AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 
» Vers l'infini et l'au-delà [EVENT]


avatar
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 06/11/2016
Messages : 358

Région : Unys
Mar 1 Aoû - 0:09



Le scientifique à l’androïde était clairement faux dans ses paroles et je savais que Happy avait envie de grimacer face à ce comportement hypocrite. Pourtant il fallait reconnaitre que son plan, faire fondre le mur avec l’acide gastrique, était une bonne option et Happy était pour. Mon argentée tiqua lorsque le géant roux montra la direction dans laquelle se trouvait l’ordinateur démoniaque. Elle fixait le pokémon sur ressort qui l’accompagnait, se demandant si c’était grâce à lui qu’il l’avait deviné, car le signal des téléphones étant brouillés, l’androïde devait également être dans ce cas. « Il a un air ahuri mais visiblement ses pouvoirs psychiques ne sont pas inutiles. »

Par la suite le rouquin donna des ordres pour que les autres dresseurs attaquent le vortente pendant que sa fillette robotisée se chargeait d’attirer son attention. Un regard vers ma maitresse afin de m’assurer de mes prochaines actions. Elle m’indiqua deux capacités par langage des signes. Je savais quoi faire.
Après avoir chargé la plante carnivore, je fus contrarié de moi-même car je n’avais pas réussi à vraiment porter assistance au tortank. Happy ne m’en voulait pas, elle savait que j’avais fait de mon mieux. « Mais ce mieux de me convient pas du tout. » Je ne tolérais pas l’échec et en gardais un goût amer. Pourtant il fallait que je reste prêt à réagir malgré ma contrariété.
Suite à nos actions respectives, le MetHAL-OS nous indiqua que notre plante d’adversaire commençait à s’affaiblir et que ce n’était pas ce qu’il avait prévu. Quelque chose changea chez ma dresseuse lorsqu’elle entendit les paroles de la machine. Une lueur d’espoir qu’enfin tout ceci se termine. La déception dans la voix de l’ordinateur fit apparaitre un très léger sourire en coin sur le visage d’ange de ma maitresse.

L’attaque du tiplouf avait fortement déplu à la plante géante qui se retourna pour foncer à corps perdu sur l’instigateur du plan de la fonte du mur et son androïde. Happy commença à réagir mais vit au dernier moment que le brun au tiplouf s’élançait tête baissé lui aussi en direction du rouquin. « Pas besoin d’être deux à lui sauter dessus. » Mon argentée resta donc auprès des autres non dresseurs, prête à les faire bouger vers la porte qui normalement devrait finir par fondre sous les effets du poison caustique. Je n’aimais pas trop qu’elle reste auprès du groupe surtout avec l’autre folle, prête à exploser aux moindres dérapages de plans. Mais Happy n’avait aucun problème pour se défendre, je ne devais pas trop m’en faire.

- Tenez-vous prêt à bouger, prévint Happy au grand-père, sa petite-fille, le couple hystérique et le scientifique du centre spatial. Et surtout restez grouper, ajouta-t-elle avec une œillade bien accentuée en direction de la femme en sanglots.

Le brun s’écrasa sur le roux. Il avait réussi son sauvetage et le vortente avait terminé sa course la tête la première en plein dans la porte que son acide avait commencé à endommager. Cette dernière cilla et était maintenant incurvée par l’impact de notre adversaire. Mais ce n’était pas suffisant pour laisser passer un humain. Surtout que le monstre dominant n’était pas particulièrement sonné par le choc qu’il venait de subir.
Des paroles hurlées attirèrent notre attention à Happy et moi. C’était le jeune brun qui criait que l’on attaque le pokémon, car c’était le moment. Le souci c’était que lui-même se trouvait la tête en bas, les jambes en l’air, dont l’une était coincée dans une des racines du vortente. La collègue verte de Happy cria confirmation que le brun était bien prisonnier du pokémon chopinsecte et partit à sa rescousse avec sa tortue géante. D’un geste Happy m’envoya attaquer le monstre malgré la précarité de la situation du dresseur du tiplouf, comme ce dernier l’avait demandé. Avec Coupe, je pouvais donner un coup de patte.
Le jeune homme d’ailleurs était secoué dans tous les sens à environ cinq mètres au-dessus du sol. Attaquer n’allait pas faciliter le sauvetage, mais au moins cela détournerait momentanément son attention. Jill se rapprocha du roux puis du brun, qui était son objectif. Avec un manque de délicatesse, le torkank réussit à récupérer le jeune prisonnier. Jill, son pokémon et le brun revinrent auprès du groupe.

- Surveillez-les, il faudrait que le vortente s’écrase de nouveau sur la porte. C’est à un mon tour d'entrer dans la corrida.

Mon argentée s’élança, d’un sifflement capta mon attention et pendant qu’elle critiquait la plante pour qu’il fonce sur elle, je m’assurais de couper les lianes qui menaçaient de s’abattre sur son corps aux muscles fins.


Pardon de ne pas faire avancer les choses, Léopardus continue de tailler la plante avec coupe et Happy joue les toréadors pour tenter se faire s'écraser de nouveau le vortente sur la porte
Dites moi s'il faut changer quoi que soit


Papier d'Identité:
 
Happy #A9A9A9
Ilena #CCCCCC
Pride #000066

Abonnement(s):
 

"Autres":
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 278

Région : Sinnoh
Jeu 3 Aoû - 11:14





Voilà. Il suffisait d'un peu de temps pour que le cerveau du maître se mette en action et il est bien plus impressionnant que tous les actes de bravoure des femelles humaines ici présentes. Son idée est brillante, malheureusement il ne peut pas tout faire tout seul, ses collègues humains doivent mettre la main à la pâte. J'espère qu'ils comprendront vite que c'est la meilleure et la seule option. Si je pouvais respirer je retiendrais ma respiration et si j'avais le droit je leur taperais sur la gueule pour qu'ils obéissent vite. Mais le maître ne veut pas que je sois violente envers ceux de son espèce, même s'ils sont si stupides que leur vie perd de la valeur. Je vois bien qu'ils sont récalcitrants, peut-être ne comprennent-ils pas comment l'acide de ce pokémon peut nous creuser une porte de sortie ? Je m'apprête à donner quelques explications techniques quand les capteurs de mon bras m'alertent d'une pression inhabituelle. Thomas maintient fermement mon bras entre ses mains. Son visage est fixe comme un mur inébranlable et s'il veut tenir je ne dois pas ouvrir la bouche. Il doit leur montrer comme il est fort, comme ils peuvent avoir confiance en cet homme qui se tient droitement face à eux. Alors je ne moufte pas, attendant le verdict de ces êtres sous-évolués. Le dresseur reste méfiant mais il est assez intelligent pour comprendre qu'il faut essayer. « C'est normal, c'est un mâle, il doit être un peu plus élevé que les femelles. Surtout que celles-là ont le sang chaud. »
Sans un mot, les autres suivirent. « Ils ont trop de fierté pour avouer que le maître vient de leur sauver la vie. »

- M.A.I.A, va te placer là où Spoink a indiqué la direction du MetHAL-OS. Il faut que l'acide fasse fondre le mur mais tu as interdiction de te faire toucher. C'est bien trop dangereux, je ne pourrais pas te récupérer si jamais tu te faisais toucher.

- Je promets maître.

Il s'inquiète pour moi. J'ai une étrange sensation dans la poitrine, indéfinissable.
Accompagnée de Spoink je me mets en place, prête à accomplir la mission si importante donnée par mon créateur. Les autres obéissent sagement, leurs pokémons se battant contre cette énorme plante qui continue de cracher ses glaires un peu partout. Le sol devient instable et je vois le maître prendre ses distances avec le groupe. « Il n'aime pas être trop près de son espèce. La solitude lui scie si bien. » Malheureusement, en s'éloignant il devient une cible facile et le Vortente l'a repéré. Je hurle en comprenant les intentions du dominant, hélas je suis trop loin. La scène se déroule au ralentie devant mes caméras. Le visage du maître qui se décompose, la bouche béante de ce monstre qui cherche à la gober puis un éclair châtain. Le fracas de l'impact me fait perdre l'équilibre et je lâche le contact visuel deux secondes. Dans cet enchevêtrement de liane et de croc je ne vois pas la tête rousse et la blouse noire de mon inventeur. Un espoir persiste. Il est encore en vie et le dresseur au Tiplouf n'est plus avec les autres. Dans ma base de données je recherche la dernière vidéo et je me la repasse rapidement, mettant arrêt sur image lorsque je vois cette touffe de cheveux. « Le maître est en vie ! Ce gars l'a sauvé. » Justement le gars en question réapparaît tête en bas, la cheville coincée dans une racine. J'aurais aimé aller l'aider mais le maître est ma priorité. Je lâche le poste de ma mission pour sauter à travers les lianes à la recherche de mon créateur. Je le retrouve en train de se relever, la blouse ouverte et déchirée mais aucune blessure apparente.

- Maître ! Comment allez-vous ? Êtes-vous blessé ? Avez-vous besoin d'une assistance médicale ? Je peux vous prodiguer les soins rudimentaires !

Quel bonheur qu'il est songé à me mettre ce programme mais j'aurais aimé être capable de plus.

- Tsss ma blouse est fichue et mes lunettes me sont rentrées dans les yeux.

Pour preuve il les retire et me montre la trace des lunettes imprégnées dans la peau de son doux visage. Il est étrange. Il devrait être en colère d'avoir été ainsi malmené par cet inconnu, mais il ne profère aucune menace à son encontre et ne fait aucun commentaire lorsque la verte envoie sa tortue le sauver. « Je crains la commotion cérébrale. Cette brute l'a assommé ! »

- Bien... Il n'est plus en danger. M.A.I.A va porter assistance à la dresseuse au chat. Le Vortente est fortement affaibli, je pense que sa prochaine rencontre avec le mur va la mettre KO une bonne fois pour toutes.

J'arrive à la même conclusion. Il nous faut utiliser les dernières forces de l'animal pour nous sortir de là. Le maître continue de se comporter étrangement, il fixe l'homme qui l'a bousculé puis s'en va le rejoindre. « Ah ? Il gardait sa colère à l'intérieur maintenant il va laisser tout éclater. » Je ne pars pas aider l'argentée immédiatement, souhaitant ardemment voir un autre humain se faire molester par mon maître. Je ne l'ai vu en colère qu'une fois et je sais à quel point il peut être enragé et méchant dans cet état. Mais au lieu de lui empoigner le cuir chevelu et de le secouer dans tous les sens, je vois le maître s'épousseter en grommelant que l'autre a déchiré une blouse qui coûte excessivement cher.

- Néanmoins... J'ai les moyens de m'en racheter une alors qu'une vie n'a pas de prix. Vous avez mis la vôtre en danger pour sauver la mienne. Preuve que vous reconnaissez l'importance de ma personne ! … Merci.

« Vient-il de rougir ? Comment est-ce possible ? Cet homme ! Il est... aussi stupide que les autres ! Maître ! Vous ne pouvez pas être indulgent avec ce mâle obtus! » Si le Vortente ne reprenait pas ses esprits j'aurais rejoint mon créateur et l'aurais éloigné de ce macaque. Ça ne peut pas être possible, j'en suis sûre, il a une commotion, il délire. Je cours jusqu'à l'argentée puis je me place à côté d'elle :

- Approche espèce de plante de salon ! Mangeuse de mouche ! Viens là que je te fasse ravaler ta bile !

J'enrage et j'espère bien énerver aussi le Vortente. Là tout de suite j'ai besoin de me défouler, de combattre à mains nues cette grosse plante qui nous emmerde. Cette mascarade a assez duré, le MetHAL-OS va cesser son petit jeu qui a assez duré. Les événements prennent une tournure qui ne me plaît pas du tout. Le Vortente se met en mouvement, on dirait qu'il n'a pas apprécié de se faire traiter de plante verte, il fonce droit sur nous.



M.A.I.A continue d'attirer le Vortente vers le mur




Dex:
 

Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 2280

Jeu 3 Aoû - 15:44
« Mais qu’est-ce qu’il fout ?! »

En voyant le journaliste s’élancer en direction du Vortente, les réactions furent plutôt mitigées. Quasi tout le monde avait considéré qu’il avait perdu l’esprit et qu’il souhaitait jouer les héros pour on ne savait quelle raison. Alors certes, il disposait d’une forme olympique hors du commun qui lui permit de dépasser la charge légèrement pataude du Vortente. Le scientifique qui était resté avec le groupe tenta de le ramener à la réalité : quand bien même il arrivait à prendre de court l’immense pokémon pour sauver de sa charge le géant roux, que se passerait-il ensuite ? Ce n’était pas comme si Roy pouvait tenir tête à un monstre pareil ! Et il y avait sans doute tout un tas d’activités permettant d’avoir sa dose d’adrénaline, pas besoin de se lancer tête la première face à une gueule béante qui pouvait le gober en une seule fois !

Heureusement pour lui, la réaction des autres ne se fit pas attendre. Alors que le journaliste au Tiplouf passait un sale quart d’heure alors qu’il s’était fait saisir par le Vortente qui menaçait de l’ingurgiter dans le même temps, le Tortank de la femme aux cheveux vert s’est dirigé avec la ferme intention de libérer l’otage et l’empêcher de terminer sa vie en tant que plat de résistance. Accompagné du Léopardus de Happy, il tranche, coupe et déchire les lianes en utilisant toute sa force ce afin d’extirper le jeune homme des tentacules épineuses qui le retenaient.

Frustré de voir son premier vrai repas se faire la malle d’une telle façon, la plante carnivore commença à s’agiter plus qu’auparavant, réussissant à fouetter le Tiplouf qui s’évertuait à picorer le crâne lisse du pokémon pour tenter de libérer son maître. Le pingouin fut alors propulsé sur une bonne dizaine de mètres, atterrissant non sans dégâts au sol après plusieurs rebonds qui avaient par la même occasion perforé le sol ramolli par l’acide en action en-dessous. Des flopées d’un gaz violâtre s’échappent dans un sifflement ressemblant étrangement à celui d’une cocotte minute, coupant la vision du groupe qui ne pouvait apercevoir désormais que difficilement le Vortente, dissimulé par ces vapeurs sans doute toxiques. Le Tortank aussi a pris quelques coups dans sa rescousse, mais le plus gros a été amorti par sa carapace. Quant au Léopardus, ce dernier se serait visiblement tout de même écorché dans ses coupes. En fait, seul le Spoink du scientifique avait réussi pour le moment à s’éviter de quelconques dégâts. Peut-être était-il temps pour lui de rentrer dans la danse ?

Comme pour entretenir votre espoir, vous entendez une ventilation se mettre en marche, au même titre que les systèmes anti-incendie. Si cela vous mouille d’une eau légèrement acidulée, preuve qu’elle est traitée pour contenir divers types d’incendies, vous remarquez surtout que les volutes de gaz commencent à être aspirées pour disparaître vous ignoriez où mais surtout que l’acide présent face à vous avait fini par durcir, vous offrant par la même occasion la possibilité de vous mouvoir plus librement tout en n’étant plus inquiété par ce liquide violâtre. Bien sûr, cela a aussi tendance à agacer certains membres du groupe principal, notamment la jeune femme du couple qui ne peut s’empêcher de se plaindre que son maquillage coule. Pour les observateurs vous remarquez même que son petit ami peine à la regarder dans les yeux et vous comprenez vite pourquoi : le mascara et l’eau qui fait rougir ses yeux lui donne des aspects de Branette.

Happy profita alors de cette aubaine pour s’élancer vers Thomas et son androïde. Cette dernière s’acharnait à insulter le Vortente pour jouer avec ses nerfs et le faire charger à nouveau. Cependant il avait vite compris qu’il n’avait pas affaire à quelqu’un fait de chair et de sang aussi c’est vers la jeune femme aux cheveux argentés qu’il se dirigea dans un premier temps, avant finalement de se rabattre sur le Spoink étant donné que le félin qui accompagnait la dresseuse donnait toujours autant de fil à retordre à la plante carnivore. Cette fois-ci, sans doute parce qu’il était particulièrement agacé et par votre groupe dans son intégralité et par l’alarme anti-incendie qui l’irritait en plus d’annuler ses attaques d’acide, il fonça avec une violence rare, sa béante gueule ouverte pour tenter de gober quiconque il trouverait sur son chemin. Bien sûr, cet énervement avait par la même occasion inhibé ses réflexes et lorsque le Spoink, Happy, son Léopardus et M.A.I.A. s’écartèrent d’un commun accord, c’est avec perte et fracas que le Vortente s’écrasa contre la porte, enfonçant cette dernière avec une rare intensité qui faillit faire tomber votre groupe. Au moins, on pouvait dire que vous n’y étiez pas allés de main morte pour ouvrir cette porte mais c’est bien le résultat qui compte, non ?


Audio recording software >>

Il est là ! Il est là ! Vous apercevez en pénétrant dans la salle le bourreau responsable de tous vos malheurs : un méga-métalosse vraisemblablement branché sur un mur, au-dessus duquel se situent une multitude d’écrans parcourus de lignes de code et de grésillements irréguliers. Heureusement pour vous, il ne semble pas pouvoir se détacher de son socle et c’est sans doute tant mieux car à part le Spoink et le Tortank, les autres pokémons vous accompagnant ont sans doute un peu forcé face au Vortente. Et maintenant voilà que la gravité s’emballe elle aussi ! Décidément, vous n’aurez eu que pour seul répit les petites acrobaties du début de journée. C’était clairement de loin ce qu’il y avait de plus facile pour vous à faire, comparé à cette dernière épreuve qui s’annonçait, malgré les difficultés du Métalosse de venir vous affronter en face, plutôt rude.

« Regardez, là-bas ! »

La petite fille peinait à pointer du doigt une zone en particulier, soutenant qu’elle avait vu quelque chose briller là-bas avant de se faire contredire et par le scientifique et par son grand-père qui affirmaient n’avoir rien vu. Vous étiez visiblement trop occupés à essayer de prendre vos aises dans le complexe désormais sans gravité pour voir quoique ce soit, mais peut-être que cela pouvait être un moyen de déloger l’ordinateur de son piédestal, le coupant par la même occasion de son plein contrôle sur le centre spatial..?


avatar ©️ Raïtoku Seigi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 21/06/2016
Messages : 363

Région : Unys
Lun 7 Aoû - 16:46
Tu t’es retrouvé coincé, la tête en bas. Tu pensais bien faire, mais au vu de la situation présente, tu doutes. Avoir ton pied pris là-dedans, c’est un sacré pétrin. Tu préfères éviter de te débattre pour rien. Donc tu pendouilles, comme ça, ridiculement. Tu vois ton Tiplouf immédiatement partir à l’assaut de la bête. Et ce n’est pas le seul. Cette femme aux cheveux verts ordonne à son Tortank de te récupérer. Tu souffles un peu, quoi que ce n’est pas encore fait. Mais tout le monde semble donner l’assaut à ses Pokémon, ou presque. Le roux à la blouse noire n’a pas donné d’indication, il doit être encore sonné de l’impact, ce que tu peux comprendre.

Tu vois alors l’énorme tortue bleue grimper, son aisance te surprends par ailleurs. Il finit par atteindre ton niveau, qui est quand même pas mal haut, assez pour filer le vertige. Mais tu te rassures en te disant que c’est comme sauter du grand plongeoir, et en oubliant que ce n’est accessoirement pas une piscine qui t’attend en bas. Tu sens très vite moins de prise sur ta cheville, trop vite d’ailleurs. Tu commences à tomber. Tu n’as pas le temps de réagir qu’une force te saisit la jambe et t’arrête net. C’est assez douloureux sur le coup, tu ne peux t’empêcher de grimacer. La peur t’a saisi d’un coup, et tu as besoin de reprendre tes esprits. Tu as cru que c’était fini. Sauf que le Tortank t’a rattrapé, puis, comme dans un manège à sensation forte, t’as fait balancer de gauche à droite pour te ramener tel un vulgaire poids plume sur son épaule. Juste au-dessus d’un de ses canons, qu’il utilisait pour éloigner les lianes approchantes.

Tu n’as sans doute jamais autant apprécié d’avoir tes pieds sur la terre ferme. Tu tapotes la carapace du Pokémon pour le remercier de t’avoir sauvé tandis que sa dresseuse vient t’épauler pour te ramener auprès du groupe. Il ne s’est pas passé grand-chose, cela ne t’a pas demandé d’effort surhumain. Pourtant, c’était des plus éprouvants. Rien qu’émotionnellement parlant, ça t’en a coupé le souffle, le temps de quelques secondes seulement. Il faut tout de même que tu t’en remettes. Apparemment, tu n’es pas le seul. Le scientifique à la blouse noire revient vers vous, en grommelant sur les dégâts de ton intervention, mais finit par être reconnaissant. A ta grande surprise, parce qu’il te semble honnête. Même si son ego parle encore, alors que tu aurais agi de la même manière pour n’importe qui, tu n’as pas la foi que de relever. C’est déjà un sacré progrès, si ça a pu le faire un peu descendre de ses grands Galopa, ça ne fera que du bien au groupe.

Tu vois alors Corentin se faire propulser à quelques mètres de là et s’écraser au sol, au milieu de cette zone sinistrée, rongée par l’acide. Tu en restes interdit. Tu profites de la diversion que provoquent la femme à la chevelure blanche et l’androïde pour aller le récupérer, avec le choc qu’il vient de subir de l’atterrissage sans délicatesse, tu ne peux pas le laisser comme ça. Alors tu délaisses le groupe et cours le récupérer. Tu constates alors que l’air commence à changer de couleur, il prend une teinte violacée qui n’inspire absolument pas confiance. D’instinct, tu te baisses pour t’éloigner du nuage de gaz en suspension et commences à ralentir ta respiration. Tu ne regardes pas derrière toi, tu continues ta progression vers ton Tiplouf, tu aviseras ensuite. Le système anti-incendie et la ventilation s’enclanchent. L’eau vous tombe dessus. L’air semble se rassainir. Et le sol, même s’il est plus meuble avec cette humidification, l’acide ne te paraît plus corrosif, ou en tout cas plus aussi agressif. Ton petit pingouin va pouvoir te rejoindre bien plus facilement.

Une fois le Tiplouf dans tes bras, tu te retournes, et tu entends un immense bruit, fracassant. Tu lèves les yeux. La porte est ouverte, pas vraiment de la manière la plus naturelle qui soit, mais elle offre un passage vers l’extérieur, histoire d’enfin pouvoir quitter cet endroit. Tu t’empresses de rejoindre le groupe auprès du Vortente géant bien assommé par sa dernière charge. Votre groupe commence à se faufiler par cette ouverture, et tu fermes la marche. Le temps que tu ne les rejoignes, ils étaient presque tous de l’autre côté. Cela vous fait arriver dans une autre salle.

Tu lèves les yeux et ce que tu vois devant toi te laisse con. La voix du MetHAL-OS retentit. Mais ce n’est clairement pas ce qui te fait marquer cet arrêt. Tu n’écoutes pas ce que la voix informatique, ou les voix d’ailleurs, peut dire. Tu restes fasciné par le Pokémon devant vous. Ce n’est pas un simple Métalosse qui est rattaché par quelque câble, non, il s’agit là de sa méga-évolution. Comme si le Pokémon d’origine n’était pas assez puissant… Tu ne peux t’empêcher un soupir. Alors c’est lui qui vous a fait subir tout cela ? Il est temps pour lui de se calmer. Il peine à se retirer du socle sur lequel il se trouve, ce qui est une aubaine pour vous qu’il veut attaquer. Cela vous donne l’occasion d’agir en premier. Quelqu’un dans tout cela doit être capable de prendre les commandes. Et il n’y a que deux personnes qui peuvent le faire parmi vous. Tu supposes alors le rescapé du Vortente plus apte à écouter ta proposition que les autres. De toute façon, tu n’as pas vraiment eu l’occasion de constater l’utilité de son Spoink dans vos agissements jusque-là. Et s’il donne des ordres à sa machine, elle devrait pouvoir se débrouiller sans lui. Alors discrètement, tu attrapes le roux par le bras. Tu ne tiens pas à être entendu, et au-delà de ça, tu ne veux pas que le Pokémon fou utilise les caméras pour lire ce que tu dis.

Nous allons faire diversion, toi, il faudrait que tu reprennes les commandes. Tu marches ?

Tu t’éloignes sans même attendre sa réponse, de toute façon, il ne devrait pas vraiment avoir de choix que de suivre ce que tu proposes. Il faudrait d’ailleurs s’éloigner, au moins de la petite fille et de son grand-père, avant d’initier le combat. Il est hors de question que tu ne lâches ton Tiplouf, tu iras avec lui s’il le faut. Enfin, tu étais parti pour. Car sans que tu ne comprennes pourquoi, tu as commencé à te sentir flotter. Tes pieds quittent le sol. Tu regardes tout autour de toi, tu n’es pas le seul à t’envoler. Tout le monde subit le même sort. L’apesanteur. Vous n’avez plus de gravité. Au revoir votre aisance de mouvement. Tu n’as aucune idée de comment se déplacer efficacement dans un tel milieu. Tu testes alors en nageant, ce qui te fait faiblement avancer. Sauf que tu n’as aucun moyen de t’arrêter, inertie totale. Au moins maintenant, tu es éloigné du groupe, tu peux faire attaquer ton Tiplouf, il n’y a pas une seconde de plus à perdre.

Co, lance Bulles d’O sur le Métalosse. A fond.

Ce que tu n’avais pas anticipé, c’est le mouvement de recul de l’attaque que vous subiriez. Certes l’attaque part, mais vous aussi, vous êtes projetés en arrière. Tu t’accroches à ton Pokémon, jusqu’à ce que tu finisses par heurter une paroi, un mur, moins violemment que ce que tu aurais cru. Tu souffles un peu. Sans gravité, cela risque d’être bien plus compliqué ! Surtout que le méga-Métalosse qui vous fait face est un Pokémon qui sait naturellement flotter dans les airs. Un avantage supplémentaire pour lui.



Tiplouf balance un Bulles d'O sur le Méga-Métalosse !


Journaliste

Nessa Finnegan - Maëve Kent - Lottie McOleksion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 12/11/2015
Messages : 1608

Région : Kalos
Mar 8 Aoû - 20:26
Tout s'est passé vite depuis le sauvetage du jeune homme. Il est finalement hors de danger et le scientifique à la blouse noire met de côté son orgueil pour le remercier. J'avais encore jamais encore entendu des remerciements sous cette forme mais c'était rassurant de constater que sa vie valait plus que son orgueil quelque part.

Les choses commencent à tourner en notre faveur ; mais alors que le dresseur au Tiplouf revient vers nous après avoir récupéré sa créature rebelle, de la fumée vient gêner nos poumons et nous met en danger. Cependant les volutes de gaz sont vite aspirées par le système de ventilation qui se met en route et déclenche sur nous une pluie légèrement traitée mais pas agressive pour notre peau. Le petit groupe avec le scientifique à la blouse blanche et le grand-père se dirige prudemment vers le Vortente à bout de forces ; Happy a rejoint l'androïde pour l'aider à attirer la plante droit dans le mur. Heureusement pour nous seule son corps a triplé de volume mais le cerveau semble épargné par sa croissance. Il rentre droit dans le mur en cédant à la provocation assez facilement. Les dégâts sont plutôt énormes ; une partie du mur s'effondre, l'androïde et Happy reviennent vers nous se mettre à l'abri des chutes et la plante finit complètement assommée sous les débris. Un nuage de poussière est soulevée par le choc et nous empeste. On ne s'arrête pas cependant ; on fonce tous vers la sortie improvisée, estimant qu'on a assez perdu de temps ainsi.

Roy est le dernier à fermer la marche et à nous rejoindre alors que nous sommes dans une salle informatique. La présence de nombreux câblages et d'écrans chasse tout doute : nous sommes bien dans la salle de contrôle. Le mega-métalosse branché et relié à l'ordinateur principal sans doute est notre hôte depuis le début de tout ce foin. Il s'étonne de nous voir ici et peste de voir ses plans inachevés. Cela faisait un moment que nous n'avions plus entendu sa voix menaçante. Alors qu'il monologue et profère diverses menaces, le scientifique à la blouse noire et le dresseur au Tiplouf semblent mettre au point un plan sans nous prévenir. Le groupe est réunit mais son attention est concentrée sur ce que dit le monstre.

« Il y en a pour 12 000 pokedollars de dégâts. »

Je pensais pas qu'on aurait droit à un bilan financier mais soit. Faut espérer que les vidéos de surveillance soient grillées, ou qu'ils nous la mettent pas à l'envers, pensais-je bien fort. Mais l'urgence de la situation se rappelle bien vite à moi : alors que le pokemon se moque de nous en nous proposant de faire de l'exercice, la gravité semble tourner au vinaigre. Voilà que nos pieds se détachent du sol. Pas plus tôt que ce matin l'expérience m'avait tenté et j'attendais dans la file du simulateur. C'est très différent à cet instant précis : le méga-métalosse prend clairement l'avantage sur nous. On a beau nager et pousser nos corps, aucun d'entre nous n'est accoutumé à l'expérience. Mon Tortank est déboussolé lui aussi mais il ne cède pas à la panique : il a déjà connu ça lors de combats auxquels je n'ai pas eu part. Je finis par me raccrocher à l'un de ses canons et déboucle ma ceinture pour la nouer autour de mon poignet droit. C'est le seul accessoire que j'ai sur moi qui peut être utile. Qui sait, il peut permettre d'attraper quelqu'un ou quelque chose. Je ne me suis jamais sentie plus vulnérable dans tous les cas, on fait souvent des bêtises dans ce genre d'urgence.

« Yan, faut que tu te serves de tes canons pour te déplacer avec l'eau. » C'était la seule idée que je trouvais possible, quoiqu'il faudrait naturellement doser le jet mais le Tortank était suffisamment intelligent pour le savoir.

« Il faut faire diversion pour que les scientifiques du groupe tentent d'accéder à l'ordinateur. » disais-je aux autres. « Défendons-nous ! » j'ajoutais cela au groupe entier, ceux qui pourraient envoyer leurs pokemons dans la bataille. Roy avait été le premier à ouvrir l'assaut avec son Tiplouf ; le pingouin lançait une attaque bulles d'o efficace et précise sur le méga-métalosse. Visiblement le dresseur et le pokemon n'avaient pas pensé au recul avec le changement de gravité mais le choc ne sembla pas les assommer.

Pendant ce temps le pokemon nous menaçait désormais de changer la gravité progressivement pour mieux nous faire souffrir. Il devenait urgent de le contenir, le repousser, le débrancher, n'importe quoi pour ne pas nous faire exploser la tronche par l'un des pokemons les plus puissants qui soit. Je regrette plus que tout l'absence de mon propre spécimen, mais fais une confiance aveugle au Tortank qui m'accompagne : je ne suis peut-être pas assez bien pour lui mais il est intelligent et a le sens des responsabilités. Il n'hésite pas à rejoindre le Tiplouf en dirigeant l'eau de ses canons sur les murs pour le rapprocher de sa cible. Il se laisse flotter à quelques mètres avant de déclencher une attaque d'eau lui aussi : l'adversaire y est sensible et cela court-circuite les fils auxquels il est connecté ; du moins, cela ne leur fera pas de bien. Il se débrouille habilement avec ses deux canons : l'un le maintient à sa place et crache de l'eau dans son dos et l'autre est à l'exact opposé en train de rincer le méga-métalosse. Pour ma part j'ai pu toucher le plafond – du moins le mur au-dessus de nous – et tente de me rapprocher du scientifique à la blouse blanche pour le guider vers les machines. Je finis par l'attacher à moi avec ma ceinture et nous nous tenons prêts pour donner une impulsion au bon moment et tenter de rejoindre les machines...


Tortank lance cascade sur le méga-métalosse et Jill capture le scientifique à la blouse blanche pour le mener aux machines s'ils y arrivent o/




    avatar par Mariska, merci !
    adhérences & autres:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 21/04/2016
Messages : 278

Région : Sinnoh
Dim 27 Aoû - 12:15




Le Vortente s'écrase contre le mur qui finit par s'effondrer et ensevelir légèrement l'énorme plante. Je pousse un cri de victoire, vraiment heureux d'avoir eu raison. M.A.I.A et les autres appâts s'en sont sortis indemnes. Mais en m'approchant de l'ouverture fraîchement créée je constate que mon androïde n'est pas en si bon état que ça. Les caméras optiques qui lui servent d'yeux, ne cessent de clignoter et j'entends distinctement le grincement de ses articulations métalliques.

- Arf ! Le système anti-incendie est en train d'endommager ma machine !

Ne pouvant le stopper de ma position, je suis obligé d'ordonner à mon invention de se mettre en veille pour éviter plus de dégâts. Elle proteste, craignant pour ma survie et m'obligeant à hausser le ton. « Parfois je préférerais qu'elle soit comme ses sœurs et qu'elle m'obéisse sans rien ajouter. » Les autres du groupe passent le trou alors que je me retrouve à traîner mon androïde qui pèse une tonne. Le MetHAL-OS recommence à nous parler et il souhaite poursuivre son test en se servant de la salle de gravité. J'avoue que ça m'aurait bien plu d'aller là-bas, moi qui voulais justement m'entraîner pour mon futur voyage dans l'espace. Mais alors que le super ordinateur nous explique ses intentions, je réalise qu'il n'a aucune vue sur nous, sinon il saurait que nous ne sommes pas là où il voudrait. Nous arrivons exactement où j'espérais, directement dans la salle de commandes. Il est là, l'ordinateur super-évolué et c'est encore plus magnifique que je ne le pensais.

- Il est vivant ! M'exclamais-je.

Quelle tristesse que M.A.I.A soit hors service alors qu'elle pourrait se mesurer à ce super ordinateur. On pourrait alors voir qui est le meilleur ingénieur. Le système anti-incendie ne fonctionne pas dans la salle de contrôle, aussi j'espère que ma création va sécher rapidement et se relancer dès qu'il n'y aura plus d'eau qui risque de l'endommager. J'écoute sans rien dire, analysant chaque mot que j'entends et je comprends rapidement que la forme relié aux ordinateurs est en fait un pokémon et un gros, le plus gros que j'ai pu rencontrer jusque là. Il semble logique, puisque c'est un pokémon, que nous engagions un combat pourtant il faut que je les mette en garde.

- N'utilisez pas d'eau ! Il est toujours relié, ça pourrait endommager tout le centre spatial.

Et quelle perte pour l'humanité de perdre son plus grand centre. Si le système entier venait à planter je pourrais dire au revoir à mon voyage dans l'espace pour les vingt prochaines années, le temps qu'ils reconstruisent tout. Et ça serait encore pire si le dysfonctionnement venait à créer une réaction en chaîne qui ferait exploser tous le complexe. La perte serait encore plus énorme car je disparaîtrais avec le centre.
Mon sauveur me prend soudain en aparté, il a un plan et a bien compris l'étendue de mon potentiel car il me laisse la possibilité de reprendre les commandes. Mon cœur bat fort quand il me touche et je ne peux qu'acquiescer à sa proposition. M.A.I.A est assise, désarticulée dans un coin. Je me sens un peu démuni quand elle n'est pas là, un peu sans défense mais j'ai mon sauveur personnel et dois lui faire confiance. Une petite voix dans ma tête rigole alors que je claque des doigts pour que Spoink reste prêt de moi. Soudain la gravité chute et nos pieds quittent le sol. Par réflexe j'attrape le bord d'une table cloué au parquet, pour ne pas monter trop m'envoler. Des chaises, des casiers et plein de paperasses se mettent à léviter autour de nous, encombrant notre champ d'action.

- Merde... Voilà qui va bien ralentir nos opérations.

Mon cerveau est en ébullition alors que je cherche un moyen de me rapprocher de l'ordinateur central pour essayer de déconnecter cet énorme pokémon. M.A.I.A flotte comme une poupée abandonnée au plafond, les yeux vides de vie. « Comment pourrais-je me servir d'elle sans la rallumer ? » Puis les dresseurs se mettent en action pour créer cette fameuse diversion qui devait me permettre de reprendre le contrôle sans être gêné par le pokémon. Sauf qu'ils n'ont absolument pas écouté ce que j'ai dit juste avant à propos de l'eau.

- Arrêtez ! Hurlais-je ! Vous allez nous faire sauter avec vos conneries ! Vous préférez crever de votre propre faîte plutôt qu'être tué par un super ordinateur ! Vous êtes aussi stupide qu'il le pensait !

J'aurais pu continuer et les traiter de tous les noms mais je suis coupé par une balle grise qui rebondit facilement dans cet environnement en suspension. Spoink ne semble pas affecter plus que ça par le manque de gravité et il se déplace rapidement en rebondissant sur les objets qui flottent dans la salle. Je le vois passer sous le nez de l'énorme pokémon incapable de se déplacer. « Diversion ! Il faut que je bouge immédiatement. » Je me mets en route, m'agrippant au bord de la table pour me rapprocher de l'ordinateur central.



Thomas s'élance vers l'ordinateur pour déconnecter le Métalosse pendant que Spoink utilise Trempette et rebondit partout dans la salle pour agacer le Métalosse




Dex:
 

Autres comptes:
Elimona Torri
Zoé Wells
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 06/11/2016
Messages : 358

Région : Unys
Dim 3 Sep - 11:09



Plus d’émotions que de mal pour le dresseur du tiplouf et le roux à la blouse noire. Après avoir rejoint le groupe, le géant à l’androïde remercia son sauveur, certes d’une manière très particulière qui au final le caractérisait très bien. Mais le remercia tout de même. Un minimum d’humanité devait finalement exister chez cet homme. Happy ne s’attarda pas sur l’échange entre les deux hommes préférant rejoindre la fillette robotisée, pour nous concentrer sur la destruction de la porte. Elle souhaitait vraiment en finir avec cette sortie désastreuse.

Les vapeurs de gaz toxiques que dégageait le vortente frustré de n’avoir pu manger un bout, gênaient ma respiration. Mes poumons me brulaient légèrement. Je réussis à jeter un œil à ma dresseuse et constatais qu’elle avait positionné son bras devant son nez pour respirer le moins d’effluves possibles. Cela ne l’empêcha pas non plus d’accompagner l’androïde en insulte. Une sonnerie d’alarme fit apparaitre des traits de soulagement sur le visage de mon argentée. L’alarme anti-incendie s’était déclenchée pour contrer les gaz libérés par notre plante d’assaillant.
Ce dernier visiblement peu enclin à utiliser sa capacité de réflexion, qui devait lui faire cruellement défaut, fonça droit dans la porte. Le fracas de l’impact fut accompagné de l’éboulement du mur entourant ce qui était, quelques secondes plutôt, une porte. Le vortente était inconscient suite à la force de l’impact qu’il venait de s’infliger.

Impatient d’espérer en finir et d’échapper au pokémon dominant, notre groupe s’engouffra dans l’ouverture créée. Happy jeta un coup d’œil à la fillette électronique qui n’avait que très peu apprécié l’alarme anti-incendie. Ma maitresse écouta vaguement son créateur se plaindre et le laissa se débrouiller pour la trainer dans la nouvelle salle.
À l’intérieur de la nouvelle pièce se trouvait des dizaines d’écrans avec différents chiffres. Happy scruta les alentours avant de poser son regard dans la direction que pointait difficilement la petite fille de notre groupe. Une lueur d’effroi passa dans les yeux gris de mon argentée. Ce n’était pas un métalosse qui était relié par des câbles, mais un méga-métalosse. Je sentis qu’elle failli perdre espoir mais se reprit rapidement, jetant un coup d’œil à ses camarades de galères. « Nous ne sommes pas seuls. »
Le super-ordinateur s’était remis à parler de sa voix menaçante voix grinçante. Il voulait que les tests continuent. Je voyais au froncement de sourcils de Happy qu’elle se demandait si la machine avait remarqué qu’ils n’avaient pas suivi l’itinéraire initialement programmé. Nous eûmes droit à une estimation du montant des dégâts que nous avions occasionnés. Ma sauveuse fut surprise par le prix peu élevé annoncé, mais ne s’attarda pas dessus.

Le MetHAL-OS finit par se rendre compte que nous nous trouvions actuellement dans la salle des commandes. Il annonça que si nous le souhaitions nous pouvions passer à la phase finale. « Avons-nous vraiment ce choix ? » c’était clairement ce qu’exprimait le visage de Happy. L’ordinateur se moqua de nous, nous narguant parce qu’il avait enclenché le système d’anti-gravité et que celui-ci n’était plus calibré de la bonne manière et allait donc changer régulièrement. Après cette déclaration, ma dresseuse remarqua que le brun avait pris le roux en aparté. « Cela ne va pas plaire au rouquin d’être traité de cette manière », pensais-je au vu de l’ego surdimensionné qu’il possédait.
La partie sur la gravité l’interpella et elle ne put retenir un léger cri de surprise lorsqu’elle se sentit décoller du sol. Happy regarda les autres membres du groupe s’envoler à leur tour. Presque tous se mirent à nager. Je battais des pattes dans le but de me rapprocher le plus possible de mon argentée. Elle vit mon effort, se dirigea vers moi, m’attrapa puis m’entraina en direction d’un mur. Je compris qu’elle cherchait à être proche d’un point d’appui.

Les deux dresseurs aux pokémons eau ordonnèrent d’attaquer. Lorsque les ordres fusèrent le visage de Happy se décomposa en premier avant de passer par la surprise et finir par se fermer. Avec la gravité elle n’aura jamais envisagé que les attaques à distance atteignent la cible. Pourtant aussi incroyable que cela l’était, elles avaient bien touché leur objectif. Le dresseur à la blouse noire prévint Jill et le brun du danger des attaques de type eau sur les câbles électriques et finit par leur hurler qu’ils étaient inconscients et que s’ils voulaient mourir c’était le meilleur moyen pour y arriver. De plus nos actions étaient gênées par les feuilles de papiers et les meubles eux aussi touchés par le manque de gravité. Happy analysait la situation, entre l’androïde qui flottait comme les meubles, il fallait avoir suffisamment de réflexe pour pouvoir esquiver au risque d’avoir mal. Et les attaques de type eau étaient risquées à cause des câbles, car cela pouvait faire exploser la salle et nous avec.
J’attendais les ordres de Happy.

MAIA passa près de mon argentée et je ressentis sa détermination. Elle attrapa la fillette technologique au vol et m’expliqua.

- Je vais lancer l’androïde sur le méga-métalosse, je voudrais que tu t’y accroches et que tu enchaines avec Griffe Ombre.

J’agitais les vibrisses en signe de confirmation. « Il ne nous reste plus qu’à passer à l’action. »
Happy prépara la fillette de façon à pouvoir la propulser par la force de ses jambes. Je plantai mes griffes et mordis dans les vêtements du robot prêt à sentir ma mâchoire se décoapter avec la force d’envoi.

- Prêt ? me demanda ma sauveuse.

Mes oreilles s’agitèrent pour toute réponse et Happy poussa l’androïde en direction du pokémon, de toute la force de ses jambes. Comme prévu, je dû contracter mes muscles masséters pour ne pas lâcher MAIA. La vitesse de projection était plus rapide que ce que j’avais anticipé. J’eus tout de même le temps de préparer mon attaque. Je me rapprochais du métalosse mais je ne le voyais pas, ni ne savais quelle distance il me restait à parcourir.

- Maintenant ! entendis-je la voix de mon argentée derrière moi.

Je lançai MAIA devant moi. Elle ricocha sur le méga-pokémon et la machine avant de reprendre sa course en lévitation. J’enchainai avec mon attaque comme prévu et toucha ma cible sans difficulté. Il me fallait maintenant réussir à m’éloigner rapidement car je ne souhaitais pas être percuté par les attaques de mes coéquipiers aquatiques. Et Happy attendait anxieuse que je me mette hors de danger.


Léopardus utilise Griffe Ombre sur le méga-métalosse


Papier d'Identité:
 
Happy #A9A9A9
Ilena #CCCCCC
Pride #000066

Abonnement(s):
 

"Autres":
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 2280

Dim 10 Sep - 13:54
La gravité semblait affecter chacun de vous d'une manière différente. En effet, si certains semblaient peiner à se maintenir à peu près droit alors que le moindre geste un peu trop brusque vous faisait pivoter, d'autres –les pokémons surtout– avaient visiblement rencontré des situations similaires et n'avaient pas trop à souffrir de ce changement brusque de votre environnement. C'était le cas du Tortank et dans une moindre mesure de sa dresseuse aux cheveux verts, qui avait eu le bon réflexe de s'attacher à son compagnon. Le journaliste et son Tiplouf ne pouvaient pas prétendre à une facilité d'adaptation similaire, sans doute à cause de la précédente situation dont ils peinaient à se remettre. Après tout, ce n'était pas tous les jours que l'on approchait de près une mort par acide, non ? Les deux pokémons eau réussirent à faire une attaque un semblant combinée en direction du metHAL-OS qui se débattait encore avec son socle pour s'en extirper, finissant par se faire littéralement inondé par les flots. Et si le scientifique à la blouse noire vous avait prévenu de la menace que cela représentait, vous voyez que si quelque chose lui donne raison ce ne sont pas les risques d'électrocution. Au contraire, vous voyez parfaitement que l'eau ne s'infiltre pas dans les installations et qu'elle subit comme vous la gravité. Par contre, vous distinguez tout aussi clairement un flot d'électricité remonter le long du jet d'eau du Tortank et le percuter de plein fouet, le faisant stopper par la même occasion et flotter légèrement dans l'inconscience.

Jill, Thomas, le scientifique et le metHAL-OS, d'abord absorbé par les rebonds incessants du Spoink partout dans la salle, remarquent alors la présence d'une boule d'acier tremblotante coincée entre le méga-métalosse et l'un des chemins de câble. Seraient-ce là des pics ? Dans votre tête, cela fait tilt : il s'agit d'un Togedemaru, ce pokémon hérisson des îles Alola. Ce dernier avait dû s'accrocher dans le chemin de câble et pris de panique avait déchargé tout ce qu'il avait pu dans les alentours, c'est à dire le méga-métalosse et le complexe dans une moindre mesure. Pas étonnant que le pokémon ait fini par devenir fou, constamment choqué par le mammifère qui d'ailleurs faisait peine à voir. En effet il devait en effet être là depuis un moment maintenant à en voir son état de fatigue, et il y avait fort à parier qu'il puisait dans ses dernières réserves avec cette ultime attaque qui avait sonné le Tortank.

Avant que vous ne puissiez agir, Happy se servit de l'androïde de Thomas pour pouvoir porter un énième assaut sur le Métalosse, lançant par la même occasion son félin sur le bourreau responsable de votre supplice gravitationnel. Que ce soit à cause des feuilles de papier rencontrées dans la tentative d'attaque, l'eau stagnante en apesanteur ou même la carapace remarquablement dure du monstre métallique, l'attaque glisse légèrement pour finir sur le fameux chemin de câble qui retenait le Togedemaru. Ce dernier ne se fit pas prier pour s'échapper, ou du moins tenter alors que la gravité le rappelait à l'ordre. Il était cependant de toute évidence trop fatigué pour tenter de vous attaquer une fois encore et pour aller dans ce sens, il ferma les yeux jusqu'à ce que vous n'entendiez plus qu'un ronflement chétif émaner de lui. Et le silence qui s'était installé le temps que chacun comprenne la situation, le Métalosse avait arrêté de se débattre de son socle et commença à débiter une phrase qu'il répéta plusieurs fois avant de se stopper à nouveau.

« A problem has been detected and metHAL-OS has been shutdown to prevent damage to your Metagross »

Cela n'avait pas réglé le problème de gravité qui vous affligeait toujours, mais l'instant d'après le Métalosse « redémarrait » avec une voix nettement plus compatissante, une différence qui tranchait nettement avec les précédentes menaces qu'il vous avait lancées.

« Il semblerait que je ne puisse pas réparer le système d'anti-gravité d'ici, je vais donc le couper. Je vous prie de m'excuser pour la gêne occasionnée. Il semblerait également qu'une équipe de Monsieur Doors ait réussi à pénétrer l'enceinte du bâtiment, je m'en vais leur ouvrir. »

Aussitôt dit et aussitôt fait, vous chutiez dangereusement vers le sol alors que le système qui gérait la gravité dans la pièce était coupé. Fort heureusement pour vous, le Métalosse utilisa ses capacités psychiques pour vous empêcher de vous heurter trop violemment au sol, vous sauvant par la même occasion d'un bleu supplémentaire. L'instant d'après, vous entendiez une paire de portes s'ouvrir et quatre hommes pénétrer dans la pièce via un chemin de ronde en hauteur. Ils étaient visiblement armés et d'abord menaçants cependant lorsqu'ils remarquèrent que la situation était désormais sous contrôle ils adoptèrent une posture plus neutre. L'un d'eux retira son casque et sa cagoule et certains d'entre vous le reconnurent sans doute : il s'agissait d'un des conseillers les plus proches de Bill Doors, un homme particulièrement influent et qui était connu pour sa capacité à faire office de figure de proue pour son entreprise. Il vous jaugea du regard dans un premier temps avant de remarquer les dégâts que vous aviez causés à l'une des portes du centre, sans compter le spécimen de Vortente qui faisait peine à voir. Il ne put s'empêcher de soupirer avant d'appeler quelqu'un au téléphone.

« Oui, des civils ont aidé à gérer la situation. Oui, très bien. Je m'en occupe. Préparez en une dizaine pour être sûr. »

Il soupira de nouveau avant de gentiment, mais fermement, vous demander de suivre le reste de ses hommes qui vous guideront jusqu'à l'entrée du bâtiment, où vous allez recevoir une contrepartie pour vos efforts et votre dévotion à régler ce problème. Bien qu'il semblait généreux dans un premier abord, vous compreniez qu'il s'agissait là d'un moyen d'acheter votre silence quant à l'incident, la présence du Togedemaru responsable de ce bazar monstre et les protocoles de test du Métalosse. Si vous aviez des questions sur le chemin, vous n'aviez de toute évidence pas le luxe de recevoir des réponses de la part des hommes et au bout d'un certain temps à se promener dans les chemins exigus dont vous ignoriez la présence, vous vous retrouviez à l'entrée où vous attendaient d'autres hommes en noir, nettement moins enclin à discuter. Ils vous tendent à chacun une boîte et vous chassent en bonne et due forme du centre avant de précipitamment fermer les portes du centre spatial.

On pouvait dire que pour une journée qui s'annonçait prometteuse, vous ne vous attendiez clairement pas à ce qu'elle se termine comme ça. Mais vous étiez en vie et le seul bémol que l'on pouvait trouver à cela était que vos rêves d'étoiles plein les yeux avaient été largement refroidis...




Ainsi se termine l'évent °° Je m'excuse franchement du temps que ça a pu prendre, certaines choses pas prévues se sont passées et la période ne se prêtait largement pas à un évent du genre. Bref.

Pour votre participation, vous obtenez chacun une CT Façade ainsi que 500p$ (que je vous transmets dans la foulée). Comme vous vous en doutez, la fin est un peu abrupte histoire de rapidement clôturer tout ça. Je vais laisser le post en place le temps que vous postiez si vous voulez une fin à cette journée, dans le cas contraire n'hésitez pas à me le faire savoir :) Encore merci pour tout ♥


avatar ©️ Raïtoku Seigi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 21/06/2016
Messages : 363

Région : Unys
Sam 16 Sep - 9:14
Chacun semble affairé à sa tâche, avec ton Tiplouf, tu attaques le Métalosse méga-évolué qui vous fait face, tu es très vite suivi par la jeune femme aux cheveux verts et son Tortank. Parfait. Sauf que vos attaques de type eau rendent le scientifique à la blouse noire hystérique. Il crie. Et forcément attire l’attention sur lui, alors que vous vous efforcez de faire diversion, pour qu’il puisse discrètement se rendre jusqu’à l’ordinateur de bord. Non mais à part ça, il est censé vous être supérieurement intelligent. Il est certain que là, tu as l’occasion de t’en rendre compte. Un coup de génie, comment rendre inutile tout cela. Surtout quand on prend en compte l’utilité du Pokémon qui l’accompagne depuis le début. Le Spoink ne sert absolument à rien, il n’attaque pas, il ne fait que rebondir. Et Arceus sait qu’il rebondit à l’heure actuelle, il ne fait que ça, dans tous les sens, et le voir comme ça, instable dans ton champ de vision, cela te distrait, tu n’aimes pas ça. Tu ne peux pas te concentrer comme tu le voudrait.

En plus de ça, le roux criait pour rien, parce que tu vois bien que l’eau ne rentre nulle part dans le système, elle flotte, comme vous. Et c’est tout. Et puis il y a le choc, l’électricité est remontée le long de l’eau jusqu’aux canons du Tortank. Il doit être drôlement secoué, et peut-être qu’il n’est pas capable d’arrêter ses jets d’eau dans cet état. En tout cas, il faut, sinon il va continuer à subir cette décharge. Tu dois faire quelque chose. Le Spoink passe à ta portée, tu lâches ton pingouin pour le saisir et le jeter de toutes tes forces en direction du gros Pokémon eau. Si celui-ci n’arrête pas ses canons, au moins, tu l’auras fait dévier la direction des jets. Ce qui a pour but de ne plus le laisser en proie à l’électricité. Tu le vois alors tomber dans les vapes, flottant, toujours sous le fruit de l’apesanteur. Il est temps pour toi de récupérer ton Tiplouf, encore non loin de là. Tu ne comprends pas trop ce que tous les autres faisaient, de l’autre côté, tu ne vois que l’androïde dysfonctionnelle et le Léopardus voler en direction de la bête. Et puis plus rien. Silence radio. Presque. Plus rien n’allait, le Métalosse s’était calmé. Puis il reprend, pour enchaîner plusieurs fois la même phrase, tu n’écoutais pas en détail, mais tu sais qu’il s’agissait de la même phrase. C’est tout.

Et puis une voix différente de ce que vous aviez pu entendre retentit. Il te faut bien quelques secondes avant de comprendre qu’il s’agit toujours du Métalosse, ou du metHAL-OS, allez savoir qui est qui. Il y a là beaucoup moins d’agressivité et de mépris, c’est déjà ça de pris. Cela veut dire que tout cela est bien enfin terminé. Plus de lutte pour votre survie. Et tu apprécies. Mieux encore, le Pokémon acier et psy vous apprends que des gens arrivent. Vous allez pouvoir sortir de là. Enfin. Ne plus être pris en otage, c’est quand même un soulagement. Donc vite, qu’il n’y ait plus cette sensation d’être pris au piège. Par contre, tu avais mal compris la phrase concernant la gravité, tu pensais rester à flotter, justement parce que le Métalosse ne pouvait rien y faire. Sauf que si, en fin de compte. Puisque le système c’est coupé. Et la chute a été rude. Tu as blotti ton petit Pokémon contre toi et a attendu le choc. Avec cette sensation qui te saisit aux tripes, comme les ascenseurs qui vont trop vite. Pas de choc pourtant, tu t’attendais à t’écraser au sol, une fois de plus, mais non, toujours pas cette fois-ci, et tant mieux. Par contre, ça n’a pas tant plus à Corentin, vu qu’il se dresse sur toi pour t’asséner une gifle de son aile. Tu ne comprends pas pourquoi, mais il est hors de question que ce garnement puisse se permettre ce genre de chose. Vexé, tu le rappelles dans ta pokéball, ça lui fera les pattes.

Ensuite les portes qui s’ouvrent. Tu les as juste entendues, mais c’est suffisant pour te faire regarder avec empressement tout autour de toi pour en trouver la localisation. Des hommes, casqués, armés. Tu te figes. Être pointé de la sorte par des armes, tu ne t’y attendais pas spécialement, pas après tout ce qu’il vient de se passer. Donc il est assez compliqué pour toi de réagir à cela. En vous voyant, ils semblent se calmer, et ne plus vous viser, au moins. Ils ont dû se rendre compte que la zone était sécurisée, parce que vous avez dû gérer à leur place. Parmi le groupement, l’un d’entre eux enlève casque et cagoule, tu peux alors distinguer son visage, et le reconnaître plus ou moins. Tu as potassé avant de venir, mais son nom t’échappe. Tu sais qu’il fait partie du staff, dans les grosses têtes du staff. Mais tu ne parviens pas à t’en remémorer davantage. En tout cas, de là-haut, où il se trouve, on dirait qu’il vous scrute, un à un, avant de se rendre compte que votre passage n’avait pas été des plus… délicats. Tu ne le vois que vite fait prendre son portable le temps de tourner la tête. Il est vrai que vous avez fait des dégâts. Et vous avez été invités à sortir, escortés par ces mêmes personnes. Enfin, sortir de là. Parfait. De ce que tu comprends, on vous offre quelque chose pour vous être occupé du problème, malgré le coût de la casse que vous avez engendrée. Tu restes circonspect, cela n’est pas dans la nature des hommes d’affaire sans ne rien demander en retour, et puis vous faire escorter, encadrés de la sorte par ces gars-là, on dirait du bétail. Ce qui se trouve être une chose que tu apprécies peu. Surtout que les gars n’ont pas l’air commode.

Et du coup, vous avez libéré toutes les personnes à l’intérieur ? Et pour le Métalosse, vous allez faire quoi ?

Pas de réponse, un mur. C’est absolument rageant, de voir qu’on ne vous prend même pas en compte, alors que vous avez failli crever à cause d’eux, alors que vous n’aviez rien demandé de tout cela. Génial, on dirait qu’on vous force la main, quoi de plus agréable après tout ce grabuge ? Tu te renfrognes. S’ils croient que tout cela va passer inaperçu, c’est mort. Tu en connais un qui va se faire plaisir de concocter un joli petit article bien ficelé une fois rentré à Volucité. Il ne manquait plus que ça, être foutus à la porte, comme des malpropres. Tu hallucines. Et on vous laisse comme ça, devant le centre spatial, très vite refermé une fois expulsés. Tu pestes à voix basse. Ils pourraient au moins y mettre les formes, c’est leur installation qui est partie en vrille, vous n’êtes en rien responsables de tout cela, un minimum de respect aurait été suffisant, jetés dehors, tu n’en reviens pas. Ils n’ont même pas pris la peine de vérifier que l’un d’entre vous ne soit pas blessé, ou quelque chose du genre. Non, démerdez-vous. Et bien, ils ne vont pas être déçus, ton article va être piquant, et encore, piquant, tu trouves le mot faible. Quoi qu’il en soit, le centre spatial, c’est terminé pour aujourd’hui, et pour quelques temps.

Bon, je regarde où se trouve l’hôpital le plus proche. On fait un voyage de groupe ?




Et bien, voilà, du coup ça se termine, le dernier post. Allez, c'est fait. Je récupère la CT que j'ajoute à ma t-card. Merci pour tout. Alex, je t'ai déjà dit tout le bien que je pense de ton évent, donc je ne vais pas réitérer. J'voudrais pas que tu prennes la grosse tête. :P

Sinon, les autres, les gens, c'était cool de rp avec vous, même si j'ai pris en cours de route, franchement, j'me suis bien marré, rip Thomas ! XD


Journaliste

Nessa Finnegan - Maëve Kent - Lottie McOleksion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 3 sur 3) Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» "Vers l'infini et au-delà - Buzz l'Eclair" [Zack Evans/Sunggyu Kim]
» Vers l'infini et l'au-delà [EVENT]
» Vers l'infini et l'eau de là
» Départ vers l'infini et l'au delàààààààààààààà
» Vers l'infini et au-delà...

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Hoenn - 3E G E N :: Algatia-