AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Une fée pour amie


avatar
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 547

Région : Unys
Dim 9 Avr - 19:59
C'est en revenant dans la région que je m'étais rendu compte que je n'avais pas sillonné Unys de long en large, bien au contraire je m'étais contenté de suivre la route des arènes. J'avais après tout l'impératif d'aller le plus vite possible car vivant dans la crainte de ma famille. Le temps ayant fait son oeuvre et ayant réussi à me faire connaître auprès de diverses personnes, de par mes rencontres, mes badges et mon entreprise de scientifique, je n'avais plus à craindre de disparaître soudainement de la circulation sans que personne n'y prêt la moindre attention. Désormais, j'existais. Et c'était la première fois depuis que j'existais que je mettais les pieds dans la Forêt Blanche.

J'en avais déjà entendu parler par deux fois. La première par le récit de mon majaspic qui avait réussi à me faire comprendre qu'il était originaire de cette région boisée où il vivait avec une troupe de vipélierres et évolutions fonctionnant comme une sorte de secte étrange qui lui avait enlevé sa mère pour l'élever au rang de déesse. En y repensant, j'étais étonné qu'un comportement si humain puisse être constaté au sein d'un groupe de pokémons et m'étais promis d'aller étudier le sujet un jour. Cependant, aujourd'hui je n'étais pas là pour ça, mais pour la seconde occasion par laquelle j'avais entendu parler de cette forêt. Mon amie Elimona y avait ouvert une pension, la Pension Sérénité et j'avais décidé d'aller la voir. Au départ je pensais à une simple visite à une amie, mais l'addition récente à mon équipe d'un ouisticram m'avait fait songer à le lui laisser pour qu'elle l'entraîne. Il n'était pas spécialement jeune, mais bien en dessous de la puissance du reste de mon équipe et je ne pouvais donc que l'entraîner à part, ce qui créait soit de la jalousie de la part des autres qui trouvaient que je lui accordait trop d'attention, soit du dépits de la part du petit singe qui entrait dans des phases d'auto-dépréciation. Comme je ne pouvais me dédoubler, la pension m'avait paru une solution optimale et comme, en plus, celle-ci était tenue par une amie, je savais que je pouvais leur faire confiance.

Le ousticram s'était perché sur mon épaule comme je lui avais annoncé que la visite était pour lui. Il n'avait pas l'air spécialement stressé et, tout de même assez intelligent, avait rapidement compris mes intentions. Il observait l'environnement de la forêt avec des yeux curieux et je tentais de suivre son regard pour observer le même monde que lui. La lumière du soleil filtre à travers les feuilles des arbres et je me fais la réflexion que c'est la plus belle forêt que j'ai au l'occasion de voir jusqu'ici. Je me dis qu'il faudra que je revienne avec Sarah, ça lui plairait sûrement. Je prévoyais donc de l'emmener lorsque j'allais devoir revenir chercher Tockan.

Je sortais mon téléphone portable pour relire les messages que j'avais envoyé à Elimona lui annonçant le jour de ma venue. On savait jamais, peut-être m'étais-je trompé de jour, même s'il était un peu tard pour m'en rendre compte étant donné que je voyais poindre au bout du chemin de terre la structure que j'imaginais être la pension. J'avais vu sur le site internet à quoi cela ressemblait, et le bâtiment se dessinant entre les arbres avait tout l'air de correspondre à l'image que j'avais vu. Tockan sembla le reconnaître également comme il se mis à pointer la ferme du doigt.

Pressant le pas pour éviter que le singe ne s'agite trop et finisse par tomber de mon épaule, j'arrivais à la porte que je poussais après avoir tocqué. Mon amie m'avait prévenu qu'elle serait sûrement dans le jardin et que je pouvais entrer, un florge finirait par venir m'accueillir. J'espérais ne pas m'être trompé lorsque je m'asseyais sur un fauteuil et prenait le premier magasine qui passait. Ce qui était bien avec le moi de cette époque, bien qu'il serait mentir que de dire que ce n'est plus d'actualité, c'était que je ne connaissais toujours pas grand chose et que n'importe quelle revue était susceptible de m'apprendre des choses. En l'occurrence je fus très intéressé par le magasine féminin spécial ventre plat que j'avais entre les mains durant les quelques minutes qui passèrent avant que le pokémon fleur n'arrive.

Je suivais la florge à couronne blanche sans penser à poser le magasine jusqu'à l'arrière du bâtiment dont la porte s'ouvrait sur un grand jardin qui me fis penser que ce lieu était parfait pour l'entraînement de mon ouisticram. Ce dernier sauta de mon épaule pour poser ses pattes dans l'herbe et commença à renifler les environs. Moi, je continuais d'observer la structure en attendant mon amie. C'était vraiment très beau.

hrp:
 



    Autres comptes:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Eleveur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1327

Région : Unys
Dim 16 Avr - 11:39
Ils étaient à l'étage de la pension, seuls, silencieux. Elle avait vaguement entendu un bruit de porte qui s'ouvre mais, sa lecture accaparait toute son attention. Elimona lisait un schéma compliqué alors que Jun attendait à genoux, tournis en main, la suite des instructions.

- Alors ? Finit-il par s'impatienter.

- Hum... Après relecture je crois qu'on a commencé à l'étape cinq...

La jeune femme posa son plan et en attrapa un second sur lequel des tâches de crème au chocolat maculaient le haut de la feuille. En l'essuyant Elimona fit apparaître le chiffre un, le début du plan de la machine qu'ils avaient reçu hier. Jun poussa un soupir de frustration en regardant son début de construction inutile. Il attrapa le plan des mains de la jeune femme en grognant :

- Tu n'as pas autre chose à faire ? Tu compliques plus la situation que tu ne m'aides. Va donc attendre ton ami en bas.

Elimona tenta bien de trouver une alternative, quelque chose qu'elle pourrait faire sans ralentir son compagnon mais, l'éleveuse devait bien se rendre à l'évidence. Elle gênait plus qu'autre chose. Déçue, la jeune femme redescendit dans le hall de la pension, laissant Jun Karkansky s'occuper de monter leur toute nouvelle couveuse grâce à laquelle ils pourront accueillir des œufs de pokémon. Mona avait hâte de revoir Raven, de lui raconter toutes ses aventures depuis la fin de ses études jusqu'à l'ouverture de la pension. Elle avait aussi hâte de faire faire le tour du propriétaire à son ami. En sortant à l'arrière du bâtiment elle put s'aperçut qu'il était déjà là, guidé par Florges qui n'avait aucune idée d'où se trouvait sa maîtresse.

- Eeeeeh ! Raven ! Je suis là !

Et courut bien vite pour les rejoindre et lui sauta dans les bras en guise de salut.

- Je suis tellement contente de te voir ! Depuis qu'on a posé une date j'attendais cette journée avec impatience ! J'espère que tu ne t'es pas perdu.

Elle se doutait que non, ses indications avaient été assez claires et depuis que Jun avait débroussaillé le chemin, la pension faisait un peu moins perdue en pleine forêt. Un petit singe sur l'épaule de Raven exprimait lui aussi son ravissement d'avoir trouvé le Domaine de la Roche aux Fées, Elimona conclut rapidement qu'il s'agissait du pokémon qui allait rester avec elle un petit moment. Elle présenta Florges, la mascotte de sa pension qui avait toujours un peu de mal à s'habituer à son rôle puis, elle indiqua une forme marron et blanche au loin, l'Ecrémeuh qui leur rappelait à tous les deux une drôle d'aventure quand elle était encore étudiante à l'académie de médecine de Méanville. La petite vache était en compagnie d'un vieux Tropius qui avait décidé de terminer ses vieux en aidant à la pension.

- Derrière les barricades là, il y a mon jardin. Je continue de faire pousser toutes sortes de baie pour fabriquer des potions. J'espère aussi faire de ce lieu une infirmerie. Autant pour les pokémons sauvages que pour les dresseurs de passage. De l'autre côté il y a un lac, le lac des fées mais, il n'y a pas de fée dedans...

Elle avait l'impression de radoter. Peut-être avait-elle déjà parlé de tout ça à Raven dans leurs échanges par mail. Elimona lui expliqua ensuite que Jun, son amoureux bien plus vieux qu'elle, était occupé à monter la nouvelle couveuse qu'ils venaient de recevoir. Elle ne lui cacha pas qu'il était d'une humeur massacrante par sa faute. Sa crème au chocolat avait malencontreusement bavé sur les plans de la machine... Mais même si elle ne pouvait pas présenter son étrange prince charmant, la belle ne se démonta pas, gardant toujours son enthousiasme en proposant à son visiteur d'aller voir la mystérieuse roche aux fées dans la forêt blanche.

- Je suis presque sûre que c'est une météorite. L'agent immobilier qui m'a vendu le domaine m'a raconté qu'avant le rocher attirait plein de pokémons fée. D'où le nom.

Hrp:
 


Dex:
 

Pension Sérénité
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 547

Région : Unys
Dim 18 Juin - 11:45
Le florges me guida jusqu’à l’extérieur du bâtiment et je prenais le temps d’admirer le jardin, tout en examinant ce pokémon que j’avais rarement eu l’occasion de voir de si près. Sa crinière de fleurs était vraiment impressionnante et me donnait envie d’y mettre la tête pour voir si elles étaient douces où avaient une odeur spécifique. Comme j’avais cependant conscience que ce n’était pas un comportement correct, loin de là, je m’abstenais et me contentais de la beauté du jardin. Ceci jusqu’à ce que je reconnaisse une voix familière qui s’exclama mon nom.

Je me tournais en direction de la voix et reconnu très vite Elimona qui fonçait sur moi. Anticipant qu’elle allait me sauter dessus, ou au moins me percuter comme elle allait vite, j’essayais de rapidement me mettre dans une position me permettant de tenir correctement sur mes jambes, mais l’impact eut tout de même le don de me faire au moins un peu tituber. Cela n’avait cependant pas d’importance et je la prenais dans mes bras en retour.

- Content de te revoir aussi ! Et t’inquiète, j’allais pas me perdre, à force de voyager je m’y connais !... Et puis tes indications étaient très fiables, surtout.

Tockan, toujours perché sur mon épaule, fait coucou de la main pour saluer mon ami. Il n’est pas spécialement timide. Je le présentais rapidement à Elimona qui en retour me présenta officiellement la florges qui m’avait accueilli et guidé jusqu’au jardin. Elle me montra aussi l’écremeuh shiney dont nous nous étions occupés à Méanville, accompagnée d’un tropius. La vache se trouvait un peu plus loin et je dois avouer que j’étais très content de la voir en bonne santé, ce que je m’empressais de communiquer à mon amie.

- Elle a l’air en forme, ça fait plaisir à voir !

La jeune femme continua de me parler des lieux en décrivant un verger que l’on ne voyait pas de là où ils étaient ainsi que son projet de monter une infirmerie sur son terrain qui accueillerait toute sortes de pokémon, domestiqués ou non. Je me demandais si les pokémons sauvages viendraient d’instinct et s’ils ne risquaient pas de faire des dégâts au sein de son infirmerie, mais comme je songeais qu’elle y avait déjà pensé et que je ne voulais pas ternir son enthousiasme, je me retins de poser la question. C’était un beau projet et ça je n’hésitais pas une seule seconde à le lui faire savoir. Elle continuait de parler, ce qui n’était pas désagréable, c’était réjouissant de voir qu’elle avait tant de choses à me raconter. C’est vrai que cela faisait un moment que nous ne nous étions pas vus, comme la dernière fois elle était encore étudiante, mais ça faisait tout de même plaisir qu’elle me parle beaucoup. J’étais content de voir qu’elle était animé de tant de projets. J’étais un peu surpris lorsqu’elle mentionna qu’elle travaillais ici avec son petit ami, mais pas parce que je doutais qu’elle puisse trouver quelqu’un. C’est juste que je ne m’attendais pas à ce que ce sujet soit abordé et que je me mis soudainement à penser extrêmement fort à Katarina. Mon cerveau avait cependant eu le temps de se conditionner depuis le temps à automatiquement répondre à ce genre de réflexions que, pour le moment je m’occupais de ma fille, et lorsque ma mission serait terminé et que le temps m’emporterait, je la rejoindrais et elle serait bien plus heureuse de me voir venir ainsi que prématurément et par pure tristesse. Cela aurait été gâcher la liberté qu’elle m’avait offerte. Je décidais doncd de régler cette surprise par une remarque humoristique :

- Et bien, t’as un truc avec les hommes plus âgés toi !, dis-je en faisant référence à notre amitié malgré notre différence d’âge, puisque je devais avoir environ quinze ans de plus qu’elle, au bas mot. Mais bon, l’âge n’avait jamais voulu dire grand-chose pour moi, une fois que les gens sont adultes ils sont adultes et voilà.

Elle me parla également de la roche que j’avais rencontrée sur le chemin et qui servait d’indicateur quant à savoir si la pension était encore loin ou non. Je dois avouer que sa théorie de la météorite était très intéressante, si l’on considérait d’autres histoires que l’on pouvait entendre à travers le pokémonde à ce sujet.

- Une météorite tu crois ? Wah… Si ça attire des pokémons fées, tu crois que certains réagissent par rapport à elle ? Comme les mélofées au Mont Sélénite ou la légende de Deoxys avec les météorites à Hoenn ?... Tu crois que ça pourrait être un point d’évolution ? Enfin si c’était avant quelque chose a dû changer, mais… Je suis super curieux de quoi du coup !

Tockan me rappela sa présence comme je m’emportais et je vis qu’il était en train de trépigner sur mon épaule. Je devinais qu’il avait très envie d’aller jouer dans l’herbe, explorer le jardin et rencontrer potentiellement d’autres pokémons. Il avait vu en même temps que moi l’écremeuh et mourrait sûrement d’envie d’aller la voir de plus près. Je demandais donc à Elimona :

- Je crois qu’il a envie de se défouler les pattes… Est-ce qu’il y a besoin qu’il soit là pour l’inscrire à la pension ou je peux le laisser aller gambader ? Et s’il y a besoin, si on pouvait s’en charger rapidement… Il va finir par me labourer l’épaule sinon !, je laissais échapper un rire, lui montrant que je ne voulais pas non plus la presser et ajoutais pour qu’elle ne pense pas que je veuille repartir rapidement : Je serais ravi de visiter le reste de ta pension aussi ! Ca a l’air tellement beau… On peut prendre des photos ? Que je montre à ma fille ce qu’elle rate à pas être venue.

hrp:
 



    Autres comptes:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Un p'tit tour, juste pour dire bonjour !
» Un message d'amour pour la Saint Valentin...
» « Une amie penses-tu, une bien mauvaise amie tu t'es fais mon beau. »
» une matinée ensoleillée...Quoi de mieux pour contempler le lac avec une amie? [Terminer]
» Une amie, une confidente. Un peu de réconfort dans une vie morbide. [Gaby L Tonkins] [SAISON 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Unys - 5E G E N :: Vaguelone :: Forêt Blanche :: Pension Sérénité-