AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
» Sur la plage abandonnée ...


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 118

Mer 8 Mar 2017 - 10:37
Dimanche, rien de pire qu'un Dimanche. La salle de sport était fermée. Je passais mon Samedi soir seule. A boire, comme les autres jours d'ailleurs. Mais plus ces soirs là. Je ne pouvais pas passer mon Dimanche a boire toute la journée. Ca devait rester secret. Personne ne devait connaitre mon malaise. Personne. Cela faisait une semaine que je venais d'arriver. Meubles neufs, pas de photos sur les murs, encore beaucoup de cartons, non débalés. La seule pièce qui était parfaite, c'était mon sous sol. Une partie de mon sous-sol, dont l'entrée était cachée dans le fond d'une armoire, comme dans Narnia. Mes filles adoraient Narnia, c'était un clin d'oeil, rien que pour elles. Dans cette pièce, je venais chaques soirs. Me souler, pleurer, ressasser le passé par des vidéos. Ici des dizaines de photos de ma famille. C'était la seule pièce où je pouvais être moi : Annabelle Stark. Bref, en sortant de ma chambre, je voyais tous ces cartons qui attendaient. En une semaine, ils n'avaient pas bouger, il fallait faire quelques choses. Donner vie à cette maison pour être crédible. Je sortais tout, recherchant d'abord les rideaux. Y'a rien de pire qu'un voisin qui regarde par les vitres. J'ai analysé mon entourage. Un couple de vieux en face, une jeune femme blonde et son mari brun à côté, rien de l'autre, rien que la route. Deux voisins c'étaient déjà trop. Mais pas le choix, c'est l'une des villes les moins peuplée de ces îles.

Les retraités avaient toujours vécu ici, c'étaient des gens bien, ayant eux deux enfants et sept petits enfants. L'autre à côté venait d'arriver y'a un an avec son mari. Elle ne travail pas, lui il est vendeur au centre commercial. Bref. Après la mise en place de rideau, le canapé monté, tout comme le meuble de télévision, je devais faire une pause. Il faisait beau, ce qui était pratiquement toujours le cas ici! Pourquoi pas aller à la plage. Le sable chaud, de l'eau douce, il fallait que je me change les idées. Changeant de vêtement, j'enfilais un bikini qui forcément rendait mon corps magnifique. Les cheveux en chignon, la serviette dans le sac, comme la crème solaire, une bouteille d'eau, de rhum arrangé aussi, un bouquin, les lunettes de soleil sur la tête, juste pour craner. Un petit parasol, une touche de parfum, un léger gloss, mascara noir waterproof. Allons-y. La majorité des Pokémons étaient dans le jardin et allaient y rester. Seul Angel venait avec moi, le chat voulait profiter du soleil et du bruit apaisant des vagues. Contrairement à Lilly mon Rocabot.

Forcément en arrivant à la plage, le monde était déjà là. Mince alors, pour le côté tranquille c'était mort. De plus, il y avait des enfants, je n'étais pas prête. Demi tour, direction la maison. Mais mon Flamiaou n'en avait pas décidé ainsi, courant dans une grotte. Bien que je lui interdisais et lui demandais de revenir, il n'en faisait qu'à sa tête. Obligeais de le suivre pour ne pas le perdre, il finit par nous faire arriver à une petite plage, à l'autre bout. Désertique. Super! Il méritait amplement sa caresse. La serviette au sol, le parasol simplement pour la tête, le sac en dessous. Je m'octroyais un verre de rhum pour cette merveilleuse matinée où j'en avais bien chié à monter ces meubles.

"A ta santé Rose ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 618

Jeu 9 Mar 2017 - 9:22
    Cela fait maintenant quatre jours que j'ai posé le pied sur l'île de Mele-Mele et je ne le regrette pas, loin de là. Sans surprises, je n'ai pas encore récupéré mon local mais il faut bien avouer que j'ai eu énormément de chances de tomber sur Mr Finley à la mairie de Puhi, il a pris mon cas au sérieux et il m'a aidé dans mes démarches ; il ne me reste plus qu'à attendre pour pouvoir m'y installer. J'ai en effet abandonné l'idée de trouver un logement libre avant la fin du mois, je sais que je vais devoir dormir dans le local en attendant de tomber sur un appartement avec un loyer modéré (ce qui semble relever du miracle depuis l'ouverture des frontières de la région d'Alola) mais, au fond, cela ne me gêne pas de manquer de confort pour quelques temps. J'ai l'impression de me lancer dans l'aventure la tête la première, un peu comme tous ces jeunes qui décident de partir en voyage initiatique avec leurs pokémons... Je n'ai jamais connu cette sensation auparavant, mais je suis certaine qu'elle doit être similaire.

    Commençant à me familiariser avec la ville, j'ai décidé de louer un vélo pour la journée afin de partir un peu en exploration un peu plus au Nord, osant enfin sortir des sentiers battus afin de découvrir un peu ce que l'île de Mele Mele a à m'offrir. J'ai donc décidé de partir vers le Nord, accompagnée de Mia et de Hedwige, la petite chouette que le professeur Euphorbe m'a offert en guise de cadeau de bienvenue. Perchée sur mon épaule, elle reste le plus souvent blottie contre mon cou, comme elle le ferait si elle était avec l'un de ses congénères. Les strigidés - bien qu'ici, on parle d'une effraie et sa famille est encore différente - ne sont pas ma spécialité, mais je me suis renseignée après l'avoir reçue afin de connaître un peu mieux les habitudes de cette petite protégée, comptant bien écrire sur elle afin qu'elle soit le tout premier pokémon de Alola que j'aurais décris pour mes abonnés.

    Pour l'heure, je ne cherche pas forcément à capturer des pokémons : il s'agit plutôt d'un trajet de reconnaissance. Je pédale gaiement, les cheveux au vent, savourant cette sensation de vitesse et profitant de ne pas avoir à me servir de ma canne pour avancer, bien qu'elle soit accrochée sur le côté du vélo.

    Nous finissons par rejoindre la mer et j'emprunte une piste cyclable, ne comptant pas m'arrêter alors qu'il y a tant de monde qui bronze déjà. Je continue donc ma route, dévie, me perd un peu et fini par traverser une grotte, toujours à vélo, en profitant pour repérer un peu l'endroit : généralement on y trouve de nombreux pokémons introuvables ailleurs... Pédalant sans faire attention, j'aperçois de la lumière et, curieuse, je la suis... Déboulant sur une petite crique sauvage et visiblement complètement vide.

    Obnubilée par la vision de la mer, il me faut de longues secondes pour me rendre compte qu'une autre femme est présente, assise sur une serviette de plage, un verre à la main. Je m'avance pour qu'elle me remarque, ne voulant pas lui faire peur.

    - Bonjour ! Je pose mon vélo contre la roche et prend ma canne, ce que je regrette bien vite en constatant qu'elle s'enfonce dans le sable. Je ne vous dérange pas ? Je me baladais sur l'île et j'ai fini par débouler ici... Cet endroit est vraiment sublime !

    Sur mon épaule, je sens Hedwige se blottir encore plus contre mon cou, y cachant son visage. Est-ce la femme qui l'intimide, ou la présence de ce chat ? D'ailleurs, ma Miaouss est déjà en train de s'approcher de l'inconnue, à pas feutrée, ne quittant pas le félin du regard.



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 118

Ven 10 Mar 2017 - 13:13
Ca faisait du bien, le soleil, un petit vent léger, une plage abandonnée et un verre bien frais. Rien de mieux. Cependant, mon Flamiaou se réveillait de sa sieste, regardant vers la grotte. Un Pokémon ? Qu’avait-il entendu ? Bon façon un Pokémon qui vit dans une grotte ne va certainement pas aller en plein soleil et encore moins dans l’eau. J’étais bonne nageuse, il n’allait pas me rattraper. Et puis mine de rien Angel est fort. Je continuais de regarder la plage, c’était juste magnifique. Une deuxième gorgée. Puis un nouveau bruit, plus prêt de moi à présent. En me retournant légèrement, j’aperçois une jeune femme. Son vélo contre un rocher, elle me dit bonjour, j’y réponds poliment. « Bonjour ! » Elle est très jolie. Blonde, taille moyenne, assez fine, jolie visage, très jolie sourire. La fille banale qui parait extrêmement gentille. Pile comme moi, mise à part que je colorais mes cheveux en rose.
« Je ne vous dérange pas ? Je me baladais sur l'île et j'ai fini par débouler ici... Cet endroit est vraiment sublime !

Oh non du tout, à vrai dire j’ai fais comme vous ! J’ai cherché un endroit calme et je suis tombée ici !
»

Je levais mes fesses en tenant toujours mon verre, puis les frottais pour balayer le sable de celle-ci. M’avançant vers elle, tendant la main pour serrer la sienne. « Rose ! Et voici Angel ! »

Elle avait un Miaouss qui était en train de faire connaissance avec Angel. Mon Flamiaou était totalement amical. Pas une once de méchanceté en lui, un vrai ange. Il reniflait le nez du chat crème. Se demandant certainement pourquoi il n’était pas comme lui ? « Angel est très gentil, il ne fera rien à votre Pokémon, sauf peut-être à celui qui se cache dans vos cheveux. Coucou toi » je regardais l’étrange créature qui s’engouffrait dans la chevelure de la blonde. Souriant. Mais qu’elle cruche, elle voulait certainement avoir la paix et j’étais là en train de lui pourrir sa sortie. Finissant par reculer pour retourner vers ma serviette. « Je vous laisse tranquille, vous avez mieux à faire. Angel, vient ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 618

Ven 10 Mar 2017 - 14:04
    C'est une femme qui semble avoir mon âge, aux cheveux roses et avec un visage fin ; je remarque tout de suite qu'elle s'était posée sur la petite plage en témoignent la serviette et la bouteille a moitié enfoncée dans le sable. Me sentant de trop, je lui demande tout de suite si je ne la dérange pas, comprenant que l'on ait envie d'un temps de repos seul avec cette vie qui va toujours à 200 à l'heure. Elle me rassure rapidement et je souris aussitôt, contente de ne pas dérangée : cela veut dire que je vais pouvoir rester un peu ici. Enfonçant ma canne dans le sable pour m'aider, je me rapproche de quelques pas, non sans admirer le paysage idyllique que nous offre la vue de cette petite crique isolée.

    - Tant mieux ! L'endroit n'a pas l'air très connu en tout cas...

    En effet, c'est plutôt facile à deviner : partout où l'homme passe, des détritus jonchent le sol. Les plages ne sont pas épargnées, loin de là ; alors, à moins que les habitants de cette région ne soient exceptionnellement propres, on peut dire que l'endroit n'est pas connu. En un sens, tant mieux : je pourrais revenir de temps en temps, notamment lorsque j'aurais envie d'étudier les pokémons aquatiques de cette île sans être dérangée. Je vois même un îlot au loin, que je pourrais étudier lorsque je trouverais une monture pokémon.

    La femme s'est levée, tendant la main. Je la serre après avoir calé la canne contre ma hanche, puis la reprend aussitôt.

    - Enchantée Rose ! Moi c'est Juliette, et voici Mia et Hedwige. Je pointe du doigt les deux pokémons, l'un après l'autre.

    La petite chouette tourne timidement la tête, montrant la grande flexibilité de son cou, mais elle reste obstinément collée à mon cou, ne voulant pas s'en décoller. Ce comportement m'amuse, elle a vraiment tout de la jeune chouette timide qui a encore besoin d'une figure maternelle près d'elle. Au sol, par contre, Mia s'est approchée du Flamiaou et lui renifle le museau, sa queue battant lentement l'air. Elle finit par lâcher un miaulement avant de lui donner un coup de patte, griffes rentrées, donnant le signal du jeu.

    - Ca ne m'étonne pas, c'est dans leur instinct de chasser les oiseaux. Mais ça ira, Hedwige ne risque pas de descendre, elle est encore très jeune !

    Je hausse un sourcil lorsque la jeune femme aux cheveux roses reprend la parole et s'éloigne un peu vers sa serviette ; elle doit avoir la même crainte que moi lorsque je suis arrivée. Je décide donc de la rassurer, étant contente de rencontrer quelqu'un.

    - Oh non, au contraire ! Je suis arrivée il y a quelques jours à Alola, je ne connais pas grand monde... Cela ne vous gêne pas si je vous tiens compagnie ? Et nos pokémons pourront jouer comme ça, ils ont l'air de bien s'entendre !

    Mia en tout cas semble tout faire pour cela, sautant dans le sable, roulant sur le dos et courant le ventre à terre pour amuser le Flamiaou.

    - Et puis, il faut profiter d'un tel paysage !



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 118

Sam 11 Mar 2017 - 16:18
Elle se nommé donc Juliette, mais où était donc Roméo ? Oui, elle était pourri cette vanne, je ne la lui ferais pas, surtout qu’elle devait l’entendre à de nombreuses reprises. C’est comme moi lorsque je dis m’appeler Rose. Les gens me répondent souvent. Vous vous colorez les cheveux pour vous souvenir de votre prénom. La bonne blague. Mia était la jolie Miaouss et Hedwige la chouette qui se cachait dans les cheveux. Comme dans Harry Potter, c’est pas croyable, on est tous pareil pour les prénoms de Pokémon. Le nombre de personne qui ont un Némélios Male qui se nomme Simba. Finalement, de peur de déranger, j’étais partie pour me rassoir. La jeune femme m’interpelait alors, en affirmant que je ne l’embêtais pas. Elle confirmait aussi être comme moi. Nouvelle, sans attache, sans amie, personne. Ah et bien au moins, on avait des points en commun. Je m’interrogeais, les reste de l’ancien métier. Elle pouvait-être espionne et avoir retrouvé ma trace. Si elle venait à me tuer ici, il n’y aurait aucune preuve, mon corps serait retrouvé au bout de quelques jours avec un peu de chance. Je restais alors méfiante. Comment m’aurait-il retrouvé si vite ? Je suis techniquement décédé, mon identité est créé de toute part par mes anciens compagnons : Impossible. Je ne devais pas me méfier ainsi de tout le monde.

« Et bien venez vous asseoir là-bas on partagera la serviette, vous serez mieux assise ! »

Je plaçais la serviette dans l’autre sens, afin qu’elle puisse poser ses fesse ailleurs que dans le sable. Le parasol ne servait plus à rien du fait que je n’étais pas allongé et dans un autre sens, il serait trop petit pour nous deux. Tant pis, va pour un petit bronzage, mais pas une insolation. Puis prenais place. Je lui tendais alors mon verre en lui précisant.

« Rhum maison, si vous n’avez pas peur de boire dans le même verre que moi, je partage ! »

Au loin, les deux chats étaient en train de jouer, se sautant dessus, roulant dans le sable, partant à toute vitesse puis se stoppant net. Faisant le gros dos. Bondissant encore et encore. Sur, Angel était heureuse, cela faisait bien longtemps que je ne l’avais plus vu jouer ainsi. Ca lui faisait du bien, temps mieux. Il n’y avait rien de plus beau que ce que nous avions devant les yeux, la mer à perte de vue. Rien à l’horizon. On entendait au loin le cri des enfants sur l’autre plage, mais aucune visu. Le cri des Goélise parfois. On était bien. Je voulais en apprendre plus sur cette Juliette.

« Je viens d’emménager ici, non loin de la grotte, ça ne fait d’une semaine, mais j’adore ! C’est un endroit merveilleux ! Et toi ? Euh vous pardon ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 618

Dim 12 Mar 2017 - 9:12
    Je me perds un instant dans la contemplation des deux pokémons qui jouent dans le sable, un sourire aux lèvres, contente de voir Mia aussi détendue après tout ce qu'elle vécue. Dire que l'année dernière, elle avait une patte fracturée et qu'elle n'arrivait quasiment plus à marcher ; sans Hypolitte qui l'a pris lui même en charge pour qu'elle soit soignée au centre pokémon, je ne sais pas comment elle serait. C'est déjà bien suffisant que je passe pour estropiée avec ma canne, inutile de l'être tous les deux.

    Sentant que Rose pense qu'elle me dérange, je réagis au quart de tour et fais preuve d'initiative en lui affirmant qu'elle ne me dérange pas du tout (au fond, cela devrait plutôt être l'inverse non ?) et que je serais ravie de pouvoir faire sa connaissance, si cela ne la dérange pas évidemment. Surtout que nos pokémons n'ont pas attendu pour se mettre à jouer ensemble, galopant dans le sable comme deux chatons ; peut-être que le Flamiaou de Rose est jeune ? En tout cas, Mia semble enfin se comporter comme un jeune chat, la pauvre ayant eu une jeunesse compliquée l'air de rien. Je sors de ma contemplation lorsque Rose me propose de bouger la serviette pour que je puisse m'installer aussi ; serait-ce la fameuse hospitalité des habitants d'Alola dont j'ai tant entendu parler ?

    - Merci beaucoup !

    Je lui offre mon plus beau sourire et m'installe à ses côtés, laissant la canne traîner dans le sable mais posant mon sac sur le bout de la serviette pour éviter les mauvaises surprises. Un verre apparaît alors dans mon champ de vision et je hausse un sourcil avant de sourire de plus belle, toujours aussi étonnée mais ravie par le caractère accueillant de cette femme qui m'est encore inconnue.

    - Wow, vous êtes généreuse ! J'y goûterais avec plaisir !

    Je ne suis pas très alcool habituellement mais je sais apprécier une bonne bouteille, comme l'autre soir lors de cette fameuse soirée avec Charles... Je prends donc le verre en le remerciant de plus belle et prend une gorgée du liquide ; le rhum me réchauffe la gorge, sa saveur fruitée explosant dans mon palais.

    - Il est excellent ! Il est fait dans le coin ?

    Après tout, autant se renseigner quand on goûte à de bonnes choses...

    Tout en regardant les deux félins qui se donnent en spectacle, je glisse un doigt contre le plumage de Hedwige et caresse doucement ses plumes douces, espérant ainsi la détendre un peu. Il est vrai qu'elle n'est pas forcément dans son élément, les Brindibou étant dans la nature des pokémons nocturnes, qui se contentent de dormir en journée... Néanmoins, leurs habitudes changent lorsqu'ils sont imprégnés. Je sors une nouvelle fois de mes pensées, m'étire un peu et me tourne vers Rose qui semble prête à discuter un peu à ma grande joie. Je l'écoute et la rassure d'un sourire.

    - Tu peux me tutoyer, c'est plus sympa ! Entre personnes de même âge, dans un cadre idyllique comme celui-ci, loin des problèmes de la vie de tous les jours... C'est marrant, je suis arrivée il y a 4 jours ! Par contre j'ai déménagé pour raisons professionnelles, du coup je n'ai pas de logement, je crèche au centre pokémon. Tu n'as eu de soucis à trouver ton logement ? Je m'étais renseignée avant de venir mais c'est impressionnant, tous les prix ont doublé depuis l'ouverture des frontières ! Enfin j'peux les comprendre, ils ont eu une arrivée en masse et ont en fait parti...

    Et voilà que je fais déjà ma pipelette !



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 118

Lun 13 Mar 2017 - 5:40
Généreuse, oui, je l’avais toujours été, ce n’était pas ma nouvelle vie qui m’avait donné cette qualité. Où ce défaut selon certains. Mais j’avais tout perdu, alors je préférais tout donner pour que les gens autour de moi soit heureux. Et puis on ne se méfie pas d’une personne que tout le monde aime. C’est une façon d’approcher sa proie et de la dévorer. C’est ce que je faisais à la salle de sport pour approcher ce Ben. Je revenais à nous, elle trouvait le rhum délicieux, me demandant où il était fait. Que n’avait-elle pas compris dans le fait maison. Je souriais, mais ne disais rien. Elle était aussi tête en l’air que ma mère. On finit par se tutoyer, c’était plus simple et tellement plus facile. Tout comme moi, elle venait d’emménager. Pas tout à fait en faite, habitant au centre Pokémon de la ville en attendant de trouver une place. Des problèmes de logement ! C’est donc pour ça qu’on me regarde de travers. J’ai acquis cette maison dès que j’ai repris conscience qu’il fallait que je me venge. J’étais de Kalos et j’ai pris l’endroit où nous allions toujours en vacances, bien avant que la frontière soit ouverte. Je l’ai donc acheté à un prix normal à l’époque. Aujourd’hui, elle vaut le double, peut-être le triple.

« Oui, c’est hallucinant, mais j’ai acheté la mienne y’a six mois, du coup aucun soucis pour moi. Je ne savais pas qu’on pouvait dormir au centre Pokémon, ça doit être monotone non ? Y’a pas trop de bruit ? »

Nos chats s’entendaient bien, ils faisaient les fous à toute allure, se dépassant l’un l’autre. Bondissant sur les rochers. Mais ils ne s’approchaient pas de l’eau, étrange non ? Enfin pas pour le mien, de type feu, il n’allait pas s’y aventurer. Revenant sur ce qu’elle avait dit, je réfléchissais. Pour raison professionnel, que pouvait-elle faire comme métier ? Institutrice ? Entouré d’enfant, des petits, elle avait l’air tellement douce que ça devait bien lui aller. Où alors, avec son physique, stripteaseuse. Ses formes étaient très jolies, une belle blonde, mais ça ne collait pas avec la canne. Du coup je pouvais retirer tout ce qui touchait au sport, à moins qu’il s’agisse d’une blessure sportive justement. Bon autant poser la question.

« Tu fais quoi dans la vie ? Je suis coach en sport ! Si ça peut t’aider pour une remise en forme ! C’est quoi ton problème ? Jambe ? Hanche ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 618

Lun 13 Mar 2017 - 16:40
    Je me rends compte après coup que ma question était stupide lorsque je croise le regard de mon interlocutrice et que je me rends soudain compte qu'elle avait précisé le « maison » ; je ne peux m'empêcher de lâcher un petit rire tout en me disant que je suis sacrément bête quand je m'y mets. Enfin, ça n'a pas l'air de déranger Rose plus que ça, mieux en vaut en rire qu'en pleurer comme on dit. La gêne est donc vite passée de mon côté, oubliant à vrai dire très vite cette histoire tandis que je rend le verre à Rose pour faire tourner, ne quittant pas Mia et Angel du regard, les deux félins étant amusants à regarder. Nous continuons de discuter, passant rapidement au tutoiement qui me semble de mise dans cette situation très détendue...

    C'est ainsi que nous nous mettons à évoquer la récente ouverture des frontières, le prix de l'immobilier sur l'île de Mele Mele ainsi que la raison de ma venue à Alola, à laquelle je répond succinctement.

    - Ah d'accord, t'as eu de la chance de t'y prendre à l'avance du coup ! Je n'ose pas imaginer la différence entre le prix d'achat de sa maison et sa valeur actuelle, mais je n'en parle pas à voix haute, n'aimant pas parler d'argent, que ce soit avec des inconnus ou des amis. Ça peut être bruyant ouais, si tu n'as pas de chance au niveau des voisins. Mais bon, quand tu as une carte de dresseur ou de coordinateur tu peux y dormir gratuit alors je ne vais pas m'en plaindre, je suis contente d'avoir une chambre.

    Je m'arrête là, regardant de nouveau les deux chats qui s'amusent toujours autant, roulant dans le sable, chacun tentant de prendre le dessus sur l'autre par jeu. Pouvoir croiser un congénère jeune et joueur lui change agréablement, elle qui n'a connue que le Persian de Hypolitte, qui n'a jamais voulut jouer avec elle et qui avait même un comportement étrange, certainement calqué sur celui de son maître.

    Je suis de nouveau perdue dans mes pensées, le regard dans le vide, lorsque Rose reprend la parole. Je me réveille aussitôt et tourne la tête vers elle. Ainsi c'est une sportive, une coach plus exactement. J'ai un sourire gêné lorsqu'elle évoque mon handicap, mais je l'efface aussitôt pour qu'elle ne se pose pas de questions.

    - Je suis scientifique ; c'est loin du sport, mais on marche beaucoup. Je regarde un instant la canne, puis Rose. C'est ma hanche, une fracture qui s'est mal rétablie, je ne peux pas y faire grand chose. Et au niveau sport je dois éviter tous les sports un peu intenses, sauf la natation.

    Quelques secondes passent, nous continuons de parler sur ce sujet en particulier, tout en évitant de parler de la réelle raison de mon ancienne fracture, peu reluisante.

    - Et du coup, ton travail se passe comment ? Tu as un local en ville ou tu vois tes clients à l'extérieur ? Je ne m'y connais pas trop dans tout ça, je n'ai jamais fait de sport et j'étais fleuriste avant...



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 118

Jeu 16 Mar 2017 - 5:26
Je l’aurais bien invité à dormir chez moi si on se connaissait un peu mieux, peut être à la fin de cette journée qui sait. De la compagnie me ferait du bien, ça m’éviterais de passer tous mes soirs, planqué dans mon sous sols à regarder des vidéos de ma famille, en pleurant et à vider ma bouteille d’alcool. Oui, c’était ma phase cachée, celle où je nourrissais ma vengeance, la partie ombre caché en moi, bien caché. Qui pourrait croire que la gentille Rose était une arme en réalité. Championne de tir, tueuse au corps à corps. L’information qu’elle venait de me donner était pratique. Je pouvais donc dormir dans tous les centres Pokémons à conditions de montrer ma carte. Super, la gratuité du service assez donc inaperçu. J’avais au moins un point de chute en cas de problème. Je pensais alors à ce Ben, il serait le numéro un de ma liste, comment le faire disparaitre, cette plage serait pas mal. Il n’y avait que peut de monde, personne à vrai dire. En pleine nuit ça devait être désert, faire passer sa mort ici pour un suicide sera facile. Et si on y trouve mes cheveux, j’aurais alors Juliette pour me défendre. Je l’écoutais de nouveau.

« - Je suis scientifique ; c'est loin du sport, mais on marche beaucoup. C'est ma hanche, une fracture qui s'est mal rétablie, je ne peux pas y faire grand chose. Et au niveau sport je dois éviter tous les sports un peu intenses, sauf la natation. »

Scientifique, ça consistait en quoi ? Elle était docteur pour Pokémon ? C’était l’une des personnes gérants les fameux Pokédex ? Mais oui, ces machines étaient gérées par des gens comme elle. Je ne la voyais pas du tout là dedans. Après elle commençait peut-être tout juste. Arrivée alors son problème de hanche, je voyais bien que ça la gênait un peu. Je n’aurais pas dû lui poser la question, c’était indiscret de ma part. Je le voyais à présent, le sentais surtout. J’avalais alors le reste du verre d’un trait. Puis en resservait un bien frais. Lui laissant tenir celui-ci pendant la manipulation dangereuse, mais réalisé avec succès. Si je l’avais mieux connu, je lui aurais demandé de se lever, afin de constaté moi-même le problème. Dans mon ancienne vie, on nous apprenait à remettre en place les différents membres de notre corps. Ainsi que les exercices possibles sur lui. Mais là, poser mes mains sur elle pourrait sembler suspect. Je ne voulais pas qu’elle me prenne pour une pervers. Je lui donnais alors quelques conseils de mouvements faciles, pour une rééducation et musculation de celle-ci. Arrivée alors mon travail.

« Et bien, j'ai certains cours qui se déroulent sur les autres îles, mais principalement oui, y’a une salle de sport en ville. Je donne des cours de zumba, de fitness, de yoga, puis entraine les gens sur la partie musculation. Ca va du mec qui désire se gonfler les pectoraux pour faire retourner toutes les femmes sur son corps à la femme un peu ronde qui désire maigrir. Ce que j’adore c’est le contact. J’aime parler avec les gens, les mettre à l’aise, afin qu’il se sente bien dans leurs corps et en ma compagnie. J’ai le contact facile, c’est né en moi. »

En réalité j’avais surtout prit ce boulot pour prendre contact avec le Ben en question. Comme il allait dans cette salle de sport, c’était plus simple comme abord. Et pour le reste de ma vengeance, un prof de sport ça passait partout. Je lui souriais.

« Oui enfin, tu as dû t’en apercevoir. Bon, on le finit ce verre et on va se baigner ? Deux sirènes, la mer n’attend que ça ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 618

Ven 17 Mar 2017 - 9:31
    Je m'étire lentement, sentant quelques os craquer à l'intérieur de mon corps. C'est agréable de pouvoir faire une pause après avoir autant balader, le soleil d'Alola est aussi resplendissant que lors de mon arrivée, et je n'ai pas encore vu un seul nuage dans ce ciel azuré. Détendue, nous parlons un peu de nos vies respectives, expliquant rapidement à Rose que je suis scientifique, ce qui me fait faire du sport l'air de rien, même si je travaille à mon rythme, ne forçant jamais. Il est hors de question que je me blesse et que je sois en arrêt ; travailler depuis mon lit, hors de question, je veux profiter de ma chance et sortir, explorer les lieux, observer ses habitants... Même si malheureusement, une partie de mon travail reste à l'intérieur lorsque je fais des recherches, ne pouvant pas tout savoir uniquement via mes observations... Nous parlons ensuite de ma hanche, bien qu'n peu à contre-cœur, lui expliquant rapidement la cause du soucis tout en précisant que je ne peux plus faire de sport, sauf la natation, qui est décidément un bon moyen de rééducation dans de nombreux cas. Rose semble comme intriguée et je la sens prête à m'aider ; néanmoins, elle doit bien se rendre compte que je n'ai pas forcément envie de faire de l'exercice ou de parler plus longtemps du problème hanche et elle me donne donc simplement des conseils, des exercices assez simple qui permettent de muscler cette partie du corps mais aussi les jambes, puisque ce sont aussi elles qui prennent à cause de ma situation. A vrai dire, je connaissais déjà certains de ces exercices, par le biais de mon kiné, mais j'en apprends d'autre et je la remercie, lui promettant d'essayer de les faire assez régulièrement, même si ce n'est pas toujours facile de s'y mettre, surtout quand on tente de le faire quotidiennement.

    - Il faudrait que je prenne un abonnement dans une piscine quand je serais posée, ce sera sûrement plus attractif...

    La réflexion m'est venue comme ça et j'ai décidé de la partager, me disant que Rose avait peut-être une adresse ou deux à me donner ; j'aime quand les piscines sont bien agencées, avec des grands et des petits bassins ainsi que des espaces détentes dans de l'eau bien chaude. Ainsi, je peux faire de l'exercice pour ma hanche puis aller me détendre autant que je le veux, sans me sentir coupable ; de plus, l'eau chaude me fait beaucoup de bien.

    Je décide de changer de sujet avant qu'une question plus gênante ne se fasse entendre ; mieux vaut prévenir que guérir. Je questionne donc Rose sur son travail, des questions sûrement un peu bête mais dont les réponses devraient être bien plus longues vu le sujet. J'écoute donc mon interlocutrice avec attention, un sourire apparaissant sur mon visage.

    - J'te comprends, j'aimais aussi beaucoup le contact avec les clients, c'est ce qu'il me manque par rapport à mon ancien métier. C'est sûr que tu dois voir plein de personnes très différentes dans ton boulot, c'est sympa !

    Toujours souriante, je regarde un peu les deux chats, qui ont fini par se calmer un peu et se sont allongés ; Mia joue avec un petit crabe, lui donnant des coups de patte délicats, curieuse. Elle n'a jamais été une grande chasseuse, plutôt une joueuse, cette scène en est le meilleur exemple. Je sors de mes pensées lorsque Rose pose une question et je réagis au quart de tour, sans me poser certaines questions plutôt existentielles.

    - Ah bah ouais, allons-y ! Le verre tourne entre nos mains, rapidement terminé. C'est au moment où je me lève, abandonnant ma canne près de la serviette, que je réalise. Ah, par contre j'ai rien pour me changer ou me sécher...

    Cela me gêne un peu de devoir quémander à Rose ce qu'il faut, si elle y a elle-même pensé. De plus, je réalise que cela mettrait mon corps à nu, dévoilant entre autre les marques passées que Jules y a laissé à vie ; j'espère qu'elle n'y fera pas attention ou, en tout cas, qu'elle ne posera pas de questions à ce sujet. Tant pis, j'ai déjà accepté et ce sera malpoli et étrange de ma part si je changeais soudain d'avis : assumons !

    Je commence donc à me déshabiller, me rappelant une fois en sous-vêtements que j'avais mis un ensemble en dentelle aujourd'hui : j'espère que l'eau de mer ne va pas les abîmer....



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 118

Jeu 23 Mar 2017 - 5:23
Elle finit le verre aussi rapidement celui que j’avais fini avant. Puis volontaire pour aller en mer, elle confiait le manque de serviette. Venir à la plage sans prendre au moins une serviette, c’était risqué quand même. Elle me faisait rire cette Juliette, une vraie blonde, sur que ce n’était pas une coloration. Où alors c’était un Kinder, châtain dehors, mais blond dedans. Tout sourire, je lui répondais.

« T’en fais pas on partagera la serviette et puis avec ce soleil de plomb, on va vite sécher ! »

Pour moi c’était facile, mon maillot était déjà en place, mais pour elle. Elle devait ôter ses vêtements. Je regardais alors son corps, il y avait des marques. Plusieurs, je me rappelais alors les miennes, disparues par la chirurgie réparatrice. Les impacts de balles, les coups de couteaux. Tout ça n’existait plus sur mon corps et heureusement. Je ne serais pas ici sinon. Elle avait dû avoir quelque chose de fort pour que son corps soit mutilé ainsi. Je comprenais qu’elle ne souhaitait pas en parler, alors le sujet ne fût pas lancé. Même si elle n’était pas sportive, son haut de corps était superbe, des hanches jusqu’au cou, de ce que je voyais derrière : une perfection. Il n’y avait vraiment que ces cicatrices qui gâché tout. Lorsqu’elle retirait le bas, je remarquais qu’elle n’avait pas non plus de maillot de bain. Là c’était abusé, où alors elle ne pensait vraiment pas profiter de cette mer azur. Toutefois, elle avait du goût, un ensemble parfait en dentelle. Totalement coordonnée. Moi j’étais plutôt à prendre ce qui venait dans mon placard, un boxer rouge et un soutien gorge noir, je m’en fiche, je ne dois plaire à personne en sous vêtement. Son ensemble risquait quand même de souffrir dans l’eau salée. Le bas du corps, tout comme le haut, il manquait peut-être un brin de muscle, mais il était tout à fait charmant. Elle était prête, alors je me levais.

« Bien allons-y ! »

Afin qu’elle ne soit pas gêné avec sa canne, je me postais sur le côté, me collant à elle, ma main dans son dos, pour lui montrer que j’étais là pour l’aider à avancer. J’aurais même pût la porter. Elle n’était pas bien lourde, mais on ne se connaissait pas assez. Déjà juste le fait de coller nos peaux me provoquait une sensation d’intimité. Je l’invitais à avancer jusque l’eau, une fois dedans, je pourrais la lâcher, elle serait portée par l’eau. Angel se mettait à miauler, il n’aimait pas le fait que je me retrouve loin de lui sans qu’il puisse me suivre.

« On va se baigner Angel ! Je suis juste là ! Sois sage ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 618

Jeu 23 Mar 2017 - 17:22
    - C'est sûr, c'est le temps parfait pour sécher au soleil... Mais j'aurais du regarder mon itinéraire avant de partir, peut-être que ça m'aurait fait penser à prendre un maillot.

    Je commence à me déshabiller, posant avec précaution mes vêtements sur la serviette tout en espérant que le vent ne pousse pas le sable à l'intérieur des plis. Je ne suis pas très pudique de nature et je le suis encore moins si je suis en présence d'une autre femme et non d'un homme, cela ne me pose donc pas de problème de me mettre en sous-vêtement même si je ne connais pas encore très bien Rose, ne me sentant pas vulnérable. Et puis, c'est un comportement normal de se mettre en petite tenue lorsqu'on est à la plage et je ne vois pas de différence entre sous-vêtements classiques et maillot de bain, si ce n'est la dentelle que je porte aujourd'hui... Surtout que, sur une île aussi paradisiaque que celle-ci, les habitants doivent avoir l'habitude de croiser des personnes en maillot de bain, cela fait sûrement parti de leur quotidien et notamment à Ekaeka, qui possède sa propre plage, que je compte bien étrenner prochainement, puisqu'elle va me permettre de me détendre tout en observant les pokémons vivant sur les plages de Mele-Mele.

    Je ne remarque pas que Rose m'a observé de la tête au pied pendant que je me déshabillais, trop concentrée que j'étais pour éviter de salir mes propres vêtements. J'aurais sûrement été un peu gênée d'être reluquée de la sorte, n'en ayant pas beaucoup l'habitude et encore moins de la part d'une femme. Certes j'ai fait une forte impression lors de cette soirée mondaine, hier soir, et ma photographie a du passer dans des magazines people et sur internet, bien que ne ferais heureusement pas les premières pages ; Charles n'a pas l'air d'être encore très connu en dehors de sa ville et je suis moi-même une scientifique discrète, bien que ma robe ait attirée de nombreux regards.

    Sans m'y attendre, je me retrouve avec une Rose en maillot de bain au plus près de moi, l'une de ses mains posée dans mon dos. Je la regarde aussitôt avec un sourcil haussé, assez surprise par ce rapprochement inopportun, avant de comprendre la raison de son geste ; je préfère la rassurer immédiatement.

    - Ne t'inquiètes pas, je peux marcher sans canne, c'est juste peu recommandé, mais avec ce sable...

    Pour bien faire, il aurait plutôt fallut que ce soit moi qui me tienne à elle, en appui, mais j'ai appris à ne pas dépendre des autres et je tiens à ce principe, qui m'est vraiment cher depuis que j'ai repris le contrôle de ma vie.

    Nous rejoignons les premières vaguelettes, qui nous chatouillent les pieds. Derrière nous, les félins restent prudemment sur le sable sec et je souris lorsque Rose s'adresse à son Flamiaou. On commence donc à rentrer dans l'eau, qui vient glisser contre nos chevilles, puis le bas de nos jambes... Une fois arrivée à mes cuisses, lorsqu'elle commence à frôler le bas de mon ventre, je bouge un peu, frissonnant.

    - Brr, elle est fraîche !

    Je surpasse tout de même cette première impression, persévère un peu et finis petit à petit par m'y immerger jusqu'à la poitrine ; certes l'eau est toujours fraîche, mais elle est tout de suite plus agréable... Sans parler des courants d'eau chaude qui passe par moment et nous réchauffe pendant quelques instants. Je me retrouve rapidement à nager un peu dans l'eau, tout en me laissant porter par les vagues.

    - Ça fait au moins 15 ans que je n'ai pas nagé dans la mer, c'est tellement agréable !



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 118

Ven 24 Mar 2017 - 8:28
Lorsque l’on arrive près de l’eau, j’ai alors une tout autre pensée que celle de me baigner. Je vois alors deux petites filles nous dépasser tout courant. Riant à pleine bouche. Eclaboussant directement leurs visages en entrant dans l’eau. Mes petites poupées, mes princesses, elles adoraient la plage. Je les vois encore courir dans l’eau pour savoir qui sera la première. Parfois même, elles oubliaient de retirer leurs vêtements, trop pressé par l’heureux événement. On habitait sur une petite île à Kantô, dès qu’il faisait beau et qu’on rentrait de l’école, c’était de la folie. On avait même réussi à creuser un trou immense une après midi, avec mes parents et une bonne partie de la famille amie. Ainsi l’eau y rentrait à marée haute puis nous laissait l’eau à marée basse. J’adorais cet endroit aujourd’hui disparu de ma vie.

L’eau s’engouffrait entre mes jambes quand je revenais à moi. Je lâchais ma vigilance sur Juliette pour déjà plonger dans l’eau, effaçant ainsi ma mine grise sans qu’elle puisse le voir. En remontant je me sentais revivre. Plus de six mois que je n’avais pas mis ma tête en pleine mer. L’eau ici était différente. Plus chaude que chez moi, plus transparente, ce qui était étrange. De l’eau reste de l’eau et pourtant selon les plages, elle est perçu bleu, verte, marron. Certes mon amie remarquait à son tour qu’elle était fraiche, mais moi je la trouvais délicieuse. Au moins quatre à cinq degré de plus qu’à la maison. Je rigolais alors en lui répondant.

« Fraîche ! J’ai déjà gouté à celle de Kantô, elle elle est fraiche ! Ici elle est un peu plus froide qu’en pleine été. »

Comme on avait encore pied, je m’amusais alors à faire le poirier, l’eau nous rendait si léger qu’il était facile de s’en sortir pour faire des figures aquatiques. Même si les vagues n’aidaient pas en ce sens. En remontant doucement, je frottais mon visage, suivant mon amie qui nageait déjà. Elle avait l’air de savoir ce qu’elle faisait, alors je suivais. Moi j’étais comme un poisson dans l’eau, j’adorais nager. Autrefois, à la base, je nageais tous les jours, des dizaines de longueurs. Une aide pour les muscles mais aussi le souffle. Je retrouvais ma bonne humeur, même si la mauvaise n’avait pas été vue.

« J’adore la mer, le simple fait de s’allonger sur le dos, les oreilles dans l’eau, les yeux fermés et d’écouter le bruit de l’océan un régal. »

Forcément, joignant mot à la parole, j’allongeais mon corps à la surface de l’eau. Les cheveux glissant dans la mer azur, comme s’ils dansaient avec elle. Mon corps était bercé, je relâchais tout. Moment intense de relaxation. Lorsque je me mettais ainsi avec les filles. Elles posaient leurs cous sur mes bras. Et elles se mettaient à chanter une chanson douce. Paisible. Parfois une poésie de l’école. Elles étaient heureuses et moi aussi. Je me devais d’arrêter de penser à elles, sinon ma nouvelle amie remarquerait ce changement d’attitude. Je reviendrais un autre jour pour pouvoir pleurer ce moment de bonheur perdu. Je revenais en position normal, afin de nager quelques mètres encore.
Après une bonne quinzaine de minutes à parler de tout et n’importe quoi, on décidait de revenir sur la terre ferme. Pour le plus grand bonheur de nos chats qui s’étaient postés en haut d’un rocher afin de nous voir. Une fois à leur hauteur. Angel me sautait dans les bras, ronronnent à mon oreille en se frottant à moi. Je lui avais vraiment manqué. Je me dépêchais de retourner à ma serviette pour la secouer un peu et retirer le sable au maximum, la proposant ensuite à Juliette.

« Tiens ! Toi d’abord ! Moi mon maillot va sécher naturellement. »

Une fois la serviette prise, j’essorais mes cheveux en les tordant. Le sel ne leurs avaient pas fait du bien. Déjà que la teinture nécessitait une décoloration qui les mettaient à mal, mais alors avec le sel. C’était pire que d’habitude. Un bon soin, c’est ce qu’ils auraient en rentrant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 618

Ven 24 Mar 2017 - 14:01
    Une fois que l'eau vient me chatouiller le bas ventre, celui-ci se rétractant automatiquement face à un tel écart de température, je m'exclame à ce sujet, bien que souriante ; l'eau a beau être fraîche à mon gout, elle n'en reste pas moins très agréable. Rose me répond rapidement et je me tourne vers elle, un sourcil haussé, en apprenant un peu plus sur elle sans que ce ne soit prévu.

    - Oh, tu es Kantôienne ? Tu viens de loin ! J'avance un peu plus dans l'eau après avoir pris mon courage à deux mains, ne voulant pas rester indéfiniment le cul entre deux chaises. Je comprends mieux pourquoi l'eau te semble bonne, elle devait être froide là bas vu le climat !

    Nous en discutons un peu avant que Rose ne se mette à faire le poirier, entraînant mon hilarité ; cela fait déjà super longtemps que je n'ai pas pu profiter de la mer, mais je crois que c'est inédit que j'assiste à une telle scène ! Même Mia semble intriguée depuis la plage, fixant la paire de jambes avec les yeux ronds, se demandant peut être si les humains sont actuellement en danger. La Miaouss s'éloigne lorsque Rose se redresse et me rejoint ; petit à petit nous n'avons plus pied et je n'ai plus à marcher sur un sol que je ne vois pas et potentiellement dangereux, la moindre pierre pouvant s'avérer coupante.

    Je sors un peu de mes pensées à une remarque de Rose, que je partage entièrement. Je me tourne vers elle, lui sourit et l'imite en faisant la planche, laissant mon corps flotter à la surface de l'eau : à cet instant précis, j'ai l'impression de ne plus avoir de problèmes.

    - Oui, c'est très reposant, surtout quand on est seules comme ça... On se laisse bercer, on profite du courant et on écoute les pokémons marins qui nous entoure sans les déranger... Je souris un peu plus, rouvrant les yeux pour observer deux Goelise qui volent au dessus de nous. Je sens que je vais adorer observer les pokémons des plages et marins dans cette région, ça va me changer d'Unys...

    Nous profitons de la mer pendant une longue période, tout en discutant de banalités. Il m'est par moment difficile de comprendre ce que mon interlocutrice me dit, l'eau rentrant régulièrement dans mes oreilles ainsi que mon problème de surdité n'allant pas ensemble. Je finis d'ailleurs par expliquer rapidement à Rose que j'ai une surdité partielle de l'oreille gauche, et qu'elle ne croie donc pas que je lui fous un vent si je ne lui réponds pas par moments...

    Nous finissons par sortir de l'eau, commençant à avoir froid et à frissonner après ce contact prolongé. Je savoure le soleil qui se pose sur ma peau nue et fais en sorte de ne pas aller à l'ombre, me sentant revigorée. Une serviette passe alors dans mon champ de vision et je l'attrape avant de sourire à mon interlocutrice.

    - Merci ! Tentons de limiter les dégâts...

    Précautionneusement, je glisse la serviette contre la dentelle, faisant de mon mieux pour en retirer le plus possible d'eau, même si je sais qu'il faudra que je les lave au plus vie ; en plus, il va falloir que je passe à un pressing pour ça. Bah, je verrais bien si, par miracle, ils n'en ont finalement pas besoin dans l'urgence... Tout en faisant cela, je regarde Rose qui prend soin de ses cheveux, une remarque me venant alors.

    - Ils ont vraiment une jolie teinte tes cheveux ; ça doit être du boulot pour les entretenir non ?



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 13/02/2017
Messages : 118

Mar 28 Mar 2017 - 15:32
J’étais resté silencieuse lorsqu’elle avait parlé de Kantô, mais je devais corriger cette erreur. Plus tard. Remettant mes cheveux en place, je riais face à son compliment.

« Ils ne sont pas difficile, il faut juste les laver tous les deux jours et appliquer un soin pour les rendre doux. Pour la couleur, je suis blonde à la base, tous les quinze jours je fais une coloration bien spéciale et le tour est joué. J’adore cette couleur qui colle si bien à mon prénom. »

Bon après avec mon ancien métier j’étais habitué à faire cette manipulation. Mes cheveux avaient pris de nombreuses teintes, mais celle-ci était de loin ma préférée. Tout comme mes cheveux ondulés. Avant ils étaient droit, toujours droit et très symétrique. Aujourd’hui tout était différent. Je la voyais tapoter ses sous vêtements. La pauvre, la dentelle et le sel, ce n’est pas super génial. Elle me tendait la serviette, je n’en avais pas forcément besoin, tout aller sécher au soleil. Alors la posant au sol, je reprenais place dessus.

« Je ne sais pas si y’a une machine à laver au centre Pokémon, mais si tu veux tu peux faire une lessive à la maison ! »

Le soleil tapait fort, je prenais une gorgée dans la bouteille d’eau, afin de me désaltéré un peu. Seule, c’était le rhum qui aurait de nouveau remplis le verre. Devant elle, ça aurait peut-être fait alcoolique. Je m’abstenais. Lui tendant de nouveau ce pauvre verre remplis d’eau qu’on se partageait depuis tout à l’heure. Elle avait raison sur un point, la région était merveilleuse. Les Pokémons magnifiques. Mes filles en avaient attrapés beaucoup pendant nos dernières vacances ici. Bon, il fallait que je rattrape ses paroles de toutes à l’heure. Personne ne devait savoir d’où je viens.

« Je suis née à Kantô, mais mon père voyageait beaucoup, je n’ai vraiment jamais eu de chez moi digne de ce nom. On déménageait souvent, des appartements meublés. Alors là, je monte des meubles pour la première fois de ma vie, tu verrais l’état de la maison ! Un chantier ! »

Ce n’était pas faux. Mon côté espion avait beaucoup voyagé, je connaissais des tas de choses. Alors qu’elle me débarrassait du verre, je sortais la crème solaire, me badigeonnant d’abord, les jambes qui étaient déjà sec. Ce soleil allait nous tuer ! Continuant sur le reste du corps j’inversais la question. « Tu es D’Unys alors, c’est sympa là bas ! » Mon ventre était couvert au tour de mes bras. « Je me souviens de ce grand pont, mince son nom » Je pulvérisais mon visage pendant que je cherchais tout en frottant celui-ci. « Hameau, un superbe édifice ! Tu habitais de quel côté ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 2) Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Sur la plage abandonnée...
» Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés [PV Eryn]
» " Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés " pv [Awena / Dragnir]
» Sur une plage presque abandonné
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Alola - 7E G E N :: Ekaeka :: Baie de Kala'e-