AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Souvenirs d'hôpital [PV Eder]


avatar
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 10/10/2015
Messages : 111

Mar 10 Jan - 18:32
« Vous n’êtes pas passée loin d’un accident bien plus grave, Madame Morgenstein. Sincèrement. Une cyrrhose … C’est difficile, mais croyez-moi, sans cette greffe, vos chances de survie auraient été … Maigres. Et je ne parle pas des risques d’AVC dû aux possibles comas éthyliques, aux … »

« Ca va, j’ai compris doc’, j’ai du bol d’être encore en vie. »

« Disons … Surtout avec vos derniers antécédents médicaux. Honnêtement, vous êtes de constitution robuste, je ne doute pas que vous vous remettiez. Mais le prochain arrêt par ce service risque de vous être fatal. Et je ne plaisante pas. »

« Heureusement, parce ce serait vraiment de l’humour très noir, doc’. »

Le médecin en blouse blanche laisse échapper un bref rire, semblable à un chuintement de porte un peu rouillée, avant de rajuster ses fines lunettes noires sur son long nez et de souffler :

« Certes. Pour en revenir à ce que je voulais vous dire … Etant donné votre … CV médical plus que fourni, vos habitudes de vie et vos addictions … Nous avons décidé de vous faire bénéficier d’un nouveau programme prototype qui devrait éviter tout risque de rechute. Du moins, c’est l’idée. »

Tu hausses un sourcil interrogateur. Mouais, ça doit sans doute vouloir dire filer en desintox, une bonne cure éventuellement avec des méthodes pseudos-révolutionnaires qui ne changeront pas grand-chose parce que tu n’as aucune envie d’arrêter, ou du moins pas la volonté suffisante pour le faire, ce qui fait qu’au bout de deux mois dehors, tu replongeras tranquillement, comme d’habitude. Oh, modérément. Tu n’es pas folle. Tu l’as déjà fait une fois. Tu penses te contrôler, que tu vas réussir à avoir une consommation raisonnable … Et puis il suffit d’une tentation, et tout part dans une spirale incontrôlable. C’est comme ça que tu as bousillé ta santé la première fois, te brûlant les ailes au sommet de la gloire. C’est comme ça que tu as fini sur ce lit d’hôpital la seconde fois, après avoir perdu pied parce que tu regoûtais aux délices de la célébrité, justement.

Au fond, tu es pathétique, et tu le sais. Une ancienne gloire du sport qui se reconvertit dans la coordination sur un pari entre potes dans un bar, fait un tabac avec sa première prestation, choppe un ruban et fait la couverture des journaux en mal de belles histoires sensationnelles, avant de perdre la tête dans les soirées retrouvées, l’alcool et les mauvaises fréquentations … C’est une histoire vue et revue, déballée mille fois, qui nourrit les émissions de télé-réalité larmoyantes qui passe sur toutes les antennes des grandes chaînes de Féli-Cité. Sauf que c’est aussi la tienne. Et quelque part, tu en as honte, profondément. C’est tellement cliché que tu as envie de te coller la tête contre le mur. Tu avais tout pour repartir sur de bonnes bases … Et il a suffi d’une étincelle pour rallumer le feu de tes mauvaises habitudes. Quelle idiote … Ah, tu critiques ta mère, mais tu ne vaux pas mieux. Vous êtes deux fieffées imbéciles, l’une à boire pour oublier, l’autre à oublier pour boire.

« C’est un programme fait en partenariat avec l’Ecole des dresseurs de la ville. L’idée est de vous faire accompagner par un pokémon entraîné à détecter les situations addictives et à … vous aider à les surmonter.

Un peu comme un Caninos pour aveugle, en quelque sorte, mais pour les addictions. »


PARDON ?

L’autre continue ses explications, mais c’est comme si ça rentrait par une oreille et que ça sortait par l’autre. Sans rire, il veut te coller … Un pokémon garde-chiourme ? Sérieusement ? Non mais … Non. C’est juste pas possible. C’est une blague ? Y a une caméra cachée ? Non ? Même pas une petite ? Une minuscule ? Juste … Mais pourquoi il faut qu’une telle horreur te tombe dessus ! Déjà que tu n’aimes pas trop la compagnie en continu … Alors un pokémon à tes basques ? Hors de question. Il va voir si son garde du corps va tenir cinq minutes avec toi, tiens ! Et … Mais c’est quoi ce monstre en plus !! On dirait un cochon géant de deux mètres de haut et de … euh … beaucoup plus de large. Argh, pire qu’un Mackogneur ! Décidément, c’est un cauchemar. Vraiment. Tu vas te réveiller, te rendre compte que tu t’es endormi au comptoir de ton bar fétiche et commander une tournée pour combattre le mal par le mal. Ouais, forcément, y a pas d’autres explications. Sauf que … Tu ne te réveilles pas, et il a l’air bougrement sérieux l’affreux. Pitié, faites que …

« Je vous laisse faire connaissance avec votre nouvel ami. A plus tard Madame Morgenstein. »

C’est ça … Fuis, lâcheur en blouse blanche. Tu jauges le machin, qui te fait des sourires bizarres, si tant est qu’un cochon puisse sourire … Ca va vraiment pas le faire. Oh et puis zut. D’un bond, tu te lèves de ton lit, feinte la bestiole qui n’a pas le temps de réagir, trop lourdaude, et te précipite en dehors de ta chambre, dans ta charmante tenue d’hôpital qui laisse voir cette ravissante culotte ornée de Pikachu, le comble du sexy, tandis que les infirmières te voient passer en trombe sans comprendre.

Tu cours sans t’arrêter, sans même savoir pourquoi tu as fait ça, et finit par débouler au second étage. Et derrière toi …

« FLAM ! »

La poisse ! Il est pas si lent ! Vite … Tu ouvres une porte, puis une autre, un couloir, une porte, un couloir, une autre porte, tu finis par la fermer à clé, pousse un soupir de soulagement … Et est interrompue dans cette pause par une voix masculine, qui a l’air fort étonnée et appartient à un spécimen qui est relativement peu habillé.

« Euh … »

Une vraie charmeuse, à tes heures …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 16/08/2016
Messages : 879

Région : Sinnoh
Mar 24 Jan - 13:39
"Bonjour, M Johansson. Je viens d'avoir vos résultats."

Le médecin en face de moi est totalement inexpressif. Pas un sourire, rien, juste des résultats à donner. Qu'ils soient bons ou mauvais, il ne changerait pas de réaction. Et l'empathie, bordel? Je ne veux pas être un simple numéro sur lequel on va passer 1h de sa vie et qu'on va vite oublier. Et pourtant, j'ai l'impression que ce sera le cas ici... Que sais-je, peut être que ce médecin a d'autres soucis dans la vie, que son métier ne lui convient plus... Ou peut être que c'est un système de protection personnel face aux mauvaises nouvelles annoncées aux patients et leurs réactions à déchirer le cœur... Mais bon, j'aurais aimé un peu plus de sympathie. Je suis déjà bien assez angoissé comme cela. Ma santé ne s'améliore pas, et c'est Dune qui m'a presque foutu dehors pour que je retourne consulter les spécialistes qui suivent mon cas à Félicité. J'ai traîné des pieds en y allant car je savais très bien que les nouvelles n'allaient pas être transcendantes... Mon bras gauche est toujours fragile. Sans puissance, sans beaucoup de précision non plus, il peut à peine servir aux tâches du quotidien, mais surtout pas aux travaux de force. Heureusement pour moi que je suis droitier, d'un côté. Mais un bras gauche valide ne m'a jamais paru aussi important que depuis que j'en suis privé. Un peu plus tôt dans la journée, dès mon arrivée à l'hôpital, j'ai passé quelques tests le concernant. Apparemment, les médecins ont évalué le niveau de régénération des nerfs touchés en me faisant faire divers exercices. Depuis, je me traîne un mal de chien dans tout le bras, comme si les appareils médicaux avaient électrisé chaque fibre nerveuse de la zone. L'examen suivant était un scanner cérébral, pour vérifier l'état du cerveau suite au traumatisme subi il y a quelques mois. Là encore, la mémoire me faisant défaut ne m'est pas revenue pour le moment. Vu le temps passé depuis l'accident, je me dis qu'elle ne reviendra peut être jamais...

-"Je vous écoute, docteur."

Comme si j'avais le choix, en même temps. Je suis assis sur un lit d'hopital, dans une de ses satanées blouses qui ne couvrent rien. J'ai pu garder mon caleçon, fort heureusement pour ma dignité. Je n'avais pas spécialement envie de me balader les fesses à l'air toute la matinée, que ce soit pour attendre ici dans cette pièce, ou pour passer les divers examens que j'ai subi. Le médecin me jette à peine un coup d'oeil puis ouvre son dossier. On y voit des images de scanner d'un cerveau. Le mien, probablement.

-"Votre cerveau va bien. L'hématome formé à cause du choc s'est résorbé, et il n'y a pas d'autres signes inquiétants dans les zones périphériques. Pour votre mémoire, l'amnésie peut être irréversible, à présent. Cela fait plusieurs mois qu'il n'y a pas eu d'évolution. L'autre hypothèse est qu'il s'agit d'un blocage purement psychologique, qu'il faudrait essayer de débloquer avec un spécialiste. Je vous adresse à un psychiatre spécialiste de la mémoire, il arrivera peut être à quelque chose? Je ne garantis pas les résultats, cependant, soyez en bien conscient."

Bon. Au moins, mon cerveau va "bien. Je bouge un peu sur le lit, gêné par le peu de tissu qui me recouvre le corps. J'ai hâte que le médecin m'autorise à renfiler mes vêtements et à quitter cet endroit. L'expression de l'homme ne change pas lorsqu'il aborde le sujet suivant.

-"Quand à votre bras gauche, les tests effectués sur les nerfs ne sont pas bons. La cicatrisation n'avance pas. Vous risquez de rester à vie avec aussi peu de mobilité."


Super... Je vais donc galérer à vie pour ouvrir un pot de confiture, ou changer les roues d'une voiture... M'en voilà ravi. Je laisse échapper un soupir; j'aurais préféré qu'il y ait un début de cicatrisation, cela m'aurait laissé un espoir.

-"N'y a t'il rien à faire, docteur?"

-"Les thérapies de reconstruction nerveuses sont expérimentales à ce stade, et coutent plutôt cher. Il vous faudrait peut être de la rééducation, afin de forcer votre corps à créer de nouvelles connexions sur les fibres encore en bon état. Mais cela vous demandera beaucoup d'efforts, et cela risque d'êtres très douloureux. Je vous adresse à un kinésithérapeute sur Félicité. Veuillez vous rhabiller et passez au secrétariat, vous récupérez vos résultats et vos prescriptions là bas."


Sans cérémonie, le médecin quitte la pièce. pas un au revoir. J'ai l'impression d'être un numéro dans sa journée, rien qu'un dossier de papier. Bon, super galère cette histoire de bras... Et ces thérapies de reconstruction... Je n'ai simplement pas les moyens. Je me suis déjà engagé financièrement pour aider Braddock, je ne peux rien mettre de côté, surtout pas pour un projet qui n'aboutira peut être pas. Et pourtant, ce serait la seule possibilité pour que je retrouve l'usage de mon bras à 100%...

Quelle galère. Je suis encore plongé dans mes pensées, assis au bord du lit quand la porte s'ouvre et se ferme violemment, me faisant sursauter. Une femme portant une blouse identique vient de se jeter dans ma chambre, et en verrouille l'accès! J'ouvre des yeux ronds, incapable de réaliser ce qui arrive sur le moment. Je ne vois que la femme de dos, et... sa culotte pikachu. Oh mon dieu... Eder, reprends toi. Je me lève du lit, moi aussi en tenue plus que légère. Derrière la porte, il semblerait qu'il y ait quelque chose qui approche. Quelque chose de gros...

-"Euh, Mademoiselle? Qu'est ce qu'il se passe?"

La jeune femme se tourne, et son souvenir me revient soudainement. Comment oublier une tornade pareille? Impossible.

-"Erika? Mais qu'est ce que....? Mais qu'est ce que tu fais là? Dans cette tenue???"

J'oublie un peu que je porte une tenue similaire, mais passons. Erika! Mais qu'est ce qu'elle fait ici, dans ma chambre d'hôpital? Cela fait quelques années à présent que je ne l'ai pas vu. C'était une boxeuse, tout comme moi, et nous étions plutôt bons, à notre grande époque. Et nous avons un peu fricoté, aussi... Rien de bien sérieux, mais des souvenirs plutôt agréables. Mais pourquoi je pense à ça maintenant moi? Qu'est ce qu'elle fait là, maintenant? Et c'est quoi ces bruits derrière la porte?

-"Il se passe quelque chose dehors?"

Un danger? Dans un hôpital? J'ai du mal à le croire...

HRP:
 



Mes abonnements:
 
T-card:
 
Autre Compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Coordinateur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 10/10/2015
Messages : 111

Dim 5 Fév - 16:55
« Ils avaient pas de costard-cravate à l’accueil, alors je me suis dit qu’une blouse bien moche et ouverte, c’était le pied ! »

Pff, qu’est-ce qu’elle a, ta tenue ! D’abord, le type qui vient de couiner ton nom d’un air étonné a exactement la même. Et le premier constat est sans appel : décidément, ces horreurs ça ne va à personne. Quoique … Lui il est pas mal gaulé. Bien même. Y a des pectoraux qui se voient par les trous et franchement, si tu n’étais pas poursuivie par un Roitiflam géant tu … Non mais ça va pas ! Erika, reprends-toi ! C’est pas le moment de baver sur un mâle franchement ! Pour un peu, tu te cognerais la tête contre le mur devant ta propre stupidité, et ta capacité extraordinaire à oublier en trois secondes pourquoi tu es dans cette situation.

Bon, ok, en vrai, tu dois avoir l’air pitoyable, à courir comme cinglée partout, prendre en otage ce malheureux blond aux jolis yeux et à la gueule cassée bien comme tu les aimes, marquée, pas un minet quoi, avec ta ravissante culotte Pikachu. C’est pas de ta faute si tu n’avais plus que ça mettre ce matin. Des affaires, tu n’en as pas cinquante, et ici, le lavage, c’est clairement en option. Donc tu tournes avec trois culottes et deux sous-tifs depuis le début de ton hospitalisation, ce qui hygiéniquement est assez … déplorable. Et dire que c’est un établissement de soin, franchement, ça fait peur !

« Euh … On se connaît au fait … ? »

Non parce que passé le choc mutuel initial … Soit ce gars a l’habitude d’appeler toutes les nanas en culotte Pikachu qu’il croise Erika, ce qui est une possibilité, hein, tu ne le nies pas … Mais plutôt mince quand même. Faut pas déconner. Soit … Il sait qui tu es. Et plutôt bien, un simple fan n’aurait sans doute pas utilisé ton prénom seul. Mince, c’est qui ? Ton visage se tord en une grimace aussi ridicule que comique alors que tu cherches mentalement des souvenirs dans ta pauvre tête un peu vide. Bon alors … Camarade de classe ? Mouais non. Quoiqu’il aurait l’âge. Mais si un des crétins qui partageaient les bancs de ton collège avait cette tête-là, tu n’aurais pas voulu la lui mettre au carré. Or, c’était ton objectif principal à l’époque tellement tu détestais presque tous tes gentils petits camarades. Donc, à oublier. Deuzio … Partenaire de boxe ? Possible. Bon, pas en officiel, déjà, tu t’en souviendrais, d’abord parce que tu as toujours tenu à te souvenir parfaitement de tes punching-balls, et ensuite parce qu’hormis en exhibition, des mecs, tu en as pas affronté tant que ça. En officiel, on mélange pas encore les genres. Dommage d’ailleurs. Tu es sûre que tu les aurais aussi envoyé valser dans les cordes, comme les gonzesses ! Bon, next. Alors tercio … Amant ? Bah si c’est ça, tu n’es pas sortie de l’auberge. Déjà parce qu’il y a quand même du monde … Et ensuite parce qu’il y en a un paquet dont tu ne te souviens, soit parce que tu étais vraiment trop bourrée, soit parce que … c’était tellement nul que ton cerveau a fait le ménage. Non, un spécimen comme ça, c’en a forcément … euh … bref. Ca doit être bien ! Sinon, tu perds foi en l’humanité. D’accord, tu n’as pas foi en l’humanité. Le principe est là, zut ! Et puis d’un coup, ça te revient. Mais bon sang, mais c’est bien sûr !

« Attends … Eder ! Ah mais ça fait un bail ! Bah, qu’est-ce que tu … »

Fiches là. C’est ce que tu aurais voulu dire, avant qu’on tambourine à la porte. Bon, va pas falloir faire dans la dentelle.

« Garde cette tête ahurie, t’es parfait ! J’t’expliquerais après ! »

Et tu ouvres la porte en t’explosant contre le mur, littéralement écrabouillée entre ce dernier et ladite porte. Le Roitiflam regarde Eder, l’air un peu perdu, avant de refermer. Bingo ! Il a pas eu le temps de s’habituer à ton odeur, donc il peut difficilement te griller. Ce qui, pour un cochon de feu … Hum. Bon. On s’est compris. Alors, par où tu commences tes explications ?

« Alors, tu vas rire mais euh … Il se pourrait que pour éviter que je fasse des conneries, on m’ait collé un pokémon garde-chiourme collé à mes basques. Et euh … Il se pourrait aussi que j’ai tenté de lui fausser compagnie. »

Tu lui décoches ton sourire le plus angélique. Franchement, c’était pas de ta faute, un vieux réflexe quoi ! Il va rien dire hein ? Hein ?

« Me dénonce pas s’te plaît ! »

Super on dirait une gamine de quatre ans prise en flagrant délit de piquage de bonbons. Ta crédibilité augmente décidément de plus en plus vite …

« Enfin … J’pourrais rester un peu ici planquée le temps de laisser l’autre machin chercher partout. »

Ça c’est un plan ! Un beau gosse, une culotte Pikachu et toi au même endroit ! Que peut-il arriver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo & Dresseur

C-GEAR
Inscrit le : 16/08/2016
Messages : 879

Région : Sinnoh
Mar 7 Fév - 9:20
Erika, en blouse d'hôpital et culotte pikachu, entre comme une tornade dans la pièce dans laquelle je me trouvais pour des examens, et nous enferme tous les deux... Pour une surprise, cela en est une de taille. La jeune femme rousse n'a pas beaucoup changé depuis l'époque où l'on s'est fréquenté. Elle a toujours la réplique facile, et ma remarque sur sa tenue en fait les frais. En même temps, je n'ai qu'à pas poser de questions idiotes... Si elle est dans cette tenue à l'hôpital, c'est qu'elle doit être malade ou en train de passer des examens, comme moi. Par contre, je n'arrive pas à me souvenir si elle avait déjà des culottes décorées à l'époque... En même temps, ce n'est pas ce que je regardais le plus, les sous-vêtements avaient tendance à tomber plutôt vite. Bref! Je secoue la tête histoire ne pas me laisser entraîner dans ce genre de souvenirs. Erika ne m'a apparemment pas reconnu, et fait des efforts pour se souvenir. Diable! Me voilà un peu déçu. En même temps, elle enchaînait les conquêtes à cette époque, elle doit peut être tout mélanger... Mais bon, j'aurais bien aimé qu'elle me remette immédiatement, cela m'aurait flatté, je crois. Je me rassois sur le bord du lit, le plus digne possible dans mon espèce de blouse moche. Ah, ça y est, elle se rappelle de mon prénom!

Avant que je ne puisse ouvrir la bouche pour lui répondre, la porte se met à trembler violemment, comme si quelqu'un tapait dessus de l'autre côté. Erika a enclenché le verrou en arrivant, mais j'ai des doutes sur sa résistance. Après tout, la chose qui est derrière a l'air plutôt costaude, les coups donnés sont très violents. Erika file se cacher entre le mur et la porte au moment où celle-ci cède, laissant apparaître sur le seuil la créature responsable de tout ce remue ménage. Assis sur mon bord de lit, j'ouvre des yeux ronds en voyant débarquer un Roitiflam. What the... Qu'est ce qu'un machin pareil fout ici? Est-il dangereux? Mes pokeball ne sont pas loin, dans la poche du pantalon qui pend le long du dossier de la chaise. En cas de besoin, Mustebouée et Blue pourraient facilement l'arrêter. Mais non. L'animal grogne, puis referme la porte comme si de rien n'était. Ok... Mais qu'est ce que c'est que ce bordel?? Je me relève, regardant Erika du coin de l'œil. Oh, elle a la tête de quelqu'un ayant fait une bêtise... La jeune femme finit par m'expliquer que le gros cochon de flammes la cherchait elle en particulier, car elle venait de lui fausser compagnie. Il est apparemment là pour la surveiller, et éviter qu'elle ne fasse des "conneries"... Erika, Erika.... Mais dans quoi t'es tu fourrée? Et ces "conneries", qu'est ce que c'est exactement? Je me souviens de la rousse comme d'une boxeuse avec un sacré caractère, et une bonne descente. Aurait-elle fait du mal, ou tué quelqu'un à cause de cela? Doit-elle être surveillée par un espèce de gardien du coup? Un peu comme le bracelet électronique, mais à la sauce pokemon? Toutes les hypothèses sont bonnes, et tournent dans mon cerveau à trop grande vitesse. Pour en être sûr, le mieux est de poser la question, tout simplement.

-"Te dénoncer... Mais à qui? Et pourquoi? Non, je me vois mal rattraper ce monstre et lui dire "Au fait, la nana en culotte pikachu que tu cherches était dans ma chambre, t'as mal regardé, gros tas!"."

L'animal n'apprécierait certainement pas que je parle de lui ainsi, mais c'est la première chose qui m'est venue à l'esprit pour désigner la bête qui m'a flanqué la frousse, tout à l'heure. Quant à Erika... La dénoncer ne m'est même pas venu à l'idée. J'aimerais surtout comprendre ce qu'il se passe, en fait. J'arrache la blouse qui me gène en tirant dessus avec le bras droit (l'idée de défaire les nœuds ne m'a même pas effleuré l'esprit, surtout pas avec mon bras gauche à moitié paralysé). Les attaches qui relient les deux morceaux de tissu dans mon dos sont plutôt fragiles, et cèdent facilement. Hum, c'est très certainement étudié pour pouvoir être rapidement enlevé du corps des patients, en cas de... problème. Je fais le tour du lit pour me diriger vers mes vêtements qui m'attendent patiemment, posés en vrac sur le dossier de la chaise.

-"Qu'est ce qu'il se passe, Erika? Qu'est ce que tu as fait... pour que cette chose doive te surveiller?"

J'enfile tant bien que mal mon jean et mes chaussettes. Mon bras gauche a pas mal souffert suite aux tests pratiqués ce matin, il est encore plus faible que d'habitude et ne me facilite pas la tâche. Je n'aurais jamais cru que boucler la ceinture d'un pantalon soit aussi compliqué. Il y a aussi le fait que je me sente observé, et cela ne m'aide pas et me stresse un peu. Je n'ai jamais été pudique, mais je n'ai pas envie qu'Erika voit ce qu'il m'est arrivé, que je ne suis plus complètement maître du contrôle de mon bras gauche. En même temps, avec cette blouse sans bras, elle a du repérer très vite la grosse cicatrice qui encercle mon biceps gauche. Elle a déjà quelques mois d'ancienneté, mais elle reste beaucoup trop visible et colorée à mon goût. Shit. Encore torse nu (j'ai abandonné l'idée d'enfiler un T-shirt avec le peu de coordination que j'ai pour le moment, et je ne parle même pas de lasser les chaussures...), je me rapproche d'Erika, mon sweat à capuche dans la main.

-"Tiens, si tu veux, enfile ça... Ce sera toujours mieux que ce bout de tissu..."

C'est un sweat noir avec une fermeture éclair blanche, bien trop grand pour elle. Mais au moins, il lui arriverait plus bas que la culotte pikachu, et elle pourrait se sentir un peu moins avec les fesses à l'air...



Mes abonnements:
 
T-card:
 
Autre Compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Hôpital de l'Universite d'Etat d'Haiti : état des lieux
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Un premier Scanner à l'hôpital Bernard Mevs
» Les Limbes des souvenirs.

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Sinnoh - 4E G E N :: Féli-Cité-