AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Makuahine


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 22/03/2017
Messages : 10

Jeu 23 Mar - 23:22
Tu le sais, qu'au fond de toi tout est de ta faute. Malgré tout ce qu'ils ont pu dire, malgré tout ce que je t'ai dis. Sans toi, rien ne serait arrivé. Et regarde ce pauvre Georges, qui se tue a la tache pour toi, sale ingrat. Au moins la mort que tu m'as infligé m'aura évité de devoir te supporter dans cet état. Regarde toi. Tu est pathétique, tu le sais ca ? Que croyais tu ? Que j'allais t'abandonner, comme ca, pour te laisser te cacher comme le lâche que tu est ? Tu ne m'échapperas pas, pas plus que tu échapperas aux regards des Gardiens mon fils. Enfin fils, hm, dire que celui que j'ai nourris de mon sein, apaisé les craintes et subit les pleurs, et celui qui m'a tuée. Qu'ai-je donc fait pour devoir payer pour ta stupidité ? Qu'ai je infligé aux Gardiens pour être la victime de ce mauvais sorts ? Je te hanterai, jusqu'à la fin pour m'avoir privée de la vie qui était mienne. Mon sang coule sur tes mains, encore et encore, et rien ne t'en laveras. RIEN !

Tu ouvre lentement les yeux, Sa voix tintant a tes oreilles, encore si criante de vérité que la nausée te prend dans son étaux, loin d’être prête à te relâcher. Dehors, le soleil se lève à travers un épais voile de nuage, tandis que tu te refuses a tomber une nouvelle fois dans les limbes du sommeil.
Tu te redresses lentement, laissant ton téléphone sur la table de chevet, attrapant juste de quoi écouter de la musique, avant de coller ton dos encore nu contre le verre froid de la fenêtre. Les yeux fermés, tu refuses d'affronter le monde une journée de plus. Tu restes immobile pendant de longues minutes, insensible au tiraillement de ta peau en contact avec le métal, insensible a tes muscles te suppliant de bouger, insensible a toi même finalement …

Malgré tes écouteurs, tu entends Georges se lever au son de ton réveil, il grommelle, pestant envers son travail qui commence beaucoup trop tôt pour un homme honnête, passant devant la porte de ta chambre restée ouverte, s’arrêtant un instant devant l'inhabituel spectacle que tu lui offres. Tu l'entends gémir alors que le sommeil se disperse enfin, assailli par les souvenir. La tranquillité reviens quelques instants avant d’être de nouveau brisée par son retour, accompagnée par l'odeur du café qu'il abandonne sur la table de chevet. Tu le sens t'attirer a lui avant de t'enlacer tendrement, comme a l'époque. Et tu n'as nul besoin de le voir pour imager les larmes dans ses yeux. Tu serai presque bien, la, te refusant de penser.

''Il pleut.'' Te fait remarquer Georges, ayant délicatement enlevé un des écouteurs de tes oreilles. Tu hoches silencieusement les épaules, comme si le temps pouvait encore t’intéresser. Il passe doucement sa main dans ton dos, continuant a parler d'une voix si legere, tellement différente de d'habitude que tu en aurais presque mal.

''Couvres toi bien … Et dit lui bonjour de ma part.''

Tu hoches la tête, avant de te détacher de son emprise, il hésite encore un instant, mais ton sourire triste suffit pour le rassurer, pour l'instant.
Alors il abandonne le combat pour l'instant et va se préparer pour sa journée.
Aujourd'hui il le fera en silence, sans aucune musique pour égayer la matinée, participant a sa façon à la douleur qui est la tienne.

Et tu reste seul …
Comme d'habitude.


Aide à la modération:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8391

Ven 24 Mar - 16:27

Monorpale niv 7 apparaît !


Brindibou lance Feuillage ! [-7pv]
pv de Monorpale : 15/22


Monorpale lance Danse-lames ! Son attaque augmente beaucoup!

Que voulez vous faire?



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 22/03/2017
Messages : 10

Ven 24 Mar - 23:58
Et tu restes seul un long moment, suffisamment pour que la pluie commence à tomber dans une bruine aussi sombre que ton humeur, avant de s'arrêter dans un crachin triste avant que tu ne pose un pied à l'extérieur. Le nez levé vers le ciel toujours aussi gris, noyant l'île dans un brouillard terne et peu accueillant, tu soupires et te met en marche, les mains enfoncées profondément dans tes poches, se serrant instinctivement sur la première chose qui passe à leur portée, à savoir ton paquet de clope presque vide. Tes jambes te mènent, comme dotée de leur propre conscience sur un chemin qui te reste familier, à ton cœur défendant. Le sentier est désertée de ses promeneurs habituels par un temps pareil, au moins tu n'auras pas à supporter les regards se posant sur ta personne. Non pas que beaucoup serait capable de te reconnaître, et puis, ce n'est pas comme si tu en avais quelques choses à faire.

Tu finis par t'asseoir sur un des bancs du parc, suffisamment longtemps pour voir la moitié de ton paquet de cigarette partir en fumée sous la pluie qui verse de nouveau ses larmes claires. Mais tu t'en fous, après tout, ton jean comme ta veste sont déjà trempé de toute manière. Alors tu restes sur place, le visage tourné vers le ciel, les yeux fermés, avec l'impression que l'eau qui coule sur ton corps lave peu à peu ton mal-être au fil des secondes. Malheureusement ce n'était qu'un vague espoir, une impression trompeuse dont tu avais appris à te défaire avec le temps

La pluie s'arrête enfin, te laissant trempé et frigorifiés sur ton banc, un bruit sourd pulsant entre tes oreilles. Tu ne pouvais te donner le droit de rentrer, pas encore. L'eau dégouline lentement de tes cheveux vers tes joues, s'écrasant sur tes cuisses. Lentement tu te redresses, ton jean pesant aussi lourd que ton âme sur tes hanches quand tu te remets en marche. Le bruit de la vie tout au tour te fait sortir de ta transe de mal-être. Tu marches lentement, observant les alentours. Les pokémons qui s'agitent autour de toi dans un bruissement discret, présent, bien que presque invisible.

Bientôt, tu passes les grilles en fer-forgé dont tu as horreur, d'un pas toujours aussi lent, tu te laisses guider à travers les allées de terre qui se transforment lentement en boue. Les pierres, les noms que tu ne connais que trop bien, mais malgré tout ce temps, toutes ses années, tu ne peux que trembler devant cette stèle à l'écriture que tu ne connais que trop bien.
Autour de toi, le silence est de mise, à croire que la vie elle-même déserte cet endroit.

Ta gorge se resserre une dernière fois, alors que tu prends la parole, brisant en mil éclat le semblant de calme qui régnait dans ton corps.

« Bonjour Maman. »


Aide à la modération:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8391

Mar 28 Mar - 21:43

Brindibou lance Feuillage ! [-7pv]
pv de Monorpale : 8/22


Monorpale lance Charge ! [-9pv]
pv de Brindibou : 59/68

Que voulez vous faire?



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 22/03/2017
Messages : 10

Mer 29 Mar - 0:11
Tu restes encore quelques minutes debout, passant d'une jambe à l'autre maladroitement, avec qu'elles ne te lâchent, te faisant glisser sur le goudron boueux sur lequel tu t'assoies, n'ayant pas la force de te relever. Lentement tu te traînes jusqu'à la stèle, évitant de regarder le nom inscrit en lettre d'argent dessus. Ton dos se pose contre la pierre qui dégouline encore d'eau, mais tu n'en as plus rien à faire. Tes bras entourent tes genoux, ta tête se pose sur ce coussin improvisé, et tu commences. Comme tout les ans, la première excuse, celle a laquelle tu ne crois plus, mais que pourtant tu répètes inlassablement malgrès tout. Désolé de ne pas être venue plutôt, tu feras mieux l'an prochain, tu lui promets.

Depuis sa mort, tu ne pries plus, sauf quand tu viens la voir, tu lui parles en prière, espérant que peut-être quelque part elle t'entend, qu'elle est encore là pour toi . Les dieux, tu les laisses aux autres, l'idée que tout coulent de leur désir t'es affreuses. Il te suffit d'allumer ta télévision pour comprendre que soit les dieux n'existent pas, soit ils sont une belle bande de salopard. Mais ta mère avait toujours aimé l'idée qu'une force supérieure essayait de rendre le monde plus beau, alors tu fais cet effort, une fois par an, pour elle.

Donc tu lui parles de tout et de rien, de Georges, toujours égal à lui-même, comme s'il était capable d'affronter tous les maux de l'univers avec le sourire, de ton travail, du ras-le-bol permanent que tu ressens ces derniers temps, l'envie de tout foutre en l'air. Mais surtout de combien elle te manques, de combien tu te sens seul sans elle, et que finalement, elle n'aurait peut-être pas due te sauver ce jour là. Tu confesses tes doutes, tes peurs, espérant pendant de long moment une réponse qui ne viendra jamais.

Le tonnerre gronde au-dessus de toi, déversant sur toi les larmes qui ne coulent pas de tes yeux, ces larmes et cette honte enfouie si profond en toi, qu'elle ne sait ressortir qu'un seul jour par an. Tu baisses la tête, fermant les yeux au monde extérieur, laissant les trombes d'eau fouetter aussi bien ton corps que ton âme. Bientôt, tu ne ressens plus rien, plus rien d'autre que la morsure douloureuse de la pluie sur ton corps, faisant échos à la morsure douloureuse du vide dans ton cœur.

Mais malgré tout, la vie trouve toujours un chemin, et au bout d'un temps incalculable, tu finis par te sentir soulagé de tes erreurs, et de ce vide qui c'est rempli de l'eau du ciel. En relevant la tête, ouvrant tes paupières, tu te rendis compte de ton état, de la fatigue et du froid que tu ressentais à ce moment là. Après tout, pourquoi bouger d'ici, pour que tout recommence comme avant ? Tu n'en avais plus la force en arrivant, tu ne risques pas de l'avoir plus maintenant. Alors, tu commences à te laisser aller de nouveau, abandonnant lentement ce que tu es à la dalle de marbre. Puisse-t-elle en faire ce qu'elle veux, tu n'en as plus rien à cirer.

Totalement détaché de toi-même, tu entends toutefois des pas qui claquent sur le sol, comment peuvent-ils claquer sur le sol détrempé te fait remarquer une partie de ton cerveau, avant que quelque chose fasse stopper la pluie diluvienne qui coule sur ton corps.
Tu entre-ouvres un œil vers l’empêcheur de tourner en rond.

Et c'est un parapluie.


Aide à la modération:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 9588

Mer 29 Mar - 14:54

Brindibou lance Feuillage ! [-7pv]
pv de Monorpale : 1/22


Monorpale lance Charge ! [-9pv]
pv de Brindibou : 50/68

Vous lancez une pokeball sur Monorpale !
...:
 



Hum... un combat ? D'accord. Je suis MISTER K.
Aux paroles je préfère les actes. Mais viens pas pleurer après. En garde !

LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 22/03/2017
Messages : 10

Jeu 1 Juin - 23:48
« Depuis combien de temps êtes-vous sous la pluie ? »

Tiens, les parapluies savent parler maintenant … Après tout, il pourrait déclamer du Molière que ça ne te ferai ni chaud ni froid. Tu lèves un regard las sur la toile rose qui te protégé de l'intempérie, remarquant au passage la main ridée qui tiens le manche de bois usé.
Une main noire, osseuse, comme si un des corps du cimetière avait eu envie de prendre la poudre d'escampette un jour de pluie. Pourtant la voix est loin de ressembler a celle d'un zombie.

« Merci jeune-homme. Mais si j’étais une zombie, j'aurais eu bien peu a manger sur vous. »

Sois elle lit dans les pensées, soit t'as parlé a voix haute sans t'en rendre compte.

« Vous parlez a voix haute. » qu'elle te répond, se penchant lourdement vers toi avant d'attraper ton bras de sa serre osseuse ne tenant pas le parapluie, te remettant sur pied avec une force qui te semble incongrue pour de telle main.
Pendant un instant tu tangues sur tes jambes, jusqu'à que tu sentes un corps chaud contre le tiens, passant ton bras par dessus ses épaules basses. Avant qu'elle ne commence a te tirer lentement, mais sûrement vers la sortie.
« Vous êtes totalement trempé, quelle idée d'etre sortie sans parapluie par un temps pareil... »
Elle continue a parlé de tout et de rien, et tu continues a écouter, sans prêter une quelconque attention a ce qu'elle dit. T'es jambes te portent dans un mouvement méchanique, pendant que ton esprit erre sur les sentiers de la fatigue.
« Restez avec moi ! »
Suivi d'une douleur sourde entre tes côtes, la ou s'enfonce désormais un doigt crochu.
« Restez avec moi. »
Une grimace sur ton visage, accompagné de tout le reste qui reviens en force, comme si tu sortait d'un rêve éveillé.
Les vêtements mouillés qui colle sur ton corps, les frissons qui courent sur ton échines trempée par l'eau glacée, la douleur d’être rester a genoux si longtemps sur la pierre froide. Le sentiment douloureux, mais salvateur d’Être encore vivant.

« Merci. » Ta voix est faible, mais cette fois tu l'entends, elle sort chevrotante de tes poumons.

« De rien, nous y somme presque. » dit-elle, le souffle court. Visiblement l'effort de porter ton corps l'épuise lentement. Tu essaies de te redresser tant bien que mal, et ton geste est récompensé par un soupir soulagé de ton sauveur, tandis que devant vous se dessine une maison...



Aide à la modération:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
PNJ

C-GEAR
Inscrit le : 08/09/2013
Messages : 8391

Ven 2 Juin - 21:15

Deux Feuforêve niveau 9 apparaissent !





Feuforêve 1 & 2 utilisent Dépit !
Cela n'a aucun effet ...


Brindibou utilise Feuillage sur Feuforêve 1 !
(- 4 Pvs)
Pvs de Feuforêve 1 : 18/22


Monorpale utilise Taillade sur Feuforêve 2 !
(- 4 Pvs)
Pvs de Feuforêve 2 : 18/22




Que voulez-vous faire, dresseur Tobias ?



Oh, vous savez, je ne suis pas du genre violent... Je suis  MISTER L. Quand je le peux, j'évite, mais quand il le faut vraiment, combattre ne me pose aucun souci.
Non, aucun.


LA MODÉRATION RP, UN ART DE VIVRE.
formulaire pour aider les modérateurs:
 
avatar © Garrett Rosebury ; stamp © Iago Fitzroy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Alola - 7E G E N :: Ekaeka :: Cimetière-