AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2
 
» {Modéré} Sur le fil de ton épée dansent les fantômes de ton passé


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8581

Sam 24 Juin - 12:53


2 Ouvrifier lvl 45 vous attaquent !

---------------------------------------------------------------


Poussifeu lance Rugissement sur tous! L'attaque diminue !



Carchacrok lance Surf sur tous !
{ - 150PV } { -150PV }
Pv des Ouvrifier : 0 /140. Ils sont KO! Poussifeu monte au lvl 39 (0/3) ! Carchacrok gagne de l'expérience ( 2/4 ) !

Que vouslez-vous faire ?




Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 11/08/2015
Messages : 1374

Lun 3 Juil - 18:13
___Tu restes sans voix face à Nathaniel. Incapable de réagir, incapable de ne pas réagir. Atone. L’éleveur te regarde, calme, patient. Serein. Quelque chose, dans son maintien, dans son regard, dans son aura, finit par t’atteindre. Comme s’il était en train de te couvrir d’une fine couverture lors d’une froide nuit d’hiver. Pas assez pour réellement te réchauffer, mais un premier pas. La chaleur du geste t’emplie de l’intérieur. Il te tend la main, c’est d’une évidence telle qu’il pourrait être physiquement en train de le faire que cela ne serait guère étonnant.
___Le temps continue de s’écouler avec lenteur, peu pressé de mettre fin à ton mutisme. Plusieurs fois tu amorces un mouvement imperceptible pour enfin prendre la parole, pour enfin attraper cette main, comme une porte qui s’entrouvre sur l’obscurité pour laisser passer un rai de lumière sur ton visage ravagé par la douleur.
___Peut-être est-ce là tout ce dont tu as besoin depuis tout ce temps.
___Guerrière usée dans ce combat que tu t’imposes depuis maintenant bien longtemps, peut-être que cette chaleur est le meilleur des réconfort que tu puisses espérer. Et cette main, ton plus grand espoir. Comme cette pension. La lumière dans ces ténèbres qui cristallisent ce que ce monde a fait de toi. Malmenée, écorchée, balayée.
___Brisée.
___Tu es brisée depuis le jour où tu t’étais écroulée face à la plaine vide, depuis le jour où tes compagnons t’ont été pris. Puis détruite. Le jour où ta lutte t’a menée à prendre la vie d’un homme, quelque scélérat qu’il fût, ce jour t’a détruite. Personne n’a jamais réussi à te reconstruire. Ni Absol, ni Cassandre, ni même toi. Tout ce que tu as réussi à faire, c’est tenir debout. Le dos courbé. Continuer à combattre. La tête baissée.
___Tes yeux se portent sur Zar’Roc lorsque tu tentes de trouver les bons mots dans la tempête qui hurle en toi. Ta Monorpale te fixe de son œil unique, immobile. A-t-elle conscience de la bataille que tu dois mener simplement pour soutenir son regard ? Peut-être bien ; elle a lue en toi, près du lac. Tu ne sais pas à quel point ce pokémon te comprend avec le lien qu’elle peut créer avec un humain grâce à son énergie vitale. Tu en sais juste assez pour te douter qu’elle n’est pas totalement aveugle quant à ta situation. Te le pardonne-t-elle ? Ne voudrait-elle pas être libérée de toi ?
___Et toi, ne veux-tu pas être libérée d’elle ?
    « Comment pourrais-tu m’aider ? »

___Ce n’est pas une attaque, pas une raillerie, pas même une pique. C’est une véritable question, alimentée par ton désespoir et ta peur de ne jamais t’en sortir. D’échouer, de perdre le combat qui t’oppose à tout ce qui fait rage en toi. Car, non, tu ne veux pas perdre Zar’Roc. Tu aimerais la retrouver. Aussi impossible que cela te semble, c’est bien pour cette raison que tu t’accroches tant à elle, que tu refuses la reddition. Elle ne t’a pas rejetée lorsque tu étais allée la voir ; tu te dois de combattre pour elle. Pour elle qui aurait toutes les raisons de t’abandonner, mais qui ne le fait pas. Pour elle qui ne te hait pas alors que tu lui donnes toutes les cartes en main pour qu’elle te déteste.
    « De quoi as-tu peur ? »

___De tout.
___Tu n’as pas à réfléchir à la réponse, pas plus que tu ne te fais la réflexion qu’il ne t’a pas répondu. Ces deux mots résonnent dans ton esprit, glas au crépuscule d’une vie. Depuis quand es-tu aussi effrayée ? T’es-tu voilée la face à ce point, n’es-tu qu’une gamine effarouchée ayant besoin d’aide pour s’en sortir ?
___Nathaniel se lève du divan. Tu aperçois Zar’Roc qui tressaille.
    « Tu n’as pas à te battre seule. »

___Il te tend la main. Réellement. Cette fois, sa main est belle et bien tendue vers toi. Pour la première fois. Même à ton arrivée à la pension, même lors de ton accueil, vous ne vous étiez serrés la main à aucun moment, ni pour te souhaiter la bienvenue, ni pour symboliser votre accord. Aujourd’hui, il te l’offre, et le geste est bien plus grand que ne l‘aurait été à l’époque une simple marque rituel. Tu le sens depuis un moment, tu le savais au fond de toi, et ce geste vient illuminer la situation comme le ferait un lever de soleil après une sombre nuit d’hiver. Vous ne vous êtes jamais réellement détester, jamais vous n’avez réellement lever les armes l’un contre l’autre, jamais vous ne vous êtes fait la guerre. Il n’y a donc pas de véritable hache de guerre à enterrer. Seulement, la confiance n’a jamais été là. La méfiance avait commencé votre relation, puis vous vous êtes donné un certain crédit l’un à l’autre.
___Tu ne sais pas quand la confiance a commencé à pointer le bout de son nez, quand elle a commencé à tenter de s’immiscer. Mais tu l’as rejeté, plusieurs fois, par fierté, par principe, par peur.
___Ce geste représente cette confiance entière et acceptée.

Aide à la modération:
 


Merci à Aslan pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8458

Mar 4 Juil - 16:05

Trois Ouvrifier apparaissent, ils sont lvl 45 !





Poussifeu utilise Rugissement
L'attaque adverse diminue


Balbuto utilise Eclat magique
(-50)x3 C'est super efficace
Pv des Ouvrifier : 100/150


M-Carchacrok utilise Surf
(-150)x3
Pv des Ouvrifier : 0/150
Ils sont KO ! Vos trois Pokémons gagnent 3pt d'exp !




Moi, c'est MISTER J.
Un conseil, viens pas m'chercher. J'suis un mec qui sait jouer des poings, si tu cherches la bagarre, tu l'auras ! Et ça sera sanglant. T'es prévenu.

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 11/08/2015
Messages : 1374

Dim 9 Juil - 5:04
___Le soleil se couchait doucement lorsque vous vous adressez à nouveau la parole depuis le matin. Depuis que, dans cette pièce étrangère qui t’avait accueilli dès tes premiers pas ici, dans cette pièce familière que tu connais maintenant par cœur, tu avais pris la main que Nathaniel te tendait. Depuis que tu avais accepté tout ce qu’il t’offrait dans son regard d’émeraude.
___Absol avait repris son entrainement avec Hawk de son côté, non sans te jeter des regards réguliers tandis que tu t’occupais de Kara aux côtés de ton Luxray. Nathaniel s’était mis de son côté, après une entente avec toi qui s’était passée de mot, en duo face aux frères Scalpions avec Zorua et… Zar’Roc. Tu n’as pas trop su quoi en penser ; tu préféras ne rien penser. Puis le soir arrivé, vous vous êtes rendus dans la cuisine pour nourrir les nombreux pokémons vivants sous votre toit.
___Lorsque, enfin inoccupé, Nathaniel s’était appuyé contre le plan de travail encombré, ses yeux se sont posés sur toi. Finalement, il reprend la parole, comme si le long mutisme de la journée n’avait jamais existé.
    « Tu sais pourquoi tu réagis ainsi avec Zar’Roc ? »

___Tu n’es pas certaine de la pertinence précise de cette question ; il est évident que l’éleveur n’a aucune doute concernant la réponse. Vous savez tous deux que, oui, tu connais la raison de la réaction violente à laquelle il a assisté ce matin. Et tu te doutes de la véritable question, qui doit le tarauder depuis tout ce temps ; pourquoi ? Quelle peut donc être la cause d’une telle panique ?
___Seulement, cette question, tu ne peux y répondre. Ce secret ne reposera qu’en toi, pour toujours, aussi lourd soit-il.
    « Je ne compte pas t’en parler, si c’est ce que tu attends de moi. »

___A défaut de pouvoir effacer la scène de sa mémoire, tu as pu retrouver ton superbe durant les longues heures écoulées dans un silence radio dont tu avais besoin. Tes membres qui tremblaient ce matin sont désormais tendus avec fermeté, ta voix qui s’effaçait et se brisait a repris sa fougue et son tranchant, ton regard égaré et vide est redevenu d’acier. Seule reste la sensation fourmillante de sa paume contre la tienne, de ses doigts serrés autour des tiens. Seule reste son engagement à t’aider.
    « Comme tu voudras. Je n’ai pas besoin que tu me racontes. Mais es-tu seulement capable de tenir une épée ? »

___Touchée, coulée. Bien sûr qu’il a compris, il ne peut que avoir compris. Par tes refus empressés et hargneux, par ton regard figé sur la lame alors que tu perdais ton souffle et tes repères. Il n’est pas aveugle, ni stupide. Bien au contraire.
___L’espace d’une seconde, tu hésites à nier tout en bloc. Puis il y a cette sensation dans le creux de ta main.
    « Non, je ne peux plus. »

___Et tu ne pourras sans doute plus jamais. Enterrant cette pensée au fond de ton être, là où grandissent chacune de tes peurs et chacun de tes doutes, tu regardes Nathaniel. Celui-ci hoche presque imperceptiblement la tête, aucune surprise ne le traversant.
    « Pourtant tu as fait de l’escrime non ? Est-ce que c’était parce que tu n’as toujours utilisé que des fleurets ? Tu as… peur des véritables armes ? »

___Tu secoues la tête, incapable de parler pour un temps. L’éleveur effleure la vérité de bien près. Sans nostalgie, éventrée par ta phobie, tu te remémores un instant la vieille époque où toi et Cassandre vous entrainiez dans le gymnase, vêtue de tenues de protections, un fleuret à la main. Tu étais la meilleure de vous deux ; c’était un des rares domaines où tu le dépassais réellement. Un des rares où tes victoires, tu les tirais le sourire sur les lèvres et la sueur sur le dos. Un des rares où jamais il ne te laissait gagner un seul instant, peut-être même le seul où il se battait avec ferveur. Sans jamais réussir à t’égaler. Tu aimais cette discipline du fond de ton cœur. Jusqu’à ce que cette situation malheureuse, jusqu’à ce que ce geste malheureux ne bouleverse ta vie. Tu as pourtant tenté de te reprendre, très vite, d’effacer l’effroi qui commençait à naître en toi. Seulement, il était déjà bien trop ancré. Depuis l’instant où la lame de l’épée frappée aux armoiries de ta famille avait pénétré le buste de cet homme. Tu as tout tenté. Une fois. Terminant en sanglot sous ta douche, serrant contre toi-même ton corps frêle et nu, coupable. Une deuxième fois. Tu t’étais effondrée, incapable de retrouver le haut du bas, le monde tournant autour de toi, loin de toi, te vomissant lorsque tu vomis le monde. Puis une dernière fois, car tu voulais t’en sortir malgré la torture que cela t’infligeait, car cela te tuait et te tuerait. Car Cassandre t’aurait répété qu’on ne dit jamais deux sans trois.
___Cette troisième fois, tu avais fait ta première crise de panique, première d’une longue série.
___Depuis, tu avais abandonné. Abandonné l’idée de t’en sortir un jour, abandonné l’espoir d’oublier. Abandonné le courage de te pardonner un jour. Tu avais tout abandonné.
___Abandonnée à la solitude et à la culpabilité du crime, tu voulais, tu veux simplement retourner à cette époque où tu défiais Cassandre, l’éclat dans tes yeux et la rage sur ton arme. Cette époque où, lorsque quelque chose n’allait pas, tu jetais un coup d’œil à Cassandre, pouvant lancer un joyeux « Courage, fuyons ! » lorsque tu sentais ta confiance et ta force fondre comme neige au soleil. Cette époque où tu savais que quoi qu’il arrive, tu saurais t’en sortir. Tu voulais retrouver l’élan que te donnais parfois ton cousin d’un simple regard, te faisant relever la tête. Tu voulais le retrouver, toi qui désormais rampait sous ta peur et baissait les bras.
___Pourtant, tout cela, tout cet élan, d’une certaine façon, contre toutes attentes, Nathaniel semble pouvoir de te le donner. Au moins un peu. Au moins suffisamment pour te tirer vers une lumière plus douce.
___Reprendre pied avec la réalité t’es difficile. Il te faut un moment avant de retrouver la question de l’éleveur, cette question si proche que tu pourrais simplement hocher la tête, et prétendre. Prétendre que tu as simplement une peur viscérale des armes, que tu n’as jamais supporter cela.
___Sauf que tu sais.
___Tu sais que si tu veux t’en sortir, ce ne sera qu’avec la vérité.
    « Ça n’a pas toujours été le cas. Mais depuis quelques années, oui, j’ai peur des armes… particulièrement des épées. »

Aide à la modération:
 


Merci à Aslan pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8581

Lun 10 Juil - 11:56

Un Ouvrifier lvl 44 et un Aflamanoir lvl 45 apparaissent !




Balbuto lance Eclat Magique sur tous !
(-50 PV) sur Ouvrifier - c'est super efficace !
(-25 PV) sur Aflamanoir
PV Ouvrifier = 100/150
PV Aflamanoir = 120/145


Carchacrok lance Surf sur tous !
(-150 PV) sur Ouvrifier
(-450 PV) sur Aflamanoir - c'est super efficace !
PV Ouvrifier = 0/150
PV Aflamanoir = 0/145
Les pokemons sont KO !

Vos deux pokemons gagnent 2 pts d'xp
Balbuto 33>34 reste 3
Carchacrok 57>57 reste 1

Que voulez vous faire ?




Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 11/08/2015
Messages : 1374

Lun 10 Juil - 17:58
___Laisser sortir la vérité qui étrangle ton être depuis tant d’années, laisser les mots s’envoler de tes lèvres te donne une étrange sensation. Comme si tu mettais par là une partie de toi à nue, exposée, abaissant des défenses ancrées en toi. C’est presque douloureux de les faire ainsi tomber, de les sentir arrachés du tréfond de ton esprit. Jamais tu n’as accepté de t’exposer ainsi depuis de longues années, exception faite de ton cousin... et encore, tu faisais tout pour y échapper.
___Nathaniel hoche silencieusement la tête. Dans la cuisine, plusieurs des pokémons présents ont levé leur visage vers vous, observant la scène en silence. Absol, non loin de toi, continue de manger en silence. Tu sais qu’elle ne rate pas une miette de ce que vous dites, du moindre bruit de froissement de tissu, de la moindre intonation. Elle n’a pas besoin de te regarder pour veiller sur toi.
___Soudain, l’éleveur se redresse. Son dos droit, son regard étincelant, son menton relevé ; son allure et son aura t’enveloppent dans sa détermination. Il ne peut se permettre de douter, pas alors que tu es là, petite et chétive, abattue par tes démons. Tu as beau le nier, ils ont gagné depuis longtemps.
___Il est temps que cela change.
    « Suis-moi. »

___Malgré toi, tu opposes instinctivement une faible résistance, subitement effrayée à l’idée d’affronter tes peurs, de reprendre le combat contre ce qui a si bien réussi à te mettre à terre. Tu es bien, là, à manger la poussière. C’est douloureux, c’est torturant, mais c’est facile, si facile. Tellement plus facile. Te dresser face à tout ce qui te détruit demande tellement de force, offre tellement de défaites. Cela fait longtemps que tu as perdu courage.
    « Mais, et les pokémons…
    -Zorua viendra nous chercher s’il y a besoin de quoi que ce soit, répond-il si rapidement qu’il semblait s’attendre à une telle esquive de ta part, et tu le sais très bien. Viens. »

___L’ordre est plus ferme, moins agréable. Il te fat serrer les dents. Pourtant, tu ne dis rien. Car cet ordre n’est pas dirigé contre toi, mais contre ta couardise. Il n’est là que parce que tu es incapable de te l’infliger toi-même.
___Après un dernier regard, si long et si profond que tu as la sensation d’y lire et d’y comprendre une myriade de choses que les mots ne savent exprimer, Nathaniel quitte la cuisine.
___Tes mains tremblent.
___Absol relève les yeux vers toi. Vos regards vairons s’affrontent, s’enlacent, s’indignent, se réconfortent. Tu serres les poings. Elle finit son repas.
___Le cœur battant à tout rompre, tu sors de la pièce à ton tour, suivit par Absol, sous le regard de tous les autres pensionnaires. Tous ont arrêté de manger.
    « Par ici. »

___Nathaniel t’attend à la porte menant vers l’extérieur. Tu le regardes sans un mot. Il est plus grand que toi, tu l’as toujours su. Pourtant, ce soir, tu te sens encore plus petite, encore plus insignifiante, comme si l’assurance, la détermination et la force qu’il dégage maintenant le rendaient encore plus grand. Il te fait encore un peu plus penser à Cassandre. Comment ne pas lui faire confiance ? Tu sors la première, suivit d’Absol, puis de Nathaniel. Il y a quelque chose de différent, de plus ou de moins, chez lui. Différent de Cassandre, différent de tous ceux capables de te donner cette sensation d’insignifiance. Quelque chose de sauvage, de farouche. Quelque chose qui ne te touche que davantage. Tu avais ça en toi, fut un temps. Il y a quelques années. Il y a une éternité. Tu avais cette capacité à déployer une aura d’aisance et de cran, à faire rapetisser même les grands, à dompter et à te montrer indomptable. C’était dans ton éducation, mais aussi dans ton sang. Tu n’as pas tout perdu, non ; mais tu as été écorchée et meurtrie. Ce sont des choses qui changent une personne.
___Alors Nathaniel prend la tête devant toi, dans tout le superbe de sa confiance et de sa détermination farouches. Sans un mot, tu lui emboites le pas, petite Mélodie.
___Il te mène jusqu’à l’orée de la forêt, là où tu entraines souvent Hawk. En soirée, le profil des arbres montre des ombres à la fois douces et inquiétantes, et une brise légère vient murmurer une musique à travers le feuillage d’automne. Absol se serre contre toi.
___L’éleveur rejoint l’arbre le plus proche puis en attrapa la branche la plus épaisse qu’il puisse, avant de se hisser avec aisance dans l’arbre. Tu observes sa silhouette évoluer dans le clair-obscur tandis qu’il grimpe encore un peu plus, te demandant un instant s’il souhaitait que tu le suives.
___Alors que tu envisages sérieusement cette possibilité, tu entends un craquement sec retentir vers le milieu de l’arbre, puis un deuxième. Quelques secondes plus tard, Nathaniel se laisse tomber souplement sur le sol. De sa main gauche, il tient deux branches de bois de la longueur d’un bras chacun, droits et relativement épais.
___Il te tend l’un des deux.

Aide à la modération:
 


Merci à Aslan pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8581

Mer 12 Juil - 17:16

Deux Ouvrifier lvl 46 apparaissent !




Balbuto lance Eclat Magique !
(- 50 PV) (- 50 PV) C'est super efficace !
PV des Ouvrifier = 100/150


Carchacrok lance Surf !
(- 150 PV) (- 150 PV)
Les Ouvrifier sont K.O. Balbuto gagne de l'expérience et Carchacrok monte au lvl 58 (1/4)


Que voulez vous faire ?



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 11/08/2015
Messages : 1374

Mer 12 Juil - 19:05
___Comme tu restes silencieuse et immobile face au bâton tendu vers toi, Nathaniel soupire.
    « Ce n’est qu’un branche. Prends-la. »

___La poigne mal assurée, tu enroules tes doigts autour du bout de bois. Un sourire rassurant, si léger qu’il n’est qu’un fantôme dans la nuit, réchauffe l’expression résolue de l’éleveur. Il fait quelques pas pour s’éloigner de l’arbre duquel il vient de descendre, avant de se placer face à toi. Pourtant, ses premières paroles ne te sont pas adressées
    « Absol, je te conseille de t’écarter un peu. »

___Le pokémon n’écoute que rarement quelqu’un, à part toi, et, dans une moindre mesure, Cassandre. Pourtant, à ta grande surprise, tu la vois se reculer, jusqu’à se tenir à quelques mètres de vous. Assez peu pour bondir vers toi, assez pour vous laisser le champ libre. Tu ne peux t’empêcher de garder les yeux rivés sur elle. Elle, ton ancre dans ce monde qui tourne bien trop vite pour que tu gardes pied.
    « Mélodie. »

___Tu arraches ton regard d’Absol.
    « Défends-toi. »

___Sans le moindre mot supplémentaire, sans même que tu n’aies le temps de comprendre, Nathaniel passe à l’attaque. Son bâton brandi devant lui, il efface la distance qui se tenait entre vous pour frapper ta cuisse d’un mouvement souple. Une fraction de seconde, tu sens très clairement deux instincts se battre en toi. L’un te sait capable bloquer cette attaque si basique qu’un bretteur de première année d’escrime saurait parer. L’autre te sait capable de te paralyser brusquement et de manière irrévocable.
___Dans un mouvement de paniquée, tu baisses ton arme factice, juste à temps pour empêcher Nathaniel de te toucher, mais du même mouvement, tu lâches le bâton. Un pas en arrière, un deuxième, précipités, désordonnés. Un léger bruit résonne dans la mélancolie du crépuscule. Il te faut plusieurs secondes pour réaliser que c’était un gémissement qui s’est échappé de tes propre lèvres. Un gémissement effrayé, paniqué. Effarouché.
___Nathaniel se baisse pour ramasser le bout de bois, avant de te le tendre à nouveau, avec la même fermeté qu’un instant plus tôt. Cette fois, tu le refuses d’un mouvement de tête. Non. Tu ne peux pas. Tu ne peux pas faire ça. Tu sens ton corps s’affoler dans ta poitrine, la sueur dégringoler le long de ton dos, le souffle te manquer. Tu ne peux pas.
    « Arrête de réfléchir à la signification de cette branche. Ce n’est qu’une branche. Rien d’autre. Ce n’est qu’un jeu, et tous les enfants jouent comme ça. Tout va bien. Alors prends ça, et montre-moi que tu es plus douée que ce que tu viens de faire. »

___Tu fixes le bâton. Ce n’est qu’une branche. Ce n’est qu’une branche. Il ne cesse de le dire. Tu ne cesses de te le répéter. Il faut simplement que tu y crois. Que tu ne laisses pas tes démons te submerger. Ce n’est qu’une branche, de toute façon. Rien qui n’ait à voir avec une quelconque arme. Ce n’est qu’une branche, comme toutes les autres branches semblables avec lesquelles tu jouais lorsque tu étais petite, avec Cassandre, dans le dos de tes parents.
___Lorsque tu les tends, tes doigt tremblent. Il te faut t’y reprendre pour réussir à prendre le bâton en main. La première fois, il retombe au moment même où Nathaniel le lâche. A nouveau, il se penche, le ramasse, te le tend. La deuxième, tu le gardes quelques secondes, puis il glisse pour rejoindre à nouveau le sol. Nathaniel se penche, le ramasse, le tend. Jamais deux sans trois. Tu peux presque entendre la voix de ton cousin se glisser jusqu’à toi pour te souffler ces mots à ton oreille. Tu fixes le bout de bois à nouveau face à toi. Tu respires un grand coup, pose ta main dessus. L’éleveur le lâche. Tu le gardes en main. Tu le fixes, longuement. Tu enracines dans ta mémoire les nœuds qui se dessinent sur le bois sombre, les courbures et cassures qui le parcourent. Ce n’est qu’une branche.
___Tu relèves ton regard incertain vers Nathaniel, qui n’en attendait pas plus. Il sait que ce ne sera ni instantané, ni facile ; et pourtant, il s’est engagé là-dedans. Il n’abandonnera pas. Tu ne peux pas le laisser se battre seul pour toi.
___Il hoche la tête, fait un pas. Tu te crispes, crispes ta main autour de ton arme factice. Autour de ta branche.
___Du même mouvement que sa précédente offensive, il t’attaque.

Aide à la modération:
 


Merci à Aslan pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8581

Jeu 13 Juil - 17:05

Trois Ouvrifier lvl 46 apparaissent !




Balbuto lance Eclat Magique sur tous !
(-50 PV) c'est super efficace !
PV des Ouvrifier = 100/150


Arcanin lance Groz'Yeux sur tous !
La défense des pokémons baisse !


Carchacrok lance Surf sur tous !
(-150 PV)
PV des Ouvrifier = 0/150
Les pokémons sont KO !

Vos pokémons gagnent 3 pts d'xp
Balbuto 34 2/3 > 35 2/3
Arcanin 55 1/4 > 56 0/4
Carchacrok 58 1/4 > 59 0/4

Que voulez vous faire ?



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 11/08/2015
Messages : 1374

Mar 25 Juil - 20:48
___Un bruit sourd résonne dans la nuit tandis que vos deux bâtons se percutent. Le tiens manque de t’échapper, la faute à ta poigne trop hésitante, pas assez ferme. Pourtant, juste avant le moment fatidique, tu serres les dents, les doigts. Le bout de bois reste à sa place.
___Une seconde, le regard de Nathaniel étincelle ; l’instant d’après, il attaque à nouveau. Toujours avec précision, toujours avec simplicité. Tu le pares sans peine. Tout comme le coup suivant, ainsi que celui d’après. Peu à peu, ses attaques s’enchainent, et c’est un véritable ballet qui se crée, feu follet de ses offensives et de tes parades baignées sous les flammes du soleil couchant. Ton esprit se vide ; ton corps réagit. Plus rien n’a d’importance.
___La technique de l’éleveur se peaufine, s’affine. Ta défense s’optimise, se précise. Vous n’êtes pas des enfants jouant avec des bouts de bois ; vous n’êtes pas des adultes s’attaquant à une profonde phobie. Vous êtes des flammes humaines, des danseurs ailés, des éclats de lumière. Vous ne vous défiez pas ; vous ne vous combattez pas. Vous affrontez les ténèbres, ces ténèbres qui reculent à chaque entrechoquement qui résonne dans la plaine, à chaque souffle qui s’échappe de vos lèvres. Vos regards brillent. Vos regards brûlent.
___Tu ne passes jamais à l’offensive. Ton corps ne prend pas assez le pas sur ton esprit pour cela ; instinctivement, tu restes incapable de répliquer, incapable de porter une attaque quelconque. Nathaniel se doutait sans doute depuis le début que tu ne pourrais agir autrement. A aucun moment il ne t’incite à le faire, jamais son regard ne t’y encourage. Les coups te sont portés, et tu les dévies. De toutes tes forces, de tout ton être. Ce n’est plus ce bois arrachés d’un arbre que tu repousses. C’est la peur, l’angoisse, les remords, la peine, l’effroi. Ce sont toutes ces choses qui tentent de s’ancrer en toi contre ta volonté, toutes ces choses qui te paralysent et t’ankylosent. Tu luttes pour que chaque mouvement de bras, chaque déplacement de jambes, chaque geste rejette ce qui tente de prendre le dessus, ce qui tente de creuser une brèche dans ton esprit pour s’y répandre et te pétrifier. Tu luttes contre ces démons dont tu as assez, contre ces ténèbres dont tu veux sortir pour enfin retrouver la lumière.
___Peu à peu, vos mouvements finissent par devenir plus lourds, plus maladroits. Les coups de Nathaniel perdent en rudesse, la grâce de tes parades faiblit. Puis, finalement, l’extrémité du bâton de l’éleveur vient rencontrer ton bras gauche lorsque le moulinet de ton poignet arrive trop tard pour te protéger. Une légère grimace traverse ton visage. Le choc n’était pas assez fort pour réellement te faire mal, mais tu l’as senti passé, sans compter la fatigue qui t’accables.
___Soudain, tu baisses les yeux vers le bout de bois, et l’espace d’un instant, une lame ensanglantée danse devant tes yeux saphir et or. Tu le lâches aussitôt, comme brûlée par l’image de tes cauchemars. Tu fixes l’objet tombé au sol, jusqu’à ce que tu sentes une main sur ton bras. Nathaniel vient de faire un pas vers toi.
    « Pardon pour ça. »

___Tu secoues la tête. Tes yeux quittent le bâton, l’image disparait. Tu ne trembles pas.
    « Je l’ai à peine senti. »

___Il te sourit doucement. Il semble tout aussi épuisé que toi. A ton tour, tu laisses un sourire naitre sur tes lèvres. Vos souffles sont encore courts et irréguliers, la sueur roule sur vos visages, pourtant, tu te sens étonnamment bien. La tension accumulée dans ton corps a été réduite par le déchainement de ton corps, puis vaincue par la fatigue. Tes peurs, tes inquiétudes, tes anxiétés, quant à elles, sont toutes enfermées dans un esprit bien trop épuisé et endormi pour qu’elles parviennent à reprendre le dessus. Tout est toujours là, mais tu te sens légère, bien plus légère, malgré la lourdeur de ton corps. Plus sereine.
___Absol s’approche de toi, vient se frotter contre tes jambes. Tu passes ta main sur le haut de sa tête, caresse son poil blanc comme neige scintillant. La nuit est tombée maintenant ; une chance que la lune se soit levée sans nuage comme compagnie, sinon tu te demandes bien comment vous auriez pu ne serait-ce que vous distinguez l’un et l’autre dans l’obscurité.
___Nathaniel resserre comme il peut sa queue de cheval désordonnées et dont de nombreuses mèches de cheveux verts s’échappent, avant de passer une main contre son front.
    « Il est temps de rentrer je pense. Je ne dirais pas non à une douche. »

___Tu arranges toi aussi tes cheveux comme tu peux, avant d’abandonner très rapidement.
    « Honneur aux dames ! »

___Un rire échappe à l’éleveur.
    « Tu rêves. »

Aide à la modération:
 


Merci à Aslan pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 6224

Mar 25 Juil - 20:48
Le membre 'Mélodie E. Chevalier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 '[ELV] Reproduction' :


--------------------------------

#2 '[ELV] Capa repro' :


avatar © Garrett Rosebury.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 9820

Mer 26 Juil - 12:30

Deux Sepiatop niv 15 apparaissent comme par magie dans votre pension !




Hypotrempe lance écume !
(- 23 PV)
PV des Sepiatop : 27/50


Skitty lance rugissement !
L'attaque des Sepiatop diminue !


Sepiatop 1 lance charge sur Hypotrempe !
(- 8 PV)
PV Hypotrempe : 42/50


Sepiatop 2 lance picpic sur Skitty !
(- 8 PV)
PV Skitty : 42/50

Que voulez-vous faire ?



Hum... un combat ? D'accord. Je suis MISTER K.
Aux paroles je préfère les actes. Mais viens pas pleurer après. En garde !

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 11/08/2015
Messages : 1374

Hier à 0:47
___Durant quelques secondes, seul le silence accompagne votre échange de regard. Puis, sans préavis, sans la moindre parole ni la moindre entente tacite, vous vous élancez au même moment en direction de la pension. Malgré la fatigue qui accable vos jambes, malgré vos souffles déjà rauques. Vous vous êtes très bien compris l’un l’autre. Les grands esprits se rencontrent, comme dirait Cassandre. Une seule douche pour deux personnes qui rêvent d’en prendre une. Le calcul est simple et rapide. Amusée, le sourire aux lèvres, Absol à tes côtés, tu donnes tout ce que tu as pour ne pas te laisser distancer par l’éleveur.
___Au moment de franchir le seuil, tu as la sensation que ton corps tout entier est en feu. Tu ne sais pas exactement d’où te proviens l’énergie d’avancer, ni même celle de rester debout ; pourtant, tu es la première à atteindre l’accueil de la pension. Il te suffit seulement d’escalader les marches jusqu’au premier étage.
___Tu te figes avant de les atteindre.
___Au milieu de ton chemin, tes yeux se sont posés sur Zar’Roc, flottant par là. Les images de l’après-midi se heurtent dans ton esprit, passant à nouveau la barrière de ta conscience. Ta main commence à trembler, cette même main qui tenait un bâton quelques instants plus tôt, comme tu aurais tenu une épée, une arme, un outil de mort.
___Deux mains se posent sur tes épaules.
    « Je n’aime pas gagner quand il n’y a plus de compétition. Allez allez, c’est l’heure de la douche. »

___Tu tournes la tête vers Nathaniel dans un sursaut. Ses yeux bleus sont semblables à sa poigne. Doux, chaleureux. Bienveillants. Il a vu ta réaction, c’est une certitude. Il l’a vu, et il a agi. Pour toi. Encore cette main tendue à travers l’obscurité.
___Docile comme tu es rarement, tu te laisses guider jusqu’à l’étage, Nathaniel dans ton dos, Absol restant au bas des escaliers. L’image de ta Monorpale s’efface peu à peu de ton esprit, bien que la sérénité qui s’était emparée de toi est désormais hors de portée. Lorsque tu arrives à la porte de la salle de bain, tu as suffisamment retrouvé d’aplomb pour tenter de te détendre en lâchant une blague avec ironie.
    « Tu n’essaierais pas d’en profiter pour m’emmener dans la salle de bain avec toi ? »

___Parfois, tu devrais vraiment te rappeler qu’il faut tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler. La fatigue a clairement grandement aidé à cette blague, et pas pour le meilleur. A l’instant où tu finis ta phrase, tu te demandes ce qui a bien pu te passer par la tête. Surtout lorsque la réponse fuse, taquine.
    « Mince, mes intentions ont été percées à jour. »

___Tu restes muette de surprise, un peu trop longtemps. Assez pour que cela amuse grandement Nathaniel, qui te pousse gentiment vers la salle de bain, sans bouger.
    « Allez, vas-y donc la première. Je ne regarderai pas par le trou de la serrure, c’est promis. »

___Tu lâches un rire sarcastique, bien que le rose imprègne tes joues bien assez nettement pour trahir ta gêne, et tu refermes vivement la porte derrière toi pour qu’il ne puisse pas l’apercevoir. A nouveau seule, tu pousses un long soupir alors que tu entends les marches de l’escalier grincer tandis que Nathaniel redescend au rez-de-chaussée. L’épuisement pesant sur tes épaules, tu te glisses sous la douche avec bonheur, savourant l’eau chaude dévalant le long de ton corps. Lentement, tu fais rouler les muscles de tes épaules, étires tes bras et tes jambes. Demain tu auras des courbatures, c’est inévitable. Tu grimaces d’avance.
___Lorsque tu quittes finalement la douche, tu te sèches sommairement avant d’enfiler ton pyjama que tu avais laissé ranger dans l’armoire, avant de sortir de la salle de bain. Tu as fait attention à ne pas avoir été trop longue, consciente de la faveur que t’as fait Nathaniel en tout gentillesse lorsqu’il t’a laissé passer la première. Lorsque tu l’appelles, l’éleveur ne met pas longtemps à rejoindre le premier étage, Absol le suivant de près. Tandis que tu t’agenouilles pour la caresser, Nathaniel va à son tour dans la salle de bain. Assise dans le couloir, Absol couchée près de toi, tu restes longtemps immobile, à l’exception de ta main qui passe encore et encore le long de son flanc. Tu songes à ce qui vient de se passer, à cette journée à laquelle rien ne t’a préparé. Jamais tu n’aurais pensé que quelque chose de cet acabit allait arriver, jamais même tu n’aurais pu l’imaginer. Demain, tu auras sans doute du mal à le croire.
___Avant même que tu ne réalises depuis combien de temps tu es là, perdue dans tes pensées, stupéfaite de ce que tu as vécu, la porte dans ton dos s’ouvre à nouveau. Nathaniel en sort, vêtu d’un short de nuit, une serviette sur les épaules. Sans un mot, il s’assoit face à toi, de l’autre côté d’Absol, et vient lui caresser la tête avec douceur. Il te faut plusieurs secondes pour constater que c’est la première fois que tu les vois aussi proche ; jamais il ne l’avait touché jusqu’à aujourd’hui, sans doute conscient de l’instinct de protection violent que cela aurait créé instinctivement en toi. A vrai dire, il n’a sans doute jamais touché un seul de tes pokémons. Tout comme tu n’as jamais approché Zorua de toi-même, sauf lorsque tu luttais contre ses farces. Aujourd’hui, quelque chose a véritablement été abattu.
___Le mur entre vous est véritablement tombé.

Aide à la modération:
 


Merci à Aslan pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Admin

C-GEAR
Inscrit le : 19/08/2013
Messages : 6224

Hier à 0:47
Le membre 'Mélodie E. Chevalier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 '[ELV] Reproduction' :


--------------------------------

#2 '[ELV] Capa repro' :


avatar © Garrett Rosebury.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 9820

Hier à 14:15
Skitty est remplacé par Roucool !


Roucool lance ouragan !
(- 20 PV)
PV des Sepiatop : 7/50


Hypotrempe lance surf !
(- 30 PV)
PV des Sepiatop : 0/50

Les Sépiatop sont KO
Skitty, Roucool et Hypotrempe gagnent 2 pts d'xp (+ xp doublée)




Hum... un combat ? D'accord. Je suis MISTER K.
Aux paroles je préfère les actes. Mais viens pas pleurer après. En garde !

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 2) Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» {Modéré} Sur le fil de ton épée dansent les fantômes de ton passé
» [Les Royaumes Elfiques] Modélisme
» Bienvenue à notre nouvelle modératrice
» Sites de modélisme
» [Modélisme] Troll d'Isengard.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Relifac-Le-Haut :: Le Havre-