AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
» Opération clientélisme.


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 124

Région : Alola
Jeu 23 Fév - 16:24
La réunion terminée, il était temps de retourner dans mon bureau. Sur le chemin du retour, je remarque que le hall de la mairie est plus fréquenté que d'habitude. C'est vrai, le chef du service des cartes de dresseur d'Ekaeka et en congé maladie et en même temps que sa "n-1" est en congé maternité, et on la mairie délègue ainsi ce service aux mairies des autres villes de l'agglomération. Une fois la porte de mon bureau fermée, je peux me laisser aller à l'un de mes sourires les plus cyniques. Cette réunion a été une réussite à tous les niveaux. Elle a été l'occasion d'exhiber un bilan très positif, très largement grâce à mon action. De montrer encore un peu si nécessaire l'incompétence et le manque d'investissement de Monsieur le Maire. Elle m'a aussi permis de faire fermer leur clapet aux membres de l'opposition, et d'asseoir mon autorité. Je prends place dans mon confortable fauteuil et lâche un soupir satisfait avant de poser ma main sur la souris et de la faire légèrement bouger afin de réactiver l'écran. J'ai enfin un peu de temps pour faire du tri dans mes mails. Je double clique sur l'icône du navigateur. Comme d'habitude, son apparition se fait attendre. L'habitude ne suffit pas à faire diminuer ma frustration. Je n'en ai pas encore eu la possibilité, mais lorsque je serai enfin Maire, le parc informatique sera l'une des premières choses dont je m'occuperai. Le nombre d'heures perdues par le personnel en temps mort pour charger une simple page internet, la frustration qui en résulte et fait faire des erreurs, donne envie de tout faire sauf un travail consciencieux, tout cela doit cesser. Mes nombreux onglets sont enfin affichés, et je clique sur celui qui mène à ma boite mail. 24 mails non-lus. Malgré mon organisation minutieuse et les nombreuses heures supplémentaires que j'enchaîne sans compter, le fait que je sois contraint de cumuler mon travail et celui du Maire, sans avoir moi-même d'adjoint, fait que je suis en permanence en retard sur mes mails, chose que je déteste. Mais cela changera. Bientôt.

Puis, alors que je viens à peine de cliquer sur le premier mail, le téléphone du bureau sonne. Je le laisse sonner quelques secondes, j'espère qu'il s'agit d'une erreur. La sonnerie continue. On ne dirait pas. Il s'agit d'un appel internet, venant du hall d'entrée.

-Oui, Lynn ? Que se passe-t-il ?
-On a un soucis avec une carte de dresseur, et la dresseuse est certaine qu'on lui a dit de venir ici et insiste. Pourriez-vous venir s'il vous plait ?
-J'arrive tout de suite.

J'en étais sûr. Cela devait arriver. La mairie d'Ekaeka était déjà incapable de s'organiser correctement en interne, comme mon bref passage chez eux me l'avait appris, alors se coordonner avec d'autres mairies, évidemment que cela ne se passerait pas sans encombre. Je soupirai, puis me leva de ma chaise à contrecœur, pour me rendre à l'accueil et m'occuper de ce problème. Une jeune blonde aux yeux bleus, tout à fait charmante, attend sur le côté du bureau. C'est étrange, elle utilise une canne. Une maladie congénitale ? Un accident ? Peu importe. C'est donc probablement elle qui a un soucis. Je lui sers mon sourie le plus chaleureux afin d'éviter toute confrontation inutile.

-Bonjour, je suis Mr. Finley, adjoint au maire. Pouvez-vous m'expliquer votre soucis s'il vous plait ?

La jeune femme m'explique alors qu'elle a été envoyée ici par la mairie d'Ekaeka, mais que Lynn n'arrive pas à accéder à son dossier. Ce dernier n'a pas été déverrouillé pour nous. Devant le spectacle de leur incompétence, je tente tant bien que mal de rester positif en façade.

-Je vois. Suivez moi dans mon bureau, je vais voir ce que je peux faire.

J'allais appeler la mairie d'Ekaeka, en profiter pour être le plus acerbe possible tout en restant relativement courtois pour ne pas entacher mon image vis-à-vis de la jeune dresseuse, puis m'occuper de son problème. Une fois arrivés devant la porte de mon bureau, je la lui tiens ouverte et lui indique de prendre place sur le siège de son choix avant de rejoindre le mien.

-Je téléphone tout de suite, attendez un instant.

J'accentue mon sourire, me saisis du téléphone, pianote le numéro de la mairie d'Ekaeka, puis porte le téléphone à mon oreille tout en fixant les jolis yeux de la dresseuse assise face à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 447

Jeu 23 Fév - 18:39
    Je passe une première nuit seule sur cette île qui représente désormais mon nouveau chez-moi. Je n'ai pas encore pris mes aises dans la chambre du centre pokémon louée pour un mois, me contentant d'y déposer mes bagages et de m'allonger sur le lit, particulièrement confortable comparé à la couchette de la cabine du ferry. Je m'endors très vite jusqu'au lendemain matin, Mia dans mes bras, une longue journée administrative nous attendant...

    Après un copieux petit déjeuner qui me permet de découvrir des saveurs nouvelles et riches, je m'habille de façon classique : une jupe de taille moyenne et légère ainsi qu'un chemisier blanc. Malgré l'heure matinale, il fait déjà chaud à l'extérieur et je me demande alors si j'aurais un jour l'usage de mes habits d'hiver... Au fond, ça ne me dérange pas, cela me change agréablement du climat humide et neigeux de Unys et je pense que je m'adapterais facilement, tant que je pense à la crème solaire. Je souris à cette dernière pensée, prend mon sac dans ma chambre et sors du centre pour me rendre à Ekaeka, Mia à mes talons. Il me faudra un peu de temps pour trouver la mairie de la ville, un précieux papier en main ; en effet, c'est aujourd'hui le dernier jour de validité de ma carte de coordinatrice et je dois récupérer mes nouveaux papiers pour être officiellement dresseuse. Sans cette carte, je serais obligée de payer ma chambre pour le reste du mois et je ne peux pas me le permettre, il faut que je garde un maximum d'économies pour ma recherche d'appartement et de local pour le travail. A partir du mois prochain je deviendrais une scientifique indépendante au sein de l'IV Dex, ce qui veut dire que je dois monter pour propre pokédex avec ses spécificités et que je dois me trouver une clientèle si je veux avoir un salaire à la fin du mois... C'était la condition, je l'ai acceptée.

    Je fais la queue une vingtaine de minutes pour apprendre qu'ils ne peuvent pas me délivrer ma carte parce qu'elle se trouve dans une autre mairie. Je soupire discrètement, demande comment m'y rendre et, une fois les infos en main, je repars sur les routes... Je prends un bus pour me rapprocher de la mairie de Puhi et me rend enfin au guichet qui m'intéresse...

    - Bonjour... Je viens récupérer ma carte de dresseuse. La mairie de Ekaeka m'a donné ce papier, on m'a expliqué qu'elle était ici.

    Je sens très vite que la personne face à moi ne semble pas très bien renseignée. Elle se lève et pars sûrement chercher à l'arrière et j'attends donc, patiente, une main posée sur le comptoir. La femme revient au bout de quelques longues minutes et m'explique, penaude, qu'elle n'a pas trouvée ma carte ; il faudrait que je revienne dans quelques jours pour qu'ils puissent contacter la mairie de Ekaeka. Me sentant au pied du mur, j'insiste et lui montre de nouveau le papier que l'on m'a donné : ils n'ont pas ma carte et j'en ai besoin pour aujourd'hui même. Cela m'embête de gêner cette femme dans son travail et de retarder ceux qui attendent derrière moi, mais j'ai fait un long chemin et il faut que je la récupère...

    Finalement, la secrétaire décroche son téléphone, échange quelques mots avec quelqu'un et me dit que l'on va me recevoir pour éclaircir cette affaire. Je me mets donc de côté pour lui permettre de reprendre son travail et j'observe un peu la mairie en attendant mon interlocuteur... Qui ne tarde pas à arriver. Un homme de mon âge, très bien habillé, soignant son apparence. Je réponds à son sourire par le même, ayant le sourire facile.

    - Bonjour ! Je lui explique sans fioritures que j'ai été traînée d'une mairie à une autre, avec cette lettre indiquant que ma carte devrait être dans ce bâtiment.

    Je hoche la tête lorsqu'il m'invite dans son bureau et le suis d'un pas tranquille, ma canne claudiquant à chacun de mes pas, Mia continuant de marcher à mes côtés avec la même allure calme, bien que curieuse. Nous arrivons rapidement à son bureau et j'y entre après avoir été invitée, prenant l'un des siège alors que la Miaouss saute sur le second et s'y love. Je pose la canne contre ce siège et acquiesce lorsqu'il parle d'un coup de fil. Je prends la parole avant qu'il n'ait composé le numéro.

    - J'espère que je ne vous dérange pas dans votre travail, je pensais que ce ne serait qu'une formalité de récupérer ma carte, et j'en ai besoin au plus vite... C'est gentil de vous être déplacé pour cela en tout cas.



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 124

Région : Alola
Sam 25 Fév - 0:42
Sans surprise, la jeune femme est un peu gênée de la situation en vient à s'excuser. Il est vrai que je passablement occupé et que j'aurais aimé profiter de l'après-midi pour m'occuper de mes mails. Mais cela ne me prendra normalement pas trop longtemps, et je suis de plutôt bonne humeur pour le moment.

-Les flux de migrations en direction d'Alola ont fortement augmenté avec les accords internationaux qui viennent d'être signés. Les dysfonctionnement se multiplient à cause de cela. Et ne vous inquiétez pas, cela ne devrait pas prendre trop longtemps.

Comme d'habitude quand on appelle la mairie d'Ekaeka, on doit se coltiner la musique d'attente insupportable pendant plusieurs minutes avant d'avoir une réponse. Après avoir tapé le numéro, je pose le combiné sur la table. Le son est assez fort pour que je sois au courant lorsque quelqu'un répondra. Je fixe les magnifiques yeux bleus de la jeune dresseuse. Autant rendre l'attente plus agréable.

-Alors, mademoiselle, vous vous plaisez à Alola pour le moment ? Problèmes administratifs mis à part, bien sûr. Pour quelles raisons avez-vous décidé de venir vivre ici, si ce n'est pas trop indiscret ?

Je lui sers mon sourire le plus chaleureux en attente de sa réponse. Pendant ce temps, je tapote le téléphone avec mon index, sorte de tic lorsque j'attends que ces incapables d'Ekaeka daignent me répondre. A la fin de sa réponse, je fais signe à la jeune femme face à moi d'attendre un instant, car la musique s'est arrêtée, signe que quelqu'un a décroché. Je porte le le téléphone à mon oreille, je m'enfonce dans mon siège, faisait légèrement pencher le dossier en arrière.

-Mairie d'Ekaeka, bonjour, que puis-je faire pour vous ?
-Bonjour, Mr Finley, adjoint au maire de Puhi, à l'appareil. J'ai en face de moi une jeune dresseuse qui a été renvoyée vers nous pour recevoir sa carte, seulement nous n'avons pas reçu son dossier. Pourriez-vous me passer quelqu'un qui serait en mesure de m'assister à ce sujet ?

L'effort que je viens de faire pour rester courtois, bien qu'invisible, est surhumain. Mais je ne peux pas me laisser aller face à des citoyens lambda. Heureusement, je suis rapidement redirigé vers une personne supposée pouvoir m'aider. J'explique de nouveau le problème, et demande à ce que l'on m'envoie personnellement le dossier afin que je me charge du reste. L'employé rechigne. J'insiste fermement, et il finit par accepter. Il a intérêt à faire cela rapidement, s'il ne veut pas entendre de mes nouvelles.

-Je recevrai bientôt votre dossier. Je pourrai ensuite le transférer à l'accueil, et votre carte sera préparée. Une fois le dossier reçu, cela ne prendra pas très longtemps.

Tout dépend maintenant de l'employé de la mairie d'Ekaeka. Est-il un guignol dont je serai contraint de ruiner la vie, ou un employé consciencieux et compétent ? Nous le saurons bien assez tôt. Je me remémore maintenant la réponse que la jeune femme venait de me donner avant l'appel afin de rebondir dessus. Les citoyens aiment quand un politicien donne l'impression qu'il s'intéresser à ce qu'ils racontent.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 447

Sam 25 Fév - 13:16
    Je hoche la tête lorsque l'homme me parle des fluxs de migrations importants auxquels ils doivent faire face actuellement ; c'est vrai qu'auparavant, les îles étaient assez mystérieuses et repliées sur elles-même, il était très difficile de s'y rendre, même pour du simple tourisme. Je ne pense pas que mon patron aurait pu m'y envoyer sans ces accords, ce qui aurait été dommage ; cependant, je comprends tout à fait les problèmes auxquels ils doivent désormais faire face. Sur le coup j'ai l'impression de n'être qu'une migrante avant de me reprendre ; je sais de source sûre que je suis la première scientifique salariée venant de l'extérieur qui va s'installer ici, j'apporte mes connaissances aux îles d'Alola et je suis une travailleuse qui va étudier leur faune locale pour en apprendre plus, c'est une bonne chose non ?

    - Je comprends, ces accords ont du chambouler beaucoup de chose, mais j'espère que les habitants de la région le voie d'un bon œil...

    J'ai un petit sourire en entendant au bout du fil une musique d'ascenseur typique des mairies alors que l'adjoint pose le combiné sur son bureau, visiblement agacé de devoir attendre. Il décide alors de continuer la conversation en posant quelques questions. Je lui réponds avec sincérité, comme à mon habitude, tout en omettant quelques détails glauques qui, de toute façon, ne l'intéresserait pas.

    - Je suis arrivée hier, c'est encore un peu tôt pour vous dire. En tout cas, j'adore le climat qui règne ici, tout ce soleil, ça change de la pluie... Je lâche un soupir à peine imperceptible ; c'est vrai qu'entre la pluie l'automne et le printemps et la neige l'hiver, Unys n'est pas un rêve au niveau du temps. Je suis principalement venue pour le travail. Je devais quitter ma région et mon patron a fait les démarches nécessaires pour que je puisse venir ici, cela l'arrangeait d'avoir rapidement une salariée indépendante à Alola.

    Mon patron mais aussi Hypolitte, qui a même été l’instigateur de mon départ ; il faut dire que cela l'arrangeait puisque cela voulait dire que je quittais enfin son manoir. Il doit être ravi d'être de nouveau seul chez lui, sans personne à qui parler, sans rien pour l'adoucir. Enfin, c'est sûr que je ne pouvais pas rester éternellement chez lui et prendre un appartement à Méanville était impossible, pas après ce qu'il s'est passé avec Jules. Je sors de mes pensées lorsque mon interlocuteur me fait un signe et attrape son combiné ; je l'écoute silencieusement tandis que Mia ronronne sur son siège, immobile. L'homme fait preuve d'une certaine fermeté pour être écouter et cela semble payer lorsqu'il raccroche, satisfait. J'en apprends plus sur la situation et j'hoche la tête en l'écoutant.

    - Vous pensez que je l'aurais aujourd'hui ? Je dors au centre pokémon de Ekaeka, c'est assez loin d'ici, et j'ai besoin de cette carte pour la réservation gratuite de la chambre. Les tarifs de ce centre sont exorbitants...

    Si les dresseurs et les coordinateurs n'avaient pas un accès gratuit aux chambres des centres pokémons, j'aurais eu beaucoup de mal à m'installer ici, je ne sais même pas comment j'aurais fait. J'ai les moyens de me payer une nuit ou deux malgré les prix affolants, bien sur, mais j'aimerais si possible garder cette argent à des fins plus intelligentes. Surtout en sachant que ma carte est quelque part non loin d'ici.

    J'écoute sa réponse poliment avant que quelque chose ne fasse tilt dans mon esprit ; à la base je comptais faire des recherches sur internet, mais quitte à avoir un élu qui s'occupe de mon cas, je pourrais tout aussi bien lui demander directement.

    - Dites moi... En faisant quelques recherches, j'ai remarqué qu'il y avait des soucis pour loger tout le monde à Ekaeka et que les loyers ont doublés niveau prix. C'est aussi le cas dans votre ville ? Je laisse passer quelques secondes, avant de continuer. Je me posais aussi la question pour trouver un local. J'en aurais besoin pour mon travail, mais j'ai l'impression que cela va être compliqué...



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 124

Région : Alola
Dim 26 Fév - 1:23
Si les habitants d'Alola voient ça d'un bon oeuil ? Pas tous, à vrai dire. Certains y voient les intérêts économiques dans le domaine du tourisme, entre autres, mais aussi ceux liés à la libre circulation des biens. D'autres, cependant, ne sont pas très heureux de voir leurs traditions bafouées, par exemple. Quant à moi, dans le fond, je n'ai que faire de ces traditions poussiéreuses. Toutefois, leur rôle dans le maintien de l'ordre est la raison pour laquelle leur disparition m'inquiète. De plus, ces accords internationaux impliquent que l'Union aura son mot à dire dans notre politique intérieure, et nous forcer à prendre des décisions qui seront à notre désavantage. Tout ceci est problématique. Mais les avantages économiques sont indéniables. C'est pourquoi, si j'en ai un jour le pouvoir, je ferai en sorte que l'on puisse tirer profit au mieux de cette Union, tout en évitant au mieux les contraintes qui vont avec. C'est injuste, me diriez-vous. Mais je m'en moque. Je ne compte toutefois pas m'étaler là dessus.

-Certains oui, d'autres moins. Comme toujours.

Elle me raconte ensuite comment elle vit ses premiers moments à Alola. Comme je m'y attendais, elle ne manque pas de mentionner le climat. Il est vrai que nous avons de la chance sur ce point, et que cela doit changer d'Unys, qui n'a pas la réputation d'avoir le climat le plus favorable. Mais apparemment, elle n'est pas venue pour profiter du soleil.

-Si vous aimez le soleil, vous serez servie...

Alors que je m'apprête à la questionner sur son activité professionnelle, la mairie d'Ekaeka répond enfin, et je m'occupe donc de chercher à régler le problème auquel nous faisons face. Je fais ensuite un rapide briefing de la situation à la jeune femme. Elle semble toujours un peu stressée, mais elle sera heureuse d'apprendre que je fais les choses bien.

-Ne vous faites pas de soucis pour ça, tout sera réglé dans l'heure, normalement.

Comprendre : tout sera réglé dans l'heure si l'employé de la mairie d'Ekaeka est un homme normalement constitué, c'est à dire doté d'un cerveau fonctionnel. La jeune femme enchaîne ensuite sur une question concernant les loyers. Il est vrai qu'ils ont fortement augmenté récemment, suivant l'ouverture des frontières. Sentant qu'elle a autre chose à ajouter, j'attends simplement la suite. Elle cherche donc un local pour son activité professionnelle. Cela tombe bien, je comptais la questionner sur sa nature.

-Les loyers ont en effet monté partout, et Puhi n'est hélas pas une exception. Concernant votre logement personnel, il m'est impossible d'y faire quoi que ce soit. Par contre, je me demandais ce qu'est votre travail, que vous avez déjà mentionné. En effet, selon l'activité concernée, je pourrais éventuellement vous aider.

Si cette Juliette pouvait apporter un certain rayonnement à la ville, il serait tout à fait envisageable que je m'arrange pour lui trouver un local. Non seulement, cela pourrait bénéficier à la ville, mais surtout, elle me serait redevable, ce qui pourrait être une bonne chose pour la suite. Peut-être serais-je amené à lui demander de faire preuve d'un peu de reconnaissance un jour ou l'autre. Certains appellent cela le clientélisme. Je préfère le terme de "stratégie".


Merci à Lizbeth pour les avatars :3
Autres comptes:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 447

Dim 26 Fév - 14:08
    Nous discutons un peu du contexte géopolitique des îles pendant que la petite sonnerie d'attente continue de se faire entendre du côté du combiné. Assez curieuse, je demande à mon interlocuteur si les changements de politique récents ont été bien perçus et, comme prévu, c'est mitigé ; au moins, il n'évoque pas de possibles manifestations voire violence, ce qui voudrait dire que les choses se sont à peu près bien passées. L'adjoint me demande alors ce que je pense de leur région et pourquoi je suis venue ici et je lui réponds tranquillement, évoquant le soleil qui semble omniprésent ainsi que mon travail, qui a été l'excuse parfaite pour quitter Unys et le calvaire que cette région représentait à mes yeux. Je souris lorsqu'il me parle du soleil et je hoche légèrement la tête, hésitant à faire une remarque sur ma peau blanche avant de me reprendre en dernière minute ; de toute évidence, il n'en a rien à faire que je prenne des coups de soleil facilement.

    Une personne semble enfin au bout du fil et j'écoute silencieusement l'adjoint au maire parler avec la personne de l'autre mairie, écoutant d'une oreille distraite tout en glissant une main sur la tête de Mia, que je grattouille sous d'agréables ronronnements. Elle ne semble pas se soucier de ce qui se passe dans la pièce, gardant les yeux clos et somnolant légèrement ; est-elle encore fatiguée du voyage ? Elle a si mal supportée le voyage en ferry que c'est une possibilité. Je relève la tête lorsque l'homme reprend la parole et plonge alors dans son regard, remarquant alors la magnifique couleur ses pupilles ; je ne savais pas que l'on pouvait avoir de si beaux yeux, quoique ceux de Hypolitte sont eux aussi très beaux dans leur genre, mais du violet... ? Je me reprends et détourne le regard pour ne pas paraître gênante, préférant le questionner sur la date pour l'obtention de ma carte. Sa réponse me tire un soupir soulagé.

    - C'est parfait, merci beaucoup !

    Un large sourire orne mon visage soulagé alors que je le remercie vivement. Me sentant plus à l'aise maintenant, je reprend la parole pour évoquer les soucis que j'ai rencontré en cherchant un appartement dans les environs ; les prix sont exorbitants. J'en profite pour parler aussi du local dont j'aurais besoin pour mes recherches scientifiques, voulant à tout prix séparer travail et vie privée pour me faciliter les choses ; surtout que ce sera la boite qui me payera ce loyer-ci alors je ne vais pas me gêner. Cela fait parti du contrat après tout.

    - Je m'en doutais pour l'appart, ce n'est pas votre rôle. Sinon, je me serais directement adressée à un promoteur immobilier. Je reprends la parole lorsqu'il me demande de plus amples informations sur mon travail... Tentons le coup ! Je suis une scientifique. Spécialisée dans l'étude des pokémons et de leur environnement pour être exacte. Je suis salariée d'un grand groupe qui regroupe de nombreux pokédex à travers les régions, sauf à Alola. Avec l'ouverture des frontières, mes patrons ont décidé de m'envoyer ici pour que je puisse étudier votre faune et créer mon propre pokédex.

    Est-ce qu'un tel métier pourrait l'intéresser et me permettrait d'obtenir le sésame ? Pendant un instant, je me demande si je ne suis pas en train de demander une faveur, d'essayer de passer devant d'autres par un biais détourné... Néanmoins, en repensant à tout ce que j'ai du traverser avant d'arriver ici, je me dis que j'ai le droit à une deuxième chance et qu'il faut que je fasse le maximum pour la saisir... Dans la mesure du raisonnable bien sur !

    - De ce que je sais, je suis la première scientifique venue de l'extérieur qui s'installera dans votre région ; je vais pouvoir apporter à vos scientifiques une approche différente et discuter de ce que j'ai vu dans d'autres régions... Je pense par exemple aux pokémons venant de Kantô ; j'ai déjà lu plusieurs thèses sur les pokémons qui ont muté sur vos îles mais qui sont origines de Kantô, comme cette petite.

    Je pose une main sur la tête de Mia, la grattouillant de nouveau.



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 124

Région : Alola
Ven 3 Mar - 23:35
Une scientifique, voilà qui peut être intéressant. Si Puhi était la première ville à accueillir officiellement un scientifique étranger, ce serait une bonne chose pour le rayonnement régional de la ville, voire plus. Cela pourrait peut-être aussi créer des emplois et motiver l'implantation d'entreprises chez nous, avec chance. D'autant que la jeune femme affirme faire partie d'un grand groupe. Un grand groupe qui vend des pokédex. Avec la recrudescence de dresseurs en provenance des autres régions, il y a fort à parier que ce soit une activité en plein essor à Alola d'ici peu.

-Hm, intéressant...

Je hoche la tête et écoute attentivement la suite. Elle essaie de se vendre. C'est bien. Elle a l'air assez ambitieuse. Et surtout, elle a déjà des idées précises en tête, ce n'est pas juste un projet en l'air. C'est Il est vrai que nous avons à Alola quelques espèces de pokémons qui sont trouvables sous une forme un peu différente à Kantô, et que l'ouverture d'Alola en fera probablement l'un des prochains sujets de recherche à la mode. Même hors du cercle des scientifiques, la question commence à intéresser de plus en plus de monde. Certains pokémons ont vu leur popularité augmenter et sont utilisés comme exemple pour arguer de la supériorité d'Alola sur Kantô... Mais il s'agit là de politique plus que de sciences. C'est mon domaine, ceci dit. Elle me présente d'ailleurs son pokémon, que j'avais bien remarqué, un Miaouss de Kantô. C'est assez amusant puis que j'en possède moi-même un, de ma propre région. Mais nous ne sommes pas spécialement ici pour parler de pokémons.

-Ce serait un honneur d'avoir l'occasion de soutenir la recherche à mon niveau, en vous permettant d'exercer dans notre ville.


En réalité, c'est surtout les intérêts politiques que je pourrais en tirer qui m'intéressent, mais cette Juliette semble être douce et... innocente. Je préfère donc garder ma façade habituelle. Je repense à ce qui s'est passé la dernière fois qu'une belle jeune femme est entrée dans ce bureau. Cette journaliste qui a écrit un article sur moi. Elle m'a renvoyé un message, ce matin, mais je n'ai pas eu le temps ni l'envie de lui répondre. Après tout, elle ne m'intéresse pas particulièrement. J'aime savoir le pouvoir que j'ai sur les femmes, mais elle n'a pas ce que je recherche dans une relation. Je me demande ce que Juliette peut bien penser de moi. Je rejoins mes mains et entrelace mes doigts devant moi, lui sers un nouveau sourire, et reprends.

-Il me faudrait plus d'informations pour aller plus loin. La taille des locaux que vous recherchez, le type d'infrastructures requises, le matériel que vous comptez installer, ce genre de choses. Nous avons deux complexes de bureaux qui pourraient répondre à vos attentes. L'un au sud de la ville, l'autre à l'ouest.

Je ne prends pas la peine de préciser que ceux à l'ouest sont hélas situés près une zone dans laquelle les Skulls sont encore en place. Si nécessaire, je pourrais de toute manière m'occuper personnellement de la situation. En attendant, il me faut en savoir un peu plus sur ce qu'elle cherche.


Merci à Lizbeth pour les avatars :3
Autres comptes:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 447

Mar 7 Mar - 16:33
    Je commence à expliquer à mon interlocuteur quel est mon métier et quelles sont les avantages pour lui d'avoir quelqu'un comme moi dans sa ville ; j'ai l'impression de me vendre mais j'oublie cela rapidement en le voyant intéressé par ce que je lui raconte et donne donc des détails supplémentaires, notamment vis à vis des fameux pokémons "aux formes d'Alola", qui m'intriguent énormément depuis que j'en ai entendu parler, il y a maintenant des mois et des mois de cela. Je continue donc mon exposé, n'hésitant pas à y rajouter quelques nouveaux détails en espérant pouvoir convaincre mon interlocuteur ; après tout il reste un politicien, on ne sait pas ce qu'ils peuvent penser derrière leurs sourires, même s'il me semble plutôt sincère dans le genre. Je termine en caressant Mia, l'ayant citée puisqu'il existe une forme différente de Miaouss qui s'est développée sur les îles ; je serais d'ailleurs curieuse d'en croiser un, je le capturerais avec plaisir...

    Un large sourire glisse sur mes lèvres lorsque mon interlocuteur affirme que ce serait un plaisir que j'exerce dans la ville ; certes il ne s'agit pas du maire même de Puhi, mais il est adjoint au maire et jamais je ne me serais attendue à pouvoir rencontrer quelqu'un comme lui aussi tôt... Il faut croire que ma bonne étoile veille désormais sur moi et il faut bien dire que ce n'est pas trop tôt. J'aurais aimé avoir plus de chances plus tôt, ne pas avoir à subir ces dernières années en compagnie de ce monstre...

    Je me reprends rapidement, me rendant compte que je fixais mon interlocuteur sans même lui répondre : quel manque de politesse !

    - Merci beaucoup Mr Finley, vous m'êtes d'une grande aide !

    Entendre ces mots de sa bouche me fait l'effet d'une épine que l'on me retire du pied ; lorsque j'ai réalisé qu'il serait très difficile de trouver un local et un appartement j'avoue avoir paniqué, commençant à me demander si j'allais pouvoir exercer de façon fonctionnelle dans cette région ou si je devais me trouver un plan B... C'est une véritable aubaine d'être tombée sur cette personne pour une histoire de carte de dresseur.

    La conversation continue, cette fois sur les locaux que j'ai évoqué. Il semble avoir déjà réfléchi à la question et je l'écoute donc, réfléchissant moi aussi pour lui donner une réponse correcte, bien que j'ai tendance à partir dans des détails inutiles sans y faire attention...

    - Eh bien, comme je travaille seule, je n'ai pas besoin de grands locaux. Un 15 ou 20 m² devrait suffire s'il est bien agencé. J'ai besoin de poser un bureau et mon ordinateur fixe, ainsi que toutes mes notes de travail... Par contre il me faudrait une connexion internet filaire type fibre, j'ai beaucoup de transfert de données à effectuer, sans une connexion de ce type ce serait une horreur.

    Je caresse la tête de Mia tout en parlant, celle-ci me répondant à coup de ronronnement ravis. Je reste encore un instant dans mes pensées, tentant de voir si je n'aurais pas oublié quelque chose ; une pensée me traverse alors l'esprit et je l'exprime aussitôt.

    - Et si on peut y glisser un lit quelque part, ce serait encore mieux. Je ne m'attends pas à trouver un appart en claquant des doigts, alors en attendant autant avoir un chez soi provisoire.



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 124

Région : Alola
Mer 8 Mar - 23:54
La demande de la jeune femme était loin d'être extravagante, mais allait en réalité rendre la chose un peu plus compliquée. Le contexte local fait que les plus grands locaux sont assez peu prisés en ce moment, même si l'entrée dans l'Union commence à inverser la tendance. Si les résidents reviennent aujourd'hui à Puhi, de nombreux locaux administratifs ont été vidés à cause de l'activité des Skulls, avant que je n'entre à la mairie. Depuis que j'ai débarrassé les rues de la majorité de ces énergumènes, les entreprises reviennent. Mais pour le moment, elles cherchent principalement des locaux de taille modeste, de l'ordre de grandeur de ce que demande cette Juliette. J'allais donc être contraint de faire un peu de forcing. Elle souhaite aussi vivre sur son lieu de travail ? Remarque, ce n'est pas si rare chez les scientifiques. Après tout, leur vie tourne souvent autour de leur travail. Un peu comme moi d'ailleurs.

-Je vois. Il ne reste donc que le quartier sud de la ville qui correspond à votre demande, l'Ouest n'a hélas pas encore la fibre. Par contre, il ne sera pas facile de trouver un local dans ces dimensions là-bas, il ne reste presque que de grands locaux vides. Mais ne vous inquiétez pas, je m'en charge.

En précisant cela, je m'assure qu'elle me sera reconnaissante. Je presse la touche F5 pour réactualiser mes mails, et suis soulagé de voir que j'ai apparemment reçu les fichiers de la mairie d'Ekaeka. Je clique donc pour ouvrir le mail en faisant signe à Juliette de patienter. Tout semble être là, je le transfère donc à l'accueil et expliquant rapidement quoi faire, et demande à être appelé une fois que la carte sera réalisée. Je remarque ensuite que parmi les trois nouveaux mails reçus au moment de la réactualisation, l'un d'entre eux concerne un rappel pour la soirée organisée sur une plage privée d'Ekaeka afin de célébrer l'entrée d'Alola dans l'Union. Des acteurs économiques et politiques de toutes les régions, mais aussi des scientifiques, y sont conviés. Je me tourne vers Juliette et l'observe de nouveau. C'est une belle femme, être en sa compagnie pour la soirée pourrait être une bonne chose pour mon image. Et ce ne serait certainement pas désagréable.

-Un mail vient de me rappeler que demain soir, une soirée est organisée sur une plage privée d'Ekaeka pour célébrer l'entrée d'Alola dans l'Union. Il m'est possible de venir accompagné d'une personne. Il y aura des scientifiques du monde entier. Cela vous intéresserait ?

J'aurais pu prendre le temps de justifier ma proposition, mais je préfère observer la réaction de la jeune femme, après tout, il y a de grandes chances pour qu'elle accepte, étant donné qu'elle a l'air d'être impliquée dans son travail et qu'elle ne voudra certainement pas laisser passer une telle occasion.



Merci à Lizbeth pour les avatars :3
Autres comptes:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 447

Jeu 9 Mar - 20:29
    - Ca ne m'aurait pas dérangé de prendre un local plus grand s'il le faut, mais je ne suis pas sûre d'en avoir les moyens...

    Je réalise que je me suis laissée aller en donnant ainsi des indications aussi précises ; mon interlocuteur est déjà bien gentil de vouloir m'aider pour mon installation et voilà que je fais ma diva, je comprenne qu'il me juge après cela. Enfin, tant pis, ce qui est dit est dit et je hausse un sourcil à la fin de sa phrase, agréablement étonnée : décidément, il semble être quelqu'un de fiable !

    - Encore merci de m'aider, vous n'y étiez pas obligé... J'apprécie !

    Cela fait plaisir de voir des personnes qui s'impliquent dans leur travail et qui font de leur mieux pour que chaque y trouve son compte ; il est en tout cas bien plus dégourdi que les agents d'accueil auxquels je me suis frottée depuis que je vogue entre les mairies. Enfin, en même temps il est adjoint au maire si je n'ai pas mal entendu, il doit être quelqu'un d'influent dans la ville et ce n'est pas étonnant s'il prend toujours autant à cœur son travail. D'ailleurs c'est étonnant, un adjoint à cet âge ; vu son visage, je dirais qu'il n'est pas plus vieux que moi, peut-être même plus jeune ? En tout cas, je remarque une nouvelle fois la beauté de ses iris, qui ont de quoi subjuguer. Je regarde Mia pour ne pas me mettre à le fixer de nouveau, grattouillant de plus belle la Miaouss qui en redemande, se mettant sur le dos pour que je lui gratte le ventre, sur le siège. Je continue donc, restant silencieuse pendant que l'homme semble occuper sur son ordinateur, le visage sérieux...

    Je sens finalement ses yeux sur moi et tourne la tête, nos regards se croisant. Je n'ai pas le temps de m'interroger sur la raison d'un tel regard puisqu'il reprend la parole, m'étonnant au plus haut point.

    Il vient vraiment de m'inviter à une soirée privée, avec le gratin politique et tout le reste, ainsi que d'éminents scientifiques ? Je reste sans voix pendant de longues secondes, réalisant avec un retard que je n'ai pas mal entendu et qu'il s'agit bel et bien d'une invitation. Il doit lire la surprise sur mon visage, c'est certain. Je finis par me reprendre et par lui répondre, manquant de bafouiller ; si je m'attendais à ce que mon arrivée soit aussi remplie !

    - Votre invitation est... Complètement inattendue, je dois bien l'avouer. Mais vous avez titillé ma curiosité... Mais vous n'auriez pas envie d'y aller avec quelqu'un d'autre, que vous connaissez mieux ?

    Cela me gênerait de passer devant quelqu'un, alors qu'il m'est déjà d'une grande aide pour ma carte et mes futurs locaux... Néanmoins, je comprends rapidement qu'il était sérieux dans son invitation et je reprends donc la parole, plus sûre de moi.

    - Je ne m'attendais pas à une arrivée comme celle-ci, mais j'accepte volontiers votre invitation, Mr Finley. Je marque un temps d'arrêt avant de reprendre ma phrase. Je suppose que c'est le genre de soirée privée qui demande d'avoir une certaine classe dans la tenue ?



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 124

Région : Alola
Dim 12 Mar - 17:38
Juliette semble avoir particulièrement apprécié mon aide. Tant mieux. C'est comme cela que fonctionne la politique. Tout passe par l'image. Et aider des personnes qui font partie de réseaux divers, peu importe leur degré d'implication, permet de faire passer une image positive au sein de ces réseaux. Cela signifie que si, un jour, je devais centrer un de mes discours sur l'importance des sciences, pour une raison ou pour une autre, lorsque les journalistes creuseraient, ils découvriraient que j'ai, à mon échelle, fait quelque chose pour promouvoir la dite science, et ainsi que mon discours est en adéquation avec mes actes.

Et pourquoi ne pas forcer encore un peu les choses ? En effet, même si cette Juliette dit travailler pour une grande entreprise, il est tout à fait possible qu'elle ne soit qu'une employée parmi tant d'autres et que son nom ne sorte pas du lot, que ce petit coup de pouce que je lui donne passe inaperçu, et que ce soit, au final, un service qui ne me rapporte pas grand chose derrière. Seulement, par chance, je suis invité demain soir à une soirée privée à laquelle sont invités des scientifiques de renom, dont certains sont particulièrement engagés politiquement. Nul doute que si elle accepte de venir, elle cherchera à entrer en contact avec certains d'entre eux, et leur parlera de mon aide précieuse. Après tout, c'est là l'objectif réel de ce genre de soirées : se montrer. On ne le dit pas, évidemment, mais tout le monde le sait. Et joue le jeu. Bien entendu, il restera un obstacle pour que cela soit un succès, et je serai bien contraint d'en parler à la jeune femme. D'ailleurs, elle se pose elle-même la question de mon choix.

-La surcharge de travail de ces dernières années m'a coupé de la plupart de mes connaissances, et je dois vous avouer que ma sphère privée s'est beaucoup vidée. Les choses commencent à aller mieux, je commence à trouver mon rythme, mais c'est un peu tard. Ce n'est rien, j'ai choisi cette voie en connaissance de cause.

Comme je m'y attendais, elle est un peu gênée par la proposition. L'inverse m'aurait étonné, et déçu. Elle m'a l'air d'être une personne douce, attentionnée, notamment à la manière dont elle caresse son Miaouss et le regarde. Mais pas uniquement. Tout chez elle semble doux et innocent. Cela peut malgré tout cacher quelque chose.

-Il y a en effet un dress code assez strict, mais ne vous mettez pas non plus la pression plus que nécessaire. Si vous n'avez pas pris de quoi vous habiller pour de telles occasions, je peux vous donner une adresse pour des locations de robes de soirée.

Les scientifiques ne sont pas spécialement connus pour leur goût pour la mode et le luxe, mais ils sont tout de même souvent habitués à devoir bien s'habiller pour quelques occasions. Surtout lorsqu'ils travaillent pour de grandes entreprises, qui organisent souvent des galas annuels et autres soirées chiques. Cependant, elle n'a peut-être pas pris toutes ses affaire avec elle du premier coup pour venir à Alola. Mais je ne me fais pas tant de soucis pour cela. Il y a autre chose à aborder.

-Comme vous vous en doutez probablement, c'est une faveur que je vous fais. Et il se trouve que lorsqu'un homme fait une faveur à une femme, d'autant plus lorsqu'il s'agit d'un homme dans un position particulière comme la mienne et d'une femme charmante comme vous, les rumeurs ne se font pas attendre. Je vais être parfaitement honnête avec vous, si je vous invite, c'est bien sûr car votre compagnie est agréable, mais aussi parce qu'il sera bénéfique pour moi de montrer que j'agis pour aider les jeunes scientifiques à se lancer dans la région.

J'espère ne pas avoir été trop brutal, trop franc avec elle. Mais il vaut mieux qu'elle soit préparée à ce qui va venir, sinon cela se terminera mal pour elle comme pour moi, et je ne prendrai pas le risque de laisser cette soirée ternir mon image.

-Ainsi donc, j'aimerais que vous fassiez de votre mieux pour vous mettre en avant, et faire comprendre autour de vous que c'est vous qui avez quelque chose à nous apporter, et que je ne fais que vous donner un coup de pouce dans notre intérêt à tous. Il ne faut pas que vous donniez l'image d'une jeune femme en détresse à qui j'ai rendu service, mais d'une collaboratrice. Cela sera mieux pour vous comme pour moi. Et j'espère que nous passerons une délicieuse soirée.

Elle ne le prendra sûrement pas trop mal. Après tout, elle doit se douter qu'il y a une démarche politique derrière ma proposition. A moins qu'elle ne soit particulièrement naïve ? Je vais le savoir bien assez tôt. Toujours est-il que je ne peux pas laisser des rumeurs selon lesquelles je favoriserais une supposée amante pour l'attribution d'un local. Un tel scandale pourrait me coûter cher, légalement comme politiquement. Rien n'empêche toutefois que les choses évoluent par la suite.


Merci à Lizbeth pour les avatars :3
Autres comptes:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 447

Lun 13 Mar - 14:42
    - C'est vrai que c'est un milieu sans pitié, qui demande beaucoup de sacrifices au départ. Tant que vous ne regrettez rien, c'est le principal...

    Ouhla, depuis quand suis-je aussi bavarde avec quelqu'un que je viens à peine de rencontrer et qui est adjoint au maire de la ville ? Je vais vite le blaser si je me mets à parler de tout et de rien comme si je causais avec une amie alors que je suis dans son bureau pour une raison on ne peut plus sérieuse... Je m'arrête donc, à temps j'espère, mais l'homme ne semble pas s'en formaliser et reprend la parole, répondant à ma question sur la tenue à avoir ; je souris, amusée, avant de hocher doucement la tête à la négative lorsqu'il me parle de location de tenues de soirée.

    - J'ai ce qu'il faut avec moi, je ne suis pas venue les mains vides.

    A vrai dire, j'ai toujours eu une passion pour les beaux vêtements : les robes élégantes, les nuisettes et aussi de la lingerie fine, chaque pièce étant plus belle que la précédente. Néanmoins, ce n'est pas le genre de choses dont on parle à des inconnus, c'est un peu mon jardin secret cette collection de dentelle fine, que je compte bien élargir en faisant un peu de shopping dans le coin, lorsque je serais posée. Après tout, je n'ai pas commencé ma collection pour mon ancien compagnon, je l'ai toujours faite pour moi-même et cela continuera ; après tout, ce n'est pas très différent des filles qui collectionnent des centaines de paires de chaussures.

    Je sors de mes pensées lorsqu'il reprend la parole pour entrer dans les détails. Je l'écoute avec attention, le fixant, ne l'interrompant pas. Il fait une pause et je m'apprête à lui répondre, y réfléchissant, lorsqu'il reprend finalement la parole. J'ai un sourire amusé lorsqu'il me demande de me mettre en avant ; à cette phrase, je sais exactement quelle tenue je mettrais. Elle a déjà fait sensation par le passé, aucunes raisons pour que cela ne fonctionne pas aujourd'hui. Il conclut par une phrase qui me fait hausser un sourcil ; une « délicieuse » soirée, n'est-ce pas ? Je me demande s'il y a un sous-entendu derrière tout cela, surtout après le compliment qu'il a fait plus tôt, mais inutile de lui demander directement ; cela ne serait plus un sous-entendu, ce serait dommage.

    - Evidemment, je me doutais que vous ne m'invitiez pas juste par sympathie. Dans votre métier, rien n'est fait au hasard et avoir une bonne image est très important. Dans le mien aussi, mais les enjeux sont différents. Je laisse passer une courte pause avant de reprendre, souriante. Par rapport à ma « mise en avant », ne vous inquiétez pas pour cela, il n'y aura aucun problème. Cette soirée est l'occasion parfaite pour rencontrer mes confrères, elle sera bénéfique pour nous deux.

    Je conclus en gardant mon sourire au coin, finalement assez amusée par la tournure de la situation, tout en me posant quelques questions sur le regard que mon interlocuteur pose sur moi... Mais j'aurais tout le temps de confirmer ou non mes pensées par la suite.



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 124

Région : Alola
Mar 14 Mar - 1:22
La discussion s'est déroulée de la meilleure manière possible. A première vue, la jeune blonde semble un peu naïve, mais il n'en est visiblement rien. Le dress code ne semble pas la gêner le moins du monde, je crois même avoir aperçu un léger sourire se former lorsque j'ai mentionné les "robes de soirée". Elle a l'air confiante quant à sa capacité à se mettre en avant, à apparaître comme un atout réel et non un simple "trophée". Un appel de l'accueil pour me prévenir que la carte de Juliette est enfin prête met un terme à notre conversation qui touchait de toute manière à sa fin. Je la raccompagne donc courtoisement jusqu'à la porte de mon bureau, puis lui tend ma carte de visite afin qu'elle me recontacte demain afin de convenir d'un lieu et d'une heure de rendez-vous pour la soirée. Je laisse volontairement glisser mon annulaire, qui dépassait de la carte, le long de la paume de sa main après y avoir déposé la dite carte. Ce faisant, je plonge mes yeux dans les siens, puis la salue. Je me demande si mon manège a fait son petit effet ou non. Je lis donc ses expressions faciales avec attention. Je rentre ensuite dans mon bureau pour m'occuper enfin des nombreux mails que j'ai en retard. Malgré le retard pris, je suis satisfait. J'ai réussi à tirer profit de l'incompétence de mes collègues d'Ekaeka, et je n'irai pas jusqu'à les remercier, mais il faut avouer que je ne la regrette pas cette fois-ci.

Le lendemain, en fin d'après midi...

J'attends devant l'entrée du centre Pokémon d'Ekaeka. La plage sur laquelle aura lieu la soirée privée à laquelle je dois me rendre en compagnie de Juliette n'est qu'à cinq minutes à pied. Peut-être un peu plus selon la taille des talons que portera la charmante scientifique, d'autant plus compte tenu du fait qu'elle utilise une canne. Je me demande quelle tenue elle a bien pu choisir pour l'occasion. De mon côté, rien de bien différent que d'habitude. Mon métier m'oblige à me mettre sur mon 31 toute la semaine. Seule petite addition : une rose achetée en chemin chez un fleuriste. Je jette un oeuil à ma montre. 47 secondes de retard. Deux ans plus tôt, j'aurais déjà commencé à être irrité, mais même si les retards m'horripilent toujours, j'ai bien dû prendre un peu l'habitude avec le Maire. Finalement, Juliette apparaît quelques instants plus tard. Elle est... magnifique. Je ne m'attendais pas vraiment à cela. Sa robe blanche lui va à ravir, son maquillage est particulièrement bien réussi et fait ressortir ses yeux d'un bleu à faire concurrence aux ciels d'été d'Alola. Je lui tends délicatement la rose.

-Bonjour, Juliette. Vous allez bien ? Ne perdons pas trop de temps, je n'aime pas être en retard, et vous apprécierez de pouvoir assister a coucher de soleil sur cette plage. La soirée a lieu dans une club privé qui possède une terrasse sur la plage.

Le Gotha, un nom pas original du tout pour un club qui a changé de nom en prévision de l'entrée d'Alola à l'Union pour attirer les nombreux touristes aisés qui arrivent en ce moment. Combien de clubs privés de Kolas portent ce nom ? Certainement trop, puisque n'étant même pas un grand connaisseur de cette région, je sais cela.

-Je vois que vous n'avez pas menti lorsque vous avez affirmé avoir de quoi vous habiller pour ce soir. Je dois dire que vous êtes ravissante. Je vous souhaite de faire aussi bonne impression auprès de vos collègues qu'auprès de moi.

Ce soir, je suis bien d'humeur à sortir le grand jeu. Bien sûr, l'objectif principal est de me montrer en compagnie d'une scientifique qui ne manquera pas de mentionner l'aide précieuse que je lui offre gracieusement. Mais autant joindre l'utile à l'agréable. Du moins, si elle est un tant soit peu sensible à mon propre charme.


Merci à Lizbeth pour les avatars :3
Autres comptes:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Scientifique Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 447

Mar 14 Mar - 17:19
    Les choses sont rapidement mises au clair entre vous, vis à vis de l'invitation de Mr Finley à cette soirée ; c'est parfait ainsi, ce sera bien plus simple pour demain soir. Un coup de fil annonce la fin de cette entrevue, ma carte étant arrivée à l'accueil de la mairie : comme promis, la situation s'est vite réglée, bien qu'elle ait entraînée d'autres conséquences... Cela me tire un léger sourire alors que je me lève, attrape ma canne pour m'y appuyer, rejoignant la porte d'entrée avec la Miaouss à mes pieds. Il me tend sa carte de visite afin de convenir d'une heure pour se retrouver et je sens un léger frisson lorsqu'il en profite pour caresser un court instant ma main. Je relève les yeux pour le fixer et je suis contente à cet instant de ne pas être du genre à rougir facilement. Je lui adresse un sourire, presque amusée, n'ayant rien au fond contre le faite qu'il tente sa chance, même si ce ne sera pas aussi facile. Je le salue donc poliment, le remercie encore une fois pour son aide précieuse et retourne à l'accueil, récupérant ma carte auprès de la secrétaire avant de partir, reprenant le bus pour retourner au centre pokémon, ma nouvelle carte de dresseuse en main...

    Le lendemain, je retrouve mon frère et je lui parle de cette rencontre à la mairie de Puhi, sans rien omettre si ce n'est le dernier geste de l'homme, qui relève plus du privé. Il semble d'ailleurs émettre quelques doutes mais je le rassure ; je suis assez grande pour m'occuper de moi-même seule, même si j'ai fait des erreurs par le passé. Cependant, il ne voit pas d'un mauvais d’œil la soirée, au contraire, c'est un bon moyen pour moi de me faire connaître et de commencer sur de bonnes bases avec mes collègues de la région.

    Je rentre au centre pokémon une bonne heure avant l'horaire décidé avec Mr Finley (à moins que je ne doive l'appeler Charles, puisque je sais maintenant son prénom ? Mais évitons de le faire en premier), accompagnée de mon frère, lui ayant demandé de rester pour me donner un coup de main. Une fois rentrés je m'active aussitôt, laissant Jess avec les pokémons pendant que je m'enferme dans la salle de bain. Je prends une longue douche, prends soin de mon corps et sèche mes cheveux, y faisant attention pour éviter qu'ils ne ressemblent à rien. J'enfile ensuite un ensemble de lingerie, dont un soutien gorge très fin pour qu'il passe avec ma robe, et j'enfile celle-ci... Une robe dos-nu, blanche de la tête au pied, qui se noue derrière le cou et qui descend en une longue cascade vaporeuse de tissus, presque jusqu'aux pieds. J'arrange un peu mes cheveux, que je laisse détachés pour une fois, avant de me maquiller les yeux et les lèvres. Je sors ensuite de la salle de bain et demande à mon frère de venir ; il me rejoint, sachant déjà pourquoi je fais appel à lui. Je lui tends un fond de teint, dont je me suis à peine servie pour le visage, et le laisse s'occuper de mon dos, qui a été marqué à plusieurs reprises par les coups de Jules. Jess rattrape habilement le tir, les marques sont maintenant bien moins visibles, elles devraient passer inaperçu tant qu'on ne me fixe pas le dos avec insistance.

    Je jette un coup d’œil à l'heure ; il me reste à peine cinq minutes pour être à l'heure, heureusement qu'il est venu me chercher au centre. Je rentre rapidement Mia dans sa ball, que je fourre dans mon petit sac à main, ainsi que plusieurs cartes de visite, très simples, que j'avais fait refaire juste avant de partir, au cas où. Je ne pensais pas en avoir besoin aussi rapidement mais tant mieux, il est important que je me fasse des contacts dans le milieu sans plus attendre. J'enfile mes chaussures pour finir - des talons de seulement quelques centimètres, n'ayant normalement pas vraiment le droit d'en porter avec mes problèmes de hanche - et j'attrape ma canne avant de sortir, saluant rapidement mon frère et dévalant les marches pour être pile à l'heure. Charles est déjà là, m'attendant à la sortie du centre.

    - Bonjour ! Je vais très bien, et vous ? Je prends la rose délicatement. Merci ! Et je vous suis, j'ai cru comprendre que nous n'étions pas loin.

    Je glisse la rose dans mon sac, faisant ressortir la fleur de telle sorte qu'elle soit un minimum mise en valeur. Un sourire amusé glisse sur mes lèvres lorsqu'il complimente mon choix vestimentaire qui, comme prévu, fait son petit effet.

    - Merci. Je vous avais dit qu'il n'y aurait pas de soucis de ce côté là, j'ai tenu promesse.

    Je ne lui renvoie pas la balle en le complimentant sur sa tenue, qui certes le met parfaitement en valeur, mais qui est similaire à celle qu'il portait lorsque nous nous sommes vus hier ; les politiques sont comme les banquiers, toujours parfaitement habillés à tel point qu'on n'y porte plus attention assez rapidement.

    Nous nous mettons en marche sans attendre et je laisse à Charles le soin de me guider vers les lieux, n'ayant aucune idée d'où se trouve ce fameux club privé, à part qu'il n'est pas loin. Je force un peu pour rester à ses côtés, le combo canne - talons n'étant pas mon meilleur allié dans la marche.

    - Au faite, je peux vous appeler Charles ?

    Autant être plus à l'aise avant que nous n'arrivions à destination, les choses seront très différentes une fois dans la masse.



autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Alola

C-GEAR
Inscrit le : 19/02/2017
Messages : 124

Région : Alola
Mer 15 Mar - 2:33
Sur le chemin, je me rends compte que Juliette se presse un peu pour tenir la cadence. Il faut dire qu'il ne doit pas être aisé de marcher en talons, tout particulièrement lorsque l'on a une canne. Je décide donc d'ajuster ma cadence pour éviter qu'elle ne se fasse mal dans la précipitation. Il serait dommage de gâcher cette soirée. Je m'amuse tout de même à m'imaginer en train de la porter parce qu'elle s'est brisé la cheville. Notre entrée serait alors pour le moins fracassante. Je suis tiré de mes pensées par une question pour le moins pertinente.

-Bien entendu. Je pense que l'on pourrait même se tutoyer, tant qu'à faire, qu'en dis-tu ?


Nous allons passer une bonne partie de la soirée ensemble, et si l'objectif principal est purement professionnel, cela fait bien trop longtemps que je ne me suis pas réellement amusé, par manque de temps. Ma dernière soirée remonte à la fin de mes études, il y a près de trois ans. Le tutoiement imposera ainsi une atmosphère un peu plus détendue entre nous. Alors que nous approchons tranquillement du club, j'en profite pour engager la conversation avec la jeune femme.

-Ca te dirait de m'en dire un peu plus sur ton travail ? Je suis intéressée, et ça fera plus sérieux si on me pose la question.

Je suis plutôt doué pour meubler, pour faire un beau discours avec du vent. C'est quelque chose que l'on apprend au cours du cursus, et dans lequel j'ai toujours excellé. Mais l'illusion ne fonctionne que lorsque l'audience est ignorante du sujet. Il vaut donc mieux prendre des précautions. J'écoute donc attentivement les précisions de Juliette sur la nature de son métier. Elle a l'air passionnée. C'est une bonne chose. J'apprécie les personnes passionnées par leur travail.



Merci à Lizbeth pour les avatars :3
Autres comptes:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 2) Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Les Royaumes Elfiques] Modélisme
» tuto haradrim, opération désert
» Salle d'opération section civile
» Sites de modélisme
» [Modélisme] Troll d'Isengard.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Alola - 7E G E N :: Ekaeka-