AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2
 
» ✦ Icy Night (2)


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 3613

Région : Kantô
Jeu 1 Juin - 12:12
Tandis qu’ils s’éloignaient de la pièce, le jeune homme lui posa plusieurs questions. Il l’avait attrapée par le bras, ce qui l’avait perturbée et elle avait ralenti immédiatement. Pourtant, s’assurant qu’il était à ses côtés, elle continua d’avancer pour enfin sortir de cette zone du manoir. L’inconnu masqué ne semblait pas très au courant de qui étaient réellement les Fayte. À vrai dire, la famille avait bien changé avec le temps. Les intentions de ce grand nom était à l’origine fort remarquables. Mais avec le temps et la mort du chef de famille, il y avait eu du changement. Le fils héritier avait pris la relève mais son ambition n’était pas la même que son progéniteur. Ainsi, avec une volonté forte de croissance et l’envie de s’enrichir, il s’était de multiples fois impliqué dans des affaires peu rayonnantes. Il avait certes cessé de s’engager dans des histoires sombres mais tous, malgré le fait de faire semblant, n’avaient en aucun cas oublié qui il avait été à un moment précis.

Lorsqu’ils furent assez éloignés, la jeune femme se stoppa petit à petit, ralentissant le pas. Elle se retourna vers le blond avec élégance afin de lui répondre, plongeant ses yeux noirs dans les siens. « Effectivement, le fils Fayte a eu quelques altercations avec la police. Mais je n’en sais pas plus. Les rumeurs ont vite été dissoutes à vrai dire. Pas vraiment de grosses histoires. Des choses comme de la drogue en général. Il en est très friand. » Cela ne l’étonnerait pas qu’il y ait quelque corruption là-dessous mais elle n’en dit pas plus ; elle était quand même dans leur demeure. curieuse de savoir pourquoi il posait ce genre de questions qui prouvait clairement qu’il ne connaissait rien de là où il se trouvait, elle le regarda en souriant. Lui poser la question reviendrait à lui demander d’enlever son masque. Mais il se disait nouveau noble, elle pouvait bien laisser planer le doute sur une famille de la noblesse étrangère. Quant à la question qui suivit, c’était la même chose. Après, ce sujet-là avait fait le tour du monde et il était impossible de ne pas connaître au moins de nom. « Vous ne connaissez pas les Vaillac ? » lui dit-elle, surprise. « Je ne sais pas ce qu’ils font là mais ils sont connus pour plusieurs méfaits qui ne font pas reluire leur nom. »

Elle se stoppa un instant, vérifiant que personne ne les écoutait ou les regardait. Mais ils étaient tranquilles. Ils s’étaient arrêtés au milieu d’un long couloir aux murs tapissés d’une sorte de feutrine purpurine et ils étaient seuls. Bien, elle pouvait poursuivre sans encombre. « Ils ont été plusieurs fois impliqués dans des histoires d’expériences plutôt atroces sur des Pokémon. Ils ont été condamnés de multiples fois mais parviennent toujours à s’en sortir. » Certainement de bons avocats payés rubis sur l’ongle. Après tout, ils étaient riches et ce n’était pas si étonnant finalement si le fils Fayte les avait invités. « Vous ne vous y connaissez pas vraiment dites-moi. Une autre personne que moi aurait crié à l’imposture. Mais rassurez-vous, ce n’est pas mon travail d’enquêter sur les invités. » Et puis. Sa compagnie n’était pas déplaisante.

C’était quand même étrange  ceci dit; les Vaillac ne se déplaçaient pas pour une simple fête…




stamps:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1691

Sam 3 Juin - 14:10
Des problèmes avec la justice pour des histoires de drogues ? Voilà une réponse qui ne plaisait pas au blondinet. Il y avait forcément autre chose de plus important, ils ne pouvaient pas avoir une réputation de bandits au sein même des criminels si ce n'était que pour des broutilles avec de la drogue. A moins qu'ils soient dirigeants d'un véritable cartel, mais le jeune sbire en doutait fort. Et la réaction de la jeune femme quant à la question sur les Vaillac ne rassura pas Willi. Il avait peur de paraître trop ignorants des histoires de nobles. Apparemment, cette famille était aussi très connue dans le milieu, et pas en bien. Il faisait tout son possible pour sembler le moins déstabilisé possible. Son cerveau fonctionnait à mille à l'heure. Avec tout ce stress qui le frappa d'un coup, les effets de l'alcool s'étaient immédiatement volatilisés, il ne s'était jamais senti aussi sobre. Il ne fallait pas que sa couverture soit grillée, c'était un impératif.

Mais pour l'instant, la jeune femme semblait ouverte à parler un peu plus des Vaillac que des Fayte. Ce qui n'était en soit pas surprenant, vu son lien particulier avec ces derniers. Des histoires d'expériences sur les pokémons ? Voilà qui plaisait déjà un peu plus au jeune sbire. Après tout, lui-même avait assisté des scientifiques de la Team Aqua à réaliser des expériences sur ses propres compagnons de combat. Un travail, qui bien que très stressant car il s'agissait de ses pokémons, était très intéressant. Il avait fini par aimer être ainsi projeté au premier plan de ces expériences, bien qu'il n'y connaissait strictement rien en génétique et autre branche de la biologie. Il était plus un homme de terrain qu'un intellectuel, et il attendait avec impatience de constater les changements et pouvoir les rapporter aux scientifiques.

Et les derniers mots de la jeune femme n'avaient pas de quoi rassurer le blondinet. En effet, crier à l'imposture ne mènerait à rien de bien. Il commençait à apprécier cette Adélaïde pour sa naïveté qui menait à une grande honnêteté. Il n'avait pas vraiment envie de devoir l'assommer et l'enfermer dans une pièce afin qu'elle garde le silence. Il n'était pas d'un naturel violent et n'aimait pas avoir à le devenir. Mais s'il le fallait, il le ferait. En attendant, il devait essayer de se sortir de son cercle vicieux de mensonges dans lequel il était entré.

"On m'avait prévenu que la noblesse n'était pas qu'une partie de plaisir ... Malheureusement, j'ai mal révisé mes leçons avant de venir !" Le blondinet laissa échapper un petit rire, qui était à la fois amical et nerveux. Il affichait un large sourire gêné sur son visage. Il voulait à tout prix passer pour quelqu'un d'innocent. Bien qu'elle prétendait ne pas vouloir enquêter sur les invités, il était bien placé pour savoir que la curiosité était un défaut qui s'installait chez beaucoup de gens. "J'aurais dû m'intéresser de plus près à toutes ces histoires de famille, je suis sûr qu'il y a beaucoup de choses intrigantes à découvrir !" Le jeune sbire marqua une nouvelle pause, fixant droit dans les yeux sa partenaire. Il regarda à gauche, puis à droite, avant de s'approcher lentement de la jeune femme. "J'ai même entendu dire que les Fayte organisaient des événements illégaux lors de leurs soirées, mais chut ..." Chuchota-t-il discrètement à l'oreille d'Adélaïde. Puis il s'éloigna tout en donnant un clin d'oeil à la jeune femme. "Je serais très curieux de savoir qui peut bien assister à ce genre d'événements, pas vous ?"

C'était quitte ou double.





Avatar © Jill Calahan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 3613

Région : Kantô
Sam 3 Juin - 20:14
Le jeune homme aux cheveux blonds était bien curieux. Un peu trop pour la jeune femme. Malheureusement pour lui, elle n’avait jamais entendu parler de ce genre de contre-fête. Elle avait connaissance de plusieurs choses pas très nettes et à vrai peu glorieuses chez certaines familles mais elle ne soupçonnait pas le fils Fayte plus que cela. Pour elle, il restait un éternel gamin qui aimait jouer avec de la poudre blanche et organiser des soirées avec des convives qu’il n’avait jamais rencontré en vrai. Et Honoré en était la preuve vivante. N’importe qui pouvait entrer ici finalement. C’était un peu les portes ouvertes de la noblesse en fin de compte. « Je connais bien certains secrets légués par mon père qui me vaudraient d’être la cible de plusieurs familles. Après, je ne sais si cela sont de véritables faits ou des contes de fée. Et à vrai dire, je m’en moque quelque peu tant que cela reste d’une consommation illégale ou encore de vols en série. Toutefois, je ne crois avoir quoi que ce soit concernant les Fayte, j’en suis navrée. » Elle n’avait rien à cacher à part son identité. Et à vrai dire, elle était peut-être même l’une des personnes dans le bâtiment avec le moins de choses à se reprocher. En lui répondant, elle lui avait souri, comme pour lui indiquer qu’elle n’était pas la personne la plus indiquée pour lui raconter les travers de la famille Fayte. Et même si elle était au courant de quoi que ce soit, elle aurait certainement hésité à le lui dire. Elle ne pensait pas que les Fayte puissent se lancer dans de telles soirées mais après avoir vu les Vaillac, elle s’était peu à peu mise à douter de l’honnêteté de la famille qui les accueillait.

Elle les aurait bien défendu si un bruit n’avait pas attiré son attention. Ce qui semblait être un valet traversa le couloir, s’approchant d’eux. Il s’inclina poliment avant de leur adresser la parole. Il s’excusa ensuite de les déranger avant de leur annoncer que les festivités de la soirée allaient débuter dans la grande salle de l’aile gauche de la bâtisse et qu’il fallait y aller. « Bien, nous nous y rendons dès à présent. » répondit calmement la jeune femme. Le vieillard attendit qu’ils se dirigent vers la porte menant à l’aile opposée. Son regard ne plaisait pas à la coordinatrice. Avec les question du jeune homme qui l’accompagnait ce soir, son esprit avait été un peu déboussolé, peut-être bien la faute à l’alcool aussi ; il fallait dire qu’elle avait rapidement bu la fin de sa coupe, que le serviteur avait récupéré d’ailleurs. À présent, elle sentait un climat étrange autour d’elle. Essayant de se convaincre qu’il n’y avait rien de bizarre, elle poursuivit son chemin avec son cavalier nocturne. D’ailleurs, où pouvait bien être Wilheim ? Elisa eut un petit sourire en songeant aux dames qui lui avaient certainement mis le grappin dessus sans savoir qu’il n’était pas né dans le rouge. En y repensant, elle pourrait rapidement rejoindre la salle où elle s’était séparé de lui en revenant sur ses pas et en prenant le petit vestibule ouest.

« Hum. Permettez-vous que nous revenons en arrière ? Je dois retrouver quelqu’un dans le petit salon. » demanda-t-elle au blond d’une voix légère et douce.




stamps:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1691

Lun 5 Juin - 13:49
Les dire du jeune sbire ne semblaient pas avoir éveillés encore plus de suspicions chez la jeune femme, pour son plus grand plaisir. Il retint un soupir de soulagement lorsqu'elle enquilla sur les histoires de famille. Sa famille semblait cacher des secrets bien sombres également, ce qui surprit le blondinet. Elle semblait être une personne honnête et douce, mais il était plutôt très bien placé pour savoir que l'habit ne faisait pas le moine. Et puis elle se disait être détachée de toutes ces histoires. Willi comprenait très bien que baigner dans ce milieu depuis sa plus tendre enfance ne devait pas être quelque chose de facile au quotidien. Lui s'en serait senti incapable, et il comprenait très bien que ce surplus d'histoires pouvait passer par dessus la tête.

Un valet vint interrompre les deux jeunes gens, tout en s'excusant du dérangement. Les festivités allaient soit disant commencer. Le jeune sbire ne put s'empêcher de penser encore et toujours à cette vente aux enchères. Après tout, il était là pour ça, il ne devait pas oublier sa mission malgré la bonne compagnie qu'il s'était trouvé. Et le regard soutenu du vieil homme en disait long. Il semblait s'assurer que tous les convives se dirigeaient vers l'immense salle principale. Le blondinet était à l'affût du moindre comportement suspicieux de quiconque croisait leur route. Et alors qu'ils s'étaient mis en marche, la jeune femme proposa au sbire de faire un détour. Elle était donc venue accompagnée ? Le blondinet n'avait plus qu'à espérer qu'il ne s'agissait pas d'un amant, il avait besoin de tout sauf de se faire embrouiller par un inconnu pour quelque chose qu'il n'aurait pas commis. Il accepta néanmoins le petit détour. Après tout, il n'était pas si pressé que ça de retourner dans la salle principale, s'il pouvait emprunter les petits chemins pour tenter de découvrir autre chose, ça ne se refusait pas.

Et il n'était pas au bout de ses surprises. Alors qu'il marchait calmement aux côtés de la jeune femme, il essayait de regarder aussi discrètement que possibles les alentours. Ils empruntèrent un petit couloir qui abritait bon nombre de pièces. La taille du manoir était impressionnante, comment faisait-il pour trouver une fonction à chacune de ces pièces ? Il devait certainement y avoir des collections de valeurs inestimables renfermées un peu partout dans cette immense bâtisse. Puis ils déboulèrent dans un vestibule, vide. Mais pourtant, le blondinet entendait des voix. Était-il devenu fou ? Alors qu'ils passèrent devant une arche, ils pouvaient observer quelques invités, guidés par des majordomes, rejoindre des escaliers. Le blondinet n'avait beau ne pas réussir à s'orienter dans cette immense demeure, il se rappelait pourtant bien ne pas avoir emprunté d'escaliers. Dans le doute, il posa quand même la question à la jeune femme qui connaissait bien les lieux.

"Est-ce un raccourci pour rejoindre la salle de fête ? Parce que je ne me rappelle pas être monté d'un étage ..." Les convives portaient toujours leurs masques, mais ils semblaient plus ou moins se reconnaître puisqu'il observa deux femmes se faire la bise. Lui ne connaissait personne, il était incapable d'identifier qui que ce soit, mais peut-être Adélaïde en serait capable. Après tout, elle lui avait prouvé plus tôt qu'elle avait reconnu une famille assise un peu plus loin qu'eux. "Encore une belle soirée, heureusement que la bataille de Doublonville n'a pas eu lieu !" Une bataille ? Mais de quoi pouvaient-elles parler ? Le blondinet ne comprenait plus rien à rien, décidément, la noblesse était un milieu bien trop compliqué pour lui ... "Qu'est-ce que c'est que cette histoire de bataille de Doublonville ? Devrions-nous les suivre ?" Le jeune sbire en mourait d'envie, et qu'importe la réponse de sa partenaire, il irait. Mais s'il pouvait être accompagné par une jeune femme connaissant bien le milieu, il ne disait pas non ! Elle pouvait se révéler utile pour protéger sa couverture ...





Avatar © Jill Calahan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 3613

Région : Kantô
Mar 6 Juin - 22:09
Ils revinrent sur leurs pas sans un bruit. Retraversant des couloirs et des couloirs aux mille et une portes donnant sur des pièces closes, Elisa ne faisait plus attention au décor. Elle se demandait bien ce que Wilheim avait pu prendre comme apéritif. Ses goûts avaient-ils changer après son long voyage à travers le monde ? Aimait-il toujours l’alcool fortement sucré ? Ils en étaient presque à la moitié que la jeune femme se figea, laissant continuer sur quelques mètres le blond masqué. Plus loin, des convives, très peu à vrai dire, s’avançaient de manière détendue. Elle n’en reconnut que deux qui semblaient rire et partager un moment très comique. Intriguée, elle se questionnait bien sur le pourquoi du comment ils pouvaient être ici alors que le valet les avait, eux, envoyés dans une autre direction. Elle rattrapa rapidement son compagnon de la soirée qui lui posa immédiatement une question. Il demanda ce qu’était la bataille de Doublonville.

Elisa fut surprise. Cela faisait deux fois qu’elle entendait ces mots ce soir. Elle chercha au fond d’elle si cela n’avait réellement pas de signification. Après quelques secondes de réflexion, cela lui revint enfin. Ses lèvres s’ouvrirent légèrement lorsqu’elle retrouva ce que la phrase pouvait bien dire. Des souvenirs remontèrent doucement et, peu à peu, devinrent clairs et précis. Sans regarder son acolyte du moment, elle lui glissa discrètement ces quelques mots. « Je crois que je viens de comprendre. » Elle lui expliqua alors, rapidement et sans fioriture ce qu’était, d’après elle la bataille de Doublonville. Elle se souvenait de son père qui lui avait raconté cette histoire lorsqu’elle avait à peu près l’âge de comprendre quelque chose d'un peu complexe. La noblesse avait utilisé cette expression pour désigner l’assassinat de tous les membres d’une grande famille. Elisa ne se souvenait pas de comment elle se nommait mais se rappelait des faits. Les gens avaient lancé des rumeurs sur une famille concurrentes qui s’étaient vite répandues. Depuis, c'était devenu des mots de traître.

L’explication terminée, elle se questionnait tout de même sur l’intérêt d’user d’une telle expression dans de telles circonstances. D’ailleurs, c’était plutôt une phrase à éviter pour ne pas s’attirer des ennuis. Alors pourquoi la prononcer de manière si naturelle ? Tout ceci dépassait Elisa qui ne comprenait en rien le comportement des nobles qui étaient à quelques mètres d’elle. La jeune femme aux cheveux de jais fit signe de la tête au blond de continuer à avancer. On les regardait à présent, s’arrêter et repartir serait sans aucun doute très mal vu. Et si la coordinatrice voyait juste, ne pas agir comme les autres convives présents ici leur apporterait des problèmes. « Je crois que nous allons devoir suivre la marche. Je ne sais cependant absolument pas où nous pourrions atterrir. » lui glissa-t-elle, le fixant avec des yeux quelques peu inquiets. Et s’il était de la partie ? Elle espérait que non et ne pouvait plus compter que sur sa chance. La Kanes n'appréciait clairement pas l'ambiance et la tournure des choses. Elle aurait préféré restée dans la salle d'accueil avec Wilheim finalement.

Un homme, grand aux cheveux grisâtre vint se positionner devant eux, telle une statue marmoréenne. Figé, il demanda alors si la soirée se passait bien. Il attendait quelque chose d’eux, cela était certain. Le mot de passe, sûrement...




stamps:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1691

Jeu 15 Juin - 16:04
Les explications de la jeune femme surprirent le jeune sbire. La noblesse était loin d’être le monde merveilleux que les nobles laissaient croire. Il finissait même se persuader que ce monde était pire que celui des malfrats dans lequel il baignait depuis quelques années. Au moins chez les criminels, les meurtres étaient revendiqués et bien souvent acte de vengeance, pas comme ce crime d’une ampleur phénoménale qui restait mystérieusement inexpliqué après tant d’années. Comment une famille entière pouvait-elle être décimée sans qu’aucun soupçon ne soit émis ?

Et quand la jeune femme indiqua vouloir suivre le mouvement, le jeune sbire esquissa un sourire. Il allait pouvoir assoiffer sa curiosité. Alors qu’ils s’avançaient dans le couloir, un homme de grande taille se posta devant eux, sans un mot. Willi le dévisagea pendant plusieurs secondes. Ses traits durs n’avaient pas de quoi rassurer, il valait mieux pour eux qu’ils donnent la réponse attendue lorsqu’il posa sa question.

"Tout se passe comme vous le voulez messieurs dames ?"

"A merveille, nous sommes ravis que la bataille de Doublonville n’ait pas eu lieu !"

L’homme sourit, puis il s’écarta indiquant de son bras droit la porte dans laquelle s’étaient engouffrés les invités, tout en leur souhaitant une bonne continuation. Ne voulant pas perdre de temps, le jeune sbire attrapa délicatement le bras d’Adélaïde afin de l’emmener avec lui. La porte donnait sur des escaliers qui descendaient, et dont la fin semblait être loin. Le blondinet passa en premier, descendant sans dire un mot. Les escaliers étaient peu éclairés et incroyablement isolés du bruit extérieur.

Un autre homme, tout aussi peu accueillant, les attendait en bas. Il leur indiqua le chemin à suivre pour rejoindre les autres convives. Mais contrairement aux autres, les deux jeunes gens ne savaient pas où ils s’aventuraient. Bien que le sbire ait l’information de ces ventes illégales, il ne pouvait pas être sûr et certain que ce soit ça. Peut-être que plusieurs événements illégaux pouvaient se dérouler au cours de cette soirée, on n’était jamais à l’abri d’une surprise.

Alors qu’ils avançaient parmi les étagères remplies de fournitures et bibelots poussiéreux, Willi s’arrêta. Il s’adressa à sa partenaire en chuchotant. "Je suis d’avis que nous sortions des sentiers battus avant qu’il ne soit trop tard. Si jamais nous nous retrouvons embarqués dans qu’importe ce qu’il se trame ici-bas, nous ne pourrons plus s’enfuir …" Le jeune sbire regarda aux alentours, il voulait s’assurer que personne ne puisse les voir s’ils venaient à emprunter un chemin différent de celui indiqué.





Avatar © Jill Calahan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 3613

Région : Kantô
Dim 18 Juin - 19:55
Ils avaient suivi la masse. Descendant dans les entrailles de l’immense bâtisse, ils suivaient le chemin grâce aux lumières présentes sur les murs. Ils arrivèrent dans une étrange bibliothèque souterraine qu’ils devaient probablement traverser. Des bibelots et de la poussière siégeaient partout ; sur les étagères, sur le sol, sur les livres. La jeune coordinatrice suivait Willi sans un mot. Elle n’était pas rassurée. Cherchant une raison à tout cela, son imagination tournait les choses de telle sorte à ce que cela fasse battre son cœur plus vite qu’à l’accoutumée. Son regard plongé vers les traces de pas au sol, était sombre et s’obscurcissait au fur et à mesure qu’ils avançaient. Dans quoi s’étaient-ils embarqués ? Elle aurait peut-être préféré ne pas être au courant de ce qui se tramait ici.

« Ce n’est pas rassurant. » murmura-t-elle. La Kanes serra les poings. Qu’allaient-ils bien pouvoir faire ? Retourner en arrière ? C’était maintenant impossible… Se cacher ? Pourquoi pas. Heureusement qu’ils étaient tous masqués et qu’elle était ainsi méconnaissable. Perdue dans ses pensées, ce fut Honoré qui la réveilla. Il lui proposa de ne pas suivre la voie qu’ils venaient d’emprunter et de se dissimuler. La jeune femme ne réfléchit pas éternellement. Entendant des bruits derrière elle, elle s’empressa, instinctivement, de glisser sa main drapée du nacre du gant dans celle du jeune homme et de s’engouffrer dans l’un des rayons des expositions de la salle. Retenant son souffle pour que les inconnus passent sans l’entendre, elle lâcha la main du blond.

Elle laissa tomber sa tête en avant après leur passage, reprenant une respiration normale. La situation n’était vraiment pas terrible. « Devrions-nous nous faire passer pour des invités ? » demanda-t-elle au jeune homme à ses côtés. « Nous n’avons aucun moyen de revenir en arrière sans éveiller les soupçons... » Se mordant la lèvre inférieure, Elisa réfléchissait. Ils n’allaient pas rester ad vitam æternam coincés entre deux étagères. Se fondre dans la masse ne serait peut-être pas une si mauvaise idée. Mais qui savait de quoi ils seraient spectateurs… Il n’y avait pas mille stratégie. Il fallait se bouger et choisir. Ils n’avaient aucune preuve que la maison se livre à des actes illégaux. Mais Elisa sentait qu'il y avait bien quelque chose là-dessous. C'était bien plus que suspect. Et de toutes façons, dans la cave où ils se trouvaient, le téléphone portable n’affichait aucun réseau pour appeler la moindre aide.

Elisa plongea son regard dans celui du blond. « Continuons ? Je ne crois pas que nous ayons mille choix. Autant se faire passer pour ces autres gens. » Allait-il la suivre ? Avait-il une autre solution ? Un regard pour balayer la pièce lui indiqua une autre option, et on des moindres. Un escalier vers une sorte de balcon se dessina à la lueur des lampes. « Ou alors… Nous pourrions passer par ici… ? » fit-elle en lui désignant le nouveau chemin qui s'offrait à eux.




stamps:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1691

Lun 26 Juin - 16:20
Tapis dans l’ombre derrière une étagère remplie de bibelots poussiéreux, les deux jeunes gens attendaient qu’un nouveau couple d’invités passe son chemin. Willi n’avait pas eu d’écho sur l’ampleur de ces ventes aux enchères illégales, la seule chose dont il était plus ou moins certain était qu’elles existaient. Il ne serait que déçu si la contre-soirée qu’ils s’apprêtaient découvrir au fin fond de ce sous-sol n’avait rien à voir de près ou de loin avec une vente aux enchères. Après tout, il pouvait s’agir de tout et n’importe quoi : une salle de shoot, un club d’échangiste, un cabaret douteux … Les idées qui traversaient l’esprit du blondinet étaient nombreuses. La jeune femme le tira hors de ses pensées lorsqu’elle semblait réfléchir à voix haute. En effet, il était trop tard désormais pour qu’ils rebroussent chemin, et ce n’était pas l’intention du jeune sbire. Il n’était pas parvenu jusqu’ici pour ne pas découvrir ce qu’il se tramait à quelques mètres d’eux. D’une part, il avait besoin de satisfaire sa curiosité, mais d’autre part il avait également une mission à accomplir. Mais l’idée de suivre le chemin et de se retrouver au milieu des autres convives ne plaisait guère au blondinet. Il ne voulait pas se retrouver coincé parmi les invités, à être condamné de rester spectateur de ce qu’il pouvait se passer.

C’est pourquoi l’alternative de l’escalier pointé par Adelaïde le conquis immédiatement. Pour lui, il n’y avait pas de doute permis : il fallait passer par là. Le blondinet attrapa la main de sa partenaire à la manière dont elle l’avait fait plus tôt, et il la tira avec lui en direction de ces escaliers, sans décrocher un mot. Il se déplaçait lentement, prenant gare à ne pas toucher les étagères de peur de faire tomber quelque chose et d’attirer l’attention. Arrivés au pied des escaliers, le jeune sbire décida d’ouvrir le chemin. Presque accroupi, il escaladait les marches avec une difficulté certaine. Mais il ne voulait pas prendre le risque de se mettre debout, il n’avait aucune idée de ce sur quoi il allait débouler et il ne pouvait pas courir le risque de s’exposer face au danger.

Une fois arrivé en haut des escaliers, le blondinet pu constater qu’ils donnaient sur un balcon dont le muret les cachait. Il resta accroupi de manière à ne faire dépasser que sa tête afin d’observer ce qu’il se passait dans la grande salle. Beaucoup de convives étaient rassemblés au centre de la pièce. Ils parlaient bruyamment et regardaient tous plus ou moins en direction d’une scène. Sur cette dernière étaient entreposées quatre cages, de tailles différentes, contenant des pokémons. Un rapide coup d’œil permis au jeune sbire de se rendre compte qu’il y avait de tout, des pokémons communs comme des pokémons plus rares. Au centre de la scène se dressait un pupitre ressemblant à ceux des débats télévisés, sur lequel était posé un petit marteau en bois. Il n’y avait plus aucun doute possible, les pokémons enfermés seraient vendus ! Les consignes de ses supérieurs étaient claires : il devait trouver un fossile et le dérober. Il observa un peu plus attentivement les quatre pokémons exposés sur la scène, mais aucun ne semblait être un pokémon antique.

« Quel triste sort tout de même, aucun pokémon ne mérite d’être traité de la sorte ! » chuchota-t-il à l’attention de sa partenaire. Bien que le blondinet ne soit pas l’homme le plus respectueux des pokémons, il avait un minimum de conscience qui l’empêchait de les maltraiter. Il était incapable de leur faire directement du mal et essayait de faire au mieux pour qu’ils vivent en harmonie. Certes les combats pokémons étaient violents, mais il les jugeait comme propre à la nature de ces êtres-vivants. Il ne comptait pas dévoiler ses intentions de sbire à sa partenaire, du moins pour le moment il n’en voyait pas l’utilité et préférait tenter de la jouer en super-héros. « Pensez-vous que nous devrions agir ? Je pense que d’autres spécimens doivent être entreposés à l’arrière de la scène. Peut-être que nous pourrions les libérer… »





Avatar © Jill Calahan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 3613

Région : Kantô
Dim 2 Juil - 15:10
Sans un mot, ils prirent le chemin des marches. Elisa ne disait rien et restait taciturne, elle était trop concentrée à faire le moins de bruit possible. Et ce n’était pas facile avec les chaussures à talons qu’elle portait. Heureusement pour elle, la coordinatrice était habituée ce genre de bottines hautes et maîtrisait son pas avec brio.

Ils montèrent à l’étage. Arrivés en haut, ils comprirent qu’ils étaient sur un balcon donnant vue sur une scène plutôt étrange. En effet, sur celle-ci, trois cages d’argent sûrement lustrées pour l’occasion se tenaient là. À l’intérieur, des Pokémon immobiles, tenus par une laisse de métal qui se resserrait à chaque mouvement. Les bêtes étaient piégées dans l’immobilité si elles ne voulaient pas trop souffrir. Sur leur corps, blessures et cicatrices étaient visibles ça et là. Un Carapuce à la patte lacérée, une Lamantine griffée sur toute la longueur de ses nageoires, ce qui ne lui permettrait certainement plus de nager correctement. Enfin, la troisième cage renfermait un petit Tiplouf qui s’agitait un peu trop au goût de ce qui semblait être le présentateur. Ce dernier donna un grand coup de fouet qui claqua contre les parois des bloc de métal et calma immédiatement le rebelle qui couina avant de rouler en boule. Les trois Pokémon avaient à présent la tête basse, comme résignés pour ce qui allait leur arriver : vendus comme de simples baies au marché.

Tandis que son acolyte de la soirée, Honoré faisant part de ses pensées à propos de ce genre de traitements la jeune femme restait silencieuse, n’en pensant pas moins. Ayant passé sa main sur son petit sac attaché à sa taille et contenant ses pokéballs, elle voulait faire quelque chose. Il fallait faire quelque chose ! Elle ne pouvait agir de la sorte, elle n’était pas ranger ou même flic. Et impossible de les contacter en sous-sol. Alors, même si sa volonté de sauver ces prisonniers était grande, elle n’avait aucun moyen efficace de la faire. Il y avait une trop grande foule et une sécurité qui ne laissait certainement pas à désirer.

Aussi, elle venait de perdre la confiance que sa famille avait placé dans les Fayte. Les dessous de la fête étaient là, devant ses yeux. Et ce n’était pas plus agréable à découvrir qu’à regarder. Elisa fit la moue tout en agrippant la rambarde. Elle était en colère. Cela lui arrivait rarement mais pour le coup, elle aurait bien frappé quelque chose de toutes ses forces pour se calmer un peu ; comme le présentateur par exemple.

Son acolyte lui proposa de faire le tour et de passer par derrière pour essayer de voir s’il n’y avait pas d’autres Pokémon dans l’arrière de la scène. Cette idée lui parut plus raisonnable que de foncer dans le tas. Elle acquiesça d’un signe de tête.

« Allons-y. » fut sa réponse. Brève et claire en tout cas.

Elle s’avança doucement en direction de la petite porte métallique. Il fallait être prudent, il y avait certainement des vigiles ou quelques gardes du même acabit. Tirant doucement vers elle la fameuse porte, Elisa porta une attention particulière à ce que son regard pouvait capter. La jeune femme s’étonna de jeter également un œil en arrière ; elle se méfiait tout de même du jeune homme et ne lui donnait pas confiance absolue. Et au fond, ce n’était pas si mal ; la prudence est mère de sûreté comme on le dit.

Dans les coulisses, peu de personnes circulaient. Deux hommes portaient des blocs recouverts par des draps, certainement des Pokémon. Cela se confirma lorsqu’un des tissus tomba au sol. Dans la cage qui venait d’être déposée près d’une autre porte, une bête releva la tête, fixant les deux espions d’un regard puissant. Elisa eut des difficultés à reconnaître le Pokémon. C’était un Givrali. Mais il était physiquement méconnaissable à cause d’une pigmentation des poils plus qu’anormale. Avaient-t-ils fait des opérations sur la bête de glace ? Cette dernière semblait terriblement affaiblie par les maltraitances dont elle faisait l’objet. Toutefois, ses grands yeux luisaient dans la pénombre, montrant qu’elle n’était pas prête à se laisser faire. La Kanes masquée savait que les certains scientifiques s’amusaient à modifier sans fin les gènes des Pokémon. Malformations, maladies, dégénérescences physiques et parfois psychologiques… voilà ce avec quoi ces pauvres bêtes devaient endurer si elles ne décédaient pas prématurément.

Sans un bruit, la jeune femme s’avança derrière des caisses de bois, se cachant. Elle invita Honoré à faire de même. Bien, ils ne pouvaient peut-être plus rien faire pour les Pokémon qui étaient déjà sur scène mais ils pouvaient encore déverrouiller toutes les cages pour que ceux qui étaient prisonniers dans les coulisses s’évadent. Maintenant, il s’agissait d’être discret et d’ouvrir une par une les boîtes aux barreaux de métal.




stamps:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1691

Lun 10 Juil - 22:30
Le jeune sbire esquissa un sourire lorsque sa partenaire de la soirée accepta de s'aventurer derrière la scène. Il y aurait été seul s'il avait fallu, mais il ne pouvait pas se plaindre d'être accompagné. Ce serait toujours plus facile de se défendre à deux que seul, et on n'était jamais trop prudent. Ils s'aventurèrent donc silencieusement derrière une lourde porte métallique. La jeune femme était passée devant, sûrement désireuse de sauver tout ces pauvres pokémons au destin inconnu. En réalité, le jeune sbire ne savait pas quoi penser de ce qu'il se tramait ici bas. Il avait été témoin de bien pire pour ces créatures de combat. Peut-être que ceux-ci avaient soufferts pour être capturés, mais ils avaient une chance de finir dans une famille aimante ... Non, même Willi n'y croyait pas. Ces nobles achetaient ces créatures dans l'unique but de vanter leurs fortunes. Ils les utilisaient comme des pièces d'exposition à exhiber lorsqu'ils recevaient des invités. Ces pokémons méritaient mieux, ils méritaient des dresseurs les aimant pour ce qu'ils sont et non pour leur valeur.

Cachés derrière des caisses de bois, les deux jeunes pouvaient observer les différentes cages. La plupart des pokémons enfermés étaient des pokémons chromatiques, ce qui n'étonna pas le blondinet. Il était au cœur des expériences de la Team Aqua sur cette modification génétique. Il avait assisté un scientifique lors de l'opération sur son propre Gobou. Il savait qu'ils cherchaient à posséder le plus de races différentes de pokémons chromatiques afin de comprendre d'où venait ce changement de pigmentation de la peau. Leurs études avançaient à vitesse grand V, ils ne pouvaient pas s'arrêter en si bon chemin, si prêts de découvrir la vérité. Le jeune sbire s'avança alors discrètement d'une des cages. La réaction des pokémons allaient du tout au tout. Certains se tapissaient au fond de leurs cages, complètement apeurés ; tandis que d'autres s'excitaient, comme s'ils se doutaient que les deux jeunes gens étaient là pour les secourir.

Le blondinet ouvrit le verrou d'une première cage, libérant un petit Embrylex craintif. Celui resta tapis au fond de sa cage, malgré les encouragements du jeune sbire. Il ouvrit une deuxième cage, libérant un Hoothoot aux couleurs plus claires que la normal. Celui-ci ne se fit pas prier pour sortir. Aussitôt la porte ouverte, il s'envola dans de bruyants battements d'ailes, frôlant d'un peu trop près le blondinet qui lâcha un juron. Il regarda le pokémon s'envoler, impuissant. Il ne manqua pas d'attiser la curiosité des deux hommes qui quelques minutes plus tôt portaient ces cages. Un d'eux accourra, tombant nez à nez avec le jeune sbire qui se retrouvait penaud. "Qu'est-ce que tu fais là ?!" Vociféra-t-il à l'attention du blondinet, qui le regardait sans trop savoir quoi faire. "Je me promène ?" tenta-t-il - alors qu'il était accroupi devant une cage ouverte - sans grand succès. Si Willi s'était fait sourire, ce n'était pas le cas de l'autre homme qui n'appréciait pas qu'on se paye sa tête sans la moindre vergogne.

Il interpela son collègue, lui annonçant que des intrus s'amusaient à libérer les pokémons. "Occupons-nous en avant que les patrons ne se rendent compte de quoi que ce soit !" Le jeune sbire jeta un regard en arrière, espérant trouver sa partenaire pour qu'elle vienne l'aider à affronter ces deux rigolos. Ce n'était pas la première fois qu'il s'introduisait quelque part et que des gardiens lui tombe dessus. Mais il avait toujours réussi à s'en tirer sans trop de mal. Sauf que cette fois-ci, il n'avait pas Victoire à ses côtés mais une inconnue. Il n'avait aucune idée de ses capacités au combat. Il espérait qu'elle sache se défendre un minimum. Le blondinet envoya une pokéball dans les airs, libérant dans un éclair rouge vif son Arbok. Ce dernier siffla aussitôt qu'il fut matérialisé devant les deux hommes, cherchant à les intimider. Mais ils n'avaient pas froid aux yeux. Ils envoyèrent chacun un pokémon au combat. Le premier laissa apparaitre un Luxray tandis que le deuxième fit appel à un Miradar. Tout le monde se regardait dans le blanc des yeux. Il n'y avait pas de règles définies lors des combats improvisés, et il fallait s'attendre à tout. Willi était le premier à attaquer les humains à l'aide de son pokémon lorsque le besoin se ressentait, il restait donc méfiant.





Avatar © Jill Calahan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 3613

Région : Kantô
Lun 31 Juil - 22:24
Sans un bruit, Elisa s’attelait à la libération des Pokémon pris au piège des cage d’acier. Stratège, elle s’était éloignée de son cavalier de la soirée dans le but de réaliser cette action de secours le plus rapidement possible. Il n’était pas question de traînasser ici plus longtemps. Elle restait sur ses gardes et avec prudence, scrutait les environs ténébreux pour voir si aucun ennemi ne s’avançait vers elle tandis qu’elle ouvrait les cages qui à vrai dire, n’étaient pas terriblement bien fermées pour certaines. Les Pokémon à l’intérieur ne parvenaient pas à se libérer seuls, exténués. D’autres lui résistaient et elle rageait de ne pouvoir les déverrouiller. Retenant son souffle, la jeune femme masquée fit sortir Knight. Dans l’obscurité, il se dissimulait parfaitement. Un ordre de sa maîtresse et la bête s’exécuta et lança une attaque tranche sur les quelques cadenas résistants.

Malheureusement, le bruit avait dû attirer les gardes et la Kanes entendit des pas s’approcher, quelques mètres plus loin, suivis de paroles. Elle se planqua immédiatement tout en faisant signe à son acolyte à poils de se cacher également. S’avançant en retenant sa respiration, Elisa comprit que le blondinet n’était pas dans une posture des plus plaisantes. Il venait d’appeler son Arbok au secours mais face aux deux hommes et à leur Pokémon, cela allait être quelques peu compliqué à vrai dire. Il lui fallut quelques secondes à peine pour rejoindre l’autre côté du couloir. Elle s’était glissée à travers les cages, les cartons et autres trucs qui traînaient ici et là sur le sol pour atterrir presque derrière les hommes de main menaçants. De la même manière et comme un miroir, l’Absol chromatique avait suivi sa maîtresse sans broncher.

Quelque chose, il fallait faire quelque chose ! Déjà l’un des Pokémon ennemis attaquait son cavalier de la soirée. Et le deuxième type n’allait pas tarder à envoyer le deuxième. Cherchant comment agir pour essayer un minimum de secourir le blond, Elisa attrapa instinctivement un long morceau de bois qui traînait sur le parquet et vint frapper de toutes ses forces la tête du garde pour l’assommer. Elle n’avait pas l’habitude de faire ce genre de choses. Elle n’aurait pas imaginé qu’elle puisse faire ceci avec un simple bâton, même si ce n’était pas la première fois qu’elle se fourrait dans les ennuis. Quant au deuxième type, il se retourna et demanda, surpris et quelque peu paniqué, à son Luxray d’attaquer la femme masquée. Mais Knight surgit alors, s’imposant face à la bête électrique en grondant. Prêt à attaquer, la bête aux couleurs violacées attendit l’ordre de la noble avant de se jeter sur sa proie pour la combattre avec hargne.

Quelques secondes après des coups de griffes et de morsures, les deux combattants se stoppèrent. L’Absol revint aux côtés d’Elisa qui posa une main sur sa tête. Il était blessé à quelques endroits mais rien de grave sinon elle l’aurait senti. Quant à l’autre Pokémon, il essaya de reculer vers son dresseur, puis s’affaissa vers le sol, sous les yeux impuissants de son maître. De ce côté-là, c’était bon. Elisa faisait tout de même attention, le premier homme était dans les choux. Mais le deuxième était lui prêt à se battre. Elle espérait qu’il n’ait pas d’arme à feu. Et puis, à cause de son Absol, elle était maintenant facilement identifiable pour ceux qui s’intéressaient aux concours de coordination. Elisa espérait que l’homme ne l’avait reconnue, ce qui était possible vu que les Fayte avait tendance à critiquer plus qu’à apprécier ce genre de spectacles. Peut-être que leurs hommes de main était du même acabit. D’ailleurs, comment se débrouillait l’Arbok d’Honoré ? Elisa ne pouvait pas regarder comment l’homme masqué gérait la situation, elle était bien trop occupée à observer l’homme en face d’elle.




stamps:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 2) Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Rosalia-