AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Un lieu parfaitement romantique pour un premier rencard


avatar
Modo RP & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 12/10/2016
Messages : 325

Mer 9 Nov - 1:58


L'organisation avait visiblement apprécié que je prenne les devants me mesurant spontanément à la championne d'arène de Mérouville, et semblaient ne se douter de rien concernant Nestor, que j'avais préféré laisser se cacher chez ses parents plutôt que de l'assassiner comme on me l'avait ordonné, pour diverses raisons. Ils avaient visiblement quelques soucis internes et m'avaient laissé un mois de battement pendant lequel j'étais supposé me préparer à obtenir un badge suivant. C'était une parfaite opportunité pour commencer à réfléchir à un plan d'action. Et le premier obstacle auquel je devais faire face avant même de pouvoir prendre des actions directes contre l'organisation, avant même de prendre le risque de me renseigner sur elle, c'était de les priver de leur moyen de pression, à savoir les preuves photographiques de plusieurs de mes meurtres commis à Johto.

Fort heureusement, ce premier meurtre, ou du moins présumé meurtre, à la solde de l'organisation, m'avait fait gagner quelques points de confiance. De toute manière, ils étaient persuadés d'avoir trop de pouvoir sur moi. J'avais donc pu rencontrer l'un des leaders de l'organisation, qui avait cru bon de m'expliquer ce dont il s'agissait, probablement afin que je me rende bien compte que je me confrontais à quelque chose qui me dépassait. Il y a de cela 37 ans, 4 multinationales avaient fusionné pour créer Kapital, permettant au groupe d'avoir un champ d'activité très large : télécommunications, nouvelles technologies, automobile et aéronautique. Ils sont extrêmement influents, notamment à Kanto, Johto, Hoenn et Sinnoh. Ainsi, je n'avais pas tellement plus d'informations sur la raison pour laquelle je devais tuer pour eux, mais j'avais au moins une idée de mes... "employeurs". Peu réjouissante, certes, mais c'était bien moins désagréable que de ne rien savoir. Et surtout, cela me permettait d'avoir un plan d'action. En effet, Mr. Henson, le directeur de la branche Hoennienne de Kapital, avait commis une grossière erreur. Il m'avait affirmé que les seuls exemplaires de mes photos étaient celles que l'on avait imprimées pour me les donner, et que j'avais brûlées, et leur version numérique sur leurs serveurs ultra sécurisés, ce afin d'éviter qu'elles ne soient dérobées pour les faire chanter à leur tour : si quelqu'un mettait la main dessus, ils pourraient menacer de les donner aux autorités en précisant que Kapital protégeait un criminel. Il "suffisait" donc d'effacer les photos de leurs serveurs.

J'avais ainsi pris contact avec une connaissance de Johto qui me devait un service. Il ingénieur pour une entreprise de sécurité informatique. Hélas, s'il était doué pour construire des protections, il l'était moins pour les cracker, et il ne souhaitait pas impliquer un collègue de travail adepte du second art. Il m'avait toutefois proposé une autre solution. Il allait déposer un message crypté donnant un lieu et un moment de rendez-vous, extrêmement complexe à cracker, dans quelques communautés de hackers du darknet. Poussés par le défi, les meilleurs hackers allaient s'y frotter, et en moins d'une semaine, le code serait cracké. Une fois cela fait, le message suivant s'afficherait :

Tu t'es bien amusé ? Ce n'était que l'entrée. Si tu as encore faim, clique sur le nom de ta région. Attention, tu ne pourras pas faire marche arrière.

C'était plutôt du bluff qu'autre chose, mais ce genre de phrase permettrait de s'assurer que seuls les plus téméraires cliqueraient. Une fois que la première personne aura cliqué sur sa région, elle se verra attribuer un lieu de rendez-vous en fonction, un jour généré en fonction de la date du clic afin de me laisser du temps pour me préparer, à savoir trois jours, et plus personne ne pourra obtenir de rendez-vous. Je devais ensuite recevoir un mail respectant un code dont on avait convenu à l'avance, qui m'indiquerait quel lieu parmi ceux que l'on avait préalablement sélectionnés, quel jour et à quelle heure, aurait leur le rendez-vous.



22h55. Plus que cinq minutes, et il devrait être là. Ou elle, qui sait. La première personne qui était parvenu à décrypter le message, plus rapidement que prévu, d'ailleurs, avait aussi pris la décision de voir plus loin. C'était ainsi que je m'étais retrouvé à Kanto, dans cette décharge lugubre au nord de Celadopole. Ce n'était pas vraiment mon idée, mais j'avais fait confiance à Sofiane. Selon lui, c'était le meilleur endroit pour rencontrer quelqu'un sans être emmerdé. Il y avait une sorte d'accord tacite par ici. Même les flics qui y trainaient étaient des ripoux qui avançaient à visage couvert. Jusqu'à présent, jamais la police de Celadopole n'avait osé y faire une descente. Tout à l'Ouest de la décharge, on une sorte de bar un peu glauque s'était construit, avec les moyens du bord. C'était principalement de la taule. L'alcool y était dégueulasse, selon les quelques clients présents - trois alcooliques accoudés au bar. J'attendais tranquillement à ma table, sur la chaise de récup' la moins confortable sur laquelle j'ai pu m'asseoir de ma vie. Ça faisait une expérience originale. J'avais payé deux bière histoire de pouvoir m'asseoir et d'indiquer que j'attendais quelqu'un, mais je ne comptais pas toucher à cette chose. Pour le moment, il s'agissait simplement de prendre un premier contact, et de me débarrasser de la personne s'il s'agissait d'un piège. Mais franchement, c'était nécessaire de choisir le lieu le plus pourri de Kanto pour ma première fois dans cette région ? Tout y était. L'odeur nauséabonde des Tadmorvs environnants, la table bancale et parsemée de fentes, les verres cabossés en aluminium, la cloison rouillée en taule, les blagues lourdes du barman, les rots désobligeants des clients.

Finalement, pile à l'heure, un jeune rouquin fit son entrée. Il se fit siffler par les clients accoudés au bar. Il faut dire qu'avec sa belle gueule, il faisait un peu tâche. Quoi que, avec mon costard, je n'étais pas plus à ma place. Le jeune homme s'avança donc jusqu'à ma table, il avait évidemment compris que j'étais son rencard pour la soirée. A peine avait-il atteint le niveau de la table que je pointais mon revolver sur lui, et que Leon, tapis dans l'ombre de la table s'empressait de vérifier qu'il n'avait pas d'arme sur lui. Il avait commencé par rapidement toucher ses chevilles puis avait grimpé le long de son corps, en tournant autour de lui, ce qui lui permettait de tâter tous les endroits susceptibles de cacher une arme à feu comme une arme blanche. Visiblement, ce n'était pas le cas. Je baissai donc mon arme pour la poser sur la table en souriant, tout en gardant ma main dessus. Leon, quand à lui, était venu s'asseoir sur mes genoux, satisfait de sa propre efficacité. Je lui tapotai donc la tête pour le féliciter.

-Enchanté. Lui c'est Leon, et toi ? Tu peux t'asseoir au fait. Mais fais gaffe, y a peut-être des échardes.


J'espérais que l'on allait rapidement faire connaissance afin de ne pas s'éterniser dans ce taudis. J'avais simplement besoin de quelques informations basiques afin de m'assurer qu'il marcherait pour moi, le reste pouvait se faire dans un bar plus classique, du moment qu'il y aurait suffisamment de bruit pour couvrir, ou bien dans un hôtel aux murs assez épais. Les trois clients étaient sortis en titubant, l'un d'eux prenant soin de lâcher un petit commentaire sur le "beau cul" du rouquin, qu'il n'avait probablement même pas pu déterminer du reste de son corps, au vu de son état d'ivresse avancé. Ce dernier ne semblait pas apprécier la décoration mi rouille... mi rouille plus que moi.

-Elle est pas bonne ma bière que tu la bois pas ? le barman semblait un peu vexé.
-Immonde.
-C'est juste que c'est pas pour les ** comme toi...

Il continua de grommeler ses insultes, pendant que j'écoutais le jeune hacker.


HRP:
 

HRP²:
 


Autres comptes:
 
Inscriptions dex:
 
Merci Jill et Elisa pour les jolis avatars <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 857

Région : Kantô
Dim 27 Nov - 15:42
Cela fait bien plus d’un mois désormais que tous ces sombres événements sont passés. Il sait que beaucoup de gens, d’agents aussi, se sont reconstruits, qu’ils sont parvenus à mettre tout ça derrière eux. Lui… il a du mal. Il a comme la sensation d’un bourdonnement constant dans son esprit depuis cette semaine-là où tout s’était enchaîné bien trop vite à son goût, sans qu’il ne puisse reprendre le contrôle de sa vie. Depuis, il a un suivi psychologique mais ne souhaite pas être spécialement ménagé, même s’il a l’impression de l’être, au sein de son unité, et ça l’agace un peu. Il est le dernier arrivé, il faut dire, et les choses ont été assez chaotiques rapidement sans qu’il puisse réellement prendre ses marques.

Enfin. Il avance quand même, il a resserré les liens avec ses frères et sa bande de potes virtuels, et grâce à la bonne humeur communicative d’Amine, son collègue, il parvient à concentrer son attention sur d’autres choses. Pour oublier le reste. Oublier Ezy, aussi. Parce qu’il le faut. En son for intérieur, il le sait. Ce sera certainement pour le mieux. Pour sortir de cette mélancolie triste qui le prend aux tripes, souvent le soir. Même s’il sait qu’en faisant cela il brise le marché qu’il a fait entre Mikhail et Aleksey, en intégrant l’unité, il a aussi repris plus activement son activité sur T0sh_l3y, la communauté de hackers dont il fait parti, sur le deep web. Mais il a du abandonner son ancien pseudo d’Ic@rus, il a simplement dit à la bande habituelle que c’était pour des raisons de sécurité, et il endosse maintenant le nom de Ʃigma (Sigma, ou Sig’ pour les rares intimes).

Le darknet, c’est les tréfonds du web, on peut y trouver le meilleur, et souvent le pire. Un véritable terrain de jeu pour qui sait s’y aventurer et voguer au hasard des trouvailles, pour parfaire ses activités. Dans le cas de Nath, ses activités de hacker. C’est au cours de l’une de ses soirées où il n’était pas en fonction qu’il a trouvé ce message. Ni le premier ni le dernier du genre, probablement. Une communauté comme T0sh_l3y est souvent sollicitée pour toute sorte de choses, par des mandataires inconnus qui lancent des défis en tout genre pour tester les compétences des hackers. Sans trop de difficulté, en vérité, Nathanael s’est appliqué à décrypter le message qui donnait un lieu et une heure de rendez-vous, par la suite. D’expérience, le McKoy sait combien il faut se méfier de ce genre de demande. Lui, c’est ce qu’on appelle white hat, un chapeau blanc. Il s’amuse surtout à tester ses compétences, à découvrir les failles des sites institutionnels, cracker les bases de données pour y laisser des messages anonymes, pour montrer qu’il a pu le faire, et à l’inverse que les systèmes de défense concernés ne sont pas suffisants. C’est la plupart du temps son mode opératoire. Les rares fois où il a pu en profiter se comptent sur les doigts d’une seule main et étaient sans conséquence. Aussi, face à cette proposition de rendez-vous, il est plus que méfiant. Il ne sait pas ce qui l’attend derrière. Un guet-apens ? Un kidnapping (ce ne serait pas la première histoire du genre) ? Une organisation aux objectifs bien éloignés des siens ?

Il ne sait pas. Et pourtant… sans doute pris d’une certaine curiosité et d’une réelle envie de se changer les idées… il décide de s’y rendre. Pour voir. Il sait qu’il n’a pas la carrure d’un Rambo, qu’il n’est pas forcément le plus affûté, mais il prend ses précautions : ses pokéballs, dans un premier temps et il programme un mail envers Amine, s’il n’est pas rentré chez lui dans 24h, celui-ci enverra un compte-rendu à son collègue agent du message décrypté, du lieu de rendez-vous, etc. Il ne faut pas que ce message s’envoie, car il signera tout autant la fin de sa courte carrière d’agent au sein des forces spéciales, mais il ne peut pas jouer avec sa propre sécurité. Pas dans ce monde devenu bien trop dingue pour lui.

Par chance, l’heure du rendez-vous est suffisamment tardive pour qu’il soit disponible. La ville est toute aussi appropriée puisqu’il est question de Céladopole, mais une zone où il ne s’aventure pas vraiment, en vérité. Avec sa gueule d’ange et son allure encore adolescente, on peut pas dire qu’il soit à sa place dans les bas-quartiers au nord de la ville. Par réflexe, il a enfilé sa veste en toile bleue sur un sweat noir dont il a porté la capuche sur sa tête. Il ne voudrait pas être identifié d’une manière ou d’une autre. Smartphone à la main, il se laisse guider par son GPS jusqu’au lieu indiqué, un bar plutôt sinistre déjà bien animé. La vue du point de rendez-vous ne l’aide pas vraiment à se rassurer. C’est l’une des rares fois où l’une des ses actions sur T0sh_l3y le pousse à un contact réel. Il ne sait même pas vraiment pourquoi il fait ça. Dans la « vraie » vie, il n’est qu’un gringalet en recherche d’assurance. Derrière un écran, il est tout autre chose. Mais là… enfin, il est trop tard pour faire demi-tour.

23h, il entre. L’aspect extérieur reflète parfaitement l’intérieur. Ça sent l’alcool, la cigarette et la sueur. Il glisse son téléphone dans la poche de sa veste et sa main se crispe autour de l’objet, comme une bouée de sauvetage éphémère. Il rabaisse sa capuche pour mieux voir autour de lui et éviter de trop retenir l’attention. Même si avec sa tête de jeune premier, ça s’annonce difficile… Il voit déjà des regards de travers en sa direction. Il soupire et scrute autour de lui. Il sait qu’on l’attend, mais il ne sait pas trop qui. Quoique… il repère une table avec un type en costard, seul, et deux bières devant lui. C’est le seul qui semble attendre. Il croise son regard, l’autre l’observe également. Nathanael prend une grande inspiration et s’avance. Il n’a pas l’air de s’être trompé.

Le jeune geek ne sait pas du tout à quoi s’attendre mais il compte sur Overmind, son Porygon, pour lui faire comprendre la présence du moindre danger, si jamais. Ses yeux s’arrondissent face à l’arme discrètement pointée sur lui. Lui-même n’a pas pris son arme de service : de 1/ parce qu’il ne s’en sert pas – et ne sait pas vraiment s’en servir, il n’est pas agent de terrain et c’est plutôt de la dissuasion, de 2/ parce qu’il n’en supporterait pas les conséquences, il le sait. Nathanael sursaute en sentant une présence derrière lui : c’est un Arcko qui se met à tapoter ses jambes, puis le reste de son corps comme pour le fouiller.

« Euh... » L’agent se doute que la méfiance est partagée. Il laisse faire et observe rapidement son vis-à-vis, un homme plus âgé au costume noir impeccable. Visiblement satisfait de ne rien trouver, le pokémon s’en retourne auprès de son dresseur, tranquillement et enfin Nathanael entend la voix de l’inconnu. Il ne sait pas trop s’il peut se fier à l’apparente sympathie du type, mais s’assoit tout de même.

« Bonsoir. On m’appelle Sigma. Et vous ? » Parce que donner le nom du pokémon, c’est une chose, mais il aimerait aussi savoir à qui il a à faire. Et de son côté, il se voit mal dévoiler son identité, cela va de soi. Concentré à détailler l’homme qui lui a donné rendez-vous, il ne réalise pas vraiment le départ des trois ivrognes.

Ce qui le tire de son observation, toutefois, c’est l’échange avec le barman. Machinalement, les yeux de Nathanael tombe sur le liquide ambré devant lui, mais il ne sait pas s’il serait bien sage de boire. Après tout le verre a été rempli avant qu’il n’arrive. Il n’a aucun moyen de croire en la bonne foi de l’autre. Il ne sait rien de son mandataire, d’ailleurs.

« Concrètement, pourquoi ce genre d’invitation ? Vous recherchez quoi ? » Nathanael n’est pas parfaitement à l’aise, c’est pas dans son habitude de jouer les durs, mais il ne peut pas non plus se laisser bêtement piégé ou devenir bien sagement l’outil d’un type dont il ne sait rien.


#JEBOUDE #JESUISCONTRE #VETO #JESUISMIKHAIL #TSEKOVFOREVER

Hacker
flic ?!
paumé.
trucs.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippocampelephantocamelos.wordpress.com/


avatar
Modo RP & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 12/10/2016
Messages : 325

Sam 3 Déc - 2:21
Le jeune hacker n'avait pas l'air très à l'aise. Il était tout à fait ce à quoi je m'attendasis : un jeune homme pas très impressionnant physiquement, et pas habitué à un tel décor. J'avais convenu à l'avance avec Leon de lui laisser ses pokéballs afin de le mettre un peu en confiance, mais ce dernier était prêt à tout moment à l'empêcher de s'en servir. Logiquement, le hacker, ou Sigma puisque c'était comme cela qu'il semblait vouloir se faire appeler, souhaitait savoir à qui il avait affaire, et surtout ce que j'avais à lui demander. Le fait qu'il ne m'ait visiblement donné que son pseudonyme me fit hésiter sur ma manière de me présenter. Je ne pouvais toutefois pas risquer de reprendre mon ancien pseudonyme, Kasper, trop risqué, d'autant que c'était un hacker, et je préférais éviter qu'il creuse ce nom et tombe sur ce que j'avais pu faire à lors de ma précédente vie. Or il était très probable qu'il se renseigne sur moi. Il se pouvait aussi qu'il fasse partie de la police. C'était peut-être paranoïaque, mais ils trainaient souvent sur le dark net pour s'infiltrer dans des réseaux. Mieux valait rester prudent.

-Puisque la mode est aux pseudonymes, tu pourras m'appeler K pour le moment. Comme tu l'as deviné, je cherche un hacker qui aime le défi, et je m'étais dit que cette petite "énigme" serait le moyen d'en rencontrer un. Je souhaiterais simplement que tu effaces toutes les données d'un serveur privé.

Pour le moment, j'étais resté très vague histoire de sonder les réactions de Sigma. Ce dernier me fixait lui aussi, mais il n'arriverait pas à tirer quoi que ce soit de moi pour le moment. Je remarquai qu'il n'avait pas touché à sa bière. Il ne me faisait probablement pas confiance, chose que je comprenais. Cela voulait toutefois dire qu'il avait peut-être l'habitude de ce genre de choses en fin de compte. Quoi que, pendant tout le temps qu'il passait sur son PC, il devait bien regarder des séries parfois, c'était suffisant pour savoir qu'un verre pouvait être drogué. C'était toutefois une bonne occasion pour moi de détendre un peu l'atmosphère et de le mettre un peu plus en confiance. Je m'emparai donc de son verre pour boire cinq grandes gorgées, de manière bien évidentes afin qu'il remarque que je ne faisais pas semblant. Je reposai ensuite le verre devant lui.

-T'en fais pas, je suis pas là pour abuser de toi, tu peux la boire. Bon, tu m'as pas l'air bavard donc je vais aller droit au but.


Sigma semblait un peu surpris par cette dernière phrase et se crispa alors que je me penchais sur le côté pour attraper ma mallette. Je la mis sur la table et l'ouvrit de sorte que les quelques liasses de billets que j'y avais placées lui faisaient face. Je n'étais pas là pour négocier aujourd'hui, je me fichais d'ailleurs pas mal de l'argent aujourd'hui. J'en avais assez pour plusieurs vies. Il voulait en mettre plein la vue au jeune homme histoire d'être certain qu'il allait le suivre. Je ne voulais pas que cela traîne et que j'aie à trouver quelqu'un d'autre, car le temps pressait.

-Si tu veux de l'argent, tu auras de l'argent. Si c'est autre chose que tu veux, demande.

Je tentais de m'exprimer avec fermeté, avec autorité, afin que mon ton contraste avec le fond de ma requête qui me plaçait tout de même en position de faiblesse ici. Je refermai donc la mallette et j'attendais maintenant la réponse de Sigma. J'espérais avoir été suffisamment convaincant, et je ne souhaitais pas avoir à utiliser la force. Leon le fixait quant à lui avec intensité, toujours prêt à agir au moindre mouvement suspect. Quant à moi, j'avais resserré ma cravate et je restais stoïque. A l'autre bout du bar, le barman tentait parfois de nous interpeler, et grommelait alors que l'on l'ignorait. Après le départ des trois ivrognes, le bar était plutôt silencieux et l'on pouvait parfois entendre des cris de pokémons au loin, sûrement dus à des combats clandestins.




HRP:
 


Autres comptes:
 
Inscriptions dex:
 
Merci Jill et Elisa pour les jolis avatars <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 857

Région : Kantô
Mer 7 Déc - 22:57
Dire qu’il n’est pas à l’aise est un doux euphémisme. Nathanael n’est pas caché derrière son ordinateur, là. Il prend un risque considérable, il le sait, et en même temps sentir son cœur battre d’angoisse le rassure, d’une certaine manière. Cela signifie qu’il est bien en vie et qu’il peut vivre encore bien des aventures et des expériences, autrement qu’à se morfondre de peur et de solitude une fois rentré dans son appartement, à ressasser les événements passés. Il est dans un bar lugubre, face à un parfait inconnu dont il ne sait rien, à jouer pour la première fois à découvert sous sa nouvelle identité de Sigma. Jamais jusqu’à présent il n’avait franchi ce pas. Jamais Ic@rus ne s’était dévoilé, lui. La différence entre ses deux identités de hacker, celle de l’avant et celle de l’après se marque donc ici.

Il essaie de rester ferme, de ne pas trahir son ressenti, et ne sait guère s’il y parvient. Il ne doit rien laisser paraître, il ne faut pas que l’autre pense qu’il a à faire à un amateur, ou bien qu’il croit qu’il n’est qu’un jeune homme manipulable à l’envie. Nathanael n’est rien de ça. Cela peut paraître étrange ou ne pas se deviner, à le voir, mais il a quand même des principes fermes dans ses activités. Il ne se fait pas payer, il n’est à la solde de personne, il n’est pas un jouet. Alors vous pourrez dire : et son activité au sein de la police spéciale ? Il vous dira que ça rejoint ses principes. S’il aide à déjouer des organisations malfaisantes par ses compétences informatiques, pourquoi s’en priver ? Lorsqu’il met sa casquette de hacker, et non plus celle de génie informatique de la police, il se fiche des secrets cachés dans l’intimité des gens. Dire qu’il ne s’est jamais amusé avec serait mentir, mais jamais il n’a rien divulgué ou dévoilé. Sauf une fois. Mais là c’était tout un groupe de hackers qui s’est ligué envers un gros PDG d’une multinationale en révélant ses vices pédophiles. Il paraissait normal d’agir, alors. C’est la seule fois, réellement, qu’il a visé une personne, jusque-là. D’habitude, c’est le challenge et l’intrusion qui lui plaisent.

Aussi, il reste méfiant. Sur le dark-web, on ne sait jamais sur quoi ni sur qui on tombe. Et les propositions de « boulots » sont multiples. Si on veut se faire de l’argent facile, on peut. Tout dépend de soi. Sur ses gardes, le McKoy attend de voir ce que l’homme bien propre sur lui va lui sortir. Déjà, il ne doit pas être du milieu vu comment il a l’air de tiquer sur l’usage du pseudonyme. Que croyait-il ? Qu’il allait lui sortir sa carte d’identité ? Finalement, il semble comprendre la manœuvre car l’autre se dévoile sous le nom de « K », mystérieux, mais ça suffira. C’est là tout le sel de leur entreprise.

« Effacer les données d’un serveur privé ? Comme vous y allez, Monsieur K ! » Nathanael préfère le vouvoiement, la distance. Il n’a pas encore dit oui et il est loin d’avoir tous les éléments en main. « Ce n’est pas un simple coup d’éponge que l’on passe. » Il marque une pause et reprend. « Je pense que c’est dans mes cordes, oui. »

L’homme a du comprendre que Nathanael n’est pas né de la dernière pluie et même s’il n’en a pas l’air comme ça, avec sa formation d’agent il sait qu’il peut s’attendre à tout et doit rester vigilant vis-à-vis de tout ce qui l’entoure. Du barman au verre de bière en passant par l’Arcko toujours présent. « K » veut lui prouver par l’exemple que le verre n’est pas empoisonné et va jusqu’à s’en servir carrément avant de le reposer devant le geek. Celui-ci plisse un peu les yeux et laisse finalement naître un sourire sur ses lèvres. Il ne se fait pas confiance avec l’alcool, c’est un poids plume sur ce point et la situation ne se prête pas au moindre moment de faiblesse, alors il se contente de poser ses yeux noisettes sur son interlocuteur. « Je n’irais pas jusqu’à dire que je vous fais confiance là-dessus, mais... qui vous dit que j’aime la bière ? » En vrai, il apprécie le liquide ambré, mais même. Autant poursuivre ce jeu de rôle et ne pas se laisser démonter. Même si l’autre semble vouloir briser la glace.

Nathanael se redresse légèrement sans trop savoir à quoi s’attendre lorsque K récupère sa mallette et l’ouvre, laissant visible des liasses de billets bien rangées les unes à côté des autres. Le jeune homme n’a jamais vu une telle quantité d’argent d’aussi près et il ne peut empêcher d’ouvrir des grands yeux de surprise. Alors oui, il n’est pas naïf, il sait que son domaine de compétence pourrait lui permettre d’être riche, ou du moins de vivre confortablement. Mais… il n’a jamais voulu franchir cette frontière. Pour l’avoir vu sur T0sh_l3y, quand on décide de se vendre au plus offrant, on n’en revient pas. Ou difficilement. « Argent facile » n’est pas le mot, mais il n’empêche que ça peut prendre tout son sens. Il ressent une salve d’énergie bouillonnante monter en lui. Si l’homme est près à payer c’est qu’il y a du mystère derrière… mais quel est l’intérêt ? Qui va être attaqué ? Et pourquoi ? Il y a quand même beaucoup de questions qui lui viennent alors en tête et il n’est pas certain qu’il en aura la réponse. Ce « K » doit lui aussi avoir ses secrets. « Vu votre énigme, je pense quand même que vous vous y connaissez un minimum. Mais vous ne savez pas le faire vous-même, ou vous ne pouvez pas, c’est ça ? » Peut-être trop de risques, ou pas les compétences pour. Après tout il ne sait pas vraiment si l’homme agit seul ou s’ils sont plusieurs derrière ce projet, à placer leurs attentes dans un hacker quelconque.

Il n’a pas répondu à la remarque sur ce qu’il veut, en échange. Car il n’est pas non plus philanthrope. C’est une action pour un particulier (jusqu’à preuve du contraire), pourquoi s’embarquerait-il là dedans ? Mais de l’argent… non, ça ne lui ressemble pas. Il pense quand même à son studio ou à ses parents. Une telle somme est toujours bienvenue, mais il ne sait pas non plus si ce n’est pas de l’argent sale, si ça ne sera pas un piège après coup… A moins qu'il la donne à d'autres. Les images de l'attentat de Bonville lui viennent rapidement à l'esprit. Il sait qu'il y a besoin de fonds pour les familles des morts ce jour-là. Il prend une grande inspiration. « L’argent ne m’intéresse pas vraiment, même s'il pourrait servir à d'autres... Le défi, oui. Mais on vise qui ? Et qu’est-ce que vous y gagnez ? Ce sont vos intérêts personnels qui sont en jeu ? »

Il sait que l’homme ne dira pas tout, mais il a besoin de comprendre mieux.


#JEBOUDE #JESUISCONTRE #VETO #JESUISMIKHAIL #TSEKOVFOREVER

Hacker
flic ?!
paumé.
trucs.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippocampelephantocamelos.wordpress.com/


avatar
Modo RP & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 12/10/2016
Messages : 325

Ven 16 Déc - 1:30
Le jeune hacker avait vite pris conscience que ce que je lui demandait n'était pas anodin. Après tout, il aurait pu s'en douter, au vu du mal que je m'étais donné pour organiser cette rencontre, avec le petit défi de hacking. Je n'aurais pas pris cette peine s'il s'était agi d'embaucher le premier venu. J'avais besoin de quelqu'un qui soit parmi les meilleurs et qui n'aurait pas froid aux yeux. J'espérais donc que ce serait lui. Il ne payait pas de mine, mais après tout, ce que j'attendais de lui n'était pas de casser des gueules ou de convaincre des personnes. Le cassage de gueule et le "social engineering", c'était mon rôle. Tout ce que je lui demandais, c'était de faire de la magie avec ses petits doigts et son ordinateur. Et il semblait confiant quant à ses capacités à le faire, mais gardait quelques réserves.

Mon petit tour avec la bière semblait ne pas avoir eu la portée que j'attendais. C'était bien dommage, puisque ce n'était pas un piège, comme je lui avais prouvé en buvant un peu de son verre. J'avais espéré détendre l'atmosphère de cette manière, mais le jeune hacker semblait rester méfiant. Je pouvais toutefois le comprendre. Il semblait jouer les fines bouches, et j'avais du mal à savoir ce qu'il avait derrière la tête.

-Ils n'avaient pas de cocktail pour filles.

Après cette petite pique, j'avais sorti le grand jeu en lui montrant directement l'argent dans la mallette. Le barman au fond l'avait remarqué et s'était mis à loucher dessus lui aussi. Le jeune hacker était curieux de savoir pourquoi quelqu'un qui connaissait le darknet et avait mis en place le message crypté à l'origine de cette rencontre. Cette incompréhension devait le rendre encore plus méfiant.

-En réalité, je n'y connais pas grand chose. Une personne qui me devait un service s'est chargée de l'énigme pour moi. Il disait être plus apte à protéger des données qu'à les cracker. C'est pour ça que je fais appel à vous.

A ma grande surprise, le hacker ne semblait pas particulièrement intéressé par l'argent. Pourtant, j'avais cru voir que les billets que je lui avais présentés ne l'avaient pas laissé indifférent. D'ailleurs, il commençait maintenant à poser des questions. Beaucoup de questions. Mais de toute manière, faudrait bien que je lui explique à un moment ou à un autre. Maintenant qu'ils en étaient arrivés à ce point de la conversation, il était plus raisonnable que l'on quitte ce bar. D'abord parce que, même si Leon avait vérifié la présence de mouchards, il était tout à fait possible qu'ils soient entourés par la police. Ensuite, parce que ce bar ne me plaisait guère. Enfin, parce que cet endroit semblait mettre le hacker trop mal à l'aise, et donc le rendait sûrement d'autant plus méfiant.

-Respire. Je vois qu'on entre dans le vif du sujet. Plus la peine de s'éterniser dans ce taudis. On s'en va, si tu as un meilleur endroit, n'hésite pas. Je t'expliquerai ça en chemin.

Puisque le jeune homme ne semblait pas disposé à boire sa bière, c'est moi qui la bu cul sec avant de me lever. Nous nous dirigeâmes ensuite vers la sortie, avant de prendre la direction du retour vers Celadopole. Personne ne se trouvait dans les environs. Je ne pouvais pas lui dire toute la vérité. Le jeune hacker n'avait pas l'air d'un gros dur, savoir qu'il avait affaire à un tueur risquerait de tout gâcher. Il vallait mieux que je garde une image relativement neutre. Je ne comptais pas lui demander de supprimer spécifiquement les informations me concernant, mais toutes les données du serveur sur lequel elles se trouvent, et il n'aurait certainement pas le temps de s'amuser à toutes les regarder. En plus, cela serait moins fragrant pour l'organisation, qui ne pourrait pas être certaine de qui a instigué l'attaque. Je pourrai donc faire semblant de ne rien savoir, et frapper au moment opportun. J'avais travaillé sur l'histoire à raconter en fonction de mon interlocuteur. Puisque le jeune hacker ne semblait pas trop porté sur l'argent, il était probablement du genre à avoir une morale. S'il se sentait investi d'une mission pour le bien commun, peut-être accepterait-il donc. Surtout, ce ne serait pas très compliqué, puisqu'il me suffisait d'omettre et de modifier quelques détails, mais que l'essentiel de ce que j'allais lui raconter serait la vérité. Après tout, l'organisation n'était pas une association caritative et le monde se porterait mieux sans elle.

-Bon, alors, par où commencer... Tu connais Kapital, le grand groupe d'entreprises ? Il se trouve que les dirigeants de ce groupe font partie d'une organisation criminelle dont je ne sais pas grand chose. Enfin, je n'en connais pas la finalité, mais j'imagine qu'elle sert les intérêts de leurs affaires. Bref, c'est des gens riches, pas très sympathiques, qui s'adonnent à des activités criminelles parce que leurs milliards ne leur suffisent pas.

Avec ce exposé, j'espérais les avoir rendus antipathiques d'entrée, mais ça ne serait sûrement pas suffisant. Restait à expliquer pourquoi je faisais cela. C'était la partie la plus compliquée. Trouver des raisons de s'attaquer à cette organisation, c'était plutôt simple. Mais pourquoi en effaçant leurs données ? Je ne pouvais pas me placer comme leur concurrent puisque cela me placerait sur le même rang qu'eux.

-Je souhaites que tu effaces leurs données parce qu'ils m'ont piégé. Il y a quelques années, je vivais à la rue. Puis ils m'ont offert une énorme somme d'argent pour que livre un paquet pour eux, sans savoir de quoi il s'agissait. Je me doutais bien que ce n'était pas un plateau de sushis, mais j'étais à la rue, tu comprends ? Alors j'ai accepté. Je pensais prendre l'argent et vivre ma vie tranquillement, mais ils m'avaient pris en photo durant la transaction, et ils me font chanter depuis. Je suis donc obligé de travailler pour eux. En général, je conduis ou je livre des paquets, mais je ne veux pas passer ma vie à travailler pour des criminels. J'ai fini par apprendre sur quel serveur ils stockent leurs données, et si tu les effaces, ils n'auront plus rien pour me faire chanter.


Avec ça, j'avais une réelle justification pour ce que je lui demandais, et j'étais, je pense, assez crédible, puisque je ne me faisais pas passer pour un mec blanc comme neige, mais au moins, il n'était pas question de meurtres de ma part. En insistant sur le fait que j'avais accepté de travailler pour eux parce que j'étais à la rue, j'espérais qu'il soit compatissant.

-Voilà, tu sais tout. Si tu ne le fais pas pour moi, fais le au moins pour mettre des bâtons dans les roues d'une organisation criminelle.

Je ne pouvais pas lui dire que je comptais profiter de son attaque pour faire tomber tomber l'organisation par moi même par la suite. Une position de victime était préférable dans cette affaire, d'autant qu'elle était primordiale pour la crédibilité de mon histoire. Un simple livreur ne serait pas normalement en mesure de faire tomber une organisation criminelle en solo.



edit:
 


Autres comptes:
 
Inscriptions dex:
 
Merci Jill et Elisa pour les jolis avatars <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 857

Région : Kantô
Lun 17 Avr - 0:16
Si Nathanael se crispe un peu en attendant la pique de l’homme, il n’en dit rien. Il se contente de plisser les yeux derrière le cerclage rouge de ses lunettes. Il ne va pas tomber dans les provocations basiques, ça n’apporterait rien à la conversation. Il ne dit rien. Il attend. Et il voit assez vite. La mallette d’argent est de celle qu’il n’a jamais pu – eu à – approcher. Pourquoi faire ? D’où vient l’argent ? Mais déjà, il songe à ce qu’il peut en faire, éventuellement. Reverser la somme à un organisme d’aide aux familles de Bonville. Il sait qu’il y a eu de nombreuses victimes. Ils ont besoin d’argent. Et comme ça… il ne prendra aucun risque. Si l’argent est sale et que l’on remonte sa trace, il est fini. Si l’argent est sale… il ne préfère pas le savoir.

Oui, dans son esprit, sa fermeté contre cette somme conséquente s’étiole quelque peu face à la réalité de ces billets. Pas pour lui, mais pour d’autres. C’est une alternative et un gain concret qui ira de paire avec le goût du défi. Il comprend cependant bien vite que la personne à l’origine de l’énigme n’est donc pas ce Monsieur K. En vérité, c’est l’inverse qui l’aurait plus étonné.

« D’accord, je comprends. A chacun ses compétences, de toute manière. »

Cela n’empêche pas Nathanael de questionner. Beaucoup. Il ne peut pas prendre des risques inconsidérés. Sa soif du piratage informatique s’accorde bien mal avec sa vie actuelle et ses responsabilités d’agent des forces de l’ordre. Mais ça, son interlocuteur de ce soir n’en saura rien. Jamais. C’est là l’enjeu et la difficulté. L’homme semble lui aussi avoir conscience de l’importance de leur échange, car il propose de se rendre ailleurs. Pourtant, c’est bien lui qui a choisi ce lieu de rendez-vous, non ?

Peut-être a-t-il perçu que l’atmosphère n’est pas du genre à rassurer le McKoy. De là à le considérer comme bienveillant, l’agent a des doutes. Pour autant, il acquiesce de la tête tandis que l’autre descend cul sec la bière laissée intouchée. S’il avait été quelqu’un d’autre, il aurait pu se dire que l’homme se mettait en position de faiblesse s’il s’alcoolisait. A moins qu’il ne soit du genre à tenir, une bière de plus ou de moins ne ferait pas la différence. Et puis, Nathanael n’est que Nathanael.

« Je pense connaître un endroit tranquille. » Il n’est pas spécialement habitué des bas-quartiers au Nord de la ville, mais il sait qu’en remontant plus dans le centre ville il y a un parc bien connu avec une zone accessible la nuit. Le genre à faire un peu square, avec un peu de chance, il ne sera squatté par personne… c’est un risque à prendre. Ils sortent donc. Le McKoy remet sa capuche sur sa tête. En chemin, les mains dans les poches, il écoute ce que l’homme a à lui dire. En entendant le nom de « Kapital », il hoche la tête. Une multinationale possédant de nombreuses filiales dans le monde… difficile de ne pas connaître. Il est toutefois surpris du reste de la phrase et tourne ses yeux noisettes vers son interlocuteur en l’entendant.

« Une organisation criminelle ? … » Il ne comprend même pas pourquoi ça l’étonne. Maintenant qu’il a rejoint la Police et particulièrement les affaires spéciales, il sait déjà combien pouvoir rime souvent avec excès.

Quant à comprendre l’intérêt personnel que l’homme en retire… les choses ont l’air plus complexes qu’elles n’y paraissent. « Ils vous font chanter ? » Si ce Monsieur K dit la vérité, c’est en effet le genre de pratiques qui s’apparentent à celles d’organisations criminelles. « Vous pensez que ce sera la meilleure manière de faire ? Qu’ils ne remonteront pas jusqu’à vous ? »

Il fixe un moment un point quelconque sur le sol et ajoute : « Sur ce serveur, peut-être qu’il y a des preuves de leur lien avec cette organisation ? Pourquoi ne pas en profiter pour tout dévoiler ? »

De la main, Nathanael indique qu’il faut prendre la rue sur la droite. Puis sur la gauche. L’axe sur lequel ils se trouvent débouche comme il s’en doutait sur le square en question. Un vieux lampadaire grésillant. Deux-trois bancs. Et personne, apparemment. Tant mieux. Il leur suffira de faire apparaître des pokémons pour monter la garde et se protéger des potentielles oreilles indiscrètes. Alors qu’ils s’approchent, Nathanael continue à cogiter. Ce qu’il vient d’entendre est quand même lourd en conséquences.

« Je comprends votre intérêt personnel… cependant, j’imagine que vous ne devez pas être le seul. Sans doute qu’en agissant sur leur serveur, d’autres personnes seront également soulagées d’un tel poids. Et si d’autres trucs importants disparaissent, peut-être que ça dérangera leurs affaires. » Cette idée là lui plait bien, mais il se rend aussi compte, en le disant, d’à quel point il devra se montrer prudent. Qu’ils ne remontent pas jusqu’à ce dénommé K est une chose. Il ne faudrait pas non plus qu’ils parviennent à remonter jusqu’à lui.

« Si j’accepte. Comment procédons-nous ? »


#JEBOUDE #JESUISCONTRE #VETO #JESUISMIKHAIL #TSEKOVFOREVER

Hacker
flic ?!
paumé.
trucs.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippocampelephantocamelos.wordpress.com/


avatar
Modo RP & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 12/10/2016
Messages : 325

Ven 28 Avr - 2:08
Ce Sigma posait beaucoup de questions alors que nous nous dirigions là où il m'emmenait. Ce n'était pas étonnant, mais il fallait que je fasses très attention à la cohérence de mon histoire. Heureusement, à force de voir des gens mentir, se tromper les uns les autres, j'avais fini par moi-même être capable de mentir un peu. Mais les relations humaines n'étaient pas ma grande spécialité, loin de là, et je n'étais pas à l'abris d'une gaffe. Ses questions qui n'étaient que rhétoriques, se font de plus en plus pertinentes, mais aussi gênantes.

-C'est la seule manière que je vois de me libérer de leur emprise. Ils finiront certainement par le savoir, mais je prends le risque, et je fera en sorte d'être préparé. Je préfère ça que de passer ma vie à leur solde. Qui sait ce qu'ils finiront par me forcer à faire...

Le jeune homme m'ayant tout l'air d'être quelqu'un de bien - après tout, il faut avoir de sacrés principes pour ne pas se jeter immédiatement sur une telle somme que celle que je lui ai proposée - alors ce genre de sous-entendu pouvait être un moyen de faire pencher la balance, en me plaçant une fois de plus en victime.
La voici, la question que j'attendais. Heureusement que je l'avais prévue, sinon, je n'aurais pas su quoi répondre, et j'aurais eu l'air bien con. J'avais mis quelques temps à trouver une réponse adéquate dans le cas où elle serait posée.

-Comme je t'ai dit, il s'y trouve des informations qui me compromettent, moi. Tu pourrais très bien tout dévoiler sauf ce qui me concerne, mais ça te prendrait beaucoup trop de temps à tout filtrer, je pense, et surtout, cela serait dangereux pour moi. Je m'explique : on parle de personnes richissimes, qui ont le bras long, et ont très certainement du monde dans la police. S'ils découvrent que la police a tout reçu sauf ce qui me concerne, ils feront immédiatement le rapprochement. J'ai besoin de temps pour me préparer. Je ne peux pas tout quitter du jour au lendemain et aller vivre dans une grotte.

En réalité, j'avais encore assez d'argent pour disparaître une dernière fois et me refaire une nouvelle identité, mais rien ne me garantissait qu'ils ne me retrouvent pas une fois de plus. J'avais besoin de me préparer à leur faire face, et pour cela, il me faudrait du temps. C'était un pari risqué, mais j'étais prêt à le faire. Finalement, nous arrivâmes à destination. Un petit square mal éclairé avec quelques bancs. Je jette un oeil aux alentours, rien ne semble suspect. Je fais sortir Falco, ma Goélise, de sa pokéball, et je lui fais signe de monter la garde. Elle s'envole à une dizaine de mètres et commence sa ronde. Voilà qui devrait suffire. Nous prenons place sur un banc alors que Sigma reprend la parole, visiblement de plus en plus déterminé à accepter la proposition.

-J'ai dans ma mallette une clé qui contient les informations dont tu auras besoin, telle que l'adresse du serveur, ses caractéristiques, qu'il s'agisse du matériel ou de la sécurité. Je vais te donner cette clé ce soir. Demain, à 23 heures, tu viendras à ce même endroit me dire si tu es bien en mesure de faire ce que je te demande. Si c'est bien le cas, je te donnerai la moitié de l'argent de cette mallette.

Je mets ma main droite dans ma poche, et j'en sors un téléphone jetable, le genre qui coûte 2pk$, ainsi que son chargeur. Je le lui tends. C'est assez drôle d'utiliser un moyen de communication obsolète pour rester en contact avec un hacker. Je jette un coup d'oeil dans le ciel, Falco continue de faire sa ronde. Tout se déroule comme prévu, pour le moment. Bientôt, je serai peut-être enfin libéré de l'emprise de ces enfoirés. Tout cet argent n'est qu'un faible prix à payer pour ma liberté, et je le paierai avec plaisir.

-S'il y a un contretemps, fais le moi savoir. Le numéro à utiliser est dessus. Inutile de faire des recherches concernant le numéro qui s'y trouve, il s'agit aussi d'un téléphone jetable. Je sais que vous aimez bien faire ça, vous, les hackers, alors je te préviens. Le jour où je saurai que tu as bien fait ta part, je t'enverrai un message sur ce téléphone pour te dire où se trouve le reste de l'argent.

Je comptais cacher le reste de l'argent dans un cimetière au nord-est de la ville. Dès que j'aurais la preuve que l'organisation n'a plus ces informations sur moi, je lui enverrais les indications par SMS, et il pourrait aller chercher le reste de l'argent. En attendant, il aurait une très belle garantie de ma bonne foi.

-Je te demanderai juste de ne pas trop me harceler. Tu connais la règle des trois jours, n'est-ce pas ?

Je tentai une petite blague pour détendre l'atmosphère. Pas sûr qu'il soit très sensible à ce genre d'humour.


Utilisation de la CS Vol
HRP:
 


Autres comptes:
 
Inscriptions dex:
 
Merci Jill et Elisa pour les jolis avatars <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Agent Kantô

C-GEAR
Inscrit le : 18/09/2013
Messages : 857

Région : Kantô
Jeu 10 Aoû - 0:07
Comme toujours, Nathanael se retrouve en conflit perpétuel entre son talent de piratage, sa volonté d’agir dans le bon sens, et les risques encourus. Avec sa fonction d’agent, pourtant, il a compris à la dure que les choses sont rarement idylliques, et que les personnes à la tête du pouvoir – quel qu’il soit – sont le plus souvent prêtes à tout pour arriver à leurs fins. Alors ce que lui indique ce Monsieur K lui semble cohérent. Imaginer qu’une multinationale telle que Kapital traine dans des affaires louches de ce genre, à faire chanter et corrompre des inconnus en jouant de leur influence… oui, c’est parfaitement probable.

Et si c’était faux, qui donc irait jusqu’à mandater un pirate informatique et dévoiler tant de choses à son propos ? Nathanael sait qu’il ne doit pas être naïf… mais déjà, le voilà qui s’emballe. Il a les réponses à ses questions. Il saisit bien le danger que serait le fait de tout dévoiler, pour son interlocuteur autant que pour les autres personnes concernées, menacées par le groupe. Et puis, le milieu du pouvoir et des médias est pourri, si ça se trouve, Kapital – et les autres multinationales de ce genre – ont déjà la main sur bien des groupes de presse et pourraient retourner les choses en leur faveur. Il ne lui faut pas noircir le tableau, mais il sait. Oui, il sait que c’est possible. Que des conflits d’intérêts de ce genre et autres accointances ont déjà été remontées, en vain. Nathanael assimile la réponse qui lui a été faite tout en s’asseyant. A ses côtés, l’autre homme a fait apparaître une Goélise, qui vole au-dessus d’eux, en surveillance. Le geek, lui, ne fait rien. Un pokémon en surveillance, c’est déjà une bonne chose. Et puis, faire apparaître l’un des membres de son équipe serait déjà se dévoiler. Il ne faut pas.

Désormais, Nathanael entre dans le vif du sujet. Au fond de lui, il sait qu’il est déjà trop tard pour faire demi-tour. Il en sait beaucoup, il a questionné, et il a déjà une pointe d’excitation qui s’élève en lui, à l’idée d’infiltrer un serveur comme celui de Kapital. Aussi, il écoute avec attention ce qui lui est indiqué. Il assimile tout et le garde en mémoire. La clé, les indications du serveur, il lui faudra ensuite l’atteindre, mettre ses compétences à rude épreuve face aux différentes sécurités dudit serveur. Trouver ce qu’il cherche. Il se doute que la clé en question comportera tout ce qu’il lui faut. L’homme en face de lui a de grandes attentes, il ne peut pas faire les choses à moitié. C’est de sa vie dont il est question, après tout. Il le souffle, d’ailleurs :

« J’espère qu’il y a bien tout ce dont j’ai besoin. » Il marque un temps d’arrêt. « Et pas de piège. » Parce qu’il sait aussi que les hackers en mesure de s’attaquer à un aussi gros morceau sont rares, et recherchés. Pas uniquement par les forces de l’ordre, d’ailleurs, dans le milieu, il a déjà eu connaissance d’étranges disparitions de pirates et d’histoire de kidnapping… Des trucs glauques. Il sait déjà qu’il va vérifier chaque élément de la mallette sous tous les angles avant d’ouvrir quoique ce soit.

L’homme a l’air lui aussi équipé et conscient de toutes ces mesures de précaution nécessaires. Au final, si tout se passe bien, il faut que cette rencontre n’ait jamais eu lieu. Que rien ne puisse remonter ni à l’un, ni à l’autre. Le téléphone jetable est bien le signe que tous deux le savent. Nathanael le récupère et le glisse dans la poche de sa veste. Il acquiesce.

« Si tout est bien comme vous le dites, il n’y aura pas de contretemps de mon côté. » Ça c’est bien une certitude. Dans ses actions de hacker, Nathanael a toujours respecté ses engagements. L’homme achève le tout avec une pointe d’humour, mais le McKoy sent bien, à son attitude, tout le sérieux et l’enjeu qui se cache derrière. Il ne peut pas le feindre, ça. L’agent ne prend même pas la peine de répondre, il tire un peu la manche de sa veste, passe sa main sous la toile et agrippe la mallette qui lui est présentée.

« Au contraire, j’espère que ce ne sera qu’une histoire d’un soir. » Souffle-t-il d’un ton neutre, qui tranche avec la métaphore filée.

Il se lève alors du banc, et sous la capuche de son sweat et ses cheveux en bataille, scrute quelques instants de plus son interlocuteur, comme pour en imprimer le visage. « Demain, 23h. Très bien. » Il sait que ça va être un sacré challenge. Il sait qu’il peut le faire, il le sent.

Nathanael McKoy n’est jamais aussi confiant et ambitieux (qui a dit prétentieux ?) que lorsqu’il s’agit d’user de ses talents de hacker.

Alors il s’éloigne pour rejoindre son studio. La soirée est bien avancée, mais il sait qu’il ne s’endormira pas avant d’avoir examiné cette clé USB.


#JEBOUDE #JESUISCONTRE #VETO #JESUISMIKHAIL #TSEKOVFOREVER

Hacker
flic ?!
paumé.
trucs.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippocampelephantocamelos.wordpress.com/


avatar
Modo RP & Sbire

C-GEAR
Inscrit le : 12/10/2016
Messages : 325

Ven 25 Aoû - 4:27
Le rendez-vous s'était déroulé globalement sans encombres. Le jeune hacker était très tendu, mais pas forcément plus que ce que j'attendais. S'ils sont considérés comme des criminels par les autorités, les hackers sont souvent plus à l'aise derrière un écran qu'au contact de criminels du monde physique. C'est du moins le préjugé que j'en ai, et j'imagine qu'il n'est pas si loin de la réalité. Les compétences requises sont si poussées qu'il doit souvent s'agit de personnes très spécialisées dans leur domaine. Il est assez amusant de l'entendre rebondir sur ma blague sur un ton pourtant bien trop neutre. Peu importe, ce ne sera normalement qu'une histoire d'un soir, comme il dit. Je repars donc de mon côté pour rejoindre le petit hôtel tranquille en bordure de la ville dans lequel j'avais réservé une chambre plus tôt. Le hacker aura probablement une nuit chargée. De mon côté, je vais en profiter pour me reposer un peu. Le voyage m'a épuisé, et demain, je serai occupé à trouver le lieu où sera cachée l'autre moitié de l'argent que je devrai au hacker.

...

Bien que j'eus donné rendez-vous à 23 heures au hacker, j'étais pour ma part présent depuis 22 heures. Il fallait à tout prix que je prennes mes précautions, que je m'assure qu'il ne s'agisse pas d'un piège, notamment, puisque le jeune homme aurait eu tout le temps pour préparer un sale coup. Falco, ma Goélise, faisait une ronde à quelques dizaines de mètres au dessus du sol, et Leon restait tapis dans l'ombre derrière un banc. Le hacker se pointa finalement à l'heure, seul, et rien sur son visage ne laissait présager quelque problème que ce soit. Il avait toujours ce petit air de stress mal camouflé, mais semblait quand même un peu plus détendu.

-Bonsoir. Alors, comment ça se profile ?

Comme je m'y attendais, il n'y avait pas de problème majeur. J'écoutais attentivement la réponse du jeune homme, et bien que je n'étais pas certain de tout comprendre, j'avais saisi l'idée. Le monde du piratage informatique devait être passionnant, mais je n'avais hélas pas vraiment eu l'occasion de m'y plonger, ayant passé une grande partie de ma jeunesse en foyer, à la rue, puis dans des logements précaires.

-Tu as fait le bon choix en acceptant ce marché. Le monde s'en portera mieux. Moi le premier, c'est vrai, mais pas seulement.


J'étais loin d'être quelqu'un de bien, c'est vrai, mais je n'avais jamais tué d'innocent. Je n'étais pas non plus un vigilante à proprement parler. Je ne tuais pas pour la justice mais pour l'argent. En ce sens, je n'étais pas si différent de cette organisation à laquelle le hacker allait s'attaquer. Seulement, j'avais beau avoir été l'un des tueurs à gages les plus prolifiques de Johto pendant plusieurs années, c'était sans commune mesure avec l'action de cette organisation. En réalité, je n'en savais pas tant que ça sur eux, du moins pas directement, mais je connaissais ce genre de groupe. Corruption, meurtres, massacres, exploitation, j'étais certain que ces gens trempaient au moins dans tout cela. Ils créent certainement plus de misère et de douleur en une semaine que moi durant toutes mes années d'activité.

-Ca ne me regarde pas, mais je suis curieux. Tu comptes faire quoi avec tout cet argent ?

M'intéresser aux gens, voilà qui me ressemblait assez peu. A croire que j'étais en train de me ramollir.


Autres comptes:
 
Inscriptions dex:
 
Merci Jill et Elisa pour les jolis avatars <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Vers le premier badge! Une route pleine d'espoir!
» Pour mon premier Rp ici.
» Je n'ai pas trouvé de titre pour ce premier topic . . .
» Le cannabis rendrait fou
» Demande pour un premier RP

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kantô - 1E G E N :: Céladopole-