AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 
» L'examen ranger


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1681

Région : Kalos
Mer 14 Juin - 21:31
Quel bol d'être tombé sur un bon dresseur pour ce premier duel de la journée.

Sans blague, les pokemons de Jean m'impressionnent. Alors que Bart a rapidement envoyé valdinguer le Medditika fragile avec psyko, je remarque que l'Iguolta interfère dans la concentration de mon Goinfrex. Avant de tout faire foirer la Shaofouine aux yeux laiteux déclenche une protection et engage aussitôt un combat au corps à corps avec le Brasegali qui fonce sur elle. Sa dresseuse a compris d'où vient l'un des gros dangers de la partie. Le magnifique guerrier de feu fonce sur la fouine mais celle-ci prend rapidement l'avantage.
Je regrette tellement de ne pas avoir ma caméra pour filmer ça ! Les pokemons sont très impressionnants et puissants. Mais pas assez pour le Braségali. Une dernière forte-paume en plein dans l'estomac et le puissant poulet de combat finit KO, terrassée par cette démonstration d'art martial.


- C'était un magnifique combat. Ta Shaofouine est vraiment balèze.

La spectre n'est pas en reste non plus. Je n'ai jamais croisé la route d'un de ces pokemons, en dehors de la Magirêve d'Alex qui s'amusait à me traverser. Je n'en avais pas peur mais par leur présence ils m'imposaient un silence concentré. La Nocturnoir avait quant à elle réalisé une prouesse d'ordre physique : la gravité du terrain avait changé. L'apesanteur désormais empêchait le Togekiss de prendre son envol et de nous emmerder. Cela dit il tenait le coup et enchaînait aux côtés de l'Iguolta des attaques fée pénibles pour tous nos compagnons. Malgré la protection de mon Métalosse mieux valait ne pas laisser traîner cela ; j'ordonnais à Bart de foncer sur l'Iguolta. La pesanteur n'interférait pas spécialement avec l'acier de son corps, cela le rendant même d'avantage menaçant. Il valait mieux ne pas déclencher de séisme sur une si petite surface.

- Assieds-toi sur l'Iguolta.

Le but étant de le sonner et de le freiner un peu. Malgré le changement de gravité la bête était si rapide et agile qu'elle arrivait encore à se mouver rapidement. Pas de quoi inquiéter le spectre et la fouine de Jean mais après tout, il fallait travailler en équipe et Shaofouine terminait à peine son combat.
Histoire de répartir les dégâts et ne pas incomber toute la fatigue du match, je demandais à mon Goinfrex de passer à l'action aussi.


- Vas-y déclenche Méry !

Il ne lui en fallait pas plus : il avait déjà commencé à se servir de son attaque roulade pour foncer vers le Togekiss qui les assénait avec l'éclat magique. Le mur de Bart fonctionnait mais ils ne s'en sortaient pas indemnes. Un peu irrité de la situation, je voyais ma boule foncer vers le Togekiss cloué au sol : même un éclat déclenché en plein dans sa tronche ne le stoppait pas. Résistant au naturel, il finit par déclencher le mitra-poing concentré et asséna un superbe punch à l'adversaire. Ce dernier rentra dans le sol : sous le poids d'un nain pesant plus de cent kilos, il n'eut d'autre choix. Complètement sonné, le moine rappela le pokemon dans sa pokeball pour arrêter là la boucherie.

De son côté le Métalosse avait plané droit sur l'Iguolta qui lui déclencha un joli coup de jus qui le chatouilla. La blonde n'avait plus de suite dans les idées du fait que mon pokemon avait été rapide ; de plus il s'était d'un coup lâché sur le pokemon électrique, comme coupant sa lévitation soudainement. L'Iguolta avait connu des jours meilleurs. Métalosse était encore plus lourd que Goinfrex ; le pokedex national estimait son poids moyen à cinq cent cinquante kilos. Je ne m'étais pas amusée à le vérifier sur une balance, je compatissais seulement avec l'Iguolta à mesure que la pesanteur rendait Bart encore un peu plus lourd. Celui-ci se releva vite, son but n'étant pas de tuer son adversaire mais le sonner. Sur ce point c'était très réussi, quoique manquant d'un soupçon de finesse. Il ne restait désormais plus qu'à l'achever, ce dont semblait vouloir s'occuper le spectre de Jean.




    adhérences & autres:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 798

Région : Sinnoh
Mer 21 Juin - 0:16
La prestation de Tengu ne passe pas inaperçu auprès de Jill. Cette dernière a presque des étoiles dans les yeux en observant l’échange de coups entre la Shaofouine et le Braségali. Elle ne peut contenir son admiration et complimente Jean à ce sujet.

-Merci. Mais c’est à elle que ça va faire le plus plaisir, elle a certainement entendu le compliment.

Mais ce n’est pas le moment de rougir. Si on peut dire une chose, c’est que les pokémons adverses tombent comme des mouches. Pendant que Yami s’occupe du cas de cet Iguolta, le Goinfrex de Jill finit de charger son Mitra-Poing et va l’écraser sur le Togekiss ennemi, qui n’a aucune chance d’esquiver suite à l’attaque Gravité de la Noctunoir. En face, le moine affiche un air résigné tandis que la blonde affiche son mécontentement de manière un peu plus évidente en tapant du pied. Dans leurs dos, les jurés notent tout ce qu’ils jugent utiles pour juger au mieux ce qu’ils viennent de voir. Les niveaux des pokémons, mais aussi leur capacité d’improvisation. Les dresseurs sont eux aussi étroitement surveillés et le moindre geste anodin analysé. Les examinateurs ne sont pas les seuls à regarder ce qu’il se passe sur ce terrain. Il faut dire que la demi-tonne du Métalosse qui s’écrase au sol a fait trembler le stade et a de fait attiré les regards. Suite au KO du pokémon élektrik, l’arbitre se racle la gorge avant de lever le bras.

-Victoire par KO de …euhm… Jill Calahan et Jean Flantier.

L’examinateur a été obligé de jeter un coup d’œil sur ses fiches pour prononcer les noms des gagnants. En même temps depuis ce matin il a vu passé des centaines de candidats alors qu’on ne vienne pas lui reprocher de ne pas se souvenir des patronymes de deux gus malgré le fait qu’ils ont mis une raclée à leurs adversaires. Après tout ils ne sont pas les seuls à l’avoir fait. Vivement qu’on arrive dans les tours supérieurs, se dit-il.

Du coté des victorieux, Jean n’explose pas de joie. Déjà parce que ce n’est pas très respectueux pour les gens qui ont perdu, mais aussi parce que cela n’est pas dans sa nature. Il se contente d’une tape amicale dans le dos de sa coéquipière.


-Bien joué Jill ! Je ne savais pas trop comment on allait gérer le format double mais ça va finalement.

Un membre du staff vient distribuer des potions aux quatre dresseurs pour soigner leurs pokémons avant leur prochain match. Les combats continuent pour les gagnants et les perdants, en tout cas pour l’instant. Ce serait dommage de passer à coté d’un bon élément sous prétexte qu’il est tombé sur le mauvais adversaire. Après, les pokémons de Jean et de Jill n’ont pas tant besoin de soins que ça. Jean félicite comme il se doit ses deux pokémons mais également ceux de sa coéquipière. Après une courte pause, le combat suivant peut commencer…

[***]

Les matchs se suivent et se ressemblent. Les deux jeunes gens n’ont aucun KO à signaler pour l’instant. Mais l’heure passe, et les plus observateurs pourront remarquer que les arbitres ne lancent plus de combats. Une fois tous les échanges de coups terminés, l’un des rangers sur la scène saisit un mégaphone et s’adresse à la foule.

-Votre attention s’il vous plait. Il est un peu plus de midi. Nous allons procéder à une pause d’une heure pour le repas. Je vous invite à vous diriger vers le réfectoire de l’arène, une signalétique a été mise en place pour vous repérer. Quand au programme de l’après-midi, je vous invite à consulter l’écran géant.

Les regards se tournent alors vers l’imposant téléviseur. Sur ce dernier, une liste de noms et de photos s’affiche. Jill et Jean pourront y voir leurs visages.

-Les combats de ce matin ont permis d’établir une sélection des meilleurs binômes de chaque groupe, qui vont s’affronter après la pause déjeuner. Quand aux autres candidats, vous pourrez assister aux matchs depuis les gradins. Nous vous recommandons de le faire d’ailleurs, car nous observons également le comportement des spectateurs.

Les aspirants rangers commencent donc à converger en direction du réfectoire. Pendant le trajet, Jean se permet un petit commentaire sur la suite des événements.

-Hé ben, on dirait que ça va être un peu plus sérieux maintenant.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1681

Région : Kalos
Mer 28 Juin - 10:03
La blonde tape nerveusement du pied pour signaler son mécontentement : après avoir observé Bart écraser son Iguolta je me demande si elle va taper de plus en plus fort. Mais elle se contente de rappeler son pokemon KO après l'annonce de notre victoire : le temps que l'arbitre fouille ses fiches pour trouver nos noms et on serre la main à nos adversaires. J'exulte intérieurement, ravie de voir que mon premier combat en binome avec un inconnu s'est bien passé. Jean me félicite d'ailleurs et me gratifie d'une tape amicale dans le dos en guise de félicitations.

- Merci, c'était un beau match. Nos pokemons ont bien travaillé.

J'adressais ce compliment autant aux miens qui en étaient ravis qu'aux pokemons de Jean. La Shaofouine m'avait vraiment impressionnée : je ne connaissais que peu les pokemons combats, n'en possédant pas moi-même. Cette démonstration de corps à corps resterait à coup sûr dans ma mémoire. Le personnel s'approcha ensuite pour nous donner des potions et soigner les pokemons. Les nôtres sont relativement en forme, aussi nous enchaînons immédiatement avec d'autres combats. Cette fin de matinée passe vite bien que le tout est répétitif : Jean et moi nous qualifions pour les épreuves de l'après-midi. La récréation du midi s'annonce dans le mégaphone de l'un des rangers du jury monté sur scène pour signaler la fin des épreuves.

- Votre attention s’il vous plait. Il est un peu plus de midi. Nous allons procéder à une pause d’une heure pour le repas. Je vous invite à vous diriger vers le réfectoire de l’arène, une signalétique a été mise en place pour vous repérer. Quand au programme de l’après-midi, je vous invite à consulter l’écran géant.

Le temps de jeter un œil aux écrans et Jean et moi apercevons nos trombines. Cool, nous sommes dans les meilleurs. La perspective d'autres combats me lasse un peu mais je suis confiante et curieuse de voir ce que cela va donner dans le vif du sujet. Jean est visiblement sur la même longueur d'ondes que moi à ce sujet.

- Les combats de ce matin ont permis d’établir une sélection des meilleurs binômes de chaque groupe, qui vont s’affronter après la pause déjeuner. Quand aux autres candidats, vous pourrez assister aux matchs depuis les gradins. Nous vous recommandons de le faire d’ailleurs, car nous observons également le comportement des spectateurs.

- Hé ben, on dirait que ça va être un peu plus sérieux maintenant.
- Cette fois ça va se corser. Mais on est arrivés jusque là, alors autant aller jusqu'au bout.

Je résumais bien ma pensée : j'avais envie d'en découdre. De plus il restait encore à passer cette étape du tournoi pour enchaîner sur les épreuves de mise en situation dans la nature. Le plus gros restait à venir, je tâchais de rester concentrée là-dessus même lors du déjeuner. La pause passe vite à mon goût et nous sommes rapidement appelés à prendre place au stade : Jean et moi passons parmi les premiers.

Nous découvrons nos adversaires et les règles du combat en arrivant sur le terrain. Face à nous se tiennent deux types bruns aux allures sportives et visages fermés. Eux aussi semblent bien concentrés. L'arbitre qui s'occupe de notre match tente de couvrir le bruit de la foule avec sa voix.

- Vous ferez un match en 2VS2. Chaque dresseur choisira un seul de ses compagnons pour ce combat, les switch et objets de soins ne sont pas autorisés, le tout se déroulera en une manche. En cas d'abandon, la victoire revient à l'adversaire. Prêts ?

Il nous lance un regard : le temps de préparer nos pokeballs et de réfléchir qui choisir. Je me tourne vers Jean et lui explique ce que j'ai en tête.

- Je continue avec mon Métalosse. Il est en forme et sa lévitation sera plus simple à gérer que le poids de mon Goinfrex. En plus il a trop mangé ce midi et il pourrait être malade si je l'appelais.

Je lui confirme donc mon choix : en choisissant mon allié de métal j'opte pour une bonne attaque mais aussi une résistance intéressante. Je n'ai plus qu'à espérer que les deux gus d'en face ne me balancent pas un couple de Dracaufeu sur le terrain, mais j'ai confiance en mon choix et en mon pokemon ; ainsi qu'à Jean, qui m'a prouvé clairement qu'il n'était pas en reste niveau dressage.




    adhérences & autres:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 798

Région : Sinnoh
Sam 1 Juil - 21:47
La pause bouffe passe assez vite. Dans les faits, tout le monde ne mange pas en même temps et certains doivent attendre une bonne vingtaine de minutes avant d’être servis. Chacun trouve de quoi se restaurer, les aliments proposés par les traiteurs spécialement mobilisés pour l’événement permettant de satisfaire chaque régime alimentaire, pour les humains et pour leurs compagnons. C’est donc aussi l’occasion pour les candidats et leurs pokémons de souffler un peu et de prendre l’air. Jean profite de l’occasion pour faire sortir toute sa troupe qui monopolise rapidement une partie du self, aidé par le Goinfrex de Jill qui se lance dans une espèce de concours alimentaire avec Billy, le Tiplouf du blond. C’est également l’occasion pour les deux Métalosses de se rencontrer. Peut-être qu’ils se sont échangés des bases de données par télépathie mais de l’extérieur on pouvait juste voir qu’ils se fixaient en silence, lâchant parfois un ‘Méta’ à peine audible pour peu que l’on ai été un minimum éloigné d’eux. Le cuisinier s’attendait presque à se qu’ils se superposent pour créer un Gitalosse, mais il faut croire que la ligne évolutive de l’espèce est bel et bien achevée.

Peu après, les candidats sont rappelés en direction du stade principal, où ils pourront découvrir des pokémons sols en train de tasser la terre pour délimiter des terrains plus grand que lors des combats du matin. La plupart d’entre eux se dirigent vers les gradins, tandis que ceux qui ont le plus impressionnés les jurés attendent. Jean et Jill pourront reconnaitre le monsieur muscle qui avait fait forte impression lors du parcours du combattant parmi le petit groupe. L’écran géant se rallume et les bouilles des aspirants rangers apparaissent à coté des terrains où ils doivent se rendre. C’est donc sur le terrain 4 que le prochain match des deux protagonistes va avoir lieu.

En tout cas, on ne peut pas dire que le cadre soit silencieux. Les gradins ne sont pas remplis comme s’il s’agissait d’un match d’arène, puisque celle de Rivamar a une capacité d’accueil plutôt impressionnante, mais les candidats non retenus pour cette session supplémentaire ne se privent pas de parler entre eux et de commenter les différents dresseurs qui vont s’affronter devant eux. L’arbitre du terrain 4 tente tant bien que mal de se faire bien entendre par les 4 dresseurs qu’il va superviser. Il explique que le match sera encore en deux contre deux mais que cette-fois il n’y aura qu’un pokémon par dresseur, pas d’objets, de switch… bref. Tout peut se jouer sur un match-up défavorable.

Les deux types en faces se ressemblent. Bruns et grands, athlétiques, et le regard déterminé. Après les explications de l’arbitre, les quatre dresseurs vont se positionner aux extrémités du terrain. Ils n’ont que quelques instants pour décider qui ils vont envoyer. Jill glisse à l’oreille de son coéquipier qu’elle va continuer avec son Métalosse, avançant que son Goinfrex a trop mangé à midi, ce que Jean a eu l’occasion de voir de ses propres yeux. Les deux adversaires s’échangent rapidement quelques mots avant d’hocher la tête et de saisir leurs pokéballs.

Plusieurs stratégies peuvent être envisagées. Utiliser les mêmes pokémons que le matin peut permettre à l’ennemi de mieux anticiper leurs actions, alors qu’en sortir un nouveau peut créer la surprise. Jean réfléchit à qui envoyer. Les terrains sont plus grands, moins de combattants dessus… choisir Yami, c’est risquer d’être impuissant face à un pokémon pouvant utiliser des attaques du type ténèbres. Avec Tengu, ils ne pourront pas faire grand-chose face à des spectres… Le blond décide donc d’innover et adresse un chuchotement à sa coéquipière.


-Je vais y aller avec mon Smogogo.

Après quelques instants, l’arbitre fait le tour de chaque candidat et donne le coup d’envoi. Tandis que le type poison et le Métalosse se matérialisent sur le terrain, Jean et Jill pourront voir qu’ils vont affronter un Aligatueur et un Ptéra. Mais le fossile n’est pas comme ses rares congénères. A peine l’arbitre donne-t-il le coup d’envoi que son dresseur fait un mouvement bizarre avec sa main. Le corps du prédateur rocheux s’entoure alors d’une aura lumineuse avant d’en jaillir, de nombreux pics rocheux supplémentaires parsemés sur le corps.

Dans les gradins, on peut entre des exclamations. Une méga évolution, rien que ça. Jean a déjà eu l’occasion de voir ce phénomène sur le Branette de Frédéric, son mentor. Le dresseur du fossile a l’air satisfait de l’effet qu’il a fait à en juger par son sourire en coin. Truc, le Smogogo, n’est néanmoins pas impressionné pour un sous par le spectacle qu’il vient de voir. Les deux têtes du pokémon poison affichent un air entendu.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1681

Région : Kalos
Mar 4 Juil - 11:21
La pause déjeuner avait permis à mon Métalosse de croiser l'un de ses congénères. Il n'en avait pas revu depuis que je l'avais trouvé à l'état sauvage près de Fort-Vanitas. Leur discussion avait échappé au langage humain et à son sens commun, mais j'avais l'intuition que cela lui avait plu de croiser l'un de ses semblables après plus de trois ans.

Mon Goinfrex avait également su épater la galerie en concourrant contre le Tiplouf de Jean – gourmand aussi visiblement – et en le battant à plates coutures. L'espèce y était pour beaucoup mais maintenant que nous étions sur le terrain face à un Ptera et un Aligatueur, la voracité de mon Goinfrex ne me serait d'aucune utilité. En jouant la carte de mon Métalosse je n'impressionnais pas les jurés ni mes adversaires ; bien que nous ne les avions pas croisés dans la matinée, je prenais là un risque. Aux yeux des autres mais pas de mon point de vue : mon Métalosse était le plus vieux combattant de mon équipe, à mes côtés depuis mon premier mois sur les routes. Nous nous connaissions par cœur et je sentais que ma volonté de gagner était devenue la sienne. En réalité je ne me rendais pas compte des ondes psychiques qu'il pratiquait sur moi. Cela lui permettait de se rendre empathique à mes émotions mais je n'en avais pas idée alors que je l'envoyais sur le terrain aux côtés de Smogogo.

Le terrain numéro 4 était ainsi cerné par les gradins bruyants et vociférants sur les autres combats ayant déjà débuté. J'étais trop concentrée pour apercevoir les autres matchs – il y avait pourtant l'une de mes connaissances qui était là, Luna, la grande gagnante de la matinée. Elle faisait équipe avec monsieur muscles, luisant de sueur et très à fond dans son match.
Jean avait choisi un pokemon poison puissant et avec des attaques dévastatrices connues. Je me demande quels dégâts il peut infliger : je le connais comme un bon allié physique capable de faire capoter un match en une attaque. Visiblement mon coéquipier avait de nombreuses ressources sous la main. Pour ma part je me fiais entièrement à Bartholomé. Intelligent et volontaire je pouvais compter sur ses réserves et son énergie ; il était en pleine forme et n'avait pas encore dévoilé toutes ces attaques depuis ce matin.


Une lumière aveuglante le temps de quelques secondes me fait fermer les yeux. C'est la première méga-évolution que je vois de mes yeux. Mon frère m'a bien sûr tout raconté à ce sujet, ce qui ne laisse augurer rien de bon. Il vient de renforcer ses capacités temporairement mais son apparence aussi est différente ; des pics lui ont poussé sur tout le corps, le laissant différent de sa forme précédente. Je le trouve quelque part plus laid mais je suis au courant du fait qu'il renforce ainsi ses capacités. Cela dit ça ne nous impressionne pas et je vois que les têtes de Smogogo se regardent d'un air entendu. Bart non plus ne s'est pas laissé éblouir : nous avons d'autant moins de souci à nous faire que nous avons l'avantage d'un type sur lui.

Les capacités acier de mon pokemon sont nombreuses mais ses pisto-poings – une concentration de puissance et de poids – le rendent fort rapide. Cette attaque lui donnant une priorité de vitesse sur le Ptéra, il est utile pour nous de procéder ainsi mais je ne peux deviner les mouvements de Smogogo.

- Si Ptéra est plus rapide agis avec pisto-poing. En attendant, fais noeud'herbe.

Le méga-Ptera est un problème physique et il ne faut pas le laisser prendre l'avantage de la vitesse ; mais nous sommes avantagés Bart et moi grâce à son type acier. Il déclenche donc en attendant son partenaire de combat son attaque noeud'herbe : merci à Amaro de me l'avoir filée avec son badge. Grâce à cette attaque, Bart fait pousser des lianes aussi épaisses que solides autour des chevilles de l'Aligatueur ; plus il est lourd, plus il s'enfonce et la chance nous aide là aussi, puisque cette espèce ne pèse pas moins de 90 kilos dans la norme. L'attaque est donc efficace et handicapante pour ce monstre d'eau aux crocs acérés. Ils ne peuvent rien contre l'acier de Métalosse mais ils sont désormais inutiles aussi face au Smogogo, sauf s'il se jette directement dans sa gueule. Je me tourne vers Jean.

- On est prêts et on vous suit.




    adhérences & autres:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 798

Région : Sinnoh
Mer 5 Juil - 23:50
Une idée jaillit dans la tête du blond, comme ça, maintenant. Faudrait pas que le Ptéra fasse exploser accidentellement son adversaire gazeux, sinon adios le terrain 4. Il est vrai que Truc et les pics, c’est une histoire assez délicate. Bon, la précédente rencontre du type poison avec un membre de cette espèce préhistorique ne s’est pas soldée par une explosion, c’est déjà ça. C’est plus les pointes qui ont poussé partout sur le corps du prédateur préhistorique qui font craindre à Jean une rupture du corps extérieur du Smogogo. Advienne que pourra, tandis que Jill passe à l’attaque. Son Métalosse fait preuve d’un mouvement de type plante plutôt surprenant, puisque des lianes commencent à entourer les jambes de l’Aligatueur adverse pour le faire trébucher. C’est une très bonne chose que cette paire de crocs acérés soit immobilisée pour l’instant, Jean et sa coéquipière ayant déjà fort à faire avec le Ptéra dans ce domaine. La jeune femme aux cheveux verts se tourne vers le cuistot pour lui dire qu’elle le suit. Dans sa stratégie, suppose-t-il.

-Le mieux à faire c’est de descendre ce Ptéra.

Mais déjà le susnommé arrive, ses pics bien en évidence. Bart commence à envoyer des pisto-poings bien vénères en direction de l’assaillant. Les attaques à priorité font mouche. La faiblesse élémentaire plus le fait qu’un Métalosse, ça met quand même de grosses baffes, permettent de tenir en respect le Ptéra. Mais ce dernier ne se démonte pas pour autant et son dresseur ordonne un lance-flammes sur le type acier. Habituellement, les membres de cette espèce sont capables de faire des dégâts de feu, mais seulement au contact, ce qui n’est pas une très bonne idée si on analyse la configuration sur le terrain. Parce que en plus de pouvoir méga-évoluer, il est visiblement dopé aux capsules techniques. C’est ce moment que choisit Truc pour se mettre sur la trajectoire de la gerbe de feu. Les flammes s’écrasent sur le pokémon poison et ne le font même pas grimacer un peu. Il faut dire que sur le plan physique, les défenses des Smogogos ne sont prenables que par très peu de pokémons.

Devant le peu d’efficacité de l’attaque de feu, le dresseur du Ptéra ordonne à son pokémon de se concentrer sur le Métalosse. Pour contourner le type poison sans difficultés, l’oiseau rocheux place une attaque hâte, ce qui le rend encore plus rapide qu’il ne l’est déjà. Il est maintenant si rapide qu’à l’œil nu, on aurait presque cru à de la téléportation. Seule la prochaine attaque de feu en préparation dans sa gueule permet de suivre le déplacement du pokémon en laissant un fin trait de flammes sur son chemin. Il se prépare à réitérer sa tentative de lance-flammes sur le pokémon acier, ignorant superbement le pokémon poison, lui tournant même le dos.


-Grosse erreur ça.

Parce que oui, on l’oublie souvent, mais les Smogogos ce n’est sont pas juste des couilles volantes qui sentent mauvais. Ils ont aussi certains atouts offensifs… D’ailleurs les deux têtes, depuis qu’elles collaborent, sont capables de bien des prouesses. Truc commence à tourner sur lui-même à toute vitesse, s’entourant d’une sorte d’énergie de couleur rouille, et frappe le Ptéra d’une Gyroballe certainement pas loin du maximum de ses possibilités, considérant la différence de vitesse entre les deux pokémons. Le prédateur d’un autre temps prend le coup de plein fouet et se retrouve projeté au sol. S’il n’est pas hors course, il ne doit pas lui rester beaucoup de ressources et le Métalosse pourra très bien l’achever d’un pisto-poing.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1681

Région : Kalos
Ven 7 Juil - 10:40
C'était sans doute une erreur de ma part de laisser Jean faire tout le boulot. Ça n'était pas dans mes intentions mais les combats double me poussaient toujours à rester en retrait, peut-être était-ce dans mon caractère. Quoiqu'il en soit il est temps de changer ; le méga-Ptéra finit par exécuter une attaque hâte, le rendant bien plus chiant qu'il ne l'était déjà. Le Smogogo de Jean est d'une grande efficacité : alors que le volant s'apprête à cracher des flammes sur mon pokemon acier craintif au type, il s'interpose et absorbe à lui seul le choc. Visiblement ça ne l'a pas tellement atteint, puisqu'il se tient toujours debout en lévitation.

- Il a une bonne défense dis donc.

Je connaissais mal ce pokemon. Comme beaucoup d'autres, à l'instar de mon Tadmorv par exemple, on le sous-estimait grandement du à son apparence. Pour le coup, il était un peu le héros du terrain. Le méga-Ptéra n'était plus visible, seule la traînée des flammes nous permettait de le repérer. Ce fut suffisant pour le Smogogo qui balança un gros gyroballe sur l'oiseau préhistorique qui menaçait Bart d'un lance-flamme.
L'Aligatueur était solidement retenu par les lianes pendant ce temps. Je suivais donc la proposition de mon coéquipier.


- Allez Bart, d'abord le Ptéra. Mur lumière avant d'attaquer.

Je lui laissais le loisir d'attaquer comme bon lui semblait mais lui demandait comme toujours de lever ses barrières défensives. Après quoi il fut ravi de pouvoir soutenir le Smogogo dans son action ; il se servit d'abord de ses pisto-poings pour garder la priorité d'attaque qui était la sienne. La hâte du Ptéra s'en trouva contrée. Son dresseur en face faisait la gueule ça se voyait. J'ordonne alors à mon compagnon de continuer : Bart enchaîne lui aussi avec son attaque gyroballe alors que Smogogo s’exécute à nouveau.
Le terrain était quelque peu désordonné maintenant : l'Aligatueur balançait des attaques eau en essayant de nous atteindre puis tentait de sectionner les lianes à ses pattes. Une entreprise inutile puisqu'il en repoussait une aussitôt coupée, ce qui le laissait paralysé sur le terrain pendant que tout se jouait au-dessus de sa tête.

Le Ptéra commençait à devenir particulièrement relou. Sa vitesse était contraignante malgré la traînée des flammes qu'on pouvait suivre visuellement. En plus il finit par s'énerver à force de se faire écraser par des gyroballes dans tous les sens ; il s'arrête finalement d'un coup au milieu de nos compagnons puis rugit d'un air menaçant. Le grondement sourd qu'il dégage est assez impressionnant. Quelques instants plus tard des rochers s'élèvent du terrain ; c'est une attaque pouvoir antique, redoutable, que j'avais déjà vu chez mon Corayon. Sauf que là ça allait faire bien plus mal qu'un petit Corayon vu la taille du truc. Le plus important était qu'aucune de ces roches n'atteigne le Smogogo de Jean : la poche à gaz mobile qu'il était risquait de tous nous exploser à la tronche. Je voyais d'ici les grands titres des journaux le lendemain : "des couilles volantes explosent, un stade disparaît" .


- Bart couvre-le vite !

Il voyait mon regard ; la priorité n'était plus au Ptéra. Le temps que ce dernier n'exécute sa superbe attaque (c'était impressionnant de voir toutes ces roches flotter et s'abattre avec violence sur nos pokemons), mon Métalosse avait déclenché son mur de fer et s'entourait de cette aura, posté devant le Smogogo de Jean et prêt à se mouvoir en direction de chaque rocher dans leur direction. Ils esquivèrent ainsi la rafale de l'oiseau et Bart explosa à l'aide de ses maniques métalliques quelques roches fonçant sur son coéquipier gazeux. Lui-même craignait peu le type de l'attaque et se jeta une fois de tout son corps pour couvrir le pokemon poison.
Une fois l'attaque terminée il enchaîna aussitôt avec une attaque grimace qui baissa largement la vitesse du Ptéra puis un pisto-poings qui lui donna une priorité conséquente : une fois la pluie de roches finie, il enchaîna. Son corps volait à toute vitesse en direction de l'oiseau qu'il explosa purement et simplement avec son attaque de type acier : Ptéra était à bout et, épuisé, il tomba KO sur le terrain laissant l'Aligatueur seul face à ses adversaires.




    adhérences & autres:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 798

Région : Sinnoh
Ven 7 Juil - 23:08
L’Aligatueur se débat comme il peut avec les lianes qui l’empêchent de bouger, en vain. Quand au Ptéra, il ne semble pas décidé à se laisser mettre au tapis aussi facilement. Malgré les coups qu’il vient de se prendre, il reste une menace à ne pas négliger et le fait savoir en lançant un gros pouvoir antique des familles sur le terrain. Il n’est pas très content et ne compte pas se retenir. Son dresseur aussi n’a pas l’air ravis de voir son atout se faire malmener de cette manière et encourage son compagnon à donner tout ce qu’il a.

Des morceaux de roches s’élèvent depuis le sol et commencent à fondre sur les pokémons de Jill et de Jean. Heureusement, la jeune femme a le bon réflexe de placer son Métalosse devant Truc afin de le protéger. Son type acier couplé avec le mur lumière érigé plus tôt lui permet d’encaisser sans trop de problèmes l’attaque de type roche. Les plus observateurs pourront également constater que le Smogogo joue avec la taille de ses têtes en fonction de la trajectoire des projectiles, dégonflant celle qui est le plus exposée aux éventuels roches qui pourraient passer les défenses de Bart, réduisant ainsi les risques de se faire toucher.

Puis la pluie de rocher cesse. Le Ptéra a maintenu son attaque longtemps et d’une manière impressionnante, mais il est évident que c’était un baroud d’honneur. Son vol est hésitant, il a du mal à se maintenir dans les airs. Même si la méga-évolution lui a donné de la puissance, il reste un pokémon comme les autres. Le Métalosse peut donc cueillir sans soucis son adversaire avec son pisto-poing prioritaire et mettre à terre l’oiseau préhistorique, KO. L’arbitre lève le bras en direction des deux jeunes gens.


-Ptéra est hors-jeu !

L’issue du match semble toute tracée. A deux contre un, l’Aligatueur va devoir faire des miracles s’il veut s’en sortir. De plus, ses deux adversaires n’ont pas subi beaucoup de dégâts, ce n’est pas comme s’il pouvait en éliminer un affaiblis à l’aide de son aqua-jet et finir en un contre un. Le dresseur du Ptéra, résigné, rappelle son pokémon. Il est déçu et aurait bien voulu impressionner le jury, mais s’il a pu se qualifier pour les matchs de l’après-midi, c’est qu’il a déjà pu montrer l’étendue de ses compétences le matin. Dans les gradins, les candidats se laissent gagner par la fièvre du combat et se mettent à réagir comme des spectateurs lambda.

Du coté de l’Aligatueur, on ne peut pas dire que cela se passe très bien. Le pokémon eau est de plus en plus frustré par les lianes qui l’empêchent de bouger. Malgré ses crocs-givres et ses tranches, les végétaux repoussent quasi-instantanément. C’est la qu’on voit la puissance des Métalosses, qui sont assez intelligents pour se concentrer sur un combat tout en maintenant une attaque sur un autre adversaire. Mais la patience du reptile arrive à son terme. Ses veines palpitent et s’il avait pu exploser, il l’aurait fait. Mais ce n’est pas parce qu’il en est incapable qu’il ne dispose d’aucune attaque dévastatrice dans son arsenal. Il pousse un hurlement de rage à réveiller les mots, et ouvre grand la gueule.

Une seconde après, un jet d’eau d’une puissance incommensurable jaillit de la bouche de l’Aligatueur. Bien trop puissant pour être lancé sur un terrain d’examen de taille réduite comme celui-ci. Si puissant qu’il vaporise littéralement le sol sur son passage. Bart et Truc auraient résisté, ce sont des pokémons très résistants, mais Jill et Jean, eux, n’étaient pas à l’abri. Pas plus que les spectateurs dans les gradins derrière. Néanmoins, l’hydroblast disparaît aussi vite qu’il est arrivé. Le jet d’eau semble attiré à un endroit précis. Une fois que le bordel ambiant se calme, on peut distinguer qu’un Maracachi sort du sol. Il est bien gonflé. Ceux qui connaissent bien ce pokémon comprendront qu'il a absorbé l'attaque du reptile de type eau. Le pokémon plante produit un énorme rot et quitte le terrain en direction de l’arbitre. Ce dernier se tourne vers le dresseur de l’Aligatueur, l’air sévère.


-Désolé jeune homme, mais je vais mettre fin au match. L’utilisation de cette attaque a mis en danger plusieurs personnes. Nous sommes ici pour vous évaluer vous et vos pokémons, pas pour passer dans la rubrique nécrologique. Nous n’attendons pas d’un ranger qu’il mette ainsi en danger les pokémons à secourir lors de ses missions.

Puis il tourne la tête vers le camp des vainqueurs.

-Jean Flantier et Jill Calahan, vous remportez ce match. De toute manière, je doute que l'issue du combat aurait été différente si je ne l'avais pas arrêté.

L’arbitre est lucide. Après une attaque d’une telle puissance, l’Aligatueur est cloué au sol, incapable de la moindre réaction. Cela reviendrait littéralement à tabasser un pokémon qui ne peut pas se défendre, et il n’est pas certain que Jill et Jean auraient ordonné des attaques dans ces conditions.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1681

Région : Kalos
Dim 9 Juil - 20:18
Les choses ne se passent pas exactement comme prévues une fois la défaite du Ptéra annoncée.

Bart l'a finalement achevé et son dresseur le rappelle l'air boudeur, nous laissant dans un match à 2 contre 1. Il n'y a pas de quoi pavoiser, l'avantage numérique suffit à prévoir l'issue du match. L'attaque noeud'herbe sur mon Métalosse continue de clouer au sol le monstre d'eau, ce qui le fait littéralement sortir de lui. Il pousse un rugissement très intense, couvrant le bruit des gradins pourtant bien agités. Il est furax. Tellement qu'il ne se maîtrise plus. J'ignorais que l'attaque hydroblast pouvait faire tant de dégâts : c'était la première fois que je la voyais. J'en avais seulement entendu parler mais à voir le terrain se désagréger et le danger de l'attaque sur une si petite surface, je comprenais qu'on ne m'avait pas menti sur sa puissance.


- Alors là je suis bluffée : les Maracachi sont encore plus absorbants que des couches.

J'en connaissais un rayon dans ce domaine étant l'aînée de ma fratrie mais la capacité du pokemon plante me laissa bouche bée alors que nous étions déclarés vainqueurs au même moment. Le candidat adverse est disqualifié sans hésitation à cause des dangers qu'il a fait encourir au stade. Dans le fond c'est surtout le sol qui a tout prit, et le Maracachi qui sort d'ailleurs de son trou après un rot si sonore qu'il pourrait rivaliser avec mon Goinfrex. Quelques candidats alentours continuent leur rencontre mais Jean et moi sommes invités par l'arbitre à observer depuis les coulisses et de déguerpir de là. On se dirige donc vers les vestiaires, bien à l'abri de la foule du stade : le staff y grouille, s'agite dans tous les sens pour l'organisation. Il y a de quoi se rafraîchir ainsi que du personnel soignant : pour les pokemons et les humains. On nous demande immédiatement nos pokeballs pour soigner nos compagnons lorsqu'on arrive ; bien que cela ne soit pas vraiment nécessaire vu le déroulement du match...

- Bien joué pour le match, contente qu'on soit allés jusque là pour réussir.

C'était un coup de bol d'être tombé sur un bon dresseur dans cette loterie géante ; j'en profite pour remercier mon coéquipier et son pokemon. Mais je m'arrête là dans l'étalage des bons sentiments : il reste sur l'un des terrains l'une de mes amies, Luna. Les yeux rivés sur les écrans, je la vois combattre avec son Majaspic, très rapide, redoutable. Je le vois s'enrouler autour d'un Kangourex en le serrant de toutes ses forces. Le Kangourex finit par avoir les yeux qui sortent de la tête et tombe KO presque asphyxié. Toute la délicatesse de ma pote ressort dans la technique de combat de ses pokemons ; je plains ses adversaires. Elle finira surement major de l'examen, tout comme elle l'a été lors de notre formation. Je vois que Jean observe aussi les écrans et décide de lui présenter vite fait le cas.

- Tu vois celle aux cheveux courts ? Jlai rencontrée en formation ranger à Illumis, y'a pas plus bourrin.

Mais le fameux monsieur muscle qui l'accompagne n'est pas en reste non plus. Il a appelé un Carchacrock, de belles bêtes, puissantes et rapides. Ils font la loi sur le terrain à deux et se débarrassent de leurs adversaires avec facilité. Leur match se termine rapidement, laissant la place aux derniers candidats de briller devant le stade rempli et très agité. Les épreuves de l'après-midi ont été annoncées pour la fin du tournoi.

[***]

Nous y voici. Nous avons été conviés à rejoindre l'organisation à 2km à pieds du stade. Les organisateurs rassemblent la foule et mettent en place une estrade temporaire. Le temps de faire quelques branchements et l'un d'entre eux prend la parole. Il donne des détails pour le déroulement de l'après-midi.


« Les candidats seront appelés par tranches de numéros et dirigés vers les terrains sélectionnés pour les épreuves. Elles nécessiteront un harnais de sécurité que l'on vous installera avant l'épreuve, pour laquelle il faudra sélectionner l'un de vos pokemons. Veuillez vous répartir en files indiennes par numérotation, les indications sont en place et l'organisation vous attend. »




    adhérences & autres:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 798

Région : Sinnoh
Lun 10 Juil - 22:37
Après la disqualification de jean-michel-hydroblast, Jill et Jean sont invités à se barrer du terrain pour regarder les autres combats depuis les coulisses. Sur le chemin, le blond ne peut pas s’empêcher de se demander pourquoi ce Maracachi était sur ce terrain précis. Est-ce qu’il y a des pokémons comme ça sous chaque terrain, prêt à intervenir en cas d’urgence ? Où alors c’est l’examinateur qui l’a libéré par précaution quand il a vu que l’Aligatueur commençait à faire n’importe quoi et il s’est lui-même planté dans le sol histoire d’avoir un bon ancrage. La seconde option est certainement la bonne puisque le petit cactus s’est dirigé vers l’arbitre une fois sa prestation terminée.

Après un petit passage dans les vestiaires à base de boisson fraîche et de soins pour les pokémons combattants, les deux jeunes gens rejoignent donc les gradins afin d’observer les autres combats. Le leur s’est terminé de manière prématurée, aussi sont-ils les premiers candidats de l’après-midi à s’asseoir dans les tribunes. A leur passage, les autres candidats ne manquent pas de parler à voix basse, faisant des commentaires inaudibles sur la technique de l’un, où l’inactivité en tant que dresseur de l’autre. Une fois qu’ils sont bien installés, la jeune femme félicite Jean pour sa prestation.


-De même ! En tout cas ça a l’air terminé les combats pokémons pour l’instant, je me demande comment ils vont articuler les épreuves suivantes. Il est déjà presque 13h30, si il faut caller encore une épreuve ça peut aller, mais deux… à moins que l’examen ne se prolonge sur deux jours…

Le cuistot prend une posture pensive, tandis que Jill lève la tête avec intérêt en direction des écrans. Finalement Jean fait de même et peut voir un Majaspic en train de s’enrouler autour d’un Kangourex. Le blond reconnait l’une des têtes de groupe qui a fait forte impression durant le parcours d’obstacles et que Jill disait connaître. La jeune femme en profite d’ailleurs pour la présenter un peu plus en détail à son coéquipier, comme quoi il n’y aurait pas plus bourrin.

-Ah ouais, elle ne déconne pas. Tiens, elle est en duo avec l’autre montagne de muscle en plus.

Autant dire que le duo ne fait qu’une bouchée de ses adversaires. Le culturiste combat avec un pokémon à son image si on peut dire, puisqu’il coordonne les actions d’un grand Carchacrock qui dégage facilement du terrain le Rhinastoc qui lui faisait face malgré son gabarit. Les matchs s’enchaînent jusqu’à ce que tous les qualifiés soient passés.

[***]

Après la fin des matchs, les candidats ont été invités à quitter l’arène pour une petite marche vers le nord. Au nord de Rivamar, il y a la route victoire de la région, est-ce donc dans cet environnement que les candidats vont devoir évoluer pour la prochaine épreuve ? En tout cas, le staff de l’examen commence à monter une sorte d’estrade. Des techniciens s’affairent autour de l’installation afin de régler les derniers câblages. Une fois le tout terminé, l’un des organisateurs prend la parole à l’aide d’un micro.

« Les candidats seront appelés par tranches de numéros et dirigés vers les terrains sélectionnés pour les épreuves. Elles nécessiteront un harnais de sécurité que l'on vous installera avant l'épreuve, pour laquelle il faudra sélectionner l'un de vos pokémons. Veuillez vous répartir en files indiennes par numérotation, les indications sont en place et l'organisation vous attend. »

Si on peut dire une chose, c’est que l’organisation de l’événement est aux petits oignons. Tout le monde va à sa place et fait la queue pour récupérer son harnais. Les plus observateurs pourront constater qu’il y a au dos de chaque harnais une sorte de petit gadget clignotant.

« Pour l’épreuve suivante, vous allez être lâchés à plusieurs endroits de la route victoire. Vous avez peut-être déjà remarqués les boîtiers au dos de chaque harnais. Une fois enfilés, vous ne pourrez pas les retirer avant la fin de l’épreuve. C’est même éliminatoire. Cette dernière vous demandera de récupérer les boîtiers des autres participants à l’aide de toutes les ressources que vous jugerez nécessaire. Un candidat qui perd sa balise est éliminé. Cela dit, évitez tout de même de casser le bras de vos adversaires. La finalité est de rejoindre une zone d’extraction qui est indiquée sur une carte rangée dans une poche de votre harnais. Vous avez également une boussole pour vous orienter. Pour l’épreuve, vous aurez droit à un de vos pokémons, mais attention, ils ne peuvent être utilisés que pour vous défendre des pokémons sauvages. Vous devrez récupérer les boîtiers par vous-même. Nous veillerons au respect de cette règle. La route victoire est un lieu dangereux. En cas de trop grande difficulté ou de blessures, vous pouvez appuyer sur la balise de détresse qui est présente sur la sangle droite de votre harnais, nous viendrons vous récupérer immédiatement. »

L’homme marque une pause avant de saisir une fiche et de reprendre.

« Une élimination à cette épreuve ne vous élimine pas de l’examen. Vous obtiendrez simplement un score de 0 pour cette partie du concours. Arriver au point d’extraction vous donne automatiquement 50 points. Si vous y arrivez, pour chaque balise en votre possession en plus de la votre, vous gagnerez un bonus de 20 points. A vous de voir si vous voulez jouer la sécurité pour vous assurer un score minimal ou tenter de dérober les balises de vos concurrents pour grimper dans le classement général. Libre à vous également de faire des alliances si vous le souhaitez. »

C’est donc une sorte de battle royal qui va opposer les concurrents. Une épreuve que l’on peut aborder de différentes manières. Les candidats qui n’ont pas brillé sur les épreuves précédentes ont tout intérêt à prendre des risques tant qu’ils le peuvent encore en attaquant des candidats mieux classés. Les candidats mieux classés pourront être tentés de se diriger de suite vers le point d’extraction afin d’avoir 50 points à coup sûr, à moins qu’ils ne tentent d’obtenir les premières places et se mettent à traquer leurs concurrents directs pour les pénaliser.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1681

Région : Kalos
Jeu 13 Juil - 22:45
« Pour l’épreuve suivante, vous allez être lâchés à plusieurs endroits de la route victoire. Vous avez peut-être déjà remarqués les boîtiers au dos de chaque harnais. Une fois enfilés, vous ne pourrez pas les retirer avant la fin de l’épreuve. C’est même éliminatoire. Cette dernière vous demandera de récupérer les boîtiers des autres participants à l’aide de toutes les ressources que vous jugerez nécessaire. Un candidat qui perd sa balise est éliminé. Cela dit, évitez tout de même de casser le bras de vos adversaires. La finalité est de rejoindre une zone d’extraction qui est indiquée sur une carte rangée dans une poche de votre harnais. Vous avez également une boussole pour vous orienter. Pour l’épreuve, vous aurez droit à un de vos pokémons, mais attention, ils ne peuvent être utilisés que pour vous défendre des pokémons sauvages. Vous devrez récupérer les boîtiers par vous-même. Nous veillerons au respect de cette règle. La route victoire est un lieu dangereux. En cas de trop grande difficulté ou de blessures, vous pouvez appuyer sur la balise de détresse qui est présente sur la sangle droite de votre harnais, nous viendrons vous récupérer immédiatement. »

C'est donc à ça que servent les boitiers des harnais que l'on nous a attachés. Visiblement ils ont misé le gros paquet pour cette épreuve ; laisser le choix entre filer jusqu'au point d'extraction ou bourriner tout ce qui bouge. J'aperçois Luna devant moi en compagnie de monsieur muscles et les identifie clairement dans la seconde catégorie. Cette épreuve consiste en une bataille géante, ni plus ni moins. Ce qui va en ressortir permettra surement aux jurés de déterminer des profils psychologiques dans la masse ; j'imagine que ça a un intérêt en tout cas. Des drones passent au-dessus de nos têtes : voilà comment on va pouvoir nous surveiller et vérifier que certains ne filent pas un mauvais coton. L'équipe a beau préciser que des bras cassés sont à éviter je doute que monsieur muscles par exemple ne puisse raisonnablement serrer la main de quelqu'un sans lui broyer les os. Certains sont des brutes au naturel et d'autres se plaisent dans les combats violents. Je suis réaliste et me demande s'il ne vaudrait pas mieux que j'embarque mon Ursaring avec moi dans le tas, histoire d'être sûre d'éviter les emmerdes gratuites. Mais je n'ai pas plus le temps de réfléchir à tout ce qu'on vient de nous dire : on nous demande déjà de nous presser pour les harnais.

Une fois tout ce beau monde équipé, la chasse sauvage se met doucement en place. Par tranche de numéros encore une fois nous sommes divisés en groupes pour rejoindre les différents point de délestage des équipes si l'on peut dire. Je constate que mon amie est dans le même groupe puisqu'ils sont plus importants que lors des épreuves de la matinée. Elle se présente rapidement à Jean et la montagne de muscles en fait autant.


- David. Enchanté.

Ni plus, ni moins. Sa mâchoire carrée reste bien fermée. Il a des airs de Monaflemit dans le regard mais je finis par me détacher de cette contemplation : le groupe avance vers l'endroit où nous allons être lâchés. L'organisation n'a rien spécifié sur les lieux ce qui me laisse perplexe. Nous en savons beaucoup sur le but et le déroulement mais aucune précision n'a été apportée quant à l'environnement. Je me demande s'il faut redouter quoique ce soit de particulier : ne connaissant pas la région j'ignore que le plateau de jeu prend place sur la route victoire. Celle-là même qu'on appelle ainsi dans toutes les régions ; la dernière étape avant la ligue de Sinnoh donc. Je ne connais pas le moindre champion dedans et me rend compte que la touriste que je suis est désavantagée par rapport à de nombreux participants. J'ignore combien d'espèces différentes vivent ici et à part peut-être une ou deux, j'ignore même tout court lesquelles vivent dans la région. Le choix pour mon pokemon s'avère d'un coup plus ardu.

[***]

On finit par arriver apparemment. La personne de l'organisation chargée de nous conduire révèle les dernières informations. Elle nous précise que nous nous sommes dirigés vers l'ouest comme certains l'ont déjà remarqué : des natifs, des connaisseurs et des boussoles sur le pokenav. Le point d'extraction est balisé : certains endroits nous permettront de recevoir un signal gps pour avoir une carte de l'endroit. Le membre de l'équipe précise que ces endroits sont indiqués sur la route mais que ce sera à nous de les trouver.

Sur ces bonnes paroles elle demande aux candidats de bien vouloir partir sans plus attendre.
On finit par avancer un peu, on dépasse des buissons puis on arrive à la lisière d'un bois qui s'étend sur plusieurs kilomètres à vue d’œil. Le paysage était beau mais quelques grondements lointains non identifiables le rendaient moins accueillant. Je suivais le groupe assez compact pour le moment tout en jetant un coup d’œil à Jean et Luna. Je me demandais ce qu'ils avaient prévu et finit par le demander au blond.


- Alors, tu as prévu de courir jusqu'à la sortie ou tu vas collectionner les boîtiers ?

Pour ma part j'hésitais encore pour l'instant, tout comme le compagnon sur lequel je pouvais compter alors que nous faisions nos premiers pas dans cette compétition géante. Il n'y avait pas photo : elle surpassait de loin les épreuves de la matinée et je commençais à me sentir plus que motivée.




    adhérences & autres:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 798

Région : Sinnoh
Mer 19 Juil - 15:18
Après les explications vient l’action. Les candidats sont parqués dans des groupes plus grands que ceux du matin, ce qui permet à Jill de retrouver son amie, qui traîne avec le monsieur muscle qui lui faisait office d’équipier pour les matchs. Tout ce beau monde se présente, ce qui permet également de placer un prénom sur la montagne. Il se contente de peu et semble concentré pour l’épreuve à suivre. Jean est d’ailleurs l’un des seuls à ne pas trop devoir lever la tête pour le regarder dans les yeux, même si au niveau de la largeur on n’est quand même pas sur le même gabarit.

Malgré la centralisation de la ligue à Johto depuis quelques décennies maintenant, les routes victoires de chaque région restent actives grâce aux pokémons sauvages qu’on y trouve et qui permettent aux dresseurs de haut niveau d’entraîner leurs équipes. Pour Sinnoh, c’est un peu spécial puisque l’ancien QG de la ligue locale accueille désormais l’élite 3, donc le gouvernement régional a gardé un intérêt à ne pas laisser le lieu se dégrader ou devenir trop sauvage. Malgré tout, les aspirants rangers ne sont pas guidés vers les grottes de la route mais se dirigent en direction des forêts, plus précisément vers l’ouest.

En plus d’être une épreuve qui confrontera chaque candidat à potentiellement tous les autres, elle permet également aux organisateurs de voir comment chacun se débrouille lâché dans la nature. Pour évaluer les capacités d’adaptation au terrain mais aussi celles liées à l’orientation. On explique ainsi au groupe que le point d’extraction est balisé mais que son emplacement ne peut être connu qu’une fois certains endroits clés atteints. Il va donc falloir rejoindre l’un de ces emplacements à l’aide d’indications sur la route. Au risque de tomber dans une embuscade de la part de personnes qui camperaient autour dans le but de détrousser les autres candidats de leurs balises.

Et hors de question pour les candidats d’appeler l’un de leur pokémon pouvant voler afin de localiser le point d’extraction sans efforts, puisque ces derniers ne peuvent être utilisés que pour repousser une faune potentiellement agressive. Après, il reste la possibilité de tomber dessus par chance, mais ça reste quand même peu probable vu le périmètre du terrain.

Le membre du staff qui a guidé le groupe jusqu’ici s’arrête après avoir vérifié que tout le monde est bien présent. Il indique ensuite aux candidats de s’enfoncer dans un bois afin de commencer l’épreuve. Le groupe traverse donc quelques buissons avant d’arriver à la lisière d’une forêt ayant l’air plus compact. Quelques grognements lointains viennent néanmoins rappeler aux jeunes gens qu’ils restent dans un lieu sauvage.

Le groupe reste pour l’instant comme il l’était au départ. Personne ne s’en est détaché pour suivre son propre parcours, mais on sent tout de même certains plus tendus que d’autres. L’un prend par exemple soin de rester en arrière. Pour avoir une vue d’ensemble ou pour être certain de n’avoir personne dans son dos pour voler sa balise, seul lui le sait. Pendant que Jean lève les yeux vers la cime des arbres, Jill arrive à son niveau et lui demande quelle stratégie il va adopter.


-Je ne sais pas trop. On va bien voir.

Le blond regarde autour de lui pendant quelques instants avant de rapprocher son visage de celui de sa coéquipière et de parler à voie basse afin de ne pas être entendu par les autres.

-A mon avis on doit faire très attention. Pour l’instant tout le monde progresse ensemble, mais je pense que ce n’est qu’une question de minutes avant que quelqu’un choppe le boîtier d’un autre dans son dos et se barre en courant dans les bois. Ou qu’un groupe décide que monsieur muscle à trop d’avance et attaque à plusieurs pour l’éliminer de l’épreuve. Ou alors le quindam moyen se dit que la montagne et ta pote sont des cibles trop fortes pour tenter quoi que ce soit et que le meilleur compromis entre gagner des points, en faire perdre à des haut classés et ne pas risquer de se prendre une rouste, c’est nous attaquer nous deux.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1681

Région : Kalos
Jeu 20 Juil - 18:57
Le membre de l'organisation nous dit de continuer jusqu'à la forêt. Je me demande si nous évitons volontairement les grottes de la route ; peut-être une balise y est-elle installée. Je reste silencieuse alors que nous traversons en groupe toujours compact les premiers mètres. L'endroit est feuillu et ombragé : la température reste agréable et le ciel dégagé. Du point de vue de la visibilité c'est déjà ça. Le groupe reste silencieux mais déjà l'annonce des règles semble faire son chemin dans des esprits plus inquiets que d'autres. On observe tous du coin de l'oeil un gars se détacher et se mettre en retrait. Quelques minutes plus tard ce sont deux autres personnes qui décident de partir ensemble de leur côté sans ajouter un mot. Quinze minutes s'écoulent, la tension monte déjà.

Jean finit par se rapprocher de moi et se penche pour me souffler quelque chose en toute discrétion. Je compatis avec l'effort étant donné notre différence de taille et penche doucement de son côté. Luna et sa montagne de muscles comme les autres sont assez loin pour que je sois la seule à entendre et j'écoute attentivement.

-A mon avis on doit faire très attention. Pour l’instant tout le monde progresse ensemble, mais je pense que ce n’est qu’une question de minutes avant que quelqu’un choppe le boîtier d’un autre dans son dos et se barre en courant dans les bois. Ou qu’un groupe décide que monsieur muscle à trop d’avance et attaque à plusieurs pour l’éliminer de l’épreuve. Ou alors le quindam moyen se dit que la montagne et ta pote sont des cibles trop fortes pour tenter quoi que ce soit et que le meilleur compromis entre gagner des points, en faire perdre à des haut classés et ne pas risquer de se prendre une rouste, c’est nous attaquer nous deux.

J'acquiesce dans le silence et échange un regard avec lui. Il a raison sur toute la ligne. J'ai même envisagé d'autres cas mais celui d'être la cible m'avait échappé. Je me sentais potentiellement en danger au vu des règles de l'épreuve mais n'avait pas repensé aux combats de l'après-midi. Sur ce point je validais donc l'idée du blond.
« Celui de derrière a déjà filé... » Le temps de jeter un coup d’œil par-dessus l'épaule et on le voit disparaître seul, le visage fermé, à travers les bois en sortant du sentier que l'on suivait. « Je pense que tu as raison. C'est que le début. » Finalement une demi-heure passa vite mais mon coéquipier avait vu clair sur ce coup. Avec le reste du groupe – trois départs pour l'instant – nous étions neuf. Cinq d'entre eux avaient fait une alliance ; apparemment les plus hauts classés étaient clairement la cible. Ils ne cessaient de jeter des regards vers la montagne – ou peut-être Luna qui était toujours à ses côtés. Les deux avaient fait sensation lors des matchs plus tôt et attisaient donc les complots à leur encontre. Ils commençaient à être si peu discrets qu'ils fichèrent le camp de là et empruntèrent un autre chemin.

La forêt s'épaississait sur notre chemin. Nous n'étions plus que quatre ; l'intimidation marchait bien jusque là mais je sentais que quelque chose allait nous péter à la gueule. De plus on continuait de s'orienter vers l'ouest mais n'apercevions toujours pas de clairière, le moindre débouché pour sortir de là. Il semblait que nous nous enfoncions dans le cœur de la forêt. Personne n'avait encore appelé son compagnon mais bientôt le besoin s'en fit ressentir.


« Il y a un grognement par-là. » dis-je en tendant le doigt sur la droite. J'avais entendu comme des craquellements de branches ou un grognement. Peut-être des gars revenus nous péter la gueule et choper nos boîtiers avec leurs pokemons – ou alors un sauvage, bien agressif et pas content de se faire déranger chez lui. On entend plus clairement cette fois un grognement sourd qui confirme qu'il s'agit bien d'un pokemon. Aucune silhouette en vue mais je reste méfiante ; « formons un cercle, dos à dos pour protéger les boîtiers » au cas où ce serait un rapt. Toujours personne en vue et le grondement se rapproche : on l'entend clairement maintenant et on distingue désormais une crête. Et une silhouette d'apparence humaine mais si musclée que la montagne ici présente a de quoi être jalouse.

Je comprends mal ce qui nous tombe dessus et pense avec folie à un hybride jusqu'à ce que je reconnaisse un Machopeur, visiblement seul. Il se rapproche de nous et nous appelons nos compagnons au combat : la montagne choisit un Ectoplasma et j'opte finalement pour mon Ursaring. Iorek est le seul de mes pokemons capable de supporter une grande pression, de violents combats et sa stature nous assure un avantage sur de nombreuses espèces. Sa force brute me sera d'une grande aide tout comme son aisance dans les forêts ; son milieu naturel et lieu de vie. C'est le plus aguerri au combat parmi tous mes compagnons et personne ne l'a encore vu à l’œuvre. Il a au moins la taille et la force nécessaire pour repousser le Machopeur mais à trois contre lui il est de toute façon mal barré surtout si Jean s'y met. Pour ma part cependant j'ordonne à mon Ursaring de rester en retrait et nous protéger alors que le spectre de monsieur muscles commence par paralyser le Machopeur.

« Je surveille pour les boîtiers... » sur ce coup je laisse l'Ectoplasma gérer tandis que le Majaspic de Luna se tient en retrait et se tient prêt à sauter sur le pokemon sauvage lui aussi.




    adhérences & autres:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 798

Région : Sinnoh
Mar 25 Juil - 22:25
Les prédictions de Jean sur la solidité du groupe se révèlent en partie vraies, même s’ils ne se font pas attaquer tout de suite. Rapidement, ils se retrouvent à quatre. Jean et Jill plus sa pote et la montagne de muscle. En même temps, la décision de partir peut également se comprendre de la part d’une personne isolée. Le quatuor a l’air un minimum soudé et pourrait très bien se retourner contre les cibles seules, même si le blond n’a pas vraiment confiance en l’intégralité des membres de son groupe. Pas une réelle méfiance non plus, mais cela ne l’empêche pas de surveiller également ses alliés, qu’il ne connait au final que de nom.

Les quatre jeunes gens continuent de progresser à travers des bois plutôt denses, à la recherche d’une éventuelle sortie qui ne veut pas se montrer. C’est autre chose qui décide de se montrer finalement. Au détour d’un buisson, Jill attire l’attention de ses compagnons vers une direction où elle a entendu un grognement. Le bruit se rapproche et la jeune femme a la bonne idée de proposer une formation dos-à-dos pour éviter les attaques en traître. Après quelques secondes qui semblent durer des heures, une silhouette se dessine enfin entre les feuillages. Il s’agit d’un Machopeur. Un pokémon très puissant physiquement, comme en témoigne sa musculature. Même s’il reste plus petit qu’un humain adulte, il reste très impressionnant.

Mais il n’a pas le temps de faire quoi que ce soit que déjà tous les dresseurs sauf Jean font appel à l’un de leur compagnon. David demande à son Ectoplasma de paralyser le pokémon combat tandis que les pokémons des filles, à savoir un bon gros Ursaring pour Jill et toujours le même Majaspic pour Luna. A moins qu’elle en ai plusieurs comme ça et qu’elle alterne. Le blond a limite l’impression qu’on attend qu’il se mette aussi en position de combat mais il n’en fait rien. Il plisse les yeux et regarde le Machopeur puis commence à trottiner vers ce dernier.


-Mais calmez-vous enfin !


Car le blond n’a pas pas relevé le moindre signe d’hostilité de la part de ce Machopeur. D’accord il a grogné et s’est approché, mais s’il avait vraiment voulu défoncer le groupe il aurait pu arracher un arbre et frapper le groupe avec comme des quilles, ou jaillir des buissons d’un seul coup. Après c’est peut-être pas la façon d’agir d’un Machopeur. Ou c’est un Machopeur con, mais personne ne peut s’en assurer. D’ailleurs certains membres du groupe pourront se demander si Jean ne l’est pas un peu quand ils verront ce dernier en train de fouiner dans la verdure et revenir avec des baies dans les mains en direction du pokémon paralysé

-Tiens mon gars, ça va te soulager.

C’est peut-être une femelle aussi, mais passons. L’œil de cuisinier de Jean a de suite reconnu le plan de baies Cerizs à quelques mètres de lui et commence à administrer les fruits au Machopeur pour le guérir de sa paralysie. Une fois à nouveau capable de bouger, le Machopeur reste interdit quelques secondes, avant de faire demi-tour et de retourner dans les bois, l’air un peu confus. Après cet événement, Jean se tourne vers ses coéquipiers.

-Vous voyez, être prêt à attaquer c’est bien mais on n’est pas obligés de tout résoudre avec des coups et…

Le jeune homme n’a pas le temps de terminer sa phrase qu’il se fait faucher par le Machopeur et va atterrir quelques mètres plus loin. Sauf que ce n’est pas le pokémon combat qui a attaqué. Ce dernier n’a été qu’un projectile et il est d’ailleurs dans les pommes un peu plus loin. Jean voit double en essayant de se relever, tandis que d’autres silhouettes sortent des buissons, certaines bien humaines cette fois, accompagnées par un Azumarill au poing encore fumant. C’est manifestement lui qui vient d’envoyer voler le Machopeur.

Des concurrents. Une bonne dizaine. Le quatuor (sauf Jean qui reprend ses esprits) pourra immédiatement reconnaître les cinq types qui se sont barrés plus tôt et qui ont procédé à un recrutement efficace. Ils n’ont pas l’air étonnés de voir leurs rivaux, qu’ils ont espionnés d’une manière ou d’une autre sans que ces derniers ne s’en aperçoivent. L’un d’eux s’avance.


- Pfiou, la faune est vraiment chiante ici. Bon, on ne va pas vous faire un dessin. On est au moins deux fois plus nombreux donc on va repartir avec vos boîtiers. Désolé, mais c’est le jeu.

C’est à ce moment que Jean arrête de voir double et qu’il se relève. Il regarde le Machopeur, puis le groupe de dix gus qui vient d’apparaître. Le blond était plus impassible jusqu’ici, mais si quelqu’un regarde son visage, il pourra apercevoir une expression de colère dessus. Il ne se gène d’ailleurs pas pour hurler sur les aspirants rangers qui viennent de débarquer

-Bravo monsieur enculé, on pourrait presque croire que t’es déjà ranger ! Non je blague, ça c’est de la merde. Tu penses que défoncer un pokémon sauvage dès que t’en vois un c’est la bonne chose à faire pour ce boulot ?

Le candidat qui s’était avancé recule d’un pas. Il ne s’attendait pas à ça. Une abdication, de la résistance, ok. Mais un fou furieux qui lui gueule dessus, certainement pas.

-Quoi ? Mais…

-Ta gueule ! Tu veux nos boîtiers ? Porte tes burnes et vient les chercher !

-Gnn… Tu l’auras voulu. En avant !

Un joyeux bordel commence donc. C’est une véritable mêlée humaine qui s’engage. Si le quatuor a le désavantage du nombre, on sent quand même quelques hésitants dans les rangs des attaquants, qui jettent des regards en coin inquiets vers David. Quand à Jean, il vient cueillir le premier type qui s’approche un peu trop avec un high kick.

-Et pourquoi vous avez pas attaqué par surprise, ça aurait été bien plus efficace bande de glands!

Spoiler:
 


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1681

Région : Kalos
Ven 28 Juil - 13:30
C'est carrément devenu le bordel en quelques minutes.

Le Machopeur sauvage n'avait finalement pas d'intentions agressives, ce qui fait que nous avons été distraits par son apparition. Les choses ne se sont pas passé comme je m'y attendais ; après avoir paralysé le pokemon combat, nous voyons Jean faire sa cueillette et amener des baies au Machopeur qui finit par se relever. Un peu confus, il repart hagard vers les bois en nous laissant cons. Le spectre comme le Majaspic n'ont pas attaqué, ils ont vite comprit que les intentions du pokemon sauvage ne les mettaient pas en danger. Du coup on se fait un peu engueuler par Jean, ce qui est normal pour cette agression gratuite. J'ai trouvé que c'était une précaution hâtive mais pas stupide mais le discours du blond et son agissement dénué d'agressivité envers le pokemon sauvage me plaisent bien.


-Vous voyez, être prêt à attaquer c’est bien mais on n’est pas obligés de tout résoudre avec des coups et…

La leçon de morale capote à ce moment précis : on ne comprend pas immédiatement ce qui se passe quand on voit Jean décoller à quelques mètres, fauché par le corps inconscient du Machopeur de plus tôt. Il n'avait pas eu le temps de repartir bien loin : dix personnes nous prennent en embuscade et pendant que Jean se relève péniblement j'aperçois un Azumarill, les poings fumants, nous regarder l'air mauvais. D'instinct je rejoins le blond quelques mètres plus loin. L'un des gars nous menace d'abouler nos boîtiers. Je ne pensais pas que les emmerdes gratuites viendraient si vite après le début de l'épreuve et Jean finit par traduire mes pensées lorsqu'il se met à gueuler sur le gus. Il est entouré de trois autres gars et une nana tout à leur gauche.

Le temps que tout ce beau monde se jette les uns sur les autres et la mêlée commence.
David la montagne est encerclée par cinq types mais Luna reste à ses côtés et protège leurs boîtiers : elle se sert davantage de ses poings que de son Majaspic pour repousser les concurrents. C'est un combat entre hommes qui s'engage mais l'Azumarill de l'un de ces connards ne tient pas en place. L'Ectoplasma de la montagne s'en occupe pendant que Jean place un magnifique coup de pied en plein dans la tronche du premier gus lui sautant dessus. Je me demande si sa Shaofouine n'a pas tout apprit de lui mais je sors de mes rêveries au grognement de mon Ursaring qui m'interpelle. La nana et l'un des gus qui nous entourent Jean et moi me foncent dessus au même instant ; ils en veulent à mon boîtier. Pas question de mêler mon pokemon qui les réduirait en pâté hénaff au premier coup de patte. Mais ces lâches s'y mettent sans pitié ; à deux contre un je me retrouve bloquée par la fille qui finit par attraper ma queue de cheval. Je peste mais réagit vite : je tire son bras vers moi et l'entraîne dans ma chute. Je lui en colle une dans l'oreille, un point sensible et elle relâche son étreinte. Le gus tente de me choper le boîtier dans le dos mais je parviens à lui faire un croche-pied ; le temps qu'il se relève et me revoilà debout. Il faut que j'agisse vite : la nana va pas tarder à revenir m'emmerder elle aussi mais je peux pas tenir un deux contre un bien longtemps. J'ai plus trop le choix ; le mec me menaçant décide de mener une attaque frontale. Je le vois hésiter une fraction de seconde avec ses poings, je vois bien qu'il n'a pas vraiment envie de me cogner comme il le ferait contre un homme.


« T'aurais pas du hésiter » est tout ce que je trouve à dire avant de lui coller un coup dans les bijoux. Il fait comme tout individu de sexe masculin et s'écroule comme une bouse. On pourra reparler de la déontologie de l'acte bien volontiers plus tard mais l'urgence de la mêlée me fait oublier tout sentiment de culpabilité. Ils l'auront pas ce putain de boitier.

« A dix contre quatre bravo, en plus d'être cons vous êtes lâches » dis-je à la nana qui s'est relevé entre temps et vient carrément se jeter sur moi. La débâcle est pénible, elle griffe, mord, bref se prend pour mon Persian et commence à me les briser. Ce genre de combat de filles me gonfle : je finis par me débarrasser d'elle, profiter de son déséquilibre pour la pousser contre un arbre. Là je lui aligne une baigne en plein dans la tronche. Contrairement à Jean je n'ai pas de bon jeu de jambes, je me contente des poings et d'un bon vieux german suplex quand l'occasion se présente, une technique que j'ai appris avec mon père. Mais l'espace dans lequel ces cons nous ont coincé ne permet pas vraiment de grandes manœuvres : les fourrés sont encombrantes, les arbres nombreux ; c'est pratique pour en assommer un contre un tronc mais quand c'est toi qui te fait défoncer ça l'est moins.
Le gus à terre se tient les boules pendant que je lui choure son boîtier : pas question de faire dans la dentelle.


« Merci de me l'avoir rapporté ça me sera utile » je le souligne bien pour l'emmerder et pour bien faire j'attache son harnais à l'arbre le plus proche avec celui de la blonde. Je range immédiatement les deux boîtiers dans mon sac ; cinq des assaillants s'occupent de Luna et David qu'on ne voit désormais plus et Jean envoie des coups de pieds dans la tronche d'un peu tout le monde à volonté. Il s'est carrément transcendé par rapport à la matinée : il était calme voire même super stoïque et là il défonce tout le monde. J'avais que deux personnes sur le dos, une chance comparé à lui : ou peut-être pas, ça a pas tellement l'air de le déranger de se battre seul contre trois. Faut dire que le premier qui a tenté quelque chose s'en est pris une belle et s'est pas relevé depuis. L'Azumarill a disparu, probablement parti suivre son dresseur qui s'en est pris à la montagne. On se retrouve donc à deux avec Jean qui n'a clairement pas besoin de mon aide. J'en profite pour récupérer encore un boîtier pendant qu'il démonte les deux gus puis finit par le rejoindre pour rééquilibrer le tout.

« Alors on vous entend plus faire les beaux là. Qui va avoir les boitiers de qui déjà ? »
Bon ok ça s'appelle fanfaronner mais à semer le vent on récolte la tempête, ils ont commencé avant. Que la tempête soit jaune, verte, peu importe, l'ambiance n'est pas aux courbettes et aux pourparlers.

Spoiler:
 




    adhérences & autres:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 3) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Yann décide de se ranger(Florian et Nicolas)
» Examen de Potions
» mon ranger nain
» Zafura, ranger elfique
» [Mission D] Ramasser, nettoyer et ranger

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Rivamar-