AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 

 
» Tourner la page


avatar
Ex-Champion

C-GEAR
Inscrit le : 24/08/2013
Messages : 372

Mer 22 Fév 2017 - 19:25
Un certain quotidien s’était installé et l’idée de s’y habituer perturbait le jeune Chi. Son emploi du temps, de semaine en semaine, était de plus en plus similaire. Entrainement de ses pokemons pour rester à niveau à l‘Elite, entretien avec les journalistes, parfois quelques délires avec Calypso lorsqu’ils avaient la chance de se croiser dans les couloirs, discussions plus ou moins professionnelles avec Nathan… Même si tout n’était pas semblable de jour en jour, cette sensation restait gravée dans son esprit. Heureusement, ses échanges réguliers avec Kestrel l’aidaient à tenir le coup et dès qu’il avait la possibilité de s’échapper du QG pour aller lui rendre visite, il ne manquait jamais l’occasion. Et puis, évidemment, il avait pris l’habitude d’aller voir son père au moins une fois par semaine.

Cela ne l’aidait pas à aller bien. S’il avait encaissé le coup, s’il avait fini par en parler avec ses collègues, cela ne voulait pas dire qu’il acceptait ce qui arrivait à son paternel. Les chances que Gao se réveille, si on en croyait les médecins, s’amenuisaient. Son état était stable, peut-être un peu trop d’ailleurs. Il n’y avait aucun signe qu’il finirait par se réveiller un jour. Et ça, c’était difficile à vivre. Ne pas savoir était une souffrance. Il espérait chaque jour recevoir un appel de sa mère pour lui annoncer une bonne nouvelle. Cependant, cet appel tardait et il se demandait de plus en plus s’il allait finir par le recevoir ou il serait remplacé par une annonce beaucoup moins plaisante. L’idée que son père puisse mourir le paralysait, d’autant plus si c’était à eux de décider. Alors pour l’instant, il se contentait d’éviter d’y penser, payant sans compter les frais d’hôpital. Sans son salaire à l’Elite d’ailleurs, ils n’auraient pas réussi à tenir la cadence… La santé était tellement chère.

Avec Nathan, ils s’apprêtaient à quitter le QG pour se rendre à une interview à Féli-Cité, lorsqu’il reçut enfin l’appel qu’il attendait tant. Il ne s’était pas attendu à ce que ce soit le numéro de Mina qui s’affiche. Un brin de surprise se dessina sur son visage, tandis qu’il se mordait la lèvre. Il échangea un bref regard avec le jeune homme qui l’accompagnait avant de décrocher. Il n’eut point la peine de porter l’appareil à son oreille que, déjà, il entendait la voix forte et enjouée de sa cadette.

« Li ! Amène-toi vite, papa s’est réveillé ! »

Le jeune membre de l’Elite crut que son cœur venait de louper un battement. La nouvelle, si longuement attendue, lui tombait dessus. Enfin. Il resta sans voix pendant plusieurs secondes, tandis que sa cadette continuait de lui affirmer qu’il avait intérêt à débarquer immédiatement et de « bouger son cul ». Décidemment, sa sœur avait parfois un langage bien fleuri. Il balbutia quelque chose qui signifiait qu’il arrivait de suite. Il eut le temps de jeter un regard à Nathan qui était déjà occupé à prévenir les journalistes qu’ils ne pourraient malheureusement pas se rendre au rendez-vous. Parfait, Li n’avait même pas à chercher d’excuse. Le temps de l’appel, il alla s’installer dans la voiture. Son esprit ne percutait pas réellement face à la nouvelle qu’il venait d’entendre. Son père s’était enfin réveillé, après presque six mois de coma. Il était réveillé et le jeune Chi avait l’impression que c’était lui qui était en train de rêver. Il avait la sensation que ce n’était pas réel. Peur de penser que cela ne pouvait être la vérité, que cela ne pouvait être qu’un rêve étrangement réel…

« Aie ! Qu’est-ce qui te prends ?! »
« T’es bien dans le monde réel, alors ressaisis-toi. Direction l’hôpital. »

A croire que son ami pouvait lire en lui comme dans un livre ouvert. Ou peut-être était-il facile de savoir à quoi il pensait à ce moment-là. Li se massa l’avant-bras, là où il avait été pincé quelques secondes plus tôt. Un fin sourire se dessina sur son visage tandis que la voiture démarrait. Malgré tout, il avait du mal à croire. Il pourrait revoir son père éveillé. Il ignorait totalement comment Gao réagirait, mais cela n’avait pas d’importance. Son père avait vaincu le coma et ça, c’était la chose la plus magique qui pouvait lui arriver. Avant d’oublier et de ne plus avoir le temps, il s’empressa d’envoyer un message à Kestrel pour lui annoncer la nouvelle. Nul doute qu’elle serait aussi heureuse qu’il ne l’était en l’apprenant.



Cette fois-ci, son arrivée à l’hôpital fut bien plus agréable que les précédentes. Il eut du mal à tenir en place, si bien que Nathan le déposa devant l’entrée du bâtiment, préférant chercher seul une place pour se garer. Lorsqu’il arriva dans le hall, il se dépêcha de rejoindre l’allée des réanimations, connaissant dorénavant le chemin par cœur. Il se dirigea d’un pas rapide vers la chambre de son père, n’ayant aucune difficulté, cette fois, à passer le seuil de la porte. Sa mère et sa sœur étaient déjà présents et lui offrirent un large sourire en le voyant. Cependant, le regard du jeune Chi était captivé par une autre scène ; il avait tant de fois vu son paternel couché qu’il était presque surpris de le voir assis. Ses yeux étaient bel et bien ouverts, bien qu’ils trahissaient une certaine fatigue. Li resta bouche bée pendant des secondes qui lui parurent une éternité. Il ne savait pas comment il devait réagir. Ils n’avaient jamais été démonstratifs, dans la famille. Alors même s’il aurait adoré embrasser son père, il n’en fit rien. Il salua poliment, en s’inclinant alors qu’il tentait de maitriser les larmes qui lui montaient aux yeux.

« Humfr. Toujours aussi maigre. »

Cette voix lui avait terriblement manqué. Il se moquait bien des reproches qui pouvaient lui être fait –ce ne serait pas Gao s’il ne le faisait pas, de toute manière-, il voyait surtout que son paternel était bel et bien réveillé, capable d’adopter un comportement normal en une telle situation. Le jeune membre de l’Elite ne put s’empêcher de sourire, reprenant contenance.

« Tu m’as manqué aussi, Bà. »

Un simple regard lui permis de comprendre que ce sentiment était partagé, même si Gao ne l’admettrait jamais. Et puis, pour lui, il ne s’était guère passé énormément de temps. Il semblait un tantinet perdu, mais ce n’était pas grave. Dans les jours qui suivraient, il reprendrait du poil de la bête, à n’en pas douté. C’était un battant qui allait de l’avant, quoi qu’il arrivait. Li ne s’inquiétait pas pour cela.

Une conversation se lança, sans que Li n’y fasse vraiment attention. Il en profita pour s’asseoir près du lit de son père, l’entendant se plaindre du confort du lit. Il regarda sa mère prendre soin de son époux, comme elle l’avait toujours fait. Mina était assise sur le lit, semblant boire chaque parole. Un peu comme chacun d’entre eux. Le jeune Chi ne s’étonna pas de ne pas voir arriver Nathan qui avait sans doute préféré les laisser profiter en famille. Néanmoins, la certaine euphorie qui s’était installée fut quelque peu brisé à l’arrivée du médecin. Des examens avaient été pratiqués depuis le réveil de son père… Et si les résultats étaient positifs en termes de psychisme, ils l’étaient bien moins au niveau du corps.

« Je suis navré, Monsieur Chi. Ce long coma a eu des répercussions sur vos facultés motrices. Vous pourrez sans doute remarcher après de la rééducation, mais il vous sera impossible de courir et de pratiquer des sports physiques. »

Après le départ du médecin, un long silence s’installa. Le bonheur éprouvé auparavant perdait de sa superbe. Mei-Lin tâcha de voir les points positifs, s’attardant sur le fait que Gao s’était éveillé. Et que même s’il n’était plus en excellente physique, il restait un être important au sein de leur famille. Ça, Li n’en doutait pas un instant. Mais il savait aussi très bien ce que signifiait cette nouvelle pour lui. C’était sans doute pour cela qu’il avait des difficultés à retourner dans le présent. Il chercha toutefois à se montrer tout aussi enjoué que sa mère ou sa sœur, ignorant les regards en coin qui lui étaient adressés. Il souhaitait néanmoins profiter de cet instant.

La nuit n’allait pas tardée à tomber lorsqu’ils furent gentiment jetés hors de la chambre de Gao. Ce dernier avait besoin de repos, mais les infirmières leur avaient assuré qu’il ne devrait pas rester encore longtemps à l’hôpital et qu’après une petite semaine sous observation, il pourrait rentrer. C’était un soulagement. Lorsqu’ils furent à l’extérieur, il chercha à prendre congés de sa mère et sa sœur. Néanmoins, il fut surpris de sentir les bras de sa génitrice l’attraper pour une simple étreinte.

« Tu n’es pas obligé, Li Wei. Tu peux choisir ta voie. On s’en sortira, quoi qu’il arrive. »
« Ne t’inquiètes pas, Mā, je sais ce qu’il me reste à faire. La famille passe avant tout. »

Il tenta de sourire, mais peut-être était-il encore trop tôt pour qu’il y parvienne. Sa mère sembla froncer les sourcils. Face au regard de son fils toutefois, elle ne se permit aucun commentaire. Li avait pris sa décision, de toute manière. Et, contrairement à ce que sa mère lui disait, il n’avait pas vraiment le choix. Il y avait des valeurs qui importaient bien plus pour lui que ses propres envies. Le dojo en faisait parti. Alors…



Il se sentait terriblement nerveux et un brin déprimé. Il ne s’était jamais imaginer dans cette situation. Ou alors, si, un peu, mais il avait espéré que ce moment serait le plus loin possible dans le temps. Nathan n’avait pas spécialement aimé la nouvelle tout comme il ne comprenait pas la décision du jeune Chi. Ce dernier ne lui en voulait pas, d’ailleurs. Il était difficile pour les personnes extérieures à sa famille de comprendre son choix. Mais, pour lui, il était tout bonnement impossible de laisser le dojo de son père tomber dans l’oubli. Il fallait quelqu’un pour le redresser, et comme Gao ne serait plus en mesure de s’en occuper… Il était normal que ce soit son fils qui prenne le relai. Et cela même si cela signifiait qu’il devait quitter ses fonctions de l’Elite. Il avait adoré cette expérience, aurait aimé que cette aventure dure encore et toujours. Cependant, toutes les bonnes choses avaient une fin. Sa famille passait avant ses rêves. C’était ainsi. Il se préparait déjà aux remarques de certains, aux indignations d’autres. Mais c’était ainsi qu’il avait été éduqué. Les projets familiaux passaient avant tout, et le dojo était fermé depuis bien trop longtemps dorénavant. Il était temps qu’il reprenne les rênes. Ce ne serait pas évident financièrement parlant, il avait néanmoins l’intime conviction qu’il s’agissait là du meilleur comportement à adopter.

Le rendez-vous avec le Comité fut éprouvant, comme il avait pu s’en douter. Ils tentèrent de le faire changer d’avis, parlant même d’une augmentation. Mais rien n’y faisait ; Li était déterminé. Il déposa sa lettre de démission sur le bureau, remercia les personnes qui lui faisaient face de lui avoir accordé leur confiance, s’excusant pour les quitter aussi rapidement. Si les évènements s’étaient passés autrement, il serait resté. Ce n’était pas quelque chose sur lequel il pouvait influencer malgré tout. Ranger ses affaires fut tout aussi pénible. Le plus difficile fut pourtant l’annonce à ses collègues. Même s’il n’avait pas eu le temps d’apprendre à connaitre Béatrice, il l’appréciait en tant que personne. Quant à Dominic et Caly eh bien… Pfiou. Ça lui faisait un sacré pincement au cœur, quand même. Il promit d’ailleurs de ne pas couper les ponts, leur promettant de les appeler quand il aurait le temps ou simplement d’échanger des messages. Il ne cherchait pas, après tout, à disparaitre totalement de leur vie. Maintenant, il ne se faisait pas trop d’illusions ; ils se verraient moins et, peut-être qu’au final, il perdrait contact. C’était les aléas de la vie.

Quitter définitivement le QG lui brisa le cœur. Il ne doutait pas néanmoins être capable de remonter la pente. Et puis, ce n’était pas comme s’il se retrouvait seul. Il avait Kestrel à ses côtés, sa sœur, ses parents. Il aurait de quoi occuper son esprit s’il voulait relancer l’entreprise de son paternel. Il ne pourrait donc pas trouver le temps de se morfondre. Il était heureux, toutefois, d’avoir pu vivre une telle expérience. Cela avait été tellement beau qu’il se demandera parfois s’il ne s’agissait pas d’un rêve. Mais il était bien réel, et il était dorénavant temps de tourner une page décisive de sa vie.



Autres comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Faut il tourner la page et oublier ???
» Tourner la page sans oublier le chapitre précédent..| Jethro
» ❤ Il ne suffit pas de tourner la page... Des fois il faut changé de livre. ❤ /Il est décédé suite à un suicide/
» J'étais prêt à tourner la page. C'est la page qui ne veut pas se tourner ~ Lucila
» SKYE + " J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner. " (Grey's Anatomy)

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: QG Elite 3-