AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 
» « It's all written in the stars » ft. Tony Schwärtzwind


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1691

Région : Johto
Mar 14 Fév - 0:41

It's all written in the stars

« She silenced her mouth when I asked for her name, and she asked me please do the same. She said it`s all written in the stars, and that is the story so far. »

Passer deux jours dans un ranch pour fêter la St-Valentin et « tenter d’oublier cette histoire de merde, faire son deuil », quelle grosse blague. Elune ne s’était pas encore remise de la mort de K, passait rarement une journée sans pleurer toutes les larmes de son corps, et on voulait la forcer à faire de nouvelles rencontres afin de passer à autre chose et oublier celui qu’elle avait aimé de longs mois durant. Désespérée, vide et absolument incapable de penser par elle-même au moment où on lui avait proposé de s’inscrire, elle n’avait fait qu’acquiescer sans se douter qu’elle s’engageait réellement à se tirer à Unys quelques jours plus tard et se taper une petite dizaine de célibataires en manque de cul ou totalement désespérés. Plus la date butoir approchait, plus elle voulait se désister. Mais l’idée de passer deux jours à la campagne, de se forcer à des occupations et tenter de socialiser n’était probablement pas plus mal. En tout cas, c’était certainement plus productif et moins dangereux que ses longues journées déprime et ses recherches concernant K qui stagnaient. Elle avait décidé de s’y rendre en tentant de mettre de côté les derniers événements et en profitant de l’air frais que lui offrait -d’après l’annonce- ce petit coin de paradis. Après tout, pourquoi pas ? Elle avait cependant refusé de s’inscrire au speed dating, qui était au-dessus de ses forces. Parler tranquillement à quelques personnes, pourquoi pas, mais enchaîner les prétendant(e)s et ne plus savoir où donner de la tête en stressant plus que de raison, non merci.

Quoi qu’il en soit, après un voyage à broyer du noir et à maudire cette St-Valentin ratée d’avance, elle arriva dans le fameux ranch d’Amailide. Accueillant, charmant, minutieusement décoré de symboles clichés d’amour et de pureté, de quoi la faire gerber tellement tout était parfait. Elle n’était tellement plus habituée à tout ça, moyennement romantique dans l’âme, qu’elle regretta encore un peu plus d’être arrivée ici. Et s’il n’y avait que des vieux débris de soixante piges à la recherche d’un jeune cul tout frais ? Ou des paysans du coin, qui n’ont jamais vu d’autres femmes que leur mère et leur sœur ? Ses pensées péjoratives, déplacées et méchantes ne cessaient de prendre le dessus, la musicienne étant trop négative pour imaginer qu’elle trouverait peut-être quelqu’un à son goût. De toute façon, mieux valait ne s’attendre à rien et être agréablement surprise que l’inverse. Elle découvrit sa chambre avec passivité, ne prêta aucune attention aux lettres de bienvenue et aux activités proposées sur un flyer et fila directement à la salle de bain où elle avait prévu de se refaire une beauté. Elle s’était promis de faire un effort et d’avoir l’air un minimum présentable.

Elle se fixa dans le miroir, dans lequel elle pouvait se voir presque de la tête aux pieds. En se regardant dans les yeux, son cœur se serra et les larmes manquèrent d’inonder ses joues. Elle prit appui sur le lavabo et baissa la tête. « Pourquoi ? » Elle serra les dents. L’image de Kale qui se formait dans son esprit devenait de plus en plus nette, au même rythme que son cœur qui accélérait et la faisait souffrir. « N’y pense pas. Reprends-toi. Qu’est-ce que tu pouvais croire, de toute façon ? T’es un aimant à merde. T’es de ces personnes qu’on abandonne dès qu’elles touchent au bonheur. Alors calme-toi, respire, vis avec. » Il lui fallut quelques minutes pour se remettre au point et souffler correctement. Elle renifla et se regarda avec détermination. « Avance et n’y pense pas aujourd’hui. Profite et fais comme si rien ne s’était passé. T’es pas là pour saouler les autres avec tes conneries. » Elle savait qu’elle avait raison. Alors elle bloqua ses pensées, oubliant pour le weekend ce qui était derrière elle. Elle se regarda à nouveau, se trouvant d’un coup plus séduisante. « T’es pas si mal, bébé. » Malgré les températures de février, qui atteignaient rarement plus de douze degrés, elle s’était vêtue d’une robe noire sans manche légère, de bas noirs, de bottines noires, … Elle n’avait pas goût à porter des couleurs. Elle avait également enfilé son faux perfecto en faux cuir, taillé plus féminin qu’un original mais aussi moins douillet. Ses bagues, seules touches argentées sur sa tenue d’enterrement, ne quittaient jamais ses doigts. Le visage un peu pâle et ses yeux trahissant clairement son manque de sommeil, elle tenta de se maquiller juste ce qu’il faut pour cacher ses cernes et faire ressortir le bleu envoûtant de ses yeux. Elle faisait en sorte qu’on se concentre sur eux plutôt que sur son teint cadavérique. En quelques minutes, elle fut fin prête. Ce n’était que le début de soirée, le soleil entamait lentement sa descente sur l’horizon, mais elle avait envie d’y aller. Les festivités battaient leur plein depuis cet après-midi déjà, elle avait probablement manqué beaucoup d’activités, mais les gens affluaient et l’événement était loin d’être terminé. Elle empaqueta quelques affaires dans son sac à main et s’éclipsa.

Il y avait effectivement beaucoup de monde. Le ranch était envahi de toutes parts ; les différentes salles accessibles n’étaient jamais vides, le speed dating avait débuté, et à l’extérieur les gens grignotaient, buvaient ou montaient sur des Bourrinos et autres Pokémon monture en compagnie de leur coup de cœur, de leur ami ou de leur futur plan cul. Le ranch était gigantesque, Elune n’avait donc pas les yeux partout, mais ce dont elle était certaine, c’est qu’ils n’avaient pas fait les choses à moitié. Ce qui était presque un désavantage, car elle ne savait pas par où commencer. Elle opta pour l’extérieur, elle avait besoin d’air et d’un verre de quelque chose. En marchant, elle adressa quelques sourires, autant aux hommes qu’aux femmes. Elle ne savait pas s’ils avaient l’air sincère, mais elle essayait. Elle trouva les tables où étaient disposés quelques amuse-bouche et où on servait des boissons. Elle s’en approcha mais avant d’y arriver, croisa le regard d’un homme qu’elle connaissait. Ce bref coup d’œil la stoppa net. « Je le connais, c’est sûr. C’est qui, ce type ? » Le type en question s’était déjà retourné et marchait dans la direction opposée. Elle ferma les yeux un court instant, mais n’arrivait pas à s’en souvenir. Elle abandonna l’idée d’aller chercher un verre et suivit le mystérieux inconnu. Il s’arrêta et elle put l’observer une seconde fois, là où elle fut frappée par la surprise et l’incrédulité. « Dis-moi pas que… » Avec ses grands yeux, elle ne pouvait détacher son regard du grand blond qui jouait les anonymes. « C’est Tony Schwärtzwind, putain. C’est lui, c’est obligé ! Qu’est-ce qu’il fout là ? Il va donner un concert ? C’est bien lui, ou non ? » Statique, impossible de bouger pour aller le lui demander -ça serait trop la honte-, elle eut tout de même le réflexe de sortir son téléphone pour taper son nom sur un moteur de recherche et comparer son visage à celui des images qu’on trouvait sur internet. Après quelques allers-retours entre son écran et la réalité, elle en était persuadée. Et à vrai dire, elle n’en avait même jamais douté. Tony était là, devant elle, et putain de merde, elle se sentait plus. Impossible de laisser passer une telle occasion. Elle s’approcha de lui. Visiblement, il n’avait pas envie d’être reconnu. Ou alors, il se la jouait discrète. Et elle n’avait aucune envie de lui sauter dessus comme une groupie de seize ans prête à baiser avec son idole même s’il avait toutes les MST du monde. S’il participait à cet événement, c’est qu’il cherchait quelqu’un. Pour la nuit, pour la vie, Elune n’en savait trop rien, mais ils étaient dans le même bateau. Et avec des Tony Schwärtzwind sur le marché, elle avait tiré le gros lot. « Hello, excuse-moi ? » Elle avait hésité à le vouvoyer, avait pensé que c’était trop formel. Quand il posa son regard sur elle, elle manqua de se liquéfier sur place. Heureusement qu’elle savait gérer ses émotions et qu’elle ne laissait presque rien se retranscrire sur son visage de poupée. Elle le gratifia d’un sourire et lui tendit la main. « Tony, j’me trompe pas ? Moi c’est Elune. Je te rassure, je ne compte pas te harceler longtemps si t’es pas là pour autre chose que nous faire un concert. Je suis juste trop choquée de voir quelqu’un comme toi ici, alors j’ai pas pu m’en empêcher. » Elle regarda autour d’eux et parla rapidement. « Personne n’a encore tilté ? » Soit elle s’était trompée comme une merde -ce qui n’était probablement pas le cas-, soit personne n’avait encore réalisé que Tony était présent à un pauvre événement dans un ranch au milieu d’Unys. Dans tous les cas, cette rencontre inattendue l’avait boostée, et l’idée de passer une meilleure soirée que prévue s’implantait gentiment dans son esprit. Si pour autant elle ne se ramassait pas un vent monumental.


hrpg:
 



Merci Tony pour l'avatar hihi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2298

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Mar 14 Fév - 22:53


« You dance like liquid fire, like crystal methedrine. You make the stars come closer, the most beautiful girl I've seen. »

Saint-Valentin. L'évocation de ce nom lui évoquait un souvenir à la fois magnifique et douloureux. Si Axelle le hantait déjà beaucoup, savoir qu'il devait également se remémorer l'un de leurs week-ends en amoureux exprès pour cette période de l'année renfonçait le couteau dans la plaie. Évidemment, les organisateurs des Cabanes de l'Amour, où ils s'étaient rendus, lui avaient envoyé un mail leur demandant s'ils allaient revenir, ne se doutant de rien, mais il supprima le message aussitôt qu'il le remarqua. Et Arceus savait qu'il mourrait d'envie de simplement leur répondre en leur disant d'aller se faire voir. Non, ils ne pouvaient pas savoir. A la place, il supprima le message et ferma simplement son ordinateur, se coupant complètement de la société numérique. Cela valait sans doute mieux pour lui. En fait, il n'allait sans doute pas sortir, cette fois-ci. Voir toutes ces saloperies industrielles qui fêtaient l'amour, et tous ces couples, ça lui donnerait sans doute l'envie de vomir toutes ses tripes.

Et pourtant, le destin décida, une nouvelle fois, que ce n'était pas à lui de décider de ça.

« Tu fermes déjà ton ordi ? » s'enquit le Doc. « T'as pas regardé ce que je t'ai envoyé ? »

« Et tu peux pas m'en parler de vive voix ? »
répliqua Tony. « On fait comme les ados, maintenant ? »

Sa question fit rire son colocataire. Au moins, même quand il était de mauvaise humeur, leur relation restait amicale, maintenant. En même temps, cela allait faire quelques années que la rockstar et lui vivaient ensemble, même si cela allait bientôt changer. En principe, il devait déménager d'ici quelques mois, sur les conseils de celui-ci. Apparemment, s'éloigner de Volucité pour quelques temps l'aiderait à faire son deuil, d'après lui. Le rockeur n'en savait rien. Il n'avait pas envie de réfléchir à ça. Pas envie de réfléchir du tout, simplement.

« C'est surtout parce que je t'ai réservé un billet pour une animation. » expliqua le vieil homme. « C'est à Amaillide, un peu de campagne, ça te ferait du bien. »

Il n'était pas sérieux ? Il avait fait ça ? D'accord, l'intention était sûrement noble, mais il y avait comme des relents de cadeau empoisonné derrière tout ça. A Amaillide, cette année, se tenait une animation du même style que la croisière offerte par la société Marina, à Volucité, pour les célibataires en mal d'amour. Croisière à laquelle, naturellement, Tony n'avait pas participé. Mais Axelle si. Et elle avait rencontré quelqu'un là-bas. Quelqu'un qui avait réussi à la prendre par les sentiments. A moins que ce ne soit encore cette histoire de double-jeu. Puis il y avait eu leurs disputes par rapport à ça, et puis il y avait le vide. Il n'aurait pas dû lui tenir les propos qu'il avait eu. Il n'aurait pas dû souhaiter que ça arrive. C'était des paroles en l'air, tout ça, dit sous le coup de la colère et de la rancœur, et c'était arrivé… Comme il pouvait regretter tout ça. Et maintenant, le Doc lui avait payé un potentiel rencard avec il ne savait quelle femme qu'il allait rencontrer là-bas, alors qu'il ne s'en était toujours pas remis ? Alors qu'il venait tout juste de rentrer de sa tournée ? Il y avait des choses qui ne se faisaient pas, et ça, ça en faisait partie, à ses yeux.

« Je sais que tu pensais pas à mal, mais t'es quand même pas sympa… » grogna-t-il.

« C'est ce que je peux te payer, avec mes moyens, avec ce qu'il y a d'un peu plus luxueux. » répondit le Doc, ennuyé par ce manque de gratitude. « D'accord, il va y avoir des gens qui vont probablement t'accoster, mais t'es pas obligé de finir avec une fille dans ta chambre non plus. Si t'as besoin de rester à l'écart, ils feront sans doute une exception pour le grand Tony Schwärtzwind. »

« Mouais. En tout cas compte pas sur moi pour culbuter la fille de ferme du vieux McDonald, ça s'est sûr. »

Un nouveau rire. Celui-là fut un peu plus communicatif que le précédent, à moins que ce ne soit l'explication de son vieil ami qui le fit sourire de cette façon. C'était clair que le Doc ne gagnait pas énormément, mais qu'il pense à faire ça malgré tout était un beau geste de sa part. Pas parfait, encore moins à cause de cette période de l'année, mais beau malgré tout.

« Allez, tu m'as convaincu, j'imagine. En attendant Vaguelone, ça devrait faire l'affaire. »

Il lui fit une petite tape amicale dans le dos avant d'aller se chercher un verre. Il verrait bien demain comment ça se passerait.

*

Le jour J. Effectivement, niveau kitsch, ils y allaient bien, eux aussi. Mais bon, il fallait bien s'y attendre, c'était cette période de l'année, après tout. Il décida donc de faire abstraction tant bien que mal, se présenta à la réception et posa sa guitare ainsi que le reste de ses affaires dans sa chambre avant de se laisser tomber dans le lit king-sized qu'on lui avait offert. Que faire maintenant ? C'était bien beau d'être à la campagne, mais à Amaillide, il n'y avait pas grand-chose à faire pour autant. C'était un paysage qu'il avait vu et revu, qui commençait un peu à l'ennuyer malgré le fait que cela faisait du bien de ne pas être en ville, pour une fois. Il pouvait peut-être jouer un peu de musique, faire passer le temps au moins jusqu'au début de la soirée ? Bof, pas très réjouissant. A la place, il regarda la garde-robe qu'il s'était constitué spécialement pour l'occasion. Sweats sombres, T-shirts noirs, jeans en cuir de la même couleur, casquette au cas où il ne voulait vraiment pas être reconnu… La panoplie de la célébrité qui voulait être là incognito, rien qui ne laissait la place à du glamour ou simplement à de la classe, malgré quelques chemises qui traînaient ici et là, et même un veston. Pourquoi des chemises et un veston ? Pour rien de particulier, juste au cas où. Et puis, le Doc l'avait encouragé à en prendre, alors bon. « Au cas où, ça servira de camouflage si on te demande une tenue correcte. Tu pourras mieux te fondre dans la foule. » Sacrés arguments, quand même, pas vrai ? Avec cette idée en tête, il jeta un rapide coup d’œil à la fenêtre. Chemises par-ci, c'est vrai, mais aussi T-shirts, gilets, pulls – on était quand même en hiver, certains savaient encore ce que signifiaient le mot « froid » – costumes… Clairement, il y avait de tout ici, pas de dress-code ridicule pour accompagner cette mode débile à l'eau de rose. A croire que le vieux McDonald aussi croyait au « Venez comme vous êtes ! ». Tant mieux, ce ne serait que plus facile pour lui de se mouvoir jusqu'au buffet. En espérant qu'il y ait un buffet. Ce serait quand même dommage de s'être déplacé jusque-là pour ne pas pouvoir déguster une part de steak de Frison !

Alors, le soir venu, il finit par descendre, tout de noir vêtu – finalement, il avait décidé de prendre une chemise, il l'avait juste cachée sous un de ses sweats amples qui faisaient fureur chez certains metalleux, surtout quand il y avait marqué SlipKeunotor ou Koud'KoRn au dos – et regardant un peu par terre, et se fraya un chemin jusque son objectif sans qu'on ne le remarque, ou du moins, sans qu'on ne vienne lui parler. C'était surtout ça qu'il voulait. Honnêtement, si les célébrités ne devaient pas avoir sans arrêt à discuter et signer des autographes à chaque fois qu'ils sortaient dans la rue, ce ne serait pas autant un problème de montrer sa véritable apparence – il aimerait beaucoup ça, en réalité. Tout ce qu'il demandait de ses fans, c'était qu'on ne l'embête pas, ou du moins, qu'on y mette les formes, dans ce cas. Les cris de minettes adolescentes et les beuglements de mâles ayant un trop plein d'hormones, par exemple, n'étaient pas ce qu'on pouvait appeler les formes. Un « bonjour, vous êtes bien Tony Schwärtzwind ? Je voulais juste vous dire que c'est un plaisir de vous voir ici et j'aime beaucoup ce que vous faîtes, bonne journée ! », était tout ce qu'il y avait de plus recevable, et même, cela illuminait sa journée. Même s'il se doutait que, compte tenu des circonstances, le dialogue allait être un peu plus long. A voir ensuite vers quoi cela mènerait. Peut-être aurait-il de la compagnie le soir, finalement ? Ce ne serait pas la première fois. Axelle avait beau être décédée, il n'avait pas fait vœu de chasteté, après tout. Il n'était juste pas prêt à recréer quelque chose de durable avec quelqu'un. A voir juste s'il y avait effectivement de la charmante coagnie, par ici.

« Hello, excuse-moi ? » l'appela une voix féminine.

Le dos de Tony se raidit un peu. L'avait-on reconnu ? Peut-être pas forcément. Ou en tout cas, elle n'était pas sûre, si c'était le cas. Dans tous les cas, il tenta de rester calme. Dans ces situations-là, il ne fallait pas trop laisser transparaître ses émotions, à moins d'être vraiment dérangé, ce qui n'était pas le cas, encore moins pour une voix féminine. Lentement pour éviter de trop attirer l'attention, il se retourna vers la jeune femme qui l'avait interpellée. Oh, en voilà une bonne surprise. Cheveux bleus, visage pâle bien que ressemblant un peu à une poupée, vêtements sombres dont une robe et un perfecto, bagues ici et là… Goth ? Métalleuse ? Ou simplement une jeune femme venant tout juste de sortir de la maladie et qui n'avait plus rien à se mettre ? Quoiqu'il en soit, ce n'était pas un physique auquel il s'était attendu en venant ici, et ce n'était pas pour lui déplaire. Il lui renvoya un sourire discret quand elle se présenta, celui qui confirmait son interrogation sans pour autant hurler « Dans le mille, viens chercher ton prix, joli cœur ! ». Elune, donc. Si ce n'était pas juste un surnom, ce n'était pas d'ici, ça. Un peu d'exotisme ? Peut-être, elle semblait avoir une pointe d'accent johtoien. Cela expliquerait sa politesse, et il fallait avouer que ça marchait bien sur lui. Elle voulut même s'assurer que personne n'avait encore deviné sa présence.

« J'en ai pas l'impression. » répondit-il en secouant la tête. « Mais bon, j'imagine qu'il faudra que je fasse mieux la prochaine fois si tu as réussi à me reconnaître. Et pour répondre à ta question, non, je viens pas pour jouer. Je viens juste profiter de l'animation. »

Et du steak de Frison. Parce que bon, comment ne pas passer par ici sans manger un bon steak à l'unysienne bien juteux à souhait ? Mais bon, c'était un peu moins glamour à dire, et certainement pas pour des occasions pareilles. Autant éviter de la faire fuir, ça ferait mauvaise publicité, non ? Mais bon… si c'était bien une touriste, il fallait vraiment qu'elle y touche, ce serait regrettable de passer à côté.

« Et toi ? Tu viens profiter de l'air de la campagne aussi, ou il y a quelqu'un qui a retenu ton attention ? »

Autre que lui, aurait-il pu rajouter. Mais non, il n'aimait pas trop ce genre de choses. Ces espèces de répliques qu'on lançait en guise de signal de départ pour montrer qu'on était intéressé par une relation physique avec la personne, ce n'était plus trop son truc, à son âge. C'était certes un moyen rapide de savoir si la personne était ouverte à de nombreuses expériences, mais qui, à ses yeux, manquait cruellement de classe et de politesse. Ce n'était pas comme si c'était la seule manière, et encore moins en début de soirée, alors que c'était déjà très bien de se tutoyer dès le départ. Il y avait tellement d'autres perches à tendre et à attraper, qu'il suffisait juste d'un peu de patience.


Hors RP:
 


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1691

Région : Johto
Mer 15 Fév - 2:57

It's all written in the stars

Et dire qu’il y a quelques semaines à peine, elle regrettait amèrement de l’avoir raté en concert… Aujourd’hui elle se retrouvait face à lui, incapable de cerner les sentiments qui l’envahissaient, hésitant sur chacun des mots qu’elle voulait prononcer pour ne pas l’ennuyer ou passer pour une folle de psychopathe accro. Il était devant elle, comme de rien, habillé incognito. Avec leurs vêtements noirs, ils faisaient la paire, tous les deux. Au fond d’elle, elle était même surprise de l’avoir reconnu sans peine. Il faut dire que les habits qu’il portait sur scène étaient nettement différents. Bien plus tapes à l’œil, ce qui n’était cela dit pas pour lui déplaire. Quoi qu’il en soit, lorsqu’il posa son regard sur elle en confirmant d’un sourire qu’il s’agissait bien de celui qu’elle pensait, elle ne savait plus où se mettre. D’ordinaire sûre d’elle et difficilement impressionnable lorsqu’elle avait affaire à des inconnus, elle se découvrait une autre personnalité en présence d’une célébrité qu’elle appréciait. Il faut dire qu’il ne l’aidait pas à se sentir à son aise, malgré qu’il ne fît rien de spécial non plus pour l’impressionner. Sa simple présence la rendait tendue, alors que son cerveau lui hurlait qu’il était tout aussi humain qu’elle et qu’elle n’avait donc pas à stresser de lui paraître inférieure et envahissante.

Bref, elle ne s’était pas trompée. À présent qu’elle avait engagé la conversation, elle n’avait plus qu’à assumer. Mais quand il lui avoua qu’il ferait mieux la prochaine fois pour ne pas qu’on le reconnaisse, elle fit la moue sans même s’en apercevoir. « Chié, mauvaise approche. » Au moins, elle avait glané l’information qu’elle était venue obtenir ; il n’était pas là pour gratifier les paysans de ses morceaux, mais bien pour participer à l’événement, ce qui était plutôt une bonne nouvelle pour elle, si elle ne l’avait pas déjà fait fuir. C’est fou comme la confiance en soi pouvait s’écrouler pour si peu. « Impressionnant. J’imagine pas le nombre de gens qui se seraient inscrits s’ils avaient su. » Elune souri du coin des lèvres, consciente que ce qu’elle venait de sortir n’était ni drôle, ni bien placé, ni vraiment utile. Elle allait s’excuser de l’avoir envahi et partir, encore une réaction qui ne lui ressemblait pas, mais il lui retourna la question en lui demandant si quelqu’un avait retenu son attention. Intérieurement, elle pouffa comme une prépubère. « A part toi, tu veux dire ? » Elle préféra garder ça pour elle et haussa les épaules en regardant autour d’eux. « Je dois t’avouer que ce genre de trucs, c’est pas tellement mon kiff normalement. » Elle marqua une pause, consciente qu’elle allait commencer à raconter sa vie. « On m’a inscrite, je devais avoir l’air désespérée j’imagine, et finalement je me suis dit que bon, pourquoi pas ? Mais ouais, non. J’ai encore croisé personne qui m’ait attiré le regard, donc je ne fais que profiter de la campagne. » Ce qui était très très faux, au vu de leur situation. Elle se surprenait à parler plus qu’elle ne le ferait à son habitude, mais le mélange de stress et d’excitation devait peser dans la balance. Elle nota, en l’observant à nouveau, qu’il avait quand même plus de charme au « naturel » que lorsqu’il posait pour toutes ces photos qu’Elune avait vues sur internet. Peut-être parce qu’elle n’aimait pas le too much, peut-être parce qu’en vrai ce n’était pas pareil, mais elle était sacrément surprise en bien. Elle avait pour habitude de jouer avec ses yeux bleus azurs profonds pour obtenir à peu près tout ce qu’elle souhaitait, mais ceux du musicien n’avaient rien à leur envier et avaient une sacrée tendance, depuis qu’ils avaient plongé dans les siens, à la déstabiliser. Elle devait se forcer à se ressaisir, espérant que ses expressions ne trahissaient pas ses pensées. « C’est terrible à dire, mais tout le monde m’a l’air trop normal, ici. C’est peut-être pour ça aussi que je suis étonnée de te voir dans les parages. » Ca, par contre, ce n’était pas un mensonge. Tony, depuis qu’elle était arrivée ici, était la seule personne un peu décalée -et encore, parce qu’elle savait qui il était- qu’elle avait pu croiser. Elle, avec ses cheveux bleus, ses trop nombreuses bagues et son faux perfecto déjà trop « punk » pour certains, passait directement dans la catégorie des chelou, ceux qu’on approchait parce qu’on voulait des sensations, parce qu’on était dans le même délire ou parce qu’on ne savait plus trop sur quoi se rabattre. C’était de sa faute, elle le savait ; si elle avait voulu attirer une autre catégorie de gens, elle se serait habillée autrement. C’est l’avantage de pouvoir porter à peu près tout et n’importe quoi sans avoir l’air d’un sac. Merci papa maman pour ce bel ADN.

Elle hésita avant d’ajouter autre chose, puis se dit que merde, elle n’avait rien à perdre de toute façon. « Du coup, ça te dit de profiter de ça avec quelqu’un ? Ou t’as déjà prévu une activité ? » Du coin de l’œil, elle vit passer un serveur avec un plateau et l’arrêta pour lui prendre un verre. Elle le remercia et interrogea Tony du regard. « Si tu prends quelque chose à boire, je considère que c’est un oui. » Sans trop savoir le pourquoi du comment, certainement parce qu’il était soudainement plus accessible et qu’elle avait décidé qu’elle n’avait rien à perdre, elle se sentait plus à l’aise. Mais elle ne voulait quand même pas l’envahir. S’il refusait, elle n’insisterait pas. Elle était déjà bien heureuse d’avoir pu le rencontrer en chair et en os.


hrpg:
 



Merci Tony pour l'avatar hihi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2298

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Mer 15 Fév - 18:34
Ce comportement, il l'avait déjà vu des centaines de fois. Une forme de surprise et de gêne, qui, bien que cachées le plus possible, se voyait d'une manière ou d'une autre. Des gestes parasites, un petit tremblement dans la voix… Il y avait toujours un détail qui passait à travers le masque. Cela l'amusait, mais cela l'attendrissait aussi. Surtout qu'il l'avait déjà ressenti lui aussi, désormais. Il se rappelait de Laszlö, le boxeur émérite, que la rockstar avait toujours apprécié, et qui lui avait payé un verre à Pavonnay, juste avant un de ses concerts. Pour la première fois, il avait compris ce que ressentaient ses fans en lui adressant la parole, voire parfois en simplement en le voyant. Il avait pensé que s'habiller de manière plus sobre aurait un peu démystifié le personnage, mais il n'en était rien. L'aura été toujours la même, et il était parfois bien difficile de s'en séparer. Malgré tout, la jeune femme qui lui faisait face ne se laissait pas démonter, bien au contraire, ce qui, il fallait avouer, lui donnait un certain charme selon lui. Pas seulement parce que cela lui rappelait Axelle, mais tout simplement parce qu'il avait l'impression d'avoir déjà fait le tour de toutes ces jeunes filles qui se laissaient approcher et qui attendaient que le garçon de leurs rêves fasse le premier pas. En plus, avec sa notoriété, c'était encore moins intéressant. Parfois, elles lui donnaient l'impression que, quand elles étaient en bande, qu'il n'avait qu'à choisir au hasard en jouant à « Am, stram, gram » et que l'affaire était dans le sac. Mais peut-être était-ce simplement l'âge de ces demoiselles qui lui donnait cette impression. Et que, par conséquent, voir une jeune femme qui avait l'air de savoir ce qu'elle voulait et qui se débrouillait pour l'obtenir était bien plus intrigant.

« J'aurais peut-être dû y aller de manière plus extravagante, oui. » plaisanta-t-il quand elle lui dit qu'il y aurait sans doute eu beaucoup plus d'inscrits si les gens avaient su qu'il se déplacerait ici. « Mais même si je sais que ça ferait plaisir aux organisateurs, je suis un mauvais Cupidon, je suis pas très doué pour mettre les bonnes personnes ensemble. »

Il lui rendit son sourire, tandis qu'elle continuait de lui parler. Tiens donc, elle était seule ? Et plus ou moins inscrite contre son gré ? Au moins ils étaient deux. Et sans doute beaucoup plus, par ici. Il fallait dire qu'il ne s'imaginait pas avouer à ses amis qu'il se rendait à des animations comme celle-ci, ça sonnait un peu désespéré. Alors quand on inscrivait les gens pour eux, c'était encore moins sympathique.

« Je crois qu'on est dans le même état d'esprit dans ce cas. » répondit-il. « C'est un très vieil ami à moi qui m'a montré ça, histoire de renouer un peu avec la campagne unysienne et de profiter du calme. »

En partie, bien sûr, mais ça, il le gardait pour lui. Mais bon, du coup, si elle venait profiter de la campagne elle aussi, il pouvait bien lui suggérer du steak de Frison ! Non, il devait vraiment arrêter avec ça, ça commençait à devenir énervant à la fin, de penser avec son ventre ! Et puis, une jeune femme comme elle devait peut-être faire attention à sa ligne, et c'était loin d'être le cas d'une viande aussi consistante que celle-là. Enfin, après, si elle comptait sur sa taille, il fallait avouer qu'elle avait d'autres atouts qui étaient loin d'être en reste. A commencer par ses yeux, évidemment, qui allaient avec ses cheveux de la même couleur et qui faisaient que c'était la première chose qu'on voyait chez elle. Mais c'était dommage, peut-être même au point que c'en était une erreur, de faire abstraction du reste de son physique. Il y avait aussi ce sourire que Tony avait remarqué depuis le début de leur conversation. Ce n'était pas cette espèce d'alignement de dents blanches et brillantes comme les publicités qu'on voyait à la télé, c'était à peine si on le voyait, en fait. Mais c'était justement de cette discrétion qu'émanait cette attirance qu'il avait pour son cette légère extension de ses lèvres. Et même si c'était plus accessoire, il y avait simplement son goût vestimentaire, mais bon, Tony commençait à avoir l'habitude d'aimer les personnes au look plus marginal que les autres au point que c'en était presque devenu un critère obligatoire pour tenter quoi que ce soit avec lui. Critère possiblement partagé, apparemment.

« C’est terrible à dire, mais tout le monde m’a l’air trop normal, ici. » sembla-t-elle déplorer. « C’est peut-être pour ça aussi que je suis étonnée de te voir dans les parages. »

Là-dessus, ils étaient plutôt d'accord, au moins. Mais qui sait, peut-être que les spécimens les plus intéressants étaient tous au speed-dating ? Enfin, il n'allait certainement pas vérifier là-bas. Il détestait ça, d'avoir à se présenter en quelques minutes et de devoir rencontrer plein de personnes différentes en un laps de temps aussi court. Jamais son histoire avec Axelle aurait pu se concrétiser de cette façon, il en était sûr. Impossible de savoir ainsi quelle était cette chose qui rendaient les gens aussi intrigants, aussi particuliers. Quoique, il n'avait pas encore tout vu d'Elune non plus. Tout ce dont il se rendait compte pour l'instant, c'était qu'elle était agréable à regarder, et que son amabilité tout en restant respectueuse lui plaisait. Du moins, suffisamment pour avoir envie de continuer à lui parler. Si bien que le choix qu'elle lui demanda de faire, au moment où un serveur passa et qu'elle attrapa un verre, fut évident. Et placé de manière si comique, d'ailleurs. Qui avait dit qu'il n'y avait que les femmes qui étaient sensibles à l'humour et au bagout ?

« S'il t'en faut si peu… » commença-t-il.

Il se tourna vers le serveur et prit la même boisson que la jeune femme la suivit, avant de la lui tendre pour qu'elle le prenne.

« Si ça te convient qu'on aille discuter dans un endroit où on me reconnaîtra moins, alors avec plaisir. » accepta-t-il. « Au moins comme ça on aura un peu de ravitaillement. »

Il désigna les verres dans les mains de la jeune femme, puis en prit à son tour deux autres posés sur le plateau du serveur avant de poursuivre.

« Il y a un lac, pas très loin, si ça te tente. » l'informa la rockstar. « Il devrait pas y avoir autant de monde qu'ici, en tout cas. »

A voir si ça lui convenait, sinon il devait toujours y avoir quelques tables de pique-nique un peu éloignés si c'était trop loin pour elle. Là-dessus, Tony était loin d'être difficile, le tout, c'était de s'amuser sans avoir à se prendre la tête.


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1691

Région : Johto
Jeu 16 Fév - 0:17

It's all written in the stars

Tout venait tellement naturellement quand il lui parlait qu’Elune avait encore du mal à réaliser ce qu’elle était en train de vivre. Loin de s’imaginer qu’il lui répondrait avec humour et politesse, elle était plus étonnée encore de découvrir un Tony ouvert, sympathique et qui semblait comprendre que les intentions de la jeune femme n’étaient pas de profiter de la situation en s’étalant jambes écartées devant lui. Il faut dire qu’avec les célébrités, on ne savait jamais à quoi s’attendre réellement ; elles pouvaient autant être de vraies belles personnes dans l’intimité que des salopes sans nom que la notoriété n’avait fait qu’enlaidir. Concernant Tony, elle n’avait aucune idée avant de l’approcher de la manière dont il se comportait avec ses fans ou son entourage et elle allait décidemment de surprise en surprise. En plus de s’intéresser à elle en lui posant des questions, il répondait volontiers aux siennes sans donner l’impression qu’il s’était chopé un parasite. Il s’agissait peut-être de l’environnement, qui lui faisait se soucier un peu moins de sa vie peu ordinaire, ou peut-être qu’Elune n’était pas d’aussi mauvaise compagnie qu’elle l’avait imaginé, mais dans tous les cas cette facilité à discuter avec lui confortait la sbire dans l’idée que cet événement n’était pas si difficile à vivre. Si elle restait si bien entourée, elle n’aurait plus à se soucier des vieux désespérés. Et elle comptait bien ne pas en rester là, trop curieuse et trop joueuse pour laisser filer celui qui, à son goût, était le meilleur prétendant de la soirée. Elle n’avait certes pas croisé tous les célibataires, et n’allait pas s’infliger le speed-dating à moins qu’on ne le lui oblige sous la torture, mais était persuadée qu’il n’y aurait personne de plus intéressant que Tony. Lui, par contre, avait l’embarras du choix. Il n’avait certainement qu’à claquer des doigts pour qu’on se mette à genoux devant lui, Elune en était consciente et cette perspective ne faisait que renforcer le challenge qu’elle s’était elle-même lancé de ne pas lui faire remarquer les autres belles femmes qui lui feraient les yeux doux. Le prendre comme un jeu lui ferait probablement mieux accepter la défaite que si elle devait se ramasser un refus catégorique qui l’enfoncerait encore un peu dans ses idées qu’elle ne valait rien et qu’elle ne méritait personne. Le tout n’était pas de porter un masque et se présenter sous une autre facette ; elle restait naturelle et si sa personnalité ne lui convenait pas, elle aurait simplement perdu. Et lui aussi, d’ailleurs.

« Tu penses pas qu’ils ont dû voir passer ton nom, du coup ? Imagine : en fait ils attendent qu’il y ait plus de monde pour passer une annonce générale, dire à tous que t’es là, ils se font du pognon et toi tu te farcis une nouvelle tournée d’autographes et de cris de pucelles en chaleur. » Elle pouffa l’espace d’une fraction de seconde avant de réaliser que ce qu’elle venait de dire était complètement déplacé. Elle écarquilla les yeux en mettant la main devant sa bouche qui formait une grimace. « Désolée, c’est sorti tout seul. » « Grosse BOUFFONE. » Elle enchaîna rapidement, gênée et espérant que les hennissements des Bourrinos au loin l’avaient assez distrait pour qu’il n’entende pas sa remarque. Apparemment, il était dans une situation similaire. Un ami lui avait fait découvrir l’événement, lui vantant le calme de la campagne, et il s’était laissé avoir. Elune n’avait pas lâché son sourire depuis tout à l’heure, mais cette fois-ci elle ria gentiment. « On a de sacrés potes qui pensent à nous, à ce que je vois ! » Pour sa part, c’est sa sœur qui l’avait inscrite plus ou moins contre son gré. Finalement, elle allait peut-être la remercier de l’avoir forcée à faire ce voyage. Qui pouvait prévoir pareille rencontre, de toute façon ?

Ils continuèrent à discuter, tout légèrement, et Elune s’attrapait parfois à faire tournoyer ses bagues autour de ses doigts, probablement un peu à cause de sa nervosité qui ne s’était pas totalement évaporée. Bien que leur discussion fut fluide, un petit quelque chose au coin de son esprit lui rappelait sans cesse qu’elle n’était pas avec n’importe qui et qu’au moindre faux pas, il pouvait l’abandonner et aller voir ailleurs. Mais lorsqu’elle prit un verre et le défia du regard, elle comprit qu’il n’allait pas la quitter si tôt. Parce qu’il lui en tendit un autre et qu’il prit lui-même les siens. Le sourire de la sbire s’élargit alors, et ses yeux pétillèrent d’excitation. « Quelle bonne idée, éloignons-nous un peu ! Ça évitera que ces types là-bas continuent à nous mater comme si on était des Pokémon. Ou comme s’ils t’avaient reconnu. » En effet, certaines personnes autour d’eux semblaient commencer à s’intéresser d’un peu trop près à ce duo original. Comme une garde du corps au service de la célébrité, elle l’entraina plus loin, sur le sentier qui menait au lac. L’air se faisait plus frais avec le soir qui tombait, et ils ne pourraient certainement pas rester la nuit dehors à la belle-étoile en hypothermie romantique, mais c’était encore vivable et dans le pire des cas, Héricendre servirait de feu de camp portable le temps qu’ils se mettent au chaud. Plus ils s’éloignaient des gens et de l’animation, plus elle se sentait à l’aise et beaucoup moins observée. « Ça doit être lourd, j’imagine, de ne pas avoir une seconde pour toi quand on te reconnait dans la rue, ou à ce genre d’événement ? C’était osé de venir, même incognito ! Mais bon, bien tenté. Sauf que moi, je t’ai reconnu. » Elle ne savait pas trop s’il avait envie de parler de ça ou s’il préférait éviter les questions de célébrité, mais était persuadée que si ça le dérangeait, il n’hésiterait pas à le lui dire. Et à nouveau, elle ne serait pas du genre à insister. Elle n’était pas à sa place -Arceus merci-, et ne pouvait par conséquent même pas imaginer ce qu’il devait vivre au quotidien, avec un visage aussi reconnaissable. Si encore il avait été un guitariste moche qui n’avait pas toutes ces nanas aux trousses et bien moins d’impact médiatique… Mais c’était un fait ; en plus d’être doué, il dégageait un charme et une prestance hors du commun. Comment ne pas éprouver une seule émotion, alors, lorsqu’il vous transperçait de ses yeux bleus et vous gratifiait d’un sourire qui faisait succomber les cœurs de pierre ? C’est exactement ce à quoi était en train de penser Elune, dont les sentiments contradictoires se battaient furieusement. Un peu plus et elle se mettait à rougir.

Ils arrivèrent au lac en une petite dizaine de minutes qui passèrent comme de rien. Ils n’étaient effectivement pas seuls, mais les couples qui se promenaient ou profitaient du paysage étaient assez loin pour ne pas les déranger. Et puis, l’espace était bien assez grand. Elune était surprise de tomber sur un tel endroit si près du ranch. Il faut dire qu’elle ne s’était pas tellement renseignée sur les coins à visiter mais, du coup, la découverte était d’autant plus agréable. Des chemins longeaient le coin d’eau, des bancs avaient été installés, l’endroit était confortable et accueillant. On pouvait même apercevoir, malgré le peu de luminosité apporté par les quelques lampadaires et la lumière de la lune, des Pokémon eau qui nageaient allégrement, totalement dans leur élément. « Si je m’attendais à ça… » Elle se tourna vers son compagnon de la soirée et brandit un verre. « On n’a pas encore trinqué, alors santé ! On se pose au moins le temps de boire ? » Elle avait les mains prises et se libérer d’un verre ne serait pas de refus. Mais qu’il préfère continuer à marcher ou non, au fond, ça lui était bien égal. Elle était juste contente de partager ce moment avec lui, parce que c’était improbable et étonnamment cool.




Merci Tony pour l'avatar hihi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2298

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Jeu 16 Fév - 23:12
Jackpot. Décidément, l'alchimie semblait plutôt bien aller entre eux, du moins, aussi bien qu'il l'avait espéré. Il ne savait pas trop où tout cela mènerait, mais il fallait croire que le Doc avait raison. Ne pas être enfermé en ville lui faisait du bien, et même si une partie de ses pensées étaient toujours tournées vers Axelle, la compagnie que lui proposait Elune était tout sauf dérangeante. En fait, c'était presque comme s'il l'avait retrouvée, l'espace d'un instant, tout en gardant sa singularité. Même si elle était sans doute un peu stressée à l'idée de parler à une figure aussi importante, elle ne voulait pas laisser transparaître tout ça et l'image qu'elle donnait d'elle-même lui plaisait. Elle lui avait proposé de partir maintenant avant d'attirer davantage l'attention, comme elle l'avait judicieusement remarqué. Dire qu'il n'avait pas vu ce dont elle parlait alors que c'était une célébrité et qu'il avait l'habitude de ça… Était-ce elle qui le distrayait à ce point, qui retenait le plus ses sens de manière à ce qu'il agisse de manière presque imprudente ? Sans doute au moins un peu, visiblement. Il fallait dire qu'elle avait le mérite d'avoir un charme intrigant qui allait bien avec son physique. Sa manière de se comporter avec lui en sortant du ranch, un peu à la manière d'un garde du corps, l'amusait un peu, mais l'intriguait en même temps. Il connaissait beaucoup de filles au tempérament assuré, mais pas de cette façon non plus. Un peu comme si elle l'avait déjà fait, en fait. Que faisait-elle dans la vie, exactement ? Bah, ce n'était pas important. Tout ce qui comptait, c'est que c'en était étrangement attirant. Une garde rapprochée, hein ? Dans les films d'action, en général, ça voulait dire une potentielle romance sulfureuse pendant un moment du long-métrage. Enfin, ce n'était certainement pas lui qui allait s'en plaindre, au contraire, même.

Et puis elle aborda justement ce sujet en sortant du ranch, quand ils furent plus tranquilles. Enfin, ce n'était pas la première fois qu'elle le faisait non plus, mais jusqu'ici elle le faisait surtout à la blague. Mais ça ne dérangeait pas Tony d'en parler, pas depuis qu'il était rentré de sa tournée, en tout cas. Il ne sortait plus autant, ne se déplaçait quasiment plus que pour aller aux répétitions et aux concerts, histoire de se vider un peu l'esprit par le travail. Une méthode efficace la plupart du temps, même si elle l'était parfois de moins en moins. Mais dans ces moments-là, une sortie en boîte, partie VIP, suffisait à le détendre, avec tout ce que cela impliquait… Non, il ne fallait pas y penser. C'était comme ça qu'on finissait par devenir addict' à toutes ces conneries. Et il était hors de question de ruiner ce moment avec un rail !

« C'est un peu dur les premiers temps, oui. » répondit-il en souriant. « Mais j'avoue que depuis que j'ai un Pokémon, l'avantage, c'est qu'on peut éloigner tout ce beau monde avec un petit Flash bien placé. C'est comme ça que j'ai rencontré mon batteur, d'ailleurs, en évitant les journalistes et en allant me planquer chez lui alors que je le connaissais même pas à l'époque. C'était marrant, je devrais refaire ça, un de ces jours. Sauf si tu veux m'escorter à plein temps comme tu viens de le faire ? »

Il était tenté d'accompagner le geste à la parole avec un clin d’œil, mais il se retint finalement de le faire. S'il y avait bien quelque chose qu'il avait toujours détesté, même à l'époque où il n'était pas encore célèbre, c'était être lourd. Et puis, elle avait l'air de vouloir continuer la conversation, ce qui ne le déplaisait aucunement.

« C'est pas la première fois que je me glisse dans ces animations-là, j'ai fait une animation de la Saint-Valentin avec mon ex aux Cabanes de l'Amour et j'ai assisté à l'ouverture du Pakopark de l'année dernière aussi, avec tout le reste du groupe. » expliqua-t-il. « Du coup je me dis que j'ai un peu d'expérience, mais maintenant que je suis tombé sur toi, j'avoue que je doute un peu. Je sais pas si c'est moi qui rouille ou toi qui es très douée. J'espère que c'est la deuxième option, je me sentirais mal d'être reconnu par tout le monde au fur et à mesure que je fais ça ! »

Parce que bon, là, il était en agréable compagnie, mais il espérait que ça ne se reproduirait plus pour éviter d'être avec une personne ennuyeuse, la prochaine fois. Il valait mieux ne pas y penser, vu certains spécimens qu'il avait déjà pu rencontrer.

Et voilà donc le fameux lac en question. Il était content de voir que l'idée qu'il avait proposé à sa compagne pour la soirée avait touché une corde sensible chez elle, à en croire ses paroles. C'était vrai que l'endroit lui faisait du bien, à lui aussi. Plutôt faiblement éclairé, suffisamment pour que l'on puisse voir où on mettait les pieds, mais pas au point de tout illuminer pour laisser la lumière de la lune faire son gracieux travail. Et puis, autre détail important à ses yeux, s'il devait y avoir d'autres gens dans le coin, ils seraient sans doute plus préoccupés de conclure plutôt que de savoir si Tony Schwärtzwind était présent dans les alentours. Et si certaines personnes se souciaient vraiment de ça, il plaignait leurs partenaires. Vraiment.

« Santé ! » se réjouit-il, faisant tinter doucement les verres d'Elune contre les siens. « Et bien sûr, c'était ce que j'avais en tête, à vrai dire. On se met où tu veux, je suis pas difficile. Enfin, quand j'ai pas l'occasion de conduire une Porsche dernier modèle ou de m'asseoir sur le canapé le plus cher de la baraque, naturellement. »

Il se laissa porter par les envies de la demoiselle, et s'assit à côté d'elle, avant de prendre une profonde respiration pour profiter de l'endroit. Certes, il préférait Johto et Sinnoh, niveau paysage, mais il en avait presque oublié qu'il y avait quelques petits coins comme celui-ci, dans sa région. Comme quoi, le bonheur pouvait parfois juste se trouver à portée de main. Enfin bon, ce n'était pas non plus une raison pour ignorer la jeune femme.

« Allez, à mon tour de te poser une question sur toi. » s'exclama-t-il, un sourire malicieux sur ses lèvres. « Tu viens pas d'ici, je me trompe ? T'as pas un accent unysien très fort, en tout cas, si j'ai tort. »

Autant commencer doucement, quitte à faire d'en l'ordinaire, pour l'instant. Il pourrait y aller un peu plus dans le rentre-dedans en sortant un « Alors comme ça, t'es avec personne ? Je comprends pas, soit les gens ont de la merde dans les yeux, soit ton ex est un connard. » mais non seulement il trouvait ça encore plus cliché que ce qu'il venait de dire, mais en plus on ne pouvait pas dire qu'il était dans une situation à sortir ça. Après tout, cela faisait plusieurs mois depuis le décès d'Axelle et il ne s'en était toujours pas remis. Il ne pouvait pas savoir jusqu'à quel point les récents événements qu'ils avaient vécu dans leurs vies amoureuses respectives étaient similaires.


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1691

Région : Johto
Sam 18 Fév - 18:42

It's all written in the stars

Visiblement, éloigner Tony du ranch ennuyait les personnes qui commençaient à se poser des questions, mais Elune était plutôt fière de jouer la fausse garde du corps soucieuse de l’image de la rockstar. Ce petit jeu de rôle, bien que minime, l’avait détendue et elle se sentait à présent un poil plus importante qu’elle ne l’était, comme si ce geste avait pu changer quelque chose. Elle l’aurait bien pris par le bras pour le guider et ne pas le lâcher sous un prétexte bidon, mais les verres qu’elle avait en mains l’empêchaient de réaliser des cascades trop dangereuses. Alors elle se contenta de marcher à ses côtés, la discussion comblant la proximité qu’elle aurait voulu avoir avec lui par son contenu qui assouvissait la curiosité de la sbire.

Il lui raconta sa méthode un peu barbare pour éloigner les gens qui l’envahissaient un peu trop et lui expliqua même que c’était ainsi qu’il avait rencontré son batteur, ce qui la fit sourire. Elle gloussa même quand il lui proposa subtilement de devenir son escorte personnelle. Ce qui, dit ainsi, pouvait avoir un double-sens qui ne lui déplaisait pas forcément. « Ne me tente pas ! Mais j’dois avouer que je suis assez fière de mon radar à boulets. J’aurais bien voulu avoir un Pokémon électrique pour m’en débarrasser comme toi, et rencontrer un beau batteur juste après. Enfin, dans l’absolu, on a évité ceux-là et je parle à un guitariste pas trop mal, alors c’est presque ça ! » Pas trop mal, c’est tout ce qu’elle avait réussi à sortir comme compliment pour ne pas se faire totalement griller et lui avouer qu’elle fondait totalement en le voyant sans l’intermédiaire de magazines ou d’éclairage scénique. En même temps, il ne serait pas très futé s’il ne remarquait pas qu’elle s’intéressait à lui. On va dire qu’elle lui avait juste envoyé un gentil compliment sous-entendu par une petite pique loin d’être méchante.

Quoi qu’il en soit, il enchaîna sur ses autres participations aux événements de la St-Valentin et les yeux de lynx d’Elune qui l’avait reconnu alors qu’il aurait préféré que personne ne se doute de rien. Elle tilta lorsqu’il parla de son ex. Elle ne le suivait pas au point de savoir comment elle s’appelait et à quoi elle ressemblait, mais c’est vrai qu’elle avait déjà entendu parlé de sa copine et maintenant qu’elle y réfléchissait, elle ne se souvenait pas avoir lu quoi que ce soit sur sa rupture avec elle. La sbire fronça les sourcils, tentant de se rappeler quelque chose, mais non, rien ne vint. Elle hésita presque à lui poser la question, sa curiosité malsaine faisant partie intégrante de sa personnalité, mais préféra ne pas s’aventurer là-dedans. Elle venait de perdre K et si Tony lui posait les mêmes questions, elle serait capable de se mettre à pleurer et gâcher leur petit rendez-vous improvisé. Elle n’en avait absolument aucune envie, car c’est pour ça qu’elle était ici. Alors elle fit abstraction de ce mot empoisonné, « ex », et lui répondit comme si de rien n’était. « C’est marrant, je suis allée au Pakopark, mais j’ai pas vu le concert ! » Puis elle y pensa quelques secondes avant d’ajouter : « En fait c’est parce que j’y étais pas à l’ouverture. Dommage. Si je m’étais un peu plus renseignée, ça m’aurait fait plaisir de vous voir jouer à ce moment-là. Et t’en fais pas, je crois que j’ai juste une très bonne mémoire des visages ! Et puis, tu sais, c’est difficile de ne pas te reconnaître quand on voit tes yeux. Même si on est en hiver et que tu passeras pour un con, opte pour les lunettes de soleil la prochaine fois. Ça serait dommage pour ce que je vois là, mais faut ce qu’il faut ! » Petit sourire, regard qui se voulait plein de sous-entendus, puis elle reprit la marche. C’est fou comme elle parlait, comme elle était de moins en moins gênée, même en la présence de Tony. Peut-être était-ce l’ambiance qui régnait entre eux, cette atmosphère délicieuse qu’elle n’avait pas ressentie depuis un moment, cette alchimie qu’aucun des doutes ne pouvait sans doute nier, ou peut-être était-ce sa réaction naturelle lors d’une rencontre avec une célébrité. Elle ne l’avait jamais vécu avant cela, alors… Mais la première option semblait définitivement plus plausible.

Arrivant au lac, ils s’installèrent rapidement sur un banc qui lui faisait face, leur laissant la possibilité de l’admirer et d’observer les Pokémon eau dont certains étaient éclairés naturellement, par leur corps luminescent ou par des boules de lumière comme possédaient les Loupio. Personne ne sembla remarquer la présence de Tony et c’était tant mieux. Elune ne l’aurait rien que pour elle, pour un petit moment du moins. Ils trinquèrent, Elune pouffa à sa remarque et leva les yeux au ciel l’air de dire « oh, c’est bon, abuse pas ! ». Décidemment, cet homme lui plaisait bien. Au-delà de son statut et de sa probable richesse dont elle se foutait complètement, il semblait être quelqu’un d’authentique, de drôle et qui savait apprécier les petits plaisirs qui s’offraient à lui. De belles qualités qui s’ajoutaient à son charme indéniable et à son savoir-faire avec les femmes. Parce que clairement, il était loin d’être à son premier flirt, et cela pimentait le challenge d’Elune d’autant qu’il fallait qu’elle se montre à la hauteur de ses attentes. Peut-être qu’il préférait les proies faciles, les filles qui se mettaient à genoux en se cambrant et en jouant au Couafarel obéissant, mais elle ne faisait pas partie de cette catégorie et s’assumait. Elle allait devoir y mettre du sien, certes, mais lui ne pourrait pas se la couler douce non plus. Et tout ce petit jeu faisait monter en elle son excitation. Elle s’envoya une première grosse gorgée qui lui amena directement un peu de chaleur.

Elle admira le lac quelques secondes, vraiment surprise de trouver un tel endroit ici, remerciant intérieurement Tony de lui avoir proposé cette balade, avant qu’il ne lui pose une question. Bingo, la rockstar ! Elune n’était effectivement pas native d’Unys, mais elle ne pensait pas que cela se remarquait à sa simple façon de parler. Avait-elle attrapé l’accent de Johto ? « Joli ! Ouais, je me suis tapée un sacré voyage jusqu’à Unys… J’habite à Rosalia, dans la région de Johto. Tu connais ? Avant j’habitais Kantô, mais parents, études, couple, et blahblahblah, ce qui fait que j’ai atterri là-bas. C’est sympa, comme région. Mais j’aime bien voyager, alors quelques jours à Unys, c’est vraiment cool aussi. Surtout que je suis encore jamais venue par ici. » Elle n’avait aucune envie de s’étendre sur la partie « couple » de son histoire, ayant encore du mal à avaler l’abandon d’Oliver malgré la présence de K puis la mort de ce dernier, mais elle avait été obligée de le placer, car malgré tout, c’est bien avec Oliver qu’elle avait déménagé à Johto… Alors, histoire qu’il ne puisse pas enchaîner sur les détails qui fâchent, c’est elle qui prit la parole. « Est-ce que mon accent s’entend si fort ? Parce que bon, celui de Johto, il est pas au top, je trouve… Je vais avoir un peu honte, maintenant. » C’est en prononçant « honte » qu’elle remarqua en effet que son accent était plutôt prononcé. Elle mit sa main avec son verre devant la bouche, en regardant Tony comme si c’était une gamine qui venait de dire des gros mots devant ses parents. « D’accord, il s’entend. » Elle fit la moue et bu une autre gorgée pour faire passer tout ça. « J’allais te demander si t’avais fait des études là-dedans, avant de m’entendre ! Mais du coup, t’as déjà été à Johto ? Pour une tournée, j’imagine ? » Si elle pouvait cesser de lui poser mille et une questions, aussi, peut-être que ça lui laissera l’occasion d’y répondre.

Au loin, un couple qui n’avait pas fait de grabuge jusque-là commença à s’engueuler assez fort pour qu’Elune et Tony puissent les entendre. La sbire regarda dans leur direction, assistant à la scène où la femme se mit à pleurer, délaissée par son compagnon, puis se leva pour s’en aller. « Eh bah, tout le monde ne passe pas une bonne soirée… » Elle ne quitta pas des yeux la fille en pleurs, qui commençait à s’approcher dangereusement de leur banc. Elle regarda Tony avec des gros yeux et lui chuchota : « C’est triste pour elle, mais j’espère qu’elle vient pas vers nous… » Pas de bol, peut-être à cause du mauvais karma d’Elune d’avoir dit ça, la fille en question fonça vers eux et, entre deux pleurs, leur demanda s’ils n’avaient pas un mouchoir. Elune posa un verre sur le banc, fouilla dans son sac et lui tendit le paquet entier, l’air de dire « tiens et casses-toi ». Mais non, la pleurnicheuse prit le paquet, la remercia rapidement et s’assit pile entre Tony et Elune. Ce geste irrita la musicienne, qui se surprit même à ressentir une pointe de jalousie. « Comment il a pu me quitter maintenant ? Hein ? Pourquoi je tombe tout le temps sur des gros connards comme lui ?! » Crise de sanglots de sa part, soupir de celle d’Elune, qui regarda Tony en levant les yeux au ciel une fois encore. Elle ne savait pas trop quoi faire, alors elle tapota le dos de la jeune femme et la consola comme elle le put avec quelques phrases hyper clichées et toutes faites. Elle finit par s’en aller quelques minutes plus tard, des larmes plein les yeux encore, et le paquet de mouchoirs d’Elune en mains. Lorsqu’elle fut assez loin pour ne plus les entendre, la sbire s’exprima. « Arceeeeuuus que les gens peuvent être chiants ! » Tant pis si elle passait pour une personne sans cœur. Elle lui avait cassé les couilles. « Je crois qu’on va éviter que quelqu’un d’autre puisse se poser comme ça entre nous. » Excuse totalement nulle pour se rapprocher de lui, mais qu’importe. Elle se décala de quelques fesses sur le banc, réduisant l’espace entre eux, et lui sourit, un peu gênée. Sa remarque sur cette pauvre fille désespérée n’avait pas été très cool, et elle avait finalement peur que Tony la prenne pour une connasse. « Bon, au moins, elle t’a pas reconnu ! » Ce sont les seuls mots qui lui passaient par la tête. Et elle s'enfila le reste de son premier verre.




Merci Tony pour l'avatar hihi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2298

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Lun 20 Fév - 10:41
Pleine de vie. C'était l'adjectif qui lui venait en tête à force de l'entendre parler. Cela ne sonnait aucunement péjoratif, bien au contraire, il aimait beaucoup le fait qu'elle fasse une partie de la conversation. En fait, elle lui rappelait une caractéristique qu'il aimait beaucoup chez les femmes qu'il avait plus ou moins oublié en étant avec Axelle, pour des raisons plutôt évidentes quand on connaissait le handicap de son ex : la voix. Et pas seulement le timbre de voix de la personne avec qui il était, mais aussi son accent, ses expressions, son rire, et plein d'autres choses intéressantes encore. Et la manière de parler d'Elune lui faisait plaisir. Sans pour autant faire preuve d'une véritable joie qui aurait pu être ennuyante à la longue, il y avait quelque chose d'agréable chez elle, même s'il n'arrivait pas encore à discerner ce que c'était de manière plus exacte. Mais il était confiant. Si tout se passait comme depuis leur rencontre, il saurait qu'il aurait passé une excellente soirée. En fait, pour être honnête, son attitude et son humour lui plaisaient beaucoup, si bien qu'il était persuadé que, d'ici la fin de la soirée, ce serait l'un des meilleurs flirts qu'il ait eu de sa vie – Axelle ne comptait pas, il n'avait pas été dans une optique de drague quand ils s'étaient rencontrés et qu'ensuite les circonstances avaient fait qu'ils s'étaient rapprochés et qu'ils s'étaient avoués leurs sentiments presque instantanément. Son humour, son regard qui parlait pour elle en certaines occasions, son caractère visiblement bien trempé, si elle était du genre à savoir ce qu'elle voulait, le fait qu'il se soit fait escorté… Clairement, ce seraient de bons souvenirs de cette soirée. En fait, si tout allait bien, ce pourrait peut-être même être le meilleur flirt qu'il ait jamais connu.

Ils s'assirent donc sur le banc qui se trouvait non loin d'eux, près de l'eau où les Pokémon qui s'y trouvaient nageaient, et illuminaient pour certains. Elle lui confia qu'il avait deviné juste : la jeune femme était originaire de Kanto, et avait ensuite déménagé à Johto, où elle avait sans doute commencé à prendre l'accent de la région. Une chose dont elle semblait un peu avoir honte, mais il ne savait pas trop si elle surjouait, bien que c'en était plutôt mignon, surtout en mettant sa main devant la bouche et en faisant la moue.

« Mais non, t'as pas à avoir honte ! » voulut-il la rassurer, avec un sourire attendri. « De toute façon, si tu restes un peu à Unys, tu vas voir qu'il y a bien pire comme accent. A Amaillide, notamment. Et t'as jamais écouté Bardane dans une interview ! »

Il ramassa un brin d'herbe et le plaça entre ses dents, puis observa les alentours, voulant vérifier que personne ne soit offensé par ce qu'il s'apprêtait à faire.

« Yee-haw ! » imita-t-il. « Jé suwille Towny Schwärtzwind ! J'adowe mon rwanch, il est rwempli de Frwisons que je vends au Galifeu Fried Chicken, la fiewté de notwe wégion ! Je me deilleplace toujouwes avec mon banjow et mon Colt, parwce qu'ici on est pouw le porwt d'arwme, l'auwtwe fierté de notwe rwégion ! »

Raciste ? Pas vraiment. Plutôt caricatural. C'était un peu l'image type de la campagne profonde unysienne dessinée dans les médias de la région. Ce n'était jamais méchant, juste drôle dans le sens où beaucoup reconnaissaient certains traits dans la région, même parmi ces gens-là. Mais bon, il espérait au moins que ça la détende et qu'elle n'ait pas à s'en faire par rapport à ça. Un accent, c'était toujours mignon la plupart du temps, selon lui. Et chez certaines femmes, c'était même incroyablement sexy. Mais il fallait revenir à la conversation, maintenant.

« Houlà, entre Johto et moi, c'est une grande histoire d'amour ! » s'exclama-t-il. « J'ai découvert pendant que j'étais en tournée avec Devils Never Cry et depuis j'y vais souvent en vacances. Pendant cette période j'allais à Johto la moitié des vacances dans l'année et l'autre moitié à Sinnoh, pour te dire. J'ai tourné quelques clips là-bas aussi, mais ce que je retiens surtout, c'est les balades à faire là-bas, au Lac Colère ou encore à Rosalia. J'imagine que c'est un peu cliché, mais j'y peux rien, j'adore ces coins-là ! »

Il disait ça notamment pour Rosalia, là où se concentrait en masse la culture johtoienne qui inspirait les fans d'anime, de jeux vidéos ou encore d'histoire féodale.

« Mais du coup, t'es peut-être plus proche de Doublonville non, pour les études ? » voulut-il savoir. « En plus avec le train Magnet là-bas, ça doit être cool pour… »

Il n'eut pas le temps d'en dire davantage. Du bruit alerta Elune, qui tourna la tête, ce qui poussa Tony à le faire à son tour. Outch. La dispute avait l'air plutôt violente. Un couple déjà fait avant, d'après les paroles échangées, mais autrement, rien qui ne pouvait permettre de rendre un jugement sans contexte. Et à en juger par la suite de la conversation… Oui, voilà. Monsieur s'en allait, laissant en plan Mademoiselle. Sale histoire. Mais bon, il en fallait bien une. Même si la Saint-Valentin était vendue comme étant une fête tournant autour de l'amour, ce n'était pas pour autant qu'aucune ne pouvaient finir ce jour-là. Au pire, ça finirait bien par se terminer à un moment et ils reprendraient où ils en étaient.

Ou pas.

« C’est triste pour elle, mais j’espère qu’elle vient pas vers nous… » murmura Elune.

« Que te dit ton radar à boulet ? » s'enquit Tony, l'observant tout autant.

Il n'eut pas besoin d'attendre la réponse. La jeune femme fonça presque vers eux, en larmes, si bien que la rockstar s'écarta légèrement, en baissant la tête et en se décoiffant pour quelques mèches tombent sur ses yeux et qu'on ait moins de chances de le reconnaître. Mais visiblement, il n'y avait pas tant besoin de ça. Quand la fille au cœur brisé décida, sans demander l'avis du duo, de s'installer sur le banc, elle continua de se lamenter, la tête enfouie dans les mouchoirs qu'Elune venait de lui donner. Toujours le même discours, pourquoi cette date-si, pourquoi tombait-elle sur des types comme lui, et blah blah blah. Malgré ça, Tony ne voulait pas lui jeter la pierre. Lui-même avait été dans la même situation, quelques mois plus tôt, alors il ne se sentait pas vraiment en droit de juger. Mais là, elle dérangeait un peu, quand même. Comment lui dire qu'elle gênait sans qu'elle ne considère qu'elle se faisait traiter comme un déchet, et sans qu'on le reconnaisse.

« Vous verrez, ça va passer… » bafouilla-t-il dans sa barbe, de peur que sa voix ne l'interpelle. « Un de perdu, dix de retrouvez, tout ça… Vous trouverez bien chaussure à votre pied un jour… »

Mouais. Peu convaincant, vraiment. Et pas du tout une manière de lui montrer qu'elle devait dégager parce qu'ils étaient en plein milieu de quelque chose. Et pourtant, Elune semblait y aller un peu de la même manière, bien qu'elle se permettait d'être plus familière, n'ayant pas le souci de la célébrité. Elle se forçait un peu, elle aussi, ça se voyait, mais bon, au moins, la pauvre femme finit par partir d'elle-même après un petit moment embarrassant. D'ailleurs, sa compagne pour la soirée ne cacha pas son mécontentement à cause de ce moment. C'était peut-être un peu fort, même. Mais bon, il ne pouvait pas la blâmer, il l'avait pensé aussi, donc bon. Il se contenta donc de hocher la tête et de boire un peu dans un des verres dans lequel il n'avait d'ailleurs que très peu bu, tout en observant la jeune femme se rapprocher de lui, du moins suffisamment pour que plus personne ne puisse se glisser entre eux deux. Habile. Enfin bon, c'était clair que c'était une opportunité à saisir, et qui n'était pas pour lui déplaire. Au moins, il espérait ainsi que cette espèce d'espace vital entre eux les gênerait moins pour aborder des sujets plus divers, maintenant. Et oui, le mot « divers » était vraiment à prendre dans son sens le plus littéral possible.

« Bah, j'ai une garde du corps qui arrive à se débarrasser des gens qui nous embêtent, apparemment. » répondit Tony quand Elune fit remarquer que l'anonymat de la rockstar avait été préservée. « A partir de là, j'ai envie de dire que plus rien ne me fait peur, tant que tu es là ! »

Il termina son premier verre et le posa par terre avant de reprendre un brin d'herbe et de le coller entre ses dents, en imitant le plus possible le regard de ces stars de vieux western d'il y a près d'un demi-siècle.

« Tu eilles une pardneuwr fowrmidable, Elune ! Grwâce à toi, on va dev'nir des self-made men, et notwre ranch s'étendrwa sur des kilomeilletrwes ! »

Alliant le geste à la parole pour renforcer son jeu de comédien, il passa une main sur l'épaule de la jeune femme et montra les différents coins du lac de son autre main. Un stratagème pour se rapprocher d'elle ? En voilà une accusation totalement farfelue ! Mais peut-être pas totalement fausse, en effet.


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1691

Région : Johto
Jeu 23 Fév - 21:46

It's all written in the stars

Même s’il la rassura un minimum en lui affirmant qu’elle n’avait pas à avoir honte, elle n’était pas fière d’avoir adopté l’accent de Johto en si peu de temps. C’est qu’elle était assez influençable à ce niveau-là ; dès qu’elle voyageait quelque part, ou qu’elle restait trop longtemps avec une personne qui parlait d’une certaine manière, elle commençait à prendre les mêmes mimiques et prononciations, ce qui était dérangeant et pratique à la fois. Dérangeant parce qu’elle n’aimait pas perdre le contrôle, pratique parce qu’elle s’intégrait facilement et qu’on avait plus tendance à donner sa confiance à quelqu’un qui nous ressemble. Et alors qu’elle allait réfléchir aux accents unyssiens qu’elle ne connaissait pas encore, ayant très peu voyagé dans cette région, Tony se mit à imiter le parfait campagnard, une brindille d’herbe entre les dents pour accentuer cette caricature qui fit rire Elune de bon cœur. Un rire franc, sincère, un rire qu’elle s’était surprise à oublier ces dernières semaines. Il faut dire qu’aujourd’hui, elle avait totalement mis entre parenthèses les derniers événements. Elle avait fourni un effort surhumain pour retrouver la Elune d’avant, une Elune ouverte et confiante, et y était arrivée, probablement pour l’espace d’une soirée seulement. Mais si elle se prenait à y penser un peu plus que quelques secondes, elle savait qu’elle pourrait tout faire chavirer et sombrer à nouveau, laissant Tony découvrir la facette cachée du cadavre ambulant qu’elle était en réalité. Ce dont elle n’avait aucune envie. Mais ce rire, en voyant la rockstar mettre tout ce qu’il avait pour parfaire son mime, n’avait rien de forcé. Et il lui faisait un bien fou, en plus de la détendre vis-à-vis de son propre accent. « Twès bien ! » Sa tentative était moins concluante. « Je crois que mon accent n’est pas si mal que ça, ahah. On pourrait presque croire que t’as vécu pas mal de temps dans un ranch ! Ou alors c’est un talent caché ? Pas sûre que tous les fans apprécieraient, si tu coupais ton concert pour une partie de one-man show à la mode unysienne. Mais moi, ça me plait bien. » Ça avait un petit côté attirant, cet accent de campagnard dans la bouche d’un type ultra stylé. De toute façon, depuis qu’elle avait croisé son regard, tout l’attirait chez lui. Alors elle n’était sûrement pas très objective.

Il parla de Johto avec une certaine motivation dans sa voix. Il semblait apprécier la région et Elune ne pouvait qu’être d’accord avec lui. Les habitants étaient particulièrement servis, avec toutes les variétés de paysages qu’on y trouvait, ainsi que tous les mythes et légendes qui entourait ce monde de mystère. Il parla de cliché, mais elle n’était pas d’accord. Des endroits touristiques, peut-être, mais ils étaient tellement magiques qu’on ne pouvait pas les abaisser à de pauvres destinations clichées. « Non, je te comprends totalement. Il y a des coins vraiment magnifiques, même si je suis loin d’avoir tout découvert. D’ailleurs, tu vas pas me croire, mais je suis encore jamais allée au Lac Colère ! Pourtant, j’arrête pas de me dire qu’il faudrait que j’y aille… Et qui sait ? Si un jour tu repasses à Johto, crie mon nom dans les rues pour me trouver et tu me montreras les meilleurs coins pour se balader vers ce fameux lac. À ce rythme-là, on va se faire tous les lacs du pokémonde, tous les deux. » Elle plaisantait, ces paroles étaient probablement du vent, mais s’il passait vraiment dans la région et qu’il n’était pas trop occupé, pourquoi pas ? Pour le moment, le courant passait plus que bien entre eux et il faut avouer qu’elle n’avait aucune envie de le voir s’éclipser. Elle n’avait aucune idée encore de comment cette soirée finirait, ni même s’ils garderaient contact, et à vrai dire, elle savait que ce genre de rencontre finissait rarement en grande amitié. Il s’agissait de vivre le moment présent et de ne pas se poser de questions sur demain. Néanmoins, tout restait possible. Elle ne voulait pas trop y réfléchir, de toute manière. Elle voulut lui répondre lorsqu’il arriva sur le sujet des études, lui dire que ça faisait bien longtemps qu’elle n’en avait pas fait et qu’elle bossait dans un bar geek de Rosalia où il n’avait pas intérêt à passer sous peine d’être agressé par tout le monde, mais le boulet arriva.

Tony n’était pas à l’aise et ça se remarquait. En même temps, ça pouvait se comprendre. Il aurait fallu qu’elle le reconnaisse pour que leur petite soirée au bord du lac se transforme en noce d’enfer special guest Tony Schwärtzwind. C’est que les nouvelles, ça allait vite. Les phrases qu’il sortait pour rassurer la jeune femme en détresse faisaient sourire Elune, mais niveau cliché, elle ne volait pas bien haut non plus. Finalement, l’invitée incruste s’en alla et après la tentative un peu nulle de la sbire de réduire la distance entre les deux, c’est lui qui prit la parole. Heureusement, parce qu’elle n’assumait pas totalement ce qu’elle venait de faire et que tout ce qui lui passait par la tête sonnait comme de vagues tentatives de drague lourdes et inefficaces. Ou en tout cas, sans nul doute inefficaces avec lui. Il termina son verre et imita à nouveau cet accent qui ne manqua pas de la faire rire. Mais le son de sa voix s’estompa lorsqu’elle sentit sa main sur son épaule, surprise -on se demande pourquoi- d’un tel geste, mais profitant de cette proximité pour savourer l’instant. En réalité, elle avait envie de lui sauter dessus. Mais ce n’était pas très pro. Quoique presque collée à lui, comme ça, elle ne ressentait presque plus le froid qui commençait à la mordre. Sûrement la température de son corps qui augmentait au même rythme que son excitation et son envie de casser les barrières. Il fallait qu’elle se reprenne et qu’elle reste calme. Elle avait honte de vivre ce que ressentait une fillette de treize ans lorsque son amoureux la prenait dans ses bras, mais c’était un peu le cas. Elle s’en voulait d’autant plus qu’elle était persuadée que si ce n’était pas Tony, mais un type random qu’elle avait voulu se choper, elle n’aurait clairement pas fait dans la dentelle et ne subirait pas tout cet émerveillement à la con à peine faisait-il un geste qui la frôlait. Il devait remarquer qu’il ne lui était pas indifférent, vu les regards qu’elle n’arrivait pas à s’empêcher de lui faire, alors elle tenta de le prendre à la légère, mais s’enfila quand même la moitié de son autre verre. Juste pour être sûre. « Dis-moi Tony, dans notre futur ranch, on s’autorisera à planter quelques trucs pas très légaux ? Du genre ce que j’ai dans mon sac ? » Son statut de rockstar l’obligeait à prendre des trucs pas nets, alors en lui proposant un peu d’herbe, elle ne risquait pas grand-chose. Du moins elle l’espérait. Elle commença à fouiller son sac et remarqua qu’il allait ôter son bras de ses épaules, alors elle lui retint la main et hocha doucement la tête. « Non, t’inquiète, elle est bien ici, tu peux la laisser. » Et avec un petit sourire, elle sortit son matos. « Je sais pas si tu fumes, ou si tu prends pire ou peut-être rien, mais ça te dit ? Un décor et une ambiance pareille, ça donne envie. » Après l’approbation de Tony et le sourire de vainqueur d’Elune, elle prépara un petit pétard chargé comme il faut et l’alluma en prenant la première bouffée. « Et dire que j’avais imaginé que je me ferai chier ici. Je crois bien que je peux dire heureusement que je t’ai croisé. J’aurais jamais pensé me retrouver ici, comme ça, à fumer un joint avec Tony Schwärtzwind. » Elle prit une autre taffe et le lui tendit. « Et je sens qu’on n’a pas fini de s’amuser. »




Merci Tony pour l'avatar hihi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2298

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Ven 24 Fév - 23:00
« Moi pas. » répondit-il. « Mais mon père oui. Il m'a montré quelques trucs comme ça quand j'étais gosse. »

C'était la réponse qu'il lui avait donnée quand elle lui avait demandé s'il avait passé du temps dans un ranch. En fait, c'était de là que son père s'était inspiré pour ses propres compositions, à l'époque où il chantait et faisait de la guitare, lui aussi. Là où le jeu de Tony s'était vraiment beaucoup plus perfectionné pour être élaboré et technique avec le temps, c'était uniquement grâce à son père qu'il parvenait encore à garder toute trace de sentiment dans ses solos et ses riffs. C'était ça qu'il lui avait inculqué pendant ses jeunes années, au travers de quelques morceaux de blues, de jazz et de country, en échange de bonnes notes à l'école, et c'était grâce à cela qu'il était en partie l'homme qu'il était devenu aujourd’hui. En tout cas, il n'aurait jamais pensé que cela lui aurait servi dans ce contexte. Mais c'était bien loin derrière les imitations que faisait son paternel. Même s'il venait à la base de Janusia, il était tellement empreint de la culture campagnarde qu'il y avait passé plusieurs années avant de revenir vers la civilisation et de tenter de vivre ses rêves en tant que bluesman. Une passion qui, finalement, s'était plus ou moins transmise à son fils, même si c'était parfois juste pour des blagues comme celle-ci. Quoiqu'il lui avait aussi transmis son amour des paysages également, même si ce n'était généralement pas les mêmes. C'était pour cette raison qu'il arrivait à lui parler de ses expériences à Johto avec autant d'aisance. Il se rappelait de la plupart des événements de ses séjours là-bas, seul ou pendant qu'il était encore avec Mina. C'était vraiment un autre monde que la partie nord de cette région au caractère si prononcé. Il y avait ce côté tranquille, mais sans pour autant être pittoresque ou attrape-touriste. Un peu comme si c'était une espèce de lieu sacré dont il émanait une énergie particulière, aux allures presque mystiques, qui lui parvenait à atteindre une espèce de sérénité qu'il n'avait éprouvé nulle part ailleurs, si ce n'est au sommet de la Tour Dragospire, à cause de son affiliation au trio de Pokémon dragons légendaires de la région d'Unys. Alors, quand Elune lui avoua qu'elle ne s'y était jamais rendu, ses arguments étaient déjà tout trouvés, même s'il fallait avouer qu'il était légèrement étonné de sa réponse.

« Il faut que t'y ailles, vraiment ! » s'exclama-t-il. « Je sais qu'on dit beaucoup de bien des lacs de Sinnoh, mais en comparaison, je préfère vraiment celui-là. Mais t'inquiète pas, je ferai ça du coup, si ça te suffit pour te motiver. Avec un peu de chances, on tombera peut-être sur un Léviator rouge en plus ! »

Il n'aimait pas spécialement les Pokémon, ce n'était un secret pour personne. Mais il savait aimer les bonnes choses quand elles se présentaient à lui, et un Léviator, pour lui, en était une. Enfin, tant qu'il n'était pas en face de lui comme cette fois-là à Céladopole où il avait vu cette magnétiseuse qui lui avait soigné le bras. C'était un peu comme un volcan, en fait. Dangereux, mais quand on était suffisamment loin, on ne pouvait pas s'empêcher de l'admirer au moins un peu. En tout cas, c'était objectivement beaucoup plus sympathique à admirer qu'une pimbêche qui venait pleurer comme une madeleine sur un banc entre deux partenaires d'une soirée de Saint-Valentin. Heureusement qu'Elune était là, autrement il n'était pas sûr que cet épisode aurait duré si peu de temps. Non, vraiment, il fallait qu'il commence à réfléchir à cette histoire de garde du corps plus sérieusement un de ces jours. Cela pourrait lui servir pour éviter ce genre de petits désagréments la prochaine fois.

L'ambiance fut déjà beaucoup plus détendue au moment où leur invité surprise partit. Comme quoi, avoir réduit la distance entre eux deux avait l'air d'avoir bien marché. Du moins, au point que la jeune femme ne se plaigne pas quand elle se rendit compte que le rockeur avait joué dans son jeu et qu'il avait passé son bras autour de son épaule. Voilà qui était prometteur pour la suite, il en était sûr maintenant. A moins que ce ne soient ses regards qui l'étaient. Mais dans un sens comme dans l'autre, cela lui plaisait. Le Doc avait eu raison, encore une fois. Si cela ne résolvait pas ses problèmes et si cela ne lui permettait pas de se remettre de la mort d'Axelle, cela lui donnait au moins le mérite de mettre ça un peu entre parenthèses pour le moment. Et peut-être que c'était cela dont il avait besoin pour le moment. D'arrêter de réfléchir et de se laisser aller à quelque chose de simple. De rencontrer quelqu'un qui lui donnerait le sourire, même si c'était juste pour un moment. Ou un rire, complètement, comme ce fut le cas quand il refit son accent d'Amaillide. Jusqu'à ce que ce soit Elune qui rompe à nouveau le silence.

« Dis-moi Tony, dans notre futur ranch, on s’autorisera à planter quelques trucs pas très légaux ? » s'enquit-elle. « Du genre de ce que j'ai dans mon sac ? »

Il hocha la tête sans hésiter, un sourire sur ses lèvres. Il s'apprêta à relever sa main pour qu'elle puisse s'en emparer, mais elle l'arrêta, lui assurant qu'il n'y avait pas de problème avec ça. Voilà qui était fixé, du coup. Ce devait sûrement être entre elle et elle, alors. Ou juste l'envie d'être la plus détendue possible. Il avait déjà connu ce sentiment après tout, à l'époque où il fumait de l'herbe. Parfois, une taffe ou deux de temps en temps servait à apprécier le moment, pas pour devoir combler un besoin important de nicotine. C'était même l'argument qu'elle lui avait sorti au moment ou elle lui proposa de partager un peu de son petit morceau de paradis avec lui. Chose à laquelle il se surprit d'accepter sans même se poser de question. Avait-il envie de se détendre lui aussi ? Possiblement. De planer un peu pour éviter de penser à ses soucis pour le reste de la soirée ? Sans doute. Il avait pourtant dit « non » à cela depuis fort longtemps, depuis qu'il avait commencé à percer avec Devil Trigger, en fait. C'était l'un des éléments du marché qu'il avait passé avec son père. Mais ce soir, il avait décidé que ce serait sa soirée parenthèse. Qu'il allait mettre sa vie en pause pour se ressourcer un peu, en très charmante compagnie, qui lui rappelait les deux dernières femmes avec qui il avait passé les meilleurs moments de sa vie.

« Et dire que j'avais imaginé que je me ferais chier ici. » poursuivit-elle. « Je crois bien que je peux dire heureusement que je t’ai croisé. J’aurais jamais pensé me retrouver ici, comme ça, à fumer un joint avec Tony Schwärtzwind. Et je sens qu’on n’a pas fini de s’amuser. »

Il allait finir par croire qu'elle savait incroyablement bien lui parler. Ou bien était-ce la première taffe qui commençait à faire son effet ? Non, quand même pas. De toute façon, il savait comment ces trucs marchaient, pour en avoir pris pendant un an. Et encore, c'était sans compter la fois où il avait testé avec un bang. Ça, c'était le moyen pour se rendre stone en une bouffée. Ceci dit, il n'avait pas besoin de plus pour profiter de l'ambiance et pour se sentir d'humeur un peu plus joueuse, au fur et à mesure que la soirée avançait.

« Tant mieux, j'imagine que ça fait partie de mon boulot que d'égayer un peu ta soirée. » plaisanta-t-il en prenant une autre bouffée et en la soufflant en l'air. « Bien que tu te débrouilles pas mal non plus dans ton genre. »

Il lui tendit le joint et la regarda tandis que c'était son tour de profiter un peu de ses produits.

« D'abord l'escorte, maintenant le spliff… » minauda-t-il, avant de siroter une autre gorgée de son deuxième verre. « A ce rythme, je vais finir par me demander ce que tu nous as prévu pour le reste de la soirée. »

Quoiqu'elle déciderait, il aimerait certainement. Il n'y avait plus à douter là-dessus. S'il y avait déjà quelque chose à douter de l'alchimie entre les deux membres du duo auparavant.


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1691

Région : Johto
Mer 1 Mar - 21:20

It's all written in the stars

Ainsi donc, il avait quand même un peu de sang de la campagne qui coulait en lui. D’où son imitation parfaite de l’accent du coin ? Son père avait apparemment habité un certain temps dans un ranch et lui avait appris quelques petites choses, ce qu’Elune trouvait plutôt sympa. Si on posait la fameuse question de « ville ou campagne ? » à la sbire, elle ne saurait quoi répondre. Elle aimait la ville pour ses côtés pratiques, mais elle avait aussi de sacrés désavantages, comme la foule, la circulation de merde, l’impression de n’être qu’une Fourmite parmi tant d’autres… La campagne lui faisait du bien, elle aimait cette atmosphère et les longues balades en moto sans croiser personne sur les routes, mais on s’y faisait chier trop souvent, en plus de sentir le fumier chaque matin en se réveillant. Alors ouais, elle s’installait là où elle le pouvait. Elle n’avait pas trop le choix de toute façon, parce que (malheureusement) l’argent ne coulait pas à flots. Son appartement à Rosalia lui convenait bien, alors elle n’allait pas s’en plaindre. Rosalia était une ville magnifique et les environs étaient incontournables, comme le souligna Tony.

Lorsqu’elle lui proposa de fumer, elle fut trop soulagée de voir un sourire sur les lèvres de la célébrité. Et encore plus lorsqu’il décida de garder sa main sur son épaule, suivant ses recommandations. Elle passait probablement pour la fille qui fumait depuis perpète, qui avait toujours une petite dépanne avec elle, mais loin de là. Elle avait depuis quelques années arrêté de toucher à quoi que ce soit qui s’apparentait de près ou de loin à de la drogue. Adieu les soirées en squat à sniffer n’importe quoi, adieu les potes malsains avec qui elle avait même commencé à se piquer parce qu’elle était bête et influençable. Elle s’était purifié le corps une bonne fois pour toutes et avait cessé de prendre ces merdes. Sauf que voilà… enchaîner malheur sur malheur, ruptures et décès, ça la faisait tomber plus bas que terre et qu’au bout d’un moment, elle avait des limites. Ces limites, elles les avaient franchies à la mort de Kale et elle n’avait trouvé qu’une solution viable à un possible rétablissement. Non, pas à un rétablissement, mais une solution pour lui permettre de continuer à vivre en se détendant de temps à autre, défoncée dans son coin. Elle était loin de s’être remise de cette annonce brutale et même si elle cachait sa dépression, elle ne l’avait pas oubliée. Un joint de temps en temps, de toute façon, ça ne fait pas de mal. Elle n’avait pas encore pris de drogues dures, ce qui était un bel exploit en soi vu son état. Alors elle ne se sentait aucunement coupable d’avoir pris son matos aujourd’hui. Encore moins si c’était pour le partager avec Tony.

Un Tony qui n’hésita pas une seule seconde lorsqu’elle lui tendit la cigarette qui fait rire. Elle était heureuse de l’entendre dire qu’elle n’était pas trop mauvaise pour le divertir, souriant bêtement à sa remarque. « Crois-moi que je ne suis pas comme ça avec tout le monde. J’essaie au faire de mieux pour ma star préférée. » Elle lui sourit en reprenant le joint, soutenant son regard en essayant au mieux d’avoir l’air sexy et pas psychopathe. Elle sentait que les effets de la weed s’immisçaient gentiment, mais pas assez à son goût. Elle prit une grosse bouffée et la garda bien longtemps avant de la souffler. Un sourire au coin des lèvres, elle prit la dernière remarque de Tony comme une sorte de défi. La continuité du challenge personnel qu’elle s’était lancé plus tôt. « Oh, je suis sûre que t’as déjà une idée du bouquet final que je te réserve. » Elle tourna la tête vers lui avec un sourire en coin. « Ou sous tes airs de badboy se cache un Tony innocent ? » Elle prit quelques lattes, le joint se consumant plus vite qu’elle ne l’avait imaginé, et commençait à se sentir vraiment bien. Tout lui semblait encore plus beau et les lumières des Pokémon dans le lac la faisaient bader. Elle les regardait, heureuse, et se demandait comment on se sentait quand on avait constamment de la lumière qui nous entourait. Jamais d’obscurité, jamais de ténèbres… « Ne réfléchis pas plus. » Il ne fallait pas qu’elle s’enfonce dans les pensées noires. Elle se mit sur ses genoux, sur le banc, en se tournant vers la rockstar. « Et si c’est moi qui te donnais ta prochaine taffe ? » Une petite soufflette, c’était un bon moyen de faire passer un moment banal pour un moment intime, dans ces conditions. Et avec ça, il était certain d’être bien high. « Penche-toi un peu. » Elune mit le joint à l’envers dans sa bouche et s’approcha du visage de Tony. Leur proximité était loin d’être gênante au vu de l’état dans lequel ils commençaient à être, même si elle se concentrait bien plus sur lui que sur la soufflette qu’elle lui faisait. Elle n’avait aucune envie de mettre ses mains, alors elle colla ses lèvres aux siennes, profitant un peu trop de la situation et ressentant une excitation soudaine qui combattait le calme qu’elle ressentait grâce à la weed, lui soufflant directement la fumée dans la bouche. Le genre de trucs qu’on ne pouvait pas faire pendant de longues minutes, malheureusement, alors elle se retira quelques secondes plus tard et lui tendit le joint. Si elle n’était pas déjà défoncée, elle aurait probablement rougi. Parce qu’elle sentait encore ses lèvres sur les siennes et qu’elle n’y était pas insensible. Loin de là. Elle lui sourit et lui balança la première chose qui lui vint en tête. « J’ai bien vu que t’en as profité, eheheh. » Elle pouffa toute seule, trop fière de sa petite blague/pique/gaminerie, sachant pertinemment que c’était elle la première à en avoir profité. Au moins maintenant, c’était clair, si jamais il y avait eu un doute ; elle n’avait pas envie de partager qu’un joint avec lui.

Le temps filait, ils s’amusaient bien, mais la nuit noire avait apporté avec elle une légère brise qui commençait à se faire sérieusement ressentir pour la petite Elune qui n’était pas très couverte. Lorsqu’elle commença à trembler un peu, elle décida qu’il était l’heure de retourner vers le ranch à la recherche d’un coin plus chaud. Elle se leva et tendit sa main vers Tony. « Ça te dit de gentiment rentrer ? On pourra aller boire un autre verre, ou aller dans ta suite royale et continuer la soirée. Ou les deux ? » En fait, ils pouvaient faire n’importe quoi que ça lui conviendrait. Elle n’avait juste pas envie de le lâcher, parce qu’elle se plaisait beaucoup trop avec lui et que ça lui faisait un bien fou de passer une telle soirée. Elle n’était pas prête de l’oublier. Vraiment, vraiment pas !




Merci Tony pour l'avatar hihi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2298

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Sam 4 Mar - 1:16
Eh bien, quel regard ! Il ne savait pas si c'était dû au cannabis qui commençait lentement à s'immiscer en eux, mais il se rendait clairement compte qu'il y avait chez elle quelque chose de bien plus brillant et plus attirant que cette paire d'yeux bleus pourtant si belle à la base. Plus attirant encore même que cette voix qui le séduisait toujours un peu plus au fur et à mesure que la soirée avançait, et qui l'interrogeait sur sa véritable nature. Alors comme ça, elle croyait en un potentiel Tony Schwärtzwind plus innocent qu'il n'y paraissait ? Elle avait raison, il y en avait un. Mais pas pour ces sujets-là. Il pouvait feindre cela, ceci dit. Ce serait peut-être la bonne personne pour cela, à croire sa personnalité. Mais c'était plus intéressant de la laisser deviner plutôt que de se placer d'un côté ou de l'autre du spectre de l'innocence ouvertement.

« Je serais bien tenté de te donner une réponse maintenant, mais ce ne serait pas très amusant, tu ne crois pas ? » souffla-t-il d'une voix mielleuse. « C'est plus sympa si je te laisse trouver la réponse par toi-même. Il faut bien que je sois un peu à la hauteur de ma réputation de rockstar inaccessible et torturé de temps en temps, j'imagine. »

Il n'y avait pas que l'apparence ou le regard qui pouvait stimuler les gens, et s'il savait que les voix de certaines femmes le faisaient fondre, il était d'autant plus sûr que la réciproque était vraie, quoique le pourcentage de personnes réceptifs à ce genre de choses soit probablement plus faible que pour les autres atouts physiques. En espérant que la jeune femme fasse partie de ces gens-là, du moins, mais si elle aimait sa musique, c'était qu'elle devait l'être au moins au minimum. Ou en tout cas, suffisamment pour se mettre sur ses genoux, dans sa direction.

« Et si c’est moi qui te donnais ta prochaine taffe ? » proposa-t-elle.

Oh le coup de vieux qu'il était en train de se prendre. Après la weed, une soufflette ? La dernière fois qu'il avait fait ça, il s'était retrouvé défoncé en deux temps trois mouvements. Ceci dit, cela lui permettrait de rattraper rapidement l'état dans lequel était Elune, car elle avait clairement pris beaucoup plus que lui. Peut-être pour se donner du courage ? Bah, qu'importe, de toute façon, c'était son herbe à elle, elle en faisait ce qu'elle voulait et si elle avait décidé qu'elle en prendrait plus que lui, grand bien lui fasse. Mais ça… c'était bien différent. Et aussi, si ses souvenirs étaient encore suffisamment précis, bien agréable.

« Tu me ferais cet honneur ? » fit-il avec un enthousiasme non dissimulé. « Si c'est proposé si gentiment... »

Il se pencha comme la jeune femme lui demanda et elle s'approcha de lui, le joint entre ses lèvres. L'instant d'après, elle les colla contre celles de la rockstar et en relâcha le contenu, laissant la vapeur entrer dans le corps du musicien. Wow. Plus les secondes défilaient, plus il se sentait bien et moins il avait envie d'arrêter cet espèce de baiser entre sa partenaire et lui. En fait, ce qu'il ressentait était un peu contradictoire. Il y avait cette sensation de détente que lui conférait la drogue, cette sensation de légèreté qui lui donnait envie de profiter du moment au maximum, même si l'expérience pouvait s'avérer dangereuse au bout de quelques minutes. Mais d'un autre côté, il y avait cette excitation provoquée par le fait d'être si proche d'elle et de sentir le goût de ses lèvres. Elle avait parlé d'un bouquet final tout à l'heure, il allait finir par croire que ce serait sans doute la meilleure expérience qu'il aurait jamais ressentie de sa vie par rapport à toutes les conquêtes qu'il avait eu jusqu'à présent, ce qui n'était pas une mince affaire. Oui, elle avait même réussi, bien que ce ne fut que pour un court instant, à remplacer Axelle dans ses pensées, même si c'était surtout à cause de ce qu'il était en train de prendre en ce moment.

Mais tout devait bien finir par avoir une fin, et Elune finit par interrompre leur baiser interposé. Pourtant, le musicien resta là, sans bouger, repensant à la fois à ce qu'il venait de se passer et regardant le ciel étoilé, qui lui sembla tout d'un coup beaucoup plus proche et beaucoup plus éclatant. En fait, il avait l'impression de pouvoir trouver un nom à chacune d'entre elles sans avoir à réfléchir ni à regarder dans une revue scientifique si quelqu'un n'avait pas déjà trouvé quelque chose. Il redressa la tête au moment où la jeune femme pouffa de rire et lui fit remarquer qu'il avait bien profité de l'occasion. Oui, c'était clair qu'il l'avait fait, il n'y avait pas à se mentir à ce sujet. Mais à voir son expression, il n'était pas le seul.

« Qui ne l'aurait pas fait ? » fit-il remarquer. « Je pense que ça fait un peu plus de quinze ans que j'ai pas eu droit à une soufflette, et par une jolie fille en plus, crois-moi que je n'allais pas louper cette occasion. »

Il aurait sans doute été un peu plus subtil en temps normal, mais le côté désinhibé de l'herbe lui avait complètement fait passer à côté de cela. Et puis, d'un autre côté, après autant de proximité, elle devait sans doute déjà savoir que son charme ne le laissait pas indifférent. La preuve, elle lui proposa quelques minutes plus tard de rentrer vers le ranch, histoire de boire un verre ou même de finir cela dans la chambre de la rockstar. Voilà qui était une excellente idée !

« Va pour un verre dans la suite royale alors. » répondit-il de son sourire le plus charmeur qu'il pouvait faire malgré les effets de l'herbe sur lui, finissant son verre dans la foulée. « J'ai pas très envie que d'autres gens viennent gâcher le moment, et j'imagine que toi non plus. »

Remarquant que le vent venait de se lever et que la jeune femme devait commencer à grelotter de froid, il enleva son sweat et la proposa à Elune, même s'il se doutait qu'elle ne lui tendait pas la main pour ça à la base. Et non, il ne le faisait pas du tout parce que c'était un prétexte pour se déshabiller et se faire beau un peu, maintenant qu'il y avait un peu moins de monde qui serait susceptible de le reconnaître. Pas du tout, voyons. C'était juste une pure coïncidence.

« Tiens, je te le prête si tu veux. » suggéra-t-il. « Ce serait bête que tu attrapes un rhume alors qu'on est sur le chemin du retour. »


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1691

Région : Johto
Mer 8 Mar - 22:21

It's all written in the stars

Elune devait se retenir pour ne pas le faire taire d’un french kiss langoureux lorsqu’il lui parlait avec cette voix. Jouant la carte de l’homme mystérieux, il savait comment la tenir en haleine et ces petits jeux marchaient particulièrement bien avec elle. Il n’y avait pas à dire, il était en effet à la hauteur de sa réputation et il était difficile de lui rétorquer quoi que ce soit quand il préférait garder ses petits secrets. Il n’avait donc pas répondu à sa question, mais la sbire pensait tout de même connaître la réponse. À son humble avis, le Tony innocent devait être présent, mais enfoui bien profondément quelque part où seuls quelques élus pouvaient aller le déterrer. Ou en tout cas, ce côté innocent n’incluait pas les sous-entendus qu’elle venait de lui faire et qu’il avait parfaitement compris. Soit, une fois encore, elle entrait dans son jeu et acceptait de le découvrir par elle-même, un jour, peut-être. Ce n’était pas si important à ce stade de la soirée. Ce qu’elle voulait le plus en ce moment, c’était passer de l’état clean à l’état partiellement défoncée avec lui et profiter des effets que ça leur prodiguerait. Elle nota dans un coin de son esprit de finalement remercier sa sœur et son inscription forcée à l’événement. Bon, elle aurait apprécié rester à Johto quand même, mais pour l’instant, la soirée valait le détour. Comme elle l’entendait souvent dans son bled, elle était « déçue en bien ». Autrement dit, elle était bien contente d’être là.

Lorsqu’elle lui proposa la soufflette, sa réponse la fit craquer une nouvelle fois. Peut-être l’effet de la drogue, peut-être sa faiblesse à ne pas résister à ce genre d’homme, ou simplement parce que c’était Tony et que tout en lui semblait lui plaire. Quoi qu’il en soit, ce fut plutôt un honneur pour elle que de lui donner ce semi-baiser qui déjà annonçait de belles choses pour la suite. Parce qu’Elune était sûre d’une chose ; lorsqu’on veut savoir si ça va matcher avec quelqu’un, que ce soit pour un soir ou pour une relation plus sérieuse, il faut l’avoir embrassé au moins une fois. Un baiser, c’était un vrai test de comptabilité. Soit c’était pas trop mal, bien ou carrément fantastique, auquel cas il n’y aurait aucun problème pour la suite, soit c’était carrément pas le feeling, avec l’un qui ne se coordonnait pas, qui gobait la bouche de l’autre, qui donnait l’impression d’être une machine à laver lancée à pleine vitesse… Dans leur cas, à défaut de ne pas avoir échangé un vrai baiser, ils avaient pu tester les lèvres de l’autre et Elune n’était pas déçue du résultat. La forme de ses lèvres, leur douceur et la chaleur que ce rapprochement dégageait formaient un tout qui faisait monter en elle une excitation singulière qui se mélangeait aux autres sentiments qu’elle ressentait en étant si proche de lui. Lorsqu’elle se retira, une pointe de folie lui incita à l’embrasser vraiment, mais gênée et un peu dans les vapes, elle préféra l’accuser d’en avoir profité. Sa réponse la fit sourire. « Un peu plus de quinze ans ? Dis pas des trucs comme ça, tu vas me faire penser que t’es beaucoup trop vieux pour moi. » Parce que elle, il y a quinze ans, elle n’avait que dix ans. Et elle était encore innocente, à cette époque. « Mais j’avoue, j’en ai profité un peu aussi. T’as les lèvres toutes douces, ça donne pas envie de s’arrêter. » Là, elle le sentait ; elle était dans l’état parfait que lui procurait l’herbe et se sentait bien. Calme mais excitée à la fois, joyeuse et l’esprit libre. Dans un autre contexte, elle lui aurait proposé un Netflix and chill.

Il accepta l’idée de rentrer au ranch et c’était tant mieux. Le verre dans sa chambre était l’option la plus judicieuse et elle fut soulagée de voir que c’est celle qu’il avait choisie. Déjà parce qu’ils n’auraient pas à discuter avec et se faire remarquer par d’autres personnes, mais en plus parce qu’ils seront dans une pièce bien au chaud avec tout ce qu’il fallait à leur disposition. Elle hocha la tête pour acquiescer ses paroles ; en effet, elle n’avait clairement pas envie d’être dérangée, surtout si c’était pour qu’une autre fille vienne lui tenir la grappe et qu’elle se retrouve à tenir la chandelle. Lorsqu’elle lui tendit la main, elle ne s’attendait pas à recevoir son sweat. Elle se serait presque crue dans un film, où le bon gentleman ne voulait surtout pas que la jolie jeune femme attrape froid, et cette sensation lui plaisait autant que les adolescentes qui regardaient ces films en question. En réalité, elle aussi elle les regardait. Le voir se dévouer pour elle, mais surtout le voir se déshabiller si prématurément, ça l’émoustillait d’autant plus et elle fut incapable de retenir le sourire béat qui était à présent ancré sur son visage. « Alors ça, ça ne se refuse pas ! » Elle enfila son sweat, notant au passage que son odeur était particulièrement agréable. « Mmh. Il est moins sexy sur moi, mais il le sera quand j’aurais plus que ça sur le dos. » Eheh. Elle lui sourit et leva la tête pour lui déposer un petit baiser au coin des lèvres. Difficile de se retenir et ne pas aller plus loin, mais après tout ce qu’elle avait dit, elle n’avait pas non plus envie de passer pour la chaudasse de première. Elle avait des principes. Un peu. « Merci beaucoup. » Cette fois-ci, elle se mit en route. Elle ne sentait plus le froid, en grande partie grâce à son pull, mais aussi grâce à toute l’ambiance qui régnait autour d’eux. Si on pouvait voir leurs auras, elles seraient probablement en train de s’emmêler et se rejeter en même temps, virant dans les tons chauds et cherchant à s’harmoniser. Elle n’y connaissait rien en trucs spirituels, mais c’est ce qu’elle eut à l’esprit, parce qu’elle pensait à plein de choses et qu’elles n’étaient pas toutes très compréhensibles ni correctes. Ils avaient donc une petite dizaine de minutes de marche devant eux avant de rejoindre le ranch et les autres participants. Est-ce que le speed dating était terminé ? Est-ce qu’il y avait eu des bagarres, des nouveaux couples ou des petits trucs croustillants ? En pensant à ça, elle espérait ne pas tomber sur le cœur brisé de tout à l’heure. Elle espérait ne croiser personne, en réalité. Et si elle croisait quelqu’un qu’elle connaissait ? Elle n’avait ni envie de se justifier, ni envie de rencontrer une personne qui lui rappellerait ce qu’il se passe dans sa vie en ce moment. « Quand on arrive au ranch, je te propose de filer directement dans ta chambre. Y’a sûrement un mini bar ? Ou bien on pourra commander à boire, j’imagine. Mais j’ai vraiment pas trop envie de me mêler aux autres pour aller prendre un verre. » Il partageait sans nul doute cet avis, mais elle préférait établir un « plan » avec lui avant qu’ils ne s’éparpillent et ne se retrouvent plus. En parlant de se perdre… Il faisait quand même très sombre et le chemin n’étant pas parfaitement défini, Elune préféra sortir son téléphone et allumer la lampe torche pour éviter de se prendre les pieds dans quoi que ce soit. Une autre manière de se rapprocher de Tony, qui pouvait profiter du rond de lumière sur le sol en ne s’éloignant pas trop d’elle. Ils se poussaient de temps à autres sans faire exprès, ou peut-être parce qu’ils ne marchaient déjà plus parfaitement droit, et Elune s’excusait à chaque fois, rigolant juste après. Le chemin du retour serait peut-être un poil plus long que celui de l’aller, finalement.




Merci Tony pour l'avatar hihi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 13/12/2013
Messages : 2298

Région : Unys - Johto - Sinnoh
Ven 10 Mar - 12:09
Apparemment, son alternative lui plaisait plutôt bien. C'était certes une réaction un peu prévisible, surtout après qu'elle lui ait dit qu'il avait des lèvres douces – il fallait vraiment être complètement inconscient pour ne pas se rendre compte que c'était un signal des plus évidents en ce qui concernait son affection pour lui – mais cela restait malgré tout plus qu'agréable. Agréable et bon pour l'ego de savoir qu'il plaisait toujours autant, même si, depuis Axelle, il n'avait pas l'impression d'être repoussant ou quelque chose dans ce genre-là. Mais c'était bon de noter la différence entre une personne qui l'appréciait vraiment pour ce qu'il était que pour l'image de la rockstar comme les nombreuses femmes avec qui il avait pu converser, ou plus si affinité, en backstage. Bien sûr, il n'avait pas pu non plus montrer sa véritable facette en détail, et la durée d'une telle animation ne le permettait pas vraiment. Mais ce n'était pas comme si il l'avait charmé uniquement grâce à sa notoriété, ou du moins c'était ce qu'il voulait croire. Ou alors, il était vraiment très mauvais comédien. Et puis, qui sait, peut-être qu'une fois rendus dans sa chambre, à l'abri des oreilles et des regards indiscrets, il en aurait davantage l'occasion. Il y avait beaucoup à faire dans une chambre, après tout. Et s'il avait besoin d'une confirmation supplémentaire sur le fait qu'elle l'aimait bien et sur les possibilités qui s'offraient à eux étaient plutôt nombreuses, il y avait toujours ce qu'elle lui avait dit au moment où elle avait enfilé son pull quand il le lui avait proposé.

« Mmh. Il est moins sexy sur moi, mais il le sera quand j’aurais plus que ça sur le dos. » avait-elle commenté, amusée.

« Je ne demande qu'à voir ça, pour une fois il aura une autre utilité que de dissimuler mon identité je vais quand même pas manquer ça. » plaisanta-t-il en lui tirant légèrement la langue.

Ce qui était un peu plus inattendu, par contre, c'était son baiser sur le coin des lèvres. Il esquissa un sourire, un peu gêné de s'être fait avoir un peu comme un bleu et d'avoir fait sentir sa surprise. Non, vraiment, il n'avait pas pensé à une chose pareille. Pour certains ou certaines, c'était normal, une espèce de remerciement pour cet acte de gentillesse, mais d'autres n'avaient pas cette idée à l'esprit et se contentaient d'un simple « merci » sans vraiment penser à autre chose. D'ailleurs, pour les gens de la première catégorie, ceux de la deuxième étaient en général plutôt mal vus, puisque cela leur donnait l'impression que c'était un geste attendu, un peu comme des gens qui se comportaient comme des princesses snobinardes. Était-ce de la politesse à son égard ou non, il ne savait pas et d'une certaine manière il s'en fichait un peu, pour être honnête. Mais là, cela lui avait beaucoup plu. C'était étrange. Cela lui donnait l'impression qu'Axelle était encore un peu là et qu'elle s'exprimait à travers Elune, même si c'était plus qu'improbable. C'était probablement pour ça que, sans vraiment y réfléchir, il enroula son bras autour de la taille de sa compagne pour la soirée le temps de revenir au ranch et de retourner dans sa chambre. De toute façon, après ce qu'ils avaient déjà fait, ce n'était pas comme si c'était gênant. C'était même plutôt agréable d'être au contact avec quelqu'un comme elle. Encore une fois, le Doc avait eu raison. Visiblement, il n'y avait pas que dans les domaines scientifiques qu'il était à l'aise. Peut-être même qu'il avait quelques trucs à apprendre de lui, finalement. Ce serait bien la meilleure, mais qui sait ? Cela valait toujours le coup d'essayer, quitte à ce qu'il se paie sa tête quelques temps parce que monsieur la rockstar demandait conseil auprès d'un vieil homme envers le sexe féminin, alors que lui-même n'avait pas tant d'expérience que cela, bien qu'il avait eu une longue relation avec sa femme avant qu'elle ne décède.

« Tu lis dans mes pensées. » lui répondit Tony au moment où la jeune femme lui suggéra de monter directement dans sa chambre. « T'en fais pas pour les boissons, on a tout ce qu'il faut là-haut, de toute façon. »

Et même tout ce dont il n'avait pas pensé avoir besoin, mais il n'avait pas besoin de le préciser. De toute façon, cela aurait peut-être une utilité, cette fois-ci. Pour une fois qu'à chaque fois qu'il allait quelque part le mini-bar aurait une autre utilité que de servir de support à canettes de Soda Cool. Seulement, pour le trouver, encore fallait-il se repérer dans le noir, parce que visiblement, la lumière n'était pas quelque chose que les organisateurs de l'animation avaient l'air de garder bien longtemps. Mais heureusement pour lui, Elune eut l'ingénieuse idée de se servir de la lampe de son téléphone pour se repérer, et il se colla davantage à elle du moins jusqu'à atteindre les escaliers menant à l'étage, où il lui offrit sa main pour monter ses escaliers tandis qu'il se saisit de la rampe. Feraient-ils peine à voir si jamais des gens devaient les observer en ce moment ? Peut-être, mais il préférait ne pas y penser. Tout ce qu'il voulait à l'heure actuelle, c'était profiter de l'instant présent.

Instant présent qui se prolongea sur quelques minutes, le temps de monter les marches, jusqu'à retrouver la chambre du musicien.

« Je te laisse découvrir le palace. » fit la rockstar après avoir déverrouillé la porte. « Fais comme chez toi, surtout. »

Il ouvrit la voie vers la chambre, puis ferma la porte derrière lui une fois qu'elle fut rentrée. Il la regarda tandis qu'Elune découvrait l'endroit, inspectant ceci dit le reste de la chambre pour vérifier que tout ne soit pas trop en vrac au moment où elle poserait les yeux dessus. Comme son sac rempli de quelques kilos de cocaïne planqué dans son placard, qu'il veilla à refermer sommairement sans vraiment les ranger, par exemple. Non pas que cela l'embarrassait – encore moins alors qu'ils étaient tous les deux un peu stones – mais plutôt parce que cela faisait un peu désordonné de laisser traîner ses affaires un peu partout à la vue des gens. Bon, pour la guitare étalée comme un chiffon sur le lit, par contre, on ne pouvait plus trop repasser là-dessus. Tant pis, il allait falloir faire avec.

« Désolé, j'ai pas trop fait de rangement. Je m'attendais pas à ramener de la charmante compagnie ce soir. J'espère que t'es pas trop regardante là-dessus, ce serait bête que je perde des points aussi facilement parce que je suis pas une fée du logis. »

Il l'amena doucement vers le mini-bar et ouvrit la porte menant aux rafraîchissements. Il se sortir un verre de Jack Daniel's avant de se tourner vers la jeune femme pour savoir ce qui lui ferait envie ce soir. Boisson ou pas, d'ailleurs. Après tout, boire n'était pas la seule activité qu'ils pouvaient faire.


Double-compte: Mary Nephilim & Soren Kenshin

Avatar by Elune Crowley


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 19/06/2015
Messages : 1691

Région : Johto
Ven 10 Mar - 21:50

It's all written in the stars

Son petit baiser surprise eut l’effet escompté et c’est le sourire aux lèvres qu’elle s’aventura sur le chemin du retour, fière d’avoir pu le surprendre un tant soit peu, excitée par leur petit flirt et pressée de rentrer avec lui dans la chambre. Peut-être qu’au fond, elle était aussi heureuse de voir qu’elle n’avait pas totalement perdu de son charme et qu’elle arrivait toujours à attirer les hommes qu’elle trouvait les plus sexy. Quand elle était avec K, avant qu’il ne meure, elle n’avait même pas idée de regarder les autres mecs et de tenter une petite drague juste histoire de savoir si elle n’avait pas perdu la main. Elle était bien, posée avec lui, et n’avait besoin de personne d’autre. Autrement dit, elle pensait être éventuellement un peu rouillée pour réussir à faire craquer Tony, mais ses compétences étaient revenues tout naturellement et marchaient apparemment plutôt bien avec lui. Même si elle n’avait au fond plus du tout confiance en elle et qu’elle se considérait plus comme un cadavre ambulant que comme une personne saine, elle réussissait à maintenir les apparences et à passer une belle soirée digne de ce nom, accompagnée par celui dont elle n’aurait pu rêver. Et mieux encore, elle arrivait à le surprendre. Cette douce extase qu’elle ressentait était amplifiée par l’effet de la drogue et lorsqu’il la prit par la taille en s’approchant d’elle un peu plus encore, elle ne contrôlait plus les sautes d’humeurs de son corps, qui tantôt était froid, tantôt était chaud, la faisait frissonner pour diverses raisons obscures. Elle ne comprenait pas son corps, mais elle était d’accord avec lui sur une chose ; elle était physiquement et intensément attirée par le musicien et avait du mal à résister à l’appel de la chair.

Ce pourquoi elle accéléra le pas lorsqu’ils atteignirent les environs du ranch. Ils croisèrent quelques couples, quelques personnes célibataires, mais ils étaient plutôt tranquilles et Elune n’aperçut aucun visage connu. Très bien. Ils s’attelèrent à monter les escaliers et arrivèrent enfin dans la chambre. La sbire l’admira, une pièce très cosy et étonnamment moderne dans l’ameublement, bien qu’un peu en désordre, envahie par les affaires de la rockstar. Elle rit à sa remarque sur le fait de perdre des points. Lui, en perdre ? Pour ça, en plus ? « Tu rigoles ? Je m’attendais à trois fois pire, du genre vraie chambre de rockstar déchainée, avec de la drogue et des filles partout. » Elle ne se doutait pas qu’il avait de la cocaïne plus ou moins planquée dans son placard. Par contre, elle s’était trompée pour les filles. Il n’y avait bien qu’elle seule, aucune groupie affamée dans le coin. Il pensait réellement ne ramener personne dans son lit ce soir ? Ça l’étonnait, mais ça lui plaisait d’autant plus, parce qu’elle avait, à quelque part, gagné à ce petit jeu. Elle s’approcha de lui pendant qu’il se servait un verre de Jack. « Soyons fous, je vais prendre la même chose. » Il la servit, ferma le minibar et elle lui sourit en trinquant une nouvelle fois. Lorsqu’ils eurent avalé leur première gorgée, celle qui avait le plus de mal à passer et qui faisait frissonner, elle refit un petit tour de la chambre en sirotant son alcool et s’arrêta vers la guitare étalée dans le lit. « Dommage que je n’ai pas pris ma basse, vu l’état dans lequel on est on aurait pu se faire un petit boeuf bien sympa si tu veux mon avis. » Elle y réfléchit pendant une fraction de seconde puis hocha la tête. « Ouais en fait non, mauvaise idée. Pas sûre que les chambres d’à côté auraient apprécié ça à sa juste valeur. »

Elle retourna vers lui et posa son verre presque vide sur une commode de la chambre. Elle prit celui de Tony des mains et le posa au même endroit avant de s’approcher dangereusement de la rockstar. « Et si on faisait une petite pause avec l’alcool et les discussions trop longues ? » Pas qu’elle n’aimait pas ça, au contraire. Elle appréciait parler avec lui, il semblait être quelqu’un de très intéressant, d’ouvert et avec qui elle s’entendrait sûrement à merveille s’ils avaient l’occasion d’avoir des conversations plus profondes, mais là, avec l’alcool et la weed, avec leurs flirts et leur proximité, elle n’avait plus qu’envie de franchir la barrière et de se laisser aller avec lui. Alors elle glissa ses doigts dans ses cheveux et l’attira vers elle en même temps qu’elle s’approchait encore de lui, lui offrant cette fois-ci non pas un petit bisou au coin des lèvres, mais un vrai baiser qu’elle retenait depuis trop longtemps. Elle avait l’impression de brûler, l’impression qu’elle était en train de faire quelque chose de défendu et au fond d’elle, l’impression qu’elle trahissait K. Mais ce sentiment était minime par rapport à ce qu’elle ressentait. Elle ne se trompait pas ; lorsqu’on embrasse quelqu’un, on sait si ça peut matcher. Et son baiser avec Tony était plus que convenable. Il était parfait. Et tellement désiré qu’il en était vraiment succulent. Elle voulait le faire durer longtemps, elle voulait garder la sensation de ses lèvres sur les siennes, mais elle n’avait pas envie de s’arrêter à une seule partie de son corps alors elle continua de l’embrasser en descendant vers son cou après lui avoir mordillé la lèvre inférieure. Pas trop fort, pas au point de lui faire du mal et de le voir saigner, juste avec assez d’ardeur pour lui montrer qu’elle avait vraiment envie de lui. Elle avait franchi une étape, peut-être qu’elle passerait pour une précipitée, peut-être qu’elle n’avait pas fait durer assez longtemps leur petite discussion dans la chambre, mais être là, seule avec lui, l’empêchait de réfléchir à autre chose. Alors oui, elle devait passer le cap. Et au vu de ce qu’elle ressentait en cet instant précis, elle n’avait aucun regret.




Merci Tony pour l'avatar hihi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 3) Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Soirée de débauche | Savannah
» Dallas' Stars
» Dalas Stars signature
» Dalas Stars Aligment
» Dallas Stars

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Johto - 2E G E N :: Rosalia-