AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Dommage collatéral


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 28/12/2016
Messages : 93

Région : Alola
Mer 17 Mai - 0:12
Dernière course de la journée, mais quelle course ! Archie pédalait comme un dératé dans les rues plutôt animées de Ekaeka. C'était pile l'heure de pointe et les passants se pressaient sur les trottoirs, rendant tout raccourci impossible. Sur la route, il zigzaguait entre les voitures bougeant lentement. Il avait bien failli voler au-dessus d'un parechoc à deux ou trois reprises, mais c'était les aléas du métier. Il se permit un coup d’œil à l'appareil accroché à son guidon et constata qu'il lui restait une soixantaine de secondes. C'était court. La destination n'était pourtant pas bien longue, mais l'accès principal le forçait à faire le tour du pâté pour atteindre l'entrée du siège de la société où il devait livrer un colis.

59.

La barre était passée. Il se mit en danseuse et poussa encore plus fort sur ses pédales pour se donner un peu plus de vitesse. Ça n'allait pas le faire. Même en grillant le feu qu'il voyait passer au orange au loin, il avait la certitude qu'il se louperait. S'il ne se faisait pas déglinguer par une voiture.

45.

Il restait bien la possibilité de couper par le petit parc qui se dégageait à sa gauche, sauf qu'il y avait un mais. Il y avait toujours un mais. S'il gérait bien son coup, il ne choperait aucun piéton en traversant, mais de l'autre côté, une série de barrières empêchait justement les gars dans son genre de venir faire les fous parmi les promeneurs.

37.

Tant pis. Archie dérapa difficilement, pilant juste devant les pneus d'un véhicule à l'arrêt et s'élança sur l'étendue herbeuse. Ses propres pneus crantés géraient sans mal la nouvelle surface, mais il voyait l'obstacle se rapprocher. Il pédala un peu plus difficilement dans la zone bac à sable désertée et observa son horizon coupé. Il pouvait toujours tenter un saut sur le petit muret juste à côté, mais il débarquerait sur le trottoir sans visibilité.

20.

Enfin, ce n'était pas comme s'il avait vraiment le choix. Déglutissant difficilement le peu de salive que l'effort lui avait laissé la chaleur dans la bouche, il se prépara. Pas trop longtemps, il était déjà tout proche de l'obstacle. Avec une aisance apprise à l'arrache avec les courses enchainées, il fit sauter son vélo et donna deux coups de pédales avant de se laisser retomber de l'autre côté, prêt à encaisser le choc.

MERDE ! Le cri était venu du cœur quand il avait vu un passant beaucoup trop proche. C'était exactement pour cette raison que cette cascade était une mauvaise idée. Pour éviter la collision, il se laissa basculer sur le côté et se réceptionna difficilement. La douleur explosa dans son côté droit et au niveau de l'entrejambe où il s'était pris la selle, mais l'adrénaline lui permit de la surmonter pour se redresser. L'entrée de la société était juste là, à quelques mètres à peine. Il se redressa avec difficultés, abandonnant son vélo à proximité de celui qu'il avait failli renverser. Pardon... Je... je reviens. Garde moi ça. Sa voix était haletante, mais il espérait avoir réussi à se faire comprendre. Avec les dernières forces qu'il lui restait, il couru jusqu'au siège et s'engouffra à l'intérieur du petit immeuble. Avec trois secondes de rab, il se délesta de son paquet sans plus de cérémonie auprès de la réceptionniste, presque mourant sur son comptoir alors qu'il tentait de retrouver son souffre. Merci... Merci d'avoir fait...appel...à nos services.

Quelques instants plus tard, Archie ressortait du bâtiment avec le sentiment du devoir accompli, mais une sérieuse douleur dans la moitié du corps et un vélo à récupérer chez quelqu'un qu'il avait été à deux doigts de percuter. Ce n'était pas la fin des troubles. Il repéra cette personne uniquement à cause de sa bicyclette à proximité. Dans tout ce bordel, il n'avait même pas offert un vrai coup d’œil au jeune homme victime de son empressement. Encore désolé. Je pensais gérer... Mais en l’occurrence, il ne l'avait pas fait. Sauf pour le boulot. A ce niveau là, il avait été quasi irréprochable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 751

Région : Alola
Mer 17 Mai - 12:45


Dommage collatéral

Dresseur -- ft. Archie Whitaker


Cela te rendait malade. Tu avais quitté ton logement depuis de très nombreuses heures déjà. Lorsque tu avais verrouillé la porte, il était encore très tôt. Tu avais spécialement choisi un horaire aussi matinal pour éviter les grandes foules. Il fallait que tu fasses l’acquisition d’une connexion internet digne de ce nom et tu ne voulais pas perdre ton temps à attendre dans les magasins que les petites vieilles aient terminés de raconter la vie au combien palpitante de leur Ponchien préféré. Tu pensais à cet exemple en particulier parce que c’est sans doute celui que tu as le plus vécu. Pourtant, il était extrêmement rare que tu sortes de chez toi. En général, tes sorties, tu les planifiais longuement en t’y prenant longtemps avant pour justement éviter les périodes de grande influence. Lorsque tu étais sorti de chez toi ce matin, les pokéballs de tes quatre pokémons bien fixés à la bandoulière de ton sac, tu pensais être rapidement de retour. Tu prévoyais de passer tout le reste de ta journée avec les yeux fixés sur l’écran de ton ordinateur. Tu n’avais rien prévu de particulier au niveau activité, mais tu n’aurais pas le moindre mal à trouver. De toute façon, à partir tu moment où tu disposais d’un clavier sous tes doigts, le reste n’avait plus aucune importance à tes yeux. Le monde pouvait bien s’écrouler autour de toi que tu ne le remarquerais même pas. Il n’y a que si la catastrophe entraînait une coupure d’électricité ou de ta connexion internet que tu réagirais. Mais cela te prendrait sans doute un peu de temps.

Mais bien entendu, les choses ne s’étaient pas passées comme tu l’avais prévu. Tu devrais pourtant le savoir à force. Il fallait toujours qu’il se passe quelque chose pour faire échouer lamentablement tes plans. Ce matin, tu t’étais retrouvé à t’étaler par terre parce que tu n’avais pas remarqué une boîte contenant un Malosse famélique sur ton passage. À la suite de cette découverte, tu n’avais pas pu aller poursuivre tes achats comme tu l’avais prévu. Il avait fallu que tu t’occupes de lui et que tu le transportes au Centre Pokémon le plus proche. Heureusement qu’une jeune fille qui passait par là était parvenue à t’indiquer le chemin. Sinon tu ne sais pas comment tu aurais pu faire. Tu n’avais même pas encore téléchargé le plan de la région sur ton téléphone. Sans une connexion internet digne de ce nom, ton appareil refusait de le faire. Du coup, pas de passage dans les magasins pour toi. Tu étais resté à attendre des nouvelles de ce pauvre petit pokémon. Encore un être qui avait dû être maltraité puis abandonné. Tu ne parvenais pas à comprendre comment les gens pouvaient en arriver à commettre ce genre d’atrocité. Cela te dépassait. Ton cœur se brisait à chaque fois que tu découvrais des victimes de la bêtise humaine. L’infirmière du Centre Pokémon avait fini par te dire d’aller faire un tour dehors, qu’il n’allait rien se passer de nouveau pendant un certain moment. Tu avais fini par sortir, un peu à contrecœur, tes pensées restaient fixées à ce pauvre Malosse. Tu te demandais ce qui avait bien pu lui arriver. Tu t’interrogeais sur l’identité de son ou ses bourreaux. Tu avais pris la décision d’avancer, espérant trouver une boutique sur ton chemin, mais tu ne regardais même pas les devantures autour de toi. Tu te contentais de marcher. Tu traversais sans vraiment regarder si le feu était vert pour toi. On aurait presque pu croire que tu cherchais à finir dans le même état que la pauvre créature, mais non. Tu t’inquiétais seulement pour elle. Ou lui.

«  - MERDE ! »

L’exclamation t’avait surprise. Le cri t’avait totalement sorti de tes pensées. Tu te trouvais dans un parc ? Oui ? Non ? Peut-être ? Tu n’avais aucune idée de comment tu étais arrivé là. Tu n’avais pas remarqué qu’il y avait ce genre d’endroit dans les environs du Centre Pokémon. Ce n’est pas le genre de lieu que tu fréquentes habituellement. Des yeux, tu tentas de comprendre qui avait poussé ce cri. Le temps que tu parviennes à saisir son origine, le garçon était déjà en train de s’éloigner en courant tout en abandonnant son vélo à proximité de toi.

« - Pardon... Je... je reviens. Garde-moi ça. »

Il revient ? Lui garder ça ? Il veut que tu lui gardes quoi en fait ? Tu ne comprends même pas ce qu’il attend de toi. C’était tellement inattendu. Cherchant une explication, tu le regardas s’engouffrer dans un immeuble. Il n’y resta pas bien longtemps, seulement quelques minutes après, il était déjà en train de revenir dans ta direction. Il semblait boiter légèrement, ou au moins avoir mal quelque part. Tu te demandais ce qu’il avait bien pu faire pour finir dans cet état. Serait-il tombé ? Peut-être. Tu n’en savais strictement rien. Tu étais bien trop absorbé dans tes pensées pour avoir remarqué quelque chose.

« Encore désolé. Je pensais gérer… »

« - Ça n’a pas été le cas ? Tu es tombé ? J’ai juste entendu ton cri en fait. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 28/12/2016
Messages : 93

Région : Alola
Mer 17 Mai - 14:07
Le souffle d'Archie était encore un peu court, aussi s'appuya-t-il contre un lampadaire le temps de récupérer. Il aurait fallu qu'il redresse son vélo histoire qu'il ne gêne pas la circulation des piétons, mais il n'en avait pas encore la force. Ça attendrait une poignée de secondes.

Ça n’a pas été le cas ? Tu es tombé ? J’ai juste entendu ton cri en fait. Il adressa à l'autre type un regard éberlué. De tout ce cirque, il n'avait retenu que son cri ? Il aurait dû en être soulagé, après tout c'était une bonne chose s'il n'avait pas aidé ce gars à faire une crise cardiaque suite à l'apparition soudaine d'un vélo, mais quand même. Toujours un peu sous le choc, il se détacha du poteau et s'approcha. Sérieux ? Tu m'as vraiment pas vu débouler ? C'était difficile à croire, mais ce n'était pas comme si cela pouvait être un mensonge. Si le gars disait qu'il ne l'avait pas vu, il ne l'avait pas vu, mais il ne pouvait s'empêcher de se demander comment il faisait au quotidien pour rester en vie sans faire attention à son environnement. Ou peut-être que c'était juste pour une fois qu'il avait été un peu distrait.

Archie alla jusqu'à son vélo et le redressa avant de l'appuyer au lampadaire susnommé. Il évaluerait les dégâts plus tard. En attendant, il avait visiblement l'envie folle de s'enfoncer. Comme s'il n'avait pas été déjà assez ridicule comme ça. En grimaçant, il escalada le muret et s'y percha avant de faire volte-face pour fixer le blond. J'ai surgis d'ici. Et toi, tu venais de l'autre côté. T'as pas l'air de t'en rendre compte, mais on a bien failli finir en confiote sur le bitume toi et moi. Toujours dans son optique de reconstituer la scène, il bondit du muret à l'endroit où il aurait dû atterrir, mais lâcha un ouille en atterrissant. Cerveau, Archie, cerveau. Il ne dû pas vraiment forcer à partir sur le côté comme il l'avait fait pour éviter la collision, il avait brièvement perdu l'équilibre à cause de la douleur. Là, on aurait dû se percuter, mais j'ai fait un sfouf et hop, tu n'as pas une égratignure. Le sfouf en question n'était pas très clair, mais passons. Et toi, t'as rien repéré ? Il émit un sifflement impressionné. Fiou, tu dois avoir une bonne étoile.

Archie n'avait jamais été quelqu'un de bavard et il n'aimait pas vraiment se donner en spectacle pour un rien. Et pourtant, c'était exactement ce qu'il venait de faire. Fallait croire que c'était un contrecoup du choc.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 751

Région : Alola
Mer 17 Mai - 17:34


Dommage collatéral

Dresseur -- ft. Archie Whitaker


Lorsqu’il était revenu à ta hauteur, le jeune homme avait encore le souffle court. Tu ne savais pas d’où il venait ou s’il avait l’habitude de faire de l’exercice de manière aussi intensive, mais dans tous les cas tu admirais. Toi, ce n’était pas ton truc. Tu n’aimais pas courir. De manière générale, tu n’aimais vraiment pas tout ce qui te demandait de faire un effort physique. Déjà que de faire de grandes marches, ce n’était pas ton truc, mais si en plus c’était pour finir aussi essouffler que lui, ce n’était même pas la peine d’y penser. Tout en lui demandant vaguement des explications sur ce qu’il s’était passé, tu l’avais regardé s’appuyer sur un lampadaire pour tenter de récupérer sa respiration normale. Tu te demandais alors pourquoi il avait été aussi pressé que cela d’entrer dans le bâtiment pour finalement n’y rester qu’une poignée de minutes. Il n’avait pas pu avoir le temps d’échanger plus d’une ou deux phrases. Et encore, cette hypothèse ne tenait que si la personne à laquelle il s’était adressé l’attendait dans le hall d’entrée. Mais même si c’était le cas, tu ne voyais pas vraiment ce qu’il pouvait y avoir d’aussi urgent pour qu’il abandonne tout de cette manière. Cela t’intriguait fortement. Une fois ta phrase terminée, tu remarquas alors son regard. Tu ne savais pas vraiment comment le définir. Surpris ? Peut-être. Il ne semblait pas comprendre quelque chose. C’est généralement le regard que tu obtiens quand tu sors une phrase trop compliquée pour les gens auxquels tu t’adresses ou lorsqu’ils ne comprennent pas le rapport entre tes propos et la discussion à laquelle tu répondais.

Finalement il se rapprocha de toi. Il se détachait du lampadaire qui le maintenait debout jusque là. Son souffle était encore un peu court, mais il semblait être de nouveau en capacité de s’exprimer. En tout cas, il semblait bien décidé à le faire. Mais tu ne comprenais tout de même pas sa réaction. Tu ne voyais pas ce qui pouvait susciter cette surprise dans la phrase que tu venais de prononcer. Il n’y avait pas de mots compliqués. Tu avais bien fait attention en les choisissant afin de pouvoir être compris sans difficulté. Il ne te semblait pas non plus avoir répondu de manière étrange. Enfin, tu avais l’impression d’être resté dans le sujet. Tu ne comprenais donc pas.

«  - Sérieux ? Tu m'as vraiment pas vu débouler ?»

« - Euh... Non. Je n’ai strictement rien vu. J’étais un peu préoccupé je crois. J’aurais dû ?  »

Il s’attendait à ce que tu le vois arriver. Avait-il fait quelque chose de spectaculaire en espérant t’avoir comme public ? Tu n’en savais strictement rien. Tu étais perdu beaucoup trop loin dans tes pensées pour avoir une chance de remarquer quoi que ce soit de toute façon. Cette après-midi c’était tes pensées. Ce matin c’était ton téléphone portable. En vérité, tu devrais peut-être éviter de sortir de chez toi. Tu n’es pas habitué. Tu ne fais strictement attention à rien lorsque tu es dans la rue. La preuve, tu ne savais même plus où tu te trouvais. Tu ne savais même pas depuis combien de temps tu avais quitté le Centre Pokémon. Tu aurais bien pu marcher depuis déjà plus d’une heure que tu ne l’aurais même pas su. Il faudrait vraiment que tu songes à faire attention. Un jour, cela risque de se retourner contre toi, mais visiblement pour le moment tu avais de la chance.

Tu avais regardé le jeune homme s’éloigner pour ramasser son vélo qui était, jusque là, resté en plein milieu du passage. Il l’avait alors relevé et appuyé contre le lampadaire qu’il avait précédemment quitté. Tout en le regardant, tu te faisais la réflexion que tu aurais pu dégager le chemin par toi même quand il avait tout abandonné sur place, mais tu n’y avais même pas songé. Tu le regardas ensuite escalader le muret en te demandant ce qu’il faisait. C’était assez étrange. Tu t’interrogeais sur ce que cela pouvait lui apporter de faire ça. Finalement, il te fixa quelques instants avant de s’exprimer.

«  - J'ai surgi d'ici. Et toi, tu venais de l'autre côté. T'as pas l'air de t'en rendre compte, mais on a bien failli finir en confiote sur le bitume toi et moi. »

Tu regardais ses explications avec une certaine attention. D’où il venait lui, cela ne t’intéressait que moyennement. Après tout, cela ne t’apportait pas grand-chose. Par contre, savoir de quelle direction tu venais, cela t’interpellait davantage. Surtout qu’avec toute cette histoire, tu étais persuadé que tu venais de la direction opposée. Tu ne voyais rien de bien marquant dans la direction qu’il t’indiquait. Rien qui ne faisait réagir ta mémoire. Tu voyais une route et un passage piéton alors que tu n’avais pas le moindre souvenir d’avoir traversé. Tu n’avais pas attendu la moindre seconde et tu n’avais pas non plus tourné la tête pour voir si le passage était sécurisé. Tu t’en serais souvenu sinon. Aurais-tu pris autant de risques, sans même en avoir conscience ? Tu commençais sérieusement à te poser la question.

« - Vraiment ? Je venais de là ? T’es certain ?»

Par la suite, tu le regardas bondir du muret et atterrir à proximité de toi dans une exclamation de douleur. Il avait vraiment dû se faire mal. Il faudrait peut-être qu’il prenne le temps de regarder avant de risquer d’aggraver sa blessure s’il s’était réellement amoché dans doute cette action.

«  - Là, on aurait dû se percuter, mais j'ai fait un sfouf et hop, tu n'as pas une égratignure. Et toi, t'as rien repéré ? »

« - Non, je n’ai vraiment rien vu. C’est dommage. Par contre toi tu ne dois pas en avoir. Tu t’es fait mal non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 28/12/2016
Messages : 93

Région : Alola
Ven 9 Juin - 10:40
Euh... Non. Je n’ai strictement rien vu. J’étais un peu préoccupé je crois. J’aurais dû ? Vraiment, tout ça le dépassait. C'était à croire qu'ils n'avaient pas été au même endroit, au même moment. Comme s'ils avaient existé dans des réalités parallèles qui maintenant avaient fusionnées. Non, c'était stupide. Il y avait une raison bien plus simple à cela, mais Archie continuait à trouver toute cette histoire vraiment étrange. Il s'enfonçait donc encore plus dans le fait de prouver son point, comme si gesticuler dans tous les sens allaient miraculeusement faire remonter des souvenirs enfuis en son interlocuteur. Alors que, soyons clair, s'il n'avait rien vu, il n'avait rien vu, y avait rien à faire remonter malgré toute la bonne volonté du monde.

Vraiment ? Je venais de là ? T’es certain ? C'était ça, sa réaction face à tout le cinéma d'Archie ? Incompréhensible. Et d'où ce gars ne savait même pas d'où il venait ? Avait-il des soucis d'orientation si grave ? Franchement, le brun commençait à se demander si l'accident n'avait pas été voué à arriver, que ce soit avec lui ou quelqu'un d'autre. Peut-être même que le paumé s'était inconsciemment jeté sous ses roues. Non, fallait pas exagérer non plus, Archie était en faute et fallait bien qu'il l'admette. Il hocha vigoureusement la tête en guise de réponse à sa question avant de continuer sa démonstration avec plus de vigueur encore. Il montait dans les tours de cette douce excitation, c'était mauvais. Bien sûr, ce qui devait arriver arriva, il réveilla la douleur. Fallait croire qu'il y avait un fond de masochisme en lui. Ou d'idiotie. Dans son cas, ça devait être le second choix. Non, je n’ai vraiment rien vu. C’est dommage. Par contre toi tu ne dois pas en avoir. Tu t’es fait mal non ? Et le pire, c'était que maintenant le blond s'en était rendu compte. Super façon de s'afficher encore plus. Et puis, il y avait dans son discours un petit quelque chose qui...tira un sourire étonnant à Archie. Tu viens de faire une feinte ou je rêve ? Cette conversation était de plus en plus étrange. Il aurait pu juste détourner l'attention avec ça, faire mine de rien, ignorer, renvoyer, n'importe quoi,... Mais le brun plia. Ouais, il avait mal. Il douillait malgré son sourire de crétin. J'ai bien ramassé et là, je viens pas d'améliorer la situation. Les risques du métier, plus un comportement d'idiot, ça aide pas, si tu veux mon avis. T'aurais pas vu un banc dans le coin ? Je m’assiérais bien deux minutes. Avouer sa faiblesse, il détestait ça. Il avait l'habitude de tout gérer tout seul, de garder ses blessures cachées pour les lécher dans un coin, mais avec tout ce qu'avait sortit ce type et cette rencontre fracassante, il ne pouvait s'empêcher de se sentir un peu désinhibé. Donc, ouais, il pouvait bien faire l'effort de se laisser porter par le courant pour une fois. De juste accepter qu'il avait été con, qu'il s'était fait mal, et qu'il pouvait bien demander un coup de main pour dénicher un banc. En plus, il restait curieux à propos de ce gars. En apprendre plus, ça l'aurait pas trop dérangé. Au fait, j'm'appelle Archie. Et toi ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 10/01/2016
Messages : 751

Région : Alola
Lun 12 Juin - 20:47


Dommage collatéral

Dresseur -- ft. Archie Whitaker


Il n’arrêtait pas de gesticuler dans tous les sens. Tu ne comprenais pas vraiment pourquoi il mettait autant de cœur et d’énergie à te faire comprendre ce qu’il venait de se passer. Il ne te connaissait pas, cela se remarquait clairement. Pour tes proches, c’était le genre de situation devenue totalement banale. Ils avaient fini par s’habituer, avec plus ou moins de facilité, au fait que tu passais davantage de temps dans ta petite bulle que dans le monde réel. Ils avaient rapidement compris que lorsque tu te retranchais dans ton univers, ce n’était même plus la peine de tenter d’entrer en communication avec toi. Un Wailord aurait bien pu se trouver dans ton jardin, juste sous tes yeux, que tu ne l’aurais même pas remarqué. Alors le brun pouvait bien s’agiter autant qu’il le voulait. Tu ne l’avais pas vu. Tu n’avais rien vu de ce qu’il venait de se passer. Et le garçon pourrait bien te rejouer la scène une bonne centaine de fois que cela ne ferait pas remonter la moindre image dans ton cerveau. C’était des moments perdus de ta vie. Classés sans importance afin de laisser de l’espace pour enregistrer le reste dans ton esprit.

Tu ne te souvenais même plus de l’endroit duquel tu venais, alors comment pourrais-tu avoir la moindre chance de te souvenir du reste ? Si tu n’étais même pas en mesure d’avoir la moindre bribe de mémoire concernant tes propres actions, comment pourrais-tu en avoir pour tes choses qui ne te toucheraient pas directement ? Déjà, que de bases, tu n’étais pas vraiment un spécialiste en matière d’orientation, mais là, c’était encore pire ! Dans ce genre de situation, si tu te trouvais à l’extérieur, tu pouvais être certain que tu allais finir par te perdre. Là, avec un peu de chance, tu retrouverais peut-être ton chemin sans perdre trop de temps au passage. Et en effet. Le garçon était affirmatif concernant ton origine. Après avoir simplement hoché la tête, il avait continué sa démonstration. Tu te demandais d’où il pouvait bien tirer toute cette énergie. Rien que de le regarder faire, il t’épuisait au plus haut point.

Faire une feinte ? Tu ne comprenais pas son expression. Tu ne l’avais jamais entendue auparavant. Tu te demandais ce que cela signifiait, bien entendu, mais également si elle était couramment employée dans cette région. Tu savais qu’il existait de nombreuses différences d’expressions et d’usages de certains mots d’une région à l’autre. Peut-être que celle-ci en faisait partie. Ou bien peut-être qu’il s’agissait d’une de ces modes de langage faisant fureur parmi les jeunes. Tu n’avais jamais vraiment compris l’intérêt de ce phénomène, mis à part qu’il complique encore davantage la communication entre les individus.

« - Une feinte ? Je ne pense pas non. J’ai fait usage d’une tromperie ? Je n’avais pas l’impression… »

Il avait effectivement mal. Pour une fois, tu ne t’étais pas trompé dans l’interprétation des émotions que tu avais pu voir passer sur son visage. Un banc. Tu en avais vu un tout à l’heure. Enfin, il te semblait. Maintenant, il fallait que tu le retrouves. Tu commençais par regarder autour de toi. Si tu l’avais vu, cela signifiait que c’était récent. C’était après la rencontre avec le brun. Avant, tu ne l’aurais pas remarqué. Il devait donc être tout proche de vous ce fichu banc. Soudain, tu le remarquas. Tu l’avais enfin retrouvé. Il n’était pas très loin, mais tout de même. Il vous faudrait marcher sur quelques dizaines de mètres. Toi, cela ne te posait pas de problèmes, mais pour le garçon, tu n’en savais rien.

« - Le banc, là-bas, ça va aller ?»

En même temps, tu avais levé un bras pour montrer à ton interlocuteur où se trouvait l’objet en question. Tu avais posé la question par principe, mais en réalité tu n’avais pas vraiment envie de l’aider. Tu ne voulais pas qu’il te touche. Tu n’avais jamais apprécié les contacts avec les autres êtres humains. Ce n’était pas pour commencer à faire des exceptions aujourd’hui. De plus, s’il avait encore la force de gesticuler dans tous les sens dans l’espoir de te faire remonter à l’esprit l’accident qui avait manqué de se dérouler.

« - Moi, c’est Demyan. T’es toujours à t’agiter dans tous les sens comme ça ?»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Dommage collatéral (pv: Aedis Darrek)
» PAS DE WYCLEF? QUEL DOMMAGE!
» Dommage c'est bête.
» Les dommages des guerres sur l'environnement
» Romy Schneider.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Alola - 7E G E N :: Ekaeka-