AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





 
» Chevaucher le vent


avatar
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 31/05/2015
Messages : 555

Région : Unys
Ven 29 Juil - 13:45
« T’as besoin de reprendre des vacances, c’est ça ? » Un sourire lui apprit que la réponse était positive. Amusée, Maribel se calla un peu plus contre son siège, hésitant un instant avant de mettre les pieds sur le tableau de bord. Ao avait décidé de la ramener dans sa propriété de Vaguelone, affirmant avoir besoin de prolonger ses vacances. La rose ne s’était pas fait prier pour y retourner. Qui dirait non pour un séjour dans une villa luxueuse, juste au bord de la mer ? Un idiot. Et, aux dernières nouvelles, on ne la qualifiait pas encore de la sorte. Remettant en place ses lunettes de soleil, elle laissa son regard se poser sur le paysage en train de défiler. Les vacances, ça pouvait avoir du bon. Sauf qu’elle espérait ne pas les terminer de la même manière que la dernière fois. Trouver un seul pokémon entre la vie et la mort lui suffisait amplement pour le restant de ses jours. Son cœur ne supporterait pas une nouvelle scène de ce style-là. « T’as déjà assisté à une course pokémons aériens ? » Intéressée, la rose quitta le paysage des yeux pour jeter un coup d’œil au conducteur. Ao ne la regardait pas, mais elle parvenait à deviner la flamme qui venait d’illuminer ses yeux. Qui disait course disait également possibilité de parier. Et seul Arceus savait à quel point le blondinet aimait s’adonner à une telle chose. « Jamais. Ça se passe comment ? » Elle le vit sourire, sans doute enchanté à l’idée de pouvoir partager ses connaissances. Il prit pourtant son temps, cherchant peut-être la meilleure manière de lui expliquer les choses. Avec sa manie de passer de l’Ecremeuh au Chacripan lorsqu’il devait raconter une anecdote ou expliquer une chose, elle ne pouvait pas lui reprocher de rechercher ses mots. De cette manière, elle espérait que ce soit plus compréhensible pour elle.

Des étoiles dans les yeux, la rose observait les différents concurrents en contre-bas des gradins. Toutes les espèces de pokémons oiseaux devaient être représentés aujourd’hui, vu la quantité qui se trouvait là. Et pas seulement des oiseaux. Elle reconnut sans mal un Dracaufeu, sursautant presque lorsque le pokémon feu cracha une gerbe de flammes. Sa manière à lui d’intimider ses adversaires et de montrer sa détermination. C’était bien là la seule explication logique qu’elle pouvait trouver à ce comportement. Prenant place sur un siège au premier rang, la demoiselle regardait les gradins se remplirent petit à petit. Ao était resté en arrière, assurant revenir aussitôt qu’il aurait fait ses paris. Soit juste avant le début de la course, dans une vingtaine de minutes donc. La rose laissa échapper un soupir. Elle serait bien restée avec lui s’il ne s’était pas montré si peu intéressé par sa personne. Quand Ao devait réfléchir à une combinaison gagnante, il en oubliait le monde qui l’entourait. A défaut donc de jouer les plantes vertes, Maribel avait joué des coudes pour attraper les places lui semblant les meilleures. Juste en face d’un écran géant montrant pour le moment le parcours que les concurrents allaient devoir effectuer. Départ depuis la plage où ils se trouvaient, puis survole de la ville avec un virage serré au niveau de la plus haute tour. Enfin, retour par la mer avec quelques virages à effectuer signalés par des bouées lumineuses. Un circuit digne d’un terrestre. Avec des caméras situées un peu partout pour observer les concurrents et donner l’occasion au public de voir qui se trouvait en tête. A côté de cet écran s’en trouvait un autre, légèrement plus petit. Un écran ne tardant pas à s’illuminer quand la voix d’un présentateur se fit entendre grâce aux enceintes. Des salutations d’usage, quelques blagues plus ou moins drôles. Puis ces mots. « Comme vous le savez, vous avez la possibilité de passer du temps avec nos chers coureurs aujourd’hui et de vous initier à ce magnifique sport. Maintenant, regardez vos billets ! Ceux dont le numéro sera inscrit sur l’écran pourront profiter de cette exclusivité ! » Intéressée, mais pour autant réaliste sur ses chances de victoire, Maribel prit le temps de regarder le numéro de son billet avant de porter son regard sur l’écran. Puis à nouveau sur le billet. Puis sur l’écran. Et sur son billet. Avant de sauter sur ses pieds, tenant son précieux sésame entre ses doigts.

Quel devait être son pourcentage de réussite, au juste ?

Au diable les statistiques et autres idioties. C’est d’un pas pressé qu’elle suivit les autres heureux élus, se rendant dans la fosse accueillant les coureurs. Non sans prendre le temps de prévenir Ao par message, afin de ne pas l’inquiéter outre mesure. Afin de lui communiquer sa joie, également. Elle avait beau ne jamais avoir prêté attention à ce type de course dans sa vie, il n’en restait pas moins qu’il s’agissait d’une chance unique de s’y intéresser. Et peut-être d’y prendre goût, qui sait. A l’entrée de la fosse, un homme vérifia son billet, lui souhaitant avec un sourire de passer un bon moment. Ce dont elle ne doutait pas le moins du monde. C’est donc avec un sourire semblant éternel qu’elle se plaça près des autres personnes possédant le même privilège qu’elle, juste en face de dix coureurs. Dix sur la presque trentaine de participants du jour. Dix pour s’occuper d’une vingtaine de personnes impatientes. Un homme s’avança avec un sourire, désignant les compétiteurs de la main. « Je vous présente donc ceux qui vont s’occuper de vous pour la journée. Vous allez donc être dispatchés par binôme ou trinôme pour faciliter la tâche de nos coureurs et pour vous permettre une expérience encore plus enrichissante. Maintenant, je vais vous appeler avec vos numéros. » Ils étaient organisés, mais elle n’en attendait pas moins d’un tel événement. Après tout, sans organisation, cela aurait plus été une contrainte pour chacun. C’est donc bien sagement que la rose attendit que son numéro soit appelé, s’avançant vers celui qu’on lui avait désigné une fois que ce fut chose faite. Willrich Eppstein. Ce nom ne lui disait rien, mais ce type semblait sympathique. Un bon point. Elle n’aurait pas aimé se retrouver avec celui à côté de Willrich, un certain Karl, qui avait un regard mauvais. Comme si on l’avait obligé à se coller à cet exercice. Willrich, lui, semblait plus enclin à collaborer. La rose salua d’un signe de tête celui qui ne tarda pas à les rejoindre, écoutant le présentateur indiquer qu’ils ne seraient que deux.

Au moins, ils n’allaient pas se marcher dessus.

Elle suivit le coureur quand ce dernier leur indiqua qu’ils quittaient les lieux, s’éloignant de quelques pas pour rejoindre un imposant volatile. Un Guériaigle. L’évolution de son Furaiglon. « Bien, alors on se présente et ensuite vous pourrez poser des questions. Je suis Willrich et voici mon Guériaigle. Ravi de vous rencontrer. A vous. » La rose remit en place une mèche de ses cheveux derrière son oreille. Elle, elle n’avait pas de questions, mais bon. « Maribel. Euh … Je n’y connais pas grand-chose dans les courses, mais j’espère apprendre avec vous. » Elle se tordit les doigts, gênée. C’était bancal, mais voilà tout ce qu’elle était capable de dire. Son regard se posa alors sur la personne qui allait l’accompagner dans la découverte de ces courses. Peut-être que lui allait avoir quelque chose d’intéressant à dire.

De toute façon, ça ne pourrait pas être pire qu’elle.


Maribel est aussi Bael Kesler
Avatar par Nessa ♥

Abonnements:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 21/06/2016
Messages : 339

Région : Unys
Dim 21 Aoû - 3:12
Roy ! Y'a Térence qui veut te voir dans son bureau ! Grouille-toi !

Tu as juste eu le temps de revenir de la piscine et de poser tes affaires sur le bureau que tu es déjà appelé dans le bureau du rédacteur en chef. Tu n'as même pas pu aller te chercher un café pour te mettre dans le bain. C'est ta routine du matin pourtant. Tu te réveilles aux aurores dans la salle de repos du journal que tu squattes, tu files à la piscine municipale pour te doucher et tu reviens au boulot te prendre un café. Mais pas cette fois-ci. Alors, le pas lancinant, tu y vas, non sans une certaine anxiété. Il attend beaucoup de toi, il a permis à tes articles de paraître et c'est lui qui s'occupe de ton stage désormais. La pression est sur tes épaules, tu le sais. Tu n'as pas le droit à l'erreur. Mais c'est un challenge que tu trouves porteur. Tu n'as pas d'autre choix que de te surpasser, à chaque fois, de faire du mieux que tu peux. Tu pousses la porte du fameux bureau, que tu refermes derrière toi.

Salut Roy, demain, il y a une course de Pokémon, mais de Pokémon aériens. Et j'aimerais que ce soit toi qui couvre l'événement. C'est une première pour toi, considère cela comme un test. J'ai envie de voir de quoi tu es capable. C'est à double tranchant, parce que si tu foires, l'article est foutu. Je ne dis pas ça pour te mettre la pression, tu dois déjà l'avoir.

Tu n'avais clairement pas besoin de ça. Déjà que les articles simples sur des coins de nature, tu y trouves de la difficulté alors te lâcher comme ça, seul, sur un tel événement. Tu vas galérer, c'est certain. Et c'est là que tout se joue, tu en es convaincu. Si tu parviens à sortir quelque chose qui peut être publié, et qui devrait l'être, toutes les portes te seront ouvertes, tu pourras être embauché. Mais tu ne dois pas penser à ça. Ton objectif, c'est d'écrire un papier pour le journal. Et pour cela, il va te falloir plus d'informations. Où, quand, si tu auras les accès pour parler au personnel, tout un ensemble de questions que tu dois poser à ton rédacteur en chef.

D'accord M'sieur. Mais, avec mes derniers articles, j'avoue que je n'en ai même pas entendu parler. Ça se passe où ? Et je pourrai parler aux participants, au staff ? Je préfère partir directement pour être sur place le plus tôt possible.

Ce n'est pas un événement classique, tu pars seul, alors il faut que tu saches à quoi t'attendre, que tu puisses te renseigner à l'avance. Ce n'est pas la meilleure des choses d'avouer que tu es hors du coup, mais tu tiens à être honnête. C'est ce qui t'as permis de rester, de faire virer celui qui s'était approprié ton premier article, d'avoir la confiance de Térence. Alors tu respecteras cette ligne de conduite, coûte que coûte. De toute façon, tu ne sais pas mentir, alors à quoi bon tenter le diable ?

Bon, je te le fais rapide. Chaque année, il y a concours qui se fait sur plusieurs circuits, avec un cumul de point. Et c'est à Vaguelone d'accueillir une étape cette fois-ci. Donc c'est là-bas que tu te rends. Je t'envoie la liste des participants par mail, que tu fasses quelques recherches une fois sur les lieux. Tu as déjà ta place, voilà le ticket. On s'est arrangé avec les organisateurs. Ils ont mis en place un tirage au sort pour que des gens du public puissent passer du temps avec les participants et leurs Pokémon. Ton numéro sera automatiquement tiré. Allez, fonce, t'as du boulot.

Tu comprends mieux de quoi il en retourne. Cela ressemble aux courses aquatiques qui s'organisent à Papeloa de temps à autres. Dans ce cas le concept doit t'être familier. C'est une bonne chose. Après ce qui te tracasse, c'est cette histoire de tirage trafiqué. Ce n'est pas clair, et tu n'es pas fan de ce genre de procédés. Mais tu n'as pas vraiment la possibilité de dire non, tu dois mettre ton sens de l'éthique de côté pour cette fois. Il n'y a pas mort d'homme, c'est certain, mais tu as l'impression que tu prends la place d'une autre personne. Et ça te gêne. Tant pis.

Tu quittes le bureau du boss et referme la porte derrière toi. Tu traverses les bureaux, direction la sortie. Ici, c'est vraiment le chaos. Entre coups de fils et discussions plus ou moins houleuses, il est rare qu'il y ait le silence ici. Et encore, ce n'est que le matin. Tu zigzagues et évites les gens, pressés, qui ne t'accordent pas la moindre importance. A vrai dire, ils sont rares ceux qui savent que tu es là, et encore plus ceux qui savent qui tu es.

Alors Harrison, il t'a dit quoi Térence ? Je serais triste de te voir nous quitter.

Et pour le peu qui ont capté ton nom, c'est parce que tu est le mec qui a fait viré un de leurs collègues et qui a joué les lèche-bottes pour avoir ses articles publiés. Ils ne peuvent même pas te voir en peinture, pour résumer, sauf exception. Mais tu n'as pas encore eu la possibilité de les rencontrer officiellement, il n'empêche que ce genre de remarque, tu n'apprécie pas. Si tu ne veux pas te faire bouffer, il ne faut pas te faire marcher dessus. Bientôt tu seras l'un d'entre eux, et ils devront te traîter d'égal à égal. Même si tu es calme, tu as du répondant et lui, il va se rappeler te toi. Et pas en bien.

Je couvre la course aérienne de Vaguelone. Mais t'inquiète, je te prendrai avec moi un de ses jours. Salut !

Et tu es reparti, comme tu étais venu. Fier de toi. Tu entends quelques personnes pouffer ou rire, mais pas de réponse. Tu leur as montré qu'on ne marche pas sur les pieds de Roy Harrison, aussi petit soit-il. Tu fais ta place au journal avant même d'avoir évoqué la possibilité d'y rester. Ça parait prétentieux, mais pour toi, ce n'est que de l'ambition. Tu prends l'ascenseur, direction, le garage, niveau -1. Tu te hâtes d'enfourcher ta moto, direction Vaguelone.



Tu as taillé la route, sans te préoccuper de la circulation, tu t'es laissé porter. Tu es excité comme un gamin le serait. C'est une première pour toi, assister à une course de Pokémon aériens. Ce doit être au moins aussi génial que dans l'eau ! Et puis, tu devrais rencontrer des sommités dans le milieu, ce qui rend ça encore plus excitant. Tu n'as qu'une envie, arriver. Le bitume défile sous tes roues, tandis que les panneaux s'enchaînent. L'écart se réduit entre toi et la ville de Vaguelone.

Une fois arrivé, tu regardes dans tes mails, tu as une réservation dans un hôtel de la ville, pour la nuit. Tu t'y rends, tant bien que mal, tu vas bosser ton sujet pour être prêt demain. Ce n'est pas un quatre étoiles, c'est certain, confort sommaire et sanitaires communs. Mais bon, au vu de ta vie avec ton stage, ce n'est pas si mal. Autant commencer tes recherches. Le parcours de la course de demain est l'un des plus grands. La plage, la ville puis la mer. Avec des virages bien sympas à négocier. Tu t'intéresses alors aux participants. Avec seulement leurs noms dans un moteur de recherche, tu repères vite trois concurrents qui se démarquent. Et au tableau général, ils sont au coude-à-coude. Il n'ont que quelques points d'écart. Willrich Eppstein, Karl Pierce et Lottie Maona. Les deux premiers semblent avoir un long passif de rivaux. Ils ont accumulés un grand nombre de titres, se volant la première place tout à tour. Mais un out-sider vient semer le trouble cette année. Lottie Maona est la première femme à rejoindre les rangs des professionnels, et elle a déjà gagné plusieurs étapes, mettant en difficulté les deux autres champions avérés. Dans l'ordre actuel des choses, les deux hommes sont ex-æquo, suivis par la demoiselle en retard de deux points. Quant aux autres, ils sont bien loin derrière. Il ne reste encore que trois étapes pour départager ces concurrents.

Après t'être intéressé à l'état de la compétition, tu veux en savoir plus sur les montures de ses coureurs. Pour Eppstein, c'est un Guériaigle, pour Pierce, il s'agit d'un Dracaufeu, avec une réputation de terreur, et Maona chevauche un Scorvol. Tu enchaînes alors par des vidéos montrant les courses précédentes. C'est impressionnant, ils montent vraiment haut des fois, et à une vitesse folle, il ne faut pas avoir froid aux yeux. Surtout que certains d'entre eux prennent de grands risques. Tu ne te vois pas garder la tête en bas sur un Pokémon qui fend les airs. Tu pourras voir ça de tes propres yeux demain.




Depuis que tu es levé, tu es excité. Tu as pris place dans les gradins. Tu attends le début, le parcours est montré sur l'écran géant qui te fait face. Il y a de très nombreuses caméras pour relayer l'événement en direct. C'est impressionnant toute cette organisation. Tu en es certain, tu n'es pas le seul journaliste ici. Sauf que tu as un ticket magique, qui te permettra d'aller au contact des concurrents. Tu essaies de faire taire tes scrupules. Une voix se fait entendre, celle du présentateur. Il fait son speech puis annonce le fameux jeu, et donne les numéros gagnants. Bingo, le tien en fait partie. Pas de soucis technique. Tu te fraies un chemin dans la foule jusqu'en bas, non sans difficulté. Tu arrives devant un homme à qui tu présentes ton ticket et ta carte de journaliste, tout fier de l'exhiber pour la première fois.

Tu tentes de garder ton calme, de rester professionnel. Tu ne viens pas pour le plaisir mais pour faire un article sur cette course. Tu rejoins alors le groupe d'heureux élus déjà arrivés. Le présentateur s'avance devant vous tous et vous dispatche. Tu entends les numéros à la suite de noms. Vient celui de Karl Pierce, tu croises les doigts pour ne pas tomber avec lui. Il ne t'inspire aucune sympathie, c'est le seul à ne pas sembler ravi d'être ici. Tu entends juste à la suite le nom de Willrich Eppstein. En premier lieu, tu es soulagé de ne pas être avec Pierce. Ensuite tu entends un numéro qui te paraît familier, c'est celui de ton ticket. Alors là, tu ne sais pas si c'était prévu, ou s'il s'agit de chance, mais c'est juste parfait.

Tu n'es pas seul à t'être avancé vers le champion en question. Avant toi, une demoiselle l'avait rejoint, de dos, tu n'as pu voir d'elle que ses cheveux, roses. Bon, il est certain que tu aurais préféré te retrouver seul avec lui pour pouvoir lui poser toutes les questions qui te viendrait. Mais ce n'est pas le cas, tu dois respecter la fille présente avec vous, elle doit pouvoir profiter de sa chance au maximum. Déjà que tu ne mérites pas ta place, tu n'as aucun droit de gâcher sa rencontre avec un tel champion. Tu es journaliste, certes, il y a un gros enjeu sur tes épaules, c'est certain, mais jamais au détriment des autres.

Bien, alors on se présente et ensuite vous pourrez poser des questions. Je suis Willrich et voici mon Guériaigle. Ravi de vous rencontrer. A vous.

Maribel. Euh … Je n’y connais pas grand-chose dans les courses, mais j’espère apprendre avec vous.

Alors la demoiselle se prénomme Maribel. Tu dois éviter de l'oublier, ça serait malvenu de lui sortir un "Toi là" parce que tu ne te souviens plus de son prénom. Tu restes en retrait derrière elle et n'as pas encore pu apercevoir son visage. En tout cas, sa voix est agréable, c'est déjà ça. Parce que devoir rester avec quelqu'un qui a une voix insupportable, ça ne l'aurait pas fait longtemps. Il semblerait donc que ce soit à toi de te présenter. Et bien, autant ne pas cacher la raison de ta présence.

Et bien, moi, c'est Roy. Roy Harrison. Je suis journaliste pour les Presses de Volucité. J'ai à écrire un article mais je ne compte pas vous interviewer. Je vais poser des questions, c'est sûr, parce qu'on a pas tous les jours l'occasion de rencontrer quelqu'un avec votre palmarès. Après, j'avoue que je découvre presque tout autant que Maribel.

Bon, tu as annoncé la couleur. Mais tu as quand même une question à poser, au moins une. Tu ne veux pas paraître insistant du fait de ton rôle de journaliste, surtout que dans ta tête, tu n'es plus "Roy qui doit faire un article" mais "Roy comme un gamin". Tu vas perdre toute crédibilité en deux secondes, tu le sais pertinemment, mais tant pis.

Pour l'instant, je n'ai qu'une petite question. Il est possible de toucher votre Guériaigle ? Non parce qu'il est magnifique !

Voilà, c'était dit. Tu n'avais plus qu'à attendre la réponse de Willrich, puisqu'il semble vouloir qu'on l'appelle par son prénom. Parce que l'oiseau en impose, et que tu aimerais pouvoir t'approcher d'un peu plus près, poser sa main sur son plumage. C'est une réaction juvénile, tu en es conscient, mais cela te ferait vraiment plaisir. Cela pourra peut-être aussi intéresser la demoiselle, Maribel, ce contact avec le rapace. Cela reste à voir.


Journaliste

Nessa Finnegan - Maëve Kent - Lottie McOleksion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 31/05/2015
Messages : 555

Région : Unys
Lun 12 Sep - 10:31
Au fond d'elle, Maribel avait espéré ne pas tomber sur un binôme agaçant. Comme une sorte de pimbêche étant certaine que tout lui était dû ou, dans le pire des cas, une personne se désintéressant totalement de la chance qui lui était donné ce jour-là. Après tout, il s'agissait là d'une chance unique. Combien de personnes encore dans les tribunes auraient aimé être à leur place ? Énormément. Des personnes plus passionnées qu'elle-même, plus au point sur le sujet des courses aériennes. Dans un sens, elle venait de leur voler cette chance. Tout ça grâce au numéro de son ticket. Elle, grande débutante, venait de voler la place d'une personne plus expérimenté et plus légitime. Plus Maribel y pensait, plus cela avait le don de la déprimer légèrement. Avant que le côté positif de la chose ne lui revienne en pleine tête et chasse ces idées déprimantes. Grâce à la place qu'elle occupait, elle allait pouvoir apprendre. Apprendre de manière beaucoup plus rapide que dans les gradins, en simple spectatrice qu'elle aurait été à ce moment-là. La demoiselle comptait profiter de cette occasion à fond. Pour ne rien gâcher, pour ne rien regretter. Tout du moins, si son binôme lui permettait de le faire. Lorsque le second numéro de leur paire s'approcha, la rose le détailla légèrement par-dessus son épaule. Pas de blonde peroxydé avec un décolleté ravageur. Pas de type possédant autour de lui cette aura de supériorité. Juste une personne normale. A son apparence, en tout cas. Maribel préférait ne pas se monter la tête tout de suite en suppositions inutiles. A quoi bon de toute manière ? Elle saurait bien assez vite à qui elle allait avoir à faire. Lorsque le coureur quitta les lieux, elle le suivit bien sagement. Lorsqu'il se présenta et les invita à le faire, elle se lança plutôt maladroitement. Puis elle se tourna, dirigeant vers son coéquipier du jour un regard curieux. Qui était-il ? Était-il un débutant comme elle ? De sa présentation assurée, Maribel se contenta de retenir deux informations : son métier de journaliste et son manque de connaissances presque aussi grand qu'elle sur le sujet qu'il allait écrire. Rien de très professionnel à son avis, mais elle ne faisait pas partie du métier. Sans doute qu'apprendre dans le tas était une chose tout à fait normal. Maribel irait poser deux trois questions à Ao. Lui serait peut-être en mesure de l'éclairer à ce sujet.

Plutôt mourir que de potentiellement vexer son binôme.

La journée n'en serait que plus pénible ensuite. Son regard se reporta sur Willrich, qui n'avait pas le moins du monde cillé durant la présentation de Roy. Cet homme devait avoir l'habitude des journalistes. Tout comme n'importe quel sportif qui se respectait. Il laissa toutefois transparaître sa surprise, tout comme elle, après la première question de ce journaliste. Toucher l'oiseau ? Une part d'elle se prenait à rêver que le coureur accepterait. Une autre, plus terre-à-terre, savait pertinemment que tout dépendait du caractère du volatile. Si ce dernier n'appréciait pas le contact avec d'autres humains que son dresseur, ce n'était même plus la peine de rêver. Willrich refuserait tout net. Et elle, elle serait déçue. Comme ce Roy, qui paraissait si enthousiaste à l'idée de pouvoir passer sa main dans les plumes du Guériaigle. Une chose que Maribel comprenait parfaitement. « Pas de problèmes, vous pouvez la caresser. Sauf au niveau des ailes, Yona est assez protectrice de son outil de travail. » Comme pour lui donner raison, le volatile se baissa et allongea son cou au maximum, tenant ses ailes bien éloignées. Présentant toutefois sa crinière plumeuse. La rose ne parvint pas à arrêter le sourire qui menaçait de s'étaler sur son faciès depuis déjà quelques instants. Ce pokémon se montrait adorable. Timidement, Maribel franchit les quelques pas la séparant du volatile, posant une main presque tremblante sur ses plumes. C'était doux. Presque aussi doux que celles de Storn, sans toutefois parvenir à les égaler. L'âge, sans doute. Dans les faits, son propre Furaiglon pouvait passer pour un bébé. Même s'il était plus âgé que ce stade là. Peut-être que ses plumes allaient ressembler à ça après son évolution. Si évolution il devait avoir. « Ça fait longtemps que vous vous connaissez avec Yona ? » Elle ne parvenait pas à lâcher du regard le pokémon, malgré l'impolitesse que son comportement pouvait amener. Fascinée, Maribel l'était. Sans être totalement coupée du monde extérieur. Elle avait pris soin de ne pas prendre toute la place, laissant ainsi à son binôme la possibilité de se placer à côté d'elle pour caresser le pokémon. Pokémon qui finit par s'agiter, signe que la cession se terminerait incessamment sous peu. Respectueuse, la rose fit deux pas en arrière, quittant à regret la douceur de ces plumes. Avant de se concentrer sur Willrich, impatiente de connaître sa réponse.

Son histoire, s'il le désirait.


Maribel est aussi Bael Kesler
Avatar par Nessa ♥

Abonnements:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 21/06/2016
Messages : 339

Région : Unys
Lun 26 Sep - 1:48
Comment pourras-tu rédiger ton article si tu te contentes de te laisser aller à tes envies de gamin ? Sérieusement, tu sais que la raison qui t'amène ici est des plus importante, que c'est l'emploi dont tu rêves qui est à la clé, et que si tu te foires, tu n'auras personne pour te rattraper. Alors il faudrait que tu te concentres davantage. Surtout que ta requête n'est pas des plus évidente à réaliser. Tu n'as aucune idée de comment pourrait réagir le volatile. Néanmoins, tu préfères celui-là au Dracaufeu que tu as pu apercevoir. Il était flippant. Alors tu nourris cet espoir, à l'intérieur, de pouvoir toucher le Guériaigle. Tu n'arrives pas à éteindre cette flamme, celle qui te veut au contact des Pokémon.

Pas de problèmes, vous pouvez la caresser. Sauf au niveau des ailes, Yona est assez protectrice de son outil de travail.

Tu contiens ton contentement, tu ne tiens pas à te rendre encore moins crédible que ce que tu ne l'es déjà. Il ne manquerait plus que ça. De plus, tu retiens l'information, pas touche aux ailes. Et tu comprends parfaitement la raison. On n'est jamais à l'abri d'un imbécile, alors il vaut mieux être précautionneux avec ce dont on nécessite. Ses ailes, tu imagines que c'est ce à quoi un Guériaigle peut avoir de plus précieux, et encore plus lorsqu'il est champion de course aérienne. Enfin, championne plutôt. La rapace tend alors son cou, comme si elle vous invitait à la caresser dans la zone qui ne la dérange pas. Tu vois Maribel initier le mouvement en s'avançant vers le Pokémon et en posant délicatement sa main sur elle. Il semble que c'est une personne attentionnée avec les Pokémon, c'est quelque chose que tu apprécies. Et cela te rassure davantage. Tu ne devrais pas voir une dynamique négative s'instaurer entre elle et toi, et donc vous devriez tous les deux retirer beaucoup de bon de cette expérience unique.

Tu t'avances à ton tour vers la Gueriaigle. C'est la première fois que tu as la possibilité de voir un Pokémon de cette espèce en vrai, et tu as l'occasion de le toucher ! C'est absolument génial. Tu te places alors derrière Maribel, te décalant légèrement sur le côté. Tu ne vas quand même pas la coller, ça serait bizarre et mal venu. Ta main se pose sur le plumage de la rapace. Et la douceur sous ta paume te surprend. Tu laisses tes doigts glisser, tu es un enfant qui réalise un rêve à l'intérieur, un sourire béat s'affiche sur ton visage. C'est limite si cela ne t'hypnotise pas.

Ça fait longtemps que vous vous connaissez avec Yona ?

Rapide retour à la réalité. La demoiselle aux cheveux roses pose sa question, d'une pertinence folle. Elle fait ton boulot à ta place, et elle le fait mieux que toi. Elle a posé la question qu'il fallait. Tu poses ton regard sur elle, tu vois son visage pour la première fois. Tu marques un petit arrêt, tu ne t'attendais pas à ce qu'elle soit si... mignonne ? Roy, t'es la pour ton article ! Ce n'est pas le moment de t'attarder sur la personne qui t'accompagne ! Tu te prends la tête tout seul, mais tu dois avouer que tu es bien facilement distrait. Surtout que le physique de ta comparse, même si tu t'y es arrêté, n'est pas vraiment une chose que tu as l'habitude de prendre en compte. Avant que Maribel ne puisse avoir l'occasion de te remarquer la fixant, bonjour la situation gênante sinon, tu concentres ton regard sur la Guériaigle. Un physique plus que puissant, mais qui reste gracieux, c'est étonnant. La rapace s'ébroua alors, pour vous signaler que le moment caresse touche à sa fin. Vous retirez tous les deux votre main du plumage soyeux et reculez désormais.

Si tu as une question, c'est le moment, il va répondre à celle de Maribel d'ici peu, alors autant intercaler une autre question non. Histoire que tu fasses ton job un minimum. Mais quoi demander, il faut quelque chose en rapport avec l'histoire entre Willrich et Yona, entre un duo de champions. Il te faut trouver quelque chose de pertinent à demander, et vite, alors ça cogite dans ta tête, ça fuse dans tous les sens. Et pourtant, tu laisses ton corps traduire un certain calme. Tu as trouvé, autant aller à la base, à l'évident, ce qui pourrait intéresser n'importe qui.

Et comment en êtes vous venu à ce type de course tous les deux ?

Bon, il est certain que ta question ne vaut pas celle de ta collègue d'un jour, mais ça reste un point plus qu'intéressant à exploiter. Et tu ne vas pas pouvoir tout retenir, alors tu sors ton calepin et un stylo de ton sac, tu vas devoir prendre des notes. Tu n'aimes pas le fait de devoir casser l'intérêt que tu portes aux réponses qui vont t'être donnée, de montrer que tu t'intéresses à Willrich dans l'unique but d'avoir ton article. Et cela te désole, car ce n'est absolument pas le cas, tu es curieux, pour le Roy personne lambda, et non pour le Roy journaliste. Sauf que tu n'as pas le choix. Alors tu te prépares à écrire.


Journaliste

Nessa Finnegan - Maëve Kent - Lottie McOleksion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 31/05/2015
Messages : 555

Région : Unys
Jeu 17 Nov - 12:28
L'espace d'un instant, Maribel eut l'impression de lire de la nostalgie dans le regard de Willrich. Avant que son visage ne se fende d'un immense sourire, la main du coureur se posant sur le plumage de Yona. La Guériaigle s'était redressée, observant attentivement son dresseur. Son ami, songea la rose. Car cela devait bien être le minimum syndical pour qu'un pokémon si imposant accepte de se prêter au jeu de telles courses. Des amis de longue date, sans doute. « Yona et moi, c'est une grande histoire d'amour. Ça fait bien sept ans que l'on se connaît tous les deux. » Une amitié de longue date, donc. Une part d'elle s'attendrit en entendant ces mots. Sept ans. Un laps de temps à la fois très court, mais également très long. Une période qui laissait le temps de la réflexion, de l'après rencontre. Est-ce qu'elle en serait au même point avec Storn dans sept ans ? Est-ce que le Furaiglon aurait évolué et serait toujours à ses côtés ? C'était à la fois effrayant et incroyablement intriguant d'y penser. Maribel espérait vivre cette complicité qui semblait unir Willrich et Yona. Une complicité qui n'avait pas besoin d'être montré à chaque instant pour pouvoir être palpable. « Quand Yona était un Furaiglon, on regardait les courses à la télévision. En fait, c'est elle qui m'a lancé là-dedans. » La main du coureur passa sur la tête du Guériaigle lorsque celle-ci se baissa un peu, réclamant silencieusement cette marque d'attention. Un simple geste valait parfois tous les discours. Surtout entre un pokémon et un humain, où la communication se retrouvait limitée. « Lorsqu'elle a évolué, on a continué à regarder les courses. Et un jour, elle s'est posté devant moi, dos à moi, en piaillant quand je cherchais à la contourner. » Un rire léger, alors que le volatile donnait un petit coup de tête dans les côtes de son dresseur. La part d'elle quelque peu niaise trouvait cela mignon. Touchant. « Bref, ça fait maintenant quatre ans que l'on a commencé les courses. Et je peux vous assurer que ça fait drôle la première fois. » Cela, il n'avait pas besoin de le préciser pour que la rose le croit. Rien que l'idée de grimper sur le dos d'un pokémon oiseau l'effrayait un peu, alors participer à une course n'était certainement pas dans ses cordes. Même si elle devait bien reconnaître que se retrouvait là-haut, libre de tout, devait être grisant au plus au point.

« Alors, avant de continuer, est-ce que vous êtes déjà monté sur un pokémon oiseau ? » Il paraissait avoir repris un peu de sérieux. Quoi de plus normal, après tout. Maribel joignit ses mains entre-elles, tordant ses doigts dans un geste nerveux. Après les questions de bases venait maintenant le sujet principal. Au fond d'elle, elle espérait ne pas passer pour une idiote en répondant par la négative. Elle espérait aussi ne pas se faire distancer par Roy. Si lui avant déjà grimpé sur le dos d'un de ces pokémons, nul doute que Willrich serait un peu plus intéressé par lui. Dans son esprit, en tout cas, cela se passait ainsi. Un bref coup d’œil vers le journaliste au calepin, avant que Maribel ne se lance. Quelque peu mal à l'aise. « Jamais. En fait, je n'imaginais pas que des pokémons pouvaient accepter ça ... » Pour un peu, elle se serait mordu la lèvre inférieure pour arrêter ces paroles inutiles. Là, elle se contenta seulement de tordre un peu plus ses doigts. Willrich, lui, laissa échapper un rire. « Eh bien, je suis content de te faire découvrir ça, alors ! » Avec cette manière de répondre, il lui faisait penser à Ao. Une chose qui démystifiait le coureur. Parfois, elle se faisait une montagne de peu de choses. « Et toi, Roy ? » Intriguée, elle se tourna vers le journaliste. Elle l'imaginait bien sur le dos d'un pokémon comme Yona. Tout comme elle l'imaginait bien être complètement terrifié par l'altitude. En fait, tous les rôles pouvaient lui convenir. Une fois la réponse obtenue, Willrich acquiesça lentement, l'air de réfléchir. « Nous allons commencer par quelque chose de simple, alors. Vous allez m'aider à préparer Yona. » Préparer Yona. Cela devait revenir à la préparer comme pour une course de pokémons terrestres. Un rapide coup d’œil vers les pokémons des autres concurrents l'informa que sa déduction était exacte. « D'accord. » Il n'attendait certainement pas de réponse, mais elle préférait tout de même en formuler une à voix haute. Tout en gardant dans un coin de son crâne une question.

Maribel s'était toujours demandée si cela faisait mal aux pokémons.


Maribel est aussi Bael Kesler
Avatar par Nessa ♥

Abonnements:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 21/06/2016
Messages : 339

Région : Unys
Mer 14 Déc - 18:34
Lorsque Willrich entend vos questions, tu remarques le petit temps de latence avant qu'il ne vienne à sourire. Il dirige sa main vers sa Guériaigle, dont la tête se relève et fixe son dresseur. Ils peuvent communiquer sans prendre la peine de parler, c'est évident, et en plus de cela, c'est impressionnant, tu ne peux que t'incliner. Tu n'as ce genre de rapport avec aucun de tes Pokémon pour l'instant mais peut-être que cela viendra. Tu l'espères car tu t'es bien rapproché de la plupart d'entre eux depuis qu'ils voyagent avec toi. Le discours du champion ne tarde pas à te faire sortir de tes tergiversations internes.

Yona et moi, c'est une grande histoire d'amour. Ça fait bien sept ans que l'on se connaît tous les deux.

Le chiffre t'impressionne en premier lieu, puis tu te dis que forcément les années passent, et que cela fait presque six ans que Flynn a préféré quitter l'école dans laquelle il permettait aux élèves d'apprendre les bases des combats Pokémon, pour rester avec toi. Depuis, la profonde amitié que vous avez créée est toujours aussi forte. Alors tu comprends qu'au bout de tant de temps, ils se fassent confiance pour faire de telles courses.

Quand Yona était un Furaiglon, on regardait les courses à la télévision. En fait, c'est elle qui m'a lancé là-dedans. Lorsqu'elle a évolué, on a continué à regarder les courses. Et un jour, elle s'est posté devant moi, dos à moi, en piaillant quand je cherchais à la contourner. Bref, ça fait maintenant quatre ans que l'on a commencé les courses. Et je peux vous assurer que ça fait drôle la première fois.

Tu as bu les paroles de Willrich face à toi. Tu ne l'as pas quitté des yeux et as laissé glisser ton stylo sur ton carnet. A force d'entraînement, tu as appris à écrire sans regarder ce que tu notes, et tu trouves cela extrêmement pratique. En plus de retranscrire ses réponses à vos questions, tu peux te permettre de relever tous ces petits détails comme le fait que le simple affaissement de la tête de la Guériaigle a permis à Willrich de savoir qu'elle l'invitait à la caresser. Malgré la dureté et la maîtrise qu'impose la pratique d'un tel sport, le coureur t'impressionne par la tendresse avec laquelle il fait glisser sa main sur la tête de son oiseau. Alors il l'a connu lorsqu'elle n'était encore qu'un Furaiglon, et elle a évolué avec lui. Tu ne sais pas trop ce à quoi ce qu'il y a de spécifique à ce processus, mais tu as pu constater que ce changement de forme donne souvent un attachement supplémentaire entre le Pokémon et son détenteur, c'est assez étrange. Le jour où tu en feras l'expérience, tu te doutes que cela te paraîtra tout ce qu'il y a de plus normal. Ce qui t'étonne le plus, dans leur histoire, c'est que la volonté de participer à ces courses vient de Yona, que c'est elle qui a poussé Willrich jusqu'à ces tournois aériens. Tu es facilement impressionné par ceux qui ont le prestige de faire des choses incroyable, et là, c'est exactement le cas.

Alors, avant de continuer, est-ce que vous êtes déjà monté sur un Pokémon oiseau ?

Tu restes figé, tu ne t'attendais clairement pas à cette question, même si elle fait sens. Si vous avez une quelconque expérience dans ce domaine, il pourrait passer sur certaines choses et se permettre d'approfondir le sujet, en étant plus technique. Il y a cette voix dans ta tête qui a déjà formulé la réponse et qui te crie de la sortir, le problème, c'est que de l'autre, il y a le Roy timide qui n'ose pas dire qu'il n'a jamais eu cette chance, et donc qu'il est un novice dans ce domaine. A tous les coups, le champion qu'il est va se demander pour quelle raison on lui a envoyé un néophyte pour faire un article sur lui. Tu n'es clairement pas le mieux placé pour faire un article technique sur le sujet, et tu le sais pertinemment, ce qui t'effraie davantage. Il va falloir que tu fasses preuve d'assurance, pour montrer que tu n'es pas ici par hasard. Et puis, à quoi cela te reviendrait de mentir ? Absolument à rien.

Jamais. En fait, je n'imaginais pas que des Pokémon pouvaient accepter ça ...

Dans un certain sens, la réponse de la demoiselle te rassure. Au moins, tu ne seras pas le seul à n'avoir aucune expérience. Au delà même de ça, elle ne pensait pas que les Pokémon étaient volontaires pour transporter des hommes dans les airs. Je me doute qu'elle parle des courses, de la compétition, et non du simple transport, parce que c'est assez connu, le fait de monter sur le dos de son Pokémon pour voyager, qu'il vole ou non. Quoi qu'il en soit, elle est moins au fait que toi, tu ne penses pas cela comme un défaut, loin de là, au contraire, tu trouves que l'honnêteté naïve de Maribel te donne la sensation qu'elle est encore plus douce et délicate qu'elle n'a pu le paraître jusque là.

Eh bien, je suis content de te faire découvrir ça, alors ! Et toi, Roy ?

Bah, les courses dans l'eau, ouais, mais dans les airs, la même que Maribel, jamais.

Ta réponse s'est faite d'un coup, et est bien loin de la phrase que tu avais en tête. Tant pis, au moins, tu penses avoir été clair dans tes propos. Et cela fait remonter quelques souvenirs à la surface. Les vagues, et toi, accroché au Lamantine de ta mère. Oui, tu en avais fait des courses, et vous n'étiez pas mauvais comme duo. Cela fait bien longtemps que vous n'avez rien tenté tous les deux. Peut-être à l'occasion, lorsque des vacances pourront se profiler dans ton horizon, et que tu pourras te permettre de retourner chez toi, et d'y rester un peu. Quoi qu'il en soit, tu n'es pas ici pour penser à de futures vacances. Tu lèves les yeux vers Willrich et le vois pensif. Il doit réfléchir à comment aborder la chose avec deux novices tels que vous.

Nous allons commencer par quelque chose de simple, alors. Vous allez m'aider à préparer Yona.

D'accord.

Contrairement à la demoiselle, tu préfères rester silencieux et opiner du chef. Ce n'est pas que tu ne souhaites pas communiquer, mais tu ne vois pas l'utilité de te faire écho de la jolie rose. Vous allez équiper la Guériaigle. Tu te doutes bien qu'il est impossible quand il y a de tels risques de monter à cru, sans rien. Ce doit être comme pour un Galopa ou un Rhinocorne, ou bien même un Sharpedo, cela nécessite une selle, ou au moins quelque chose auquel se tenir. Surtout qu'il leur arrive de voler tête en bas, donc ils doivent bien être tenus, quelque part. Après, ce qui t'interpelle, c'est le "commencer" dans les propos de celui qui va vous enseigner les rudiments du vol sur un Pokémon. Cela sous-entend qu'il a l'intention de corser les choses, tu n'arrives pas à le déterminer. Quoi qu'il en soit, tu es prêt à suivre les instructions et les conseils du champion de voltige. Tu es curieux de savoir comment on prépare un Pokémon à une course.


Journaliste

Nessa Finnegan - Maëve Kent - Lottie McOleksion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Coordinateur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 31/05/2015
Messages : 555

Région : Unys
Sam 25 Fév - 12:11
« Je vais vous présenter ce dont on va avoir besoin. » Willrich se détourna d’eux un bref instant, juste le temps d’attraper ce dont il avait besoin sur une barrière servant de portant. Maribel arqua un sourcil, interrogative, se maudissant un court instant pour ne pas avoir prêté attention à ce détail du décor. Elle était tellement obnubilée par le fait d’être en présence d’un champion, de pouvoir en apprendre plus sur le domaine des courses, d’être proche d’un Guériaigle, qu’elle en oubliait d’observer son environnement. Surtout que ce support, bien que petit, ne passait pas vraiment inaperçu avec le matériel installé dessus. La selle était présente, prête à l’emploi, avec une sorte de tapis en dessous. La rose imaginait que c’était pour éviter des frottements désagréables sur le dos du pokémon. Une sorte de protection. Quelque chose de logique, quand elle y réfléchissait un minimum. Les humains possédaient bien ce type de considération pour les pokémons terrestres, alors pourquoi pas pour les pokémons aériens ? Yona se baissa sans un bruit, prête à se faire harnacher par son dresseur. La Guériaigle connaissait la chanson, elle savait mieux que quiconque la manière dont allait s’y prendre Willrich pour installer cet accessoire de malheur sur son dos. Elle savait et s’y pliait bien volontiers, piaffant même alors que Willrich gardait son matériel en main, se lançant dans une explication pour ses deux spectateurs. « Tout le monde ne possède pas le même matériel, mais quelques bases sont obligatoires. » Il expliqua pour la selle et le tapis de protection, confirmant ce que supposait déjà la rose. Certains ajoutaient encore des choses, mais le coureur leur apprit que ce n’était pas son cas. Il se contentait des basiques, jugeant ceux-ci déjà assez contraignants pour le pokémon qui devait les supporter. « Les sangles ne sont pas dangereuses pour les pokémons ? » L’homme venait de poser son paquetage sur le dos de Yona, lui adressant un regard après avoir vérifié la bonne disposition de celui-ci. « Evidemment. C’est pour ça qu’il faut vérifier deux fois que tout est correct. Si une sangle est mal accrochée, elle peut se détacher pendant la course et blesser le pokémon. Elle peut aussi entraîner le décrochage des autres sangles et faire glisser la selle. Là, c’est aussi peu amusant pour le coureur que pour le pokémon ! » Pourtant, il s’autorisa à rire. Un rire bref, mais qui laissait entrapercevoir le fait que cela ne lui faisait pas peur et qu’il se moquait de ces personnes incapables de bien vérifier leur travail. Ou alors, peut-être qu’elle extrapolait ce qu’elle pensait voir.

Maribel pouvait avoir un don pour ça.

« Willrich ? J’ai besoin d’un coup de main ! » Le regard du susnommé, ainsi que de la jeune femme et sans aucun doute de Roy, se tourna vers celui qui venait de le héler. Karl. Le type à la tête dure, qui donnait l’impression de pouvoir vous tuer d’un simple regard. Le genre de personne que l’on ne s’attendait pas à voir demander de l’aide. Ce type de pensée semblait également traverser les personnes qui avaient tiré le numéro de ce coureur. Un adolescent, à l’air à peine plus âgé que Vilhelm, avait les yeux ronds. Un autre, dans la trentaine, portait également la même expression. Il en aurait sans doute été de même pour la rose, si elle ne s’était pas d’abord étonnée du rire de son propre mentor du jour. « Karl ! Tu devrais voir la tête de ton groupe. » Ledit groupe garda ce même air étonné en voyant la décontraction de Willrich. Maribel, elle, ne comprenait pas vraiment. D’accord, que ce type demande de l’aide pouvait paraître étonnant. Il ne fallait pas pour autant en faire toute une histoire. Karl, lui, s’était légèrement renfrogné. Les bras croisés, il semblait attendre cette aide demandée. Comme s’il était certain de l’obtenir. « Désolé, je reviens tout de suite. » Willrich s’était tourné vers eux, déplaçant le paquetage du dos de Yona pour le remettre à son ancienne place. « Alors, tu veux que j’vérifie ton histoire ? T’as peur que Lottie récupères ta deuxième place ? » Décontraction. Un contraste saisissant avec l’air mauvais de l’autre coureur à l’entente du prénom énoncé l’air de rien. Lottie. Elle ne la connaissait pas, mais cette fille semblait faire peur au dénommé Karl. Sans doute qu’elle ferait mieux de s’informer un peu plus sur ces courses. Histoire de ne pas être trop larguée.

L’absence de Willrich rendait la situation quelque peu inconfortable. Elle, elle se trouvait là pour apprendre. Pas pour attendre. Une moue ennuyée dessinée sur son visage, Maribel passa une main dans ses cheveux. Elle n’était pas à cinq minutes près non plus. Et puis, il ne tenait qu’à elle de mettre à contribution ces cinq minutes. « Dis, Roy, tu dois t’y connaître un peu pour pouvoir faire cet article. » La rose venait de se tourner vers le journaliste, lui adressant un sourire. « Tu pourrais expliquer à la débutante que je suis pourquoi tout le monde avait un air de Magicarpe frit ? S’il te plaît ? » Elle n’en oubliait pas non plus les formules de politesse. Ce Roy Harrison avait beau avoir une bonne tête, il ne fallait pas toujours se fier aux apparences. Peut-être qu’il était comme certains journalistes, à se croire au-dessus de tout grâce à son passe de presse, au fait qu’il pouvait se faufiler où il en avait envie. S’il était ainsi, au moins n’avait-il pas poussé l’arrogance à affirmer des choses qui relevaient de la fantaisie. Pour son honnêteté vis-à-vis de son manque d’expérience dans les courses, elle l’appréciait bien.


Maribel est aussi Bael Kesler
Avatar par Nessa ♥

Abonnements:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Unys

C-GEAR
Inscrit le : 21/06/2016
Messages : 339

Région : Unys
Mar 20 Juin - 3:43
Tu restes impressionné par tout cela, ton regard ne fait que des aller-retours incessants entre la Guériaigle et le champion face à vous. En quelque sorte, on peut dire que tu restes interdit, comme si tu ne devrais pas être là, et que la chance que tu as est bien trop grande pour être réelle. Mais c'est ta place, c'est même ton boulot qui te le permet. Alors tu veux en profiter un maximum. Willrich semble passer au stade de la préparation de sa monture. Enfin, Yona est sans aucun doute bien plus qu'une simple monture, c'est évident, leur lien est bien plus fort que celui que tu as pu tisser jusque-là avec tes Pokémon. Tout est à disposition pour lui. Tu te demandes si c'est lui qui l'a préparé lui-même ou si ce sont d'autres. Ces coureurs doivent être chouchoutés, d'une certaine manière ce sont des stars. Alors des crises d'ego, vous avez des chances d'en voir. Pas de Willrich, ça t'étonnerait de lui. Il n'a clairement pas l'air d'être ce genre de personne. D'ailleurs l'accueil qu'il vous a réservé le prouve. Et il continue à vous expliquer, tout en répondant aux questions que peut poser Maribel.

Cette fille t'étonne, elle semble totalement novice dans ce monde, pas un seul doute là-dessus, sa présence est le fruit du hasard. Elle fait parti de ces chanceux et tu as beaucoup de mal à la cerner. Non pas qu'il y ait quelque chose qui te déplaise. C'est qu'elle mêle assurance et manque de confiance, tu ne parviens pas à l'expliquer, c'est étrange. Elle ose poser ses questions dès qu'elle en a, et pourtant, tu sens qu'elle n'est pas sûre d'elle. Et elle y va quand même. Alors que toi, ton boulot c'est de poser des questions, et tu restes silencieux. Elle fait ton job mieux que toi !

Sauf qu'une voix qui s'élève te détourne de ton fil de pensée, tu te retournes immédiatement. Il s'agit de Pierce, Karl Pierce, celui qui a cette réputation de colérique, celui sur qui tu ne voulais pas tomber. Il requiert l'aide de Willrich, et le champion au Guériaigle prend cela à la rigolade. Tu te demandes le pourquoi de cette demande et tu repères les autres porteurs d'un ticket gagnant, ceux qui sont avec ce Karl. Pour le coup, tu hésites à utiliser le terme de chanceux, parce que vu leur tête, ça doit être... particulier cette initiation. Tu es bien content d'être tombé sur le type cool. Parce qu'il t'aurais descendu en flamme, l'homme au Dracaufeu, en découvrant que tu es journaliste. Franchement, au-delà du coup de pouce côté presse, tu as eu du bol. Il n'empêche que tu es curieux de savoir de quoi il retourne entre Karl et Willrich. Et à l'évocation du prénom Lottie, tu imagines qu'il s'agit de Lottie Maona, tu as vu le visage de Karl afficher une grimace. Si votre mentor joue la carte de la taquinerie, ça fait mouche. Willrich cesse alors la préparation de Yona et vous laisse.

Dis, Roy, tu dois t’y connaître un peu pour pouvoir faire cet article. Tu pourrais expliquer à la débutante que je suis pourquoi tout le monde avait un air de Magicarpe frit ? S’il te plaît ?

Tu t'étais replongé dans tes notes, tu essayais de trouver quelque chose à relever, un détail de véracité pour faire vivre l'article. Sauf que rien ne te sautait aux yeux. Et puis il y a eu l'intervention de Maribel. Tu te faisais à l'idée d'attendre, à ce petit moment de pause. Donc forcément, cela te surprend. Et il te faut un petit temps avant de réaliser de quoi il s'agit, de capter son interrogation. A toi d'y répondre, parce qu'elle a raison, tu as bûché avant de venir. Autant que ça puisse servir à d'autres.

Je... Ouais, ouais. J'ai fait un peu de recherches avant de venir. Et Willrich, c'est un champion, c'est même le champion. Il a un palmarès, je sais même pas comment c'est possible. Après, y'a Karl Pierce. Avec son caractère... houleux, on va dire ça comme ça. C'est le rival de Wilrich en titre. Les deux ramassent toutes les premières et secondes places. Jusqu'à cette saison en tout cas. Parce qu'il y a une certaine Lottie Maona qui vient leur faire de l'ombre. J'ai rien trouvé sur elle avant, mais elle leur tient tête. Voilà, j'en sais pas plus... Je crois.

Tu finis ton petit exposé avec un sourire gêné. Tu as un peu pris tout l'espace, tu as étalé ce que tu n'as découvert que la veille. Et tu te trouves un peu présomptueux d'utiliser cela. Tu es clairement embarrassé, parce que d'habitude tu es caché derrière le papier. Il n'y a que le journal, personne ne porte attention au nom en bas de l'article. Tu es tout timide, c'en est ridicule. C'est plutôt ton métier de poser des questions, te retrouver de l'autre côté, ça te fait bizarre. Tu sens la chaleur monter sur tes joues, tu rougis sans doute. C'est si risible. Tu voudrais te détourner, pour ne pas qu'elle interprète mal ta réaction, et qu'elle se sente mal à l'aise à cause de cela. Vite, que Willrich revienne, que le champion remplisse l'espace à nouveau. Parce que là, toi, à part passer une main dans tes cheveux, tu n'es pas capable de faire grand chose.


Journaliste

Nessa Finnegan - Maëve Kent - Lottie McOleksion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Sujets similaires
-
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Allez viens j't'emmène au vent || Brooke ♣
» vent malin

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Unys - 5E G E N :: Vaguelone-