AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2
 
» Sur la plage abandonnée ...


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 618

Sam 15 Avr - 15:07
    Nous nous retrouvons à parler de soins capillaires sans que cela ne soit calculé ; je me suis juste faite une banale réflexion à voix haute en la regardant s'occuper de sa chevelure à la couleur si éclatante. Mais pourquoi pas, après tout ?

    - Tous les 15 jours quand même... Tes cheveux doivent être costauds pour supporter des colos aussi souvent ! Mais je suis d'accord, ils sont assortis à ton nom et, surtout, ils te vont vraiment très bien !

    Tout en parlant, je continue de tapoter mes sous-vêtements pour que la serviette absorbe le plus d'eau de mer possible, sans trop savoir quel sera le résultat final. C'est bien la première fois que je me baigne avec ma dentelle (il faut dire que ce n'est pas souvent tout court que je me baigne dans la mer) et je n'ai jamais rien lu à son sujet, n'en voyant pas l'intérêt. Maintenant que je vis sur une île tropicale comme celle-ci, ça vaudrait le coup que je me renseigne... Et que je m'achète un maillot de bain à ma taille aussi. Depuis le temps que je n'ai pas été à la piscine, je doute que celui qui traîne dans ma valise soit encore bien...

    Me sentant un peu plus au sec, je rend la serviette à Rose et la laisse l'installer de nouveau sur le sable, la rejoignant ensuite. Le soleil tape agréablement contre ma peau, virant l'humidité qui s'y était installé sans difficultés. J'attrape le verre d'eau que me tend Rose et la regarde lorsqu'elle me fait une proposition à laquelle je ne m'attendais pas du tout.

    - Ils en ont une oui, mais c'est gentil ! T'es sûre que ça ne te dérange pas vu que tu es encore en pleins travaux ?

    Je bois une longue gorgée d'eau fraîche qui fait du bien et me change un peu de l'alcool ingéré. Je le rend à Rose et attrape Hedwige qui était en train de tourner autour de moi, voulant se blottir. La chouette vient se poser contre mon ventre, cachant son visage contre ma peau, ce qui l'a rend particulièrement adorable. Je glisse une main contre ses plumes, la caressant du bout des doigts tout en continuant de discuter avec Rose.

    - Tu dois en connaître du pays ! Et t'as une région préférée du coup ? Je souris lorsqu'elle parle de sa maison, imaginant tout à fait à quoi elle doit ressembler. C'est une sacrée aventure d'avoir sa maison, mais c'est tellement chouette...

    J'espère avoir cette chance moi aussi, mais seulement si j'arrive à faire décoller le dex et que je gagne assez ma vie pour pouvoir suivre les tarifs assez onéreux de la région. Même si je viens tout juste d'arriver, je ne me vois plus aller ailleurs, j'adore ce que je suis en train de découvrir dans cette région...

    - Le pont du Hameau ! Je l'ai déjà vu, c'est un sacré coin ouais. Et moi j'habitais à Méanville et je suis née à Volucité, autant dire que je n'ai pas beaucoup voyagé avant d'arriver ici.

    Mon regard est détourné par deux silhouettes qui viennent de jaillir devant nous en levant un nuage de sable ; les deux félins qui sont de nouveau en train de jouer. Je rigole et me cache les yeux avec mon bras, n'ayant pas très envie d'en avoir plein les yeux. Une fois passé, je regarde de nouveau les deux pokémons et plus précisément celui de Rose, que je détaille de mon regard scientifique, prenant des notes dans ma tête.

    - Ton Flamiaou est vraiment adorable. Ça ne te gêne pas que je prenne des notes en l'observant ? Je veux étudier tous les pokémons de Alola et les Flamiaou sont rares ici.

    * Utilisation de jumelles jetables sur Flamiaou. Je vais pouvoir le décrire pour mon dex, merci <3



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 118

Dim 23 Avr - 10:33
Elle me faisait rire je repensais à sa phrase en plein travaux. Ce n’était rien de le dire, c’était juste la bataille navale dans le salon. Oui, rien que le salon. Le lit était déjà installé, par chance la salle de bain était restée, tout comme la cuisine. Le canapé avait été vendu en une seule pièce et je n’avais pas grand-chose en vaisselle. Du coup peut de meuble. Mais il y avait celui de la télévision, la table basse, les chaises de salle à manger. La commode de la chambre, celle de la salle de bain et puis la balancelle à mettre sur le perron pour gentiment se balancer le soir un verre à la main, regardant l’horizon marin en réfléchissant au lendemain. Alors y’avais surtout beaucoup de cartons partout. Je regrettais même de ne pas avoir accepté l’invitation du livreur. Le plus jeune des deux, qui en me posant les cartons avait affirmé que j’avais beaucoup de meubles à monter. Qui avait fini sur mon bas de porte son verre de soda, pendant que son ami attendait au volant du camion. Et qui avec un clin d’œil et un sourire charmeur. Avait proposé de venir le soir même m’aider. Ce qui avec le ton donné, promettait une belle nuit dans mon lit. Ce que j’avais refusé gentiment en lui indiquant qu’il serait une bonne aide pour mon petit ami ; Il était parti de mon perron rouge écarlate, ignorant mon mensonge. J’aurais du accepter ! Au moins la maison serait OK pour inviter des gens.

« Oui, ça fait surtout drôle de se dire qu’on s’installe pour une vie entière ! Et bien c’est ici qu’on venait le plus souvent en vacances, alors j’adore cette région, peut-être un peu moins avec le temps si trop de monde s’installe. Je ne sais pas vraiment. Je suis incapable de dire si je préfère le calme de la campagne où la vie en pleine ville. »

C’était totalement faux ! Je savais plus que tout que j’avais besoin d’un endroit bien à moi, tranquille, hors de la ville. Mon ancien métier m’avait apprit à mentir, si bien qu’un détecteur de mensonges ne savait me faire pâlir. Elle était native de Volucité, puis avait habité à Méanville. Qui étaient donc séparées par la route 4. Je l’avais connue désertique et sableuse, de ce qu’on disait c’était une route potable aujourd’hui avec des bâtiments. Encore un espace naturel prit par l’homme.

« Je me souviens de cette route remplie de sable, on était tombé limite dans une tempête, heureusement que les autorités étaient venus nous chercher. On ne devait pas être les seuls ni les premiers à se faire avoir. »

Sa chouette est trop mignonne, comme un bébé qui a besoin de sa maman, elle parait si douce, je ne cesse de la regarder, sa couleur est apaisante, appel à la douceur. Je m’aperçois alors qu’elle pourrait mal interpréter mon regard. Pourrait croire que je suis en train de la regarder, alors je regarde de nouveau au loin. Puis m’aperçois que du sable se dirige sur nous, je tourne la tête. Nos deux matous sont encore en train de jouer, temps mieux. J’étais contente de voir Angel ainsi. C’était si rare. La question de Juliette nous fait sortir du silence.

« Non vas-y, fait toi plaisir, elle n’est pas méchante, très sociable. Enfin pour une femelle. Tu dois le savoir toi, ils sont tous différents, où ils ont des points communs lorsqu’ils sont de la même espèce et du même sexe ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 618

Lun 5 Juin - 16:13
    - J'espère aussi que je m'installe ici pour la vie... Je n'ai pas envie de déménager à nouveau et je suis vraiment charmée par cette région. Je souris lorsque Rose parle de la région, hochant la tête, approuvant. C'est vrai qu'il y a du monde qui vient s'installer, mais bon ce serait hypocrite de s'en plaindre alors qu'on a fait pareil. Après il y a aussi énormément de touristes, ils ne vont pas rester...

    Par contre, c'est quasiment certain que les habitants natifs des îles d'Alola risquent de voir les paysages changés ; certains terrains vont être vendus aux plus offrants, des résidences secondaires vont être construites dans les plus beaux coins de nature et les touristes friqués viendront donc régulièrement se ressourcer ici, sans se préoccuper du bien être des habitants et des pokémons. C'est malheureux à dire, mais ils ne pourront rien faire contre cela, si ce n'est limiter les dégâts en croyant des espaces naturels protégés pour éviter d'y voir fleurir les maisons... Après, les îles ne sont pas si grandes et je ne pense pas que la population va réellement explosée, il n'y aurait pas de quoi héberger tous ceux qui le souhaitent, et ils ont déjà commencé à faire des via pour limiter le nombre d'entrées. J'ai eu de la chance d'avoir ma société qui s'est occupé de tout pour que je puisse emménager à leur nom, sinon je n'aurais peut-être pas pu migrer ici.

    La dernière réflexion de Rose fait écho à mes propres interrogations : appartement en ville ou maison en campagne ? Pour mon travail, ce serait plus simple que je vive aussi en ville, près de mon studio de travail, mais en vérité un scientifique passe aussi une grande partie de son temps en extérieur, à étudier les pokémons sur le terrain... C'est un sacré dilemme, c'est vrai, même si je sens que je ne vais pas avoir le choix avec les tarifs pratiqués ici. Je sors de mes pensées pour parler d'autre chose : ma ville natale. Rose semble bien connaître les environs puisqu'elle fait aussitôt le parallèle avec la route qui sépare les deux villes, qui traverse un désert.

    - Je confirme, la route est toujours aussi dangereuse. Je me suis déjà retrouvée prise au piège d'une tempête de sable, mais bon, on était parti avec mon partenaire de l'époque pour explorer des ruines, à l'intérieur du désert...

    Les jeux énergiques des deux félins attire notre attention. J'observe le Flamiaou avec attention, intriguée par ce pokémon qui, il me semble, est très rare. C'est ainsi que je me retrouve à parler de mon métier à Rose tout en attrapant mon sac pour en sortir un calepin ; comme prévu, la jeune femme accepte. Cependant, je décide de me rhabiller avant de commencer, me sentant bien trop nue sans vêtements, déjà gênée à l'idée que Rose ait pu voir les cicatrices diverses qui ravagent mon corps... Heureusement, si elle les a vu, elle n'a rien dit. Je m'installe donc un peu mieux, mon carnet sur mes genoux, notant d'abord le nom de l'espèce en haut de la page : il faut bien commencer quelque part.

    - Mmh... J'aurais tendance à te répondre que non, mais j'ai bien des exemples pour me contredire moi-même. Certaines espèces de pokémons ont des comportements très particuliers, qu'on va retrouver chez pratiquement tous les membres de cette espèce. Pour d'autres, on peut faire des généralités, mais il n'y aura jamais rien de sûr à 100 % ; il faut savoir qu'il n'y a pas que l'espèce ou le sexe qui détermine un caractère, il y a aussi l'environnement du pokémon pendant sa croissance, c'est à cette période précise que tout peut se jouer.

    Je profite d'un moment où les chats sont plus calmes pour tenter un petit croquis ; rien de bien précis, je suis loin d'être une artiste, mais j'essaie de représenter au mieux les traits de son visage. Je souris lorsque les deux repartent en quelques secondes pour jouer ailleurs ; ça risque d'être compliqué cette étude.

    - Tiens, j'ai un exemple : ça concerne les pokémons canidés. On a remarqué un trait de caractère qui revenait très souvent : les mâles sont d'une nature plus collante et soumise vis à vis de leur dresseur alors que les femelles ont tendance à être plus dominante et moins câline. Evidemment c'est juste une généralité, il y a autant de pokémons que de caractères différents...



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 118

Lun 17 Juil - 16:19
Je la comprenais, il y avait de quoi être charmé ici. Rien que cette plage, il n’y avait rien de plus beau. L’océan à perte de vu, pas un seul cri, bruit, perturbation d’autrui. Le coin était ensoleillé et non pollué, digne d’un rêve. Si elle avait été l’autre moitié de ma vie, on serait en train de passer un moment romantique et sensuel sans aucun doute. L’endroit été trop propice à ce genre de chose pour un couple. Je m’imaginais avec David, passant ce moment magique, sans personne d’autre, puis revenais à la réalité en regardant au loin pendant qu’elle prenait des notes et croquis sur Angel. Sa croissance, son plus jeune âge pouvait donc déterminer la pensée et les actions futurs d’un Pokémon. Les deux starters de mes filles avaient connus des débuts joueurs, rempli de câlin et d’amour. Mais aussi un moment d’horreur intense, cette haine que j’avais en moi, l’avaient-elles elles aussi ? Le Rocabot et le Flamiaou passaient leur temps à mes côtés dès que j’étais dans la maison. Que je sois sobre où non, calme où pétant un plomb. Elles restaient toujours l’un près de l’autre, me regardant, de leurs grands yeux, sans jamais bouger. Comment savoir ce qu’elles pensaient ?

Là, je voyais une face caché de mon Flamiaou, elle jouait, c’était une chose qu’elle ne faisait pas à la maison, avait-elle besoin de sortir, de connaitre d’autres personnes ? De vivre autrement qu’enfermé dans la maison ? Je la voyais resplendissante, sautant dans tous les sens avant de partir tout courant loin de nous. Laissant Juliette et son croquis inachevé. Je sortais mon téléphone, le déverrouillais et le lui donnais. Il n’y avait rien d’autres que des Photos de mes Pokémons, de toute façon, je n’avais rien d’autre de ma vie antérieure. Si ce n’est que quelques photos récupérés chez mes parents avec effraction. Ce qui était bien dommage. Je lui précise alors.

« Tiens, tu peux prendre mes photos si tu veux améliorer ton œuvre plus tard, envoi les toi et comme ça tu peux supprimer ton message si tu ne veux pas que j’ai ton numéro. Où tu peux rentrer ton numéro dans mes contacts, on pourrait continuer de se parler comme ça. Comme on est toutes les deux nouvelles ça pourrait nous faire du bien ! »

Elle saisit mon téléphone puis continuer sa discussion sur le comportement, plus précisément des Canidés. De là, je retrouvais totalement mon Arcanin. Je l’avais eu avant la naissance des filles, un petit Caninos trop chou et super câlin, mais juste avec moi. Ce n’était pas qu’il n’aimait pas David, mais il aimait largement être avec moi, plutôt qu’avec mon époux. Alors je lui donnais raison sur sa façon de voir la chose, mais n’en disais pas un mot. Parler de mon Arcanin me ferait certainement pleurer et je ne pouvais pas le faire devant elle. Ca serait me découvrir et je n’en avais pas envie. Je ne voulais le faire avec personne, nul ne devait connaître mon autre vie. Car en cas de soucis, ils seraient en danger.

« Oui c’est identique aux êtres humains, on peut-être élevé de la même façon, on a tous nos caractères ! Et on peut aussi en changer. »

Je regardais de nouveau au loin, la laissant réfléchir à cela, elle avait de belles cicatrices qui devaient être dû à son passé, tout comme moi. Mais les miennes n’étaient plus visibles. Je buvais une nouvelle gorgée de rhum, lui passant la bouteille, déjà bien amochée.

« Du coup pas de petit ami toi non plus ? » Je prenais une pause en attendant sa réponse, mais l’alcool et le soleil commençait à me rendre un peu plus pipelette « Où il compte te rejoindre plus tard ? Chez moi calme plat, j’ai pas tenté le coup avec un homme sérieusement depuis au moins six mois » Je ne mentais pas, mon accident daté de ce temps là, mais il fallait dire pourquoi « trop déçu des précédent et puis, je me dis qu’il faut profiter maintenant de faire ce qu’on a envie, avant d’être retenu ! Tu sais pas si y’a un bar où un endroit où l’on peut danser, boire et rencontrer des gens dans le coin ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 618

Sam 5 Aoû - 0:06
    Alors que je suis en train de faire quelques croquis flous pour garder en tête la forme générale de son corps ainsi que les quelques postures dynamiques qu'il peut prendre, Rose me tend son téléphone et je relève la tête, un sourcil haussé, ne comprenant pas ce qu'il vient de se passer. C'est lorsqu'elle m'explique le fond de sa pensée que je prend l'appareil en hochant la tête, lui souriant doucement.

    - C'est pas bête, tu as raison. Je te mets mon numéro dans ton répertoire, on pourra garder contact comme ça et se faire des sorties !

    Je ne pensais pas avoir la chance de me faire une amie féminine aussi rapidement une fois sur l'île, n'ayant sympathisé qu'avec des hommes jusqu'à maintenant, et cela me fait rudement plaisir. Je pianote donc sur le téléphone et j'entre mon numéro de téléphone portable à mon prénom, avant de faire le transfert de photos en m'en envoyant quelques unes par mms ; pas besoin de tout prendre, je sélectionne celles qui pourraient être intéressantes au niveau de l'angle de prise et je me les envoient une par une. Au passage, cela me permet d'avoir le numéro de Rose et je sors mon téléphone une fois l'opération terminée pour rajouter son numéro dans mon répertoire, un sourire aux lèvres à l'idée de pouvoir faire d'autres sorties à l'avenir. Rose pourra peut-être me montrer des coins sympas de la région, qui sait si je n'y rencontrerais pas des pokémons rares ?

    En attendant, nous continuons de discuter pokémon et je lui explique un peu ce que j'ai pu observer sur certaines familles spécifiques pour essayer de répondre à sa question au mieux. Nous continuons donc de discuter à ce sujet et je hoche la tête en écoutant sa réponse, un léger sourire aux lèvres.

    - Oui, on peut tous changer, les événements qui se produisent au cours de notre vie sont déterminants... Dans le bon ou dans le mauvais sens.

    Je ne peux m'empêcher de penser à Hypolitte ; même s'il ne m'en a jamais parlé, je sais qu'il est devenu le mercenaire caché derrière une solide carapace suite à un traumatisme de son adolescence dont il ne s'est jamais complètement remis. J'espère un jour pouvoir mieux le comprendre, mais je crois que mes dernières chances se sont envolées lorsque j'ai quitté son manoir pour venir ici. Je sors de mes pensées en réceptionnant le rhum et j'en bois une petite gorgée, pour éviter de trop en prendre d'un coup ; l'alcool est fort, je ne veux pas me faire avoir. J'aurais l'air fine à pédaler en étant saoul tiens...

    Je relève la tête lorsqu'elle me pose une question qui n'a plus rien à voir avec les pokémons. Je prends quelques secondes avant de répondre, hésitante sur les mots à employer.

    - Eh bien... Au sens propre du terme non, mais... Il y a bien quelqu'un. Il me plaît et nous avons flirté, mais on ne sort pas ensemble, on se connaît à peine...

    Est-ce que les choses vont évoluer ? Je ne préfère pas trop me projeter dans le futur par peur d'être terriblement déçue, mais je ne peux pas m'empêcher d'y penser, surtout lorsqu'on me pose une telle question. Heureusement, Rose me donne de quoi penser à autre chose et je saute dans cette occasion, me redressant en la regardant.

    - Ça te dirait de faire un tour en ville ? On pourrait tâter un peu le terrain, faire quelques boutiques... Et voir ou tu pourrais trouver ce genre de bar !

    Je me redresse en m'étirant, sentant que Rose a l'air partante pour une telle épopée. Après tout il n'est pas encore très tard et nous ne sommes pas si loin de la ville, bien que cette zone paradisiaque semble être loin de tout...



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 118

Mer 30 Aoû - 12:58
Le bon où le mauvais, elle ne pensait pas si bien dire. Nul ne pouvait savoir le mal qu’il y avait en moi. Moi la prof de sport sympathique et souriante, amusante et généreuse. Non, nul ne pouvait savoir qu’à l’intérieur se présentait une bête qui avait soif de sang. Soif de vengeance. Prête à démolir tout sur mon passage pour retrouver l’homme qui m’a tout prit ! Qui pouvait savoir qui j’étais réellement, mon visage avait changé, on ne voyait plus les cicatrices de mon corps grâce à la chirurgie. Personne ne pouvait me reconnaitre et c’était bien. Car avec mon savoir et mes compétences, je serais indestructible ! Et je pourrais venger leurs mémoires, leurs âmes. Elle me sort alors de mes pensées les plus obscures et les plus présentes dans ma tête.

Elle répond à son célibat. Elle ne sait pas vraiment dire s’il est important où pas ! Elle sait juste qu’elle est bien avec lui. Comme je la comprends, ce sentiment d’être bien avec quelqu’un sans toute fois l’aimer. C’est ce que je pensais faire au départ avec Matthew, simplement profiter des moments avec lui. A la base c’était devenu une obligation, mais à la fin, j’appréciais réellement d’être avec cet homme. Presque même plus qu’avec mon mari. La bague au doigt était la chose qui me retenait à ma vie réelle et mes filles plus que tout, s’il n’y avait pas eut ça. J’aurais prévenu Matthew de ma vrai identité et je me serais sauver loin, très loin de tout cela avec lui. Aujourd’hui, une seule seconde avec cet homme ferait couler du sang. Il était passé de personne charmant à numéro deux de ma liste. Mais la route était longue jusqu’à lui. Très longue.

Une proposition me sort encore une fois de mes idées macabres. « Oui, ça serait bien, je ne connais rien, et j’aime pas trop trainer seule ! Allons-y ! Angel !! » Je m’étais levée d’un coup, mon Flamiaou revenant vers moi au triple galop. Obéissant, très obéissant. Je rangeais mon sac, enfournant ma serviette et la bouteille dedans. Toutes mes affaires sous le bras, j’attends Juliette, l’aidant à se relever. Direction la maison, elle était juste en face. J’ouvrais la porte et l’invitais à entrer. « Fais comme chez toi ! Perso je vais prendre une douche pour retirer le sable et me changer. Je te cède la place après si tu veux ! Je ne serais pas longue » Je dis bonjour à mes différents compagnons, rajoutant de l’eau dans la grande gamelle et replaçant des boulettes au dessus de celle qui reste, ne sachant pas à quel heure je rentre. Je saisi une bouteille d’eau bien fraiche et chope un verre pour me servir et le boire direct cul sec. Ensuite direction ma salle de bain. « Sers toi, y’a pas mal de boisson au frigo, les verres sont au dessus de l’évier, je reviens » !

Je pars dans la salle de bain, ôte très vite mes vêtements, puis me douche rapidement, pour retirer le sable. Ensuite, un léger coup de savon, un rinçage. Un coup de serviette partout, une pour les cheveux que je frotte dans tous les sens et après mettre enroulé dans la serviette je sors pour céder éventuellement la place. « Suivante ! y’a le gel douche, les serviettes sont sous le meuble du lavabo, parfum et déo dans la colonne » je rentre dans ma chambre pour m’habiller et sécher mes cheveux à l’aide du sèche cheveux prit dans la salle de bain avant de la quitter. J’enfile une robe assez courte et flottante, qui respire le beau temps, dans les tons gris avec de petites fleurs noires. Je retourne dans la cuisine, expliquant que je pars faire un tour et qu’ils doivent être sages !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 618

Sam 7 Oct - 15:09
    La question de Rose me laisse songeuse et me rappelle la soirée que j'ai passé il y a quelques jours avec lui ; est-ce que ce qui s'est passé peut prendre de l'importance par la suite ? J'ai agit par instinct, je n'ai pas réfléchi bien longtemps avant de répondre à son baiser... Il me plaît et je lui plais, c’est déjà un bon point de départ pour une relation. Cependant Je ne le connais pas et il m'a l'air d'être un homme occupé ; je ne sais pas quand nous nous reverrons et cette pensée est presque... Triste. Mmh, il ne faut pas que je m'attache aussi vite à un homme que je ne connais pas, je ne veux pas réitérer les mêmes erreurs. Il faut que nous nous revoyons, que je puisse en apprendre plus sur lui, le tester...

    Je sors de mes pensées et propose une sortie en ville à Rose ; je n'ai pas encore eu l'occasion de visiter un peu Ekaeka et ce serait agréable de pouvoir le faire avec quelqu'un d'autre... Avec une amie ? Je n'ai pas eu d'ami depuis bien longtemps, ma vie ne me le permettait pas, et je serais vraiment heureuse si nous pouvions le devenir toutes les deux.

    - Je suis contente que tu acceptes, on va pouvoir s'amuser toutes les deux et faire un peu de tourisme !

    Nous nous redressons pendant que nos pokémons reviennent vers nous en courant, projetant du sable tout autour d'eux. Mia a l'air vraiment heureuse d'avoir pu rencontrer un autre félin, et aussi gentil en plus, et cela me fait sourire. Nous récupérons nos affaires et je rejoins mon vélo, sans grimper dessus, voulant rester à hauteur de Rose. Le moyen de transport remplace donc ma canne, que j'ai laissée attachée à celui-ci pour le moment, et nous quittons cette baie paradisiaque, traversant de nouveau cette grotte pour rejoindre la maison de Rose qui n'est vraiment pas loin d'ici... Quelle chance elle a de pouvoir accéder à un tel coin de paradis depuis chez elle !

    Je suis Rose chez elle et je l'écoute, hochant doucement la tête lorsqu'elle me propose une douche. J'ai laissé le vélo près de sa porte et repris ma canne, qui résonne contre le carrelage. Je reste immobile pendant de longues secondes avant de lui répondre pendant qu'elle donne à boire et à manger à ses pokémons.

    - Je prendrais une douche après oui, merci !

    Je me sers un verre d'eau et j'observe avec le sourire les pokémons qui vivent dans la maison. Rose m'appelle rapidement et je vais dans la salle de bain, la remerciant avant de m'y enfermer. J'y prends une douche rapide, juste le temps de nettoyer tout ce sable et de me sentir un peu plus proche, puis je me sèche rapidement et je me rhabille, attrapant ma canne avant de sortir de la salle de bain. Je rejoins Rose dans son salon.

    - C'est bon, je suis prête ! Rose s'est changée après s'être lavée, enfilant une petite robe estivale qui va bien à la région et à son climat. De mon côté, je porte toujours mes vêtements bien plus simples, n'ayant pas encore pris le temps de déballer mes affaires... Seule ma lingerie est toujours des plus fine. On y va à pied ou tu as un moyen de locomotion ? On est un peu loin de la ville l'air de rien...

    J'ai toujours le vélo que j'ai loué en ville, mais on ne tiendra pas à deux. Marcher ne me dérange pas en réalité mais ma hanche est généralement moins de cet avis et je vais éviter les longues marches à peine arrivée sur l'île si je peux l'éviter...



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 118

Dim 8 Oct - 11:05
Il me manque le maquillage, j’aime juste avoir de beaux yeux quand je sors. Mais il est dans la salle de bain et on n’est pas assez proche pour se la partager. Je dois attendre, du coup, je prends place dans le salon. Ca va me faire du bien de sortir, ça fait tellement longtemps. J’entends alors un c’est bon je suis prête. Forcément, elle n’a pas de vêtement de rechange, du coup ce n’est pas terrible. Elle me pose la question du moyen de transport. Moi j’y serais allé à pied, ça fait du bien de marcher. Mais elle, elle avait sa canne, ça risquait d’être long. Chaque chose en son temps, d’abord, il fallait encore s’occuper de nous ! « Bon attends Juliette, on est des bombes, faut sortir en tant que tel ! Suis-moi ! » Je la saisissais par la main l’amenant dans ma chambre. Armoire ouverte, je cherchais ce qui lui irait. Elle était blonde, on devait faire la même taille, j’avais juste un peu plus d’atout qu’elle au niveau de la poitrine, mais pas grave, cette robe devrait lui aller. « Faut être magnifique pour attirer tous les regards ». Et envoyer cher tous les mecs qui viendraient nous voir et qu’on n’a pas forcément envie de suivre. « Celle-ci te rendra superbe ! » Je lui montrais une robe rouge, assez sexy, qui lui irait à ravir, je ne savais pas si elle serait fan, alors je la lui vendais. « Avec tes superbe cheveux blond tu seras plus que magnifique là dedans ! Une vraie femme fatale ! Mais si elle te plait pas, regarde ce qui peut te convenir, je dois avoir une dizaine de robe fraiche ! Mets celle que tu veux ! Tu me la rendras plus tard, je sais où tu squattes façon ! » Je posais la robe sur le lit et souriait tout en sortant de la chambre pour la laisser se changer. Je prenais donc possession à nouveau de la salle de bain.

J’aimais mettre mes yeux en valeurs. Je jouais donc avec différentes teintes de gris du clair au foncé. Un trait noir au dessus des cils, et en dessous. Un mascara noir, le tour était joué. Rouge à lèvres clair rosé. Parfait. Une touche de parfum et hop, je me sentais plus belle. Plus désireuse. Mon but ce soir m’amuser. Elle ressortait de la chambre plus femme qu’avant. « Elle te va bien, tu es sublimes ! Maquillage ? Tout est ici, fait comme tu veux et le parfum est là ! Si tu as besoin d’un coup de rasage, il y en a des neuf là, voilà, je te laisse tranquille ! » Je faisais un dernier tour pour voir si tout le monde avait ce qui lui fallait avant de partir. Et de nouveau j’attendais Juliette. En la voyant sortir de là, je voyais une nouvelle femme, elle était magnifique, même ses cicatrices passaient inaperçu tellement elle était belle. « Tu es somptueuses, je suis limite jalouse, les hommes vont plus te regarder que moi ! Aller on y va ! » Je prenais les clefs de ma voiture, mon sac à main assez gros noir, passais la clef de la porte de l’autre coté, profitais pour mettre le vélo de Juliette dans la maison, évitant un vol non désiré. Et laissais ma copine sortir de la maison avec sa béquille. « Soyez sages, on rentre ce soir, si problème, le bouton est dans la cuisine Angel ! » Le bouton ? J’expliquais à Juliette que j’avais un dispositif de en cas de problème. Ils avaient simplement à appuyer sur un bouton pour que mon téléphone sonne et que je sache immédiatement que je devais rentrer.

Avec un bouton situé sur mes clefs, j’ouvrais la porte du garage, proposant à mon ami de prendre place dans ma voiture. Une jeep rouge décapotable, ici très utile, la hauteur ne lui donnerais pas de mal à monter dans la voiture. Je lui montrais au passage la moto. Confortable, custom, gris et noire, un velours de bécane. « J’aurais bien pris ma moto, mais avec nos robes c’est juste pas possible, la prochaine fois peut-être ! » On prenait place dans la voiture, qui était propre comparé à ce que j’avais connu quand j’avais mes filles. Direction la ville. Une fois installait, je démarrais celle-ci puis une fois dans l’allée, refermais la porte de garage, direction la ville. Après dix bonne minutes, je m’apercevais qu’à pied, ça aurait fait un peu long, d’habitude je fais ça en courant mais là, à pied, effectivement, j’aurais peut-être mis plus d’une demi heure. J’écoutais alors mon amie me dirigeais et trouvais une place dans le centre. Il n’y avait rien à voler dans la voiture, je la laissais donc comme ça, puis suivais Juliette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 2) Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Sur la plage abandonnée...
» Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés [PV Eryn]
» " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés " pv [Awena / Dragnir]
» Sur une plage presque abandonné
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Alola - 7E G E N :: Ekaeka :: Baie de Kala'e-