AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 
» L'examen ranger


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 822

Région : Sinnoh
Ven 5 Mai - 21:54
Le soleil se lève sur la ville maritime de Rivamar. Il est tôt, l’air est encore frais, mais les rues de la cité sont déjà animées. D’une part car c’est jour de marché et que les artisans se pressent afin d’installer leurs stands pour pouvoir vendre leurs produits. Mais ce n’est pas la seule raison qui justifie l’affluence que l’on peut voir. Aujourd’hui, une session du concours des rangers a fait gonfler la population de la ville. Car, détail qui mérite d’être relevé, plusieurs régions sont représentées parmi les candidats, il n’y a pas que des natifs de Sinnoh. Même si certaines rumeurs circulent, personne ne peut dire avec précision pourquoi il en est ainsi. Peut-être l’administration expliquera les raisons de ce choix plus tard. Les participants se précipitent petit à petit en direction de l’arène, recyclée pour l’occasion en centre d’examen. Ils sont attendus pour 8 heures pétantes. Au programme : plusieurs épreuves théoriques et pratiques, qui n’ont pas été détaillées afin de garder la surprise, même si il est probable d’y voir un examen théorique et des épreuves de combat pokémon.

Jean enfile un jogging et un débardeur blanc, attrape sa sacoche, dans laquelle se trouvent ses pokéballs et les différents documents qu’on pourrait lui demander au cours de la journée, et quitte sa modeste chambre d’hôtel. Ce n’est pas la première fois que qu’il se rend dans le bâtiment de la ligue pokémon. Il y a vaincu Tanguy, le champion local, il y a quelques jours. Le blond n’avait pas prévu de le faire, mais il est arrivé un peu en avance par rapport à son programme alors qu’il ne s’est pas pressé le moins du monde. Il faut dire que le cuistot s’est inconsciemment donné une marge histoire de ne pas arriver en retard en cas de complications sur le trajet. Mais cette-fois, pas d’esprits vengeurs, pas de pokémon préhistorique de plusieurs kilomètres de longs, pas de Tyranocif imprévu sur la route. Bref, tout s’est étrangement bien passé pour l’instant.

Malgré l’avance que le jeune homme s’est laissé, il est loin d’être le premier devant les portes du centre d’examen. A croire que certains candidats ont dormis autour. L’attente permet au blond de réfléchir à sa situation. Voilà, enfin le moment pour lequel il se prépare depuis des mois. Une préparation musculaire et théorique pour lui et un entraînement adapté pour ses pokémons. Pour une fois, Jean sent un minimum les responsabilités peser sur ses épaules. Les cartes sont entre ses mains désormais, il lui appartient de bien les utiliser. Malgré l’imminence des événements, le cuistot ne ressent pas le besoin de plonger son nez dans le WA dex, dans lequel il a puisé durant sa longue préparation. Il se sent à jour, a étudié la table des types au maximum et étudié le plus d’espèces possibles.

Les pensées du blond se tournent un instant vers Frédéric. Un type rencontré au détour de la route entre Charbourg et Vestigion qui est devenu un ami et un mentor, voir un modèle. Jean a aussi une responsabilité envers lui, qui s’est donné du mal pour le former. Il ne lui a pas seulement prodigué des conseils, il l’a accueilli chez lui, à Hoenn. Nul doute que le quadragénaire suivra les événements comme il le peut, même si il est désormais tenu à des clauses de neutralité et ne peut donc pas agir comme il le veut avec un candidat.

Après une bonne demi-heure, les portes de l’arène s’ouvrent. Deux personnes en uniforme de ranger en sortent. Une armoire à glace au crâne rasé avec une élégante moustache et qui fait presque la même taille que Jean. L’autre est une petite vieille dissimulée derrière une paire de lunettes qui porte une pochette sous le bras. Ils ne paient pas de mine mais gare à celui qui jugerait sur les apparences. Ces gens ne sont pas arrivés où ils en sont par hasard. Le grand type se racle la gorge avant de parler assez fort pour se faire entendre par la foule.


-Ahem, bonjour à tous, et bienvenue à Rivamar. Nous espérons que les candidats qui viennent de loin ont fait un bon voyage et ont eu le temps de récupérer, car vous aurez besoin de toutes vos ressources. Nous vous invitons à préparer les différents documents qu’on vous a demandés lors de votre inscription. Pour la suite, je vous laisse entre les mains de ma collègue. Nous nous retrouverons plus tard. Bonne chance à tous !

Le grand type sourit et s’en va dans les couloirs de l’arène. La vieille femme s’avance et sort sa pochette qui contient un dossier.

-Bien. Comme on vous l’a dit, préparez vos papiers, vous aurez besoin de certains d’entre eux pour entrer dans la salle de la première épreuve.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1734

Région : Kalos
Lun 8 Mai - 14:09
Utilisation de Vol - (dernière le : 18.12.16)

Cette fois nous y étions.

Je me rendais à Rivamar sans comprendre pourquoi l'examen des rangers cette année se déroulait à Sinnoh. Non pas que ça ait empêché quiconque de se mettre en route mais je ne m'y étais pas attendue.

Nous avions donc prit la route avec les amis de la formation de Kalos : Ben, Luna, Corben et Miwa étaient tous là. Cependant nous étions tous beaucoup plus indépendants qu'à l'époque. Chacun avait réservé sa chambre d'hôtel dans les environs et était venu à son rythme. Nous nous étions tous réunis seulement la veille de l'examen pour tenter de se détendre.

Miwako semblait avoir ingéré toutes les connaissances possible sur la table des types et diverses espèces pokemons. Ben continuait de ne se soucier de rien pendant que nous étions tous plus ou moins à fleur de peau. L'attente nous paraissait dure : nous avions hâte d'être appelés le lendemain, la nuit nous promettait d'être longue.

En voyant le lendemain les cernes sur le visage des copains comme du mien j'en concluais que nous étions tous impatients de voir cette foutue arène. Miwako continuait de réviser diverses infos sur mon pokedex en s'aidant du W.A et du CCCP ; elle fut la dernière à relever la tête alors qu'au bout d'une longue demi-heure deux personnes sortirent et s'adressèrent à la foule.


- Ahem, bonjour à tous, et bienvenue à Rivamar. Nous espérons que les candidats qui viennent de loin ont fait un bon voyage et ont eu le temps de récupérer, car vous aurez besoin de toutes vos ressources. Nous vous invitons à préparer les différents documents qu’on vous a demandés lors de votre inscription. Pour la suite, je vous laisse entre les mains de ma collègue. Nous nous retrouverons plus tard. Bonne chance à tous !

Alors que nous avancions, la petite vieille nous demandait de préparer nos papiers. Des banalités en fait, juste quelques pièces d'identité capables d'attester de notre statut de dresseur et d'autres classiques. Une fois que nous étions tous en file indienne, elle commença à attraper les dossiers avec une vigueur surprenante, triant et jetant derrière elle les papiers les uns à la suite des autres. Moi qui pensait que nous étions condamnés à une autre heure d'attente, je fus surprise de voir qu'en moins de dix minutes la vieille avait trié aussi efficacement que toute une usine.

Il restait certes quelques candidats à faire rentrer alors que je pénétrais dans l'arène mais il ne fallut pas longtemps avant que nous soyons tous réunis. Je regardais autour de moi, assez nerveuse : je brûlais d'envie de faire mes preuves. Et ça franchement, ça m'arrivait rarement voire jamais.

Je n'étais pas née sans ambition mais avec un vrai problème de confiance en moi. Le doute m'avait toujours été plus accessible. Ces derniers mois heureusement et au fil des rencontres sur ma route, j'avais réussi à changer, à devenir plus volontaire et à laisser mes hésitations de côté. La présence de mes pokemons m'y aidait beaucoup aussi.
Aujourd'hui il s'agissait pour moi de réussir certes, mais à défaut de réussir le concours, je voulais assurer, avoir confiance et me battre en sachant que je donnerai tout.

J'espérais secrètement que l'on commencerait tout de suite dans le vif du sujet lorsque la petite vieille monta sur une estrade installée là, suivie de son compagnon imposant et chauve qui avait crié à la foule quelques minutes plus tôt.

- Comme certains d'entre vous le savent, l'épreuve sera composée d'une partie théorique mais nous vous conduirons plus tard dans l'amphithéâtre pour passer l'examen. La première épreuve qu'il vous sera proposée ici... disait-il en désignant l'arène, sera physique. Pas encore pour vos compagnons, d'abord pour vous.

Je n'écoutais déjà plus, consciente que mes entraînements physiques de ces derniers mois allaient servir.


    adhérences etc:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 822

Région : Sinnoh
Mer 10 Mai - 22:14
Jean commence à avoir peur que l’attente ne dure trop longtemps au vu du nombre de candidats. Mais la vieille à lunettes fait son travail avec une vitesse presque surnaturelle. Les pièces sont vérifiées à vitesse grand V, si bien que la queue rétrécit assez vite. Rien de bien compliqué après tout : les papiers d’identités, les justificatifs du rang de dresseur et les trois badges minimums nécessaires pour aspirer au métier de ranger.

Quand vient le tour du blond et qu’il présente les siens, la secrétaire improvisée tique. Elle bug un peu sur le badge phare et daigne lever les yeux vers le jeune homme qui le tend, ce qu’elle n’a pas fait jusqu’ici, du moins le cuistot ne l’a pas vu si elle l’a fait avant. Elle pousse un ‘Hm !’ avant de replonger le nez dans la paperasse, de tendre un dossard numéroté à Jean et de continuer son œuvre, permettant à la file de progresser.

Finalement, tout le monde arrive sur le terrain de l’arène, aménagé pour l’occasion. Une estrade domine la pièce, certainement destinée aux examinateurs. Il y a d’ailleurs d’autres rangers sur cette dernière qui attendent, assis sur des chaises pliantes. Rapidement, les deux personnages du début refont surface et montent sur la tribune. L’attente n’a pas été longue, mais pendant ce temps le blond a eu l’occasion d’observer un peu le décor. Le terrain de l’arène est méconnaissable. Ce qui semble être un parcours d’obstacles se dessine un peu plus loin. Jean reconnait également un stand de développé couché et une barre de traction. C’est une évaluation physique qui se profile pour commencer, on dirait.

L’intuition du cuisinier se révèle juste. Le grand chauve annonce en effet que la première partie de l’examen sera une épreuve sportive pour les candidats. D’abord un parcours du combattant histoire d’évaluer l’endurance. Ce dernier est composé de divers obstacles. Un slalom entre des plots, un passage au dessus et en dessous de poutres, un pont suspendu à passer à la force des bras, un mur en bois à escalader… Puis un exercice de force pure sur un banc de musculation. Ensuite, les prétendants au rang de ranger devront faire une série de traction jusqu’au nombre maximum de répétitions. Et enfin, une évaluation de la vitesse sur un 100 mètres. Pour l’instant, c’est assez classique. Afin de respecter l’équité pour tous, tout le monde fera les ateliers dans le même ordre.

Jean est prêt à en découdre. Certes, ses pokémons se sont entraînés pour aujourd’hui, mais lui aussi n’a pas démérité lors de sa préparation. De nombreux kilomètres ont été nagés, courus, voir rampés. Des tonnes ont été soulevées et tractées. Puis le grand chauve évoque rapidement l’épreuve théorique qui aura lieu dans un amphithéâtre de l’arène.


-Bien, on vous a donné un numéro lorsque vous êtes entrés dans le bâtiment. Il définit votre ordre de passage. Merci de le respecter.

Le blond baisse les yeux vers son maillot. Numéro 104. Ils sont facilement le double de candidats. Il soupire de soulagement. Cela aurait pu être pire. Cette attente permet au moins d’observer les prestations des autres prétendants, et il y a de tout. Certains ne brillent pas par leurs prestations physiques quand d’autres passent les obstacles du parcours du combattant d’un bond. Un colosse de muscle sort d’ailleurs du lot. Très grand, la peau basanée et les yeux verts. Il a tout du parfait apollon. Encore plus grand que l’examinateur moustachu, ce dernier mange littéralement chaque épreuve et explose les records sur le développé couché. Sa prestation attire évidemment les regards.

-Hé ben, il va être dur à surclasser lui.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1734

Région : Kalos
Jeu 11 Mai - 14:43
A l'arrivée dans le stade, les différentes installations me font comprendre qu'on va commencer par une épreuve sportive comme quand nous étions encore tous à l'école. Quoique à voir le pont suspendu et les machines de traction on sentait bien que les rangers n'étaient pas là pour jouer à la marelle.

Je vagabonde parmi la foule : des centaines de personnes sont présentes et on ne voit désormais plus qu'une marée de maillots numérotés. L'examinateur – toujours le même – nous fait remarquer qu'ils définissent notre ordre de passage. Ca me réjouit pas des masses : j'ai le 103 et je n'aime pas les longues attentes.
Fatalement nous étions trop nombreux pour que ce soit simple et rapide : alors je fais comme les autres, je regarde les premiers à passer suer et se démerder comme ils peuvent. J'atteris dans un creu de la foule près d'une rousse et d'un blond, là où mon mètre soixante peut voir quelque chose. Je constate que les écarts de niveaux sont plus présents que je le croyais.

Un type énorme, mat de peau – il doit venir d'Alola ou d'Hoenn – toise la foule du haut de son mètre quatre-vingt dix au moins. Ses yeux clairs ont l'air de tous nous snober de si haut. Ses muscles ont de quoi décourager pas mal d'entre nous quand on pense aux tractions et exercices à venir. Il a le numéro 19, on le voit tous se diriger vers la foule de candidats en place pour la première session du parcours des combattants quand j'entends la remarque du type à côté de moi.


– Hé ben, il va être dur à surclasser lui.
Il ne s'adresse pas particulièrement à moi mais à il est audible. Je regarde la bête et conclut
-Espérons qu'ils nous fassent pas le coup du tir de corde, sinon faudra s'y mettre. Salut, numéro 103, première fois ici, je viens de Kalos. 
J'hésite à lui tendre la main mais pour pas paraître trop envahissante je me contente d'un sourire discret.

Le sifflet de la première épreuve se déclenche au même moment : sur l'estrade on reconnaît le type qui criait plus tôt. Nous avons tous été priés de dégager la piste et de s'installer pour observer ; certains soutiennent leurs camarades. Je ne reconnais aucun de mes amis rencontrés à Kalos dans cette session ; mon regard est concentré sur le géant.
Les candidats se débrouillent plutôt bien avec les plots et les petits obstacles comme les poutres. Le type costaud a plus de mal à garder son équilibre avec sa tonne de muscles ceci dit. Il a cependant l'occasion de vite se rattraper : à l'épreuve du pont suspendu et du mur à escalader il se démarque clairement.


Les jurés prenaient des notes sur leurs chaises pliantes tandis que les premiers candidats finissaient la course. Aussitôt le groupe suivant était appelé pour prendre le relais tandis que les premiers se reposaient à peine à un stand de verres d'eau avant d'enchaîner les tractions.
- Ça va plutôt vite en fait.
Les candidats suivants se lançaient dans la course. Je n'y reconnaissais pas encore mes compagnons ni ne les apercevait dans la foule.

Mais déjà les numéros 50 étaient appelés pour se préparer et invités à commencer l'échauffement.


    adhérences etc:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 822

Région : Sinnoh
Jeu 11 Mai - 22:45
Ah, la personne devant Jean réagit à sa dernière remarque. Il hausse un sourcil, persuadé qu’il s’était fait cette remarque dans sa tête. Une jeune femme pas commune, avec de longs cheveux teints en vert. Le blond la dépasse de facilement 20 centimètres. Il dépasse d’ailleurs un peu tout le monde autour de lui. Seul le colosse le tutoie au niveau taille, mais faisant bien deux fois sa largeur. Et en plus elle vient de Kalos? Parfait, ça fait un sujet de discussion. Le cuistot choisit de répondre de la même manière que son interlocutrice.

-Je suis 104. Perso je joue à domicile, même si je connais bien ta région, j’y ai de la famille, mon père en est natif, toussa.

Finalement, monsieur une tonne de muscle galère un peu sur certains ateliers qui demandent un peu plus de technique. Vu sa carrure, c’est le genre de mec à foncer à travers un obstacle et l’éclater au lieu de se faire chier à tout bien faire. Il regagne facilement son retard au niveau du pont suspendu et du stand d’escalade. Le tout se déroule sous le regard des participants qui poirotent et des rangers membres du jury qui prennent des notes à la pelle. Les examinateurs ne sont pas si nombreux que ça, c’est peut-être la raison pour laquelle les groupes de passages sont plutôt petits. Chaque groupe a à peine le temps de se reposer et de boire un coup avant de s’attaquer aux tractions, si bien que l’attente n’est pas si longue que ça. Les gens dans la tranche 50/60 s’avancent déjà pour se lancer dans le parcours du combattant.

Un autre concurrent se démarque parmi eux. Plutôt une autre. Elle doit faire la taille de cheveux-verts et son corps témoigne d’un exercice physique régulier, mais ici pas de masse de muscle gênante. Un parfait équilibre entre force et vitesse. De quoi progresser très aisément sur cette épreuve. Jean commence à penser qu’il ne sera pas dans les premiers du classement au niveau performance physique. Il ne s’y attendait pas spécialement, mais voir les prestations de types qui pourraient parfaitement être des athlètes professionnels le ramène à la réalité, lui qui ne s’entraîne vraiment que depuis quelques mois. Le blond regarde dans la direction de 103 qui plisse les yeux en voyant les vagues successives de candidats se mettre en place. Elle a l’air de reconnaître quelqu’un, ou de chercher une personne. Autant poursuivre la conversation.


-Tu cherches quelqu’un?


Les groupes de prétendants passent les uns après les autres, si bien qu’au bout d’une vingtaine de minutes, c’est déjà à Jean et à 103 de s’échauffer.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1734

Région : Kalos
Sam 13 Mai - 16:12
Alors que les candidats suivants enchaînent derrière les premiers et monsieur-tonne-de-muscles, le blond qui fait deux fois ma taille au moins me répond. J'en suis soulagée : je trouve pas ça si simple d'aborder les inconnus mais dans un tel état d'agitation et une foule si vivante c'est difficile de rester renfermée, bien que ce soit mon habitude.

- Je suis 104. Perso je joue à domicile, même si je connais bien ta région, j’y ai de la famille, mon père en est natif, toussa.

La coïncidence du nombre me fait rire intérieurement mais je suis calme quand je m'apprête à lui demander d'où vient son père : seulement je suis interrompue. On évite une discussion rébarbative et personnelle pour se concentrer tous les deux sur le spectacle : une candidate se démarque elle aussi de ses camarades et cette fois je la reconnais.

Il s'agit de Luna, cheveux courts, clairs et vaporeux, ancienne agente de son état qui a passé la formation ranger à Illumis avec moi. Nous ne nous étions pas revues depuis la veille ; elle enchaînait si bien les obstacles que son avance lui permit d'arriver première au pont suspendu. Là ses abdos firent le reste du taf et la placèrent première du peloton : avant pas mal de mecs d'ailleurs. Intérieurement j'étais très fière d'elle ; j'adorais Luna, son caractère franc et simple et son incroyable talent. Je la savais motivée et sincère : je ne la jalousais pas mais par contre sa prestation me mettait mal à l'aise.

Je m'entrainais seulement depuis quelques mois et était loin d'un tel niveau physique. Bien moins souple que ma comparse je savais déjà que ce pont suspendu serait une torture ; j'entendais déjà au loin le hurlement de mes adducteurs. Mais ce fut la voix du blond qui me rappela à la réalité.


- Tu cherches quelqu’un?

Je détourne le regard de la course et lui répond « non en fait je reconnais juste celle qui vient de mettre un boulevard à tout le monde là-bas » disais-je en désignant les candidats d'un signe de tête. J'allais continuer la conversation mais au même moment notre tranche de numéros est appelé au micro : « les candidats des n°100 à 120 sont appelés à se mettre en place », ce fut là le signe de départ des choses sérieuses.

- Bonne chance pour le parcours, on se croisera sans doute aux tractions, dis-je au blondinet avant de m'éloigner pour m'échauffer.

Quelques flexions histoire de chauffer les muscles et je me retrouve au coup de sifflet sur la ligne de départ. Une fois le signal donné, je m'élance : la vingtaine de personnes autour de moi me dépasse d'abord d'un coup, comme une masse compacte et semble prendre la tête.
Alors que la panique afflue déjà à ma tête je me concentre sur mes respirations pour retrouver mes esprits : peu importe ma place, l'essentiel est de passer ce putain de parcours sans me vautrer lamentablement.

J'enchaîne les poutres avec prudence ; ma maladresse naturelle se dispute toujours avec mon sens de l'équilibre mais finalement ça se passe pour moi malgré le fait que je n'ai pas hérité des pouvoirs de Flash Gordon. Je continue, un souffle toujours régulier, avec l'épreuve des plots : ça paraissait bien plus ridicule de loin. A pleine vitesse c'est moins facile de négocier : heureusement pour moi, mon mètre soixante s'avère utile, chose exceptionnelle, dans cette étape. Je ne suis pas dans les derniers à arriver au un pont suspendu à passer à la force des bras. C'est là que ça va vraiment se jouer pour moi. Le temps de choper correctement la première barre et de croiser les jambes pour avancer et c'est parti.

Je souffle comme un bœuf à chaque barreau : mon visage devient aussi rouge que la fleur des Rafflesia mais je parviens à me hisser jusqu'au bout sans me vautrer comme un steak. J'en suis plus que ravie et ressent déjà les agréables chatouillis au fond de l'estomac : mais je ne me déconcentre pas. Et avec fermeté, je ne regarde pas ce que font les autres, pas même le blondinet.

Je dois éviter à tout prix de me comparer et m'occuper de ce mur d'escalade en bois. Le passage de Luna m'a donné quelques idées de premières prises à attraper pour gagner du temps dans l'ascension. Comme le vertige me taraude un peu, je suis plus hésitante dans cette épreuve que toutes les autres. Je dérape d'ailleurs lorsque je pose mon pied gauche sur l'une des dernières prises tout en haut du mur. De justesse je me rattrape et me hisse tel un Wailord sur le socle en largeur avant de me laisser retomber de l'autre côté. Je n'ai pas dérapé qu'une seule fois : je me précipite donc malgré le palpitant en pleine action. De plus deux candidats m'ont dépassé pendant la montée, témoignant de ma lenteur.

Il ne reste qu'un filet sous lequel il faut se glisser à plat ventre le plus vite possible. Je suis ravie car une fois de plus ma taille de naine me sauve la mise, n'en déplaise aux autres ; le succès couronne ma tête quand je parviens à dépasser plusieurs personnes sur ce dernier parcours, me laissant une chance de rattraper mes bourdes d'escalade.

Une fois la course terminée je fonce au stand de boissons sans même me retourner, la tête pleine de questions et le cœur bondissant.


    adhérences etc:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 822

Région : Sinnoh
Dim 14 Mai - 17:25
Awé, donc 103 n’est pas venue toute seule. Elle semble connaître la concurrente qui vient de finir première de son groupe les doigts dans le nez. Hé ben, espérons pour Jean que cheveux-verts n’est pas venue avec un commando qui a le même genre de capacités physiques. Quoi qu’il en soit, elle souhaite bonne chance au blond pour son parcours et part s’échauffer dans son coin. Jean fait de même, faisant un peu chauffer ses muscles, mais prenant également du temps pour se focaliser sur sa respiration et faire le vide mentalement. Si le corps va être sollicité durant ces épreuves, il en sera de même pour l’esprit. La volonté fera beaucoup. Puis il va se mettre sur la ligne de départ.

Le coup de sifflet retentit. Les candidats s’élancent sur le parcours du combattant. Jean part comme une fusée et atterrit déjà dans les premiers de son groupe. Ses longues jambes et le travail physique effectué ces derniers mois font de lui un bon sprinteur. Pas de traces de 103 pour l’instant. Jean résiste à l’envie de regarder derrière lui. Cela pourrait le déconcentrer. Et il va falloir faire attention sur le premier obstacle : des poutres sur lesquelles il faut passer en équilibre.

Devant lui, l’un des candidats passe l’étape en trois-quatre sauts tel un ninja et continue sur sa lancée, enterrant déjà ses adversaires. Le blond quand à lui doit faire preuve de plus d’agilité pour éviter de se casser la gueule. Car si on tombe, on doit recommencer l’obstacle et autant dire que si ça arrive, le redémarrage risque d’être compliqué. Finalement, les appuis du cuistot lui permettent de passer sans trop de problèmes.

Le Naruto en tête passe les plots de la même manière qu’il a passé les poutres. Rapide et efficace, il s’envole vers le pont suspendu. Ok, il finira certainement premier du groupe, tant pis. Le blond est plutôt serein pour cette épreuve, c’est le genre d’exercice qu’il a fait avec Frédéric de manière presque quotidienne durant les six derniers mois. Après une prestation honorable, il s’élance en direction du pont suspendu.

Après les jambes, c’est au tour des bras d’être sollicités. Le pont suspendu risque d’être extrêmement punitif pour ceux qui n’y sont pas préparés. Passer de barreau en barreau à la force des bras, ce n’est pas donné à tout le monde. Jean choppe la première prise et enchaîne avec plus d’aisance qu’il ne s’y attendait. Il faut dire que le blond n’est pas bien lourd. Il a très peu de masse graisseuse, donc ses bras sculptés n’ont pas à supporter une charge trop importante. C’est confiant qu’il se dirige vers l’épreuve d’escalade.

Un mur en bois avec des prises ? Pfeuh, quand on a escaladé une montagne habitée par des dragons, c’est de la gnognotte. En plus, les vols répétés sur le dos de Patush ont immunisé le jeune homme à la peur des hauteurs. Pas de traces de Naruto, il doit déjà avoir terminé le parcours. Jean est rapidement de l’autre coté, arrivant au dernier obstacle avant la ligne d’arrivée : un filet sous lequel il faut ramper. Jean galère un peu, être grand n’est pas un cadeau dans cette situation. Une fois passé, il se relève et court pour le sprint final. Comme prévu, Naruto et trois personnes sont déjà en train de se désaltérer. Cela fait de lui le cinquième de son groupe sur cette étape. Ce n’est pas trop mal.

Le cuistot choppe un gobelet d’eau et le vide en un instant, reprenant son souffle. La pause ne sera que de courte durée vue enchaînement des épreuves. Jean voit arriver vers lui 103, qui n’a même pas ralentit en passant la ligne d’arrivée, se dirigeant vers les boissons. Il décide d’aller à sa rencontre pour voir comment son parcours s’est passé.


-Alors, tu t’en est bien tirée ? Moi j’ai rien pu faire face au ninja.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1734

Région : Kalos
Lun 15 Mai - 10:13
Je ne me suis même pas arrêtée après ma course, j'ai foncé au dernier sprint, autant que le permet le mètre soixante, puis dépasse enfin la ligne d'arrivée. Ma consolation c'est que je ne suis pas arrivée en dernière : mais je ne fais pas partie du peloton de tête pour autant comme je m'en doutais. Je m'entraînais depuis presque une année seulement et malgré mes efforts je n'étais pas encore à la hauteur physiquement ; cela dit je ne m'étais pas vautrée pour autant et ma course restait honorable à défaut d'avoir été la meilleure.

Comme je ne sais pas m'arrêter instantanément, ma course se finit au stand des boissons. Quelques jus de fruits au frais mais spontanément on nous tend des bouteilles d'eau : j'en attrape une et la vide goulument d'une traite pour compenser la pateuse de l'exercice. Alors que je m'en fous un peu partout, j'entends la voix du blondinet derrière moi au même instant qui me surprend.


-Alors, tu t’en est bien tirée ? Moi j’ai rien pu faire face au ninja.

Je toussote un peu parce que je l'ai pas senti venir dans mon dos. Ma réponse s'étrangle d'abord dans ma gorge puis sort avec une voix rauque.

- Quoi y'a des ninjas ici ? Puis je réalise qu'il parle bien sûr d'une personne rapide mais qui n'exerce pas réellement le métier de ninja. Bah, j'ai vu personne pendant la course mais apparemment j'ai pas fini dernière, c'est déjà ça. Je souris modestement : le résultat de 104 est visiblement bien meilleur que le mien. Et toi finalement t'as fini combien derrière le ninja ?

Je finis mon eau avant de voir que nous sommes déjà tous appelés pour enchaîner sur l'épreuve des tractions. Je me souviens douloureusement de cet exercice pratiqué pendant des mois avec mon père... et j'ai horreur de la musculation.

- Bon on dirait qu'il faut y aller, dis-je au blond alors qu'on appelle le numéro 103 sur l'un des écrans.

Comme l'épreuve est individuelle je suis cette fois consciente des regards des autres sur moi mais je n'y prête pas attention et me concentre sur la barre à grimper pour pouvoir réaliser mes tractions. J'hallucine un peu ; après tout nous ne sommes pas dans un concours de cross-fit avec des participants dopés aux stéroïdes se disant amis des plantes. Je comprends mal en quoi cette épreuve va bien pouvoir servir aux jurés pour la note finale ; les rangers sont certes des gens entraînés physiquement mais pas des monstres du catch.

C'est avec la tête pleine de ces pensées que je saute et que je m'accroche à la barre. Le saut n'était pas si mal : ça fait plus de vingt-sept ans que je suis petite alors dorénavant je sais sauter. Les mains fermement serrées autour de la barre, je me concentre pour éviter les habituelles grimaces que je fais en plein exercice. Je souffle régulièrement, calant mes pensées sur le rythme de mon souffle. Puis le blanc. Je ne cherche personne dans la foule, aperçoit 104 qui me regarde en baver puis fait le vide pour rester totalement concentrée sur ma barre.

Je n'en glisse pas et bien que mon passage soit environ dix fois moins spectaculaire que ce qui était avant et ce qui reste à venir, je repars discrètement après deux séries achevées et réussies, les jurés dans le dos, vers le stand de rafraichissement et me tourne pour regarder l'intervention de mon camarade fortuit ainsi que les autres. Je cherchais du regard ce fameux ninja que je n'avais pas aperçu pendant la course ni même les tractions : je voulais voir à quoi ressemblait cet adversaire dont il valait mieux se méfier à priori.


    adhérences etc:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 822

Région : Sinnoh
Mer 17 Mai - 21:40
L’interlocutrice du blond manque de s’étouffer quand ce dernier vient l’aborder au stand de boissons. Elle réussit à expliquer que son parcours semble moyen. Mais il reste des épreuves pour se rattraper. Pendant que cheveux-verts parle, le cuistot se gratte l’arrière de la tête, un peu gêné. C’est qu’il n’aimerait pas passé pour un weirdo qui arrive dans le dos des gens. Pour répondre à la jeune femme, Jean cherche un gars qui est légèrement plus petit qu’elle d’un hochement de tête. Un type plutôt banal physiquement en dehors de sa petite taille. Cheveux châtains, même pas si musclé que ça, mais qui du coup ne doit pas peser grand-chose. En tout cas, il a laminé la concurrence dans le groupe. Sauf qu’il n’est plus dans son champ de vision.

-Euh… on dirait qu’il a disparu. Physiquement, c’est monsieur tout le monde. En plus de ce mec il y avait trois personnes devant moi. Je m’en suis mieux tiré que je le pensais, surtout vu les monstres qu’on peut voir dans les autres groupes.

Monstre, c’est vite dit. Surtout que vu les troupes du blond, on risque bien d’utiliser le même qualificatif à son sujet lorsque les épreuves de combats pokémons vont commencer. Pour être ranger il faut déjà avoir un certain bagage dans ce domaine mais peu ont déjà vaincus le meilleur champion de leur région. Après on tombe toujours sur plus fort que soit et si ça se trouve, Jean va se prendre une grosse fessée à son premier match. Seul l’avenir le dira.

D’ailleurs l’avenir arrive, puisqu’un ranger invite la tranche 100-120 à se rendre aux tractions. Sur le chemin, les candidats peuvent voir super-bronzé-montagne-de-muscle en train de soulever pas moins de 160 kilos au développé couché, sous le regard médusé des autres participants et de certains organisateurs. Jean continue son chemin l’air de rien, faisant comme s’il n’avait rien vu.

Vu son numéro, le blond sera parmi les premiers à se lancer. D’un coup d’œil, il voit le ninja revenir des toilettes en remontant sa braguette, tandis que 103 bondit pour attraper la barre. Quoi, il a fait une prestation aussi exceptionnelle parce qu’il avait envie d’en finir le plus vite possible pour aller pisser ? Comme quoi, la vessie peut donner des ailes. Après cette distraction, Jean se re-concentre sur 103 qui a l’air d’en chier. Finalement, elle réussit quand même à faire deux séries, ce qui est un score honorable.

Quand vient son tour, Jean s’avance. Le plus dur au final, ça va être de ne pas s’épuiser en faisant des répétitions non-valides. Il suffit que les bras ne soient pas tendus lors de l’extension pour s’être fatigué pour rien. Exit donc le rythme soutenu, le cuistot prend son temps pour bien exécuter le bon mouvement à chaque fois.


-Numéro 104, 23 répétitions.

La dernière, il est allé la chercher. Jean lâche la barre avec le visage rouge comme une tomate, mais content de lui. Il est dans la moyenne pour l’instant. Retour au stand de boissons donc, où il peut retrouver 103 tout en descendant en un instant une bouteille d’eau.

-Pfiou, je l’ai pas volé celle-là. Tiens, le ninja est de retour, c’est le 112.

Les candidats se succèdent jusqu’à arriver à ce fameux ninja. Il attrape la barre et commence ses répétitions. 1,2,3…16. 16, c’est presque décevant vu sa prestation sur le parcours du combattant.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1734

Région : Kalos
Sam 20 Mai - 23:17
Du mal à croire que le ninja n'en a pas fait autant que moi, des tractions.

104 m'a rejoint au stand de boissons après s'en être tiré plus qu'honorablement aux tractions. L'idée d'avoir l'épreuve de musculation derrière moi me donne le sourire, en plus de l'hydratation.


- Bien joué, on a fait mieux que le 112. On verra bien ce qu'il vaut au tournoi.

La prochaine épreuve pointait le bout de son nez ; la véritable épreuve de force à mes yeux, le tournoi pokemons en équipe. Il ne restait plus que l'épreuve du 100m pour en finir avec la partie physique pure ; pour le reste des épreuves prévues dans la matinée il ne restait plus qu'à démontrer ses capacités en dressage et en combats.

Une fois de plus j'aurai bien discuté avec mon comparse du moment mais nous étions aussitôt appelés pour le 100m. Ils n'étaient pas mixtes donc chacun partit de son côté. Je n'avais aperçu aucune de mes connaissances ; l'enchaînement des épreuves et la foule compacte y étaient pour beaucoup. Pourtant je ne ressentais pas le besoin de les voir ; croiser 104 était suffisant pour échanger, je tenais à rester concentrée.

Je prenais de longues inspirations sur la ligne de départ : pour de courtes courses, j'étais presque imbattable. Certes la grâce de mes mouvements tels un Phogleur sur une banquise fondue m'avaient desservi pendant l'épreuve d'obstacles ; je savais que cette course rapide était faite pour me rattraper. S'ils nous avaient collé un marathon j'aurai été foutue.

Le sifflet de départ nous libère toutes, prisonnières de la ligne ; je m'élançais au plus vite pour compenser les grandes tailles dans le groupe. J'étais rapide sur de courtes distances, pour peu de temps parce que je m'entraînais encore beaucoup pour mon souffle. Sur de longues distances j'étais excellente à pieds ; mais de la randonnée et non de la course. Le 100m c'était l'idéal : j'arrivais d'ailleurs à me hisser à la première place malgré la course serrée avec une comparse blonde un peu plus grande que moi.

Intérieurement je bénissais la première chose venue pour avoir réussi au moins une épreuve et ne pensait désormais plus qu'au tournoi qui nous attendait. Assez peu de détails avaient été divulgués jusque là.
J'apercevais 104 qui s'approchait de cet énième bar à boissons ; au moins l'organisation était efficace.


- La course a été bonne ?

Je m'approchais alors qu'il se désaltérait.

- Ah on dirait qu'il se passe un truc.

J'étais songeuse et regardait l'estrade des jurés ; je n'avais pas encore au la réponse de 104 qu'on nous appelait déjà à nous préparer à l'épreuve suivante. Les premiers pelotons de candidats avaient déjà rejoints les arènes prévues à cet effet et les organisateurs – ceux du début et la mémé – orientaient les candidats au fur et à mesure. Pendant ce temps les consignes étaient divulguées sur les écrans : les candidats devraient faire équipe avec le numéro suivant le leur pour démontrer leurs talents dans un combat en 2vs2.

Le vif du sujet était enfin là ; fini les galipettes et les tortures physiques. Cette fois il était temps de montrer la synergie du travail d'équipe et de mettre en lumière les talents de dressage. L'épreuve que j'attendais quoi, là où je me donnais toutes les chances pour briller vu le niveau que je venais d'étaler. Dans le fond les modalités du tournoi m'indifféraient ; ça aurait pu être en individuel ou à trois ou quatre que ça me serait tout aussi égal. Mais c'est pas vraiment une chose à dire à un gars que je viens à peine de rencontrer, de parler de trucs à trois quatre tout ça. J'improvisais donc en me tournant vers mon comparse.


- Bon bah voilà. Au fait moi c'est Jill.

J'allais en dire plus et discuter pokemons, types, attaques et le reste mais déjà l'organisateur du début nous demandait de nous déplacer vers le prochain stade pour le tournoi. Le complexe était assez vaste et l'enceinte de ce gymnase était plus petit que le suivant.
Afin d'aller plus vite l'orga avait prévu un stade avec des gradins spacieux et plusieurs terrains pour que se déroulent des combats en simultané.

Notre tranche de numéro n'était pas attendue pour le début des hostilités avant une bonne demi-heure, ce qui nous laissa un peu de temps avec le blondinet pour nous mettre au point. Je mettais de côté ma maladresse naturelle pour uniquement me concentrer sur l'épreuve ; faire équipe pouvait avec un inconnu était un vrai challenge.


    adhérences etc:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 822

Région : Sinnoh
Mar 23 Mai - 23:09
La discussion avec 103 se poursuit jusqu’à ce que les candidats soient appelés pour le sprint sur 100 mètres, avant d’entrer dans le vif du sujet avec les combats. Jean se barre donc dans son groupe puisque hommes et femmes ne concourent pas ensemble sur cette épreuve. Le blond retrouve d’ailleurs le ninja sur la ligne de départ. On va donc savoir si sa prestation sur le parcours du combattant était une démonstration de ses compétences ou juste l’énergie du désespoir d’un mec qui veut juste pisser. Et après le coup de sifflet qui donne le départ, c’est la première option qui se révèle être la bonne. Le cuistot a beau avoir des jambes très longues et une bonne technique, il ne peut que se faire distancer par ce concurrent. Au moins n’y a-t-il aucun autre participant qui le dépasse, lui assurant une place de second. Le jeune homme prend un instant pour respirer. Il va pouvoir souffler un peu désormais. Retour aux stands de boissons avec 103, qui demande comment la course s’est passée.

-J’ai terminé second ! Je pouvais rien faire contre le ninja, il est vraiment très rapide mais…

Puis la jeune femme aux cheveux verts attire l’attention de Jean sur l’estrade, où les deux rangers du début annoncent que la suite des événements sera une session de matchs en 2 contre 2. Une première pour le blond, mais une décision assez logique puisque le travail d’équipe est quand même un élément important dans ce genre de métiers où la vie des uns peut reposer sur les actions des autres. Numéro impair avec le numéro pair du dessus, donc. Le blond va faire équipe avec sa nouvelle connaissance. Il est satisfait à cette idée, ils ont déjà fait un peu connaissance, c’est mieux comme ça. D’ailleurs si on tend l’oreille on peut entendre que ça commence déjà à se bastonner dans d’autres ailes de l’arène, signe que les premiers groupes ont déjà commencés. Pendant le trajet jusqu’au stade principal, Jean a tout le temps d’en apprendre plus sur son équipière, mais également de se présenter.

-Moi c’est Jean ! Faisons ce qu’on a à faire, histoire de ne rien regretter !

Jean a un rictus en se plaçant dans les énormes gradins de l’arène, lui qui était ici il y a quelques jours à peine, mais sur le terrain, voilà qu’il va remettre le couvert. Le marquage au sol a été modifié histoire de diviser l’espace et de pouvoir faire plusieurs combats en simultané. Et il y a des pokémons de toutes les régions et de tous les types qui s’échangent des attaques multicolores. Jean et Jill ont tout le loisir d’observer les matchs puisque cela sera à eux dans une demi-heure seulement, mais c’est également l’occasion de se coordonner au niveau stratégique histoire de ne pas se lancer dans le grand bain avec les mêmes faiblesses et couvertures offensives au niveau de la table des types.

-Alors Jill, tu as déjà décidé avec quel pokémon tu vas combattre ? Je dois t’avouer que le 2 contre 2 institutionnel comme ça, c’est une nouveauté pour moi.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1734

Région : Kalos
Lun 29 Mai - 12:09
Second hein ? Il a vraiment l'air de bien se débrouiller le 104, même si le ninja ne lui a pas laissé la première place sur le podium. Comme on est coupés dans notre élan de discussion par l'organisation on finit par prendre la route du stade. En arrivant on voit que ça pète de partout : vas-y que je te balance du draco-rage, du lance-flamme çà et là. Les premiers groupes sont déjà au prises tandis que Jean et moi on s'installe dans les gradins. Vient le moment crucial ; il faut qu'on discute et qu'on découvre nos compagnons sélectionnés pour l'occasion.

- Moi j'en ai déjà fait, dis-je à Jean quand il me demande quels pokemons je vais utiliser. Je suis allée à la MT une fois pour en faire. Je réfléchis une seconde et reprend. Je vais utiliser mon Métalosse et mon Goinfrex. Ça nous fera déjà une couverture de trois types et une solide défense ; mon Métalosse peut s'occuper des attaques spéciales, mon Goinfrex lui a une bonne résistance physique. Je m'arrête là pour lui demander ensuite « tu vas utiliser lesquels toi ? Une préférence comme façon de combattre ? »

Pas facile de s'accorder avec un parfait étranger mais ça ressemble bien à ce que les rangers ont l'habitude de faire. Les jurés ont les yeux rivés sur les candidats en plein combats mais on est surveillés aussi, l'essentiel dans ce genre de métier étant de se tenir prêts et d'élaborer entre collègues plutôt que se tirer dans les pattes.
J'en profite pour écouter ce que mon nouveau coéquipier prévoit pour le combat à venir : et alors que nous discutons une bonne grosse dizaine de minutes, notre tranche finit par être appelée. Jean et moi on découvre que les numéros après les nôtres seront nos adversaires et rapidement on voit notre trombine s'afficher sur les écrans en guise d'appel.


- Allez c'est parti, dis-je alors à Jean avec un petit sourire.

Je suis un peu crispée : j'aime bien combattre en duo mais comme Jean l'a jamais fait je stresse à l'idée de faire foirer le match. L'échec peut effectivement devenir une responsabilité personnelle dans ce type de rencontres et j'espère que mes pokemons seront dans le même état d'esprit que moi : prêts à tout donner. Je ne doute pas de Bart, mon Métalosse, remonté à l'idée de combattre sérieusement et très impatient de me soutenir. Ce sera sans doute plus compliqué avec mon Goinfrex : il est plus mûr depuis son séjour chez l'éleveur mais ce n'est pas encore ça. J'espérais voir venir son évolution pour l'exam mais je l'avais en revanche doté d'un bon movepool pour parer à un max de surprises.


    adhérences etc:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 822

Région : Sinnoh
Mar 30 Mai - 23:28
Contrairement au blond, Jill a déjà eu l’occasion d’expérimenter les matchs en deux contre deux, et à la master tower en plus. Jean a déjà entendu parler de ce lieu, un endroit immense qui permet à de nombreux dresseurs de toutes les régions de s’affronter, mais sans avoir eu l’occasion de s’y rendre par lui-même. C’est surtout qu’il n’y voyait pas vraiment d’intérêts jusqu’ici, mais si cela permet de combattre dans des configurations atypiques, il serait intéressant d’y faire un détour une fois. On est jamais trop préparé aux situations que l’on peut rencontrer quand on est ranger.

Puis vient la question du choix des pokémons. La jeune femme annonce qu’elle va combattre avec un Métalosse et un Goinfrex. Du coté du cuisinier, qui appeler ? Drattak risque de manquer d’espace pour bien montrer l’étendue de ses capacités. On est sur des terrains réduits, il faut le rappeler. Smogogo est très résistant, mais à part montrer qu’il très chiant à combattre, les examinateurs ne pourront pas conclure grand-chose. Son propre Métalosse pour la blague ? Mouais, ce n’est pas le moment de déconner. Après une rapide réflexion, le blond se rend compte qu’ils vont avoir du mal à lutter contre un pokémon spectre. Il serait donc judicieux d’utiliser Yami. En plus, la Noctunoir a une affinité avec les attaques physiques, donc c’est parfait. Comme second pokémon… Jean se dit que ce serait intéressant de faire combattre Tengu dans ce contexte. La Shaofouine aveugle ressortira certainement grandie de cette expérience.


-Je vais partir sur Noctunoir et Shaofouine alors. La première est très résistante sur tous les plans et a pas mal d’options sur le physique. La seconde… malgré le fait qu’elle soit aveugle, je suis tout à fait convaincu par ses capacités. Pour la manière de combattre, je dirais qu’on verra déjà en fonction de nos adversaires. Faudra qu’on fasse attention à ne pas se gêner. Ah ! Et j’ai aussi un Métalosse, ça m’intéresse de voir comment ils réagiraient en se rencontrant.

Le jeune homme espère juste que Jill n’aura pas d’à priori sur Tengu à cause de sa cécité. Elle n’a clairement pas besoin de protection, ce sont plutôt ses adversaires qu’il faudrait aider en général. La conversation continue jusqu’à ce que les visages des deux candidats apparaissent sur l’un des écrans géants installés dans les gradins, alors qu’un ranger beugle dans son mégaphone pour leur indiquer sur quel terrain ils doivent se rendre. Le blond a aussi l’occasion de découvrir leurs adversaires. La paire juste après, les numéros 105 et 106.

C’est plutôt serein que Jean descend les escaliers alors qu’il rend son sourire à sa collègue du jour. Contrairement au blond, elle est un peu crispée, mais difficile de ne pas l’être dans un tel contexte. Sauf quand on s’est déjà fait gober par un pokémon de plusieurs kilomètres de long. C’est le genre d’expérience qui rend peu impressionnable, surtout quand on ne l’est déjà pas beaucoup à la base.

Les deux jeunes gens rejoignent donc le terrain numéro 12, où attendent déjà leurs adversaires et l’arbitre. Le numéro 105 est une blonde un peu plus grande que Jill. Quand à 106, il s’agit d’un drôle de gus. Un genre de moine, le crâne totalement rasé, il porte une sorte de kimono, mais adapté aux épreuves. Une fois qu’il a l’attention de tout le monde, le responsable énonce les règles du combat aux candidats.


-Bonjour. Bon, vous avez déjà au moins trois badges, alors je vais ne pas m’éterniser sur les règles de bases, seulement sur les choses spécifiques à l’examen. Une équipe gagne quand tous les pokémons adverses sont KO. Vous ferez appel à vos pokémons en même temps, à mon top. Vous avez tout à fait le droit de communiquer entre vous. L’abandon de votre binôme n’est pas éliminatoire, mais vous ne pourrez pas utiliser d’autres pokémons que ceux prévus pour les matchs pour compenser votre désavantage numérique. Vous pouvez switcher vos pokémons quand vous voulez. Les objets sont interdits, vos compagnons seront soignés entre chaque tour. Sur ce, bonnes chances.

Après ce briefing, les deux équipes se placent chacune à l’une des extrémités du terrain, attendant le signal de l’arbitre. Quelques secondes passent, jusqu’à ce que l’arbitre donne le signal. Jean rapproche ses pokéballs de son visage et chuchote.

-Aller mesdames, c’est l’heure de briller.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1734

Région : Kalos
Ven 2 Juin - 15:59
C'est juste avant de descendre sur le terrain, face aux numéros 105 et 106, que Jean et moi finissons de discuter. Je trouve ses idées bonnes « bien vu pour Noctunoir, ça nous permettra de taper sur du spectre en cas de besoin. » : mais l'idée d'avoir un Shaofouine comme allié m'emballe totalement, cécité ou non. « Les Shaofouine n'ont pas besoin d'yeux pour être redoutables. Elle compensera sûrement mieux le manque de vitesse des miens. » Je marque une pause deux secondes et ajoute « en fait c'est pas mal, on part sur un bon équilibre des types je trouve. Et quand tu veux pour ton Métalosse, en plus le mien n'a jamais revu le moindre de ses congénères depuis qu'il m'a adoptée, ça serait cool. »
Je conclus, lui adresse un dernier sourire crispé puis une fois sur le terrain, je me concentre et inspire pour chasser mon trac. Il disparaît vite : je me suis déjà fait attaquer par un Méga-Steelix en furie en compagnie d'Alex, je relativise l'importance de ce match rapidement.

En arrivant sur le terrain on découvre nos adversaires : une blonde et un moine. Le chauve est plus intriguant car plus atypique ; mais très vite on est briefé sur les règles. Rien de très innovant, tout est prévu pour que les matchs ne se rallongent pas. Les terrains sont petits : quand je lance mes pokeballs à la suite de Jean je suis plutôt contente d'en avoir un qui lévite et l'autre qui n'est pas encore un Ronflex.

- Bart, Méry, c'est le moment où jamais.

Ils savent pourquoi ils sont là. Mais le Goinfrex a une très nette tendance à tout oublier entre ses siestes.
Nos adversaires font de même et appellent leurs compagnons : un Braségali et un Iguolta pour la blonde et un Medditika et un Togekiss pour le moine. Soulagée de reconnaître tout ce beau monde mon regard s'attarde vite sur le Braségali que je trouve absolument splendide. Outre ma petite préférence cependant j'essaie de me faire un topo rapide en tête : deux types combats croisés avec les types feu et psy, un normal et un électrique originaire de ma région. Jean doit le connaître d'ailleurs celui-là.


- Bon, mon Goinfrex peut s'occuper du Togekiss avec ses attaques combats... mais avant... Bart, active ton mur lumière maintenant. Reste en arrière sur le terrain, abri en cas de problème. Méry toi, lance ton attaque clonage. Je me retourne ensuite vers Jean pour lui expliquer mon idée : si mon Goinfrex garde sa couverture suffisamment longtemps il peut déclencher un mitra-poing sur le Togekiss. Je me dis qu'avec sa capacité à voler il risque d'être chiant et faudrait pas qu'il approche ta Shaofouine.

Mes pokemons se mettent en position : Bart lévite et recule derrière le Shaofouine et le Noctunoir de mon coéquipier. Je suis passablement impressionnée par ses pokemons d'ailleurs : elles ont l'air robustes et prêtes à en découdre. De plus je connais très peu les pokemons spectres ; je me souviens de la Magirêve d'Alex qui savait me mettre mal à l'aise mais qui nous a tiré d'un sacré pétrin aussi.
Pour ma part j'ai l'habitude avec les miens de développer le défensif avant de lancer l'assaut ; j'en profite pour amortir les attaques de nos adversaires. La surface allouée au demi-terrain est si petite qu'on a pas le choix de toute façon : inutile d'avoir recours à des stratégies comme piéger le sol avec des attaques durant dans le temps.


Au mieux il nous faudra être rapides et prompts à réagir : le match commence alors que mon Métalosse dévoile son attaque psychique la plus pratique. Grâce à elle, si nos adversaires tapent en spécial nous pourrons diviser leurs dégâts suffisamment longtemps pour les épuiser. Mon Goinfrex quant à lui est (enfin) au point sur sa technique de clonage : au début ils se cassaient tous la gueule si tant est qu'ils en avaient une, maintenant l'imitation était parfaite et plus robuste de jour en jour. On avait prit l'habitude tous les deux de faire ainsi ; non seulement on gagnait un max de temps en fatiguant le monde entier mais en plus les défenses naturelles de ce pokemon achevaient de parfaire ses défenses en cas d'attaques frontales.

- Y'a plus qu'à y aller. Bartholomé, psyko sur le Medditika. Méry toi, prépare ton coup. Les hostilités commençaient dans le vif du sujet, j'ajoutais alors une dernière précision à mon partenaire : Mon Goinfrex pourra déclencher un surf si nécessaire sur le Brasegali, mais avec une si petite surface ça va être chaud. Faut qu'on se débarrasse d'abord de l'Iguolta pour pas qu'il s'en serve. Enfin, je te laisse faire aussi avec tes pokemons, nous on reste en retrait pour l'instant.


    adhérences etc:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 822

Région : Sinnoh
Mar 13 Juin - 23:14
Jean envoi donc Tengu et Yami sur le petit terrain. Leurs adversaires libèrent à leur tour leurs compagnons. Braségali et Iguolta pour la blonde et Medditika et Togekiss pour le moine. Pas beaucoup de temps pour développer une stratégie, le coup d’envoi est donné. Heureusement, comme Jean voyage aussi avec un Métalosse depuis peu, il sait à peu près à quoi s’attendre et comment articuler les actions de ses pokémons de manière à ne pas trop empiéter sur Jill. Pour le Goinfrex par contre, la jeune femme est obligée d’expliquer ses intentions à son acolyte du jour. Une stratégie basée sur les attaques clonages et mitra-poing. Le blond rebondit sur la remarque de la Kalosienne concernant le pokémon fée en face.

-Je m’inquiète pas trop pour le Togekiss. Faut juste l’empêcher d’attaquer.

En face, ça discute aussi afin de coordonner les actions. Jean et Jill sont trop loin pour entendre quoi que ce soit, mais la blonde et le moine ont l’air d’accord assez vite sur la marche à suivre. Tandis que les pokémons de la jeune femme aux cheveux verts suivent les premiers ordres de leurs dresseuses, qui consistent principalement à se défendre, Jean se contente de donner des indications plutôt vagues.

-Tengu, le truc qui vole en face, sonne-le. Yami, faut lui faire quitter les airs.

La fouine aveugle se précipite d’un bond prodigieux vers le Togekiss adverse et une fois arrivée au corps-à-corps, place une attaque bluff afin de le sonner et de le couper dans son action. Ensuite, elle prend appui sur le pokémon fée et utilise l’attaque demi-tour afin de revenir à sa position initiale. De son coté, la spectre fait vibrer l’air autour d’elle et après un lent mouvement des bras, la gravité augmente soudainement sur le terrain, obligeant le type vol à atterrir.

Evidemment, les adversaires ne se contentent pas de regarder la scène sans rien faire. Si le Togekiss est hors d’état de nuire pour l’instant, ce n’est pas le cas des trois autres pokémons. Le Medditika adverse envoi une décharge psychique sur la Shaofouine, qui pousse un petit gémissement plaintif avant de secouer la tête. L’attaque n’a pas fait beaucoup de dégâts, le mur lumière lancé par le Métalosse de Jill ayant permis d’en réduire les effets. Le Braségali adverse envoi un lance-flamme sur le pokémon acier et l’Iguolta lance un tonnerre sur la Noctunoir. Encore une fois, le mur invisible généré par Bart est bien utile.

Du coté de Jill, c’est une attaque psyko qui part sur le Medditika et qui l’envoi balader au bout du terrain, alors que le Goinfrex commence à concentrer son énergie, tout en restant plutôt sur la défensive et en suggérant qu’il faudrait se débarrasser de l’Iguolta. Jean avait déjà dans l’idée de dire à Tengu d’en finir avec le type fée, mais il change d’avis quand il voit la collerette du pokémon élektrik s’ouvrir pour lancer un Mégaphone sur l’ensemble de ses adversaires. Il est rejoint dans son effort par le Togekiss qui est revenu à lui entre temps et qui lance des éclats magiques sans ménagements. Le problème avec l’attaque sonore, c’est qu’elle va toucher directement le Goinfrex et l’empêcher de lancer son mitra-poing. Le blond se dit qu’une action de collaboration sera mieux vue par les examinateurs qu’un simple one-shot successif que chaque pokémon adverse. S’ils attendaient un simple déballage de grosses attaques, ils n’auraient pas organisés les combats de cette manière.


-Tengu, protège.

A ces mots, la Shaofouine tend ses deux bras en avant et génère un large mur d’énergie bleue tout autour d’elle et de ses alliés. Les attaques de zones adverses viennent s’écraser sur la matérialisation protectrice, tandis que Jean se dit qu’effectivement, il serait bien de se débarrasser de cet Iguolta parce que garde large n’est pas une attaque que l’on peut utiliser à la chaîne. La blonde d’en face doit avoir à peu près la même idée pour la fouine du cuisinier puisque cette dernière ordonne à son Braségali de foncer sur la fouine avec un pied enflammé. Mais il en faut plus pour mettre Tengu en difficulté. Elle est d’ailleurs très heureuse d’avoir l’occasion d’échanger au corps-à-corps avec un autre pokémon combat.

C’est donc un affrontement d’arts martiaux qui s’engage entre eux, tandis que l’Iguolta lance une attaque chargeur, guettant une ouverture dans le duel. Mais il n’aura pas l’occasion de mettre son plan à exécution puisque Yami se matérialise derrière lui et lui lance un Dynamopoing bien placé. L’attaque, puissante mais peu précise de base, a néanmoins une précision plus qu’honorable suite à la gravité renforcée sur le terrain. Le pokémon élektrik n’a même pas le temps d’être confus puisque le coup l’envoi directement dans les pommes.

Du coté des types combats, les coups pleuvent. C’est une très belle démonstration des deux pokémons, mais le duel tourne vite à l’avantage de la Shaofouine, qui ne se donnait pas vraiment à fond de toute manière, ayant pu évaluer la différence de niveau avec son adversaire à travers l’aura. Elle termine le duel d’une forte-paume en plein ventre, qui propulse le Braségali sur plusieurs mètres avant de tomber au sol, K.O.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 3) Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Yann décide de se ranger(Florian et Nicolas)
» Examen de Potions
» mon ranger nain
» Zafura, ranger elfique
» [Mission D] Ramasser, nettoyer et ranger

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Rivamar-