AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 
» L'examen ranger


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 2309

Région : Kalos
Mer 27 Déc - 15:50
La situation était finalement bien plus gérable que je ne l'avais imaginé.

Les balises gps dispersées sur le parcours m'avaient permis de tracer un itinéraire fiable à travers la route victoire. N'ayant aucune envie de m'égarer dans cette sinistre grotte plutôt mal fréquentée, j'avais pris toutes les précautions nécessaires mais je m'apercevais rapidement que les routes étaient dégagées.

La route victoire, dans chaque région, portait bien son nom. Celle de Sinnoh n'avait rien à envier aux autres. Nous progressions dans les flancs de la montagne à un rythme soutenu. Fatigués, nous nous efforcions cependant d'oublier la lassitude et de garder un bon pas. Il ne valait mieux pas traîner bien que les environs étaient calmes. Nous ne suivions pas la route tout du long. L'Ursaring flairait facilement les environs. Il n'y eut rien à redouter.

Vingt minutes s'écoulèrent sans grabuge. Le jour commençait à se coucher au moment où nous étions entrés ; on se pressait pour atteindre notre but. La route semblait dégagée de tout candidat : je redoutais de plus en plus notre retard. Avec le détour pour atteindre ne serait-ce que l'entrée de cette foutue grotte, nous avions perdu un temps plus que considérable. Tant que je me demandais si nous n'allions pas être disqualifiés par une limite de temps. Je repensais soudainement aux premières heures de la journée et me souvenais d'un coup qu'une épreuve théorique nous attendait encore. Déboussolée, je me forçais cependant à sortir de mes pensées. Ce n'était ni le moment, ni l'endroit.

Iorek flaira quelque chose alors que nous approchions de la sortie. Le fait qu'il ne se soit rien produit, pas même une rencontre inopportune avec un pokemon sauvage colérique, mettait tous nos sens en alerte. Soit ils étaient tous partis sans nous, soit on nous attendait de pied ferme. Le type normal de mon compagnon ne pourrait pas nous permettre de creuser notre propre sortie. Il me semblait l'avoir vu une fois déclencher une attaque séisme : il fut assez intelligent pour comprendre que nous allions mourir écrasés sous la roche s'il la déclenchait. Ce fut dans cet état de réflexion et d'apparence paisible que de nouveau, l'Ursaring agita sa truffe et flaira une odeur.


Elle était à peine perceptible puisque celle à qui elle appartenait empestait un parfum fleuri mélangé à un soupçon de roche. Si j'avais eu les mêmes capacités sensorielles, je l'aurai probablement senti aussi mais il fallut que la chose s'approche d'avantage. L'odeur ne venait pas de l'intérieur de la grotte mais de l'extérieur : nous étions tout près de la sortie. On ne voyait pas encore la lumière mais il suffisait d'un virage pour s'en rendre compte. Dissimulés dans les roches cependant, on aperçut un Grolem s'approchant. Il suivait la route et semblait être en train de tresser une couronne de fleurs. Je me frottais aussitôt les yeux. Était-ce bien réel ? J'avais du mal à croire à un pokemon hippie mais je compris rapidement que les fleurs n'étaient pas destinées à faire un diadème. Planqués, silencieux, ne bougeant pas, on vit le pokemon roche foutre les pétales dans sa cuirasse. Elle se prenait pour un pot-pourri. L'essentiel était de la laisser passer sans qu'elle ne nous aperçoive.

L'Ursaring bougea le premier et je l'enjoignis ; un courant d'air s'engouffra à ce moment dans la grotte et souleva le parfum fleuri d'un shampoing acheté les yeux fermés et appliqué le matin même. Jamais je n'aurai cru possible le fait que le pokemon roche ne le sente par-delà la sueur mais alors que nous négocions le virage de la route en courant, le Grolem se retourne lentement et à temps pour nous apercevoir. On file de là et on sort enfin, à deux kilomètres seulement de l'arrivée.
A l'air libre on fonce immédiatement à couvert dans les arbres et on décide de rester en hauteur. Mon Ursaring m'est d'une aide utile, on traîne encore un bon kilomètre puis on finit à pied sans être emmerdés. Jusqu'au dernier instant je n'y crois pas mais on atteint finalement le point d'extraction sans embûches supplémentaires mais effectivement bien retard sur tous les autres candidats.
Je finis les mains sur les genoux à souffler, fatiguée du dernier effort quand un gars de l'équipe se pointe et constate.


- Numéro 103, il n'en reste que deux !

Je penserai à cette superbe performance plus tard.
J'ai à peine le temps d'apercevoir mes binômes d'un jour dans la foule ou de prendre une bouteille d'eau qu'un bruit sourd se pointe derrière nous. En me retournant j'observe dans toute sa splendeur un Grolem, en boule, roulant vers moi à toute vitesse. Le temps de déduire que c'est le pokemon de plus tôt qui nous a suivi que l'attaque est contrée par mon Ursaring : il se sert d'une petit tremblement de terre pour dévier la trajectoire du pokemon roche qui s'écrase dans les arbres. Le spécimen n'est visiblement pas assez lourd pour déraciner ces gros troncs, il se relève un peu confus mais pas du tout agressif.

Il s'était visiblement contenté de nous rejoindre parce que mon parfum lui plaisait. Il m'avait approché, un fait peu rassurant en soi, mais doucement et tranquillement. Il ne grognait pas, se contentait juste de renifler dans ma direction. C'était ma première rencontre avec la Grolem amoureuse des fleurs.



    stuff:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 980

Région : Sinnoh
Dim 14 Jan - 19:00
Au fil du temps, quelques participants continuent à arriver. Certains ont l’air plus mal en point que d’autres. Mais ils sont tout de même très peu au regard du nombre de participants au concours. Cette épreuve a été très punitive pour beaucoup de candidats. Jean, quand à lui, est transporté dans une tente immense médicale ou une équipe médicale lui administre les premiers soins. Heureusement pour le jeune homme, rien de cassé. On désinfecte par ci, on place en bandage par là. Il va devoir faire un peu attention les prochains jours. De toute manière il n’aura pas trop le choix en raison des douleurs qu’il va trainer. Les médecins le rassurent en lui disant qu’ils en ont terminé avec les épreuves physiques, sans trop entrer dans les détails. Certainement la fameuse épreuve théorique. Jean tourne la tête dans la tente et aperçoit plusieurs des candidats qu’il a pu affronter durant cette étape de l’examen. C’est donc ici qu’ils ont été transportés par les Alakazams téléporteurs.

L’attention du jeune homme est attirée par de l’agitation dehors. Il se lève difficilement et va voir ce qu’il se passe. Il a juste le temps d’apercevoir Jill et son Ursaring, qui soulève un bloc de terre afin de dévier la course d’un Grolem qui se dirige vers sa dresseuse. Le type roche est dévié de sa trajectoire et va atterrir dans un arbre non loin, provoquant les cris plaintifs de pokémons oiseaux qui y étaient installés. Certains rangers commencent déjà à se mettre en position pour neutraliser la menace mais il s’avère rapidement que le Grolem n’a aucune intention hostile. Il se contente de renifler la dresseuse aux cheveux verts. On peut remarquer des fleurs insérées dans les fissures de la carapace du pokémon. Jean ne peut réprimer un léger rictus. C’est typiquement le genre de situation qui peut lui arriver. Il faut croire que sa chance a déteint sur Jill.

On attend encore un peu les deux derniers candidats qui ne sont pas encore arrivés. L’un des deux arrive via un Alakazam, éliminé par l’autre qui arrive dans la clairière, triomphant, quelques minutes plus tard. Il s’agissait visiblement de deux participants ayant opté pour la technique du fourbe qui récolte les boîtiers des autres à la fin de l’épreuve. Ils sont d’ailleurs récupérés auprès des candidats ayant réussi. Les points récoltés par les autres ne sont pas révélés pour l’instant. Impossible de dire précisément combien de points chacun a obtenu, même si chaque aspirant ranger peut se faire une idée de ses propres points.

Le temps passe. Les candidats les plus mal en points ont pu récupérer grâce aux soins de l’équipe médicale et leurs pokémons. Aucun d’entre eux n’a été blessé assez sérieusement pour empêcher la poursuite de l’examen. Les aspirants rangers sont appelés à se rassembler autour de l’hélicoptère qui trône au centre de la clairière. Jean retrouve par la même occasion Jill, Luna et David. Ils y retrouvent les deux rangers qui les ont accueillis le matin même, à savoir le grand chauve et la petite vieille. Cette dernière attend que tout le monde arrive et prend la parole sans devoir calmer la foule. Les candidats sont physiquement épuisés et ont autre chose à faire que de bavarder.


-Hem. J’espère que les épreuves se sont bien passées pour vous. Si ce n’est pas le cas, sachez que vous avez encore l’occasion de vous rattraper. Il reste une épreuve théorique qui prendra place dans l’arène de Rivamar.

Une main se lève dans la foule.

-Euh… juste pour savoir. On y était ce matin, à l’arène. Cela n’aurait pas été plus logique de passer l’épreuve théorique avant celle-ci ? Nous sommes pour la plupart fatigués, donc pas dans les meilleures conditions pour réfléchir.

La vétéran toise le curieux en replaçant ses lunettes. C’est vrai que la question mérite d’être posée. La ranger répond sur un ton calme.

-Si vous embrassez la carrière de ranger, vous ne serez pas toujours en forme quand vous aurez besoin de réfléchir. Pensez-y.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 2309

Région : Kalos
Dim 21 Jan - 10:10
La mésaventure du Grolem se conclut par une capture bien étrange.

Elle se contente de me renifler et ne semble pas vouloir s'arrêter. C'est bien emmerdant puisque, au même instant, les deux derniers candidats arrivent et terminent cette phase de l'examen. J'essaie de me rendre à l'infirmerie où l'on m'accompagne d'office mais le Grolem refuse de se séparer de moi ; l'ennui c'est qu'elle prend quand même pas mal de place. Je décide donc de lui proposer l'unique pokeball vierge que j'ai sur moi. J'ignore si elle voudra intégrer mon équipe mais je ne trouve pas d'autre solution en attendant : je détruirai sa pokeball dès la fin de l'épreuve théorique.
La Grolem finit par accepter et rentre aussitôt dans la petite balle.

On m'ausculte rapidement sous une tonnelle, constatant quelques bleus et une grande fatigue, rien de plus grave. Certains candidats ne peuvent pas en dire autant : je vois quelques expressions de douleurs dans certains brancards. Je comprends que cette épreuve a fait le tri parmi les inscrits. Je m'estime heureuse de l'avoir franchie, même sur le tard.

Alors que j'aperçois Luna, monsieur muscles et le blondinet dans la foule en sortant de l'infirmerie, je remarque également qu'un hélicoptère s'est posé dans la clairière voisine. Je reconnais la petite vieille et le chauve de la matinée : nous nous approchons pour écouter.


-Hem. J’espère que les épreuves se sont bien passées pour vous. Si ce n’est pas le cas, sachez que vous avez encore l’occasion de vous rattraper. Il reste une épreuve théorique qui prendra place dans l’arène de Rivamar.

Aussitôt, un des candidats lui répond avec une pointe de sarcasme.

-Euh… juste pour savoir. On y était ce matin, à l’arène. Cela n’aurait pas été plus logique de passer l’épreuve théorique avant celle-ci ? Nous sommes pour la plupart fatigués, donc pas dans les meilleures conditions pour réfléchir.

La vieille conclut qu'en tant que futurs rangers nous n'aurons pas toujours l'occasion de nous reposer à loisir. Je trouve que les deux marquent un point : pas le choix, tous les aspirants rangers sont conduits à l'arène de Rivamar. Pas assez de place dans l'hélico pour tous : on est conduits sur place en jeep, ça ne prend que peu de temps avant de parvenir au but.
Dans la foule je me suis retrouvée près de Jean et des autres mais la route est très courte et la fatigue très présente. Je préfère me concentrer plutôt que bavarder. J'ignore en quoi va consister cette épreuve théorique.


Une fois sur place, je découvre une grande arène, bien entretenue. La façade est imposante, le toit est en voûte. A l'intérieur l'espace est très large et surtout, aménagé. Il y a des tables individuelles disposées çà et là : je n'ai pas compté mais je crois que nous sommes encore une bonne quarantaine toujours en lice. Des petits boîtiers sont posés sur les tables.
Alors que je laisse vagabonder mes pensées – c'est l'arène de qui ici ? Vu les installations, c'est le type électrique c'est ça ? - les candidats sont appelés à se rassembler près d'une petite estrade installée pour l'occasion. Juste ce qu'il faut de hauteur pour permettre à la vieille de se poser dessus et nous toiser du regard pour nous donner quelques explications.


- Vous devrez répondre à une première série de questions qui seront diffusés sur un écran ; il faudra vous servir du boîtier. Dans un premier temps : ensuite vous devrez répondre sur papier à un QCM. Une mauvaise réponse apportera un malus de deux points ; tâchez de vous concentrer et de bien répartir votre temps. L'épreuve dure une heure : les deux séries de questions prévues ne prennent pas plus de trente minutes : à vous de gérer cela.

Puis elle nous indique que les tables sont numérotées : il suffit de trouver la nôtre par rapport à celui qui nous a été attribué dès le matin.



    stuff:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 980

Région : Sinnoh
Lun 5 Fév - 17:49
Après le discours des deux rangers, les derniers arrivants, dont Jill, finissent leurs examens médicaux. Puis les candidats restants sont répartis dans des jeeps pour le voyage retour jusqu’à l’arène de Rivamar. Jean profite du voyage pour roupiller un peu, il en a bien besoin. De toute manière, seul les bruits du moteur et de la route viennent ponctuer le voyage, les candidats étant trop fatigués pour faire la causette. Mais sa sieste ne dure pas bien longtemps et il est tiré brutalement de son sommeil par un coup de frein un peu trop brutal de la part du conducteur.

-Zzz… hein quoi ?

C’est les yeux encore piquants qu’il descend du véhicule, revenant encore une fois à l’arène de Rivamar. Cette-fois, les terrains ont été remplacés par des tables et des chaises. Un changement d’environnement qui justifie peut-être la mise en place d’une épreuve en extérieur. Comme quoi, avec un peu de temps, on peut tout faire. C’est vrai que les arènes, ça ne sert pas à grand-chose en tant que tel la plupart du temps puisqu’il n’y a pas des matchs toutes les heures. Un espace aussi grand et aussi peu utilisé, c’est quand même un sacré gouffre financier sur le papier. C’est vrai que quand il y pense, le blond peut constater que plusieurs arènes sont multifonction. Comme l’arène de Verchamps, qui fait aussi office de piscine municipale.

On retrouve encore une fois la vieille ranger qui s’occupe d’indiquer les modalités de la dernière épreuve. Il s’agit de deux séries de questions à choix multiple. Pendant qu’elle donne les explications, le regard de Jean se perd un peu sur les autres participants. Ils sont pour la plupart exténués, cela se voit. La première se fait à l’aide d’un boîtier pour répondre à des questions qui s’afficheront sur un grand écran. La seconde se fera de manière plus classique, avec un papier et un crayon. On peut légitimement se demander pourquoi cette décision. En tout cas, la première série se fera au même rythme pour tout le monde : ils ne vont pas afficher les questions sur demande. Chaque question aura un délai impartis pour y répondre, comme au code de la route. Le tout ne durera qu’une petite heure.

Un autre détail important : une mauvaise réponde donne un malus. L’absence de réponse n’en donne pas. Il est donc préférable de ne pas répondre à une question en cas de doute. C’est à chaque candidat de mesurer le rapport bénéfice-risque de chaque question. A voir si en plus ils vont être fourbes dans la formulation des questions. Les tables sont numérotées par rapport aux nombres attribués à chaque candidat au début de l’examen.

Jean pense soudain à un détail : ils n’ont qu’une demi-heure par QCM. De plus, le premier demandera une certaine réactivité de la part des candidats puisque chaque question sera chronométrée. C’est donc de cela que parlait l’examinatrice quand elle disait qu’un ranger n’aura pas toujours l’occasion d’être en forme quand il devra prendre des décisions dans l’urgence.

Les aspirants rangers s’installent en silence. On fait tester leurs boîtiers une dernière fois : il serait dommage d’être pénalisé par un problème technique.


hrp : insertion de l’œuf de minidraco obtenu à l'event de noël, qui éclora le 20 du coup .-.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 2309

Région : Kalos
Jeu 22 Fév - 21:41
Saletés de boitiers.

Se prendre des tartes toute l'après-midi pour en arriver là, dans l'arène de Rivamar, comme si nous étions au code de la route. La fatigue m'envahit. Nous sommes répartis par numéros et une fois de plus je me retrouve devant le blond. J'accueille cette retrouvaille par un sourire fatigué et aucune parole : la vieille donne les consignes.

Ce sera strict. Moins d'une minute pour répondre par question, deux qcm, des boitiers en état de marche et un malus si la réponse se trouve à côté de la plaque. Autant dire qu'ils n'épargnent pas les candidats jusqu'au bout. Cela dit, ils ont eu le mérite d'être clairs. Je me concentre aussitôt mais peine à rassembler des forces ; il ne me reste quasiment plus de jus. Je redoute surtout l'erreur fatale : rater une question et donner les mauvaises réponses en chaîne tout en étant persuadé de donner les bonnes. Une catastrophe déjà croisée par le passé.

Les moniteurs s'allument ; les questions défilent ensuite.
C'est aussi chiant qu'au code mais le temps passe vite. Il y a des questions très théoriques, qui s'appuient sur les connaissances des types des pokemons et des attaques. Quelques images choquantes pour marquer les esprits. Des évidences, des surprises, parfois des cas particuliers. Finalement l'épreuve physique restait plus ardue.

[***]

Au bout d'une heure tous les candidats cessèrent d'écrire.

Le cas pratique qui fut distribué ne prenait pas des heures de réflexion nécessaire : l'examen s'avérait clair et vu la fatigue des participants, il valait mieux. Il avait été particulièrement difficile de rester concentré pour ma part et ce fut avec un soulagement immense que je quittais ma table sans même me relire après avoir posé mon stylo. J'étais persuadée d'avoir tout donné et ne pensais plus qu'à un bon bain et une paire de ciseaux pour virer les mèches qui m'arrivent dans les yeux – merci Iorek.

Je traversais la salle dans le silence et jetais un œil aux alentours.
La fin de l'épreuve allait sonner dans dix minutes et j'apercevais encore Jean, Luna, Ben au loin et même monsieur muscles dans la foule. Je crus l'espace d'un instant qu'un doute chatouillait mon nombril : en poussant les portes de l'arène il disparut. Cette fois plus que d'autres, j'étais confiante et surtout soulagée d'avoir passé l'épreuve et de l'avoir achevée. Une certaine fierté me fit sourire. A l'extérieur de l'arène se trouvait déjà quelques candidats – je demandais une cigarette à l'un d'entre eux, plaisir coupable avec lequel je n'avais pas flirté depuis de longs mois. L'occasion m'inspire le geste : je pousse les bouffées avec force et contentement. Malgré l'air frais du soir il est bien agréable d'être sur un banc ; j'attends et finalement je vois paraître Ben en tête de file, suivi une minute plus tard par le début de la foule. Tous ne sortent pas en même temps. Luna débarque, un sourire rayonnant – elle est évidemment victorieuse – suivie de près par David qui affiche une légère différence dans l'air ; toujours stoïque mais avec un sourire en coin. Les autres débarquent au fur et à mesure : je m'amuse à détailler leurs expressions. Tantôt soulagées, tantôt maussades ou graves, elles sont relativement variées. Celle de Luna n'a aucune équivoque ; un sourire de championne se dessine sur son visage. Monsieur muscles, juste derrière elle, est semblable à lui-même, à ceci près qu'il a un discret sourire en coin. Je finis par apercevoir dans la foule d'autres de mes amis venus participer au concours. Ils y sont tous arrivés. Cela me réjouit davantage pour eux.

J'apprécie la solitude à la fin d'un examen depuis longtemps, aussi je reste sur mon banc à observer les apprentis rangers discuter plus ou moins vivement de l'épreuve qui vient d'avoir lieu. Le silence me convient mieux : j'en viens à rêver de cette chambre que j'ai heureusement pensé à réserver à Rivamar. Songeuse, mes pensées dérivent du côté de la Grolem que je finis par relâcher alors que l'Ursaring revient près de moi. Il était parti se reposer dans un arbre en attendant la fin de l'examen. Il nous rejoint et continue d'observer le roc qui nous fait face et qui hume l'air tel un ponchiot.



    stuff:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 980

Région : Sinnoh
Ven 2 Mar - 15:00
Le contrôle des boitiers prend encore un peu de temps, ce qui permet aux candidats de macérer dans leur jus quelques minutes supplémentaires. Il ne reste de toute manière pas grand-chose à transpirer. Les aspirants rangers sont dans un sale état, logique en même temps au vu de ce qu’ils ont fait en l’espace d’une petite journée. D’autres vérifications ont lieu, les surveillants se mettent en place. Car oui, il y a des surveillants. Les organisateurs ne négligent visiblement aucune possibilité et feront tout pour débusquer les potentiels tricheurs. On demande le silence : désormais, parler sera éliminatoire. Enfin, le grand écran s’allume et les questions commencent à défiler.

Et il y a de tout : des questions basiques mais essentielles sur la table des types. Pratiquement tout le monde y répond très rapidement. Puis les questions changent, cherchant à faire travailler la réflexion des candidats. Des choix moraux, des questions alambiquées, Jean a même cru voir un piège à un moment. Comme prévu, après une demi-heure, l’écran s’éteint et les candidats planchent sur les questions papiers. On y retrouve des problématiques similaires à celles abordées sur les questions à boitiers, mais également des questions qui permettent une réponse libre et qui laisse l’occasion au candidat d’argumenter son point de vue. Rapidement par contre, car l’heure tourne. Et il semblerait que les organisateurs soient lucides sur l’état dans lequel débarquent les candidats car la réflexion ne doit jamais être poussée très loin.

Puis les examinateurs annoncent la fin de l’épreuve. Pour Jean, elle est passée vite. Mais ça y est : l’examen est terminé. Le blond s’attend presque à ce qu’un tank débarque dans la salle et que les soldats qui en sortent annoncent une nouvelle épreuve surprise, mais heureusement il n’en est rien et cette scène reste confinée dans l’esprit du jeune homme. Les feuilles sont ramassées et tout ce beau monde peut enfin sortir et aller profiter du soleil couchant de la ville côtière. Le blond est content de sa prestation : reste à savoir à quel point il a été convainquant. Les dés sont jetés désormais.

En sortant, Jean tombe sur Jill en train de fumer. Elle observe son Grolem fraichement capturé en train de humer l’air autour de lui, sous le regard attentif de Iorek. La voir une clope à la main étonne le blond, il ne l’imaginait pas ainsi. Il vaut mieux avoir des poumons en bon état pour ce genre de boulot après tout. Luna et David discutent un peu plus loin. Ils ont également l’air satisfait de leur prestation durant cette journée d’épreuves. Jean se permet de prendre place sur le même banc que la jeune femme, bien content de pouvoir enfin discuter un peu. Puis il se rend compte que le vent emmène les fumées de la cigarette vers son visage, le faisant tousser légèrement. Alors il se lève et prend place de l’autre côté de Jill, l’air de rien. Il aurait bien voulu éviter de se lever pour rien (ça reste un effort non négligeable dans un tel état physique) mais un homme doit faire des choix.


-Alors, tu t’en es bien sorti ?

Le blond observe ensuite plus en détail le Grolem qui s’amuse à sentir les fleurs disposées devant l’arène.

-Drôle de personnage. En même temps ça me rappelle un peu les manières dont je rencontre mes pokémons, moi aussi.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 2309

Région : Kalos
Lun 5 Mar - 17:58
La foule est trop compacte lorsqu’elle sort d’un coup de l’arène.

J’ignore les dernières recommandations que l’on a laissé aux candidats puisque j’ai quitté la salle trop tôt. La vieille a prit soin d’annoncer que la publication des résultats arriverait deux jours plus tard, ce qui laisse très peu de temps pour se poser mille questions quant à ses prouesses personnelles. J’ai largement eu le temps de refaire toute la journée dans ma tête. La rencontre avec Jean d’abord. Boulet que je suis, je l’ai abordé sans réfléchir, ne disant rien d’intéressant. Pourtant la suite s’est avérée plus productive : il s’est avéré être bon dresseur, très bon même. La prestation de la Shaofouine aux yeux laiteux me laisse encore perplexe. Rarement j’ai pu observer de mes yeux une telle maîtrise des arts martiaux. Je pleure encore l’absence de ma caméra sur la journée.

Le german suplex et tous les efforts physiques de l’après-midi me laissent rêveuse alors que la foule se disperse autour de moi sans que je ne m’en rende compte. Perdue dans mes pensées je ne vois pas mes amis me regarder plus loin, ni même Jean qui s’approche. Il se trouve que je me sens fière. Un sentiment que je n’ai pas souvent eu l’occasion de ressentir dans ma vie. Quand je repense à ma prise très réussie, à mes combats et à mes progrès, je souris sans m’en rendre compte. Tant d’entraînements et de randonnées, tant d’engueulades et de coups de pieds au cul de la part du paternel : tout cela n’a pas été vain. Ravie d’être ressortie parmi les derniers, j’observe la Grolem s’en prendre aux pauvres fleurs qui n’en demandent pas tant. Elle les arrache avec la force brute qui est la sienne et se les colle directement dans les narines pour s’assurer le plus pur des rails. J’ai sa pokeball sous ma ranger, attendant de voir ce qu’elle décide de faire.

Je suis la fumée de la cigarette des yeux. L’odeur m’incommode mais le goût me satisfait, comme tous les six mois où j’ai l’occasion d’en griller une. Au même instant, Jean prend place sur le banc. Le temps de me tourner vers lui pour le reconnaître – je n’avais d’yeux que pour la Grolem – et il change de place aussitôt en toussant. Je redirige la fin de ma cigarette dans l’autre sens et en extirpe la dernière bouffée avant de l’écraser et de récupérer le mégot.


- Pardon pour la fumée.

N’étant pas moi-même fumeuse je comprends la gêne.

- Alors, tu t’en es bien sorti ?

Je souris d’un air désabusé. Typiquement le genre de question que j’aime mieux éviter mais cette fois la fierté que je ressens me rend plus bavarde sur le sujet. Je m’aperçois au passage que la présence de Jean ne me rebute pas là où toute autre aurait été superflue voire malvenue.

- Bien je sais pas, mais on s’est est sortis. Merci à Iorek pour ma nouvelle coupe et à cette Grolem de m'avoir épargnée. Le seul être vivant qu’on a croisé dans la route victoire et elle nous a suivi juste pour mon odeur. Sourire de ma part. Je m’étais bien préparée mais je crois que j’ai eu de la chance aussi.

Je lève le nez au ciel et finit par attraper un petit rire en repensant aux diverses épreuves de la journée, notamment nos commentaires sur les candidats dans la matinée. Le ninja ne sera finalement pas parvenu au bout des épreuves, prouvant que l’habit ne fait pas le moine. Je profite de l’occasion pour tenter de créer un contact avec un autre être humain ; après tout je n’en connais pas beaucoup et le calme stoïque de Jean n’est pas pour me déplaire.

- Drôle de personnage. En même temps ça me rappelle un peu les manières dont je rencontre mes pokémons, moi aussi.

Cette fois je ris pour de bon. J’allais lui demander comment cela s’était déroulé pour lui sur la fin mais le spectacle du Grolem et sa remarque me rendent hilare, la fatigue aidant beaucoup aussi. Le pokemon est notamment en train de fourrer des fleurs dans sa cuirasse pour mieux sauvegarder leur arôme. Elle se met ensuite à tresser une couronne de marguerites, totalement indifférente à ce qui se passe autour d’elle.

- Toi aussi ils ont failli te tuer sans faire exprès ? Je sais pas encore si elle veut me suivre mais elle est plutôt sympa. dis-je en désignant la Grolem pas agressive pour un sou.
Sa présence parmi nous reste un mystère mais je ne m’y attarde pas pour l’instant.


- Et pour toi comment s’est passé la journée ?



    stuff:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 980

Région : Sinnoh
Ven 23 Mar - 0:19
Remarquant que la cigarette indispose Jean (ce n’est pas difficile en même temps), Jill prend une dernière bouffée avant de l’écraser par terre pour l’éteindre, s’excusant au passage pour la gêne. Elle prend même soin de récupérer son mégot, montrant une certaine conscience écologiste. Elle plaisante en racontant comment les circonstances lui ont fait rencontrer un nouveau compagnon en la personne de ce Grolem aimant les fleurs. Elle n’oublie pas de remercier son Ursaring pour la nouvelle coupe de cheveux… irrégulière qu’elle se trimballe désormais.

C’est aussi l’occasion pour le blond de repenser aux événements de la journée. Il a fait de son mieux mais il est lucide : il a également eu de la chance. Il n’aurait jamais pu vaincre le candidat ‘ninja’ à la régulière : il était bien trop expérimenté en combat rapproché pour le blond et cela se voit au niveau des blessures visibles sur le corps du cuisinier. L’aide apportée par cet Airmure sauvage l’empêche d’être trop fier de sa prestation. Mais il sait aussi qu’il n’a pas besoin d’être trop dur avec lui-même : il a démontré ses compétences au jury. Il n’y a plus qu’à attendre maintenant, et à tenir Frédéric au courant, tout de même. Le ranger s’est tellement investit dans la préparation du jeune homme, il mérite d’être le premier prévenu des résultats de l’entraînement de son poulain.

Alors que le Grolem commence carrément à tresser une couronne avec les fleurs trouvées, Jill rigole suite à la dernière remarque du blond, demandant s’il avait lui aussi manqué de perdre la vie en rencontrant ses compagnons. Il pense notamment à son Smogo qui l’a empoisonné (volontairement ou non, cela reste indéterminé) puis a manqué de provoquer une chute mortelle et à Yami qui a été une ennemie avant d’être une alliée. Même si ces deux pokémons pourraient facilement le tuer aujourd’hui. Ils pourraient tous le faire. Et au final presque chaque pokémon peut ôter facilement la vie d’un humain normal. Mais même si cela arrive parfois, ces événements restent rares et isolés. Et pourtant ils auraient parfois raison de se défendre. C’est une chose à ne pas oublier. Jean n’a donc pas l’impression d’avoir été spécialement drôle. Certainement un rire nerveux à cause de la fatigue, pense-t-il.


-Sans faire exprès, je ne sais pas trop. Mais bon c’était il y a longtemps.

Hé oui, le passé appartient au passé. Au passage, Jill retourne la question au blond. Il a déjà eu cette réflexion plus tôt : cela n’a pas changé en quelques minutes. Il choisit également d’en plaisanter.


-Je suppose que j’aurais préféré finir cette journée moins cabossé… mais je me sentirais presque illégitime si je m’en étais tiré tout propre et en pleine forme.

Au moins a-t-il l’impression de s’être dépensé jusqu’à ses limites et qu’il n’y a rien à regretter à ce niveau.


-Même si ça me fait un peu chier d’avoir perdu face à ce ninja dans la forêt. Il était meilleur que moi sur le plan physique, je n’ai pas pu faire grand-chose. Faut croire que la spé chance est la plus utile.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 2309

Région : Kalos
Sam 7 Avr - 22:17
- Sans faire exprès, je ne sais pas trop. Mais bon c’était il y a longtemps.

Je n’ai pas envie de rire cette fois et me demande comment il en est arrivé à rencontrer chacun d’entre eux. Est-ce que tous les dresseurs qui rencontrent leurs pokemons ont connu ce genre de déboires eux aussi ? Ou sommes-nous les deux seuls poisseux à qui cela arrive ? Mes pensées vagabondent du côté de sa Shaofuine aveugle et la rencontre qui a pu en découler. Elles se focalisent vite sur ce que Jean répond.

Le plaisir de l’effort, il parle sans doute de la satisfaction d’atteindre un but après s’être battu pour le faire. Au sens figuré et propre dans le cas de notre examen. Un paquet de candidats se sont montré coriaces et têtus. Les embuscades ont été aussi musclées que variées. Difficile d’oublier nos efforts ; on s’est tous plus ou moins transcendés. Sauf David peut-être, qui semble être trop stoïque pour que quoique ce soit ne le perturbe.

Sur ce point précis la fierté qui traverse encore mon corps est palpable, je ne me lasse pas de rester assise au calme : si je me lève, je tombe, les jambes en coton. Je comprends ce qu’il veut dire ; il a cependant eu moins de bol que moi.


- Même si ça me fait un peu chier d’avoir perdu face à ce ninja dans la forêt. Il était meilleur que moi sur le plan physique, je n’ai pas pu faire grand-chose. Faut croire que la spé chance est la plus utile.

Je souris, amusée par la remarque. Il est plus orgueilleux que moi visiblement ; je n’ai vu que des rivaux impossibles à rattraper pour ma part, dépendant des épreuves.

- Pour être honnête j’ai vu que j’avais encore pas mal à faire si je voulais rivaliser avec certaines personnes niveau physique.

La défaite n’est pas admissible, il reste bien des efforts et des progrès à faire par la suite. Avoir rencontré toutes ces personnes dans le cadre de l’examen permet de se rendre compte de ce qu’il reste à accomplir avant d’être réellement à la hauteur. S’il faut partir en mission suicide se prendre des éléments naturels dans la gueule et gérer des conflits parfois d’une grande gravité, mieux vaut se tenir prêt.

- Le ninja et la montagne… En tout cas certains candidats pendant le tournoi pokemon avaient un bon niveau. Bon, et y’avait des enfoirés aussi.

La première castagne de l’après-midi me revient en mémoire alors que j’observe la Grolem en train de se rouler en boule dans le parterre de fleurs. Il n’en reste plus une seule en vie. Sans vouloir paraître défaitiste – ce qui n’est pas le cas de surcroît – je souris de nouveau (le spectacle du pokemon n’y est pas étranger).

- L’entraînement fait que commencer. Tu as des projets à tout hasard ?

Sans indiscrétion. Il me restait pour ma part à terminer la conquête des badges de Kalos ; la plupart des candidats les avaient probablement déjà tous acquis.



    stuff:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 980

Région : Sinnoh
Mer 25 Avr - 0:06
-Ne fais pas une fixette sur le physique non plus. Des gus plus baraqués que toi, il y en avait des dizaines. Pourtant cela ne t’as pas empêché de terminer les épreuves, contrairement à d’autres.

C’est bien beau d’être baraqué, mais ça ne fait pas d’une personne un bon dresseur, et encore moins un bon ranger. Même s’il est certain qu’un ranger doit tout de même avoir une certaine condition physique (cela va avec la nature même du métier). Mais il est inutile de faire deux mètres et d’être taillé en V si le cerveau ne suit pas. Et puis, qu’on fasse un mètre ou deux, un rocher dans la gueule, ça ne fera jamais du bien. Les points faibles du corps humain restent les mêmes, sauf pour ces fameux moines ermites qui s’entraînent de manière à pouvoir résister à un coup dans les boules.

-Ouais, il y avait de tout… Après j’en ai plus chié que mes pokémons. Ils n’ont pas vraiment pu se donner à fond. Mais bon, ils auront de quoi se rattraper. Moi, ce n’est pas tous les jours que je finis épuisé comme maintenant. Ce n’est pas plus mal de changer les rôles, de temps en temps.

En même temps, encore heureux qu’ils se soient retenus. Si Tengu fonce dans un mur, c’est le mur qui cède. Le blond n’est de toute manière pas venu ici pour montrer à tout le monde à quel point ses pokémons sont puissants. Juste de quoi passer les épreuves sans trop de problèmes, ça suffit amplement. Il tourne la tête vers le Grolem qui termine d’achever les quelques fleurs encore plantées. Le spectacle ne passe pas inaperçu d’ailleurs, plusieurs candidats observent la scène du coin de l’œil, sans réagir néanmoins. La scène aurait pu faire rire des gens en pleine forme, mais tout le monde est bien trop épuisé pour ça. Sa nouvelle dresseuse ne peut néanmoins pas retenir un sourire en voyant ce qui se déroule sous ses yeux. Le jardinier municipal risque de s’arracher les cheveux quand il verra quel tragique destin a été réservé à son travail. Jill demande au blond ce qu’il prévoit de faire désormais. Jean lève le regard, réfléchit, puis répond.

-Alors, déjà, dormir et me reposer quelques jours. Ensuite j’irais à Frimapic achever ma récolte des badges de la région. Ce n’est pas l’arène la plus redoutable du coin, mais c’est la plus paumée. Aller à Frimapic c’est toujours toute une aventure… Pour la ligue… je ne sais pas. Je ne suis pas pressé, même si je pense que j’ai déjà le niveau. Et puis, attendre les résultats de l’examen aussi. Ils risquent de pas mal conditionner les prochains mois, au moins.

Même s’il n’y croit pas trop, en cas d’échec, rien ne l’empêchera de continuer sa vie de dresseur. Et puis pourquoi ne pas retourner à la cuisine pour le plaisir. Car le blond n’est clairement pas dans le besoin au niveau financier. Merci les primes d’arènes et l’or gagné il y a quelques mois à Kanto.

-Et toi, quoi de prévu ?


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 2309

Région : Kalos
Ven 4 Mai - 12:29
S'il a bien raison sur un point c'est qu'il ne faut pas en effet sous-estimer les prouesses physiques de la journée. Bien que l'entraînement subit jusque-là aurait le mérite d'être prolongé, il n'en a pas moins porté ses fruits. Le simple fait d'être parvenu au bout de l'épreuve est satisfaisant ; le goût de la réussite n'a rien de déplaisant en soi. Consciente qu'il s'agit là d'encouragements non dissimulés, je souris discrètement en retour, n'ayant rien de plus à ajouter. Contrairement à Jean qui répond à ma question et livre ainsi sa propre vision de l'examen. Il était rare que je demande à des inconnus rencontrés le matin même leurs opinions ; pour une fois cependant j'estimais qu'il y avait un intérêt à le faire.

Il avoue alors que ses compagnons ne sont pas allés jusqu'au bout de leur véritable force.

J'imagine, l'espace d'un instant avec une sueur froide, ce que donnent la puissance de ses pokemons si d'aventure ils se laissent aller. Le souvenir du combat de la Shaofouine contre le Braségali est toujours bien vif dans ma mémoire. Elle n'est d'ailleurs pas la seule à avoir fait preuve d'une grande maîtrise : ses pokemons sont de haut niveau, il n'y a pas de doute possible. Les divers combats organisés ou improvisés des épreuves m'ont permit d'entrevoir un potentiel maîtrisé, qui me paraît déjà bien peu dissimulé. C'est tout naturellement que je m'entends alors lui demander ce qu'il compte faire par la suite. Il semble prêt, d'une manière ou d'une autre, tout comme ses compagnons. Que ce soit pour être un ranger ou participer à la ligue ; du moins est-là l'impression qui émane de lui. Il a beau ne pas se départir de son flegme dans sa réponse, il me paraît néanmoins ambitieux et confiant,

Les badges, la ligue.

Son ambition est scellée, ses paroles me rappellent celles de mon frère. J'apprends et déduis avec sa conversation que l'arène de Frimapic est la dernière qu'il a besoin de visiter pour officialiser son inscription à la ligue. Pas assez conventionnelle pour me prêter au jeu de celui-qui-aura-le-plus-de-badges, je reste néanmoins songeuse, évitant au possible la moindre comparaison. Il m'arrache cependant bien vite à mes pensées : le simple fait de considérer son niveau suffisant pour tenter sa chance face aux champions me rend muette. C'est en regardant le Grolem détruire ce qu'il reste du travail d'un jardinier infortuné que je mesure les boulevards qui nous séparent – et le chemin qui me reste à parcourir. Ce n'est pas comme si cela me chagrinait particulièrement du moins ; je suis plutôt impressionnée. Pour un type rencontré au hasard, il semblerait que celui-ci ait un potentiel intéressant


- Et toi, quoi de prévu ?

Sa franchise balaya mes dernières traces d'hésitation.

- Je vais continuer de m'entraîner. Il me reste quelques badges à gagner à Kalos. Après, j'dirai que le reste dépendra de l'examen.

L'argent des arènes me permettrait bientôt d'acheter ma première caméra et de redevenir plus sérieuse concernant une éventuelle recherche d'emploi. Il fallait néanmoins toutes les finir pour amasser un pécule suffisamment fourni pour être productif. Si d'aventure le résultat de l'examen s'avérait positif alors rien ne m'empêcherait plus de voyager aux guises des besoins naturels urgents tout en portant ma caméra dans mon sac.

- J'ai l'intention de voyager le plus possible si je suis prise. J'pense pas rejoindre une équipe, je connais personne dans le métier (sauf mon père en fait), je ferai selon les besoins et je filmerai. Les yeux perdus dans le vague, je redescends de mes rêveries avant de me couvrir de honte et ajoute avec plus d'aplomb : en bref, je rentre à Rivamar ce soir, je dors pendant deux jours avant de reprendre un train pour Kalos, je finis les arènes et je cherche une boîte de production.

Un silence se pose, la Grolem a finit d'arracher toutes les marguerites qui se trouvaient là auparavant. Elle laisse derrière elle un jardin désolé qui promet un choc important à son gardien. J'ajoute une dernière chose qui me démange depuis notre session de combats le matin même.

- Si on se recroise, on devrait tenter de s'affronter cette fois. Pas de sang ni de haine, juste un petit match comme ça.



    stuff:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 4 sur 4) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Sujets similaires
-
» Yann décide de se ranger(Florian et Nicolas)
» Examen de Potions
» mon ranger nain
» Zafura, ranger elfique
» [Mission D] Ramasser, nettoyer et ranger

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Rivamar-