AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Non madame, je ne mendie pas.


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 1077

Région : Sinnoh
Mer 12 Avr - 22:56
C’est un beau ciel qui surplombe Voilaroc aujourd’hui. Un soleil de printemps et aucun nuage à l’horizon. C’est un temps idéal pour sortir et faire une promenade dans un parc. Les enfants jouent, leurs parents se parlent, les petits vieux regardent avec un air nostalgique cette tranche de vie qu’ils ont vécu il y a si longtemps. Evidemment, les pokémons sont également de sortie. Les oiseaux migratoires fendent les cieux, de retour dans la région pour l’arrivée des beaux jours. Ils comptent parmi eux un Drattak, qui s’est incrusté dans le groupe pour cette partie du voyage, parce que pourquoi pas. Certaines créatures domestiques jouent avec leurs dresseurs, s’entraînent, ou tout simplement paressent en profitant de la météo.

Un endroit précis d’un parc en particulier est occupé par un étrange personnage. Un grand gaillard. Les cheveux blonds en bataille, il est vêtu d’un débardeur blanc qui laisse voir une musculation sèche et d’un jogging, pas tout à fait propre. Presque un look de sdf où de punk à Démolosse. De loin, on pourrait croire qu’il ne fait que gigoter à l’ombre d’un grand chêne. Mais si on se rapproche, on peut voir qu’il imite, concentré, les mouvements martiaux d’un Shaofouine, situé environ deux mètres à sa gauche. Si on se rapproche encore, on peut voir que les yeux du pokémon combat sont totalement blancs. Poursuivant son enchaînement, la fouine lève soudainement sa jambe dans un angle que son élève est incapable de reproduire. Aussi tombe-t-il dans l’herbe après avoir vainement tenté de se redresser.

Son compagnon d’entraînement ne peut s’empêcher de rire, mais cache néanmoins sa réaction avec l’une de ses pattes. Il est bientôt rejoint par d’autres pokémons. Notamment un M.Mime et un Tiplouf, qui regardaient la scène assis contre le grand arbre. Il y a également un Brouhabam, qui admire la démonstration d’arts martiaux avec bien plus de respect, des étoiles dans les yeux. Enfin, dans l’obscurité, les plus attentifs pourront discerner l’œil brillant d’un Noctunoir.

C’est ça, marrez-vous !

Plus loin, un Smogogo tourne autour des poubelles, attrapant au vol les déchets que les passants veulent bien lui lancer. Cela attire évidemment plusieurs enfants qui s’amusent à lui lancer des ordures pour qu’il les attrape au vol. Alors qu’un vieux trognon de pomme arrive dans sa direction, la carcasse de fruit disparaît à quelques centimètres de l’une des gueules du type poison. Un Limaspeed apparaît alors, le reste de fruit calé entre sa tête et son corps, avant de disparaître. Le pokémon flottant n’est néanmoins pas le moins perturbé par ce fauchage de bouffe et il continue paisiblement son manège.

L’insecte furtif se dirige ensuite à toute vitesse vers le groupe, histoire de jeter le trognon sur la première cible disponible. C’est un Métalosse qui croise sa route. Contrairement à la majorité des êtres vivants, ce dernier arrive très bien à suivre les mouvements extrêmement rapides du ninja. Le regard que l’arachnide métallique lui lance le convainc de chercher une autre victime pour sa farce.

Enfin, le Drattak qui suivait les oiseaux migrateurs entame finalement une descente en direction du parc, et notamment du grand type qui fait du kung-fu. Le dragon se pose avec une aisance douteuse dans le périmètre herbu, témoignant peut-être d’un manque de pratique dans le domaine. Le blond se relève, tapote sur ses guenilles pour en retirer la poussière et regarde autour de lui. Lui qui n’a réellement capturé qu’un seul pokémon dans sa vie, le voilà accompagné d’une ménagerie à faire trembler les topdresseurs.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 13/03/2016
Messages : 201

Région : Sinnoh
Lun 17 Avr - 16:41
hrp:
 

« Victoire, debout. »
« Mmh… j’arrive. »

Six heures et demie sur le réveil. Une sorte de routine désagréable qui s’est installé en à peine trois mois, celle de devoir se lever tôt chaque matin pour se rendre au poste d’ici huit heures. Je ne pensais pas que je commencerais à la détester si vite. Heureusement que Selena est là pour me motiver à la suivre au quotidien ou dans le cas contraire, je ne serais pas sûre de résister à l’appel de mon matelas. Enfin bon, dans tous les cas, la fameuse routine désagréable se met en route petit à petit. Cela commence avec un bol de café avec un peu de lait et quelques tranches de pain en compagnie de tous les compagnons d’aventure qui vivent ici, ça s’enchaîne avec une bonne douche chaude et une séance brosse à dents/coiffure et ça se termine par l’enfilage de l’uniforme et le départ de l’appartement. Une routine on ne peut plus banale et chiante, comme on les connaît si bien.

Et finalement, après quelques dizaines de minutes à l’arrière de la bécane de ma collègue, nous voilà au poste, aussi fraîches que peuvent l’être deux agentes à cette heure. Et vu qu’on arrive un peu en avance, ma collègue en profite pour fumer sa clope devant l'entrée.

« Tu sais, ça paraissait quand même plus passionnant sur le papier ce boulot. Je sais pourquoi je le fais mais je dois t’avouer que je suis un peu déçue. »
« On voit toujours les choses comme ça au début, tu changeras d’avis quand t’auras vécu ta vraie première mission, je peux te l’assurer. »
« Si tu le dis. »

Reste que ça me sape un peu le moral et la motivation pour le moment, j’ai l’impression de ne plus me ressembler. Ou de découvrir une facette de moi qui aurait mieux fait de rester là où elle était. Mais je ne peux pas y faire grand-chose, c’est sûrement temporaire comme elle le dit, je finirais par changer d’avis sur ce boulot une fois que j’aurais été vraiment envoyé sur le terrain. Parce que pour le moment, j’ai plus été reléguée à arrêter des ivrognes et des gêneurs sur la voie publique que de grands criminels. Et en parlant de gêneur d’ailleurs, il ne faudra pas attendre plus longtemps que la fin de ma pause du midi pour être envoyée m’occuper d’un nouveau cas. Direction le parc municipal pour s’occuper d’un homme alcoolisé et au comportement dangereux selon les dires d’une vieille femme.

Arrivée sur place, c’est un autre spectacle que ce à quoi je m’attendais qui s’offre à mes yeux. Un clochard avec toute sa clique de pokémons faisant son spectacle de rue au milieu du parc. Et au niveau de ses pokémons, on ne peut clairement pas parler de gentils spécimens mais plutôt d’une sympathique guilde de monstres. Entre l’imposant Drattak, un Noctunoir douteux, la bombe toxique volante et le monstrueux Métalosse, c’est tout une clique de dangereux lurons, bien qu’ils aient plutôt l’air d’amuser les enfants. Je laisserais bien ce spectacle continuer à se faire mais les règles sont les règles et je suis sensé les faire respecter, dommage pour ce pauvre gars.

« Excusez-moi Monsieur mais je vais vous demander d’arrêter votre petit spectacle de rue ! Vous n’êtes pas autorisés à mendier dans de tels lieux et surtout, je ne peux pas vous permettre de laisser balader toute votre équipe sans surveillance. Donc je suis désolé pour vous mais le spectacle est fini. »

Me rapprochant de lui, je lui adresses quelques mots plus bas, lui plaçant un billet dans la main par la même occasion.

« Mais je ne suis pas un monstre non plus, prenez-ça et allez acheter de quoi manger pour vous et votre équipe. »


DC : Luna Tic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 1077

Région : Sinnoh
Mar 18 Avr - 21:14
Jean continue son manège, peinant de moins en moins à reproduire les mouvements de la Shaofouine. La relation entre les deux est assez paradoxale. Dans un sens, c’est Jean le dresseur, mais le pokémon combat a une véritable fonction de maître pour le blond. L’entraînement continue jusqu’à ce qu’une personne arrive dans le champ de vision périphérique du cuisinier. Il tourne la tête, pour voir arriver vers lui une agente blonde qui a l’air d’être bien plus jeune que lui. Et bien plus petite aussi. C’est facilement 40 centimètres qui séparent les deux blonds. Il s’arrête, se demandant ce qu’elle peut bien lui vouloir. Quel ne fut pas sa surprise quand la policière lui demanda d’arrêter son ‘spectacle’, le prenant pour un mendiant. Quoi, c’est ce que ça a l’air d’être, c’est ce à quoi il ressemble ? Ok, Jean a un peu l’air d’un SDF en ce moment mais quand on s’entraîne à survivre dans la nature on n’y va pas en costume.

En plus elle commence à lui reprocher de laisser son équipe ‘sans surveillance’. Parce que ça change quoi que ce soit s’il les surveille ? Chacun de ses pokémons peut faire un massacre si il le veut, littéralement. Sauf que Jean sait qu’il n’a pas besoin d’être constamment derrière eux car il n’a aucun psychopathe dans ses rangs. Même son Smogogo, de loin le plus dangereux du lot par sa nature de type poison, n’attaque rien qui n’a pas commencé à moisir. Le cuisinier s’apprête à répondre à la policière quand cette dernière lui donne un peu d’argent pour se nourrir. Ok, faudra faire quelque chose pour les fringues. Après l’examen des rangers, parce qu’avant il n’a pas que ça à faire. Jean regarde le billet puis le tend à la jeune fille.

-Il y a méprise madame l’agente, je ne fais que m’entraîner. C’est très gentil de votre part, mais je n’ai pas besoin de cet argent.

En plus elle est bien serviable, mais cette somme ne suffirait même pas à nourrir Billy. Alors le reste de sa clique, n’en parlons pas. Même si il ne lui semble pas avoir déjà vu Yami et Skorn en train de manger de la nourriture conventionnelle. La spectre mange des espèces de flammes bleues parfois, allez savoir où elle les trouve. Mais le Métalosse, clairement, Jean n’a aucune idée de ce qu’il mange. Après il ne réclame jamais rien et a refusé toute nourriture organique, donc bon… D’ailleurs l’agente commence à se faire remarquer par les pokémons de Jean. La Shaofouine aveugle semble d’ailleurs perturbée par la nouvelle venue. Le dresseur sait qu’elle ‘voit’ d’une certaine manière via ce truc que certains pokémons maitrisent, appelé l’aura. Elle se déplace furtivement, trop vite pour être vu de manière nette par les deux jeunes personnes, à coté de la jeune fille, reniflant son bras droit. Evidemment, le mendiant improvisé se dit que ce n’est clairement pas le moment de perdre des points aux yeux de la représentante de l’ordre.

-Hé, arrête ! Non mais ça ne se fait pas !

Le pokémon combat lève la tête en direction de son dresseur avant de revenir vers lui lentement, l’air pas du tout gêné. Il faut vraiment qu’elle apprenne à vivre en société, mais on ne peut pas lui reprocher d’avoir des lacunes dans ce domaine. Si l’agente se retourne, elle pourra voir le Métalosse en train de l’observer du coin de l’œil.

-Désolé, elle n’est pas très habituée des grandes villes. Mais je pensais qu’on pouvait lâcher ses pokémons dans les parcs… Je vois pas vraiment un meilleur lieu pour leur faire prendre l’air.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 13/03/2016
Messages : 201

Région : Sinnoh
Mar 8 Aoû - 12:11
« De l’entraînement ? »

Effectivement, en réfléchissant un peu au déroulement de ce que j’avais imaginé être du spectacle de rue, sa réponse semble plutôt plausible. Mais l’erreur était humaine, la différence entre un dresseur et un mendiant est souvent minime et vu le nombre d’enfants réunis tout autour, l’on pouvait facilement se méprendre quant aux actions du bonhomme. En prime, ce n’est ni sa tenue en sale état ni son hygiène discutable qui pouvait rattraper cette mauvaise impression, renforçant clairement l’idée que l’on puisse avoir à faire à un mendiant. Aucun remords au sujet de cette méprise, c’est de sa faute pour le coup. Puis dans tous les cas, ça ne change pas grand-chose à sa situation actuelle, reste qu’il va falloir qu’il emmène toute sa clique loin du parc public, pour éviter tous dangers potentiels. Lui doit faire pleinement confiance en ses compagnons en tant que dresseur mais pour tout autre personne, c’est juste une bande de colosses dangereux qui traîne autour des gosses et des petits vieux, clairement pas une situation sûre. Puis bon, il suffirait qu’un évènement imprévu en affole un et on se retrouverait avec des blessés à gérer, pas une situation que j’ai envie de voir. Tout ça pour dire que je n’ai pas vraiment le choix et qu’il va falloir insister pour qu’il débarrasse le parc.

Mais c’est quand je me prépare à reprendre mon sermon que je me rends compte que son compagnon d’entraînement est un peu trop près de moi. Beaucoup trop près.

« Dégage ! »

Réflexe verbal accompagné de quelques pas en arrière. Le dresseur rappelle vite son compagnon à ses côtés une fois qu’il se rend compte de ce qu’il avait fait, le sermonnant au passage pour son comportement. Pour ma part, je suis là, à serrer mon automate de ma main restante, remontant au passage la manche et le gant le couvrant pour m’assurer que personne ne l’ai vu. C’est une chose que je me suis efforcée de cacher depuis que j’ai obtenu mon boulot ici, voulant à tout prix éviter de devenir le monstre de foire du coin maintenant que j’habitais pour de bon dans cette ville, et cet énergumène avait failli faire foirer tout ça en l’espace de quelques secondes.

« Apprenez à la tenir un peu si vous voulez la sortir ! »

De la colère dans la voix pour cacher la crainte qui avait emplie mon esprit quelques secondes plus tôt, une tentative de distraction pour qu’il ne s’attarde pas plus que ça sur son bras. C’est d’ailleurs pour cela que je n’attends pas plus longtemps pour revenir sur le sujet de ses compagnons de combat, saisissant sans hésiter la perche qu’il m’a sans le savoir lancé.

« Mon but n’est pas de remettre en doute vos talents de dresseur mais vous avouerez que ceux-ci peuvent être légèrement effrayants pour la population du coin. Et on ne peut exclure la possibilité que l’un d’eux s’affole en raison d’un évènement imprévu pendant que vous être occupé à vous entraîner. Puis zut, on s’entraîne pas dans un parc public quoi, il y a d’autres endroits en dehors de la ville pour faire ça ! »

Petit tilt. Une idée pour me détendre un peu qui me fait tout de suite oublier le peu de rancune que j’avais envers le dresseur et son pokémon. Visiblement l’homme cherche à s’entraîner en compagnie de son pokémon de type combat, je peux peut-être lui filer un coup de main pour ça et me défouler un bon coup en passage.

« Cependant, je peux peut-être vous proposer un endroit où vous pourriez vous améliorer et profiter d’une expérience de combat un peu différente de ce dont vous devez avoir l’habitude si jamais vous n’avez pas trop peur de prendre un peu de dégâts vous-mêmes. Ça vous intéresserait ? »

Mais l’on n’oublie pas de rappeler le problème initial, le travail avant tout tant que je suis en service.

« Mais que vous acceptiez ou non, je ne reviendrais pas sur le fait que vos compagnons doivent regagner leurs pokéballs et qu’il va falloir arrêter votre entraînement ici. Vous pouvez faire ça hors de la ville si vous le souhaiter mais pas ici. »


DC : Luna Tic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 1077

Région : Sinnoh
Mar 15 Aoû - 0:14
La jeune policière réagit vivement à la prise d’initiative de Tengu en lui expliquant très clairement de dégager et en rajoute même une couche après, même si la Shaofouine a l’air de s’en foutre un peu. L’agente semble concentrer son attention sur son bras droit mais ça Jean ne peut le voir, trop occupé à expliquer à son pokémon qu’aller renifler les gens, ce n’est pas un comportement très acceptable en société. Mais le blond reste tout de même perplexe puisque ce n’est pas quelque chose qu’il a déjà observé chez le type combat. Mais pas de temps à accorder à cette préoccupation, puisque la représentante des forces de l’ordre reprend la parole, argumentant que les pokémons du cuisinier peuvent effrayer les gens du coin et que l’un d’entre eux pourrait paniquer en raison d’un événement quelconque. Ouais, ça ressemble beaucoup au coup du ‘si un jeune con commence à taguer la carapace de votre Métalosse et que ce dernier bourre un peu le gus pour lui remettre les idées en place, ce sera pour votre gueule na’.

-Il n’y a que moi qui s’entraîne vraiment, je ne vois pas ce que ça change des vieilles qui viennent faire du yoga dans les espaces publics. Comprenez bien que je suis tout à fait au courant de leurs capacités à chacun et chacune et que je ne prendrais pas le risque de solliciter sérieusement mes compagnons dans un endroit comme celui-ci. Mais bon, c’est vous la loi.

Jean se tourne et tape dans ses mains pour attirer l’attention de ses pokémons (et de quelques passants par la même occasion mais eux ne comprendront pas le signal). Au bout de quelques secondes, la ménagerie rapplique vers le blondinet dans un brouhaha à la limite du comique. Non mais sérieusement, pour avoir peur d’eux, faut vraiment être une petite nature. Finalement, le jeune homme se dit que le quidam lambda n’a pas vu un centième de ce que lui a pu voir durant ses différentes aventures. Bah oui, on ne se fait pas manger par une baleine géante chaque week-end. Il en est arrivé à un stade où il se contenterait de lever un sourcil si une sorte de brèche dimensionnelle crachant des créatures étranges venait à apparaître devant lui.

-Aller, ball time tout le monde.

Après quelques rayons rouges et une phase de rangements dans la sacoche, le cuistot se tourne vers la policière qui a la gentillesse de lui proposer une alternative, même si elle reste plutôt vague sur les détails, mis à part que lui aussi sera susceptible de prendre des dégâts. Comme les muscles sont encore chaud et que ce serait dommage d’interrompre totalement une séance de sport, Jean accepte la proposition de l’agente.

-Pourquoi pas. Je peux en savoir plus sur cet endroit et sa localisation ?

Le blond se tourne et commence à ramasser les quelques affaires à lui qui traînent encore. En quelques secondes, le cuistot est prêt à partir.

-Après je ne suis pas du coin non plus, vous pouvez peut-être me montrer où c’est du coup ? Ah, et mon nom c’est Jean Flantier.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 13/03/2016
Messages : 201

Région : Sinnoh
Dim 10 Déc - 23:18
Bien qu’un peu pinailleur sur les bords, la docilité du dresseur est plus qu’appréciable. Il est rare de croiser des gens qui se plient à nos demandes aussi facilement, la plupart cherchant la petite bête pour nous contester, que ce soit par mauvaise foi ou par envie de défier l’autorité. Combien de fois l’on a essayé d’utiliser la force en pensant que du haut de mes un mètre cinquante, je me laisserais faire ? De nombreux petits malins s’y sont mordus les doigts et ont finis au poste avec moins de dents que prévu. C’est quelque chose qu’on a d’ailleurs souvent tendance à me reprocher, le commissaire ne voyant pas d’un très bon œil l’utilisation abusive de la violence. Mais bon, tant que c’est de la légitime défense, il n’y a pas de vrais problèmes.

Tout ça pour en revenir au fait que le caractère du jeune homme est vraiment agréable, renforçant mon envie de le convier à cette expérience de combat alternative. Car plus que d’être seulement un sympathique dresseur de colosses, on peut facilement voir que son corps a été taillé par un long voyage et un entraînement quotidien, sa musculature étant particulièrement bien développé. J’évite de le fixer trop longtemps au risque de voir mon regard mal interprété mais je reste quand même assez admirative du travail qui a dû être fait pour en arriver à un tel niveau. Si son look ne donnait pas l’impression d’avoir passé les trois derniers jours dans une poubelle, je pourrais presque le trouver attirant. Malheureusement, le côté punk à chien, c’est assez rédhibitoire. Mais trêves de jugement sur le physique de mon interlocuteur, celui-ci semble intrigué par mon invitation.

« Je ne peux pas vraiment vous expliquer tant que je suis en service, désolé. »

Il suffirait que cela tombe dans de mauvaises oreilles et je risquerais de gros ennuis, encore plus en plein service. Je n’ai donc pas d’autres choix que d’attendre que la nuit tombe pour lui expliquer à quoi s’attendre pour ce soir. Au moins, ça lui laissera le temps pour prendre un peu soin de lui en attendant, ce qui ne lui ferait clairement pas de mal pour le coup.

« Je vous conseille de faire un tour de Voilaroc en attendant. Vous pourrez prendre sans problème une douche au centre pokémon et il y a une laverie pas très loin du casino, deux choses qui devraient vous soulager après tant de temps sur la route. Et le rez-de-chaussée du centre commercial a un rayon assez massif de promotions pour les petits budgets si cela vous intéresse. Je vais vous noter ça pour pas que vous vous perdiez. » Sortant une carte de Voilaroc de ma poche, je commence à entourer sur celle-ci différents bâtiments pour indiquer au dresseur les lieux intéressants pour lui dans les environs. Finalement, je dessine un dernier cercle autour d’un bar de la ville, marquant un petit "RDV" à côté. « Si la proposition que je vous ai faîte vous intéresse toujours une fois mon service fini, je vous attendrais là-bas. Soyez-y pour environ vingt-et-une heures avec votre compagnon d’entraînement. » Je marque une petite pause, avant de finalement ajouter une dernière information. « Au fait, appelez-moi Victoire. On se revoit ce soir, Jean. » Ceci dit, je fais demi-tour vers le poste, laissant le blondinet seul pour le restant de la journée.
hrp:
 


DC : Luna Tic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 1077

Région : Sinnoh
Mar 26 Déc - 19:27
Le blond ressemble à s’y méprendre à un sans-abri, avec ses fringues qui ont l’air d’être plus vieux que lui et son gros sac sur le dos. Il est néanmoins bien loin de ce genre de préoccupations. Lui qui a travaillé plusieurs années dans le restaurant familial, il sait bien s’habiller quand le contexte l’exige. Et ce n’est pas comme s’il n’avait pas les moyens… tabasser les champions, ça rapporte. Mais présentement, il n’a pas vraiment besoin d’autres choses que les loques qu’il porte sur lui. C’est sûr que quand on voit le jeune homme ainsi, difficile de se dire qu’il a dans les poches l’équivalent de plusieurs mois du salaire d’un employé moyen. Alors quand la petite policière lui explique qu’il peut s’acheter des produits discount au rez-de-chaussée du gigantesque centre commercial de la ville, il a du mal à se retenir de pouffer.

-Petits budgets ? Les arènes me rapportent tellement d’argent que je ne sais même plus quoi en faire. Ne vous inquiétez pas pour ça, je suis très loin d’être dans le besoin. Et de vous à moi, je ne dénigre pas les personnes qui ne peuvent pas faire autrement mais… je préfère donner autre chose à mes pokémons que des plats discounts, vous savez. Alors oui ça prend du temps de cuisiner pour chacun… mais ça vaut le coup. Mais merci quand même.

Jean regarde l’agente en train d’écrire des choses sur une carte de Voilaroc qu’elle a tiré de sa poche plus tôt. Elle y met en valeur les lieux d’intérêts dont elle parlait plus tôt ainsi que l’emplacement d’un bar. Certainement pour cette fameuse expérience de combat. Mais difficile d’en savoir plus. Il se peut même que ce soit à la limite de la légalité, vu sa réticence à en parler pendant son service. Drôle de manière de faire respecter la loi. Mais le jeune homme garde cette réflexion pour lui, il n’a pas envie de finir au poste. Sur ce, la représentante des forces de l’ordre s’en va vaquer à ses occupations jusqu’au soir. Jean obtient même son prénom, ce qui sera utile en tant que synonyme pour la suite de ce rp.

-Soit. Hé bien à ce soir, Victoire.

Le blond a donc du temps à tuer. Une bonne après-midi. Il va falloir manger aussi. Mais pas trop non plus. Si la soirée s’annonce sportive, il vaut mieux venir avec le ventre léger afin de ne vomir sur personne. Néanmoins, s’il faut reconnaître une chose, c’est qu’une bonne douche ne ferait pas de mal au jeune cuisinier. Et autant s’acheter un débardeur neuf pour l’occasion. De quoi s’occuper jusqu’en début de soirée.

***

Jean a un certain nombre de défauts. Il est flemmard. Tête-en-l’air. Il a tendance à faire des choses absurdes et à interpréter de travers certaines phrases. Mais il n’est jamais en retard. On donne une heure, c’est pour la respecter. Arriver en avance, à la limite, ça passe. Pour les examens et autres choses importantes. Mais il n’était pas devant ce bar à 20h59. Pas à 21h01. 21h précise. Reste à voir si Victoire est aussi ponctuelle.

hrp:
 


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 13/03/2016
Messages : 201

Région : Sinnoh
Mer 17 Jan - 2:00
Après avoir demandé à Selena de me garder une portion du repas pour plus tard et lui avoir dit au revoir, me voilà partie en footing pour le point de rendez-vous où devrait m’attendre le dresseur de tout à l’heure. Habillée d’un simple duo sweat et jogging gris, complétées par des gants en tissus, une paire de baskets et un simple élastique pour éviter de voir mes cheveux me gêner pendant ma course, le trajet se fait rapidement. Un trajet auquel je me suis bien trop habitué avec le temps, qui témoigne de cette lassitude qui commence déjà à s’installer dans mon quotidien. Ce sentiment en viendrait à me faire regretter le voyage auquel j’avais mis fin il y a quelques mois, malgré l’objectif qui me pousse à avancer dans la direction que j’ai prise. Savoir pourquoi je dois avancer ne me permet pas toujours d’y arriver, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Heureusement, j’ai mon « club de sport » pour me détendre et oublier, ne serait-ce que temporairement, cet ennui. Honnêtement, je ne sais pas ce que je ferais sans.

Enfin, trêves de pensées déprimantes, ma destination est proche et j’aperçois au loin le faux mendiant de cet après-midi. Est-ce qu’il m’attend depuis longtemps ? Un coup d’œil à ma montre me suffit pour voir qu’il est 21h10, donc pas d’inquiétude à avoir, je suis dans les temps. Je commence à ralentir la course à son approche, en profitant pour légèrement m’étirer au passage. « Bonsoir Jean. Contente de voir que tu ne t’es pas défilé. » Parce qu’il faut avouer que la façon dont je l’avais invité pouvait paraître tout sauf rassurante. Mais le dresseur n’a pas l’air du genre à vraiment s’inquiéter pour quoi que ce soit, ce qui est facilement compréhensible quand on pense à tous les colosses qui l’accompagne. Chaque membre de son équipe pourrait sans doute réduire en poussière n’importe quel agresseur, le total doit donc être assez dissuasif pour n’importe quel agresseur pensant s’en prendre à un simple artiste de rue sans le sou. « L’entrée du club se trouve dans le bâtiment résidentiel juste à côté, suis-moi. » Sans en ajouter plus, je viens me placer à l’entrée de la résidence en question et presse un bouton de l’interphone. « Victoire Deschamps, accompagnée d’un nouveau candidat. » Une fois mon identité déclinée et quelques dizaines de secondes passées, un petit bruit se fait entendre, signifiant le déverrouillage de la porte. D’un simple signe de main, j’invite Jean à me suivre à l’intérieur, lui faisant par la suite emprunter des escaliers semblant mener aux sous-sols de l’immeuble. On pouvait déjà entendre la musique et les cris de foule depuis notre position, laissant sûrement le plaisir au dresseur de se poser nombre de questions sur ce qui l’attend. Et surtout si je ne suis pas une fille un peu bizarre qui l’emmène dans je ne sais quelle emmerde. Parce que je dois l’avouer, ça ressemble de plus en plus à ça. Je me ferais presque flipper toute seule. « Nous y voilà. » La porte s’ouvre, la surprise se révèle : une énorme salle installée dans les sous-sols semblable à une arène clandestine, illuminée par seulement quelques spots au milieu de la pièce qui mettent en valeur une grande cage où deux personnes ainsi que leurs pokémons semblent livrer un combat féroce. Si l’on dirige son regard en hauteur, on peut facilement remarquer une femme au look assez… « sauvage », occupée à beugler dans son micro pour commenter le match en cours, installée sur une estrade où est placé tout son matériel sonore. A tout cela, on ajoute une forte odeur d’alcool et de sueur, un plaisir pour toutes les grosses brutes concentrées ici. « Jean, je te souhaite la bienvenue au CSCE ! » Ou Club Secret de Combat Extrême. Et oui, ce truc semble tiré d’un film ou d’un bouquin mais non, il existe vraiment. Même si j’ai encore des doutes sur comment ça peut tenir debout. « Prêt pour une nouvelle expérience de combat ? » A moins que Monsieur se soit déjà retrouvé dans une cage à affronter des pokémons combats et des dresseurs avec ses propres mains, aidé de son Shaofouine. Ce qui ne représente pas une possibilité immense, il faut l’avouer.



DC : Luna Tic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 1077

Région : Sinnoh
Lun 5 Fév - 16:30
Jean patiente dans la nuit pendant une bonne dizaine de minutes. On ne peut pas dire que ça valait le coup de se faire chier à venir à l’heure convenue. Il soupire, regarde autour de lui, puis s’adosse contre un mur. Le jeune homme commence même à se demander si Victoire ne lui a pas tout simplement posé un lapin. Finalement, après une dizaine de minutes, la policière arrive. Sa tenue est plus décontractée que durant la journée, elle arrive en courant. Alors qu’elle profite de son arrêt pour s’étirer, elle communique à Jean sa satisfaction de le voir présent. Le blond hausse les épaules, mais se permet tout de même une petite pique pour le retard. Il note également le tutoiement, nouveau. Soit.

-Je commençais à penser la même chose. Ils ne sont pas très regardants sur la ponctualité au commissariat de Voilaroc ?

Après quelques banalités, la policière l’emmène en direction d’un bâtiment résidentiel. Elle appuie sur l’interphone et se présente, précisant qu’elle est accompagnée par un nouveau candidat. Après un petit blanc, la porte se déverrouille et les deux jeunes gens peuvent entrer dans le bâtiment. Il faut encore emprunter quelques escaliers les guident vers les sous-sols. Plus ils descendent et plus on peut entendre de la musique de merde et des cris similaires à ceux produits en marchant sur des legos. Ou alors c’est le précédent pigeon qui se fait piquer un rein ?

Finalement, après une énième porte, Jean peut découvrir ce qu’on lui a vendu. Les sous-sols de l’immeuble ont été aménagés en une sorte d’arène. Des spots lumineux convergent vers une cage ou deux gus et leurs pokémons mènent un combat acharné. Car oui, les dresseurs sont actifs aussi, et s’échangent des beignes sous les commentaires d’une marginale en train de gueuler dans son micro. Le tout dans une espèce d’atmosphère suintant l’alcool et la transpiration. Peut-être même un peu de drogue d’ailleurs. Victoire se tourne alors et souhaite au blond la bienvenue dans son club secret de combat extrême. C’en est presque parodique. Un petit rictus apparait au coin de sa bouche devant le contraste entre la policière qui fait respecter la loi le jour et qui se bat dans des clubs clandestins la nuit.


-Hm… C’est bien légal tout ça ? Si ce n’est pas le cas… je ne sais pas trop comment ton esprit peut supporter une telle contradiction.

Les réflexions morales attendront. Dans la cage, l’un des deux gus se prend la patate de trop dans le ventre et s’effondre dans sa bile, sous les acclamations du public et les hurlements de la commentatrice qui ne manque pas de souligner ce détail. Le blond se reconcentre, fait craquer ses doigts et tourne la tête vers Victoire.

-Bon… ça me ferait mal d’avoir fait ce chemin pour rien. Comment ça se passe pour l’inscription et la sélection d’un adversaire ? Ou alors c’est en mode ‘je prends le gagnant’ ?

Le jeune homme désigne au passage le gagnant du combat précédent, encore dans la cage, levant les bras en signe de satisfaction suite à son triomphe. Son Mackogneur fait de même, semblant encore en pleine forme.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 13/03/2016
Messages : 201

Région : Sinnoh
Ven 2 Mar - 15:40
« Si je devais me prendre la tête sur tout ce qui cloche dans ma vie, je passerais mes journées à me lamenter dans mon coin, hein. » Et clairement, ce n’est pas à l’ordre du jour. Oui, je ne suis pas forcément une image du respect de la loi mais j’ai besoin de ça pour pouvoir me sentir un minimum à l’aise dans mon quotidien, pour ne pas craquer. C’est un peu la seule façon pour moi d’échapper à la monotonie qui s’installe dans ma vie depuis que je suis ici. On sous-estime toujours le potentiel de libération offert par un bon échange de coups dans la tronche, alors que c’est pourtant tellement soulageant. Faut juste ne pas être trop attaché à ses neurones.

« Pour rentrer, c’est la dernière option, tu prends le gagnant. Faut juste que tu passes une petite vérification avant. » Le minimum pour éviter de voir des mecs sortir des couteaux ou des armes illégales au milieu de l’arène. Ou des pokémons pas adaptés aussi, genre un Grotadmorv. On a déjà eu ça avant, c’est pour ça qu’une liste des pokémons autorisés à participer a été dressée d’ailleurs. « C’est par ici, suis-moi. » Frayant notre chemin au milieu des gradins et des foules autour de l’arène, on finit par arriver à proximité d’un mec à l’allure patibulaire. Même fringué comme un trappeur, on peut clairement deviner une musculature imposante sous ses fringues. L’homme atteint les deux mètres, les dépasse sûrement légèrement et vient se poser face à nous. « Bonsoir. C’est l’heure de la fouille. » Lui, c’est l’oncle de la gérante des lieux, Boris. Pas aimable, pas causant et un peu flippant. Je l’ai déjà vu foutre dehors des cas un peu récalcitrants et honnêtement, je n’aurais clairement pas aimé être à leur place. « Je passe la première ! » Vérification rapide, il fouille un peu partout pour vérifier qu’il n’y a rien de suspect. Il va comme d’habitude jusqu’à me demander d’enlever mon sweat et mes godasses pour être sûr que je planque rien. Je suis exemptée de détecteur de métal cependant, il a fini par enregistrer que ça servait pas à grand-chose pour moi. Et vu que je suis une participante de confiance, ça passe. Ceci fait, il me demande de choisir un seul pokémon pour m’accompagner qui soit dans la liste autorisée et de laisser les autres ici. Le choix est vite fait, c’est Queunotte qui m’accompagnera ce soir. Elle a besoin d’exercice en ce moment et elle aime autant cet endroit que moi donc c’est parfait. « A votre tour. » L’homme se tourne dans la direction de Jean, toujours avec ces mêmes sourcils froncés qui ne semblent ne jamais se relaxer. Parfois, j’en viens à me demander ce qui se passe dans la tête de ce gars quand même. Est-ce qu’il a déjà esquissé ne serait-ce qu’un sourire ? A-t-il vécu un traumatisme qui l’a mené à devenir comme ça ? Personne ne sait et j’imagine que ce n’est pas ce soir que j’aurais des réponses à tous ces mystères. « T’inquiète pas, logiquement, tout ira bien. »

hrp:
 


DC : Luna Tic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 1077

Région : Sinnoh
Jeu 22 Mar - 23:06
Victoire indique à Jean qu’il a vu juste : le type qui est dans la cage y reste jusqu’à ce qu’il se fasse dégager par plus fort que lui. Ou plus frais, ça dépend du nombre de challengers qu’il a enchaîné. La policière-qui-respecte-pas-trop-la-loi précise également qu’il y a un petit contrôle à passer avant d’entrer dans l’arène. Certainement histoire d’éviter que quelqu’un emmène une arme à l’intérieur. Les deux jeunes gens se faufilent à travers la foule de spectateurs, dans un mélange d’effluves de sueur et d’alcool. Ils arrivent jusqu’à une armoire à glace qui fait facilement deux mètres. Si Jean n’a pas à trop lever la tête pour le regarder dans les yeux, ce n’est pas le cas de Victoire. Il annonce que c’est l’heure de la fouille. On pourrait croire à un mauvais film érotique à ce stade. L’agente passe rapidement les ‘contrôles’, puis le gus se tourne vers Jean. Ce dernier se plie aux indications du monsieur, qui reste impassible tout le long du processus. Le colosse donne ensuite au jeune homme une liste des pokémons autorisés à combattre dans la cage. Il peut également voir qu’il y a une liste similaire pour les attaques. Comme si les attaques combats étaient incapables de faire de gros dégâts. Le cuistot se demande même si la cage va être assez solide pour tenir un coup de Tengu en cas de mauvaise visée de la fouine. Néanmoins, Jean tique quand on lui demande de ne prendre qu’un pokémon avec lui et de laisser les autres à un endroit prévu à cet effet. Il grimace un peu, regarde Boris de haut en bas, puis autour de lui, avant de répondre.

-Vous m’excuserez, mais je n’ai pas envie de laisser mes compagnons sans surveillance de confiance dans un lieu où je ne connais personne.

Le blond n’a effectivement aucune confiance dans la fiabilité du service d’ordre du ‘CSCE’. Vu la foule compacte de spectateurs, retrouver un voleur s’avèrerait plutôt difficile. Et rien ne dit que ce n’est pas une pratique de la maison et que Victoire n’est pas dans le coup, profitant de son métier pour servir de ‘rabatteur’ et trouver des pigeons à détrousser de leurs pokémons. Après tout, elle n’a pas l’air d’être très cohérente dans le respect des lois, entre son métier et le fait qu’elle participe à des combats illégaux la nuit pour décompresser. Les flics ripoux, ça existe et jusqu’ici, les apparences ne jouent pas en faveur de la jeune femme. Peut-être sont-ils au contraire tout à fait réglo mais ça, Jean n’a aucun moyen de le savoir. Jean réfléchit un instant, puis fouille dans sa poche tout en s’exprimant à nouveau à destination de Boris.

-Si je les fais garder, ça pose un problème ?

Le jeune homme fait sortir son M.Mime de sa ball. Il a vu que d’autres spécimens se baladent dans le coin, aussi sa présence ne devrait pas trop déranger les spectateurs ni créer une panique inutile. De plus, Gyatso semble mieux supporter les ambiances festives que les autres pokémons du blond. Il n’en reste pas moins très puissant et saura sans problèmes envoyé chier un potentiel brigand. C’est le meilleur compromis possible.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Remettre en question le leadership de Madame Maryse Narcisse !
» Madame Duvivier a-t-elle un programme de gouvernement ?
» Mirlande Manigat prend position pour Madame Michelle Duvivier Pierre-Louis
» Henriette d'Angleterre, dit Madame ... [terminé]
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Voilaroc-