AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
» L'effet Prismillon


avatar
Agent Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 03/01/2014
Messages : 684

Région : Kalos
Dim 20 Nov - 12:15
Le meilleur moyen pour ne pas perdre pied c'est de se recréer un quotidien. Les missions d'agents sont souvent mouvementées et peu prévisibles alors à mon retour à Yantreizh j'ai besoin de retrouver ce calme, ces habitudes qui m'évitent de péter un câble. Et mon habitude en rentrant c'est de filer au cabaret de Cerise. Le bar a toujours cette ambiance capiteuse qui me réconforte un peu. C'est étrange de se sentir bien en compagnie de ces gens si peu orthodoxes. C'est probablement parce que moi-même je ne me sens pas normale. Alors ici, entre ces hommes habillés en serveuse et ces femmes aux jambes poilues, je me sens à ma place.
Attablé au bar, j'attends Cerise en sirotant une bière ambrée. Il n'y a pas plus de clients que d'habitude pourtant je sens comme une excitation venant des trans qui se sont réunis autour de la piste de danse. « Elles sont peut-être en train de préparer un nouveau spectacle ? Il leur en faut peu pour les exciter celle-là. » Et je me retourne vers la barmaid en train de vérifier ses stocks d'alcool. Elle n'a pas l'air comme d'habitude, moins calme qu'à l'accoutumé. Je commence à me demander ce qu'il se passe lorsque la porte d'entrée s'ouvre à la volée et vient frapper le mur. Cerise entre tout sourire dans son cabaret, suivit par deux hommes (des vrais) transportant une grande armoire fermée par des bandes de scotchs. « Qu'est-ce qu'il y a là-dedans ? »

- Dorice ! Vous êtes prête ? La soirée va bientôt débuter, je veux que tout soit p-a-r-f-a-i-t !

Les danseuses répondent que leur chorégraphie est prête et qu'elles sont toutes émoustillées à l'idée d'avoir de nouveaux spectateurs pour les admirer. « De nouveaux spectateurs ? Une soirée ? On aurait oublié de me prévenir ? »
Je me lève de mon siège pour choper la gérante avant qu'elle ne parte s'occuper des préparatifs de cette fête dont je ne suis pas au courant. Malgré sa haute taille et sa corpulence plus que masculine elle arrive à m'éviter avec grâce pour filer derrière le comptoir du bar.

- Tabatha ? Et la boisson ? Tu as de quoi faire tous les cocktails ?

Puisqu'elle ne se laisse pas attraper facilement je n'ai pas l'intention de lui courir après, je retourne donc m'asseoir au comptoir, la tête posée sur ma main et une mine boudeuse, histoire qu'elle voit que je n'apprécie pas d'être ainsi évincée. « Je suis quand même une cliente régulière. Ils pourraient me mettre au courant. »
Cerise continue ses allées-retour dans le bar, s'occupant de l'accueil de ce nouveau public. Je glane quelques infos en étant attentive. Il semblerait qu'une publicité, vantant le Lait de Cerise, aurait été envoyé partout dans le monde et qu'elle aurait eu plus de succès que je n'aurais pu imaginer. Les folles auraient alors décidé de faire une fantastique petite soirée pour accueillir tous ces intéressés. « Qui peut être intéressé par un cabaret remplit de femme à barbe ? Des dérangés à coup sûr ! »

- Je peux avoir des galettes ? Demandais-je à la barmaid.

- Non.

Son refus me laissa sur le cul. « C'est bien la première fois qu'on me refuse une douceur. » Je sors alors mon portefeuille, me disant qu'au vu de la soirée les gâteaux n'étaient peut-être plus gratuits. C'était quand même l'occas pour Cerise de faire un chiffre d'affaire correct et totalement légal. Même si les composants des gâteaux n'étaient pas vraiment... réglementaires.

- Désolé Zoé mais on n'a plus de gâteaux pour le moment. On doit recevoir un arrivage mais, il est en retard.

Un tic d'inquiétude secoua la moustache en guidon de Tabatha. Ce retard l'inquiétait. Pas moi. Si je n'avais pas ma dose de gâterie ce soir ce n'était pas grave. Et cette soirée ne me disait rien. Je n'avais pas envie de voir de nouvelle tête et de supporter une nouvelle danse de combat des trans. Je fis mine de me lever et de me diriger vers la sortie quand Cerise m'attrapa par les épaules.

- Zoé ! Ma chérie ! Où tu vas ? Les nouvelles galettes viennent d'arriver ! On a tout un nouveau stock que tu n'as pas encore goûté.

D'habitude je n'aime pas quand elle m'attrape comme ça parce qu'elle se colle à moi. « Faut respecter l'intimité des gens Cerise, tu vas les faire fuir si tu les colles comme ça. » Mais cette fois mon esprit ne reste pas longtemps fixé sur ses énormes mains sombres baguées et vernies de rose. « Comment ce trans peut-il être plus masculin et plus féminin que moi ? »
L'info qu'elle vient de me balancer m'a fait changer mes plans pour la soirée. « Une fête ! Ça serait con de pas en profiter. Et de nouvelles personnes qui sont capables d'apprécier des transgenres, faut que je les rencontre. » En vrai c'est surtout les gâteaux qui me font changer d'avis, Cerise sait toujours me prendre par les sentiments. Je retourne donc au bar sans me faire prier, sautant sur les hautes chaises rembourrées et me tournant vers la porte d'entrée pour voir les nouvelles têtes qui vont débarquer. J'ai soudain hâte d'approcher ces gens et de partager avec eux ces petites galettes délirantes que j'affectionne tellement.


Autres:
 
Niveau du mois
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 02/10/2016
Messages : 127

Région : Kalos
Dim 20 Nov - 14:46
Bien installé dans la voiture de Millow, tu regardes les paysages somptueux de Yantreizh se dessiner sous tes prunelles rougeâtres. Il est bien rare que tu te rendes en dehors d'Illumis, ta zone de confort. Tu ne te sens généralement pas à l'aise, une fois les murs froids de la ville la plus populaire de la région passés. Il faut dire que tu n'es pas d'ici à la base, donc tu as eu tendance à te reposer sur tes lauriers ces dernières années. Pour autant, ce soir, c'est un sourire amusé qui orne tes lèvres à l'idées de visiter un autre coin de Kalos. La raison ? Une publicité que Jo' a reçue il y a quelques semaines déjà, et qu'il avait fini par accrocher sur la porte d'entrée du Midnight. Cela concernait une soirée exceptionnelle organisée par le Cabaret "Lait de Cerise". Directement, cela avait titillé ta curiosité. Il était peu commun que Jo' accepte de coller des publicités dans son bar pour d'autres établissements - hormis pour ses partenaires quand ils lui faisaient des ristournes, bien sûr. Seulement, là, ce n'était pas le cas. Evidemment, tu l'avais questionné avec insistance. Toutefois il avait été encore moins bavard que d'ordinaire. Du peu que tu avais réussi à en tirer, tu avais compris que ton ami et patron connaissait la gérante du cabaret, et que devant l'essor de sa popularité récente, il avait pris la liberté d'en faire la publicité. Comment s'étaient-ils connus ? Quelle relation entretenaient-ils ? Impossible de le savoir. Toutefois, tu avais une petite idée sur le sujet. Même si tu as du mal à imaginer ce cher Jo' dans ce genre d'endroit. Tu ne le savais pas attiré par l'excentricité des transgenres, lui d'ordinaire plutôt fermé d'esprit.

Toujours est-il que cette soirée est totalement ton genre, à toi. Tu as envie de prendre l'air, et de découvrir un univers que tu n'as fait qu'effleurer du bout des doigts jusqu'à présent. Oui, c'est tout bonnement de la curiosité. En tout cas, ton voisin ne semble pas partager ton enthousiasme, lui. Le blondinet pousse un soupire las en suivant tes indications jusqu'au cabaret. "Tu peux m'rappeler pourquoi j'dois t'accompagner à cette soirée en fait?" "Pour te changer les idées ? Et t'éviter de trop ruminer au sujet de Leslie. Crois-moi Millow, cette soirée est faite pour toi." Et accessoirement parce que tu as la flemme de dépenser ton argent juste pour aller à cette soirée. Or, comme lui, il possède son permis, c'est toujours utile d'avoir un ami-chauffeur. Puis il est vrai que le cuisinier du Midnight a tendance à déprimer dernièrement. Ça ne te plait pas de le voir comme ça, lui d'ordinaire si joyeux et taquin. Même si ce n'est pas son genre, tu es certain que cette soirée va le remettre d'aplomb. D'une façon ou d'une autre. Nouveau soupire à tes côtés.

"Si tu l'dis... Mais t'es sûr que c'est la bonne route au moins ? Nan parce qu'on s'éloigne pas mal du centre-ville, là." "Ben, j'ai jamais dit que c'était en centre-ville. Et ouais, c'est le bon chemin. J'ai foi en mon GPS, il ne m'a jamais déçu!" Lances-tu de façon triomphale en lui mettant ton téléphone sous le nez. Cette application a changé ta vie depuis quelques années déjà, et effectivement, elle ne s'est jamais trompée. Heureusement, quand on sait à quel point tu es une quiche en orientation spatiale. Le blond repousse finalement ta main, ayant noté que vous étiez presque arrivés. "Faut jamais dire jamais, Nano..."


noc


"... Okay, t'es sûr que c'est le bon endroit ? ... C'est ... Plutôt glauque comme ambiance." Tranche ton ami en observant la devanture défraîchie du cabaret. Aucun doute cependant de ton côté: c'est le bon nom qui clignote de façon irrégulière sur la façade. Il est vrai que tu es assez surprit que cet endroit se trouve légèrement en retrait, entre un immeuble imposant et une boutique d'attrape-nigauds qui ne t'inspire pas confiance. M'enfin, il t'en faut plus pour t'inquiéter. "Dis-toi qu'ils doivent sans doute payer moins de loyer." "Ouais, c'est sûr que dit comme ça." "Aller, viens. On va pas passer la soirée ici. Let's go !"

Amusé, tu te saisis du poignet du blond, l'attirant vers l'intérieur de la bâtisse. A en juger la publicité sur la porte, oui, vous êtes bien au bon endroit. Parfait. D'un pas franc et assuré, vous pénétrez dans le club. L'intérieur est diamétralement opposé à l'aspect extérieur de l'endroit. D'une propreté impeccable, ce qui doit rassurer ton camarade ici présent. Le jour et la nuit en somme. Vous vous avancez un peu, et tu finis par le lâcher, laissant ton regard s'émerveiller devant cette ambiance si décalée qui te plait tant. C'est coloré, c'est sulfureux. Il règne en ce lieu une douce odeur fleurie et sucrée, te rappelant un peu les bougies odorantes que Jo' aime faire brûler de temps à autres. Ouais, tu risques de passer une bonne soirée ici. Du moins, c'est ton point de vue personnel, parce que ton ami blondinet n'a pas l'air de cet avis, lui.

"Dis donc, t'as pas un peu l'impression d'avoir oublié de me dire quelque chose en m'invitant ici ?" Jette-t-il, un sourire forcé aux lèvres. Ah ? Il a déjà remarqué ? Esquissant une moue pensive en te rendant vers le bar, tu finis par répondre innocemment: "Mh, non désolé, j'vois pas de quoi tu parles." Ta voix est taquine, fluette. Bien sûr que tu sais ce que tu ne lui as pas dit. S'il l'avait su, jamais il n'aurait accepté de faire le déplacement avec toi jusqu'ici. Tu le connais assez pour ça, monsieur n'aime pas qu'on bouleverse ses petites habitudes. D'un coup, il te saisit par les épaules, te secouant comme un prunier. "Ah, ouais ? Et l'fait que ça soit rempli de trans' ça te semble pas être un élément d'importance peut-être ?!"

Petite moue surprise. Tu fais mine de jeter un œil à la salle, histoire d'appuyer ta comédie. Oui, cet endroit est majoritairement rempli d'hommes vêtus comme des femmes. Pour autant, la plupart ne semblent pas renier leur sexe d'origine. Tu n'avais jamais vu de trans' barbus et moustachus par le passé. C'est original. En revenant à ta conversation de départ, tu finis par répondre à Millow.

"Ah, ça ~ Ah, bon ? J'ai vraiment omis de t'en parler ?"

Tout sourire, tu te permets de tirer la langue tandis que ton index vient se loger contre ta joue pour appuyer une moue faussement innocente. Le rouge monte aux joues de ton ami. Tu ignores si c'est d'agacement ou de gêne, après tout, il n'est absolument pas dans son environnement naturel, là. Toujours est-il qu'il finit par te lâcher, en désespoir de cause.

"Ecoute, Nano, j't'aime bien mais là c'est absolument pas mon domaine. J'suis pas aussi excentrique que toi, moi ! J'suis monsieur tout le monde !"

Evidemment, il fait référence à ta tenue du jour, qui, comme d'habitude, ne passe pas vraiment inaperçue. Peut-être aussi un peu à ta personnalité, souvent jugée un peu trop ouverte d'esprit. Seulement pour toi, ce sont les autres qui ont peur de voir plus loin que le bout de leur nez. Ce que l'on ne connait pas fait peur, c'est dans la nature humaine. C'est sans doute pour cela qu'on te trouve si décalé. Quand quelque chose t'intrigue, plutôt que de le fuir, tu vas à sa rencontre. Aussi cette fois, c'est toi qui pousse un soupire en t'installant sur l'une des chaises hautes du bar.

"Rien à voir avec l'excentricité ou le fait d'être monsieur tout-le-monde, Millow. On est là pour s'amuser et faire des rencontres. Les jugements et la peur, faut les laisser à l'extérieur. Ça n'a pas sa place ici. Ce soir, tu poses tes fesses et tu arrêtes de te prendre la tête pour rien, crois-moi, ça te fera des vacances!" Déclaras-tu en indiquant le siège à côté de toi pour l'inciter à s’asseoir. Puis tu te retournas vers la barman, un sourire chaleureux revenant orner tes lèvres. "Bonsoir, je pourrais avoir un Berry Ice, s'il vous plait ? Et pour mon ami, je vous laisse seul juge. Tout ce que vous voulez, tant que ça l'aide à se détendre !" "C'est parti !"

Toujours décontenancé par l'ambiance, ton ami finit par s'installer à ta droite, abdiquant face à ta décision. De son côté, la barman s'active, préparant ta boisson et celle de Millow. Tu es bien curieux de ce qu'elle compte mettre dans son verre vu la commande que tu viens de passer. Patientant, tu t'accoudes au bar immaculé, avant de te tourner vers ta voisine. Une demoiselle plutôt mignonne, à la chevelure châtain. Nouveau sourire, toujours aussi guilleret. "Salut. Moi c'est Nano. Et toi ?" Tu es venu là pour te changer du Midnight après tout, alors autant en profiter.


Précisions ~:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 16/07/2015
Messages : 786

Région : Hoenn
Mar 22 Nov - 16:26
Voilà déjà un mois qu'Ionia avait repris contact avec moi. La Tantine avait surgit en plein milieu d'un week end que je passais avec Ewan aux sources thermales de Vermilava dans un moment des plus innapropriés, mais c'était chose avec commune pour elles d'apparaître de la sorte. Mais étant donné la puissance de leurs pouvoirs PSI, utiliser la téléportation est un jeu d'enfant pour elles. De mon côté, je n'ai malheureusement pas encore assez de force pour apprendre le Téléport, mais Melba s'en charge très bien pour moi. Mais bon, ses capacités ne sont pas non plus exceptionnelles et les téléportation entre les villes de Hoenn sont pour le moment le maximum de ses pouvoirs.
Du coup, je suis toujours obligé de voler sur le dos d'un des pokémons Vol qui traînent dans mes boîtes PC lorsque je dois voyager à l'étranger ; ce que constitue la principale raison pour laquelle Ionia m'a recontacté. Mais bon, devoir crapahuter de part le monde à la recherche de sanctuaires, ça m'enchante pas du tout. Surtout que ça veut dire devoir retourner à Kantô, tôt ou tard. Et je suis loin d'être assez fort pour affronter la Rocket pour le moment. Giovanni n'hésitera pas à m'envoyer Lambda ou Lance pour me faire payer d'avoir quitté le navire en le dépouillant au passage, et ces deux malades n'y vont jamais avec le dos de la cuillère...

Toujours est-il que je décidais en premier lieu de me rendre à Kalos, afin de me rendre à la Tour Maitrise de Yantreizh afin de commencer cette espèce de rituel initatique afin de commencer à ouvrir mon esprit au pouvoir de la PSI, selon ce que m'avais dit Ionia. Le trajet depuis Poivressel fut assez court, à peine trois jours, mais fut d'un ennui mortel pour moi, mais plut énormément à Oz, qui pouvais nager à sa guise à côté du ferry tandis que Xerude put bronzer sur l'un des transat sur le pont et que Melba pouvais lire l'un de ses romans, bien abritée sous son ombrelle fuschia. Sōwilō quand à lui, préféra rester immobile sur l'un des mâts du bateau pour se gorger de rayons solaires, ce qui au départ inquiéta l'équipage mais qui se révéla totalement inoffensif au final.
Lorsque j'arrivais enfin à Yantreizh, la nuit était déjà tombée et l'accès à la tour Maitrise totalement inaccessible à cause de la marée haute. Par dépit, je décidais d'aller chercher un endroit où passer la nuit et d'aller boire un coup avant.


D'après le PokéNav, le seul bar gay de la ville se nommais le Lait de Cerise, un cabaret. Je dois bien avouer que ce genre d'établissement m'est assez familier, après tout, le casino tenu par la Rocket à Céladopole possède une salle de strip lui aussi. Lorsque je débusquais enfin l'établissement en question, avec son enseigne aux couleurs vives mais à l'éclairage grésillant ; je décidais de rentrer à l'intérieur. Je fus aussitôt assailli par un entêtant parfum, presque écoeurant, mais la senteur se dissipa peu à peu au fur et à mesure que je circulais à l'intérieur. Je décidais alors de m'installer au bar sans trop prêter attention à la danseuse qui se trémoussait autour d'une barre de pole dance jusqu'à ce que le barma... wait. Oh god, c'est un cabaret de travs... Je dissimule un pincement de lèvres avant de commander une rangée de shooters de rhum à la baie Tamato. Oui, j'ai décidé de commencer fort, mais j'adore ce mélange. Et puis de toute manière, c'est pas ça qui risque de me faire rouler sur la table...

Utilisation de Vol





Melba, la voix d'un ange
Melba, enfin en carte à jouer!:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 31/07/2015
Messages : 1422

Région : Kantô
Mar 29 Nov - 23:03
Le lait de cerise. Lorsqu’il avait entendu ce nom pour la première fois, Worick s’était véritablement demandé si on ne lui jouait pas un mauvais tour. Qui diable pouvait avoir si mauvais gout pour appeler un lieu public ainsi ? Un cabaret qui plus est. Pour se rassurer, le rouquin s’était simplement convaincu, ou du moins avait tenté de se convaincre, que le nom n’avait été choisi que par hasard. De toute évidence, il n’avait pas vraiment le choix : Son objectif premier était d’établir un lien avec les pègres locales, et on lui avait dit qu’il avait des chances de trouver ce qu’il cherchait au sein du fameux cabaret. Après plusieurs jours sur Kalos, il ne pouvait donc pas vraiment repousser : son temps était précieux, et son absence à Céladopole finirait par être remarquée s’il continuait de trainer encore et encore. Il s’était donc préparé en conséquence, avec son costume blanc immaculé, avant d’attendre qu’Arya soit prête à son tour.

« Merci de m’accompagner ce soir. Je suis navré que ça tombe juste avant ton séminaire… Mais d’après les hommes que j’ai interrogés, le fameux cabaret organise une soirée très spéciale ce soir. Sans doute y aura-t-il des invités de marque ? »

En réalité, le scientifique était plutôt partagé à l’idée qu’Arya ne reste pas à l’hôtel de son coté, et ce pour plusieurs raison. S’il avait réussi à s’occuper de sa sécurité depuis le fameux incident de Céladopole, c’était bien la première fois que le rouquin allait se retrouver en territoire inconnu avec la bleuette. Cependant, c’était un fait : elle travaillait maintenant avec lui, et ce pour bien plus que leurs recherches pour le W.A.Dex. Il ne pouvait donc pas la couver ainsi au point de la congédier lors d’une soirée aussi « importante » que celle-ci. Et puis, d’un autre coté, sa compagnie ne pouvait être qu’appréciable et ce en toute circonstance.
Lorsqu’elle fut prête, la jeune femme le fit savoir à son collègue, alors qu’elle s’était habillé de sa fameuse robe qu’elle portait maintenant en soirée. La différence qu’il pouvait y avoir entre celle-ci et la tenue habituelle d’Arya amusait toujours autant Worick, et il le fit savoir à son amie sur un ton enjoué.

« Le contraste entre cette tenue et les habits que tu portes habituellement me choquera toujours autant. Allons-y si tu es prêtes »


Une fois dehors, Worick appela un taxi. Il n’était pas vraiment coutume pour lui de devoir attendre ainsi, mais il fallait bien faire avec et sacrifier ses petits privilèges une fois de temps en temps, et puis, de toute évidence, le cabaret n’était pas non plus la porte à coté. Le trajet se déroula sans accroc, et le rouquin laissa une somme plus que satisfaisante au chauffeur.

« Pour ce prix là, je reviens même vous chercher si vous m’donnez une heure ! »

« Ce ne sera pas nécessaire, bonne soirée à vous. »

Il ne savait pas vraiment quand la soirée prendrait fin, cependant le jeune homme jugea plus raisonnable de demander à Sloth de les rapatrier jusqu’à l’hôtel en fin de soirée.

« Prête ? »

Le rouquin fixa une dernière fois l’enseigne colorée du cabaret, avant d’en pousser les portes afin de pénétrer à l’intérieur avec son amie. Et dès l’instant où il eut fait un pas dans la bâtisse, le rouquin su qu’il allait passer une très mauvaise soirée. Le premier détail qui frappa Worick comme une batte de base-ball, c’est la pilosité d’une serveuse les saluant alors qu’elle passait près de l’entrée. Que diable faisaient-ils ici ? Etait-ce vraiment ce genre d’endroit que fréquentaient les « leader » de Yantreizh ? D’un air plus qu’incertain, Worick indiqua à Arya le bar d’un signe de tête, vers lequel il s’empressa de se diriger. Prenant bien soin de ne pas fixer qui que ce soit d’autre que le barman, Worick s’accouda face au barman, tentant de dissimuler sa gène du mieux qu’il pouvait.

« Ce sera… un verre de scotch pour ma part. »

Il jeta rapidement un coup d’œil furtif autour de lui. Au moins, le point positif, c’est qu’il ne connaissait personne à Kalos, il y avait donc très peu de risque qu’il soit reconnu dans un lieu comme celui-ci.
HRP:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 09/08/2014
Messages : 1522

Région : Kanto
Mer 30 Nov - 18:26
Tu te préparais tranquillement dans la salle de bain de l'hôtel, enfilant la rose de soirée bleue que tu mettais maintenant en soirée. Les soirées style "discussion" qui te donnait a la fois un air plus sérieux et un peu plus âgé que tes 18 ans tout juste donnés. Cette tenue, c'était une faite sûr mesure, que tu ne sortais que pour les grandes occasions, elle rappelait a la fois ta tenue de tout les jours avec les manches trop longue, et elle avait un petit côté festif par ses allures asiatiques.

Une fois prête, ton camarade s'excusa du fait que ca tombait la veille de ton séminaire, mais tu balayas le fait d'un geste de la main et d'un grand sourire. Ca te faisait plaisir de l'accompagner, et ca montrait aussi qu'il prenait ton nouveau rôle au sérieux. Et puis, tu avais tendance a être rassurée de pouvoir garder un œil sur lui.

- Ne t'inquiète pas, ca ne me dérange pas ! Cela m'occupera l'esprit en attendant demain, et dans le pire des cas si tes informateurs se sont trompés, on pourra passer une bonne soirée au lieu de rester simplement a l'hôtel !

Gardant le sourire, tu tournas sur toi même pour dire que tu étais prête, alors que tes cheveux à moitié libre volaient sous ton mouvement. Ca faisait bizarre d'enlever les couettes, tu devais l'avouer. Mais une robe aussi sympa méritait une coiffure un peu plus élaborée ! En tout cas, cela marquait toujours autant le rouquin, qui n'hésitait pas à le faire savoir.

- Il faut savoir marquer les esprits pour les rencontres de ce genre !

Il y avait deux façon de le faire, soit en paraissant inquiétant, soit dans ton cas, en paraissant jolie. Bien plus simple pour une fille dans un monde principalement d'hommes mafieux. Il y' avait bien Erica, mais elle était a la tête d'une famille, c'était quelque peu différent. Difficile d'oublier qui elle était. Mais toi, tu n'étais que la nouvelle dans la famille Brown, tu faisais tes premiers pas dans ce monde, en tant que bras droit. Tu devais donc faire en sorte que les gens se souviennent de toi, et qu'ils te prennent au sérieux.

Worick appela un taxi, bien plus simple que de venir sur le dos de Sloth à vrai dire. En tout cas, tu étais de bonne humeur. Cette découverte de Kalos te plaisait énormément, un peu a l'image de petites vacances. A son image, bien que vous deviez être discret, il offra une somme conséquente au chauffeur. Tu ne fis pas de commentaires, mais ce n'était pas la meilleure option pour se faire oublier si on le questionnait. Mais bon, il était comme ca, réfléchit, mais en faisant qu'a sa tête.

Une fois devant le cabaret, tu hochas la tête pour répondre que tu étais prête. Et toi, qui t'attendais à un cabaret "normal" avec une salle de réunion a l'écart pour parler a l'abri d'oreilles indiscrètes. Par reflexe, tu saluas la... le... serveur d'un air poli, bien que tu faillis exploser de rire. Face à la tête de Worick, tu savais qu'il n'était pas au courant et il fonça au bar. Cette soirée risquait d'être... explosive à sa manière.

Tranquillement, en essayant de rester un minimum sérieux, offrant quelques sourires quand on te saluait, tu rattrapas ton ami pour commander un Blue Lagoon. Une fois le serveur un peu plus loin, tu te mis à lui chuchoter.

- Je ne sais pas si ton contact a eu raison ou quoi. Mais il y a bien une soirée spéciale qui se prépare. Il y a des gens habillés... plus normalement. Et regarde ce blond, il est aussi surpris que toi. On apprendra peut être quelque chose quand même.


HRP:
 




Cliquez pour plus d'information sur le W.A.dex!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 686

Région : Sinnoh
Mer 30 Nov - 22:28
Avoir cent ans, c’est quand même quelque chose. Jacqueline Flantier souffle sur la grosse bougie en forme de 100 qui orne le gigantesque gâteau d’anniversaire conçu en son honneur par Jean et son père, sous les applaudissements du reste de la famille. Revenir à la cuisine a fait du bien au jeune homme, qui délaisse clairement cette activité depuis qu’il se consacre à son entrainement en vue de sa réorientation professionnelle pour devenir ranger. Presque tout le monde a fait le déplacement dans cette grande maison située à Yantreizh, dans la région de Kalos, pour l’anniversaire de ‘Mamie Jacqueline’ (sauf Armand, qu’il n’a pas été possible de contacter. Allez savoir où il s’est fourré encore, celui-là). On l’appelle mamie Jacqueline, mais elle n’est pas la grand-mère de tout le monde, ici. Une obscure tantine éloignée, pour Jean. Mais la famille, c’est important chez les Flantier.

Les invités prennent place sur une grande table et commencent à consommer l’imposant dessert, en écoutant un petit discours improvisé de la centenaire qui prétend qu’elle enterrera tout le monde à cette table. La soirée commence à battre son plein, les bouteilles se vident et les nez deviennent de plus en plus rouges tandis que les plus jeunes jouent avec quelques pokémons. Parmi eux Le M.Mime de Jean, dont le spectacle a beaucoup de succès auprès de ses quelques spectateurs. Il est le seul dehors avec Billy, qui profite de l’enivrement ambiant pour soutirer quelques restes aux convives les moins lucides.

La soirée suit son déroulement, jusqu’à ce que l’un des oncles de Jean, nommé Robert, quitte la table et commence à s’habiller pour sortir sans que cela ne choque la majorité des personnes présentes. C’est un homme d’environ 50 ans, aux cheveux grisonnants, portant une moustache et un début de bedaine. Alors que Jean ose une question à son voisin de table, ce dernier lui révèle qu’il n’a pas prit de jour de congé pour aujourd’hui et que, travaillant dans un cabaret (le mot a été prononcé en chuchotant), il prend son service assez tard. Le blond hausse les épaules et continue à manger son dessert sans s’en soucier davantage. Il se passe une bonne demi-heure avant que Jean ne se lève pour aller soulager sa vessie. Sur le chemin du retour, il trébuche sur un sac et s’étale en plein milieu du salon, sous les yeux du reste de la famille. Ils n'en ont pas loupé une seule miette.

Rien de cassé, sauf peut-être un peu son honneur. Alors que les personnes les plus proches l’aident à se relever, il détaille l’objet qui a provoqué sa chute. Il s’agit d’un sac, tout ce qu’il y a de plus banal. Si ce n’est qu’il était posé à terre dans la pièce principale, loin de l’endroit où vestes et manteaux ont été entreposés. L’un des fils de Jacqueline fait les gros yeux en voyant ce sac.


-Mais… c’est le sac de Robert ! Il doit avoir oublié son uniforme !

Un uniforme ? Oui, c’est logique quand on y pense. Les cabarets sont en général un lieu avec un certain standing, surtout dans la région de Kalos, où ils sont un peu une institution.

-Bah, je vais le lui ramener. Donnez-moi juste l’adresse.

Car oui, Jean a bien envie de se barrer, histoire de faire passer un peu la honte de s’être rétamé au sol. Quand bien même Robert reviendra quand il se sera rendu compte qu’il a oublié sa tenue, le blond est décidé à aller prendre l’air. Et puis, voilà une occasion de visiter un peu cette ville de sa région dans laquelle son père est né, non ? Il récupère donc le nom et l’adresse de l’établissement en question et commence une petite marche en direction du cabaret ‘Lait de Cerise’, suivi par son M.Mime et son Tiplouf. Un nom propice aux interprétations les plus grivoises. Après une vingtaine de minutes, le blond arrive devant l’établissement. Après avoir poussé la porte d’entrée, les trois compères auront des pensées radicalement différentes. Jean trouve que les danseuses ont l’air étonnement moustachues. Gyatso est impatient de mimer ces étranges mouvements. Quand à Billy, un arrivage récent de galettes semble avoir éveillé son intérêt.

hrp: utilisation de la CS vol (dernière utilisation le 31 juillet 2016)


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Sbire Aqua

C-GEAR
Inscrit le : 19/09/2013
Messages : 1667

Jeu 1 Déc - 14:34
Cela faisait un petit moment que le blondinet était plutôt libre de ses mouvements. Depuis sa promotion, à vrai dire. Cette montée en grade lui avait donné un peu de reconnaissance au sein la Team Aqua, mais surtout plus de libertés et moins de tâches ingrates. Mais si ses supérieurs étaient aujourd'hui revenus vers lui, c'était pour lui assigner une mission "de la plus haute importance". Il devait se rendre à Yantreizh pour une réunion importante avec un contact de l'organisation. Faire signer des contrats d'échange d'information tout en négociant les conditions de protection, le travail de paperasse habituel d'un sbire quoi.

Le lieu de rendez-vous était l'arrière boutique d'un cabaret. Un endroit plutôt peu commun, mais au moins ils ne faisaient pas privatiser un bar cette fois-ci. Et lorsque le blondinet arriva devant le lieu, il comprit rapidement pourquoi ils ne craignaient rien. De l'extérieur, l'endroit ne payait vraiment pas de mine ; mais l'intérieur était plein de surprise. C'était la fin d'après-midi, l'endroit n'avait pour l'instant rien d'un lieu festif. Des hommes habillés en femme et beaucoup trop maquillés s'affolaient de tous les côtés. Ils avaient l'air d'être en plein préparatifs, à la fois excités et stressés. Ils étaient tellement préoccupés que personne n'avait remarqué l'entrée du jeune Aqua qui dû insister pour qu'on lui indique une porte au fond de la salle, derrière le podium. L'homme était déjà là, le rendez-vous pouvait commencer.

C'est quelques heures plus tard que le jeune Aqua sortit de la petite pièce. La salle principale du cabaret avait complètement changé d'ambiance. Malgré les nombreuses lumières, le lieu restait peu éclairé, dans une ambiance tamisée aux odeurs plutôt agréables. Les premiers clients étaient déjà arrivés, et apparemment il s'agissait d'une soirée spéciale. N'étant pas très à l'aise dans ce milieu, le blondinet voulait rapidement s'esquiver, mais c'était sans compter sur la ténacité des serveurs. Alors qu'il avait réussi à gentiment décliner une boisson, voilà qu'on essayait de l'amadouer avec des gâteaux. C'est vrai qu'ils avaient l'air drôlement bons ces petits en-cas. Après tout, ce n'était tout de même pas un cookie qui allait le faire rester dans ce lieu étrange, si ?

MODERATION:
 





Avatar © Sakae Kurami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Coordinateur

C-GEAR
Inscrit le : 16/04/2016
Messages : 641

Région : Kalos
Jeu 15 Déc - 6:07

Je regardais d’un air songeur le paysage qui défilait derrière les vitres du taxi que j’avais commandé un peu plus tôt dans la journée. J’étais un peu inquiet. J’allais enfin revoir Nessa. Cela faisait un moment que je ne l’avais pas revu. J’avais vraiment hâte. Toutefois, je me demandais ce que cela allait bien pouvoir donner. Mais en y réfléchissant bien, ce n’était pas la seule chose qui tournait en boucle dans mon esprit. Cela faisait désormais bien longtemps que je ne m’étais pas autant éloigné d’Illumis pour me balader dans la région de Kalos. J’avais bien quitté la capitale pour rejoindre les concours de coordination, comme récemment à Nénucrique dans la région de Hoenn. Mais ce n’est pas vraiment pareil. Au départ, lorsque j’avais quitté la pension familiale pour devenir coordinateur, j’avais prévu de bouger un peu partout pour faire des recherches et découvrir mes véritables origines. Finalement, cela fait plusieurs mois que j’ai quitté la maison de mes parents adoptifs et je me rends compte que je n’ai toujours pas commencé mes recherches. Je me demande si cela m’intéresse vraiment au final.

Depuis que je suis parti, je me suis rendu compte que le monde pouvait être beau pour moi également. Après tout, j’ai fait de bonnes rencontres. Des amis. De simples connaissances. J’ai découvert tellement de choses. Et puis avec tous les pokémons que je possède désormais, je me rends compte que je n’ai pas vraiment envie de partir à la chasse aux sorcières dans l’immédiat. J’ai de nombreux autres projets avant de réaliser celui-là. Premièrement, je viens d’obtenir mon second ruban. Avec ceci, je pourrais demander directement la validation de mon diplôme d’éleveur. Mais comme je l’avais pensé un peu avant de me présenter au concours, je ne me sens pas prêt pour cela. Je veux faire d’autres choses. Je veux vivre. Je veux expérimenter. Mais surtout, je rêverais de défier l’Élite avant de me lancer dans la carrière d’éleveur. J’ai pu voir à quel point c’est lourd. J’aurais peur de ne plus trouver suffisamment de temps à la préparation des concours si je revenais aider ma famille. Et puis… Je ne sais pas. C’est leur pension. Leur trésor. Je ne me sens pas capable de reprendre un endroit comme celui-là avec une clientèle déjà toute faite. J’aurais sans nul doute l’impression de consommer un truc déjà mâché. Et je n’aime pas ça.

Je secoue la tête. Il faut que j’arrête de penser à tout cela. Je ne veux pas me plomber la soirée avec ces histoires-là. Pas ce soir. Je ne sais pas ce que je veux faire, mais je trouverais bien un jour. Pour le moment je pensais surtout au moment que j’allais pouvoir passer en sa compagnie. Je fixe l’écran de mon smartphone où je lis et relis le simple message d’invitation que j’ai reçu. Quelques mots m’indiquant le jour et le lieu. Rien de plus. Pas d’explications. Seulement qu’on se retrouve là bas. J’ai trouvé ça un peu étonnant. Mais bon. Pourquoi pas ? Je trouve seulement le nom de l’établissement un peu étrange, « Le lait de Cerise ». Je me demande bien d’où ça vient. J’aurais sans doute pu chercher sur internet, mais je n’y ai pas pensé du tout. Je suis parti du principe qu’il avait choisi un endroit particulier. Je ne sais pas, c’est un peu comme si je lui faisais confiance pour nous permettre de passer une bonne soirée. Alors je me contente de penser que le nom de l’établissement est spécial. Mais je ne cherche pas plus loin. De toute façon, j’ai bien assez de temps pour le découvrir.

« - Merci, pour le trajet. »

Je me suis empressé de sortir du taxi après avoir payé le chauffeur. Je voulais voir à quoi ressemblait l’endroit où Nessa m’avait donné rendez-vous ce soir. J’étais vraiment pressé de découvrir cela. J’avais même laissé le reste de la monnaie au chauffeur pour m’en débarrasser plus rapidement. En me retournant, je fus relativement déçu. Je dois l’avouer. Une enseigne colorée. Le nom de l’établissement inscrit en lettre lumineuse, quelque peu défraîchie et dont le clignotement est totalement irrégulier. Une bâtisse qui ne paie pas de mines quoi. Surtout coincé entre une boutique de souvenir semblant douteux et un immeuble visiblement trop étroit pour sa population. Vraiment, cela ne donnait pas vraiment envie. Ce qui est certain, c’est que de moi-même, je n’aurais jamais mis les pieds ici. Rien que le quartier me semble déplaisant. Je n’ose pas vraiment m’imaginer l’intérieur. Je me demande s’il peut être pire que l’emballage que j’ai devant les yeux.

Je regarde rapidement autour de moi, mais je ne vois pas Nessa. Je finis donc par me résoudre à entrer en me disant qu’il doit sans doute m’attendre à l’intérieur. Le moins que l’on puisse dire, c’est que je fus surpris en découvrant l’intérieur de ce bar. Enfin de ce cabaret plutôt. Je ne pensais pas que c’était le genre de Nessa. En tout cas ce n’est pas vraiment ce que j’ai l’habitude de fréquenter. J’espère qu’il sait ce qu’il fait en nous amenant là. Enfin non. Je préférerais vraiment que ce soit une grosse erreur. Je n’ai pas tellement envie qu’il passe son temps dans ce genre d’établissements. Franchement ? Un cabaret transgenre ? Je ne suis pas certain que je serais venu en temps normal. Ce n’est tellement pas moi ce genre d’endroits… Le lino bordeaux. Les murs recouverts de portraits de différentes célébrités, de hautes chaises de bar recouvert de coussins roses. Tout cela me semble tellement cliché. Il faut que je boive un truc. Peu importe ce que c’est. Il faut juste que je tente d’oublier dans quel endroit je viens de mettre les pieds. Je crois que je commence vraiment à en vouloir à Nessa de m’avoir attiré là au milieu. J’aurais préféré un bar comme le Midnight. Au moins j’avais passé un bon moment là-bas.

« - Bonjour. Un cocktail. N’importe lequel. »

Tout en faisant ma demande, je commence à attarder mon regard sur le personnel. Enfin surtout sur la barman pour le coup. On aurait vraiment pu penser à une femme. Quoi que non. Vu sa moustache guidon, je ne suis pas certain que ce soit possible de faire abstraction de ce genre de détails. J’espère vraiment que Nessa ne va pas tarder. Je crois que l’on va devoir parler là. Il aurait au moins pu me prévenir. Je commence réellement à regretter la confiance que j’avais eue en ses choix d’établissements. Je ne prends même pas la peine de regarder en direction des autres clients. Je suis tellement dans mon petit univers dans lequel je remue ma frustration d’avoir quitté mon petit confort d’Illumis pour faire le déplacement dans ce cabaret. Franchement, je suis certain qu’il aurait pu trouver tout aussi étrange à la capitale si c’est ce qui l’intéresse vraiment…




Merci Ezy pour l'avatar ♥︎
Merci Mélo pour l'avatar et Ezy pour l'idée ♥︎:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 02/11/2013
Messages : 846

Région : Sinnoh
Dim 18 Déc - 22:56
Côme ne se rappelait plus exactement quand il s'était évadé de l'Institut. Sans doute un bout de temps maintenant. À force de voyager, de remporter des badges, de rendre des services, de relever les défis de quelques dresseurs lambda, le blondinet avait amassé un coquet pécule, d'autant que la plupart du temps il campait dehors ou se faisait héberger par de bons samaritains. Récemment il avait partagé un appartement avec ses amies Sigrid et Maxyne et à trois, le loyer n'était vraiment qu'une formalité. Ainsi le blond s'était-il réveillé un jour avec cette folle envie d'évasion. Il savait que Maxyne était partie pour plusieurs jours en mission, que Sigrid s'ennuyait depuis quelques temps et qu'elle avait toujours eu envie de découvrir la région de Kalos. Avec ses maigres connaissances de cet outil mystérieux mais formidable qu'était « l'internet », Côme fit quelques recherches, repéra une destination Kalosienne dans ses moyens, réserva un hôtel pour deux jours et se dépêcha de retourner à l'appartement de Rivamar pour surprendre la frisée. Il y eut un instant de flottement : un froncement de sourcils, une mâchoire qui se décroche, de grands yeux écarquillés. Puis rapidement des rires et des câlins à vous en briser les côtés. « Mais j'en r'viens pas ! Je.. Tu... mais... han c'est génial ! » Tant de sentiments exprimés en si peu de mots.

Sigrid n'arrivait toujours pas à croire que Côme ait fait quelque chose comme ça ; c'était à la fois fou comme lui sans pour autant lui ressembler. Déjà qu'il ait réussi à se servir d'un ordinateur, à comparer des prix et réserver un hôtel, c'était le bout du monde. Et qu'il utilise une partie de ses économies pour lui faire plaisir ! Elle en avait tellement marre de lire Le Pokémonde chaque matin en sirotant son jus de baies en répétant toujours la même routine... Pendant deux jours, elle allait changer d'air, profiter d'un nouveau monde qui s'offrait à elle ! Finalement, elle était beaucoup plus enjouée que Côme à ce propos. Le blond se contentait de sourire et de s'imaginer ce qu'il allait bien pouvoir faire. Ils allaient à Yantreizh et il avait trouvé un petit guide de la région de Kalos dans une petite boutique de Rivamar ; à l'intérieur, une section toute entière – au moins deux pages ! – était consacrée à cette ville.

En arrivant, ils filèrent tout de suite à l'hôtel pour déposer leurs affaires. Il fallait se l'avouer, l'hôtel était plutôt pitoyable et faisait peine à voir. Puisqu'il était bien trop beau que le blondinet n'ait pas cafouillé, ils se rendirent compte qu'il avait réservé pour le mois prochain mais moyennant quelques sourires et un regard furieux de Sigrid, sans oublier que l'hôtel était complètement vide et désespérément en manque de clients, ils parvinrent à louer une magnifique petite chambre avec deux lits doubles, sans doute l'une des plus luxueuses de ce motel miteux. Ils passèrent tout de même une bonne heure à nettoyer la chambre de fond en comble avant que Sigrid accepte d'y rester. « J'ai tout prévu ! Y'a quelques petites boutiques que j'ai hâte de voir et j'ai aussi pris rendez-vous manucure pédicure – on n'sait jamais quand l'amour de sa vie risque d'apparaître ! »



« Oh wow, c'est vraiment bien fait. » Côme admirait un fabuleux costume de pirate avec de grands yeux d'enfant émerveillé. Il avait déniché ce petit magasin singulier qui avait toute sorte de choses étranges et peu conventionnelles. « Hé ben, essaie-le donc p'tit bonhomme ! » La vendeuse était une vieille gitane qui lui avait assuré qu'il accomplirait de grandes choses un jour ! Elle avait même parler d'explorer de nouveaux mondes, de découvrir des sensations inconnues... Et finalement, Côme quitta le magasin le costume sur le dos et ses vêtements dans un sac sous le bras. Sigrid en avait encore pour plusieurs heures de rendez-vous beauté alors il déambula dans la ville, se perdit à regarder le ciel, les vieux bâtiments, les gens aussi. Le temps fila à vive allure et il se retrouva devant une vieille bâtisse à la devanture défraîchie au nom alléchant : le Lait de Cerise. Un tel breuvage existait-il ? Il n'en avait jamais entendu parler, en avait encore moins goûté ! De nouvelles sensations... Était-ce ça dont la vieille gitane avait parlé ? Et soudain, il vit entrer quelques personnes, toutes plus hautes en couleur les unes que les autres. Une soirée déguisée ! Pas possible ! Le destin, c'était forcément ça ! Oh, qu'il avait fière allure avec ce tricorne et cette longue plume ! Avec toutes ces fanfreluches sur sa chemise, cette grande veste et cette ô combien fabuleuse épée en plastique. Il allait faire un malheur dans cette soirée déguisée, lui qui avait toujours rêvé d'y participer. Ni une, ni deux, il s'élança d'un pas décidé,pénétra dans l'antre odorante du lait de cerise et se laissa enivrer par les fabuleux parfums et couleurs délicieuses. La gitane avait raison, c'était un nouveau monde qui s'offrait à lui.

[HRP: utilisation de Vol (première utilisation)]




Stuff:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo Jeux & Eleveur

C-GEAR
Inscrit le : 07/01/2016
Messages : 1990

Région : Sinnoh
Lun 19 Déc - 17:27
Je suis chez moi pour quelque jours, c'est un peu devenu mon rituel après les concours. Il va falloir que je retourne sur Floraville d'ici peu, parce que j'aime bien garder un œil sur la rénovation de la pension de Régis. Ce projet est primordial puisqu'il s'agit de mon premier investissement financier personnel. Je tiens à ce que tout soit parfait. J'ai le soutien de tout le monde - ou presque- là-dessus, et je compte bien en faire une force. Et depuis deux jours, Seth me harcèle, il veut qu'on se fasse une sortie, un soir. Je ne sais pas ce qu'il a mais il ne me lâche pas avec cette histoire, et il m'a sorti tous les prétextes du monde. A un tel point que j'ai fini par céder. Je ne peux pas lutter de toute façon, pas face à mon grand frère. Et maintenant, il est surexcité à l'idée d'y aller.

Seth : Allez, dépêche-toi ! On doit partir là, sinon, on n'arrivera jamais à temps !

Moi : Mais... On y va sans Raph ? C'est un peu naze...

Seth : J'ai envie de m'amuser, de boire. De pouvoir enfin décompresser bien comme il faut quoi, et tu sais bien qu'avec Monsieur-Ni-alcool-ni-clopes, c'est pas possible, il va me prendre la tête. Et je veux juste m'éclater un peu, loin de tout ça. Donc bouge, on part pour Kalos dans une demi-heure.

A Kalos ? Sérieusement ? On en fait du chemin pour une simple soirée, il doit vraiment en avoir besoin. Et je le comprends, avec toutes les responsabilités qu'il a, on le voit de moins en moins à la maison, déjà que cela devenait rare. Il bosse, h24, il reçoit des appels en pleine nuit, donc s'il veut se vider la tête, je suis tout à fait partant pour lui filer un coup de main. Je n'ai pas la vie de fêtard qu'il a pu avoir, mais il a tellement raison sur le fait que Raphaël ne soit pas le gars à embarquer avec nous. Alors on va y aller, à Kalos. Même si ça me laisse une impression bizarre. La dernière fois que j'y suis allé, c'était aussi avec Seth, mais surtout, c'était avec Kaktus. Enfin bref, je n'ai aucune idée de l'endroit où nous nous rendons, donc je n'ai aucune idée de la tenue que je vais mettre. Réfléchis Nessa, un truc passe-partout, qui fait habillé, sans en faire trop. J'ai forcément ça quelque part. Je n'ai pas envie de me prendre la tête, une chemise blanche, un jean, classique, mais pas formel. Ça fera amplement l'affaire. Maintenant que je suis prêt, je l'attends devant la porte, nous pouvons y aller.



Nous sommes à Kalos, à Yantreizh même. Seth vient de payer la course en taxi, et je suis là, fixant la devanture de l'endroit où nous sommes censés passés la soirée. Les alentours ne sont pas spécialement des plus accueillants, ce n'est clairement pas un endroit où on aimerait traîner. C'est sombre, et pas vraiment entretenu. Quant à la façade du bâtiment où nous allons entrer, avec sa bannière clignotante, et grésillante, elle ne m'inspire pas des masses confiance. Où m'a-t-il encore embarqué ? La dernière fois que je l'ai laissé organiser un truc, il m'a inscrit à un speed-dating pour la Saint-Valentin. J'espère sincèrement qu'il n'a pas des plans similaires pour ce soir. Nous entrons alors. Et là, je reste bouche bée, je... je ne sais même pas. Les informations arrivent, mais rien n'est cohérent avec rien. Biceps et manucure. Jupes et jambes poilues. Moustaches et boucles d'oreilles. Bas résilles et boule à zéro. Il me faut du temps avant de démêler tout ça et en faire quelque chose de sensé. La première serveuse est peut-être un serveur, je n'arrive pas à distinguer, même sa carrure est androgyne et pourrait correspondre à n'importe lequel des deux sexes. Il m'a amené dans un cabaret de travestis. J'en peux plus de lui.

Moi : T'es sérieusement sérieux là ? Ou tu vas me dire que c'est une blague ?

Seth : Arrête, joue pas les prudes là ! Il y a une super ambiance, et puis les filles ne se prennent clairement pas la tête ! Tu vas pas faire ton Raph quand même ?

Moi : Attends, je ne sais même pas si je dois dire Monsieur ou Mademoiselle !

Seth : Tu dis "tu" et c'est réglé !

Il n'a clairement pas l'air déboussolé pour un rond. Alors que moi, je ne sais plus où regarder pour ne pas me sentir gêné. Je ne veux pas les dévisager, je ne veux pas passer pour le touriste au zoo, ce serait méchant. La plupart des femmes présentes ici, celles qui se travestissent bien sûr, sont assurément plus viriles que moi, et ça me met mal à l'aise. Je crois qu'il va falloir que je boive un verre ou deux avant de pouvoir dépasser ça. Si tant est que ce soit possible de faire passer ça au second plan. Je me content de suivre Seth, qui se fraie un chemin sans pression jusqu'à une petite table. Il salue au passage une certaine Cerise, qui doit être un homme, au vu de son gabarit. Mais comment savoir. Enfin, sans avoir à demander. Je crois que je préfère rester dans l'ignorance. Il avait raison, heureusement que Raph n'est pas là, il aurait fait une crise cardiaque.

Je vois quelques regards se poser sur mon frère, ce qui me rend encore plus mal-à-l'aise. Je sais parfaitement. qu'il aime plaire, et que sa tenue est sciemment faire pour cela. Si lui aussi a adopté la chemise blanche, la sienne est parfaitement cintrée, ouverte légèrement sur son torse, il a remonté ses manches. Avec son chino bordeaux et les bretelles bleu marine et sa coiffure longuement préparée, il a tenu à mettre tous ses atouts de son côté. Surtout qu'on le remarque de loin, entre son mètre quatre-vingt-quinze, ses cheveux blonds et son regard d'un bleu perçant, en plus cet enfoiré est quand même pas trop mal musclé. Vu le dragueur invétéré, tu m'étonnes qu'il fasse autant attention à son physique. Et la reproduction miniature que je suis se contente de lui emboîter le pas. Jusqu'à une table, s'il s'assied confortablement sur la banquette en velours lit-de-vin, je préfère me tenir bien droit sur une chaise, en face de lui. Au final, ça ne me surprend pas tant que ça qu'il m'ait emmené dans un tel endroit. Il doit en avoir besoin pour sortir du cadre super strict du boulot avec les grands-parents. Si je me décoince un peu, on devrait passer une bonne soirée, et bien se marrer. Nous sommes tous les deux bien assez bêtes pour cela.

HRP:
 




Autres comptes : Maëve Kent - Roy Harrison - Lottie McOleksion
Remerciements:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
Agent Kalos

C-GEAR
Inscrit le : 03/01/2014
Messages : 684

Région : Kalos
Mer 28 Déc - 15:38
Je ne regrette rien. Il n'y a rien de plus hilarant que de voir la tête de tous ces crétins qui se sont fait avoir par la publicité du cabaret. Cerise m'avait justement sorti la brochure que je m'étais amusée à lire en regardant les gens passer les portes du bar transgenre. Strictement rien n'indiquait que le Lait de Cerise était dirigé par des hommes déguisés en femmes. Même-moi, au temps de Jim, j'aurais pu me laisser tenter par son slogan accrocheur qui promettait une belle soirée arrosée et colorée. Le genre de soirée auxquelles je participais il y a un moment de cela.
Ma bière brune se retrouva isolée alors que je m'étais tournée vers la porte d'entrée, fixant tous les arrivants pour qu'ils posent leur regard sur moi.
Comparé à Cerise, Tabatha ou Dorice, rien sur moi n'indiquait que j'étais travestie. Pour une fois, mon apparence anodine semblait décalée dans ce lieu excentrique. « Tous les gens qui me regardent doutent. Suis-je bien une femme ? Ou ne suis-je que tromperie comme les autres ? »
C'est bien la première fois que ça ne me dérange pas d'attirer l'attention.
Après mettre amusée à faire de petits signes aux gens mal à l'aise qui entraient je fus moi-même surprise en voyant arriver deux gars. Deux têtes familières, sorties tout droit des soirées passées à Illumis lorsque je n'étais qu'un pauvre bureaucrate fier de sa carrière de merde.
Comme ils s'installaient au bar, je me retournais, mi-apeurée, mi-curieuse. « Pourquoi tu stresses Zoé ? Tu es trop bien cachée sous ton déguisement. Personne ne pourrait reconnaître Jim Wells, le nain grognon macho et pétochard en ayant Zoé sous le nez. » Je continuais de me persuader que je n'avais rien à craindre, tentant de me reconcentrer sur les pauvres touristes qui entraient et découvraient le personnel du cabaret.
Je rigolai toute seule en voyant passer un jeune couple à l'accent de Kanto, le rouquin semblait désagréablement surpris alors que sa compagne à la chevelure bleue préférait en rire. « La seule vraie femme ici, réalisais-je alors que mon regard se tournait instinctivement vers mon voisin. »
Je me retournais bien vite, espérant qu'il n'ait rien remarqué.
Nano, entendis-je le blond dire à son collègue à la tenue bien assortie au cabaret. Je ne me voilais plus la face, c'était bien lui. « Incroyable ! Ce sont bien eux ! Des connaissances de Jim ! »
Lorsque le dénommé Nano se tourna vers moi et m'adressa la parole je restais muette deux secondes. Je ne savais pas comment réagir et je me demandais s'il ne m'avait pas reconnu. Alors je le regardais droit dans les yeux, attendant un signe qui le trahisse, ou qui me trahisse. Mais comme il n'ajoutait rien j'en conclus que mon déguisement était parfait et que je pourrais peut-être m'en amuser un peu.

- Salut, moi c'est Zoé.

Je lui tendis la main comme un homme et lui offrit un sourire et un petit clin d’œil typiquement féminin. Puis pour en rajouter je décidais de ne pas cacher mon statut d'habitué du cabaret.

- C'est la première fois que je vous vois ici. C'est la soirée qui vous a attiré ?




Pendant ce temps Cerise esquissait quelques pas de danse en déambulant dans son bar. Toutes ces nouvelles têtes l'avaient rendue plus folle qu'elle ne l'était. Elle s'arrêtait à chaque nouveau client, leur demandant si tout allait bien, s'ils souhaitaient goûter son étrange mixture blanche et épaisse qu'elle affectionnait tant, ou les questionnait sur leur vie personnelle. Je l'entendis adresser la parole à un blond qui sortait de la salle du fond et tenter de le faire rester en lui proposant les petites galettes surprises. « Il n'est pas au bout de ses surprises, me dis-je en le voyant accepter la proposition. »
Puis je la vis se placer au centre de la salle et taper des mains pour attirer l'attention de la clientèle.

- Mes chères petits amours j'aimerais attirer votre attention vers la piste de danse. Mes copines vous ont préparé un petit divertissement qui colle parfaitement au thème de la soirée.
Je vous invite à les applaudir bien fort !


Une musique entraînante se mit en route alors qu'on éteignait les lumières du cabaret pour les allumer sur la piste de danse.
Je retins un gloussement en voyant arriver la troupe de danseuses en body flashy, collant résille et chaussure à plate forme. Leur petite danse ne m'intéressa pas des masses, trop habituée à les voir se trémousser contre les barres de pole danse. La partie prestation de coordination fut néanmoins plus intéressante bien que mon attention soit surtout tournée vers les serveuses qui déambulaient entre les clients, proposant un plateau de petites galettes alléchantes.
C'est Cerise en personne qui vint vers moi avec un plateau de douceur et me le tendit.

- On a une dizaine de nouvelles galettes, me dit-elle en tournant le plateau pour disposer une galette aux motifs orientaux juste devant moi.

Je voyais clair dans son petit manège pour une fois. Cerise avait pris soin de parler avec tous les clients pour identifier rapidement quel genre de galette elle allait leur faire goûter. « Que va-t-il m'arriver avec ce gâteau ?»
Je le pris , acceptant de me laisser guider dans la perdition par cet homme en tenue rose.

- Qu'est-ce que tu as donné aux autres ? Demandais-je avec curiosité.

- La plupart des gens ont la spécialité de la maison mais, il y a quelques privilégiés à qui j'ai offert une galette fraîchement importée.

Elle me fit un clin d’œil et s'apprêta à partir. Je la retins une dernière fois, lui demandant quel genre d'effet auront ces gâteaux là. Elle le fit un nouveau clin d’œil avant de sortir un bout de papier de sa poche pour me le donner.

- Amuse toi donc à trouver à qui je les ai donné.

Sur ce, elle s'éclipsa dans l'ombre de la foule, me laissant la joie de découvrir ce qu'elle avait donné aux gens. Sur la feuille était noté l'espèce de prismillon utilisé et les effets qu'on pouvait ressentir après consommation.
Je me retournais bien vite vers Nano, curieuse de découvrir quel gâteau il avait reçu. Marron et vert mais le motif ne m'aidait pas quand à l'origine du Prismillon. Son ami avait une simple galette avec le château de Yantreizh, ceux que j'avais l'habitude de manger.
Un gars à l'air blasé au bar s’enfilait des shooters d'une couleur rouge feu inquiétante. Un petit ramequin de galette avait été posé juste à côté de lui. Les siennes étaient recouvertes d'un glaçage bleu avec quelques perles de sucre qui semblaient symboliser des bulles.
Plus loin les Kantoniens se partageaient d'autres gâteaux, des rouges avec une couronne dessinée pour la jeune femme et un bleu avec un flocon de neige en pâte à sucre pour le rouquin.
Un punk solitaire semblait broyer du noir alors que Tabatha s'échinait à lui préparer un cocktail pour lui remonter le moral. Lui aussi avait son ramequin de gâteau. Sur les sien il n'y avait aucun motif mais les gâteaux ressemblaient plus à des sablés.
Galvanisée par l'idée de voir tous ces gens autour de moi partir en vrille à cause des galettes, je me levais et commençais à regarder tous les clients. « Cerise est donc le père Noël ? »
Il y avait des galettes partout, réalisais-je. La soirée allait être magistrale !
Je m'approchai du blond qui avait profité des salles privées du cabaret pour regarder ce qu'il avait comme gâteau. Les siens étaient d'un rose bonbon agrémenté de quelques petites fleurs.
En retournant sur mes pas je croisais un autre blond « Ils sont partout ma parole ! ». Il semblait chercher un certain Robert. Je m'excusai de ne pas pouvoir l'aider et zieutais un instant ses galettes. Kaki, marron... Motif camouflage. Pas de doute pour lui.
Moi qui était une habituée du cabaret, il ne m'arrivait presque plus d'être surprise en rencontrant des gens. Mais le gamin habillé en pirate me fit hoqueter comme jamais. Ses traits si enfantins me firent regarder autour de moi pour chercher une éventuelle mère ingrate qui l'aurait laissé sans surveillance. Mais en m'approchant je remarquais qu'il était peut-être plus vieux que son attitude ne laissait présager. « Il a l'air majeur... J'imagine que ça ne lui fera pas de mal de se taper un petit tripe... Pensais-je. » Ses galettes étaient aussi recouvertes d'un glaçage dans les tons verts avec quelques lignes marron.
J'arrivais près de l'entrée lorsque je croisais Cerise, plateau à la main, qui venait d'interpeller les derniers arrivants. Deux blonds « ENCORE ! » presque identique physiquement mais de tailles différentes. Elle les salua, le remit un petit sachet de galette avant de repartir à la pêche. Trop curieuse de voir ce qu'ils avaient, je les suivis discrètement jusqu'à leur table, m'amusant à regarder le plus petit affreusement mal à l'aise. Quand ils furent installés je gonflais la poitrine et m'avançais jusqu'à eux :

- Salut ! Moi c'est Zoé, une habituée.
Je fis un clin d’œil au plus jeune pour l'embêter encore plus et me penchais vers le plus grand, pas trop perturbé par les transgenres.
Vous aussi vous avez eu des gâteaux ? À quoi ils ressemblent ? Sur le mien il y a des motifs orientaux.

Le motif sur les leurs ressemblait à une ville et le glaçage sombre donnait l'impression d'être de nuit.
Un sourire s'étira tout seul sur mes lèvres. Le compte y était. J'avais trouvé toutes les personnes à qui Cerise avait donné les nouvelles galettes. Maintenant il n'y avait plus qu'à attendre qu'elles soient mangées et que les effets commencent à se faire ressentir.
Je croquais à pleines dents dans ma tartelette, laissant les pixels de Prismillon glisser dans ma gorge, entrer dans mon sang et remonter doucement jusqu'à mes neurones pour les faire danser un peu. Mon impatience me faisait rire toute seule en retournant à ma place au bar, près de Nano pour reprendre la conversation que j'avais avec lui. Je me sentais d'une humeur étonnamment joueuse ce soir.



Tout savoir sur les galettes de Yantreizh:
 


Autres:
 
Niveau du mois
Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Hoenn

C-GEAR
Inscrit le : 16/07/2015
Messages : 786

Région : Hoenn
Dim 15 Jan - 20:46
Je continue de m'enchaîner les shooters à la baie Tamato, la liqueur imbibée de jus brûlant coulant dans sa gorge, répandant dans mon organisme une délicieuse sensation de chaleur. Voyant l'une des serveuses déposer à côté de moi un ramequin rempli de petites galettes décorées finement de sucre multicolore, semblables à de petits soleils se levant sur l'océan, vraiment ravissants. Sans me poser de questions, j'en attrape une poignée que j'engouffre immédiatement pour éponger tout le rhum que j'ai déjà ingurgité. Elles sont vraiment délicieuses, leur contenu pétillant sur la langue comme certains bonbons pour enfants, avec un goût de caramel au beurre salé. Voyant que chaque invité s'était vu remettre des galettes différentes, je décide de délaisser mes shooters et de suivre la serveuse, qui s'était assise à côté de deux blondins, afin de voir si je peux en avoir plus, prenant avec moi mon ramequin de galettes à moitié plein. Je décide moi aussi de m'asseoir à leur table, à côté du plus petit, tandis que la serveuse roucoulait devant le plus grand.
"Hey miss, c'est délicieux vos petits trucs, y'a moyen d'en avoir plus?" fais-je en désignant ma coupelle.
Je regarde avec intérêt ceux de la serveuse et des deux blonds, les relents de baie Tamato continuant d'emplir mon corps, s'intensifiant à cause de la chaleur dégagée par les projecteurs, l'odeur de beurre salé emplissant ma bouche et remontant dans mes narines. Vraiment délicieux. Je commence à avoir de plus en plus chaud, mais ce n'est pas désagréable, bien au contraire. Et malgré la musique ambiante, je me détends de plus en plus.
"D'ailleurs si vous en voulez une ou deux, servez vous hein" fais-je alors, les vapeurs d'alcool commençant à me monter à la tête.





Melba, la voix d'un ange
Melba, enfin en carte à jouer!:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 31/07/2015
Messages : 1422

Région : Kantô
Lun 23 Jan - 22:05
Non, non, non et juste non. L’ambiance de ce lieu était tout sauf habituelle et saine pour le rouquin. Il en comprenait pas comment diable il avait pu atterrir là. Son contact lui avait menti, c’était certains. Un vulgaire piège pour mettre le jeune parrain dans l’embarras. Et pour le coup, c’était plutôt réussi il fallait bien l’avouer. Le jeune homme, qui adorait d’habitude promener son regard vairon sur l’assemblé et analyser les moindres recoins, ne savaient aujourd’hui pas ou regarder mis à part le fond de son verre rempli de liquide brun ou son amie.

« Une soirée spéciale hein ? Effectivement, je la trouve plutôt spéciale, l’ambiance de cette soirée ! »

Pour toute réponse aux dires de la bleuette, le jeune homme regarda lentement par-dessus son épaule afin de chercher le fameux blond dont elle voulait parler. Des blonds, il y en avait absolument partout. Worick pouvait en apercevoir deux à une table, un autre prêt du bar, encore un plus loin derrière la foule, qui semblait effectivement bien perdu, et même un dernier vers l’entr…

« Flantier ! »

Avant d’avoir pu finir son mot, Worick manque de cracher sa gorgée d’alcool sur sa collègue, complètement abasourdi. S’il se reprend juste à temps, il n’échappe pas à une terrible quinte de toux qui ne manque sans aucun doute pas d’attirer l’attention sur lui. Gêné, alors qu’il manque toujours de s’étouffer, le rouquin se penche vers le bar pour rester le plus possible caché tout en attrapant Arya par l’épaule pour lui exprimer son désarroi à l’oreille.

« Jean ! Tu te souviens ? Le jeune homme qui a participé à l’Atlantide avec moi ? Il est passé au manoir il y a quelques temps… Il est là ! »

Worick est prit de panique. Quelle était la probabilité qu’il rencontre ici, le dernier endroit qu’il fréquenterait en temps normal, l’une de ses connaissances. Qui plus est celui qu’il considérait depuis peu comme son rival. Certes, ce n’était pas pour le boulot ni pour le Dex, ça aurait donc pu être pire. Cependant, le jeune homme n’arrivait tout de même pas à relativiser. Il avait une réputation à tenir, et ici, elle était plus en péril que jamais. Il lui faut trouver une solution, et ce au plus vite. Hélas, ce n'est pas avec l'ambiance actuelle que la concentration du jeune homme est à son plein potentiel. Comme si c'était franchement le moment.

Alors qu’il réfléchit à toute vitesse malgré et contre tous, le jeune scientifique est rapidement interrompu par un personnage des plus… originale. Lorsqu’il ou elle s’approcha du binôme, Worick ne su pas exactement ce qu’il devait dire. Il était pour ainsi si… surpris par la description physique de la personne qui se tenait devant lui, à lui tendre une galette. Rose, trop de rose, beaucoup trop de rose.

« Je… merci, je suppose que c’est un amuse bouche pour nous souhaiter la bienvenue ? »


Avant même que la fameuse Cerise puisse répondre, le rouquin termine son verre de scotch d’une seule gorgée, avant croquer à pleine dent dans la galette, observant celle qu’Arya reçoit à son tour.

« C’est pas mauvais… au moins un bon point… »


Alors qu’il termine sa galette, Worick se tourne à nouveau vers le bar pour commander un deuxième verre du même scotch. Il va lui en falloir encore un peu pour oublier la situation délicate dans laquelle il se trouve. En regardant rapidement autour de lui, il se rend compte qu’il a perdu Jean de vue. Peut être le blond a-t-il été assez sage pour déguerpir à toute vitesse ? Quoi qu’il en soit, cela ne lui dit rien qui vaille. Si Arya avait mesuré quelques centimètres de plus, il n’y a aucun doute que le scientifique se serait caché derrière elle.

« Comment je suis sensé retrouver un contact dans ce genre de chahut ? Ca n’a absolument aucun sens ! »


Et la pilosité des danseuses n’arrange rien. Alors que celles-ci se trémoussent allégrement sur la piste de danse, le rouquin se retrouve encore une fois pris de vertige, s’imaginant déjà son retour à Céladopole, bafoué et renié de tous lorsque la nouvelle se sera répandue.

« Ils ont même pas de chauffage dans cet établissement en plus j’ai l’impression. »


HRP:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo RP & Scientifique

C-GEAR
Inscrit le : 09/08/2014
Messages : 1522

Région : Kanto
Mar 24 Jan - 15:29
Alors que tu sirotes doucement ton cocktail a base de vodka, on peut dire que toi tu passes pour le moment une soirée mémorable. Tu es surement la seule fille de la salle quoi que tu aies des doutes sur la demoiselle à lunettes qui semble être une habituée. Worick lui ronchonne, et bizarrement ca t'amuse, forcément lui n'est pas a l'aise en ne pense qu'a se cacher tout rouge de honte. Et alors qu'il regarde partout pour voir de quel blond tu parles, voila qui manque de te cracher dessus si bien que tu reprends ton sérieux un instant.

Quand il te donne un nom, celui ci t'es familier pour une raison inconnue jusqu'a ce que ton camarade t'explique un peu et t'attrapant l'épaule pour que tu te courbe aussi vers le bar. Et quand tu comprends qu'il s'agit du dresseur au Tiplouf qui a mangé un bon paquet des réserves de poffins du manoir, tu ne peux pas t'empêcher de le chercher du regard pour confirmer. Ah oui, c'est bien lui ! Et voila que du coup Worick est encore plus gêné, cette fois tu soupire en réfléchissant.

- Il n'est pas de Sinnoh lui pourtant ? Et puis si il vient, soit il c'est fait avoir, soit il est un habitué. Tu n'as pas à te cacher ainsi !

Tu essayes de le redresser quand la "patronne" de l'établissement vient vous donner des petits gâteaux personnalisés, si bien que tu l'observes avec surprise avant de la remercier. Bon, cela a le mérite de faire oublier Jean pendant une seconde a Worick si bien que tu souffles un peu et tu ne souhaites pas remettre le sujet sur la table.

Tu regardes les gâteaux de Worick, bleus avec un flocon, alors que les tiens sont rouges avec une couronne. L'échange de vos couleurs te fit sourire et tu en goûte un par curiosité. Vraiment pas mal ! Gourmande comme pas deux, tu en prend un autre en le grignotant tranquillement avec ton verre à moitié vide.

- Tu vois ! Je suis sûre qu'on peut passer une soirée amusante ici !

Bon, tu n'es pas sûre que tu vas réussir à convaincre Worick aussi facilement, mais qu'importe, une soirée aussi loufoque vous changera un peu les idées. Même si tu dois lui donner l'ordre d'arrêter d'être aussi gêner. A cette réflexion tu fronce les sourcils, mangeant déjà ton 3e gâteau...

- Attendons un peu et observons, c'est peut être leur "discothèque" a eux... tu sais les goûts et les couleurs...

Par contre tu regardas avec étonnement Worick quand il annonça qu'il avait froid. Même toi en robe sans manches, tu n'étais pas glacée. Ton ami était il malade ? Puis tu n'avais pas de veste à lui proposer... Brusquement ton regard te posa sur un objet brillant vers la scène, prés des coulisses. Tu voulais ce truc. Pourquoi? Aucune idée, mais tu le porterais bien sur ta tête.

- Je... Je reviens. Je vais voir quelque chose.


HRP:
 




Cliquez pour plus d'information sur le W.A.dex!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 24/02/2016
Messages : 686

Région : Sinnoh
Sam 4 Fév - 22:11
Clairement, le blond semble avoir atterrit dans un lieu plutôt insolite. Une boîte de nuit fréquentée par de nombreux transsexuels. Et lui, comme un con, avec son sac au bout du bras. Le M.Mime, lui, ne reste pas longtemps dans les pattes de son dresseur. Il s’en va rapidement rejoindre la piste de danse, monte dessus sans gènes, et commence à imiter la chorégraphie mise en œuvre par les danseuses. Jean hausse les épaules. Après tout, il n’est personne pour empêcher un M.Mime de mimer. Au moins, il ne risque pas de le perdre de vue. C’est accompagné de Billy que le blond déambule entre les fêtards. Mais sa progression est stoppée net par un serveur… ou une serveuse ? Impossible à dire. Une personne assez grande en tout cas, qui dépasse légèrement le cuisinier en taille. C’est facile quand on a des talons. Toute de rose vêtue, avec des plumes un peu partout, elle tient un plateau sur lequel trônent une multitude de friandises.

-Bonjour jeune homme! Je ne crois pas vous avoir déjà vu ici. Je suis Cerise, et vous êtes dans mon établissement. Tenez, prenez une galette. Cadeau de la maison !

Pour accompagner le geste à la parole, Cerise tend l’un des biscuits au jeune homme. En l’occurrence, elle a une sorte de glaçage kaki et marron. Jean accepte sans broncher, plus pour s’en débarrasser et ainsi se remettre en quête de Robert qu’autre chose.

-Merci.

Le blond se remet en route alors que Cerise s’en va. Le blond fait quelques pas avant de réaliser qu’il vient de manquer une occasion de retrouver son oncle.

-Ah mais… c’était le proprio, juste à l’instant ? Merde ! J’aurais dû lui demander pour Robert !

Mais quand il se retournera, l’individu rose aura totalement disparu… Jean grommelle, et se remet en route, en direction du comptoir… sur le chemin, il pose la question à plusieurs personnes, dont une qui s’attarde sur la galette qu’il tient dans sa main libre. Mais personne ne semble en mesure de l’aider. C’est bredouille qu’il arrive au comptoir. Une fois arrivé, Billy bondit sur ce dernier, parce que rester au niveau des pieds poilus des gens, ce n’est pas très agréable. Un des serveurs sursaute en voyant l’oiseau, mais redevient professionnel rapidement.

-Bonsoir ! Qu’est-ce que vous voulez boire ?

-Rien, merci. Je viens pour Robert, il a oublié son sac.

Jean désigne le sac. Le serveur réfléchit un instant, avant de sembler avoir un éclair de lucidité et de s’exclamer.

-Ah oui ! Maintenant que vous le dites, c’est vrai qu’il n’avait pas son matériel habituel. Je lui donnerais quand je le croiserais.

Satisfait, le blond donne le sac à l’employé du cabaret, qui disparait dans la foule. Maintenant, que faire ? Gyatso a l’air de bien s’amuser, et il se voit mal monter sur la scène pour lui dire de partir. Autant patienter. Par réflexe, il croque dans sa galette.

-Pas mauvais.

Le goût sucré se répand sur les papilles du cuisinier. De par son métier, il a l’habitude de juger le goût de ce qu’il mange. Et cette galette est d’assez bonne qualité. Billy regarde impuissant cette nourriture disparaitre dans le gosier de son dresseur. Au bout de quelques minutes, il se sent… différent. Le blond commence à transpirer. L’inconfort le gagne, jusqu’à ce qu’il attrape un dessous de verre et bondisse derrière le comptoir.

-Mayday !

Billy regarde le spectacle d’un œil interrogatif. Mais qu’est-ce qu’il fou encore, le Jean. Il tourne la tête, et voit que Cerise est au comptoir avec son plateau.

-Oh, mais tu es le Tiplouf du grand dadais d’avant! Tu veux bien donner ça à ton dresseur ?

La gérante du cabaret tend une nouvelle galette au pokémon. Ce dernier semble accepter en faisant un oui de la tête, mais ne compte clairement pas la donner au blond. Non mais, il a aussi le droit de manger, lui. Une fois la rose repartie, il dévore le biscuit sucré en une fraction de secondes. Mais il regrette rapidement, puisqu’il commence à se sentir assez mal… La gerbe le gagne, et il s’allonge sur le comptoir, agonisant.

-Tiblargh…

S’en est trop, ce n’est pas dans ses habitudes, mais on dirait bien qu’il va gerber. Il pivote sur le coté, dans la direction inversée au comptoir, et tente de libérer le contenu de son estomac. Mais la seule chose qui sortira de sa bouche est une sorte de rayon d’énergie coloré, tiré en direction du plafond, qui vient ajouter un bel effet de lumière aux jeux de projecteurs déjà présents dans la boîte de nuit.


 
Team ligue:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 1 sur 2) Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Effet bizarre
» Effet sang garanti
» [Photoshop]Effet Pluie
» exclusion de fanmi lavalas,effet boomerang
» Effet secondaire interessant...

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kalos - 6E G E N :: Yantreizh-