AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Détour à Floraville


avatar
Dresseur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1732

Région : Kalos
Mar 6 Juin 2017 - 11:45
Utilisation transport - la navette bleue -500ps à retirer, merci (l)-

Floraville. Connais pas. Première fois que je mets les pieds ici, mais pas la première que je viens dans la région. J'y avais déjà fait un court séjour pour l'examen des rangers mais n'était pas revenue depuis. Aujourd'hui pourtant j'ai pris les transports assez tôt depuis Illumis pour arriver en début d'après-midi à une pension récemment ouverte dans le coin.

Après avoir confié deux de mes compagnons à un éleveur de Johto il y a quelques temps j'ai voulu retenter l'expérience. Satisfaite d'avoir vu mes pokemons s'épanouir d'une manière très différente j'ai envie de recommencer, convaincue que se séparer un temps peut être bénéfique. Dans le cas de mon jeune Evoli, ce sera plus que sain. Il est encore fort jeune et pour ma part je viens tout juste de débuter ma carrière de ranger : j'ai beau l'emmener avec moi j'ai peur de le déprimer si je ne peux jamais faire appel à lui. Il semble apprécier les combats mais je ne peux pour l'instant pas lui offrir ce qu'il souhaite. J'ai bien essayé de l'entraîner avec mes pokemons les plus récents et moins entraînés mais il ne semble pas du tout apprécier le collectif et exige ainsi toute mon attention. Que je lui aurai volontiers donné s'il avait été le seul dont je doive m'occuper. Malheureusement pour lui ce n'est pas le cas et il semble avoir toutes les difficultés à comprendre.

Il a fallu d'ailleurs négocier ardemment ce court séjour chez un éleveur. Il a d'abord eu peur d'être abandonné jusqu'à ce que mon Goinfrex et mon Feunnec ne le rassurent. Ensuite il a cru que je voulais de lui uniquement pour sa puissance ; quand il a capté lors d'une de mes récentes missions qu'il risquait la peau de ses fesses à chaque coup qui manquait de jus, il finit par comprendre qu'il avait réellement besoin d'un peu d'entraînement pour me suivre partout et que mon affection ne dépendait nullement de ses capacités.

C'est donc dans la joie et la bonne humeur que le petit m'accompagne alors que nous traversons Floraville en direction des prés et pâturages cernant la ville. J'adore le fait que tout soit bien vert ici. Entre Emmanuel de Castin et ce monsieur Finnegan c'est une chance de tomber sur des pensions incrustées dans d'aussi jolis cadres. Le temps de remonter un chemin de terre et de tomber sur la bâtisse en question ; la pierre, l'espace, l'endroit ne permettent pas le doute, aussi je sonne et entre finalement pour me présenter au comptoir.

Nous avions pris rdv au préalable mais je n'avais jamais vu qu'une rapide présentation et description disponible sur le site internet. J'étais curieuse de rencontrer le second éleveur que j'allais voir dans ma vie : la coïncidence de tomber sur un homme une deuxième fois me faisait sourire.

Hrp:
 


    adhérences etc:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 2758

Région : Sinnoh
Dim 2 Juil 2017 - 23:39
Je ne crois pas qu'une journée puisse aussi mal commencer. Honnêtement. J'ai dû prendre trois douches, parce qu'à chaque fois que je tente quelque chose, la Coudlangue qui m'a été confiée m'entoure de sa langue baveuse. Alors c'est sûr que ça part d'une bonne intention, que c'est un geste rempli d'affection, sauf que ce n'est pas hygiénique. D'autant plus qu'une cliente doit venir aujourd'hui. Alors il est hors de question de se ramener dégoulinant de substance douteuse. Ce sont les risques du métier, c'est certain, et je ne le vis pas si mal que ça de me faire enduire de la sorte, mais c'est ce que je dis, cela ne dépend pas que de moi.Surtout que nous progressons, et ce de manière significative. C'est juste qu'aujourd'hui, elle a décidé de ne pas travailler, et je n'en tirerai absolument rien. Je me suis contenté de passer à autre chose, je ne peux pas compromettre cette journée.

Mais si ça ne s'était arrêter qu'à là, ça aurait pu le faire. Cela aurait été trop beau. Sappho semblerait s'être foulée la cheville. Et cela m'inquiète. Je crois qu'elle force beaucoup trop pour me prouver qu'elle est au niveau pour les concours. Je ne sais pas si elle se sent menacée par tous ces nouveaux arrivants qui se lancent sur les planches, ou qui projettent de participer à des concours. Ce n'est pas ce que je veux pour les Pokémon qui ont décidé de m'accompagner. Ce n'est vraiment pas ce que je veux. Il ne faut pas qu'elle se sente mise sur la touche, elle reste une de mes valeurs sûres. Il va falloir que je m'occupe d'elle, de la soigner et de la forcer à prendre du repos. Je dois la rassurer sur tout cela.

Et puis il y a eu le coup de fil, celui de Régis, m'annonçant que son passage à la pension sera retardée de quelques semaines. Il doit m'aider à cerner mes défauts, mes pertes de temps, mes mauvaises manipulations. Il y a plein de détails qui ne demandent qu'à être améliorés. le système doit fonctionner à la perfection. Au-delà de ça, ce sera l'occasion de lui montrer qu'avec le surcroît d'activité ici il est nécessaire d'avoir une deuxième personne pour m'aider. Je tiens d'ailleurs à ce qu'il soit partie prenante de la sélection de cet employé. Parce qu'il ne pourra pas me le refuser, je le sais. Et comme cela reste sa pension, je me contrefiche de l'aspect économique de tout ça. Ce n'est pas ce qui me permet de m'approprier les lieux, je suis catégorique.

Spyros : Tu ferais mieux de venir. Et vite. Une femme est là et la petite court après la Skitty.

Je dois m'arrêter dans ce que je suis en train, de faire. On verra un peu plus tard pour les préparations des repas. Il n'y a pas d'urgence à cela. On remet tout bien à sa place dans le réfrigérateur, pour éviter de perdre quelque chose si jamais cela vient à s'éterniser. Et de la cuisine, je n'ai plus qu'à remonter le couloir, sans me prendre les pieds entre mes Pokémon qui sont là sans participer au travail de la pension et les Pokémon laissés en pension, sans compter les jouets que Maïa a tendance à semer. Je ne suis pas son père, j'ai encore du mal à sévir avec elle. Je n'ose pas vraiment. Mais ce n'est pas ce qui est important là. Je pousse du pied le jouet dans sa chambre et tire la porte vers moi. Si une visite s'improvise, je ne tiens pas à ce que la chambre totalement chaotique de Maïa ne soit pas exposée. J'arrive donc dans le hall.

Maïa : Leptia ! Reviens ici ! Alleeez ! Il faut que je te brosse !

C'est l'apocalypse. Comment faire bonne impression ! La Skitty vient de sauter sur le comptoir, trop haut pour la jeune fille. Elle peste, mais je n'ai pas à corriger son langage. C'est déjà ça. Parce ça m'aurait achevé auprès de la cliente. Définitivement. Une fillette avec un langage vulgaire, c'est la porte ouverte à toutes les négligences, au non respect, à la mise en doute de l'éducation en ses lieux et donc de mes capacités d'éleveur. Ce genre de fausse note n'est pas permis. Définitivement. Je profite du fait que la Skitty passe à ma portée pour l'attraper et la remettre à sa jeune dresseuse.

Moi : Allez, file t'occuper d'elle dans ta chambre !

Je vois la crinière châtain disparaître et partir par là où j'étais venu. Je n'ai plus qu'à m'occuper, enfin, de la cliente devant moi. De gêne, je passe une main dans me cheveux et me racle légèrement la gorge. Ce n'est pas évident de rebondir après un pareil épisode, surtout qu'elle a dû en voir bien plus que moi. Entre le moment où mon Riolu m'a prévenu et le moment où je suis arrivé, il y a dû y avoir course folle. Enfin, j'imagine. A vrai dire, je ne sais pas trop ce qui a pu se passer. Mais bonjour le comité d'accueil. Donc il va falloir arranger ça. Si j'arrive à ouvrir ma foutue bouche pour articuler une phrase.

Moi : B... Bonjour. Excusez-moi pour... ça. Vous êtes mademoiselle Calahan, c'est ça ? Nessa Finnegan. Enchanté du coup. Je pense que mon bureau sera un endroit plus calme, au cas où Maïa laisserait encore filer sa Skitty.

D'habitude, j'aurais un peu plus attendu, pour faire connaissance plus simplement mais la situation nécessite un environnement plus professionnel. Je ne peux pas être déstabilisé ni continuer à bégayer et hésiter de la sorte. Hors si Maïa refait irruption dans la pièce, impossible de savoir si je saurai réagir et régler la situation. Autant se couper de toute agitation possible, alors j'invite la demoiselle à me suivre jusqu'à mon bureau, un peu plus sur la droite. Lorsque j'entre, je remarque que la baie vitrée est entrouverte et que Spyros est adossée à celle-ci, à l'extérieur. Qu'importe, nous n'avons qu'à nous installer.

Moi : Je risque d'être un peu droit au but, mais avec vous des questions sur la structure, l'envie de visiter les lieux, ou autre ? Histoire qu'on puisse discuter de tout ce qui peut vous intéresser.

Ça peut paraître assez surprenant, je m'en doute, mais il est vrai qu'au-delà de la prise de rendez-vous, j'imagine qu'elle ne doit pas en savoir beaucoup plus sur moi et la pension que moi sur la raison de sa venue et si elle est bien une cliente potentielle. Si ça se trouve, elle est de l'inspection ! Et j'ai totalement chié mon accueil. J'espère que non ! Faut pas, parce que sinon, ça craint à mort. Juste une cliente, j'en demande pas plus.

hrp:
 



~ Avatar par Kō Ikeda ~

Autres comptes : Maëve Kent - Roy Harrison - Lottie McOleksion
Remerciements:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1732

Région : Kalos
Dim 9 Juil 2017 - 19:28
Je suis arrivée un peu en avance sur l'heure prévue mais je ne peux m'éloigner pour aller découvrir les environs pour autant. Ce qui m'attriste étant donné l'incroyable verdure du lieu calme. Il aurait été utile de débarquer quelques heures plus tôt pour profiter des environs, ce que je me promettais de faire au retour en poussant la porte de la pension. Au même instant retentit un léger tintement. A l'intérieur, beaucoup de luminosité et du calme. Je n'aperçois personne derrière le comptoir ; je prends place dans les petits fauteuils disposés dans l'accueil. Un agréable parfum se promène dans la pièce, très floral. Mon Evoli observe les lieux de son côté et se met à tout renifler avec curiosité. Je prends d'autres rdv par téléphone en attendant le maître des lieux mais au bout de quelques minutes je vois mon pokemon tendre les oreilles vers un couloir à côté du comptoir. Il semble percevoir quelque chose, je le vois sur le qui-vive. Je le rappelle près de moi pour éviter qu'il ne se mette à fouiner : aussitôt dit, aussitôt fait. Je m'étonne de cette réaction puis la comprend au vacarme qui provient de derrière.

- Leptia ! Reviens ici ! Alleeez ! Il faut que je te brosse !

Une voix d'enfant. Je constate en effet quelques secondes plus tard une gamine aux prises avec un Skitty. Ce dernier est apparut soudainement derrière le comptoir, s'est mis à renverser quelques objets traînants dessus mais se met à tournoyer dans la salle d'accueil où nous sommes avec Oréo. Lui les regarde avec des yeux ronds, moi je retiens un rire devant la bouille contrariée de la très jeune demoiselle peinant à rattraper son chat.
Ce dernier ne semble visiblement pas apprécier sa toilette tant que ça. Il finit par s'approcher de mon pokemon et se met à le renifler : mais très vite mon Evoli se met à grogner et se recule, un air de défiance dans le regard. Très solitaire, à la limite de l'asocial, ce jeune pokemon donne du fil à retordre pour ses congénères : il semble ne s'entendre avec aucun d'entre eux et ce Skitty qu'il n'a jamais vu confirme ce caractère.

Je m'excuse auprès de la petite pour le comportement de mon pokemon et la rassure « il grogne mais fais que ça t'inquiète pas » puis je prends le Skitty par la peau du cou pour le remettre dans les bras de l'enfant. Mon Evoli a finit sous ma chaise, pelotonné en boule grognante. Je lui somme de cesser en tapant du talon sur le sol mais il garde un léger grondement coincé quelque part dans sa gorge pour signaler son mécontentement. Ça promet pour la suite du séjour...
La petite et le vacarme causé ont attiré celui qui est sûrement le gérant des lieux : il est adulte déjà, puis enguirlande la demoiselle en lui sommant de filer dans sa chambre. Je lui adresse un sourire doux alors qu'il s'excuse pour le bazar, ce qui n'est nullement le cas. Il se présente ensuite à moi et m'invite à le suivre dans son bureau au bout du couloir.

La pièce est davantage personnalisée que l'accueil. Alors que l'éleveur se répand en excuses je décide d’abréger cela d'un revers de la main « ne vous en faites pas, j'ai connu pire avec les miens ». Quand on possède un Feunnec farceur, on ne se formalise pas pour quelques décibels en trop ; on se contente de redouter le moment de son évolution voilà tout. On finit par s'installer, j'aperçois derrière la baie vitrée ouverte un superbe et gigantesque champ fleuri ; du moins c'est ce qu'il me semble apercevoir. Je le remarque avant même de voir le Riolu adossé près de nous (une espèce que je connais très peu). Nessa me propose de faire un tour de pension, des environs et tente de me mettre à l'aise toujours en s'excusant pour le remue-ménage. Je conclus le sujet en ajoutant « je serai ravie de voir simplement l'environnement, mais je ne vais pas vous embêter longtemps. » Je devais rapidement repartir pour Unys d'ici la fin d'après-midi mais les propositions de l'éleveur m'avaient tenté : je mourrais d'envie de jeter un œil aux environs ou de l'entendre m'expliquer un peu les alentours de Floraville. Mais pour ma part j'avais un devoir envers cet éleveur : le prévenir du caractère de celui que je lui confiais. Evoli nous avait suivi et se planquait sous ma chaise, le regard fixé sur le Riolu pour surveiller ses mouvements. « Je suis venue vous déposer un petit Evoli, très jeune (trois mois je crois) qui a récemment rejoint mon équipe. Je suis ranger mais mes déplacements actuels sont difficiles à assumer pour lui. Pour être honnête avec vous son petit moral s'en est trouvé tout cassé. On a finalement trouvé un accord en venant vous voir, mais j'ai bien peur de pas vous laisser un social bien facile. Est-ce que vous avez beaucoup de pokemons avec vous en ce moment ?  »

Désolée pour l'attente, je ne ferai plus traîner. Merci pour les CS et l'entrainement du ptit !


    adhérences etc:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 2758

Région : Sinnoh
Jeu 10 Aoû 2017 - 14:10
Bon, il ne semblerait pas qu'elle soit de l'inspection. En tout cas, cela m'étonnerait du fait qu'elle décline ma proposition de visiter les lieux. La demoiselle semble un tant soit peu pressée, alors autant faire en sorte de ne pas la retenir trop longtemps. Je ne voudrais pas devenir le gars qui fait que le rendez-vous s'éternise, ce n'est pas vraiment mon genre. Autant faire au plus simple, au plus efficace. Je lui laisse me raconter pourquoi elle vient me déposer son Evoli et quelles sont ses attentes concernant le temps qu'il passera ici. Pour résumer la situation, la jeune femme est ranger et possède un Pokémon en bas âge qui ne peut donc pas l'accompagner du fait de sa relative faiblesse et de son inexpérience. C'est compréhensible, j'aurais fait de même. Pourtant, le Pokémon voudrait vraiment faire cela avec sa dresseuse. Il est vrai que bébé Pokémon et missions de ranger ne font pas vraiment bon ménage. Et le dépôt en pension, pour le coup, est une bonne solution. Cela va laisser au petit Evoli le temps de grandir, de s'entraîner et de gagner un peu en maturité. Tout est bonus avec un Pokémon d'un tel âge. Après, je crois comprendre que le caractère de l'Evoli n'est pas forcément des plus simples. En tout cas, il est méfiant. Il s'est placé à l'abri, sous la chaise de sa dresseuse et ne bouge pas, fixant Spyros. Bon, en même temps, au vu de son âge, il n'a peut-être pas vraiment eu l'occasion de se sociabiliser totalement. Je verrai bien. Pour l'instant, répondre à la question, ça serait une bonne étape déjà.

Moi : Et bien, en tant que pensionnaires, nous comptons sept Pokémon, mais seulement deux d'entre eux sont ici pour entraînement. Après, vous avez pu voir la Skitty de Maïa, la fille du propriétaire de la pension, et j'ai tous mes Pokémon ici, aussi. Ce qui augmente pas mal la population des lieux. Il faut dire ce qui est.

Bon, dire que Maïa est la fille du propriétaire, c'est un raccourci que j'utilise pour simplifier les choses. Je suis l'actionnaire majoritaire dans cette histoire, donc la bâtisse m'appartient, sur le papier. Sauf que cela restera la pension de Régis, un nom sur un contrat n'y changera rien. Parce que justifier la présence de Maïa en expliquant que son père est l'ancien propriétaire des lieux, et l'éleveur qui faisait tourner la boutique, qu'il y a eu une tempête et qu'il y a perdu l'usage de ses jambes, merci bien. C'est peut-être la vérité mais bon, on est pas ici pour verser dans le drama. Je n'ai pas envie de faire pleurer sur mon sort ou celui de mes proches, l'étape pitié, on repassera. Ah c'est sûr que ce n'est pas évident de se débrouiller presque seul avec une pension quand on est novice, mais ça, c'est quelque chose à garder pour soi. Sinon, c'est un coup à effrayer la clientèle. Surtout que je trouve que je me débrouille vraiment pas mal. J'ai de quoi être fière, presque. Je serai fier le jour où j'aurai un employé ici. Enfin bref.

Moi : Donc vous voulez un entraînement particulier pour le petit ou un entraînement comme un autre ? Parce que je peux faire appel à quelques contacts parmi les champions d'arène à Sinnoh pour avoir un petit coup de main et proposer quelque chose de plus... Ardu. Si c'est pour aider une ranger, j'aurais fait ma b.-a. Mais vraiment, si je peux contribuer à cela, ça me fait plaisir.

Clairement, je peux faire appel à un peu de monde histoire que l'Evoli puisse voir du paysage, découvrir de nouveaux Pokémon, qu'il puisse avoir à s'adapter à différents environnements, à différents contextes. Je ne suis pas enfermé ici, je tiens à rester mobile, pour que les Pokémon laissés à l'entraînement n'aient pas qu'à jouer dans les prairies fleuries qui nous entourent. Et puis j'aime aller m'aérer le cerveau à l'occasion, aussi c'est vrai. Si je ne voyage plus autant d'une région à l'autre, au moins je me permets de parcourir Sinnoh de temps à autres, quand Régis est là pour prendre le relais avec Maïa et Luranmis. Enfin, si je peux aider à ce que les rangers puissent mieux travailler, je ne suis pas contre. Définitivement pas contre. Je devrais peut-être ouvrir un entraînement commando, en faisant jouer mes relations. Quoi que. Je ne sais pas trop, je ferais peut-être mieux de ne pas trop partir dans tous les sens. Pour une fois. Mais franchement, l'idée de contribuer à l'entraînement d'un des Pokémon d'une ranger, ça me fait plaisir. Je ne sais pas pourquoi, j'ai l'impression de me rendre vraiment utile, de jouer un rôle dans quelque chose de plus grand, et c'est bien bien agréable comme sentiment.

Mon regard revient alors sur le petit Pokémon normal, je m'interroge. Je me demande bien d'où je vais pouvoir partir, sur le plan comportemental. Il est vrai que ce n'est pas évident pour un Pokémon, encore moins aussi jeune, de quitter son dresseur. Alors je peux comprendre qu'il ait un peu de mal à se faire à l'idée d'avoir de nouveaux compagnons, dans un nouvel environnement. De toute façon, il n'a plus vraiment d'autre choix. Je repense à Spyros qui n'a pas bougé de sa place depuis tout à l'heure. Ce serait un moyen de tester la réaction de l'Evoli à l'approche d'un Pokémon inconnu. Je suis curieux de voir ce que cela peut donner, s'il réagit ou pas, s'il adopte un comportement agressif ou de fuite. Il faut que j'engage quelque chose maintenant, profitant du fait que sa dresseuse soit encore avec moi, elle sera la plus apte à réagir et je verrai comment faire pour gérer ce genre de choses à l'avenir.

Moi : Spyros ! Tu peux venir s'il-te-plaît ?

Je remarque un léger haussement d'épaules, je sais très bien qu'il était là, tranquillement, seul, loin de tout les autres, et que je le dérange. Mais j'ai besoin de lui, et maintenant. Il le sait très bien. Alors il se lève, contourne la baie vitrée sur laquelle son dos prenait appui jusque-là. Le pas clairement pas pressé, il entre dans la pièce, s'il considère la demoiselle assise là l'espace de quelques secondes, il ne prend même pas en compte la présence de l'Evoli sous elle. C'est parfait, je n'ai pas besoin de plus, je n'ai plus qu'à attendre de voir ce que cela donne.




HRP:
 



~ Avatar par Kō Ikeda ~

Autres comptes : Maëve Kent - Roy Harrison - Lottie McOleksion
Remerciements:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1732

Région : Kalos
Jeu 10 Aoû 2017 - 15:01
Je suis un peu rassurée lorsque j'entends l'éleveur me dire qu'ils n'ont que deux pokemons en entraînement ici. Ça limitera les dégâts au cas où mon Evoli ne se comporte pas bien. Je doute qu'il ne provoque la moindre baston et qu'il s'amuse à mordre à tout va : mais je le connais et il peut tout aussi bien rester dans son coin. Sa motivation à s'entraîner ne fait aucun doute mais il est relativement asocial et comme il a refusé le moindre entraînement avec mes compagnons...

- Vous en faites pas, il a l'habitude de se retrouver avec pas mal d'autres pokemons. Moi ça me dérange pas mais j'ignore s'il va être très ouvert avec les autres. Je marque une pause. Au pire il voudra pas se mêler mais au moins il agressera personne.

Je me rattrape un peu pour lui vendre mon pokemon mieux que ça. Il est asocial certes mais pas agressif et je tente de le lui faire comprendre. A propos de l'entraînement, l'éleveur m'explique qu'il peut proposer à mon pokemon un entraînement classique mais également une forme un peu plus particulière. A priori quelque chose de plus musclé qui comprendrait certains champions de la ligue de Sinnoh apparemment. Je n'en connais pas le moindre mais suis positivement étonnée de l'influence du jeune éleveur et de sa proposition. C'est assez touchant de sa part également puisqu'il dit vouloir consciemment participer à l'effort des rangers, ce qui me fait sourire.

- C'est très gentil. Honnêtement je pense que cet Evoli peut encaisser beaucoup, faut pas se fier aux apparences. Pour moi je serai ravie de le voir renforcé à mon retour, mais je vous laisse toute liberté dessus. En tout cas vous avez mon accord si vous voulez essayer et il vous suivra sans doute.

Je désigne le petit Evoli planqué sous ma chaise toujours. Il a cessé de grogner et c'est tant mieux puisqu'il n'intimide personne. Il est limite très mignon quand il fait ça en fait. En tout cas il n'a pas découragé l'éleveur qui veut probablement tester sa réaction aux autres pokemons : je suis bien contente qu'il prenne l'initiative de le faire quand je suis encore là. Je peux temporiser mon pokemon d'une façon qui ne lui est pas connue si nécessaire, ce qui lui en apprendrait plus. Je crois que j'aime bien cet éleveur, il a l'air très bien avec les pokemons.
Au même instant Nessa appelle un certain Spyros, que je comprends être son Riolu une fois que celui-ci se décolle de la baie vitrée contre laquelle il s'appuyait nonchalamment. J'ignore tout de cette espèce de pokemon : elle est pourtant très connue car très appréciée, mais également puissante. Pourtant quand on voit la taille du Riolu de l'éleveur et sa carrure on se demande vraiment si cette petite chose peut envoyer des coups puissants mais ce n'est pas la question; il s'approche lentement mais sûrement de mon Evoli. Apparemment il marche aussi avec nonchalance et prend tout son temps pour poser une patte devant l'autre. Son comportement me fait marrer mais je me concentre : il est maintenant à quelques centimètres seulement de ma boule de poils. Qui commence à émette un grognement discret mais perceptible.

- Dis donc Oréo, c'est pas comme ça qu'on dit bonjour.

J'aurai bien ajouté petit merdeux comme je le fais d'habitude mais me retient. Je me penche pour gratter ma bestiole derrière les oreilles et le rassurer : ça marche, mon parfum fait le boulot et le tempère. Il finit par s'asseoir sans plus rejeter la présence du Riolu. Heureusement celui-ci ne s'intéresse pas plus que ça à sa tronche ; il vaut mieux ne pas être tactile avec mon pokemon. Mais aucun contact d'un côté comme de l'autre. Finalement la scène a quelque chose de drôle : mon Evoli est assis et fixe sans cligner, sans bouger le Riolu, surveillant ses gestes. Il ne grogne plus, ne dit rien et ne bouge pas.

- Bon, bah j'imagine que vous avez connu plus vivant, mais à défaut d'être très agréable avec les autres pokemons il ne les agresse pas, pas plus que les humains.

Une chance en soi : bien qu'il semblait n'aimer que très peu de monde il préférait néanmoins rester tranquille dans son coin plutôt que de partir en croisière contre le monde entier.


Merci, merci, merci !
Je suis + que satisfaite de ta rapidité et tout.
Il reçoit au passage les niv.bonus dex du mois donc passe lvl 38. J'en profite donc pour utiliser ma pierre eau (hors action) sur lui pour avoir un Aquali S. (l)
Spoiler:
 
EDIT :
Et donc, comme convenu, je te laisse au passage mon Nosferapti S. à entraîner (l).
Il est gentil et débile, et j'aimerai qu'il aille au niveau 43 sans évolution, si possible. Il a météores comme attaque de zone et il vole vite (l) /roule. Je te laisse confirmer la prise de niveaux et je calculerai ensuite pr t'envoyer la thune.

banana brain
nosferapti shiny mâle - niv. 27 (1/2)
teubé
type POISON/VOL
stats & attaques:
 


    adhérences etc:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale
» Tour du monde virtuel

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Floraville :: Les Éoliennes-