AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2
 
» Opération clientélisme.


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 333

Mer 15 Mar 2017 - 10:43
    Je remarque rapidement qu'il a changé d'allure afin que je n'ai pas à accélérer le pas pour rester à ses côtés ; je le remercie d'un sourire silencieux et me glisse à ses côtés, marchant d'un pas plus tranquille, ma canne claudiquant doucement à chacun de mes pas, m'accompagnant comme à son habitude. Heureusement, j'avais l'habitude autrefois de porter des talons et je m'en sors donc bien, ne trébuchant pas sur les petites aspérités du trottoir. Une fois rétablie donc, je lui demande si je peux l'appeler par son prénom, puisqu'il le fait avec moi. Je préfère toujours demander avant, je trouve cela bien plus poli, surtout au vu de notre rencontre pour la moins sérieuse. Je tourne la tête vers lui à sa réponse et lui souris, hochant la tête en réponse à ses mots.

    - Ça me va, ce sera plus simple comme ça !

    Bien que je sois quelqu'un de particulièrement poli, et que je n'ai jamais eu de mal à vouvoyer tous mes clients à la boutique, il faut bien avouer que c'est beaucoup plus sympathique de pouvoir tutoyer ; on se sent plus proche de la personne et les mots viennent plus facilement. Nous restons une bonne trentaine de secondes, pendant lesquelles j'observe la large rue dans laquelle nous évoluons, notons quelques boutiques qui pourraient être intéressantes et tentant de deviner où se trouve le fameux club privé dont m'a rapidement parlé Charles...

    J'oublie tout cela lorsqu'il rompt le silence. Je me tourne vers lui, l'observant un instant, avant de rapidement lui répondre, plutôt ravie qu'il s'intéresse à mon métier. Et puis, il est vrai qu'il vaut mieux qu'il sache de quoi il en retourne une fois plongé dans la soirée.

    - Je travaille pour une entreprise qui commercialise un pokédex et qui possède plusieurs scientifiques en salariés. Monnayant une somme de départ puis un abonnement annuel, n'importe qui peut acheter leur pokédex, qui ressemble plus à un smartphone, et recevoir les descriptions d'un ou de plusieurs scientifiques de la boîte. J'espère que je ne vais pas le saouler avec mes explications, et qu'il n'est pas déjà parfaitement au courant du comment ça marche, mais c'est plus simple pour moi de partir du début. Et du coup, c'est ensuite à nous de jouer. Il faut savoir que le gros de notre travail, c'est l'observation. Chaque scientifique a une façon bien à lui d'étudier les pokémons ; certains sont spécialisés dans les attaques, d'autre dans les biotopes, d'autres dans la relation humain-pokémon... Il y a énormément de façons différentes d'aborder l'étude des pokémons et il serait impossible de toutes les faire en même temps.

    Bien qu'il ne s'agisse pas d'une passion que je possède depuis longtemps, je dois bien avouer que je suis bien tombée avec ce métier, qui me plaît tout particulièrement. Grâce à Hypolitte j'ai pu tenter ma chance puis être embauchée, ce qui a été une sacrée chance pour moi.

    - Et du coup, vis à vis de mes propres descriptions, je me suis tournée vers l'étude des pokémons dans la nature, mais pas que. J'étudie tout d'abord le pokémon dans son lieu de vie naturel ; son mode de vie, la façon dont il se nourrit, comment il interagit avec ses congénères, mais aussi où il peut être trouvé. Puis j'en capture un spécimen et j'étudie la manière dont il évolue avec un humain, comment l'éduquer pour que tout se passe bien, pour qu'il soit obéissant au combat, et je reviens aussi sur l'alimentation possible. Je lâche un soupir après cette longue tirade. J'espère que je ne t'ai pas endormi avec ma tirade, c'est pas facile de résumer un tel métier.

    Je remets en place une mèche rebelle derrière mon oreille, tout en observant un club vers lequel on se dirige et devant lequel défile des voitures ; serait-ce ici ?



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 107

Région : Alola
Ven 17 Mar 2017 - 18:31
Juliette m'en dit un peu plus sur son travail et sur son entreprise. Je hoche régulièrement la tête en souriant pour lui signaler que je l'écoute. En études politiques, nous avons quelques cours de sciences en options, que j'ai pris, et j'ai une idée superficielle du travail des scientifiques, mais je ne savais pas concrètement comment se présente leur travail quotidien, surtout dans les grandes entreprises. Elle a en tout cas l'air passionnée en me racontant tout cela. C'est assez mignon. Observer, c'est quelque chose que j'ai appris à faire de mon côté. Observer pour comprendre comment fonctionnent les gens et ainsi me servir d'eux lorsqu'il y a quelque chose à en tirer. C'est un peu le cas avec cette Juliette, d'ailleurs, bien qu'elle y trouve aussi son compte. De son côté, elle observe donc plutôt les pokémons. Nous verrons si elle est compétente pour observer les humains, et si elle sera en mesure de me percer à jour. Elle n'apprécierait certainement pas ce qu'elle verrait. Elle expose ensuite sa propre approche, elle est quand même assez complète. Elle s'intéresse donc entre autres à la manière de rendre les pokémons plus obéissants au combat. Il s'agit de quelque chose qui pourrait m'intéresser. J'ai certes ma méthode propre, et je sais me montrer très convaincant avec mes pokémons jusqu'à présent, mais je suis ouvert sur la question, tant que les choses fonctionnent.

-Je comprends parfaitement. Moi-même je serais incapable de réellement résumer le mien. Nous n'exerçons pas des métiers répétitifs et simples, à notre niveau, on se doit d'être polyvalents. Et ne t'inquiète pas, tout cela est très intéressant.

Sur ce dernier point, j'en rajoutais un peu car j'avais bien remarqué que la jeune femme avait peur d'être barbante, et que la rassurer sur ce point permettrait de la détendre, ce qui serait mieux pour la suite. Elle ne m'avait pas ennuyé pour autant. Je remarque que nous arrivons enfin au club. Beaucoup d'invités arrivent dans de belles voitures. J'aurais très bien pu faire de même, mais lorsque tout le monde vient en limousine, on se démarque en arrivnat à pied. Surtout, la jeune femme qui m'accompagne n'avait rien à envier aux voitures de luxe, si tant est qu'il est correct de comparer une femme à une voiture. Ce n'est pas correct, mais peu importe. Nous arrivons finalement au niveau du tapis rouge, gardé par un vigile peu souriant. Je lui montre mon invitation et lui explique que Juliette m'accompagne. Alors que nous procédons sur le tapis rouge, je tente de passer mon bras autour du sien. Les paparazzi sont au rendez-vous, autant leur donner de quoi faire.

-J'espère que les flashes ne te rendent pas trop mal à l'aise. On s'y fait.

De mon côté, les paparazzi ne me gênent pas tant que je peux contrôler l'image qu'ils vont diffuser de moi, chose que j'ai réussie jusqu'ici. C'est lorsqu'ils fouillent la merde qu'ils deviennent gênant, mais ce n'est pas encore arrivé. En attendant, ils servent mes intérêts en règle générale. Ils diffusent l'image que je souhaite que les gens aient de moi. Et plus on parle de moi, surtout en bien, plus il me sera aisé de parvenir à mes fins. Une photo de moi marchant sur un tapis rouge accompagné d'une belle femme, c'est la meilleure publicité qui soit. Enfin, presque. Certaines seront peut-être jalouses. Mais ce n'est pas sur moi que cela retombera, de toute manière. Le patriarcat a du bon. Enfin, quand on est un homme. Nous entrons donc dans le club, l'ambiance est à l'effervescence. Il n'y a qu'une douce musique classique en fond. Les serveurs fusent de tous les côtés pour proposer du champagne et des apéritifs sur leurs plateaux. Je scrute les environs à la recherche de scientifiques que je pourrais reconnaître. Les conférences auront lieu dehors, sur la terrasse qui donne sur la mer, mais elles commenceront dans une bonne demi-heure. Nous avons donc assez de temps pour faire quelques rencontres. Un serveur s'arrête devant nous pour nous proposer une coupe de champagne. J'en prends deux et en tend une à Juliette. Je remarque à une dizaine de mètres un visage familier : le directeur d'une entreprise de nouvelles technologies d'Ekaeka. Il connaît probablement du monde dans le milieu de la recherche.

-Tu vois le chauve avec une moustache faussement distinguée là bas, dis-je en pointant Monsieur Shen du doigt, il dirige une entreprise de nouvelles technologies. Ce n'est pas exactement ton domaine, mais il a certainement des contacts. Il se pourrait même que les personnes qui l'accompagnent soient des scientifiques. On peut aller lui parler, si tu veux.

Il est grand temps pour Juliette de commencer à se constituer son réseau. Plus elle sera intégrée dans le monde des sciences d'Alola, plus elle me sera utile, de toute manière. Et s'il y a quelque chose que j'aime par dessus tout, ce sont les personnes utiles.


Merci à Lizbeth pour les avatars :3
Autres comptes:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 333

Sam 18 Mar 2017 - 16:38
    Comme à chaque fois que je parle de mon métier, je me laisse emporter et je pars dans de nombreux détails, faisant de mon mieux pour que Charles comprenne la base du métier et aussi mon rôle au sein de la société. J'espère ne pas l'avoir saoulé avec de telles explications et j'exprime cette dernière pensée à voix haute, un sourire au coin des lèvres, malgré tout contente de pouvoir parler de mon métier avec quelqu'un d'autre, Charles étant au final la première personne originaire de l'île que je rencontre et avec qui je sympathise, en quelque sorte. Je lui trouve d'ailleurs une conversation agréable, et je trouve cela plutôt plaisant de pouvoir discuter avec un homme de mon âge, qui semble tout à fait normal, sociable, bien que j'ai évidemment noté qu'il ne semblait pas indifférent à mes charmes au vu de sa légère tentative lorsque nous nous sommes quittés, hier soir. Cela ne m'a pas dérangé, au contraire, je trouve que c'est assez agréable lorsque cela reste léger, bien loin du comportement lourdaud que peuvent avoir certains hommes à l'égard des femmes. Cependant, je ne peux m'empêcher de rester méfiante vis à vis de lui, observant avec attention ses faits et gestes afin de voir s'il n'y aurait pas, par hasard, un indice sur un quelconque défaut répréhensible. J'ai beau essayé de me convaincre du contraire, je pense toujours que j'ai quelque chose qui attire les hommes comme Jules et je ne veux surtout pas retomber dans une telle situation.

    Ai-je tord de m'inquiéter ? Pour l'instant Charles est tout à fait normal, un homme qui a des convictions, un travail qui lui prend tout son temps et qui semble le prendre très à cœur. Ce serait bien que j'arrête de psychoter sur tout et n'importe quoi et que je profite simplement de la soirée, comme nous en avons parler hier ; il faut que je pense à ma carrière moi aussi, cette soirée est une chance inouïe pour commencer dans de bonnes conditions.

    Nous arrivons au club et j'observe avec curiosité les limousines qui s'arrêtent à ses portes, dévoilant de nombreuses personnes, des célébrités qui rejoignent le club par un long tapis rouge ; sur les côtés, de nombreuses personnes sont venues pour les voir, s'agglutinant, entourant les journalistes et autre photographes... Eh bien, je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi médiatisé. Nous passons un vigile, qui nous laisse passer par delà les barrières, et nous voilà propulsés à notre tour sur ce fameux tapis rouge. Charles, bien plus à l'aise que moi, glisse son bras autour du mien et je le laisse faire, me rapprochant de lui par la même occasion. Je relève la tête alors qu'il me parle, et je le fixe un instant, un sourire un peu gêné au coin des lèvres.

    - Eh bien, disons que c'est un peu tard pour tenter de les éviter !

    J'essaie de prendre les choses à la légère bien que, au fond, des tonnes de pensées sont en train de défiler dans mon esprit. Je pensais avoir un temps de répit en arrivant sur l'île, que je pourrais rester discrète le temps que mon travail se lance vraiment... Mais voilà que ma photographie va se retrouver dans des journaux et sur internet, là où tout le monde peut y avoir accès... Mes parents seront au courant dès demain que je me trouve dans cette ville mais, surtout, lui aussi saura tout de ma nouvelle destination.

    Les flashs incessants des journalistes et les phrases indistinctes que j'entends me font rapidement oublier ces pensées et je remercie alors ma surdité partielle ; Charles doit être vraiment incommodé si ce que j'entends est déjà fort désagréable au niveau décibels. Nous quittons bien vite l'entrée, sans pour autant avoir accéléré le pas, et nous pénétrons dans un salon à l'ambiance tamisée, bien plus agréable. J'observe les lieux avec grande curiosité, mon bras toujours passé autour de celui de Charles, puisque sa compagnie ne m'est pas désagréable... Un serveur passe près de nous et je me retrouve à lâcher mon compagnon pour attraper la coupe tout en le remerciant, ma main droite étant déjà bien occupée avec cette chère canne.

    Charles repère rapidement un visage qui lui est familier et m'en parle ; je l'écoute avec attention, hochant la tête et souriant, tout en buvant une gorgée de champagne. J'observe cet homme puis, rapidement, ceux qui l'entoure : je hausse un sourcil en voyant un visage qui ne m'est pas inconnu. Non pas que j'ai déjà parlé à cette personne, mais en tant que scientifique je me devais de connaître son visage...

    - Je confirme, il est bien entouré. Allons-y, il est temps de nous distinguer !

    Je lui fais un clin d’œil tout en m'approchant des convives, non sans rester aux côtés de Charles qui, de toute façon, pourrait marcher bien plus vite que moi s'il le désirait. Nous les rejoignons rapidement, constatant qu'ils nous avaient vu arriver vers eux, nous attendant avec une certaine impatience, leurs verres à la main. Nous nous arrêtons près d'eux et je prend la parole la première, un sourire aux lèvres.

    - Bonsoir messieurs ! Ils me saluent à leur tour. L'homme chauve commence à tendre la main, avant de réaliser que je n'en ai pas de libre pour lui retourner le geste ; il décide de se gratter le cou de façon peu naturelle. Je fais comme si je n'avais rien vu et reprend la parole, bien que je ne sois pas à l'aise malgré mon sourire qui se veut assuré. Juliette Polanski, je travaille en tant que scientifique auprès de l'I.V.Dex.

    Je laisse mon compagnon se présenter à ceux qui ne le connaissait pas encore alors que je reste près de lui. Je capte alors le regard de la personne que j'avais déjà repérée au loin et je tourne franchement la tête vers lui, un sourire ravi aux lèvres, ne lui laissant pas le temps de se présenter, l'ayant déjà cerné.

    - Vous êtes le professeur Chen n'est-ce pas ? J'ai lu plusieurs de vos thèses, je vous ai reconnu immédiatement ! Je n'ai pas besoin de surjouer pour montrer que je suis ravie de pouvoir le rencontrer en chair et en os... De toute façon, je suis incapable de mentir.
    - En effet, je ne pensais pas rencontrer aussi rapidement un autre collègue. Ravi de faire votre connaissance mademoiselle ! Vous travaillez donc pour l'I.V.Dex, cela fait longtemps ?
    - Cela fait... Un an et demi maintenant, en comptant ma période de stage. Vous connaissez notre société ? Il a un sourire amusé, tout en m'observant avec une certaine attention. Je sais que l'entreprise a une réputation particulière dans le milieu mais, en soit, elle n'a rien à se reprocher.
    - Oh, j'en ai entendu parler ci et là. Il y a plusieurs excellents scientifiques qui en font partis, mais il me semble qu'ils sont très sélectifs au niveau recrutement, vous devez être excellente.

    Je rougis presque, à moins que je ne rosis, me sentant complimentée par cette dernière phrase, bien que je ne sois pas certaine d'avoir autant de talent qu'il ne semble le dire... En tout cas, la soirée commence bien.



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 107

Région : Alola
Ven 14 Avr 2017 - 15:32
Juliette ne se fait pas prier et prend la direction du groupe que je viens de lui mentionner. Une femme qui sait prendre les devants, ça me plait. Derrière son apparente douceur se cache, dirait-on, une femme déterminée. Et peut-être un peu séductrice aussi. J'apprécie d'autant plus cette rencontre à chaque instant. Juliette se présente donc brièvement, et je fais de même. Je décide toutefois de rester en retrait. La vedette de la soirée, c'est elle. Elle engage la conversation avec un certain professeur Chen. Chen... j'ai déjà entendu ce nom. Surtout, il ressemble étrangement à un professeur assez connu à Alola. Peut-être est-ce une coïncidence ? Peu importe, je devine à la manière dont Juliette lui parle qu'il est quelqu'un d'important.

Alors que je l'écoute d'une oreille pour m'assurer qu'elle ne fait pas d'erreur diplomatique, et pour connaître la direction dans laquelle va leur discussion, je me tourne vers le chauve, Monsieur Zika. Nous nous sommes déjà rencontrés à quelques occasions, et je pense avoir réussi à faire en sorte qu'il m'apprécie. Lorsque l'on est en position de faiblesse, il est important de sympathiser sans demander de services et sans trop chercher à négocier quoi que ce soit, voire même en offrant des services en apparence désintéressés. C'est ce que j'ai déjà eu l'occasion de faire avec Zika. Ce soir, peut-être que je pourrai enfin en tirer quelque chose.

-J'ai cru voir que vous avez su bien profiter de la signature des traités de libre échanges consécutifs à l'entrée d'Alola dans l'Union. Les choses se présentent bien, n'est-ce pas ?

Il me sort le blabla habituel des grands patrons, sans grand intérêt, pour faire croire qu'il y a un once de morale dans son action. Il me prend vraiment pour un con on dirait. Mais je ne peux pas lui en vouloir. Après tout, je ne suis pas venu vers lui en lui disant du tac au tac que j'avais juste besoin de lui, et que ce n'était pas son parfum de mauvais goût qui me poussait à rester en sa compagnie des heures durant lors des précédentes soirées où nous nous sommes rencontrés.

-Je vois. En tout cas, vos résultats sont bons, et ils sont publics. La population aura tôt fait de se rendre compte que ces traités vous ont profité, et vont se demander ce que vous pouvez bien faire de tous ces bénéfices amassés. Ils vont attendre de vous, comme des autres, que vous investissiez. Et cela tombe bien, Puhi est en train de développer un pôle technologique. C'est même la raison de la présence de cette jeune femme ici présente, dis-je en lançant au passage un sourire à Juliette. Qu'en dites-vous ?

Blablabla je dois y réfléchir, oui j'ai bien compris que tu n'allais pas signer un contrat tout de suite. Bref, j'ai fait ce que j'avais à faire, à savoir mentionner l'idée afin qu'elle tourne un peu dans sa tête. Je reviendrai à la charge plus tard. Je me tourne de nouveau vers Juliette, que j'avais donc écouté dans le même temps. Elle semble avoir fait forte impression face à ce grand scientifique, et il a dit le plus grand bien de l'entreprise dont elle fait partie. Je sens que j'ai vraiment fait un bon choix en décidant de la soutenir.

-Alors comme ça tu es du genre modeste ? Tu ne m'avais pas dit que l'entreprise où tu travailles était si prestigieuse. Passez une bonne soirée messieurs, nous nous reverrons certainement un peu plus tard.

Je fais signe à Juliette de se diriger vers le buffet. Il ne sert à rien de tenir la jambe trop longtemps à ces personnes. Surtout, il y a encore beaucoup de monde à rencontrer, et il serait dommage de s'éterniser dès le départ. Elle pourrait retourner voir ce professeur Chen plus tard, elle semblait de toute façon lui avoir tapé dans l'oeuil. J'avoue avoir senti une pointe de jalousie en remarquant la manière dont il la regardait. Je lui emboîte donc le pas. Une fois que nous sommes arrivés au niveau du buffet, je regarde rapidement le choix. Il est immense. Des verrines, des toasts, des salades à foison.

-Fais-toi plaisir. Je suis désolé d'avoir écourté la rencontre précédente, mais il aurait été mal vu de rester trop longtemps dès le début de la soirée. J'espère que tout se passe comme tu l'espères, en tout cas.

De mon côté, j'attends le moment approprié pour faire fonctionner mon charme, car je dois avouer que je la trouve d'autant plus attirante maintenant que je la vois se comportement avec une telle assurance dans ce genre de milieu.




Merci à Lizbeth pour les avatars :3
Autres comptes:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 333

Mer 19 Avr 2017 - 10:29
    - J'ai l'impression d'avoir eu de la chance, je n'avais pas réalisé en postulant qu'ils étaient aussi connus dans le milieu... C'est mon stage qui a fait toute la différence.

    Nous continuons de discuter un peu de la société, de ses dirigeants (que je ne connais que de nom) et aussi de ce fameux stage, lui expliquant brièvement ce que j'y ai fait, soit apprendre les bases, la manière dont un scientifique travaille, bien que cela varie selon chaque individu. Le professeur Chen se montre très attentif à mes propos, me donne quelques astuces que je note aussitôt dans un coin de ma tête, étant plus que ravie de pouvoir parler avec un tel homme, aussi connu et respecté par ses pairs. Je ne vois pas les minutes passer pendant que nous parlons jusqu'à ce que j'entende la voix de Charles, près de moi. Je salue alors le professeur Chen, lui souhaitant une bonne soirée, et retourne auprès de mon cavalier du soir, reprenant son bras comme lorsque nous étions arrivés, ma canne dans mon autre main, cette aide restant indispensable.

    - Il vaut mieux garder ses meilleurs atouts en réserve, n'est-ce pas ? Je lui fais un sourire en coin avant de reprendre tranquillement, tout en le laissant me diriger vers où bon lui semble. A vrai dire je ne pensais pas qu'un scientifique aussi éminent que lui connaîtrait bien ma société, comme quoi...

    Nous arrivons au buffet, particulièrement bien garni. Je lâche le bras de Charles pour me libérer une main et j'attrape un petit four qui a l'air d'être au saumon ; bingo. Qui plus est, il est si délicieux que je décide d'en prendre un autre, avant d'occuper ma main avec une flûte de champagne, ayant posée l'autre sur un plateau plus tôt. Comme il ne s'agit pas de ma première soirée du genre, je connais bien les façons de faire des personnes qui y évoluent et je m'y adapte pour paraître parfaitement dans mon élément, bien qu'en vérité je ne sois pas très à l'aise dans ce genre d'ambiance.

    Je bois une gorgée de la boisson pétillante tout en observant les personnes qui nous entoure et qui vagabondent... Je tourne rapidement la tête vers Charles lors qu'il me demande si tout se passe bien, et je réalise alors que je l'ai entendu en cours de conversation. Je fais comme si de rien n'était, n'ayant pas très envie de parler de santé ici sauf si j'y suis contraint, et je répond donc à sa phrase sans chercher à en savoir plus.

    - Oui oui ! Enfin, je n'espérais rien en particulier, j'ai déjà de la chance d'être ici.

    De nouveau, je bois une petite gorgée de champagne, l'alcool me réussissant assez tant que je reste prudente sur la dose bue ; de toute façon, dans ce genre de soirées il n'y a jamais d'alcool fort, rien qui pourrait me faire chavirer de mes talons. Je repose le verre pour prendre un autre apéritif, continuant de m'appuyer contre ma canne. Un homme passe alors près de nous et nous salue avec un large sourire ; il semble un peu plus âgé que nous, de quelques années, et salue mon compagnon d'une manière assez amicale. Je comprend rapidement qu'il s'agit aussi d'un politicien mais celui-ci s'éloigne rapidement après un dernier regard, appelé par quelqu'un un peu plus loin.

    - Tu m'as l'air plutôt connu dans le coin, tu sais y faire.

    J'accompagne ma tirade d'un petit sourire en coin tout en buvant de nouveau une gorgée de champagne.



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 107

Région : Alola
Mar 9 Mai 2017 - 11:04
Je n'étais pas le seul à être surpris de la réputation de l'entreprise dans laquelle travaillait Juliette : elle aussi avait visiblement sous-estimé son envergure. C'était une bonne nouvelle, cela dit. En tout cas, Juliette est satisfaite de la tournure que prend la soirée. Il faut dire que je lui rends un sacré service, objectivement parlant, cela ne m'avait rien coûté pour autant, au contraire. Alors que nous mangions et buvions, une connaissance, passe non loin de nous et me salue en souriant avant de se diriger vers un autre groupe. Juliette semble surprise de mon apparente popularité, ce qui est compréhensible compte tenu de mon jeune âge et de ma position pas si influente d'adjoint au maire dans une ville de taille modeste.

-Pas tant que ça, en fait. Bon, j'ai quand même quelques connaissances, parce que j'ai étudié à l'Université d'Ho'Ohale en sciences politiques, et que je m'y suis fait quelques contacts. Cet homme que tu viens de voir passer, il faisait partie de ma promotion, à un moment. Il était avocat mais a décidé de reprendre les études pour écrire les discours des politiciens. Parce que tu ne le sais peut-être pas, mais à un certain niveau, un politicien délègue cette tache à des professionnels de la communication politique.

Ce n'était pas un fait connu de tous, et cela cassait parfois un peu le mythe qui entourait certains politiciens. C'était un sujet intéressant, mais cela serait peut-être barbant pour Juliette.

-Peut-être qu'un jour, je ferai aussi appel à quelqu'un comme lui. Pour le moment, je n'ai pas cette prétention.

C'est alors qu'une annonce fut passée pour mettre tout le monde au courant que le discours d'ouverture allait débuter. Nous nous dirigeâmes donc vers le lieu où il se déroulant. J'en profitai pour prendre un dernier feuilleté au saumon, parce qu'ils étaient particulièrement bons. Comme c'était la norme pour ce genre de discours, nous avons eu droit à un enchaînement de lieux communs, et de formules creuses, bref, de la politique politicienne dans toute sa splendeur, vantant l'ouverture d'Alola vers l'Union, vers le progrès. Manier les mots pour manipuler les autres et ainsi faire avancer ses idées ne me gênait en rien, mais privilégier la forme à au point d'éradiquer le fond, voilà qui était déplorable. Une fois le discours terminé, le Premier Ministre, qui était celui qui avait été invité pour ce discours, disparu en coulisses, quittant probablement déjà la soirée, et un groupe de musique commença à se mettre en place sur la scène.


Merci à Lizbeth pour les avatars :3
Autres comptes:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 333

Mer 10 Mai 2017 - 8:39
    Alors que nous profitons du buffet sans avoir d'autre compagnie que nous même, un homme passe pour saluer Charles avant de repartir, une coupe entre les doigts. Je vais une remarque à mon partenaire vis à vis de sa popularité qui me semble assez importante l'air de rien et je l'écoute avec attention tout en sirotant une gorgée de champagne, ne le quittant pas des yeux. Il m'explique donc qu'ils étaient de la même promotion et qu'il a rencontré beaucoup de monde à son université. Mmh, je vois, il a eu l'occasion de rencontrer beaucoup de personnes devenues influentes lorsqu'il faisait ses études, il doit encore s'agir d'une école prestigieuse qui n'accepte que les meilleurs.

    - Je ne savais pas pour les discours... Faut dire que je ne me suis jamais intéressée à ce milieu, du coup tu risques de m'en apprendre encore beaucoup des comme ça !

    Je rigole doucement lorsqu'il me dit que, peut-être un jour, il aura lui aussi à faire appel à un homme pour écrire ses discours. Ce n'est pas un rire moqueur, c'est loin d'être mon genre, mais plutôt amusé et curieuse : je me demande quelles sont ses ambitions pour qu'il dise cela. Devenir le maire à la place du maire ? Plus que cela ? J'essaie de refréner ma curiosité, au cas où il n'aurait pas envie de parler de ses ambitions futures avec moi, et j'y arrive parfaitement grâce à une annonce qui me prend par surprise ; le discours d'ouverture va débuter. Nous suivons les autres et prenons place devant l'estrade où le premier ministre va se mettre en place...

    Le discours n'attire guère mon attention ; comme je l'ai expliqué à Charles plus tôt, la politique n'est pas ma tasse de thé et je savais donc d'avance que je ne m'y retrouverais pas dans toutes ces paroles, à quelques exceptions près. Cependant je l'écoute silencieusement, non sans observer discrètement les autres convives de temps à autre. Le discours se termine sans même que je m'en rende compte et je lâche un soupir léger tout en échangeant un coup d’œil avec Charles pour voir s'il pense comme moi ; ça a l'air d'être le cas.

    - Oh, ils ont invité un groupe ? Ça va mettre un peu d'ambiance !

    Les musiciens sont maintenant en place sur l'estrade et l'ambiance se détend très vite autour de nous, des couples se formant même. Je ne sais pas quel genre de musique va passer, mais certains semblent déjà au courant. Ils se mettent alors à jouer et, au bout de longues secondes, je reconnais le morceau repris et un sourire apparaît sur mon visage. Si je m'attendais à avoir le droit à du ABBA pour une telle soirée... !

    Amusée, je me tourne vers Charles.

    - Une petite danse ? ~ Il faudra juste que je me débarrasse momentanément de cette canne.



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 2) Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» [Les Royaumes Elfiques] Modélisme
» tuto haradrim, opération désert
» Salle d'opération section civile
» Sites de modélisme
» [Modélisme] Troll d'Isengard.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Alola - 7E G E N :: Ekaeka-