AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» ✦ Pearly Beautiful Land (2)


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 5189

Région : Kantô
Dim 7 Mai - 15:46


C’était un dimanche matin. Le soleil peinait pour sortir de derrière les nuages et un vent frais soufflait. C’était une journée parfaite pour rendre visite à Akichi et Miné. Elisa attrapa son téléphone portable et composa le numéro. Elle comprit rapidement qu’ils n’étaient pas à la boutique. Peut-être qu’ils étaient dans le jardin avec les Pokémon. Elle réessaya plusieurs fois avant de tomber sur l’éleveur. Elle lui demanda si elle pouvait passer voir son Pokémon dans l’après-midi. Elle se demandait si son volatile métallique avait progressé. Et si Akichi et Miné n’avaient pas eu de problème avec. À vrai dire, il était un esprit libre et savourait chaque seconde qu’il passait dans les cieux, volant à travers les vents. Alors contrôler son désir de voler, cela n’avait pas du être simple.

Dès qu’elle eut confirmation, elle grimpa dans un taxi qui l’emmena à Bourg-Palette. Le voyage fut plus rapide que d’habitude. Il n’y avait pas beaucoup de monde sur la route ce jour-là. Elle arriva vers 14 heures. La coordinatrice grignota sur le chemin de la Pension. Elle s’était fait une petit sandwich avec du pain frais et de la confiture de baie Oran et de baie Kaki. Elle voyait au loin les champs et la verdure qui entouraient l’établissement. Quelques mètres en avant, Elisa parvint à distinguer la structure. Knight suivait en détaillant le paysage. Il ne connaissait pas ce chemin. Quant à Evanescence, elle se laissait rêver doucement sur l’épaule de sa maîtresse.

[…]

La porte s’ouvrit accompagnée du son d’une clochette. Les tenues étaient exposées un peu partout dans la boutique. Elisa vit Miné au fond de la boutique. Elle se dirigea vers la jeune femme afin de la saluer poliment. « Bonjour Miné. Comment allez-vous ? Vous êtes toute seule ? » fit-elle, souriante, cherchant du regard Akichi qu’elle ne voyait pas. La Kanes s’entretint avec la jeune femme pendant un moment, regardant les nouvelles créations de la boutique.

Puis, elles sortirent dans le jardin pour voir l’Airmure. Elisa sortit un petit appeau pour appeler son Pokémon. Celui-ci, attiré par l’objet, comprit qu’il s’agissait de sa maîtresse et vint se poser devant elle, surgissant des arbres et des fleurs. La coordinatrice fut ravie de retrouver son acolyte et passa une main sur ses ailes. « Bonjour Zéphyr’. » Elle ne dit rien de plus et observa son compagnon. Ses ailes semblaient plus robustes mais rien d’autre n’apparaissait comme ayant changé. La noble se tourna vers Miné pour lui demander les entraînements qu’ils avaient pratiqués. s’était-il découvert de nouvelles capacités ? Qu’avait-il appris ?


♥ ♥ ♥:
 


music
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 1128

Région : Kantô
Dim 14 Mai - 15:01
En tant qu'éleveurs, Miné, Kisa et moi étions amenés à faire la connaissance de nombreux Pokémon tous très différents les uns des autres et nos méthodes pour prendre soin d'eux et les entraîner suivant le souhait de leurs dresseurs variaient naturellement en fonction des spécificités de chacun. L'un de ceux qui nous avaient posé le plus de problèmes au début était peut-être Zéphyr', l'oiseau de métal que nous avait confié Mlle Kanes, ravissante coordinatrice aux longs cheveux noirs avec qui nous avions une fois pris le thé et qui s'était retrouvée l'heureuse détentrice d'une longue robe rouge dont Miné et moi étions particulièrement fiers.

Ce n'était pas que Zéphyr' fût d'un mauvais caractère, qu'il s'entendît mal avec nos autres amis, ou quoi que ce soit de ce genre ; mais il semblait ne rien aimer plus que voler, et il était donc souvent difficile d'attirer son attention lorsque nous voulions voir comment il se débrouillait en combat, partir nous promener dans le bois avec nos pensionnaires ou même le faire rentrer dans sa sphère lorsque nous devions nous absenter quelques heures, car nous évitions de laisser les Pokémon de nos clients sans aucune surveillance. Étrangement, il semblait plus réceptif aux appels de Miné qu'aux miens ; Kisa avait suggéré que c'était parce que mon assistante avait volé sur son dos et qu'il l'avait donc acceptée quand je n'étais encore qu'un étranger pour lui, ce que je trouvais quelque peu injuste puisque je les avais tout de même suivi, très inconfortablement perché sur le dos de Color, mais il était en tout cas certain qu'il n'acceptait au début de rentrer dans sa sphère que quand c'était Miné qui la lui présentait tandis qu'il ignorait toute demande de ma part. Cependant, au fur et à mesure que les jours passaient, nous étions parvenus à l'apprivoiser. Sa peau était recouverte d'un métal si dur que Miné ne pouvait lui prodiguer ses bienfaisants massages, mais quelques soins à cet acier que nous cherchions à rendre plus brillant et aux « plumes » inférieures de ses ailes, seul endroit de son corps qui semblait plus fragile que le reste, nous avaient, semblait-il, permis d'obtenir sa confiance : il restait désormais le plus souvent dans les limites du jardin, ne passant plus ses journées à voler à l'autre bout du bois sans que nous n'ayons moyen de savoir où il était ni de le rappeler à nous. Quant à l'entraînement à proprement parler que nous avait demandé Mlle Kanes, si nos premiers efforts pour le faire se mesurer à des Pokémon sauvages ou à d'autres pensionnaires avaient été vains, nous avions finalement trouvé ce qui éveillait son envie de se battre : les assauts du Pique-à-choux. Lorsque Tamago commençait à titiller Zéphyr' avec ses étincelles, l'oiseau d'acier ripostait immédiatement, rivalisant de vitesse et de puissance pour éviter les éclairs et toucher sa nouvelle cible, si bien que nous en étions venus à les entraîner souvent l'un avec l'autre. La présence de Tamago nous permettait enfin de tenter de faire progresser Zéphyr' ; bientôt, il se montra plus à notre écoute et nous pûmes vraiment travailler avec lui. Cela faisait désormais un certain temps que l'oiseau de métal se trouvait chez nous et que nous l'entraînions de façon fructueuse quand sa maîtresse se proposa de venir lui rendre une petite visite.

Ce matin-là, j'étais à Argenta pour profiter des magasins ouverts le dimanche afin d'acheter du matériel de couture. Je n'entendis pas immédiatement mon téléphone sonner et lorsque je répondis, j'arrangeai la visite d'Elisa pour l'après-midi, espérant avoir le temps de rentrer au Bourg Palette d'ici-là. J'étais assez content à l'idée de revoir la jeune femme, que nous avions récemment pu admirer lors d'un concours de coordination diffusé à la télévision : lors de notre rencontre, je l'avais trouvée sympathique et je songeais, par ailleurs, qu'elle serait peut-être intéressée pour acheter un nouvel article de notre boutique.

Lorsqu'elle arriva chez nous, je n'étais malheureusement pas encore rentré, mais Miné sut bien évidemment l'accueillir comme il se devait. « Bienvenue, Mlle Kanes ! Je suis ravie de vous revoir. Oh, je vais bien, merci ! Et vous ? Si je puis me permettre, vous me semblez encore plus belle que la dernière fois ! » Ce n'étaient pas des flatteries, Miné était sincère : elle regardait toujours notre invitée avec des étoiles dans les yeux et elle la trouvait véritablement plus rayonnante que la fois précédente, comme si des événements lui avaient permis de s'épanouir ou qu'elle avait de bonnes nouvelles en tête. « Oui, M. Akichi s'était absenté pour la matinée, mais il ne devrait pas tarder à rentrer. » Les deux jeunes femmes discutèrent un moment dans la boutique, prenant des nouvelles l'une de l'autre et Miné montrant à Elisa nos nouvelles créations susceptibles de l'intéresser, animée par l'espoir de pouvoir, comme la dernière fois, l'habiller. « Regardez ce que nous avons réalisé, en nous inspirant de l'apparence de Zéphyr' ! Ce n'est pas le vêtement de la boutique que je vous verrais le mieux porter, mais il vous conférerait un style très moderne ! » Et de lui présenter l'une de nos créations les plus récentes, un long manteau argenté et brillant dont les coupes diagonales avaient quelque chose d'aérien.

Toutes les deux sortirent ensuite dans le jardin où Elisa appela son oiseau à l'aide d'un appeau qui nous aurait été bien utile les premiers temps que nous nous occupâmes de Zéphyr'. Miné entreprit alors de lui raconter la façon dont nous nous en étions occupés, lui dépeignant les soins et le déroulement des entraînements de façon globale. « Grâce à ces duel contre notre Pikachu avec lequel il s'est lié d'amitié, Zéphyr' a beaucoup développé sa vitesse et sa capacité à esquiver les attaques pour mieux riposter ensuite ! Nous avons aussi travaillé hors combat pour lui apprendre à mieux effectuer certains mouvements, comme par exemple à mieux utiliser le tranchant de ses ailes en plein vol alors qu'il avait tendance à uniquement foncer sur son adversaire pour le blesser avec son bec. M. Akichi a beaucoup travaillé avec lui sur ce point. Zéphyr' adore voler, alors ce sont ses qualités en vol que nous devons améliorer ! »

Quand je revins enfin de ma matinée magasins, je parlai à mon tour un moment avec Mlle Kanes de son oiseau. Parmi nos clients, la plupart choisissaient notre pension avant tout parce qu'elle offrait un havre de confort et de bien-être à ceux que nous y accueillions et nous élevions par conséquent assez peu de Pokémon dont l'entraînement était la priorité pour leur maître. Nous avions donc redoublé d'efforts pour satisfaire la jeune femme et j'espérais qu'elle serait contente de notre travail – mais il n'y avait pas de raison qu'elle ne le soit pas.



hrp:
 


★ éleveur redevenu temporairement coordinateur le temps de mon absence ! ★
~ abl pension ~ solo ~ duo ~ duo ~ trio partenariat ~
(signa Elisa - DC Ada Freimann, Edel Aubier & Kestrel Manori)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 5189

Région : Kantô
Sam 4 Nov - 17:16
Elisa était ravie de pouvoir revoir Miné et Monsieur Sôma. Ils avaient l’air bien occupés. Autant en ce qui concernait le magasin que la pension. Miné lui présenta de nouvelles créations. Et comme à l’accoutumée, la jeune femme fut impressionnée par tant de détails, de finesse, d’élégance et de charme que pouvait mettre en avant la nouvelle collection. La Kanes sourit en voyant les habits qu’on lui montra. Elle adorait le manteau d’argent. Elle se disait d’ailleurs qu’elle en aurait peut-être bien besoin pour le prochain concours de coordination. « Il est réellement somptueux. J’adore ces finitions-ci » fit-elle en désignant les petites décorations sur les pans du manteau. Encore une fois, c'était de la très bonne qualité et de la haute couture. « Je me laisserais peut-être tenter. » Elle songeait à lui en reparler plus tard. Pour l’instant, ce qui l’intéressait était de retrouver son protégé ailé.

Elles s’installèrent dans une petite pièce qu’elle n’avait jamais vue, à l’arrière de la pension où elles s’assirent pour discuter. D’ailleurs, il n’y avait pas beaucoup de Pokémon, en tout cas elle n’en avait pas croisé depuis qu’elle était arrivée. Elle se demandait bien où ils pouvaient être. Pas trop non plus, elle n’avait pas envie de revoir ce Pokémon de feu qu’elle avait vu la dernière fois. Miné lui expliqua ensuite comment elle et Akichi s’étaient occupé du volatile. Ainsi, ils avaient développé sa vitesse et ses capacités de vol. Zéphyr’ aimait voler, cela était indéniable. Il n’était pas difficile à cerner. Tant que le ciel était à lui, il était heureux. On aurait facilement pu comparer l’envie de voler de Zéphyr’ à la passion d’Elisa pour ce qui était de la chanson ou de la coordination.

Elisa salua Monsieur Akichi lorsqu’il rentra. Elle ne lui demanda pas de détails, ayant été satisfaite par les explications de son assistante. Elle avait juste terriblement hâte de revoir son compagnon. Certes, elle passait parfois le voir mais ces derniers temps avaient été compliqués, bien plus que ce qu’elle avait pu imaginer. Il fallait dire que les grèves des transports n’avaient pas joué en sa faveur.

« Bonjour, Monsieur Sôma, comment vous portez-vous ? » Lui demanda-t-elle poliment. Elle espérait que ses courses se soient bien passées et qu'il ait trouvé ce qu'il cherchait. « J’ai hâte de revoir Zéphyr’. Est-ce possible de le voir maintenant ? » Comment allait-il ? Avait-il changé ? Etait-il bien chouchouté ici ? Elle avait hâte de le retrouver.



music
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 1128

Région : Kantô
Jeu 11 Jan - 22:48
Je regrettais beaucoup de ne pas être parvenu à rentrer à temps de Jadielle pour accueillir moi-même Elisa Kanes à son arrivée, mais Miné, qui gardait la maison, s'en était chargée, et d'une façon évidemment admirable. Au cours de l'entraînement de Zéphyr, la jeune femme nous avait plusieurs fois rendu visite afin de passer du temps avec son compagnon, comme nous le conseillions à tous les clients qui déposaient des pensionnaires chez nous, et ces diverses entrevues avaient confirmé la bonne impression que nous avions d'elle. Mon assistante, surtout, avait l'air de beaucoup l'apprécier, et je savais l'admiration qu'elle vouait à la beauté de la coordinatrice aux longs cheveux noirs, au teint de porcelaine et aux gestes gracieux. Tous les clients de la boutique étaient bien sûr loin d'offrir le même plaisir pour les yeux, et même si, de mon côté, j'aimais créer la tenue parfaite pour tout un chacun, il était indéniable que la demoiselle Kanes portait à merveille la plupart de nos tenues féminines. Les prototypes que nous exposions, confectionnés sur un mannequin de couture taille standard par Miné et retouchés sur elle-même, lui allaient souvent parfaitement et semblaient même embellis une fois qu'elle les portait ; elle avait d'ailleurs plusieurs fois déjà mis notre marque en valeur en arborant l'une de nos créations lors d'un concours de coordination. Elle ne possédait même pas le défaut qu'ont certaines jeunes femmes très fines d'un manque de générosité dans les courbes, et sa silhouette était sculptée de telle manière que ses membres semblaient naturellement délicats sans pour autant que leur propriétaire ne souffre de maigreur ni d'absence de formes. Elisa Kanes était bien un modèle parfait pour un grand nombre des robes et ensembles élégants que nous confectionnons, qu'ils soient inspirés de la tradition johtienne dans la lignée des kimonos dont je faisais ma spécialité, ou d'un style plus moderne ; et pour cette raison, sur une idée de Miné et après que nous y avions longuement réfléchi ensemble, mon assistante et moi avions décidé de soumettre aujourd'hui à la jeune femme une proposition.

Lorsque j'arrivai enfin à la pension, cependant, le moment n'était pas encore venu d'en parler : Miné avait bien accueilli Elisa, mais toutes deux étaient en train de discuter de Zéphyr' avec une ferveur évidente de la part de notre invitée. Si je fus d'abord étonné que la jeune femme ne nous ait visiblement encore rien acheté – elle avait l'habitude de faire un tour dans notre boutique à chacune de ses visites, et, l'empressement de Miné à lui proposer tous les essayages possibles y contribuant sans doute, elle repartait rarement les mains vides – je compris rapidement, à l'entendre, qu'elle était avant tout pressée de retrouver son Pokémon. « Je me porte à merveille, chère demoiselle, merci ! Et mieux encore à présent que je vous vois ici ! Et vous, ces dernières semaines ont-elles été riches en moments agréables ? » Tout en posant ma question, qui n'attendait pas obligatoirement une très longue réponse, je retirai ma veste et approchai un fauteuil de la table basse autour de laquelle se trouvaient déjà Miné et Elisa, et ma petite Cécilia, qui était bien sûr rentrée avec moi de Jadielle, salua joyeusement à son tour cette dernière. Mais le Rondoudou de Miné ne tarda pas à entrer dans la pièce en poussant quelques « Rooooon-doudou ! » mécontents (il n'était pas difficile de comprendre qu'ils étaient mécontents, cette grosse boule rose ne savait à peu près rien faire d'autre que ronchonner). Cécilia et lui devaient avoir eu un malentendu, probablement une histoire de partage de friandises ou quelque chose comme ça, car mon amie se dirigea vers lui et tous deux nous quittèrent. « Quel grognon celui-là ! » commentai-je.

Miné profita de cette interruption pour proposer à Elisa quelque chose à boire : à présent que je les avais rejointes, elle pouvait s'absenter un instant sans que cela ne signifie laisser seule notre invitée. Après qu'elle se fut éloignée dans la cuisine, la demoiselle Kanes me demanda si elle pouvait voir Zéphyr' immédiatement. « Mais bien sûr ! Il se trouve avec d'autres pensionnaires dans le bâtiment de la pension, Miné et moi l'y avons fait rentrer ce matin en prévision de votre venue. Voulez-vous m'accompagner pour aller le chercher ? » J'avertis Miné de l'endroit où nous allions et sortis, avec Elisa, dans le jardin pour me diriger vers la petite maisonnette où nous abritions les nouveaux pensionnaires ainsi que ceux dont un entraînement ou une visite étaient prévus pour la journée et que nous souhaitions donc pouvoir trouver facilement lorsque nous aurions besoin d'eux.

Celui qui nous accueillit lorsque j'ouvris la porte de la pension fut un spectre violacé à la longue langue pendante qui flottait juste à hauteur de mon visage et, les mains grandes ouvertes, s'exclama « TROOOOOM ! » à notre apparition. Je dois bien reconnaître que je sursautai ; mais je m'écriai aussitôt après, sévèrement :

« Tominus ! Je t'ai déjà dit de ne pas entrer dans cette pièce, nous y accueillons des clients ! File ou je te fais rentrer dans ta pokéball ! Et tu n'auras pas de curry aujourd'hui ! » Les goûts de ce fantôme étant aussi regrettables que ne l'était son raffinement et son sens de l'humour, toute menace impliquant thé, gâteaux ou sucreries restaient sans effet et il me fallait évoquer l'unique aliment qu'il jugeait apparemment comestible, le curry, pour être écouté. L'étrange ectoplasme fila sans plus de manières et je me retournai vers la jeune femme qui m'avait suivi jusqu'ici, poussant un profond soupir : « Il n'en fait qu'à sa tête et il ne prend même pas la peine de s'excuser, c'est déplorable, je le sais. J'espère au moins qu'il ne vous a pas effrayée ? Rassurez-vous, il s'entend bien avec tous les pensionnaires, c'est pour moi un mystère mais, au moins, il ne gêne pas l'élevage. » Je traversai le bureau dans lequel nous étions entrés et ouvris une nouvelle porte... qui menait à la pièce principale de ce petit bâtiment, celle, aussi vaste que notre salon, où se trouvaient à l'heure actuelle Zéphyr, Eugénie la "Girafarig" aux deux cerveaux sur laquelle nous veillions pour notre collègue de Parmanie, et l'étrange trousseau de clefs volant et vivant que nous avait confié il y a seulement quelques jours un client scientifique.

« Et voilà Zéphyr' ! »



hrp:
 


★ éleveur redevenu temporairement coordinateur le temps de mon absence ! ★
~ abl pension ~ solo ~ duo ~ duo ~ trio partenariat ~
(signa Elisa - DC Ada Freimann, Edel Aubier & Kestrel Manori)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 5189

Région : Kantô
Ven 12 Jan - 15:24
Elisa était ravie de revoir l’éleveur et styliste. Elle appréciait cet homme. Il avait du charisme et elle partageait son sens de l’esthétisme. De la même manière, Miné savait tout mettre en valeur. De nombreuses fois, elle avait aidée la jeune femme lorsqu’elle recherchait une tenue pour ses concours de coordination, au plus grand déplaisir d’Angeline qui confectionnait ses habits de scène avant cela. Mais le mannequin reconnaissait le talent des deux personnes. La noble s’était habituée à l’excentricité de l’homme aux longs cheveux, et trouvait même parfois cela relaxant. Aussi, elle s’entendait parfaitement avec la jeune assistante qui opérait une excellente gestion des choses. Ce fut donc avec un sourire qu’elle salua Monsieur Sôma. Aujourd’hui était le jour où Zéphyr’ rentrait à la maison, elle avait donc hâte de le voir et son esprit n’était occupé que par cela. Elle en oubliait presque de jeter un coup d’œil aux nouvelles créations des deux stylistes. Après avoir récupéré son compagnon ailé, elle irait certainement.

Après avoir accepté une bonne tasse de thé -celui de chez Akichi était vraiment excellent, et Miné préparait cela avec une telle délicatesse qu’il était difficile de ne pas apprécier les douces saveurs de la boisson-, Akichi invita Elisa à aller voir l’Airmure. La jeune femme se leva avec impatience, toujours souriante. L’éleveur prit le chemin de la petite bâtisse, traversant le grand jardin -par ailleurs parfaitement entretenu-. En chemin, la coordinatrice prépara quelques gourmandises, préparées par elle-même à l’avance pour Zéphyr’. Lorsqu’Akichi ouvrit la porte, elle fut surprise par le Fantominus qui avait apparemment décidé d’être farceur. Mais d’extrêmement bonne humeur, Elisa prit la blague de manière très positive en lâchant un petit rire discret. D’autant plus que le fait que la punition était plutôt bizarre et drôle. Le curry ? Le Fantominus ne mangeait donc que cela ? Elisa avait quelques difficultés à imaginer le régime alimentaire de ce spectre.

Ils traversèrent une pièce, un petit bureau. Il y avait des papiers rangés et classés un peu partout. Toute était bien à sa place et semblait parfaitement organisé. Sur une table, Elisa aperçu un dépliant qui lui rappelait quelque chose. Le mélange des couleurs lui semblait familier. Et effectivement, en y regardant de plus près, il s’agissait du WA Mag, un magazine rédigé par deux scientifiques assez connus : Arya Kanazawa et Worick Brown. Cela faisait maintenant quelques années qu’ils s’étaient établis en tant que tels et leurs analyses et résultats étaient tout à fait captivants.

Leur pokédex était très bien construit. Chaque espèce était répertoriée avec précision et détails. Ils avaient construit une fantastique base de donnée sur énormément de Pokémon. La coordinatrice avait toujours apprécié leur travail. Elle s’était même amusée avec les jeux à la fin du bouquin. Elle appréciait en particulier le travail d’Arya. Ses descriptions étaient tout à fait fascinantes et malgré tout accessibles sans aucun problème. Elisa avait apprécié la description de l’espèce des Airmure. D’ailleurs, c’était grâce aux conseils de cet exposé qu’elle avait décidé d’acheter une pierre à aiguiser, pour le plus grand bonheur de Zéphyr’. Mademoiselle Kanazawa avait aussi participer à plusieurs conférence, dont celle de la région de Kalos. Elisa aurait aimé y aller d’ailleurs. Malheureusement, Angeline l’avait embarquée chez elle à ce moment-là -mais elle avait regardé la rediffusion quand même, cela aurait été dommage de rater ça-. Ses démonstrations de langage des signes étaient impressionnantes. Elisa s’y était mise doucement mais elle avait encore de grosses difficultés pour certains mots qu’elle n’arrivait définitivement pas à retenir sous cette forme. Le thème de la communication était pour la jeune femme d’une importance considérable. En effet, en tant que coordinatrice, arriver à installer un dialogue avec ses Pokémon et compagnons était plus que primordial. Elisa songeait à venir à l’un des ateliers que la scientifique avait ouvert à Céladopole pour apprendre à mieux communiquer avec ses Pokémon. Elle était certaine que cela pourrait être une bonne idée. Peut-être avec son Airmure. Ou bien avec son Absol. Elle y réfléchirait. Evanescence aussi finalement, d'autant plus que la communication psychique, ce n'était pas son fort même si elle faisait des progrès.

Elle continua à marcher, suivant Monsieur Sôma de près. Ce dernier ouvrit une seconde porte. Derrière celle-ci apparut Zéphyr’. Le visage d’Elisa s’illumina. Elle venait de temps à autres rendre visite à son Pokémon. Cela faisait quelques jours qu'elle n'était pas venue le voir. Et elle se sentait quelque peu coupable. D’autres espèces étaient aussi présentes et très calmes cependant. Mais ce qui comptait pour Elisa à ce moment-là, c’était Zéphyr’. Elle se rapprocha de son compagnon pour venir placer ses bras autour de son cou. La bête métallique poussa un long cri de gaieté. Il semblait aussi heureux que sa maîtresse. Les retrouvailles prirent quelques minutes où la coordinatrice observa son Pokémon. Ce dernier déplia ses ailes pour montrer qu’elles s’étaient développées et qu’elles étaient maintenant plus puissantes. Le volatile d’acier était pour le moment ravi de son petit séjour à la pension Beautiful Land. Le travail et les efforts qu’il avait fournis semblaient l’avoir rendu un peu plus assuré.

Elisa, la main posée sur la tête de son acolyte, se tourna vers Akichi. « Et bien, il a l’air en pleine forme. Je vous remercie de vous en occuper si bien. » Et Zéphyr’ poussa un cri strident, indiquant qu’il était lui aussi satisfait de son séjour ici. La coordinatrice s’approcha de l’éleveur, accompagnée par son volatile d’acier. « Et si nous retournions voir Miné, elle doit nous attendre. » fit la jeune femme, ravie d’avoir son acolyte à ses côtés.

Ils repassèrent par le bureau avant de pouvoir une nouvelle fois atteindre le jardin. Zéphyr' s'arrêta pour sentir la brise souffler. Il aimait la nature. Elisa choisit donc de le laisser quelques minutes dehors, le temps de blablater un peu avec Akichi et son assistante, Miné. La coordinatrice vint s'asseoir à la place qui lui avait été donnée et chercha du regard Miné tout en questionnant l'éleveur. « J'espère qu'il a été sage. Il a tendance à être dans son monde. Cela n'a pas du être simple. » Pour l'instant, le sujet de conversation était les Pokémon. Mais il était certain qu'il allait changé à un moment pour une histoire vestimentaire.




Merci beaucoup ! ♥️


music
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 1128

Région : Kantô
Sam 3 Fév - 21:03
À observer les réactions des différentes créatures qui se trouvaient dans la pièce au moment où Elisa et moi y entrâmes, même un parfait étranger qui ne connaissait ni nos pensionnaires, ni notre invitée du jour, n'aurait pu se tromper sur l'identité de celui qu'elle venait chercher. Si Eugénie et le trousseau de clés s'interrompirent eux aussi dans leurs activités pour se tourner vers nous, naturellement intrigués, Zéphyr, comme frappé par la foudre, eut un véritable sursaut, et déploya brusquement ses larges ailes de métal ; il poussa ensuite un long cri strident, et resta immobile le temps que sa maîtresse s'approche de lui pour le serrer dans ses bras. Malgré les impressions que ce son fort désagréable communiquait, ce cri était probablement de gaieté, car l'oiseau se laissa faire et parut rendre à la jeune femme l'affection qu'elle lui communiquait, en se frottant contre elle et en répondant – par de nouveaux cris – aux paroles qu'elle lui adressait.

Si Elisa avait rendu des visites régulières à son compagnon durant son séjour chez nous, cela faisait tout de même un certain temps qu'elle n'était pas venue le voir, et je pouvais comprendre un peu combien il avait pu lui manquer en imaginant que je me séparais de Cécilia pendant plusieurs semaines, durant lesquelles elle vivrait chez quelqu'un, puis qu'advienne enfin le moment de nos retrouvailles – enfin non, je ne pouvais l'imaginer, une telle séparation d'avec mon amie m'était tout bonnement inconcevable, je n'aurais donc jamais l'idée d'aller la confier à quelque éleveur que ce soit, même un très bon ami, mais je pouvais supposer que c'était un peu le même sentiment, quoiqu'en bien plus ténu, que ressentaient tous nos clients au moment de revoir leur Pokémon. Après un moment passé à étreindre son volatile, dont le contact ne devait quand même pas être très agréable vu sa surface métallique, elle se redressa pour revenir vers moi, Zéphyr avec elle, et m'adresser des remerciements. « Il n'y a pas de quoi, c'est notre travail ! Et l'on voit bien que vous êtes la maîtresse de Zéphyr », ajoutai-je : l'oiseau la suivait en effet très docilement, tandis qu'avec Miné et moi, il avait passé bien des journées à s'envoler à notre approche et à ne pas nous laisser lui demander quoi que ce soit avant que nous ne parvenions à l'apprivoiser !

Nous retournâmes dans le jardin où nous rejoignirent Miné, Cécilia et le plateau de tasses de thé. Il faisait beau et bon, il aurait été dommage de ne pas en profiter, si bien que nous nous installâmes à la petite table au soleil pour discuter. Tandis que Zéphyr s'égayait parmi les bosquets, sa dresseuse aux longs cheveux noirs nous demanda en quelques mots si tout s'était bien passé avec lui. Ce fut Miné qui prit la parole la première : « Rassurez-vous, Zéphyr ne nous a pas causé d'ennuis ! Mais vous avez raison de dire qu'il est dans son monde : il adore voler, et nous avons eu quelques difficultés à l'acclimater à notre présence, au début ! Heureusement, il sait aussi se montrer réceptif : il s'est très bien entendu avec notre Pikachu, et c'est grâce à lui que nous avons pu commencer à l'entraîner ! » « En parlant de Tamago... », commentai-je, une idée me venant soudain à l'esprit, et je sortis de l'une des poches intérieures de mon kimono (tous mes kimonos avaient des poches secrètes) une sphère rouge et blanche : « Allez, va ! Profite donc de ton ami, il s'en va bientôt ! » J'appuyai sur le bouton central de la balle, imitant toujours le geste que Quentin m'avait montré il y a bien longtemps désormais, et le Pique-à-Choux jaune en sortit. Nous laissions la plupart de nos compagnons constamment en-dehors de leurs sphères, mais Tamago étant très friand d'œufs, nous étions contraints de le rentrer de temps à autres si nous ne voulions pas que notre frigo subisse des razzias régulières : cependant, il aurait été dommage que la demoiselle Kanes ne s'en retourne avec son oiseau sans que les deux amis ne puissent se revoir une dernière fois. « Les massages que Miné a proposés à Zéphyr ont également beaucoup joué dans son bien-être chez nous ! » repris-je ensuite à l'adresse d'Elisa tandis que Tamago retrouvait Zéphyr, et que Cécilia les rejoignait. « Nous avons découvert une crème spéciale pour les Pokémon en métal qui a l'air de lui faire beaucoup de bien, nous pouvons vous montrer le tube, si cela vous intéresse ! »

Après quelques minutes d'une conversation de ce type, cependant, le silence en vint à retomber, et nous nous abandonnâmes dans l'observation des trois comparses qui papillonnaient ensemble dans l'herbe du jardin. Cela me parut le moment parfait pour aborder avec Elisa la proposition que nous avions à lui faire. Après un échange de regards avec mon assistante qui me confirma qu'elle pensait exactement à la même chose que moi, je me redressai un peu, et – je n'avais pas besoin de m'éclaircir la gorge, c'était tout sauf élégant et ma voix était toujours très claire de toute façon – j'annonçai :

« Mlle Kanes. » Je marquai une pause d'un instant, afin que la jeune femme reporte son attention sur moi et pour bien marquer l'intonation solennelle de ce que je m'apprêtais à lui dire. « Mon assistante Miné et moi-même avons eu une idée récemment que nous aimerions vous soumettre. » « Oui ! » s'exclama Miné, et un seul coup d'œil me suffit pour constater que son excitation était telle qu'elle semblait prête à se mettre à sauter sur place d'une minute à l'autre : ses yeux étincelaient, un grand sourire avait pris place sur son visage, et elle avait plaqué ses mains sur la table pour approcher sa tête de notre interlocutrice. Cela n'altéra en rien mon ton sérieux, cependant, et je poursuivis tout aussi posément : « Vous êtes une cliente désormais régulière de la Boutique Akichi, et de nombreux essayages avec vous nous ont permis de constater qu'un grand nombre de nos créations vous vont à merveille. Vous avez la taille parfaite pour les prototypes, en plus d'être dotée d'une plutôt grande taille et d'un visage particulièrement délicat. Qui plus est, avec vos longs cheveux noirs et votre teint pâle, vous correspondez en tous points à une image idéalisée de la jeune femme rosalienne qui pourrait s'accorder avec celles nos collections inspirées des vêtements johtoiens traditionnels, et votre visage est familier à une partie de la clientèle puisque vous avez participé à de nombreux concours. Il se trouve que Miné et moi manquons de mannequins pour photographier nos vêtements et les mettre en valeur sur notre site et dans la boutique. Nous aimerions notamment que chaque collection soit, à l'avenir, intégralement portée par une même égérie. » Jusqu'à présent, Miné servait elle-même de mannequin pour la plupart des vêtements dont nous confectionnons un modèle à sa taille, ou à la mienne pour les tenues destinées aux hommes ; elle demandait aussi parfois à Karin ou à d'autres de ses anciennes amies de l'ESSA de nous rendre ce service, mais nous n'avions jamais eu de modèle officiel pour une même collection, ce qui était un défaut pour la mise en valeur de notre marque. « Voilà pourquoi nous avons une proposition à vous faire... » Je jetai un nouveau regard à Miné, car je savais qu'elle frémissait de le dire. Ses yeux noirs, derrière les verres de ses lunettes, s'arrêtèrent à peine un quart de seconde dans les miens ; elle comprit ; elle se retourna vers Elisa Kanes, et elle s'exclama, l'enthousiasme débordant de sa voix :

« Accepteriezvousdeposercommemannequinpournotrenouvellecollection ? »

Elle avait parlé si vite que je ne me serais pas étonné que l'on ne l'eût comprise.


★ éleveur redevenu temporairement coordinateur le temps de mon absence ! ★
~ abl pension ~ solo ~ duo ~ duo ~ trio partenariat ~
(signa Elisa - DC Ada Freimann, Edel Aubier & Kestrel Manori)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 5189

Région : Kantô
Mer 7 Fév - 17:31
Ils allèrent tranquillement se poser dans le jardin. Elisa porta la tasse de thé à ses lèvres. Elle goûta le mélange. C’était délicieux. Miné avait un don pour faire un thé divin. À chaque fois qu’Elisa venait rendre visite à son acolyte ailé, elle était surprise par la douceur et le goût de l’eau aromatisée. Elle remercia vivement l’assistante de Monsieur Sôma d’un sourire et d’un hochement de tête. C’était vraiment bon. Et en plus, il faisait beau… Le paysage, baigné de lumière, donnait envie d’aller s’amuser avec le Pikachu, l’Airmure et Miné. Elisa sourit face à cette image apaisante. Elle avait elle aussi envie d’aller jouer avec eux mais laisser seul Akichi n’était pas très poli. Et puis, il semblait vouloir lui dire quelque chose. Quelque chose d’important.

Après avoir profité un peu du beau temps tout en discutant de Zéphyr’ et de son entraînement, Elisa était satisfaite d’avoir fait confiance à Akichi et Miné pour ce travail. Ils avaient accompli beaucoup sur un temps vraiment correct. L’Airmure semblait plus fort, plus puissant. Même ses ailes avaient pris une jolie teinte. Miné expliqua par ailleurs qu’ils avaient appliqué sur le corps du Pokémon un crème spéciale. Elle acquiesça lorsque Miné lui proposa de lui montrer le tube. Si ce produit avait des effets bénéfiques, pourquoi s’en priver ? Surtout que Zéphyr’ semblait avoir apprécié être massé avec.

Puis, l’ambiance changea. Akichi et Miné devinrent sérieux. Elisa reporta son attention sur les deux humains. Monsieur Sôma décrit avec détail ce qu’il pensait de la coordinatrice, des ses essayages chez eux et de ses achats à la boutique. Pour elle, c’était tout à fait normal. Elle était une cliente très fréquente et achetait souvent des tenues pour les concours de coordination ici. Il la décrit également comme très jolie et elle sourit à ce compliment. Angeline lui disait souvent ce genre de choses mais elle ne la prenait que très rarement au sérieux. Après tout, c’était Angeline quoi. Il arriva à la fin de son discours. Elisa avait du mal à saisir le but de tout ceci et n’était pas certaine de ce que cela voulait dire. Et puis, Miné posa l’ultime question, avec un engouement hors du commun.

Elle ouvrit grand les yeux, souriante. Devenir l’égérie de la boutique d’Akichi et Miné ? C’était une proposition terriblement déstabilisante et en même temps formidablement intéressante. Elisa n’avait jamais réellement pensé à ce genre de choses. C’était pour elle une annonce tout à fait singulière qui fit même rougir ses pommettes. Elle ne le cachait pas, elle avait envie de travailler avec la boutique, avec Akichi et Miné. Ils étaient tous les deux des personnes particulièrement sympathiques et talentueux. Prise d’une timidité toute nouvelle, Elisa répondit calmement.

« Je serais ravie de pouvoir travailler avec vous. » fit-elle, en souriant avec douceur. S’il y avait moyen d’aider la boutique Akichi, ce serait un véritable plaisir. Porter leur tenue l’était déjà. Autant lier l’utile à l’agréable.


music
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 1128

Région : Kantô
Sam 17 Fév - 21:37
Miné avait posé la question d'une traite, ses deux mains plaquées sur la table, presque debout au-dessus de sa chaise et le buste avancé vers la demoiselle Kanes qu'elle regardait droit dans les yeux – un regard d'une intensité caractéristique que je n'ai encore jamais vue chez quelqu'un d'autre que Miné. La ferveur qu'elle avait mise dans ses paroles était presque palpable, et, à vrai dire, elle l'était, puisqu'en s'appuyant aussi brusquement sur la table, elle fit trembler les tasses et la théière qui s'y trouvaient posées et que je maintins avec un « Oh » attentif – mais heureusement, nous avions déjà tous bu plusieurs gorgées de thé et, les tasses n'étant plus suffisamment remplies pour déborder, il n'y eut aucun dégât. Elisa Kanes conserva le silence pendant plusieurs secondes, un temps durant lequel mon assistante et elle restèrent figées, l'une à-moitié debout, l'autre assise, l'une frémissant de tension et d'impatience, l'autre rougissant, tandis que je les regardais tour à tour. Comprenant probablement qu'il était en train de se passer quelque chose d'important pour la boutique, dont elle était tout de même la mascotte (bien qu'elle ne pût pas servir de mannequin pour les vêtements que nous créions, ce qui était fort dommage), Cécilia elle-même avait momentanément quitté Tamago et Zéphyr pour se rapprocher de nous. Je n'avais pas le moindre doute sur le fait que la demoiselle Kanes allait accepter la proposition : elle aimait nos créations, et c'était un très grand honneur que nous lui faisions en lui demandant d'être l'égérie de notre nouvelle collection ! Qui plus est, les photos d'elle portant nos vêtements que nous publierions la mettraient grandement en valeur, et toute jeune femme aime à se voir en image, encore plus belle qu'elle ne l'est dans la réalité, prête à décrocher le cœur des garçons dont les yeux se poseront sur le cliché et qui auront peut-être la chance de la voir ensuite apparaître en chair et bien habillée, pareille à une déesse dont la statue s'animerait au-dessus d'un élu !

Elisa resta donc tout d'abord silencieuse ; et puis, très calmement... elle répondit qu'elle acceptait.

FANTASTIQUE ! s'écria Miné, en bondissant littéralement de joie. Oh, c'est fantastique ! Merci infiniment !
Tu vois, je te l'avais dit ! m'exclamai-je pour ma part, en tapant dans la main de mon assistante en signe de réussite. Évidemment qu'elle allait accepter ! Nous avons bien fait de lui proposer.
Togiii ! renchérit Cécilia qui sautillait sur place à côté de la table, partageant notre allégresse.
Ce sera un très grand plaisir pour nous de travailler avec vous pour ces photographies ! reprenait déjà Miné à l'adresse d'Elisa. Vous êtes vraiment particulièrement belle, et votre allure élégante et vos longs cheveux noirs iront vraiment à merveille avec les tenues de notre nouvelle collection ! Je brûlais d'envie de les voir portées par une personne aussi délicieuse qu'une princesse !

Elle avait quitté sa place à table pour se tenir devant Elisa dont elle avait pris la main dans les deux siennes et qu'elle dévisageait avec toute l'ardeur possible tout en déversant ces paroles qui n'étaient que la plus pure expression de l'admiration qu'elle contenait jusque-là dans son cœur : Miné face à une jolie fille dans sa pleine sincérité. Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas vue s'emballer ainsi... Une semaine, peut-être. Mais d'habitude, elle ne se réjouissait pas autant, car elle était simplement heureuse d'avoir une nouvelle agréable cliente à embellir encore plus avec le vêtement approprié... Tandis qu'aujourd'hui, c'était un véritable contrat que nous proposions à Elisa Kanes : elle allait devoir essayer la totalité de la nouvelle collection, nous l'aurions avec nous un certain temps afin de prendre les photos, et celles-ci seraient ensuite affichées dans notre boutique un bon moment avant que nous ne terminions une nouvelle série de créations !

L'aide que nous demandons ne concernerait pour le moment que la collection à venir, expliquai-je quant à moi, le ton plus posé que celui de mon assistante et, toujours assis à table, en regardant calmement Elisa, tandis que Miné était encore debout à lui tenir la main. Nous aurions besoin de deux photos pour chaque vêtement, une de face et une de dos, afin de les mettre sur notre site, plus quelques photos de promotion que nous afficherions dans la boutique et que nous pourrions diffuser, dans la mesure de nos moyens. Bien sûr, nous vous présenterons un contrat et vous serez rémunérée, mais je dois vous prévenir avant que vous nous donniez votre confirmation que cette paie ne pourra être très haute. Nous ne sommes qu'une petite boutique de vêtements, même si nous nous sommes un peu agrandis ces derniers temps, ajoutai-je : grâce à la réputation qu'avait progressivement acquis notre pension et à l'argent que nous gagnions grâce à elle, quand nous n'avions pas eu de nouveau terrain à acheter pour la mettre en place, nous étions peu à peu rentrés dans nos frais et nous avions pu engager une employée supplémentaire pour la boutique Akichi, Karin, à mi-temps. Il nous serait cependant impossible de payer la demoiselle Kanes comme une professionnelle, et j'espérais qu'elle comprenait bien cela en se montrant prête à accepter notre proposition.



hrp:
 


★ éleveur redevenu temporairement coordinateur le temps de mon absence ! ★
~ abl pension ~ solo ~ duo ~ duo ~ trio partenariat ~
(signa Elisa - DC Ada Freimann, Edel Aubier & Kestrel Manori)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 5189

Région : Kantô
Mar 6 Mar - 17:08
Les réactions ne se firent pas attendre. Miné avait l’air plus que ravie et Monsieur Sôma également. Ce dernier lui expliqua rapidement quelques détails pour leur future coopération. Elisa n’avait en aucun cas besoin d’argent. Si elle se lançait dans ce genre de choses, c’était bien plus par passion et par envie que pour gagner de l’argent. Ses parents leur avaient légué, à elle et Eléna, assez de ressources économiques pour plusieurs générations. Il n’était pas facile pour elle de gérer tout cela, c’était d’ailleurs pour cela que sa sœur aînée était celle qui s’en occupait. La jeune femme sourit pour indiquer que cela lui allait. Elle ne savait pas que la pension et la boutique étaient actuellement en difficulté. Et puis, le simple fait de pouvoir porter ces tenues était en soi un cadeau. Elle avait déjà participé à un shooting photo avec Angeline et connaissait déjà un peu ce domaine.

« J’ai hâte de pouvoir découvrir cette nouvelle collection. » fit-elle, toujours aussi souriante. Les deux stylistes étaient de véritables maîtres et il y avait très peu de créations que la noble n’appréciait pas pleinement. Leur habits étaient toujours somptueux et faits avec une dextérité et un professionnalisme hors du commun. Ils aimaient ce qu’ils faisaient et cela se ressentait jusque dans les plus fines mailles et le textile des vêtements. Elisa regarda Miné avec des yeux brillants. Porter la nouvelle collection Akichi était pour elle un véritable honneur. Elle avait souvent mis en avant des tenues de leur création pendant les concours de coordination ou encore lors de soirées et bals mais cette proposition, c’était un cran au-dessus encore.

Elle pourrait commencer dès qu’ils le souhaiteraient et leur fit comprendre rapidement. « Véritablement hâte. C’est un honneur de pouvoir porter vos créations. » Elle était curieuse et s’imaginait déjà la collection la faire craquer. Il n’y avait pas eu une seule fois où elle n’était pas repartie avec quelque chose de la boutique. A présent, elle arborerait avec encore plus de fierté les créations d'Akichi et Miné.


music
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 1128

Région : Kantô
Mar 17 Avr - 13:32
Elisa Kanes avait l'air véritablement enthousiaste à l'idée de poser comme égérie de notre nouvelle collection ; mais après tout, comment aurait-elle pu ne pas l'être ? Et sa délicate approbation faisait le bonheur de Miné qui ne cessait de la dévisager d'un air ravi, un grand sourire aux lèvres et ses yeux brillants répondant parfaitement à ceux de notre charmante invitée. Elle ne se montra pas dérangée par mon avertissement la prévenant du fait que nous ne pourrions la rémunérer comme une plus grande marque l'aurait fait d'une professionnelle, ce qui était normal venant d'une petite boutique comme la nôtre doublée, en plus, d'une pension à gérer ; elle exprima seulement, de façon merveilleusement adaptée, son impatience de découvrir la nouvelle collection.

Tout est parfait, alors ! s'exclama Miné, que je laissais volontairement réagir avant moi tant son excitation était vive. Si vous avez hâte de découvrir les collections que nous aimerions vous faire porter... que diriez-vous de nous suivre pour que nous vous les présentions immédiatement ? C'est le bon moment, n'est-ce pas, Akichi ? reprit-elle en se tournant vers moi.
Mais oui, tu as raison, Miné, c'est une excellente idée ! souris-je en me levant de ma chaise, prêt à quitter le jardin – heureusement, j'avais déjà fini mon thé.
Si vous voulez bien nous suivre, en ce cas, mademoiselle Kanes ! Miné était décidément radieuse.
Cécilia, nous allons dans la boutique, peux-tu surveiller Tamago et Zéphyr en notre absence, s'il te plaît ? demandai-je à mon amie en me retournant vers elle, tandis que Miné et Elisa pénétraient déjà dans la maison par la porte arrière. Ce n'était pas que je jugeais le Pique-à-Choux et son ami l'oiseau de métal malveillants, mais ils étaient si turbulents, déjà seul pour Tamago, et d'autant plus quand ils jouaient ensemble, que je craignais qu'ils ne causent quelques dégâts ; la petite ange blanche opina avec un cri joyeux et je suivis les deux jeunes femmes jusque dans la boutique.

Nous nous rendîmes dans la pièce adjacente à celle où nous accueillions les clients et où étaient proposés les modèles actuellement en vente. Cette pièce-ci nous servait de salle de confection et d'essayage ; nous y entreposions notre matériel ainsi que les tenues non terminées, non exposées ou les commandes spéciales. Pendant que nous y entrions, je captai le regard de notre future mannequin et pris la parole afin de lui expliquer les idées qui avaient présidé à notre nouvelle série de créations avant que nous ne la dévoilions à ses yeux.

Chère Elisa, déclarai-je solennellement, laisse-moi d'abord te présenter le thème de la nouvelle collection de la Boutique Akichi que tu magnifieras de ta présence sur les photographies. La collection s'intitule : « Godai – Les Cinq Éléments » et est composée de tenues d'inspiration Johto traditionnel illustrant les quatre éléments généralement reconnus comme l'eau, l'air, le feu et la terre. « Godai » est un terme johtoien que l'on peut littéralement traduire par « les cinq grands » et qui désigne l'ensemble des cinq éléments, que sont mizu, l'eau, kaze, le vent, hi, le feu, chi, la terre, et . Pourquoi, alors, ne représenter que quatre éléments à travers nos créations ? signifie « vacuité », mais il est l'élément céleste et bénéfique, l'équivalent du concept de śūnyatā ; l'illustre rōshi Hakuun Yasutani explique en effet que Kū et Mu sont foncièrement similaires, et le Sūtra du Cœur révèle que « les existences ont toutes l'aspect de Kû, ni pures, ni souillées, elles n'augmentent pas ni ne diminuent ». La conséquence en est que a besoin des quatre autres éléments pour dépasser le domaine de l'essence et entrer dans le monde des sensations, tout comme tout être humain a besoin d'une tenue qui lui convienne et l'embellisse pour trouver sa place auprès de ses pairs dans la société ! De la même façon, les quatre éléments ne pourraient se révéler sans la présence de , et tout vêtement a besoin d'un être vivant qui le porte pour se voir acquérir âme et vie ! Voilà pourquoi notre collection s'appuie sur les quatre éléments « pleins » que sont l'eau, l'air, le feu et la terre, trouvant son accomplissement lorsque chaque tenue est portée par son acheteur. Nous avons pour le moment confectionné trois vêtements pour chacun des quatre éléments : trois fois quatre donne douze, et douze, nombre sublime, est le symbole de l'accomplissement, de la plénitude, de la complétion d'un cycle. Pour chaque élément, une robe, un ensemble avec manteau, et une troisième tenue propre à son signe.
Nous avons aussi choisi de nous concentrer sur ces quatre éléments car ils ont une symbolique appréciée au sein du grand public, ajouta Miné, mais si la collection plaît, nous envisageons de la reprendre en la développant autour des dix-huit types de Pokémon, les quatre éléments actuels pouvant respectivement correspondre aux types feu, eau, plante et vol. Si tant est que nous ne lassions pas avant, bien sûr !
Exactement, approuvai-je, et j'énoncerai la même nuance que toi. Chère Elisa, vous aurez donc à poser dans douze tenues différentes, qui devraient vous aller à merveille avec vos longs cheveux noirs et votre physionomie s'accordant parfaitement aux images idéalisées du Johto traditionnel que véhicule notre collection. Nous adapterons également les modèles pour les hommes, mais je poserai moi-même et dans seulement une tenue du trio par élément afin de préserver le sentiment que peuvent avoir nos clients masculins de nous dévoiler le fragment le plus secret de leur jardin intérieur lorsqu'ils nous communiquent des commandes si précieuses à leur cœur.

Je conclus mon discours sur une petite note pleine d'émotions, avec léger trémolo, poing fermé et yeux levés vers le ciel (ou plutôt, le plafond). Miné, toujours souriante, attendait une réaction d'Elisa ou un signe de ma part afin que nous dévoilions, enfin, les fameuses tenues. En tout cas, avec la demoiselle Kanes comme mannequin, la promotion que nous en ferions et le style asiatique de ces tenues – une rapide observation du public nous avait permis de constater qu'il était particulièrement à la mode en ce moment, peut-être suite à la présentation à l'Élite de la séduisante Linaewen Varda –, j'étais plus que certain que la nouvelle collection de la Boutique Akichi remporterait un vif succès.


★ éleveur redevenu temporairement coordinateur le temps de mon absence ! ★
~ abl pension ~ solo ~ duo ~ duo ~ trio partenariat ~
(signa Elisa - DC Ada Freimann, Edel Aubier & Kestrel Manori)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 5189

Région : Kantô
Jeu 14 Juin - 16:05
« Ce serait un véritable plaisir. » répondit la jeune femme, joignant les mains pour exprimer sa gaieté. Elisa se leva ensuite doucement de son siège pour suivre Miné et Akichi sans un mot, terriblement curieuse. Sur ses lèvres s’était dessiné un sourire enjoué et dans ses yeux, de légères et petites étincelles étaient visibles. La coordinatrice était véritablement ravie de pouvoir participer à la mise en avant d’une des collections de Monsieur Sôma. Elle estimait beaucoup ses créations et n’avait qu’une envie ; les voir le plus rapidement possible. Laissant les deux personnes la guider, son esprit imaginait déjà mille et une merveilles. Tandis que le styliste lui expliquait l’histoire de cette série, elle détaillait les images qu’elle avait créées avec son esprit. Elle écouta attentivement, les yeux brillants, telle une enfant attendant qu’on lui offre ses cadeaux à Noël. Le thème mis en avant lui rappelait certains vêtements traditionnels de Rosalia… de Johto de manière générale. D’ailleurs, Akichi associa la collection à la région quelques secondes plus tard. La coordinatrice appréciait déjà beaucoup le style traditionnel que Johto et se disait qu’il était fortement possible qu’elle apprécie davantage encore les créations des deux stylistes. Ces derniers expliquèrent l’origine de la collection et d’où venait leur choix quant au design de cette même série. Les quatre éléments, c’était un bon choix à vrai dire. Akichi détailla alors quel serait le rôle d’Elisa. Poser avec les douze tenues. S’ils étendaient la collection à tous les types de Pokémon existant, ils auraient du pain sur la planche, et elle aussi d’ailleurs. Le principe de l’accomplissement de soi lui plaisait. Être à l’aise dans un vêtement agréable à porter donnait confiance en soi, c’était un pas en avant pour atteindre cet objectif. Elle n’avait aucune question, c’était très clair et bien présenté, d’autant plus qu’avec autant de passion dans son discours, il était impossible de rester de marbre face à Monsieur Sôma.

Elle était terriblement impatiente de mettre des images sur les paroles d’Akichi et de Miné, d’enfin pouvoir voir les tenues. Mais la noble était loin de se douter que ce qu’elle avait dessiné dans sa tête n’avait rien à voir avec ce qu’on lui présenta sous les yeux ; c’était au-delà. Elle s’émerveilla devant le travail accompli, restant bouche-bée, encore une fois étonnée par la qualité. Comme d’habitude, le mélange des couleurs était incroyablement équilibré, le choix de chaque tissu était parfaitement justifié, les ornements et détails avait été posés et joints au vêtement avec délicatesse et savoir-faire. Elisa resta muette face à tout ça. Ils avaient fait un travail exceptionnel. Elle se demandait presque si elle était à la hauteur pour porter de telles créations. Elle n'osait même pas s'approcher.

Cependant, elle était tirailler entre ce sentiment et un autre. En effet, elle n’avait qu’une envie : se glisser à travers les tissus.


music
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 1128

Région : Kantô
Jeu 19 Juil - 19:05
Tandis que nous pénétrions dans la pièce adjacente à la boutique que Miné et moi appelions notre "atelier", la demoiselle Kanes à notre suite, j'avais entamé avec ferveur les longues explications au sujet du concept de notre nouvelle collection – ce type d'explications qui sont la marque du styliste passionné, que les ignares de journalistes des médias généralistes se font toujours un stupide plaisir à retrancher aux trois quarts (quand ce n'est pas de plus) de façon à ce que l'on ne comprenne plus rien lorsqu'on découvre l'article mais dont les véritables professionnels raffolent, et qui ne doivent pas sauver une création ratée, mais déploient tout leur intérêt pour souligner la maestria d'une véritable œuvre d'art. À mon grand plaisir, Elisa semblait boire mes paroles avec la plus vive attention, hochant régulièrement la tête pour marquer sa curiosité avec un regard qui me rappelait celui de nos plus fidèles clientes. Pendant ce temps, Miné s'était avancée vers l'une des hautes armoires que comportait la pièce, celle dans laquelle attendaient les tenues de la fameuse nouvelle collection Godai. Mon discours fini et l'enthousiasme de notre invitée confirmé, j'eus un signe de tête dans sa direction : et elle ouvrit alors les deux portes de bois, dévoilant les douze vêtements que la demoiselle Kanes aurait à porter, si elle l'acceptait, devant un objectif pour en faire la promotion. « Et voici nos tenues sur les cinq éléments ! »

Comme souvent avec les vêtements que Miné et moi créions, la première chose qui sauta aux yeux lorsque ces habits apparurent fut la couleur. J'aimais foncièrement la couleur, des vêtements colorés étaient pour moi synonymes de bonheur, de passion, de sentiments, de vie, tout comme le monde, lorsque l'on s'ouvre à lui, déploie devant nous ses nuances ; et nous avions décidé de profiter de ce trait qui était l'une des caractéristiques de notre marque pour bâtir notre collection sur le thème des cinq éléments. Chaque élément représenté avait ainsi sa couleur de tête, nuancée et développée ensuite à travers les trois tenues qui le déclinaient : le feu était le rouge, la terre était le vert, l'eau était le bleu et l'air était le blanc. L'autre trait commun qui unissait ces vêtements était, bien sûr, leur style général évoquant les tenues du Johto traditionnel, plus particulièrement les tenues habillées des courtisanes, des artistes du spectacle ou encore des mariées telles que l'on pouvait encore aujourd'hui en voir lorsque l'on se rendait à Rosalia ou durant certaines fêtes. La plupart des tenues étaient taillées dans un tissu léger et ample, visant à évoquer le caractère essentiel des éléments qu'elles représentaient, comme forces de la nature à l'origine du monde : pour cette même raison, nous avions mis les formes serpentines à l'honneur, à l'aide de cols ondulants ou de longues traînes courbées. Ces formes fuyantes, portées par notre mannequin, évoqueraient ainsi le relief vallonné des paysages de la Terre, les vagues de l'océan, le souffle de l'air, les flammes du feu. Des accessoires tels que barrette ou bracelet venaient compléter chacune des collections ; il n'y avait que des chaussures dont nous manquions, mais les pieds nus, sur les photos, accentueraient le lien à la nature.

Des quatre trios, les tenues correspondant à la terre étaient les plus variées : une robe longue plutôt moulante entièrement recouverte de formes de papillons en relief bruissantes et changeantes, vertes, jaunes ou oranges, surgissant d'abord à la vue comme une robe de soleil et le chapeau à bords larges et souples qui l'accompagnait, un ensemble plus moderne, inspiré des qipao qui dégradait un vert très sombre satiné jusqu'à des tons de brun, une robe cette fois bouffante, dont le jupon bien rond évoquait les crinolines de l'ancien temps et couverte de fleurs délicates... La couleur verte faisait partie de celles que de nombreuses personnes hésitaient à porter et nous avions eu des difficultés, initialement, en cherchant à nous limiter à cette teinte, mais le thème de la terre permettait d'innombrables sources d'inspiration et dès que nous avions accepté de diversifier notre palette, les idées s'étaient multipliées. Les tenues basées sur l'élément de l'eau mettaient à l'honneur toutes les teintes de bleu foncé, à l'aide de superpositions de tissus de nuances et de matières variées pour évoquer la richesse et le mystère du monde maritime ainsi que de discrets points d'argent ou de dentelle, tels l'écume qui irise les vagues au plus fort de la tempête. Nous avions imaginé celles rattachées à l'élément de l'air entièrement dirigés par l'idée de légèreté, c'est pourquoi nous avions mis les longs voiles à l'honneur, en déclinant le blanc avec des apports d'or, d'argent, d'ivoire ou encore de gris perle et bleuté pour ne pas nous cantonner à la simple pâleur immaculée qui avaient toujours tendance à me mettre mal à l'aise. Enfin, les tenues correspondant au feu éblouissaient par leur rouge ardent rehaussé de paillettes qui s'illumineraient comme tant d'éclats au moindre passage sous une lumière directe, vêtements flamboyants qui, j'en étais certain, iraient à merveille à Elisa Kanes avec ses longs cheveux noirs.

Alors, qu'en dites-vous ? m'enquis-je auprès de notre invitée après que je lui eus brièvement présenté les quatre sections de notre collection étalée sous ses yeux sur la table au centre de la pièce. Nous avons été légèrement ambitieux sur cette nouvelle série, plus, en tout cas, que lors de nos collections précédentes, et c'est également pour cette raison que nous souhaitions un mannequin différent de l'un de nous deux qui pose pour l'ensemble des vêtements. Si ces créations remportent du succès, nous espérons que cela augure de nouvelles collections aussi construites à l'avenir pour notre marque !
...Si les tenues vous plaisent, que diriez-vous d'en essayer une ou deux dès maintenant ? demanda alors Miné, qui semblait avoir cette question sur le bord des lèvres depuis que nous avions dévoilé les vêtements à Elisa : l'expression attentive et émerveillée de la Kanes devant les créations semblait l'avoir enfin autorisée à parler. Nous pourrions ainsi vérifier que la taille vous va et noter les retouches à effectuer s'il y en a !

Ce qui me semblait une excellente idée pour nous assurer de l'adhésion de notre mannequin ainsi que du fait que les tenues soient parfaites pour elle lorsque nous passerions aux photos parut aussi du goût d'Elisa. Après que la jeune femme eut choisi sa tenue préférée, Miné disparut avec elle derrière un paravent – de gré ou de force, car mon assistante adorait aider les clientes à se changer et considérait de toute façon sa présence comme une obligation pour le tout premier essayage de ces modèles pour le moment uniques et aux formes relativement complexes. Les deux demoiselles reparurent enfin devant moi, avant de s'approcher des trois miroirs dressés dans un coin de la pièce afin que Miné, armée d'épingles, note les endroits à raccourcir pour le sur-mesure, peu nombreux. Mon assistante avait eu raison de proposer Elisa comme mannequin : dans la robe qu'elle avait choisie, elle resplendissait... et mon œil exercé me soufflait qu'il en irait de même avec les autres tenues.


★ éleveur redevenu temporairement coordinateur le temps de mon absence ! ★
~ abl pension ~ solo ~ duo ~ duo ~ trio partenariat ~
(signa Elisa - DC Ada Freimann, Edel Aubier & Kestrel Manori)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 5189

Région : Kantô
Jeu 30 Aoû - 16:12
Miné semblait terriblement enthousiaste et heureuse. Elle avait le sourire aux lèvres. Et c’était contagieux. La jeune coordinatrice se sentait extrêmement bien en cette compagnie. Des personnes souriantes et créatives. En fait, tous les trois avaient quelque chose en commun : l’amour de l’esthétisme. Ils semblaient se comprendre parfaitement là-dessus et les goûts qu’avait Elisa rejoignaient la vision des créations du styliste et de son assistante. Bien plus qu’un éleveur et qu’un homme de la création artistique, on sentait qu’Akichi savait faire son travail avec une passion débordante. Il était tout à fait possible de voir au travers des coutures des vêtements toute l’envie et la volonté de bien faire de l’homme. Et Miné avait certainement le même genre de sentiments. D’ailleurs, la curiosité piqua Elisa. Akichi et Miné. Étaient-ils ensemble ? Ils avaient l’air d’un véritable couple mais il était vrai qu’ils s’étaient avant tout présentés en tant qu’associés lors de leur première rencontre. Mais les regards qu’ils s’envoyaient… Il y avait quelque chose. C’était certain. Une telle complicité, c’était évident. Elisa secoua légèrement sa tête pour en revenir à les tenues qu’ils lui présentèrent. Comme attendu, elles étaient magnifiques, sublimes. Du véritable travail de professionnels. Ils s’y connaissaient parfaitement. Et encore une fois, Elisa était époustouflée quand aux designs, aux couleurs et aux détails incorporés dans certaines robes. Rapidement, elle eut le coup de cœur. Elle s’approcha de celle qui la fit vibrer. Posant sa main sur le textile pour en connaître le matériau utilisé, elle reconnut quelque chose de léger et de confortable à porter à la fois. Ils arrivaient à allier confort et beauté, c’était fantastique.

Prenant le temps d’admirer la création en question, elle se tourna vers Miné qui semblait ne plus tenir en place. « Celle-ci. » fit la jeune femme, presque sur un ton solennel, le sourire aux lèvres et les yeux rivés sur la création. Elle était certaine de son choix. Même si elle avait plusieurs coups de cœur, c’était véritablement celle-là sa préférée. La robe semblait tout droit sortie d’un conte de fée, ou d’un film d’animation aux couleurs particulièrement agréables et douces. Le tissu semblait d’argent et pourtant, de nombreux reflets bleutés se dispersaient ça et là en rayons, tout le long de l’élégante tenue, comme une brume qui enveloppait le vêtement. Rapidement, Elisa fut embarquée dans la cabine d’essayage faite avec un paravent. Miné s’occupa d’elle rapidement et avec une précision infinie. Quelques minutes plus tard, la jeune coordinatrice était parée. Il y avait même un long ruban qui tenait parfaitement en place dans ses cheveux, de la même couleur que la robe elle-même. Ses longues mèches, entremêlées au tissu lui donnait quelque chose en plus, quelque chose d’un peu mystique, comme une magicienne presque.

Elles sortirent de derrière le paravent. Elisa se sentait un peu comme une princesse de conte de fée, c’était étrange. Elle avait déjà ressentie cela la première fois qu’elle avait acheté une tenue ici. Mais cette fois-ci, c’était différent ; elle représentait la marque de Monsieur Sôma et portait fièrement cet habit. Miné n’avait pas eu à repiquer le tissu plus que ça, juste au niveau de la hauteur des voiles de la robe qui tombaient trop mais à part cela, tout semblait correct au niveau de la taille. Quelques petites retouches seraient à faire mais rien d’un travail de titan apparemment.

Elisa se présenta alors devant Akichi. Comment allait-il juger le port de sa création ?


music
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» tutorial chariot de guerre sur base de land raider
» land speeder dark eldar
» Plusieurs land raider
» Comment détruire les Land Raider ???
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kantô - 1E G E N :: Bourg Palette :: Akichi's Beautiful Land-