'espérais au moins... Je ne sais pas, faire un geste ? Quelque chose ? Pourquoi me sentais-je irrémédiablement obligée de voir les autres sourire et être heureux ? C'est leur vie après tout, ça ne me concerne pas, bien évidemment. Mais au delà de ça, ne puis-je pas essayer ?
Sans même m'en rendre compte, je finis par marmonner tranquillement : "Quand la tempête sera calmé, si tu veux rester un peu, il y a un étang juste sous le pommier... Si tu aimes bien l'eau, ça devrait te plaire.
Je rouvris les yeux, levant mes deux mains pour les plaquer contre mes joues : "Qu'est-ce que je raconte moi encore ?" riais-je maladroitement, avant de reprendre, plus ferme. "Je suis certaine que tes amis s'inquiètent pour toi ! Et tu as bien fait de les chercher, ça prouve qu'ils comptent pour toi ! On ne cherche pas des personnes qui n'ont pas d'importance, voyons ! Je suis certaine qu'ils sont morts de trouille et qu'ils se demandent où tu es."

Résolue, je sors mon téléphone de ma poche, faisant défiler mes contacts jusqu'à tomber sur le contact que ma synthèse vocale intitula à voix haute "Monsieur Robbs", le directeur du centre pokemon d'Ecorcia. On s'était croisé après mon aménagement et il m'avait pas mal conseillé et orienté lorsque je lui avais parlé de mon projet de pension après tout. S'il y avait quelqu'un pour être au courant, c'était bien lui. De peur qu'Ezekiel m'empêche de passer le coup de fil que je prévoyais bel et bien de passer, qu'importe son avis, je me levais et m'éclipsais dans le fond du salon, dos à lui. La première tonalité retentit, puis la seconde. Enfin il décroche :
" Monsieur Robbs ? C'est Midley ! Vous m'entendez ? Oui... La tempête aide pas ! Oui, voilà, est-ce que par hasard vous avez un avis de recherche pour un homme perdu dans la forêt ? Oui ! Posé par deux personnes ? Ah, ils sont avec vous ?! C'est super ! Vous pouvez leur dire qu'il va bien, il est chez moi ! Oui, oui bien sûr, passez les moi. Oui, je comprends qu'ils s'inquiètent, oui... Bougez pas!"

Je me retournais spontanément en direction d'Ezekiel, tout sourire : "Ezekiel, c'est tes amis aux téléphones, ils veulent te parler ! Je t'avais dis qu'ils allaient être inquiet ! Il n'y a pas personne qui t'attend, c'est quoi cette idée farfelue !"



Mes comptes
Club RP :
Pension :
Soutient ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 04/01/2014
Messages : 2038

Région : Johto
Sam 5 Aoû - 14:33

Angel Fall First



Tu étais perdu au beau de nulle part avec pour seule assurance les paroles d’une aveugle qui n’avait jamais admiré de ses yeux vus son environnement. C’était bien le pied ça. L’espoir de quitter cet endroit s’envolait au rythme des battements d’elle d’un ninjask au profit d’une douce renonciation qui t’enveloppait peu à peu. Tu avais perdu goût au combat. La flamme s’était éteinte et il ne restait plus de toi qu’une carcasse vide en mal de vivre. Tu ne savais rien faire de plus que de subir sans riposter, comme si toute ta vie était rythmée par un abandon désolant et pitoyable. Et le pire demeurait malgré tous les instants d’inconfort où tu devais t’embarrasser de la présence de tes semblables... Tu ne voulais pas t’exposer dans un tel état. Même si l’hypocrisie atteignait son paroxysme, tu souhaitais des gens qu’ils gardent une vision noble et condescendante de toi. L’image d’un Ezekiel stupide et désagréable, mais plus glorieux qu’il ne le sera jamais plus. Si tu pouvais continuer d’inspirer la haine ou le respect dans l’esprit de quelques idiots ayant croisé ta route à une autre époque, alors tu considèrerais que, peut-être, tu n’avais pas tout perdu.

Sauf qu’à continuer de voir la lumière du jour, le mythe s’effrite et les gens ne reconnaissent plus la personne que tu étais autrefois.

« C’était au cours d’un combat. » Un combat des plus ridicules qui plus est. À ce souvenir, un soupire de honte franchit tes lèvres. Parler de ton équipe n’est pas une source d’humiliation potentielle, mais expliquer les facteurs entourant l’évolution d’Isanity est une tout autre chose. Cet instant absolument ridicule pendant lequel tu croyais que ton Pokémon avait baigner dans des matières radioactives n’est pas l’instant le plus glorieux de ta carrière de coordinateur. Comment un fils de ducs au château de combat avait-il pu oublier le concept d’évolution ? Si tes parents t’avaient vu, tu aurais sans doute jeté le déshonneur sur ta famille en entier. « Je ne suis pas vraiment un expert Pokémon, mais certaines espèces ont des conditions d’évolution particulières. Par exemple, certains évoluent en gagnant de la puissance, comme le galeking de ma mère, alors que d’autres sont censés évoluer lorsqu’ils se sentent parfaitement épanouis… mais ce n’est pas une science exacte. » Autrement, Isanity serait toujours un riolu. Tu ne pouvais pas croire une seule seconde que ton premier partenaire ait pu être un jour suffisamment heureux pour se transformer de la sorte. Au contraire, chaque matin, tu t’attendais à le voir revenir à son précédent stade. Votre relation, même si elle avait connu un pic ascendant lors de votre combat contre Blanche, était loin d’être parfaite. Les erreurs commises étaient toujours saillantes et la maladresse des réconciliations vous mettait des bâtons dans les roues.

Heureusement, ce n’était pas comme ça avec tous les autres. Récupérant tes pokéballs avec une sorte de détachement, tu les dénombres rapidement : Isanity, Alchemy, Melancholic, Marshall… Tu avais délibérément laissé Voltage, Agony et Millenario à l’hôtel, le compte était donc bon. Un hochement de tête soulagé s’initie de lui-même avant que tu ne les déposes sur tes genoux. « Je ne crois pas qu’ils auraient apprécié… Certains sont incroyablement susceptibles. » dis-tu avec une légère touche d’humour dans la voix. C’est loin d’être aussi naturel que la légèreté dont l’handicapée te gratifie, mais c’est toujours mieux que rien non ? Tu as conscience d’être lourd. L’aura que tu dégages doit être aussi pesante que la veille d’un orage et ton humeur sans cesse en déclinaison doit donner envie aux gens d’alléger tes souffrances. Une balle entre les deux yeux serait amplement suffisante. Malgré tout, tu fais un effort. Un effort de circonstance pour que ton hôte ne soit pas fatigué de t’accueillir sous son toit et qu’elle ne se mette pas désespérément à la recherche d’une solution pour te mettre dehors.

Au bout d’un moment à rassembler ton courage, tu lèves enfin la tasse vers tes lèvres pour goûter le liquide verdâtre. Surprise est un euphémisme. Étonné par la saveur juste à point du thé, tu écarquilles légèrement les yeux puis esquisse un sourire éteint. Tu as jugé trop rapidement, une fois de plus. Même si tes craintes n’étaient pas totalement infondées, ta condescendance naturelle t’a poussé à croire qu’être handicapé empêchait aux malheureux de réaliser les tâches un peu plus complexes du quotidien. C’est tout toi ça. Manifestement, la chute n’a pas suffi pour te remettre les idées en place. « Avec plaisir. La question va te sembler bizarre… Mais l’étang est-il assez grand pour accueillir un Milobellus ? » C’est un premier pas. Quelque chose qui naît inexplicablement et qui tente de colmater les fissures entre toi et tes Pokémon. Tu ne saurais l’expliquer. Peut-être est-ce la présence de Midley qui, en dépit du dégoût que son handicap t’inspire, te tranquillise suffisamment pour vouloir faire profiter du cadre apparemment féérique des lieux à tes Pokémon ? Tu ne sais pas. Tu ne le comprends pas. Tu te sens juste coupé du monde, comme si tu avais été enfermé dans une bulle extérieure à la terre que tu foules. Mais ça, tu te gardes bien de l’exprimer.

Lorsqu’elle se met à parler de tes amis, tu ne peux t’empêcher de rigoler sombrement. « J’en dou- » mais elle ne te laisse pas le temps de terminer ta phrase qu’elle s’empare de son téléphone pour contacter un Monsieur Robbs que tu ne connais pas. Étonné, tu fronces légèrement les sourcils puis admire en silence les faits et gestes de ton homologue féminine. Tu ne sais pas ce qu’elle a derrière la tête. À moins que tu ne le saches, mais que tu n’aies pas le cœur à t’interposer entre elle et le combiné. Tout autour de toi, ses Pokémon vous fixent d’un œil tantôt mauvais, tantôt protecteur et tu n’as pas envie de soulever une armée contre toi. Tu n’es pas dans ton territoire ici, mais le sien. Te lever pour lui prendre le combiné et l’empêcher de se mêler de tes affaires n’est pas ton idée la plus intelligente et tu le sais. Tu n’as as envie de te causer plus de problèmes que tu n’en as déjà. « Ce n’est pas la peine, je les retrouverai bien. » Mais elle ne t’écoute déjà plus. Le téléphone à la main, elle se lance dans un monologue parfaitement clair qui ne manque pas de te donner des frissons dans le dos. Tu ne veux pas qu’ils sachent. Tu ne veux pas qu’ils aient pitié de toi ou qu’ils te prennent la tête pour ta maladresse. Et, surtout, tu ne veux pas que ce monsieur, ce Robbs, sache à quel point tu es pitoyable. Le regard des autres n’a plus la moindre valeur, mais ton existence est encore meilleure lorsqu’elle est ignorée.

« … Merci. » Soupires-tu au moment où elle te tend le portable. Tu ne sais pas quoi dire d’autre. Lui reprocher son manque de respect de ton intimité serait une perte de temps et, de toute manière, Noah et Eden n’attendront pas éternellement au bout de la ligne. « Oui all… » tu t’arrêtes momentanément de parler en entendant les cris de soulagement de la fratrie directement dans ton oreille. « Oui, c’est moi. Je sais, je suis désolé… Je vais bien, vous n’avez pas besoin de vous inquiéter. J’ai été maladroit, c’est ma faute… Je vais venir vous rejoindre au Centre Pokémon quand la tempête sera calmée, promis. Non, non, ce n’est pas la peine de venir me chercher ici, je ne perdrai pas davantage de temps. » Tu as l’impression qu’ils monologuent. De l’autre côté du fil, le frère et la sœur poussent un soupir de soulagement puis raccrochent enfin le combiné. De ton côté, tu tends d’instinct le téléphone à sa propriétaire. « Euh je... Merci je suppose. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 2379

Région : Johto
Sam 5 Aoû - 15:11
Je rêve ou j'avais bel et bien entendu une touche d'humour dans la voix d'Ezekiel ? Sans vraiment m'en rendre compte, je pu sentir dans ma poitrine une vague de chaleur se propager dans ma poitrine et mon cœur louper un battement. J'avais réussi... D'une certaine manière, non ? J'étais parvenue à le faire se sentir "bien" quelques secondes, quelques secondes qui avaient suffit pour qu'il puisse être à l'aise, se détendre et essayer, imperceptiblement, de tenter de rire ?
C'était un soulagement - non, plus... Une récompense. La meilleure récompense que j'aurais pu avoir de cette après-midi ! Je devais sourire comme une abruti, c'est certain ! Peut-être ne regardai-il pas, ou peut être regardait-il mais laissait ce phénomène sur ma naturelle bonne humeur ? Le léger claquement de langue de Tybalt me tira de ma rêverie. Il avait bien deviné, lui, ce que j'en pensais. Et il n'avait pas perdu une goutte du récit d'Ezekiel sur l'évolution de son partenaire non plus. Je me demande à quoi il pouvait bien penser de tout ça, d'ailleurs...
Tybalt était loin d'être malheureux mais n'avait pour autant pas évoluer malgré toutes les années qui ne avons passé l'un à côté de l'autre... Je devrais peut-être téléphoner à Nikholas pour avoir un peu plus d'information. Il était scientifique après tout, il pourrait bien avoir des réponses auxquelles je n'ai pas encore eu le loisir de réfléchir.

Avec entrain, j'allais répondre à la question d'Ezekiel lorsque mon cerveau tiqua : un Milobélus ?! C'était le pokemon le plus "beau" au monde il parait ! Enfin, il parait parce que ça reste très subjectif mais la plupart des représentants de cette espèces semblent d'une grâce et d'une splendeur renversante ! Il était d'ailleurs commun d'en retrouver énormément dans les concours de Coordination, bien qu'ils soient aussi apte au combat. Je me demande d'ailleurs si un Maître de l'Elite n'en aurait pas un dans son équipe, par hasard...
Les yeux pleins d'étoiles, je m'humectais les lèvres : "Oui, bien sûr ! Enfin, les tailles ne sont pas mon fort mais de mémoire, il est assez profond et large pour accueillir un Milobélus je pense!"
J'ajoutais, un peu plus incertaine : "Question étrange pour une autre mais... Est-ce que je pourrais le... Toucher ? Je n'ai jamais encore eu l'occasion de rencontrer un Milobélus et il parait qu'ils sont magnifiques... Je suis curieuse."
Ce n'était sans doute pas une découverte pour lui mais je me sentais obligée de le préciser, de me justifier de mes agissements un peu hors normes conditionnés par ma condition d'handicapée. A défaut de voir avec les yeux, je voyais avec les mains, c'est spécial mais qui sont les autres pour me juger, après tout ?

Il pris le téléphone de mes mains, à mon grand soulagement : j'aurais vraiment fait la tête s'il avait refusé de but en blanc. A ce niveau-là, ça n'aurait pas été la faute de ses amis mais uniquement la sienne s'il se retrouvait abandonné. Aussitôt cette pensée prononcée, je la regrettais aussitôt. Je sais ce que c'est de vouloir être seul parfois, je sais aussi ce que ça fait de se faire abandonner. Au moins, Ezekiel semblait encore avoir sa mère : il en parlait au présent. Il avait des amis, une famille sur qui compter, quelque part. Pour moi, qui ne m'était fait des amis que depuis peu, et qui n'avait retrouvé son Oncle qu'après trois ans de vie solitaire à aller de centre pokemon en centre pokemon jusqu'à trouver le courage de réellement me lancer dans la coordination... Je ne pouvais pas jouir d'un tel luxe. Je ne pouvais pas me permettre de faire comme lui, de m'enfermer et de dépérir sur mon sort. J'avais préféré prendre les devants sur la vie, lui sourire et s'il ne me le rend pas, c'est pas grave... Je ne pourrais de toute manière pas le voir.
L'oreille tendue sur la conversation de mon invité, l'autre guette le temps à l'extérieur et Soren m'adresse un petit mot, comme pour me signifier que nous étions d'accord l'un comme l'autre : la tempête se calmait dehors, et l’électricité dans l'air avec.

Lorsqu'il eut terminé, je tendis la main pour que ça soit plus simple pour lui comme pour moi, le refermant avant de le glisser dans ma poche arrière : "De rien, c'est normal ! Tu vois ? Je t'avais dit qu'ils seraient contents d'avoir de tes nouvelles. Ils avaient l'air très gentils au téléphone en tout cas..."
L'alarme de la machine à laver attira mon attention, signalant que les vêtements d'Ezekiel étaient lavé et sec - la joie d'avoir une machine qui fait à la fois le nettoyage et le séchage, merci beaucoup tonton pour cette fois ! "On dirait que tu vas bientôt pouvoir les rejoindre, tes vêtements sont secs et la tempête semble se calmer dehors..."
Faisant demi-tour, je me dirigeais vers la porte de la cave, l'entrouvrant avant de descendre jusqu'à la buanderie pour prendre la bannette de linge, la remplir et remonter avec un peu plus de difficulté. C'est que c'est lourd quand même ! Je posais la bannette sur la table basse, laissant Ezekiel reprendre ses affaires avant d'indiquer : "Il y a une chambre d'ami là-haut si tu veux pour te changer, seconde porte à droite. Sinon, il y a la salle de bain juste avant si tu as besoin, fait comme chez toi."
Il risquait de tomber sur mes affaires qui traînent partout mais je doute que mes livres sur les pokemons en braille ou mes disques l'intéressent vraiment d'un autre côté. Ah, par contre ma peluche Evoli... Bon, tant pis ! Je n'ai que 17 ans, j'ai encore le droit d'être gamine sur les bords. Puis je pourrais toujours prétexter qu'elle appartient à Lidya.

" J'imagine que tu as hâte de partir..." Avais-je finis par prononcer à voix haute, mes mots dépassant ma pensée. Je me sentis rougir avant de bafouiller à la va-vite : "Ce-Ce n'est pas un mal, bien au contraire ! Je suis certaine qu'il y a plein de choses qui t'attendent dehors, c'est logique, haha-ah..."
J'aurais vraiment mérité de me face-palm, pour le coup... Vraiment Midley, à quoi tu penses parfois ?
C'est difficile à avouer mais on se sent tellement seul parfois... Puis Ezekiel a ce truc, ce petit machin qui fait que j'ai du mal à le laisser s'en aller. Peut-être parce que je crois qu'on se ressemble, sans doute le plus injustement du monde. Peut-être parce que j'espère qu'on passe un bon moment et que j'aimerais qu'il s'en souvienne. Peut-être parce qu'égoïstement, je ne veux pas n'être qu'un "passage" sur son chemin. Parce que moi-même, dans un être qui semble aussi vide que mes yeux, j'ai envie d'exister, rien qu'un peu... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 04/01/2014
Messages : 2038

Région : Johto
Mar 19 Déc - 22:14

Angel Fall First



Questionner une personne aveugle sur la taille d’un objet était un réflexe de la plus haute stupidité. Et pourtant, tu n’avais pas pu en faire autrement. Un regard vers la fenêtre, au cœur d’une telle tempête, n’avait pas été suffisant pour te permettre de visualiser grossièrement la grandeur de l’étang et la question était vite devenue une nécessité. C’était maladroit et irrespectueux, mais la jeune fille ne sembla pas s’offusquer pour autant. Tu avais la certitude qu’un jour, quelqu’un t’avait expliqué l’importance de traiter les personnes atteintes d’un handicap comme n’importe quel autre être humain. Contourner volontairement certaines questions ou expressions pour éviter l’inconfort d’une mauvaise tournure de phrase ne risquait que d’aggraver les choses. À cette époque, tu t’étais moqué ouvertement de ce conseil sous prétexte que les personnes ayant une limitation fonctionnelle n’étaient pas normaux, mais peut-être était-ce simplement un mécanisme de défense pour cacher ta peur de la différence. Tu n’avais pas été quelqu’un de bien… Que ce soit envers tes homologues humains ou tes égaux Pokémon, le respect avait toujours été une valeur manquante à ton éducation. Même si tu tentais aujourd’hui de te rattraper pour tout le mal que tu avais commis et pour toutes les erreurs que tu avais faites, tu savais que le chemin serait long et laborieux avant que tu puisses de nouveau regarder Alchemy ou Isanity dans les yeux. La liste de tes péchés était interminable.

« Euh… Oui, bien sûr. Je suis certain que ça lui ferait très plaisir. Alchemy est très tactile… » Supposes-tu, non sans une pointe d’hésitation dans le creux de la gorge. Tu ne connais pas ta milobellus. Toute la fierté superficielle d’avoir obtenu un si beau Pokémon s’était envolée en éclats lors de votre face à face au Mont Couronné. Ton Pokémon ne t’aimait pas. Il t’avait fallu être plaqué contre un arbre dans la plus grande des violences pour que tu en prennes conscience, mais Alchemy nourrissait plus de rancune que d’affection à ton égard. Tu ne pouvais pas lui en vouloir… Tu avais été absolument odieux avec elle. Tu l’avais acheté à un marchant ambulant parce qu’il prétendait que l’œuf en sa possession contenait un Pokémon d’une incroyable rareté, mais la réalité t’avait désarçonné. Voir ce petit poisson brun naître de ton investissement avait été un coup dur. Et depuis, tu n’avais jamais cessé de la détester davantage. Tu l’avais ridiculisée, maltraitée, sous-estimée… Jusqu’à ce que tu comprennes qu’on ne t’avait pas menti. Alchemy était un Pokémon bien plus beau et méritant que toi. L’éclat des milobellus n’était plus à prouver et ton adorable ne faisait pas exception. Elle méritait un meilleur dresseur, quelqu’un à la hauteur de tout son potentiel… Et pourtant, l’abandonner n’était plus une option. Avec un peu de chance, peut-être parviendrais-tu à gagner son pardon. À nouer un lien qui n’avait jamais existé. Comme avec Isanity.

Parler à Noah et Eden avait été un énorme soulagement. Tu n’avais pas pensé qu’entendre leur voix et l’apaisement qui animait leur être te serait serait aussi bénéfique… Tu n’avais jamais été rien d’autre qu’un poids lourd pour eux après tout. Depuis qu’ils t’avaient sorti de l’hôpital, le frère et la sœur se démenaient pour te redonner goût à la vie et te faire ouvrir les yeux sur la beauté de ce monde. Ensemble, ils injectaient un peu de couleurs dans le gris de ton existence. Ils peignaient en rose, orange ou bleu chaque petit instant de clarté. Tu leur devais beaucoup. Pour cette raison, tu avais l’impression qu’un monde sans toi serait plus facile à apprécier. Pour l’instant, ils te tiraient vers le haut. Un peu. Mais qu’arriverait-il lorsque ce serait à toi de les faire chuter dans le vide ? Si tu avais le choix, tu souhaiterais disparaître avant que cette fatalité de nous frappe. « Ils sont géniaux. » confirmes-tu en fixant ton hôte. C’était une enfant et, pourtant, son positivisme la rendait plus mature que bien des adultes. D’égal à égal, tu parvenais presque à oublier qu’elle était handicapée. Midley était sympathique. Et une fois de plus, tu ne comprenais pas pourquoi Arceus avait posé un tel ange sur ton chemin.

Tu ne saisirais que beaucoup plus tard que si tu n’étais pas mort cette journée-là, c’était que quelqu’un, là-haut, souhaitait que tu vives. L’enfer ne t’avait répudié, au contraire. Ton heure n’était simplement pas sonnée.

Regardant la violette se lever pour disparaître dans la cave, tu te laisses surprendre à la plus grande contemplation. Si tu avais pensé que le lieu de vie d’une personne malvoyante était plat et sans personnalité, tu t’étais trompé. Les lieux respiraient l’essence même de l’adolescente. Tu n’eus toutefois pas le loisir de t’attarder plus longuement puisque la jeune fille revint rapidement avec la bannette. « Je te remercie pour les vêtements... » Toutefois, tu restas sceptique devant son invitation à aller dans la chambre d’ami ou dans la salle de bain. Si elle était aveugle, alors la nudité de quelqu’un ne devrait pas être un problème pour elle… Si ? Peut-être pensait-elle à ton confort avant le sien. Les normes sociales avaient décrété un jour que se changer devant un parfait inconnu était quelque chose de moyennement acceptable et agréable. Même si tu n’avais pas honte de ton corps, certaines parties de ton éducation n’avaient pas entièrement disparues. « La salle de bain fera amplement l’affaire… » prononças-tu à voix haute pour lui signaler tes plans. En temps normal, tu te serais contenté de prendre tes affaires puis d’avancer vers la pièce, mais cette situation n’avait rien de normal.

Te relevant péniblement, tu jettes un coup d’œil à la cicatrice qui brille à ton poignet puis tu soupires doucement avant de t’avancer vers l’étage. Arrivé à destination, tu ne prends pas la peine de fermer entièrement la porte : quoi qu’en disent les normes, Midley ne peut pas te voir. Cherchant machinalement une glace dans laquelle admirer le désastre, tu sens presque le soulagement naître de ne pas en trouver. Au lieu de quoi, des livres, des peluches et autres pièces du bordel viennent compléter le décor. Péniblement, tu te composes un sourire attendrit. L’aveugle est une enfant. Tu n’avais pas côtoyé de gens de cette tranche d’âge depuis longtemps et tu constates désormais à quel point le monde est différent à cette étape. L’entrée dans l’âge adulte donne le sentiment de pouvoir soulever des montagnes. Qu’est-ce qu’on se sent fort avant que ne vienne la désillusion.

« Je ne tarderai pas oui… » Parler de hâte est un grand mot. Revoir Eden et Noah sera un réconfort, mais le monde extérieur n’a rien à t’offrir. Cette parenthèse, dans toute sa simplicité, a au moins le mérite d’éveiller quelque chose en toi. Une sorte de compréhension plus accrue de ton environnement, de cette différence qui te rebutait. Tu n’es pas prêt à partir. Tu as promis à Midley qu’elle pourrait toucher Alchemy et tu ne comptes pas te soustraire à ta promesse… Pour une fois.

Dis-moi, Ezy, que serait-il arrivé si, une fois auparavant, tu avais été capable de respecter ta parole ?

Tu avais toujours brisé tes promesses et, cette fois, tu ne voulais pas partir avec les espoirs de quelqu’un, aussi petits soient-ils. Tu voulais voir cet étang. Tu voulais te donner l’illusion d’être une personne… bien ? Le mot était grand et lourd de conséquence. Ta formulation était imparfaite, mais tu ne te voyais pas dire les choses autrement. « Mais avant de partir, j’aimerais vraiment voir cet étang… Maintenant que la tempête s’est calmée comme tu dis… » Tu parlais fort pour être certain que, malgré la distance, elle puisse t’entendre correctement. Sans pour autant crier, ta voix atteignait un volume qu’elle n’avait pas connu depuis le début de la fin. Tu avais du mal à concevoir que les sons qui sortaient de ta bouche étaient vraiment les tiens.

Mais si tu savais une chose : si, une fois auparavant, tu avais été capable te tenir une promesse, alors Nathanael serait sans doute toujours là.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 2379

Région : Johto
Dim 31 Déc - 11:03
Ezekiel prit ses vêtements dans la bannette, s'éclipsant en direction de l'étage. Le bruit de ses pas dans l'escalier capta mon attention pendant quelques longues secondes, alors que je me penchais moi-même vers le canapé pour en retirer les couvertures et les replier avec l'aide de Charly et de Soren, Tybalt pour sa part s'éloignant, ses griffes grattant sur le sol. Sans doute montait-il en direction de l'étage pour garder un œil sur l'invité du jour, suspicieux. Je peux comprendre sa crainte mais quand on y regarde de plus prêt, Ezekiel ne semble pas dangereux, bien au contraire. Tellement fragile qu'il pourrait se casser en deux sous un coup de vent. Je me demande qu'est-ce qui peut rendre une personne comme ça. Je veux dire, je suis peut-être un peu trop candide sur certaines choses mais... Comment peut-on en arriver à une telle mélancolie ? Une telle souffrance ? Il a perdu quelqu'un ? Lui-même ?
En tout cas, le coup de téléphone semble l'avoir soulagé un petit peu, l'ambiance et l'aura autour de lui semble un peu plus calme, apaisée même. Un sourire satisfait pointe naturellement sur le bout de mes lèvres, alors que je pose le linge dans la bannette vide, la confiant ensuite à Charly pour qu'elle la porte en bas - je m'occuperais de la mettre dans la machine plus tard, lorsque mon invité sera parti rejoindre ses amis et que j'aurais un peu plus de ressources mentales à allouer à autre chose que mes propres réflexions personnelles.
Depuis l'étage, le rescapé prit quand même la peine de répondre à ma maladresse, signifiant son désir évident de reprendre la route et de rejoindre ceux qui l'attendent. Quittant le salon, je montais à mon tour, rejoignant ma chambre et passant assez rapidement devant la salle de bain pour éviter de le mettre mal à l'aise. Après tout, même si je ne peux pas voir, je reste une présence qui peut être gênante d'une quelconque façon. Plongeant mes mains dans mes tiroirs, j'en tirais un pull un peu plus chaud que mon simple haut à manche longue, le passant rapidement tout en m'assurant qu'il se trouvait dans le bon sens - ce serait quand même comique qu'il me voit avec des vêtements à l'envers. Même complètement ridicule. Levant les yeux en ciel, je fermais ma commode, prête à dire au revoir et à proposer de l'accompagner sur le chemin de boue jusqu'à Ecorcia. Grahyéna pouvait me guider sur l'allée comme le retour, cela me permettrait aussi de prendre un petit peu l'air.
Passant une main dans mes cheveux, je pouvais sentir ces derniers en train de friser à cause de l'humidité dans l'air. Un soupire triste quitta mes lèvres, alors que je fermais la porte de la chambre, entendant une nouvelle fois la voix d'Ezekiel, me signifiant qu'il souhaiterait rester un peu plus longtemps au chalet, histoire de voir l'étang...
Intérieurement, la joie fut instantanée. Il restait... Cela veut dire qu'il passe un bon moment alors ? Que mes efforts ne sont pas inutiles ? Un peu mal à l'aise, je toquais doucement à la porte, sentant alors que cette dernière semblait battre dans le vide... Il n'avait pas fermé la porte ? Me sentant naturellement rougir, je finis par bafouiller : "Désolée, je viens juste prendre ma brosse à cheveux..." marmonnais-je, passant ma main contre le mur tut en prenant garde à bien m'y coller pour ne pas riquer de lui rentrer dedans, trouvant rapidement l'évier et la fameuse brosse pour ma tignasse. "Voilà, je l'ai!" clamais-je fièrement, dévorée par le malaise, prenant presque es jambes à mon cou pour quitter la pièce et le laisser tranquille. Au mieux, il était déjà habillé quand j'étais rentrée. Et au pire... Il ne l'était pas. La chaleur me monta un peu plus aux joues, alors que je fermais la porte, ajoutant une fois le battant en bois entre la pièce et le couloir fermé : "Je t'attend en bas ou dehors! Il y a des bottes dans l'entrée, sers toi!"
Je descendis les marches à la va-vite, prenant quand même garde à ne pas me vautrer complètement dans les escaliers. Dans le salon, je me passais rapidement un coup de brosse dans les cheveux, histoire qu'ils ressemblent à quelque chose et ne me donnent pas un air de Couafarel. Brosse posée sur la commode de l'entrée - je sais que Charly finira bien par la rangée - j'enfile mon manteau et mes bottes en caoutchouc, passant le pas de la porte pour retrouver l'air du dehors : l'odeur de la terre humide, des chênes, de la mousse et des champignons... Soren émit un couinement dans mon dos, le sommant de l'attendre avant de sortir, histoire qu'il m'accompagne pendant que Tybalt continu de surveiller le jeune homme encore dans la maison. Il tendit la patte pour me prendre la main, marchant à ma hauteur tandis que je me dirigeais à droite de la maison, au niveau de l'étang. Le niveau d'eau a du augmenter car le Lainergie me stoppe plus tôt que je ne le pensais, m'indiquant un danger quelconque.
Suivant ses indications, je m'arrêtais donc là, m'étirant longuement vers le haut, profitant de la sensation de fraîcheur sur mon visage, des petites gouttelettes tombant encore des feuilles du pommier au dessus de ma tête. Passant une main pour chasser les gouttelettes, j'attendais tranquillement qu'Ezekiel me rejoigne et me présente Alchemy, curieuse. Mon visage pointa vers le petit laineux à mes côtés, mes réflexions dépassant mes simples pensées. "Tu sais, Soren... Je me demande comment on peut être aussi triste... Et souffrir autant. Parfois, je ne comprends pas les autres, ou leur peine... Je veux dire, il y a tellement de bonnes choses dans la vie, ça me rend toujours un peu triste de voir que des personnes semblent ne jamais y avoir eu droit... Assez pour vouloir arrêter de vivre... Tu crois que j'ai pu faire quelque chose, toi ?" La cicatrice que j'avais effleuré, la sensation glaçante que j'avais senti sous mes doigts et dans mon dos au même instant. Je déglutis naturellement, secouant la tête de droite à gauche sous le grondement de Soren. Je lui souris : "T'inquiète pas, je déprime pas. Je me pose juste des questions, c'est tout..." Je pris une longue inspiration, retournant à ma contemplation sensorielle silencieuse. Le chant des pokemons. Les quelques rayons du soleil qui caressent péniblement ma peau à travers un ciel que j'imagine nuageux et gris. Une nouvelle goutte qui glisse contre mon front. Je soupire. Cet endroit est si reposant...



Mes comptes
Club RP :
Pension :
Soutient ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 04/01/2014
Messages : 2038

Région : Johto
Dim 31 Déc - 16:01

Angel Fall First



Tu viens tout juste d’entreprendre de la fermeture des boutons de ta chemise lorsque tu vois Midley s’approcher pour toquer à la porte. Surpris, tu la fixes un instant alors que les connexions s’engagent dans son cerveau : il n’y a rien entre elle et toi. Convaincu qu’elle ne pouvait pas te voir et qu’elle n’avait aucune raison de te rendre visite avant que tu n’ais finis de te préparer, tu n’avais pas cru bon de t’enfermer pour une chemise et un pantalon. Ici, personne ne pouvait voir ton corps efflanqué ou les autres marques de ton passé… Le tableau n’était pas beau, certes, mais sans spectateur pour le contempler, à quoi bon le cacher ? Malheureusement, la jeune fille devant toi ne semble pas l’entendre de cette oreille. Manifestement troublée, son visage s’empourpre sans plus attendre alors qu’elle se met à bafouiller les raisons de cette intrusion involontaire. « Pas de souci. » Midley était chez elle après tout. C’était toi l’étranger, toi qui n’avait rien à faire dans cette salle de bain. Te décalant pour ne pas la gêner, tu ne peux t’empêcher d’être légèrement amusé par les efforts qu’elle met pour se faire petite.

Midley était pleine de vie. Malgré sa différence, elle demeurait malgré tout bien plus agréable à côtoyer que nombre de gens, ne serait-ce que parce qu’elle renvoyait le sentiment irréaliste que rien ne pouvait l’atteindre. Tu supposais que naître désavantagé par le destin devait rendre les gens un peu plus forts… Après tout, tu avais toujours eu la vie ridiculement facile. Tu étais né dans un milieu aisé, avec tous tes sens, tous tes membres et même une jolie gueule à en revendre. Tu avais grandi sur la richesse de parents ayant cédé à tous tes caprices de gamin à condition que tu sois bien sage et tu n’avais jamais rien accompli de toi-même. À bien y repenser, ce n’était pas surprenant que tu te sois écroulé à la première épreuve… Pour le reste, mieux valait ne pas en parler. Tu avais peut-être été un homme ignoble entre le jour de ta naissance et celui de ta mort, mais avais-tu vraiment mérité un châtiment aussi atroce ? Eden et Noah s’acharnaient à dire que non, mais tu étais bien moins convaincu qu’eux.

La regardant refermer la porte derrière elle, tu sens naître sur ton visage l’ombre d’un rictus. « J’arrive, ce ne sera pas long. » Tu voulais voir cet étang. Pas pour toi, mais pour elle. Tu avais déjà vu des dizaines voire des centaines de cours d’eau dans ta vie et tu savais que celui-ci ne changerait pas le sens de ton existence… Mais la personne avec qui tu y allais le ferait sans doute. Toute ta vie, tu avais jugé et condamné la différence parce que tu n’arrivais pas à la comprendre. Lire dans les pensées d’une personne sourde, aveugle ou muette était presqu’impossible et ça t’avait toujours effrayé. Longtemps, tu avais même nourri la certitude que ces personnes ne pensaient pas de la même manière que toi et que leur handicap les rendait un peu moins humaines… Qu’est-ce que tu pouvais être con. Et le pire, c’est qu’il avait fallu que tu tombes de très haut pour en prendre conscience…

Entendant la porte claquer en bas, tu reprises un grand coup avant d’ouvrir le robinet de l’évier juste sous tes yeux. Ta chemise avait mal survécu aux derniers événements, mais les quelques déchirures qui la parsemaient ici et à ne te dérangeait pas outre mesure. Depuis le début de ta chute, tu ne te souciais plus de ton apparence avec la même intensité qu’autrefois. Que tes vêtements soient beaux ou laids, bien rafistolés ou déchirés, esthétiques ou hideux… Quelle importance ? Dans tous les cas, ce n’est pas eux qui sauveraient ton âme. Quelques morceaux manquants à une chemise blanche ne bouleverseraient pas ta vie. Sous tes doigts, l’eau commence à refroidir dangereusement lorsque tu décides enfin de te pencher pour t’asperger le visage. Tu espérais ainsi pouvoir te réveiller un peu et sortir de l’état contemplatif dans lequel ce réveil irréaliste t’avait plongé. Bientôt, tu irais rejoindre Midley et, bientôt, tu reverrais Alchemy pour la première fois depuis le ciel noir… Étais-tu vraiment préparé ?

Sans réfléchir davantage, tu refermes le robinet d’une main tremblante puis te précipites au premier étage sous le regard attentif du riolu de ton hôte. Le voir te fait penser à Isanity dont la Pokéball repose dans ta poche. Et si tu lui permettais de profiter du moment ? Sans t’en rendre comptes, tes doigts viennent tâter maladroitement les sphères dans ta poche alors que les battements de ton cœur accélèrent imperceptiblement. Votre combat contre Blanche vous avait permis de vous rapprocher… La championne t’avait bien fait comprendre que le lien entre toi et tes Pokémon était important si tu souhaitais gagner, mais, depuis, tu n’avais pas fait le moindre pas dans cette direction. Et s’il était temps de tenter quelque chose ? Rassemblant les restes flétris de ton courage, tu saisis la pokéball puis appuis sur le bouton central sans prendre le temps de pousser ta réflexion plus loin. Dans un halo lumineux blanc apparait enfin cet ami qui n’en est pas vraiment un. « Hey… » Sans se presser, le loup se tourne dans ta direction pour te fixer de ses yeux rouges. Tu ne sais pas comment réagir. À quand remonte votre dernière rencontre ? Est-il en colère que tu l’ais laissé se faner sans même t’assurer de son état ? Venant d’Isanity, tu crains le pire. « Il y a un lac derrière la maison… Je comptais y amener Alchemy et je me disais que tu aimerais peut-être le voir toi aussi. » Jamais encore tu ne t’étais adressé à ton Pokémon de cette manière. Tu ne t’étais jamais soucié de ses besoins ou de ses désirs, de ce qui le rendrait heureux ou ce qui, a contraire, le rendait profondément triste. Tu ne le connaissais pas. Vous n’étiez qu’étranger l’un à l’autre et cette vérité te chagrinait un peu.

Sans attendre de réponse de sa part, tu attrapes une paire de bottes que tu t’empresses d’enfiler puis tu ouvres la porte de la maison pour te diriger vers l’extérieur. Tu ne tardes pas à percevoir Midley non loin ainsi que l’étang dont elle parlait. La scène est presque jolie. Revoir un peu de nature au travers tout le bitume auquel tu as été habitué est agréable… Ça te donne envie de mettre les voiles. De partir loin de Rosalia, de tes responsabilités ou de cette famille qui te déteste tant. À défaut de pouvoir mourir, peut-être pourrais-tu disparaître dans le creux d'une forêt ? « J’espère que je ne t’ai pas fait attendre trop longtemps… » Tu ne sais pas combien de minutes se sont écroulées depuis qu’elle est sortie, mais tu espères ne pas t’être laissé désirer trop longtemps. « Je te présente Isanity, mon Lucario. » Que ce soit par curiosité ou par non-choix, le Pokémon avait décidé de te suivre. Ce n’est pas toi qui allait t’en plaindre… S’il y avait encore quelque chose à sauver entre vous eux, c’était maintenant ou jamais. « C’est un bel étang… Je suis convaincu qu’Alchemy y sera très bien. » Tu n’attendais qu’un signe de la propriétaire pour la laisser enfin sortir de sa prison sphérique.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 2379

Région : Johto
Jeu 4 Jan - 20:35
Je passe le dos de ma main sur mon visage, chassant les gouttes qui venait de s'y glisser d'un geste hâtif et maladroit. Il faut que je me concentre ! Et surtout ne pas m'apitoyer. Ni sur son sort, ni sur le mien, ni sur celui de personne. Il y a toujours une bonne raison de sourire, une bonne raison de rire, de vivre, de se dire que demain sera un jour meilleur. Il y a plein de raison pour se le dire, et plein de raison d'y croire, rien qu'un tout petit peu. Alors je prend une longue inspiration, j'ouvre les yeux, les bras, m'étirant une nouvelle fois, chassant mes idées sombres d'un coup de vent. Attrapant la patte de Soren avec hésitation, je le tirais un peu vers moi, souriante, tournant alors douceur pour que ni lui ni moi ne perdions l'équilibre. Ce serait dommage de tomber maintenant.
Mes bottes émettaient un son spongieux, embrassant boue et herbe mélangée sous mes semelles dans ma petite ronde puérile et enfantine. Etrangement, j'aurais presque cru entendre de la musique, sur ces quelques pas de danse improvisés. Une salle de bal, des cordes et un piano... Voilà qui aurait été bien plus féerique. Mais c'est dans les contes de fée, tout ça. Pas dans un cœur d'une forêt perdue loin de la vie et de l'agitation d'un quotidien. Un lieu intemporel, et magique à sa manière.
Perdue dans mon propre imaginaire, je ne sentis pas de suite la présence d'Ezekiel à côté, sa voix me ramenant brutalement à la réalité. Surprise, je manquais de trébucher, me rattrapant sans aucune finesse, chancelant sur mes deux pieds. Soren émit un couinement comique, lui aussi semblant avoir été sur le point de rencontrer le sol avec moi. Tybalt signala sa présence par un grondement, ses pas se rapprochant à vive allure avant que je ne sente ses pattes se poser proche de mes hanches, m'aidant à me stabiliser. Cela devait être un spectacle plutôt comique et en même temps étrange pour mon invité mais sur le coup, ce en fut pas ma première pensée.
Je me sentis rougir, remerciant Tybalt à voix basse avant de redresser la tête, me pinçant les lèvres : "Oh, non, non, ne t'inquiète pas ! Comme tu peux le voir, je m'occupais... Désolée pour le spectacle peu gracieux, j'ai souvent tendance à m'emmêler les pieds alors essayer de danser, même si j'aime bien ça, c'est limite dangereux !" Je ris avec autodérision, joignant mes mains dans mon dos par réflexe tout en me balançant d'avant en arrière, un moyen de me rassurer, en quelque sorte.
Ezekiel me présenta son Lucario, ce dernier portant le nom d'Insanity... Etrange comme nom mais qui suis-je pour juger les goûts du dresseur après tout ? Je libère mes mains, souriant grandement en levant la droite pour saluer le pokemon que je devine proche de la voix qui l'a annoncé : Enchanté Insanity ! Je suis Midley Stanford. Et voici Tybalt et Soren, mes pokemons. Tyb n'a pas encore évolué, contrairement à toi, mais j'espère que ce jour viendra... Je peux te toucher ? Je suis curieuse de découvrir de nouveaux pokemons plutôt qu'écouter les "on dit"... Enfin, si Ezekiel est d'accord aussi bien sûr !" Dans mon empressement, j'avais fini par uniquement m'adresser au pokemon et non plus à son dresseur. Jouant avec mes doigts devant moi, je tournais la tête à droite et à gauche, espérant dissimuler au mieux mon malaise - sans grand succès je dois dire.

"J'espère moi aussi qu'il sera à son goût !" fis-je savoir au dresseur, ne sachant pas vraiment que dire après ma trop grande excitation de tout à l'heure. J'aime tant les pokemons que mon enthousiasme est naturel, je ne le contrôle pas tout le temps et, malheureusement pour moi, j'ai l’impression d'aller trop loin à chaque fois. Comme en parlant avec Insanity et oubliant la présence de l'humain à ses côtés. Un maigre soupire quitte mes lèvres, déprimée par mon propre comportement. "Désolée si je passe un peu pour quelqu'un de bizarre, je dois te donner une étrange impression, non ? Parler comme ça à ses pokemons, ce genre de choses... Je sais que ça ne se fait pas trop mais ça me rassure beaucoup et j'avoue que ça trompe aussi un peu la solitude... J'ai jamais vraiment appris à rester en compagnie des êtres humains..." J'haussais les épaules, un maigre sourire s'étirant malgré tout sur mes lèvres. Sincèrement, j'avais vécu avec Tybalt à la maison pendant 17 ans, sans aller à l'école. Sans être au contact avec d'autres que ma mère et mon oncle. Il faut croire que j'aurais toujours cette mauvaise habitude ancrée en moi. Celle de davantage me sentir proche des pokemons que des Hommes.



Mes comptes
Club RP :
Pension :
Soutient ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 04/01/2014
Messages : 2038

Région : Johto
Sam 6 Jan - 4:07

Angel Fall First



Tu n’avais jamais été très proche de tes Pokémon. Ta bonne entente avec Isanity remontait à il y a peu et on ne pouvait toujours pas dire que vous étiez les meilleurs amis du monde. Au mieux, il y avait entre vous une sorte de respect mutuel un peu fragile cent fois mieux que ce qui vous unissait auparavant, mais sans plus. Jusqu’à aujourd’hui, tu avais toujours considéré tes équipiers comme les pions qui te mèneraient au sommet, mais c’était sans doute la façon la plus égoïste de les voir. Tu en avais payé le prix cher au Mont Couronné lorsqu’Alchemy s’était retournée contre toi. Elle avait toujours été la pièce maîtresse de ton équipe et tu ne lui avais pas rendu l’honneur qu’elle t’avait fait en restant près de toi. Toutes les insultes encaissées lorsqu’elle n’était qu’un pauvre petit barpau avaient eu raison de la chimie qu’il y aurait pu avoir entre vous. Tu avais beaucoup à te faire pardonner, autant par elle que par les autres. En y repensant, parfois, tu te demandais si tu rachèterais un centième de tes péchés si tu les libérais… Après tout, tu n’avais jamais pensé à eux lorsque tu étais au plus bas et tu les avais volontairement laissé pourrir dans leur Pokéball sans la moindre considération. Tu avais été une personne horrible pour eux et ils méritaient certainement un meilleur dresseur… Mais à chaque fois que tu faisais un pas dans cette direction, dans l’idée de les libérer de tes chaînes, tu te dégonflais.

Tu ne savais pas pourquoi.
Peut-être parce qu’il y avait des jours comme aujourd’hui… Des jours où tu rencontrais des gens qui te donnaient envie de réparer les pots cassés plutôt que de tout abandonner.

Voir la violette esquisser quelques pas de danse t’avait surpris. Pour un esprit étriqué comme le tien, la scène paraissait irréaliste. Presque féérique. Tu avais toujours cru avec fermeté qu’un handicape de cette ampleur empêchait les invalides d’apprivoiser le monde de la même façon que vous… Qu’ils ne pouvaient ni avoir les mêmes envies, ni les mêmes rêves, ni les mêmes interactions au quotidien. Mais plus le temps passait, plus tu te faisais à l’idée que Midley n’était qu’une adolescente ordinaire. Être aveugle ne semblait pas être un frein à ses désirs et la voir interagir avec son environnement éveillait en toi une fascination respectueuse. Tu regrettais presque de ne pas avoir observé en silence, profitant simplement de l’étrange spectacle avant de ne tout gâcher. Évidemment, lorsqu’elle avait trébuché, tu t’étais naturellement étiré pour la rattraper, mais tu avais vite pris conscience de l’inutilité de ton geste. Non seulement elle était plus débrouillarde, mais elle avait également de bien meilleurs réflexes que toi. Tu parraissait ridicule à côté d’elle. « Ce n’est rien, ne t’en fait pas. Au contraire, j’étais exactement comme toi quand j’ai commencé… » Cette époque semblait remonter à la nuit des temps tant le chemin parcouru avait été important. Dans la haute, danser était une obligation à laquelle personne n’échappait. Quel genre de duc pouvait se présenter à une soirée mondaine sans connaître quelques pas ? Marcher sur les pieds des autres invités et ridiculiser toute sa famille dans la foulée était une erreur quasi irréparable. Et comme tu avais toujours connu le dégoût des femmes, tu avais même appris à danser en laissant le plus de distance possible entre ta partenaire et toi. C’était la façon de faire la plus impersonnelle du monde, mais aussi la plus sécuritaire quand on te connaissait bien. Avec les hommes, c’était une toute autre histoire.

Se ressaisissant, la gamine efface rapidement le léger inconfort qui virevolte dans l’air en s’adressant directement à Isanity. En toute honnêteté, qu’elle lui parle directement à lui plutôt qu’à toi ne te causait aucun inconfort. Au château de combat dans lequel tes parents exerçaient, c’était une pratique assez courante… Eux-mêmes maintenaient d’excellentes relations avec leurs Pokémon afin d’augmenter leur performance lors des matchs. Quelqu’un t’avait dit un jour que la clé du succès, c’était la complicité qui unissait un Pokémon et son dresseur. La synergie qu’elle appelait ça… Pour avoir admirer les résultats de tes propres yeux, tu n’avais plus aucune carte en main désormais pour la contredire. « Ce n’est pas à moi d’en décider, il est assez grand pour prendre ses propres décisions. » La relation entre toi et ton Lucario ressemblait davantage à un soupçon d’amour dans un océan de dédain, mais il n’en était rien. Vous étiez juste ainsi, incapables de discuter de manière civilisée et ce depuis le premier jour.

Cessant de te regarder, le loup se retourne alors en direction de l’aveugle. Tu sais que tu n’as pas besoin de lui dire quoique ce soit… Il sait déjà tout ce qu’il y a à savoir. « Allez-y. » sa voix résonne dans la tête de Midley comme si elle greffée à ses pensées. Tu as toujours détesté cette sensation, peut-être parce que tu craignais qu’il puisse directement fouiller les tréfonds de ton âme… Ta tête n’était pas un endroit accueillant et tu ne voulais pas que quiconque y ait accès. Mais ça, ce n’était pas le problème de ta nouvelle… connaissance. Conciliant, Isanity penche légèrement sa tête en direction de la gamine afin qu’elle puisse le toucher à sa guise alors que tu te désintéresses complètement d’eux pour t’avancer vers l’étang. Il est un peu plus gros que tu ne l’imaginais et ce n’est pas pour te déplaire. Avec ses six mètres de grandeur, Alchemy avait besoin de beaucoup de place pour s’épanouir pleinement. Enfin, c’était une pure déduction logique puisque tu ne le connaissais pas du tout. « Tu fais bien. L’Être Humain n’est pas digne de confiance… » Si tu avais une raison de trouver ta bienfaitrice étrange, c’était parce qu’elle était aveugle, pas parce qu’elle communiquait avec les Pokémon. Tu te souvenais avoir été un peu comme elle à une époque… À ce moment de ta vie où tu n’avais pas complètement oublié l’existence d’Insane, ta tyrannocif. Ton tout premier Pokémon. « J’ai grandi dans un milieu avec beaucoup de Pokémon et mes parents te ressemblent un peu… Je crois qu’ils s’entendent mieux avec eux qu’avec leurs enfants. » Ça ne te dérangeait pas du tout. Après tout, c’était toi le mouton noir des Fitzgerald. Le seul qui ne faisait pas les choses comme les autres. Le seul qui sentait le besoin de crier noir lorsque tout le monde murmurait blanc. Toi et tes parents n’étiez peut-être tout simplement pas destinés à être proches.

Faisant rouler la Pokéball d’Alchemy entre tes doigts, tu respires un bon coup avant de libérer le serpent aquatique de sa prison sphérique. Votre dernière rencontre remontait au Mont Couronné… Avait-elle prit goût à cette violence, à cette haine ? Trop craintif pour affronter son regard, tu fermes d’instinct les yeux. Le coup fera moins mal si tu ne le vois pas arriver. Il te prendra par surprise, mais tu n’auras pas le temps d’avoir peur. Du moins, c’est ce que tu crois avec fermeté jusqu’à comprendre que ça ne viendra pas. Réouvrant doucement les yeux pour admirer ta Milobellus, tu t’étonnes de son calme herculéen. Son regard jongle discrètement entre toi, Isanity, Midley et tous ses Pokémon. Tu te demandes si elle est surprise de toute cette attention. Dans tous les cas, qu’elle le soit ou pas, elle ne le démontre pas. « Salut Alchemy… Je te présente Midley. Elle n’a encore jamais rencontré de Milobellus et elle était curieuse de te toucher… Donc sois sympa tu veux ? » C’est maladroit. Tu ne sais pas comment t’adresser à elle. Tu sais néanmoins qu’elle ne te contredira pas. Alchemy est obéissante. Elle te hait, mais elle sait que tu es son dresseur, le premier être humain qu’elle a vu et qu’elle doit te respecter.

Te penchant vers l’étang pour ne pas admirer la rencontre entre ta belle et l’adolescente, tu fixes un instant l’eau miroitante. Tu ne sais pas pourquoi, mais à cet instant, tes pensées reviennent naturellement vers l’étrange scène à laquelle tu as assisté en arrivant. Midley avait-elle déjà réellement danser ou tentait-elle seulement de se faire une image mentale de ce que ça pouvait être ? La réponse t’intrigue. Tu ne sais pas pourquoi tu accordes autant d’attention à un détail aussi insignifiant, mais tu as le sentiment au fond de toi que tu peux peut-être faire quelque chose de bien aujourd’hui. Si tu peux racheter un peu tes fautes passées avant de rejoindre l’autre côté… Peut-être que l’enfer sera un peu plus clément. À cette idée, un sourire désabusé se dessine sur tes lèvres alors que tu te redresses pour te tourner en direction de l’adolescente. « Tu veux danser … avec moi ? » Évidemment, tu tentes d’oublier le caractère aléatoire de cette question sortie de nulle part. Peut-être aurais-tu dû faire une mise en contexte avant… Mais les mots étaient sortis tel que tu les pensais, sans filtre et sans explication. Tu ne savais pas si c’était vraiment important pour elle, mais tu te devais de le lui proposer…

De toute évidence, tu devais te sentir particulièrement honteux de ton comportement passé pour agir ainsi malgré ton envie pressante de te jeter dans l’étang.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Johto

C-GEAR
Inscrit le : 23/05/2017
Messages : 2379

Région : Johto
Ven 12 Jan - 19:06
J'ignorais qu'Ezekiel était danseur jusque là mais le fait de l'apprendre me mit d'autant plus mal à l'aise. Quand on sait danser, voir quelqu'un s'agiter vaguement et prétendre qu'il s'agit de pas de danse doit être assez déroutant, voir même frustrant. Il parait que la danse est un art du corps, un art vraiment particulier tout en grâce et en élégance. En raffinement. En tout cas pour la danse classique ! Il parait qu'il existe tellement de style de danser dans le monde qu'il serait impossible de tous les connaître. Et j'avoue que la seule danse que je connais - mes quelque pas maladroits - me suffisent humblement. Pourquoi chercher plus quand on peut se contenter de ce qu'on a, dans sa petite limite limite de confort ? Au moins, je ne suis pas tombée dans le lac, avec mes pirouettes, c'est déjà la meilleure nouvelle de la journée ! "J'ignorais que tu savais danser !" Logique, nous n'en avons pas réellement discuté. "J'ai encore beaucoup de progrès à faire!" déclarais-je avec embarras, bien consciente que progrès voulait dire barrière un peu impossible à franchir pour moi. Malgré tous mes efforts, je sais qu'il y a des choses que je ne pourrais jamais faire. Parce que je ne le peux pas. Parce que mes limites ont été défini depuis ma naissance et que je ne peux pas aller contre ma nature. Je peux toujours lui rire au nez et faire mon maximum, il y aura toujours des moments où je reviendrais sur terre, à ma propre condition. Celle d'une aveugle ne pouvant pas soulever des montagnes ou tout simplement admirer les étoiles comme le reste du monde.
Je m'efforçais de retrouver le sourire lorsque je sentis la voix du Lucario résonner dans mon crâne. C'était la première fois et un frisson, à la fois d'excitation et en même temps d’appréhension, me traversa de part et d'autre. Tendant les mains avec enthousiasme, je laissais mes doigts rencontrer le poil épais du bipède lupin, caressant dans un premier temps la fourrure de son poitrail avant de sentir le froid de l'acier. Une sorte de... Pic ? Curieuse, je continuais de l'explorer malgré les quelques grondements de Tybalt que je devinais désapprobateur. "Désolée...Il est facilement jaloux..." marmonnais-je mentalement au pokemon psychique en face de moi, me rendant compte subitement que je pouvais me permettre ce genre de dialogue silencieux! Transportée par ma découverte, j'ajoutais avec une légère angoisse : "Je... Si on peut parler comme ça, tu peux sentir ce que je ressens ? Je... Je voudrais savoir quoi faire pour aider ton dresseur... Il semble tellement souffrir, je n'arrive pas à comprendre mais toi, peut-être..." Je me pinçais les lèvres. Je sais que ça ne me regarde pas vraiment mais... Je me demande si le fait qu'on se soit rencontré soit réellement un hasard, tu comprends ce que je veux dire...?"
Je "parlais" tout en continuant mon observation, la voix d'Ezekiel me coupant brutalement dans mes pensées. Mon attention revint au monde extérieur à ma bulle, recomposant les derniers mots envoyés au vent. Ne pas faire confiance aux humains ? "Parce qu'ils t'ont blessé ?" demandais-je, mes mots dépassant brutalement ma pensée. Je priais pour qu'il n'ait pas entendu mes paroles, me reculant rapidement d'Insanity pour ne pas l'importunité plus longtemps, le remerciant à mi-voix et avec empressement.
Je fus surprise que mon invité évoque soudainement ses parents. Il en parlait avec une distance dans la voix qui me semblait particulièrement grande, comme s'ils semblaient loin de lui. Des problèmes avec sa famille peut-être ? Je... "Tu sais, les parents font toujours de leur mieux, je suppose..." Je fis beaucoup d'effort pour ne pas penser à ma mère sur le coup et éveiller des sentiments en moi que je ne voulais pas voir ressortir maintenant. Ils n'étaient pas nécessaire et j'ai fais mon deuil. Ne pas laisser ma mine s'assombrir, ne pas laisser ma mine s'assombrir, ne pas...

Le dresseur à mes côtés semblent appuyer sur un pokeball, son déclic caractéristique intriguant de suite mon ouïe.Et mes pensées par la même occasion. Au moins, je pensais à présent à autre chose. Le bruit d'un faisceau et le remue de l'eau m'indique qu'n pokemon est sorti de sa pokeball, et pas n'importe lequel... Sans doute la Milobellus dont il m'avait parlé. L'excitation remonta dans ma poitrine alors que je m'efforçais de faire face à l'étang comme possible, Tybalt grimpant subitement sur mon épaule, comme un réflexe de survie. Le pokemon semble suffisamment en imposer en tout cas pour le rapprocher de moi à ce point. Il y a comme un instant de flottement, mon être attendant qu'Ezekiel fasse les présentations comme précédemment avec Insanity. Sauf qu'elles ne viennent pas, ce qui me semble pour le moins... Étrange ?
Mais finalement, le silence et le malaise se brise, la voix du dresseur m'annonçant à la belle créature, avec quelques injonctions au passage. Affichant mon plus beau sourire, je finis par retrouver tout mon courage, le laissant sortir dans ma voix avec naturel : "Enchanté Alchemy ! Je suis un peu désolée, il parait que tu es le plus beau pokemon du monde et je ne peux pas vraiment en profiter avec mes yeux... En tout cas, tu sembles ravissantes !" Le compliment valait bien ce qu'il valait d'une aveugle à un pokemon en beauté. Mais comment dire... C'est une sensation. Un sentiment. Elle semble vraiment "belle" dans son âme, dans sa tranquillité. Elle dégageait quelque chose...
Tendant avec appréhension les mains, je lui demandais silencieusement si elle accepterait ou non mon contact, souhaitant lui laisser ce choix et désirant demeurer le moins intrusive possible.

Attendant une réponse de la part de la créature aquatique, je fus surprise par la question d'Ezekiel, me sentant rougir sur tout le visage. C'était complètement impromptue et je ne m'y attendais pas. Je ramenais mes bras à moi, bafouillant quelque chose maladroitement avant de me rendre compte que le malheureux ne comprendrait sans doute pas un mot de ce que je pourrais dire dans cet état. Prenant une longue inspiration, je finis par plaquer mes mains sur mes joues pour me calmer, finissant par soupire ensuite, l'air gênée : "Ce serait avec plaisir Ezekiel mais... Mais j'ai peur pour tes pieds, je ne voudrais pas te blesser ou risquer de nous faire tomber tous les deux... Manquerait plus que tu te casses quelque chose à cause de moi !" Je me sens rire, voulant cacher mon embarras. En vérité, la proposition me tentait plus qu'autre chose et... Ce n'est pas une occasion que je peux avoir tous les jours.
Trouvant l'idée amusante, je plies légèrement les genoux, mimant avec mes doigts comme si je soulevais légèrement le bas d'une robe imaginaire, avant de déclamer avec un ton volontairement pompeux : "Après, si tu te sens l'âme de sacrifier tes pieds... Je serais heureuse que tu m'accordes cette danse !" ris-je avec maladresse, me rendant compte que ça sonnait un peu mieux dans ma tête qu'à l'oral.


Cadeau ! C’est qu'un œuf pour l'instant mais voilà pour toi ! 8D Et il connait la CR Charme
Je te le donnerais en RP à notre prochain RP mais au moins, tu peux le mettre sur ta t-card et le faire éclore ! 8D



Mes comptes
Club RP :
Pension :
Soutient ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 2) Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» I'm falling in ur arms, like an angel fall from the sky. - Alice & Rosario
» Let the Sky fall on you • Heaven Angel [VALIDE]
» « why do we fall ? » ◊ ANGEL.
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» Blaue Angel

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Ecorcia :: Bois aux Chênes-